Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Monnaies et législateurs

Olivier Picard

Texte intégral

1Le lien bien connu des Anciens entre monnaie et loi, entre nomos et nomisma, a amené très logiquement les théoriciens anciens des cités grecques à s'intéresser à l'action des grands législateurs concernant la monnaie de leur cité. Dans l'état actuel de nos connaissances sur l'histoire primitive de la monnaie grecque, les lois monétaires qui leur sont attribuées par la tradition soulèvent plus de difficultés d'interprétation qu'elles n'éclairent le processus de création de la monnaie ou sa chronologie. Faute de pouvoir concilier les informations qu'elles sont censées nous apporter avec les données archéologiques sur les premiers monnayages, les numismates ont dû se résoudre à admettre qu'ils ne pouvaient leur accorder foi. Mais en perdant leur valeur de document sur les origines de la monnaie, ces prétendues législations sont loin de perdre tout leur intérêt : pour peu que l'on étudie non plus la pertinence historique de leur contenu, mais que l'on analyse le processus conduisant à leur « invention », elles fournissent un témoignage remarquable sur la place que les réflexions sur les politeiai font à la monnaie. C'est ce que je voudrais tenter en réexaminant trois des lois les plus connues, celles que la tradition place sous le nom de Lycurgue, de Pheidon d'Argos et de Solon, dans cet hommage à mon ami Yvon Garlan, historien de l'économie et des institutions.

Lycurgue et la monnaie à Sparte

  • 1 Voir Ollier (1934) ; Tigerstedt (1965).

2Peu de lois sont aussi célèbres — et ont reçu autant d'éloges de la part de nombreux moralistes — que l'« interdiction » de la monnaie par Lycurgue, telle qu'elle nous est présentée par Xénophon, au chap. VII de La Constitution des Lacédémoniens1, qui est au point de départ de toute une tradition qui se poursuit par Théompompe et Ephore pour aboutir, après des enrichissements divers (surtout la fonte au vinaigre) au chap. IX de la Vie de Lycurgue. Les mesures qui sont attribuées au législateur sont en fait beaucoup plus complexes qu'une simple interdiction. Xénophon les présente comme le corollaire de l'obligation faite aux hommes libres de ne s'adonner à d'autres erga que ceux qui procurent la liberté à la cité et donc de s'abstenir de toute utilisation de l'argent (chrèmatismos) : le régime établi par Lykurgue a un triple effet sur la monnaie (les chrèmata) qu'il rend premièrement inutile, que ce soit pour se nourrir, se vêtir, ou rendre service à ses compagnons, deuxièmement très difficile à utiliser illégalement et clandestinement (car le nomisma, on comprendra la monnaie de fer, est d'une si faible valeur qu'il est besoin d'une charrette pour transporter même une somme relativement modeste de dix mines), allant, en troisième lieu, jusqu'à prohiber la possession de toute monnaie d'or et d'argent.

  • 2 Voir Strom (1991) et le débat entre Courbin (1959), (1983) et Furtwängler (1978).

3Le premier point découle d'une observation sur l'existence de circuits d'échanges non monétaires pour subvenir aux besoins de la vie quotidienne : cela n'est pas inexact mais n'est pas particulier à Sparte, même si l'existence des hilotes et le versement de l'apophora donnent à ces circuits la force d'une institution. Quant à la monnaie de fer qui fait ici sa première apparition dans la littérature grecque, en étant présentée comme une spécificité Spartiate, la réalité de ses usages monétaires nous échappe en grande partie, même si la recherche archéologique a mis au jour des obeloi bien au-delà de la Laconie, où il semble que l'on en n'ait trouvé que dans le sanctuaire d'Artémis Orthia2.

  • 3 Bommelaer (1981), p. 154-156.

4La troisième mesure est proprement une loi monétaire, interdisant la possession de tout chrysion et argyrion par les particuliers. Les Modernes en ont rapproché deux passages de la Vie de Lysandre, relatant, l'un, la condamnation à mort d'un de ses lieutenants « pour détention d'argent à titre privé » (19, 6), et l'autre (17), le débat politique autour de l'utilisation de la monnaie peu après 4043. Ce n'est pas ici le lieu d'analyser le projet de loi de Lysandre, qui me semble concerner moins l'introduction des monnaies étrangères dans la cité que la frappe d'une monnaie par la cité. L'important est la réaction des éphores, qui font promulguer l'interdiction de l'usage de la monnaie dans la cité (ou chrè prosdechesthaî) ; la seconde partie de leur loi monétaire (chrèsthai tô patriô) apparaît autant comme une justification de l'interdiction (Sparte n'a pas besoin de monnaie nouvelle, car elle a déjà une monnaie ancestrale) que comme la mise (ou remise) en vigueur de la monnaie ancestrale. Or celle-ci est sans aucun doute la fameuse monnaie de fer dont parle Xénophon et patrios ne peut que renvoyer à Lycurgue.

  • 4 On sait que la date et la composition (en particulier l'ordre des chapitres XIV-XV) ont fait l'obj (...)
  • 5 Voir Macdowell (1986), p. 119 ; Hodkinson (1996), p. 88-90.
  • 6 Voir notamment la démonstration de David (1986).

5Quelle que soit la date à laquelle celui-ci a rédigé sa Lak. Pol.4, il a sans aucun doute eu connaissance de ce conflit, auquel son ouvrage fait écho de manière non douteuse. Or la Lak. Pol. donne de la monnaie à Sparte une image tout à fait nouvelle. Les commentateurs les plus récents5 sont d'accord pour estimer que la Sparte traditionnelle, — disons la Sparte d'avant les dernières années de la guerre de Péloponnèse qui amènent la cité à utiliser de plus en plus de numéraire pour les besoins de la flotte, cependant que l'appui perse et ses victoires lui en procurent en quantités croissantes6—, n'a pas eu de législation prohibant la possession de la monnaie.

6Non seulement Hérodote et Thucydide n'en font pas mention dans les passages qu'ils consacrent aux particularités des institutions spartiates, mais de nombreux témoignages attestent que les Lacédémoniens, loin d'être insensibles à l'attrait de l'argent, en faisaient couramment usage, malgré l'absence de monnayage frappé par la cité.

  • 7 Cf. Gauthier (1972), p. 67-68.

7Dans le récit du dépôt qu'un Milésien confia au Lacédémonien Glaukos, apparemment vers le milieu du vie siècle, Hérodote (VI, 86) emploie un vocabulaire monétaire précis (de même que la description qu'il donne de l'usage des symbola7 est fiable) : le Milésien a « converti en monnaie »

  • 8 On a retrouvé des statères d'électrum fourrés, qui pourraient bien être les pièces de cette transa (...)
  • 9 Noethlichs (1987) a réuni toute la documentation, dont je ne retiens que quelques exemples.
  • 10 Thuc., II, 21, 1 : littéralement, il fut convaincu « de s'être laissé persuader par des chrèmasi » (...)

8(Cexargurôsanta) la moitié de sa fortune ; ce sont des chrèmata, donc selon toute apparence des pièces de monnaies qu'il remet à Glaukos, que ses fils viendront demander et que Glaukos restituera finalement. On est certes en droit de douter de l'historicité de ce récit édifiant, mais je relève qu'Hérodote ne voit rien d'illégal à l'arrivée de monnaies à Sparte et que, contrairement à l'assertion de Xénophon, la cupidité ne lui paraît pas absurde pour un Spartiate. L'historien ne nous dit pas pourquoi il estime incroyable (III, 54-56 : mataioteros logos) la manière dont Polycrate s'est débarrassé des Spartiates qui l'assiégeaient, en les achetant avec de fausses monnaies d'or8. Mais il rapporte que leur cupidité, supposée ou réelle, valut à plusieurs rois d'être accusés de corruption9 : Cléomène après sa victoire sur Argos (VI, 82) et par un Eginète en 491 (VI, 50), puis Leutychidès (VI, 71), pris sur le fait, assis sur un sac plein de monnaies d'argent (argyrion), et pour cela condamné à l'exil (VI, 72). En 446, c'est au tour de Pleistoanax d'être jugé et condamné de ce fait à une amende si forte, selon Ephore et Plutarque, qu'il dut s'exiler, comme en témoigne Thucydide10. Je n'invoquerai pas le cas de Gylippe détournant une partie des tétradrachmes attiques du butin qui lui avait été confié (Plut., Lysandre, 16) : nous sommes à une époque où il n'est plus contestable que l'argent a fait irruption dans la société Spartiate, et que Xénophon peut considérer comme n'appartenant plus à la Sparte idéale. Il n'en est pas moins indubitable que pour les historiens du ve siècle, un Spartiate pouvait se laisser corrompre par l'argent.

  • 11 Eupolis, PGCV, F 150.
  • 12 Ducat (1990), p. 187-188.
  • 13 Cité par Ath., IV, 141c.
  • 14 J'ai développé cette analyse dans une communication au colloque Privé-Public, qui s'est tenu à Par (...)

9Il existe sur la circulation monétaire à Sparte au ve siècle deux témoignages qui semblent bien être contemporains. Nous ne savons pas dans quel contexte précis le poète Eupolis évoquait « la belle tortue-obole11 » mais comme sa citation vient de sa comédie les Hilotes, qui paraît avoir mis en scène une fête se déroulant au cap Ténare12, il y a tout lieu de penser que cette fraction des statères d'Egine, qui a été frappée en abondance, était utilisée en Laconie. Quant aux « quelque dix oboles éginétiques » que les Homoioi devaient verser, outre les denrées alimentaires, pour prendre part aux repas en commun, c'est sur la date que peut porter notre hésitation, car nous ne savons pas à quelle époque appartient l'information que transmet, vers la fin du ive siècle ou au début du iiie, le péripatéticien Dicéarque13. Le témoignage le plus net sur l'utilisation de la monnaie par les Spartiates à la veille de la guerre du Péloponnèse est fourni par Thucydide, dans l'analyse qu'il prête à Archidamos, lors du congrès de Sparte, dè l'état des forces de la cité : des chrèmata, « nous n'en possédons pas à titre public (en koinô) et nous ne sommes pas disposés à en verser sur nos fortunes privées » (ek tôn idiôn). Le propos confirme l'existence d'une thésaurisation monétaire (qui a pu être importante) faite par des particuliers, nonobstant l'absence de monnayage propre de la cité. Mais le plus important est dans le ton prêté au roi, qui présente cette absence non comme la preuve d'une supériorité morale sur les Athéniens, mais bien comme une faiblesse, parce qu'elle empêche de mobiliser les fortunes privées au service de la cité14 : cette position est aux antipodes de celle de Xénophon.

  • 15 Celui-ci consiste, pour quelqu'un accusé d'avoir rendu à son voisin un chaudron percé, à répondre (...)

10Faut-il alors admettre que Xénophon est un piètre historien qui ignorait la réalité Spartiate antérieure à son temps ? Ce serait méconnaître que, moins encore que Plutarque dans sa Vie de Lycurgue, Xénophon n'entend pas faire œuvre d'historien (il ne fournit nulle part une quelconque indication chonologique), mais de moraliste, défendant la supériorité éthique du régime Spartiate contre tous ses détracteurs. Cette volonté de plaidoyer ressort clairement de la forme de son argumentation : les trois « preuves » qu'il invoque successivement, en relevant d'abord l'inutilité, puis la difficulté et enfin le caractère délictueux de la possession de la monnaie, se contredisent mutuellement au lieu de se renforcer. Le raisonnement constitue un superbe exemple de ce que Freud appelait « l'argument du chaudron »15 dont I. Meyerson (1946) a montré combien il était fréquemment utilisé, notamment dans des plaidoyers, parce que, malgré ses fautes de logique, il donnait l'impression de renforcer la solidité de la cause défendue, par la production à chaque fois d'un nouvel argument, « par la succession orientée des arguments contradictoires d'une part, et le cumul avec le renforcement qui en résulte » : la conclusion de Meyerson s'applique parfaitement à la rhétorique de Xénophon : « ce qu'on veut écarter, ce n'est pas le fait, mais un reproche. On veut modifier le sentiment ou le jugement de l'interlocuteur... sur une cause qu'on défend ».

  • 16 Cette remarque vient à l'appui de ce que je disais, n.4, sur l'unité de rédaction et amène à écart (...)
  • 17 L'expression revient constamment

11En fait le développement de la Lak. Pol. sur la monnaie montre, comme en d'autres chapitres, l'insistance sur la modestie des Spartiates, leur absence d'arrogance, leur volonté de placer le respect de la loi avant leurs ambitions personnelles, que Xénophon se situe sur une position défensive et qu'il cherche à répondre par avance à l'objection qu'il ne formulera que par la suite (XIV, 3), en relevant l'avidité ou l'ambition excessive de certains Spartiates16. Raisonnant en moraliste politique, Xénophon n'oppose pas la Sparte d'un passé indéterminé à la cité contemporaine, il oppose la Sparte idéale, toute modelée par Lycurgue, à la décadence constatée par lui-même comme par les autres Grecs17, et dont ne subsiste que le pouvoir royal (XV).

12Il est donc vain de lui reprocher d'avoir commis, en attribuant à Lycurgue une législation sur la monnaie, un anachronisme évident, quelle que soit la date supposée du législateur, ou d'avoir ignoré des usages de la monnaie dans la Sparte du ve siècle. Sa « démonstration » se développe en fait comme un syllogisme : la supériorité de Sparte tient au régime institué par Lycurgue ; or le refus de la monnaie est un des éléments constitutifs de la supériorité Spartiate (du moins telle qu'elle est définie au début du ive siècle) ; c'est donc à Lycurgue qu'il faut attribuer ce refus.

Argos, les tortues d'Egine et Pheidon

  • 18 Ephore, FGrH 70 FI 15 (=Strab„ VIII, 3, 33) ; F176 (= Strab., VIII, 6, 16).
  • 19 La question de savoir si Elien, Var. Hist., 12,10, repésente ou non une tradition différente est s (...)
  • 20 C'est l'opinion de Figuera (1981), p. 65-80, qui souligne le rôle d'Ephore dans la formation de la (...)
  • 21 Wilamowitz (1893), p. 305-307.
  • 22 Svoronos (1906).

13Les mesures monétaires attribuées à Pheidon d'Argos sont connues par une tradition complexe qui remonte au moins à Ephore, mais qui ne nous est parvenue que de manière incomplète et très morcelée. La contribution d'Ephore à ce sujet n'est conservée que sous forme de brefs extraits, résumés ou citations plus ou moins littérales, incorporés par Strabon dans sa Géographie18 : le premier qui se situe dans un chapitre sur l'Elide, l'histoire des Téménides et les concours olympiques, rapporte que Pheidon, dixième successeur de Téménos, « avait créé le système de poids et mesures portant son nom et la monnaie frappée, notamment en argent » ; l'autre, dans le chapitre d'Egine, qu'il y frappa « pour la première fois monnaie d'argent ». On en a toujours conclu, à juste titre, que les pièces en question étaient les célèbres tortues d'Egine. La donnée est reprise dans le Marbre de Paros (IG XII 5, 444, 1. 45-47), qui associe la mesure à la publication (edèmeuse) des mesures ainsi qu'à la fixation des poids et qui la date de l'année 894/3 avant J. -C., puis par divers lexicographes, dont Pollux, Onomastikon IX, 8319. Elle est notablement enrichie dans le Lexikon d'Orion de Thèbes, s. v. ‘obolos’ (repris par l'Etymologicum Magnum, 613, 12) : Pheidon est présenté comme ayant retiré de la circulation les anciennes obèles de fer qu'il aurait dédiées à l'Héraion d'Argos. Il n'est pas possible de savoir s'il s'agit d'une version indépendante qui est due aux recherches de l'École aristotélicienne et plus particulièrement à Héraclide du Pont (F 152, Wehrli), auquel se réfère Orion, ou si Ephore, dont nous avons noté l'intérêt pour la monnaie de fer à Sparte, mentionnait déjà le fait sans que ses lecteurs l'aient relevé20 ; on sait qu'il existe de nombreux recoupements entre les travaux historiques des Aristotéliciens et ceux d'Ephore21. Quoi qu'il en soit, cette démonétisation des monnaies de fer est l'action de Pheidon que les Modernes ont admise le plus volontiers, au point de penser parfois en avoir retrouvé le témoignage archéologique22.

  • 23 Picard (1984) ; Treheux (1991).
  • 24 L'hypothèse est généralement retenue par ceux qui admettent la frappe des tortues par Pheidon, com (...)

14Le lien établi entre Pheidon et les premières tortues pourrait être antérieur à Ephore et remonter au ve siècle. Présentant le fils de Pheidon parmi les prétendants de la fille du tyran de Sicyone, Clisthène, Hérodote rappelait que son père avait « établi les mesures des Péloponnésiens » (VI, 26). L'historien ne fait pas mention de monnaies. Mais il faut ne pas oublier que pour les Grecs, la monnaie (drachme, obole, statère) est d'abord un poids, le poids de l'objet légal qu'est le nomisma. L'association des metra et des nomismata, telle qu'elle apparaît aussi bien dans le F115 d'Ephore que dans le Marbre de Paros, apparaît constamment dans la législation monétaire et dans certaines pratiques financières des cités. Les administrateurs des sanctuaires, aussi bien à Milet qu'à Délos, utilisent couramment des monnaies en guise de poids23. La célèbre loi athénienne que nous appelons la loi sur le monnayage des alliés concerne en fait nomismata, stathmoi et metra (Meiggs — Lewis, n° 45). De même, dans la parodie qu'il en donne, Aristophane, Oiseaux, 1040-41, prescrit que « les Coucou-les-Nuésois feront usage des mêmes mesures, poids et décrets que les Olophyxiens ». On ne saurait donc exclure qu'Hérodote ait connu la tradition attribuant à Pheidon une législation sur les poids et mesures associée à la création de la première monnaie d'argent, dont il n'évoquerait qu'une partie valant pour le tout24.

  • 25 Le point sur la question est fait par Carlier (1984), p. 386-390.
  • 26 Brown (1950), p. 180-190 ; Kraay (1976), p. 113 ; Price-Waggoner (1975), p. 76. Kroll - Waggoner ( (...)

15La première difficulté que présente l'attribution d'un monnayage à Pheidon est d'ordre chronologique. Même si la datation haute de la généalogie retenue par Ephore et par le marbre de Paros est écartée au profit d'autres indications chronologiques plus basses, que l'on tire du rapprochement établi par Hérodote entre Pheidon et le mariage de la fille du tyran de Sicyone25, les données numismatiques permettant de dater le début du monnayage éginétique conduisent à placer celui-ci à une époque beaucoup plus récente. Brown l'avait montré dès 1950, tout en retenant encore une date très haute. C. Kraay proposait, dans son manuel de référence, le deuxième quart du vie siècle, les auteurs du trésor d'Assiout descendaient jusqu'à 550-53026. En dernier lieu, H. Nicolet-Pierre (1993) concluait que les premières frappes ne pouvaient pas remonter bien au- delà de 520.

16Tout lien chronologique entre Pheidon et le début du monnayage éginétique devant être écarté, il reste à comprendre comment les historiens de l'Antiquité étaient arrivés à l'établir.

  • 27 Cette constation amène à écarter l'explication de Brown (1950), p. 194, pour qui le nom de Pheidon (...)
  • 28 Voir Andrewes (1951), p. 39-42.

17La frappe des premières monnaies d'argent prend place dans un développement traitant de la puissance de Pheidon dans le Péloponnèse et non dans une étude sur le début du monnayage27 : si les dires d'Hérodote et d'Ephore sont compatibles avec l'affirmation de l'antériorité chronologique du monnayage lydien, affirmée tant par Xénophane (fg B4, DK) que par Hérodote lui-même (I, 94), ce n'est pas la question qui est en discussion. Hérodote soulignait que le pouvoir législatif de Pheidon s'étendait à tout le Péloponnèse et rappelait les actes de violence qu'il avait commis à Olympie. Le Marbre de Paros situe Pheidon dans la lignée d'Héraclès. Quant à Ephore, on sait l'importance qu'il a accordée à l'histoire des Téménides (F 115), dont il n'était pas le premier à traiter, et au rôle particulier de Pheidon, qui réussit à ébranler un temps l'hégémonie Spartiate et à dominer l'ensemble du Péloponnèse28.

  • 29 Il n'est sans doute pas possible d'assimiler mesures pheidoniennes et mesures éginétiques. A Delph (...)

18C'est l'affirmation de la domination exercée par Pheidon sur la région qui me paraît pouvoir résoudre au mieux la seconde difficulté que soulève cette tradition, difficulté que les commentateurs ont moins relevée, mais qui me paraît plus sérieuse encore que la première : pourquoi le maître d'Argos aurait-il fait frapper ses monnaies à Egine avec des types qui seront par la suite spécifiquement éginètiques ? En fait, le rôle attribué à Pheidon dans la frappe des premières monnaies d'argent ne peut se comprendre qu'en combinant plusieurs affirmations : Pheidon est le maître d'Egine ; les tortues sont les premières monnaies d'argent ; les monnaies éginétiques - parmi les différents poids et mesures pheidoniennes29- ont été imposées à l'ensemble du Péloponnèse. La dernière découle d'une observation qui pouvait être faite au ve et au ive siècle : il est indubitable qu'en dehors de Corinthe, le Péloponnèse n'utilise d'autre étalon monétaire que l'éginétique et que les tortues sont de beaucoup, surtout au ve siècle, la monnaie la plus répandue dans la péninsule, jusqu'en Laconie. L'ampleur de cette diffusion, que les trésors monétaires confirment pleinement, était parfaitement reconnue des Anciens, comme le montre une glose d'Hésychius pour qui « chelônè » a parmi ses divers sens celui de « monnaie péloponésienne ».

19La première affirmation s'inscrit parfaitement dans les traditions sur le retour des Héraclides et sur l'histoire des Téménides. Si Hérodote (V, 83) indique seulement qu'Egine a été soumise à Epidaure, Strabon (VIII, 6, 16) rappelle que « l'île fut colonisée successivement par les Argiens, les Crétois, les Epidauriens et les Doriens », ces derniers manifestement lors du retour des Héraclides. C'est ce que confirme Pausanias (II, 29, 50), en relatant la conquête d'Epidaure puis d'Egine par Deiphontes et ses Do- riens. L'île fait donc partie du royaume argien lors de sa formation et il devait être admis qu'elle comptait parmi les possessions de Pheidon.

  • 30 Ps. -Arist., Économique, II, 2, 4a-d.
  • 31 Voir Rougemont (1977), n° 1, 2, 4 et sans doute la première version de 9 (le cippe des Labyades). (...)
  • 32 Vanderrpool-Wallace (1964), rééditée récemment par H. van Effenterre - Fr. Ruze (1994), n° 91.

20Quant à l'antériorité chronologique des tortues sur les autres monnaies péloponnésiennes (voire de Grèce d'Europe ; mais je m'occupe ici que du Péloponnèse), elle n'est contestée par aucun numismate contemporain. La difficulté est de passer d'une chronologie relative à une datation absolue. La numismatique actuelle n'a pu le faire que par l'analyse rigoureuse des trésors monétaires et par une étude des liaisons de coins, qui a montré que des phases du monnayage qui avaient d'abord été considérées comme successives, étaient en fait contemporaines. Nous ne disposons d'aucun texte autre que la tradition relative à Pheidon, d'aucun document épigraphique. L'introduction du monnayage dans la cité d'Egine fut le résultat d'une décision prise par la cité, qui s'est traduite par une loi et même probablement par plusieurs lois imposant l'utilisation de la monnaie de la cité pour certains paiements comme celui des amendes ou de certaines taxes, en particulier dans les sanctuaires. Des documents analogues sont connus pour l'Athènes d'Hippias30, pour le sanctuaire de Delphes, où il est intéressant de noter que des lois prescrivant l'emploi de la monnaie pour des taxes ou des amendes sont datées par les épigraphistes, d'après l'écriture, des années 500-480, c'est-à-dire de la période où la cité a commencé à frapper monnaie31, ou à Erétrie32. Tout en notant que nous n'avons rien de tel pour Egine, il convient de souligner que, en dehors de l' Économique du Pseudo- Aristote, ces textes n'ont pas retenu l'attention des historiens antiques. Force est de constater qu'un événement de l'importance de l'introduction du monnayage dans une cité n'a laissé que très peu de trace dans la mémoire historique de la Grèce. Les historiens du Péloponnèse n'avaient pas d'autre ressource que de raisonner à partir des réalités de leur temps.

21L'association dans nos sources d'une part de l'obligation faite à tout le Péloponnèse d'utiliser un même système de poids et mesures, d'autre part de la frappe des premières tortues, a conduit l'historien des Téménides et du Péloponnèse, peut-être Ephore lui-même, à construire le rôle d'un Pheidon initiateur du monnayage éginétique : comment expliquer ce double phénomène, si ce n'est en le plaçant à la dernière période où le maître d'Egine dominait également l'ensemble de la presqu'île et pouvait donc, dans une politique impérialiste qui n'était pas sans préfigurer celle d'Athènes, imposer à ses sujets l'emploi des mêmes metra et nomismata. L'anachronisme est indubitable pour le numismate moderne, mieux renseigné par l'archéologie sur les premiers temps des monnayages grecs et des émissions éginétiques. Il peut néanmoins s'expliquer, comme dans le cas de la législation attribuée à Lycurgue, par la projection dans un passé indéterminé, auquel appartient Pheidon, de pratiques et de raisonnements du ve et du ive siècle.

Athènes et Solon33

  • 33 Je laisse ici les théories attribuant la création de la monnaie attique à Thésée ou à d'autres roi (...)
  • 34 Sur l'état des questions concernant l'Ath. Pol., voir Aristote et Athènes (1993) ; Rhodes (1981)  (...)
  • 35 D'une bibliographie surabondante et très contradictoire, je ne cite que quelques noms : Crawford ( (...)
  • 36 Kroll - Waggoner (1984).
  • 37 Ruschenbusch (1966), F32a. Ce sont des morceaux de métal précieux non monnayé. J. Kroll prépare un (...)

22Dans la Constitution des Athéniens, Aristote34 attribue à Solon deux mesures monétaires : « c'est par lui que les mesures ont été rendues plus grandes que celles de Pheidon : la mine, qui avait alors un poids de 70 drachmes, fut complétée à 100... Il fixa également les poids en rapport avec la monnaie, 63 mines constituant le talent et les trois mines furent réparties dans le statère et les autres poids » (Ath. Pol. X, 2). Philologues et numismates sont, à l'heure actuelle, d'accord pour reconnaître qu'il ne s'agit pas en fait de lois soloniennes35 : E. Ruschenbusch ne les a pas accueillies dans son corpus et d'autre part il est certain qu'Athènes n'utilisait pas la monnaie à l'époque de Solon36 (elle n'apparaît pas avant Pisistrate), même si les authentiques lois soloniennes comportent des mentions de drachmes37. Il est donc parfaitement vain de se demander, comme trop de commentateurs l'ont fait, quelle est dans ce texte la réalité de la politique monétaire que le législateur aurait appliquée un bon demi-siècle avant l'introduction de la monnaie dans la cité.

  • 38 Androtion, FGrH 324 F34 (=Plut., Solon, 15, 3-4) : en même temps que la seisachtheia, qu'Androtion (...)
  • 39 Voir Rhodes (1981), p. 165. Chambers (1983), p. 48-49. Sur la leçon « 73 » (au lieu de la correcti (...)

23De même que dans les deux cas précédents, nous avons affaire à une reconstitution postérieure, dont je chercherai à analyser la manière dont elle s'est formée. Il ne semble pas que la tradition remonte au-delà du ive siècle. On s'est beaucoup interrogé sur les sources de ce passage de l'Ath. Pol., qu'il convient de rapprocher du passage d'Androtion sur ces mêmes mesures, que rapporte Plutarque38. Depuis F. Jacoby, on conclut d'ordinaire qu'Aristote a corrigé Androtion, soit en fonction de son analyse de la réforme de Solon, soit en utilisant une autre source39. Quelle que soit la solution retenue, il apparaît que les mesures monétaires sont étroitement associées au débat qui s'est développé au ive siècle parmi les théoriciens politiques sur l'interprétation à donner aux réformes sociales entreprises par Solon.

  • 40 Rhodes (1981), p. 167, qui écarte, à juste titre, l'hypothèse de Kraft (1959-1960) et se rallie à (...)
  • 41 Les statères (didrachmes) d'or de poids attique émis par Philippe II, qui sont très soigneusement (...)

24Nous commencerons par la deuxième mesure, qui a suscité le moins de discussions. On admet généralement, comme le résume Rhodes40, qu'Aristote fait remonter au législateur la différence entre le poids théorique de la mine et le poids réel des drachmes frappées. L'étude des étalons retrouvés sur l'agora permet en effet de constater que le statère (double mine) pèse, au ive siècle, 900 à 920 g, alors que le bon poids s'établit à 17, 20g41. Cette différence correspond aux frais de frappe ainsi qu'au bénéfice éventuel de la cité, à ce qu'au Moyen-Age on appellera le brassage et le seigneuriage. On en trouve une trace dans le passage de la loi athénienne sur le monnayage des alliés, qui ordonne de percevoir sans doute cinq drachmes par mine pour le change et la refrappe des monnaies des cités (Meiggs - Lewis, n° 45). Nous ne savons pas à partir de quelle date ce prélèvement a été opéré, mais il est logique de le faire remonter aux débuts du monnayage athénien, même s'il a pu faire l'objet de codifications successives.

  • 42 Picard (1988), p. 91-101.
  • 43 Crawford (1972) ; Rhodes (1975), qui renvoient aux comptes de Delphes.

25La première mesure est plus difficile à comprendre. Elle est présentée par Aristote comme une augmentation (auxèsis) de la précédente mine pheidonienne, qui est complétée (aneplèrôthè) de 70 à 100 drachmes, sans que rien soit précisé de la valeur de la drachme. Nous n'avons aucune indication sur le système pondéral utilisé par les Eginètes avant ou après la réforme de Solon et l'existence éventuelle d'une mine à 70 drachmes à Egine n'apparaît que dans ces deux textes. Les Grecs ont utilisé des systèmes décimaux et des systèmes duodécimaux, qu'ils ont pu combiner entre eux, avec un statère divisé en trités et hectés, et des multiples par dix. Mais il paraît extrêmement difficile d'admettre que Pheidon ait créé un système sur une base 70, qui serait un cas unique. En revanche, les changeurs de monnaies avaient établi, pendant une grande partie du ive siècle un taux de change 7 : 10 entre la drachme attique de 4, 30 g (x10 = 43 g) et la drachme éginétique de 6, 10/6, 20 g. Ce taux est attesté dans les comptes de Delphes, avant qu'il soit modifié, du fait de la faiblesse de poids de nombreux monnayages éginétiques42, par une épikatallagè que P. Marchetti (1988) a bien expliquée. Nous ne savons pas à partir de quelle date ce taux de change commode a commencé à être utilisé, mais certains commentateurs du texte d'Aristote avaient déjà fait le rapprochement43.

  • 44 Seltman (1924), p. 6-15, avait même cru pouvoir identifier une émission présolonienne de poids égi (...)

26Si l'on peut admettre qu'Androtion et Aristote soient partis d'une réalité de leur temps pour interpréter les mesures de Solon, on ne saurait méconnaître leur volonté d'enquête historique. Le texte de l'Ath. Pol. apporte une information importante, que les recherches numismatiques ont vérifiée : que « l'ancien type était le didrachme ». Aristote considère également que la monnaie éginétique (pheidonienne) est antérieure à la monnaie attique, peut-être à la suite d'Ephore. Les numismates modernes ont longtemps accepté cette chronologie relative44, jusqu'à ce que le rajeunissement du monnayage éginétique l'ait rendue incertaine. En fait nos deux auteurs devaient être convaincus que le système monétaire attique remontait, dans ses grandes lignes, aux lois soloniennes, où ils pouvaient en effet lire la mention de drachmes.

  • 45 Il faut d'autant plus y insister qu'Aristote ne devait pas avoir d'information sur la chronologie (...)

27Il leur est même apparu que le passage d'une drachme de poids éginétique à la drachme attique était une conséquence nécessaire de la grande réforme sociale : le meta tauta de X, 1 est autant logique que temporel45. Le commentaire d'Androtion permet ici de comprendre pourquoi. Il interprète le passage de l'étalon éginétique à l'attique (dont la monnaie du Koinon eubéen offre un bel exemple à la même époque, mais pour des raisons différentes) comme une facilité offerte aux débiteurs, qui remboursent le même nombre de drachmes (et donc, en principe du moins, ne lèsent pas leurs créanciers) en supportant une charge moindre, parce que, la mine ayant gardé le même poids d'argent, mais étant augmentée de 70 à 100 drachmes, le poids de chaque drachme est réduit ; l'augmentation du nombre des drachmes s'accompagne d'une réduction de la valeur de celles-ci.

  • 46 Picard (1989).

28Cette analyse nous place dans un contexte caractéristique du ive siècle, non seulement par l'importance accordée au problème des dettes, auquel est ramenée la crise socio-politique de l'Attique présolonienne, mais aussi par la solution qui lui est apportée : pour que la charge des débiteurs soit effectivement allégée, il faut que l'instrument monétaire garde sa valeur nominale (une drachme), mais que sa valeur réelle soit affaiblie, autrement dit qu'il y ait décalage entre la valeur nominale et la valeur réelle, c'est-à- dire, en termes modernes, une forme de dévaluation de la monnaie, dont tout le monde sait en effet aujourd'hui qu'elle est favorable au débiteurs. Mon expression peut paraître embarrassée, comme le sont à vrai dire les textes d'Androtion et d'Aristote, parce que je n'ai pas voulu utiliser le concept commode, mais inconnu des Anciens, de pouvoir d'achat de la monnaie : d'où une extrême difficulté à exprimer des réalités qu'ils pressentaient, sans disposer des mots pour en rendre compte. Or plusieurs cités du ive siècle, parmi lesquelles Thasos46, ont tenté à diverses reprises de remédier à leurs difficultés financières (et sans doute aussi sociales) par des politiques monétaires de ce genre, jouant sur la différence entre la valeur de cours de la monnaie et sa valeur réelle.

29L'auteur de l'Ath. Pol. me paraît donc avoir complété les informations historiques très restreintes qu'il avait sur la politique monétaire de Solon par un raisonnement analogique construit à partir des réalités du ive siècle.

30Nous avons constaté une démarche analogue dans les deux autres cas, celui de l'interdiction de la monnaie attribuée à Lycurgue et l'invention de la monnaie à Egine par Pheidon. Ce rapprochement n'est pas fortuit. Le ive siècle, après la crise de la guerre du Péloponnèse dont les méfaits furent imputés notamment aux usages que l'impérialisme athénien avait fait de la monnaie, s'est beaucoup intéressé aux effets de celle-ci sur la cité. Une telle interrogation répondait à la fois à des nécessités du moment, comme lors du débat de Sparte sur la politique que la cité devait suivre, et à une enquête historique sur les origines de la monnaie. Les deux sont en partie liées. Le débat de Sparte aboutit à accorder une importance nouvelle à la prétendue monnaie de Lycurgue, dont Xénophon se fait le théoricien. Ephore, qui en est informé, s'intéresse lui aussi à la monnaie de fer : elle entre dans l'opposition qu'il établit entre Lycurgue, le sage réformateur qui assure la concorde à sa cité et lui ménage les conditions d'une hégémonie durable, et Pheidon, le tyran, qui conquiert une hégémonie passagère, mais conduit sa famille et sa cité à la ruine ; le premier affermit la monnaie de fer, le second la retire de la circulation. Le rôle de Pheidon dans la création de la monnaie d'argent est connu d'Androtion et d'Aristote, qui en reconnaissent le rôle pionnier.

31Cette succession des enquêtes et des reconstructions, où chacune prend le relai de la précédente, met en évidence un dernier point. Au ive siècle l'utilisation de la monnaie s'est développée à un degré tel qu'elle est non seulement devenue indispensable à la cité, mais même qu'elle est identifiée, désormais, à la cité émettrice, qu'elle est devenue un des signes de celle-ci, comme l'énoncera clairement le décret de Sestos en l'honneur de Ménas. Cela ne signifie pas, comme Th. Martin (1985) l'a bien établi, que la monnaie soit une marque de souveraineté. Mais elle considérée comme un des éléments constitutifs de la politeia de la cité. La contrepartie, logique, est que le législateur auquel la politeia est attribuée, doit aussi avoir légiféré en matière de monnaie.

Notes

1 Voir Ollier (1934) ; Tigerstedt (1965).

2 Voir Strom (1991) et le débat entre Courbin (1959), (1983) et Furtwängler (1978).

3 Bommelaer (1981), p. 154-156.

4 On sait que la date et la composition (en particulier l'ordre des chapitres XIV-XV) ont fait l'objet de discussions nombreuses : voir la bibliographie dans Cataldi. (1966), p. 75. Je n'entrerai pas dans le débat, tout en indiquant ma préférence pour une date haute, vers 390 ou peu après, et, comme A. Momigliano et Carlier. (1984), p. 253-254, pour l'ordre traditionnel des chapitres.

5 Voir Macdowell (1986), p. 119 ; Hodkinson (1996), p. 88-90.

6 Voir notamment la démonstration de David (1986).

7 Cf. Gauthier (1972), p. 67-68.

8 On a retrouvé des statères d'électrum fourrés, qui pourraient bien être les pièces de cette transaction, cf. Barron (1966), p. 17-18.

9 Noethlichs (1987) a réuni toute la documentation, dont je ne retiens que quelques exemples.

10 Thuc., II, 21, 1 : littéralement, il fut convaincu « de s'être laissé persuader par des chrèmasi », ce qui devient en V, 16, 3, un versement de dora. L'amende nous est connue par Ephore, FGrH 70 F118, qui en précise le montant, 15 talents, et Plut., Périclès, 22, 2-3.

11 Eupolis, PGCV, F 150.

12 Ducat (1990), p. 187-188.

13 Cité par Ath., IV, 141c.

14 J'ai développé cette analyse dans une communication au colloque Privé-Public, qui s'est tenu à Paris en 1995.

15 Celui-ci consiste, pour quelqu'un accusé d'avoir rendu à son voisin un chaudron percé, à répondre qu'il l'a rendu en bon état, qu'il était troué quand il l'avait emprunté et à nier qu'il l'eût jamais emprunté.

16 Cette remarque vient à l'appui de ce que je disais, n.4, sur l'unité de rédaction et amène à écarter les hypothèses de MacDowell (1986), p. 119, pour qui les chap. 14 et 15 seraient des postscripta successifs.

17 L'expression revient constamment

18 Ephore, FGrH 70 FI 15 (=Strab„ VIII, 3, 33) ; F176 (= Strab., VIII, 6, 16).

19 La question de savoir si Elien, Var. Hist., 12,10, repésente ou non une tradition différente est sans intérêt pour mon propos.

20 C'est l'opinion de Figuera (1981), p. 65-80, qui souligne le rôle d'Ephore dans la formation de la tradition phidonienne et qui aboutit à des conclusions proches des miennes.

21 Wilamowitz (1893), p. 305-307.

22 Svoronos (1906).

23 Picard (1984) ; Treheux (1991).

24 L'hypothèse est généralement retenue par ceux qui admettent la frappe des tortues par Pheidon, comme Kagan (1960), ou Carlier (1984), p. 388, mais rejetée par ceux qui la refusent, cf Brown (1950), p. 195. L'historiographie argienne est très active au ve siècle avec Akousilaos (FgrH 2) et Hellanikos (FgrH 4).

25 Le point sur la question est fait par Carlier (1984), p. 386-390.

26 Brown (1950), p. 180-190 ; Kraay (1976), p. 113 ; Price-Waggoner (1975), p. 76. Kroll - Waggoner (1984).

27 Cette constation amène à écarter l'explication de Brown (1950), p. 194, pour qui le nom de Pheidon viendrait dans une liste de prôtos euretes, cf. Kleingûnther (1933).

28 Voir Andrewes (1951), p. 39-42.

29 Il n'est sans doute pas possible d'assimiler mesures pheidoniennes et mesures éginétiques. A Delphes, qui frappe des monnaies de poids éginétique, les médimnes pheidoniens d'orge offerts par Apollo- nia d'Illyrie sont convertis au taux de 8/5 en médimnes locaux, cf. Bousquet (1989), 4 II, 1. 1-8.

30 Ps. -Arist., Économique, II, 2, 4a-d.

31 Voir Rougemont (1977), n° 1, 2, 4 et sans doute la première version de 9 (le cippe des Labyades). Je ne retiens pas la loi du stade, n° 3, qui pose un épineux problème de datation.

32 Vanderrpool-Wallace (1964), rééditée récemment par H. van Effenterre - Fr. Ruze (1994), n° 91.

33 Je laisse ici les théories attribuant la création de la monnaie attique à Thésée ou à d'autres rois mythiques, Plut., Thésée, 25, 3 ; Pollux, IX, 83.

34 Sur l'état des questions concernant l'Ath. Pol., voir Aristote et Athènes (1993) ; Rhodes (1981) ; Chambers (1990). Je parlerai d'Aristote sans prendre parti sur l'identité de l'auteur.

35 D'une bibliographie surabondante et très contradictoire, je ne cite que quelques noms : Crawford (1972) ; Lévy (1973) ; Kraay (1976) ; Rhodes (1975) et (1981), p. 165 ; Alfoldy (1987).

36 Kroll - Waggoner (1984).

37 Ruschenbusch (1966), F32a. Ce sont des morceaux de métal précieux non monnayé. J. Kroll prépare une étude sur le sujet.

38 Androtion, FGrH 324 F34 (=Plut., Solon, 15, 3-4) : en même temps que la seisachtheia, qu'Androtion interprète comme un allégement des taux d'intérêt, « intervient l'accroissement des mesures et de la valeur de la monnaie. En effet il fixa à cent drachmes la mine, qui en valait auparavant soixante treize », ce qui aurait eu pour effet d'alléger la charge des débiteurs.

39 Voir Rhodes (1981), p. 165. Chambers (1983), p. 48-49. Sur la leçon « 73 » (au lieu de la correction en 70), voir Lévy (1973).

40 Rhodes (1981), p. 167, qui écarte, à juste titre, l'hypothèse de Kraft (1959-1960) et se rallie à l'interprétation de C. Kraay (1976).

41 Les statères (didrachmes) d'or de poids attique émis par Philippe II, qui sont très soigneusement frappés, pèsent en moyenne 8, 60 g : voir Lf. Rider, (1977), p. 407-409.

42 Picard (1988), p. 91-101.

43 Crawford (1972) ; Rhodes (1975), qui renvoient aux comptes de Delphes.

44 Seltman (1924), p. 6-15, avait même cru pouvoir identifier une émission présolonienne de poids éginétique : c'est son groupe A.

45 Il faut d'autant plus y insister qu'Aristote ne devait pas avoir d'information sur la chronologie des réformes : Rhodes (1981), p. 164 ; Chambers (1993) p. 48-49.

46 Picard (1989).

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540