Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jacques Tourneur, les figures de la peur

 | 
Frank Lafond

Illustrations

Texte intégral

Image img01.jpg

Illustration 1 : L’arrivée en prison des gangsters de They All Come Out (1939) : le plus menaçant, Joe Z. Cameron (Tom Neal, à droite), sera le plus facilement réintégré dans la société.

Image img02.jpg

Illustration 2 : Scène de discussion dans L’Homme léopard (1943) : le docteur Galbraith (James Bell), le chef Robles (Ben Bard) et Jerry Manning (Dennis O’Keefe) après le meurtre de Consuelo Contreras. Qu’est-ce qui distingue un tueur psychopathe d’un homme ordinaire ?

Image img03.jpg

Illustration 3 : L’effrayeur effrayé : Irena Dubrovna (Simone Simon), la créature monstrueuse qui sème la terreur dans La Féline (1942), exprime par ses regards le sentiment de peur qui l’étreint elle-même tout au long du film.

Image img04.jpg

Illustration 4 : Le Sabreur (Jieno Moxzer) prépare une poupée à l’effigie de Jessica Holland afin d’attirer celle-ci au Houmfort dans Vaudou (1943).

Image img05.jpg

Illustration 5 : Paul Holland (Tom Conway) et Betsy Connell (Frances Dee) au début de Vaudou. La jeune infirmière, perdue dans ses rêves exotiques, écoute les réflexions amères de son employeur.

Image img06.jpg

Illustration 6 : Title card de L’Homme léopard qui met en avant l’ambiguïté de l’identité du meurtrier : « Était-ce un homme ou une bête qui réduisait les victimes en lambeaux les unes après les autres – s’attaquant seulement à des beautés sans défense ?… »

Image img07.jpg

Illustration 7 : Publicité pour la reprise en 1956 de Vaudou en double programme avec King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack (1933). Le zombie Carrefour (Darby Jones), qui porte dans ses bras Jessica Holland (Christine Gordon), devient la figure de la peur centrale de cette nouvelle campagne. L’accroche (« Vivante… et pourtant morte ») permet quant à elle de redoubler, d’expliciter le sentiment d’inquiétante étrangeté.

Image img08.jpg

Illustration 8 : Cette publicité de La Griffe du passé (1947) place au premier plan l’histoire d’amour et la sensualité du personnage féminin interprété par Jane Greer. Mais le coin inférieur gauche réserve cependant une place à sa représentation sous les traits de la femme fatale.

Image img09.jpg

Illustration 9 : Le sommeil ou la mort ? Whit Sterling (Kirk Douglas) à la fin de La Griffe du passé.

Image img10.jpg

Illustration 10 : Pose publicitaire pour Berlin Express (1948) : Robert Lindley (Robert Ryan), Lucienne Mirbeau (Merle Oberon) et Henri Perrot/Holtzmann (Charles Korvin). Notons les regards hors-champ, les ombres créées par la source lumineuse principale ainsi que la position de la main de l’actrice.

Image img11.jpg

Image img12.jpg

Illustrations 11 et 12 : Berlin Express (en haut) et Nightfall (1957, en bas) : au début du premier film, Jacques Tourneur tire profit du décor pour créer un sentiment de claustrophobie ; dans le second, la confrontation finale se déroule au contraire dans un vaste paysage enneigé, où deux gangsters mènent la vie dure à Jim Vanning (Aldo Ray, à droite).

Image img13.jpg

Illustration 13 : Joel McCrea dans une pose publicitaire pour Stars in My Crown (1950) : bible à la main, le pasteur Josiah Doziah Gray veut faire appliquer la loi divine, mais, dans un tout premier temps, ses pistolets ne le quittent pas. La figure héroïque devient ainsi quelque peu menaçante.

Image img14.jpg

Illustration 14 : « La Belle et les bêtes ». Anne de Hesse (Virginia Mayo), nièce du tyran allemand qui a envahi la Lombardie, aux prises avec les résistants italiens de La Flèche et le flambeau (1950).

Image img15.jpg

Illustration 15 : Affiche de Stranger on Horseback (1955). Du héros tourneurien, on ne voit d’abord que les deux mains armées d’un pistolet (le visage du personnage n’est reproduit que dans une petite vignette). Détourées, décollées du reste du corps par un filet lumineux, elles semblent nous menacer directement.

Image img16.jpg

Illustration 16 : Couverture du dossier de presse de Stranger on Horseback. L’accroche désigne le juge itinérant Richard Thorne (Joel McCrea) comme figure de la peur principale de ce western tandis que le clan Bannerman, qui lui bouche l’horizon, constitue visuellement une menace.

Image img17.jpg

Illustration 17 : John Holden (Dana Andrews) visite Stonehenge dans une scène de Rendez-vous avec la peur (1957) qui renvoie à la séquence de pré-générique : « Depuis l’aube des temps, on a écrit, même sur ces anciennes pierres, que des créatures malfaisantes, surnaturelles existent dans un monde de ténèbres. »

Image img18.jpg

Illustration 18 : John Holden et Julian Karswell (Niall Mac Ginnis), sous les traits de docteur Bobo le Magnifique, pendant la fête d’Halloween organisée par ce dernier. Quelques instants plus tard, la magie se fera noire et le visage du clown terrifiant.

Image img19.jpg

Illustration 19 : Une pincée d’ambiance gothique dans Rendez-vous avec la peur. Joanna Harrington (Peggy Cummins) et John Holden dînent aux chandelles pendant un orage.

Image img20.jpg

Illustration 20 : Un autre cliché du cinéma fantastique mobilisé par Rendez-vous avec la peur : l’autochtone hostile (Percy Herbert).

Image img21.jpg

Illustration 21 : Affiche américaine one-sheet de The Fearmakers (1958). Romance, violence et suspense constituent l’horizon d’attente des spectateurs, mais la présence, au-dessus du Capitole, d’une gigantesque main crochue, présente sur presque tout le matériel publicitaire reproduit dans le dossier de presse, le perturbe et le tire vers le fantastique ou la science-fiction.

Image img22.jpg

Illustration 22 : Au début de The Fearmakers, Dana Andrews, prisonnier des communistes coréens, traits tirés et dissimulés par une longue barbe hirsute, échappe à une reconnaissance immédiate de la part des spectateurs.

Image img23.jpg

Illustration 23 : Les communistes de The Fearmakers sont dépeints comme de petits truands. À gauche, Harold Loder (Kelly Thordsen), brute sadique et avinée ; à droite, Barney Bond (Mel Torme), peu sûr de lui et sexuellement frustré.

Image img24.jpg

Illustration 24 : Encart publicitaire de The Comedy of Terrors (1963). Cette manière réflexive de promouvoir le long métrage par la mise en avant du « nouveau type de rôles » qu’y interprètent les deux acteurs se rapproche de la démarche adoptée par Jacques Tourneur.

Image img25.jpg

Illustration 25 : The Comedy of Terrors aborde le thème timérique de la catalepsie de manière (grossièrement) comique. « Rathbone… un cadavre très peu coopératif ! », nous annonce ainsi cet encart, entre autres formules horrifico-comiques.

Image img26.jpg

Illustration 26 : Beaucoup plus impressionnante que le film lui-même : une photographie d’exploitation de War-Gods of the Deep (1965). La main gigantesque qui surplombe Ben Harris (Tab Hunter) et Jill Tregellis (Susan Hart) causera la mort de Sir Hugh Tregathion (Vincent Price), maître de la cité engloutie inspirée par un poème d’Edgar Poe.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540