Version classiqueVersion mobile

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Le supplice tragique de Phyton

François Chamoux

Texte intégral

  • 1 Diod., XIV, 108; 111-112. On s'accorde à reconnaître dans ce passage au ton dramatique l'influence (...)
  • 2 Diod., XIV, 111, 4.
  • 3 J'ai traité du droit de la guerre chez les Grecs dans Annales du Centre universitaire méditerranée (...)

1Le siège et la prise de Rhégion par Denys l'Ancien représentent dans l'histoire du tyran un épisode d'une importance capitale. Diodore lui consacre un long développement1 qui dérive probablement de Timée, source principale de Diodore pour les affaires de Sicile. Le siège dura onze mois (387-386) et s'acheva par la reddition de la ville, réduite par la famine. Les efforts de Denys et les moyens considérables qu'il avait mis en œuvre pour emporter d'assaut les murailles n'avaient pu faire plier les défenseurs, qui ne cédèrent qu'aux effets d'un blocus impitoyable. Le tyran, que cette longue résistance avait exaspéré et qui avait dû payer de sa personne (il avait reçu un coup de lance au cours des combats), les traita avec une grande rigueur. Des quelque six mille hommes épuisés qui tombèrent entre ses mains, il ne libéra que ceux qui purent se racheter au prix d'une mine et il fit vendre tous les autres comme esclaves2. Au reste ce comportement du vainqueur n'était pas contraire au droit de la guerre, tel qu'il était pratiqué chez les Grecs3.

  • 4 XIV, 112, 1.
  • 5 Ibidem.
  • 6 XIV, 112, 5. Une version tout à fait différente est donnée par Philostrate, Vit. Apoll., 7, 2. Ell (...)

2Denys se montra particulièrement cruel à l'égard du chef des assiégés, Phyton, qui avait animé jusqu'au bout leur courage. Il fit noyer son fils et fit attacher Phyton lui-même à ses plus hautes machines de siège, δὲ ἔδησε πρὸς τὰς ὑΨηλοτάτας μηχανάς lui infligeant ainsi, ajoute Diodore, « un châtiment inspiré de la tragédie », οἱονεὶ τραγικήν τινα τιμωρίαν λαμβάνωνοἱονεὶ τραγικήν τινα τιμωρίαν λαμβάνων4. Pendant qu'il subissait cette douloureuse humiliation, le tyran lui envoya un de ses serviteurs pour lui annoncer que, la veille, son fils avait été jeté à la mer. À quoi Phyton répondit que le jeune homme avait été plus heureux que lui d'un jour5. Enfin Denys fit promener son prisonnier à travers la ville, sous les coups de fouet et les tortures, avant de le faire noyer à son tour avec tout le reste de sa famille. Le triste sort de Phyton, qui avait subi stoïquement tant d'affreuses épreuves, frappa les Grecs de pitié et inspira par la suite des poètes déplorant son infortune, ποιητὰς τοὺς θρηνήσαντας τὸ της περιπετείας ἐλεεινόν6.

  • 7 L. J. Sanders, Dionysios of Syracuse and Greek Tyranny, Londres, N. York, Sydney, 1987, p. 1-4.
  • 8 Diod., XIV, 109, 2; XV, 7, 2. Ces deux mentions se rapportent apparemment à la même olympiade (la (...)
  • 9 Cf. Sanders, loc. cit., avec réf. à la Souda et à F. Gr. Hist. 557.
  • 10 Lucien, Adv. Indoctum, 15.
  • 11 La Vita Euripidis tire cette anecdote d'Hermippos, le grammairien élève de Callimaque.

3Cet épisode pathétique, sur lequel Diodore s'est étendu avec une certaine complaisance, présente sur un point une ambiguïté d'interprétation que cette note se propose d'éclairer. Pourquoi l'historien parle-t-il « d'une sorte de châtiment tragique » lorsque le prisonnier se trouve suspendu dans les airs, en haut d'une machine de siège? Les commentateurs ont unanimement pensé qu'il y a là une allusion aux prétentions littéraires, bien connues, que Denys ne cessa de manifester7 et qui lui valurent certains déboires8. À côté des poèmes qu'il fit déclamer par des rhapsodes à Olympie en 388 et qui soulevèrent la dérision du public, il composa des tragédies et des comédies9 dont il subsiste quelques titres et de courts fragments. Son goût pour les Tragiques se traduisit aussi par des gestes symboliques: il se procura le pupitre qui avait servi à Eschyle, pensant obtenir ainsi l'inspiration qui lui manquait10. En outre, après la mort d'Euripide, il racheta à ses héritiers, pour la somme énorme d'un talent, la harpe, les tablettes et le calame dont le poète s'était servi, τὸ Ψαλτήριον καὶ τὴν δέλτον καὶ τὸ γραϕῖον. Puis, quand il eut contemplé ces reliques, il les fit consacrer dans le sanctuaire des Muses, ἐν τῲ Mουσῶν ἱερῴ, avec une dédicace où son propre nom figurait à côté de celui d'Euripide, ἐπιγράΨαντα τοις αὑτοῡ καὶ Eὐριπδου ὀνόμασι 11.

  • 12 B. Gentili, G. Cerri, Le teorie del discorso storico nel pensiero greco e la storiografia romana a (...)

4L'intérêt porté par Denys à la scène tragique n'est donc pas douteux et l'on comprend qu'en tirant vengeance de Phyton il ait pu songer aux malheurs d'un personnage de tragédie12.

  • 13 E. Bennett, loc. cit. Pour le sens technique de jrepur£T£ia dans la tragédie, cf. Arist., Poét., I (...)
  • 14 Diod. Loeb Clas. Lib., Londres, 1963, VI, p. 301.

5Les exemples ne manquaient pas où, comme le Prométhée d'Eschyle, un héros était présenté enchaîné. Cette analogie très générale reçoit quelque appui de l'allusion que fait Diodore aux poèmes consacrés plus tard aux souffrances de Phyton et de l'emploi à ce propos du terme περιπετεία dans son sens technique13. Toutefois ces rapprochements ne rendent pas entièrement compte du membre de phrase οἱονεὶ τραγικήν τινα τιμωρίαν λαμβάνων, qui, dans notre texte, ne s'applique qu'à la première partie du long supplice telle que la décrivent les mots qui précèdent, à savoir αὐτὸν δὲ τὸ πρῶτον ἔδησε πρὸς τὰς ὑΨηλοτάτας μηχανάς. C'est ce traitement précis qui est considéré comme une vengeance « tragique ». Suc h as is to be seen upon the stage of tragedy, comme a traduit excellemment Oldfather14. Il ne s'agit pas seulement d'une ressemblance vague de situation, mais d'un rapprochement visuel très concret: le châtiment de Phyton a été suggéré à Denys par ce qu'il avait vu sur la scène même du théâtre, au cours des spectacles qui lui étaient familiers. L'analyse du texte permet de mieux comprendre la démarche de son esprit.

  • 15 XIV, 108, 3.
  • 16 Quelques exemples de σαλεύιν, tirés de Diodore: pour des béliers, XIII, 55, 6; XVI, 74, 2; XVII, 2 (...)
  • 17 XIV, 108, 4. Lors du siège de Moryé, en 397, Denys avait été témoin d'un stratagème employé par le (...)

6Phyton avait été ligoté « aux machines les plus hautes », πρὸς τὰς ὑΨηλοτάτας μηχανάς. πρὸς τὰς ὑΨηλοτάτας μηχανάς. Il s'agit des machines de siège que Denys, expert en poliorcétique, avait fait construire en grand nombre pour réduire la ville. Ces énormes tours de bois n'avaient pas seulement pour objet de porter les assaillants au niveau supérieur des courtines, mais elles servaient aussi à ébranler les remparts: κατεσκεύασε δὲ καὶ μηχανημάτων πολὺ πληθος ἀπίστων τοις μεγέθεσι δι' ὧν τὰ τείχη σαλεύων ἐϕιλοτιμειτο κατὰ κράτος ἑλειν τὴν πόλινκατεσκεύασε δὲ καὶ μηχανημάτων πολὺ πληθος ἀπίστων τοις μεγέθεσι δι' ὧν τὰ τείχη σαλεύων ἐϕιλοτιμειτο κατὰ κράτος ἑλειν τὴν πόλιν15Le verbe σαλεύειν est employé pour les béliers, dont le choc disjoint les assises inférieures et fait écrouler la muraille, mais aussi pour les machines, μηχαναί ou μηχανήματα, dont la hauteur atteignait ou même dépassait celle des murs16. Elles permettaient de battre directement les assises supérieures, qui étaient souvent en briques et non en pierres, et de détruire les mer- Ions du chemin de ronde qui les couronne. On se servait à cette fin de lourdes masses de métal ou de pierre qui se balançaient au bout d'une corde attachée au bras d'une grue: l'impact de ces béliers volants était d'autant plus rude que le ballant en était plus grand. Ils étaient redoutables tant pour la fortification que pour le personnel: aussi les assiégés mirent-ils tout en œuvre pour détruire les tours par le feu et y parvinrent parfois lors de leurs sorties17.

7C'est à ces machines, dont il était si fier, que Denys fit attacher Phyton et, naturellement, le plus haut possible, c'est-à-dire suspendu à la flèche des grues qui les surmontaient. Le malheureux se trouvait ainsi exposé à la vue, au soleil, à la pluie et au vent. Les liens lui sciaient les chairs sous l'effet de son propre poids: torture à la fois physique et morale, l'exposition aux regards faisant partie du supplice, comme au pilori ou dans la mise en croix. Si le pluriel μηχαναί n'est pas une simple synecdoque, les bourreaux accrochèrent leur victime successivement à plusieurs machines, encore en place autour de l'enceinte, avant de le promener sous le fouet à travers la ville: nul ne devait ignorer comment le tyran châtiait qui avait osé braver sa volonté.

  • 18 M. Bieber, Hist. Gr. and Rom. Theater, Princeton, 1971, p. 76-77.
  • 19 A. Lesky, Gesch. dergr. Lit. 2 Munich, 1962, p. 440.
  • 20 Plut., Propos de table, V, 5 = Mor. 724 d.

8Cruauté bien digne d'émouvoir les poètes! Mais si Diodore parle d'une vengeance « tragique », c'est pour une raison précise, que les considérations qui précèdent font apparaître. En suspendant Phyton à ses μηχαναί, Denys, passionné de théâtre, avait évidemment songé à la μηχανή de la tragédie, cette grue à la flèche mobile à laquelle on accrochait l'acteur lorsque l'action exigeait l'apparition d'un dieu venant du haut des airs18. Phyton oscillant au bout d'une corde au-dessus des remparts de la ville conquise évoquait pour Denys, cruelle dérision, la fantastique image d'un Immortel surgissant derrière la skéné du théâtre. Le souvenir du θεὸς ὀπὸ μηχανης, dont Euripide avait fait un si fréquent usage19, fournit à l'âme perverse du tyran l'idée de cette atroce mise en scène: il devait faire proclamer ensuite, par la voix du héraut, le caractère « extraordinaire » du châtiment qu'il infligeait, κήρυκος συνακολουντος ὅτι ἅνδρα Διονύσιος τιμωρεἱται παρηλλαγμένως κήρυκος συνακολουντος ὅτι ἅνδρα Διονύσιος τιμωρεἱται παρηλλαγμένως. C'est qu'il l'avait conçu à partir d'un artifice de tragédie, οἱονεὶ τργικήν τινα τιμωρίαν λαμβάνων. Il comptait obtenir ainsi auprès du public l'effet de terreur que Plutarque attribue encore aux apparitions divines sur le théâtre: τραγκως μηχανὴν ἄραντες δεδίττεσθε τω θεᾡ τοὺς ἀντιλέγονταςτραγκως μηχανὴν ἄραντες δεδίττεσθε τω θεᾡ τοὺς ἀντιλέγοντας, « comme sur la scène tragique, vous avez dressé la machine pour frapper de crainte, par l'apparition du dieu, ceux qui osent vous contredire »20.

Notes

1 Diod., XIV, 108; 111-112. On s'accorde à reconnaître dans ce passage au ton dramatique l'influence de Timée. Cf. L. pearson, The greek Historians of the West, Atlanta, 1987, p. 187.

2 Diod., XIV, 111, 4.

3 J'ai traité du droit de la guerre chez les Grecs dans Annales du Centre universitaire méditerranéen, 21 (1967-1968), p. 139-154, et déjà dans La civilisation grecque, Paris, 1963, p. 174-176.

4 XIV, 112, 1.

5 Ibidem.

6 XIV, 112, 5. Une version tout à fait différente est donnée par Philostrate, Vit. Apoll., 7, 2. Elle n'a pas à intervenir ici.

7 L. J. Sanders, Dionysios of Syracuse and Greek Tyranny, Londres, N. York, Sydney, 1987, p. 1-4.

8 Diod., XIV, 109, 2; XV, 7, 2. Ces deux mentions se rapportent apparemment à la même olympiade (la 98e, en 388), car Diodore n'aborde l'année 384/3 (99e ol.) qu'au chap. 14 du livre XV. Le second passage résume le premier et reprend en partie les mêmes termes, ce qui rend improbable que Diodore ait utilisé deux sources différentes.

9 Cf. Sanders, loc. cit., avec réf. à la Souda et à F. Gr. Hist. 557.

10 Lucien, Adv. Indoctum, 15.

11 La Vita Euripidis tire cette anecdote d'Hermippos, le grammairien élève de Callimaque.

12 B. Gentili, G. Cerri, Le teorie del discorso storico nel pensiero greco e la storiografia romana ar- caica, Rome, 1975, p. 30 (cité par E. Bennett, Diod. XIV, CUF, p. XXXII).

13 E. Bennett, loc. cit. Pour le sens technique de jrepur£T£ia dans la tragédie, cf. Arist., Poét., I, 10-11, 1452a.

14 Diod. Loeb Clas. Lib., Londres, 1963, VI, p. 301.

15 XIV, 108, 3.

16 Quelques exemples de σαλεύιν, tirés de Diodore: pour des béliers, XIII, 55, 6; XVI, 74, 2; XVII, 24, 4; - pour des machines, XII, 47, 2; XIII, 59, 7; XIV, 8, 3; XVII, 22, 3. Cf. E. W. Marsden, Greek and Roman Artillery, Oxford, 1969-1971.

17 XIV, 108, 4. Lors du siège de Moryé, en 397, Denys avait été témoin d'un stratagème employé par les défenseurs de la ville: ils avaient érigé des mâts d'où partaient une flèche à laquelle était accroché une nacelle, θωράκιον, montée par des hommes chargés, depuis cette position dominante, de lancer des brandons enflammés contre les machines de siège, ἐκ των μεγίστων ἱστων κεραίαις ἱσταμέναις ἐβάσταζον ἄνδρς ἐν θωρακίοις οὖτοι δ' ἀΦ' ὑψηλων ἱστων δᾁδας ἡμμένας ἠΦίεσαν εἰς τως πολεμίων μηχανάς (XIV, 51, 2). Denys a pu s'inspirer de cet exemple quand il fit placer des grues sur des tours de bois pour attaquer les murailles de Rhégion.

18 M. Bieber, Hist. Gr. and Rom. Theater, Princeton, 1971, p. 76-77.

19 A. Lesky, Gesch. dergr. Lit. 2 Munich, 1962, p. 440.

20 Plut., Propos de table, V, 5 = Mor. 724 d.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search