Version classiqueVersion mobile

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Platon, la question messénienne et les guerres contre les Barbares*

Slobodan Dusanic

Texte intégral

  • * Les traductions citées sont celles de la Collection des Universités de France.
  • 1 La guerre dans l'antiquité, Paris, A. Colin, 1972, p. 55.

1En écrivant sur le rôle des esclaves dans les armées de leurs maîtres, Yvon Garlan a remarqué avec justesse1 : « Les esclaves auxquels on fit le plus souvent appel appartenaient à des peuples asservis collectivement, tels que les énestes thessaliens et surtout les hilotes laconiens : les mêmes qui manifestaient le plus violemment en temps de guerre, par la fuite, voire par la révolte ouverte, leur désir d'émancipation. Ce paradoxe s'explique aisément : car c'étaient précisément leurs traditions anciennes et leur vocation, à grand-peine contenue et, réprimée, de peuples libres qui les qualifiaient, à un certain degré, pour le service armé... ». Les pages qui suivent, un ἀντίδωρoν modeste offert à l'ami et à l'éminent historien, traiteront un aspect de l'attitude complexe que les Messéniens (les hilotes comme les habitants de l'État rénové en 369) ont eu envers l'effort de guerre de Sparte et des alliés spartiates. Le sujet concerne surtout la politique du ive siècle et la place que Platon y tenait.

  • Si l'on excepte un passage de la Lettre VIII (probablement authentique et composée en 353-352)2, Platon ne mentionne expressément les Messéniens que dans les Lois. L'excursus historique du Livre III ne les décrit pas sous un jour favorable. L'égoïsme des successeurs de Cresphonte, de même que celui des Téménides, est responsable de la dissolution de la Confédération dorienne vers les xie ou xe siècles. Le Péloponnèse et le monde grec sont, de cette manière, restés sans défense devant la double menace troyenne et assyrienne (685 c ss.). Les ennemis d'une Sparte d'orientation panhellénique et organisée rationnellement, la Messénie et Argos, poursuivront leur politique essentiellement barbarophile. L'attaque messénienne sur les Lacédémoniens aura pour conséquence leur retard à la bataille de Marathon3; Argos, de son côté, « invité à repousser les barbares, ne répondit pas à l'appel et ne prit pas les armes » dans les guerres médiques (692e).
  • 4 Dusanic, S., « The KTIΣIΣ MAΓNHΣIAΣ, Philip V and the Panhellenic Leukophryena », Epigraphica 45 ( (...)
  • 5 Piérart, Marcel, Platon et la Cité grecque, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1974, p. 85-86 (...)

2La condamnation de la Messénie par Platon a non seulement un aspect politique, mais aussi un aspect social; son caractère composite trouve une nette analogie dans le rôle symbolique de la Magnésie — attesté sous la forme de l'ethnique, ce nom est porté par la polis imaginaire des Lois — qui est en même temps l'avant-poste de l'Hellénisme4 et la réalisation de l'État idéal. En parlant de l'esclavage agricole comme institution naturelle, nécessaire aux Magnètes5, l'Athénien cite l'exemple des hilotes messéniens. Il n'a rien d'autre à communiquer au lecteur sur ce peuple, sinon que celui-ci est à ranger parmi des collectivités d'esclaves dangereux pour leurs maîtres, parce que tous les membres de ces collectivités se servent de la même langue (VI, 777 b-c). Il est évident que Platon admet en principe la soumission de la Messénie à Sparte; n'est pas sans importance le fait que la réplique est prononcée par l'Athénien, l'alter ego de Platon, et par aucun des deux autres participants au dialogue (Mégillos, Clinias).

3La position de Platon - appelons-la antimessénienne - se trahit dans un autre chapitre encore du Livre VI, dont la plupart des commentateurs modernes de l'excursus historique omettent de parler. Les agronomes, gardiens du territoire magnète, y sont désignés du nom alternatif de cryptes (763 b-c). C'est une allusion à la coutume Spartiate de la cryptie, dirigée contre les hilotes — principalement contre les hilotes de Messénie, plus dangereux que ceux de Laconie. Allusion d'autant plus transparente qu'on note, en 776 c, les « discussions et querelles » helléniques quant à l'hilotie des Lacédémoniens. Si Platon s'est décidé à appeler un organisme important de sa cité modèle du nom (même alternatif) de cryptes, c'était sans aucun doute pour souligner que, dans les débats concernant le phénomène messénien ou, en d'autres termes, le phénomène hilote, il se rangeait du côté des traditionalistes laconophiles.

  • Dans leurs études platoniciennes, la plupart des auteurs contemporains abordent d'une manière peu historique les pages qui, dans les Lois, traitent de la Messénie et d'Argos. Il s'efforcent de les comprendre en dehors de leur contexte politique, défini par les événements de la fin des années cinquante et du début des années quarante du ive siècle, quand le grand dialogue fut écrit. Cette méthode émane d'une représentation erronée, mais répandue, des recherches modernes sur Platon, où il est considéré comme un étranger dans sa propre patrie et sa propre époque. La méthode conduit à des contradictions caractéristiques et à des erreurs évidentes dans l'interprétation des assertions énigmatiques de Platon sur le danger oriental selon lesquelles, comme nous venons de le voir, l'empire assyrien, maître de Troie, menaçait le Péloponnèse héraclide et, plusieurs siècles après, les Spartiates avaient accusé un retard (d'un jour !) à Marathon à cause de l'attaque messénienne. Un certain nombre d'interprètes estiment que Platon s'en tient à la vérité historique ou, du moins, à une tradition historiographique respectable6. D'autres, beaucoup plus nombreux, croient qu'il s'agit là de paraboles à caractère historique inventées par Platon pour étayer ses conseils éthiques7. Ce courant d'exégètes s'efforce également de neutraliser d'une manière analogue l'emploi par Platon, du nom alternatif de cryptes pour les agronomes magnètes. Il n'aurait pas visé la lutte secrète des Spartiates contre les hilotes8, mais aurait parlé de l'obligation, pour la jeunesse de la cité parfaite, de passer par une préparation sévère pour la vie militaire, préparation qui leur enjoignait de se cacher9 à l'intérieur du territoire de leur patrie. Bien que certains savants reconnaissent que le Livre III non seulement formule les intentions philosophiques de Platon, mais aussi trahit un peu de son patriotisme panhellénique et sa peur devant le péril barbare d'actualité10, les exégètes modernes des Lois n'accordent pas l'attention adéquate à la charge émotive et aux messages « pratico-politiques » du magnum opus. Cela veut dire, entre autres, qu'ils omettent de voir le rapport entre les Lois et les pièces de propagande variées, parfois tendancieuses au point d'être des falsifications ouvertes des faits, qui étaient courantes au milieu du ive siècle. L'arrière-plan de cette production, fait de conflits entre les pouvoirs grecs et, surtout, entre les factions athéniennes, est pourtant, en ce qui concerne à la fois les affaires intérieures et extérieures, d'une importance cruciale pour la compréhension de la dimension politique des Lois.
  • Il existe, d'abord, des considérations de principe qui nous font lire les mentions de la Messénie et des hilotes, dans les Lois, à la lumière des réalités égéennes des dernières années de la vie de Platon (mort en 347). À en juger d'après plusieurs indices, l'Académie était une école de politique théorique et pratique en même temps. L'enseignement qui traitait des problèmes constitutionnels, comme le montrent les écrits de Platon, se déroulait, à l'école, dans l'esprit d'un certain panhellénisme aristocratique, moralisateur et attico-centrique qui était celui du Scholarque lui-même. Dans ce programme, les sympathies étaient du côté des idéaux de la Sparte de Lycurgue11. Et les Lois dans leur ensemble, soutiennent ce programme, comme en témoignent non seulement les parties historiques, mais aussi les parties législatives du dialogue. On pourrait le réduire, d'une part, à la propagation des trois constitutions parentes et parfaites: des célèbres νόμιμα κρητικὰ, ἀρεοπαγιτικάνόμιμα κρητικὰ, ἀρεοπαγιτικά, d'autre part, à l'appel aux Grecs, - avant tout, aux Athéniens et aux Spartiates, - à s'unir devant le péril des Barbares menés par la Macédoine, la Perse et la Carie hécatomnide. Comme dans d'autres ouvrages de Platon, les messages qui ont trait à la politique pratique et actuelle sont proposés par des moyens subtils, allusifs, indirects. Et pourtant, quelques contemporains de Platon étaient en mesure de les bien comprendre, comme nous le révèlent à titre d'exemple les réactions critiques d'Isocrate aux Lois dans le Philippe (V, 12-15) et dans le Panathénaïque (XII, 72-88, 111-112, 115 et passim). Il est permis de supposer que les Lois, dans leurs intentions globales, avaient pour objet de fournir non seulement le projet d'une constitution idéale, mais aussi de propager la position de l'Académie dans la politique internationale, et ce dans les années qui précédèrent la mort de Platon12.
  • 13 692 c (allusion à la Carie, probablement), cf. 685 c
  • 14 Voir mon article sur « Alcidamas of Elaea in Plato's Phaedrus » dans CQ 42 (1992), p. 354-357. C'e (...)

4Il nous faudrait plus de place que nous n'en avons à notre disposition pour élaborer l'interprétation de l'œuvre de Platon, neuve et controversée, telle qu'elle est esquissée dans les lignes ci-dessus. Le but de cet article est d'en montrer le bien-fondé sur l'exemple de ce qui est écrit ou sous-en- tendu, dans les Lois, à propos des habitants de la Messénie. L'argumentation se sera concentrée sur trois points qui coïncident avec les allégations de Platon, remarquables et déjà citées, concernant le problème péloponnésien. On peut les résumer comme suit : la Messénie est un ami constant — et Sparte (avec Athènes) un ennemi constant- des Barbares qui menacent de l'Orient depuis toujours (Troie-Assyrie, Perse ou « un autre envahisseur »)13; l'attaque des Messéniens empêche Sparte de prendre part à un combat défensif dans les guerres nationales; dans les « discussions et querelles » des Grecs au sujet du problème hilote, l'Académie et le groupe d'Eubule, le plus fort des hommes politiques d'Athènes à la fin des années cinquante et au début des années quarante, prennent la même position caractéristique surtout du monde de la politique réaliste. Notons tout de suite que cet accord de l'Académie et d'Eubule sur la question messénienne (point dont les Lois ne parlent qu'en termes indirects) n'est pas inattendu, vu l'hostilité de Platon et d'Eubule contre Alcidamas et Callistratos, deux champions de la liberté messénienne en 365 av. J. -C.14.

  • Il est hors de doute que le Livre III parle des Barbares dans le cadre de la conception hérodotéenne de la continuité du conflit entre l'Orient et l'Occident. L'Athénien insiste, ce faisant, sur l'actualité de la menace orientale, lorsqu'il cite l'alliance de Troie et de Ninive : « de même qu'aujourd'hui (νũν), nous craignons, nous, le Grand Roi, de même, à cette époque, les contemporains redoutèrent le bloc ainsi organisé » (685c). Comme nous en instruisent les parallèles d'autres écrits de Platon15, un tel νũν définit moins le moment dramatique du dialogue et plus le moment où l'œuvre parait devant le public athénien. Platon aimait généralement souligner par des anachronismes l'actualité de tel de ses messages politiques.

5La signification concrète des passages « messéniens » et « assyriens » pourrait être déchiffrée de la manière suivante. Les meilleurs Spartiates et Athéniens ont raison, au point de vue éthique et politique, de vouloir lutter contre une coalition barbare aidée par les Messéniens et Argos. Ces événements marquent visiblement l'époque où cet excursus historique est composé et publié (probablement en 348/7). Les symboles de Troie, d'Assyrie et des guerres médiques avaient un rôle important dans le cadre d'une propagande peu scrupuleuse qui accompagnait ces conflits.

  • 16 Le noyau de l'interprétation se trouve dans le livre cité supra, note 12. Elle est renforcée ici d (...)
  • 17 Dusanic, S., « Épiménide le Cnossien et les thèmes historicopolitiques des Lois de Platon. À propo (...)
  • 18 Ibidem, p. 22-24. Cf. Diod. XVI 44, 1-4; Isocr. XII 159; Xén., Hell. VII 1, 36; Paus. IV 24, 2-3 ( (...)
  • 19 Habicht, Christian, « Falsche Urkunden zur Geschichte Athens im Zeitalter der Perserkriege », Herm (...)
  • 20 Rép. III 414 b ss.; Critias, 119e ss. Les cas de manipulation, par Platon, des borkoï, sont encore (...)
  • 21 Frontin, Strat. III 2, 5 : cf. Plut., Cim 12, 1.
  • 22 . Athén. XI 506 d

6L'interprétation proposée16 répond tout à fait aux réalités méditerranéennes dans la décennie qui suit la Guerre Sociale. La Carie s'est agrandie à l'ouest, surtout aux dépens des pays doriens: elle a conquis Rhodes et s'est efforcée d'attirer à elle la Crète; peut-être a-t-elle étendu son action au Péloponnèse lui-même. Dans son expansion, elle s'appuyait politiquement sur la Perse, idéologiquement sur les traditions assyriennes qu'elle cultivait en dépit de ses affinités pour la culture grecque17. Certains signes révèlent que les Athéniens et les Spartiates s'apprêtaient à opposer une résistance commune à l'agression hécatomnide; en suivant leur médisme traditionnel, les Messéniens et Argos s'étaient trouvés du côté « barbare »18. On discutait ces thèmes, au milieu du ive siècle, non seulement dans le langage de la Realpolitik et de l'historiographie sérieuse, mais aussi dans celui, parabolique, des décrets athéniens falsifiés19. Ils portaient une charge émotive et ressemblaient, par plus d'un point, à la couche parahistorique du Livre III. Platon était, en général, enclin à se servir du « mensonge noble » comme moyen éducatif, et conscient de, voire sensible au caractère suggestif de ces faux épigraphiques20. Dans le cas présent, qui nous intéresse, Platon devait se servir de décrets liés aux figures historiques de Miltiade et de Cimon. Les activités de ceux-ci correspondaient à toutes les leçons essentielles que donne le Livre III, éthiques, constitutionnelles, politiques : Cimon était l'adversaire de la démocratie radicale; le fils du vainqueur de Marathon, lui-même général victorieux dans une série de combats contre les Perses (quelques-uns menés en Carie elle-même)21; le partisan de la collaboration attico-lacédémonienne; le commandant au siège d'Ithôme, le rogator du décret contre Arthmios, ce traître qui a apporté au Péloponnèse l'or des Mèdes. Ce n'est pas un simple hasard si un dialogue (aujourd'hui perdu), qui porte le nom du fils de Miltiade, se trouvait attribué à Platon22. S'il avait été conservé, ainsi que le décret de Miltiade, nous aurions été en mesure de juger plus clairement ce que les Athéniens du ive siècle voyaient dans l'excursus historique des Lois.

  • 23 Habicht, Ch., op. cit., p. 13-15
  • 24 Arr., Anab. VII 9, 2-3; Plut., Mor. 178 b et 181 f; Dem. XII 59.

7On ne saurait cependant oublier que Platon parle du bloc (σύνταξις) barbare en 685c. Que la Carie ait eu, dans le cadre de l'empire perse, une certaine indépendance ne suffît pas, croyons nous, pour que, dans les Lois, le péril barbare soit présenté comme un phénomène composite. Il semble qu'on doive prendre l'Assyrie de Platon pour symbole de la Carie (avec la Perse en arrière-fond) et Troie pour double symbole du barbare oriental et de la Macédoine de Philippe II. Celui-ci s'était révélé être un adversaire résolu d'Athènes et de Sparte (surtout des couches sociales, pour lesquelles dans ces cités, Platon avait le plus de compréhension), et comme un ami de la Messénie et d'Argos. Jusqu'en 346, il s'appuyait sur la Carie et la Perse. L'identification de la Macédoine à la Perse des guerres médiques provient, entre autres, de faux politiques et d'ouvrages relevant de la production parahistorique des années cinquante et quarante23. Qu'il faille traiter en ennemi grec une « Troie » qui n'est plus tout à fait la Cité de Priam, l'« inexactitude » que Platon commet consciemment en 680 b et 682 a le montre bien. Contrairement à la tradition épique sur laquelle l'auteur des Lois insiste dans les passages, les Cyclopes sont présentés comme une sorte d'ancêtres des Troyens. Platon le fait sans doute en songeant aux publications antimacédoniennes de l'époque de Philippe, où les Cyclopes sont des noms ironiques pour les sujets du Roi et le Roi lui-même24.

  • L'une des qualités de la littérature parahistorique du ive siècle est que l'époque y est présentée comme celle d'une rénovation, comme un nouveau cycle des événements du ve siècle. C'est là l'expression d'une conception cyclique répandue, qu'on saisit le mieux dans le penchant des Grecs à employer périodiquement des formules du type « Nouveau Thémistocle ». Platon a coutume, lui aussi de décrire ses contemporains sous les traits des contemporains de Socrate. Les similitudes entre le ve et le ive siècles manifestes dans certains détails tout à fait concrets, incitaient à ce raisonnement cyclique, surtout dans les esprits plus simples. La question se pose donc de savoir si l'affirmation platonicienne, de toute évidence a historique, que les Messéniens avaient empêché les Spartiates de prendre part à la bataille de Marathon, avait son point de départ dans un événement comparable du milieu du ive siècle (ou du moins dans la prévision de celui-ci). L'autre interprétation possible alternative serait qu'il s'agit là d'une pure invention de Platon ou de ses sources, construite de toutes pièces autour de l'accusation que la Messénie s'aligne sur la Perse et s'oppose à l'attitude patriotique de Sparte et d'Athènes. Cela paraît a priori moins probable, car il y a de bonnes raisons de supposer que Platon varie ici les thèmes de la littérature parahistorique populaire. Une telle littérature insistait nécessairement sur les aspects les plus voyants de cette conception cyclique.

8En effet, la peur des hilotes et d'un voisinage hostile, comme celui d'Argos, devait faire hésiter les Spartiates d'envoyer de grandes armées dans des expéditions lointaines. Cette peur est devenue sans doute un facteur de première importance dans le raisonnement militaire et la diplomatie de Sparte après la création de la Messénie libre et d'autres changements survenus, sous l'égide de Thèbes, dans la Péninsule, au cours des années soixante (notons la dissolution de fait de la Confédération péloponnésienne et la fondation de Mégalèpolis). Il est essentiel de constater, pour l'interprétation du Livre III des Lois, qu'on parle (indirectement, mais clairement) de ce fait stratégique dans un contexte chronologiquement et politiquement voisin de l'« archéologie » de Platon.

  • 25 Ehrenberg, Victor, « Sparta » (Geschichte), RE III A (1929), col. 1416. Pour une situation analogu (...)
  • 26 Dans le Livre III, de même que dans un passage du Livre XII: 944 a contient une allusion, défavora (...)
  • 27 Markle, Minor M. III., « Support of Athenian Intellectuals for Philip: A Study of Isocrates 'Phili (...)

9Il s'agit du témoignage d'Eschine (II, 133), où est évoquée l'offre, proposée sans succès par les Spartiates au Phocidien Phalaicos, en 346, de renforcer la défense des Thermopyles: « Puis, comme Archidamos, roi de Sparte, se déclarait prêt à prendre possession de ces places et à en assurer la protection, ces mêmes Phocidiens refusèrent en lui disant de se préoccuper des dangers de Sparte et non point des périls qui les menaçaient ». Les « dangers de Sparte » (τὰ τῆς Σπάρτης δεινά), cela signifiait l'hostilité de la Messénie, de l'Arcadie méridionale, d'Argos et d'autres démocrates radicaux du Péloponnèse25, hostilité montée en épingle surtout après la guerre mégalépolitaine, en 352. À l'évidence, l'argument avancé par Phalaicos pour refuser l'offre d'Archidamos était en usage depuis un certain temps. Cet argument pouvait jouer un rôle considérable dans les contacts de Sparte, d'Athènes et de la Phocide, à la veille des événements dramatiques du Péloponnèse en 352. Les Lacédémoniens devaient accompagner leurs appels à l'aide de la promesse qu'en cas de l'élimination de la Messénie libre, ils seraient en mesure de s'engager énergiquement, en Grèce centrale, contre la coalition locridothébaine. Or, la polarisation des participants à la Guerre Sacrée Sparte, Athènes et Phocide contre Thèbes, la Macédoine, le Péloponnèse ultra-démocratique (et la Perse en arrière-plan) est une polarisation fort ressemblante à celle que Platon esquisse dans les Lois26. Il est inutile de souligner que les Thermopyles (d'une telle actualité entre 352 et 346) étaient un symbole historique très proche de celui de Marathon. D'autre part, la collaboration de Philippe II et d'Artaxerxès III éveillait les réminiscences, exactes ou fausses à dessein, sur la collaboration de la Macédoine et de la Perse dans les guerres médiques27.

  • L'approbation donnée par Platon à la Sparte de Lycurgue et à sa place dans les relations internationales, représentait, comme il a été déjà dit, une des constantes de sa pensée et de son activité politiques. La position de Sparte devait avoir, pour Platon et l'Académie, une importance de premier ordre à la suite des grands changements survenus dans le monde grec après la bataille de Leutres. La question essentielle, pour le sujet de cet article, est de savoir s'il est possible de prouver qu'il existait un rapport entre l'École de Platon et les hommes politiques touchant la question messénienne, dans les années qui ont vu paraître les Lois, plus particulièrement le Livre III. Un tel rapport soutiendrait la thèse (supra, § III) que la politique, dans ses différents aspects, était la force maîtresse de Platon.
  • 28 cf. Dem. XIX, 303 (« jusqu'à la Mer Rouge »).
  • 29 Habicht, Ch., op. cit., p. 12-13, 17, 20, 28. Grâce à l'influence de Platon, la tradition fabriqué (...)
  • 30 I, 642e, IV 707 b.

10Il y a lieu de répondre à cette question par l'affirmative. Après la chute d'Olynthe, sur la proposition d'Eubule, les Athéniens déléguèrent Eschine dans le Péloponnèse pour soulever la Péninsule contre Philippe et les alliés de celui-ci (en 348), ces derniers étaient particulièrement nombreux en Messénie, à Argos et à Mégalèpolis. Il est probable que cette ambassade ait poursuivi sa route en Crète, où le tranchant de ses attaques verbales avait dû être tourné vers la Carie et la Perse28. Devant les Arcadiens du sud, divisés entre les macédonophiles et leurs opposants, Eschine « lisait le décret de Miltiade, celui de Thémistocle et le serment des éphèbes dans le sanctuaire d'Aglauros » (Démosthène, XIX, 303). Son argumentation littéraire exprimait, ne serait-ce qu'implicitement, des idées fort semblables à celles des Lois : sur la nécessité de l'union de tous les Grecs (avec en tête Athènes et Sparte), sur la lutte contre les Barbares et le retour à la πάτριος πολιτία de type plus ou moins aristocratique (le serment). Les décrets, sinon le serment lui aussi, devaient être des faux du ive siècle et avoir comme tels des traits communs avec les thèmes parahistoriques de l'excurcus du Livre III. Le texte de « Miltiade »29 pouvait comporter, par exemple, un détail que Platon développa en affirmation absurde, mais subtile, selon laquelle Sparte avait été en retard à Marathon à cause de l'attaque messénienne. Il faut envisager la possibilité que l'ambassade athénienne était venue au-devant des Crétois avec un certain nombre d'autres inventions patriotiques d'inspiration « modérée », telle la prophétie antimède d'Épiménide prévoyant Salamine et l'éloge des archers crétois qui s'étaient distingués dans l'armée d'Aristide en Psyttalie. Les Lois font allusion aux deux thèmes30.

  • 31 Photios, Bibl., 61; cf. Esch. II, 79.
  • 32 Voir p. 25-26 (note 120) et 30-31 de l'article cité ci-dessus, note 17

11Or, Eschine était, au début des années quarante, non seulement l'ennemi de Philippe II, mais aussi le disciple de Platon31. Il partageait l'orientation politique d'Eubule, qui en principe, était « modérée » au sens social du mot et encline à activer, dans le cadre de la Ligue de la Paix Commune à caractère panhellénique, la résistance athénienne à la Macédoine. (Cette définition brève des principes politiques d'Eubule simplifie inévitablement les choses et les présente comme plus sures qu'il ne ressort des sources les concernant, d'ailleurs relativement minces). L'hypothèse qu'Eubule était proche de Platon n'est pas nouvelle32. Nous croyons qu'elle pourrait être étayée justement au regard du programme des Lois.

  • 33 Rossius, Andrej A.,, "La polémique d'Isocrate contre l'Académie » (en russe avec un résumé françai (...)
  • 34 Ibidem, p. 100; Jaeger, Werner, Paideia: The Ideals of Greek Culture, III, Oxford University Press (...)

12Les allusions d'Isocrate à Platon et à Eubule, dans le Sur l'échange (XV), aujourd'hui insuffisamment comprises, sont instructives à ce sujet, quoi que la Messénie elle-même n'y soit pas impliquée. D'une part, il est évident que le discours critique souvent l'Académie et son maître, (bien que les noms eux-mêmes de l'École et du Scholarque n'y figurent pas explicitement), et pour plusieurs raisons, de principe et personnelles33. Une part importante de la critique touche les auteurs des lois athéniennes et ceux qui les proposent. Ces hommes n'ont pas la valeur d'un Isocrate, auteur de discours politiques, car les lois ne profitent qu'à une polis (c'est-à-dire à Athènes), tandis que les discours d'Isocrate — par ailleurs, intellectuellement plus forts — sont d'utilité pour le monde grec dans son ensemble. On peut constater que la vanité du rhéteur a en vue une œuvre consacrée aux questions de la législation athénienne et (en train d'être). composée justement à une époque où le Sur l'échange voit le jour. La note à XV, 82, est suffisamment éloquente (« on admire surtout les lois les plus anciennes et les discours les plus nouveaux »); elle révèle que les Lois critiquées sont de date récente. C'est à bon droit qu'on suggère34 de les identifier à l'œuvre de Platon de même nom, qu'Isocrate attaquera plus tard encore plus ouvertement (V, 12 et passim; XII, 111 et passim). Cette identification s'accorde bien à la polémique contre l'Académie, qui inspire en général le discours Sur l'échange, et devient encore plus convaincante à la lumière de quelques détails politico-historiques du texte isocratéen, jusqu'à présent négligés. À en juger d'après ces allusions Isocrate se distancie implicitement, mais nettement dans un but polémique contre les thèses exposées dans les Lois de Platon : il loue Clisthène, Thémistocle et Périclès (232-4, 306-7), oublie Aristide (cf. 307) et s'exprime défavorablement sur le phénomène lacédémonien (57, 77, 307, 318 etc.). Toute la conception politique du Sur l'échange, si différente de celle sur laquelle sont basés les discours Sur la paix (VIII) et l'Aréopagitique (VII), annonce discrètement le philomacédonisme qui donne le ton aux derniers écrits d'Isocrate.

  • 35 Esch. II, 184.

13D'autre part, dans le Sur l'échange, on condamne les dirigeants athéniens, eux aussi. Athènes se voit reprocher d'accorder plus d'importance aux prétendus philosophes — autrement dit, les membres de l'Académie — qu'aux efforts du rhéteur, tellement plus utiles à l'État. Ce mauvais jugement porté par les Athéniens fait partie de leur désorientation générale: « car en ce moment-ci il y a tant de choses bouleversées et confondues dans notre cité... » (XV, 283, cf. -258). Isocrate veut suggérer au lecteur que le coupable se trouve à la tête de l'État. Par conséquent, il fait contraster, en les comparant, dans les paragraphes allant de 232 à 234, les anciens hommes politiques et orateurs habiles, à l'instar de Thémistocle et de Périclès, et ceux d'un régime qui n'apprécie pas la sagesse d'Isocrate, mais les brumes de l'« éristique ». La conclusion s'impose qu'en coulisse il y avait chez Isocrate une animosité à l'égard de la position commune prise par l'auteur des Lois et Eubule sur la crise d'Athènes et du monde grec. Le rhéteur philomacédonien et déjà très réservé envers Sparte, ne pouvait pas approuver le chef d'un régime, (Eubule, protecteur d'Eschine, ami de l'Aréopage, fut l'homme le plus influent d'Athènes pendant les années 352 ou déjà 355 ? à 346) « où tant de choses étaient confondues et bouleversées dans la cité ». Bien que nous ne disposions pas d'autres informations complètement dignes de foi sur la collaboration de Platon et d'Eubule, le Περὶ τηs άντιδόσεωsερ τηs άντιδόσεωs, ainsi interprété indique qu'elle était féconde; elle ressemblait, dans ses aspects éthiques, psychologiques et politiques, à la collaboration antérieure de Platon et de Timothée. Outre Eschine, Phocion, lui aussi proche à la fois du Scholarque et d'Eubule35, avait pu y jouer un certain rôle.

14L'analyse précédente, si elle n'est pas erronée, peut être d'un certain intérêt pour notre compréhension de l'œuvre de Platon et même de l'histoire grecque du ive siècle. Terminons sur une observation qui a trait aux sources affectives du jugement politique et de l'engagement publique de Platon.

  • 36 Meyer, Ernst, « Messenien », RE Supplb. XV (1978), col. 236.
  • 37 Rép. V 469 b-c; cf. Ménex. 242 d.; Garlan, Y., op. cit. (supra, note 5), p. 136-139.
  • 38 Rép. VII, 547 b-c; Lois, I 628e, 686 b. Cf. Weil, R., op. cit., p. 104.
  • 39 Avant Leuctres, à une époque où Sparte avait pris l'habitude de s'allier à Artaxerxès II, il pouva (...)
  • 40 Dusanic, S., « Plato and the two Maritime Confederacies of Athens », dans: (L. Aigner Foresti, A. (...)

15La Messénie rénovée réaffirme ses origines doriennes (héraclides)36. Platon admet que les Messéniens sont des Doriens - donc les membres d'un peuple grec qui occupe une place honorable dans les parties historiques, législatives et philosophiques des Lois –, mais il ne proteste quand même pas à leur soumission à Sparte au temps des guerres médiques et aux époques antérieures. En acceptant leur statut d'hilotes, il contredit sa conviction que les Grecs ne doivent pas réduire en esclavage d'autres Grecs37. Or les condamnations de l'agressivité Spartiate, que nous rencontrons de temps en temps dans ses dialogues38, signalent qu'il n'a pas fait de gaîté de cœur cette exception. Plus d'un laconophile, capable de juger les choses en dehors d'un cadre pragmatique, devait partager, à ce sujet, ses dilemmes. La spécificité de l'histoire messénienne suscitait généralement des situations paradoxales, pareilles à celles dont parle Yvon Garlan dans la citation qui ouvre cet article. Le cas de Platon est particulièrement instructif, non seulement parce qu'il s'agit d'un penseur de grande envergure, mais aussi parce que sa biographie et ses opinions politiques nous sont relativement bien connues. En surface, Platon devait se sentir prêt à sacrifier l'indépendance messénienne à une orientation aristocratique établie depuis longtemps à l'Académie qu'il dirigea; il savait bien que, sans hilotes messéniens, le « mirage Spartiate » n'aurait pas été possible. En profondeur, c'est son patriotisme, tour à tour, athénien, panhellénique et barbarophobe, qui œuvrait. La décision de la Messénie d'accepter l'aide des puissances étrangères dans sa lutte contre Sparte, avait permis au vieux Platon de rejeter certain de ses scrupules sur les Grecs esclaves des Grecs39. Il avait fait un compromis analogue quand il lui avait fallu porter son jugement sur la Confédération de Délos. Il n'ignorait nullement le caractère impérialiste de cet État fédéral, mais il se disait prêt à l'accepter sous certaines conditions à cause de ses mérites dans la lutte hellénique contre la menace des Perses40.

Notes

* Les traductions citées sont celles de la Collection des Universités de France.

1 La guerre dans l'antiquité, Paris, A. Colin, 1972, p. 55.

2 354 b : « Il (Lycurgue) vit que ses parents à Argos et à Messène étaient parvenus de la royauté à la tyrannie et avaient causé, chacun de leur côté, leur propre ruine et celle de leur cité. Alors craignant à la fois pour sa patrie et pour sa famille, il apporta, comme remède, l'institution de la gérousie et le lien des éphores, salutaire au pouvoir royal... » On retrouve un raisonnement pareil sur l'histoire péloponné- sienne dans les Lois et dans quelques autres dialogues de Platon (par ex. Symp. 209 d). Le passage du Premier Alicibiade (122 d ss.), citant les richesses des Lacédémoniens en Messénie, comme cet ouvrage tout entier, doit être apocryphe. Sur Rép. VIII, 547 b-c, voir ci-dessous, texte et notes 39 et 40.

3 692 d : «... sur trois États (sc. Lacédémone, Argos, Messène) qu'ils étaient, un seul a pris la défense de la Grèce : les deux autres avaient si lâchement dégénéré que l'un deux (sc. Messène) voulait même empêcher Lacédémone de prendre cette défense, en lui faisant la guerre de toutes ses forces... »; 698 d-e : «... mais lorsqu'ils (les Athéniens) envoyèrent partout des demandes de secours, personne ne les écouta, sauf les Lacédémoniens; encore ceux-ci, retenus par la guerre qu'ils avaient alors avec Messène ou par quelque autre empêchement (on ne le précise pas, que je sache), arrivèrent en fait un jour après la Bataille qui se livra à Marathon ». Les différences entre les deux versions sont peu importantes pour notre propos.

4 Dusanic, S., « The KTIΣIΣ MAΓNHΣIAΣ, Philip V and the Panhellenic Leukophryena », Epigraphica 45 (1983), p. 18, 30-31.

5 Piérart, Marcel, Platon et la Cité grecque, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1974, p. 85-86 et passim; cf. Garlan, Yvon, Les esclaves en Grèce ancienne, Paris, F. Maspéro, 1982, p. 138-140.

6 Par ex. Morrow, Glenn R., Plato's Cretan City. A Historical Interpretation of the Laws, Princeton, University Press, 1960, p. 70-73 ; cf. Meiggs, Russel Lewis, David, GHI n° 22 comm. (p. 47) et infra, note 29.

7 Voir Weil, Raymond, L'Archéologie de Platon, Paris, C. Klincksieck, 1959, avec bibl.

8 Plut., Lyc., 28, 3-4 (άπέκρυπτoν έαυτoὐς).

9 Schol. À Plat., Lois, I, 633 b. Piérart, M., op. cit., p. 278-281.

10 Weil, R., op. cit., p. 47-52 et passim; cf. Schöpsdau, Klaus, Platon, Nomoi (Gesezte), Buch l-Ill, Uebersetzung und Kommentar, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1994, p. 349-353

11 Supra, note 2.

12 Dusanic, S., History and Politics in Plato's « Laws » (en serbe, avec un résumé en anglais), Belgrade, The Serbian Academy of Sciences and Arts, 1990.

13 692 c (allusion à la Carie, probablement), cf. 685 c

14 Voir mon article sur « Alcidamas of Elaea in Plato's Phaedrus » dans CQ 42 (1992), p. 354-357. C'est probablement les partisans d'Eubule qui ont tué Callistratos (Lyc., Léocr., 93), dont la fin a eu quelque chose à voir avec son attachement à la cour macédonienne.

15 Par ex. du Ménon, 90 a

16 Le noyau de l'interprétation se trouve dans le livre cité supra, note 12. Elle est renforcée ici de nouveaux arguments.

17 Dusanic, S., « Épiménide le Cnossien et les thèmes historicopolitiques des Lois de Platon. À propos de l'inscription IG, II2, 4968 », Epigraphica 53 (1991), p. 1-32 (surtout 19-21).

18 Ibidem, p. 22-24. Cf. Diod. XVI 44, 1-4; Isocr. XII 159; Xén., Hell. VII 1, 36; Paus. IV 24, 2-3 (la tradition fictive sur Aristomène et Ecbatane).

19 Habicht, Christian, « Falsche Urkunden zur Geschichte Athens im Zeitalter der Perserkriege », Hermes 89 (1961), p. 1-35.

20 Rép. III 414 b ss.; Critias, 119e ss. Les cas de manipulation, par Platon, des borkoï, sont encore plus probants. Notons que le thème du serment dorien (683b, 684 a) impliquant, entre autres, le symbole de l'ennemi « assyrien » a pu tirer son origine d'un tel faux (voir Isocr. IV 156, pour un équivalent ionien) surtout s'il était publié épigraphiquement (cf. Les stèles aujourd'hui conservées d'Acharnés et de Cyrène).

21 Frontin, Strat. III 2, 5 : cf. Plut., Cim 12, 1.

22 . Athén. XI 506 d

23 Habicht, Ch., op. cit., p. 13-15

24 Arr., Anab. VII 9, 2-3; Plut., Mor. 178 b et 181 f; Dem. XII 59.

25 Ehrenberg, Victor, « Sparta » (Geschichte), RE III A (1929), col. 1416. Pour une situation analogue, mais inverse, en 279 av. J. -C., Paus. IV 28, 3.

26 Dans le Livre III, de même que dans un passage du Livre XII: 944 a contient une allusion, défavorable à Philippe, à la bataille dans la plaine de Crocos.

27 Markle, Minor M. III., « Support of Athenian Intellectuals for Philip: A Study of Isocrates 'Philippus and Speusippus' Letter to Philip », JHS 96 (1976), p. 94-95.

28 cf. Dem. XIX, 303 (« jusqu'à la Mer Rouge »).

29 Habicht, Ch., op. cit., p. 12-13, 17, 20, 28. Grâce à l'influence de Platon, la tradition fabriquée sur une guerre messénienne contemporaine de Marathon, a joui d'une certaine popularité parmi les auteurs anciens et modernes (cf. De Boer, W., Historia 5 [1956], p. 168-177). La datation fictive de cet événement fictif chez Pausanias (IV 23, 10 : « sous l'archontat de Miltiade ») reflète, semble-t-il, le lien étroit qui existait entre le décret et tout le complexe de pseudo-traditions portant sur les relations attico-péloponnésiennes des vie-ive siècles.

30 I, 642e, IV 707 b.

31 Photios, Bibl., 61; cf. Esch. II, 79.

32 Voir p. 25-26 (note 120) et 30-31 de l'article cité ci-dessus, note 17

33 Rossius, Andrej A.,, "La polémique d'Isocrate contre l'Académie » (en russe avec un résumé français, p. 102), VDI (1987), p. 93-102, notamment p. 98 et 100.

34 Ibidem, p. 100; Jaeger, Werner, Paideia: The Ideals of Greek Culture, III, Oxford University Press, 1944, p. 136. On ignore le contexte chronologique du Sur l'Échange; le paragraphe 9 indiquerait la première moitié de 353, mais le reste du discours pourrait avoir été un peu plus récent: la pièce suivante d'Isocrate, le Philippe, ne date que de l'an 346. En tout cas, la composition des Lois a dû commencer aux alentours de 355; dès la seconde moitié des années cinquante, « all the intellectuals in Athens must have known about it » (W. Jaeger). Le contenu du Minos (notamment ce qu'on y dit, en 317 a, 318 b ss., 320 a-b et 320e ss., sur la valeur de la législation, sur l'inspiration divine des lois de la Crète et des compatriotes de Lycurgue, et sur les relations attico-crètoises), écrit au sein de l'Académie vers 355 av. J. C., annonçait d'ailleurs les idées des Lois (sans aucun doute, l'auteur de l'apocryphe s'inspira des conférences tenues par Platon à l'École) et pourrait avoir été, lui aussi, à l'origine de la polémique isocratéenne.

35 Esch. II, 184.

36 Meyer, Ernst, « Messenien », RE Supplb. XV (1978), col. 236.

37 Rép. V 469 b-c; cf. Ménex. 242 d.; Garlan, Y., op. cit. (supra, note 5), p. 136-139.

38 Rép. VII, 547 b-c; Lois, I 628e, 686 b. Cf. Weil, R., op. cit., p. 104.

39 Avant Leuctres, à une époque où Sparte avait pris l'habitude de s'allier à Artaxerxès II, il pouvait penser et sentir d'une manière un peu différente. Cf. la critique de l'exploitation des « périèques et serviteurs » à Rép. VIII 547 c. Les conseils d'Isocrate concernant le même problème messénien ont subi une évolution parallèle, quoique menant à la direction contraire, sous l'influence de changements dans sa quête du leader panhellénique (XII 90-91, 177 ss., contre VI passim).

40 Dusanic, S., « Plato and the two Maritime Confederacies of Athens », dans: (L. Aigner Foresti, A. Barzano, C. Bearzot, L. Prandi, G. Zecchini edd.) Federazioni e federalismo nell'Europa antica, Milano, Vitae Pensiero, 1994, p. 88-96.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search