Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Préface. Visite à l’ami d’à-côté

André Chédeville

Texte intégral

1Les historiens de la Grèce ancienne connaissent infiniment mieux que moi les compétences scientifiques d’Yvon Garlan ; le présent ouvrage atteste de leur reconnaissance et de leur amitié. Ses anciens étudiants, maintenant dispersés, auraient pu rappeler l’intelligence et la clarté de ses cours ; je n’en ai jamais entendu que l’écho élogieux. Mais j’ai la chance de fréquenter depuis trente ans — comme le temps passe ! — Yvon dans sa vie quotidienne bien loin de l’agitation des villes et du microcosme universitaire. J’ai en effet une maison de vacances à quelques kilomètres de l’île-Grande et ce ne sont pas les embouteillages qui nous empêchent de faire fréquemment un saut l’un chez l’autre. L’île-Grande est d’ailleurs un bien grand mot. À demi-enserrée dans une baie, reliée au continent par un pont d’une seule arche, ce n’est ni Sein ni Ouessant. Souvent arrivés sans s’en apercevoir à l’extrémité de l’île, là où se dresse la maison Garlan, les touristes demandent parfois où est le bateau pour l’île-Grande ! Ce n’est pas non plus une grande île et elle est couverte d’habitations, sauf précisément face à la Manche où une lande rase s’étend depuis le rivage entaillé par les anciennes carrières du célèbre granit gris jusqu’aux premières maisons de la rue Ch’astel Erek où vit notre ami.

2Les conditions climatiques y sont souvent rudes. Bien sûr, il y a des journées délicieuses : l’hiver quand les fougères ont roussi la lande et que la luminosité est extraordinaire ; l’été lorsque l’on recherche l’ombre du saule devant la maison. Mais ici, l’ennemi, c’est le vent. Il y souffle sans obstacle ; à la mauvaise saison, la pluie tourbillonne pendant que la mer à chaque marée, plus encore à la moindre tempête, fait gronder les galets qu’elle remue inlassablement pendant que des lambeaux d’écume viennent parsemer la lande. Yvon affronte la situation le bonnet de laine sur les yeux, chaudement vêtu, chaussé, selon les activités, de bottes ou de sabots. L’été, je ne le connais guère en tenue de plage ; sans doute regrette-t-il la tiédeur des eaux de la Méditerranée qu’il vient retrouver à la piscine d’eau de mer chauffée de Trégastel, la commune voisine.

3À l’île-Grande aussi ont grandi ses deux enfants que j’ai connus tout petits à leur retour d’Athènes, parlant alors tout autant le grec que le français. La vie les a conduits hors de Bretagne mais ils ne manquent pas une occasion de retrouver la maison familiale. Arnaud, grâce à sa spécialité, est devenu le maître et conseiller permanent de son père en informatique. Marie-Biaise, fidèle à la tradition familiale, est professeur comme ses grands-parents avaient été instituteurs à Ploëzal. Yvon lui sait gré de lui avoir donné deux superbes petites filles, Marion et Laure, plus bretonnes que nature quand elles revêtent le costume trégorrois. Vives et enjouées, elles deviennent attentives quand « Papou » leur raconte les histoires dont il a le secret. Enfin, mais ne termine-t-on pas par la clé de voûte ? Il y a Jacqueline. Chaleureuse, attentive à tous et à tout, ses compétences sont sans limites : précieuse pour les recherches d’Yvon, ne serait-ce que grâce à sa connaissance du russe, capable d’inventer les recettes de cuisine les plus raffinées, habile aux travaux d’aiguille comme à la culture des bonsaïs, elle sait aussi tenir la pelle ou encore, comme naguère, repeindre les pignons de la maison tout en haut, son époux, courageux mais point téméraire, se contentant de tenir l’échelle...

4À eux deux, ils ont su rendre leur environnement très agréable. Quand ils sont arrivés, le jardin se distinguait à peine de la lande voisine. Il avait été planté de pins dont un seul subsiste ; sa silhouette torturée montre bien tout ce qu’il a enduré. Dressant ici un mur de pierres sèches, plantant là une haie de fusains, ensuite doublée d’une autre, ils ont réussi à contenir les fureurs du vent. Peu à peu, il a été possible d’établir un petit potager ; laboratoire de nombreuses expériences, qui, selon les années, s’illustre à fournir des pommes de terre, des tomates ou des courgettes généreusement offertes aux visiteurs. Un verger, dont les arbres peinent à dépasser les haies protectrices, s’efforce de produire des pommes, des poires, quelques prunes ; il y a même une petite treille qu’un filet protège des appétits des oiseaux. Des fleurs enfin, les plus résistantes, égaient les abords de la maison.

5Cette maison, bâtie après la guerre, a été personnalisée et rendue plus confortable : des ardoises protègent maintenant les pignons, des doubles fenêtres font obstacle au vent. À l’intérieur, les pièces aménagées avec goût offrent une chaude intimité. La salle de séjour, décorée de souvenirs de voyages et de collections de bibelots, est animée par une cheminée qui, l’hiver, derrière sa vitre, brûle avec ardeur quelle que soit la tempête. C’est là que se déroulent des soirées paisibles et joyeuses où l’on discute à bâtons rompus en attendant que Jacqueline apporte sur la table ses dernières créations gastronomiques où le poisson tient une place de choix. Yvon a eu un moment un bateau avec lequel il allait pêcher mais le temps lui a manqué pour s’en occuper. Il se contente donc de la pêche à pied, souvent fructueuse car il connaît maintenant les meilleurs coins de la côte pour ramener les plus belles crevettes. Ne croyez pas pourtant qu’il passe sa vie à jardiner où à courir les grèves. À l’étage, il y a le bureau où le maître pense, au point une fois de ne pas remarquer les Île-grandais qui, récipients à la main, se dirigeaient tous vers la côte : des barriques de whisky s’y étaient échouées... Compatissants, ses voisins lui en donnèrent quand même : je peux vous dire qu’il était fameux ! L’histoire grecque n’est d’ailleurs pas son seul sujet d’étude. En 1975, avec Claude Nières, il a consacré un livre aux révoltes bretonnes de 1675, celles des « Bonnets rouges » ; plus récemment, il y a trois ans, avec un collègue géographe, île-grandais celui-là, Yannick Lageat, il a rédigé une histoire de Pleumeur-Bodou, commune dont relève l’île-Grande, « entre l’Ancien Régime et la révolution spatiale ». Cette fidélité à son terroir ne l’éloigne pas de préoccupations plus générales qu’il consacre en ce moment à Condorcet. Mais nous voilà revenus aux recherches de caractère universitaire ; or j’aimerais seulement que ces quelques lignes fassent mieux connaître Yvon Garlan dans sa vie de tous les jours : qu’il me pardonne d’avoir ainsi dévoilé ses jardins secrets !

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540