Version classiqueVersion mobile

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Aspects de l'histoire de la guerre en Grèce ancienne 1945-1996

Pierre Ducrey

Texte intégral

1Je connais Yvon Garlan depuis novembre 1962. Nous suivions alors les cours d'André Ayrmard à l'École Pratique des Hautes Études, VIe section, les vendredis après-midi. Le groupe des auditeurs était restreint : il se composait cette année-là de Danielle Bonneau, Philippe Gauthier, Yvon Garlan, Claude Lepelley, Alain Versini, Pierre Vidal-Naquet, de deux étudiants de maîtrise, enfin de deux auditeurs grecs attachés à l'ambassade de Grèce, dont Rodis Rouphos, qui plus tard se distingua dans l'opposition au régime des colonels grecs (1967-1974). En 1963, Yvon Garlan quittait son poste parisien pour occuper celui de membre de l'École française d'Athènes. Nos relations se poursuivirent dans ce cadre, puisqu'en janvier 1967, j'arrivais moi-même à Athènes, où je passai quatre années en qualité de membre étranger de l'École française.

  • 1 R. Lonis, « La guerre en Grèce - Quinze années de recherches : 1968-1983 », REG, 98 (1985), p. 321 (...)

2Le présent essai se veut une réflexion sur l'évolution de l'historiographie de la guerre en Grèce ancienne depuis la seconde guerre mondiale. On n'y trouvera donc pas le prolongement de bibliographies antérieures, comme celle qu'a publiée en dernier lieu Raoul Lonis1, mais plutôt un aperçu de quelques orientations récentes de la recherche dans ce domaine. Je suis heureux de dédier ce texte à Yvon Garlan, en souvenir de 35 années de discussions fructueuses et amicales.

  • 2 Yvon Garian est l'auteur de deux chapitres de la nouvelle édition de la Cambridge Ancient History  (...)

3Yvon Garlan lui-même a apporté une contribution importante au développement des études sur la guerre dans l'Antiquité, et plus particulièrement dans le monde grec. Plusieurs de ses livres ont connu une large diffusion et ont été traduits du français dans d'autres langues. Par ailleurs, héritier lointain de Maurice Holleaux, il est l'un des rares auteurs non anglo-saxons qui aient été invités à collaborer à la nouvelle édition de la Cambridge Ancient History2.

Histoire ancienne et histoire générale

  • 3 M. I. Finley, « Progress in Historiography, Discoveries and Interprétations in Contemporary Schola (...)

4Moses I. Finley, l'inspirateur de nombreux historiens de l'Antiquité dans les années 60, 70 et 80, a écrit en 1977 un article montrant comment l'histoire ancienne est souvent « démodée », « old fashioned », par son approche essentiellement événementielle3. La plupart des innovations en histoire ancienne sont en effet suggérées ou inspirées par les historiens d'autres périodes, notamment ceux de la période contemporaine, par les sociologues ou par les économistes, qui ont une vision différente des questions qui pourraient (ou devraient) être posées.

5On ne saurait s'étonner de cet état de chose : bien des historiens de l'Antiquité se recrutent parmi les philologues, hellénistes ou latinistes, et ne sont donc pas entraînés prioritairement au « métier d'historien ». C'est l'une des particularités de l'histoire ancienne que d'exiger, pour pouvoir être pratiquée au niveau de la recherche, la connaissance préalable des langues classiques, qui donnent accès à l'ensemble des sources littéraires (faut-il rappeler que seuls les principaux textes sont traduits ?), mais aussi aux autres sciences comme l'épigraphie, la numismatique et la papyrologie.

6D'autre part, on n'imagine plus guère aujourd'hui de recherche en histoire ancienne sans une certaine familiarité avec les pays méditerranéens concernés : le cas d'André Aymard, qui dut attendre d'avoir dépassé la cinquantaine pour visiter la Grèce, ce qu'il fit sous la houlette de son ami Georges Daux, alors directeur de l'École française d'Athènes, n'est guère imaginable aujourd'hui. Bien au contraire, le nombre des historiens-archéologues va en augmentant, le contact avec le pays, le climat, la géographie, les vestiges archéologiques étant ressenti comme indispensable à la compréhension et, par là, à l'explication du passé. On ne peut plus guère se priver non plus de l'information qu'apportent les représentations figurées, aujourd'hui disponibles par tant de canaux divers. L'approche anthropologique de l'Antiquité, enfin, après avoir connu une grande vogue, continue à fructifier l'analyse de certains problèmes, notamment dans le domaine qui nous occupe ici, la guerre.

7En dépit des handicaps qui peuvent affecter son étude, et malgré un certain retard, l'histoire ancienne a connu une évolution parallèle à celle des autres sciences historiques. C'est ainsi qu'elle a progressivement abandonné ses méthodes essentiellement descriptives et « positivistes » au profit d'une réflexion thématique et problématique, où l'histoire des mentalités, des sociétés ou de l'économie occupe la place qui lui revient. Et même si l'on dit parfois aujourd'hui que l'époque « post-moderne » est libérée des idéologies, chacun sait bien qu'une telle affirmation contient sa propre charge idéologique et que les idéologies ne sont pas mortes. On sait aussi que l'historien n'est ni neutre, ni « objectif », puisqu'il est le « produit » de son temps et de la société dans laquelle il vit. La modification incessante des points de vue entraîne le renouvellement permanent de l'histoire : celle-ci ne peut être considérée ni comme établie une fois pour toutes, ni comme achevée. Encore faut-il que les « antiquaires » les plus endurcis soient convaincus de ces principes, ce qui n'est pas toujours le cas.

8L'histoire de la guerre (bien davantage encore que celle des guerres) figure au nombre des thèmes les plus riches que l'histoire ancienne ait été amenée à traiter. Cette orientation a connu au cours des cinquante dernières années un développement considérable, en raison de son aspect polyvalent, si ce n'est universel. Elle a beaucoup contribué à élargir et à approfondir nos connaissances de plusieurs aspects de la société antique. En outre elle a aidé à la remise en question, si ce n'est à la solution, des problèmes que posent la société homérique et l'origine des cités.

L'histoire de la guerre dans le monde grec : une orientation nouvelle en France

  • 4 Ainsi par exemple A. Aymard, Le monde grec au temps de Philippe II de Macédoine et d'Alexandre le (...)
  • 5 A. Aymard, J. Auboyer, L'Orient et la Grèce antique, 1er éd., Paris, 1953 ; Rome et son Empire, 1e (...)
  • 6 Les articles d'André Aymard sont réunis dans un recueil intitulé Études d'histoire ancienne, Paris (...)

9L'évolution de l'enseignement universitaire et de la recherche d'André Aymard est révélateur de cette évolution. Durant la plus grande partie de sa vie, il a donné des cours traditionnels d'histoire événementielle. Ces cours, d'une très grande précision et d'une non moins grande érudition, ont été édités sous la forme de polycopiés, que l'on pouvait encore acquérir dans les années soixante-dix4. Mais dès 1953, il publiait avec Jeanine Auboyer deux gros volumes d'un esprit totalement différent5 : l'histoire ancienne faisait en France son entrée dans la « longue durée » braudélienne. Et c'est à la même époque qu'André Aymard développait dans ses séminaires des Hautes Études quelques-uns des thèmes dont il faisait le sujet de ses publications scientifiques : les otages, le butin, les mercenaires, la victoire, la défaite, autant de sujets relevant de la sociologie de la guerre6. En dépit de sa mort prématurée, en 1964, André Aymard a créé une école et a inspiré la recherche de plusieurs de ses élèves, dont les personnes mentionnées dans les premières lignes de cet article.

  • 7 Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 1968.

10En dehors d'André Aymard et de son cercle, la recherche sur la guerre intéressa en France Jean-Pierre Vernant et Marcel Detienne. Ces derniers mirent sur pied au cours de l'année universitaire 1964-1965 une série de conférences, qui réunit à Paris les meilleurs connaisseurs du sujet. On peut dire que ce cycle, bientôt suivi par la publication des textes des conférences, marqua une étape importante dans l'étude de la sociologie de la guerre dans le monde grec. Le volume, qui depuis a connu une réédition et une traduction anglaise, dresse une sorte de table des matières des principaux problèmes qui se posent sur la question et qui, pour la plupart, ont été abondamment discutés depuis7. L'élan donné alors a en effet débouché sur de nombreuses études, articles et livres sur la plupart des sujets abordés.

La bataille, le combat

11Les historiens français ont-ils tiré profit des guerres coloniales conduites par la France en Indochine et en Algérie pour réfléchir sur la guerre, les guerres, la bataille ou les combats ? Cela ne paraît pas avoir été le cas, du moins dans le domaine de l'histoire ancienne. Il en est allé tout autrement dans les pays anglo-saxons. L'expérience de la guerre du Vietnam a laissé des traces perceptibles dans l'œuvre de certains historiens américains traitant de la guerre dans l'Antiquité et celle des Falkland-Malouines dans des articles ou volumes consacrés par leurs collègues britanniques au même sujet.

  • 8 J. Keegan, The Face of Battle, Londres, 1976. Cet ouvrage a été réédité à plusieurs reprises et tr (...)

12C'est à John Keegan, professeur à l'Académie militaire de Sandhurst avant de devenir correspondant militaire du Daily Telegraph de Londres, que l'on doit une impulsion décisive pour une nouvelle orientation de l'étude des combats et de la mentalité des combattants. Son ouvrage-clé8, pourtant consacré à des événements relativement récents (Azincourt, Waterloo, La Somme) a inspiré plusieurs historiens de la guerre dans l'Antiquité, surtout américains.

  • 9 V. D. Hanson, Warfare and Agriculture in Classical Greece, Pise, 1983.

13Le Californien Victor Davis Hanson s'est révélé un brillant disciple de Keegan : il a proposé une approche originale de certains aspects de la guerre dans le monde grec. Hanson a marqué son entrée dans la recherche sur le sujet par sa thèse de doctorat, publiée en anglais, bien qu'en Italie9. Proche par sa naissance d'une entreprise de production agricole, V. D. Hanson a proposé une réflexion sur un thème apparemment trivial, celui des conditions pratiques de la dévastation d'un territoire et de ses cultures par un envahisseur. Se plaçant tour à tour dans la perspective de l'agresseur et du défenseur, il analyse les possibilités d'action des deux adversaires. L'organisation de l'attaque, les conditions matérielles de sa réalisation, la défense, enfin l'efficacité des opérations en termes militaires et économiques sont passées en revue de manière concrète et pragmatique. Les conclusions ne manquent pas d'intérêt, puisqu'elles conduisent à remettre en cause certaines idées reçues, notamment sur les invasions de l'Attique par les forces spartiates au début de la Guerre du Péloponnèse.

  • 10 V. D. Hanson, The Western Way of War : Infantry Battle in Classical Greece, New York, 1989 ; tradu (...)
  • 11 E. L. Wheeler, dans : Journal of Interdisciplinary History, 21 (1990), p. 122-125. Voir aussi le c (...)
  • 12 V. D. Hanson, éd., Hoplites : The Classical Greek Battle Experience, Londres-New York, 1991. On pe (...)
  • 13 Deux autres volumes collectifs consacrés à la guerre en Grèce ancienne sont parus récemment : J. R (...)

14On retrouve la même approche pragmatique dans le second volume de V. D. Hanson, consacré, lui, au cœur de la bataille10. L'auteur y décrit le combat d'infanterie « comme si on y était », y compris le vacarme produit par deux phalanges d'hoplites au moment du choc. Sang, sueur, blessures horribles, cris des blessés et surtout moral des combattants : cette approche réaliste conduit à mettre en évidence de nombreuses questions que des analyses moins précises ou plus théoriques ont longtemps escamotées. Certes, l'ouvrage comporte des faiblesses, mises en évidence notamment par un autre spécialiste américain de la guerre, Everett L. Wheeler, et d'autres auteur11. Il n'en reste pas moins que V. D. Hanson, s'inspirant de D. Keegan, a contribué à jeter un éclairage nouveau sur les champs de bataille et les combattants de la Grèce classique. Par la suite, V. D. Hanson a dirigé la réalisation d'un excellent volume collectif12, conçu dans le même esprit. Nous reviendrons plus bas sur quelques-uns des thèmes abordés dans ce volume13

  • 14 A. M. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons from the End of the Bronze Age to 600 BC, Edimbour (...)
  • 15 Voir P. Ducrey, Guerre et guerriers dans la Grèce antique, Fribourg-Paris, 1985 ; trad. anglaise, (...)

15Le renouveau des réflexions dans le domaine du combat, des combattants et de leur armement doit beaucoup à Antony Snodgrass, dont les deux volumes sur le sujet ont relancé la réflexion14. Le premier, A. Snodgrass s'est appuyé sur une connaissance précise des objets et des images pour conduire une étude de l'armement et des combats. Archéologue-historien, il ne ressent pas l'insécurité qui domine souvent chez les historiens purs ou chez les philologues lorsqu'ils doivent recourir à l'information que donnent les sources non textuelles. Depuis, les ouvrages proposant des illustrations se sont multipliés. Les reproductions de vases, de sculptures, de fresques ou de mosaïques, les photographies de sites et de fortifications, ainsi que le recours à des reconstitutions graphiques, qui permet une illustration plus réaliste encore, se sont largement répandues15.

  • 16 W. K. Pritchett a publié aux éditions de l'University of California Press, Berkeley-Los Angeles, u (...)

16À la même époque commençait à paraître la série des livres consacrés par William Kendrick Pritchett à de nombreux aspects de la guerre. Mais, alors que l'auteur rassemble une quantité considérable de données textuelles, il ne dépasse que rarement la pure description et ne lance donc pas un véritable renouveau de la réflexion sur la guerre16.

Le combat homérique et l'apparition de la phalange hoplitique

17L'étude du combat et des batailles s'est focalisée et continue à se focaliser sur deux problèmes particuliers, d'ailleurs étroitement imbriqués : le combat homérique et l'apparition de la phalange hoplitique. Plusieurs livres et articles ont été publiés sur ce sujet depuis la parution en 1968 des articles de G. S. Kirk et de M. Detienne dans le volume collectif Problèmes de la guerre en Grèce ancienne.

  • 17 J. Latacz, Kampfparänese, Kampfdarstellung und Kampfwirklichkeit in der Ilias, bei Kallinos und Ty (...)
  • 18 W. K. Pritchett, The Greek State at War, t. 4, p. 7-33.

18Joachim Latacz a relancé en 197717 la discussion sur la bataille et sur l'armée chez Homère en montrant que dans l'Iliade déjà, la forme collective du combat et par conséquent l'affrontement d'armées entières jouaient un rôle beaucoup plus important qu'on ne l'avait dit jusqu'alors. Ce point a été repris par W. K. Pritchett, qui voit dans les batailles de l'Iliade le choc d'armées organisées sur le modèle proche-oriental18. Pour les deux auteurs, les duels ne forment qu'une phase préliminaire d'un combat dont l'issue sera déterminée par l'affrontement des deux armées.

  • 19 Outre son livre Status Warriors, War, Violence and Society in Homer and History, Amsterdam, 1992, (...)
  • 20 H. van Wees n'hésite pas à citer Sergio Leone, que l'Iliade aurait inspiré pour la réalisation de (...)

19Tout récemment, Hans van Wees est entré de manière plus détaillée encore dans l'analyse de la bataille homérique19 Il expose dans les trois longs mémoires cités sa vision de la bataille, sans hésiter à recourir à divers parallèles tirés de guerres contemporaines ou de combats intervenus entre peuples de la Nouvelle Guinée. H. van Wees met en évidence la cohérence de l'image de la bataille telle que la présente Homère et passe en revue diverses composantes : les guerriers isolés et leur armement, la tactique utilisée, l'emploi des chars de guerre, celui des projectiles, l'organisation du commandement. Il analyse aussi la « mentalité » du combattant homérique, ses sentiments, ses réactions, sa motivation. Il en conclut que les héros ne sont ni particulièrement héroïques, ni particulièrement « primitifs » ; leur forme d'héroïsme les distingue des samouraïs japonais et les rattache nettement à la tradition occidentale de la guerre. On le voit, H. van Wees conclut comme V. D. Hanson dans son ouvrage à la cohérence de la mentalité des guerriers occidentaux, des nobles combattants de l' Iliade aux fantassins des armées contemporaines20.

  • 21 H. L. Lorimer, « The Hoplite Phalanx with Special References to the Poems of Archilochos and Tyrta (...)

20Helen L. Lorimer avait décrit l'armement des combattants homériques dans un important article et quelques années plus tard dans un ouvrage devenu classique21. La première, elle avait lancé la réflexion sur la relation entre armement et société. Au-delà du combat tel qu'il est décrit dans l'Iliade et dans les fragments conservés de l'œuvre de Tyrtée et d'Archiloque, c'est la genèse même de la société grecque, ou du moins la question de l'apparition de la formation hoplitique qu'elle posait. Cette question, longuement débattue au cours des quatre décennies écoulées, reste au centre de nombreuses discussions.

  • 22 Thuc, V, 70 ss. (bataille de Mantinée, 418 av. J. -C.).

21Rappelons la thèse, fortement teintée d'idéologie, qui avait cours dans les années soixante. Sans que l'on sache quel élément, politique ou technique, avait imposé cette réforme, on faisait apparaître au début du viie siècle, quasiment par génération spontanée, la phalange d'hoplites en armes, totalement constituée, avec ses éléments distinctifs : les guerriers complètement équipés (cuirasse, casque à cimier, jambières, et surtout bouclier rond, avec comme armes offensives la lance et l'épée), marchant en formation serrée selon la description classique de Thucydide22.

22Dans ce schéma, la naissance de la phalange hoplitique s'accompagnait d'une révolution économique et politique : à une classe d'agriculteurs aisés et de commerçants enrichis, financièrement capables d'acquérir leur armement d'hoplites, correspondait soit un régime tyrannique, le tyran étant porté au pouvoir par ses troupes, soit un régime démocratique, la phalange hoplitique étant l'expression militaire de la démocratie égalitaire.

23La plupart des chercheurs refusaient cependant de trancher la question clé de savoir quel élément, de l'invention technique (le bouclier rond avec son double système de préhension) et tactique (la formation compacte de guerriers alignés en largeur et en profondeur) ou du changement socio- économique pouvait être à l'origine de la « révolution » hoplitique.

24Le schéma esquissé ci-dessus conduisant à une aporie, il n'est pas étonnant qu'il ait connu au cours des vingt dernières années des remises en question successives, dictées notamment par l'approche plus pragmatique décrite plus haut. Abandonnant le modèle intellectuel rassurant qui voyait dans la naissance de la phalange hoplitique l'expression matérielle de l'accès au pouvoir d'une classe nouvelle au détriment de l'aristocratie, des auteurs comme V. D. Hanson et H. van Wees ont proposé par une lecture de l'Iliade elle aussi plus pragmatique un schéma explicatif nouveau pour rendre compte de l'avènement des hoplites.

  • 23 V. D. Hanson, dans Hoplites, The Classical Greek Battle Experience, p. 66-76.

25V. D. Hanson comme H. van Wees partent de la constatation que les batailles de 1' Iliade attestent l'existence de troupes organisées et que les informations dont nous disposons sur le mode de combat du viie siècle impliquent elles aussi la disposition des armées en formations. Pour V. D. Hanson, la phalange naît donc d'une évolution progressive, au sein de laquelle le combat s'organise et gagne en efficacité par les progrès techniques réalisés dans la construction de l'armement. Selon lui, le bouclier rond et convexe, le casque, la cuirasse, ainsi que l'armement offensif forment un ensemble dont la mise au point conditionne à son tour l'alignement des troupes en phalanges constituées. À la notion de « révolution » vient se substituer celle, plus satisfaisante, d'évolution, dont les premiers signes doivent être recherchés au sein même du plus ancien des textes que l'on connaisse, l'Iliade. La date exacte de cette transformation ne peut être établie avec certitude, mais elle se situe entre la fin du viiie siècle et le milieu du viie. En tout état de cause, pour V. D. Hanson, le progrès technique conditionne l'évolution de la tactique et le phénomène ne peut être considéré comme purement militaire, et moins encore comme d'origine politique ou sociale23.

26H. van Wees partage ces vues, qui tendent à réduire les contingences politiques ou économiques de la réforme militaire, elle-même née d'une évolution relativement lente et nullement d'une « révolution », tout en refusant de voir dans ces changements un phénomène uniquement technique. Des aspects politiques doivent, selon lui, être pris en compte également.

  • 24 H. van Wees, Greece and Rome, 41 (1994), p. 138-148.
  • 25 H. W. Singor, « Eni Prôtoisi Machesthai, Some Remarks on the Iliadic Image of the Battlefield », d (...)

27Sur cette base, H. van Wees tente une reconstitution des relations entre l'Iliade et l'histoire. Tous les indices renvoient selon lui à une date plus tardive du type de combat décrit dans l'Iliade, dont il voudrait abaisser la date à la première moitié du viie siècle24. Faut-il ajouter que ces vues ont d'ores et déjà suscité des réserves, elles-mêmes appuyées sur une interprétation plus nuancée des mêmes sources ? C'est ainsi qu'en dernier lieu H.W. Singor conteste que la bataille homérique soit une préfiguration du combat de deux phalanges d'hoplites, même si certains éléments pourraient le suggérer25.

  • 26 F. Lissarague, L'autre guerrier. Archers, peltastes, cavaliers dans l'imagerie attique, Paris-Rome (...)

28Alors que la controverse autour de l'Iliade et de la genèse de la formation hoplitique continue à faire rage, nous signalerons brièvement que d'autres études, sans doute moins spectaculaires ou fondamentales, ont néanmoins permis une meilleure connaissance du combat et des combattants à l'époque archaïque et classique. C'est le cas pour l'étude iconographique et typologique de François Lissarague, qui regroupe et organise des représentations sur vases de guerriers « autres » que les hoplites : archers, peltastes, cavaliers26.

  • 27 J. K. Anderson, Ancient Greek Horsemanship, Berkeley-Los Angeles, Univ. of California Press, 1961  (...)
  • 28 P. A. L. Greenhalgh, Early Greek Warfare, Cambridge, 1973

29D'approche plus conventionnelle, les deux livres de G. R. Bugh et H.G. Spence proposent une étude approfondie sur la cavalerie à Athènes et dans l'ensemble de la Grèce, qui vient compléter le volume plus ancien de J. K. Anderson27. La théorie de P. A. L. Greenhalgh, qui veut voir dans toutes les apparitions de chars de combat au cours de l'Iliade, une amplification épique en lieu et place de cavaliers, n'a pas emporté la conviction28.

Cité, fortifications et défense du territoire

  • 29 The Ancient Greek City State, M. H. Hansen, éd., Historisk-Filosofiske Meddelelser67, Copenhague, (...)
  • 30 Sources for the Ancient Greek City-State, Actes du Symposium du 24 au 27 août ! 994 du Copenhagen (...)

30Sous l'impulsion de Mogens H. Hansen et à l'occasion du 250e anniversaire de l'Académie royale danoise des sciences et des lettres, un symposium fut consacré du 1er au 4 juillet 1992 à la cité-État de la Grèce antique29. Ce colloque marqua la naissance du Copenhagen Polis Centre, centre de recherche sur la cité grecque. Un second colloque eut lieu en 1994, dont les actes ont été publiés l'année suivante30.

  • 31 M. H. Hansen, « The Polis as City-State », The Ancient Greek City State, p. 7-29 ; A. M. Snodgrass(...)
  • 32 Voir notamment P. Ducrey, « La muraille est-elle un élément constitutif d'une cité grecque ? », Ac (...)

31L'un des premiers problèmes auquel la recherche du Centre danois sur la cité antique s'est trouvée confrontée est la relation entre cité et défense, matérialisée par le mur d'enceinte. Si chacun admet que l'existence d'un centre urbain est un facteur déterminant de l'existence d'une polis, au même titre qu'une organisation étatique, en va-t-il de même pour la muraille ? La présence d'une muraille peut-elle définir une polis, et cela dès les origines ? Des réponses ont été apportées à ces questions lors du premier colloque de Copenhague sous l'angle historique par M. H. Hansen, sous l'aspect archéologique par A. M. Snodgrass, enfin au travers des textes homériques par K. A. Raaflaub31. La question de la relation entre l'existence d'une cité et sa muraille a été reprise lors du second colloque32.

  • 33 F. -G. Maier, Griechische Mauerbauinschrifien, I, Texte und Commentare, Heidelberg, 1959 ; II, Unt (...)

32Les murailles comptent parmi les plus importants ensembles construits du monde grec. De Mycènes, Tirynthe ou Gla à Messène, Assos, Héraclée du Latmos ou Syracuse, les fortifications grecques ont laissé des vestiges qui ont impressionné les voyageurs antiques aussi bien qu'ils frappent les archéologues ou les touristes d'aujourd'hui. Franz Georg Maier a fait œuvre de précurseur en publiant le corpus des inscriptions relatives à la construction des murailles grecques avec un commentaire historique33. Non seulement il mettait à la disposition des historiens de manière commode un ensemble de textes épigraphiques, mais en outre il posait plusieurs questions centrales : de quelles autorités relèvent l'initiative de la construction d'un mur d'enceinte et l'exécution des travaux ? Qui établit les devis et assure la couverture des coûts ? F. G. Maier conclut son ouvrage en mettant en relation l'histoire d'une cité et la construction de sa muraille.

  • 34 F. E. Winter, Greek Fortifications, Phoenix, Suppl. IX, 1971
  • 35 A. W. Lawrence, Greek Aims in Fortification, Oxford, 1979.
  • 36 J. P. Adam, Architecture militaire grecque, Paris, 1982.
  • 37 La fortification dans l'histoire du monde grec. Actes du Colloque International de Valbonne 1982 P (...)
  • 38 Les fortifications grecques de Mycènes à Alexandre, Les Dossiers d'archéologie, 172 (1992) ;À la d (...)
  • 39 P. Leriche, dans les actes de la Table ronde du CNRS d'Istanbul mentionnée ci-dessus, REA, 96 (199 (...)

33Les fortifications ont provoqué durant les deux dernières décennies une importante production de publications analytiques et descriptives, dont certaines richement illustrées de plans, de dessins et de photographies. Mentionnons dans l'ordre chronologique les livres de F. E. Winter34 et de A. W. Lawrence35, ainsi que le volume de J. -P. Adam, remarquable notamment par la qualité de ses plans36. Deux colloques internationaux organisés à Valbonne en 1982 et à Istanbul en 1993 ont apporté une riche moisson d'informations nouvelles, notamment sur le monde grec au sens large37. Enfin le périodique « Les dossiers de l'archéologie » a consacré deux beaux fascicules aux fortifications grecques38. En dépit de ces publications, relativement nombreuses, l'étude des systèmes fortifiés grecs, archaïques, classiques et hellénistiques continue à souffrir de la lacune criante que constitue le très petit nombre de fouilles modernes et bien documentées permettant d'assurer une chronologie incontestable pour les principaux ouvrages défensifs39.

34Trois ouvrages et plusieurs articles traitent de la défense d'une ville particulière, Athènes, et de son territoire, l'Attique, sous l'angle de la doctrine défensive. Le choix d'Athènes se passe évidemment de commentaire : notre information dépasse de loin par sa qualité celle dont nous disposons pour toute autre cité grecque. Et pourtant des questions fondamentales restent controversées, en particulier pour le ive siècle.

  • 40 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Paris, 1974 ; « Fortifications et histoire grecque (...)

35C'est Yvon Garlan lui-même qui, dans son gros ouvrage et deux articles, a lancé la réflexion sur la défense du territoire et celle de la ville40. Rappelons les grandes lignes de son analyse : alors que la stratégie « traditionnelle » voulait que le sort d'une cité dépende du succès de son armée dans une bataille en rase campagne, la stratégie « nouvelle » voulue par Périclès conduisait au repli des habitants dans l'enceinte de la ville. Au ive siècle, la défense du territoire reprend le dessus, non sans que les villes se munissent de murailles de plus en plus massives et perfectionnées.

  • 41 J. Ober, Fortress Attica, Defense of the Athenian Land Frontier, 404-322 Leiden, 1985 ; Id., « Hop (...)

36Une dizaine d'années plus tard, Josiah Ober nuance les vues d'Yvon Garlan et montre les alternatives possibles à une politique de repli dans l'enceinte d'une ville41. Parallèlement, il remet en question le principe du « code d'honneur » qui voulait qu'on affronte l'ennemi en terrain découvert et non depuis l'abri qu'offrait une fortification. Par ailleurs, il affine et nuance l'expression de la dialectique défensive athénienne, et même grecque, en montrant que l'on connaît mal les dispositifs défensifs du territoire avant le ive siècle.

  • 42 M. H. Munn, The Defense of Attica, The Dema Wall and the Boiotian War of 378-375 BC Univ. of Calif (...)

37Plus récemment encore, Mark H. Munn remet en cause à son tour à la fois la doctrine de la défense de l'Attique au ive siècle telle qu'elle était formulée par Yvon Garlan et les ajustements proposés par Josiah Ober42. Selon lui, les forteresses formant une chaîne défensive le long des frontières de l'Attique visaient moins à défendre le territoire dans son ensemble qu'à assurer la défense rapprochée des régions directement placées sous la protection des divers ouvrages. Il utilise le mur du Dema pour démontrer sa thèse : cette fortification aurait été construite essentiellement, sinon uniquement, pour contrer les attaques spartiates attendues pour 378 av. J. -C.

  • 43 Attische Festungen, Beiträge zum Festungswesen und zurSiedlungsstruktur vom 5. biszum3. Jh. v. Chr (...)

38Mentionnons encore la publication par une équipe d'archéologues allemands d'études consacrées à quelques fortifications attiques qui pourraient facilement rester inaperçues, bien que placées explicitement dans la suite de l'ouvrage de Josiah Ober, Fortress Attica43. Et terminons en disant que le débat n'est pas clos : certains ne songent-ils pas à attribuer aux Béotiens des fortifications toujours considérées jusqu'ici comme attiques et à inverser ainsi le sens et la signification d'ouvrages défensifs ? La réponse à ces questions repose entre les mains des archéologues et dépend du résultat de fouilles futures, qui seront beaucoup plus précises et techniques que celles que l'on a conduites jusqu'ici dans la plupart des fortifications.

La guerre sur mer

  • 44 Signalons cependant le petit ouvrage de O. Hockmann, Antike Seefahrt, Munich, 1985.
  • 45 Ships and Seamanship in the Ancient World, Princeton, 1971, rééd., 1986 ; The Ancient Mariners, 2e (...)
  • 46 J. S. Morrison and R. T. Williams, Greek Oared Ships 900-322 B. C, Cambridge, 1968
  • 47 J. S. Morison, J. Coates, The Athenian Trireme, Cambridge, 1986 ; J. S. Morrison, Greek and Roman (...)
  • 48 T. Shaw, éd., The Trireme Project, Operational Experience 1987-1990, Lessons Learnt, Oxford, 1993.

39L'étude de la guerre sur mer a été l'apanage presque exclusif des auteurs anglo-saxons44. Lionel Casson a publié au cours de ces trente dernières années une série de volumes sur la mer, les marins, les bateaux de commerce et de guerre45. John S. Morrison, en collaboration avec R. T. Williams, a consacré un gros livre aux vaisseaux à rames de 900 à 322 av. J-C.46 J. S. Morrison, est concentré sur les bateaux de guerre dans deux autres gros ouvrages47. L'étude de la marine commerciale et surtout de la marine de guerre grecques a tiré un grand profit des deux tentatives de reconstitutions réalisées par des équipes britanniques. L'une se conclut par le lancement en été 1987 de la trière « Olympias » et par ses essais en mer, notamment au large d'Athènes48. L'autre permit le lancement du « Kyrenia II », reconstitution d'un bateau marchand daté des environs de 300 av. J.-C. Tous les ouvrages récents consacrés à la marine antique reproduisent des illustrations de ces deux bateaux. Les expériences faites grâce au projet « Olympias » ont permis de résoudre de manière à la fois sûre et définitive toute une série de problèmes que posaient les sources antiques sur l'agencement et le fonctionnement d'une trière.

  • 49 Article paru dans les Dialogues d'Histoire Ancienne, 4 (1978), p. 1-16 et republié sous une forme (...)
  • 50 P. Brulé, La piraterie crétoise hellénistique, Centre de recherches d'histoire ancienne, 27, Annal (...)
  • 51 H. Pohl, Die römische Politik und die Piraterie im östlichen Mittelmeer vom 3. bis zum l. Jh. v. C (...)
  • 52 S. Sahin, « Piratenüberfall aufTeos, Volksbeschluss über die Finanzierung der Erpressungsgelder », (...)

40Tout en restant dans le domaine maritime, nous évoquerons brièvement un dossier qui a intéressé Yvon Garlan, celui de la piraterie, de ses causes, de ses origines et de son développement. En 1978 il faisait paraître un article intitulé « Sur la signification historique de la piraterie grecque », texte repris plus tard dans un recueil d'articles49. Dans le même temps, Pierre Brûlé consacrait sa thèse de troisième cycle à la piraterie crétoise à l'époque hellénistique50. La piraterie continue à susciter l'intérêt, comme le montre la solide étude de Hartel Pohl sur la politique romaine face aux corsaires et aux pirates à l'époque républicaine51 Signalons enfin la publication récente d'un intéressant décret hellénistique de Téos sur le financement des rançons exigées par des pirates52.

Le mercenariat

  • 53 H. W. Parke, Greek Mercenary Soldiers from the Earliest Times to the Battle of lpsus, Oxford, 1933 (...)
  • 54 M. Launey, Recherches sur les armées hellénistiques, 2 vol., Paris, 1949-1950.
  • 55 « Mercenariat et histoire grecque », dans : Études d'histoire ancienne, Paris, 1967, p. 487-498.
  • 56 Les études d'Yvon Garlan sur ce sujet sont réunies dans le volume Guerre et économie en Grèce anci (...)
  • 57 Le mercenariat grec au ive siècle avant notre ère et la crise de la polis, Centre de Recherches d' (...)
  • 58 M. Bettalli, I mercenari nel mondo Greco, I. Dalle origini alla fine des V sec. a. C., Pise, 1995.

41L'histoire du mercenariat, autre phénomène récurrent dans le monde égéen, avait été abordée dans l'entre-deux guerres par deux auteurs britanniques53, puis dans l'immédiat après-guerre par Marcel Launey54. André Aymard lui a consacré une étude55, de même que certains de ses élèves56. Dans l'avant-propos de l'édition française du livre de l'historienne russe Ludmila P. Marinovitch, Yvon Garlan présente un état de la recherche et une bibliographie raisonnée sur le mercenariat en Grèce ancienne57. Relevons à ce propos l'étude récente de Marco Bettalli, qui aborde de nombreux aspects historiques et sociaux de la question58.

  • 59 Voir P. Ducrey, « Remarques sur les causes du mercenariat dans la Grèce ancienne et la Suisse mode (...)

42Sans qu'il soit possible de définir d'une manière simple les origines et les causes de la piraterie et du mercenariat, phénomènes récurrents dans le monde égéen durant tout le premier millénaire av. J. -C., on peut cependant faire des hypothèses qui tiennent compte du contexte économique et social propre à cette région. Dans deux études, le soussigné a proposé un parallèle entre la situation régnant en Grèce avec celle que les cantons suisses ont connue durant plusieurs siècles : on oublie trop facilement aujourd'hui que le pays qui peut s'enorgueillir d'avoir le produit national brut le plus élevé de la planète, en concurrence avec quelques émirats arabes, a connu entre le xve et le xixe siècle une pauvreté endémique qui a contraint ses habitants à un exil massif. Les employeurs privilégiés de ces « travailleurs étrangers » étaient les puissances européennes, qui recrutèrent sans interruption des « Suisses » durant toute cette période. Quelques-uns des facteurs qui expliquent le mercenariat en Suisse se retrouvent dans les régions grecques « productrices » de pirates et de mercenaires et permettent des observations utiles, notamment pour l'analyse des causes de ces deux phénomènes sociaux-économiques et des conditions dans lesquelles ils se sont développés59.

  • 60 L. A. Burckhardt, Bürger und Soldaten, Aspekte der politischen und militärischen Rolle athenischer (...)

43Notons encore que les soldats-citoyens continuent à susciter l'intérêt des historiens, comme le prouve l'étude de L. A. Burckhardt, Biirger und Soldaten60.

Et en guise de conclusion

44Au terme de ce bref itinéraire au sein de l'historiographie de la guerre en Grèce antique, il convient de souligner d'abord les nombreux aspects sur lesquels nous ne nous sommes pas arrêtés, parmi lesquels la victoire, la défaite, le traitement des vaincus, les aspects religieux ou économiques de la conduite de la guerre, les figures des grands généraux, et bien d'autres sujets encore.

45Nous aimerions souligner ensuite l'une des particularités de la guerre en Grèce antique, et pour cela nous évoquerons quatre volumes qui jettent une lumière contrastée sur cette question. Dès l'Iliade, la pratique guerrière se présente sous le double aspect de la violence brutale, d'une part, et de limites admises, voire imposées en cas de comportements « déviants », d'autre part. Dans la Grèce des cités, la guerre, omniprésente, fait partie des relations internationales et relève de règles et d'usages. Du seul fait de l'existence d'un tel code de bonne conduite, tantôt explicitement affirmé dans des textes, tantôt implicitement admis, la coexistence des États, même en cas de conflit, est donc subordonnée à des principes relevant de l'ordre juridique et même éthique.

  • 61 G. Binder, b. Efee, éd., Krieg und Frieden im Altertum, Trèves, 1989

46Un essai de mise en perspective de la guerre dans diverses sociétés antiques a été réalisé à l'occasion d'une série de conférences tenues à l'Université de Bochum61. Rien ne met mieux en évidence le caractère particulier de la Grèce des cités que la comparaison avec des sociétés contemporaines du microcosme hellénique, en particulier les grands royaumes mésopotamiens du 1er millénaire av. J. -C., où la notion de « droit du genre humain », qui se répand progressivement en Grèce, n'existe pas.

  • 62 V. Ilari, Guerra e Diritto nel Mondo Antico. I. Guerra e Diritto nel Mondo Greco-Ellenistico fino (...)

47Mais, alors que l'on insistait encore jusqu'à la seconde Guerre mondiale sur la notion née au Siècle des Lumières de « droit des gens », les historiens s'attachent depuis aux principes plus précis du droit international et à leur application aux relations entre les cités, notamment en temps de guerre62. Sans être un peuple imprégné par les notions juridiques, à l'instar des Romains, les Grecs n'ont cessé de se référer à des pratiques, à des coutumes et à des usages qu'il n'aurait pas été « convenable » de ne pas respecter. De la règle qui proscrivait l'utilisation des armes de jet à celle qui interdisait la mise à mort de captifs après la bataille, les Grecs avaient instauré un « code de bonne conduite » que l'on était tenu, du moins en principe, de respecter.

  • 63 E. L. Wheeler, Stratagem and the Vocabulary of Military Trickery, Menmosyne, Suppl. 108, Leiden, 1 (...)

48Toutes les règles souffrent des exceptions et les Grecs ne se sont pas privés de commettre des excès en temps de guerre. Terminons donc en mentionnant l'étude de l'Américain Everett L. Wheeler consacrée au vocabulaire des stratagèmes et de la « déception » militaire, que les Anglo-Saxons appellent « trickery »63, autre illustration d'une « Grèce sans miracle ».

Notes

1 R. Lonis, « La guerre en Grèce - Quinze années de recherches : 1968-1983 », REG, 98 (1985), p. 321-379, bibliographie raisonnée extrêmement utile.

2 Yvon Garian est l'auteur de deux chapitres de la nouvelle édition de la Cambridge Ancient History : « Warfare », CAH, VI 1994, p. 678-692 ; « War and Siegecraft », CAH, VII I, 1984, p. 353-362.

3 M. I. Finley, « Progress in Historiography, Discoveries and Interprétations in Contemporary Scholarship », Daedalus (1977), I, p. 125-142, en particulier p. 136 ss. Cet article a été réédité dans : M. I. Finley, Ancient History, Evidence andModels, Londres, 1985, p. 1-6.

4 Ainsi par exemple A. Aymard, Le monde grec au temps de Philippe II de Macédoine et d'Alexandre le Grand (351-329), réédition posthume d'un cours polycopié, 1976.

5 A. Aymard, J. Auboyer, L'Orient et la Grèce antique, 1er éd., Paris, 1953 ; Rome et son Empire, 1er éd., Paris, 1954.

6 Les articles d'André Aymard sont réunis dans un recueil intitulé Études d'histoire ancienne, Paris, 1967.

7 Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 1968.

8 J. Keegan, The Face of Battle, Londres, 1976. Cet ouvrage a été réédité à plusieurs reprises et traduit dans de nombreuses langues, notamment en français.

9 V. D. Hanson, Warfare and Agriculture in Classical Greece, Pise, 1983.

10 V. D. Hanson, The Western Way of War : Infantry Battle in Classical Greece, New York, 1989 ; traduction française : Le modèle occidental de la guerre : la bataille d'infanterie dans la Grèce classique, Paris, 1990.

11 E. L. Wheeler, dans : Journal of Interdisciplinary History, 21 (1990), p. 122-125. Voir aussi le compte-rendu de la traduction française par P. Ducrey, Gnomon, 66 (1994), p. 457-458 et les remarques de H. van Wees, Greece and Rome, 41 (1994), n. 100, p. 155, avec nombreux renvois bibliographiques.

12 V. D. Hanson, éd., Hoplites : The Classical Greek Battle Experience, Londres-New York, 1991. On peut attirer aussi l'attention sur les chapitres rédigés par V. D. Hanson sur la guerre en Grèce et à Rome dans la Cambridge Illustrated History of Warfare, The Triumph of the West, G. Parker, éd., Cambridge, 1996, p. 10-61.

13 Deux autres volumes collectifs consacrés à la guerre en Grèce ancienne sont parus récemment : J. Rich, G. Shipley, éd., War and Society in the Greek World, Londres-New York, 1993 et A. B. Lloyd, éd., Battle in Antiquity, London-New York, 1996. Mentionnons encore le recueil de textes anciens avec commentaire de M. Sage, Warfare in Ancient Greece, A Sourcebook, Londres-New York, 1996.

14 A. M. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons from the End of the Bronze Age to 600 BC, Edimbourg, 1964 ; Id., Arms and Armours of the Greeks, Londres, 1967. Voir aussi A. M. Snodgrass, Archaic Greece, The Age of Experiment, Londres, 1980, p. 74-78 ; 97-113. Sur la réforme hoplitique, du même auteur, « Archaeology and the Study of the Greek City », dans : City and Country in the Ancient World, J. Rich-A. Wallace-Hadrill, éd., Londres-New York, 1991, p. 19.

15 Voir P. Ducrey, Guerre et guerriers dans la Grèce antique, Fribourg-Paris, 1985 ; trad. anglaise, New York, 1986 (photographies, plans, dessins) ; Peter Connolly, Greece and Rome at War, Londres, Macdonald Educational, 1981 (dessins et reconstitutions graphiques) ; John Warry, Warfare in the Classical World, New York, 1980 (dessins, plans, reconstitutions graphiques) ; Warfare in the Ancient World, J. Hacket, éd., Londres, 1989 (dessins, plans, reconstitutions graphiques, illustrations). Ces volumes ont été traduits en diverses langues.

16 W. K. Pritchett a publié aux éditions de l'University of California Press, Berkeley-Los Angeles, une série de monographies sous les titres suivants : Ancient Military Practices (1971) ; The Greek State at War 1 (1974) ; 2 (1974) ; 3 (1979) ; 4 (1985) et 5 (1991). Le même auteur s'est intéressé aussi à des questions topographiques dans le volume II de ses Studies in Ancient Greek Topography, II. Battelfields, 1969.

17 J. Latacz, Kampfparänese, Kampfdarstellung und Kampfwirklichkeit in der Ilias, bei Kallinos und Tyrtaios, Munich, 1977.

18 W. K. Pritchett, The Greek State at War, t. 4, p. 7-33.

19 Outre son livre Status Warriors, War, Violence and Society in Homer and History, Amsterdam, 1992, retenons parmi d'autres trois publications récentes de H. van Wees sur la guerre chez Homère : « The Homeric Way ofWar : The Iliad and the Hoplite Phalanx », dans : Greece and Rome, 41 (1994), p. 1- 118 ; 131-155 ; « Ideology in Greek Warfare », dans : A. Powell, éd., Politics and the Battlefiel(1995), p. 153-178, en part. p. 165-170 ; « Heroes, Knights and Nutters, Warrior Mentality in Homer », dans : A. B. LIoyd, éd., Battle in Antiquity (1996), p. 1-86.

20 H. van Wees n'hésite pas à citer Sergio Leone, que l'Iliade aurait inspiré pour la réalisation de ses westerns spaghetti, cf. Greece and Rome, 41 (1994), p. 18, n. 46.

21 H. L. Lorimer, « The Hoplite Phalanx with Special References to the Poems of Archilochos and Tyrtaeus », BSA 42 (1947), p. 76-138 ; Id., Homer and the Monuments, Oxford, 1950.

22 Thuc, V, 70 ss. (bataille de Mantinée, 418 av. J. -C.).

23 V. D. Hanson, dans Hoplites, The Classical Greek Battle Experience, p. 66-76.

24 H. van Wees, Greece and Rome, 41 (1994), p. 138-148.

25 H. W. Singor, « Eni Prôtoisi Machesthai, Some Remarks on the Iliadic Image of the Battlefield », dans : J. P. Crielaard, éd., Homeric Questions, Amsterdam, 1995, p. 183-199.

26 F. Lissarague, L'autre guerrier. Archers, peltastes, cavaliers dans l'imagerie attique, Paris-Rome, 1990.

27 J. K. Anderson, Ancient Greek Horsemanship, Berkeley-Los Angeles, Univ. of California Press, 1961 ; G. R. Bugh, The Horsemen of Athens, Princeton, 1988 ; I. G. Spence, The Cavalry of Classical Greece. A Social and Military History, Oxford, 1993.

28 P. A. L. Greenhalgh, Early Greek Warfare, Cambridge, 1973

29 The Ancient Greek City State, M. H. Hansen, éd., Historisk-Filosofiske Meddelelser67, Copenhague, 1993.

30 Sources for the Ancient Greek City-State, Actes du Symposium du 24 au 27 août ! 994 du Copenhagen Polis Centre, 2, Historisk-Filosofiske Meddelelser 72, Copenhague, 1995.

31 M. H. Hansen, « The Polis as City-State », The Ancient Greek City State, p. 7-29 ; A. M. Snodgrass, « The Rise of the Polis, The Archaeological Evidence », ibid., p. 30-40 ; K. A. Raaflaub, « Die Polis als Staat », ibid., p. 41-105.

32 Voir notamment P. Ducrey, « La muraille est-elle un élément constitutif d'une cité grecque ? », Actes du Symposium du Copenhagen Polis Centre, 2, Historisk-Filosofiske Meddelelser 72, Copenhague, 1995, p. 245-256. Cf. aussi A. M. Snodgrass, « Archaeology and the Study of the Greek City », dans : City and Country in the Ancient World J. Rich-A. Wallace-Hadrill, éd., Londres-New York, 1991, en particulier p. 9-10.

33 F. -G. Maier, Griechische Mauerbauinschrifien, I, Texte und Commentare, Heidelberg, 1959 ; II, Untersuchungen, Heidelberg, 1961.

34 F. E. Winter, Greek Fortifications, Phoenix, Suppl. IX, 1971

35 A. W. Lawrence, Greek Aims in Fortification, Oxford, 1979.

36 J. P. Adam, Architecture militaire grecque, Paris, 1982.

37 La fortification dans l'histoire du monde grec. Actes du Colloque International de Valbonne 1982 Paris, 1986 ; Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, Actes de la Table ronde du CNRS, Istanbul du 20 au 20 mai 1993, Revue des Études Anciennes, 96 (1994).

38 Les fortifications grecques de Mycènes à Alexandre, Les Dossiers d'archéologie, 172 (1992) ;À la décou­verte des forteresses grecques, Les dossiers d'archéologie, 179 (1993). Voir aussi A. W. McNicoll, Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euprates, Oxford, 1997.

39 P. Leriche, dans les actes de la Table ronde du CNRS d'Istanbul mentionnée ci-dessus, REA, 96 (1994), p. 9-27, fait le point sur ce problème et donne quelques recommandations.

40 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Paris, 1974 ; « Fortifications et histoire grecque », dans : J. -P. Vernant, éd., Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 1968, p. 245-260 (repris sous une forme remaniée dans : Y. Garlan, Guerre et économie en Grèce ancienne, Paris, 1989, p. 115-142) ; « La défense du territoire à l'époque classique », dans M. I. Finley, éd., Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris, 1973, p. 149-160 (repris sous une forme remaniée dans ; Y. Garlan, Guerre et économie en Grèce ancienne, p. 93-114).

41 J. Ober, Fortress Attica, Defense of the Athenian Land Frontier, 404-322 Leiden, 1985 ; Id., « Hoplites and Obstacles », dans V. D. Hanson, éd., Hoplites, The Classical Greek Battle Experience, p. 180- 188.

42 M. H. Munn, The Defense of Attica, The Dema Wall and the Boiotian War of 378-375 BC Univ. of California Press, 1993. Voir aussi l'étude de J. R. McCredie, « Fortified Military Camps in Attica », Hesperia, Suppl. 11 (1966).

43 Attische Festungen, Beiträge zum Festungswesen und zurSiedlungsstruktur vom 5. biszum3. Jh. v. Chr., Attische Forschungen, 3, Marburger Winckel mann-Programm, 1988 (1989), 103 p., 24 pl., cartes et plans. Le volume comprend des études sur le mur d'enceinte du Sounion, par H. Lauter, sur le « Castro » de H. Giorgios (Eireneia), par H. Lohmann, enfin sur le fort de Koroni et le golfe de Porto Raphti, par H. Lauter-Bufe.

44 Signalons cependant le petit ouvrage de O. Hockmann, Antike Seefahrt, Munich, 1985.

45 Ships and Seamanship in the Ancient World, Princeton, 1971, rééd., 1986 ; The Ancient Mariners, 2e éd., Princeton, 1991. Le même auteur a publié aux Presses du British Museum de Londres un élégant petit volume, bien illustré, intitulé :Ships and Seafearing in Ancient Times ( 1994). Signalons encore le volume de H. T. Wallinga, Ships ans Sea-Power before the Great Persian War, The Ancestry of the Ancient Trireme, Leiden, 1993.

46 J. S. Morrison and R. T. Williams, Greek Oared Ships 900-322 B. C, Cambridge, 1968

47 J. S. Morison, J. Coates, The Athenian Trireme, Cambridge, 1986 ; J. S. Morrison, Greek and Roman Oared Warships, 399-30 B. -C., Oxford, 1996.

48 T. Shaw, éd., The Trireme Project, Operational Experience 1987-1990, Lessons Learnt, Oxford, 1993.

49 Article paru dans les Dialogues d'Histoire Ancienne, 4 (1978), p. 1-16 et republié sous une forme remaniée dans le volume Guerre et économie en Grèce ancienne, Paris, 1989, p. 173-201.

50 P. Brulé, La piraterie crétoise hellénistique, Centre de recherches d'histoire ancienne, 27, Annales littéraires de l'université de Besançon, Paris, 1978.

51 H. Pohl, Die römische Politik und die Piraterie im östlichen Mittelmeer vom 3. bis zum l. Jh. v. Chr, Berlin, 1993. L'étude de H. Kaletsch, « Seeraub und Seeräubergeschichten des Altertums, 2000 Jahre antiker Seefahrt und Piraterie zwischen Adria und Ostmittelmeer », Studien zuralten Geschichte, S. Lauffer zum 70. Geburtstag, II, Rome, 1986, p. 471-550, est purement descriptive et non problématique.

52 S. Sahin, « Piratenüberfall aufTeos, Volksbeschluss über die Finanzierung der Erpressungsgelder », Epigraphica Anatolica, 23 (1994), p. 1-36. Voir sur cette inscription Ph. Gauthier, Bull Epigr., REG, 109 (1996), n° 353, p. 620-623.

53 H. W. Parke, Greek Mercenary Soldiers from the Earliest Times to the Battle of lpsus, Oxford, 1933 ; G. T. Griffith, The Mereenaries of the Hellenistic World, Cambridge, 1935.

54 M. Launey, Recherches sur les armées hellénistiques, 2 vol., Paris, 1949-1950.

55 « Mercenariat et histoire grecque », dans : Études d'histoire ancienne, Paris, 1967, p. 487-498.

56 Les études d'Yvon Garlan sur ce sujet sont réunies dans le volume Guerre et économie en Grèce ancienne, Paris, 1989. La publication d'une inscription de Malla donna à P. Ducrey l'occasion d'une étude sur les troupes d'alliance, BCH, 94 (1970), p. 637-659.

57 Le mercenariat grec au ive siècle avant notre ère et la crise de la polis, Centre de Recherches d'Histoire Ancienne, 80, Annales Littéraires de Besançon, 372, traduction de l'édition originale russe, Moscou, 1975, par Jacqueline et Yvon Garlan, Paris, 1988.

58 M. Bettalli, I mercenari nel mondo Greco, I. Dalle origini alla fine des V sec. a. C., Pise, 1995.

59 Voir P. Ducrey, « Remarques sur les causes du mercenariat dans la Grèce ancienne et la Suisse moderne », Buch der Freunde fur J. R. von Salis, Zurich, 1971, p. 113-120 ; Id., « Les Cyclades à l'époque hellénistique : la piraterie, symptôme d'un malaise économique et social », Les Cyclades. Matériaux pour une étude de géographie historique. Actes de la Table Ronde du 11 au 13 mars 1982 à l'Université de Dijon, Paris, 1983, p 143-148.

60 L. A. Burckhardt, Bürger und Soldaten, Aspekte der politischen und militärischen Rolle athenischer Biirger im Kriegswesen des 4. Jahrhunderts v. Chr., Historia Einzelschrifien, 101 (1996).

61 G. Binder, b. Efee, éd., Krieg und Frieden im Altertum, Trèves, 1989

62 V. Ilari, Guerra e Diritto nel Mondo Antico. I. Guerra e Diritto nel Mondo Greco-Ellenistico fino al iii Secolo, Milan, 1980 ; P. Karavites, Capitulations and Greek Interstate Relations, The Reflection of Humanistic Ideals in Political Events, Hypomnemata, 71, Göttingen, 1982.

63 E. L. Wheeler, Stratagem and the Vocabulary of Military Trickery, Menmosyne, Suppl. 108, Leiden, 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search