Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Note d’histoire militaire achéménide À propos des éléphants de Darius III

Pierre Briant

Texte intégral

  • 1 Histoire de l’Empire perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, 1996, p. 19 [cité HEP ci-après].
  • 2 Dans ses Recherches de poliorcétique grecque (BEFAR 223), Athènes-Paris, 1974, p. IX, dans La guer (...)

1Ce sont quelques modestes réflexions d’histoire militaire que je voudrais offrir à Yvon Garlan, auquel j’emprunte sans vergogne le titre de « Notes d’histoire militaire », qu’il a si bien illustré dans le Bulletin de Correspondance Hellénique. Comme lui et à sa suite, je donne à « histoire militaire » l’acception la plus large, voulant réagir également contre une école dont certains représentants voudraient vouer aux oubliettes ce qu’ils appellent non sans dédain les realia. Je me permets de redire ici ce que j’écrivais récemment : « L’étude de la guerre ne se réduit pas à la caricature que l’on en donne parfois sous la terminologie péjorative d’histoire-bataille : elle est un exceptionnel révélateur du fonctionnement d’un État, ne serait- ce, par exemple, que par l’ampleur de la mobilisation des forces productives humaines, matérielles et techniques qu’elle suppose et qu’elle impose »1. En écrivant cela, je me sentais pleinement en phase avec le programme qu’avait fixé André Aymard, et que plusieurs chercheurs ont mis en œuvre à son initiative2 : chacun sait la place éminente que les travaux d’Yvon Garlan tiennent dans le renouvellement des recherches sur l’histoire de la guerre dans l’Antiquité.

Textes et contextes

2Dans son récit consacré aux préparatifs de la bataille de Gaugamèles, Arrien donne une très intéressante liste des contingents qui sont venus se ranger sous le commandement de Darius (Anab. III. 8. 3-6). La liste est organisée régionalement, depuis les Indiens « qui sont limitrophes de la Bactriane » au Nord-Est jusqu’aux contingents de « Syrie creuse et de Syrie Mésopotamienne » à l’Ouest. Apparemment, chacun des régiments correspond aux levées d’une satrapie, et le commandant en est le satrape (même si, sur ce point, il subsiste quelques incertitudes). Plus loin, Arrien donne la disposition (τάξις) de chaque contingent sur le champ de bataille, tel qu’il avait été prévu par l’État-Major perse, de l’aile gauche à l’aile droite (III. 11. 3-6). Arrien affirme se fonder sur Aristobule qui, dit-il, avait pu utiliser un document écrit trouvé dans le camp de Darius après la bataille (11. 3). On y retrouve les contingents cités dans la première liste, auxquels s’ajoutent quelques unités spécialisées, en particulier les chars à faux, dont 50 au centre, devant le bataillon royal de Darius (III. 11. 6) ; c’est là également qu’Arrien mentionne la présence des éléphants (οἱ δὲ ἐλέΦαντες), c’est-à-dire ceux que, dans la première liste, il avait présentés ainsi dans le récapitulatif chiffré : « Il y avait aussi quelques éléphants en petit nombre (οὐ πολλοί), seulement une quinzaine qui appartenaient principalement (μάλιστα) aux Indiens de ce côté de l’Indus » (III. 8. 6).

  • 3 La faible valeur historique de l’auteur et du développement a déjà été soulignée par Th. Reinach, (...)

3Ni Quinte-Curce, ni Diodore, ni Plutarque ne soufflent mot de la présence d’éléphants. On en trouve mention en revanche chez un auteur anonyme, révélé à la fin du siècle dernier par un papyrus retrouvé dans un monastère du Sinaï, d’où l’appellation de Fragmentum Sabbaiticum qui lui fut alors donné (= FGrH 151, F1). L’auteur y évoque en ordre chronologique les principaux épisodes de la conquête : batailles du Granique (§1) et d’Issos (§2), prises de Sidon et de Tyr (§7-8), l’Égypte et la fondation d’Alexandrie (§9-11), enfin la bataille de Gaugamèles (§12-13) par laquelle se clôt le fragment conservé. Faisant état des immenses rassemblements de forces, l’auteur consacre un développement spécial aux éléphants « venus de l’Inde » et aux chars à faux - deux types d’armes typiquement « barbares » qui avaient suscité chez lui un intérêt particulier, et dont il veut montrer qu’elles ne remportèrent pas le succès escompté. Concernant les éléphants — dont il ne fournit pas le chiffre —, il explique quel était leur harnachement (§12). Selon lui, les bêtes portaient sur leur dos des « tours en bois (πύργοι ξύλινοι) », à partir desquelles les hommes combattaient en armes, en sautant du haut de la bête sur les soldats qui s’opposaient à eux. Il précise également qu’Alexandre prit des mesures spécifiquement dirigées contre les éléphants : il fit lancer des chausse-trappes (τρίβολοι) en bronze à pointes très acérées dans la partie du champ de bataille où les éléphants étaient disposés, si bien que, percés par ces pointes métalliques, les éléphants furent précipités à terre et rendus inoffensifs (§13). Ces précisions techniques suscitent quelques doutes critiques sur l’utilisation que l’on peut faire de ce fragment3 :

  • Si la technique des tours est bien connue par les textes et par l’iconographie monétaire, toutes les études récentes montrent que la technique n’est pas attestée avant l’expédition de Pyrrhos en Italie du Sud4. Ce n’est pas la présence du même renseignement dans Xltinerarium Alexandri (§LIV, Müller ; elephanti turritî) qui peut donner un appui à la mention de notre historien anonyme5.
  • L’utilisation de chausse-trappes contre les éléphants est également attestée à l’époque hellénistique. Diodore (XVIII. 71. 2) raconte comment Damis (« qui avait été en Asie avec Alexandre et connaissait par expérience la nature et l’utilisation des éléphants ») s’opposa aux éléphants de Polyperchon qui assiégeait Mégalopolis. « Pour contrebalancer la brutale violence des éléphants », il fit confectionner des poutres de bois munies de clous acérés, qu’il dissimula. L’effet fut radical : « Blessés aux pieds par les clous, ils étaient incapables de pousser plus avant... Ils faisaient demi-tour à travers les rangs amis, en écrasant de nombreux soldats macédoniens » (71. 5-6). L’utilisation d’une méthode comparable par Alexandre n’est donc pas invraisemblable en soi. Pourtant, le renseignement est difficilement recevable. Tout d’abord, cela suppose, comme le veut l’auteur, qu’Alexandre avait pu préparer le champ de bataille et prévoir où les éléphants allaient être disposés. Or, l’on sait bien que c’est Darius qui a choisi le site et qui l’a fait préparer afin de faciliter les évolutions de sa cavalerie. Qui plus est, selon Quinte-Curce et Polyen, c’est le Grand Roi qui a fait disposer de telles chausse-trappes pour gêner les évolutions de la cavalerie macédonienne. Selon le premier, Alexandre reçut en effet le renseignement suivant peu avant l’assaut : « Darius avait fait enfoncer dans le sol des pointes de fer (murices ferreos) là où il croyait que passerait l’assaut des cavaliers ennemis » (IV. 13. 36). On retrouve le renseignement chez Polyen (IV. 3. 17) : Darius fit planter (κατέσπειρε) des triboloi sur une partie du champ de bataille. Une telle information est sans nul doute crédible6, et elle vient dévaluer celle de l’historien anonyme qui au surplus, utilise le verbe « lancer » (ἔρριΨεν) fort peu adapté à l’action décrite : « Le τρίβολος n’est pas une arme de jet ; Végèce, qui en mentionne l’emploi par les Romains contre les chariots armés de faux [III, 24], le décrit comme un assemblage de quatre pieux métalliques, qu’on plantait en terre par trois de leurs tiges et qui pointaient contre l’ennemi par la quatrième : en d’autres termes, c’était un obstacle portatif, assez analogue à nos chevaux de frise »7. Pour toutes ces raisons, il convient de laisser prudemment hors du dossier notre historien anonyme, et de revenir aux seuls renseignements recevables, ceux qui sont transmis par Arrien.

Origines des éléphants

  • 8 Sur les différentes appellations des Indiens (« montagnards », « limitrophes de la Bactriane », «  (...)

4Une première question se pose : d’où venaient ces éléphants ? Une partie de la réponse est donnée explicitement par Arrien : ils avaient été amenés par les Indiens de ce côté de l’Indus (ἐπὶ τάδε Iνδου). Chez Arrien, on trouve également les termes « Indiens limitrophes des Bactriens ὅσοι Bακτρίοις ὅμοροι) », et « ceux que l’on appelait Indiens montagnards (τοὺς ὀρείους ‘Iνδοὺς καουμένους) » ; les premiers sont venus sous la conduite de Bessos, satrape de Bactriane (III.8.3), les seconds sous la conduite de Barsaentès, satrape des Arachosiens (8. 4). Ni les uns ni les autres ne sont nommés dans l’ordre de bataille de Darius. Ils constituent, ensemble, les « Indiens de ce côté de l’Indus » qui ont amené 15 éléphants dont on peut vraisemblablement supposer qu’ils en avaient la charge (8. 6 ; 11. 6)8.

  • 9 Voir mon étude « Le nomadisme du Grand Roi », Iranica Antiqua 23 (1988), p. 253-273, et HEP, p. 19 (...)

5Reste quelques éléphants dont la syntaxe d’Arrien (11.8.6) suggère qu’ils ne venaient pas de chez les Indiens. C’est ce groupe, manifestement très restreint (quelques unités), qui pose les questions les plus intéressantes mais aussi les plus délicates. D’où viennent-ils ? Il est impossible d’en décider en toute certitude. On peut simplement rassembler quelques témoignages épars. D’une part, Quinte-Curce (qui ne souffle mot de la présence d’éléphants à Gaugamèles), mentionne que parmi « les cadeaux d’une somptuosité inouïe » présentés à Alexandre par le satrape de Suse lors de l’entrée du conquérant dans la ville (novembre 331), figuraient, outre « des dromadaires d’une rapidité inouïe, douze éléphants que Darius avait fait venir de l’Inde (a Dareo ex India acciti) » (V. 2.10). Dromadaires ou éléphants, l’expression de Quinte-Curce laisse supposer qu’il s’agissait, dans la conception même du satrape Aboulitès, d’animaux exotiques de grand prix, puisqu’ils font partie des cadeaux que le gouverneur d’une ville ou le gouverneur de province est tenu de venir présenter au roi lorsque le cortège royal parvient aux frontières de la province ou de la ville9. Ce que font régulièrement les roitelets indiens à l’arrivée d’Alexandre. Lorsque celui-ci commence sa marche depuis les Paropamisades, il envoie un ambassadeur aux « Indiens de ce côté de l’Indus », pour exiger que les chefs viennent à sa rencontre et lui rendent hommage : « Taxila et les autres chefs indiens s’exécutèrent, et lui apportèrent en cadeaux tout ce que les Indiens apprécient le plus : ils lui firent savoir qu’ils lui donneraient les éléphants qu’ils possédaient au nombre de vingt-cinq » (Arrien IV.22.5). De même après la défaite de Poros, le roi Abisarès envoya à Alexandre des ambassadeurs « apportant en cadeau un trésor et quarante éléphants » (V. 20.5) etc. Mais, si la présence de ces animaux parmi les cadeaux d’hommage des rois indiens ne peut surprendre, il en est différemment des éléphants de Suse. D’où viennent-ils et pour quelle raison sont-ils à Suse ?

  • 10 La délégation indienne (n°18) amène un âne ; il est vrai aussi que, dans la Charte de fondation de (...)
  • 11 HEP. p. 407 avec références et commentaires.
  • 12 Voir HEP, p. 252 et en dernier lieu J. Bigwood, « Ctesias, his royal patrons and Indian swords », (...)

6Selon Elien qui le cite, la présence d’éléphants en Babylonie était déjà mentionnée par Ctésias, vers le début du IVe siècle. Ctésias y établissait une comparaison entre l’utilisation en Inde de la force des éléphants pour « renverser les murailles ennemies » et leur utilisation en Babylonie : « Le même Ctésias dit avoir vu des palmiers déracinés de la même façon par des éléphants qui se jettent contre eux de toutes leurs forces. Certes ils font cela seulement si un Indien, leur dresseur (ὀ πωλεύων), leur demande de le faire » (Élien, Nat. Anim. 17. 29 = FGrHG88, F45b). Les éléphants de Suse pourraient donc être des éléphants indiens, qui auraient été offerts au Grand Roi, selon une coutume politique dont rendent compte les frises de Persépolis (même si les Indiens n’y amènent pas d’éléphants10), et qu’atteste à plusieurs fois Ctésias à propos des mêmes rois indiens11 ; selon lui, ils envoyaient des cadeaux de prix régulièrement à la cour. À travers les citations de son œuvre, on peut voir que Ctésias mentionnait par exemple : un animal fabuleux (le martichôra), une qualité de fer spécial12, un parfum à l’odeur enivrante, des vêtements teints en vermillon, et même une drogue qui offrait une mort rapide et indolore : « Le Grand Roi la rangeait à part, et seuls lui-même et sa mère y avaient accès ! » (Nat. Anim. IV. 46). Il est donc aisé de supposer qu’en plus de leur tribut, les Indiens envoyaient des éléphants au Grand Roi.

7On sait également que les paradis achéménides comportaient une section où l’on conservait des animaux venus du monde entier, à la fois comme symboles de la puissance illimitée du Grand Roi sur les hommes et les choses, mais aussi pour mener des expériences de reproduction et de croisement. C’est du moins ce que suggère un passage d’Aristote :

« En Syrie, il y a ce qu’on appelle des demi-ânes (hemionoi), animal différent de ceux qui sont le produit de l’union d’un cheval et d’une ânesse, même s’ils sont identiques en apparence. Ils sont aussi sauvages que le sont les ânes, comparés aux ânes domestiques, et cela explique leur nom. Comme les ânes sauvages, ces
hémiones ont une allure exceptionnellement rapide. Ils se reproduisent avec leurs propres rejetons, comme le prouve l’histoire suivante. Quelques-uns de ces hémiones vinrent en Phrygie au temps de Pharnakes, père de Pharnabaze, et il y en a encore qui y vivent. Il y en a encore trois aujourd’hui, bien qu’auparavant ils étaient neuf, d’après ce que l’on dit » (Hist. An. VI. 36 = 580b ; trad. P. Louis).

  • 13 Sur la création de réserves animales dans les paradis assyriens, voir S. Lackenbacher, Le palais s (...)
  • 14 Voir la description chez Xénophon, Hell.IV.1.15-16, 33. Le visiteur d’aujourd’hui peut toujours vo (...)
  • 15 Je ne connais pas de commentaire spécifique de ce passage d’Aristote. II est cité par H.HAUBEN, «  (...)
  • 16 Connaissances d’Aristote sur les paysages et la faune de Phrygie, cf. L. Robert, A travers l’Asie (...)
  • 17 Peut-être un intendant de paradis (voir discussion dans HEP, p. 507-512 et Index, s. v. Gadatas)
  • 18 C’est apparemment ce que suppose également A.B. Bosworth, « Aristotle, India and the Alexander his (...)
  • 19 Voir B. Lion, art. cit., p. 358, 362.

8Le renseignement n’est pas décisif13, mais le contexte laisse supposer que ces hemionoi ont été importés en Phrygie-Hellespontique par le satrape Pharnakes, et installés dans le fameux paradis proche de Daskyleion14, pour qu’ils puissent s’y reproduire15 - sans grand succès si l’on en juge aux informations recueillies par Aristote16. En d’autres termes, on aurait là, dans le domaine de la reproduction animale, une initiative comparable à celle de Gadatas17 qui, à l’époque de Darius Ier, avait implanté dans la vallée du Méandre des arbustes originaires des régions syriennes (ML 12). On peut donc admettre assez facilement que les éléphants reçus des rois indiens aient été envoyés dans les paradis, où des dresseurs indiens s’occupaient d’eux18. L’on sait également que, d’après Ctésias, les paradis royaux de Suse étaient particulièrement réputés : des bœufs spécialement dressés étaient chargés de transporter l’eau d’irrigation puisée dans le canal (FGrH 688, F34a-b). C’est peut-être dans ces paradis que les éléphants cités par le même auteur avaient été dressés à déraciner les palmiers ? En rappelant les déclarations triomphales de certains rois assyriens19, on pourrait également penser que les Perses pratiquaient la chasse à l’éléphant sur la rive gauche de l’Euphrate, mais aucune documentation externe ne permet de valider une telle hypothèse. Comme il n’y a non plus aucun document relatif à l’importation d’éléphants africains, il faut admettre que les éléphants attestés en Babylonie venaient des régions proches de la vallée de l’Indus ; dans le même temps, nous ne devons pas exclure qu’une reproduction était organisée dans les paradis royaux : ce qui pourrait contribuer à expliquer la distinction apportée par Arrien entre les bêtes amenées par les Indiens et un autre groupe (quelques individus) dont il ne précise pas l’origine. Doit-on supposer que l’entraînement des éléphants de guerre était également mené dans les capitales royales, sous la direction de dresseurs venus de l’Inde ?

  • 20 Ils sont rassemblés, traduits et commentés par H.H. Scullard, The Elephant in Greek and Roman worl (...)

9Immédiatement, un autre passage d’Aristote vient à l’esprit. Dans un des nombreux développements ou allusions de son œuvre qui sont consacrés aux éléphants20, Aristote donne des renseignements sur les quantités de nourriture qui leur sont nécessaires jour après jour :

« L’éléphant mange au maximum neuf médimnes macédoniens d’orge au même repas. Mais une si grande quantité est dangereuse. En général, il en absorbe six ou sept médimnes, cinq médimnes de farine et cinq maris de vin (le maris correspond à six cotyles [c. 1. 6 litre]). Un jour, un éléphant but en une seule fois quatorze métrètes macédoniens d’eau [c.1240 litres] et recommença le soir à en boire huit » (Hist. Anim. VII. 9 ; trad. P. Louis) ;

  • 21 Ibid., p. 46 et la discussion de P. Bernard, art. cit., p. 93.
  • 22 Voir la discussion de P. Bernard, art. cit. p. 92-94 : «La mention de ces mesures macédoniennes... (...)
  • 23 Fort. 1771 (olvoç Ôuo Ipciptc té0r|T) : cf. J. -m. Balcer, BiOr 1979 p. 280 et R. Schmitt [note su (...)
  • 24 Voir essentiellement R. Schmitt, « Ein altiranisches Flüssigkeitsmass : *marish », dans K. Hel- Le (...)
  • 25 Là-dessus, voir HEP, p. 297-304
  • 26 Il convient de corriger l’estimation donnée dans HEP, p. 304 pour le vin (c. 16°500 litres et non (...)
  • 27 Art. cit., p. 94.
  • 28 Voir mes remarques dans Rois, tributs et paysans, Paris, 1982, p. 458, n.4, 209, 496, et dans HEP,(...)

10En dépit d’estimations chiffrées manifestement excessives21, l’information transmise par Aristote sonne juste. Pour son informateur, on pourrait penser à Ctésias, qu’il a lu et critiqué, mais le choix des mesures utilisées (médimnes et métrètes ‘macédoniens’) oriente plutôt vers un auteur de l’époque d’Alexandre22. Un autre détail doit être relevé : c’est que, concernant la ration de vin, l’auteur utilisait le maris. L’on sait qu’il s’agit là à l’origine d’une mesure perse (él. marriŠ), bien connue à Persépolis (y compris dans la seule tablette inscrite en grec23), mais également dans les documents araméens d’Egypte24. C’est la mesure utilisée par Polyen dans un célèbre passage concernant les quantités de produits nécessaires journellement pour la Table royale (IV. 3. 32)25 : il en donne une équivalence en choai attiques (10 choai, 33 litres26) différente de celle d’Aristote (1. 62 litre). Paul Bernard remarque justement à ce propos : « L’origine perse du mot confère... au texte d’Aristote une valeur historique dont je n’ai vu faire état nulle part. Cette utilisation conjointe dans l’intendance du parc des éléphants des armées hellénistiques de mesures macédoniennes et d’une mesure perse constitue en effet un témoignage aussi inattendu que précieux sur les contacts étroits qui s’établirent entre les conquérants grecs et l’administration achéménide à la fin du ive siècle°»27. Je ne puis évidemment que souscrire à cette appréciation sur les continuités/adaptations entre l’administration achéménide et l’administration de l’époque d’Alexandre et des diadoques - phénomène si souvent attesté, y compris pour les haras royaux (Plutarque, Eum. 8. 5)28. Cette réflexion conduit aussi à penser que les règles administratives relatives aux rations animales chez Aristote pourraient être le décalque de règles qui avaient cours dans les élevages du Grand Roi.

  • 29 En particulier pour la consommation d’eau, présentée ici sous la forme narrative d’une historiette (...)
  • 30 Sur ces problèmes logistiques, voir mon étude « Guerre, tribut et forces productives dans l’Empire (...)
  • 31 P. Grelot, Documents araméens d’Égypte, Paris, 1972, n°72 ; HEP, p. 377-381.

11En tout cas, bien qu’il soit transmis sous une forme littéraire29, le renseignement d’Aristote s’intègre aisément aux informations que l’on recueille dans les tablettes élamites de Persépolis relatives aux rations données aux animaux. Trois séries (SI, S2, S3) rassemblent ces rations. Les chevaux consomment du grain en quantités variables, comme le montre particulièrement PF 1648, où les rations journalières dans un groupe de chevaux sont de 1, 2, 3, 4 ( ?) qa/jour (1 qa = 0. 9 litre) ; l’un des animaux (certainement puissant et de très bonne qualité) reçoit même par jour 1 bar, c’est-à-dire 10 qa, la même quantité que celle donnée à un bœuf dans une autre tablette (PF 1707). Un chameau reçoit 3qa de farine/jour (PF 1711, 1786), un mouton 1 qa de grain (PF 1712-1715) etc. Les chevaux reçoivent aussi des allocations de vin : par exemple 4qa (3. 6 litres)/ jour (PF 1758), parfois en guise de rations de voyage (PF 1780). Outre les volailles, les chevaux et les chameaux, on rencontre des mules (PF 1785) et des chiens (PF 1264-1265, 1904, Fort. 1233 : rations de farine). Bien entendu, les données chiffrées dont nous disposons sont parcellaires. Étant donné en effet que la livraison d’un produit particulier (grain, farine, vin...) se faisait sous la responsabilité d’un chef de magasin, nous ne disposons pas de tablettes qui feraient part des rations journalières des différents produits donnés à un type d’animal - sauf si les indications de tablettes différentes se recoupent et se complètent. Les statistiques sont donc incomplètes : dans les tablettes disponibles, il n’est pas question, par exemple, de distribution de fourrage, même dans les rations de voyage. Cependant, il ne fait aucun doute qu’il existait des dépôts de fourrage dans les stations disposées le long des routes royales30. C’est ce que montre très bien une lettre araméenne, que le satrape ArŠāma avait confiée à son intendant Nehtihor qu’il renvoyait de Babylonie en Égypte. Il s’agit d’un bon de route qui précise l’itinéraire et le montant des rations : l’intendant devra le montrer aux chefs des magasins pour se faire délivrer les rations pour les hommes (farine blanche, farine grise, vin, bière) et pour les animaux de la caravane ; il est porté sur le document que chaque serviteur recevra aussi « en foin, selon son attelage »31. Si l’on ajoute à cela que, mis à part les séries relatives aux rations de voyage, les tablettes ne concernent guère que la Perse et l’axe Persépolis-Suse, on doit reconnaître que l’absence de mentions d’éléphants dans les tablettes n’exclut pas l’hypothèse de l’existence d’élevages à l’époque achéménide : s’il existait des élevages d’éléphants à Babylone ou à Suse, ou encore à Ecbatane ou ailleurs, ils seraient de toute façon indétectables à travers les tablettes de Persépolis.

  • 32 Je ne tiens évidemment pas compte des récits de Diodore (utilisant Ctésias) sur les campagnes de S (...)
  • 33 Dans l’inscription de Behistoun, on trouve simplement mentions de chevaux et une fois de chameaux (...)
  • 34 Même la délégation identifiée à Persépolis comme celle de Kush (Nubie ; n° 23) ne vient pas offrir (...)
  • 35 Voir par exemple H. Frankfort, Cylinder seuls, London, 1939, Plate XXXVIIm ; J. Boardman, Greeek g (...)
  • 36 Sur les rations de vin et en bière données aux chevaux à Persépolis, voir les remarques de R. T. H (...)
  • 37 Les erreurs et approximations chiffrées chez Aristote (ci-dessus notes 21, 29) pourraient résulter (...)

12Mais il convient de ne pas utiliser l’argument du silence au-delà du raisonnable. Face à ces spéculations, on doit souligner en effet le mutisme total des sources classiques. Aucun auteur ne parle d’une quelconque présence d’éléphants dans les armées achéménides avant Gaugamèles. Le fait que les auteurs classiques ne décrivent guère que des batailles menées dans la partie occidentale de l’Empire ne doit pas inciter à postuler, à l’inverse, que les armées achéménides utilisaient couramment les éléphants dans les combats qu’elles ont dû soutenir dans les pays de l’Est iranien32. Dans le cas contraire, une telle invention aurait été utilisée d’une manière infiniment plus efficace et plus massive en 331. Au demeurant, les textes achéménides (en particulier la partie narrative de l’inscription de Behistoun) sont tout aussi silencieux33. Qui plus est, il n’existe, à ma connaissance, aucune iconographie de l’éléphant durant toute l’époque achéménide34, alors que l’on trouve fréquemment par exemple le chameau représenté sur les sceaux35. L’ensemble de la documentation conduit donc à conclure que l’introduction d’éléphants de guerre dans la ligne de bataille est, en 331, une nouveauté très récente. Si la distinction qu’introduit Arrien entre les éléphants indiens et les autres est fondée, on peut supposer que, dès lors que la décision avait été prise, on a commencé de dresser des éléphants à la guerre dans les centres d’entraînement de l’armée royale. C’est alors que, comme il est d’usage dans l’administration, l’intendance a défini des normes quantitatives et qualitatives pour les rations des éléphants de guerre — dont le vin (à donner avant les combats pour exciter les bêtes36 ?). Après la bataille, les témoins auraient recueilli ce genre d’informations, qui seraient parvenues à Aristote : celui-ci aurait alors transformé les mesures perses en mesures macédoniennes, même le maris dont (comme Polyen) il a conservé le nom mais modifié la capacité37.

D’Issos à Gaugamèles : les préparatifs de Darius III

  • 38 Cf. P. Goukowsky, art. cit. p. 476, 486.

13Revenons à la bataille, et à la présence côte à côte des éléphants et des 50 chars à faux en avant de la ligne de front. Un tel dispositif n’a rien pour étonner. Il est au contraire absolument habituel dans les récits de combats menés par Alexandre en Inde et lors des batailles des diadoques38. Ce fut le cas à la bataille de l’Hydaspe :

  • 39 A.b. Boswoorth, Commentary on Arrian’s History of Alexander, II, Oxford, 1995, p. 273, note que l’ (...)

« Poros établit ses éléphants sur la première ligne, chaque éléphant étant séparé du suivant au moins d’un plèthre [c. 30 m], pour former une ligne s’étendant devant son infanterie, lui servant de front, et aussi pour provoquer la panique dans toutes les troupes de cavalerie d’Alexandre. Il pensait qu’en aucune manière un ennemi n’oserait pénétrer dans l’intervalle laissé entre les éléphants, ni à cheval, à cause de l’épouvante (phobos) que les éléphants inspirent aux chevaux39, ni à plus forte raison les fantassins » (Arrien V. 15. 5-6).

14Lors de la bataille de Gabiène, Antigone et Eumène adoptèrent la même tactique : ils mettent leurs éléphants en première ligne et remplissent les intervalles avec des unités légères (Diod. XIX. 40.1-2) ; de même lors de la bataille de Gaza entre Démétrios, Ptolémée et Séleukos (XIX. 83. 3).

  • 40 Les animaux sont à nouveau cités par Arrien dans une sorte de bilan des captures (III. 15 6) : Arr (...)

15Si donc leur disposition au centre et en avant correspond à une règle tactique bien attestée, leur rôle à Gaugamèles semble avoir été pour le moins effacé. Après avoir mentionné leur présence en avant des lignes perses, Arrien n’en parle plus jusqu’au moment de la prise du camp de Darius III : « Parménion s’empara du camp des Barbares, avec les bagages, les éléphants et les chameaux » (III.15.4)40. Joint au mutisme total de Quinte- Curce, de Diodore et de Plutarque, un tel silence a suscité et suscite encore bien des interrogations. Plusieurs explications sont possibles :

  • Les éléphants n’ont pas pris part aux combats. Tel est l’avis de W. W. Tarn, qui jugeait que « les éléphants auraient pu dissuader Alexandre de charger, étant donné que des chevaux non entraînés ne peuvent faire face à des éléphants » : c’est la raison pour laquelle l’auteur britannique suppose qu’en réalité ils ne furent pas mis en ligne, car les chevaux perses n’étaient eux-mêmes pas entraînés à manœuvrer avec eux41. De son côté, H.H. Scullard juge qu’« ils auraient pu changer la face de l’Histoire », et il suppose en conséquence que, si Parménion a capturé des éléphants dans le camp, c’est qu’ils avaient été retirés de la ligne de bataille au dernier moment, peut-être parce qu’ils refusaient d’obéir42. Une telle hypothèse est fondée sur le postulat que les éléphants capturés après la bataille (avec les chameaux et des chars intacts) sont ceux-là même qui avaient été disposés originellement au centre du dispositif perse — ce qui est invérifiable : il pourrait également s’agir d’une réserve non utilisée43.
  • Tous les auteurs anciens soulignent combien les Perses comptaient sur les chars à faux, sur lesquels ils donnent des détails techniques intéressants44. Mais les Grecs avaient déjà affronté des chars à Counaxa45 et même antérieurement en Asie Mineure46. Alexandre sut donc trouver la parade47. De la part des Perses, il s’agissait d’abord de frapper l’ennemi de terreur (hostium terror Φόβος των ποεμίων). On peut supposer que, dans leur esprit, les éléphants devaient avoir la même fonction48. Mais il s’agissait d’une arme vulnérable, car l’éléphant peut être aisément atteint par les fantassins et harcelé par des cavaliers49. On comprend donc aisément qu’ils n’aient pas joué de rôle notable dans la bataille - sauf peut-être de constituer une sorte de rempart devant le bataillon royal.
  • 50 Cf. aussi Arrien 1. 15. 5 (avec mes remarques dans HEP, p. 886-887).
  • 51 Sur les kardakes, voir P. Briant, « War, Persian Society and Achaemenid Empire », in K. Raaflaub - (...)
  • 52 Cf. Quinte-Curce IV. 15. 3-4 ; Diod. XV1I. 58. 2-5
  • 53 Sur cette appellation donnée aux Macédoniens (y compris à Alexandre) par quelques textes babylonie (...)
  • 54 Pour une réévaluation des préparatifs tactiques et stratégiques de Darius avant Gaugamèles, voir H (...)

16Quoi qu’il en soit, il paraît évident que l’introduction d’éléphants de guerre dans la ligne de bataille pour la première fois dans l’histoire achéménide — qu’elle ait été simplement projetée dans le plan initial ou qu’elle ait été réellement mise en œuvre - doit être rapprochée des améliorations techniques apportées aux chars à faux. L’une et l’autre mesures s’intègrent elles-mêmes dans un vaste plan mis en œuvre par Darius dès les lendemains d’Issos, à son retour à Babylone. Diodore (XVII. 53. 1-2) et Quinte-Curce (IV. 9. 3-5) font état d’autres innovations : allongement des épées et des javelots50, fabrication de cuirasses pour les chevaux et les cavaliers, augmentation des effectifs de la cavalerie, entraînement des nouvelles troupes pendant des mois51, choix d’un site et mise en état minutieuse du champ de bataille... C’est certainement au cours de cette période d’intenses préparatifs que l’on décida d’inclure des éléphants de guerre qui, aux côtés des chars à faux, étaient destinés à frapper de terreur la phalange et la cavalerie macédoniennes. Si les chars, accompagnés de la cavalerie, réussirent à accomplir une partie de leur mission52 avant de disparaître de la scène, il en fut tout différemment des éléphants. Auraient-ils vraiment pu « changer la face de l’Histoire », pour reprendre les mots de H. Scullard ? On peut sérieusement en douter. En effet, pour ce faire, il aurait fallu les inclure en grand nombre, après un long entraînement commun avec l’infanterie et la cavalerie, et mettre au point une tactique qui leur conférât un rôle décisif. Tel ne fut manifestement pas le cas en 332/1 : au plan de l’histoire militaire, le recours limité aux éléphants relève alors plus de l’improvisation tactique que d’une révolution stratégique. Il témoigne néanmoins, à son échelle, de l’énergie et de l’inventivité déployées par Darius III et ses conseillers pour faire pièce à l’armée des Hanéens53 qui se rapprochait dangereusement du cœur de l’Empire54.

Notes

1 Histoire de l’Empire perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, 1996, p. 19 [cité HEP ci-après].

2 Dans ses Recherches de poliorcétique grecque (BEFAR 223), Athènes-Paris, 1974, p. IX, dans La guerre dans l’Antiquité, Paris, 1972, p. 8, ou encore dans Guerre et économie en Grèce ancienne, Paris, 1989, p. 19, Yvon Garlan a clairement situé son travail dans le droit fil de la réflexion pionnière menée par André Aymard ; voir également l’introduction aux Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris- La Haye, 1968, p. 10.

3 La faible valeur historique de l’auteur et du développement a déjà été soulignée par Th. Reinach, « Un fragment d’un nouvel historien d’Alexandre le Grand », REG 5 (1892), p. 306-326 (sans évoquer le problème des tours) ; voir également L. Pearson, The lost Histories of Alexander the Great (Philological Monographs XX), Berkeley-Los Angeles, 1960, p.255-256 ; sur un point particulier (offres matrimoniales de Darius à Alexandre), voir mes remarques dans HEP, p. 858-859.

4 Voir en particulier P. Goukowsky, « Le roi Pôros, son éléphant et quelques autres », BCH 96 (1972), p. 474-502 (p. 475-484), qui pour cette raison repousse la mention du Fragm. Sabb., p. 476, n.13 ; sur l’invention elle-même voir ibid., p. 489-498, ainsi que p. Bernard, « Le monnayage d’Eudamos, satrape grec du Pandjab et « Maître des éléphants "», dans G. Gnoli — L. Lanciotti (éd. ), Orientalia Iosephi Tueci Memoriae dicata (Serie Orientalia Roma, LVI/1), Roma (1985), p. 65-94. Je mentionne en passant que certaines des thèses développées respectivement par P. Goukowsky et par P. Bernard sur le « décadrachme de Pôros » ont suscité des remarques critiques de P. Vidal-Naquet, « Alexandre et l’éléphant », dans Arrien, Histoire dAlexandre, trad. P. Savinel, Paris (1984), p. 387-393 ; je juge inutile de reprendre par le détail un débat qui ne concerne pas directement les problèmes que j’aborde ici.

5 On peut supposer que l’auteur de l’Itinerarium a pris chez Arrien ce renseignement sur les éléphants, mais en y ajoutant la présence de tours dont Arrien ne dit rien (sur les emprunts faits chez Arrien, voir H. Tonnet, « Le résumé et l’adaptation d’Arrien dans l’ltinerarium Alexandri », Revue d’Histoire des Textes 9 [1979], p. 243-254, et en dernier lieu R. Tabacco, Per una nuova edizione critica dell’Itinerarium Alexandri, Bologna, 1992).

6 Voir d’ailleurs les arguments échangés dans le conseil de guerre macédonien selon Arrien III.9.4 : on s’attendait à ce que le terrain ait été piégé de « fossés et de pieux dissimulés ». Je ne comprends pas bien le scepticisme affiché par E. W. Marsden, The campaign of Gaugamela, Liverpool University Press (1964), p. 41-42, qui me semble conduit d’abord par la priorité absolue accordée à Arrien (mais rien n’y est dit sur les éléphants) ; il est surprenant que le même auteur ne fasse pas mention des éléphants de Darius III dans son analyse du dispositif tactique perse (p. 43-45) ; il est vrai qu’il voit quasi uniquement les choses du point de vue d’Alexandre.

7 Th. Reinach, art. cit., p. 309

8 Sur les différentes appellations des Indiens (« montagnards », « limitrophes de la Bactriane », « de ce côté de l’Indus »), voir en particulier P.H.L. Eggermont, Alexander’s campaigns in Sind and Baluchistan and the siege of the Brahmin town of Harmatelia (OLA 3), Leuven, 1975 : 16 sq., 185-188 sur les Indiens des montagnes (sur le territoire desquels se trouvaient les passes de Khojak et de Bolan), dont Sambus, nommé par Alexandre « satrape des Indiens des montagnes » (Arrien VI. 16. 3), pourrait être un des chefs ; c’est probablement de lui que Barsaentès reçut ultérieurement une aide de 30 éléphants (Quinte-Curce VIII. 13. 3 ; cf. VI. 6. 36) ; sur les Indiens « limitrophes de la Bactriane », voir P. Briant, L’Asie Centrale et les royaumes proche-orientaux au premier millénaire av. n. è., Paris, 1984, p. 73-74, également W. J. Vogelsang, The rise and organisation of the Achaemenid Empire. The Eastern Iranian evidence, Leiden, 1992, p. 222-228. Ces « antennes indiennes » des satrapes de Bactriane et d’Arachosie correspondent à l’Inde Blanche, ce que Strabon appelle Arianè, dont il dit : « Toutes ces contrées jouxtent littéralement l’Indus. Les Indiens en possèdent une partie, celle qui touche à l’Indus et qui avait été auparavant aux mains des Perses » (XV.2.9), c’est-à-dire les satrapies des Paropamisades [Gandhara] et d’Arachosie : ce sont ces régions qui ont été rattachées au royaume maurya après l’accord passé entre Séleukos et Chandragupta en 303 (abandon de territoires anciennement achéménides et jusqu’alors séleucides, contre une clause d’épigamie et la fourniture de 500 éléphants) : voir P. Bernard, Fouilles d’Aï-Khanoum. iv : Les monnaies hors trésors. Questions d’histoire gréco-bactrienne (Mémoires de la DAFA, XXVIII), Paris, 1985, p. 85-95.

9 Voir mon étude « Le nomadisme du Grand Roi », Iranica Antiqua 23 (1988), p. 253-273, et HEP, p. 199-207 ; à une époque antérieure au Proche-Orient, voir les commentaires de B. Lion, « La circulation des animaux exotiques au Proche-Orient ancien », dans D. Charpin-F. Joannes (éd. ), La circulation des biens, des personnes et des idées dans le Proche-Orient ancien (Actes de la XXXVIIIe RAI), Paris p. 357-365 : "Les animaux sont considérés comme des présents de choix. À ce titre, ils font partie des cadeaux diplomatiques qu’emportent avec eux les messagers... Lorsque ces dons sont le fait de régions soumises ou dépendantes, ils font partie du tribut... » (p. 361).

10 La délégation indienne (n°18) amène un âne ; il est vrai aussi que, dans la Charte de fondation de Suse (DSz, citée HEP, p. 184), l’ivoire est réputé venir de Kush, d’Inde et d’Arachosie. Cf. ci-dessous note 34.

11 HEP. p. 407 avec références et commentaires.

12 Voir HEP, p. 252 et en dernier lieu J. Bigwood, « Ctesias, his royal patrons and Indian swords », JHS 115 (1995), p. 135-140.

13 Sur la création de réserves animales dans les paradis assyriens, voir S. Lackenbacher, Le palais sans rival, Paris, 1990, p. 91-96 (p. 94).

14 Voir la description chez Xénophon, Hell.IV.1.15-16, 33. Le visiteur d’aujourd’hui peut toujours voir les poissons et les oiseaux dont parle Xénophon ; ils se retrouvent également représentés sur des empreintes sur argile trouvées à Daskyleion (D. Kaptan-Bayburtluolu, « A group of seal-impressions on the bullae from Ergili/Daskyleion », Epigraphica Anatolica 16 (1990), p. 15- 26) ; il en est de même de scènes de chasse (D. Kaptan, « Some remarks about the hunting scenes on the seal-impressions of Daskyleion », dans M.F.Boussac-A. Invernizzi [edd.]. Archives et sceaux du monde hellénistique [BCH Suppl. 29], Athènes-Paris, 1997, p. 85-95) ; les scènes de chasse sont également représentées sur des stèles (cf. par exemple dessin dans HEP, p. 720).

15 Je ne connais pas de commentaire spécifique de ce passage d’Aristote. II est cité par H.HAUBEN, « Onagres et hémionagres en Transjordanie au iiie siècle avant J. -C. À propos d’une lettre de Toubias », Ancient Society 15-17 (1984-1986), p. 89-111, cf. p. 96 et n.3 (Aristote fait probablement référence à l’Equus h.Hemippus, ou « âne sauvage ou hémippe ou hémione ou onagre de Syrie »), et p. 99. Sur l’utilisation d’hémiones en Babylonie, voir Diod. XVII.71. 2 (traduit « mulet de bât » par P. Goukowsky, CUF ad. loc.).

16 Connaissances d’Aristote sur les paysages et la faune de Phrygie, cf. L. Robert, A travers l’Asie Mineure, Paris, 1990, p. 269-291 (en expliquant Arist., Hist. An. VI. 29 = 578b). Il faut rappeler qu’Artabaze, fils du Pharnabaze cité par Aristote, a séjourné à la cour de Philippe II avec toute sa famille et toute sa cour (Diod. XVI. 51. 3 ; Quinte-Curce V. 9. 1 ; VI. 5. 2 ; Athénée VI. 256c) : lui- même ou quelqu’un de son entourage pourrait être l’informateur d’Aristote. (Voir également ci- dessous notes 22 et 29).

17 Peut-être un intendant de paradis (voir discussion dans HEP, p. 507-512 et Index, s. v. Gadatas)

18 C’est apparemment ce que suppose également A.B. Bosworth, « Aristotle, India and the Alexander historians », Topoi 3/2 (1993), p. 407-424 (p. 413, n. 29).

19 Voir B. Lion, art. cit., p. 358, 362.

20 Ils sont rassemblés, traduits et commentés par H.H. Scullard, The Elephant in Greek and Roman world, London (1974), p. 37-55.

21 Ibid., p. 46 et la discussion de P. Bernard, art. cit., p. 93.

22 Voir la discussion de P. Bernard, art. cit. p. 92-94 : «La mention de ces mesures macédoniennes... révèle que les informations transmises par Aristote viennent directement des services de l’intendance d’Alexandre ou bien des armées des diadoques dans le dernier quart du quatrième siècle, si l’on suppose que le texte est une interpolation de l’école aristotélicienne » ; voir dans le même sens J. Bigwood, « Aristotle and the Elephant again », AJPh 114 (1993), p. 536-555 qui, tout en soulignant l’utilisation de Ctésias par Aristote, juge qu’il en est différemment pour le passage sur l’alimentation des éléphants, en raison des mesures utilisées (p. 545, sans connaître apparemment l’étude de P. Bernard) ; elle propose le nom de Callisthène (p. 547-548). De son côté, J. -S. Romm, « Aristotle’s Elephant and the myth of Alexander’s scientific patronage », AJPh 110 (1989), p. 566-575 reprend à son compte l’hypothèse selon laquelle Aristote aurait examiné (voire disséqué !) un éléphant envoyé en Macédoine soit à l’époque de Philippe II soit par Alexandre après Gaugamèles.

23 Fort. 1771 (olvoç Ôuo Ipciptc té0r|T) : cf. J. -m. Balcer, BiOr 1979 p. 280 et R. Schmitt [note suivante], p. 303-304.

24 Voir essentiellement R. Schmitt, « Ein altiranisches Flüssigkeitsmass : *marish », dans K. Hel- Ler-O. Panagi-J. Tischler (edd.), Indogermanica Europaea. Festchrift für Wolfgang Meid(Grazer Lin- guistische Monographien 4), Graz, 1989, p. 301-315.

25 Là-dessus, voir HEP, p. 297-304

26 Il convient de corriger l’estimation donnée dans HEP, p. 304 pour le vin (c. 16°500 litres et non 50°000 litres).

27 Art. cit., p. 94.

28 Voir mes remarques dans Rois, tributs et paysans, Paris, 1982, p. 458, n.4, 209, 496, et dans HEP, p. 466.

29 En particulier pour la consommation d’eau, présentée ici sous la forme narrative d’une historiette, qui avait certainement beaucoup frappé l’informateur d’Aristote (comme ceux d’Hérodote parlant de l’armée de Xerxès : VII. 21, 53, 58, 108, et mes remarques dans HEP, p. 219).

30 Sur ces problèmes logistiques, voir mon étude « Guerre, tribut et forces productives dans l’Empire achéménide », DHA 12 (1986), p. 33-48 (p. 37-38 sur les dépôts sur les routes)

31 P. Grelot, Documents araméens d’Égypte, Paris, 1972, n°72 ; HEP, p. 377-381.

32 Je ne tiens évidemment pas compte des récits de Diodore (utilisant Ctésias) sur les campagnes de Sémiramis contre la Bactriane, pour des raisons que j’ai exposées en détail ailleurs (Asie Centrale, p. 23-33). Le bref résumé, chez Ctésias-Photius (§31) de la campagne d’Artaxerxès 1er en Bactriane ne permet pas de dire quoi que ce soit sur le sujet (si ce n’est qu’il n’est pas fait mention d’éléphants). Lorsque le même Ctésias rapporte la bataille livrée par Cyrus contre les Derbikes (§6), il précise que, face aux Derbikes qui disposent d’éléphants livrés par les Indiens, les troupes royales combattent à cheval.

33 Dans l’inscription de Behistoun, on trouve simplement mentions de chevaux et une fois de chameaux que Darius fait transporter d’une rive à l’autre du Tigre (DB bab. § 17).

34 Même la délégation identifiée à Persépolis comme celle de Kush (Nubie ; n° 23) ne vient pas offrir un éléphant mais une girafe - alors que sur l’Obélisque de Shalmanazzar III, la délégation venue d’Égypte (MuŠri) amène une éléphante au roi assyrien (voir discussion de ce document dans P. Briant, Asie Centrale, p. 21-22). Cf. également ci-dessus note 15.

35 Voir par exemple H. Frankfort, Cylinder seuls, London, 1939, Plate XXXVIIm ; J. Boardman, Greeek gems and Finger-Rings, London, 1970, n° 901 ; T. staubli, Image der Nomaden, Freiburg-Göttingen, 1991, abb. 71 (scènes de chasse et de combat) ; D. Collon, First impressions. Cylinder seals in the Ancient Near East, London, 1987, n° 735 (2 chameaux tirent un char), 740 (scène de guerre).

36 Sur les rations de vin et en bière données aux chevaux à Persépolis, voir les remarques de R. T. Hallock, Persepolis Fortification Tablets, Chicago, 1968, p. 47-50, de J. -A. Delaunay, Studia Iranica 5/1, 1976, p. 19, n. 38 et (à propos des éléphants) de P. Bernard, art. cit., p. 93-94.

37 Les erreurs et approximations chiffrées chez Aristote (ci-dessus notes 21, 29) pourraient résulter, soit d’erreurs commises par ses informateurs, soit des difficultés de la conversion des mesures perses dans le système macédonien.

38 Cf. P. Goukowsky, art. cit. p. 476, 486.

39 A.b. Boswoorth, Commentary on Arrian’s History of Alexander, II, Oxford, 1995, p. 273, note que l’incapacité des chevaux non spécialement entraînés à affronter des éléphants est un thème récurrent dans l’Antiquité. Ce qui n’est pas sans rappeler ce qu’Hérodote écrivait (1.80) en rapportant un stratagème adopté par Cyrus face à Crésus ; il fit mettre des chameaux en première ligne : « En effet, le cheval redoute le chameau, il n’en supporte pas l’aspect et ne peut en sentir l’odeur ». Remarquons au passage que dans l’iconographie d’époque achéménide, il existe au moins une scène qui oppose un cavalier et un ennemi monté sur un chameau (D. Collon, op. cit., n° 740).

40 Les animaux sont à nouveau cités par Arrien dans une sorte de bilan des captures (III. 15 6) : Arrien énumère : les prisonniers, les éléphants et les chars de guerre qui n’avaient pas été détruits durant la bataille, c’est-à-dire trois éléments qui, dans la logique du texte, ont pris part aux affrontements. Mais, il peut s’agir aussi d’un doublet de III. 15. 4.

41 W. W. Tarn, Alexander the Great, Cambridge U. P., 1948, 1, p. 47 ; II, p. 189.

42 Op. cit., p. 64-65

43 Il n’y a aucune raison de penser non plus qu’ils étaient voués au portage, puisque ils ne sont pas cités parmi les animaux de bât qui ont été rassemblés en grand nombre par Alexandre pour transporter les trésors des Grands Rois : mulets et chameaux (Plut., Alex. 37. 4 ; Diod. XVII. 71. 2), bêtes de somme (jumenta) et chameaux (Quinte-Curce V. 6. 9) ; les iumenta peuvent être des ânes ou des mulets, (cf. aussi les hypozugia des Ouxiens de la montagne [Arrien III. 17. 6] qui pourraient être des bœufs porteurs : cf. ma note dans DHA 2 [1976), p. 229, n. 44). Il semble bien qu’à Gaugamèles même, le portage avait été assuré par des chameaux (Arrien III. 15. 4). À ma connaissance, il n’est jamais question d’éléphants porteurs, même lors des marches au retour de l’Inde (cf. Arrien VI. 24. 4-6 ; 25. 1 ; 27. 6).

44 Diod. XVII. 53. 1-2 ; Quinte-Curce IV. 9. 4-5. À noter que les découvertes archéologiques faites en Asie Mineure occidentale (Bin Tepe, Biga et Balikesir) vont permettre de mieux connaître la structure des chars d’époque achéménide : cf. H. Köktken, « Two wheeled vehicles from Lydia and Mysia », in Papers read at the First International Symposium on Anatolia in the Achaemenid period (Bandirma, August 15-18, 1997) ; il semble que le char de Biga soit un char à faux (communication personnelle de l’auteur, qui annonce une étude à paraître dans Istanbuler Mitteilungen 1998).

45 Xén.,Anab. 1. 7. 12 ; 8. 10.

46 Xén., Hell. IV. 1. 17-20

47 Voir Diod. XVII. 57. 6 ; Quinte-Curce IV. 13. 33-34 ; Arrien III. 12. 4 ; 13. 5-6.

48 C’est toujours ce que les chefs attendent des éléphants dans les batailles de l’époque hellénistique, où pourtant ils sont plus nombreux et font partie intégrante de l’armée.

49 Cf. Goukowsky, art. cit., p. 485-487.

50 Cf. aussi Arrien 1. 15. 5 (avec mes remarques dans HEP, p. 886-887).

51 Sur les kardakes, voir P. Briant, « War, Persian Society and Achaemenid Empire », in K. Raaflaub -N. Rosenstein (edd.), Soldiers, Society and War in the Ancient and Medieval Worlds, 1998.

52 Cf. Quinte-Curce IV. 15. 3-4 ; Diod. XV1I. 58. 2-5

53 Sur cette appellation donnée aux Macédoniens (y compris à Alexandre) par quelques textes babyloniens (dont l’un fait directement référence aux combats entre Darius et Alexandre), cf. mes remarques dans Topoi 4/2 (1994), p. 463-464.

54 Pour une réévaluation des préparatifs tactiques et stratégiques de Darius avant Gaugamèles, voir HEP, p. 848-859, et P. Bernard, « Nouvelle contribution de l’épigraphie cunéiforme à l’histoire hellénistique », BCH 114 (1990), p. 513-541, en particulier p. 514-524.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.