Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne

 | 
Pierre Brulé
, 
Jacques Oulhen

Avant-propos des éditeurs

Pierre Brulé et Jacques Oulhen

Texte intégral

1S'il nous fallait absolument justifier aujourd'hui l'édition de ce volume d'Hommages à Yvon Garlan, nous pourrions d'abord dire que son départ à la retraite, nous forçant à un peu de recul, nous amène à évaluer autrement la place qu'il occupait et qu'il occupe dans nos études. Nous prenons mieux conscience de son rôle dans l'historiographie contemporaine de l'histoire ancienne et de la renommée internationale de ses recherches dont témoigne aujourd'hui le chœur — fût-il incomplet — de savants du monde entier ici réuni. Cette raison serait suffisante, mais ce n'est pas la seule.

2Nous pourrions d'abord évoquer l'enseignant. Sur ce plan, on entend rarement de la part des étudiants des jugements aussi tranchés, mais les meilleurs d'entre eux — pardonnez-nous ! Yvon aurait parlé ainsi — le trouvaient le meilleur. Pourtant l'histoire de ses relations avec l'enseignement et le milieu enseignant n'a pas été sans fâcheries ni sans déceptions, mais pas non plus sans réconciliations, ni sans joies. En a témoigné en mai 1997 à St-Lunaire le très grand plaisir de ses auditeurs : nos étudiants, qui ne le connaissaient qu'indirectement, sont restés ébahis devant tant de précision et d'aisance.

3Nous pourrions aussi évoquer le savant dans son ubiquité topographique et chronologique : la Grèce antique mais aussi la Bretagne, moderne et contemporaine.

4Nous pourrions enfin évoquer l'homme dans ses lieux propres : Paris ? — très peu pour lui —, donc Rennes plus que Paris et même l'Île Grande plus que Rennes, Thasos plus qu'Athènes, sans parler des visites aux musées des confins soviétiques et des fouilles dans divers pays méditerranéens. Son champ de recherches actuel lui aussi, avec la rédaction régulière du Bulletin amphorologique de la REG (avec la collaboration de J. -Y. Empereur), lui fait tenir le cap au large.

5Mais gare au dithyrambe ! Tout cela en effet n'est-il pas trop convenu ?

6Notre projet, avouons-le, n'a pas recueilli une appréciation unanime. D'aucuns ont remis en cause l'économie et le procédé de ce volume, voire l'intérêt même de ce genre d'ouvrage. Certes. Après dix, vingt, cent exemples de ces Mélanges, n'avons-nous pas tous un jour pesté contre cette curieuse façon de diffuser le savoir qui abandonne au hasard des relations, des connaissances, à la « proximité universitaire » le rôle de fédérateur éditorial ? C'est pourquoi nous écrivions dans notre premier courrier aux éventuels collaborateurs que nous souhaitions pour ce volume d'Hommages une cohérence thématique bâtie autour des principaux centres d'intérêt de notre ami. Nous en avions retenu quatre : l'esclavage, la guerre, l'économie et l'apport du marxisme à l'histoire ancienne. On jugera en feuilletant l'ouvrage sur quels thèmes et de quelle façon les savants ont préféré engager aujourd'hui leurs réflexions. Au moment du bilan, nous constatons - un peu déçus — n'avoir pas reçu de contribution sur les rapports du marxisme avec l'historiographie de l'antiquité. En revanche, nous avons volontairement exclu l'amphorologie des thèmes traités, c'est que dans ce domaine plus que dans tout autre, les recherches d'Yvon continuent, et, nous l'espérons, pour longtemps. Il n'était pas encore temps de donner une apparence de clôture à ce chantier encore ouvert.

7Le choix thématique ainsi fait, il fallait un autre garde-fou contre ce qu'un de nos correspondants — qui, « viscéralement hostile » aux Mélanges, déclina d'ailleurs notre offre — appella les « désespérants Mélanges ». Corollaire du refus des Mélanges fourre-tout, la limitation délibérée du nombre des collaborateurs à ceux qui, comme nous l'écrivions alors, pouvaient se considérer comme des « amis, des témoins de son parcours intellectuel ». Le choix n'était pas aisé et nous devons ici remercier chaleureusement Jacqueline Garlan qui consulta le carnet d'adresses d'Yvon... en cachette. Certains n'ont pas répondu. Quelques bons amis ont été empêchés par des circonstances contraires, nous les remercions néanmoins d'avoir manifesté leur intérêt. D'autres nous ont quitté en route. Ainsi Olivier Masson ; mais l'un d'entre nous, qui fut son élève, s'est particulièrement occupé de sa contribution. Ainsi Edouard Will. Pourtant peu favorable aux volumes de Mélanges, il avait bien compris ce qui, dans notre entreprise, s'en différenciait. Il nous avait envoyé il y a dix-huit mois une lettre qui racontait l'histoire d'une contribution qui, partie d'un « problème de vocabulaire aristotélicien », l'avait « déjà entraîné bien au-delà des quinze pages » que nous avions prévues et à « des lectures dont il ne savait où elles allaient [le] mener ». Nous réalisons aujourd'hui le désir qu'il exprimait alors « de glisser une phrase, ou une note, indiquant que, après avoir immédiatement donné [son] adhésion [au] projet », il s'était vu dans l'impossibilité d'y participer. « De sorte que, disait-il, mon témoignage d'amitié soit exprimé ». Ainsi est-ce fait.

8Dernier trait du projet : soucieux de la plus grande indépendance possible vis-à-vis des institutions et attachés à ce que notre projet soit financièrement autonome, nous avions renoncé par avance à toute quête de subvention. Pour cela il fallait qu'une souscription réussisse à payer aisément les frais de fabrication. Cet appel à participation financière a été un succès remarquable. Merci à tous ceux qui ont ainsi fait confiance à l'entreprise !

9Au terme de cette rapide présentation il nous reste à dire notre gratitude envers ceux sans lesquels nous ne pouvions faire à Yvon l'hommage de ces travaux. Aux Presses Universitaires de Rennes, à leur Comité de lecture et à leur Directeur, Pierre Corbel. À tous ceux qui ont aidé à la fabrication du livre. À André Chédeville, le collègue médiéviste, l'estival voisin du Trégor, qui a accepté de rédiger la préface. Enfin, et surtout, à Jacqueline Garlan, si précieuse, si efficace, qui garda si longtemps le secret sur ces Hommages. Ces Hommages n'auraient jamais vu le jour sans sa collaboration, et dans notre esprit il lui sont aussi un peu destinés.

10Mais c'est assez parlé. Nous n'avons pourtant pas répondu à la question initiale : pourquoi ces Hommages ? Ni le départ à la retraite, ni « l'avancement de la science », ni le simple plaisir ne suffisent à les justifier. Pour quelle raison nous sommes-nous donc attachés à la publication de ce volume ?

11Simplement pour l'estime et l'attachement que nous éprouvons pour notre collègue et ami. Or pour les lui manifester et pour en témoigner, nous n'avons pas trouvé d'autres moyens que celui-ci, empruntant simplement aux usages en cours au sein de notre tribu.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20959/img-1.png
Fichier image/png, 3,6M

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.