Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le stéréotype

 | 
Marcel Grandière
, 
Michel Molin

Introduction. La notion de stéréotype

Marcel Grandière

Texte intégral

  • 1 En Belgique, le Centre d’Histoire Contemporaine de Louvain, sous la direction de J. Pirotte, a pub (...)
  • 2 W. Lippman, Public opinion, New-York, cité dans R. Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréot (...)

1La notion de stéréotype a encore très peu pénétré le domaine des recherches historiques, en particulier en France1, bien qu’elle ait été introduite dans les sciences sociales en 1922 par Walter Lippmann2. Étonnante situation quand on pense à l’usage des stéréotypes dans l’histoire humaine, par exemple aux représentations stéréotypées des Autres en général – en commençant par l’histoire ancienne et la représentation des barbares par les Grecs et les Romains –, aux nombreuses constructions intellectuelles, sociales, identitaires réalisées, faites de traits et d’images gravées dans les consciences et répétées sous un grand nombre de formes orales, écrites et imagées.

  • 3 Cette publication est issue d’un séminaire de recherche de l’équipe 2 Éducation, cultures et intég (...)

2Une approche de ces constructions actives au sein des sociétés et initiatrices de comportements est l’objet de ce livre3.

  • 4 Étymologie du terme : stéréo, solide ; type, empreinte.
  • 5 Stéréotypie motrice, ou échopraxie, stéréotypie vocale, ou écholalie. Selon le Dictionnaire des te (...)

3Pour cela, l’historien est confronté à un problème de sens puisque le mot stéréotype a naturellement évolué hors de son milieu professionnel d’origine, les métiers de l’impression4, pour désigner des actions répétées mécaniquement, des expressions non réfléchies, sortes de tics de la pensée et du geste, de trame pré-établie sur quoi repose une partie des comportements spontanés quotidiens. Pour Le Petit Larousse, le terme signifie une « chose banale », une « opinion dépourvue de toute originalité ». En médecine, le stéréotype désigne « des actes ou gestes habituels répétés involontairement », des automatismes dus à un dysfonctionnement du système nerveux5. L’image du stéréotype est plutôt négative.

  • 6 Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle, Paris, édit. CN (...)

4Le Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle6 opte pour un point de vue plus pragmatique de la notion, selon les différents domaines scientifiques qui l’ont utilisée, comme la psychologie, la sociologie, la psychiatrie, la linguistique. « Idée, opinion toute faite, acceptée sans réflexion » pour les psychologues, « gestes, mouvements, paroles répétées » pour les psychiatres, et « association stable d’éléments, groupe de mots formant une unité devenue indécomposable » pour les linguistes, la définition du stéréotype réfère toujours à un modèle, un patron, une forme constante.

  • 7 Le dessin stéréotypé est utilisé dans la création plastique.

5Le stéréotype peut être cependant une vraie construction intellectuelle, un outil pour comprendre mis en place par une société, un groupe, une personne, pour traduire en éléments intelligibles et donner du sens à des « réalités » perçues, mais difficiles à cerner, un outil même pour créer des images sociales et de toute nature7. Le stéréotype apparaît donc pour l’historien beaucoup plus actif et dynamique que ne le laisse supposer l’effet répétition rigide et figé de ses origines professionnelles. C’est un instrument de régulation entre les groupes culturels, nationaux et sociaux, qui les produisent, et qui informent de cette manière sur eux-mêmes.

6D’ailleurs, depuis 1990, l’usage du terme s’est considérablement diversifié dans quasiment tous les domaines des sciences sociales. Stéréotype se rapproche de préjugé, de réputation, dans l’étude des relations de travail, des relations sociales dans leur ensemble, y compris de celles concernant les hommes et les femmes, comme représentations partagées déterminant en partie notre perception du monde, et nos comportements. Les stéréotypes agissent alors comme outils de création et de légitimation des statuts sociaux, ou bien inhibant et empêchant les contestations et les réactions pour se positionner face aux autres, ou bien agissant comme moteur pour construire une identité de groupe formant la base et le socle qui permettent de réagir.

  • 8 R. Bourhis, J.-Ph. Leyens, Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes, Liège, Mardaga, (...)
  • 9 J.-Cl. Croizet, T. Claire, « Extending the concept of stereotype threat to social class : The inte (...)
  • 10 G. Boëtsch et Ch. Villain-Gandossi, « Les stéréotypes dans les relations Nord-Sud : images du phys (...)
  • 11 M. Dupupet, Publicités télévisuelles : recherche des schémas argumentatifs et persuasifs, mémoire (...)

7Les études de psychologie sociale8, de psychologie de la cognition9, les recherches sur les relations internationales10 utilisent également le concept de stéréotype dans sa déclinaison « préjugé », « réputation ». Le terme se rapproche également de « cliché » dans l’ensemble des productions sémiotiques de la télévision, du cinéma, de tous les arts visuels, de l’architecture11

8C’est toutefois dans le domaine des études littéraires et des sciences du langage que les stéréotypes ont permis les recherches les plus développées.

  • 12 Ch. Plantin, Lieux communs, topoï, stéréotypes, clichés, Paris, Kimé, 1993.
  • 13 A. Goulet (édit.), Le stéréotype : crise et transformation. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, (...)
  • 14 Actes du xxie colloque d’Albi : Langues et signification. Le stéréotype : usages, formes et straté (...)
  • 15 Selon J.-L. Dufays, dans Actes du xxie colloque d’Albi, op. cit. L’auteur rappelle d’emblée « le s (...)
  • 16 Ch. Garaud, Sont-ils bons ? Sont-ils méchants ? Usages des stéréotypes, Paris, Champion, 2001 ; Ch (...)

9En France, les colloques de Lyon12 (1992), de Cerisy13 (1993) et d’Albi14 (2000) ont posé les bases de ce « concept-clé pour penser, lire et enseigner la littérature15 ». Le stéréotype est ainsi devenu un outil majeur de recherche littéraire comme le montrent quelques études récentes16. Il est aussi un acteur de création littéraire, car cet objet apparemment figé se construit et se transforme au gré des besoins et agit aux différents niveaux du discours, linguistique, thématique et idéologique.

10En histoire, le concept de stéréotypie peut être d’une grande richesse puisqu’il permet de lire et d’interroger différemment les sources. Et les occasions de créer des stéréotypes ont été nombreuses, car la société construit des modèles pour organiser intellectuellement ses expériences, pour se représenter et imaginer « la réalité ». Modèle de l’Autre, modèle de Soi aussi, pour s’identifier par rapport à l’autre. Ces modèles stéréotypés constituent des types de schémas, des classifications toutes faites permettant de comprendre et d’agir au quotidien, de saisir les événements, les personnes, pour les resituer dans le connu, pour les intégrer dans un schème existant, ce qui permet de tranquilliser les esprits, d’organiser la relation à l’étranger, à l’étrange, à l’Autre.

11Le stéréotype agit alors comme un outil de régulation dans une société, ayant ce qu’il faut de connu et de stable pour ne pas émouvoir et inquiéter, et de souple pour accueillir la nouveauté et l’adapter. Les stéréotypes interviennent comme des schémas de compréhension à disposition pour appréhender le monde, schémas pour lire les événements, pour les reconstruire et les rendre intelligibles. De les « élémentariser » et de les classer, pour avoir prise sur eux. Des schèmes capables aussi d’évoluer pour répondre aux nécessités nouvelles de comprendre. L’inhabituel, l’extraordinaire suscitent un effort de compréhension ou d’adaptation des réseaux d’intelligibilité, le vide étant ici insupportable. La stéréotypie affecte ainsi durablement la vie des sociétés sur plusieurs niveaux : elle crée des stéréotypes sociaux, construit des catégories, conçoit des modèles (ou des anti-modèles) pour susciter des comportements et des modes de pensée : les élites y prennent une part active ; elle trace des images fortement dessinées (parce que répétées) des différents éléments qui constituent l’outillage intellectuel des peuples ; elle établit les représentations de la différence, en façonnant des clichés identitaires.

  • 17 G. Boëtsch, Ch.-V Gandossi, évoquent la « duplicité » des stéréotypes, qui « renseignent plus sur (...)

12Les documents exprimant cette nécessité de se représenter et de comprendre sont nombreux. Et cela dès l’Antiquité. La littérature grecque a son mirage égyptien des rois justes et bons ; Grecs et Romains ont eu besoin de construire leur image stéréotypée des peuples voisins, pour les intégrer dans leur champ de vision sans doute, et pour construire leur propre image, leur propre identité17. Images aussi d’intellectuels, de clercs, de savants et de philosophes. Poésie funéraire épigraphique à Rome, images de sarcophages et iconographie ancienne en général véhiculent des stéréotypes intéressant à relever et à élucider pour comprendre les sociétés antiques : représentations des enfants, des différentes classes d’âge, des différents types sociaux.

  • 18 Voir à ce sujet le beau triptyque de Jérôme Bosch sur le Jugement dernier à la Galerie de peinture (...)
  • 19 Sorcières, justice et société aux xvie et xviie siècles, Paris, Imago, 1987, p. 228.

13Au Moyen Âge, vitae, vie de saints, sermons, règlements, images de toute nature… présentent également des visions stéréotypées des laïques, des clercs, des prophètes et prophétesses mystiques, des maîtres et étudiants, de l’ensemble des acteurs de la société. Ces constructions sont une manière pour les hommes du Moyen Âge de « lire » leur société. Le type de la sorcière est ainsi mis en clichés, avec des éléments stabilisés mettant en place une image qui permette d’en saisir les caractères. Les peurs sont réelles, et suscitent des représentations sémiotiques18. Pour Robert Muchembled, le sabbat est une « construction de théologiens qui bâtissent à la fin du Moyen Âge l’imaginaire des élites sociales européennes. […] ils réactivent des stéréotypes qui n’ont rien de populaire, pour montrer l’existence et les progrès d’un vaste complot satanique19 […] ». Les sources qui construisent le stéréotype de la sorcière aux xvie et xviie siècles (puisque 80 % des suppliciées sont des femmes entre 1580 et 1680) sont le fait des démonologues et des juges, comme les traités de démonologie, les nombreux dossiers des procès tenus devant les cours de justice laïques et ecclésiastiques, les juridictions d’appel (Grand Conseil de Malines aux Pays-Bas, parlements de France).

  • 20 Les stéréotypes issus de la littérature de voyage ont été récemment étudiés aux Journées d’études (...)

14Ces représentations sont nombreuses pour l’époque moderne, développées par les grandes institutions comme l’Église et l’État monarchique, avec d’importants moyens de supports d’images et d’écrits, aussi par le monde des lettres, en particulier au xviiie siècle, y compris par celui peu connu des écrivains obscurs qui produisent la littérature populaire comme les almanachs. Ces textes permettent de représenter les stéréotypes les plus divers, populaires comme les clichés sur l’homme et la femme, sur les métiers et les groupes sociaux bien identifiés – marchands, médecins, paysans, bergers,… –, plus savants, à caractère pédagogique, comme celui de la famille (autour de l’image de la Sainte Famille), de l’éducation chrétienne, de l’enfant, du maître. Guides et littérature de voyage présentent également d’intéressants stéréotypes identitaires20.

15Les sources iconographiques et textuelles sont évidemment les plus riches pour la période contemporaine. Les études sur l’enfance auraient, par exemple, beaucoup à gagner à l’analyse, dans les archives des établissements spécialisés, des dossiers des jeunes en difficulté pour connaître par quels critères de classement, par quelles images dûment répertoriées, les comportements des jeunes ont été analysés, et finalement prises les décisions les concernant. Ce n’est là bien sûr qu’un exemple. Comme les recherches faites dans le domaine de la littérature, les stéréotypes sur les jeunes gens peuvent s’exercer au moins sur trois niveaux : expressions et clichés linguistiques, réemployés systématiquement dans les descriptifs, mêmes schémas argumentatifs, mêmes actions, et enfin, au plan idéologique, mêmes grilles de valeur pour qualifier les personnes. Le stéréotype est porteur de valeurs, il comporte une dimension axiologique.

16L’histoire des régulations sociales et identitaires a également beaucoup à prendre dans l’étude des discours stéréotypés qui abondent dans les journaux, dans les nombreuses revues associatives, religieuses, laïques, sportives, dans les mémoires et dans la littérature romanesque. Actions remarquables, portraits, éloges, réalisations modèles, présentent des constructions intellectuelles qui tendent à structurer les comportements.

17La construction des stéréotypes intéresse donc les historiens. Ce sont des outils pour construire du sens, pour classer, organiser, une manière, comme le conseillait Buffon, d’accumuler des faits pour avoir des idées.

18Une manière aussi de figer les représentations sur l’Autre, le Différent, ce grand acteur de l’histoire. Les stéréotypes instrumentalisent notre vision et notre comportement envers d’autres groupes nationaux. Car ils peuvent être aussi des moteurs de légitimation des systèmes de comportement, dans la vie sociale, en régulant les contacts entre les groupes, en limitant aussi les capacités de réaction des groupes les plus faibles, sociaux, nationaux.

Notes

1 En Belgique, le Centre d’Histoire Contemporaine de Louvain, sous la direction de J. Pirotte, a publié Stéréotypes nationaux et préjugés raciaux aux xixe et xxe siècles : sources et méthodes pour une approche historique, Louvain-la-Neuve, Leuven, Nauwelaerts, 1982.

2 W. Lippman, Public opinion, New-York, cité dans R. Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, 1991, introduction et chap. I, p. 26, 36, 38.

3 Cette publication est issue d’un séminaire de recherche de l’équipe 2 Éducation, cultures et intégration sociale de l’HIRES (Centre d’histoire des régulations sociales), UPRES EA 1710, séminaire qui s’est tenu de 1999 à 2002. Nathalie Lusson, docteur ès sciences, IUFM Angers, a réalisé la composition de ce travail.

4 Étymologie du terme : stéréo, solide ; type, empreinte.

5 Stéréotypie motrice, ou échopraxie, stéréotypie vocale, ou écholalie. Selon le Dictionnaire des termes de médecine, éd. par J. Delamare, Paris, Maloine, 1989.

6 Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle, Paris, édit. CNRS/Gallimard, 1990.

7 Le dessin stéréotypé est utilisé dans la création plastique.

8 R. Bourhis, J.-Ph. Leyens, Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes, Liège, Mardaga, 1994.

9 J.-Cl. Croizet, T. Claire, « Extending the concept of stereotype threat to social class : The intellectual underperformance of students from low socioeconomic backgrounds », dans Personality and social psychology bulletin, n° 24, p. 588-594.

10 G. Boëtsch et Ch. Villain-Gandossi, « Les stéréotypes dans les relations Nord-Sud : images du physique de l’Autre et qualifications mentales », Hermès, n° 30, 2001, introduction. Ce numéro s’est attaché à analyser les perceptions identitaires et différentielles de l’Autre prises dans la dynamique des relations Nord-Sud et Sud-Nord. Voir dans la même publication : Ch. Villain-Gandossi, « La genèse des stéréotypes dans les jeux de l’identité/altérité Nord-Sud », J.-P. Farganel, « Le corps, la parure, le vêtement chez les Orientaux dans l’Empire ottoman vus par les voyageurs français du xvie au xviie siècle : un regard entre exotisme et ethnologie » (1545-1715) ; P. Blanchard, « La représentation de l’indigène dans les affiches de propagande coloniale : entre concept républicain, fiction phobique et discours racialisant ».

11 M. Dupupet, Publicités télévisuelles : recherche des schémas argumentatifs et persuasifs, mémoire de DEA, 2000, Université de Lyon 2, département des sciences du langage, direction : Ch. Plantin.

12 Ch. Plantin, Lieux communs, topoï, stéréotypes, clichés, Paris, Kimé, 1993.

13 A. Goulet (édit.), Le stéréotype : crise et transformation. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 7-10 oct. 1993, Caen, PU de Caen, 1994.

14 Actes du xxie colloque d’Albi : Langues et signification. Le stéréotype : usages, formes et stratégies, 10 au 10 juillet 2000, Saint-Chamas, M.L.M.S. éditeur, mars 2001, publication en ligne : marges-linguistiques.com.

15 Selon J.-L. Dufays, dans Actes du xxie colloque d’Albi, op. cit. L’auteur rappelle d’emblée « le succès évident du concept de stéréotype au cours de la dernière décennie ». La communication introductive de ce colloque de V. Fillol, porte sur « Le stéréotype comme cliché-concept et comme concept-clé en analyse du discours », ibidem.

16 Ch. Garaud, Sont-ils bons ? Sont-ils méchants ? Usages des stéréotypes, Paris, Champion, 2001 ; Ch. Schapira, Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules, Paris, Ophrys, 1999 ; Ruth Amossy (édit.), Images de soi dans le discours, Delachaux et Niestlé, 1999 ; R. Amossy et Anne Herschberg-Pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Nathan Université, 1997 ; Jean-Louis Dufays, Stéréotype et lecture, Liège, Mardaga, 1994 ; D. Castillo Durante, Du stéréotype à la littérature, Montréal, XYZ, 1994 ; R. Amossy, Les idées reçues[…], op. cit., 1991.

17 G. Boëtsch, Ch.-V Gandossi, évoquent la « duplicité » des stéréotypes, qui « renseignent plus sur le groupe producteur – auquel il renvoie - que sur l’altérité visée », dans Hermès, op. cit., introduction, p. 19.

18 Voir à ce sujet le beau triptyque de Jérôme Bosch sur le Jugement dernier à la Galerie de peinture de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne (Autriche).

19 Sorcières, justice et société aux xvie et xviie siècles, Paris, Imago, 1987, p. 228.

20 Les stéréotypes issus de la littérature de voyage ont été récemment étudiés aux Journées d’études doctorales organisées par le CRHIPA de l’université de Grenoble réunies sous le titre Voyage et représentations réciproques, avec la collaboration de l’Université franco-italienne, les 5 et 6 décembre 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540