Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Dessiner à grands traits pour représenter : les stéréotypes sociaux

Le stéréotype du bon laïc dans les sermons franciscains hongrois de la fin du Moyen Âge

Marie-Madeleine de Cevins

Texte intégral

1Le discours que tenaient les clercs du Moyen Âge sur le monde qui les entourait était, à tout le moins, stéréotypé. Dès l’époque carolingienne, théologiens et philosophes fragmentent la communauté humaine en plusieurs groupes bien distincts, en catégories peu perméables, affectées de fonctions et de qualités spécifiques. Inlassablement reproduites dans les siècles suivants, avec des outils de plus en plus perfectionnés (comme la scolastique à partir du xiiie siècle), ces typologies ne seront véritablement remises en cause qu’à l’aube du xvie siècle, dans les décennies précédant l’apparition de la Réforme protestante. Parmi les figures que l’on retrouve invariablement sous la plume des membres du clergé au cours du Moyen Âge, l’une des plus figées est peut-être celle du laïc.

LE CONTEXTE GÉNÉRAL : REGARD DES CLERCS DU MOYEN ÂGE SUR LES LAÏCS

2Par définition, le laïc est celui qui n’est pas devenu clerc, c’est-à-dire celui qui n’a pas eu le désir, la vocation ou le courage de s’engager aussi loin que possible dans le service de Dieu. Il est donc, quoi qu’il fasse, moins proche de Dieu qu’un membre du clergé. C’est pourquoi l’état laïque est toujours décrit par les auteurs du Moyen Âge comme inférieur à l’état clérical (et plus spécialement sacerdotal). Cela explique aussi la place presque négligeable laissée aux laïcs dans la marche de l’Église, corps dirigé par le clergé (la tête), les fidèles tenant le rôle de simples exécutants (les membres).

3Toute initiative religieuse provenant de laïcs, et n’ayant pas été avalisée par la hiérarchie de l’Église, apparaissait alors comme suspecte a priori ; d’où l’interdiction faite aux laïcs au début du xiiie siècle par le pape Grégoire IX de prendre part au ministère de la Parole. Les rares tentatives s’efforçant de placer au même niveau clercs et laïcs sur le plan du salut – tel le projet initial de François d’Assise visant à les regrouper dans une même communauté ignorant les distinctions ecclésiastiques – étaient, dans ce contexte, vouées à l’échec.

4Tout inférieur qu’il était, le laïc pouvait (et devait) s’approcher de la perfection cléricale. Au sein du stéréotype (clérical) du laïc, on trouve en effet des éléments permettant de mettre en évidence une sous-figure, celle du bon laïc. Les normes établies par les clercs se limitèrent dans un premier temps à l’élite des dirigeants nationaux (les célèbres miroirs des princes, ou specula, rédigés à l’intention des gouvernants depuis l’époque carolingienne), avant de s’étendre à des groupes de plus en plus larges de la société laïque.

5S’adaptant à la diversité des situations familiales ou professionnelles, les rédacteurs de sermones ad status élaboraient au début du xiiie siècle des modèles de plus en plus précis. Plus encore, la sainteté devint accessible aux laïcs : d’abord réservée aux rois ayant ouvertement soutenu l’expansion ou la défense de l’Église, puis à des puissants ayant embrassé les mêmes causes héroïques, elle s’appliqua enfin (à partir de la fin du xiie siècle) à de simples bourgeois (tel Homebon de Crémone en 1199) ainsi qu’à des paysans.

  • 1 A. Vauchez, Les laïcs…, La sainteté…, « Lay People’s… » (voir bibliographie en annexe).
  • 2 Le mariage virginal paraît toutefois suspect aux yeux des représentants de la hiérarchie ecclésias (...)
  • 3 Avec modération toutefois, après la condamnation des Flagellants par Clément VI en 1348-1349.
  • 4 H. Martin, Le métier

6Les sources hagiographiques se rapportant à ces laïcs canonisés au Moyen Âge (largement explorées par André Vauchez1), les condamnations officiellement formulées à l’encontre des courants spirituels nés dans les milieux laïcs, certaines prescriptions élaborées dans les assemblées conciliaires et synodales, ainsi que les sermons des prédicateurs en activité à cette période permettent (à quelques contradictions ou hésitations près) de brosser sommairement le portrait du bon laïc en Occident entre le début du xiiie siècle et les années 1520. En résumé, le bon laïc est d’abord celui qui accepte de s’infliger certaines au moins des privations que s’imposent les clercs : le renoncement aux biens matériels et l’expérience de la pauvreté absolue (Homebon de Crémone, Elisabeth de Hongrie, les Umiliati depuis leur réintégration dans l’Église), la mortification par la continence (Hedvige de Silésie) ou la chasteté conjugale2, voire par le recours aux châtiments corporels3, et enfin la vie en communauté avec un règlement unique (dans les confréries et tiers-ordres). Pour autant, le bon laïc ne doit aucunement chercher à se passer de la médiation du clergé ; la condamnation radicale de mouvements autonomes et volontairement marginaux (tels les Flagellants ou les Lollards), ou celle de nombreuses femmes visionnaires des xive et xve siècles (dont Jeanne d’Arc), ne laisse aucun doute à ce sujet. Le bon laïc doit satisfaire aux obligations habituelles de tout chrétien, c’est-à-dire respecter les fêtes religieuses et recevoir les sacrements, mais aussi payer la dîme et faire des dons à l’Église (en particulier avant de mourir), comme le rappellent à l’unisson statuts synodaux et sermons dans l’ensemble de l’Occident chrétien4. Enfin, tout en se préoccupant du sort des pauvres et des malades (à l’image d’Elisabeth de Hongrie), le bon laïc ne doit aucunement remettre en cause l’ordre social, que ce soit pour lui-même ou pour l’intérêt d’autrui (d’où la condamnation des émeutes populaires). En d’autres termes, il doit se conformer à son état.

  • 5 Voir A. Vauchez, Les laïcs…, qui distingue les modèles méditerranéens des modèles nés dans le Nord (...)

7Ce schéma d’ensemble connaît des inflexions locales : l’image du bon laïc varie sensiblement d’une région à l’autre de la Chrétienté latine, en particulier du Nord au Sud de celle-ci5. On peut se demander s’il existait d’autres différences au sein de cet immense espace, en particulier entre son « coeur » et sa « périphérie ».

LIMITES IMPOSÉES PAR LE TERRAIN DOCUMENTAIRE HONGROIS

8La Hongrie peut fournir un bon terrain d’analyse dans cette perspective.

  • 6 Sur les saints issus des dynasties ayant régné sur la Hongrie, voir les nombreux travaux de Gábor (...)

9Elle fait partie, comme chacun sait, des pays entrés tardivement dans la Chrétienté latine (autour de l’An Mil). Elle a vu s’imposer à une société jusqu’alors nomade, et fondée sur la solidarité du clan, une législation religieuse directement inspirée des capitulaires carolingiens, puis peu à peu harmonisée avec les normes pontificales, non sans retard jusqu’à la fin du xiiie siècle. La Hongrie eut aussi ses saints du Moyen Âge, mais – soulignons-le d’emblée – tous appartenaient soit au clergé, soit, parmi les laïcs, aux seules familles régnantes6.

10Parler d’indigence documentaire à propos de la Hongrie médiévale n’est pas un vain mot ; tant en raison des destructions massives dont furent victimes les dépôts d’archives hongrois à partir de 1526, que par la faible diffusion de l’écrit dans ce royaume avant l’ère de l’imprimerie. L’usage de l’écriture se limitait aux clercs, à quelques nobles et bourgeois instruits.

  • 7 À l’évidence, l’utilisation des sources pastorales entraîne une confusion entre modèle et stéréoty (...)

11En dehors des œuvres à caractère strictement littéraire, de faible portée, c’est dans les sources normatives et pastorales que l’on trouve le plus d’éléments permettant de définir le type du bon laïc : la législation ecclésiastique hongroise d’une part (canons conciliaires, statuts synodaux), et les sermons d’autre part ; les actes de visites pastorales n’ont été conservés qu’à partir des années 1560. Rédigées par des clercs, et dans un but d’édification, ces sources sont les seules qui permettent d’approcher un tant soit peu la réalité des mentalités populaires, puisqu’elles en sont à la fois le reflet critique et le moule formateur. C’est en des termes et avec des schémas de pensée connus de tous que leurs auteurs s’adressaient à ceux des clercs (réguliers ou séculiers) qui avaient la charge d’assurer l’encadrement religieux des fidèles7.

12Les remarques qui suivent s’appuient (pour l’essentiel) sur des sermons.

  • 8 Je n’utiliserai ces documents normatifs qu’à des fins comparatives. Voir infra.

13Parmi les sources pastorales, ce sont en effet les documents les plus riches en éléments permettant de définir un modèle du bon laïc : ils s’attachent précisément à définir la via salutis, autrement dit l’idéal de vie chrétienne, sans se contenter de formuler les obligations élémentaires, comme le font les statuts et canons issus des assemblées ecclésiastiques8.

  • 9 Aujourd’hui Alba Iulia, en Roumanie.
  • 10 A. Vizkelety, « Példaképalkotás… », p. 182-183 ; E. Madas, « Un genre… », p. 406-408.

14L’écriture de sermons remonte en Hongrie au tout début de l’organisation de l’Église magyare : saint Gérard en composa pour ses ouailles au début du xie siècle. La littérature homilétique hongroise n’a survécu que par bribes avant l’extrême fin du xve siècle. Elle se limite jusqu’à cette date aux recueils destinés non pas à la pastorale, mais à la formation intellectuelle des clercs relativement instruits ; c’est le cas des célèbres Sermones dominicales destinés aux élèves du studium dominicain de Pécs et du sermonnaire franciscain conservé dans la bibliothèque Batthyány de Gyulafehérvár9, rédigés en Hongrie à la fin du xiiie siècle et au début du siècle suivant10.

  • 11 À moins de s’avancer très loin dans le xvie siècle (ce qui pose d’autres problèmes, en raison de l (...)

15Les pertes sont telles que les textes pastoraux conservés se limitent à quelques sermons isolés. Presque toujours anonymes, ils ne permettent ni de fournir une vision d’ensemble, ni de révéler des courants de pensée spécifiques, en relation avec l’époque de leur production ou la formation intellectuelle de leurs rédacteurs11.

  • 12 Il faudrait y ajouter le recueil de sermons qu’Andor Tarnai a récemment attribué à Michael de Unga (...)

16On ne peut même pas faire la distinction entre les sermons élaborés par des clercs séculiers et ceux des réguliers, pas plus qu’entre les représentants d’ordres religieux différents. Les seuls recueils complets à vocation pastorale antérieurs à 1526 sont ceux de Pelbart de Temesvár et d’Osvald de Laskó12. Ils proviennent de membres du même ordre mendiant, l’ordre de saint François, et plus précisément de la branche observante de celui-ci.

17Qui plus est, leurs auteurs ont vécu et enseigné à la même période, dans les mêmes couvents, le second ayant de surcroît été l’élève du premier ! C’est donc par nécessité, et non par choix méthodologique, que les sermons de ces deux franciscains forment la base documentaire du présent exposé.

EXAMEN DES SOURCES : LES SERMONS DE PELBART DE TEMESVÁR ET D’OSVALD DE LASKÓ

  • 13 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 142.
  • 14 Comme le précisent les auteurs en prologue. L. Pásztor, « Temesvári… », p. 142 ; E. Mályusz, p. 35 (...)

18Conformément aux lois du genre (fixées au cours du xiiie siècle), il ne s’agissait pas tant pour les deux auteurs étudiés de conserver la trace écrite de sermons réellement prononcés, que de fournir un véritable outil de travail aux clercs chargés de prêcher devant les fidèles, mais n’ayant pas accès aux livres nécessaires à l’élaboration de sermons à la fois convaincants, instruits, et orthodoxes13. Ces textes se présentent donc comme des canevas, pouvant être librement adaptés aux besoins concrets de leur utilisateur, et non pas comme des exposés savamment architecturés et élégamment formulés14.

19Partant de citations de l’évangile du jour, ou d’extraits de la vie du saint fêté (en guise de thema), ils proposent une succession d’explications, qui s’enchaînent selon une logique dont les articulations sont volontairement soulignées, au moyen de mots clés (claves) et de questions auxquelles sont apportées plusieurs réponses, numérotées et argumentées. Le tout se nourrit abondamment d’extraits des Écritures saintes, de la Patristique, mais aussi de courants de pensée contemporains (« certains disent que… », « Untel pense que… ») ; non sans souligner les contradictions ou oppositions entre auteurs différents, et apporter à l’occasion une contribution personnelle au débat.

20Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó se montrent particulièrement soucieux des difficultés de compréhension que pourraient avoir les fidèles.

  • 15simpliciori stilo prosequendo pro capacitate populi simplicis huius nostre regionis. PT Sanctis, (...)
  • 16 À propos de la confession par exemple : predicta misteria de confessione sufficiunt, aliis qui non (...)
  • 17 Quadr., Prologus et Temp., Prologus, cités par L. Pásztor, « Temesvári… », p. 143 ; E. Mályusz, p. (...)
  • 18 E. Mályusz, p. 355.

21Ils précisent (dans les prologues des différents recueils) que, loin de faire étalage de leur érudition, ils ont voulu s’adapter aux capacités de compréhension et aux préoccupations des prédicateurs et des fidèles, en particulier à celles des plus humbles d’entre eux (simpliciores predicatores, simplex populus). Quitte à employer pour cela un vocabulaire élémentaire15 ; ou à passer sous silence les points jugés trop complexes16. Ils demandent aux prédicateurs utilisant leurs oeuvres de faire de même. Osvald de Laskó leur conseille de ne pas s’adresser avec moins d’affection et de zèle aux pauvres paysans, qu’aux personnages importants (dilectionis affectu plebis, praesertim villanae seu rusticanae17) ; Pelbart de Temesvár leur rappelle qu’ils doivent s’adresser à toutes leurs ouailles, aux hommes incultes aussi bien qu’aux lettrés18. Le souci d’être compris de tous, et de convaincre un public le plus large possible, est une priorité.

22Des deux auteurs cités, on sait bien peu de chose. Comme pour la plupart des frères qui peuplaient les couvents mendiants hongrois au Moyen Âge, rien ne permet de définir avec précision leur extraction sociale et leurs relations avec d’autres membres du clergé (hongrois ou étranger).

23Pelbartus (qui est peut-être une déformation de Paul, voire de Willibrord) de Themeswar naquit vraisemblablement vers 1435 dans la petite ville de Temesvár (au Sud-Est de la Plaine hongroise), d’un certain Ladislas.

  • 19 J. Horváth, A magyar… ; Á. Szilády ; C. Horváth, Temesvári Pelbart ; Bistics (introduction, p. 9-1 (...)

24Vingt-trois ans plus tard, en 1458, il figure parmi les étudiants franciscains inscrits à l’Université de Cracovie. Il y obtient le grade de baccalaureus en 1463, puis sans doute celui de maître en théologie (au bout de six ou sept ans). Du moins c’est ce que ses fonctions ultérieures permettent de supposer ; en 1483, il enseigne dans l’école supérieure de théologie dépendant du couvent franciscain observant de Buda, où il prêche et écrit. On fait appel à ses compétences pour régler des problèmes plus généraux, dépassant le cadre conventuel : avec d’autres clercs (réguliers et séculiers), et deux de ses élèves, il fait partie en 1494 de la commission chargée de mettre fin aux violentes querelles opposant à Szeged les franciscains observants aux conventuels. En 1496, il est mentionné comme supérieur du couvent franciscain d’Esztergom, l’un des plus prestigieux du royaume, avec celui de Buda. Il revient dans ce dernier quelques années plus tard (en tant que provincialis de la province observante hongroise), et y meurt en 150419.

  • 20 Après un premier ouvrage rédigé entre 1483 et 1487 à l’intention de ses élèves du couvent de Buda, (...)

25Son oeuvre connut un rapide succès, surtout après le développement de l’imprimerie : on dénombre (en tout) 114 éditions des écrits de Pelbart de Temesvár, réalisées et diffusées dans toute l’Europe avant la fin du xviiie siècle ! Les sermons y occupent une place centrale, mais non exclusive20. C’est vers le milieu de sa « carrière » littéraire et ecclésiastique, dans les années 1498 à 1500 environ, que Pelbart de Temesvár travailla à l’élaboration de recueils de sermons, après au moins quinze ans de pratique (en hongrois et en latin).

26Selon l’usage, il rédigea séparément des sermons pour le Carême (Sermones Quadragesimales), d’autres pour les dimanches ordinaires de l’année liturgique (Sermones de Tempore), et enfin les sermons correspondant aux saints fêtés par l’Église et aux autres fêtes religieuses (Sermones de Sanctis).

27L’ensemble de ces sermons fut réuni sous le titre de Pomerium (ou Sermones pomerii), dès la première édition, à Hagenau en 1499. La métaphore est double : elle fait d’abord allusion aux fruits attendus d’une prédication se conformant au contenu du recueil, assimilé à un verger (ou pomarium), représenté sur la page de titre ; elle évoque d’autre part le rôle de rempart contre l’erreur, le mal ou l’hérésie que ces textes allaient pouvoir jouer (pomoerium).

28La biographie d’Osvald de Laskó (Osvaldus de Lasko) est encore plus lacunaire. Sans doute naquit-il vers 1450, puisqu’il apparaît en 1483 comme novice au couvent franciscain de Buda. Étudiant à Vienne dans les années 1490, il fit également partie de la commission de 1494, avant d’enseigner lui-même la théologie de 1496 à 1499. Prieur du couvent franciscain de Pest en 1497, il exerça la charge de prieur provincial de 1497 à 1501, puis de 1507 à 1509, et mourut à Pest en 1511.

29Il rédigea deux sermonnaires, correspondant à un contexte et à des préoccupations différentes. Le premier, publié dès 1497 à Hagenau, et réédité entre quatre et six fois (selon les volumes) dès 1516, avait, seul, une vocation véritablement pastorale. Sous le nom de Biga salutis, il regroupe lui aussi des Sermones dominicales, des Sermones de Sanctis, et un Quadragesimale.

  • 21 K. Timár, « Ferencrendi… », p. 261. Pour les détails complémentaires, voir bibliographie (monograp (...)
  • 22 L’auteur raconte en préambule que ce sont les frères de son ordre qui lui ont demandé d’écrire ce (...)

30L’auteur justifie en prologue le choix de ce titre. La charrette (biga) repose sur deux roues. De la même façon, les sermons de ce recueil se rapportent aux dimanches et aux jours fériés ; ils conduisent à l’amour de Dieu d’un côté, et à celui de nos frères, de l’autre ; ils parlent de notre Sauveur, qui a deux natures, l’une divine et l’autre humaine ; ils guident vers le bonheur éternel, qui se manifeste par la vision de la majesté divine du Christ d’une part, et de Son humanité d’autre part. L’image de la page de titre montre par ailleurs le fidèle avançant vers le Ciel sur le chariot symbolisant les sermons. Le second sermonnaire écrit par Osvald de Laskó, Gemma fidei, ne fut publié pour la première fois qu’en 150721 (à Hagenau). Plutôt qu’une oeuvre à vocation pastorale, il s’agit en réalité d’une suite de considérations, assemblées logiquement, concernant les articles de foi et les sacrements, ainsi que l’indique son sous-titre : Tractans de sacrosancta et orthodoxa fide catholica22.

  • 23 Notamment Herolt, Gritsch, Meffreth, l’anglais Holcot, le viennois Heinrich von Langenstein, Thoma (...)
  • 24 E. Mályusz, p. 356.
  • 25 Plus spécialement dans l’œuvre de Pelbart de Temesvár.
  • 26 Sur les divergences entre Pelbart de Temesvár et les pré-luthériens, voir T. Vida, p. 676-677.

31À l’évidence, les recueils de sermons de Pelbart de Temesvár et d’Osvald de Laskó présentent de très nombreux traits communs. Leur diffusion très large tout d’abord, grâce au support de l’imprimerie (on l’a vu). Leur contenu également, s’agissant aussi bien de la forme que du fond. D’ailleurs, certains sermons sont presque identiques : ils utilisent les mêmes textes de référence (cités, évoqués allusivement ou simplement recopiés) et aboutissent aux mêmes conclusions. Les deux prédicateurs s’inspirent aussi bien des Pères de l’Église ou d’un saint Bernard, que des auteurs scolastiques du xive et surtout du xve siècle23, de quelques mystiques (Thomas a Kempis), ainsi que de philosophes antiques (Aristote, Platon) et de philosophes arabes d’inspiration aristotélicienne24 (Avicenne, Averroës). Se trouvant à la charnière entre deux époques, entre deux modes de pensée antinomiques, ils s’efforcèrent de définir un idéal correspondant aux interrogations de leurs contemporains. Pétris de scolastique, amoureux d’une culture synthétique, et même encyclopédique (incluant les sciences naturelles et l’astronomie25), mais également férus de littérature mystique et nourris d’eschatologie, les deux prédicateurs hongrois refusaient aussi bien de placer l’homme au centre de leur conception du monde, que d’adopter une vision déterministe du salut26. Ils s’opposaient ainsi vigoureusement aux conceptions de l’humanisme érasmien et à celles des pré-luthériens.

  • 27 T. Vida, p. 674-676.

32Certes, dans le détail, quelques différences apparaissent entre Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó ; mais elles se limitent strictement au plan formel. On remarque dès la première lecture que Pelbart de Temesvár s’adapte bien mieux au niveau de compréhension d’un public peu instruit, que son élève. Il emploie volontiers des images tirées de la nature, ou de la vie quotidienne, des anecdotes et exempla souvent dramatiques, susceptibles de capter et retenir l’attention des fidèles ; ces outils furent inlassablement repris par les auteurs de sermonnaires hongrois dans les décennies suivantes. À l’inverse, Osvald de Laskó développe souvent ses argumentations à l’aide de notions abstraites, de concepts théologiques supposés connus du lecteur et des auditeurs27.

  • 28 J’ai regroupé les données relatives à ces aspects dans un article publié en octobre 2001, dans Spe (...)

33De nombreux critères sont mis en oeuvre par Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó pour définir le bon laïc. Afin de me conformer au format requis, j’ai dû procéder à des coupes claires dans la thématique initialement envisagée : les vérités à croire par les laïcs, les pratiques (obligatoires ou recommandées), l’exercice des vertus, c’est-à-dire (en bref ) tout ce qui concerne la vie religieuse de l’ensemble des fidèles – et non spécifiquement des laïcs – a été volontairement écarté de la présente analyse28. Bien qu’occupant un moindre volume dans les sermons étudiés, les autres éléments, ceux qui ne s’appliquent qu’aux laïcs, s’avèrent suffisamment précis pour mettre en relief un stéréotype cohérent.

34Je les résumerai par quatre interrogations. Quel rôle le bon laïc joue-t-il dans la marche de l’Église ? En quoi sa position sociale influe-t-elle sur ses chances de salut ? Comment peut-il faire de son activité professionnelle un moyen de sanctification ? Enfin, quelles règles doit-il adopter dans sa vie familiale ?

LES LAÏCS DANS L’ÉGLISE

Une ecclésiologie traditionnelle

  • 29 Ecclesia est corpus misticum Christi simile corpori naturali secundum apostolorum. Sed in naturali (...)

35L’ecclésiologie présentée par les deux prédicateurs est on ne peut plus traditionnelle. Quatorze siècles après saint Paul, ils utilisent encore l’allégorie du corps humain, décrivant l’Église comme le corps mystique du Christ (corpus misticum Christi), conduit par l’ordre des clercs, qui en forme la tête, et comprenant tous les fidèles, simples membres de l’Église29.

36Cependant, ils insistent sur un point qui, sans inverser les rôles, contribue au moins à reconnaître l’importance des laïcs dans la marche de l’Église.

  • 30 OL Quadr., 20 N.

37Ils soulignent la solidarité des ordres composant le corps ecclésial, les clercs comme les laïcs. La faute, la défaillance ou l’incapacité de chacun de ces ordres, quel qu’il soit, rejaillit sur les autres, et nuit immanquablement à tous30.

38Pelbart de Temesvár juge même utile de justifier l’existence des clercs.

  • 31 S. Kovács (éd.), p. 16.
  • 32 Dans un autre sermon justifiant les impôts dus aux dirigeants (laïcs et ecclésiastiques), les cler (...)

39Il faut préciser qu’à l’époque à laquelle il compose ses sermons, le souci pastoral semble de plus en plus absent des préoccupations des membres du haut clergé (évêques et archidiacres) et même d’une bonne partie du clergé séculier intermédiaire (les curés des grandes paroisses se faisant systématiquement remplacer). À tous ceux qui, dans le peuple des fidèles, pensent et disent que les clercs (moines et prêtres) ne servent à rien, puisqu’ils ne travaillent pas, et mangent le pain produit par le labeur des autres, le prédicateur répond qu’ils s’occupent des biens de l’âme, pour le bien et l’utilité de tous. Sans eux, qui prierait pour la communauté des chrétiens ? Pour illustrer son propos, il utilise l’exemplum suivant : les membres du corps humain se plaignirent contre l’estomac, qui, d’après eux, ne faisait rien, sinon digérer ce que les autres lui apportaient ; ils décidèrent alors de ne plus rien lui donner, mais se rendirent vite compte de ce qu’eux-mêmes commençaient à dépérir ; ils comprirent ainsi à quel point ils avaient besoin de l’estomac31. Ce faisant, le versement de la dîme se trouve justifié32.

Responsabilité et dignité des clercs

  • 33 OL Sanctis I, 27, 94 ; RMK III, p. 210.

40Les deux prédicateurs rappellent les lourdes responsabilités qui incombent aux clercs au sein de l’Église. Ils sont les intermédiaires indispensables du salut, puisque ce sont eux qui permettent au peuple d’avoir l’expérience de Dieu, par l’intermédiaire des sacrements33.

  • 34 Ils se rapprochent en cela de nombreux sermons occidentaux rédigés en Occident depuis le xiie sièc (...)
  • 35 Minister dei videtur quodam modo superare potestatem virginis virginum, quia licet beata virgo omn (...)

41La dignité que confère le sacerdoce est maintes fois mise en exergue par les deux prédicateurs34. Osvald de Laskó démontre que le pouvoir du célébrant est supérieur à celui des anges, comme à celui de la Vierge Marie ellemême : alors que Marie n’a enfanté le Christ qu’une fois, le prêtre peut faire venir le Christ à de multiples reprises, dans le Saint Sacrement de l’Autel35.

  • 36 Etiam secundo creatura humana quare omnis hominibus subjectus est orto sacerdotum in solvendo a pe (...)

42Pelbart de Temesvár rappelle la supériorité de l’ordre sacerdotal, qui permet, outre la consécration eucharistique, de délier les hommes du péché (par la confession)36.

  • 37 Ex his intelligeri poteris, quod dona dei sacerdote honoramus. OL, Quadr. II, 18 ; L. Pásztor, « T (...)
  • 38 Primo quindem creatura mundana omnis cum sacerdotio s. christi omnia obediant et adorent eum qui e (...)
  • 39 PT Sanctis I, 55 l.

43D’où la recommandation faite aux fidèles de conserver une attitude soumise et respectueuse à l’égard des clercs ; on la retrouve dans les statuts synodaux et les codes de droit urbain rédigés dans les mêmes années. Les membres du clergé sont des dons de Dieu, et nous devons les honorer comme tels, dit Osvald de Laskó37. Tous les laïcs doivent obéir à ceux qui sont les ministres du Christ, écrit Pelbart de Temesvár38. Même s’ils vivent dans le péché – de fait, les accusations mettant en cause des clercs sont alors nombreuses, surtout dans les campagnes (pour ivrognerie, concubinage, violences) –, il faut les respecter, au risque de pécher gravement soi-même39.

  • 40 S. Kovács (éd.), p. 16.
  • 41 Et si sumus mali tunc populo proficimus ; cui melius est habere caput lanquidum quam nullum, ut sp (...)
  • 42 Ce thème revient au moins à trois reprises dans les sermons de Pelbart de Temesvár, et se trouve a (...)

44Le simple fait de médire sur leur compte est un péché40. Car il vaut mieux vivre avec une tête malade, dit Osvald de Laskó, que sans tête du tout41 ; le devoir de tous les membres d’un corps est de défendre la tête contre les coups, au lieu de chercher à lui faire du mal42.

Un bon laïc vaut mieux qu’un mauvais clerc

  • 43 Sed utrum, qui sunt in superiore ordine hierarchiae, meliores sint inferioribus ? Respondetur […] (...)

45Pour autant, les laïcs ne sont pas forcément plus éloignés de Dieu que les clercs, affirment les deux prédicateurs hongrois. La supériorité de l’état de clerc ne fait pour eux aucun doute, on l’a vu ; cette affirmation n’entraîne pourtant pas en corollaire celle qui voudrait que tout homme d’Église soit forcément meilleur qu’un laïc. Car un prêtre qui ne respecte pas les engagements de son ordre a moins de mérite devant Dieu qu’un laïc qui obéit à ses devoirs de laïc ; c’est encore plus vrai d’un prêtre qui n’observerait même pas les règles élémentaires de la vie chrétienne43.

46C’est la raison pour laquelle il ne faut pas forcer les vocations sacerdotales.

  • 44quod nisi ipse filius consenserit non obligabitur ex matris vel patris quo ad aliquid personale, (...)
  • 45 Tunc non liceret religionem intrare, nisi ista remansio in seculo esset cum salutis dispendio et c (...)

47Parmi les différentes voies qui mènent à la vie éternelle, la carrière ecclésiastique est indiscutablement la meilleure ; encore faut-il répondre à l’appel de Dieu, et non obéir à la seule pression exercée par l’entourage, en particulier les parents44. La société hongroise ignorant le droit d’aînesse, l’entrée en cléricature permettait, comme dans d’autres régions de la Chrétienté à cette période, de limiter les partages successoraux. Pelbart de Temesvár ajoute que dans certaines situations, il vaut mieux rester dans le siècle que s’engager dans le sacerdoce, par exemple pour secourir des proches dans le besoin45. Peut-être le contexte de crise économique urbaine, qui caractérise la Hongrie au tournant des xve et xvie siècles, se trouve-t-il à l’origine de cette restriction.

  • 46 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 149. On retrouvera ce thème à propos de la noblesse (voir infra).

48En définitive, l’important est le mérite personnel, bien plus que l’ordre auquel on appartient. Pelbart de Temesvár se situe à l’opposé des représentations traditionnelles de la hiérarchie céleste, qui (on le sait) plaçaient les hommes selon les fonctions qu’ils avaient remplies sur terre, en séparant notamment les clercs, très proches de Dieu, des laïcs. Pour lui, ceux qui accéderont aux premières places dans le Ciel seront ceux qui auront vécu dans la plus grande humilité et le plus grand amour, en d’autres termes, ceux qui auront acquis le plus de mérite pendant leur vie terrestre46.

49La morale sociale que définissent les deux prédicateurs hongrois est sous-tendue par la même idée maîtresse : l’intention prime sur l’acte, et plus encore sur la position que l’on occupe dans l’échelle conventionnelle des honneurs.

HIÉRARCHIE SOCIALE ET HIÉRARCHIE SPIRITUELLE

L’aristocratie du salut

  • 47 M. Zink, p. 431.
  • 48 S. Kovács (éd.), p. 15. Voir aussi note 32. L’obligation de satisfaire à ses devoirs fiscaux (taxe (...)

50Tout en conservant une distance critique à l’égard du monde qui les entourait, les deux prédicateurs se montrent (comme nombre de leurs homologues occidentaux) respectueux d’un certain ordre social47. Pelbart de Temesvár explique ainsi dans l’un de ses sermons la nécessité de payer des impôts. Il est normal de récompenser les dirigeants, quels qu’ils soient, pour le travail qu’ils accomplissent en vue d’assurer le bien commun. Il est par conséquent légitime que tous ceux qui sont placés sous leur autorité leur donnent une part de leurs propres revenus. Ceux qui jugent ces prélèvements indus ou abusifs, sont dans le péché48. Les prédicateurs hongrois prennent ainsi ouvertement position contre les révoltes antiseigneuriales, récurrentes en Hongrie depuis la fin du xve siècle.

51Pour autant, la conception de la société qui ressort des sermons de Pelbart de Temesvár et d’Osvald de Laskó n’a rien de conservateur ou d’aristocratique.

  • 49 PT Rosarium II, 144 ; OL Dom., 39 T ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 152.
  • 50 PT Rosarium II, 42b et Sanctis II, 67 H.
  • 51 OL Dom., 39 T ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 152-153.

52Les hommes ne se trouvent pas forcément attachés, dès leur naissance et pour toute leur vie, à une certaine position dans la société, écrivent-ils : la promotion sociale est possible, voire bénéfique, si elle correspond à une vocation, à des talents personnels permettant d’exercer convenablement les plus hautes charges civiles et ecclésiastiques49. Tout au long de cette ascension, précise Pelbart de Temesvár, au fur et à mesure qu’ils accèdent à des dignités de plus en plus élevées, ces hommes obtiennent le secours d’un ange gardien supplémentaire, assistant celui qui veillait sur eux au moment où ils se trouvaient encore en bas de l’échelle sociale50… À l’inverse de leur contemporain Michel de Ungaria, qui attribuait la décadence du royaume magyar sous les Jagellon à la pratique selon laquelle les rois de Hongrie accordaient de hautes dignités à des roturiers et à des pauvres (depuis Mathias Corvin), Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó interprètent ces difficultés comme la conséquence de ce que les responsables du pays étaient moralement indignes des charges qui leur avaient été confiées51.

53Et c’est bien là l’important dans l’échelle des valeurs : le mérite personnel, et non la naissance, l’appartenance sociale, ou encore les fonctions prestigieuses.

  • 52 PT Sanctis I, 84 B.

54Le bon laïc se mesure à l’aune de ses vertus. Pelbart de Temesvár reprend les critères de saint Bernard, qui distinguait trois catégories de chrétiens, selon leur degré d’attachement au Christ (amore Christi) et à sa mère52.

  • 53 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 152.
  • 54 Nobilitas est orta in hominibus. […] Nobilitas sanguis est inane nomen, quare secundum eumdem nobi (...)

55Il vaut mieux être un rustre et devenir illustre par soi-même, sans avoir d’ascendants nobles, que descendre d’une grande famille et vivre médiocrement53. Pour montrer que rien ne sert d’être d’ascendance noble, si c’est pour s’avérer indigne du mérite acquis par ses ancêtres, Pelbart de Temesvár utilise l’exemple des Juifs ; descendants d’Abraham, ils se firent bourreaux du Christ ; tandis que saint Ladislas (thème du sermon) offre l’exemple d’un aristocrate ayant satisfait aux exigences de la « vraie » noblesse, la noblesse spirituelle54.

  • 55 Ceux qui rusticos etiam bonos reputant quasi bruta, lit-on chez Osvald de Laskó. OL Sanctis, 32 ; (...)
  • 56 PT Sanctis II, 15 CD.

56À la noblesse conventionnelle, terrestre et volontiers méprisante à l’égard des humbles55, les prédicateurs opposent en effet une noblesse des âmes, une aristocratie du salut, composée du petit nombre de ceux qui, quelles que soient leurs origines sociales, ont acquis suffisamment de mérite pour se hisser au rang des élus. Pelbart de Temesvár distingue ainsi dans un sermon la noblesse spirituelle (nobilitas spiritualis), don fait par Dieu à tous les hommes, puisqu’ils ont été créés à son image, de la noblesse charnelle (carnalis), celle du sang (sanguinis). Transmise par les ancêtres, cette dernière n’implique aucune supériorité d’ordre spirituel ou moral, et n’a même aucune signification au plan religieux (carnalis nobilitas est inane nomen)… sans pour autant être un motif de honte : Non ut nobiles viros confundamus hec predicamus, ajoute aussitôt l’auteur56.

57Peu original sur le fond, ce discours prenait cependant une résonance particulièrement audacieuse à une époque où la noblesse hongroise cherchait à s’affirmer comme l’élite du pays, en se réservant notamment l’accès aux hautes charges civiles et ecclésiastiques.

Riches et pauvres

  • 57 H. Martin, p. 401-406.
  • 58 Ils ne perdent rien pour attendre, puisqu’ils connaîtront les souffrances de l’enfer. L. Zolnay(...)
  • 59 La tradition historiographique qui a fait de Pelbart de Temesvár le « Savonarole hongrois » ne rep (...)

58Le thème de la richesse revient très souvent dans les sermons des deux prédicateurs, en des termes assez voisins (disons-le d’emblée) de ce que l’on trouve en France du Nord à la même période57. Quelques passages fustigent (à mots à peine voilés) la vie luxueuse et dissolue d’une partie de l’élite laïque et ecclésiastique de l’époque : Pelbart de Temesvár écrit par exemple que les puissants utilisent la loi à leur profit, pour mieux opprimer les faibles ; tandis qu’ils font étalage de leurs beaux vêtements et se font construire de somptueux palais, ils n’ont cure des victimes du froid et de la faim58. Les prises de position des prédicateurs hongrois sont cependant bien plus modérées que celles d’un Savonarole. Le fait d’être riche constitue-t-il un obstacle pour le salut ? Les deux auteurs adoptent sur cette question une position médiane, renvoyant dos à dos les tenants de la pauvreté absolue (pour les laïcs, comme pour les clercs), et les partisans d’une interprétation édulcorée des Écritures59.

  • 60 S. Kovács (éd.), p. 99-100.
  • 61 Illi autem qui voto religionis professi sunt tenentur etiam effectu omnia relinquere. Quoniam paup (...)
  • 62 S. Kovács (éd.), p. 17-18.

59Pelbart de Temesvár, à propos de la fête de Noël, insiste beaucoup sur l’extrême dénuement dans lequel le Christ, le Tout Puissant, a voulu venir sur la terre : Il est né d’une femme pauvre, qui dut accoucher dans une étable, sans sage-femme, ni berceau ! Pourquoi ce choix ? Pour donner aux hommes l’exemple de l’extrême humilité, répond-il, leur ôter la tentation de l’avarice, et leur donner l’amour des vraies richesses60. À propos des passages des Évangiles dans lesquels le Christ déclare que tout homme qui ne renoncerait pas à ses biens ne pourrait devenir son disciple (Matthieu, 19, 23-26 ; Marc, 10, 23-27 ; Luc, 18, 24-27), Pelbart de Temesvár rappelle que les membres des ordres réguliers, les profès, doivent faire voeu de pauvreté (comme d’obéissance et de chasteté) ; mais il se garde d’étendre cette obligation aux laïcs. Un laïc qui possède beaucoup de biens, sans pour autant enfreindre les préceptes divins et en aimant Dieu, est lui aussi un disciple du Christ61. D’ailleurs, ajoute l’auteur, la richesse vient parfois récompenser la vertu62.

  • 63 S. Kovács (éd.), p. 17-18.
  • 64 S. Kovács (éd.), p. 19-20, 23.

60Cependant, Pelbart de Temesvár ne cache pas que vivre en bon chrétien quand on a de la fortune est difficile : en effet, la richesse incite à se préoccuper seulement des choses de ce monde, et non de spiritualité, et entraîne souvent à la cupidité. Or celle-ci est incompatible avec l’amour, le premier commandement divin63. À l’imitation des philosophes antiques, il faut donc se détacher des biens que l’on possède. Sans quoi, par amour de la richesse, on est amené à commettre de graves péchés (tels que le vol, l’usure, le parjure), à ne plus sanctifier les fêtes religieuses, et à vivre continuellement sous l’emprise de la jalousie et de la convoitise64.

  • 65 S. Kovács (éd.), p. 7-10, 21.
  • 66 Les clercs doivent distribuer les richesses dont ils disposent aux pauvres, en ne conservant que c (...)

61En outre, le riche a des devoirs spécifiques : il est tenu de faire bon usage des moyens que Dieu a mis à sa disposition. Commentant la parabole du maître et de son intendant négligent (Luc 16, 1-9), Pelbart de Temesvár insiste sur la nécessité de gérer convenablement les biens (de toute nature) que Dieu nous a confiés. Il ne faut pas se les approprier, car ils appartiennent à Dieu. Il ne faut pas non plus les gaspiller (en beuveries, en ornements superflus…), ni les mettre au service du mal : le temps venu, Dieu nous demandera des comptes de notre gestion65. Cette exigence n’est d’ailleurs pas limitée aux seuls laïcs66.

  • 67 S. Kovács (éd.), p. 19-20. Voir infra (à propos de la mendicité).

62Le renoncement aux biens terrestres n’est donc pas une obligation absolue pour les laïcs. Être riche, très riche même, n’empêche pas d’être un bon laïc. À l’inverse, ce n’est pas parce qu’un pauvre est pauvre qu’il plaît nécessairement à Dieu67.

BON ET MAUVAIS MÉTIERS

Travail et salut

  • 68 S. Kovács (éd.), p. 13, 15.

63Le travail, selon les prédicateurs, ne sert pas seulement à gagner de quoi se nourrir et nourrir ses proches. Il a une valeur spirituelle. Qu’il soit intellectuel ou corporel, il a pour première qualité d’éviter l’oisiveté, qui mène inévitablement à la tentation et au péché. En outre, il permet de dominer le corps, donc de se mortifier, favorisant ainsi la pénitence68.

  • 69 Les deux prédicateurs ne reprennent donc pas à leur compte le mépris pour le travail manuel exprim (...)
  • 70 PT Temp., Pars aestivalis, 20 ; S. Kovács (éd.), p. 13, 15-16 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 150

64Le type de métier exercé n’a guère d’importance pour le salut de l’âme de celui qui l’exerce. Il n’y a pas de hiérarchie spirituelle des métiers. Le travail physique ou manuel ne se situe pas nécessairement au-dessus des autres, ni en dessous69. À l’instar des clercs (dont les prédicateurs…), certains laïcs peuvent exercer un métier intellectuel (intendant, juge, notaire, etc.), sans nuire à la valeur spirituelle du travail. De fait, de plus en plus de laïcs hongrois (souvent issus de la petite noblesse) occupaient ces charges (au service du roi ou de barons) depuis la seconde moitié du xive siècle. Pelbart de Temesvár recommande de choisir son métier en fonction de ses prédispositions et de sa libre volonté, sans céder aux pressions parentales ; la Providence divine fait le reste70.

  • 71 S. Kovács (éd.), p. 20.

65Toutefois, les deux prédicateurs imposent certaines restrictions aux laïcs dans l’exercice de leur profession. La première est de ne pas travailler par cupidité, laquelle incite notamment à ne plus sanctifier le jour du Seigneur71.

66Autre restriction : le laïc doit veiller à ne pas encourager ou faciliter le péché par sa production. Pelbart de Temesvár écrit ainsi que tous les métiers artisanaux sont autorisés par l’Église, à condition de ne pas mettre les produits fabriqués au service d’intentions mauvaises ou de gens mauvais. Fabriquer des armes pour la défense du royaume, ou pour une guerre juste, est une bonne action, mais les destiner à des gens malhonnêtes est un péché mortel.

  • 72 S. Kovács (éd.), p. 14-15.
  • 73 Parce qu’ils ne font que chercher des explications à des phénomènes naturels, les astronomes, quan (...)

67De même, l’apothicaire fait bien de préparer des potions permettant de guérir les malades, mais il ne doit remettre aucune de ses préparations à des personnes mal intentionnées. Pelbart de Temesvár va encore plus loin, en critiquant expressément tous ceux qui fabriquent ou vendent des articles (féminins) à la mode – armes de séduction ! –, en particulier les cordon-niers et certains artisans des métiers vestimentaires. Il formule la même mise en garde à l’intention des fabricants de damiers et de dés72. Les hommes ne devant pas chercher à excuser leurs fautes en invoquant la position des étoiles, les astrologues exercent une profession tout aussi condamnable73.

  • 74 S. Kovács (éd.), p. 10.
  • 75 Et hoc utique convenit ad significandum largitatem pietatis et sic patim ? Quam si volumus esse no (...)
  • 76 Judicium sine misericordia fiet illi qui non fecerit misericordiam. Superaltat autem misericordia (...)

68Les prédicateurs hongrois, comme ceux de l’ensemble de la Chrétienté occidentale, ont abandonné à la fin du Moyen Âge la rédaction de sermons ad status. Les recueils généraux comprennent cependant des prescriptions propres à certaines situations sociales ou professionnelles, mais toujours conformes au même principe : chacun doit chercher à appliquer dans l’exercice de sa fonction ou de sa profession la morale chrétienne. Aux dirigeants (souverains et grands seigneurs), Pelbart de Temesvár recommande de se garder d’opprimer « les pauvres, les veuves, les petits », car c’est pécher gravement74. L’exemple à suivre en la matière est celui de saint Étienne et de saint Ladislas. Soulignant la piété et la générosité de ce dernier, le même prédicateur s’en prend aux nobles et aux puissants de son temps (princes et barons), les accusant d’extorquer aux pauvres des taxes superflues, et de dilapider les biens ecclésiastiques, tels des loups rapaces75. Les sources hongroises révèlent effectivement une augmentation des exactions commises par les seigneurs sur leurs paysans à partir de la fin du xve siècle et la persistance (sous l’habit du jus patronatus canonique) du système des églises privées. Selon Pelbart de Temesvár, les juges, tous les juges (seigneurs, juges locaux ou royaux) doivent faire preuve de miséricorde et d’équité dans les sentences qu’ils rendent, quelle que soit la notoriété des personnes en cause76. Peut-être avait-il en tête le mauvais fonctionnement de la justice locale hongroise (à l’échelle des comitats), soumise aux pressions des puissants barons.

  • 77 S. Kovács (éd.), p. 27, 29-30.
  • 78 S. Kovács (éd.), p. 10.
  • 79 S. Kovács (éd.), p. 29-31.

69À leur échelle, les chefs, maîtres ou employeurs doivent eux aussi se montrer miséricordieux envers leurs subordonnés. Comme le maître qui avait appelé Jésus auprès de son serviteur malade (Mathieu 8, 5), il faut aimer ses serviteurs, de la même façon que Dieu aime les hommes, et en se rappelant que nous partageons tous la même nature humaine77. Tuer son serviteur est aussi blâmable que tuer le serviteur d’un autre. Ne pas le payer est aussi grave que verser le sang78. Il faut avoir de la compassion pour son domestique (s’il est malade, par exemple), si l’on veut que Dieu ait de la compassion pour nous au jour du Jugement ; il faut donc être juste, équitable avec lui et subvenir à ses besoins. Il ne faut pas non plus se montrer trop exigeant à son égard79. Se trouve à nouveau exprimée ici la volonté de modération du prédicateur dans un contexte social de plus en plus tendu.

  • 80 S. Kovács (éd.), p. 25-29.

70Les serviteurs ont eux aussi des obligations : ils doivent être soumis et obéissants, respectueux et fidèles, sans médire, ni se rebeller ou nuire à leur maître. S’ils n’appliquent pas les décisions exprimées par celui-ci, ils sont dans le péché, et doivent l’avouer à leur maître. Ils ne peuvent (et doivent) lui désobéir que si les ordres donnés sont contraires aux commandements divins ; par exemple, si cela les empêche d’accomplir leurs obligations religieuses (messe dominicale, confession annuelle, etc.). En cas de doute (pour participer à une guerre, juste ou injuste, par exemple), il vaut mieux qu’ils obéissent à leur maître, car leur responsabilité ne sera pas en cause. Ils ne doivent en aucun cas s’emparer des biens de celui-ci, même pour faire des aumônes80 (à moins que ce ne soit avec son approbation, tacite ou exprimée).

71Les jacqueries sont donc, une fois de plus, directement condamnées.

Les métiers suspects

72Conformément au discours officiel de l’Église depuis plusieurs siècles, les prédicateurs expriment une particulière méfiance à l’égard de deux activités, présentées comme difficilement compatibles avec la vie chrétienne : le commerce (et la banque) d’une part, et la guerre d’autre part.

  • 81 S. Kovács (éd.), p. 14. L’usure, et sa condamnation unanime, compte parmi les sujets les plus fréq (...)
  • 82 S. Kovács (éd.), p. 21-22. Osvald de Laskó formule les mêmes interdictions : OL Dom, 93, Quadr. 7, (...)

73L’usure, fondée sur la cupidité et l’amoncellement des biens, est un mauvais métier, écrit Pelbart de Temesvár81. Dans un autre sermon, il précise que ce que les usuriers possèdent, ils l’ont obtenu de façon illicite ; de ce fait, ils ne seront pas pardonnés tant qu’ils n’auront pas rendu ces biens82. L’usage du crédit et du prêt à intérêt était largement répandu en Hongrie (comme ailleurs), surtout dans les villes, et souvent auprès des établissements ecclésiastiques eux-mêmes. Ce sont les pratiques usuraires qui sont ici visées par les prédicateurs ; mais ils n’établissent aucun seuil de tolérance chiffré, en matière d’intérêts.

  • 83 PT Temp., Pars Estivalis, 20 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 150.
  • 84 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 151-152.
  • 85negociatio vel mercantia de se non mala vel illicita […] Qualiter ergo intentione debeat negociar (...)

74À cette restriction près, le commerce ne subit pas de condamnation absolue et générale de la part des deux franciscains. Il n’est pas qualifié d’intrinsèquement mauvais, contrairement au Pseudo-Chrysostome, que cite Pelbart de Temesvár83, ou à Thomas d’Aquin fidèle à la tradition des Pères de l’Église sur ce point. Les prédicateurs étudiés (et plus spécialement Osvald de Laskó) expriment une opinion assez proche de celle d’un Dun Scot, autorisant le profit commercial, mais en mettant toujours l’accent sur l’intention84. Selon eux, le négoce peut librement être pratiqué s’il répond aux trois motivations suivantes : subvenir aux besoins de ses proches et de soi-même, aider les nécessiteux, et favoriser le bien public, en facilitant la diffusion des denrées indispensables à l’existence terrestre, et non par appât du gain ou goût pour le superflu85. Mais les deux franciscains soulignent que, dans la réalité des faits, l’exercice de cette profession est généralement entaché par la cupiditas.

  • 86 Secunda sedes est cupiditatis, in qua sedent avari ; mercatores falsi : sileres ( ?) araneis capie (...)
  • 87 S. Kovács (éd.), p. 14.
  • 88 S. Kovács (éd.), p. 7.
  • 89 S. Kovács (éd.), p. 14.
  • 90 Militare inquit non est delictum sed propter predam militare peccatum est ; ne rem publicam gerere (...)
  • 91 OL Sanctis I, 106.
  • 92 L. Pásztor, A magyarság…, p. 12.

75Les mercatores sont trop attachés aux biens matériels, cupides et avares, écrit Osvald de Laskó ; ils emploient des procédés malhonnêtes vis-à-vis de leurs clients démunis86. Comme aux riches, Dieu leur demandera des comptes sur la manière dont ils ont géré leurs biens, et malheur à eux s’ils les ont mis au service du diable, écrit Pelbart de Temesvár87 ! D’après le même prédicateur, verser le sang d’un innocent constitue l’un des plus graves péchés qui soient88. Pour autant, le métier des armes compte parmi les métiers honorables89 ; il peut même devenir un moyen privilégié d’accéder au bonheur éternel… à certaines conditions. Prenant l’exemple édifiant de saint Georges, Pelbart de Temesvár souligne que la guerre ne doit pas être motivée par des objectifs personnels, notamment l’appât du butin ou des richesses, mais être menée pour une cause juste et pour le bien commun (la res publica)90. Les guerres privées (qui frappaient à nouveau la Hongrie à cette période) sont donc ouvertement condamnées. Osvald de Laskó tire les mêmes enseignements de la vie de saint Martin91. Les seuls motifs légitimant l’utilisation des armes sont : la défense contre une agression, la punition des coupables et la promotion des justes, le maintien (à terme) de la paix, et l’observation du devoir d’ost à l’appel du souverain92.

  • 93 R. Horváth, Laskai…, p. 62.
  • 94 OL Gemma fidei 64 ; R. Horváth, Laskai…, p. 62 ; L. Pásztor, A magyarság…, p. 12.

76Cependant, la guerre sainte a une valeur exceptionnelle. Les deux prédicateurs insistent beaucoup sur ce point93. Et pour cause : il avait une portée décisive dans le contexte de la guerre contre les Ottomans ; certaines sources tardives témoignent d’une étonnante indifférence de la population hongroise face au danger turc, sous les Jagellon. L’homme doit lutter pour défendre les intérêts de Dieu ; la mort au champ d’honneur, surtout contre des Infidèles, est héroïque et procure le salut éternel. C’est Dieu qui a placé les Hongrois en position de bouclier de la Chrétienté, déclare Osvald de Laskó, et c’est tout à leur honneur94.

  • 95 S. Kovács (éd.), p. 13-14.
  • 96 Encore qu’Osvald de Laskó se montre plus sévère sur ce point que Pelbart de Temesvár. R. Horváth, (...)
  • 97 S. Kovács (éd.), p. 13.
  • 98 Conformément à la tradition, exprimée dans les sermons français non mendiants des xiie et xiiie si (...)
  • 99 PT Temp., Pars estivalis 20 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 150.

77D’autres métiers sont sévèrement jugés par les prédicateurs. Pelbart de Temesvár affirme (sans surprise) que ceux qui prélèvent des taxes indues, et en font leur gagne-pain, sont dans le péché95. Il n’est pas interdit au chrétien de danser et de se divertir96 ; mais les métiers du spectacle et du jeu sont considérés comme indignes. Préférer être comédien, ou bouffon, en se donnant en spectacle ou en blaguant, ou bien jouer pour gagner sa vie, alors qu’on a les capacités physiques et mentales suffisantes pour exercer une véritable profession est pécher97. Vivre de mendicité également. Tout en insistant sur la valeur spirituelle de l’aumône – qui reste l’œuvre par excellence98 –, Pelbart de Temesvár demande très clairement aux donateurs de sélectionner « leurs » pauvres, en privilégiant les indigents dignes, par rapport à ceux qui ne le sont pas. Il condamne tous ceux qui choisissent de mendier par paresse, alors qu’ils pourraient gagner leur vie en travaillant99. On sait que le nombre d’indigents avait fortement augmenté dans les villes hongroises depuis le milieu du xve siècle.

LA VIE FAMILIALE DU BON LAÏC

Les règles du mariage chrétien

  • 100 S. Kovács (éd.), p. 50-51.

78Plus encore que l’exercice d’une activité professionnelle, l’un des principaux traits distinctifs du laïc par rapport au clerc (majeur) est sa situation familiale d’homme (ou de femme) marié. Pelbart de Temesvár prend soin de rappeler l’incompatibilité canonique entre sacerdoce et mariage : un prêtre qui se marie viole les engagements qu’il a pris vis-à-vis de Dieu100.

  • 101 PT Temp., Pars hyemalis 26 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 148.

79Les deux prédicateurs expriment avec une grande précision la vision qu’ils ont du mariage, insistant aussi bien sur sa signification et sa finalité, que sur sa préparation et les engagements qu’il suppose. On s’oblige à relire quotidiennement aux moines la règle qu’ils sont censés suivre, fait observer Pelbart de Temesvár ; on ferait bien d’appliquer la formule aux fidèles qui ont choisi de se marier, en leur rappelant au moins une ou deux fois l’an quelles sont les obligations du mariage101.

  • 102 S. Kovács (éd.), p. 48-49.

80Les prédicateurs hongrois soulignent tout d’abord le caractère sacré des liens conjugaux. Le mariage est un sacrement à part entière, car il est à l’image de l’union entre le Christ et l’Église102. Par suite, il doit être préparé religieusement ; c’est ce que recommandaient aussi les statuts synodaux.

81Pour cela, il faut faire pénitence, notamment en se confessant au préalable.

  • 103 S. Kovács (éd.), p. 50.

82Les fiancés qui négligent cette étape préliminaire (et Dieu en général) en souffriront durant toute leur vie conjugale, écrit Pelbart de Temesvár103.

  • 104 S. Kovács (éd.), p. 50.

83Quant à ceux qui contractent un mariage en dehors de l’Église, ils rencontreront les pires difficultés ; ce qui commence mal se poursuit mal104

84Pour « vivre en paix » leur mariage, les laïcs doivent bien comprendre quelle est la finalité de ce sacrement ; il faut que celle-ci coïncide avec leurs intentions au moment où ils prennent la décision de se marier.

  • 105 S. Kovács (éd.), p. 49. Le thème est universel dans la littérature homilétique médiévale. M. Zink, (...)
  • 106 S. Kovács (éd.), p. 50-51. Pour les statuts synodaux hongrois de la fin du Moyen Âge précisant que (...)
  • 107 Voir infra, note 108.

85Si Dieu a instauré le mariage, c’est d’abord pour favoriser la procréation, afin qu’il y ait de plus en plus d’habitants au Paradis, rappelle Pelbart de Temesvár ; d’où l’obligation d’engendrer105. Il est nécessaire, pour remplir au mieux cet objectif, de se conformer aux lois ecclésiastiques et civiles qui réglementent les liens de parenté, pour éviter la consanguinité, même spirituelle (de parrain à filleul)106. Rappelons qu’en Hongrie la pratique de la publication des bans ne devint systématique qu’à l’extrême fin du Moyen Âge107.

  • 108 S. Kovács (éd.), p. 50.
  • 109 S. Kovács (éd.), p. 51.

86La deuxième finalité du mariage est d’apporter aux hommes le réconfort, par le soutien mutuel que s’offrent les époux, à l’image du couple que formaient Joseph et Marie108. Sans aller jusqu’à recommander les « mariages d’amour », fondés sur une attirance réciproque, Pelbart de Temesvár fustige ceux qui se marient par intérêt personnel, notamment pour la richesse du conjoint, parce qu’il est son créancier, etc.109 Les exemples urbains et ruraux montrent qu’en Hongrie comme partout ailleurs, les critères sociaux prévalaient.

  • 110 S. Kovács (éd.), p. 48-49.
  • 111 S. Kovács (éd.), p. 50.
  • 112 Quidam cum sponsa alterius violata fide contraxit matrimonium, et statim prima nocte ambo obsessi (...)
  • 113 S. Kovács (éd.), p. 50.
  • 114 L. Solymosi, p. 118.

87La raison d’être du mariage est aussi de tempérer la sensualité humaine. Plusieurs sermons de Pelbart de Temesvár insistent tout spécialement sur cette fonction. Les fiancés doivent prendre conscience de cet objectif, avant de s’engager110. « S’ils s’adonnent au plaisir comme le cheval ou la mule, l’esprit du mal est sur eux », déclare Pelbart de Temesvár111. Le mariage doit devenir au contraire un rempart contre la luxure. D’où la condamnation virulente de l’adultère et de la bigamie, tous deux inspirés par le diable. Pelbart de Temesvár utilise à ce propos un exemplum mettant en scène un homme qui avait épousé la femme d’un autre. Leur première nuit commune fut hantée par les démons, et toute la ville accourut aux cris de terreur qu’ils poussaient ; l’ermite Fortunat parvint à les déposséder, et l’homme rendit alors la femme à son premier mari112. C’est précisément pour lutter contre la polygamie que le mariage ne doit pas avoir lieu en secret, sans témoin113 ; on retrouve ici les exigences de la législation synodale hongroise en matière de publication des bans114. Cependant, Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó ne vont pas jusqu’à prôner le mariage virginal, même en cas de mariage imposé.

  • 115 S. Kovács (éd.), p. 50.

88Ajoutant une nuance personnelle à ce discours très conventionnel dans la littérature cléricale, les deux prédicateurs précisent que, pour « réussir » leur mariage, les époux doivent respecter d’autres règles qui, établies par les hommes, n’en permettent pas moins de consolider les liens conjugaux. Ainsi, selon Pelbart de Temesvár, l’accord préalable des parents est souhaitable ; il ne s’agit pas de remettre en cause le libre consentement des deux époux, mais d’éviter les conflits familiaux. Par ailleurs, il vaut mieux éviter de marier des personnes en tous points opposées, sur le plan social (noble/roturier, riche/pauvre) ou sur celui de l’âge (jeune/vieux) ; car les époux trop contrastés s’entendent souvent mal115.

Le rôle des femmes

  • 116 M. Zink, p. 401.

89Une femme peut-elle être un modèle de vie chrétienne pour les laïcs ? À la fin du Moyen Âge, il n’y a plus l’ombre d’un doute sur ce point : on sait que les femmes ne sont plus seulement « occasion du péché et objet du plaisir » (M. Zink), comme au xiie siècle116. Elles aussi ont accès au salut, mais elles doivent prendre garde à certains penchants propres à leur nature, et éviter de susciter le péché, en particulier le péché de chair.

  • 117 H. Martin, p. 382, 394.
  • 118 Queri potest qui sunt occasiones vel cause gravis ruine in muliere. Ad quod respondetur secundum d (...)

90Les deux prédicateurs hongrois reprennent à leur compte le stéréotype médiéval de la femme, éternelle tentatrice. Commentant la vie de sainte Marie-Madeleine, Pelbart de Temesvár développe la même argumentation que nombre de prédicateurs de France du Nord à la fin du Moyen Âge, à propos de la même sainte117. Il déclare que les femmes sont souvent source de péché : par leur beauté physique, elles attirent les hommes, surtout si elles augmentent leurs attraits par des ornements, et ne sont pas placées sous bonne garde. Elles entraînent alors les hommes, sinon vers l’adultère et la luxure proprement dits, au moins vers la concupiscence, faisant naître chez eux l’envie furieuse de satisfaire leurs appétits sexuels (les « plaisirs du corps »), quitte à négliger pour cela leurs obligations élémentaires, comme le travail118.

  • 119 Queri potest qui sunt remedia valentia mulieribus pro anime et fame custodia et honesta vita. Ad h (...)
  • 120 H. Martin, p. 394 ; M. Zink, p. 403.
  • 121 Statuts de Veszprém en 1515. L. Solymosi, p. 119.

91Pour éviter de tels dangers, et faire leur propre salut, les femmes doivent (selon saint Augustin, que cite Pelbart de Temesvár) vivre dans la crainte de Dieu et dans la pudeur. Plus concrètement, elles doivent éviter les hommes, ou s’en méfier, afin de mener une existence honnête mais aussi de conserver une réputation honorable119. Ces prescriptions, courantes en France du Nord et du Midi120, rejoignent certaines recommandations pratiques faites par les synodes hongrois de la fin du Moyen Âge121 (comme celle donnée aux confesseurs de se couvrir les yeux lorsqu’ils confessent une femme, afin de ne pas voir son visage).

  • 122 Quales virtutes disponunt mulieres ad gratiam magnam et laudabilem sanctitatis gloriam. Respondet (...)

92Les femmes souffrent par ailleurs d’autres handicaps, qui les obligent à fournir des efforts supplémentaires pour faire leur salut. Étant moins intelligentes que les hommes (debilioris rationis), écrit Pelbart de Temesvár à propos des Saintes Veuves et en citant saint Gilles, elles doivent davantage s’instruire sur les choses divines (notamment en écoutant des sermons commentant la Parole de Dieu). Fragiles et plus enclines à suivre leurs passions, elles doivent persévérer dans la crainte de Dieu et l’obéissance à ses préceptes, éviter tout excès (dans l’amour comme dans la colère ou dans la joie), rester discrètes (lingua tacita), accomplir leur labeur avec diligence, et prier fréquemment en se remémorant la Passion du Christ122.

93En définitive, la morale sociale et familiale présentée par Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó est déterminée par l’intention, à savoir la volonté ou non de se conformer aux préceptes divins. Elle correspond à l’ensemble de la vision de la vie chrétienne que donnent les deux prédicateurs : une morale fondée sur l’intention, beaucoup plus que sur l’acte ou la condition. Quelle que soit la position que l’on occupe dans la société, la profession que l’on exerce, ou le sexe auquel on appartient, il faut éviter les tentations et pièges propres à chacune de ces catégories. Le bon laïc est donc celui qui, loin de fuir ses responsabilités familiales et professionnelles pour s’improviser ermite contemplatif ou prédicateur itinérant, s’en acquitte scrupuleusement.

  • 123 Depuis la morale formaliste et la valorisation absolue de la vie contemplative comme seul idéal de (...)

94Il n’est plus condamné à rester « spirituellement sous-développé » (pour reprendre la formule de Michel Zink, à propos des sermons romans des xiie et xiiie siècles), car son activité dans le monde se voit reconnaître (enfin) une valeur religieuse au moins égale à la vie contemplative123.

  • 124 Certaines de leurs prises de position trouvaient cependant un écho particulier dans le contexte ho (...)

95Sur tous ces sujets, il est malaisé de déceler une véritable originalité hongroise. Loin d’être une exception, le stéréotype du bon laïc apparaissant dans les sermons étudiés diffère peu de celui que l’on peut établir à partir d’autres documents pastoraux, rédigés par des clercs occidentaux à cette période. Les exempla qu’utilisent leurs auteurs servent aussi, pour l’immense majorité d’entre eux, aux autres prédicateurs de la Chrétienté. Et, de manière générale, Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó se fondent moins sur une expérience personnelle originale que sur des sources ecclésiastiques déjà anciennes124.

96On soulignera cependant le ton très pondéré qu’adoptent les deux prédicateurs hongrois, très éloigné du mysticisme flamand et de la verve italienne.

  • 125 Le plus souvent, elles sont données telles quelles, sans commentaire personnel de la part du prédi (...)
  • 126 Si bien que l’on peut dire que le modèle de bon laïc qu’ils établissent se trouve plus éloigné, en (...)
  • 127 On sait que la morale de l’intention, amorcée au xiiie siècle dans la prédication populaire frança (...)

97Les citations des Écritures ou des Pères de l’Église sont rarement interprétées dans un sens « moderne »125. On retrouve cet accent traditionnel dans les passages de leurs sermons qui portent sur tous les points que je n’ai pu évoquer ici : plutôt que la fréquente communion, la mortification volontaire fondée sur le dégoût pour la vie terrestre, ou encore l’érudition théologique, Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó encouragent chez les fidèles le respect des seules obligations élémentaires de la vie chrétienne, dans un esprit de pénitence, et en sollicitant l’intercession des saints126. Pour autant, en insistant sur l’intention, les deux prédicateurs hongrois se conformaient à la tendance générale de la religiosité en Occident à la fin du Moyen Âge127.

98Leurs opinions reflétaient aussi, dans une certaine mesure au moins, l’état d’esprit environnant. Dans un royaume aussi peu urbanisé que la Hongrie, relativement épargné par les crises de la fin du Moyen Âge jusque dans les dernières décennies du xve siècle, et longtemps dépourvu d’université, une véritable émergence du laïcat sur le plan des modèles spirituels n’était guère possible.

  • 128 Gábor Klaniczay, « La noblesse et le culte des saints dynastiques sous les rois angevins », dans N (...)

99Sans doute est-ce justement parce que la piété populaire y revêtait encore des formes peu spécifiques, qu’aucun laïc hongrois ayant vécu avant le milieu du xvie siècle n’a réussi (en dehors des membres des dynasties régnantes) à obtenir sa canonisation. Le cas de Maurice Csák, mort en odeur de sainteté en 1336, illustre bien l’impossibilité de voir naître une sainteté laïque en Hongrie jusqu’à la fin du Moyen Âge. À l’exemple d’Elzéar de Sabran et de Delphine de Puymichel, Maurice Csák et sa femme refusèrent de consommer un mariage qui leur avait été imposé ; cependant, au lieu de rester dans le monde, comme leurs modèles provençaux, tous deux entrèrent au bout de trois ans dans l’ordre de saint Dominique128.

Sources imprimées

100Abréviations utilisées (en note) :

101PT : Pelbart de Temesvár

102OL : Osvald de Laskó

103Dom. : Sermones dominicales

104Quadr. : Sermones Quadragesimales ou Quadragesimale

105Sanctis, I/II : Sermones de Sanctis, Pars Hyemalis/Pars Estivalis

106Temp. : Sermones de Tempore

107Les autres œuvres des deux prédicateurs sont désignées par le(s) premier(s) mot(s) du titre (voir la liste complète de leurs œuvres dans l’introduction).

108Les références données en note indiquent respectivement : la provenance de l’extrait cité, d’après la numérotation utilisée dans les premières éditions (auteur, nom du recueil, numéro de chapitre en chiffres arabes, parfois suivi du numéro du paragraphe indiqué par une lettre capitale) ; lorsqu’elles existent, les éditions modernes du même extrait (en latin, en hongrois) ; enfin, la bibliographie se rapportant à celui-ci.

109titre et incipit des sermons :

110SZABÓ (Károly), HELLEBRANT (Árpád), Régi magyar könyvtár, t. III : Magyar szerzoktol külföldön 1480-tól 1711-ig megjelent nem magyar nyelvu nyomtatványoknak könyvészeti kézikönyve, 1re partie (1480-1670), Budapest, 1896.

111exempla :

112KATONA (Ludovicus), Specimina et elenchus exemplorum quae in Pomerio serm. Quadragesimalium et de tempore fr. Pelbarti de Temesvár occurrunt, Budapest, Franklin-Társulat nyomdája, 1902.

113extraits choisis (édition bilingue latin – hongrois) :

114Brisits (Frigyes) et ses élèves du lycée cistercien Saint-Emeric de Budapest, Temesvári Pelbárt muveibol, coll. Magyar Irodalmi Ritkaságok 6, Budapest, Királyi magyar egyetemi nyomda, 1931.

115extraits choisis (traduction hongroise) :

116V. Kovács (Sándor), Temesvári Pelbárt válogatott írásai, Budapest, Helikon-Europa, 1982.

117Zolnay (László), Fény és árnyék a középkori Magyarországon, Budapest, Koszmosz Könyvek, 1983, p. 230-232.

118incunables :

119Il est évidemment hors de propos de dresser ici l’inventaire des bibliothèques européennes possédant les premières éditions des œuvres de Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó. Les exemplaires que j’ai personnellement consultés sont ceux conservés à la bibliothèque universitaire de Pécs, dans le fonds Klimó. On y trouve tous les recueils de sermons des deux prédicateurs, dans les éditions du début du xvie siècle (dont le Stellarium de Pelbart de Temesvár).

Bibliographie sélective

120ouvrages généraux et comparatifs

121Beriou (Nicole), La prédication de Ranulphe de la Houblonnière. Sermons aux clercs et aux simples gens à Paris au xiiie siècle, Paris, Études Augustiniennes, 1987.

122Martin (Hervé), Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge. 1350-1520, Paris, Cerf, 1987.

123Vauchez (André), Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, Cerf, 1987.

124Vauchez (André), « Lay People’s Sanctity in Western Europe : Evolution of a Pattern (Twelfth and Thirteenth Centuries) », dans R. Blumenfeldkosinski et T. Szell (dir.), Images of Sainthood in Medieval Europe, Ithaca-Londres, Cornwell University Press, 1991, p. 18-32.

125Vauchez (André), La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Paris-Rome, Ecole Française de Rome, 1981 (rééd. 1988).

126Zink (Michel), La prédication en langue romane avant 1300, Paris, Champion, 1976 (rééd. 1982).

127ouvrages sur la prédication en Hongrie médiévale

128Horváth (János), A magyar irodalmi muveltség kezdetei [Les débuts de la culture littéraire hongroise], Budapest, 1931.

129Madas (Edit), « Un genre littéraire : la prédication. Réalité hongroise et contexte européen », dans S. Csernus et K. Korompay (dir.), Les Hongrois et l’Europe. Conquête et intégration, Paris-Szeged, Publications de l’Institut Hongrois de Paris, 1999, p. 395-410.

130Mályusz (Elemér), Egyházi társadalom a középkori Magyarországon [La société ecclésiastique en Hongrie médiévale], Budapest, 1971.

131Mihalovics (Ede), A katolikus prédikáció története Magyarországon [Histoire de la prédication catholique en Hongrie], Budapest, 1900.

132Pásztor (Lajos), A magyarság vallásos élete a Jagellók korában [La vie religieuse des Hongrois à l’époque des Jagellon], Budapest, 1940 (rééd. Budapest, METEM, 2000).

133Vizkelety (András), « Példaképalkotás és argumentáció a középkori szent István prédikációkban » [Exempla et argumentation dans la prédication médiévale sur saint Étienne], dans F. Glatz et J. Kardos (dir.), Szent István és kora, Budapest, Magyar Tudományos Akadémia Történettudományi Intézete, 1988, p. 180-184.

134monographies sur Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó

135Böröcz (Marcell), Ferencesek a középkori magyar irodalomban [Les Franciscains dans la littérature médiévale hongroise], Pécs, 1911.

136Horváth (Cirill), Temesvári Pelbárt és kódexeink [Pelbart de Temesvár dans la littérature codicologique hongroise], Budapest, 1891.

137Horváth (Richárd), Laskai Ozsvát [Osvald de Laskó], Budapest, 1932.

138Pásztor (Lajos), « Temesvári Pelbárt és Laskai Ozsvát az egyházi és világi pályáról » [Pelbart de Temesvár et Osvald de Laskó et les carrières ecclésiastique et laïque], Regnum 1937, p. 141-154.

139Szilády (Áron), Temesvári Pelbárt élete és munkái [La vie et les oeuvres de Pelbart de Temesvár], Budapest, 1880.

140Timár (Kálmán), « Ferencrendi hitszónokok a XV. és XVI. században » [Les prédicateurs franciscains aux xve et xvie siècles], Religio 1910 n°17, p. 260-262.

141Vida (Tivadar), « Temesvári Pelbárt kapcsolata kora társadalmával » [Les relations de Pelbart de Temesvár avec la société de son temps], Vigilia 1976, p. 671-679.

Notes

1 A. Vauchez, Les laïcs…, La sainteté…, « Lay People’s… » (voir bibliographie en annexe).

2 Le mariage virginal paraît toutefois suspect aux yeux des représentants de la hiérarchie ecclésiastique, du moins à partir du xive siècle, pour Elzéar de Sabran et Delphine de Puymichel, puis Jeanne-Marie de Maillé. A. Vauchez, Les laïcs

3 Avec modération toutefois, après la condamnation des Flagellants par Clément VI en 1348-1349.

4 H. Martin, Le métier

5 Voir A. Vauchez, Les laïcs…, qui distingue les modèles méditerranéens des modèles nés dans le Nord du continent européen.

6 Sur les saints issus des dynasties ayant régné sur la Hongrie, voir les nombreux travaux de Gábor Klaniczay.

7 À l’évidence, l’utilisation des sources pastorales entraîne une confusion entre modèle et stéréotype, puisqu’il est impossible d’isoler le stéréotype du laïc de celui du bon laïc. De rares digressions, brèves incisives parsemant un discours moralisateur et édifiant, opposent, par le moyen de formulations à la fois laconiques et répétitives, les humbles – qualifiés de simples, incultes et pauvres (populus simplex, rustici) et souvent confondus avec les paysans (villani, rurales) – aux puissants – généralement décrits comme orgueilleux, méprisants, et abusant de leur pouvoir. Voir les exemples cités dans la suite de cet exposé.
Autre difficulté résultant de l’indigence du corpus documentaire : le manque d’indices permettant de mesurer l’impact du stéréotype du bon laïc sur la vie et les mentalités de tous ceux à qui s’adressait le discours clérical. Voir M.-M. de Cevins, “The Influence of Franciscans Friars on Popular Piety in Hungary at the End of the 15th Century”, dans Actes du colloque international Church and Society in East Central Europe (Cluj, 6-8 septembre 2001), dir. Maria Craciun, parution prévue pour fin 2003.

8 Je n’utiliserai ces documents normatifs qu’à des fins comparatives. Voir infra.

9 Aujourd’hui Alba Iulia, en Roumanie.

10 A. Vizkelety, « Példaképalkotás… », p. 182-183 ; E. Madas, « Un genre… », p. 406-408.

11 À moins de s’avancer très loin dans le xvie siècle (ce qui pose d’autres problèmes, en raison de la coexistence entre prédicateurs réformés et catholiques), il est par conséquent impossible de repérer les étapes chronologiques de la construction (ou de l’élaboration) du stéréotype du bon laïc dans les sermons hongrois.

12 Il faudrait y ajouter le recueil de sermons qu’Andor Tarnai a récemment attribué à Michael de Ungaria.E. Madas, « Un genre… », p. 395.

13 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 142.

14 Comme le précisent les auteurs en prologue. L. Pásztor, « Temesvári… », p. 142 ; E. Mályusz, p. 354-355. Précisons que ce sont les derniers représentants de ce type de sermonnaires pour la Hongrie. En effet, les recueils de sermons rédigés dans les années suivantes étaient conçus pour être lus intégralement aux fidèles (comme le Codex Érdy, composé vers 1526). E. Madas, « Un genre… », p. 399.

15simpliciori stilo prosequendo pro capacitate populi simplicis huius nostre regionis. PT Sanctis, Prologus et II, 78 E, cité par L. Pásztor, dans « Temesvári… », p. 142.

16 À propos de la confession par exemple : predicta misteria de confessione sufficiunt, aliis qui non pertinent ad sermonem popolarem omissis. PT Quadr. I, 39, cité par L. Pásztor, dans « Temesvári… », p. 142.

17 Quadr., Prologus et Temp., Prologus, cités par L. Pásztor, « Temesvári… », p. 143 ; E. Mályusz, p. 355.

18 E. Mályusz, p. 355.

19 J. Horváth, A magyar… ; Á. Szilády ; C. Horváth, Temesvári Pelbart ; Bistics (introduction, p. 9-10), et surtout T. Vida, p. 671-672 ; ces derniers rectifient certaines affirmations erronées de l’historiographie du xixe siècle.

20 Après un premier ouvrage rédigé entre 1483 et 1487 à l’intention de ses élèves du couvent de Buda, une explication des Psaumes (Expositio compendiosa (libri) Psalmorum), il loua les vertus de la Vierge Marie dans un ouvrage intitulé Stellarium coronae gloriosisimae virginis mariae splendissimum, publié à Hagenau en 1498, en partie au moins destiné à des prédicateurs. Les éditions ultérieures de cette oeuvre s’intitulent d’ailleurs Pomerium Sermonum de Beata Virgine. Comme le Gemma fidei d’Osvald de Laskó, on se trouve donc ici à la limite entre un ouvrage à vocation spécifiquement pastorale, et un livre de théologie ou de mystique de portée générale. Pelbart de Temesvár consacra les dernières années de sa vie à rédiger un vaste dictionnaire théologique, l’Aureum Rosarium Theologiae (publié à Hagenau entre 1503 et 1508), dont le quatrième et dernier tome fut achevé, après sa mort, par son élève, Osvald de Laskó.

21 K. Timár, « Ferencrendi… », p. 261. Pour les détails complémentaires, voir bibliographie (monographies).

22 L’auteur raconte en préambule que ce sont les frères de son ordre qui lui ont demandé d’écrire ce texte pour mieux s’élever contre les croyances erronées de son temps. Dans les mêmes années, Osvald de Laskó achevait, on l’a vu, le dernier volume de l’Aureum Rosarium commencé par son maître, et rassemblait les règles des Observants (entre 1501 et 1510), tout en continuant la chronique franciscaine.

23 Notamment Herolt, Gritsch, Meffreth, l’anglais Holcot, le viennois Heinrich von Langenstein, Thomas Ebendorfer.

24 E. Mályusz, p. 356.

25 Plus spécialement dans l’œuvre de Pelbart de Temesvár.

26 Sur les divergences entre Pelbart de Temesvár et les pré-luthériens, voir T. Vida, p. 676-677.

27 T. Vida, p. 674-676.

28 J’ai regroupé les données relatives à ces aspects dans un article publié en octobre 2001, dans Specimina Nova (revue de l’Université de Pécs, Hongrie), sous le titre : « La religion des laïcs, vue par les prédicateurs franciscains hongrois de la fin du Moyen Âge », p. 147-168.

29 Ecclesia est corpus misticum Christi simile corpori naturali secundum apostolorum. Sed in naturali corpore sunt diversa officia membrorum, ergo et in ecclesia debent esse et etiam sunt diversi ordines. […]. OL Dom., IV, 227 a ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 145, note 16.

30 OL Quadr., 20 N.

31 S. Kovács (éd.), p. 16.

32 Dans un autre sermon justifiant les impôts dus aux dirigeants (laïcs et ecclésiastiques), les clercs figurent, au même titre que les princes ou les maîtres, comme responsables du bien-être commun des fidèles ; il est légitime, pour cette raison, qu’ils prélèvent la dîme (de même que les rois et les seigneurs prélèvent impôts et redevances seigneuriales). Voir infra, note 48. La levée des dîmes, précisons-le, ne suscitait plus de résistance depuis longtemps en Hongrie, en dehors de quelques révoltes sporadiques, à caractère anti-seigneurial.

33 OL Sanctis I, 27, 94 ; RMK III, p. 210.

34 Ils se rapprochent en cela de nombreux sermons occidentaux rédigés en Occident depuis le xiie siècle.Voir par exemple : M. Zink, p. 400-401 et N. Bériou, vol. 1, p. 134, 141, 144.

35 Minister dei videtur quodam modo superare potestatem virginis virginum, quia licet beata virgo omnem puram creaturam excellat in hoc, quod de suo corpore humanatus sit dei filius et quod ipsa dicatur vera dei mater ; tamen hoc semel factum est et amplius nunquam fiet. Sacerdos vero non tantam semel, sed multoties hoc idem corpus conficit. OL Quadr., 18 F ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 146.

36 Etiam secundo creatura humana quare omnis hominibus subjectus est orto sacerdotum in solvendo a peccatis vel ligando. PT Sanctis I, 55 L.

37 Ex his intelligeri poteris, quod dona dei sacerdote honoramus. OL, Quadr. II, 18 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 146.

38 Primo quindem creatura mundana omnis cum sacerdotio s. christi omnia obediant et adorent eum qui est sacerdos in eternum secundum ordinis. PT Sanctis I, 55 l.

39 PT Sanctis I, 55 l.

40 S. Kovács (éd.), p. 16.

41 Et si sumus mali tunc populo proficimus ; cui melius est habere caput lanquidum quam nullum, ut spiritualem vitam per nos habeat. OL Sanctis 112 ; R. Horváth (éd.), Laskai…, p. 59-60.

42 Ce thème revient au moins à trois reprises dans les sermons de Pelbart de Temesvár, et se trouve aussi chez Osvald de Laskó ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 146 ; R. Horváth, Laskai…, p. 57-61.

43 Sed utrum, qui sunt in superiore ordine hierarchiae, meliores sint inferioribus ? Respondetur […] quod non semper, licet enim illi sunt in statu ordinis altioris, tamen coram deo merita ordinum mutat qualitas actionum […]. Sic quidam in inferiori ordine vel etiam saeculari statu meliores sunt bene vivendo, quam qui sunt in superiore ordine minus bene viventes. PT Rosarium II, 179 b.

44quod nisi ipse filius consenserit non obligabitur ex matris vel patris quo ad aliquid personale, ut ieiunare, presbyterari, religionem intrare et similia. PT Sanctis II, 24 G ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 147 ; id., A magyarság…, p. 11.

45 Tunc non liceret religionem intrare, nisi ista remansio in seculo esset cum salutis dispendio et crimine nobis, quare tunc necessitudini generis anterfertur pietatis religionis divine. PT Sanctis II, 24 F.

46 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 149. On retrouvera ce thème à propos de la noblesse (voir infra).

47 M. Zink, p. 431.

48 S. Kovács (éd.), p. 15. Voir aussi note 32. L’obligation de satisfaire à ses devoirs fiscaux (taxes, redevances seigneuriales) est aussi formulée dans les sermons français du xiiie siècle. M. Zink, p. 426.

49 PT Rosarium II, 144 ; OL Dom., 39 T ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 152.

50 PT Rosarium II, 42b et Sanctis II, 67 H.

51 OL Dom., 39 T ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 152-153.

52 PT Sanctis I, 84 B.

53 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 152.

54 Nobilitas est orta in hominibus. […] Nobilitas sanguis est inane nomen, quare secundum eumdem nobilitates carnis est quandam laus de meritis parentum proveniens. Sed quid prodest tibi quam parentes tui fuerunt probi et virtuosi : tu autem est criminosus […]. Nunquid melior est esse de genere nobili quam rusticano. […] Melius esse de contemptibili genere nasci et crimiose vivere. PT Sanctis II, 15 CD. On trouve des développements analogues dans OL Sanctis, 32 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 153 ; T. Vida, p. 673.

55 Ceux qui rusticos etiam bonos reputant quasi bruta, lit-on chez Osvald de Laskó. OL Sanctis, 32 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 153.

56 PT Sanctis II, 15 CD.

57 H. Martin, p. 401-406.

58 Ils ne perdent rien pour attendre, puisqu’ils connaîtront les souffrances de l’enfer. L. Zolnay (éd.), p. 230-231. Dans toute son oeuvre homilétique, Osvald de Laskó se fait lui aussi le défenseur des pauvres. R. Horváth, Laskai…, p. 61.

59 La tradition historiographique qui a fait de Pelbart de Temesvár le « Savonarole hongrois » ne repose donc sur aucun fondement objectif ; le seul point commun que l’on peut trouver entre Savonarole et Pelbart de Temesvár est leur abondante production homilétique.

60 S. Kovács (éd.), p. 99-100.

61 Illi autem qui voto religionis professi sunt tenentur etiam effectu omnia relinquere. Quoniam paupertatem, obedentiam, et castitatem vovere habent. Proinde siquis christianus divitias plurimas possidet dummodo illas citra deum amet nec precepta dei transgrediatur, discipulus christi comprobatur. PT Sanctis II, 55 F.

62 S. Kovács (éd.), p. 17-18.

63 S. Kovács (éd.), p. 17-18.

64 S. Kovács (éd.), p. 19-20, 23.

65 S. Kovács (éd.), p. 7-10, 21.

66 Les clercs doivent distribuer les richesses dont ils disposent aux pauvres, en ne conservant que ce qui permet d’assurer le culte et de faire vivre décemment ses ministres, plutôt que d’amasser des trésors. S. Kovács (éd.), p. 22-23. On ne peut s’empêcher de penser ici au luxe princier dont s’entouraient alors les prélats hongrois, à commencer par l’archevêque-primat d’Esztergom (Hippolyte d’Este, puis Thomas Bakócz).

67 S. Kovács (éd.), p. 19-20. Voir infra (à propos de la mendicité).

68 S. Kovács (éd.), p. 13, 15.

69 Les deux prédicateurs ne reprennent donc pas à leur compte le mépris pour le travail manuel exprimé en chaire par un saint Bernard ; il est vrai que ce dernier s’adressait à un auditoire monastique.M. Zink, p. 398-399.

70 PT Temp., Pars aestivalis, 20 ; S. Kovács (éd.), p. 13, 15-16 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 150.

71 S. Kovács (éd.), p. 20.

72 S. Kovács (éd.), p. 14-15.

73 Parce qu’ils ne font que chercher des explications à des phénomènes naturels, les astronomes, quant à eux, sont respectables. L. Zolnay (éd.), p. 231. On sait le penchant de Pelbart de Temesvár pour l’astronomie. Osvald de Laskó est beaucoup plus critique à l’égard des astronomes, qu’il confond manifestement avec les astrologues (dans Gemma fidei 37). R. Horváth, Laskai…, p. 71.

74 S. Kovács (éd.), p. 10.

75 Et hoc utique convenit ad significandum largitatem pietatis et sic patim ? Quam si volumus esse nobiles et christo conformes debemus esse pii et clementes. Sed heu moderni principes et nobiles ac barones et rectores sunt inmisericordes : munera et taxas a pauperibus extorquentes : munera diligentes et vindictam expectens, ecclesiastica bona diripiens. […] Principes in medio eius quasi lupi rapaces. PT Sanctis II, 15 F ; T. Vida, p. 674.

76 Judicium sine misericordia fiet illi qui non fecerit misericordiam. Superaltat autem misericordia judicium. PT Sanctis II, 16 EF ; S. Kovács (éd.), p. 13. En France, le thème des baillis exploiteurs du peuple se trouve dans les sermons ad populum dès le xiiie siècle. N. Bériou, vol. 1, p. 147.

77 S. Kovács (éd.), p. 27, 29-30.

78 S. Kovács (éd.), p. 10.

79 S. Kovács (éd.), p. 29-31.

80 S. Kovács (éd.), p. 25-29.

81 S. Kovács (éd.), p. 14. L’usure, et sa condamnation unanime, compte parmi les sujets les plus fréquemment évoqués dans les sermons médiévaux. M. Zink, p. 416-418.

82 S. Kovács (éd.), p. 21-22. Osvald de Laskó formule les mêmes interdictions : OL Dom, 93, Quadr. 7, Gemma fidei 39 ; R. Horváth, Laskai…, p. 64.

83 PT Temp., Pars Estivalis, 20 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 150.

84 L. Pásztor, « Temesvári… », p. 151-152.

85negociatio vel mercantia de se non mala vel illicita […] Qualiter ergo intentione debeat negociari ? Respondetur, […] quod non nisi propter finem honestum et necessarium […] 1. Propter necessitate ad sustentationem sui et familie juxta statum suum condecentem. Si nimis superflua congregat ad ditandum se et suos ultra condecentiam : peccatum est. 2. Propter pietatem, ut inde pauperibus subveniat, vel in causas pias eroget. 3. Propter publicam utilitatem, ne res necessarie ad humanam vitam patrie desint et proximis. PT Quadr. II, 31 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 151. Osvald de Laskó reprend cette argumentation dans Quadr., 30 F.

86 Secunda sedes est cupiditatis, in qua sedent avari ; mercatores falsi : sileres ( ?) araneis capientibus muscas qui sunt miseri […] ; non videntes spiritualia et eterna sed solum terrena. OL Sanctis, 88.

87 S. Kovács (éd.), p. 14.

88 S. Kovács (éd.), p. 7.

89 S. Kovács (éd.), p. 14.

90 Militare inquit non est delictum sed propter predam militare peccatum est ; ne rem publicam gerere criminosum est, sed ideo rempublicam agere ut divitias augeas. […] Licitum est etiam divitias augere juste, sicut injuste divitias augeas sic militare videtur inquit esse damnabile. PT Sanctis I, 72 F.

91 OL Sanctis I, 106.

92 L. Pásztor, A magyarság…, p. 12.

93 R. Horváth, Laskai…, p. 62.

94 OL Gemma fidei 64 ; R. Horváth, Laskai…, p. 62 ; L. Pásztor, A magyarság…, p. 12.

95 S. Kovács (éd.), p. 13-14.

96 Encore qu’Osvald de Laskó se montre plus sévère sur ce point que Pelbart de Temesvár. R. Horváth, Laskai…, p. 64.

97 S. Kovács (éd.), p. 13.

98 Conformément à la tradition, exprimée dans les sermons français non mendiants des xiie et xiiie siècles. M. Zink, p. 443-445 ; N. Bériou, vol. 1, p. 137-138.

99 PT Temp., Pars estivalis 20 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 150.

100 S. Kovács (éd.), p. 50-51.

101 PT Temp., Pars hyemalis 26 ; L. Pásztor, « Temesvári… », p. 148.

102 S. Kovács (éd.), p. 48-49.

103 S. Kovács (éd.), p. 50.

104 S. Kovács (éd.), p. 50.

105 S. Kovács (éd.), p. 49. Le thème est universel dans la littérature homilétique médiévale. M. Zink, p. 405 ; H. Martin, p. 393.

106 S. Kovács (éd.), p. 50-51. Pour les statuts synodaux hongrois de la fin du Moyen Âge précisant quels étaient les interdits familiaux au mariage, voir L. Solymosi, « Vallásos élet a 1515. évi veszprémi szinodiális könyv tükrében », dans I. Lengvári (dir.), In memoriam Barta Gábor. Tanulmányok Barta Gábor emlékére, Pécs, Université de Pécs (JPTE), 1996, p. 177.

107 Voir infra, note 108.

108 S. Kovács (éd.), p. 50.

109 S. Kovács (éd.), p. 51.

110 S. Kovács (éd.), p. 48-49.

111 S. Kovács (éd.), p. 50.

112 Quidam cum sponsa alterius violata fide contraxit matrimonium, et statim prima nocte ambo obsessi fuerunt a daemonibus et ad clamorem vexationis eorum tota civitas concurrebat, sed postea per heremitam nomine Fortunatum liberati, rediit illa ad primum sponsum. PT Tempore, 25 X ; L. Katona (éd.), p. 31.

113 S. Kovács (éd.), p. 50.

114 L. Solymosi, p. 118.

115 S. Kovács (éd.), p. 50.

116 M. Zink, p. 401.

117 H. Martin, p. 382, 394.

118 Queri potest qui sunt occasiones vel cause gravis ruine in muliere. Ad quod respondetur secundum docto. quem principue tres sunt quam et magdalenam fecerunt in peccata ruere. Primum est pulcritudo seu formositas. Theophrastus. Mulier pulcra cito adamatur : difficile in ( ?) custodire quam multi amant habere. Heu quammulte mulieres sunt que suam pulcritudinem ornatu vano ampliant ; sicut fecit et Magdalena, et tales digne sunt profundissima gehenna ruentes in multa vicia et perdentes animas hominum in concupiscentia. […] Secunda occasio ruine gravis in muliere est ubertas qua satisfaciunt corpori in delitiis comedendo, bibendo, dormiendo, labores fugiendo […]. Tertia est libertas (….) propter quod Eccl xlii. Super mulieres nequam Lyra i lascivam bonum est signum id est clausura vel clausura ne evagetur, super filiam constitue custodias nequando fa. Venire in opprobrium inimicis etiam Magdalena libertatem habuit et sic multipliciter ruit in peccata et gehennam ; sed Christus liberavit.PT Sanctis II, 30 G.

119 Queri potest qui sunt remedia valentia mulieribus pro anime et fame custodia et honesta vita. Ad hoc respondet Aug. LI de decem chordis quam primum est timor dei, secundum est verecundia quam pertinescit perdere famam et veretur agere in honesta. Tertium est timor pene legis peccatrices punientis.Quartus est societatis male declinatio et cautio. Hec secundum Aug. PT dans Sanctis II, 30 H.

120 H. Martin, p. 394 ; M. Zink, p. 403.

121 Statuts de Veszprém en 1515. L. Solymosi, p. 119.

122 Quales virtutes disponunt mulieres ad gratiam magnam et laudabilem sanctitatis gloriam. Respondet quod scriptura conmendat in eis sex virtutes. Prima est timoris dei perseverantia in preceptorum observantia […]. Secunda est erubescentia conservans in pudicitia […]. Tertia est morum disciplina cum lingua tacita […]. Cujus ratio est quia mulier facta est ex costa ade, ideo naturaliter sequitur proprietates coste. […] Quarta virtus est prudentia in verbi dei audientia. […] Proinde debet frequentare predicationes verbi dei ut in prudentia erudiatur et hoc est magne gratie […]. Sed quare scriptura sic commendat in mulieribus prudentiam et eruditionem plus quam in viris. Respondetur quod secundum Egidium ubi supra mulier est debilioris rationis et virtutis naturaliter quam vir ; propter quod dicitur mulier quasi mollis aer ; eo que nimis mollitur inclinatur ad passiones sequendas ; puta ad passionem timoris sive amoris sive ire et gaudii […]. Quinta est laboris diligentia in pietate et misericordia […]. Sexta est orationis frequentia cum devota passionis Christi memoria. PT Sanctis II, 124 GHI.

123 Depuis la morale formaliste et la valorisation absolue de la vie contemplative comme seul idéal de vie chrétienne, exprimées par exemple dans les sermons français des xiie et xiiie siècles, la page est donc définitivement tournée. M. Zink, p. 473-475.

124 Certaines de leurs prises de position trouvaient cependant un écho particulier dans le contexte hongrois, on l’a vu. De manière générale, la sensibilité et la conviction personnelles des deux prédicateurs se perçoivent mieux dans celles de leurs œuvres qui n’avaient pas une vocation homilétique, et dans d’autres passages de leurs sermonnaires, à caractère poétique et théologique (à propos de la Vierge Marie, de la Passion du Christ…).

125 Le plus souvent, elles sont données telles quelles, sans commentaire personnel de la part du prédicateur.

126 Si bien que l’on peut dire que le modèle de bon laïc qu’ils établissent se trouve plus éloigné, en apparence au moins, de la vie cléricale, que le modèle proposé par certains prédicateurs occidentaux, encore très attachés aux manifestations spectaculaires de la foi. À l’évidence, l’importance attribuée à l’intention faisait toute la différence.

127 On sait que la morale de l’intention, amorcée au xiiie siècle dans la prédication populaire française, s’épanouit pleinement aux siècles suivants. M. Zink, p. 440-442 ; A. Vauchez, La sainteté

128 Gábor Klaniczay, « La noblesse et le culte des saints dynastiques sous les rois angevins », dans N. Coulet et J.-M.Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque d’Angers-Saumur (3-6 juin 1998), Rome, École Française de Rome, 2000, p. 525-526.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540