Version classiqueVersion mobile

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

La cryptie en question

Jean Ducat

Texte intégral

  • 1 Abréviations :
    Knoepfler : D. Knoepfler, « Les kryptoi du stratège Epicharès à Rhamnonte et le débu (...)
  • 2 « Two shadows : images of Spartans and Helots », in A. Powell et St. Hodkinson éd., The shadow of (...)

1Des institutions et des pratiques sociales de Sparte à l’époque classique, la cryptie est une des plus connues, sans doute à cause de son aspect spectaculaire et même un peu théâtral, et aussi parce que son interprétation est volontiers présentée comme un exemple des succès remportés par l’approche anthropologique1. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’en réalité, dans l’organisation sociale et même dans le système initiatico-éducatif des Spartiates, elle n’avait qu’une importance secondaire : sa périodicité peut sembler aléatoire, et elle ne concernait qu’un nombre limité de jeunes citoyens. Mais ce qui a surtout frappé, à date récente, certains bons connaisseurs des réalités spartiates, c’est la disproportion existant, selon eux, entre ce que les modernes disent de la cryptie et ce qu’une analyse attentive des sources devrait permettre d’en dire. Ainsi M. Whitby2 souligne-t-il l’incertitude de nos connaissances sur cette coutume, et s’efforce-t-il, non sans raison, d’en relativiser l’importance. L’étude qui pose le problème avec le plus d’acuité est celle d’E. Lévy. D’un examen attentif des textes, il tire la conclusion que ceux-ci donnent de la cryptie des images qui sont non seulement différentes mais contradictoires, et il propose pour lever ces contradictions de reconstituer la cryptie comme un processus complexe, à plusieurs étapes, où se succéderaient ou se juxtaposeraient une épreuve de sélection préalable, la formation de commandos utilisés contre les Hilotes et à la guerre, et une sorte de service de « patrouilles » éphébiques.

  • 3 Première moitié du xixe siècle : H. Koechly, De Lacedaemoniorum cryptia commentatio, Leipzig 1835 (...)
  • 4 Lévy, p. 245. Ce n’est pas le seul point d’accord, il s’en faut ; sur le détail des textes, ses re (...)

2Tout cela suggère que, quoiqu’on étudie la cryptie depuis plus de 150 ans, on n’a peut-être pas mis assez de soin à établir les bases documentaires sur lesquelles doit se fonder une éventuelle interprétation3. C’est en tous cas la leçon que j’ai tirée de l’article de Lévy. Je voudrais donc, après lui, reprendre l’examen des textes, mais en procédant d’une manière un peu différente. Ils seront examinés dans l’ordre chronologique - ce qui amènera par exemple à dissocier la scholie à Platon du passage qu’elle commente de façon à voir s’il y a eu une évolution soit dans la cryptie elle-même, soit dans l’image qu’on en avait. Chaque texte sera considéré en lui-même, sans être regroupé avec d’autres, dans l’intention non pour lors d’en dégager la valeur documentaire, mais d’en analyser le fonctionnement et la construction. Dans un deuxième temps, on passera à la synthèse de l’information, en s’accordant la possibilité de ne pas attribuer le même poids à ce qu’ils disent les uns et les autres : que les sources soient contradictoires, ce qui, à mon avis, sauf sur quelques détails, n’est pas réellement le cas, n’implique pas nécessairement que la réalité qu’elles évoquent le soit également. On tentera donc de résorber les contradictions au lieu de les monter en épingle. Si je suis pleinement d’accord avec Lévy pour estimer qu’avant de passer à l’interprétation « on ne s’est pas assez soucié de savoir comment cela se passait réellement »4, il me semble aussi que sa démarche n’est pas dépourvue de visée idéologique. En effet, ainsi morcelée et partagée entre des activités qui ont toutes une fin précise et utilitaire, la cryptie se trouve dépouillée de l’aspect gratuit et quasiment rituel qui, depuis Jeanmaire, fonde les comparaisons ethnologiques faites à son sujet. Surtout, le schéma interprétatif auquel Lévy aboutit étant manifestement difficile à accepter, je crains que la plupart de ses lecteurs ne tirent de son argumentation la conclusion que décidément sur ce sujet on ne sait rien de sûr et que, comme le dit M. Whitby, il est impossible de généraliser sur une base aussi incertaine. Conclusion que probablement Lévy ne désavouerait pas, mais qui me paraîtrait regrettable.

L’allusion de Platon

3Lois I, 633 b-c. Il s’agit de la quatrième invention du législateur (après les syssities, les exercices gymniques et la chasse) axée sur la préparation à la guerre : « En quatrième lieu, je voudrais aussi essayer de parler de l’entraînement systématique à supporter les souffrances qui est suivi chez nous, tant au moyen des combats collectifs à mains nues qu’au cours de certains rapts exécutés au milieu d’une grêle de coups qui pleuvent à chaque fois ».

4῎Eτι δὲ καὶ κρυπτεία τις όνoμάζεται, θαυμαστῶς πoλύπoνoς πρòς τἁς καρτερήσεις, χειμώνων τε ἀνυπoδησίαι καὶ ἀστρωσίαι καὶ ἄνευ θεραπόντων αὐτοίς ἐαυτῶν διακονήσεις νύκτωρ τε πλανωμένων διὰ πάσης τἡς χώρας καὶ μεθ’ ἡμέραν °: « il y a aussi quelque chose qui s’appelle la cryptie, et qui est un entraînement prodigieusement pénible : en hiver, ni chaussures ni literie ; pas de domestique, chacun s’occupant de lui-même ; errance de nuit comme de jour à travers tout le territoire » (b 9 - c 4).

5L’intention du texte est d’illustrer par quelques traits choisis, qui ne composent pas une vraie description, la « pénibilité » de cet « endurcissement à la souffrance ». Ainsi, rien n’est dit sur la durée de l’épreuve, ni sur l’âge et le mode de recrutement des participants. Le lecteur peut comprendre que, pour Platon, tous les jeunes Spartiates y étaient soumis ; c’est du moins ce qu’exige la logique d’une préparation militaire : ainsi l’entendait P. Girard qui, passant de l’image à la réalité, écrivait (DS, art. krypteia) : « Nous savons par Platon que la cryptie était obligatoire pour tous les jeunes Lacédémoniens ». Pour illustrer l’expression « un entraînement prodigieusement pénible », qui qualifie ce qui est présenté comme une simple préparation à l’épreuve suprême, la plus pénible et la plus nécessaire de toutes, la guerre, Platon retient quatre traits.

  • Le caractère plus que sommaire de l’équipement (absence de chaussures et de couchage), rendu plus cruel encore par le fait que la chose peut se passer en hiver – en fait, Mégillos s’exprime comme si la chose se passait toujours en hiver.
  • L’absence d’esclaves : il ne s’agit pas, bien sûr, de pédagogues, mais de ces jeunes esclaves qui servaient les enfants et les adolescents.
  • L’abolition du rythme jour/nuit ; naturellement, il faut bien que les participants dorment, mais cela peut se faire à n’importe quel moment, et leur existence n’est réglée que par l’urgence.
  • L’« errance » (planasthai) à travers « tout le territoire » de la cité. Mégillos n’entend pas ainsi décrire le fonctionnement de la cryptie comme « institution », mais seulement évoquer d’une façon allusive et presque poétique le genre de vie des cryptes.

6Celui-ci est caractérisé presque uniquement par des traits négatifs : la cryptie est essentiellement ascèse, privation. Les exemples retenus de cette privation sont symboliques : non seulement les jeunes ont à supporter des conditions très dures, mais pour le faire ils sont privés de tout ce qui caractérise la vie du citoyen grec, donc la vie civilisée : chaussures, esclaves, couchage, vie réglée. La véritable épreuve, pour Platon, est la mise à l’écart de la vie de la cité.

  • 5 BCH 119 (1995), p. 355.

7Il ne s’agit donc ici ni d’une description, ni d’une « notice ». Cette présentation allusive, dont le ton est donné par la formule introductive, « il y a quelque chose qui s’appelle la cryptie », signifie-t-elle qu’elle était mal connue ? Pas de Mégillos en tout cas. En fait, c’est dans tout le passage relatif à la « quatrième trouvaille » du législateur que Mégillos s’exprime mystérieusement, à mots couverts, comme s’il s’imposait, ai-je dit5, quelque « secret-défense ». Visiblement, Platon a conçu son personnage en conformité avec l’idée courante chez les autres Grecs du secret Spartiate : Mégillos veut bien parler de sa cité, et il le doit pour la défendre contre les attaques dont elle est l’objet, mais sans fournir aux « autres » de véritables renseignements. Ce flou convenait d’ailleurs bien à des institutions qui se présentaient à la fois comme très anciennes et comme d’origine quasi divine. Mais ce goût du secret n’est peut-être pas qu’une idée reçue : les partisans de l’approche anthropologique peuvent souligner que dans tout ce passage des Lois il s’agit de ce que nous appelons des rites d’initiation, et que toute initiation exige des initiés le secret.

  • 6 La cryptie ne fait pas partie de l’agôgè ; celle-ci concerne, les paides, alors que, comme on verr (...)
  • 7 Cf. Xén., Lak. Pol. 11, 3, paragraphe entièrement consacré à l’ άνυπoδησία des enfants ; cf. Pluta (...)
  • 8 Ce trait ne se trouve que chez Plutarque, Lycurgue 16, 13 (il s’agit des enfants de plus de douze (...)
  • 9 Pour une anthropologie de la stibas, voir A. Paradiso, Métis II, 2 (1987), p. 249-267, notamment p (...)

8Deux des traits retenus ici sont attestés également dans l’agôgè6 : l’absence de chaussures7 et ce qui concerne le couchage8. Sur ce dernier point, il peut sembler y avoir une différence, puisque Plutarque dit que les enfants couchaient non par terre, mais sur des stibades qu’ils confectionnaient eux-mêmes. Mais la stibas, couche improvisée, simple jonchée de branchages ou de plantes, n’est pas contradictoire avec l’absence de lit, l’astrôsia, attribuée au crypte. Ce qu’en dit Platon n’exclut pas que celui-ci ait pu se confectionner des stibades, et c’est sûrement ce qui se passait, comme pour les soldats en campagne ; la stibas, couchage sauvage et presque animal, s’accorde pleinement avec le genre de vie du crypte9. La récurrence de ces deux traits dans la cryptie ne doit pas faire soupçonner une confusion : rien n’interdit de penser qu’ils aient été réellement communs à l’agôgè et à la cryptie ; par là, le crypte revivait des conditions qu’il avait déjà connues et, en régressant vers la sauvagerie, il régressait vers l’enfance.

  • 10 Lois VI, 760 b-763 c. La discussion qui suit suppose connu le chapitre de Piérart, p. 259-291.
  • 11 Voir sur ses hésitations Piérart, p. 264 et 271-272.

9Je suis un peu sceptique sur les rapports, dont on admet généralement l’existence, entre la cryptie évoquée ici par Mégillos et l’institution des agronomoi qui, beaucoup plus loin10, fait partie de la description de la cité idéale. Ces agronomes ressemblent aux cryptes par leur mode de vie austère et errant, et Platon paraît signaler lui-même cette ressemblance en disant : « Qu’on leur donne donc, à eux et à leur activité, le nom de cryptes (, kruptous), d’agronomes, ou tout nom qu’on voudra » (VI, 763 b 6-8, trad. Lévy). Le contexte de cette étrange réapparition des cryptes, dont il n’a plus été question depuis le livre I, mérite d’être éclairci. Tout au long de son développement sur les agronomes, Platon a eu des difficultés avec le vocabulaire. Il lui faudrait trois termes : un pour désigner les chefs, les cinq par tribu ; un autre pour nommer les agronomes du rang, et encore un qui s’applique à l’ensemble. D’où, dans la conclusion, ce mouvement de feinte mauvaise humeur, cette boutade par laquelle Platon reconnaît avec humour n’avoir pas su résoudre ce problème de terminologie11.

  • 12 762 e 10-763 a 2, et surtout 763 a5-6, où διακoνoῠντές τε καἱ διακoνoύμενoι έαυτoĩς évoque étroite (...)
  • 13 VI, 760 c 3-4, où on retrouve le πάσης τής χώρας de 633 c 3 ; cf. πσαν τν χώραν διεξερευνώμενoι en (...)

10En fait, deux points précis seulement sont communs aux cryptes spartiates et aux agronomes, l’absence de serviteurs12 et l’errance13. C’est peu, et, s’il faut chercher à l’agronomie platonicienne un modèle Spartiate, je proposerai plutôt les hippeis, dont les ressemblances avec les agronomes sont plus fondamentales, car d’ordre institutionnel. Elles concernent d’abord le mode de recrutement, les « chefs » jouant à l’égard des agronomes du rang le même rôle que les hippagrètes vis-à-vis des hippeis ;certes, le recrutement des cryptes selon Aristote est assez analogue, mais les chefs qui les recrutent ne sont pas eux-mêmes cryptes. La ressemblance principale tient au statut de l’institution : alors que chez Platon les cryptes ne font rien d’autre que subir un entraînement, les agronomes comme les hippeis à Sparte sont un organe important de l’État (d’où leur nombre).

  • 14 Je reviendrai sur ce point dans un autre travail.

11Ce rapprochement entre les agronomes et les hippeis a surtout pour but de faire sentir l’énorme différence qui existe entre les agronomes platoniciens et les cryptes spartiates ; au point que plus on y réfléchit, plus on trouve étrange cette soudaine apparition du nom kruptoi, et qu’on finit par se demander si c’est bien à la cryptie Spartiate qu’il est fait ici référence14. Il est clair en tous cas qu’il ne faut se représenter ni les agronomes d’après les cryptes, ni, surtout, les cryptes d’après les agronomes. Lévy a donc eu tort de tirer de ce rapprochement l’impression que la cryptie évoquée au livre I des Lois était une sorte d’activité de patrouilles de type éphébique, exécutées afin d’assurer la sécurité du territoire. Étant plus frappé par les différences entre les cryptes et les agronomes que par leurs ressemblances, j’ai au contraire l’impression qu’à Platon la cryptie apparaissait comme une activité passablement gratuite, n’ayant pas de fin qui lui fût extérieure. C’est de ce qu’elle ne servait apparemment à rien qu’il déduit qu’on doit voir en elle non une activité réellement militaire et civique comme celle des agronomes, mais un entraînement et une épreuve, ne mettant en jeu que celui qui la subit.

12Sur ce que faisaient les cryptes, la seule indication que donne le texte est constituée par le verbe planasthai, qu’on ne peut traduire que par « errer ». L’errance n’est pas nécessairement contradictoire avec l’idée de « patrouilles » défendue par Lévy. Il y a en effet deux sortes de patrouilles : celles qui visent à reconnaître un objectif précis, et celles qui n’ont pour objet que de parcourir un certain espace pour voir s’il s’y passe quelque chose ; or, ce but peut très bien être atteint en le parcourant au hasard, c’est-à-dire selon une direction déterminée arbitrairement (quelquefois en cours de route) par le chef de patrouille. Ce type de patrouille doit son efficacité précisément au fait que son itinéraire est arbitraire, donc imprévisible. Le verbe « errer » ne permet donc pas à lui seul d’écarter l’interprétation de Lévy, mais on reconnaîtra aussi que dans le texte rien ne l’appuie, et que son idée principale, celle d’une pure épreuve d’endurance, n’engage pas le lecteur dans cette direction. Pourquoi des patrouilleurs seraient-ils dépourvus de chaussures, de couchage et d’esclaves?

  • 15 Contrairement à ce que dit Lévy, p. 250, Plutarque ne prétend pas que ce sont les meurtres d’Hilot (...)

13Ce qui frappe peut-être le plus dans l’allusion de Platon à la cryptie, c’est ce qu’elle n’en dit pas : deux traits qui dans le portrait d’ensemble, si l’on peut en dresser un, risquent d’apparaître comme fondamentaux. Rien, d’abord, sur l’interdiction d’être vu, sur laquelle au contraire la scholie à ce même passage mettra l’accent. Et pourtant, cette interdiction fait partie de l’essence de la cryptie, puisqu’elle lui doit son nom ; Platon ne pouvait l’ignorer. C’est donc qu’il n’a pas voulu en parler : il ne rédige pas une notice d’historien ou d’antiquaire, il fait parler un personnage selon une certaine logique, qui est ici celle de l’épreuve. Mais cette réponse, évidente, ne satisfait pas entièrement. Ne pas être vu fait partie de l’épreuve et en est même la clause principale ; cela contribue assurément à la rendre encore plus pénible. Apparemment, Mégillos n’a pas pris cela en considération. Rien non plus sur les meurtres d’Hilotes qui tiennent une telle place chez Aristote ; et pourtant, là aussi, il s’agit d’une épreuve, et d’une épreuve dangereuse, à la fois physique et psychologique. Sur ce point également, il faut entrer dans la logique du personnage de Mégillos. Cet aspect de la cryptie n’était que trop connu en Grèce au goût des Spartiates, et semble avoir été de tout temps (du ve avant au ive après) un argument de la propagande anti-spartiate ; on comprend que Mégillos ne tienne pas à l’évoquer15.

La description d’Aristote

  • 16 Pour Gigon, il n’y a pas de lacune après μεθ ὄπλων ; il supprime simplement καί.

14Hérakleidès, fgt 10 Dilts = Aristote, fgt 611, 10 Rose = 143, 1, 2, 10 Gigon. Λέγεται δ ὲ καὶ τὴν κρυπτὴν ε ἰσηγήσασθαι, καθ’ ἥν ἔτι κα ὶνΰν ἐξίoντες ᾑμέρας κρύπτoνται, τὰς δὲ νύκτας μεθ’ ὄπλων… καὶ ἀναιροΰσι τὡν Eἱλώτων ὅσουs ἐπιτήδειoν ᾗ, « on dit qu’il [Lycurgue] introduisit aussi la cryptie, lors de laquelle, encore maintenant, on sort de la ville pour se cacher le jour, et, la nuit, en armes,..., et massacrer autant d’Hilotes qu’il convient16 »

15Plutarque, Lycurgue 28, 1-7 = Aristote, fgt 538 Rose = 543 Gigon. « 1. Il n’y a dans tout cela aucune trace de l’esprit d’injustice et de domination que certains reprochent aux lois de Lycurgue, en disant qu’elles sont très propres à exciter le courage, mais déficientes en ce qui concerne la pratique de la justice. 2. C’est ce qu’on appelle chez eux la cryptie (si toutefois c’est, comme le rapporte Aristote, une institution de Lycurgue) qui aurait inspiré à Platon aussi cette opinion sur la constitution de Sparte et sur son auteur » (trad. CUF).

163. Ἧν δὲ τoίαδε τών νέων oἱ ἄρχoντες διἁ χρόνoυ τoύς μάλιστα νoυν ἔχειν δoκoυν εἰς τήν χώραν ἄλλως ἐξέπμπoν, ἔχoντες ἐγχειρίδια καἱ τρoϕη ν ἀναγκαίαν, ἄλλo δ’oύδέν 4. οἱ δὲ μεθ’ ήμέραν μὲν εἰς ἀσυνδήλoυν, διασπειρόμενoι τόπoυς ἀπέκρυπτoν ἐαυτoὑς καὶἀνεπαύoντo, νύκτωρ δὲ κατίoντες εἰς τὰς ὁδoὺς των Eἱλώτων τòν ἀλισκόμενoν ἀπέσФαττoν. 5. Πoλλάκις δὲ καὶ τoὺς ἀγροὺς ἐπιπορευόμενοι, τoὺς ρωμαλεωτάτoυς καὶ κρατίστoυς αὐτῶν ἀνᾐρoυν : « 3. Elle était telle : de temps à autre, les chefs des néoi envoyaient dans la campagne, sans but précis, ceux qu’ils jugeaient les plus intelligents, munis de poignards et de ce qu’il fallait de vivres, et c’était tout. 4. Pendant le jour, dispersés dans des endroits couverts, ils se tenaient cachés et se reposaient ; la nuit, ils descendaient sur les routes et égorgeaient celui des Hilotes sur lequel ils mettaient la main. 5. Souvent aussi, parcourant les campagnes, ils tuaient les plus forts et les plus influents.

176. C’est ainsi que Thucydide rapporte dans son Histoire... [Suit un résumé du récit du massacre des deux mille]. 7. Aristote dit aussi précisément que les éphores eux-mêmes, dès qu’ils entraient en fonctions, déclaraient la guerre aux Hilotes, pour qu’on pût les tuer sans souillure ».

18Une bonne partie des indications que donne ce texte capital ne seront pas commentées ici : on les retrouvera exploitées dans la discussion sur le fonctionnement de la cryptie. On s’en tiendra pour l’instant aux questions concernant les rapports entre ce texte et sa source. Aristote n’est expressément cité que sur deux points de détail : l’opinion (sur laquelle Plutarque jette un doute) que la cryptie est lycurguienne (§ 2) et la déclaration de guerre (§ 7). C’est assez marginal, mais, d’une part, ces deux références « encadrent » le texte, qui semble ainsi placé tout entier sous le patronage d’Aristote, et, surtout, elles assurent que celui-ci avait consacré dans sa Lakédaimoniôn Politeia un développement à la cryptie. D’un autre côté, le caractère limité des références à Aristote montre que Plutarque ne le cite pas littéralement, mais probablement résume un texte nettement plus long, ce qui fait qu’il peut le transformer soit sur certains points, soit même dans son esprit : c’est là qu’est le problème.

  • 17 On se reportera à l’introduction de l’édition de Dilts, Heraclidis Lembi Excerpta Politiarum, Gree (...)
  • 18 Cf. ci-dessous, p. 72.

19Le principal intérêt de la phrase d’Hérakleidès est de confirmer l’origine aristotélicienne de l’essentiel du développement. En effet, on admet que les « extraits des Politeiai » sont constitués de passages ou de résumés de passages des Politeiai d’Aristote17. Or, cette phrase peut passer pour un résumé très bref, certes, mais acceptable, de ce que contient la version de Plutarque. Il omet des indications importantes : le fait que les cryptes sont choisis, la durée de l’épreuve (mais Plutarque n’en dit pas grand-chose, si ce n’est rien), les notions de « haut » et de « bas » qui sont liées chez Plutarque au jour et à la nuit. Il en transforme une, celle qui concerne l’armement ; cette transformation semble de taille, car, à l’époque classique, les encheiridia ne sont pas des hopla ; mais il ne s’agit probablement que d’une impropriété. Il en ajoute même une, éti kai nun, « encore maintenant » ; mais on comprend aisément pourquoi, si cette précision remonte à Aristote18, elle ne pouvait subsister dans le texte de Plutarque. Dans l’ensemble, toutefois, le résumé retient l’essentiel ; seulement, il néglige un peu le côté institutionnel, pour s’attacher à ce que font les cryptes, et qui s’organise, comme chez Plutarque, selon l’opposition du jour et de la nuit.

20On voit assez bien ce qui, dans le texte de Plutarque, peut correspondre à ses intérêts et à ses opinions propres :

  • La défense de Lycurgue (envers lequel Aristote devait être aussi critique qu’il l’est dans la Politique), et, donc, le doute jeté sur l’origine lycurguienne de la cryptie.
  • L’idée que la critique par Platon de l’éducation Spartiate repose essentiellement sur la cryptie ; idée largement erronée, mais il est vrai que Platon en parle comme d’une préparation à la guerre, et que c’est parce qu’elle ne prépare qu’à la guerre qu’il critique l’éducation Spartiate.
  • L’interprétation du massacre des deux mille comme ayant un rapport (qui reste d’ailleurs totalement obscur) avec la cryptie. Ce sont là, on le voit, des points qui sont en marge du sujet lui-même.

21Sur d’autres qui au contraire sont centraux, il est plus difficile de savoir ce que l’on doit attribuer à chacun des deux auteurs. Ce sont, par ordre d’importance croissante :

  • 19 Ducat, p. 181-182.

221. Le rapport entre la déclaration de guerre et la cryptie. Par la structure de son développement, Plutarque suggère (mais suggère seulement) que légitimer le meurtre de l’Hilote par le crypte était la fin unique de cette déclaration annuelle. J’hésiterais pour ma part à prêter à Aristote une affirmation aussi tranchée, et qui d’ailleurs s’accorde si bien avec le dessein de tout le chapitre XXVIII de la Vie de Lycurgue, qui est à la fois de critiquer la façon dont les Spartiates traitaient les Hilotes et d’en disculper Lycurgue. Dans la réalité, selon moi, la cryptie était bien en effet une circonstance où cette déclaration de guerre recevait une application, mais ce n’était pas la seule : elle fixait périodiquement une des normes de la condition hilotique dans son ensemble19 Il se peut d’ailleurs fort bien que dans le traité d’Aristote la déclaration de guerre fût mentionnée non dans le chapitre sur la cryptie, mais dans celui où figuraient les autres proclamations annuelles des éphores (Plutarque, Cléomène, 9, 3 = Aristote fgt 539 Rose).

  • 20 Ducat, p. 124.

232. Les deux versions du meurtre de l’Hilote. Je les considère toujours20 comme contradictoires : ou bien l’Hilote était pris au hasard (celui qu’on rencontrait), ou bien les victimes étaient préalablement désignées aux cryptes par les autorités. La liaison par laquelle Plutarque tente de faire coexister les deux manières est purement rhétorique. Faut-il attribuer à Aristote cette contradiction. Le résumé d’Hérakleidès ne mentionne qu’une seule version, mais il est assez vague pour convenir aux deux cas. On notera toutefois qu’il n’évoque que le nombre des victimes, et non leur qualité, ce qui s’accorde mieux avec un meurtre commis au hasard. Rose, en tous cas, arrêtait à apesphatton son fgt 538 d’Aristote, et je pense qu’il avait raison. J’en vois une confirmation dans le allôs du début : si les cryptes avaient été envoyés en mission avec des objectifs fixés, des listes, des adresses, des signalements, comment Aristote aurait-il pu dire qu’ils l’étaient « sans but précis » ?

  • 21 Ducat, p. 62-63.

24En outre, la double présentation de Plutarque repose sur une opposition kationtes eis tas hodous / tous agrous épiporeuoménoi dont le sens n’apparaît guère. Ces « routes » et ces « champs cultivés » appartiennent au même espace, celui d’« en bas », où les cryptes évoluent la nuit. Pourquoi les Hilotes pris « sur les routes » l’étaient-ils au hasard, et ceux « dans les champs » à dessein? Lévy propose à ces difficultés une solution ingénieuse. Faisant observer que la nuit les Hilotes étaient vraisemblablement chez eux (de fait, sans aller jusqu’à parler, comme H. Wallon, de « loi de couvre-feu », on doit reconnaître qu’ils y avaient intérêt), il traduit tous agrous par « les fermes ». Cela donne certes un sens au texte, mais n’est-ce pas forcer le grec? Pour dire cela, Plutarque avait à sa disposition le mot utilisé par Strabon, katoikiai21 Il faudrait aussi se demander quand et pourquoi les cryptes passaient de la première manière à la deuxième. Je me bornerai ici à expliciter la signification du débat. Dire que les Hilotes étaient massacrés au hasard, c’est souligner le caractère sauvage, aveugle, irrationnel, de la cryptie ; tuer pour tuer. La physionomie de la coutume change évidemment du tout au tout si les cryptes ne font qu’exécuter les décisions parfaitement motivées des autorités. On retrouve donc sur ce point précis tout le débat sur la nature de la cryptie. Ce débat existait déjà dans l’Antiquité, et les deux scénarios combinés par Plutarque correspondent à deux réponses diamétralement opposées.

253. Le texte de Plutarque est construit et rédigé de façon à démontrer que le meurtre des Hilotes était la finalité unique de la cryptie. La notion d’entraînement et d’épreuve, centrale chez Platon, est ici évanide : les cryptes disposent de vivres, il n’est question ni de pieds nus, ni d’absence de matelas. Les poignards apparaissent dès le début, et l’interdiction même d’être vu (apékrupton vaut explication par l’étymologie) semble subordonnée aux meurtres : les cryptes doivent prendre leur repos, diurne par nécessité, sans se faire repérer par leurs futures victimes. C’est une chasse aux Hilotes. En était-il ainsi chez Aristote ? Malgré sa brièveté, le résumé d’Hérakleidès donne à penser que oui. Aristote attribuait la cryptie à Lycurgue ; la présenter comme une coutume systématiquement cruelle lui fournissait l’occasion de critiquer une fois de plus le législateur Spartiate.

26Cependant, l’information que fournit Aristote lui-même sur la cryptie s’accorde assez mal avec l’interprétation (largement polémique) qu’il en donne. S’il s’agissait de maintenir ainsi les Hilotes dans l’obéissance par la terreur, pourquoi procéder de cette façon singulière? Pourquoi les agents de cette répression n’étaient-ils actifs que « de temps à autre »? Pourquoi limitait-on strictement leur armement? Pourquoi leur compliquait-on la tâche en leur imposant cette défense d’être vu, donc de communiquer ? L’adverbe allôs, sur lequel j’ai déjà attiré l’attention, témoigne de l’affleurement d’une impression de gratuité qu’Aristote semble avoir ressentie devant certains aspects de la cryptie. C’est toute l’activité du crypte, y compris le meurtre de l’Hilote, qui est ainsi placée sous le signe du hasard et de l’irrationnel.

27La description d’Aristote va donc plus loin et dans une autre direction que l’interprétation qu’il soutient, justement parce que son texte n’est pas une pure reconstruction rationalisante (dans ces cas-là la cohérence est toujours admirable), mais qu’à la différence du passage de Platon il constitue une véritable description du fonctionnement de la cryptie comme institution.

Phylarchos : la cryptie comme corps de troupe

28Plutarque, Cléomène 28 (dans le récit de la bataille de Sellasie) : « 2. Phylarchos, d’autre part, affirme qu’une trahison fut la principale cause de la défaite de Cléomène [...] ».

294. Kαλένσε δὲ Δαμοτέλη τὸν ἐπς τᾐς κρυπτείας τείαγμένον, ὀραν ἐκέλευσε καὶ ζητειν ὅπως ἔχει τὰ κατὰ νώτου καὶ κύκλω της παραάξεως Kαλένσε δὲ Δαμοτέλη τὸν ἐπς τᾐς κρυπτείας τείαγμένον, ὀραν ἐκέλευσε καὶ ζητειν ὅπως ἔχει τὰ κατὰ νώτου καὶ κύκλω της παραάξεως : « il appela Damotélès, le chef de la cryptie, et lui ordonna d’aller voir et examiner ce qui se passait à l’arrière et autour de ses lignes ».

30Il ne fait aucun doute que dans cette partie de son récit Plutarque ne fait que reprendre ou résumer Phylarchos ; source excellente, donc.

31La cryptie est ici manifestement tout autre chose que chez Platon et Aristote. Il s’agit d’un corps de troupe structuré et certainement permanent, composé sans doute de néoi. Il est spécialisé dans une mission, voir sans être vu, tandis que le crypte « classique » doit seulement ne pas être vu et n’a rien à observer. Ce corps, comme il est normal pour une unité militaire, a un chef et un seul, alors que les cryptes des textes précédents n’ont à proprement parler pas de chef : les « chefs des néoi » ne font que les choisir, et, après, les cryptes semblent égaux, sauf s’ils se choisissent un chef pour une action collective. L’armée Spartiate s’est donc dotée (à quelle époque ? est-ce seulement lors de la réforme de Cléomène, ou avant ?) d’un corps d’observateurs-éclaireurs. Le récit de Phylarchos montre bien qu’il ne s’agit pas de sentinelles ou de guetteurs fixes, mais d’observateurs actifs, qui vont à la recherche du renseignement.

  • 22 The Greek State at War I, 1971, ch. X, « Scouts », p. 127-133.

32La recherche du renseignement dans les armées grecques est un sujet auquel on semble ne s’être intéressé que récemment. Dans le chapitre correspondant de son grand ouvrage sur la guerre, W. K. Pritchett22 montre la quasi absence du renseignement dans les guerres du ve siècle (notamment celle du Péloponnèse) et encore de la première moitié du ive. Les armées n’ont que des sentinelles ; le premier texte montrant une recherche active du renseignement est un passage de l’Anabase, où ce qui est décrit n’est pas une guerre ordinaire. Tant que les cités grecques en restent au combat d’hoplites, le renseignement actif semble négligé. Ensuite, la situation évolue.

  • 23 Liste dans Pritchett, l c.
  • 24 Voir Abréviations, n. 1.
  • 25 -« Études d’histoire militaire et diplomatique. À propos du décret de Rhamnonte en l’honneur d’Epi (...)
  • 26 Découvert en 1989 par B. Pétrakos : Ergon (1989), p. 6-7 ; vers 235-230.
  • 27 Existaient, ajouterais-je, sous ce nom ou sous un autre : ceux qu’a énumérés Pritchett, ou encore (...)

33Parmi les noms donnés aux membres de ces unités de renseignement23 on a eu récemment l’occasion de s’apercevoir qu’il fallait faire figurer celui de kruptoi, qui est absent chez Pritchett. C’est ainsi qu’à la faveur de la découverte d’un fragment nouveau, D. Knoepfler24, reprenant une suggestion formulée par Y. Garlan25 mais qui n’avait pas eu d’écho, interprète le kruptous du décret des démotes de Rhamnonte en l’honneur du stratège Epicharès (268/7) comme un substantif désignant, en l’espèce, des « guetteurs ». Ceux-ci formaient un corps de troupe spécialisé et permanent, comme le montre un autre décret26 dont la formule de sanction dit : edoxe tois kruptois. Knoepler conclut fort justement : « De là à penser que les kryptoi existaient dans la plupart des armées hellénistiques... il n’y a qu’un pas, et qui semble bien aisé à franchir »27. Il est clair en tous cas que les kruptoi de Sparte ne sont pas isolés en cette deuxième moitié du iiie siècle.

  • 28 C’est un peu ce que suppose Lévy. Cf. H. Jeanmaire, REG 26 (1913), p. 145 : les cryptes sont « trè (...)

34On peut dans ces conditions tenir pour assuré que cette cryptie-là est une réalité d’un tout autre ordre que celle de Platon et d’Aristote. Cela ne veut pas dire qu’elles soient sans rapports : cela serait étonnant, puisqu’elles ont le même nom. Deux possibilités s’offrent. Ou bien les deux crypties ont été successives, l’apparition de la seconde ayant coïncidé avec la disparition de la première ou même s’étant produite après un « vide » ; en ce cas on peut dire que l’institution a évolué, mais cette évolution a abouti à une métamorphose complète. Ou bien les deux crypties ont coexisté, au moins pour un certain temps ; en ce cas, pendant la période de coexistence, la cryptie ancienne manière a pu constituer une épreuve de recrutement et/ou une période d’entraînement en vue de l’autre28. Le choix de la réponse peut dépendre de la date à laquelle on estime que la cryptie « classique » a cessé d’exister : problème sur lequel il nous faudra revenir.

35Quoi qu’il en soit, il est clair désormais que ce passage de Phylarchos dans Plutarque ne peut être considéré comme une source sur la cryptie prise au sens habituel.

Entre jeu et entraînement militaire : la scholie à Platon

36Scholie au passade des Lois étudié ci-dessus : Ἠϕίετό τις άπò τής πόλεως νέoς ἐϕ’ ᾦτε μὴ ὀϕθηναι ἐπι τoσόνδε χρόνoν. Ἠνανγκάζετo oὖν τὰ ὄρη περιερχόμενoς καὶ μήτε καθεύδων ἀδεως, ἵναμὴ ληϕθη μήτε ὑπηρέταις χρὠμενoς μήτε σιτία ἐπιϕερόμενος διαζην, ῎Aλλο δὲ καὶ τουτο γυμνασίας εἶδος πρὸς πόλεμον ἀπολύοντες γὰρ ἕκαστον γυμνὸν προσέταττον ἐἶδος πρὸς πόλεμον ἀπολύοντες γὰρ ἔκαστον γυμνὸν προσέταττον ἐνιαυτὸν ὅλον ἔξω ἐν τοις ὄρεσι πλανασθαι, καὶ τρέϕειν ἑαυτὸν διὰ κλοπσθαιΔιὸ καὶ κρύπτεια ὠνόμασται. ἐκολάζοντο γὰρ οἱ ὁπουδήποτε ὀϕθέντεs,

37« on envoyait un jeune hors de la ville, avec pour consigne de ne pas être vu pendant tel laps de temps. Il était donc forcé de vivre en parcourant les montagnes, en ne dormant que d’un œil, afin de ne pas être pris, sans avoir recours à des serviteurs ni emporter de provisions. C’était aussi une autre forme d’exercice pour la guerre, car on envoyait chaque jeune homme nu, en lui enjoignant d’errer toute une année à l’extérieur, dans les montagnes, et de se nourrir à l’aide de rapines et d’expédients semblables, cela de manière à n’être visible pour personne. C’est pourquoi on l’appelait cryptie : car on châtiait ceux qui avaient été vus quelque part » (trad. Piérart, p. 279-280).

38Dans l’ensemble, il n’y a pas de problème de sens, sauf sur deux points d’importance inégale. Lévy traduit épi tosonde chronon par « pendant une aussi longue période ». Le scholiaste n’ayant encore rien dit sur la durée de l’exercice, c’est supposer qu’il anticipe en pensant à ce qu’il va dire. Il est plus simple de comprendre, comme Piérart, « pendant un temps déterminé », c’est-à-dire fixé par les autorités, soit au coup par coup, soit, plutôt, une fois pour toutes. D’autre part, considérant que l’expression tis apo tes poléôs néos forme un bloc, Lévy traduit « un jeune de la cité » et commente (p. 249) : « l’expression pourrait indiquer que l’on hésite encore à les qualifier de citoyens ». En soi, ce commentaire est tout à fait recevable, car il semble qu’à Sparte on ne soit pas encore pleinement citoyen à vingt ans et qu’on le devienne progressivement entre vingt et trente ans ; mais la traduction est difficile à accepter. Celle de Piérart est préférable pour deux raisons : d’abord et surtout parce qu’il faut construire en reliant apo à èphieto et non à néos ; plus accessoirement, parce que dans la deuxième phrase apo tes poléôs est repris par exô et signifie donc bien « hors de la ville ».

39Nous abordons ici un texte d’un autre type, dont une des caractéristiques est de ne pas pouvoir être daté, même approximativement ; il s’agit d’un texte-reflet, dont l’information provient de sources impossibles à identifier. Cela dit, cette scholie fait partie de ce que le genre, très inégal, peut offrir de meilleur. Elle veut être un véritable commentaire au texte de Platon. D’abord, elle en dégage et en suit fidèlement (au moins en apparence) l’idée générale, en tentant de montrer en quoi la cryptie est effectivement un entraînement militaire, et cela, sans se borner à répéter platement ou à paraphraser ce que le philosophe a dit. L’information qui figure chez Platon est reprise, mais brièvement et allusivement : ainsi, tout ce qu’il dit de l’équipement « négatif » des cryptes est simplement résumé par gumnos ; la mention de l’hiver semble omise, mais est en réalité comprise dans la durée de la cryptie, puisque celle-ci est d’une année. L’absence de serviteurs et l’errance sont aussi reprises, et nettement. Le scholiaste ne parle pas de l’absence de matelas, mais, assez curieusement, le résultat de cette absence réapparaît comme le résultat d’autre chose : ici aussi, le crypte dort mal, mais c’est pour une raison psychologique (la crainte d’être surpris) et non matérielle.

40Mais le scholiaste ne se borne pas à suivre plus ou moins Platon ; il apporte, comme doit le faire un bon annotateur, des explications et des informations nouvelles. Il peut s’agir de détails comme les précisions sur la durée (détail important), la localisation dans les montagnes (Platon ne parle que de « territoire ») et l’obligation du vol. Il s’agit aussi d’un point tout à fait essentiel, l’interdiction d’être vu. Cette scholie est donc remarquable et mérite d’être traitée comme un véritable texte.

41Sa structure est curieuse. Elle juxtapose en effet deux développements descriptifs, séparés par une phrase explicative qui reprend l’idée générale de Platon, l’entraînement à la guerre. En apparence, donc, le premier développement veut être le simple énoncé de ce en quoi consistait la cryptie (du point de vue qui est aussi celui de Platon, le genre de vie du crypte), tandis que le deuxième, introduit par gar, a pour rôle de justifier l’interprétation que le scholiaste, après Platon, donne de cette coutume. C’est assurément là ce que l’auteur a voulu faire ; mais si on met en parallèle les deux développements, on s’aperçoit qu’ils ont pratiquement le même contenu ; le premier est donc tout aussi explicatif que le second et contient même un peu plus d’informations.

42À part les cases vides, la relation générale d’équivalence n’est altérée que pour le dernier élément, où elle est remplacée par une relation de cause à effet. Il n’y a donc pas de vraie différence entre la « description » et l’« explication » : cette présentation est un pur artifice.

  • 29 Remarque de Lévy, p. 250 et n. 20

43Le texte présente une autre singularité, plus importante parce qu’elle concerne le fond. Le scholiaste ne suit pas, comme il voudrait le faire croire, un, mais deux fils conducteurs. Une idée est clairement affichée, car c’est celle de Platon : la cryptie comme entraînement militaire. Le scholiaste fait donc son travail en se mettant au service de l’auteur qu’il commente et en justifiant son point de vue, y compris à l’aide d’éléments nouveaux. Telle est, en apparence, la fonction de la deuxième phrase. Cette intention explique l’emploi de mots du vocabulaire militaire qui ne sont pas chez Platon, aphiénai et apoluein29, mais, bizarrement, pour décrire l’« envoi en mission » des cryptes, il utilise des verbes appartenant au registre de la démobilisation, comme s’il s’agissait d’un envoi en permission.

44Il semble bien qu’il ait pensé quelque chose de tel. En effet, l’autre idée principale, non affichée comme la première mais pas pour autant dissimulée, est que l’essentiel de la cryptie tient dans la consigne qui est donnée aux jeunes, de passer un certain temps sans être vus de personne. C’est ce qu’énoncent la première et la dernière phrase ; cette idée encadre le texte, alors que l’autre en forme le centre. Si le scholiaste l’énonce en premier lieu, c’est parce qu’en cela aussi il fait son métier. Les règles de ce travail lui enjoignent en effet d’expliquer d’abord le mot cryptie employé par Platon, donc d’en donner l’étymologie. Cette tâche lui apparaît comme son devoir le plus important envers son lecteur : c’est pourquoi il y revient, de façon cette fois tout à fait explicite, dio kai, « c’est pourquoi on l’appelait cryptie » ; formule qui englobe aussi la deuxième partie.

  • 30 Trait souligné par Lévy, p. 249 : « le scholiaste fait de la cryptie une épreuve quasi rituelle ».

45Tous les éléments contenus dans la première partie sont présentés comme les conséquences inévitables de la consigne donnée au crypte (« il était donc forcé »...) : vivre dans les montagnes, se déplacer sans cesse, ne dormir que d’un œil, ne pas être escorté d’esclaves mais rester seul, et même ne pas emporter de provisions (parce qu’elles encombreraient sa marche ?). Or, cette obligation de se cacher, si importante qu’elle a donné naissance au mot, ne résulte ni du caractère d’entraînement militaire prêté à la cryptie (un guerrier grec n’a nul besoin de se cacher), ni même de quoi que ce soit d’utile ou de logique : l’ordre est donné, voilà tout. À quelqu’un qui présente les choses de cette manière, la cryptie ne peut apparaître que comme une activité absolument gratuite30. Un des détails qu’il donne sur le genre de vie du crypte me semble confirmer qu’il pensait bien ainsi : il dormait mal, dit-il, afin de n’être pas surpris. Dans cette conception de la cryptie, le jeune dormait naturellement la nuit : il n’est pas ici question d’inversion du rythme biologique. Qui pourrait surprendre, en pleine nuit, un jeune homme isolé au fond de la nature sauvage? Ce n’est pas une heure où on se promène dans les montagnes ; cela ne pouvait pas se faire par hasard. Le scholiaste pensait donc qu’après avoir envoyé les jeunes se cacher, les autorités envoyaient d’autres personnes à leur poursuite ; la nuit était un moment favorable pour surprendre les cryptes dans leur sommeil. Lévy a tout à fait raison de parler (p. 250) d’« une sorte d’immense jeu de cache-cache ».

46Il y a donc discordance entre les deux idées principales, entre les deux versants du texte ; car ou bien la cryptie était un entraînement militaire, donc quelque chose de logique et de fonctionnel, ou bien c’était une sorte de jeu. Il nous a semblé que cette incohérence s’esquissait déjà chez Aristote, mais elle est beaucoup plus sensible ici. Elle est d’autant plus surprenante que, comme nous l’avons vu, ce sont les mêmes informations qui sont utilisées successivement pour montrer d’abord que la cryptie était un jeu de cachettes, et ensuite qu’elle était un entraînement militaire, entièrement piloté par les autorités. Entre ces deux visions flotte, en quelque sorte, le mot gumnos. On peut être tenté de lui attribuer le sens technique, militaire, qu’il a aux époques archaïque et classique : sans armement lourd. C’est ce que propose Lévy (p. 250), et cette interprétation pourrait s’appuyer sur le fait que cette notion ne figure que dans la partie du texte qui veut justifier l’interprétation militaire ; mais, comme les deux parties ont en réalité à peu près le même contenu, cet argument n’a pas beaucoup de force. Je pense plutôt, comme je l’ai indiqué, que ce mot veut résumer tout ce que Platon dit du manque total d’équipement personnel du crypte. Il est certes exagéré, et le scholiaste l’emploie plutôt comme une sorte de métaphore. Toutefois, il y a dans la description de Platon une partie du corps du jeune homme qui est effectivement « nue » : ce sont les pieds. Ce détail semble avoir frappé le scholiaste, peut-être parce qu’il était chargé d’une signification sur laquelle nous aurons à revenir.

47Texte remarquable donc, à bien des égards. Un de ceux-ci est son originalité par rapport à Aristote, dont, peut-on penser, le développement sur la cryptie dans sa Lak. Pol. était devenu le locus classicus sur le sujet. Il en diffère d’abord par l’intention affichée : soutenir la vision platonicienne de la cryptie comme entraînement militaire, alors qu’Aristote y voit avant tout une chasse aux Hilotes. Des Hilotes il n’est ici pas question, non plus que d’armes ni d’inversion du rythme jour/nuit ; cette absence on ne peut proposer d’autre explication que la fidélité au texte commenté et au point de vue qu’il soutient. Il en diffère aussi sur quantité de points importants : la cryptie dure un an, alors qu’elle semble brève chez Aristote ; au lieu d’être un chasseur, le crypte, comme le dit très bien Lévy (p. 250), devient un gibier poursuivi par d’autres hommes ; au lieu d’emporter des vivres, il doit se nourrir par ses propres moyens. La scholie insiste beaucoup sur le vol ; celui-ci est présenté à la fois comme la conséquence nécessaire du manque de vivres et, ce qui est remarquable, comme le résultat d’un ordre donné par les autorités (prosétatton). Confusion avec l’agôgè ? Il n’y a aucune raison d’incriminer ici le scholiaste, et, comme pour Platon (mais sur des points différents), il vaut mieux penser à une reprise dans la cryptie (si ce trait est retenu comme authentique) de conduites déjà imposées lors de l’agôgè, donc à une sorte de régression vers l’enfance.

48Il semble donc que le scholiaste ait voulu se démarquer d’Aristote ; il est en tous cas évident qu’il a utilisé une autre source. Laquelle ? Il doit s’agir d’un texte dont Aristote n’a pas eu connaissance (sinon, il aurait utilisé l’information qu’il contient), donc, probablement, d’un auteur postérieur à lui, mettons du iiie siècle. La scholie à Aristophane, Thesmophories, v. 600, cite, à propos des cryptes, des Lakédaimoniôn Politeiai ;, contrairement à ce qu’affirme Knoepfler (p. 331), le pluriel est à prendre au sérieux, et montre qu’au moins une des Constitutions des Lacédémoniens autres que celle d’Aristote, et plus favorable à Lycurgue, traitait de la cryptie.

Textes à écarter

491. Papyrus fragmentaire du British Museum n° 187 ; iie siècle ap. Kenyon, R. Ph. 21 (1897), p. 1-4. P. Girard, REG 11 (1898), p. 31-38 ; d’où D. S. art. krypteia, n. 9. H. J. M. Milne, Catalogue of the literary papyri in the British Museum (1927), n° 114, p. 88-89 ; cf. R. A. Pack, The greek and latin literary texts from Graeco-Roman Egypt (1965), n° 358, et Piérart, p. 283-285.

50Texte lu par Milne : αγα...ν[ἡ] ϕύσις χ[λαν?] ίδα λασόντες και δι{ε}ϕθέραν καὶ καλβατείνας εἰς δύ’ ἔτη{ι} διαμένουσι ὑδροπο τουντες καὶ νιϕόμενοι σκάπτοντες καὶ ἀναγκϕαο<ΰ>ντες ἰατρῶν οὔτε{ι}δια<ί>τας νόμους ἐνδεχόμενοι, ἀλλὰ ζωντες ἀνέθισ [τοι] μαλακίας καὶ ἡδυπαθίας. Ὴγησίλαος δὲ ὁ Δάκων κατεπλήττετο--- «... la nature. Ayant pris un (manteau de laine ?), une peau de bête et des chaussures de peau, ils restent deux ans à boire de l’eau, dans la neige, à creuser, à manger juste le nécessaire, sans recevoir de conseils des médecins, mais vivant sans accoutumance à la mollesse et au luxe. Hégésilaos le Laconien était frappé de stupeur... » (trad. Piérart).

  • 31 S’il s’agissait de Sparte, la lecture, à la fin, de κατεπλήττετo surprendrait, car on attendrait l (...)

51Depuis P. Girard, qui a attiré l’attention sur lui, ce texte passe généralement pour concerner la cryptie. On y voit en effet décrit un mode de vie, apparemment organisé par l’État (les sujets « touchent » leur équipement), qui, dans son extrême dureté, ressemble à celui des cryptes ; la mention de la neige constitue même un point de contact très précis. Il en diffère aussi, par sa durée, extrêmement longue (un vrai « service éphébique », en fait), et par les travaux de terrassement ; ceux-ci évoquent, par contre, les agronomes platoniciens. S’il s’agissait de la cryptie (auquel cas il faudrait postuler une contamination avec l’agronomie), ce texte apporterait deux précisions tout à fait intéressantes, les kalbatinai et la diphthéra. L’apparition, à la fin, d’Agésilas passe souvent pour confirmer que c’est bien un usage Spartiate qui est décrit31.

  • 32 Cf. H. J. M. Milne : « Sparta is excluded here by the spécification ó ٨άκων in 1. 19 ». Piérart es (...)

52En fait, c’est très probablement juste le contraire. La façon dont est introduit le nom d’Agésilas, Hégésilaos ho Lakôn, montre qu’on change de sujet et exclut pratiquement qu’auparavant il soit déjà question de Sparte32 ; car, si tel était le cas, on trouverait une formule comme « le roi Agésilas » ou « Agésilas, fils d’Archidamos ». Milne attribue le texte à Éphore, auquel il prête une Constitution des Crétois ; mais c’est là un problème dans lequel nous ne nous aventurerons pas ici. Ce que l’on peut tenir pour assuré, c’est, sinon que ce texte ne décrivait pas la cryptie Spartiate, du moins que pèsent sur lui de tels doutes qu’il est impossible de l’utiliser.

532. Justin III, 3, 6. Pueros puberes non in forum, sed in agrum deduci praecepit, ut primos annos non in luxuria, sed in opere et laboribus agerent. Nihil eos somni causa substernere, et vitam sine pulmento degere, neque prius in urbem redire quam viri facti essent, statuit, « il (Lycurgue) prescrivit d’emmener les enfants, une fois pubères, non sur la place publique, mais à la campagne, de façon à ce qu’ils passent leurs premières années non dans le luxe, mais au travail et à la peine. Il décida qu’ils n’auraient pas de couche pour dormir, qu’ils vivraient sans manger de brouet, et ne reviendraient pas en ville avant d’être devenus des hommes » (trad. Lévy).

  • 33 Lévy rappelle que les iuvenes ont été traités dans le paragraphe précédent.
  • 34 Sur cette scholie et les classes d’âge à Sparte : C. M. Tazelaar, « Paides kai Ephèboi », Mnemosyn (...)

54Je suis entièrement d’accord avec Lévy pour estimer qu’il n’est ici aucunement question de la cryptie, qui n’est d’ailleurs pas nommée, mais de l’agôgè ou, plus précisément, d’une phase de l’agôgè. Ceux dont il s’agit sont des pueri (= paides) puberes qui ne sont pas encore viri33. Intégrée au système de l’agôgè, cette donnée signifie à peu près les 14-20 ans ; c’est-à-dire que Justin s’accorde mieux avec le système de classes d’âge de la scholie à Strabon, où il est dit que « le pais est éphèbe de 14 à 20 ans »34, qu’avec celui de Plutarque, où la deuxième phase de l’agôgè commence dès douze ans ; or, sur ce point, l’information transmise par cette scholie est plus précise, ce qui suggère que Trogue-Pompée a puisé à bonne source. Cela dit, le résumé de Justin « dramatise » l’agôgè en la présentant comme si pendant toute cette période les jeunes restaient « en retraite » hors de la ville, ce qui n’était bien sûr pas le cas. Certes, les traits retenus par Justin conviennent aussi à la cryptie, mais aucun n’est topique (ni l’interdiction d’être vu, ni le meurtre des Hilotes n’apparaissent), et le retour dans la cryptie d’éléments de l’agôgè est un fait que nous avons déjà rencontré. Il ne saurait donc être question de taxer Justin de confusion.

Portrait d’un jeune Spartiate en crypte

55Ainsi, trois textes seulement sont utilisables pour tenter une description de la cryptie, Platon, Aristote et la scholie à Platon ; mais, d’une part, c’est un type de situation auquel ceux qui s’intéressent à Sparte sont habitués (trois, c’est même beaucoup), et, d’autre part, ce sont de bons textes.

56Ils ne disent pas la même chose, et c’est fort bien ainsi ; mais il est clair qu’ils parlent de la même chose, et que la cryptie qu’ils évoquent est une coutume unique, et non une série d’actes éparpillés dans le temps et dans l’espace. Ma première conclusion sera donc que cette coutume particulière a effectivement existé. Quant aux divergences entre les sources, elles portent quelquefois, comme on verra, sur des points précis ; mais les plus importantes concernent l’interprétation de la coutume, c’est-à-dire la finalité qu’il convient de lui attribuer. Tous les auteurs anciens estiment en effet qu’expliquer la cryptie, c’est dire à quoi elle servait. Il semble que non seulement nos sources, mais les Anciens en général, se soient partagés entre deux interprétations. Platon et la Scholie soutiennent que, sans être une activité militaire (comme seraient par exemple des patrouilles ou une garde du territoire), car elle leur apparaît trop gratuite et trop sauvage pour cela, la cryptie peut être rangée au nombre des entraînements en vue de la guerre. On a douté de la pertinence de ce point de vue, en soulignant que ce à quoi le jeune était ainsi préparé était tout autre chose que le vrai combat d’hoplites (Jeanmaire), et même son symétrique inverse (Vidal-Naquet). Assurément ; mais l’interprétation militaire n’est pas pour autant absurde. La guerre a un côté physique, et tout entraînement de cette nature a son utilité. Même dans les armées classiques le soldat mène une vie inconfortable, et à cela la cryptie serait une remarquable préparation, le symbole de cet inconfort militaire étant le couchage sur des stibades. Enfin et surtout, les circonstances peuvent placer les combattants dans des situations extrêmes, à la fois physiquement et psychologiquement, situations où l’aptitude à la survie est déterminante : Anabase en est un exemple très connu, mais on pensera aussi à ces guerres de défense ultime, à ces combats incertains, de nuit, dans la tempête, qu’a étudiés P. Ellinger, et qui ne sont certes pas tous mythiques. L’interprétation militaire semble donc avoir un sens ; mais le fait majeur sur lequel elle bute, c’est qu’un entraînement de ce genre, pour avoir une quelconque efficacité, doit être imposé à tout le monde. En fait, l’idée d’efficacité semble complètement absente de la cryptie.

57L’autre interprétation de la cryptie repose sur un aspect que taisent, volontairement, semble-t-il, les partisans de la thèse militaire : le meurtre des Hilotes. On en fait alors une répression visant à maintenir les esclaves dans l’obéissance. Cette interprétation aussi n’a rien d’absurde. Il n’est pas nécessaire pour que la répression soit efficace que les cryptes aient à leur service toute une administration : au contraire, que les victimes, certainement peu nombreuses, aient été prises au hasard souligne la signification de la cryptie comme conduite symbolique, visant non à punir des coupables ou à éliminer des suspects, mais à réaffirmer spectaculairement la norme fondamentale de la société Spartiate. Le problème de cette interprétation, c’est qu’elle attribue au meurtre des Hilotes une place centrale : on y reviendra.

58Il n’en s’agit pas moins, dans les deux cas, de rationalisations. Qu’on puisse les mettre sur le même plan donne à penser que la cryptie doit être une réalité d’un autre ordre. Les Anciens ont essayé de la penser selon leurs concepts, mais sans parvenir à dissiper une impression que l’on ressent même à lire ce que les textes (surtout la Scholie) disent de la façon dont les choses se passaient, à savoir que la cryptie n’avait pas de finalité matérielle directe.

59Il ne s’agit pas seulement d’explications destinées à rendre la cryptie intelligible ; comme rien de ce qui est dit de Sparte à l’époque classique n’est jamais vraiment neutre, ce sont aussi des arguments dans le grand débat. La cryptie paraît ainsi faire l’objet d’un procès. Ses défenseurs soutiennent qu’il s’agit d’un entraînement, extrêmement dur, certes, en vue de la guerre. C’est ce que fait Mégillos ; on sait que Platon retourne l’argument, puisqu’une de ses grandes critiques contre Sparte est qu’on s’y prépare trop exclusivement à la guerre ; il n’a rien contre la cryptie en elle-même, mais condamne le système dont elle fait partie. Les adversaires de la cryptie, eux, montent en épingle la chasse aux Hilotes, que ses défenseurs se gardent bien de mentionner ; elle devient ainsi un rite absurde et sanguinaire, qui témoigne du mépris dans lequel les Spartiates tenaient la vie humaine.

60Le nom du crypte. La cryptie : ἡ κρύπτεία, Platon, Plutarque Lyc., Plutarque Cléom. ; κρύπτεια, Scholie à Platon. ‘H κρυπτή, Hérakleidès. Le flottement κρύπτεία / κρυπτή dans deux textes dérivant d’Aristote, Lak. Pol., suggère que dans cet ouvrage l’abstrait ne figurait pas.

  • 35 κρύπτεται G. Bernhardy, éd. de Suidas (1883), II, I, p. 424 ; KpuTrrelai F. V. Fritzsche, éd. des (...)

61Le crypte : ὁ κρυπτός, Platon, Lois VI, 763 b. Ό κρύπτης figure (au pluriel, κρυπται) dans la scholie à Aristophane, Thesm. 600 ; une fois seulement, au début (καλουνται μὲν γὰρ καὶ κρύπται), la deuxième occurrence, à la fin, résultant d’une correction (le manuscrit de Ravenne a κρύπτεται). Ce κρύπται a souvent été corrigé par les éditeurs35. Knoepfler a peut-être raison de condamner * κρυπτης comme vox nihili et de préférer κρυπτός. Toutefois, s’agissant des cryptes spartiates, on est en somme à un partout (encore les kryptoi de Platon sont-ils les agronomes de la cité idéale et non les cryptes, et peut-être la réalité qui se cache derrière eux n’est-elle pas Spartiate), et on peut être tenté par les dérivations parallèles ὁ κρυπτός- ἡ κρυπτή et κρύπτης -> ἡ κρυπτεία, ou κρύπτεια, qui est l’accentuation de la Scholie à Platon.

  • 36 Xén., Hell. III, 4, 32, τά δέκα ἀϕ’ ἤβης II vaut mieux ne pas utiliser Platon, LoisV1, 760 b, sur (...)

62L’âge du crypte est indiqué par Aristote : les cryptes sont choisis parmi les néoi. Il s’agit sans aucun doute de la catégorie d’âge qui vient chronologiquement après les paides (jusqu’à 18 ans) et les éphèboi ; on sait que Xénophon emploie les termes (« techniques ») paides, paidiskoi, et, pour néoi, hébôntes. On admet que cette catégorie allait à Sparte de 21 à 30 ans36. Les néoi d’Aristote sont donc des Spartiates adultes, mais, semble-t-il, non encore complètement citoyens ; le chapitre IV de la Lak. Pol. de Xénophon montre qu’ils faisaient l’objet d’une constante surveillance et d’une forme d’« éducation » ; ils n’étaient donc pas complètement autonomes, il s’en faut de beaucoup.

  • 37 La nascità del kosmos, 1991, p. 154-155.
  • 38 Platon emploie aussi ἅρχoντες (concurremment avec d’autres termes) pour désigner les chefs des agr (...)

63Mode de recrutement. Aristote les fait choisir par ceux qu’il appelle les archontes ton néon. Ce ne sont évidemment pas les éphores (sous l’autorité suprême desquels, selon Xénophon, les hébôntes sont placés) ; ce n’est pas non plus le pédonome, qui est unique et, d’ailleurs, s’occupe des paides. Comme M. Nafissi37, je crois que si cette expression désigne des responsables connus par ailleurs, il ne peut s’agir que de ceux que Xénophon appelle les hippagrètes38. Certes, les hippagrètes ne sont proprement que les chefs des hippeis, mais comme, chaque année, ils choisissent ceux-ci parmi les hébôntes, ils ont d’une certaine façon autorité sur toute la jeunesse.

64Si donc ce sont les hippagrètes en fonction chaque année qui ont la responsabilité de choisir les meilleurs des jeunes pour qu’ils accomplissent la cryptie, il semble inévitable qu’ils les choisissent parmi ceux qu’ils ont déjà recrutés (car cela semble être leur premier acte, et c’est logique) comme hippeis ; agir autrement serait désavouer leur propre choix. Cela revient à dire que les cryptes étaient choisis parmi les choisis ; ce qui fait bien ressortir leur caractère d’élite. À ce que dit Aristote, le critère du choix était un peu particulier par rapport au système des valeurs Spartiate : ce n’était pas la vaillance, les exploits, la force physique ou le rang social, mais l’intelligence, ou plutôt, car ce terme convient mieux aux activités cryptiques, l’astuce.

65Ainsi semblent se dessiner comme les degrés d’une « carrière » : simple hébôn, ayant déjà fait ses preuves au cours de l’agôgè, puis hippeus, puis crypte. Ainsi la cryptie prend-elle un sens précis, comme étape dans un processus continu de sélection. Mais peut-être les choses ne s’arrêtaient-elles pas là. Hérodote (I, 67) dit en effet que parmi les hippeis sortant de la catégorie par ancienneté on choisissait chaque année quatre aga- thoergoi qui restaient pendant cette année au service de la cité. Les missions confiées aux agathoergoi semblent, d’après ce qu’on en sait, très particulières : elles sont souvent solitaires, elles s’accomplissent souvent exô, hors de Laconie, et elles s’apparentent plus à la recherche du renseignement et au service secret qu’à la diplomatie. Les cryptes, déjà recrutés parmi les hippeis comme les plus doués pour des activités faisant plus appel à la ruse qu’à la force, semblent tout désignés pour former le vivier dans lequel seront plus tard sélectionnés les agathoergoi. La cryptie fonctionnerait ainsi comme un « stage » leur permettant de faire leurs preuves.

66Est-il nécessaire de préciser que pour moi cette suggestion n’est en rien contradictoire avec l’évident caractère rituel de la cryptie? L’agôgè tout entière offre l’exemple d’un ensemble complet de rites d’initiation remployés dans un cadre nouveau et avec une finalité nouvelle, la « fabrication » du citoyen et la sélection des élites.

67Le nombre est un point sur lequel nous n’avons aucun renseignement précis. Platon, nous l’avons vu, semble raisonner comme si tous les jeunes subissaient la cryptie, mais il ne pensait sûrement pas ainsi et cela montre seulement que son raisonnement est biaisé. Le scholiaste, lui, semble s’exprimer comme s’il n’y avait qu’un crypte, mais c’est probablement un singulier collectif. Quant à Aristote, il emploie seulement un pluriel. On ne peut qu’émettre des hypothèses, suggérées par ce qu’est la cryptie en elle-même et par son mode de fonctionnement ; je pense que les cryptes n’étaient pas très nombreux, de l’ordre de la dizaine par groupe.

68Fréquence. Le seul auteur à évoquer cet aspect est Aristote, mais l’expression qu’il emploie, dia chronou, « de temps à autre », ne nous renseigne guère. Elle semble indiquer une fréquence irrégulière, mais cela même n’est pas sûr. Le scholiaste, qui croit que la cryptie durait un an, pense peut-être aussi à une fréquence annuelle (ainsi, il y aurait toujours eu des cryptes). C’est ce type de fréquence qui me paraît le plus vraisemblable.

69Durée. Un an, donc, pour le scholiaste, qui semble de ce fait prendre la cryptie pour une sorte de « fonction ». Cela paraît très peu probable, moins peut-être physiquement (encore que le problème de la nourriture, par exemple, soit, semble-t-il, impossible à résoudre pendant aussi longtemps) que psychologiquement. Aristote ne dit rien à ce sujet, mais le fait quepour lui les cryptes emportaient les vivres nécessaires implique une durée relativement brève ; ce que, selon Lévy (p. 250), confirmerait son expression dia chronou (mais je ne vois pas bien en quoi). Platon évoque l’hiver, et son scholiaste, en faisant durer la cryptie un an, englobe implicitement cette saison ; faut-il en déduire qu’elle était choisie de préférence par les gentils organisateurs?

70Lieu. Aristote ne le désigne pas avec précision, mais ses notations s’enchaînent logiquement : on envoie les cryptes « à la campagne », ils se dispersent « dans des endroits couverts », et enfin la nuit, « ils descendent » à la recherche d’Hilotes. L’image qui se dégage de tout cela est celle de la moyenne montagne boisée, qui constitue souvent les « confins » des cités grecques. Rien n’est plus logique, puisque le crypte doit en quelque sorte « prendre le maquis ». Le scholiaste, lui, précise, deux fois, « les montagnes ». Le crypte peut non seulement s’y cacher, mais aussi y trouver de l’eau courante et y capturer du gibier. Du fait qu’il court les montagnes, il s’apparente donc dans une certaine mesure aux orophylakes, aux « gardes des montagnes » dont parlent de nombreuses inscriptions des époques hellénistique et impériale ; mais lui, les textes sont clairs sur ce point, il ne garde rien.

  • 39 Agesilaos and the crisis of Sparta, 1987, p. 31.

71Les montagnes : on aimerait pouvoir préciser cette localisation générique. P. Cartledge39 a posé l’inévitable question : Laconie ou Messénie ? Il penche pour la Messénie, mais c’est parce qu’il voit la cryptie comme une véritable répression anti-hilotique ; auquel cas il est clair que les Hilotes les plus dangereux étaient ceux de Messénie. Si en revanche la cryptie n’était pas une répression au sens habituel, il vaut mieux penser à la Laconie ; ses montagnes offrent maints lieux déserts propices à l’activité que nous étudions, et on peut estimer qu’envoyer quelques jeunes aussi loin de Sparte que l’est la Messénie aurait été prendre un risque excessif.

72Les armes. Ce sujet n’est abordé que par Aristote, et c’est logique, puisqu’il met l’accent sur le meurtre des Hilotes. Le texte de Plutarque est très précis : le crypte ne peut s’armer à sa guise, il n’a droit qu’à des « armes de poing », encheiridia. Ces poignards peuvent aussi servir d’outils, et ils ne sont pas encombrants. Quant aux hopla d’Hérakleidès, c’est probablement une simple impropriété. On peut interpréter en un sens militaire le gumnos de la Scholie (ainsi, Lévy, p. 250), mais, malgré la proximité de l’expression « forme d’exercice en vue de la guerre », le contexte me semble être non pas l’absence d’armes lourdes mais l’absence de tout équipement.

  • 40 Cf. ci-dessus, n. 9.
  • 41 III, 22, 2 ; voir l. Edmonds, « Thucydides on monosandalism », Mél. Sterling Dow, 1984, p. 71-75, o (...)

73L’équipement. C’est Platon qui est le plus précis sur l’équipement plus que sommaire du crypte (Aristote : allo d’ouden). Deux absences lui semblent significatives de ce dénuement voulu, et ce choix est judicieux, car ce sont deux objets dont le manque a une valeur symbolique. C’est d’abord le matelas, mais que le crypte n’y ait pas droit (d’ailleurs, comment le transporter ?) ne veut pas dire qu’il couchait à même le sol. Rien ne l’empêchait de se confectionner chaque soir une couche de branchages, stibas, pour s’isoler du sol. Or, la stibas a une double signification : elle symbolise la vie militaire et la condition du guerrier (par exemple, dans l’épisode des Epeunactes), et, comme l’a montré A. Paradiso40, elle intervient dans des rites de passage et de ce fait convient fort bien au crypte. L’autre absence est celle des chaussures. Être pieds nus est chose assez banale ; vivre ainsi l’est moins. C’était aussi le cas des enfants pendant l’agôgè et on pourrait se contenter de dire qu’ainsi le crypte retourne à la vie primitive de l’enfance. Mais, pour des raisons qui vont apparaître, on peut aussi rapprocher de celui du crypte un équipement plus singulier : celui qui consiste à avoir un pied chaussé et l’autre nu ; en ce cas, la nudité est comme soulignée. Ce « monosandalisme » a déjà été fort étudié, et je ne reviendrai que sur un épisode, d’ailleurs parfaitement « historique », qui, à cause de son caractère guerrier, se prête au rapprochement avec la cryptie : la sortie des Platéens assiégés racontée par Thucydide41. Lors de cette sortie, les Platéens sont équipés d’une seule sandale, prétendument pour éviter de glisser dans la boue. Certains détails se prêtent au rapprochement avec la cryptie : l’affaire a lieu de nuit (comme l’activité des cryptes selon Aristote) ; les soldats ne sont armés que de poignards ; la sortie est faite par des volontaires, donc des gens qui se sont choisis eux-mêmes ; c’est l’hiver (il gèle) ; le mot d’ordre est : ne pas être vu. Des guerriers furtifs, donc. Comme le dit P. Vidal-Naquet, « ils retrouvent tout naturellement l’équipement des rites d’adolescence ».

  • 42 Ducat, p. 54 et 167-168.
  • 43 L. Robert, Études anatoliennes (1937), p. 106-108 ; cf. J. et L. Robert, La Carie II, 1954, n° 162 (...)

74L’absence d’esclaves. C’est un des traits que mentionnent à la fois Platon (avec une insistance particulière) et son scholiaste. Aristote n’en parle pas, mais on ne voit pas comment des esclaves pourraient participer à la vie des cryptes telle qu’il la décrit. Mais à quelle présence s’oppose cette absence ? J’y ai vu42 une preuve que des esclaves accompagnaient les enfants spartiates pendant l’agôgè. Lévy (p. 249, n. 17) pense à une opposition avec la vie militaire, où le citoyen peut être servi par des esclaves. Une variante de cette interprétation militaire serait préférable, comme en rapport plus direct avec l’activité des cryptes : une inscription datant de l’époque impériale et étudiée par J. et L. Robert43 concerne une dédicace faite à la « Mère des dieux montagnarde » par un paraphylax (« chef de police ») et des néaniskoi accompagnés de leurs « palefreniers », hippokomoi, qui sont des esclaves. À l’appui de mon interprétation je ferai valoir que ce dont il est question dans ce passage des Lois, ce n’est pas la vie militaire, mais la finalité guerrière de l’éducation Spartiate, ce qui fait qu’une comparaison implicite avec l’agôgè serait plus naturelle ; mais je ne méconnais pas la valeur toute relative de cet argument.

75La nourriture. C’est un des quelques points sur lesquels les sources s’opposent catégoriquement. Platon n’en parle pas (alors que son propos est la dureté de la cryptie ; mais on se gardera de raisonner sur l’absence) ; c’est le scholiaste qui affirme que le jeune ne pouvait emporter aucune provision. Certes, cela est logique ; pour un an, à quoi serviraient les quelques vivres qu’on peut emporter ? Mais il présente plutôt cela comme un interdit, un de plus. Aristote, au contraire, dit que le crypte n’emportait comme nourriture que « le strict nécessaire ». Il faut donc trancher ; on ne peut le faire qu’en fonction de ce qu’on pense de la durée de l’épreuve : la position d’Aristote est manifestement plus « raisonnable » et se rapproche davantage du possible.

76Le vol. Cette pratique n’est signalée que par le scholiaste ; on comprend que Mégillos n’en parle pas (encore que Xénophon, admirateur de la tradition Spartiate, n’évite pas le sujet quand il traite de l’agôgè, et emploie toutes les ressources de sa rhétorique à le justifier). Pour lui, c’était une nécessité résultant à la fois de l’interdiction d’emporter des provisions et de la durée de la cryptie. Étant « invisible », le crypte n’avait pas d’autre moyen que le vol (et la chasse, mais celle-ci ne pouvait suffire, et aller dans des endroits giboyeux était s’exposer à des rencontres) pour se procurer de la nourriture. Ce qui est remarquable dans ces conditions, c’est que le scholiaste éprouve le besoin d’affirmer que la pratique du vol « et d’autres expédients semblables » faisait aussi l’objet d’une prescription des autorités ; il dépeint un crypte ligoté par les ordres et les interdits.

77Aristote (dans la version transmise par Plutarque) ne parle pas de vol. En soi, le fait de pouvoir emporter des vivres ne l’exclut pas nécessairement ; il peut permettre d’améliorer l’ordinaire ; mais il serait assurément dangereux d’essayer de concilier les textes de cette façon. Qu’en était-il en réalité? On peut s’en tenir au silence d’Aristote, et supposer que le vol est une inférence du scholiaste (ou de sa source), sur la base de la pratique bien connue dans l’agôgè, pour expliquer comment le crypte pouvait « tenir » un an. C’est ce raisonnement qui paraît le plus solide, mais je ne le dis pas sans regret, car j’avoue que le vol me semblerait compléter congrûment le portrait du crypte et s’accorder au mieux avec cette régression vers l’enfance et vers la sauvagerie qu’il doit subir.

78Un loup solitaire ? Lévy a beaucoup insisté sur la solitude du crypte décrit par la Scholie : « Le premier élément en est la solitude, suggérée par l’expression τίς...νέος°». Presque tout le texte est au singulier (Lévy, p. 249). Faut-il admettre que les autorités n’envoyaient qu’un crypte à la fois, c’est-à-dire, toujours selon le scholiaste, un par an? Lévy lui-même hésite à aller jusque-là. Platon emploie le pluriel, mais dans des formules abstraites et généralisantes. C’est encore une fois Aristote qui est le plus précis. Les cryptes sont d’abord plusieurs au moment de leur sélection (tous... dokountas) ; ensuite, ils se dispersent pendant le jour, pour mieux se dissimuler, puis, semble-t-il (à cause du pluriel, et aussi de l’opposition qui semble systématique entre les conduites diurne et nocturne), se rassemblent pour la chasse à l’Hilote. Ainsi, pour Aristote, pendant la partie de son existence qui est la plus significative (puisque le jour il ne fait guère que dormir), le crypte n’est pas solitaire. Pour la chasse, il est utile de se rassembler en meutes. Si après avoir lu Aristote on revient à la Scholie, on se dit qu’après tout rien n’impose de penser que son auteur se soit représenté le crypte comme solitaire. Un seul crypte à la fois, un seul par an, voilà qui est peu croyable ; il me semble à peu près sûr que le singulier du scholiaste est un collectif à valeur générale (comme nous disons « le crypte »), et rien ne s’oppose même à ce qu’il ait conçu les cryptes comme vivant ensemble. Reste la solitude diurne d’Aristote, qui, elle, semble authentique.

79Ne pas être vu. Mè ophthènai : je pense que c’est le scholiaste qui a le plus fidèlement transcrit le mot d’ordre qui est au cœur de la cryptie, puisqu’elle lui doit son nom. « Ne pas être vu », et non « se cacher », formulation d’Aristote (kruptontai Hérakleidès, apékrupton Plutarque), quoique le nom de la cryptie vienne en fait de là : se cacher n’est que le moyen pour ne pas être vu. Cette formulation accentue le côté d’interdit, presque de tabou, de ce mot d’ordre ; avec cette particularité que si le crypte est l’objet d’un tabou visuel (il doit, littéralement, se rendre invisible), en cas d’infraction, c’est lui qui est puni, non ceux qui l’ont vu. Mais, dira-t-on, n’est-ce pas aller un peu loin? À la guerre aussi, pour certaines missions, il faut ne pas être vu ; la cryptie serait à cela un bon entraînement, et il est logique de punir le mauvais soldat. Certes ; mais à la guerre, ne pas être vu est un moyen, non une fin. Un soldat qui, pendant une campagne, se bornerait à n’être vu de personne, serait jugé plus digne du conseil de guerre que d’une décoration. Ne pas être vu n’a de sens que si cela permet de voir, de recueillir des informations, sans que l’ennemi sache qu’il a été vu. Mais il y a plus : voir sans être vu n’a aucune utilité si on est seul à voir, si l’information ainsi recueillie n’est pas communiquée le plus vite possible à l’autorité responsable. D’où la trilogie du renseignement militaire : voir - sans être vu - rendre compte. Or il est clair d’une part que le crypte n’a rien à voir, et, d’autre part, que, même s’il voyait quelque chose, son « invisibilité » lui interdirait de rendre compte. Cette comparaison avec la théorie militaire du renseignement rend sensible ce que la cryptie a de gratuit : ce n’est en rien une activité militaire, même pas un entraînement.

80Des chasseurs ? Comme on l’a vu en étudiant ce texte, la Scholie implique que les autorités envoyaient aussi des personnes chargées de débusquer le crypte ; mais ce texte est le seul à supposer une telle pratique. Aristote, en particulier, n’en parle pas ; on peut tenir la chose pour invraisemblable, et qu’il s’agit d’une simple inférence (d’ailleurs informulée) du scholiaste. Il n’en reste pas moins que pour avoir un sens, l’interdiction d’être vu et les sanctions qui l’accompagnent supposent une certaine coopération de la population, dont on attend qu’elle rapporte aux autorités si elle a pu identifier tel ou tel crypte.

81L’errance est un thème majeur, présent dans tous les textes, soit explicitement (verbe planasthai chez Platon et dans la Scholie), soit implicitement. Chez Aristote, c’est allôs qui va dans ce sens ; toutefois, le mot signifie simplement que les cryptes sont expédiés sans but ni mission déterminés, et n’implique pas nécessairement qu’ils se déplacent sans cesse. Au fond, cette errance est une chose assez singulière, car on peut se demander s’il ne vaudrait pas mieux pour les cryptes de bien se cacher quelque part, de n’en plus bouger et d’y passer tranquillement leur temps. Ce serait bien sûr dénaturer l’épreuve, dont l’errance semble précisément être une des composantes essentielles, mais c’est un fait qu’à partir du moment où les jeunes restent invisibles, nul ne peut savoir s’ils se déplacent ou non – sauf s’ils laissent derrière eux des cadavres d’Hilotes. Est-ce le besoin de rechercher de nouvelles victimes, recherche dans laquelle la surprise était un élément indispensable, qui dans la réalité obligeait les cryptes à se déplacer sans cesse? Mais les meurtres étaient-ils si nombreux?

82On peut se demander s’il est bien nécessaire de chercher une motivation rationnelle à cette errance. Le plus important, c’est l’impression que Platon et la Scholie veulent communiquer en parlant d’errance. Elle se situe non seulement hors de la ville, mais hors des espaces aménagés et parcourus par les hommes, dans les confins qui entourent le véritable territoire de la cité. Dans cet espace d’une sauvagerie indifférenciée, les cryptes errent, comme errent, presque par définition, pour les Grecs, les exilés, les sans-cité, les mendiants. L’errance est le complément nécessaire des manques qui excluent les cryptes de la vie civique et civilisée : absence de couchage, absence de chaussures, absence d’esclaves. Il n’était donc même pas nécessaire qu’elle fut réelle pour faire partie de la représentation qu’on avait de la cryptie : c’est un élément du tableau de la vie sauvage que mènent les jeunes momentanément exclus de leur cité. Cette exclusion temporaire, réglementée et d’allure rituelle, qui entraîne l’errance, est assurément un des traits saillants de la cryptie ; elle l’apparente à des pratiques comme les pharmakoi ou le ver sacrum.

83Le rythme jour/nuit. Thème majeur également, qui revient d’une façon ou d’une autre dans tous les textes ; mais les présentations diffèrent. Si la Scholie évoque les nuits des cryptes, c’est seulement pour dire que la crainte d’être surpris les rendait mauvaises. Chez Platon, le rythme normal est comme suspendu : les cryptes « errent » « de nuit comme de jour », donc ils dorment de jour comme de nuit. Chez Aristote enfin, le rythme est inversé. L’auteur ne dit pas pourquoi, mais la chose semble s’expliquer d’une façon très logique : ce serait pour mieux surprendre les Hilotes que les expéditions des cryptes étaient nocturnes. En réalité, c’était là se compliquer considérablement la tâche. Les Hilotes n’avaient aucune raison d’être dans les champs ou sur les routes la nuit, et, s’ils savaient qu’il y avait une cryptie en cours dans la région, ils devaient se hâter de s’enfermer chez eux dès le soir tombé. À moins d’aller les y débusquer (mais ce n’était évidemment guère facile), il aurait été plus logique de les surprendre de jour, sur leurs lieux de travail. Il semble donc que, pas plus que l’errance, le caractère nocturne de l’activité des cryptes selon Aristote ne soit à expliquer par des considérations pratiques. Peut-être ce trait est-il lié au tabou visuel : ils ne doivent même pas être vus de leurs victimes. Quoi qu’il en soit, le résultat de la suspension (chez Platon) ou de l’inversion (chez Aristote) du rythme normal de l’activité humaine fait régresser le crypte au-delà même de la vie sauvage dont il a été jusqu’à présent question, jusqu’à l’animalité cruelle des prédateurs nocturnes.

84La chasse aux Hilotes. Comme on sait, Aristote est le seul à en parler. La réalité de cette chasse ne me semble pas pour autant pouvoir être mise en doute : Mégillos avait ses raisons pour être discret là-dessus, et, de toutes façons, ce n’était pas son sujet ; le silence de la Scholie est assurément plus surprenant, mais il doit être en rapport avec celui du texte qu’elle commente. Reste à savoir comment la chose se passait. Plutarque propose successivement deux scénarios pour le choix de la victime : celle-ci, dit-il d’abord, était prise au hasard (étant formulée la première, cette éventualité apparaît de ce fait comme la plus fréquente) mais, « souvent aussi », elle était désignée par ses qualités personnelles, qui en faisaient un danger pour l’État. On peut se demander quel critère faisait choisir une manière plutôt que l’autre. L’ordre dans lequel Plutarque les mentionne implique que le deuxième scénario s’appliquait quand le premier avait échoué, c’est-à-dire : quand le hasard n’avait fourni aucune victime. Mais c’est invraisemblable : si les cryptes disposaient de renseignements sur des Hilotes à éliminer, c’est cela qu’ils devaient faire d’abord. Si donc on essaie de se représenter concrètement les choses comme les décrit Plutarque, on n’aboutit à rien qui vaille. La raison en est évidente : c’est que les deux conduites combinées par Plutarque sont de nature différente. La deuxième est strictement rationnelle : une répression préventive méthodiquement conduite. Dans la première, l’objectif est de tuer un Hilote quel qu’il soit. Il est évident que la deuxième manière ne s’accorde en rien avec le caractère sauvage, primitif, régressif du genre de vie du crypte, tel qu’il est dépeint par le texte lui-même. Pourquoi, pour une mission aussi importante et aussi délicate, s’être ingénié, non à donner à ceux à qui elle était confiée tous les moyens possibles, mais au contraire à les en priver ? C’est pourquoi, désireux d’épargner à Aristote un propos aussi contradictoire, j’ai suggéré plus haut que seul le premier scénario, celui du hasard, figurait dans son texte, et que le deuxième est une variante rationalisante, peut-être née d’un rapprochement indu avec le massacre des deux mille, que Plutarque a maladroitement couplée avec le premier.

  • 44 Faute de connaître le nombre des cryptes, on ne peut dire s’ils se rassemblaient tous ou s’ils for (...)
  • 45 Xén., Hell. III, 3, 7.

85Je suis convaincu que, dans la réalité comme pour Aristote, les victimes étaient prises au hasard. On comprend que pour cette activité les cryptes se soient rassemblés en « meutes »44 ; pour un homme seul, armé uniquement d’un poignard, un Hilote, même isolé, pourvu d’un de ces outils de travail qu’évoquait Cinadon45, aurait été un adversaire redoutable. Les cryptes, ou des cryptes, dispersés le jour, se rassemblaient donc une nuit ; cela suppose un minimum d’organisation, et, dans l’exécution de la tâche nocturne, une certaine structuration du groupe et de la discipline. Pour tuer, les cryptes cessent donc d’être des loups solitaires et redeviennent des hommes ; c’est le moment où ils « redescendent » vers l’espace civilisé.

  • 46 Ducat, p. 123-125.
  • 47 La scholie au vers 600 des Thesmophories peut être interprétée comme mentionnant l’existence à Tha (...)
  • 48 Piérart, p. 280-281 ; Knoepfler, p. 334.

86J’ai exposé ailleurs46 quelle place cet aspect de la cryptie tenait dans le rituel d’infériorisation des Hilotes ; le meurtre, parce qu’il était gratuit et hasardeux, avait une valeur symbolique et non pratique. Reste maintenant à définir la place que la chasse aux Hilotes occupait dans la cryptie. En effet, celle-ci apparaît comme comportant deux versants bien distincts : d’un côté, un rituel de ségrégation, voire d’expulsion temporaire dans la nature sauvage, avec un retour aux conditions antérieures à la civilisation de la cité ; de l’autre, une sorte de chasse à l’homme. Le premier rituel peut fort bien exister indépendamment de l’autre ; de fait, c’est ce qui se passe dans de nombreuses civilisations. La cryptie peut donc être pensée sans le meurtre des Hilotes47. C’est sans doute pour cette raison que certains historien modernes ont soutenu que ce meurtre n’était pas dans la cryptie l’élément central, et qu’il n’en faisait pas partie à l’origine48 ; cette opinion est parfaitement soutenable. Mais comment se prononcer sur la préhistoire de la cryptie? Admettons que la chasse aux Hilotes y ait été incorporée à un moment quelconque : il est évident que, dès que cela a été fait, elle en est devenue le trait le plus remarquable et l’a en quelque sorte colorée tout entière ; aucun souvenir ne peut dans ces conditions subsister de la première version, sans chasse aux Hilotes. Par exemple, Plutarque n’a pas pensé à disculper Lycurgue en dissociant de la cryptie, toujours attribuée au législateur, le meurtre des Hilotes, introduit après la révolte du tremblement de terre : lui, apparemment, ne conçoit pas l’une sans l’autre.

87Commencement et fin de la cryptie. On n’essaiera pas de fixer un début à une coutume de ce genre. Aristote l’attribuait à Lycurgue, et il n’était sûrement pas le seul ; cela signifie qu’il la croyait très ancienne, mais sans doute uniquement parce qu’avec ses étrangetés elle a l’air de l’être, et parce qu’elle s’intègre bien dans le kosmos lycurguien. On vient de voir quelle était la position de Plutarque.

88En revanche, la cryptie a certainement eu une fin. L’imparfait qu’emploie Plutarque à son sujet montre qu’à l’époque impériale elle avait cessé de fonctionner ; on s’en doutait, mais il vaut mieux en être sûr, car d’autres vieilles coutumes spartiates avaient survécu ou avaient été réactivées à l’époque impériale. L’eti kai nun d’Hérakleidès prouve-t-il, à l’inverse, que la cryptie existait encore à son époque, le IIe s. av.? Sûrement pas : il est un simple abréviateur et ne dit rien pour son compte ; l’indication doit venir telle quelle d’Aristote. Il est difficile d’en dire plus. Le destin de la cryptie doit-il être considéré comme lié à celui de l’hilotisme? La date de la disparition de celui-ci n’est pas connue avec certitude, mais le début du IIe siècle av. m’a paru être une possibilité raisonnable. Qu’en déduire pour la cryptie? Elle peut avoir disparu avant, elle peut aussi avoir perduré ou avoir été rétablie après (comme l’agôgè), mais sans meurtre d’Hilotes désormais. On remonte de quelques dizaines d’années avec la certitude que nous avons qu’en 222 il existait dans l’armée Spartiate un corps d’éclaireurs nommé cryptie, mais cela ne prouve rien ni dans un sens ni dans l’autre.

Conclusion

89Nous avons fait le tour des traits qui caractérisent la cryptie. Les points sur lesquels les sources divergent sont finalement moins nombreux qu’on ne pouvait le craindre. Certains sont des points de divergence implicite : je veux dire qu’il s’agit d’aspects qui figurent dans une source et pas dans les autres. L’un est très important, c’est le meurtre de l’Hilote (seulement chez Aristote), les autres moins, le vol (Scholie) et l’existence de « chasseurs » traquant les cryptes (Scholie, mais d’une façon très implicite). D’autres sont de véritables contradictions : la durée (un an pour la Scholie, une brève période, semble-t-il, pour Aristote) et les vivres (des vivres pour Aristote, pas de vivres et le vol pour la Scholie). Ces divergences et ces contradictions ne doivent pas être sous-estimées, mais elles ne compromettent pas le portrait qui vient d’être dressé.

90Sans nous engager dans la voie de l’interprétation, récapitulons les traits qui au terme de ce parcours apparaissent comme essentiels.

  • Le meurtre des Hilotes, dont je ne doute pas qu’il ait fait partie de la cryptie à l’époque classique. Les victimes étant prises au hasard, il ne peut s’agir d’une véritable répression, et ceux qui voient dans la cryptie un acte de police politique trahissent l’esprit de la coutume et même, dirais-je, de la cité grecque. Mais, en s’intégrant dans tout un rituel de « mépris », cette mise à mort, représentative et symbolique, trouve une finalité, qui est de perpétuer l’« ordre » de la cité.
  • L’épreuve doit sa dureté au fait que le crypte est entouré d’interdits. Le plus important est évidemment l’interdit visuel ; mais nous avons aussi rencontré l’interdit des armes (sauf poignards) et de l’équipement personnel (le scholiaste ajoute : des provisions). Ils forment un ensemble cohérent, mais sont en eux-mêmes arbitraires, comme l’est la règle d’un jeu.
  • La régression. C’est le trait par lequel on peut le mieux caractériser le genre de vie du crypte. Les interdits qui l’entourent ont pour effet de priver le crypte d’éléments indispensables à la vie civilisée. Il régresse donc vers une existence pré-civique, une vie d’homme sauvage. En même temps, et par l’effet des mêmes interdits, il retrouve certaines des conditions de moments de sa vie d’enfant, lors de l’ agôgè, moments où déjà il était mis à l’écart de l’espace urbain. Enfin, l’abolition ou, plus, l’inversion du rythme jour/nuit, et, chez Aristote, le caractère exclusivement nocturne de son activité, le font régresser encore davantage, jusqu’à l’animalité du carnassier.
  • L’expulsion et l’errance. Tenu à l’invisibilité, le crypte est exclu du contact avec les autres Spartiates ; il doit s’exiler loin des espaces parcourus par les hommes, pour trouver refuge dans une nature sauvage qui est en accord avec sa propre nature. Que peut-on faire dans cette situation, sinon errer indéfiniment et sans repos, comme le souligne Platon? Ainsi errent les exclus, les exilés, les ostracisés ; ainsi errent aussi, par exemple, les Phocéens dépossédés de leur cité, jusqu’à ce qu’enfin la compréhension tardive d’un oracle leur permette de se fixer49.
  • Tous ces traits ne peuvent convenir qu’à un rituel. Et pourtant, le système Spartiate est tel que même quelque chose d’apparemment aussi gratuit que la cryptie semble avoir eu une finalité pratique. À sa place, qui est modeste, elle s’insère dans le processus de sélection progressive et répétée des élites qui commence avec l’agôgè et a pour aboutissement l’élection à la Gérousie.

91Au risque d’être taxé, pour une fois, d’hypocriticisme, je dirai qu’en fin de compte, l’impression qui prévaut est à la fois que les textes nous en disent plus qu’il ne semble sur la cryptie, et que c’est une réalité plus complexe qu’on ne croit.

Notes

1 Abréviations :
Knoepfler : D. Knoepfler, « Les kryptoi du stratège Epicharès à Rhamnonte et le début de la guerre de Chrémonidès », BCH117 (1993), p. 327-341.
Lévy : E. Lévy, « La cryptie et ses contradictions », Ktéma 13 (1988), p. 245-252.
Piérart : M. Piérart, Platon et la cité grecque, Bruxelles, 1974.
Ducat : J. Ducat, Les Hilotes, BCH suppl. 20, Paris - Athènes, 1990.

2 « Two shadows : images of Spartans and Helots », in A. Powell et St. Hodkinson éd., The shadow of Sparta, 1994, p. 105-106.

3 Première moitié du xixe siècle : H. Koechly, De Lacedaemoniorum cryptia commentatio, Leipzig 1835 = Opuscula Philobgica I, Leipzig, 1881, p. 580-591. W. Wachsmuth, Hellenische Altertumskunde aus dem Gesichtspunkt des Staats, 2e éd., Halle, 1844, I, p. 462 et II, p. 304. H. Wallon, « Explication d’un passage de Plutarque sur la loi de Lycurgue nommée la cryptie », Journal Général de l’Instruction Publique, 1850, p. 470-473 et 487-490.

4 Lévy, p. 245. Ce n’est pas le seul point d’accord, il s’en faut ; sur le détail des textes, ses remarques sont en général judicieuses.

5 BCH 119 (1995), p. 355.

6 La cryptie ne fait pas partie de l’agôgè ; celle-ci concerne, les paides, alors que, comme on verra, les cryptes sont des néoi.

7 Cf. Xén., Lak. Pol. 11, 3, paragraphe entièrement consacré à l’ άνυπoδησία< des enfants ; cf. Plutarque, Lycurgue 16, 13 (βαδίζειν ἁνυπoδήτoυς … ώς τἁ πoλλἁ συνεθίζoντες).

8 Ce trait ne se trouve que chez Plutarque, Lycurgue 16, 13 (il s’agit des enfants de plus de douze ans).

9 Pour une anthropologie de la stibas, voir A. Paradiso, Métis II, 2 (1987), p. 249-267, notamment p. 261-264.

10 Lois VI, 760 b-763 c. La discussion qui suit suppose connu le chapitre de Piérart, p. 259-291.

11 Voir sur ses hésitations Piérart, p. 264 et 271-272.

12 762 e 10-763 a 2, et surtout 763 a5-6, où διακoνoῠντές τε καἱ διακoνoύμενoι έαυτoĩς évoque étroitement αὑτoίs διακoνήσεις en I, 633 c 1-2.

13 VI, 760 c 3-4, où on retrouve le πάσης τής χώρας de 633 c 3 ; cf. πσαν τν χώραν διεξερευνώμενoι en VI, 763 a 6-7, où revient également l’hiver, θέρoυς καὶ χειμῶνoς

14 Je reviendrai sur ce point dans un autre travail.

15 Contrairement à ce que dit Lévy, p. 250, Plutarque ne prétend pas que ce sont les meurtres d’Hilotes qui étaient l’objet des critiques de Platon, mais la finalité trop essentiellement militaire de la cryptie et de l’éducation Spartiate en général.

16 Pour Gigon, il n’y a pas de lacune après μεθ ὄπλων ; il supprime simplement καί.

17 On se reportera à l’introduction de l’édition de Dilts, Heraclidis Lembi Excerpta Politiarum, Greek, Roman and Byzantine Monographs, 1971, p. 7.

18 Cf. ci-dessous, p. 72.

19 Ducat, p. 181-182.

20 Ducat, p. 124.

21 Ducat, p. 62-63.

22 The Greek State at War I, 1971, ch. X, « Scouts », p. 127-133.

23 Liste dans Pritchett, l c.

24 Voir Abréviations, n. 1.

25 -« Études d’histoire militaire et diplomatique. À propos du décret de Rhamnonte en l’honneur d’Epicharès », BCH 98 (1974), p. 112-116.

26 Découvert en 1989 par B. Pétrakos : Ergon (1989), p. 6-7 ; vers 235-230.

27 Existaient, ajouterais-je, sous ce nom ou sous un autre : ceux qu’a énumérés Pritchett, ou encore les hypaithroi qui, comme le rappelle Knoepfler, sont mentionnés par plusieurs décrets athéniens du dernier quart du iiie s.

28 C’est un peu ce que suppose Lévy. Cf. H. Jeanmaire, REG 26 (1913), p. 145 : les cryptes sont « très propres, par exemple dans le cas d’un danger de la patrie, à fournir un corps d’auxiliaires et d’éclaireurs. Que le fait se soit produit, cela ressort au contraire d’un passage de Plutarque... ».

29 Remarque de Lévy, p. 250 et n. 20

30 Trait souligné par Lévy, p. 249 : « le scholiaste fait de la cryptie une épreuve quasi rituelle ».

31 S’il s’agissait de Sparte, la lecture, à la fin, de κατεπλήττετo surprendrait, car on attendrait le rappel de la façon dont Agésilas a frappé ses contemporains en supportant mieux que tous l’agôgé (Plutarque, Agésilas 1, 2-2, 2). Mais la suite du texte voulait probablement dire qu’Agésilas lui-même était frappé (de stupeur admirative) par la façon dont ceux qui y étaient soumis (où ? on ne sait) supportaient cette épreuve.

32 Cf. H. J. M. Milne : « Sparta is excluded here by the spécification ó ٨άκων in 1. 19 ». Piérart est du même avis.

33 Lévy rappelle que les iuvenes ont été traités dans le paragraphe précédent.

34 Sur cette scholie et les classes d’âge à Sparte : C. M. Tazelaar, « Paides kai Ephèboi », Mnemosyne 20 (1967), p. 127-153.

35 κρύπτεται G. Bernhardy, éd. de Suidas (1883), II, I, p. 424 ; KpuTrrelai F. V. Fritzsche, éd. des Thesmophories (1848), p. 214 ; κρυπτοί W. G. Rutherford, Scholia Aristophanica II (1896), p. 479, suivi par Knoepfler, p. 332.

36 Xén., Hell. III, 4, 32, τά δέκα ἀϕ’ ἤβης II vaut mieux ne pas utiliser Platon, LoisV1, 760 b, sur les agronomes, car ce texte est fort discuté : voir Pierart, p. 264-267.

37 La nascità del kosmos, 1991, p. 154-155.

38 Platon emploie aussi ἅρχoντες (concurremment avec d’autres termes) pour désigner les chefs des agronomes : Pierart, p. 264 et 271-272.

39 Agesilaos and the crisis of Sparta, 1987, p. 31.

40 Cf. ci-dessus, n. 9.

41 III, 22, 2 ; voir l. Edmonds, « Thucydides on monosandalism », Mél. Sterling Dow, 1984, p. 71-75, où on trouvera la bibliographie. Dans ce qui suit, je combine des remarques faites tant par P. Vidal-Naquet, Le chasseur noir, 1981, p. 116-117, que par P. Ellinger, La légende nationale phocidienne, BCH suppl. 27, 1993, p. 55-58.

42 Ducat, p. 54 et 167-168.

43 L. Robert, Études anatoliennes (1937), p. 106-108 ; cf. J. et L. Robert, La Carie II, 1954, n° 162, p. 281-283.

44 Faute de connaître le nombre des cryptes, on ne peut dire s’ils se rassemblaient tous ou s’ils formaient plusieurs équipes.

45 Xén., Hell. III, 3, 7.

46 Ducat, p. 123-125.

47 La scholie au vers 600 des Thesmophories peut être interprétée comme mentionnant l’existence à Thasos d’une coutume comparable à la cryptie Spartiate et de même nom.

48 Piérart, p. 280-281 ; Knoepfler, p. 334.

49 « Hérodote et la Corse », Mil. F. Ettori, Études corses 18-19 (1982), p. 49-79.
Notes complémentaires :
Ce qu’on vient de lire n’est pas l’aboutissement, mais le point de départ d’une réflexion sur la cryptie. Le développement de celle-ci, qui donnera lieu à d’autres articles, et les discussions que j’ai pu avoir avec plusieurs collègues, à commencer bien sûr par E. Levy, m’amènent à avoir aujourd’hui sur certains points des positions différentes ou moins tranchées.
Il faut envisager sérieusement la possibilité que Platon n’ait tout simplement pas connu le côté meurtre de l’Hilote dans la cryptie.
2. Pour la phrase de Plutarque (Lyc. 28, 3) τῶν νέων oί ἄρχoντες …τoὺς μάλιστα etc., j’ai suivi l’interprétation la plus répandue. Mais plus j’y pense, plus il me semble qu’ainsi lancé en tête tg3v VÉU5V doit plutôt être compris comme un partitif complément de μάλιστα Pour oἱ ἄρχoντες employé absolument au sens de « les autorités » chez Plutarque, cf. Agésilas 17, 2, et surtout Lyc. 18, 6 et 8. Cela n’empêche pas que les sélectionneurs puissent être les hippagrètes, c’est même assez probable, mais il s’agit d’une pure hypothèse.
3. Il est possible qu’Aristote soit l’auteur du rapprochement entre la déclaration de guerre et la cryptie. En effet, la formule « pour qu’on pût les tuer sans souillure », allusion évidente à la cryptie, fait probablement partie de la « citation » de Plutarque.
4. La raison pour laquelle le Scholiaste ne mentionne pas le meurtre des Hilotes n’est peut-être pas sa fidélité à Platon, mais le fait que sa source, moins critique envers Lycurgue qu’Aristote, n’en parlait pas. Ne pas en parler, c’est d’une certaine façon rendre la cryptie anodine ; bizarre, pénible, mais anodine.
5. La solitude du crypte dans la Scholie. Le Scholiaste n’a évidemment jamais voulu dire qu’on ne désignait qu’un crypte à chaque fois. Mais Lévy a raison : τίς …νέoς ne peut raisonnablement être interprété comme un collectif. Pour le Scholiaste, chaque crypte vivait son épreuve séparément ; ce n’est pas réellement contradictoire avec ce que dit Aristote, puisque pour celui-ci les cryptes ne se réunissaient qu’en vue du meurtre, qui est inconnu du Scholiaste.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20965/img-1.png
Fichier image/png, 434k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search