Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Brasidas : la naissance de l'art du commandement

Jeannine Boëldieu-Trevet

Texte intégral

  • 1 Thuc. IV, 81, 3. R E, III, 1, Col. 815-818 ; H. D. Westlake, Individuals in Thucydides Londres- Ne (...)
  • 2 Platon, Ion, 540d, 541a ; Euth. 290b, d, 291c ; Pol 304e. Cette expression n'apparaît jamais dans (...)
  • 3 Xen. Rep. Lac. IV, 5 et 6. J. -P. Vernant, “Entre la honte et la gloire : l'identité du jeune Spar (...)
  • 4 Eur. Her. 391.

1La destinée militaire du Spartiate Brasidas, relativement brève, fut brillante. Entre son coup d'éclat contre les troupes athéniennes débarquées à Méthônè, en 431, et sa mort à Amphipolis, en 422, pendant une durée qui coïncide sensiblement avec celle de la première phase de la guerre du Péloponnèse, il affirma d'abord des qualités de bon soldat puis de conseiller militaire auprès des navarques Cnémos et Alcidas, enfin, à partir de 424, de général en Chalcidique et en Thrace. Selon Thucydide, source essentielle, il fut exceptionnel à maints égards, jusqu'à pouvoir être dit, par l'historien, kata panta agathos1. Le courage dont il fit preuve, la qualité des réflexions qu'il mena sur les manières de se battre, les innovations militaires qu'il introduisit en font l'une des figures paradigmatiques de La guerre du Péloponnèse. Celle, en tout cas, qui permet de mettre au jour le plus aisément les premiers traits constitutifs de ce que l'on appelle l'art du commandement, cette stratègikè technè que définit Platon au siècle suivant2. En une dizaine d'années, Brasidas passa du « bien combattre », conduite sociale usuelle à Sparte et inscrite dans le comportement par l'éducation reçue3, à une autre, celle du « bien commander », le stratègein kalôs évoqué par Démophon, fils de Thésée et roi mythique d'Athènes, peu avant de livrer bataille contre Eurysthée, dans Les Héraclides, tragédie d'Euripide ordinairement datée de 426 ou 4254.

  • 5 S. Said et M. Trédé, "Art de la guerre et expérience chez Thucydide", C&M36(1985), p. 65-85.
  • 6 J. de Romilly, Histoire et raison chez Thucydide, Paris, 1956, p. 50-52 ; La construction de la vé (...)

2Durant la guerre du Péloponnèse, transformations de la guerre et transformations du commandement se nourrirent mutuellement. Le début du conflit fut particulièrement riche en changements. Dès 431, s'ouvrit une période d'interrogations, de modifications stratégiques et tactiques. Les généraux engagèrent rapidement une réflexion sur les conditions, les modalités, le déroulement et la nature des combats et de la guerre. D'autres façons de combattre apparurent grâce à l'emploi des premiers groupements tactiques, à l'utilisation des troupes légères et mercenaires ou à l'usage intensif du combat naval et de l'investissement, comme en témoignent les batailles d'Olpè et d'Idoménée, les prises de Pylos et de Sphactérie, les combats de Patras et de Naupacte ou le siège de Platées. Ces transformations marquent un tournant dans l'histoire de la guerre en Grèce5. Combattre et commander relèvent désormais du raisonnement autant que du courage : réflexion et « métier » s'installent dans un domaine où ils avaient jusqu'ici peu de part. Commander devient une affaire d'expérience raisonnée (empeiria), de connaissance parfois rudement acquise (epistèmè) et de savoir-faire systématisé (technè) ; les généraux raisonnent précisément sur l'action à entreprendre, sur les moyens à employer pour remporter la victoire et s'attachent à formuler, à partir de leurs expériences, Un ensemble de règles générales6. Brasidas est l'un de ceux qui acquirent la pratique la plus diversifiée et qui en énoncèrent le plus nettement les principes. Les autorités spartiates lui offrirent l'occasion institutionnelle de le faire, il sut la saisir. De surcroît, une fois installé en Chalcidique, il se donna rapidement la liberté d'action nécessaire à la systématisation et à une première forme de théorisation de l'expérience accumulée sans laquelle il ne peut y avoir d'art.

Du courage à l'expérience

3Entre 431 et 424, les différents commandements de Brasidas sont avant tout frappés du sceau du courage et de l'audace, avant même que de l'être de celui de la difficile acquisition d'une expérience navale. Ils paraissent toutefois bien vite dominés par l'association entre qualités d'action et qualités de réflexion jusqu'ici communément dissociées. À dire vrai, homme de grand courage (andreia) et de grande audace (tolma), Brasidas l'est, dans les récits de Thucydide ou de Diodore de Sicile et dans les Apophtegmes de Plutarque, du début de sa carrière jusqu'à sa mort.

  • 7 Thuc. II, 25, 2. Diod. XII, 43, 2-3. Plut. Fort. Alex. 343D. J. F. Lazenby, The Spartan Army, Warm (...)
  • 8 Thuc. IV, 11, 4 ; 12, 1 (Brasidas) ; IV, 3, 2 et 4 (Dèmosthénès). Diod. XII, 62, 1-5.
  • 9 Thuc. IV, 12, 1 ; 14, 5.
  • 10 Thuc. IV, 112, 1 ; 103, 1-2 et 4-5 ; 104, 1-2 ; 135, 1. P. Cartledge, Sparta and Lakonia. A Region (...)

4Durant l'été 431, alors jeune chef de compagnie (pentécontère) dans le sud du Péloponnèse, il se fit remarquer par son exceptionnelle vaillance à Méthônè en se jetant, avec une centaine d'hoplites, au travers des troupes athéniennes, pour sauver cette place fortifiée victime de l'un des premiers raids maritimes organisés à l'instigation de Périclès7. Il confirma sa réputation à Pylos où, triérarque dans la flotte commandée par Thrasymélidas, il tenta de reconquérir le promontoire où venait de s'installer l'Athénien Dèmosthénès8. Son énergie au combat fit l'admiration de tous. Elle est d'ailleurs rapportée avec une singulière insistance par Thucydide et Diodore de Sicile. Brasidas ne dut qu'à ses graves blessures d'abandonner son bouclier aux mains des Athéniens qui l'utilisèrent pour ériger le trophée de Koryphasion9. Par la suite, sa bravoure et son audace ne se démentirent jamais, y compris après sa nomination comme archôn en Chalcidique et Thrace, à partir de 424. De nuit comme de jour, hiver comme été, il conduisit attaques-surprises à Torônè et Amphipolis, assauts contre Eïon et Potidée où il appliqua lui-même, en bon guerrier, une échelle contre le rempart10. Il montra enfin une volonté calculée de payer de sa personne en deux occasions, pendant la retraite de l'armée péloponnésienne et alliée en pays lynceste et devant Amphipolis.

  • 11 Thuc. IV, 125, 3.
  • 12 Thuc. V, 9, 6 ; 10, 5-6.
  • 13 Thuc. V, 9, 10.
  • 14 Thuc. V, 10, 1, 6 et 8 ; V, 9, 6 et 10 (egô) ; V, 8, 4 ; 10, 1. (autos). Sur la place du général a (...)

5En pays lynceste, abandonné par Perdiccas, il se place au poste le plus exposé, à l'arrière-garde qu'il vient d'improviser, pour être en contact lui- même avec le gros des Barbares et protéger de la meilleure façon possible la marche de ses troupes11. Quelques mois plus tard, à Amphipolis, il prend la tête de la première attaque contre Cléon en se lançant, avec cent cinquante soldats, en plein cœur des colonnes athéniennes12. Son engagement personnel dans la lutte est marqué à la fois dans le discours et dans le récit que nous donne Thucydide. Agir et payer d'exemple sur le champ de bataille est alors indispensable à la réussite du plan imaginé. Brasidas exprime fort bien cette nécessité : « Je vous montrerai » dit-il à ses soldats, « que je ne suis pas seulement bon à donner des conseils aux autres, mais que je sais également, quand il le faut, agir et donner l'assaut »13. Il prépare ensuite « personnellement » l'opération avant de se lancer « lui-même » à l'attaque. L'insistance que met l'historien à détailler les intentions et les actions du Spartiate, jointe à l'emploi symétrique des « moi (ego) » et des « lui-même (autos) », dit assez la participation de Brasidas au premier rang14. Il est non seulement présent sur le terrain pour diriger la manœuvre, mais il est, physiquement, à l'origine des mouvements et des combats.

  • 15 Eur. Supp., 590, 656, 697-698, 707-717. Pour la datation, E. Delebecque, Euripide et la guerre du (...)
  • 16 Voir les quelques lignes que consacre à ce propos Ardant du Picq, Études sur le combat, Paris, 190 (...)
  • 17 Thuc. V, 11, 1 ; Plut. Apophtg. rois 190 B2, Apophtg. Lac. 219 D5, 240D, Lyc. 25, 8-9 ; Paus. III, (...)
  • 18 Platon, Banquet, 221c. Diod. XII, 75, 3 ; Isocr. Archidamos VI, 53 ; Lib. Discours XVIII, 281 ; LX (...)

6Sa bravoure, très proche de celle qu'affiche Thésée combattant Créon dans Les Suppliantes, tragédie d'Euripide sans doute présentée au concours de 42215 le transforme en entraîneur d'hommes. Chef des armées, il est d'abord un guerrier : il sait se battre et donner des preuves éclatantes de sa vaillance. C'est dans le courage, dans la vision qu'ont de leur général au combat les soldats que résident encore l'une des forces du commandement et l'une des caractéristiques principales de son exercice16. C'est en eux que l'armée puise l'énergie nécessaire au maintien des positions et au soutien du choc. De l'analyse de l'attitude au combat de Brasidas se dégage une première certitude : la valeur personnelle du général, son aretè, demeure l'une des composantes essentielles de la victoire ; le « bien combattre » conserve, à tout moment, son utilité et son prestige. La vaillance de Brasidas prit d'ailleurs, au fil des temps, une allure légendaire. Les honneurs funèbres qui lui furent rendus à Amphipolis, l'envoi probable, après sa mort, de délégations des cités de Chalcidique et Thrace à Sparte,, la construction d'un cénotaphe dans sa cité d'origine, à l'ouest de l'agora, et celle d'un trésor à Delphes à l'initiative des Acanthiens, n'y sont probablement pas étrangères17. Sa « belle mort » lui confère des traits communs avec ceux des héros : Platon le souligna et après lui, Isocrate, Diodore de Sicile, Plutarque et, plus tardivement encore, Libanios en firent aussi la remarque18.

  • 19 Thuc. IV, 81, 2 ; 123, 2 ; 128, 1 ; W. R. Connor, Thucydides (Princeton, 1984), p. 41, 127-140, 23 (...)
  • 20 Thuc. V, 7, 2. Peu importe ici la partialité de Thucydide à l'égard de Cléon. Seule compte la repr (...)

7Son courage est cependant indissociable, et en cela il prend une signification nouvelle, de l'intelligence et du jugement. Thucydide le présente, au moment de son départ pour la Grèce du nord, comme un homme pourvu de mérite et d'intelligence (aretè et xunesis). Il le montre aussi, à plusieurs reprises, exerçant son discernement (gnôme) dans les choix stratégiques et tactiques19 ou acquérant l'expérience désormais nécessaire à l'exercice du commandement. C'est elle qui permet d'abord, aux yeux de l'historien et des soldats campés à Amphipolis, de distinguer le bon général du médiocre : peu avant la bataille, les hoplites athéniens opposent Brasidas « plein d'expérience et d'audace (empeirian kai tolman) » à Cléon, leur stratège, tout « d'ignorance et de mollesse (anepistèmosunès kai malakias) »20. Dans l'antonymie ainsi posée, l'expérience, opposée à l'ignorance, mais jointe à une qualité d'action, apparaît comme l'une des parties du champ de la connaissance. Savoir pratique acquis au rythme de la guerre, elle est liée à une réflexion susceptible de modifier les données des combats et leur issue. Elle transforme, par là même, les caractéristiques du commandement et les représentations que l'on s'en fait.

  • 21 Thuc. I, 142, 5-9 (Périclès) ; II, 89 (Phormion).
  • 22 Thuc. II, 87, 4.
  • 23 Thuc. I, 142, 5-6 et 9 ; II, 89.
  • 24 Thuc. II, 85, 2.

8Cette expérience, Brasidas l'a apprise dans le combat naval, lieu par excellence de la maîtrise militaire exercée par les Athéniens en début de guerre et lieu privilégié de la naissance d'un art (technè)21. Nommé, en 429, conseiller militaire (sumboulos) auprès de Cnémos défait par Phormion devant Patrai, Brasidas comprit, à ses dépens, que les qualités naturelles de courage (andreia), d'énergie (alkè), de force d'âme (eupsuchia) ne suffisaient pas pour vaincre sur mer et qu'il convenait d'y ajouter expérience (empeiria), connaissance (epistèmè) et métier (technè)22. Brasidas et ses deux collègues s'aperçurent vite de la nécessité d'un entraînement pour obtenir une connaissance et une force équivalentes à celles des Athéniens. Mais, contrairement à Périclès et Phormion qui affirment la suprématie du métier23, ils demeurent persuadés de la supériorité du courage et des vertus du nombre. Comprenant mal comment une flotte plus nombreuse a pu être vaincue, ils préfèrent croire que l'on avait dû « faire preuve de mollesse (malakian) », sous-estimant totalement l'inexpérience navale des Péloponnésiens face à l'expérience de Phormion et des Athéniens24.

  • 25 Thuc. II, 87, 4.

9Quelques jours plus tard, au moment du combat de la revanche, Brasidas, dans une harangue, noue un raisonnement autour des deux thèmes du courage et du métier. Dans leur comportement, les combattants n'ont manqué ni de courage ni d'audace, et si expérience et connaissance il est indispensable d'acquérir, elles ne peuvent supplanter les qualités natives qui font la supériorité des Péloponnésiens. Contraint par les circonstances, Brasidas fait quelques pas en direction du terrain de prédilection de l'ennemi, mais sans renier l'idéal qui est le sien et celui de sa cité. À propos des Athéniens, qu'il juge à sa propre aune, le conseiller naval a un jugement définitif formulé sous la forme d'une règle générale, l'une des premières du genre, où le vocabulaire de l'expérience et de l'inexpérience s'efface, laissant place à celui du « métier » et de la « connaissance » : « La science (epistèmè) a un effet variable : avec du courage (andreian), elle peut trouver assez de mémoire (mnèmèn) pour appliquer, dans le danger, les leçons apprises, mais, sans force d'âme (aneu eupsuchias), tout métier (technè) reste dénué de force face au péril. La frayeur met la mémoire (mnèmèn) en déroute, et le métier (technè), sans énergie (aneu alkès), ne sert à rien »25.

  • 26 Thuc. I, 121, 3-4 ; II, 11, 2 et 9.

10Le réseau des mots, particulièrement complexe, mêlant et séparant métier et connaissance d'une part, courage et énergie d'autre part, mérite qu'on s'y arrête. Brasidas, au moment où il prend la parole, est essentiellement un homme du courage. Tout en dessinant une sorte de filet de références aux qualités intrinsèques des Péloponnésiens dans un rappel des discours des Corinthiens et d'Archidamos26, il s'attache pourtant à rationaliser l'espèce de stupeur dans laquelle les Athéniens les ont plongés par la vivacité et l'efficacité de leur action maîtrisée. Il ne s'agit pas tant, pour lui, d'opposer et de dissocier que de comprendre et de hiérarchiser qualités et facultés en fonction de l'analyse d'une situation où se constitue un rapport de force inédit. La mise en évidence du courage permet de justifier une conduite, de rassurer les soldats, de les convaincre qu'ils peuvent l'emporter sur un adversaire muni du seul métier appris. Cependant, en réfléchissant sur les causes d'une défaite, Brasidas se persuade lui-même de la nécessité d'acquérir un savoir réglé. Comme le laisse entendre le mot meletè, l'entraînement, travail physique, concret, précis, inclut aussi une réflexion sur les actes.

11C'est une instruction, au sens plein du terme, une acquisition à la fois matérielle et cognitive ouvrant une perspective après un retour sur soi et sur les erreurs commises.

  • 27 Thuc. III, 69, 1-2.
  • 28 Hom. II. XVIII, 253 : “L'un dominait par ses sages avis et l'autre par sa lance“. Eur. Rhésos, 105 (...)

12Cette expérience, jointe à celle qu'il eut en 427 à Corcyre, aux côtés d'Alcidas27, est symptomatique des changements intervenus. Les généraux désormais - Brasidas, s'il est le plus intéressant, n'est pas un cas unique - commandent différemment. L'apparition de l'expérience, de la connaissance et du métier dans la guerre entraîne une recomposition du commandement et une réflexion qui peut aller jusqu'à la constitution d'une première forme d'art. Fondée sur l'expérience et la rectification des erreurs, elle est avant tout caractérisée par l'abolition de la dissociation entre intelligence et courage et par la naissance d'une unité liant ce dernier à la réflexion. Contrairement à ce qu'écrit Homère à propos d'Hector et de Polydamas ou à ce que dit encore Enée à Hector dans Rhésos, tragédie représentée à Athènes à la fin de la guerre du Péloponnèse28, il est dorénavant possible d'être courageux et avisé, audacieux et intelligent, énergique et expérimenté. Mieux, les qualités se nourrissent des aptitudes pour tracer les premiers contours du « bien commander ». La volonté raisonnée manifestée par Brasidas à Naupacte puis à Corcyre de donner aux navarques qu'il conseille les moyens de vaincre, la rationalisation des comportements qu'il suggère composent bien les éléments premiers d'un art du commandement fondé sur la maîtrise des arts de la guerre et, plus particulièrement à ce moment-là, de ceux de la guerre navale.

L'intelligence et l'art

13C'est toutefois dans le courant de l'expédition qu'il conduisit en Chalcidique et en Thrace, à partir de 424, que Brasidas montra les plus grandes capacités. Il donna au commandement un tour véritablement nouveau, sans équivalent durant cette première partie de la guerre. Sans équivalent d'abord par l'ampleur de sa maîtrise des divers modes de combats terrestres et par son aptitude à inventer des solutions aux situations inédites que suscitent la longueur de la guerre et l'évolution du conflit. Sans équivalent ensuite par la nature de son commandement et par la composition de son armée.

  • 29 Thuc. IV, 81, 2.
  • 30 B. Snell, Die Ausdrücke fur des Begriff des Wissens in der vorplatonischen Philosopohie, Berlin, 1 (...)

14L'intelligence (xunesis) est l'une des caractéristiques de Brasidas29. Le mot, il faut le souligner, est d'emploi rare dans l'œuvre de Thucydide comme dans la littérature du temps Toujours concrète, la xunesis du Spartiate peut être définie comme une aptitude à comprendre une situation, à y lire les éléments d'une décision et d'une action. Jointe tantôt à la prudence (asphaleia), tantôt à l'audace (tolmè), elle permet d'imaginer formations tactiques et attaques inédites ou, plus essentiel encore, de savoir saisir le moment opportun (kairos)30.

  • 31 Thuc. IV, 125, 3 ; 127, 2 ; 128, 1-2 (usage des hauteurs).

15C'est l'intelligence, doublée de prudence, qui lui fit adopter, lors de sa retraite en pays lynceste, une formation de marche en carré, hoplites à l'extérieur, et d'y adjoindre des groupes de harcèlement constitués de troupes légères et une arrière-garde de soldats d'élite (logades). Ce dispositif défensif gradué repose à la fois sur l'agencement cohérent, mais souple, des troupes et sur l'emploi judicieux des qualités de chacun (jeunes gens audacieux aux avant-postes, combattants à toute épreuve à l'arrière-garde), en respectant une hiérarchie fondée sur l'armement, la résistance probable aux attaques des barbares et la mobilité, tout en utilisant la topographie avec pertinence31.

  • 32 V. Hunter, Thucydides the Artful Reporter, Toronto, 1973, p. 23-41 ; Past and Process in Herodotus (...)
  • 33 Thuc. II, 93, 1-3. L'attaque-surprise est théorisée quelque temps plus tard par Teutiaplos d'Elis, (...)

16C'est l'intelligence, doublée d'audace, qui l'incita, en maintes occasions, à attaquer de façon prompte, souvent imprévue, en mettant à profit négligences ou erreurs de l'ennemi, mais aussi à se transformer, au gré des circonstances, en instructeur et en théoricien dans les harangues précédant l'action dont elles prévoient et dictent les éléments32. Dès le début de la guerre, il attaqua soudainement, de nuit, Salamine et le Pirée en exploitant la trop grande confiance en soi des Athéniens qui avaient omis de garder et de fermer leur port33. L'opération, improvisée, est un semi-échec. L'idée, pourtant, est juste : attaquer l'ennemi au cœur de sa puissance en jouant de la surprise

  • 34 Thuc. V, 9, 5. Gomme HCT, 3, p. 644-645.
  • 35 Thuc. V, 9, 4-8. H. D. Westlake “Thucydides, Brasidas and Clearidas”, GRBS 21 (1980), p. 333- 339 (...)
  • 36 Thuc. V, 9, 4 et 8. L. Bodin, “Thucydide et la campagne de Brasidas en Thrace. Remarques sur la co (...)
  • 37 Thuc. V, 10, 4-5. B. D. Meritt et M. L. West, “Cleon's Amphipolis Campaign”, A]A 2 (1925), p. 54-6 (...)

17Ce mélange intime d'intelligence et d'audace atteint sa plus grande efficacité, selon Thucydide, à Amphipolis. À la tête d'une armée inférieure en nombre, hétérogène et composée, pour une grande part, de troupes légères, Brasidas renonce à la bataille rangée, guette la faute de Cléon puis joue d'adresse et de métier (technè) en recourant à des subterfuges (ta klemmata, occurrence unique dans l'œuvre de Thucydide) pour tromper l'ennemi (apatein)34. Prévoyant l'erreur (amartia) tactique du stratège, il projette une première attaque-surprise, à la course, relayée par une autre, plus massive, conduite par Cléaridas35. Dans une courte harangue, il procède à la fois à l'exposé de la manœuvre et à sa théorisation. Passant du particulier au général, glissant de la prévision à l'affirmation, il énonce deux règles : « Bien discerner ce genre de fautes..., c'est se donner les plus grande chance de succès » et « Qui attaque en second effraie plus l'ennemi que les troupes en train de combattre »36. Pour attaquer, il sait attendre le moment opportun (kairos) en observant les mouvements athéniens : il saisit l'instant où les ennemis exposent leur flanc non protégé, à la suite de la conversion ordonnée par Cléon37. Cette intelligence du temps précis est indissociable, chez Brasidas, du « coup d'œil », vision instantanée et ordonnée d'éléments divers. C'est, aux yeux de Thucydide, l'une des qualités majeures du général efficace, l'une des composantes essentielles du « métier » en cours d'acquisition.

  • 38 C'est celui d'Euainétos qui commandait, peu avant la bataille des Thermopyles, le contingent lacéd (...)
  • 39 Thuc. IV, 105, 1 ; 108, 1. L'échec des invasions annuelles de l'Attique et l'efficacité des attaqu (...)
  • 40 Thuc. IV, 79, 2.
  • 41 Thuc. IV, 81, 1. Selon Plutarque, Apophtg. Lac. 219D, avant son départ pour la Thrace, Brasidas au (...)
  • 42 Xen. Rep. Lac. XIII, 5. A. Andrews, “The Government of Classical Sparta”, in Studies presented to (...)

18Cette capacité d'invention, cette souplesse d'action sont à mettre en rapport avec la nature du commandement de Brasidas et la composition d'une armée qu'il a lui-même recrutée. Archôn, il remplit, hors des cadres réguliers, les fonctions de chef d'armée ordinairement dévolues aux rois. S'il existe au moins un précédent connu dans le courant de la seconde guerre médique38, sa désignation est cependant exceptionnelle. Elle correspond à un tournant de la guerre et à une conjonction entre une volonté, celle des Lacédémoniens souhaitant ouvrir un front dans une région indispensable aux Athéniens39, un souhait, celui des cités chalcidiennes plus ou moins ouvertement prêtes à se dérober à l'alliance athénienne40, et un désir, celui de Brasidas dont l'intérêt pour cette expédition et la gloire qu'il en attend ne fait aucun doute41. Exerçant seul le commandement, en un temps où les rois de Sparte ne peuvent partir en campagne sans deux des cinq éphores42, où les autres cités grecques suivent la règle de la collégialité, Brasidas bénéficia, sans contrôle direct, de pouvoirs étendus inscrits dans une durée inhabituelle (vingt-huit mois sans interruption).

  • 43 Thuc. IV, 80, 2 et 5, 70, 1. Brasidas fut le premier général lacédémonien à recruter des hilotes c (...)
  • 44 Thuc. IV, 108, 6-7 (renforts demandés et refusés) ; 124, 1 (Acanthe) ; 129, 3 (Skiônè) ; V, 6, 4 ( (...)
  • 45 Diod. XII, 68, 5.

19La composition de son armée n'est pas moins exceptionnelle. Sans aucun soldat-citoyen, elle est constituée d'hilotes, recrutés à la demande des autorités lacédémoniennes, et de mercenaires péloponnésiens43. Ensuite, tout en sollicitant parfois, mais sans grand succès, quelques renforts à Lacédémone, Brasidas, en fonction de besoins dont il fut le seul juge, fit appel tantôt à des hoplites venus de cités de Chalcidique, comme Acanthe ou Skiônè, tantôt à des mercenaires thraces, essentiellement des peltastes44. Il semble qu'il ait su très vite assurer la cohésion de cette armée. A ses qualités de meneur d'hommes, Brasidas ajouta des talents d'organisateur : il installa d'abord ses hommes dans la péninsule de l'Aktè où il les arma grâce à l'aide des cités ralliées, puis, une fois Amphipolis conquise, prépara stocks de projectiles et de vivres en prévision d'offensives futures45.

  • 46 Thuc. IV, 69, 1-2 ; 70, 1-2.
  • 47 Thuc. IV, 88, 1-2 ; 105-106 ; 108, 1 ; 110 ; Diod. XII, 67, 2 ; 68, 1-4. D. Kagan, op. cit., p. 30 (...)
  • 48 Thuc. IV, 108, 6 ; Diod. XII, 68, 4. H. R. Rawlincs, op. cit., p. 234-243.
  • 49 Thuc. IV, 108, 7.

20La nature de son commandement, tout comme celle de son armée, n'est sans doute pas étrangère à l'indépendance qu'il affecta vis-à-vis des autorités de Sparte. Sa première initiative date de 424. Achevant, à proximité de Corinthe, ses préparatifs de départ pour le nord de la Grèce, il intervint alors, de son propre chef, pour empêcher Dèmosthénès et Hippocrate d'isoler Nisée et de s'emparer de la ville de Mégare46. Une fois parvenu en Chalcidique, dans un premier temps, il se conforma, tout en jouant des circonstances, aux instructions reçues : séduire les cités alliées d'Athènes (Acanthe, Stagyros) ; attiser leurs divisions internes (Torônè) ; préserver leur autonomie en cas d'acceptation ; attaquer en cas de résistance, tout en sachant s'appuyer sur les factions pour l'emporter plus sûrement (Amphipolis)47. Ses succès l'incitèrent à élargir sa mission à la surveillance des côtes thraces : il installa donc un chantier naval à l'embouchure du Strymon48. Ses initiatives ne suscitèrent pas que des approbations à Lacédémone. À dire vrai, les conditions avaient changé. La priorité allait désormais à la libération des prisonniers faits à Sphactérie et à la lutte pour mettre un terme à l'occupation de Pylos. Dans cette perspective, les succès de Brasidas n'étaient plus guère qu'un moyen de négocier la paix49.

  • 50 Thuc. IV, 115, 1-2 (prise de Lecythos) ; 116, 2 (prime de trente mines d'argent). L. P. Marinovic, (...)
  • 51 Thuc. IV, 116, 3.
  • 52 Thuc. V, 120, 1 et 3 (Skiônè) ; 123, 1 (Mendè) ; 123, 4 (l'organisation des territoires).
  • 53 Thuc. IV, 135, 1.
  • 54 Thuc. IV, 132, 3. G. Bokisch, "Harmostai (431-387)", Klio 46 (1965), p. 129-239.

21L'archôn prit alors totalement en main les opérations. Il le put d'autant plus aisément qu'il commandait à une armée qu'il avait façonné lui-même dans des opérations variées. Il la conduisait d'ailleurs comme une armée de professionnels, avec prime à la clé50. Durant l'hiver 424/423, après la prise de Torônè, il organisa personnellement les places prises tout en préparant les offensives du printemps51 : pour entretenir son armée il avait besoin de la guerre et nourrissait désormais la guerre par la guerre. Il n'accueillit qu'en rechignant la trêve de 423. Après sa signature, il ne refusa pas la défection de Skiônè suivie de près par celle de Mendè et, pour conserver ces cités sous son autorité, il procéda à des transferts de population, installa une garnison, nomma enfin un archôn, Polydamidas, chargé de veiller sur les deux territoires52. Ce fut toujours de son propre chef qu'après avoir refusé de rendre Skiônè aux Athéniens, il partit en campagne contre Arrhibaios puis décida, en fin d'hiver, d'attaquer Potidée par surprise53. Son attitude, jusqu'à sa mort, témoigne de la distance qui se créa, peu à peu, entre lui et les autorités spartiates, en dépit de l'envoi de trois de ses concitoyens chargés « d'exercer un contrôle sur la situation » et accompagnés des premiers harmostes54. Déterminant lui-même ses objectifs, Brasidas échappe aux formes ordinaires du contrôle civique. Renforcé dans son commandement par l'éloignement et l'expérience accumulée, il adopte un comportement qui le détache des institutions. Légitimé dans son autorité par des victoires fruits de la sûreté de ses pratiques, il assure lui-même la cohésion de son armée et détient désormais un pouvoir personnel.

  • 55 Ch. Meier, La naissance du politique, Paris, 1995, p. 335-337.

22Dans la conduite de Brasidas, telle qu'elle est exposée par Thucydide, l'intelligence et le jugement triomphent, non au détriment du courage, partout présent, mais au bénéfice d'une recomposition des qualités, des aptitudes jugées indispensables pour bien commander. Le Spartiate est un général expérimenté, ayant du « métier » (technè), sachant imaginer des comportements neufs où se joignent savoir, savoir-faire et pouvoir-faire55. L'art du commandement qu'il contribue à inventer naît dans l'écart existant entre la cité, ses institutions, son idéal et les pratiques réelles imposées par une guerre longue, lointaine, où prévaut le souci d'efficacité. À la lumière des actions de l' archôn, il peut se définir comme un ensemble de pratiques et de comportements raisonnés mis en œuvre dans une situation définie, s'alimentant à la multiplicité des expériences systématisées ou théorisées au fur et à mesure du déroulement des opérations puis ordonné dans la perspective de la victoire.

23Avant tout d'exécution, cet art s'incarne, durant la première partie de la guerre du Péloponnèse, dans une conduite sociale, celle du « bien commander », plutôt que dans des règles codifiées susceptibles d'être répétées ou dans des indications normatives et prescriptives, comme au siècle suivant. Bien commander, c'est, dans le cadre encore défini par la cité, malgré les quelques libertés prises, faire preuve de discernement dans l'élaboration des stratégies et des tactiques, d'intelligence dans l'évaluation des rapports de force, de capacité à saisir le moment opportun ou à inventer la manœuvre adéquate aux lieux et aux circonstances. C'est aussi mêler la parole — les généraux, sans être des rhéteurs, savent user de la puissance fondatrice du discours — et l'action en appuyant l'une sur l'autre, en articulant l'une à l'autre dans un va-et-vient incessant entre analyses des situations particulières, rectifications des erreurs, décisions hardies, énoncés de règles générales. C'est réunir audace et prudence, courage et discipline. C'est enfin lier ces aptitudes et qualités à des talents d'organisateur. Le bien commander offre, on le voit, de multiples aspects. C'est, de fait, dès le début de la guerre, une entité contradictoire : la tension entre ses termes est permanente. Comme le montre le cas de Brasidas, cette dernière ne trouve de solution que dans l'individualisation des comportements et des conduites. Toujours provisoire, cette unité nouvelle tient davantage aux hommes et à leur valeur qu'aux institutions ou à l'idéal civique.

Notes

1 Thuc. IV, 81, 3. R E, III, 1, Col. 815-818 ; H. D. Westlake, Individuals in Thucydides Londres- New York, 1968, p. 148-168 ; W. Lengauer, Greek Commanders in the 5th and 4th Centuries B. C. Politics and Ideology : A Study of Militarism, Varsovie, 1979, p. 46-47 ; G. Daverio-Rocchi “Brasida nella tradizione storiografica : aspetti del rapporto tra ritratto letterario e figura storica”, Akme 38 (1985), 2, p. 63-81.

2 Platon, Ion, 540d, 541a ; Euth. 290b, d, 291c ; Pol 304e. Cette expression n'apparaît jamais dans les écrits contemporains de la guerre du Péloponnèse. Y. Garian, La guerre dans l'Antiquité, Paris, 1972, p. 169-173 ; J. Boeldieu-Trevet, Exercice et art du commandement durant la guerre du Péloponnèse, Thèse, université de Rennes-II, 1997.

3 Xen. Rep. Lac. IV, 5 et 6. J. -P. Vernant, “Entre la honte et la gloire : l'identité du jeune Spartiate”, Métis 2 (1987), p. 269-300, repris dans L'individu, la mort, l'amour, soi-même et l'autre en Grèce ancienne, Paris, 1989, p. 173-209.

4 Eur. Her. 391.

5 S. Said et M. Trédé, "Art de la guerre et expérience chez Thucydide", C&M36(1985), p. 65-85.

6 J. de Romilly, Histoire et raison chez Thucydide, Paris, 1956, p. 50-52 ; La construction de la vérité chez Thucydide, Paris, 1990, p. 61-104.

7 Thuc. II, 25, 2. Diod. XII, 43, 2-3. Plut. Fort. Alex. 343D. J. F. Lazenby, The Spartan Army, Warminster, 1985, p. 20.

8 Thuc. IV, 11, 4 ; 12, 1 (Brasidas) ; IV, 3, 2 et 4 (Dèmosthénès). Diod. XII, 62, 1-5.

9 Thuc. IV, 12, 1 ; 14, 5.

10 Thuc. IV, 112, 1 ; 103, 1-2 et 4-5 ; 104, 1-2 ; 135, 1. P. Cartledge, Sparta and Lakonia. A Regional History. 1300- 362 B. C., Londres, 1979, p. 247 ; P. Demont, La cité grecque et l'idéal de tranquillité, Paris, 1990, p. 218-220.

11 Thuc. IV, 125, 3.

12 Thuc. V, 9, 6 ; 10, 5-6.

13 Thuc. V, 9, 10.

14 Thuc. V, 10, 1, 6 et 8 ; V, 9, 6 et 10 (egô) ; V, 8, 4 ; 10, 1. (autos). Sur la place du général au premier rang, H. D. Hanson, Le modèle occidental de la guerre, (Paris, 1990), p. 147-157 ; E. L. Wheeler, “The General as Hoplite”, in Hoplites, the Classical Greek Battle Experience, V. D. Hanson ed., Londres, 1991, p. 121-170.

15 Eur. Supp., 590, 656, 697-698, 707-717. Pour la datation, E. Delebecque, Euripide et la guerre du Péloponnèse, Paris, 1951, p. 202-224, est plutôt favorable à une chronologie un peu plus basse (Dionysies de 420). R. Goossens, Euripide et Athènes, Bruxelles, 1962, p. 417-418 et H. Grégoire (CUF), p. 96- 98, optent pour 422.

16 Voir les quelques lignes que consacre à ce propos Ardant du Picq, Études sur le combat, Paris, 1902, p. 83-103, 106 et les réflexions éclairantes de Ch. Segal sur la vision comme mécanisme du contrôle social dans "L'homme grec, spectateur et auditeur" in L'Homme grec, Paris, 1993, p. 239-275, surtout p. 241, 244-246. Sur l'importance de la valeur dans l'armée Spartiate, S. Hodkinson, "Social Order and the Conflict of Values in Classical Sparta", Chiron 13 (1983), p. 239-281.

17 Thuc. V, 11, 1 ; Plut. Apophtg. rois 190 B2, Apophtg. Lac. 219 D5, 240D, Lyc. 25, 8-9 ; Paus. III, 14, 1 (cénotaphe). Plut. Lys. 1, 1 et 18, 2 ; Or. ; Pyth. 400D (Delphes). Sur les honneurs à Amphipolis et leur signification : D. C. Kurtz et J. Boardmann, Greek Burial Customs, Londres, 1971, p. 298 ; G. Daverio-Rocchi, art. cit., p. 77 ; E. Kearns, “Sauver la cité” in La cité grecque d'Homère à Alexandre, O. Murray et S. Price dir., Paris, 1990, p. 367-391 et “Between God and Man, Status and Functions of Heroes and their sanctuaries” in Le sanctuaire grec, Entretiens de l'Antiquité Classique 37, Vandœuvrcs-Genève, 1990, p. 65-107. Sur le trésor de Delphes : P. de la Coste. -Messelière, Au musée de Delphes, rééd. 1971, p. 481-483 ; G. Roux, Énigmes à Delphes, Paris, 1963, p. 69-72 ; J. F. Bommelaer, Guide de Delphes, I, Athènes-Paris, 1991, p. 160-162.

18 Platon, Banquet, 221c. Diod. XII, 75, 3 ; Isocr. Archidamos VI, 53 ; Lib. Discours XVIII, 281 ; LXIV, 10 ; N. Loraux, “La 'belle mort' Spartiate”, Ktema 2 (1977), p. 105-121.

19 Thuc. IV, 81, 2 ; 123, 2 ; 128, 1 ; W. R. Connor, Thucydides (Princeton, 1984), p. 41, 127-140, 236.

20 Thuc. V, 7, 2. Peu importe ici la partialité de Thucydide à l'égard de Cléon. Seule compte la représentation qu'il en donne. Toutefois, sur le crédit qu'on peut lui accorder : A. W. Gomme "Thucydides and Cleon, the Second Battle of Amphipolis" Ellenika 13 (1954), p. 1-10, repris dans More Essays in Greek History and Literature, Oxford, 1962, p. 112-121 et A. G. Woodhead, "Thucydides' Portrait of Cleon", Mnemosyne 13 (1960), p. 289-317 ; I. G. Spence, " Thucydides, Woodhead and Kleon", Mnemosyne 48 (1995), p. 411-437.

21 Thuc. I, 142, 5-9 (Périclès) ; II, 89 (Phormion).

22 Thuc. II, 87, 4.

23 Thuc. I, 142, 5-6 et 9 ; II, 89.

24 Thuc. II, 85, 2.

25 Thuc. II, 87, 4.

26 Thuc. I, 121, 3-4 ; II, 11, 2 et 9.

27 Thuc. III, 69, 1-2.

28 Hom. II. XVIII, 253 : “L'un dominait par ses sages avis et l'autre par sa lance“. Eur. Rhésos, 105- 108 : ”Que ton conseil n'est-il pas comme ton bras est courageux / Mais nul homme n'est fait pour savoir toute chose / Chacun a son aptitude en partage / Tu es fait pour la lutte, d'autres pour les sages avis” (trad. M. Delcourt), Paris, 1962. Pour la datation de la tragédie et son attribution, ou non, à Euripide, consulter, par exemple, V. Iliescu, “Zeit geschichtliche Bezüge im Rhésos”, Klio 58 (1976), 2, p. 367-376, qui résume les différentes hypothèses chronologiques, entre 430 et la première moitié du ive siècle. En dernier lieu, G. Padeano Reso. Introduzione, traduzione e note, Milan, 1991, prend parti contre l'attribution à Euripide et date la pièce des premières années du ive siècle.

29 Thuc. IV, 81, 2.

30 B. Snell, Die Ausdrücke fur des Begriff des Wissens in der vorplatonischen Philosopohie, Berlin, 1924, p. 40-59 ; P. Huart, Le vocabulaire de l'analyse psychologique dans l'œuvre de Thucydide, Paris, 1968, p. 280-285 et Gnômè chez Thucydide et ses contemporains, Paris, 1973, p. 73-77 ; L. Edmunds, Chance and Intelligence in Thucydides, Cambridge Mass., 1975, p. 90 ; E. F. Bloedow, “Alcibiade, 'brillant' or 'intelligent”', Historia 41 (1972), p. 139-157, plus particulièrement p. 140-142 ; J. Assael, “ Xunesis dans Oreste d'Euripide”, ACl. 75 (1996), p. 53-69. Sur le kairos, M. Trédé-Boulmer, Le kairos, la propos et l'occasion, le mot et la notion d'Homère à la fin du ive siècle av. J. -C, Thèse, Paris-IV, 1987, p. 265-275.

31 Thuc. IV, 125, 3 ; 127, 2 ; 128, 1-2 (usage des hauteurs).

32 V. Hunter, Thucydides the Artful Reporter, Toronto, 1973, p. 23-41 ; Past and Process in Herodotus and Thucydides, Princeton, 1982, p. 121-136.

33 Thuc. II, 93, 1-3. L'attaque-surprise est théorisée quelque temps plus tard par Teutiaplos d'Elis, Thuc. III, 30, 2-4. D. Lateiner, “The Speech ofTeutiapius (Thuc. 3. 30)”, GRBS 16 (1975), p. 175- 184. W. K. Pritchett, The Greek State at War, 2, Berkeley, 1974, p. 156-189.

34 Thuc. V, 9, 5. Gomme HCT, 3, p. 644-645.

35 Thuc. V, 9, 4-8. H. D. Westlake “Thucydides, Brasidas and Clearidas”, GRBS 21 (1980), p. 333- 339 repris dans Studies in Thucydides and Greek History, Bristol, 1989, p. 78-83. L'idée de l'attaque en second est reprise au siècle suivant par Enée le Tacticien Poliorc. 38, 2 : “Les ennemis sont plus effrayés par les forces qui surgissent que par celles qu'ils ont déjà devant eux. ”

36 Thuc. V, 9, 4 et 8. L. Bodin, “Thucydide et la campagne de Brasidas en Thrace. Remarques sur la composition de l'exposé” in Mélanges Navarre, Toulouse, 1935, p. 47-55 ; A. L. Boegehold, “Thucydides representation of Brasidas before Amphipolis”, CPh7A (1979), p. 148-152.

37 Thuc. V, 10, 4-5. B. D. Meritt et M. L. West, “Cleon's Amphipolis Campaign”, A]A 2 (1925), p. 54-69 : J. K. Anderson, “Cleon's Orders at Amphiplois”, JHS 85 (1965), p. 1-4 ; Gomme, HCT, 3, p. 636-638.

38 C'est celui d'Euainétos qui commandait, peu avant la bataille des Thermopyles, le contingent lacédémonien campé entre Olympe et Ossa, (Hdt. VII, 173). Hérodote précise qu'il avait été choisi parmi les polémarques qui entourent usuellement le roi et, pour marquer la caractère inhabituel d'une semblable désignation, ajoute qu'il n'était pourtant pas “de race royale”.

39 Thuc. IV, 105, 1 ; 108, 1. L'échec des invasions annuelles de l'Attique et l'efficacité des attaques athéniennes contre la Laconie à partir de Pylos et de Cythère ont joué leur rôle dans ce changement stratégique (thuc. IV, 81, 1-2), et d'autant plus que la région est fort utile aux Athéniens par les ressources qu'elle recèle et par la surveillance de la mer Égée septentrionale qu'elle permet. P. A. Brunt, “Spartan Policy and Strategy in the Archidamian War”, Phoenix 19 (1965), p. 225-280 ; D. Kagan The Archidamian War, Ithaca-Londres, 1974, p. 286-304 ; I. Moxon, “Thucydides' Account of Spartan Strategy and Foreign Policy in the Archidamian War”, RSA 8 (1978), 1-2, p. 7-26.

40 Thuc. IV, 79, 2.

41 Thuc. IV, 81, 1. Selon Plutarque, Apophtg. Lac. 219D, avant son départ pour la Thrace, Brasidas aurait écrit aux éphores : “Tout ce que j'ai l'intention de faire, je le ferai à l'occasion de cette guerre. ” ; D. Kagan, op. cit., p. 196, 323-331.

42 Xen. Rep. Lac. XIII, 5. A. Andrews, “The Government of Classical Sparta”, in Studies presented to V. Ehrenberg, Oxford, 1966, p. 1-20 ; H. R. Rawlings, The Structures of Thucydides History, Princeton, 1981, p. 145.

43 Thuc. IV, 80, 2 et 5, 70, 1. Brasidas fut le premier général lacédémonien à recruter des hilotes comme soldats. Quant aux mercenaires, Aristeus de Corinthe, chargé de secourir Potidée en 433, y eut recours avant lui. L'armée de Brasidas est néanmoins originale : l'absence de soldats-citoyens et l'amalgame hilotes/mercenaires sont une innovation. H. W. Parke, Greek Mercenaries Soldiers, Oxford, 1933, p. 16 ; G. B. Grundy, Thucydides and the History of his Age, Oxford, 1948, 1, p. 263-264 ; P. Oliva, Sparta and her Social Problem, Amsterdam-Prague, 1971, p. 164-166 ; J. F. Lazenby, op. cit., p. 45.

44 Thuc. IV, 108, 6-7 (renforts demandés et refusés) ; 124, 1 (Acanthe) ; 129, 3 (Skiônè) ; V, 6, 4 (mercenaires) ; IV, 121, 1 ; 129, 3 : V, 6, 2.

45 Diod. XII, 68, 5.

46 Thuc. IV, 69, 1-2 ; 70, 1-2.

47 Thuc. IV, 88, 1-2 ; 105-106 ; 108, 1 ; 110 ; Diod. XII, 67, 2 ; 68, 1-4. D. Kagan, op. cit., p. 302- 303.

48 Thuc. IV, 108, 6 ; Diod. XII, 68, 4. H. R. Rawlincs, op. cit., p. 234-243.

49 Thuc. IV, 108, 7.

50 Thuc. IV, 115, 1-2 (prise de Lecythos) ; 116, 2 (prime de trente mines d'argent). L. P. Marinovic, Le mercenariat grec et la crise de la Polis, Besançon-Paris, 1988, p. 23 ; Y. Garlan, Guerre et économie en Grèce ancienne, Paris, 1989, p. 143-172.

51 Thuc. IV, 116, 3.

52 Thuc. V, 120, 1 et 3 (Skiônè) ; 123, 1 (Mendè) ; 123, 4 (l'organisation des territoires).

53 Thuc. IV, 135, 1.

54 Thuc. IV, 132, 3. G. Bokisch, "Harmostai (431-387)", Klio 46 (1965), p. 129-239.

55 Ch. Meier, La naissance du politique, Paris, 1995, p. 335-337.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540