Version classiqueVersion mobile

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Femmes donatrices à l'Asklepieion d'Athènes*

Olivier Masson

Texte intégral

  • * Nous remercions L. Dubois, qui a bien voulu relire avec nous les épreuves de cet article.
  • 1 Voir la mise au point donnée naguère par R. Martin et H. Metzger, BCH 73 (1949), p. 316-350.
  • 2 S. Aleshire, The Athenian Asklepieion : the People, their Dedications and the Inventories, Amsterd (...)

1On sait que le temple d'Asklepios ou Asklepieion d'Athènes a laissé des ruines bien visibles sur le flanc sud de l'Acropole1. Grâce à de longues listes retrouvées in situ, concernant le ive et surtout le iiie siècle avant notre ère, nous sommes bien renseignés sur les pratiques des prêtres pour l'inventaire des dons ; nous sommes informés sur les types d'ex-voto, en majorité déposés par des personnes privées, hommes seuls, femmes, couples, etc. Divers aspects du culte ont été examinés de près dans deux livres méritoires, récemment publiés par Sarah B. Aleshire2.

  • 3 A Lexicon of Greek Personal Names, II, Artica, 1994 (cité : Lexicon II).
  • 4 L'édition antérieure de Koehler dans CIA II 835 (=1°534A) et 836 (+ 1°534B) doit parfois être cons (...)

2À mon habitude, je regarderai plus spécialement dans ces textes un certain nombre de noms, essentiellement pour des femmes, d'ailleurs relativement majoritaires ; ceux des prêtres et des particuliers hommes sont moins remarquables. Pour la commodité, je les rangerai dans un simple ordre alphabétique, en renvoyant régulièrement à l'édition IG II2, fascicule de 1927, et surtout au n° 1°534, avec ses deux faces A et B éditées en numérotation continue. En effet, le renvoi exclusif à la nouvelle édition procurée par S.B. Aleshire a l'inconvénient d'utiliser des volumes spécialisés qui ne se trouvent pas dans toutes les bibliothèques, tandis que le corpus IG II2 est d'accès facile et possède une numérotation continue des lignes ce qui n'est pas le cas chez Aleshire. Ainsi on doit noter l'inconvénient du procédé adopté pour nos noms dans le récent Lexicon II pour l'Attique3 : les références du type « IG II2 1°534A [sans la ligne !] = Aleshire, Asklepieion, Inv. V, 79 » obligent chaque fois à une recherche patiente de la ligne correspondante de l'édition usuelle (le texte 1 534 comporte 345 lignes)4.

  • 5 Je mets entre guillemets les formes que je considère comme douteuses.
  • 6 Rappelons, contre l'usage répété de certains épigraphistes ou papyrologues contemporains, que l'al (...)
  • 7 BCH 2 (1878), p. 434,1. 52. En 1882, P. Girard publie son ouvrage intitulé L Asclepieion d'Athènes (...)
  • 8 Dans Lexicon II, l'exemple (1) est aussi erroné, obtenu à partir d'un datif

3« ’Аρχίλλη »5 Telle est l'orthographe de ce nom de femme, dans les éditions récentes, l'index de Kirchner et le Lexicon II (exemple 2). Il s'agit d'une offrande faite par deux femmes, 1534, 238, où on aurait deux nominatifs : ỏθαλμοί, στóμ(α)’Аρχίλλη' ’Аρχεστράτη (poids). On obtient alors, pour le premier nom, un nominatif irrégulier du nom qui est normalement le diminutif « "Аρχιλλα (6 ou 7 exemples dans Lexicon II ; noter l'accent)6. Doit-on alors accepter ici un nominatif anormal en - λη ? Je ne le pense pas et j'estime qu'il faut retrouver ici des génitifs de dédicace, dont le sigma final n'a pas été écrit par économie comme c'est très souvent le cas sur la deuxième partie de 1 534 ou face B. En fait la solution n'est pas nouvelle : c'était celle des premiers éditeurs P. Girard et J. Martha en 18787, donnant pour les deux de cette offrande des transcriptions avec – ης. Le nominatif est donc "Аρχιλλα, détail certes, mais qui a son intérêt pour la morphologie8.

  • 9 En conséquence, l'article Kρήτη du Lexicon II ne renvoie pas à notre passage.
  • 10 Aleshire 66 (rares mentions d'étrangers) et 274 avec la traduction : « [...] a [daughter (or wife) (...)

4Kρήτη, 1534, 176. La lecture est assurée, mais de quel type de mot s'agit-il ? Dans ce passage, au début de B, la pierre est malencontreusement mutilée et il subsiste : [...] α Eὐρυτίμου Kρήτη (poids). Il est clair que les éditeurs ont compris : « une telle, nom en [...] α (fille d') Eurytimos, Crétoise » ? En fait, Kirchner marquait une hésitation dans son index de 1893 : si Kρήτη figure bien dans la section des noms de lieu, notre exemple est suivi d'un ( ?) qui donne à réfléchir9. Sans hésiter, S. Aleshire a confirmé qu'on aurait une « Crétoise », donc une étrangère, dans sa traduction tout comme dans son chapitre sur les donateurs étrangers10. Aurait-on ici réellement un ethnique aberrant ? Comme chacun le sait, au masculin Kρής, Kρήτος correspond le féminin Kρήσσα « Crétoise » chez tous les auteurs et bien sûr à Athènes même, ainsi dans les épitaphes de deux femmes IG II2 9°088 et 9°092. Une exception est impossible. La solution est indiquée par une épitaphe du Pirée IG IP 9°085 (iva) qui a fait l'objet du même malentendu. Kirchner l'éditait en lisant : « ’Аριστοδίκη Kρήτη » et en faisant observer : « notandum hoc ethnicum generis feminsolitum ». Mais l'interprétation avait été rectifiée par A. Wilhelm, article posthume repris SEG 28, 293, tout comme antérieurement par St. Koumanoudis, SEG 24, 247 : on a simplement sur cette stèle le nom de deux femmes en asyndète, ’Аριστοδίκη Kρήτη

  • 11 Bechtel, HPN, p. 551, avec pour exemple de notre nom une Ephésienne citée ci-dessous.
  • 12 Pape-Benseler s.v., n° 2 à 8.
  • 13 H. Solin, GPNRom.p. 582.
  • 14 Bull. épigr. 1970, 413a, notice écrite avec beaucoup de verve.
  • 15 S. Spyridakis, Hermes 98 (1970), p. 254-56 « A Delian inscription and the Cretan Koinon ». Conclus (...)
  • 16 . M. Ch. Kritzas, consulté, a bien voulu revoir la pierre et pense noter des traces d'un iota.
  • 17 Cependant, erreur chez Aleshire, traduisant en 282 par un masculin apparent « Noemas ». Un autre e (...)
  • 18 Bechtel, HPN, p. 512, exemple à Chalcis, IG XII 9, 1161 ; autre à Erétrie, ibid. 878.
  • 19 Ainsi dans l'index de Kirchner et dans Lexicon II (où ce serait le seul exemple). Cependant, le no (...)
  • 20 Le nom ’Аνπτιατρί(ς) (féminin en - ίς) est bien reconnu dans l'index de Kirchner, mais hésitation (...)

5L'exemple d'un nom de contrée, sans modification de forme, est bien connu11. Des exemples de Kρήτη) se trouvent dans diverses villes, par exemple IG II2, 8°516 (IVa) pour une Ephésienne, ou dans la région d'Ephèse, I. Ephesos 3°325. C'est également le nom de diverses figures mythologiques12, et le nom se retrouvera à Rome transcrit Crete13 En outre, à cause d'un commentaire vigoureux de L. Robert, il faut rappeler encore l'exemple d'une à Kρήτη Délos, ID 1°442 A, 66, dans une offrande au Sarapieion local. L. Robert14 avait dû défendre la présence de ce nom féminin contre les dires d'un helléniste qui voulait voir ici, non une simple donatrice, mais la Crète elle-même, pour une « action crétoise collective »15 Ainsi, à Délos comme à Athènes, des femmes de ce nom ont été des donatrices. Mais alors comment interpréter la passage lacunaire 1°534, 176 ? À mon avis, il faut comprendre : [... (nom d'objet au neutre pluriel)] α16 (offrande) Eὐρυτίμου, Kρήτη(ς). Avec le nom de la femme au génitif écrit je retrouve aisément la présence d'un couple, homme et femme nommés en asyndète. Un premier parallèle est fourni par la ligne 207 : τύποι δύο Nαυσικράτου(ς), où l'on trouve un couple reconnu par les éditeurs puisque le nom de la femme ne peut être que le génitif de l'abstrait de type neutre Nόημα, bien connu par ailleurs17. Un second parallèle est à évoquer, car sa structure n'a pas toujours été comprise : ligne 265, la formule όϕθαλμοὶ Γάστρωνος, 'Iδίου (poids). On voit au début le masculin évident Γάστρων. mais ensuite 'Iδίου doit appartenir au féminin de forme neutre ῎Iδιον, qui est attesté18, et non pas avec les éditeurs, à un masculin plus rare ῎Iδιος 19 On remarque aussi l'entrée suivante, même ligne ὀϕθαλμὸς χρυσους 'Hδείας,ϕίλτωνο(ς) car ici l'ordre est inversé, femme puis homme. Mais dans la majorité des occurrences pour des couples figure la conjonction Kai ainsi en 215 τύπος Δεξίου καὶ 'Iλάραςτύπος Δεξίου καὶ 'Iλάρας, etc. Un cas de figure plus rare est l'association de deux femmes : ainsi pour la ligne 238, deux génitifs avec la conjonction, entrée étudiée plus haut pour « 'Aρχίλλη » ; on rencontre également l'association de deux nominatifs en asyndète, ligne 234 'Aντιπατρίς Σιμάκιον (poids)20.

  • 21 Horos 7 (1989), p. 48.
  • 22 Voir Chantraine, DELG, p. 607B pour cet « adjectif expressif ».
  • 23 Aleshire en 289, traduction comme « Kotias » ; non repris dans le commentaire, mais signalé dans L (...)

6Kώτιον, 1534, 278. Dans l'entrée ὀϕθαλμοὶ Kωτίον (poids), il s'agit du génitif du nom de femme de type neutre Kώτιον, bien enregistré dans l'index de Kirchner, mais avec une hésitation inutile dans Lexicon II (exemple 2). Ce nom n'a pas été relevé par Bechtel. Comme je l'ai indiqué naguère21, il figure au nominatif sur la stèle attique IG II2 11935 (IVa). Le radical fait penser au petit groupe de l'adjectif κωτίλος « bavard »22, avec le nom de femme en Béotie Kωτίλος (BECHTEL, HPN 500). Il n'y a donc pas lieu d'imaginer la présence d'un masculin avec S. Aleshire23.

  • 24 L. Robert, Noms indigènes dans l'Asie Mineure gréco-romaine, 1963, 343 sq.
  • 25 Ressemblance fortuite avec Mάτιον, nom de mesure (papyrus).

7Mάτιον, 1. 289, entrée [ὀϕθαλμ] οὶ διττοὶ Mατίον (poids). Encore un nom de femme de forme neutre, qui a été bien reconnu. Il s'agit d'un hapax à Athènes, car l'épitaphe IG II2 8068 concerne la fille d'un homme d'Amisos ; dans son étude sur les noms à radical Mατ—, L. Robert pouvait aussi alléguer un exemple isolé à Rhodes24 ; il y a pour ce nom une petite présomption d'origine étrangère, sans que l'on puisse préciser davantage25.

  • 26 Aleshire en 287, aussi dans le commentaire en 313 « a number of names... suggest non-Athenian orig (...)

8« Mεγαλοπολίτις » (Aleshire). Le début de l'entrée 1. 253 est perdu, ensuite génitif féminin Mεγαλοπολίτιδος. Il s'agit évidemment de l'ethnique de Mégalopolis d'Arcadie et non pas d'un nom de femme indépendant. L'erreur remonte loin, puisque l'index de Kirchner fournit (avec une syllabe omise) un nom propre « Mεγαπολίτις » (sic) pour la publication dans IG II1 836, 67. Elle a été développée par S. Aleshire, traduction : « (dedication)... from Megalopolitis »26, d'où l'article correspondant de Lexicon II s.v., qui est à supprimer totalement.

  • 27 Horos 7 (1989), 46.
  • 28 Schwyzer-Debrunner, Griech. Gramm. II, 184.

9Mικοτέρα, 1. 322 (génitif)- Ce nom est accepté par tous. J'ai déjà relevé27 cet emploi rare du suffixe de comparatif dans un nom propre, et cet hapax en confirme un autre Mικότερον en IG II2 7826, qui repose sur une copie de Fourmont. On connaît aussi Mικοτέρα—η à Kos, ainsi que Σιμοτέρη à Kos, Σιμοτέρα à Ephèse, I. Ephesos 767 et 993. Ces formes curieuses s'expliquent par la valeur originelle « contrastive » du suffixe dit de comparatif28.

  • 29 Signalé dans Bull, épigr. 1995, 167 ; aussi 1994, 212.

10Mύδιον, 1. 256 (génitif) et 343 (datif). Cet autre nom en forme de diminutif neutre a été bien reconnu ; c'est un avatar phonétique de Mύΐδιον, attesté en IG II2 12188 (iiia), reproduisant exactement le diminutif rare du lexique μυΐδιον « petite souris » (Arrien, etc). Il n'y aurait pas à insister si les rédacteurs du Lexicon II, avec un article « Mύδιον » pour nos femmes de l'Asklepieion n'avaient pas méconnu, une fois de plus, un nom neutre29. Autres exemples de Mύδιον avec Agora XVII, 79 et IG II2 9785, pour une Mύδιον Mιλησία.

  • 30 Horos, article cité note 27, 46.
  • 31 Hypothèse envisagée ibid., avec Mύνη « excuse ».

11Mύννίνη, l. 214 (génitif), avec Mυννώ, 245 (génitif), à côté de Muvviov dans la liste 1533, 7. J'ai déjà attiré l'attention sur ce dernier nom30, qui compte sept occurrences dans Lexicon II. Il s'agit d'un groupe cohérent, bien attesté à Athènes, avec également des masculins comme Mύννιχοs et Mυννίων. Vu la richesse de la suffixation, il s'agit assurément de noms grecs, mais le radical est incertain31.

  • 32 Solin, GPN Rom 1131
  • 33 J. Trêheux, Inscr. de Délos. Index I, 64.

12Nεϕέλη I. 227 (génitif probable). Ce nom très rare (hapax à Athènes) a été bien reconnu. J'y vois un nom d'origine mythologique, plusieurs figures étant connues, notamment la mère de Phrixos et Hellé. On retrouve la transcription Nephele à Rome32. À côté de ce féminin simple, un diminutif « Nεϕέλιον » est bien concevable. Je crois le retrouver à Délos, plutôt qu'un masculin « Nεϕέλιος °» moins plausible, dans les listes ID 1416 A I, 3, etc. ; on a accepté un masculin33, mais le Lexicon I s.v. envisage justement un neutre en alternative.

  • 34 Cf. L. Robert, Hellenica xi-xii, p. 239, fin de la note de la page 238 : « Il est normal... que de (...)

13'Oνάσα, 1. 277 (génitif), aussi 1. 262 (restitué). Ce nom très rare est tout à fait clair, étant le féminin d'un nom ῎Oνασος ῎Oνησος ; du même groupe ici l'autre féminin 'Oνασώ, 1. 321 (génitif)- Ce qui est à remarquer, c'est la coexistence à Athènes de noms en 'Oνησ —, avec la forme attique attendue du radical (21 noms différents dans Lexicon II), et de noms en 'Oνασ — eux-mêmes assez nombreux (10 différents, même répertoire) ; le masculin ῎Oνασος ne compte pas moins de 34 occurrences. Ceci doit s'expliquer par une influence non attique, et je songerais volontiers à une influence des Béotiens voisins34, plutôt qu'à tout autre modèle.

  • 35 Il est seulement à regretter que S. Aleshire, dans l'apparat critique ou le commentaire de cette l (...)

14« Σαΐττα°» dans la liste fragmentaire IG II2, 1537, 22 = Aleshire, Asklepieion, Inv. VI. Ce nom curieux (hapax) aurait été difficile à expliquer s'il était confirmé, ce qu'ont accepté les rédacteurs du Lexicon II s.v. Mais cet article est à supprimer, car S. Aleshire, dans son texte VI, 22, donne une plus banale [M]έλιττα (accentuer ainsi), à la suite d'une relecture effectuée par S.T. Edmunds, SEG 28, 116, 22. On retrouve ainsi un nom tout à fait banal en Attique (22 exemples dans Lexicon II), qui figure d'ailleurs déjà dans la grande liste 1534, 192 (génitif)35-

  • 36 Voir L. Threatte, Grammar of Attic Inscr. I, p. 261.

15Σίβιλλα, 1. 85 (nominatif). Ce nom très rare (hapax en attique) est évidemment un avatar phonétique, avec assimilation36, de Σίβυλλα, inspiré par la figure légendaire des Sibylles. Il est peu répandu : un exemple à Thespies, SEG 19, 354k (Va ?) ; un autre en Thessalie, SEG 27, 214 (iiia) écrit Σιβύλλη, cas très rare (cf. supra p. 88) d'une extension de la longue finale des cas obliques au nominatif. En outre, à Bouthrôtos d'Epire, le nom figure pour deux femmes libres, SEG 38, 483, 31 et 485, 4, comme pour une esclave, 474 II, 32.

  • 37 La lecture du CIA pour ce nom était Mίκκη d'où la présence de ce nom chez Bechtel,V4/W42.

16Σμίκκη, 1. 256 (génitif). Forme rare, hypocoristique du groupe abondant de Σμικρός / Mικρος, avec gémination expressive ; comparer Σμίκα ou Σμίκ(κ)α sur un vase attique du Via, Lexicon II s.v. On trouve bien plu souvent les formes comparables sans sifflante initiale, Mίκκος, Mικκέας, Mικκίων, etc37.

  • 38 Bechtel, ibid., p. 81, n. 1.

17Tημένη, l. 200, 235 et 258 (génitif ; offrandes différentes). Ce nom peu répandu correspond au féminin du nom héroïque Tήμενος, dont le plus célèbre est l'Héraclide descendant de Hyllos, l'éponyme des Téménides. Pour une raison quelconque, Tήμνενος est fréquent dans certaines îles (4 exemples à Kos, aussi à Rhodes et Samothrace, selon Lexicon I). Cela ne paraît pas suffire pour que l'on suppose avec Bechtel38, que nos Athéniens avaient quelque rapport avec des îles doriennes. La répartition géographique des noms inspirés par des figures mythologiques est souvent capricieuse.

18Ce choix parmi les nombreux noms féminins que renferment ces listes de fidèles d'Asklépios permet de donner, une fois de plus, une bonne idée de l'infinie variété de ces noms, que ce soit à Athènes ou ailleurs. En outre, leur examen d'un point de vue philologique, surtout lorsqu'il s'agit d'hapax ou de noms rarissimes, permet souvent de préciser leur statut morphologique et de corriger à l'occasion les recueils usuels. Je remarquerai enfin que dans la grande majorité des cas, ces femmes doivent être des Athéniennes, car les rédacteurs de la liste semblent avoir pris le soin de préciser l'ethnique lorsque les donatrices étaient des étrangères : c'est donc par souci d'une grande prudence que les rédacteurs du Lexicon II les ont toujours classées sous la dénomination « Athens ? », selon leur système.

Notes

* Nous remercions L. Dubois, qui a bien voulu relire avec nous les épreuves de cet article.

1 Voir la mise au point donnée naguère par R. Martin et H. Metzger, BCH 73 (1949), p. 316-350.

2 S. Aleshire, The Athenian Asklepieion : the People, their Dedications and the Inventories, Amsterdam, 1989 (désormais cité : Aleshire) ; cf. Bull, épigr. 1990, 379 G- Tréheux). Je n'aurai pas à utiliser le se-cond volume de la même érudite, Asklepios at Athens. Epigraphical essays..., Amsterdam, 1991.

3 A Lexicon of Greek Personal Names, II, Artica, 1994 (cité : Lexicon II).

4 L'édition antérieure de Koehler dans CIA II 835 (=1°534A) et 836 (+ 1°534B) doit parfois être consultée, d'autant plus qu'elle a servi de base à l'index correspondant, IG II, Pars IV, 1893 (oeuvre de Kirchner).

5 Je mets entre guillemets les formes que je considère comme douteuses.

6 Rappelons, contre l'usage répété de certains épigraphistes ou papyrologues contemporains, que l'alpha final du nominatif de ces noms est bref et que l'accent doit être proparoxyton.

7 BCH 2 (1878), p. 434,1. 52. En 1882, P. Girard publie son ouvrage intitulé L Asclepieion d'Athènes (BEFAR fasc. 23).

8 Dans Lexicon II, l'exemple (1) est aussi erroné, obtenu à partir d'un datif

9 En conséquence, l'article Kρήτη du Lexicon II ne renvoie pas à notre passage.

10 Aleshire 66 (rares mentions d'étrangers) et 274 avec la traduction : « [...] a [daughter (or wife)] of Eurytimos, a Cretan woman ». Le nom d'homme est dépourvu d'originalité et ne peut être localisé.

11 Bechtel, HPN, p. 551, avec pour exemple de notre nom une Ephésienne citée ci-dessous.

12 Pape-Benseler s.v., n° 2 à 8.

13 H. Solin, GPNRom.p. 582.

14 Bull. épigr. 1970, 413a, notice écrite avec beaucoup de verve.

15 S. Spyridakis, Hermes 98 (1970), p. 254-56 « A Delian inscription and the Cretan Koinon ». Conclusion caustique de L. Robert : « une mesure pour rien et pitié pour le papier des revues 'savantes’... ».

16 . M. Ch. Kritzas, consulté, a bien voulu revoir la pierre et pense noter des traces d'un iota.

17 Cependant, erreur chez Aleshire, traduisant en 282 par un masculin apparent « Noemas ». Un autre exemple du même génitif écrit en entier se trouve à la ligne 304 (nom seul conservé suivi du

18 Bechtel, HPN, p. 512, exemple à Chalcis, IG XII 9, 1161 ; autre à Erétrie, ibid. 878.

19 Ainsi dans l'index de Kirchner et dans Lexicon II (où ce serait le seul exemple). Cependant, le nom existe, ainsi à Erétrie, Eretria VI (1978), n. 47bis (bonne discussion de Chr. Dunant). Dans sa traduction, Aleshire accepte un masculin pour la I. 249, en 286, mais hésite pour la 1. 265, en 288.

20 Le nom ’Аνπτιατρί(ς) (féminin en - ίς) est bien reconnu dans l'index de Kirchner, mais hésitation inutile dans Lexicon II (exemple unique), inspirée par les considérations erronées d'Aleshire, traduction en 285 et surtout commentaire embarrassé en 325. Un autre nom est mal vu en 314, le féminin de forme neutre Аίσχρον à la ligne 194 (on a deux femmes au nominatif) de même en 328.

21 Horos 7 (1989), p. 48.

22 Voir Chantraine, DELG, p. 607B pour cet « adjectif expressif ».

23 Aleshire en 289, traduction comme « Kotias » ; non repris dans le commentaire, mais signalé dans Lexicon II.

24 L. Robert, Noms indigènes dans l'Asie Mineure gréco-romaine, 1963, 343 sq.

25 Ressemblance fortuite avec Mάτιον, nom de mesure (papyrus).

26 Aleshire en 287, aussi dans le commentaire en 313 « a number of names... suggest non-Athenian origin » ; est évoqué également : » Nικοπολίτιs », en fait le génitif en- ιδο(ς) 1. 216, du nom Nικóπολίς pour lequel l'entrée du Lexicon II cette fois est tout à fait exacte (on a dix exemples de ce composé à Athènes).

27 Horos 7 (1989), 46.

28 Schwyzer-Debrunner, Griech. Gramm. II, 184.

29 Signalé dans Bull, épigr. 1995, 167 ; aussi 1994, 212.

30 Horos, article cité note 27, 46.

31 Hypothèse envisagée ibid., avec Mύνη « excuse ».

32 Solin, GPN Rom 1131

33 J. Trêheux, Inscr. de Délos. Index I, 64.

34 Cf. L. Robert, Hellenica xi-xii, p. 239, fin de la note de la page 238 : « Il est normal... que des noms béotiens se soient introduits en Attique ». J'interprète de la même manière la présence de plusieurs noms à finale ώνδας en Attique (voir Lexicon II, lexique inverse, p. 490).

35 Il est seulement à regretter que S. Aleshire, dans l'apparat critique ou le commentaire de cette liste, 340-343, n'ait nullement songé à signaler la nouvelle lecture.

36 Voir L. Threatte, Grammar of Attic Inscr. I, p. 261.

37 La lecture du CIA pour ce nom était Mίκκη d'où la présence de ce nom chez Bechtel,V4/W42.

38 Bechtel, ibid., p. 81, n. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search