Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Troisième partie. Lectures et rayonnement de Mettray

Mettray aujourd’hui

José Hondermarck

Texte intégral

1La « colonie pénitentiaire » correspond à une époque révolue. Nous sommes dans un autre siècle. Les évolutions des mentalités, elles-mêmes consécutives à l’évolution des courants de pensée dans les sciences humaines, ont profondément modifié le destin de cet établissement.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

2L’organisme de gestion responsable juridique de l’ensemble du dispositif est l’association « La Paternelle ». Cette association est reconnue d’utilité publique depuis 1853. Créée en 1839, elle relève aujourd’hui du statut privé associatif se référant à la loi de 1901.

3En héritage du passé, elle continue à gérer l’ancienne colonie agricole sous la forme d’une exploitation agricole, dans le cadre d’une société anonyme. Cette activité est toutefois minime par rapport à l’autre dimension de son activité, qui est la gestion d’un Institut de Rééducation Médico-Professionnelle, qui porte le nom de « Village des Jeunes ».

4Cette institution a donc une longue histoire et, comme toute institution, elle en demeure marquée. De la même manière que le non-dit continue à influencer le comportement d’une personne au sein d’une famille, notre institution connaît également un non-dit. Dans les familles, le non- dit cherche généralement à cacher un épisode douloureux ou peu glorieux. Pour « La Paternelle », c’est l’inverse : le non-dit porte sur la période la plus riche et la plus rayonnante de son histoire, et qui est la moins connue du grand public et des médias. Je suis donc très heureux que certains chercheurs puissent présenter une réelle connaissance de l’histoire, avec ses périodes de rayonnement international et sa période moins glorieuse, qu’il s’agit évidemment de dénoncer — même si la dénonciation est toujours facile lorsqu’elle est devenue sans danger - afin que la violence quitte nos institutions, encore que cela ne soit pas le cas partout aujourd’hui.

  • 1 Voir dans cet ouvrage le chapitre : « L’École des contremaîtres : naissance de la première école d (...)

5Pierre-Paul Chapon, dans un livre intitulé « L’éducateur technique spécialisé »1, publié en 2002, a développé un des aspects les plus novateurs de « La Paternelle », à savoir la formation des contremaîtres, devenue aujourd’hui la formation des « éducateurs techniques ». Je voudrais rappeler que « La Paternelle » est aujourd’hui un des éléments de l’association EuroMet, qui regroupe au plan européen des associations éducatives qui s’inscrivent dans la culture initiale et fondatrice de Mettray. C’est ainsi qu’à ce jour, issue de l’école de Hambourg « Das rauhe Haus », Euro Met regroupe des établissements et services d’Allemagne, de Hollande, d’Angleterre, de Pologne, d’Italie, d’Espagne et de Suède. Cette association tient son congrès tous les deux ans. En 1999 ce fut à Vérone, en 2001 Hambourg et en 2003 Bruges. Une fois de plus « La Paternelle » s’était distinguée par sa prémonition. Mettray était là encore en avance sur son époque. EuroMet, créée en 1989, est pleinement dans le mouvement actuel de constitution et d’élargissement d’un espace européen. Je ne connais pas d’expérience équivalente dans le secteur de l’éducation spécialisée.

6Mais abordons maintenant la question de la mission actuelle de cette institution spécialisée. Cet établissement qui a connu une fermeture administrative en 1939 a été autorisé par le Conseil d’État à rouvrir. C’est en 1955 que Marcel Tomeno investit les espaces en friches et les bâtiments dégradés de « La Paternelle ». Au prix d’un travail collectif gigantesque, l’établissement reprend vie (ill. 39 à 42).

7L’intitulé « Village » a remplacé l’ancien terme « Colonie » trop marqué historiquement en pleine période de décolonisation. Les années ont passé : qu’en est-il aujourd’hui ?

8Le Village des Jeunes accueille environ 130 jeunes dont la majorité a entre 16 et 20 ans. L’établissement s’est récemment ouvert à la mixité. Les adolescentes demeurent néanmoins extrêmement minoritaires. L’équipe de professionnels est constituée d’une centaine de personnes aux formations et techniques diversifiées. Quelles sont les orientations ? Les deux orientations principales de l’Institution sont d’être un établissement de soin en un lieu à finalité éducative. Il s’agit de prendre en charge des jeunes qui sont en difficulté, pour des raisons diverses et dont les difficultés prennent des modes d’expression extrêmement variés.

9Il s’agit aussi de préparer ces jeunes à évoluer positivement, afin qu’ils puissent trouver leur place parmi les autres dans un environnement normal. Il s’agit également de préparer ces jeunes dans leur futur rôle de citoyen, d’époux et de parents. L’approche est donc délibérément éducative mais appuyée sur le soin.

10Un des aspects privilégiés de cette évolution positive est assurément la formation professionnelle. Cette formation professionnelle se révèle un puissant support éducatif. D’ailleurs ces formations ne sont-elles pas assurées par des « éducateurs techniques spécialisés » ? Ces formations ne sont pas non plus négligeables du point de vue des apprentissages et des réussites aux formations qualifiantes. En 2003, 129 jeunes sont ainsi répartis dans 10 ateliers. Les formations articulent la formation théorique et pratique en institution et la formation sur le terrain, par le biais des stages en entreprise. Ce travail est réalisé grâce à un véritable partenariat avec un réseau d’artisans et de petites entreprises engagés et motivés. Parfois, certaines formations se déroulent entièrement en dehors de l’institution avec un accompagnement spécifique. Les jeunes sont préparés dans le cadre d’un Centre de Formation d’Apprentis Spécialisés et ils passent généralement un CAP. Les résultats sont variables allant d’une réussite totale en 2001 à une réussite moyenne en 2003.

11Enfin, la formation professionnelle ne peut se développer pleinement sans un travail de collaboration étroite avec l’équipe des enseignants. Les jeunes sont répartis dans 4 classes. Ici, comme dans d’autres aspects de l’accompagnement éducatif, la relation individualisée permet une réconciliation avec le monde de la scolarité, qui, pour beaucoup d’entre eux, était associé à l’échec. Malgré la compétence et l’engagement des enseignants, les niveaux demeurent souvent bien faibles et beaucoup échouent au Certificat de Formation Générale. Inversement, les résultats s’avèrent très satisfaisants pour l’obtention de l’Attestation Scolaire de Sécurité Routière et du Brevet de Sécurité Routière.

12L’équipe de soins, médicale et paramédicale, est placée sous la responsabilité et la coordination d’un psychiatre. Elle réunit deux psychologues, une psychomotricienne, une orthophoniste, une infirmière et une psychothérapeute. Une assistante sociale travaille en proximité étroite avec les équipes éducatives et le responsable du Service de Suivi.

13Toute cette organisation ne pourrait fonctionner sans la présence de services administratifs et généraux totalement impliqués dans le projet d’établissement.

14Le chef d’orchestre est naturellement le directeur, M. Yves Gelfi, qui a succédé tout récemment à M. Alain Bidault.

15Le « Village des Jeunes » est donc aujourd’hui une institution importante, qui répond aux exigences techniques et réglementaires du secteur médico-social.

16Ces orientations et cette organisation n’en sont pas pour autant toujours faciles à gérer. En effet, il arrive que des soubresauts de tension, d’agressivité, voire de violence, surviennent. Comment s’en étonner ? Seuls les naïfs ou les béotiens peuvent imaginer que la cohabitation d’une bonne centaine d’adolescents et d’adolescentes en difficulté pourrait se dérouler sans que de tels modes d’expression surviennent. S’il n’y en avait pas, il y aurait lieu de s’inquiéter. Ces réactions d’explosion justifient et expliquent la nécessaire présence de professionnels spécialisés.

Un important travail s’est développé auprès des familles.
Le « Village des Jeunes » vit, est créatif, et évolue sans cesse.
Il faut écrire sur les effets des relais médiatiques concernant l’image « noire » de Mettray.

17Ce sont sur les jeunes qui sont accueillis aujourd’hui et sur leurs familles, que retentissent le plus douloureusement les articles, témoignages ou spectacles, qui stigmatisent la période « noire » de Mettray, alors que l’IRMPro d’aujourd’hui développe une dynamique de modernité dans ses pratiques. Nous avons alors à rassurer les familles troublées, voire culpabilisées de confier leur enfant à un établissement au passé constamment « noirci ». L’IRMPro n’est pas Montségur. Tout peut être dit sur le passé de Montségur sans blesser quiconque. Plus personne n’y vit, ce qui n’est pas la situation de l’IRMPro.

18Notre association est suffisamment informée et lucide sur son passé. Elle l’assume puisqu’elle a pris l’initiative d’en conserver les traces en créant un musée qui témoigne du dévoiement, mais aussi de la grandeur de cette histoire. Elle a confié ses archives aux Archives départementales d’Indre-et- Loire, les mettant ainsi à la disposition des chercheurs qui sauront faire la part de la vérité et de la légende.

19Nous acceptons d’autant mieux notre passé que nous souhaitons ainsi rendre hommage à ces fondateurs philanthropes qui ont eu le courage de s’engager au service des jeunes démunis et souvent mal-aimés. Nous aimerions voir aujourd’hui se lever plus d’hommes de cette trempe pour construire au service des jeunes, qui seront notre monde de demain.

Notes

1 Voir dans cet ouvrage le chapitre : « L’École des contremaîtres : naissance de la première école d’éducateurs en France ».

Auteur

Secrétaire de l’Association « La Paternelle »

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search