Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Dessiner à grands traits pour représenter : les stéréotypes sociaux

Stéréotypes sociaux et sexuels dans les almanachs chantants au xviiie siècle

Véronique Sarrazin

Texte intégral

  • 1 Voir G. Bollême, Les almanachs populaires aux xviie et xviiie siècles, Paris, Mouton, 1975.
  • 2 C’est le terme générique utilisé par les contemporains.
  • 3 Les couplets sont tirés au sort pour une pseudo-divination, associés à des objets pour des jeux de (...)
  • 4 Voir L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1782-88, t. XII, p. 297 ; et Journal de Paris, 2 (...)
  • 5 Un Almanach lirico-galant de 1786, relié aux armes de Marie-Antoinette ; ou BNF, Ms. fr. 21935, 26 (...)

1À l’origine, l’almanach est un calendrier, augmenté d’informations variées, relatives au temps (météorologique et historique) et aux activités saisonnières (agriculture, santé, foires, etc.). Il paraît tous les ans, destiné à un public plutôt populaire et même paysan1. Au xviiie siècle, cette forme éditoriale multiséculaire connaît une mutation importante, lorsque des éditeurs parisiens créent des almanachs au contenu textuel sans rapport avec le calendrier et plus diversifié. Le succès de quelques titres (Almanach Royal, Calendrier de la Cour, Etrennes mignones) entraîne la prolifération du genre : plus d’une centaine de titres sont mis en vente chaque année à Paris vers 1770. La mode de les offrir en cadeaux d’étrennes fait naître des modèles adaptés à cet usage, comme les almanachs chantants2, livrets composés de chansons ou plutôt de vaudevilles – textes originaux à chanter « sur l’air de… » – destinés autant à être lus et chantés, qu’à être offerts ou à servir de support à des jeux de société3. Par leur petit format (80 pages in-32, soit environ 9,5 x 5,5 cm), leur qualité matérielle médiocre et leur bas prix (6 sous), ils sont perçus comme populaires par les contemporains4 ; mais la mode qu’ils suscitent élargit leur audience, puisque qu’ils sont annoncés dans les périodiques littéraires pour un public bourgeois, et qu’on en retrouve des exemplaires à la Cour5. L’importance de leurs tirages pour l’époque (généralement 3 000 exemplaires par titre) souligne leur grande diffusion.

  • 6 551 titres différents repérés.
  • 7 « Surtout Duchesne, mais aussi Cuissat, Dufour, Gueffier, Langlois et Valleyre ». Voir V. Sarrazin(...)

2Par leur forme matérielle comme par leur contenu, ces centaines de livrets6 forment un corpus très cohérent, émanant des mêmes auteurs, polygraphes, poètes et surtout auteurs des théâtres mineurs (théâtres de foire, de société, au mieux des Italiens), pour qui ils constituent une production alimentaire, rédigée sur la commande d’une demi-douzaine d’éditeurs parisiens7. Ils fondent leur succès sur la familiarité des « airs connus et choisis » et sur des éléments textuels récurrents, thématiques et stylistiques. Leur contenu est monotone, variations sur un fonds commun de galanterie et de légère satire sociale, avec des degrés nuancés de grivoiserie ou de moralité. Ils cherchent à amuser le lecteur, en lui offrant un miroir satirique des travers individuels et des relations humaines.

  • 8 Notons la quasi absence de la noblesse et du clergé, à part quelques caricatures de courtisans.

3Leur image de la société s’articule autour de trois groupes sociaux, caractérisés professionnellement autant que par leurs mœurs, notamment amoureuses. Le premier, omniprésent, est celui de la « bonne compagnie », qui prétend renvoyer au lecteur l’image de son propre milieu : caractérisé par des loisirs qui lui permettent une sociabilité cultivée, par son aisance et par ses carrières (Robe, Médecine, Affaires), on peut l’identifier à une bourgeoisie aisée, même si ce terme apparaît rarement. Les autres groupes sociaux, le petit peuple citadin et les paysans, sont traités comme extérieurs au lecteur, observés avec un mélange de curiosité et d’amusement8. Ces trois groupes sont mis en scène dans des textes différents, qui peuvent cependant cohabiter au sein d’un même livret.

  • 9 Les almanachs chantants paraissent depuis les années 1740 jusqu’au-delà la Révolution, mais il en (...)

4Les almanachs chantants dessinent donc une galerie de portraits, jouant volontairement sur les stéréotypes qui rendent la satire familière, mais aussi en atténuent l’acidité, la rendant inoffensive aux yeux de la censure. Il ne s’agit pourtant pas de répéter indéfiniment un stéréotype global de la société ou des groupes qui la composent, mais de jouer sur tout un système de stéréotypes qui se correspondent, se superposent et parfois se contredisent. J’essaierai de les dégager, d’envisager leur constitution et de réfléchir à leur utilisation. En revanche, vu l’étroitesse chronologique du corpus accessible9, il est impossible d’en saisir l’évolution.

LA « BONNE COMPAGNIE » : UN MODÈLE AMBIGU

5L’objet central des almanachs chantants est la « bonne compagnie ». Saisie dans ses loisirs que les almanachs chantants prétendent animer, elle se définit d’abord par ses mœurs et par les caractères des « Dames » et des « Messieurs », c’est-à-dire par des stéréotypes psychologiques et moraux.

6Hommes et femmes sont montrés dans leurs relations réciproques. Quelques pièces de circonstance reflètent l’amitié ou le clientélisme, mais l’essentiel est focalisé sur le couple, souhaité, réalisé ou regretté, et les stéréotypes des deux sexes sont déterminés par cette perspective : l’amoureux heureux ou déçu, le marié, la veuve, etc. Offerts à ceux qu’ils prétendent dépeindre, ils ont un double caractère de reflet réaliste et de modèle à suivre, avec des nuances contradictoires de critique et d’idéalisation.

  • 10 Le nouveau calendrier du destin, 1761 ; Le Nostradamus moderne, 1757 ; L’Almanach des Dames et des (...)

7Pour dégager ces stéréotypes, on a relevé les qualificatifs appliqués à chacun, sur un échantillon de trois almanachs sans originalité10, soit une centaine de pièces brèves. La lecture d’une trentaine d’autres almanachs a confirmé les résultats de ce test.

8La perspective de la sociabilité amicale ou amoureuse met en valeur les qualités et les défauts correspondants. Chez les Messieurs, les qualités les plus fréquentes sont l’intelligence, l’esprit, le courage, l’affabilité et la sincérité, qui garantissent trois succès (être aimé, être estimé et amasser du bien).

  • 11 Il s’agit donc moins du courage nécessaire à la guerre que de l’acharnement au travail.

9Les défauts inverses sont de portée variable et plus rarement cités : à l’intelligence s’oppose le « bel esprit » plus que la grossièreté ou la bêtise ; au courage, la paresse et la mollesse11 ; à l’affabilité, la médisance et la colère ; l’hypocrisie contrebalance à poids égal la vertu antithétique, et l’infidélité est plus fréquente que son contraire. L’homme idéal est donc celui qui sait se conduire et se faire apprécier dans la bonne compagnie, et son versant négatif est moins le rustre que le petit-maître, objet de toutes les railleries. D’autres vertus plus morales apparaissent – probité, économie, savoir, piété, etc. – fortement valorisées, mais rarement citées.

10Pour les Dames, l’essentiel est la beauté, attribut naturel du « beau-sexe » cité quatre fois plus que toute autre qualité. Mais elles brillent aussi par leur esprit, leur amabilité, leur fidélité et leur prudence, c’est-à-dire leur méfiance à l’encontre des séducteurs. Ce sont des qualités utiles pour une sociabilité salonnière, mais surtout pour une relation de couple (l’abord agréable séduit, la prudence conduit au mariage et la fidélité le consolide).

  • 12 Plus de 130 titres dédiés « aux Belles », « Au beau-sexe », etc.

11Les défauts inverses sont rares, l’image féminine étant nettement idéalisée, peut-être parce que les éditeurs visent explicitement un public féminin12.

12Les femmes sont cependant parfois dépeintes comme légères et frivoles plus que sottes, jalouses et coquettes plus qu’infidèles. Une femme trop réservée est respectée pour sa pudeur, mais aussi qualifiée de froide et cruelle, et la pruderie comme la naïveté sont soupçonnées d’hypocrisie. La femme idéale est celle qui sait jouer le jeu de la galanterie et en tirer un plaisir intellectuel et sentimental, mais sans y engager sa vertu. Pourtant, elle se prend parfois au jeu, coquette à tout âge.

13Les stéréotypes masculins et féminins sont donc ceux des salonniers, acteurs d’une sociabilité raffinée ; l’esprit, indispensable à la conversation, est pour tous une qualité primordiale, mais il dégénère aisément en frivolité.

14Les stéréotypes positifs et négatifs sont deux versions, idéale ou caricaturale, d’un modèle socio-culturel unique.

15Le principal défaut – l’inconstance – est le même chez les deux sexes.

  • 13 Voir W. Moser, « De la signification d’une poésie insignifiante : examen de la poésie fugitive au (...)

16C’est le thème populaire du cocuage, qui ici n’est pas toujours envisagé de la même façon : aux clichés de l’ignorance ou du ridicule du mari, traités dans le registre de la comédie, répond l’image pré-romantique de la souffrance féminine, des sentiments trahis. L’infidélité est surtout mal partagée, dénoncée trois fois plus souvent chez les hommes. Leur fidélité est plus souvent recommandée que constatée, et la « diversité » est parfois prônée, écho badin à la philosophie sensualiste13. L’inconstance ne procède pas non plus des mêmes défauts chez les deux sexes. Chez les femmes, c’est un trait lié à la légèreté, parfois excusé chez l’épouse par le comportement du conjoint. Chez les hommes, elle est légèreté, mais aussi calcul, pour suivre le « bel usage » qui leur fait de l’inconstance une mode :

  • 14 L’Ambigu du Parnasse, 1762.

Etre indiscret, faux et volage,
Vain, coquet, médisant, trompeur,
Quintessencier le langage,
Masquer l’esprit des tons du cœurs ;
Voilà l’affiche et l’apanage
Du Français qui vole au bonheur
Sur les ailes du bel usage14.

17Elle peut aussi tourner au vice. On trouve en effet parmi les défauts masculins un triple penchant (le goût du vin, des femmes – les « grisettes » – et du jeu) qui ruine la bourse, l’honneur et la santé. Ces vices sont plus fréquemment cités que les défauts de fatuité, médisance ou mollesse, parce qu’ils sont plus condamnables ou qu’ils sont une dérive trop fréquente de la sociabilité mondaine.

18Les stéréotypes masculins et féminins sont donc largement déterminés par leur situation réciproque dans le jeu amoureux. Ils ont un défaut commun, l’inconstance, mais ce qui chez les femmes n’est que coquetterie, peut chez les hommes être un comportement calculé ou tourner à la débauche. Ces stéréotypes font écho à la littérature moderne, au roman libertin et aux comédies de mœurs de Marivaux ou – plus oubliées aujourd’hui, mais célèbres alors – de Poinsinet de Sivry, comme Le cercle ou la soirée à la mode. Ils en sont cependant un reflet affadi, ne retenant, dans des pièces brèves et amusantes, que le jeu des relations individuelles, en atténuant la cruauté des situations et les enjeux sociaux.

  • 15 Il faut surtout ne pas rester fille et l’alternative du couvent, quoiqu’honorable, n’est pas valor (...)
  • 16 Les seules allusions au mariage d’intérêt concernent les femmes ; aucune allusion à la dot.
  • 17 Voir différentes pièces dans l’Almanach du sort, 1761.

19Si dans le jeu de la séduction les stéréotypes des deux sexes se correspondent, ils divergent dans le mariage. La même image du mariage leur est proposée (consécration de l’amour sincère et fidèle et seul vrai bonheur), mais l’attrait en est très inégal. Aux femmes, le mariage donne un statut15 et une sécurité économique16, parfois un rang, mais surtout un épanouissement sexuel. Leur premier et presque leur seul besoin est montré comme affectif et comblé par le mariage, qui doit donc se conclure le plus tôt possible. La position masculine est presque diamétralement opposée. Dans les jeux de divination, on trouve en parallèle : « Si l’on mourra fille ? » et « Quel état le garçon embrassera ? » Les hommes ont d’autres voies pour satisfaire leurs désirs et leurs ambitions. Certes le mariage leur apparaît aussi comme un accomplissement sentimental, mais il enchaîne leur liberté. C’est donc un objectif… à atteindre le plus tard possible. L’homme qui se marie, ou pire, se remarie, est un sot ou un fou17.

  • 18 Voir L. Beaumont-Maillet, La guerre des sexes, Paris, Albin Michel, 1984.
  • 19 Voir E.-G. Barber, The bourgeoisie in 18th century France, Princeton, 1970 ; et la gêne de Mlle Ph (...)

20Cette contradiction d’un mariage offert comme un idéal commun à deux parties qui l’envisagent de façon opposée, résulte d’une superposition de stéréotypes. On retrouve un stéréotype traditionnel, largement répandu du xvie au xixe siècle, entretenu par l’imagerie populaire18 et par la comédie, notamment le théâtre de la foire, et qui reflète l’inégalité sociale, juridique et économique des sexes. L’homme fait la cour, mais c’est la femme qui a besoin d’un époux ; une fois mariée, elle cherche à le régenter, parfois le bat et surtout le trompe. Ce stéréotype populaire ressurgit ici, mais fortement atténué : l’épouse est parfois querelleuse, jalouse et infidèle, mais elle souffre bien plus du comportement de son mari. Ainsi le stéréotype du mariage est gauchi par la prééminence de l’infidélité masculine, reflet sans doute d’une littérature moderne, hédoniste et sensualiste plus que de la morale réelle de la « bonne compagnie19 ». L’image du couple est donc au carrefour de la tradition et de la modernité, évoluant vers l’introspection des émotions amoureuses.

21L’image de la bonne compagnie ne se limite cependant pas à celle de la vie privée et d’une société de loisirs. Si c’est là le cadre presque unique où évoluent les personnages, on évoque à l’arrière-plan leur vie professionnelle.

DES CARRIÈRES HONORABLES

22Les destinées annoncées aux hommes dessinent un éventail de carrières surtout bourgeoises, dominé par la Justice et le Droit, la Médecine et le Commerce, sans négliger absolument l’Armée et le Clergé. Il s’agit généralement de carrières offertes et donc socialement acceptables et potentiellement rémunératrices. Pourtant, leur image est très caricaturale.

23L’Église, traditionnellement au sommet de l’échelle des dignités, est ici une voie secondaire sans dimension religieuse, une carrière sans vocation. Le clergé s’incarne dans le double stéréotype de l’arriviste, prêt à toutes les bassesses pour obtenir un confortable bénéfice, et de l’abbé en petit collet, qui hante les salons, archétype du fat efféminé. Le premier est ironiquement offert aux moins entreprenants comme une voie de repli, le second unanimement proscrit.

24La carrière militaire est plus brillante, mais la gloire est fortement contrebalancée par le danger :

  • 20 Folichon ou le joujou des Dames, 1762.

Celui qui cherche la Gloire,
Qui pour vivre dans l’Histoire
Se fait casser la mâchoire
N’est-ce pas un de nos fous ?20

  • 21 Le Nostradamus moderne, 1757.

25Elle est surtout peu rentable, car pour un roturier, avancement et profits sont limités ; tout au plus peut-on y récolter une « noble poussière21 ».

26L’ambition professionnelle est donc moins attachée à la dignité qu’à la réussite économique, tant qu’elle reste compatible avec l’honneur. Mais si les carrières prônées sont effectivement estimables en soi, elles sont présentées selon les stéréotypes conventionnels de la satire sociale. Le droit est représenté par des procureurs mercenaires et des notaires véreux, qui ne pensent qu’à soutirer de l’argent à leurs clients. Médecins et chirurgiens incarnent la fausse science et l’incompétence criminelle. Le négociant, cupide et malhonnête, ne construit qu’une fortune précaire, trop liée au crédit :

  • 22 Nouvel almanach chantant ou tablettes d’un philosophe, 1761.

L’intérêt permet au Marchand
De parer sa boutique,
D’exposer aux yeux du chaland
Enseigne magnifique.
Mais tel emblême que j’y vois,
Me blesse et me dépite
Quand je sçais qu’A la Bonne Foi
La mauvaise gîte22.

  • 23 Voir supra les qualités masculines, et note 11.
  • 24 Ou Traitant, Commis, c’est-à-dire les particuliers engagés dans les finances publiques.
  • 25 Voir M. Vénard, La foire entre en scène, Paris, Librairie théâtrale, 1985.

27Ces stéréotypes dénoncent l’abus de pouvoir, de statut ou de savoir, la cupidité et la morgue. Cependant, malgré leurs dérives morales, ces carrières ne sont pas écartées en faveur d’une oisiveté rentière, le travail s’affirmant désormais comme une valeur en soi23. La seule carrière exclue est celle du Financier24, qui vole le roi autant que les contribuables. Ce sont là des figures satiriques illustrées par une littérature déjà tenue pour classique (Fables de La Fontaine, Caractères de La Bruyère et théâtre de Molière), perpétuées par le théâtre de la foire25. En entrant dans les almanachs, elles perdent cependant de leur cruauté, d’autant plus qu’elles s’intègrent dans un discours qui paradoxalement les propose comme des carrières possibles.

28Les stéréotypes de la « bonne compagnie » ne sont donc pas univoques. Son modèle culturel est fortement valorisé, même si l’on déplore certains excès ridicules ou vicieux du « bel usage ». Son image socio-professionnelle est beaucoup plus ambivalente, déchirée entre l’enrichissement perçu comme une valeur (amasser du bien par son talent et son travail est une prédiction des plus positives), et les dérives morales de la cupidité. Tout en rendant hommage aux valeurs bourgeoises de la réussite individuelle, les almanachs refusent d’afficher aussi ouvertement que la foire le triomphe de l’argent. Le stéréotype qui prétend renvoyer au lecteur sa propre image est ainsi parfois plus féroce que ceux appliqués aux autres.

LE PEUPLE DES VILLES : ENTRE MÉPRIS ET ENVIE

  • 26 Voir G. Bollême, La Bible bleue. Anthologie d’une littérature populaire, Paris, Flammarion, 1975 ;

29Les almanachs font une large place aux figures populaires, qui y sont cependant séparées de la bonne compagnie, chaque groupe social évoluant dans un espace d’une étanchéité factice. Ils se nourrissent là encore de sources multiples, mêlant celles de la littérature et de l’imagerie populaire26 à celles de la culture lettrée, qui portent sur le peuple un regard marquant plus ou moins d’écart social et culturel.

30Dans les almanachs chantants, le peuple des villes s’identifie au monde des métiers. Alors que les membres de la « bonne compagnie » sont identifiés par leur nom (Damon, Orgonte) ou leur profession (le Procureur, le et pour les images : V. Milliot, Les Cris de Paris, Paris, 1998.

31Marchand), ceux du peuple ont une double appellation (Fanchon la ravaudeuse, Pierrot le tambour), faisant du métier le cœur de l’identité individuelle, précisée par l’adjonction d’éléments connexes tels que les outils (la manicle du cordonnier, l’aiguille de la couturière), les enseignes, les traditions propres aux différents corps de métiers. Les personnages s’inscrivent aussi dans un décor rapidement esquissé : le comptoir de l’atelier ou de la boutique, les tables et bancs du cabaret, les pavés inégaux de la rue. Il y a donc, autour de chaque personnage, une redondance de signes d’identité professionnelle et d’éléments visuels, qui suscitent chez le lecteur des images concrètes et renvoient à une imagerie largement répandue. Le peuple des villes est constitué de travailleurs, portant leur métier sur leur personne, comme le charbonnier au visage noirci.

32Presque tous les métiers sont évoqués, avec une préférence pour les plus modestes, les savetiers plutôt que les cordonniers, la ravaudeuse plutôt que la marchande de mode, et surtout les marchands des Halles et des Ports, réputés depuis longtemps pour leur verve. En revanche, il faut souligner l’absence de la domesticité et du salariat des manufactures, c’est-à-dire des travailleurs dépendants. L’activité s’exerce dans le cadre traditionnel de la communauté de métier, aux connotations valorisantes, plus idéales que réelles, d’indépendance socio-économique. Même économiquement fragile, l’artisan ou le boutiquier est son propre maître : il travaille pour des clients, non pour un patron, et il est libre d’interrompre son travail pour aller au cabaret.

33Le travail cède donc parfois le pas aux loisirs. Le peuple citadin est formé de bons vivants. Si l’ivrognerie est un vice sévèrement condamné chez la « bonne compagnie », la boisson, même consommée avec excès, est évoquée de façon plus gaie et plus concrète dans les scènes populaires, par toute une veine d’almanachs de chansons à boire, dédiés à Bacchus :

  • 27 Vaudeville de Babet-Belle-Humeur dans Amusemens des sociétés, 1761.

Lorsque notre tâche est faite,
Vivent les Ramponeaux !
Je courons à la guinguette
Licher plus d’une chopinette,
Pour rendre nos cœurss dispos :
Vivent les Ramponeaux !
Quelquefois, à la travarse,
Vivent les Ramponeaux !
L’équilibre targivarse,
Nos corps tombent à la renvarse,
Je nageons dans les ruisseaux.
Mais, morgué, tout le mal qui peut en avenir, c’est que le lendemain, je sommes toutes prêtes à recommencer27.

34L’image est négative sans doute, par la grossièreté du comportement, mais aussi positive, par l’évocation de plaisirs simples et conviviaux. Les cabarets sont des lieux de sociabilité, où le peuple va boire tous les jours et où la bonne société vient s’encanailler à l’occasion, et des lieux que certains auteurs d’almanachs, comme Taconet, fréquentent assidûment. Ils offrent une image attrayante, sinon socialement valorisante, d’insouciance et de gaieté.

  • 28 L’Amy de tout le monde, 1762.

35Ainsi, bien qu’ils ne soient pas offerts en modèle, les stéréotypes populaires citadins ne sont pas clairement dévalorisés. Leurs carrières ne sont pas dénigrées en soi, et sont même appréciées pour leur utilité ; ce ne sont ni des parasites, ni des rapaces. Ceux qui refusent de faire crédit sont taxés d’avarice, mais l’image professionnelle reste positive : « Mon chapelier a du talent… Que j’aime mon cher savetier… Il fait, en habile ouvrier, D’une savate un bon soulier28 ».

36Par rapport à la « bonne compagnie », la satire est décalée : elle est moins morale que culturelle. Le peuple est caractérisé par son langage, son accent, ses cuirs et ses jurons :

  • 29 Almanach dansant, chantant, 1757.

J’ai, comm’n’étant qu’un Charbonnier
D’esprit à peine pour un denier.
Aisément cela se devine.
Messieurs, vous m’excuserez donc,
Si je n’dis pas grand’chos’ de bon29.

  • 30 Voir les Etrennes de la manicle, 1775 : celui qui a étudié le droit n’en a retenu qu’un jargon : m (...)
  • 31 Voir L’Amy de tout le monde, 1762.

37On tourne en ridicule ce langage dans des chansons destinées à être entonnées en « bonne compagnie », avec une cruauté particulière pour les gens du peuple qui ambitionnent la culture savante30. Mais si on rit aux dépens du peuple, on rit aussi avec lui. Le pittoresque « naturel » du langage est redoublé par des jeux de mots, souvent présentés comme autant de traits de l’esprit populaire. On relève la parenté entre le patronyme et le métier (Melle Desmailles la ravaudeuse, ou Gros-fil le juré-savetier), l’humour des enseignes (« Au Bleu céleste », enseigne d’un teinturier pieux), et l’affirmation ironique d’une noblesse populaire, comme celle de la couturière qui prétend descendre de celle qui habilla Achille en femme31. Le but est d’amuser le public, mais aussi de montrer un peuple gai et plein d’esprit, qui sait rire de tout, même de ses infortunes.

  • 32 Voir A. de Baecque, Les éclats du rire : la culture des rieurs au xviiie siècle, Paris, Calmann Lé (...)
  • 33 Voir les Etrennes de la manicle, 1775.
  • 34 Voir A. de Baecque, op. cit.

38Ces stéréotypes ne sont pas originaux. Déjà les estampes des Cris de Paris offrent des jeux de mots sur les boniments des métiers de la rue ; eux aussi assimilent l’homme à sa profession, et le graveur Nicolas de Larmessin a même habillé les artisans des outils de leur art. Le théâtre de la foire fourmille de ces types populaires, appréciés des spectateurs, souvent issus des mêmes milieux. Au milieu du xviiie siècle, le poète Vadé donne ses lettres de noblesse, ou au moins de succès, au genre poissard, avec La Pipe cassée, Les racoleurs, etc.32. Certains almanachs se réfèrent à lui comme à un maître33, et ce n’est peut-être pas un hasard si son principal éditeur, N.B. Duchesne, est aussi un des principaux producteurs d’almanachs chantants. Le goût pour le pittoresque et la gaieté populaires n’est d’ailleurs pas simplement littéraire. Pour suivre la mode et boire du vin détaxé, les classes aisées fréquentent les guinguettes qui fleurissent au-delà de la limite fiscale des octrois ; le cabaret de Ramponeau, où se produisent quelques poètes populaires, connaît un succès tel que son propriétaire devient lui-même un personnage de comédie sur les tréteaux de la foire34. C’est donc à la fois tout un courant de la littérature moderne, des genres poétiques et théâtraux mineurs mais rencontrant un réel succès, et la fréquentation réelle par un public varié de lieux de sociabilité populaire, qui se mêlent dans l’image du peuple donnée par les almanachs chantants ; c’est une image autonome, où le peuple est vu comme un monde en soi, et pas seulement un à côté du « monde ».

39C’est un stéréotype plaisant, mais qui a aussi une dimension morale positive quand il est pris en contrepoint de celui de la bourgeoisie. Si le peuple ignore les usages du monde, suscitant parfois le rire ou le mépris, il ignore aussi le « bel usage », ses contraintes et son hypocrisie ; il s’exprime avec une liberté et une franchise, qui ne sont pas mal vues et peut-être enviées. Parce qu’ils sont différents, les codes y paraissent plus souples ; parce que les couples n’ont pas les loisirs nécessaires aux jeux mondains de la galanterie, les relations amoureuses y paraissent plus sincères. L’homme du peuple enfin est montré comme fier de ce qu’il est, et surtout d’être ce qu’il paraît :

  • 35 Vaudeville du Sabotier dans l’Almanach dansant, chantant, 1757.

Tel fait du bruit, dont chacun s’émerveille,
Qui ne le fait qu’en dupant bien des sots :
Mais moi, ce n’est qu’aux dépens de l’oreille
Que j’en fais avec mes sabots35.

40Dans les stéréotypes populaires, pas de faux-semblants : la franchise règne dans l’apparence, dans les paroles et même dans les relations amoureuses. Si l’infidélité existe, c’est parce que le cœur a changé ou qu’on a succombé à la tentation, mais jamais pour se conformer au « bel usage ».

41Ainsi, au-delà de la moquerie, les stéréotypes populaires citadins sont assez favorables, et sous l’aspect d’un réalisme pittoresque, nettement idéalisés en une image rassurante de travail rémunérateur et de joie de vivre. Ils sont aussi très conservateurs : chacun est satisfait de sa condition, et si l’espoir d’une ascension individuelle s’exprime, il n’y a pas de critique de l’ordre social existant. Mais ce monde populaire côtoyé tous les jours est trop proche pour pouvoir être totalement idéalisé. Comme les gens de « bonne compagnie », ceux des métiers sont parfois cupides, fourbes ou menteurs. C’est donc sur un autre groupe social, plus distant, que se projettent des images idéales.

LES PAYSANS : UN CONTREPOINT IDÉAL ?

  • 36 Etrennes lyriques, 1758.

42Il convient d’abord de distinguer le discours sur les paysans dans les avant propos et les paysans mis en scène dans les chansons. Le premier est très négatif, car les titres parisiens cherchent à se démarquer d’une tradition multiséculaire d’almanachs populaires de prédiction, très répandus dans les campagnes et fortement rejetés par la culture lettrée. Ainsi ils les parodient par des oracles fantaisistes, et enveloppent dans un même mépris ces titres et leurs lecteurs : « On n’en [des songes] fait plus à présent qu’un sujet de plaisanterie et d’amusement, et nous laissons au paysan stupide le soin de les expliquer et la bêtise d’y croire36 ». Le paysan est ici l’antithèse culturelle de la « bonne compagnie », crédule et grossier. En revanche, dans les chansons, il donne lieu à deux images plus positives : le paysan, comme figure populaire rurale, et le berger, comme figure idéale de l’homme proche de la nature.

  • 37 Voir F. Maiello, Histoire du calendrier, de la liturgie à l’agenda, Paris, Seuil, 1996.

43Le paysan est d’abord une figure du peuple, proche par certains traits du peuple des villes. Comme lui, il est saisi dans son travail, armé de ses outils. On évoque surtout les moissons et les vendanges, qui fournissent des scènes pittoresques et des métaphores transparentes sur les plaisirs de l’amour (« cueillir les fruits »), car ce sont aussi des almanachs galants. On trouve aussi des scènes de semailles et de travail à la veillée, avec des allusions assez précises aux gestes techniques. C’est un équivalent textuel et appauvri de l’imagerie traditionnelle du calendrier, qui utilise les travaux agricoles pour illustrer le passage des saisons37.

44Le travail est évoqué dans sa dureté physique et dans sa dimension collective, mêlant hommes et femmes. Il n’est pas envisagé comme un aspect de leur vie, en alternance avec des moments de loisirs, Mais englobe toute leur vie.

  • 38 Etrennes lyriques, 1758. Voir aussi plusieurs pièces dans L’Oracle de Cythère, 1757.

En été, quand les faucilles
Coupent les bleds jaunissans
Ah que j’plains alors ces filles,
Qui s’fatiguont dans nos champs !
C’matin eun’ bell’ Moissonneuse
Suoit à m’faire pitié
Al’ m’parut bonn’ travailleuse ;
Ca m’inspirit d’ l’amitié38.

45Le travail est à la fois le cadre de la rencontre amoureuse, et un moyen de séduire, de se mettre en valeur :

  • 39 Almanach dansant, chantant, 1761 : les jours suivants, il lie les gerbes, bat les épis, etc.

Hier dans le champ
De la jeune Annette,
J’entre, et sur le champ,
La voyant seulette,
Je prends ma faucille en main.
Le soir, tant j’allai bon train,
La moisson fut faite, Oh gué, la moisson fut faite39.

46Derrière le sous-entendu grivois, une réalité : être efficace et soulager la belle du travail, c’est se montrer prévenant et promettre un avenir économiquement solide.

47Du point de vue de l’importance et de l’intensité du travail, le stéréotype paysan paraît plus réaliste que celui du maître de métier, qui quitte souvent ses outils pour le cabaret. Mais il est aussi un idéal du paysan travaillant dans la joie et satisfait de sa condition, une image simplifiée qui ignore les nuances de la hiérarchie socio-économiques du village. Plus encore que pour le peuple des villes, le stéréotype culturel creuse l’écart avec la « bonne compagnie ». L’identité se réduit à un prénom, souvent un diminutif : Colin, Colet, Colinet, Lisette, etc. Le langage, encore une fois caractérisé par les défauts de prononciation, les fautes grammaticales, ne donne guère lieu à des traits d’esprit : ce n’est pas une langue, mais un baragouin. Plus encore que les citadins, les paysans ont un comportement direct, voire grossier. Les rencontres galantes sont plus franches et leur conclusion plus rapide… sous les arbres ou dans les buissons.

  • 40 Voir V. Nahoum-Grappe, « La beauté paysanne », dans Le Paysan, actes du colloque d’Aurillac, Paris (...)
  • 41 Voir Almanach du sort, 1761 : le recours au dieu Mercure ; Almanach du Cabriolet, 1757 : les « sur (...)

48L’immédiateté des contacts reflète une certaine réalité : les paysans évoluent dans un cercle restreint, le village ou la paroisse, où tout le monde se connaît. Mais elle reflète surtout certaines connotations du stéréotype paysan40. Autant et plus encore que le peuple citadin, le paysan a une image ambivalente : ses mœurs grossières suscitent le rire et le mépris, mais le versant positif en est encore une fois le naturel, la simplicité, la franchise. La liberté de mœurs ici ne dégénère pas en débauche et l’on ne voit aucun paysan atteint de maladies vénériennes, clairement évoquées à propos des galanteries citadines41. Les conséquences physiologiques pour les jeunes filles sont évidemment les mêmes, mais leur enjeu semble moins grave : elles ne font guère que fâcher les parents, même si on trouve quand même quelques avertissements :

  • 42 L’Oracle de Cythère, 1757.

Si dans vos cœurs, la volupté précoce,
Avant l’Hymen, par l’Amour s’établit,
Adieu la Nôce,
Tout est dit42.

  • 43 Voir É. Guitton, « Folklore ou pédantisme : les vicissitudes de la pastorale française dans la sec (...)

49Cette image ne correspond pas à la réalité. Les études de sociologie historique ont montré que les naissances illégitimes et les cohabitations hors mariage sont plus rares au village qu’en ville, sans doute parce que la pression du groupe est plus forte. S’agit-il donc ici du rêve d’une plus grande liberté de mœurs dans l’espace ouvert des campagnes, ou d’une absence de considération pour l’honneur des paysannes ? L’aspect positif du stéréotype paysan (liberté, simplicité, franchise) s’exprime plus clairement dans son corollaire, le berger, figure centrale d’un cadre bucolique, qui tient plus du décor que du cadre de vie. Ce stéréotype fait écho aux pastorales antiques, qui connaissent au xviiie siècle un regain illustré par les œuvres de Gresset, Gessner, Delille ou Florian ; elles atteignent un large public à travers les divertissements dansés et chantés qui scandent les pièces de théâtre43. Les almanachs chantants reprennent ici un répertoire d’images nettement dessinées.

50Bergers et bergères conservent certains points communs avec le stéréotype du paysan. Eux aussi travaillent, mais sans effort : à l’ombre d’un arbre, aidés de leur chien, ils surveillent leurs blancs moutons. Surtout, à la différence des paysans, ils ont du temps : pour dormir (avec la scène de la bergère endormie, épiée par le berger amoureux), pour cueillir des fleurs (occupation banale de la bergère, geste galant du berger), ou pour faire de la musique. Le berger est emblématisé par son instrument de travail, la houlette, autant que par sa flûte ou sa musette, avec lesquels il chante ou accompagne sa belle. Le berger est donc un paysan qui a des loisirs pour l’agréable et le superflu, et fait preuve d’un certain goût, à défaut d’une culture classique, puisqu’il apprécie les beautés de la nature et pratique les arts musicaux, ce qui le rapproche de la « bonne compagnie ». De fait, les bergers se distinguent du peuple par leurs prénoms issus d’une littérature antiquisante (Tircis, Philis, Ismène, Amarante, etc.) et leur langage élégant. Leur galanterie obéit aux règles de la bienséance, toute en sentiments délicats et en gestes gracieux.

  • 44 La Bagatelle, étrennes à tout le monde, 1757.

Que ne viens-tu dans ce hameau
Cloris, mon aimable Bergère ;
Il me paraîtroit bien plus beau,
Que ne viens-tu dans ce Hameau.
Près de toi, menant mon troupeau
J’irois chanter sur la fougère ;
Que ne viens-tu dans ce hameau
Cloris, mon aimable Bergère44.

  • 45 Voir A. Delaporte, L’Idée d’égalité en France au xviiie siècle, PUF 1987, p. 9-54 ; et R. Mauzi, L (...)

51Le berger est moins un reflet idéalisé du paysan qu’un déguisement à l’usage des gens de bon ton, qu’on endosse, comme Marie-Antoinette à Trianon, pour retrouver, dans une pseudo-nature, le souvenir mythique de l’Âge d’or et de l’innocence perdue45.

52Les stéréotypes du paysan et du berger semblent peu compatibles. Pourtant on les trouve dans les mêmes almanachs, quoique dans des pièces différentes. En réalité, ils ne sont pas opposés. L’un renvoie à une image littéraire, l’autre joue sur un aspect plus réaliste, mais aucun ne reflète la réalité socio-économique, ni les mœurs des campagnes. Qu’il s’agisse du paysan ou du berger, ils incarnent un triple idéal.

53C’est d’abord l’idéal d’un travail procurant une aisance jamais entachée de vice. Tirant ses ressources de la terre, l’agriculteur n’abuse pas de son prochain. Sa récolte est toujours abondante et toute semaille est promesse de richesse :

  • 46 Soit six pour un, un bon rendement pour l’époque. Voir G. Duby (dir.), Histoire de la France rural (...)

La terre au soc ouvre son sein,
Ah que c’est drôle !
Le Laboureur, à pleine main,
Par-ci, par-là, sème le grain,
Son soin n’est pas frivole,
Il lui produira l’an prochain,
Six blancs pour une obole46.

54La nature est généreuse, et l’agriculteur, comme le maître de métier, est indépendant : il garde son troupeau, cultive sa vigne ou son champ. Il est donc, lui aussi, content de son sort :

  • 47 Almanach dansant, chantant, 1757.

Je suis un bon Paysan,
Qui vis heureux dans ma retraite :
De la gayeté partisan,
J’ai l’âme vraiment satisfaite47.

  • 48 Ibidem
  • 49 Voir G. Duby (dir)., Histoire de la France rurale, op. cit., passim.

55Sa vie est simple, mais confortable : il ignore le froid et, plus simple dans ses goûts que les aristocrates « au palais usé », il se contente d’un gigot48. Ce bonheur tranquille n’a que peu de rapports avec les conditions de vie plus précaires et plus dures de la grande majorité des paysans49.

  • 50 Voir Battista Guarini, Il Pastor fido (Le berger fidèle), 1595 ; très diffusé en France au xviiie (...)

56Paysans et bergers offrent aussi un idéal de vertu amoureuse. Ils sont francs et sincères, quelle que soit la délicatesse avec laquelle ils expriment leurs sentiments. Si le paysan est parfois inconstant, c’est parce que le cœur peut changer. Quant au berger, la fidélité lui est essentielle50, au point que dans les stéréotypes de la « bonne compagnie », l’époux fidèle est qualifié de « berger ».

57Enfin, paysans et bergers constituent un idéal de liberté des mœurs, même si les seconds consacrent un peu plus de temps aux préliminaires. On sait pourtant que les mœurs sont en réalité moins libres à la campagne qu’à la ville. En fait, cette liberté semble moins liée au milieu social qu’à un cadre matériel, la campagne, montré comme plus permissif. C’est un espace ouvert, où l’on peut aisément circuler et se rencontrer, mais qui offre aussi des possibilités de se dissimuler (bosquets, buissons). La liberté des mœurs est davantage celle rêvée par les citadins en villégiature que celle constatée chez les paysans.

  • 51 Voir A. Delaporte, L’Idée d’égalité en France, op. cit.
  • 52 En même temps que le stéréotype physique de la paysanne évolue d’une femme trop brune et un peu sè (...)

58Ainsi, paysan ou berger, il s’agit toujours d’un stéréotype positif, un idéal construit en contrepoint des vices citadins, beaucoup plus qu’un reflet de la réalité paysanne. C’est une image ancienne, mais qui évolue au xviiie siècle : un siècle plus tôt, on trouve le même idéal d’un bonheur rural véritable, fondé sur la sincérité des relations humaines et sur la capacité à se contenter des dons, toujours généreux cependant, de la nature. Mais la société paysanne était alors vue à travers l’image patriarcale de l’obéissance au père et de la vertu des filles51. La vertu rigoriste cède désormais la place à des ébats aussi libres qu’innocents52, reflets d’une évolution des mœurs ou du goût des lecteurs, car les almanachs chantants ne font que répondre à une attente pressentie.

USAGES DES STÉRÉOTYPES DANS LES ALMANACHS CHANTANTS

59L’abondance des stéréotypes dans les almanachs chantants est un procédé d’écriture. Ces livrets sont une production alimentaire, rédigés en quelques semaines pour être consommés aussi vite. Ils sont donc, comme beaucoup d’autres almanachs, produits par compilation et recyclage de textes, de thèmes et de figures de styles. Peut-on aller au-delà de ce constat et se demander si l’usage du stéréotype n’est pas aussi un enjeu pour le genre ? S’il n’y a pas une volonté d’utiliser les stéréotypes pour produire certains effets sur le lecteur ? Les stéréotypes sont d’abord un moyen de toucher un plus large public. Le but des auteurs comme des éditeurs est avant tout de vendre, comme ils l’affichent dans leurs épîtres dédicatoires « Au Lecteur ». Il est donc important de renvoyer à des thèmes dont le succès est garanti par la large diffusion, tout en séduisant par un habillage textuel renouvelé. Un gage de la réussite des almanachs chantants est leur capacité à refléter les modes culturelles. Les titres sont démarqués de ceux de pièces de théâtre, parfois de romans ou même d’almanachs au succès avéré. Les contenus ne sont que des variations sur une forme connue, sur un thème rebattu ; les pièces se chantent « sur des airs choisis et connus », et les plaisanteries sont « renouvelées des Grecs ».

  • 53 Epître dédicatoire de La Bagatelle, étrennes à tout le monde, 1757.

Je vous offre la bagatelle
Qui (direz-vous) n’est pas nouvelle,
J’en conviendrai, mais, entre nous,
Sans croire que trop je m’abuse,
Faut qu’elle ait du nouveau pour vous,
Car sans cesse elle vous amuse53.

  • 54 Voir l’Almanach chantant des plagiaires ou recueil de pièces toutes faites, à l’usage de ceux qui (...)

60L’usage prévu pour de nombreux almanachs chantants explique aussi le recours aux stéréotypes, dans les thèmes comme dans la formulation. Supports de petits jeux destinés à animer les loisirs de la « bonne compagnie », ils doivent refléter ses goûts et ses règles de comportement. Ils veulent surtout fournir à ceux qui la fréquentent un réservoir de pièces à utiliser54. En effet les jeux de gages et de loterie qu’ils proposent et qui se pratiquent réellement dans les salons, ont un aspect littéraire, débouchant souvent sur la production de pièces fugitives. L’improvisation poétique est un talent nécessaire au sein de la « bonne compagnie », mais qui manque dans les faits à beaucoup de ses membres, qui préparent leurs interventions, voire se contentent de placer des pièces toutes faites. Les almanachs chantants ne sont donc pas seulement récréatifs, mais aussi utiles pour faire bonne figure en société, et pour cela, ils doivent refléter la codification des genres littéraires et des comportements sociaux.

  • 55 Almanach des Dames et des Messieurs, 1757.

61Les stéréotypes satiriques peuvent aussi accentuer certaines critiques morales. Les almanachs décrivent des comportements codifiés et l’usage massif du stéréotype, souligné comme tel, vise à dénoncer ces codes en eux mêmes, qui ôtent toute sincérité aux relations humaines. Un de leurs leitmotivs est la dénonciation des faux-semblants. Les pseudo-oracles démasquent les caractères, montrant la vérité « sans fard ». La référence constante au théâtre comique et à ses types (l’Agnès, le Tartuffe) sert à en attirer le public, mais aussi à dévoiler « les comédies que jouent les hommes55 ». Le monde, c’est-à-dire l’espace de la sociabilité mondaine, est sans cesse comparé à un théâtre.

62On dénonce d’abord l’hypocrisie, le mensonge et la manipulation : le séducteur qui feint l’amour, la jeune fille qui feint l’innocence, l’escroc qui feint l’aisance pour attirer les capitaux. Mais on dénonce surtout la prétention, le faux brillant intellectuel ou social, dont la quintessence est le Petit-Maître, qui brille autant par sa prétention et par sa bêtise, puisqu’il est lui-même dupe de son apparence.

  • 56 Folichon ou le joujou des Dames, 1762.

Ce fat brillant de dorure,
Qui faisant belle figure,
Pense cacher sa roture,
N’est-ce-point un de nos fous ?
Ce Marchand à tête dure,
Qui lui prête à l’aventure,
Croyant sa finance sûre,
Comment l’appellerons-nous ?
Le Petit-Maître à lorgnette,
Ce Dameret à courbette,
Ce Marchand portant la brette,
Je crois qu’ils sont de vrais fous56.

63Les stéréotypes sont par essence conservateurs, puisqu’ils ne font que perpétuer une image. Ce conservatisme est aussi une des caractéristiques de l’almanach, dont le renouvellement annuel, basé sur le calendrier, est cyclique. Il est implicitement conservateur, car dans ce cycle perpétuel, les êtres humains, leurs qualités et leurs travers sont toujours les mêmes. Mais il l’est aussi explicitement, en dénonçant les faux-semblants sociaux, les prétentions, et le pouvoir de l’argent quand il permet d’acheter un rang : autant de vices modernes qui brouillent un ordre immémorial, vices dénoncés dans une classe en pleine ascension – la bourgeoisie – par opposition au peuple montré comme satisfait de son sort.

64Ainsi, dans les almanachs chantants, on peut dégager trois systèmes de stéréotypes autour de trois groupes sociaux nettement déterminés ; dans chacun se juxtaposent des éléments d’une tradition populaire satirique et le reflet d’une littérature moderne, théâtrale, poétique et romanesque. Sans se mêler complètement, ils cohabitent, pour donner une image composite, dans laquelle cependant les stéréotypes sociaux et moraux sont toujours liés, attribuant à chaque condition des mœurs, notamment amoureuses, propres. Les pièces souvent galantes dessinent un idéal de liberté des mœurs, qui, condamnée comme licence et débauche quand elle dérive du « bel usage », est prônée lorsqu’elle permet l’épanouissement de sentiments sincères, aboutissant un idéal de mariage d’amour, proposé aux femmes comme aux hommes. Si les stéréotypes de la « bonne compagnie » offrent un modèle de sociabilité polie et de culture, ils dénoncent aussi les vices dérivés de ses codes de comportement (faux-semblants, « bel esprit », inconstance, etc.), alors que les stéréotypes populaires, tout en offrant des figures plus grossières et souvent ridicules, sont en même temps valorisés pour leur sincérité et leur fidélité. La satire socio-professionnelle elle aussi est plus cruelle à l’égard de la « bonne compagnie » que des classes populaires, dénonçant la cupidité, l’ambition sans frein et les abus de pouvoir. Pourtant l’usage des stéréotypes est clairement conservateur, maintenant chacun à sa place. Il permet de dessiner des groupes sociaux bien délimités, creusant les écarts entre eux par leur apparente étanchéité, mais atténuant l’inégalité des conditions et l’insatisfaction qu’elle génère, en n’évoquant presque jamais les rapports hiérarchiques. Ainsi, les almanachs chantants construisent un ordre social clair et stable, où les gens du peuple sont satisfaits de leur condition, et les messieurs de la « bonne compagnie » limitent leurs ambitions aux carrières ordinairement ouvertes à la bourgeoisie.

Notes

1 Voir G. Bollême, Les almanachs populaires aux xviie et xviiie siècles, Paris, Mouton, 1975.

2 C’est le terme générique utilisé par les contemporains.

3 Les couplets sont tirés au sort pour une pseudo-divination, associés à des objets pour des jeux de loterie et de gages, insérés dans des scènes costumées, etc.

4 Voir L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1782-88, t. XII, p. 297 ; et Journal de Paris, 2 déc. 1782.

5 Un Almanach lirico-galant de 1786, relié aux armes de Marie-Antoinette ; ou BNF, Ms. fr. 21935, 26 déc. 1786 : la Foiropédie, saisi dans un paquet destiné à Monsieur.

6 551 titres différents repérés.

7 « Surtout Duchesne, mais aussi Cuissat, Dufour, Gueffier, Langlois et Valleyre ». Voir V. Sarrazin, Les almanachs parisiens au xviiie siècle, thèse inédite de l’Université de Paris I, sous la direction de D. Roche, 1997, chap. 5.

8 Notons la quasi absence de la noblesse et du clergé, à part quelques caricatures de courtisans.

9 Les almanachs chantants paraissent depuis les années 1740 jusqu’au-delà la Révolution, mais il en reste surtout la collection de la Bibliothèque de l’Arsenal, de 1757 à 1767.

10 Le nouveau calendrier du destin, 1761 ; Le Nostradamus moderne, 1757 ; L’Almanach des Dames et des Messieurs, 1757.

11 Il s’agit donc moins du courage nécessaire à la guerre que de l’acharnement au travail.

12 Plus de 130 titres dédiés « aux Belles », « Au beau-sexe », etc.

13 Voir W. Moser, « De la signification d’une poésie insignifiante : examen de la poésie fugitive au xviiie et de ses rapports avec la pensées sensualiste en France », dans Studies on Voltaire and the 18th century, 1972, t. XCIV, p. 277-415.

14 L’Ambigu du Parnasse, 1762.

15 Il faut surtout ne pas rester fille et l’alternative du couvent, quoiqu’honorable, n’est pas valorisée.Voir le Nouveau calendrier du Destin : « Celle-ci le couvent/Fait son contentement, Quoiqu’elle soit parfaite, Elle aimera la retraite. »

16 Les seules allusions au mariage d’intérêt concernent les femmes ; aucune allusion à la dot.

17 Voir différentes pièces dans l’Almanach du sort, 1761.

18 Voir L. Beaumont-Maillet, La guerre des sexes, Paris, Albin Michel, 1984.

19 Voir E.-G. Barber, The bourgeoisie in 18th century France, Princeton, 1970 ; et la gêne de Mlle Phlipon et de sa mère, devant les galanteries de salon, dans Mme Roland de la Platière, Mémoires, Paris, Mercure de france, 1966, p. 279.

20 Folichon ou le joujou des Dames, 1762.

21 Le Nostradamus moderne, 1757.

22 Nouvel almanach chantant ou tablettes d’un philosophe, 1761.

23 Voir supra les qualités masculines, et note 11.

24 Ou Traitant, Commis, c’est-à-dire les particuliers engagés dans les finances publiques.

25 Voir M. Vénard, La foire entre en scène, Paris, Librairie théâtrale, 1985.

26 Voir G. Bollême, La Bible bleue. Anthologie d’une littérature populaire, Paris, Flammarion, 1975 ;

27 Vaudeville de Babet-Belle-Humeur dans Amusemens des sociétés, 1761.

28 L’Amy de tout le monde, 1762.

29 Almanach dansant, chantant, 1757.

30 Voir les Etrennes de la manicle, 1775 : celui qui a étudié le droit n’en a retenu qu’un jargon : monitoire, compulsatoire, crotatoire…

31 Voir L’Amy de tout le monde, 1762.

32 Voir A. de Baecque, Les éclats du rire : la culture des rieurs au xviiie siècle, Paris, Calmann Lévy, 2000.

33 Voir les Etrennes de la manicle, 1775.

34 Voir A. de Baecque, op. cit.

35 Vaudeville du Sabotier dans l’Almanach dansant, chantant, 1757.

36 Etrennes lyriques, 1758.

37 Voir F. Maiello, Histoire du calendrier, de la liturgie à l’agenda, Paris, Seuil, 1996.

38 Etrennes lyriques, 1758. Voir aussi plusieurs pièces dans L’Oracle de Cythère, 1757.

39 Almanach dansant, chantant, 1761 : les jours suivants, il lie les gerbes, bat les épis, etc.

40 Voir V. Nahoum-Grappe, « La beauté paysanne », dans Le Paysan, actes du colloque d’Aurillac, Paris, Christian, 1989, p. 83-93.

41 Voir Almanach du sort, 1761 : le recours au dieu Mercure ; Almanach du Cabriolet, 1757 : les « surprises » des grisettes.

42 L’Oracle de Cythère, 1757.

43 Voir É. Guitton, « Folklore ou pédantisme : les vicissitudes de la pastorale française dans la seconde moitié du xviiie siècle », dans VIe Congrès des littératures comparées, Paris, 1965, p. 188-200.

44 La Bagatelle, étrennes à tout le monde, 1757.

45 Voir A. Delaporte, L’Idée d’égalité en France au xviiie siècle, PUF 1987, p. 9-54 ; et R. Mauzi, L’idée de bonheur dans la littérature et la pensée française au xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1969.

46 Soit six pour un, un bon rendement pour l’époque. Voir G. Duby (dir.), Histoire de la France rurale, Point Seuil, II, p. 213-217.

47 Almanach dansant, chantant, 1757.

48 Ibidem

49 Voir G. Duby (dir)., Histoire de la France rurale, op. cit., passim.

50 Voir Battista Guarini, Il Pastor fido (Le berger fidèle), 1595 ; très diffusé en France au xviiie siècle, par de multiples éditions légales ou non.

51 Voir A. Delaporte, L’Idée d’égalité en France, op. cit.

52 En même temps que le stéréotype physique de la paysanne évolue d’une femme trop brune et un peu sèche, à celle d’une jeune fille ronde et fraîche, au teint naturel de rose. Voir V. Nahoumgrappe, art. cité.

53 Epître dédicatoire de La Bagatelle, étrennes à tout le monde, 1757.

54 Voir l’Almanach chantant des plagiaires ou recueil de pièces toutes faites, à l’usage de ceux qui n’en savent pas faire, 1761 ; ou La gageure, almanach chantant de Daphnis pour Corinne, 1761, dont la préface offre les pièces aux lecteurs, qui n’ont qu’à changer le prénom.

55 Almanach des Dames et des Messieurs, 1757.

56 Folichon ou le joujou des Dames, 1762.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540