Version classiqueVersion mobile

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Thasos et son Épire à la fin du ve et au début du ive s. avant Jésus-Christ

Michèle Brunet

Texte intégral

  • 1 Fernand Braudel, préface de la première édition (1949) de La Méditerranée et le monde méditerranée (...)

1L'histoire rurale s'écrit d'ordinaire en marge des soubresauts événementiels, cette « agitation de surface, les vagues que les marées soulèvent sur leur puissant mouvement »1. Elle ne saurait cependant négliger l'événement, tout particulièrement lorsqu'il a des répercussions directes sur la délimitation de son champ d'investigation. D'où mon incursion - toute pacifique — dans le domaine de la « grande histoire », à travers ces quelques pages consacrées aux rapports entre la cité de Thasos et son Épire aux temps mouvementés de la fin de la guerre du Péloponnèse et des débuts du ive siècle. Ce n'est certes pas sans bien des scrupules que je reviens ici sur des points de l'histoire thasienne qui furent abondamment discutés par les plus grands savants ; mais cette témérité est partie prenante de mon hommage à l'historien qui guida mes premiers pas dans les montagnes de Thasos et qui sut me persuader, par son exemple, qu'il existe un intérêt indéniable à explorer les sentiers encore mal frayés du territoire.

  • 2 Ce n'est pas ici le lieu de débattre de la nature exacte des liens qui unissaient la cité et son É (...)
  • 3 À propos des composantes et de l'extension de la pérée, voir Dimitri Lazaridis, Thasos and its Per (...)
  • 4 Cf. Jean Pouilloux, « Pariens et Thasiens dans le Nord à l'époque archaïque », Mélanges Lazaridis,(...)
  • 5 Qui contraignit sans doute les Thasiens au versement d'un tribut au Grand Roi, peut-être dès 512, (...)
  • 6 I, 101, 2.
  • 7 Thuc., 1, 101, 3.

2La puissance et la prospérité thasiennes reposaient, comme on le sait, sur l'exploitation et l'alliance conjointes de l'île (qui constituait le territoire civique stricto sensu) et d'un domaine continental « contrôlé » par la cité, communément désigné dans les textes et les inscriptions sous le nom d' ἤπειρος2. Si, durant la longue histoire de la cité, l'intégrité territoriale insulaire ne subit aucune atteinte, il n'en fut pas de même pour l'Épire : ses limites (qui ne sont pas exactement connues) ont fluctué au cours du temps3 et la domination thasienne ne s'y exerça pas toujours de façon exclusive ni continue : à une phase de conquête échelonnée sur un siècle et demi au moins4, succéda à la fin du vie siècle une période de « cohabitation » avec la puissance perse5, qui fut suivie, après les guerres médiques, par une courte période de pleine domination. Mais en 463, à l'issue d'un conflit qui naquit précisément - Thucydide est formel sur ce point6 - d'une rivalité d'intérêts économiques entre Athènes et Thasos à propos des emporta et des mines de la pérée exploitées par les Thasiens, la cité rebelle assujettie dut abandonner son domaine continental7.

  • 8 Cet article n'aurait pu être écrit si O. Picard ne m'avait fait part, au cours d'une conversation (...)

3On tient pour acquis que Thasos recouvra une forme d'hégémonie sur son ancienne Épire vers 445, par suite d'une libéralité intéressée athénienne. C'est cette question que je voudrais aujourd'hui réexaminer, car il est possible de démontrer que cette hypothèse n'est en fait nullement fondée, qu'il faut reporter à la fin du ve siècle le moment où la cité prit l'initiative de restaurer ses anciens liens avec le continent et enfin, que ce n'est qu'au terme d'un processus long et complexe que l'Épire fut reconstituée. Cette remise en cause d'un point d'ancrage fondamental de la chronologie thasienne entraîne immanquablement un certain nombre de conséquences touchant la datation de quelques inscriptions fameuses et, partant, l'interprétation que l'on peut en faire8

L'Épire ne fut pas restituée à Thasos par les Athéniens vers 445

  • 9 Les montants des trois années 446, 445 et 444 sont malheureusement perdus, d'où l'incertitude sur (...)
  • 10 Cf. Jean Pouilloux, Recherches sur l'histoire et les cultes de Thasos 1, 1954, (désormais Recherch (...)

4L'hypothèse selon laquelle l'Épire aurait été rendue par les Athéniens à Thasos vers 445 fut échafaudée pour servir d'explication au brutal décuplement du phoros thasien versé à la Ligue de Délos : d'après les listes conservées, Thasos verse 3 talents entre 454 et 447, puis à partir de 443, 30 talents9. Cette brusque augmentation, qui fait passer Thasos du rang des contribuables moyens à celui de principal pourvoyeur du Trésor aux côtés d'Égine, fut donc généralement interprétée comme la conséquence d'un accroissement significatif des ressources de la cité que seule la restitution, partielle ou totale, de l'Épire et de ses mines paraissait pouvoir justifier10.

  • 11 Contre cette vision des choses par trop « moderniste », voir les critiques de Moses I. Finley, « C (...)

5Pourtant, la lecture des nombreuses pages qui ont été consacrées à ce problème révèle que ne manquent pas les arguments allant à l'encontre d'une telle reconstitution des faits : aucune source ne mentionne cette restitution ; Néapolis et Galepsos, colonies continentales thasiennes, continuèrent à verser un tribut à la Ligue après la date théorique de leur « rattachement » à Thasos ; enfin, la volte-face athénienne à l'égard de la cité rebelle, qui transmuerait ainsi brusquement la plus extrême sévérité en une mansuétude bienveillante pour cause d'arrière-pensées économiques, ne peut être raisonnablement justifiée, ni d'un point de vue économique ni sur le plan politique, dans le contexte de l'époque11.

  • 12 Cf. supra n. 8.
  • 13 I, 101, 3 : «°χρήματά τε ὄσα ἀποδοῦναι αὐτίκα ταξάμενοι καὶ τὸ λοιπὸν ϕέρειν°».
  • 14 Cf. l'étude de Lucia Nixon et Simon Price, « La dimension et les ressources des cités grecques », (...)

6Or une judicieuse hypothèse d'O. Picard12 oblige à ruiner, à mon sens définitivement, ce fragile lien de causalité établi jusqu'à maintenant entre le décuplement du tribut et la restitution du continent. D'après lui, l'augmentation que l'on constate dans la liste de 443 résulterait en réalité d'un « effet d'écriture » : comme le laisse entendre Thucydide13, les Thasiens auraient été en priorité astreints au remboursement des lourdes dépenses occasionnées par un siège particulièrement long. Ces indemnités de guerre, étant dues exclusivement à la cité d'Athènes, ne pouvaient donc être confondues avec les versements à la Ligue, dont l'objet était autre et la propriété officiellement collective. Par conséquent, durant la quinzaine d'années nécessaires pour éteindre cette dette élevée, il était impossible d'exiger dans le même temps de la part de Thasos un tribut supérieur à trois talents, somme non négligeable au demeurant si on la compare au montant acquitté par un grand nombre de cités plus faiblement taxées. Mais, lorsque le remboursement fut achevé, Thasos comme les autres cités de la Ligue put être taxée à hauteur de ses revenus14, ce que reflète le décuple- ment des sommes inscrites en faveur d'Athéna.

  • 15 Sur un plan économique, on envisage quel peut être également le bénéfice de cette interprétation c (...)

7À mes yeux, une telle explication s'impose, à la fois parce qu'elle s'appuie sur une source (même si la phrase de Thucydide n'est pas tout à fait explicite) et parce qu'elle ne suscite aucune objection dirimante, contrairement à la précédente hypothèse qui apparaît rétrospectivement d'autant plus gratuite. Du point de vue qui nous préoccupe ici, cette nouvelle interprétation des faits oblige donc à abandonner toute idée d'une restitution du continent à Thasos par suite d'une libéralité athénienne peu après le milieu du ve siècle15.

Le processus de reconstitution de l'Épire par la cité de Thasos

8De ces nouvelles prémisses, on doit donc conclure que ce n'est que plus tard, et très vraisemblablement à son initiative, que Thasos retrouva une forme de contrôle sur le continent. Il devient alors nécessaire de reprendre la lecture des sources littéraires et épigraphiques laissant entrevoir la conjoncture politique et stratégique en Égée du Nord au cours de la période mouvementée d'une vingtaine d'années qui inclut la fin de la Guerre du Péloponnèse et ses suites immédiates, pour y découvrir un certain nombre de faits révélant l'existence de ce processus de restauration de l'emprise thasienne sur l'Épire.

Le moment favorable

  • 16 Actes du IX congrès international d'épigraphie grecque et romaine, Athènes 1982, 1984, I, p. 243-2 (...)
  • 17 À l'appui de la démonstration de Fr. Salviat, op. cit., p. 249-250, concernant le stationnement hi (...)
  • 18 Xén., Hell. 1, 4, 9, qui précise que la cité est « en mauvais point par l'effet des guerres, des l (...)

9L'étude de François Salviat sur les archontes de Thasos16 a magistralement établi la succession des événements qui se déroulèrent dans la région à partir de 412/11 : venue du stratège athénien Diitréphès instaurant l'oligarchie à Thasos en février 411, premiers signes d'émancipation deux mois plus tard avec la restauration des remparts démantelés en 463, stationnement de Thrasybule à Thasos17 entre la fin de l'année thasienne de 411 et le printemps de 410, et enfin sécession ouverte de la cité après son départ. C'est dans la seconde moitié de l'année thasienne 410 qu'il faut situer le siège de Néapolis par Thasos avec l'aide des Péloponnésiens, dont nous sommes informés par le premier décret attique ML 89 (daté de la sixième prytanie de l'année attique 410/09), qui loue les Néapolitains d'être restés fidèles à l'alliance athénienne malgré l'attaque des Thasiens. On sait enfin que c'est au printemps 407 que Thrasybule réduisit Thasos à l'issue d'un siège18 et mit ainsi un terme (provisoire) à l'intermède oligarchique sous protectorat lacédémonien.

10À mon avis, c'est au cours de ces trois années 410-407 qu'il convient de placer le début du processus de reconstitution de l'Épire, car il s'inscrit tout à fait logiquement dans le mouvement d'émancipation de la cité. Vue sous cet angle, la guerre infructueuse contre Néapolis, au printemps 410, revêt alors une nouvelle signification : elle devient la manifestation évidente des intentions thasiennes de restauration d'une hégémonie sur le continent, témoigne des difficultés que rencontra la cité pour y parvenir et, partant, de l'importance de l'enjeu à l'échelle régionale.

  • 19 VIII, 64, 2-5, dont les difficultés sont élucidées par Fr. Salviat, op. cit., p. 246-248.
  • 20 À ces manifestations d'une volonté de renouer avec la situation antérieure à 463, il convient égal (...)
  • 21 Outre ces paramètres concrets, on peut invoquer que, sur un plan idéologique, l'hégémonie qu'exerc (...)

11Bien que le processus de reconstitution ne soit explicitement décrit en tant que tel par aucune source, il me semble légitime de supposer qu'il participe implicitement au projet d'émancipation des Thasiens amorcé en 411. De fait, dans un passage19 habilement construit pour être le contre-point exact des clauses de la capitulation qu'il a résumées au livre I, Thucydide relate comment les Thasiens s'activèrent à retrouver leur « liberté » et leur autonomie, d'abord seuls puis avec l'appui des Lacédémoniens, en s'attachant, dès qu'ils en eurent l'opportunité, à faire disparaître les marques de leur abaissement de 463. Pour servir de corollaire au relèvement des remparts, à la reconstitution d'un embryon de flotte grâce à l'aide des exilés, à l'arrêt de tout versement à Athènes20, il ne manque dans ce passage que la mention d'une restauration du contrôle sur l'Épire, cette zone qui est le complément naturel de l'île dans une optique tant géostratégique qu'économique21. La reconstitution du « continent thasien » doit donc nécessairement parachever la reconquête de l'autonomie ; elle ne pouvait néanmoins être acquise d'emblée sous sa forme géographique et institutionnelle du début du ve siècle, car elle supposait en effet un acquiescement minimal des colonies continentales thasiennes au projet de leur métropole de revenir à la situation antérieure à 463. À mon sens, la guerre inaboutie contre Néapolis au printemps 410, tout en témoignant de l'existence des intentions de la métropole vis à vis du continent dès ce moment, montre que ce projet thasien échoua alors partiellement par suite du refus de cette colonie de réintégrer l'ancien système de domination.

L'attitude de Galepsos et Oisymé

  • 22 Voir l'analyse de J. Pouilloux, Recherches I, p. 111-112, dont il faut revoir certains aspects. Le (...)

12Laissant de côté momentanément la question de l'attitude de Néapolis, interrogeons-nous tout d'abord sur ce que put être la réaction des autres colonies continentales. Les sources ne nous informent succinctement que sur les plus importantes d'entre elles, Galepsos et Oisymé, négligeant la destinée des établissements plus modestes qui n'avaient sans doute pas le statut de polis. Galepsos22 accepta sans doute sans difficulté de réintégrer « l'hégémonie thasienne », car elle n'avait guère le choix de l'indépendance totale : assez fortement imposée par les Athéniens jusqu'en 445 (elle verse un tribut d'1, 3 talent), elle avait vu ses revenus décroître considérablement par la suite, surtout à partir de la fondation d'Amphipolis en 437/6. En 424, son prompt ralliement à Brasidas en compagnie d'Oisymé montre clairement de quel côté allaient les sympathies des deux cités. De ce point de vue, la sobre formulation de Thucydide qui mentionne ces faits en IV, 107, 3 mérite commentaire. Après avoir signalé le ralliement à Brasidas de Myrcinos, ville des Édones, l'historien ajoute : καὶ ΓαληΨὸς οὐ πολλοῶ ὕστερον καὶ Oἰσύμη εἰσὶ δὲ αὗται Θασίων ἀποικίαικαὶ ΓαληΨὸς οὐ πολλοῶ ὕστερον καὶ Oἰσύμη εἰσὶ δὲ αὗται Θασίων ἀποικίαι. « Peu après Galepsos et Oisymé firent de même : ce sont en effet des fondations coloniales thasiennes ».

13Il faut attribuer ici à la particule δὲ sa pleine valeur d'explication causale : c'est parce que ce sont des fondations coloniales de Thasos (et le terme d'ἀποικίαι met ici l'accent sans ambiguité sur l'origine des deux cités et non sur un quelconque lien de dépendance vis-à-vis de Thasos au moment des faits) qu'aux yeux de Thucydide, le ralliement immédiat des deux cités à Brasidas s'explique tout naturellement d'un point de vue politique. Magnifique exemple de la lumineuse concision de l'écrivain, cette phrase - écrite par le stratège en poste à Thasos durant l'hiver 424, précisément ! - en dit long sur les sentiments de la métropole thasienne à l'égard des Athéniens à cette époque et n'a de sens que si, à ce moment, Thasos n'est pas l'obligée d'Athènes par suite d'une restitution du continent.

  • 23 Thuc., V, 6, 1 : ΓαληΨὸν δὲ τὴν Θασίαν λαμβάνει κατὰ κράτος. « (Cléon) reprend par la force Galeps (...)
  • 24 Fr. Salviat, op. cit., p. 248-249.

14Galepsos goûta peu aux joies de la liberté octroyée par Brasidas. En 422/1, elle fut reprise par Cléon23. Nous manquons de renseignements sur son destin dans les années qui suivirent. On peut cependant concevoir que, voisine d'Amphipolis d'où partit l'expédition de Timolaos de Corinthe qui déclencha L'apostasis de Thasos en 41024, elle accompagna alors sa métropole dans son mouvement de défection, si ce n'était déjà fait.

L'attitude de Néapolis

  • 25 Selon le témoignage des attendus des deux décrets athéniens ML 89.
  • 26 Recherches I p. 157-161.
  • 27 Cf. l'étude d'O. Picard, « Thasos et Néapolis », Mélanges Lazaridis, 1990, p. 544-546, qui met en (...)
  • 28 Présentées dans « Tα μέταλλα της Θασιακής περαίας°», Mélanges Lazaridis, 1990, p. 500- 514.
  • 29 Par exemple celle qui figure à la p. 501 de l'article d'H..Koukouli.
  • 30 VI, 46. Les multiples arguments avancés par H. Koukouli pour récuser la localisation traditionnell (...)
  • 31 Les Athéniens semblent avoir toujours eu le souci de ménager cette cité dans le cadre de la Ligue  (...)
  • 32 Cf. IG I2, 301, 1. 114-120, qui mentionne une importante somme d'or en provenance de Skaptè Hylè c (...)
  • 33 La rupture de ce lien de sujétion depuis la dissolution de l'Épire thasienne en 463 n'implique cep (...)

15Les sources littéraires et épigraphiques, relativement abondantes, nous informent en revanche clairement sur l'attitude de fidélité absolue de Néapolis à l'alliance athénienne : elle résista victorieusement au siège thasien de 410 et participa activement à la campagne de reconquête de Thasos menée par Thrasybule en 40725. J. Pouilloux26 a bien mis en lumière certaines des « raisons profondes » qui pouvaient être à l'origine de cette hostilité haineuse des Néopolitains à l'égard de leur métropole au cours de ces années, hostilité qui paraît d'ailleurs avoir perduré au ive siècle en dépit des réconciliations officielles27. Grâce aux recherches archéologiques récentes menées par H. Koukouli sur le territoire de Néapolis28, on peut aujourd'hui confirmer la pertinence de cette analyse et la pousser plus loin. En effet, un coup d'œil à une carte de la région29 montre que, dans une optique tant stratégique qu'économique, Néapolis y occupait une position- clé : située au fond d'un golfe à peu près au centre de l'ancienne Epire thasienne, cette cité possédait de nombreux gisements miniers dans la partie orientale de sa chôra, sur les pentes du massif de la Lékanè, secteur qu'il convient très vraisemblablement d'identifier avec le lieu-dit Skaptè Hylè connu par les sources, notamment Hérodote30. Ces considérations font pressentir quelle put être la collusion ponctuelle d'intérêts entre Athènes et la modeste Néapolis dans leur alliance que l'on qualifierait volontiers d'« anti-thasienne » : pour les Athéniens, à l'évidence, il était essentiel d'avoir pour alliée une cité située à cet emplacement, car elle constituait une base stratégique de première importance au centre de l'ancien continent thasien, face à l'île31. De fait, en pratique, l'attitude de Néapolis était déterminante pour favoriser ou empêcher la reconstitution d'un ensemble continental qui, devenu hostile, aurait interdit aux Athéniens l'accès à tout ce secteur maritime et aux mines de l'arrière-pays, dont les revenus étaient vitaux pour eux en ces années difficiles32. Du point de vue néopolitain, il me semble que l'alliance résolue avec les Athéniens doit être interprétée comme l'occasion et l'instrument d'une ambition : celle de pousser son avantage et de conquérir une autonomie définitive par rapport à Thasos. En effet, on conçoit qu'ayant cessé d'être soumise à Thasos depuis plus d'un demi-siècle, Néapolis devait envisager avec réticence le retour à l'ordre ancien projeté par la cité insulaire33. Ses ressources propres tout comme sa position géographique pouvaient légitimement susciter chez elle l'ambition de créer un emporion régional qui aurait rivalisé avec celui de Thasos. Il me paraît donc évident qu'à l'arrière-plan des arguments politiques affichés dans les décrets attiques se profilent en réalité des intérêts d'une autre espèce : stratégiques à court terme de la part des Athéniens, économiques à plus long terme pour les Néopolitains.

  • 34 On trouvera dans Recherches I, p. 159-160 un résumé des interprétations antérieures à celle de j. (...)
  • 35 Passage de la I. 7 du premier décret restitué d'après la 1. 59 du second décret, à la place de la (...)
  • 36 Sur ce point, le rapprochement de cette mention épigraphique et de la phrase de Thuc., IV, 107, 3 (...)
  • 37 Voir ci-dessous p. 237.
  • 38 Hell. I, 4, 9.

16Cette perspective permet, me semble-t-il, de mieux saisir le motif de la correction que Néapolis fit apporter en 407 à la mention de sa qualité de colonie thasienne qui figurait dans le décret de 409 pris en son honneur34. Aux yeux des Athéniens, cette précision (ὅτι ἂποικοι ὄντες Θασίον, « bien qu'ils fussent une colonie de Thasos »35) était destinée à faire ressortir le caractère extraordinaire du dévouement néopolitain à leur cause, la colonie n'ayant pas craint de transgresser les liens religieux et institutionnels qui l'unissaient à sa métropole36. On peut certes admettre que la requête néopolitaine procéda de scrupules moraux et religieux, les Néopolitains cherchant, comme le suggère J. Pouilloux, « à taire une réalité gênante » ; mais, de façon plus pragmatique, j'y verrais plutôt une précaution contre les conséquences éventuelles d'un semblable rappel et la manifestation de la volonté obstinée des Néopolitains de ne pas renouer avec leur ancien statut. De fait, à cette époque, l'emploi des termes apoikia et apoikoi est lourd de connotations à l'échelle régionale : la qualité de colonie thasienne est depuis peu de nouveau équivalente au statut de sujet dans le cadre d'une Épire en cours de reformation, comme l'atteste ouvertement la seconde loi thasienne sur la délation promulguée peu auparavant37. La cité qui vient d'être reprise par Thrasybule avec l'aide de Néapolis étant épuisée par les dissensions internes et la famine au témoignage de Xénophon38, les Néopolitains - qui espèrent toucher enfin les dividendes de leur attitude en cette occasion - ne tiennent sans doute pas à être assimilés aux autres colonies et en profitent alors pour demander que leur statut d'origine ne soit plus mis en exergue de manière officielle.

Le témoignage des inscriptions

  • 39 J. Pouilloux, Recherches I, n° 18, II ; ML 83,1. 7.
  • 40 IG XII, Suppl. 347 II, 1. 3.

17C'est dans ce contexte proprement géopolitique que je me suis efforcée de requalifier sur de nouvelles bases chronologiques que viennent s'insérer les deux textes épigraphiques thasiens où apparaît une mention des colonies ou du continent. Il s'agit de la seconde loi sur la délation39, qui encourage la dénonciation de tout mouvement insurrectionnel ou de tout acte de trahison envers la cité ἐν τἡις ἀποικίησιν, « dans les colonies » et de la seconde loi sur le commerce du vin40 dans laquelle figurent des « commissaires chargés du Continent» (οἱ πρὸς τὴν ἤπειρον ἐπιτετραμμένοιοἱ πρὸς τὴν ἤπειρον ἐπιτετραμμένοι). À la lumière de ce qui précède, il convient donc de reprendre l'analyse de ces deux documents pour voir dans quelle mesure ils contribuent désormais à nous informer sur le processus de reconstitution du continent thasien.

  • 41 Je n'aborde pas dans le cadre du présent article la question de la datation de la première loi sur (...)

18On n'a pas suffisamment exploité à mon avis le fait que, de façon strictement parallèle alors que cet usage n'est somme toute pas si fréquent, nous avons affaire dans ces deux cas à des lois nouvelles qui furent gravées à la suite de lois plus anciennes (première loi sur la délation, première loi sur le vin) et que dans les deux cas, la mention des colonies ou de l'Épire n'apparaît que dans les secondes lois, les plus récentes. Tout se passe donc comme si les dispositions relatives au continent étaient des compléments ajoutés a posteriori à un premier train de mesures pris antérieurement41, à un moment où la législation ne pouvait s'appliquer qu'à l'intérieur des limites du territoire civique, dans l'île. Ces compléments résulteraient donc selon moi de la nouvelle situation créée par le processus de restauration du contrôle sur le continent, qui aurait amené les Thasiens à étendre à cet espace « reconquis » des dispositions valables uniquement pour le territoire civique, tout en les agrémentant d'éventuelles mesures spécifiques.

La seconde loi sur la délation

  • 42 Cf. op. cit. supra n. 16, p. 252-254.
  • 43 Comme l'atteste la confiscation de biens de Thasiens et de Néopolitains pour cause d'atticisme, IG(...)
  • 44 Il est exclu que cette loi puisse concerner Néapolis, à ce moment cité indépendante, de surcroît e (...)
  • 45 J. Pouilloux, Recherches I, p. 155-157.
  • 46 Dans cette optique, le commentaire d'A. J. Graham, op. cit., p. 84 sur la signification de l'emplo (...)

19Dans cette perspective, il est heureux que l'on soit parvenu à une datation quasiment certaine des deux lois successives sur la délation, car c'est nécessairement dans le court intervalle qui les sépare qu'il faut placer le début du processus de restauration de l'hégémonie sur le continent qui conditionne l'existence de la seconde loi. Cette dernière prouve en effet qu'au moment où elle fut promulguée, les Thasiens disposaient de nouveau du pouvoir de légiférer à destination de certaines de leurs colonies. Au terme d'une analyse rigoureuse combinant la chronologie des archontes et le témoignage des sources historiques, Fr. Salviat42 est parvenu à la conclusion que la première loi date de l'hiver (Apatourion) 410 et la seconde du printemps (Galaxiôn) 408. Si l'on admet, comme je le propose, d'interpréter le siège de Néapolis du printemps 410 comme un épisode inabouti de l'entreprise thasienne en direction du continent (qui aurait donc bien été amorcée dans l'intervalle entre ces deux lois), on comprend mieux alors la portée de la seconde loi ainsi que la formulation ἐν τηις ἀποικίησιν qui y est adoptée. En effet, en ces années où la tension entre oligarques et atticisants paraît être exacerbée43, les Thasiens purent craindre que l'exemple de Néapolis, transformée en bastion pro-athénien où les exilés démocrates trouvèrent refuge, ne contaminât — de gré ou de force - ses proches voisines. La seconde loi sur la dénonciation viserait donc à s'assurer de la fidélité absolue des colonies (Galepsos et Oisymé en particulier), qui avaient été réunies depuis peu à Thasos dans le cadre vraisemblable d'alliances politiques et militaires44. On a surtout insisté45, à juste titre, sur la valeur symbolique du choix des termes « colonie » et « colons » employés dans cette loi, qui sonnent comme un rappel solennel du lien originel entre les cités continentales et leur métropole, celui-là même qui fut trahi par Néapolis. J'ajouterai toutefois que cette formulation me paraît être la seule conforme à la réalité du moment : en 408, quelques colonies sont sans doute ralliées à titre individuel à leur métropole et elles ne forment pas alors un ensemble géographique juridiquement défini susceptible d'être désigné sous le nom d' ἤπειρος, terme qui, dans l'usage traditionnel thasien, correspond à une réalité institutionnelle bien précise et géographiquement bien plus vaste, le « Continent » d'avant 46346.

La seconde loi sur le vin

  • 47 Georges Daux, éditeur de ce texte (BCH 50 [1926], p. 213-226), le plaça tout d'abord dans le derni (...)
  • 48 « Le vin de Thasos. Amphores, vin et sources écrites », BCH Suppl. 13, 1986, p. 185.
  • 49 Ibidem p. 149.

20À la différence des lois sur la délation, nous manquons malheureusement d'éléments de datation décisifs pour ce document incomplet dont l'interprétation est délicate. C'est donc essentiellement en fonction de critères paléographiques que, depuis sa découverte, ses différents commentateurs ont placé ce texte à la fin du ve siècle ou au début du ive siècle47. Mais en dernier lieu, Fr. Salviat a proposé de le dater plus précisément « entre 411 et 405 (avec une préférence décisive pour les années 411- 410) »48, en se fondant sur les deux arguments suivants : cette loi aurait été promulguée sous un régime oligarchique, d'après la mention de demiourgoi (1. 7), qui désigneraient ici un corps restreint de citoyens ayant accès aux magistratures49 Par ailleurs, Thasos n'aurait pu se trouver dans une situation d'initiative favorable à l'adoption d'un tel règlement commercial qu'au moment où elle s'émancipa de la tutelle athénienne, entre 411 et 410. Si l'on admet ma démonstration dans les pages qui précèdent, il est impossible de retenir une telle datation : en 411/10, la restauration de l'Épire est encore en devenir alors que l'énoncé de la loi prouve qu'au moment où elle est édictée, les Thasiens légifèrent à propos d'une zone commerciale et maritime constituée de jure, avec des magistrats qui lui sont spécialement affectés. Cette loi est donc forcément plus tardive. Faut-il véritablement l'attribuer à une période d'oligarchie ? En l'absence de toute autre mention de ces demiourgoi dans les sources thasiennes contemporaines, dans l'ignorance où nous sommes de ce qu'ils sont (magistrats ou corps civique restreint ?), il me paraît délicat de déduire la couleur du régime de leur simple nom. Néanmoins, si l'on retient cette indication, il faudrait alors envisager que ce règlement fût promulgué durant la période de décarchie lacédémonienne, entre 405 et 390/389.

21Il me semble toutefois que, par comparaison avec la seconde loi sur la délation, l'énoncé et la teneur de ce règlement fournissent des renseignements qui permettent de mieux apprécier le contexte et le moment de son adoption.

  • 50 Il serait trop long d'aborder dans le cadre de cet article le problème de la signification de cett (...)
  • 51 Les doutes exprimés par G. Daux (BCH 50 [1926], p. 224) sur la possibilité de tirer des précisions (...)
  • 52 Cf. sur ce point les remarques d'A. Bresson, ibidem, p. 217.
  • 53 La date de cette réconciliation sous l'égide de Paros, connue par l'inscription parienne IG XII 5, (...)

22Comme l'a justement souligné Fr. Salviat, la mise en application de la clause interdisant à tout navire thasien d'introduire du vin étranger dans une zone maritime allant de l'Athos à la Pachéié50 implique que la cité jouisse d'une certaine souveraineté, possède les moyens matériels de faire respecter un tel interdit et soit assurée d'une liberté de circulation, pour les navires marchands comme pour ses trières, dans cette zone maritime pacifiée dont elle revendique le contrôle. Ce n'est certainement pas entre 407 et 405 que de telles conditions ont pu être réunies : la cité est alors exsangue, de nouveau assujettie à Athènes et Néapolis cherche à ce moment à pousser son avantage au détriment des Thasiens. De ce point de vue, la période de décarchie (sur laquelle nous sommes peu informés) pourrait derechef apparaître comme plus convenable. Mais, par ailleurs, l'existence d'une magistrature déjà instituée, dont la compétence spécifique est de nature territoriale et porte sur « le Continent » (désigné par le terme consacré ἤπειρος), laisse entendre que l'Épire a retrouvé une cohérence géographique et sans doute une forme institutionnelle qui ont conduit à renouer officiellement avec le mode de dénomination traditionnel du territoire continental51, ce qui n'était pas le cas en 408 au moment où fut édictée la seconde loi sur la dénonciation. Or la restauration d'un continent thasien homogène, unifié politiquement, et capable de fonctionner comme une zone d'échanges à l'échelle de la mer de Thrace52 n'est concevable qu'après la réconciliation avec Néapolis, qui en est la condition sine qua non. Comme on le sait, la date de cette réconciliation entre la métropole et la colonie fait l'objet d'un débat53, que la présente analyse peut, peut- être, aider à clarifier.

  • 54 Recherches I, p. 212-213, qui souligne que « la présentation stoichedon de ce texte, son écriture, (...)
  • 55 Cette réforme qui concerne les types et le système divisionnaire de la monnaie d'argent et qui s'a (...)
  • 56 Yvon Garlan, « Nouvelles remarques sur la chronologie des timbres amphoriques thasiens », Journal (...)
  • 57 L'atélie est mentionnée en IG XII 5, 109, A 3 (réconciliation avec Néapolis sous le patronage de P (...)

23Il ressort en effet de ce qui précède que, comme le suggérait J. Pouilloux en se fondant sur le classement formel des inscriptions54, cette législation commerciale s'inscrit de la manière la plus plausible dans le contexte des années 390, au cours desquelles la cité redevenue démocratique s'engagea dans un formidable effort de réorganisation dans tous les domaines. De fait, rapproché d'autres mesures contemporaines comme la réforme monétaire55 ou le début du timbrage ancien des amphores56, ce règlement qui définit les modalités de la circulation et de la commercialisation du vin paraît traduire une volonté de reprise en mains et de remise en ordre en matière de fiscalité commerciale, que viennent corroborer les conventions d'atélie réciproque entre Thasos et Néapolis connues par d'autres documents57.

24Dans cette optique, la réconciliation avec Néapolis couronna le processus de restauration de l'Épire en tant qu'ensemble unifié politiquement, sous contrôle thasien, et ouvrit la voie à la reconstitution d'une zone d'échanges à l'échelle de la mer de Thrace, dont témoigne la seconde loi sur le vin : tous ces faits, qui sont aussi étroitement liés, ne peuvent à mon sens qu'appartenir à une même période, celle du « redémarrage » de la cité au début du ive siècle.

25Je me suis efforcée dans ces quelques pages de donner une nouvelle cohérence aux événements chaotiques qui agitèrent la cité thasienne à partir de 411. Sans tomber dans les pièges du modernisme, il m'apparaît indéniable que, dans ce cas précis, la prise en compte de préoccupations économiques aide à mieux saisir les enjeux qui se profilent à l'arrière-plan des luttes politiques et stratégiques. Ainsi, l'obstination mise par Thasos à reconstruire une Épire dans son obédience revèle l'importance structurelle des colonies-emporia du continent pour une cité qui, depuis ses origines, est tournée vers les échanges avec la Thrace et le commerce maritime.

Notes

1 Fernand Braudel, préface de la première édition (1949) de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Livre de Poche, 1990, p. 17.

2 Ce n'est pas ici le lieu de débattre de la nature exacte des liens qui unissaient la cité et son Épire en tant qu'entité institutionnelle. Nous ne disposons d'aucune source explicite sur la question et l'on peut seulement déduire du vocabulaire et du contenu de certaines inscriptions quelles pouvaient être les relations bilatérales entretenues par Thasos et quelques-unes de ses colonies continentales, désignées selon les contextes sous le nom de πόλεις, ἀποικίαι ου ἐμπόριαπόλεις, ἀποικίαι ου ἐμπόριαCf. sur ces points, A. J. Graham, Colony and Mother Country in Ancient Greece, 1983, p. 71-97, qui n'élucide pas vraiment le problème ; Alain bresson, « Les cités grecques et leurs emporia », dans A. Bresson, P. Rouillard (éds), L'em- porion, 1993, p. 201-204 et, en dernier lieu, l'étude d'Olivier Picard, « Les Thasiens du continent et la fondation de Philippes », Trancfuillitas, Mélanges en l'honneur de Tran Tam Tinh, 1994, p. 459-474, dans laquelle (p. 466) la signification institutionnelle du terme p7T£ipoç est bien mise en lumière, ce qui conduit à privilégier la traduction « Épire » de préférence à « pérée », puisque ce mot ne figure dans aucune source antique relative à Thasos.

3 À propos des composantes et de l'extension de la pérée, voir Dimitri Lazaridis, Thasos and its Per- aia, Ancient Greek Cities 5, 1971, p. 55-58 et les deux articles fondamentaux d'Haïdo Koukouli- Chryssanthaki, « Οι αποικίες της Θασου στο B. AιγαίοΟι αποικίες της Θασου στο B. Aιγαίο °» H Kαβάλα και η περοχή της, 1980, p. 309-325 et « Tα μέταλλα της Θασιακής περαίς », Mélanges Lazaridis, 1990, p. 493- 532.

4 Cf. Jean Pouilloux, « Pariens et Thasiens dans le Nord à l'époque archaïque », Mélanges Lazaridis, 1990, p. 488.

5 Qui contraignit sans doute les Thasiens au versement d'un tribut au Grand Roi, peut-être dès 512, sûrement à partir de 492, cf. O. Picard, Les Grecs devant la menace perse, 1980, p. 172 et Pierre Briant, Histoire de l'empire perse, 1996, p. 154-158 et 169-170.

6 I, 101, 2.

7 Thuc., 1, 101, 3.

8 Cet article n'aurait pu être écrit si O. Picard ne m'avait fait part, au cours d'une conversation thasienne de l'été 96, de son hypothèse inédite concernant le remboursement du siège de 463 exigé par les Athéniens (cf. infra p. 230). Dans un premier temps, je n'en ai entrevu les conséquences que sur le plan de l'importance économique que cela conférait à l'île, point que corrobore parfaitement l'intensité de la mise en valeur des terroirs révélée par la prospection. Mais la rédaction d'un article portant sur les ressources de la chôra thasienne (à paraître dans les Actes du colloque franco-grec de Limenaria, Thasos 1995, coll. Suppléments du BCH) m'a conduite à pousser plus loin l'analyse. Tous mes remerciements les plus vifs vont à O. Picard pour m'avoir généreusement autorisée à faire état de son hypothèse - dont il fournira une argumentation détaillée dans un prochain article - et à en exploiter les multiples implications.

9 Les montants des trois années 446, 445 et 444 sont malheureusement perdus, d'où l'incertitude sur la date exacte de la modification du tribut. Cf. les tableaux récapitulatifs à la fin de l'ouvrage de Rus- sel Meiggs, The Athenian Empire, 1972.

10 Cf. Jean Pouilloux, Recherches sur l'histoire et les cultes de Thasos 1, 1954, (désormais Recherches I), p. 108-121 qui résume la bibliographie antérieure. Depuis cette date, à ma connaissance, personne n'est revenu sur cette interprétation dont la fragilité, pourtant nettement mise en lumière par les développements de J. Pouilloux, paraît avoir été oubliée. Seul, R. Meiggs, op. cit., p. 85-86, semble s'acheminer vers une solution du problème en écrivant : « Perhaps, the wrong question is usually asked. The figure that needs explanation is not so much the 30 talents as the 3 talents ». Mais il ne poursuivit pas plus loin l'analyse dans cette direction.

11 Contre cette vision des choses par trop « moderniste », voir les critiques de Moses I. Finley, « Classical Greece », Second International Conférence of Economical History 1962, 1965, p. 28-32, dont néanmoins les rapides remarques générales sur le fonctionnement de l'économie thasienne me semblent trop radicalement « primitivistes ».

12 Cf. supra n. 8.

13 I, 101, 3 : «°χρήματά τε ὄσα ἀποδοῦναι αὐτίκα ταξάμενοι καὶ τὸ λοιπὸν ϕέρειν°».

14 Cf. l'étude de Lucia Nixon et Simon Price, « La dimension et les ressources des cités grecques », dans Oswyn Murray, Simon Price (éds), La cité grecque d'Homère à Alexandre, éd. française, 1994, p. 163-200, qui examine les bases de l'imposition.

15 Sur un plan économique, on envisage quel peut être également le bénéfice de cette interprétation concernant l'appréciation des capacités de ressources de la cité alors qu'elle est privée de son Épire. Elle conduit en effet à rééquilibrer le rôle et le potentiel que l'on attribuait respectivement à la chôra civique et au continent. D'une manière quasi générale, les historiens ont toujours considéré le continent comme la principale source de richesse de la cité, à cause des mines ; or, il apparaît désormais que c'est bien l'île seule — entendons par là le prélèvement fiscal sur les produits du territoire, leur commercialisation intérieure et extérieure, ainsi que sur les échanges commerciaux au sens large -, qui fournit à la cité des prosodoi suffisantes pour acquitter, dans un premier temps, le remboursement du siège et un tribut complémentaire de 3 talents, puis un tribut de 30 talents.

16 Actes du IX congrès international d'épigraphie grecque et romaine, Athènes 1982, 1984, I, p. 243-257 et tableau chronologique p. 256.

17 À l'appui de la démonstration de Fr. Salviat, op. cit., p. 249-250, concernant le stationnement hivernal dans l'île même de l'escadre athénienne conduite par Thrasybule, on peut ajouter deux arguments. L'expression ἐκ Θάσυ employée par Xén., Hell. I, 1, 11, n'est nullement ambiguë et ne peut donc être interprétée, comme le suggérait J. Pouilloux (Recherches I, p. 153), comme une manière de désigner la pérée. En effet, toutes les sources contemporaines réservent le nom de Thasos exclusivement à la cité, donc à l'île, tandis que le continent, qui ne faisait pas partie de la chôra civique, est toujours désigné par un terme propre. En outre, si l'on admet mon raisonnement, à la date de ce séjour de Thrasybule à Thasos, la cité n'a pas encore restauré son emprise sur la pérée.

18 Xén., Hell. 1, 4, 9, qui précise que la cité est « en mauvais point par l'effet des guerres, des luttes internes et de la famine ».

19 VIII, 64, 2-5, dont les difficultés sont élucidées par Fr. Salviat, op. cit., p. 246-248.

20 À ces manifestations d'une volonté de renouer avec la situation antérieure à 463, il convient également d'ajouter l'emploi, anachronique à cette époque, de l'alphabet parien dans les lois sur la dénonciation qui sont légèrement postérieures (Pouilloux, 18, ML 10), fait interprété par J. Pouilloux (Recherches I, p. 146) comme une manière de renouer avec l'ancienne tradition oligarchique.

21 Outre ces paramètres concrets, on peut invoquer que, sur un plan idéologique, l'hégémonie qu'exerce une grande cité sur de plus petites était ressentie à cette époque comme « l'achèvement parfait de la liberté », selon la formule de Jacqueline de Romilly citée par Philippe Gauthier, « Grandes et petites cités : hégémonie et autarcie », Opus 6-8, 1987-1989, p. 190.

22 Voir l'analyse de J. Pouilloux, Recherches I, p. 111-112, dont il faut revoir certains aspects. Les chiffres du tableau de la p. 111 sont à corriger d'après ceux de R. Meiggs, op. cit., tableaux récapitulatifs pour le district de Thrace à l'Est du Strymon.

23 Thuc., V, 6, 1 : ΓαληΨὸν δὲ τὴν Θασίαν λαμβάνει κατὰ κράτος. « (Cléon) reprend par la force Galepsos, la colonie de Thasos ». Cette fois, la mention de l'origine de la ville agrémentée de l'article doit se comprendre comme une précision topographique, destinée à dissiper toute confusion possible avec l'autre Galepsos, sise en Chalcidique sur la presqu'île de Sithônia, alors que Thucydide vient de parler des villes chalcidiennes de Toroné et de Stagire.

24 Fr. Salviat, op. cit., p. 248-249.

25 Selon le témoignage des attendus des deux décrets athéniens ML 89.

26 Recherches I p. 157-161.

27 Cf. l'étude d'O. Picard, « Thasos et Néapolis », Mélanges Lazaridis, 1990, p. 544-546, qui met en évidence à partir des trouvailles monétaires la faiblesse des échanges entre les deux cités durant tout le ive siècle.

28 Présentées dans « Tα μέταλλα της Θασιακής περαίας°», Mélanges Lazaridis, 1990, p. 500- 514.

29 Par exemple celle qui figure à la p. 501 de l'article d'H..Koukouli.

30 VI, 46. Les multiples arguments avancés par H. Koukouli pour récuser la localisation traditionnelle de Skaptè Hylè dans le Pangée au profit de ce secteur à l'Est de l'actuelle Kavala emportent en effet la conviction.

31 Les Athéniens semblent avoir toujours eu le souci de ménager cette cité dans le cadre de la Ligue : le montant constant de son tribut, 1000 dr, paraît très faible, même si l'on tient compte du fait qu'Athènes se réservait certainement les droits d'exploitation des mines. Dans le même esprit, les privilèges dont les Athéniens comblent les Néopolitains en 409, puis à nouveau en 407, et les garanties d'appui militaire dont ils les accompagnent sont hautement révélateurs d'une sollicitude vivement intéressée à l'égard de cette petite cité de la mer de Thrace.

32 Cf. IG I2, 301, 1. 114-120, qui mentionne une importante somme d'or en provenance de Skaptè Hylè collectée par les Athéniens vers 410.

33 La rupture de ce lien de sujétion depuis la dissolution de l'Épire thasienne en 463 n'implique cependant nullement la disparition des autres liens (isopolitie, syngénéia ?) qui pouvaient unir les deux cités : c'est sans doute en vertu de ces conventions que des Néopolitains possédaient des biens dans l'île qui furent confisqués en 409 (IG XII 8, 263). Cf. A. Bresson, op. cit. n. 2, p. 202 et n. 132 et O. Picard, « Thasos et Néapolis », op. cit., n. 28, p. 545.

34 On trouvera dans Recherches I, p. 159-160 un résumé des interprétations antérieures à celle de j. Pouilloux, reprise et développée depuis par A. j. Graham, Cobny andMother City, 1983, p. 85-87, qui insiste sur le caractère particulièrement honteux aux yeux des Grecs des guerres opposant métropole et colonie.

35 Passage de la I. 7 du premier décret restitué d'après la 1. 59 du second décret, à la place de la formule banale qui fut regravée dans la rasura : « ils participèrent à la guerre avec les Athéniens ».

36 Sur ce point, le rapprochement de cette mention épigraphique et de la phrase de Thuc., IV, 107, 3 (commentée ci-dessus p. 233) est éclairant : le parallélisme des formules est frappant et révèle d'autant mieux, par comparaison avec l'attitude des autres colonies, le paradoxe que constituait le choix délibéré des Néopolitains en faveur d'Athènes.

37 Voir ci-dessous p. 237.

38 Hell. I, 4, 9.

39 J. Pouilloux, Recherches I, n° 18, II ; ML 83,1. 7.

40 IG XII, Suppl. 347 II, 1. 3.

41 Je n'aborde pas dans le cadre du présent article la question de la datation de la première loi sur le vin sur laquelle je reviens dans mon étude sur les ressources du territoire annoncée ci-dessus n. 8.

42 Cf. op. cit. supra n. 16, p. 252-254.

43 Comme l'atteste la confiscation de biens de Thasiens et de Néopolitains pour cause d'atticisme, IG XII 8, 263, datée par Fr. Salviat de 409.

44 Il est exclu que cette loi puisse concerner Néapolis, à ce moment cité indépendante, de surcroît en guerre avec Thasos, où la juridiction thasienne ne saurait donc s'appliquer à aucun titre. Cf. François Chamoux, REG 72 (1959), p. 355.

45 J. Pouilloux, Recherches I, p. 155-157.

46 Dans cette optique, le commentaire d'A. J. Graham, op. cit., p. 84 sur la signification de l'emploi d'apoikia dans ce texte de loi procède selon moi d'un total contresens.

47 Georges Daux, éditeur de ce texte (BCH 50 [1926], p. 213-226), le plaça tout d'abord dans le dernier quart du ve siècle, « vers 415 », puis en 1949 (RA, Mélanges Charles Picard, p. 241-251), il élargit la fourchette au dernier quart du ve- début du ive siècle, sans toutefois descendre après 386/5, comme le propose Hiller von Gartringen dans le Supplementum aux IG XII. Enfin, J. Pouilloux, Recherches I, p. 130, n. 2, revient sur les critères paléographiques pour préciser : « le règlement II se rattache, par sa disposition stoichedon et par sa gravure, à un groupe de textes fort homogène de l'extrême fin du ve ou des premières années du ive siècle. Dans ce groupe, le règlement II est d'ailleurs l'un des plus anciens ».

48 « Le vin de Thasos. Amphores, vin et sources écrites », BCH Suppl. 13, 1986, p. 185.

49 Ibidem p. 149.

50 Il serait trop long d'aborder dans le cadre de cet article le problème de la signification de cette clause (I. 8-9), communément interprétée (cf. par ex. A. Bresson, « Aristote et le commerce extérieur », REA 89 [1987], p. 236 et n. 77) comme la manifestation de visées protectionnistes de la part de la cité, attitude qui ne laisse pas de surprendre. Je pense que c'est en la replaçant dans un contexte historique précis que l'on parviendra à mieux saisir la portée de cette interdiction, qui put avoir un caractère très conjoncturel.

51 Les doutes exprimés par G. Daux (BCH 50 [1926], p. 224) sur la possibilité de tirer des précisions chronologiques et historiques de cette mention me paraissent principalement liés à l'incertitude qui entourait la date à laquelle Thasos retrouva un contrôle sur le continent, point aujourd'hui plus clair. Quant aux résonances que j'attribue au terme ἤπειρος, il me semble, contrairement à A. Bresson (op. cit. n. 2, p. 202) qui met l'accent sur la discontinuité des possessions thasiennes du fait de l'isolement de Strymé, cmporion situé à l'Est d'Abdère, que la contiguïté des autres colonies, de Galepsos à Pisty- ros, entre le Strymon et le Nestos, pouvait les faire percevoir comme un ensemble géographique et territorial d'un seul tenant, susceptible d'être globalement désigné sous le nom & Épire.

52 Cf. sur ce point les remarques d'A. Bresson, ibidem, p. 217.

53 La date de cette réconciliation sous l'égide de Paros, connue par l'inscription parienne IG XII 5, 109, est directement liée à celle du rétablissement de la démocratie à Thasos, dont nous informe IG XII 8, 262. Voir en dernier lieu Yves Grandjean, Fr. Salviat, « Décret d'Athènes, restaurant la démocratie à Thasos en 407 av. J.-C. », BCH 112 (1988), p. 249-278, en particulier p. 272-274, qui placent en 407 ces deux textes dont ils notent les ressemblances d'écriture (p. 271) ; contra O. Picard, BCH 109, 1985, p. 749-750 qui, dans la lignée de J. Pouilloux et sur la foi d'un argument numismatique - mention en B I. 10 d'une somme exprimée en mines, conformément au nouveau système divisionnaire thasien -, propose une datation vers 390. I'h. Gauthier, Bull. Ép., 1989, 254, a contesté l'attribution à Athènes d'IG XII 8, 262, hypothèse qui oriente la totalité du commentaire d'Y. Grand- jean et de Fr. Salviat et les conduit à récuser l'argument numismatique d'O. Picard (p. 271).

54 Recherches I, p. 212-213, qui souligne que « la présentation stoichedon de ce texte, son écriture, l'évolution même du dialecte, imposent de le rapprocher du décret IG XII 8, 264 », relatif à la réorganisation du corps civique thasien qui semble être consécutive à la réconciliation avec Néapolis.

55 Cette réforme qui concerne les types et le système divisionnaire de la monnaie d'argent et qui s'accompagne des premières émissions de bronze est placée entre 394 et 390 par O. Picard, op. cit. n. 53.

56 Yvon Garlan, « Nouvelles remarques sur la chronologie des timbres amphoriques thasiens », Journal des Savants 1993, p. 157, qui note qu'« il est tentant de mettre en rapport vers 395 le début du timbrage ancien légendé avec toute une série de mesures, de caractère notamment monétaire, visant à une réorganisation de la cité après le retour au pouvoir des démocrates ».

57 L'atélie est mentionnée en IG XII 5, 109, A 3 (réconciliation avec Néapolis sous le patronage de Paros) et restituée à la I. 1 d'IG XII 8, 264.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search