Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Troisième partie. Lectures et rayonnement de Mettray

Admiration et inspiration : Mettray dans le monde européen de l’éducation surveillée

Jeroen J. H. Dekker

Texte intégral

Le monde européen de l’éducation surveillée au xixe siècle

  • 1 Cf. D. Van Damme, F. Simon, J. J. H. Dekker & B. Kruithof (dir.), Beyond the pale - behind bars. M (...)
  • 2 Voir J. Deker, The Will to Change the Child. Re-education Homes for Children at Risk in Nineteenth (...)

1L’isolement temporaire devient en vogue durant la première partie du xixe siècle, non seulement pour la surveillance des enfants déshérités et criminels, mais aussi pour l’enfermement des prisonniers adultes et pour l’hospitalisation des fous. On croit alors en l’efficacité réformatrice et salvatrice de l’isolement temporaire dans des institutions résidentielles1. On va isoler les enfants en marge de la société, dans une prison spéciale ou à la campagne, loin des grandes villes, et pour une durée déterminée. Après la fondation des établissements innovateurs des années trente, quarante et cinquante – Rauhe Haus en Allemagne, Mettray en France, Ruysselede en Belgique, les maisons de sauvetage d’Otto Gerhard Heldring et le Mettray néerlandais aux Pays-Bas (ill. 34), Red Hill en Angleterre - les institutions de ce type se multiplient et sont construites en Europe occidentale dans la deuxième moitié du xixe siècle2. On essaie de guérir une « maladie » très sérieuse : la marginalisation sociale et morale de ces enfants et de leur famille par une « exclusion temporaire ». En effet, le but final n’est pas la mise à l’écart dans une institution, mais la réintégration dans la société afin d’éviter une marginalisation définitive.

  • 3 Ch. Leonards, De ontdekking van het onschuldige criminele kind. Bestraffing en opvoeding van cri- (...)
  • 4 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, 1975, p. 252.
  • 5 M. Perrot, « 1848. Révolution et prisons », in M. Perrot (dir.), L’impossible prison. Recherches s (...)

2Deux modèles dominent, l’isolement cellulaire et la colonie agricole, appliqués dans des établissements destinés à deux principales catégories d’enfants, les enfants déshérités et les enfants criminels ; ces modèles s’influencent réciproquement. Par exemple, l’établissement dit Rauhe Haus, fondé en 1833, maison de sauvetage pour les enfants déshérités et en même temps colonie agricole, a servi de modèle pour la colonie agricole de Mettray en France, destinée aux enfants criminels. En sens inverse, des établissements pour enfants criminels, comme par exemple la prison pour garçons à Rotterdam, ont servi de laboratoire unique de punition et d’éducation pour les établissements des enfants déshérités3. Initialement, des philanthropes comme Charles Lucas (1803-1889), Édouard Ducpétiaux (1804- 1868) et Willem Suringar (1790-1872) propagent l’isolement cellulaire avec, comme résultats, la prison pour garçons de Rotterdam (1833), la Petite-Roquette à Paris (1836) et, en Belgique, Saint-Hubert (1840). Selon Michel Foucault, autour de 1840, la pratique de l’isolement cellulaire est largement répandue et fonctionne comme « système panoptique » suivant les principes de Jeremy Bentham (1748-18324). Cependant, Michelle Perrot conclut que « au total, en 1848, le régime cellulaire est loin d’être réalisé, excepté à la Petite-Roquette ». Après 1848, au début de l’Empire, « avec l’abandon du système cellulaire et le choix de la transportation », la préférence pour la cellule s’estompe5. Pour la rééducation des enfants déshérités et criminels, la colonie agricole devient alors un modèle préférable.

  • 6 Rousseau cité par C. Carlier, La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du Nord de (...)
  • 7 M-S. Dupont-Bouchat, « Enfants corrigés, enfants protégés. Genèse de la protection de l’enfance en (...)
  • 8 Sur la Belgique, voir M-S. Dupont-Bouchat, De la prison à l'école. Les pénitenciers pour enfants e (...)

3En 1762, Rousseau écrit dans Émile : « Je veux élever Émile à la campagne, loin de la canaille des valets, les derniers des hommes après leurs maîtres ; loin des noires mœurs des villes, que le vernis dont on les couvre rend séduisantes et contagieuses pour les enfants ». L’éducation loin des noires mœurs des villes n’apparaît pas seulement bénéfique pour Émile, mais aussi pour les enfants criminels et déshérités. La campagne devient à la mode et selon Christian Carlier, « la ville, c’est déjà l’enfer, chez Rousseau plus que chez un autre, mais l’opinion de Jean-Jacques n’est pas isolée6 ». La première génération des philanthropes, de caractère romantique, est, en effet, fondamentalement touchée par l’agronomie. Suringar, Demetz, Hill, Ducpétiaux, parmi d’autres, visitent des colonies agricoles en Europe, transformant le tourisme pénitentiaire en tourisme agricole et s’influençant les uns les autres. Par exemple, dans les années trente, des philanthropes français visitent et étudient aussi bien les colonies de la Société de Bienfaisance [Maatschappij van Weldadigheid] aux Pays-Bas et en Belgique, que la Rauhe Haus en Allemagne fondée par Johann Hinrich Wichern et la colonie de Fellenberg en Suisse, avec comme résultat la fondation de Mettray en 18397. Quelques années plus tard, des philanthropes néerlandais, anglais, belges et allemands visitent à leur tour la colonie agricole de Mettray, avec comme résultats directs la fondation des colonies agricoles du « Mettray néerlandais », de Ruysselede et Beernem en Belgique, et de Red Hill en Grande-Bretagne8.

  • 9 Lucas cité pat Carlier, La prison, p. 193.
  • 10 H. Gaillac, Les maisons de correction 1830-1945, Patis, 1991, 2e éd. revue par M. Brisset et E. Pi (...)
  • 11 Gaillac, Les maisons, p. 77 ; J. Lebrun, « Cloîtrer et guérir. La colonie pénitentiaire de la Trap (...)

4Il y a donc une véritable « agromanie » vers 1830-1840. Le modèle agricole, développé pour l’hébergement des adultes dans, par exemple, les colonies de la Société de Bienfaisance, est adopté pour la rééducation des enfants aux Pays-Bas, en Belgique, en France et en Allemagne. Lucas et Suringar, parmi les adhérents les plus forts du modèle cellulaire, sont convertis d’emblée. En se référant aux exemples des États-Unis, de l’Allemagne (la Rauhe Haus), de la Grande-Bretagne (Parkhurst) et de l’Italie (La Generala à Turin), Lucas définit la tâche première de la colonie agricole vis-à-vis des enfants : « Leur apprendre à vivre de peu et à pratiquer les vertus de la pauvreté honnête9. » En 1843, il fonde sa propre colonie agricole, à Val- d’Yèvre10. La colonie agricole devient le modèle par excellence pour les années à venir. Du reste, les colonies agricoles pour la rééducation des enfants diffèrent des colonies de la Société de Bienfaisance. Elles sont moins vastes, non établies sur des terres en friche, et jugées plutôt en fonction du pourcentage des enfants rééduqués - bref en rendement pédagogique - qu’en fonction du rendement agricole11. Deux établissements sont devenus des icônes de l’éducation résidentielle au xixe siècle : la Rauhe Haus et la colonie agricole de Mettray. Ils sont devenus les destinations les plus importantes du pèlerinage philanthropique. Plusieurs visiteurs ont fondé un établissement semblable dans leur pays, s’enthousiasmant pour ces deux établissements.

  • 12 Lindmeier, Die Pädagogik, p. 78, 82-100 sur Schleiermacher, p. 74-79 sur l’enfance de Wichern. Voi (...)
  • 13 Wichern, ciré par Hegel, Vom Rettungshaus, p. 47 : « [E]rziehung ist nicht mehr ausschliesslich Re (...)
  • 14 Röper, Das verwaiste Kind, p. 186; cf. Heldring, « Een vijftigjarig jubilé », p. 267.
  • 15 Wichern, cité par Lindmeier, Die Pädagogik, p. 256-257 : « Wir herbergen hier aber keine Kinder oh (...)

5La Rauhe Haus n’est pas la première maison de sauvegarde - Düsselthal, fondée en 1820, la précède – mais elle est sans aucun doute la plus fameuse en Allemagne et une des plus célèbres d’Europe. Le fondateur, Johann Hinrich Wichern (1808-1881), a suivi des études de théologie et de philosophie chez Lücke à Göttingen, et chez Schleiermacher, Neander et Hegel à Berlin. Cependant, l’influence subie par le « Réveil berlinois » a été décisive, avec pour conséquence la fondation, soutenue par l’élite de Hambourg, de la Rauhe Haus. Le 1er novembre 1833, Wichern, âgé de 24 ans, s’installe avec sa mère – son père est mort quand il avait 15 ans – et plusieurs garçons déshérités dans l’établissement12. Wichern devient le patron de la « Mission intérieure », mouvement de charité à caractère chrétien et luthérien du xixe siècle. Le périodique intitulé Les Feuilles Volantes de la Rauhe Haus [Fliegenden Blätter aus dem Rauhen Haus] lui sert d’instrument de propagande. En 1849, il écrit « La mission intérieure de l’église évangélique d’Allemagne [Die Innere Mission der Deutschen Evangelischen Kirche : Denkschrift an die deutsche Nation] », considérée comme bible de la « Mission intérieure » d’Allemagne. La réintégration des garçons dans leur environnement d’origine est le but central de ses idées13. Par conséquent, l’admission sans autorisation des parents est impossible, puisque la Rauhe Haus est considérée comme une extension de la famille dont les membres sont encouragés à rendre visite aux enfants le dimanche. De plus, la famille est considérée comme l’unité éducative par excellence14. Par conséquent, la maison est organisée selon des unités familiales15.

  • 16 Röper, Das verwaiste Kind, p. 197
  • 17 Lindmeier, Die Pädagogik, p. 291 et 297.
  • 18 Gaillac, Les maisons, p. 78 ; E.-C. Wines, The State of Prisons and of Child-Saving Institutions i (...)
  • 19 Horace Mann écrit un rapport de sa visite à la Rauhe Haus, cité par Carpenter, Reformatory Schools(...)
  • 20 Carpenter, Reformatory Schools, p. 335-338. Selon Owen, Englisch Philanthropy, p. 53, quant à l’in (...)
  • 21 Wines, The State, p. 75, glorifie sa « world-wide reputation, and its history is known by heart by (...)

6Wichern forme lui-même le personnel de la Rauhe Haus ainsi que celui de beaucoup de maisons de sauvegarde en Allemagne16. Le succès du « traitement » est patent, du moins selon Wichern. En 1853, il publie les résultats obtenus sur les 200 premiers enfants : 145 sont crédités d’un comportement irréprochable, 23 tout au plus sont déclarés perdus17. Parmi les nombreux visiteurs de ce modèle de la rééducation, on compte Frédéric-Auguste Demetz. Après sa visite, admiratif, il s’inspire du système familial pour l’organisation de la colonie de Mettray18. Une dizaine d’années plus tard, Suringar fonde à son tour son « Mettray » et adopte lui aussi le même système. En plus, il reprend le système pédagogique de caractère protestant et centré sur l’enfant [Vom Kinde Aus]. En 1843, l’américain Horace Mann (1796-1859), secrétaire de l’Éducation du Massachusetts entre 1837-1848, visite, pendant son pèlerinage philanthropique, la Rauhe Haus19. Il applaudit à l’expérience de Hambourg, comme l’a fait la grande dame de la rééducation résidentielle britannique, Mary Carpenter, pour qui la Rauhe Haus sert d’établissement exemplaire dans sa croisade contre Parkhurst20. Jusqu’aux années quatre-vingt, les réactions des visiteurs restent enthousiastes et pleines d’admiration. En 1880, l’américain Enoch Wines (1806-1879), après son pèlerinage philanthropique en Europe, glorifie autant sa réputation mondiale que la dissémination de son modèle en Europe occidentale21.

  • 22 Heldring, « Een vijftigjarig jubilé » ; Jonker, « Johann Hinrich Wichern » ; Nolet, Vraagstuk, p. (...)
  • 23 J. Klootsema, Misdeelde kinderen. Inleiding tot depaedagogische pathologie en therapie, Groningen, (...)

7Aux Pays-Bas, les protestants et les libéraux partagent cette opinion22. Le pédagogue Jan Klootsema (1867-1926), auteur d’un livre fondamental de la pédagogie pathologique, et directeur de la maison d’État pour la correction des garçons criminels [Rijksopvoedkundig Gesticht] à Alkmaar, est le seul à briser l’icône. Selon lui, à partir de 1870, c’est le temps du déclin23.

Admiration et inspiration :
les visiteurs étrangers s’enthousiasment
pour la colonie agricole de Mettray

  • 24 « No Mahommedan [...] believes more devoutly in the efficacy of a pilgrimage to Mecca, than I do i (...)

8« Aucun musulman ne croit d’une manière plus dévote dans l’efficacité d’un pèlerinage à La Mecque que moi dans celle de mon pèlerinage à Mettray. » Ce sont les mots de Matthew Davenport Hill (1792-1872) écrits après son pèlerinage philanthropique à la colonie de Mettray. Hill est un réformateur très connu du droit criminel, juge à Birmingham pendant 26 ans et dévoué, avec Mary Carpenter, à la fondation des écoles dites « Reforma- tory Schools24 ». À la colonie de Mettray, il trouve la méthode idéale pour rééduquer et transformer les garçons criminels, c’est-à-dire par des moyens pédagogiques et non pas seulement par des punitions et une discipline stricte, comme à Parkhurst.

  • 25 Demetz, Fondation d’une colonie agricole, p. 19, cité par Carlier, La prison, p. 226-227. Ducpétia (...)

9Cette « Mecque pédagogique » a été fondée par Frédéric-Auguste Demetz (1796-1873), juge à Paris, frustré par l’envoi des enfants criminels dans les prisons qu’il a dû, à contrecœur, prononcer. Après des visites, de 1836 à 1838, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et aux États-Unis, Demetz s’inspire autant du modèle familial de Wichern, de la méthode pédagogique de Fellenberg et Vehrly en Suisse, que du système disciplinaire d’Auburn aux États-Unis. Il fonde, avec son ami le baron Brétignières de Courteilles, la colonie agricole de Mettray dans le village du même nom situé dans le département d’Indre- et-Loire. D’après Demetz ce département est « un des plus beaux de la France. Les mœurs y sont douces, le climat y est sain et tempéré, le sol fécond, la culture facile, conditions indispensables à une colonie d’enfants, dont la force ne pourrait suffire à exécuter des pénibles défrichements ». Il ne choisit pas, comme cela a été fait en Belgique et aux Pays-Bas avec les colonies de la société de Bienfaisance, la Sibérie néerlandaise, avec « la mauvaise qualité des terrains pour les entreprises de colonisation », mais l’Arcadie à la française25.

  • 26 Voir É. Pierre, « F.-A. Demetz et la colonie agricole de Mettray. Entre réformisme "romantique" et (...)

10En effet, Demetz reste un homme romantique26.

  • 27 Cité par J. Bourquin et E. Pierre, « La colonie agricole de Mettray », Sociétés & Représentations (...)
  • 28 Gaillac, Les maisons, p. 80.
  • 29 Selon Augustin Cochin ( 1823-1872) un des co-fondateurs.
  • 30 Gaillac, Les maisons, p. 82 ; cf. Wines, The State, p. 342 et Carpenter, Reformatory Schools, p. 3 (...)
  • 31 Suringar, My visit to Mettray, p. 4,14-15.
  • 32 Carpenter, Reformatory Schools, p. 327 : « hat the boy shall only be taught as much as the average (...)
  • 33 Carpenter, Reformatory Schools, p. 327 ; Owen, English Philanthropy, p. 153 ; Ferrus in Gaillac, L (...)
  • 34 Foucault, Surveiller, p. 301 ; Carpenter, Reformatory Schools, p. 327 ; Wines, The State, p. 342 ; (...)

11La tâche du personnel de la colonie agricole de Mettray est de travailler « au but moral de l’établissement, à la surveillance générale, à l’exécution du règlement et au maintien de la discipline27 ». Il est formé dans ce qui est la première « école d’éducateurs » en France, dès 1838, avant l’admission des premiers garçons28. Des visiteurs comme Wines et Carpenter observent qu’économiser du personnel, « la cheville ouvrière de Mettray29 », serait la fin de l’expérience. C’est également l’opinion de Demetz et de Blanchard, son successeur30. Selon Suringar, qui séjourne plusieurs jours à Mettray en septembre 1845, un membre du personnel se dévoue pendant quelques jours totalement au nouvel élève. Il joue en se considérant lui-même comme un enfant, selon une méthode romantique et orientée vers l’enfant (Vom Kinde aus), avec un objectif diagnostique qui est de le laisser s’exprimer. Le diagnostic est mémorisé dans un dossier, à consulter fréquemment pendant le séjour de l’enfant à la colonie31. Carpenter observe que l’instruction scolaire reste élémentaire. Cette instruction vise à ce « qu’on enseigne au garçon pas plus qu’il n’est nécessaire à des laboureurs agricoles d’acquérir, c’est-à-dire lire, écrire, et calculer ». Ce programme élémentaire est la conséquence du fait qu’en 1846, la moitié de la population de 699 garçons est analphabète32. De plus, Carpenter observe qu’on épuise les garçons afin de ne pas les exposer aux tentations morales ou sexuelles dans le dortoir pendant la nuit33. Sur le régime disciplinaire, tous les observateurs du xixe siècle s’accordent pour dire que Mettray est une institution panoptique, mais sans régime d’incarcération comme le pense Foucault. Le succès de la surveillance panoptique signifie, selon ces observateurs, que les punitions sont minoritaires dans le système pédagogique : plus de surveillance, moins de punition. Cette opinion est partagée tant par la direction de la colonie de Mettray que par les visiteurs illustres comme Carpenter, Turner, Davenport, Wines, Ferrus, Suringar et Ducpétiaux. Selon eux, le système de surveillance panoptique de la colonie de Mettray permet à la fois de punir le moins possible et en même temps de toucher le cœur du garçon, première étape dans la transformation de ses comportements et de son caractère34.

  • 35 Selon Turner, « The boy feels that his master is not a mere officer to watch him and enforce disci (...)

12Sydney Turner (1814-1879), directeur de la Société Philanthropique anglaise [Philanthropic Society] et futur inspecteur des institutions dites « Reformatory Schools » en Angleterre et en Écosse, cherche une alternative à Parkhurst. En visitant la colonie agricole de Mettray, il exprime le paradoxe entre l’amour et la punition de la manière suivante : d’un côté, « tous les comportements du garçon sont observés et surveillés. Chaque défaut va être puni avec un grand assortiment de peines, du reste sans punition corporelle », d’un autre côté, l’amour est la force fondamentale de l’éducation à la colonie de Mettray. Selon Turner, « le garçon est conscient du fait que son « père » n’est pas seulement un observateur et un surveillant, un homme de discipline ou un instructeur, mais aussi et surtout un ami sympathique, qui le supporte et qui l’aide ». Bref, selon Turner, le personnel de Mettray joue, d’une part, le rôle d’amis des garçons et d’autre part, le rôle d’ « ingénieurs de la conduite, orthopédistes de l’individualité », pour citer les mots fameux de Michel Foucault35. Pour Davenport Hill il n’y a pas de paradoxe entre amour et punition. Au contraire, discipline et punition servent seulement l’éducation et la moralité.

  • 36 Carlier, La prison, p. 229.
  • 37 Dupont et Pierre, Enfance et justice, p. 179-192 sur Mettray.
  • 38 Cité par Dupont, De la prison, p. 42-43.
  • 39 Rapport Annuel adressé à MM. les membres de la Société Paternelle, Colonie agricole et pénitentiai (...)
  • 40 Carpenter, Reformatory Schools, p. 328 ; selon Wines, The State, p. 82, 95 % « of all the colons [ (...)
  • 41 Ferrus in Gaillac, Les maisons, p. 84.

13Pour accueillir les « touristes pénitentiaires » et stimuler les relations publiques, Demetz fonde l’Hôtel de la Colonie36 (ill. 10). Visiter la colonie devient l’apogée du pèlerinage philanthropique. Après la visite à la colonie on écrit ses impressions, toujours très positives, dans des brochures avec des phrases écrites par Demetz lui-même, en citant exhaustivement les rapports annuels de la colonie37. Pour Ducpétiaux, « cet intéressant établissement ouvre, à notre avis, une ère toute nouvelle à la réforme pénitentiaire38 ». L’enthousiasme des visiteurs ne se fonde pas seulement sur des opinions, mais aussi sur des chiffres. Selon le rapport annuel de 1850, depuis la fondation, 684 garçons ont été libérés dont 541 avec des comportements de caractère irréprochable et 38 ont une conduite médiocre. Dix ont échappé à tout contrôle, tandis que 59 sont signalés récidivistes39. Des visiteurs comme Carpenter et Wines partagent la même opinion très positive, Carpenter s’appuyant sur des chiffres pris dans le rapport de Turner40. Mettray est devenu synonyme de succès, autant pour les fondateurs et la direction que pour le grand nombre de visiteurs étrangers, parmi lesquels le néerlandais Willem Suringar41.

Enthousiasmé par une visite à la colonie Mettray : Willem Suringar

  • 42 Wines, The State of Prisons, p. 400 : « Holland boasts one of the model reformatories of the world (...)
  • 43 Sur Suringar, voir Dekker, The Will to Change, pp. 141-143 ; E. Laurillard, Levensschets van W. H. (...)

14En 1880, après une visite à la colonie agricole du Mettray néerlandais, l’Américain Wines écrit : « Le Mettray néerlandais est parmi les établissements d’éducation surveillée les plus importants du monde42. » Le fondateur, Willem Suringar (1790-1872), est philanthrope de nature. Ayant suivi l’école primaire et l’école latine, il veut devenir pasteur, mais la position fragile de sa famille l’oblige à travailler dans l’entreprise de son père (tout à la fois manufacture et commerce de vin). Il demeure cependant fidèle toute sa vie à son idéal religieux et charitable. Sur le plan politique, il appartient au mouvement libéral. Après 1848, il adopte une attitude plus conservatrice43.

  • 44 « Il me semble que la règle générale doit être qu’on place les jeunes délinquants dans des maisons (...)
  • 45 Les textes les plus importants de Suringar sont Godsdienstig en zedekundig Handboek voor Gevangene (...)
  • 46 c’est pourquoi il est nommé le « John Howard néerlandais » par Leonards, De ontdekking, p. 73, not (...)

15Suringar apparaît comme le pivot de la philanthropie néerlandaise protestante, incarnant parfaitement l’action privée d’un notable soucieux d’aborder tous les problèmes sociaux. Ses activités philanthropiques concernent trois terrains : l’assistance publique - dans les années 1830, il fonde le patronage des pauvres – la visite et l’action bénévole dans les prisons, et enfin la rééducation des enfants. En 1811, il devient membre, puis permanent, de la Société pour le salut public [Maatschappij tot Nut van’t Algemeen], la société philanthropique néerlandaise la plus importante, fondée en 1784. En 1823, il fonde, avec Johannes Leonardus Nierstrass et Willem Hendrik Warnsinck, la société néerlandaise pour l’amélioration morale des prisonniers [Nederlandsch Genootschap tot Zedelijke Verbetering der Gevangenen], Son expérience presque quotidienne avec les prisonniers et les anciens délinquants de la prison de Leeuwarden est décisive pour la fondation de cette société. Entre 1823 et 1840, il a l’occasion de parler avec plus de mille anciens délinquants et après son déménagement en 1840 de Leeuwarden à Amsterdam, il prolonge ces activités à la prison cellulaire d’Amsterdam. Il est convaincu du bien-fondé de la solution cellulaire pour les adultes comme pour les mineurs criminels, tout comme Charles Lucas. Son « Manuel pour prisonniers » en est la preuve. Cependant, en participant, en 1847, au Congrès pénitentiaire de Bruxelles, il se déclare partisan tant du cellulaire, même pour les jeunes délinquants, que de la colonie agricole comme règle générale pour les jeunes44. Suringar joue aussi un rôle important au niveau de la philanthropie européenne, surtout pour le développement du système cellulaire dans les prisons et de la solution agricole pour les enfants déshérités et abandonnés. Il rencontre les grands personnages de la philanthropie européenne, comme Demetz, Ducpétiaux et Wines, qui, à leur tour, feront la visite de la colonie du « Mettray néerlandais45 ». Il visite des dizaines d’institutions, des prisons ainsi que des établissements pour enfants criminels, en Suisse, en Angleterre, en Belgique, en Allemagne et en France46. La visite de Mettray l’enthousiasme.

  • 47 Foucault, Surveiller et punir, partie IV, chap. III, Le carcéral. Son choix de Mettray est inspiré (...)
  • 48 Voir W. H. Suringar, Mijn bezoek in Mettray, Leeuwarden, 1847 ; My visit to Mettray, Mein Besuch i (...)

16La vision de Michel Foucault selon laquelle « Mettray [... est] le modèle où se concentrent toutes les technologies coercitives du comportement. [...], la plus célèbre de toute une série d’institutions qui bien au-delà des frontières du droit criminel ont constitué ce qu’on pourrait appeler l’archipel carcéral47 », ne coïncide pas avec l’impression de Suringar. Pour ce dernier, la moralisation, l’atmosphère religieuse et pédagogique caractérisent cette institution. Le dimanche 28 septembre 1845, Suringar arrive à la colonie, à huit heures du matin. Il assiste d’abord à la messe. Il est ensuite témoin d’un tribunal moral, tenu dans l’école, présidé par le directeur Frédéric Auguste Demetz lui-même. Suringar est profondément ému par la vie à la colonie, caractérisée davantage par une atmosphère moralisante et pédagogique que par un système carcéral et disciplinaire. Il est impressionné par la complémentarité de la punition et de la réprimande d’une part, et de la récompense d’autre part. Les discours de Demetz sont également impressionnants. « Chaque discours était improvisé, mais ils se suivaient d’une manière si naturelle, qu’un instant je pensais qu’ils étaient préparés d’avance. Plusieurs fois, j’étais ému aux larmes par les paroles de Demetz, et par le ton et la manière de son discours. Je n’ai jamais été témoin d’un tel événement, je n’avais jamais cru que des têtes et des âmes pouvaient être formées et cultivées d’une manière si efficace. » L’impression produite sur Suringar par cette visite a pour résultat final la fondation d’un « Mettray néerlandais ». Pour cela, il écrit le texte cité ci-dessus en quatre langues, anglais, néerlandais, français, allemand. Son fils Gérard, imprimeur et éditeur à Leeuwarden, se charge de sa publication48.

  • 49 Dekker, Straffen, redden en opvoeden, p. 176-179.
  • 50 Suringar visite l’exemple français en 1845 et en 1847. En 1851, avec Mahieu, membre de la directio (...)

17En raison de la crise économique des années 1840, il éprouve des difficultés à trouver l’argent nécessaire pour la réalisation de son idée. Son premier prêteur, Christian Schüller, riche négociant d’Amsterdam, lit la brochure de Suringar en une demi-heure et se déclare enthousiasmé. En échange d’une somme considérable, il formule des exigences qui amènent Suringar à modifier son projet originel. La condition la plus importante consiste à limiter l’admission aux enfants déshérités. En acceptant cette condition, Suringar sait qu’il s’éloigne du modèle français, alors qu’il cherchait une solution pour les enfants visés par l’article 66 du Code pénal, également en vigueur aux Pays-Bas, c’est-à-dire pour la catégorie des enfants du Mettray français. Cette solution serait rendue impossible s’il se soumettait à la condition de Schüller. Après une année de réflexion, au printemps 1849, Suringar accepte pourtant son offre, conditions incluses, s’éloignant de ses idées originelles pour des raisons financières. L’élite philanthropique néerlandaise, le roi y compris, soutient son projet. En conséquence, quatre maisons familiales porteront des noms royaux49. Entretemps, Suringar visite la Rauhe Haus en Allemagne, ainsi que les institutions Mesnil Saint-Firmin et l’Aysle Fénélon en France, les colonies Oswald et Neuhof de Strasbourg, le « Mettray de Londres », la Philanthropie Society et la colonie Ruysse le de en Belgique. À l’occasion de l’inauguration de cette colonie le 30 juin 1851, il reste cinq jours sur place. À son tour, J. W. Schlimmer (1808-1897), futur directeur du « Mettray néerlandais » et ancien directeur de la prison pour garçons de Rotterdam, visite la colonie agricole de Mettray en France ainsi que l’institution Saint-Nicolas à Paris50.

18Le 21 juin 1851, la première pierre est posée, tandis que les premiers enfants arrivent en décembre de cette même année. L’ouverture officielle de la colonie a lieu en janvier 1852. Pour créer son établissement, Suringar a choisi un terrain à la campagne, à une grande distance des villes de l’Ouest du pays. L’infrastructure de la colonie, son organisation et ses buts montrent une grande ressemblance avec le modèle français. La colonie est composée de maisons familiales distribuées en carré. Le bâtiment central et l’église complètent l’ensemble. Exceptionnellement Suringar a pu faire construire des maisons neuves pour la régénération morale des enfants des grandes villes dans la campagne. Cependant, en limitant l’admission de son « Mettray » aux enfants déshérités, comme dans la Rauhe Haus, à l’exclusion des enfants criminels, Suringar s’éloigne du modèle français. Les objectifs de la colonie, formulés dans ses règlements, sont sociaux, pédagogiques et moraux. Citons les articles 1, 3 et 59 du règlement de 1853 :

« Le but de la Société consiste à rassembler, soigner, éduquer des enfants indigents et déshérités, à condition qu’ils soient protestants, dans une colonie agricole. L’éducation des enfants vise à développer le sentiment religieux dans les jeunes âmes, à leur apprendre l’amour de Dieu et l’amour du prochain, à leur permettre, par l’apprentissage, de gagner leur vie [...], à les améliorer par une surveillance continuelle quant à leur comportement et leur caractère, en éliminant les défauts, les faiblesses et les impulsions, et en stimulant les bonnes qualités et les bonnes facultés. »

  • 51 Selon l’article 48 du règlement, « Les sections régionales [...] possèdent un droit unique aux pla (...)

19Le Mettray néerlandais est organisé sous la forme d’une société philanthropique avec trente-cinq sections régionales, établies en majorité dans les villes de l’Ouest, auxquelles participe l’élite locale protestante. Ces sections régionales forment la base de la Société de ce « Mettray », en fournissant de l’argent et en orientant les enfants déshérités vers la colonie51. La direction générale est constituée d’une élite remarquable : un grand nombre d’hommes politiques et la noblesse régionale, originaires des grandes villes de l’Ouest et de la région nord-est. Le premier président de la direction générale, le baron W.-A. Schimmelpenninck van der Oije van de Pol, est un ancien ministre et gouverneur de la province de Gueldre. Entre 1851 et 1914, la composition sociale et religieuse de la Société ne change guère.

  • 52 W. Suringar, Mettray néerlandais. Colonie agricole, près de Zutphen, Leeuwarden, 1855 ; idem, Nede (...)

20Suringar entretient des rapports étroits avec Demetz, Ducpétiaux et un grand nombre des autres directeurs d’institutions pour enfants à qui il fait visiter « son Mettray ». Dans les années qui suivent sa création, l’établissement reçoit entre mille et quatre mille visiteurs par an, dont Demetz et Ducpétiaux en 1851 et 1852. Lors sa visite en 1852, Demetz s’étonne du maintien de l’ordre sans système cellulaire de punition, ce dernier étant un élément nécessaire à la colonie tourangelle. Il signale aussi la force de l’élément religieux dans la rééducation. Il effectue une nouvelle visite en 1872, peu avant sa mort survenue le 2 novembre 1873. En 1855, Suringar fait paraître deux brochures, l’une en français, l’autre en allemand, pour assurer la promotion de son institution à l’étranger52. Jusqu’à sa mort, le 17 septembre 1872 à Amsterdam, il reste le président général de cette institution. Très symboliquement, Willem est enterré le 24 septembre 1872 à la colonie agricole parmi les garçons qui y étaient déjà décédés.

21Cette colonie de Suringar est-elle une « prison aux champs » ? On pourrait dire de la nature de l’initiative privée, de la structure et de l’organisation des bâtiments, que c’est la reproduction fidèle de la colonie de Mettray. Mais sur le plan pénal, le « Mettray néerlandais » de Suringar est proche des initiatives allemandes - en particulier la Rauhe Haus - et suisses. Ces établissements s’inscrivent dans la tradition philanthropique des pays protestants, peu compatible avec la logique pénale des Codes, avec une préoccupation pour des populations qui, tout en ne relevant pas du Code pénal, doivent cependant être aidées et éduquées.

  • 53 Suringar, Godsdienstig en zedekundig Handboek, passim. Sur Schlimmer, voir Leonards, De ontdekking(...)

22La rééducation repose autant sur le principe panoptique que sur une approche pédagogique centrée autour de l’enfant. Pendant toute la journée et toute la nuit, on observe et on enregistre les comportements des garçons. C’est dans cette structure panoptique que se fait la rééducation. Pendant la journée, les garçons font partie de petits groupes de nature différente, c’est-à-dire d’une famille, d’une armée, d’un atelier, d’une école ou d’une unité pédagogique. L’ordre du jour est fixé en fonction de la rééducation, de la transformation radicale du caractère et des comportements des enfants, bref d’une pédagogie au sens propre. Toutes ces unités fonctionnent dans une finalité pédagogique. Sous la présidence de Suringar et la direction de Schlimmer, une approche orientée vers l’enfant [ Vom Kinde aus] domine la rééducation. Schlimmer, premier directeur du « Mettray néerlandais », instituteur, pédagogue dans l’âme, adepte des moyens pédagogiques et non des moyens disciplinaires, doit garantir la réalisation des idées pédagogiques du philanthrope Suringar, auteur d’un « Manuel moral pour prisonniers » publié en 1828, qui porte une attention toute spéciale aux mineurs criminels53. Bref, le système normalisant existant au « Mettray néerlandais » entre 1851 et 1880 fait preuve d’une grande sensibilité pour le monde des enfants.

23La colonie agricole de Mettray en France est l’apogée du pèlerinage philanthropique pour des visiteurs du monde entier. Leur admiration est unanime et écrasante, et ils écrivent avec enthousiasme leurs impressions saisissantes. De plus, beaucoup d’entre eux se laissent inspirer par ce formidable exemple. Un idéal se développe : fonder un autre « Mettray », dans son propre pays. Cependant dans le processus de la réalisation, on peut s’éloigner assez loin de l’exemple originel. En baptisant sa colonie néerlandaise « Mettray néerlandais », Suringar semble réaliser une imitation fidèle de la colonie française dans l’Est des Pays-Bas. Cette nouvelle colonie devient en réalité un hybride entre le Mettray français et la Rauhe Haus allemande, de la même façon peut-être que, dix ans auparavant, le Mettray français était un hybride, cette fois-ci entre la prison aux champs et la Rauhe Haus à la française.

Notes

1 Cf. D. Van Damme, F. Simon, J. J. H. Dekker & B. Kruithof (dir.), Beyond the pale - behind bars. Marginalization and Institutionalization from the 18th to the 20th Century, numéro spécial de Paedagogica Historica 26, 1990 ; G. charuty, Le couvent des fous, Paris, (1985) ; M. foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, 1972, or. 1964; J.-G. petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France 1780-1875, Paris, 1990.

2 Voir J. Deker, The Will to Change the Child. Re-education Homes for Children at Risk in Nineteenth Century Western Europe, Frankfurt am Main/Berlin/Bern/Bruxelles/New York/Oxford/Wien : Peter Lang, 2001.

3 Ch. Leonards, De ontdekking van het onschuldige criminele kind. Bestraffing en opvoeding van cri- minele kinderen in jeugdgevangenis en opvoedingsgesticht 1833-1886, Hilversum, 1995, p. 67.

4 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, 1975, p. 252.

5 M. Perrot, « 1848. Révolution et prisons », in M. Perrot (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, 1980, 277-312, p. 280 et 303 ; Petit, Ces peines obscures, partie II sur la période 1815-1875.

6 Rousseau cité par C. Carlier, La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au xixe siècle, Paris, 1994, p. 131. Sur Rousseau et l’éducation, voir M. Grandière, L’Idéal pédagogique en France au dix-huitième siècle, Oxford, 1998, p. 129-146, et G. Py, Rousseau et les éducateurs. Étude sur la fortune des idées pédagogiques de Jean-Jacques Rousseau en France et en Europe au xviiie siècle, Oxford, 1997. La réalité démographique soutient l’idéal romantique, voir des chiffres dans B. R. Mitchell, International Historical Statistics, Europe 1750-1988, New York and Basingstoke, 19923, p. 90-123. Cf. D. Owen, English philanthropy, 1660-1960, Cambridge, Mass., 1964, p. 135, et A. Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, 18e-19e siècles, Paris, 1982, passim.

7 M-S. Dupont-Bouchat, « Enfants corrigés, enfants protégés. Genèse de la protection de l’enfance en Belgique, en France et aux Pays-Bas (1820-1914). » Droit et Société 32, 1996, 89-104, p. 93; W. H. Suringar, My visit to Mettray Leeuwatden, s. d. [1847] ; Carlier, La prison, p. 211- 216 ; sur Allemagne, voir F. F. Roper, Das verwaiste Kind in Anstalt und Heim ; ein Beitrag zur his-torische Entwicklung der Fremderziehung, Gottingen, 1976 et B. Lindmeier, Die Pàdagogik des Rauhen Hauses. Zu den Anfàngen der Erziehung schwieriger Kinder bei Johann Hinrich Wichern, Bad Heilbrunn, 1998.

8 Sur la Belgique, voir M-S. Dupont-Bouchat, De la prison à l'école. Les pénitenciers pour enfants en Belgique au xixe siècle (1840-1914), Kortrijk-Heule, 1996; M-S. Dupont-Bouchat, « Entre charité privée et bienfaisance publique : la philanthropie en Belgique au xixe siècle », in C . Bec et al. (dir.), Philanthropies et politiques sociales en Europe (xviiie-xxe siècles), Paris, 1994, p. 29-44 et M-S. Dupont-Bouchat, « Saint Hubert, pénitencier modèle au xixe siècle » Mélanges L. Hannecart, Saint Hubert dArdenne, Cahiers d'histoire VIII , 1991, p. 143-160; M. Carpenter, Reformatory Schools for the Children of Perishing and Dangerous Classes andforjuvenile Offenders, London, 1851 sur des exemples du continent européen, en particulier la Rauhe Haus, p. 335-338.

9 Lucas cité pat Carlier, La prison, p. 193.

10 H. Gaillac, Les maisons de correction 1830-1945, Patis, 1991, 2e éd. revue par M. Brisset et E. Pierre, avec bibliographie actuelle ( 1er éd. 1971), p. 71. Lucas teprésente la majorité des philanthropes convertie à la campagne et à la colonie agticole. Son collègue L.-M. Moreau-Christophe préfère les colonies industrielles, voir Gaillac, Les maisons, p. 74, et M.-S. Dupont-Bouchat et E. Pierre, avec J.-M. Fecteau, J. Trêpanier, J.-G. Petit, B. Schnapper et J.-J.-H. Dekker, Enfance et Justice au xixe siècle. Essais d’histoire comparée de la protection de l’enfance (1820-1914). France, Belgique, Pays-Bas, Canada, Paris : Presses Universitaites de France, 2001, p. 97-126.

11 Gaillac, Les maisons, p. 77 ; J. Lebrun, « Cloîtrer et guérir. La colonie pénitentiaire de la Trappe, 1854-1880 », in M. Perrot (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, 1980, 236-276, p. 244.

12 Lindmeier, Die Pädagogik, p. 78, 82-100 sur Schleiermacher, p. 74-79 sur l’enfance de Wichern. Voir aussi H. Lilje, « Johann Hinrich Wichern 1808-1881 », in H. Heimpel, Th. Heuss et B. Reifenberg (dir.), Die grossen Deutschen. Deutsche Biographie, vol. 3, Berlin, 1956, p. 376-388 ; Röper, Das verwaiste Kind, p. 185 ; E. Hegel, Vom Rettungshaus zum Kinderdorf. Ein Beitrag zur Geschichte des Familienprinzips in der fürsorgenden Erziehung, München/Basel, 1968, p. 43 ; L. Heldring, « Een vijftigjarig jubilé (over het Rauhe Haus) », Bouwsteenen 2, 1883, p. 265-289 ; Carpenter, Reformatory Schools, p. 335 ; M. E. Kluit, Het protestantse Réveil in Nederland en daar- buiten 1815-1865, Amsterdam, 1970, p. 351-354.

13 Wichern, ciré par Hegel, Vom Rettungshaus, p. 47 : « [E]rziehung ist nicht mehr ausschliesslich Rettung des einzelnen Menschen zur Gortseligkeit, sondern zugleich Riickfuhrung in die Gemeinschaft : Rettung ist zugleich Resozialisierung. » Peukert, Grenzen, p. 46-49 ; Wichern, cité par Röper, DaS verwaiste Kind, p. 194-195 : « Das Rauhe Haus ist [...] kein Strafhaus, sondern fïngt die Lösung seiner Aufgabe mit dem Vetgebung und dem Vergessen ailes Früheren an. » Th. Nolen (dir.), Het Vraagstuk van de verzorging der verwaarloosde kinderen in opdracht van de Maatschappij tôt Nut van’tAlgemeen, bewerkt door mr. J.-A. Levy, R H. Hugenholz jr., Jhr. mr. A. J. Rethaan Macaré, Amsterdam, 1898, p. 193.

14 Röper, Das verwaiste Kind, p. 186; cf. Heldring, « Een vijftigjarig jubilé », p. 267.

15 Wichern, cité par Lindmeier, Die Pädagogik, p. 256-257 : « Wir herbergen hier aber keine Kinder ohne Einwilligung der Eltern ; wollten wir diesen Grundsatz aufgeben, so würden wir den heiligsten Kern des Rauhen Hauses verletzen, das gerade Eltern eine letzte Hilfe bei der Erziehung gewähren und den Kindern gegenüber die ihm übertragene Elternautorität geltend machen will. »

16 Röper, Das verwaiste Kind, p. 197

17 Lindmeier, Die Pädagogik, p. 291 et 297.

18 Gaillac, Les maisons, p. 78 ; E.-C. Wines, The State of Prisons and of Child-Saving Institutions in the Civilised World, Cambridge, 1880, p. 341.

19 Horace Mann écrit un rapport de sa visite à la Rauhe Haus, cité par Carpenter, Reformatory Schools, p. 335-336, dans lequel il raconte l’histoire sociale des enfants de la Rauhe Haus avant leur admission. « Each had become a hardened veteran in some iniquitous practice or malicious disposition ; and, as such, had been pronounced or regarded as incorrigible. Nearly all of them had been left and trained to beggary, lying, stealing and to every vicious habit... They had slept under carts, in doorways, herding with swine and cattle by night, when the begging or thieving hours were past. Such were the boys that found themselves looking at each other in wonder and surprise the first evening they gathered round the hearthstone of that cottage home. » Sur Mann, voir A. Johnson et D. Malone (dir.), Dictionary of American Biography, New York, 1937, vol. XII, p. 240-242.

20 Carpenter, Reformatory Schools, p. 335-338. Selon Owen, Englisch Philanthropy, p. 53, quant à l’influence sur l’Angleterre, la colonie agricole de Mettray est plus importante que la Rauhe Haus.

21 Wines, The State, p. 75, glorifie sa « world-wide reputation, and its history is known by heart by all who take an interest in these questions. It is enough to add, that, following in the footprints of Francke and Falk and Wichern, and continually acknowledging indebtedness to them, the German- speaking people of Europe have established many hundreds of child-saving institutions, which have within their custody an estimated average of twelve to fifteen thousand inmates ».

22 Heldring, « Een vijftigjarig jubilé » ; Jonker, « Johann Hinrich Wichern » ; Nolet, Vraagstuk, p. 193.

23 J. Klootsema, Misdeelde kinderen. Inleiding tot depaedagogische pathologie en therapie, Groningen, 1904, p. 18-19.

24 « No Mahommedan [...] believes more devoutly in the efficacy of a pilgrimage to Mecca, than I do in one to Mettray », Davenport Hill, cité par Owen, English Philanthropy, p. 153 ; sur Hill, voir B. Hilton, The Age of Atonement. The Influence of Evangelicalism on Social and Economic Thought, 1785-1865, Oxford, 1991 [or. 1988], pp. 402, 269, et L. Stephen et S. Lee (dir.), The Dictionary of National Biography, vol. IX, Oxford, 1917-..., IX, pp. 853-855.

25 Demetz, Fondation d’une colonie agricole, p. 19, cité par Carlier, La prison, p. 226-227. Ducpétiaux, cité par Dupont, De la prison, pp. 42-43 : « Mettray n’est pas une institution entièrement nouvelle, sans antécédents. [...] Ainsi, c’est à la colonie agricole de Horn, près de Hambourg, qu’il a pris l’idée du classement des détenus par familles, des frères aînés, de la comptabilité morale [...] ; à la maison de refuge de Boston, l’idée du jury et de plusieurs détails ingénieux de discipline. » Sur Demetz, voir R. d’Amat et R. Limouzin-Lamothe (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, 1933-..., t. X, p. 986

26 Voir É. Pierre, « F.-A. Demetz et la colonie agricole de Mettray. Entre réformisme "romantique" et injonction administrative » ; dans J. J. H. Dekker & P. Becker (dir.), Doers : Philanthropists and Bureaucrats in the 19th Century : Views on Eduation and Society, Communication, Collaboration, Special Issue of Paedagogica Historica 38, (2/3), 2002, 413-795, p. 451-466. L’architecture et l’organisation spatiale de la colonie sont réalisées en fonction de ces principes pédagogiques par l’architecte A. Blouet, avec lequel Demetz avait voyagé aux États-Unis. Gaillac, Les maisons, p. 80, 84.

27 Cité par J. Bourquin et E. Pierre, « La colonie agricole de Mettray », Sociétés & Représentations 3, 1996, 205-217, p. 216.

28 Gaillac, Les maisons, p. 80.

29 Selon Augustin Cochin ( 1823-1872) un des co-fondateurs.

30 Gaillac, Les maisons, p. 82 ; cf. Wines, The State, p. 342 et Carpenter, Reformatory Schools, p. 328. Cochin, Notice sur Mettray, 1847, cité par Gaillac, Les maisons, p. 82. Foucault, Surveiller, p. 301 : les contremaîtres ne sont « ni des juges, ni des professeurs, ni des contremaîtres, ni des sous-officiers, ni des « parents », mais un peu de tout cela et dans un mode d’intervention qui est spécifique ».

31 Suringar, My visit to Mettray, p. 4,14-15.

32 Carpenter, Reformatory Schools, p. 327 : « hat the boy shall only be taught as much as the average of agricultural and other labourers acquire, viz., to read, to write, and to cypher ».

33 Carpenter, Reformatory Schools, p. 327 ; Owen, English Philanthropy, p. 153 ; Ferrus in Gaillac, Les maisons, p. 83.

34 Foucault, Surveiller, p. 301 ; Carpenter, Reformatory Schools, p. 327 ; Wines, The State, p. 342 ; Suringar, My visit, p. 9 ; Gaillac, Les maisons, p. 83.

35 Selon Turner, « The boy feels that his master is not a mere officer to watch him and enforce discipline, or a mere instructor to teach him, but is a relation, – a friend – to sympathise with him and assist him [...] the principle is, that no part of the boy’s conduct, however inconsiderable, be unnoticed or overlooked », cité par Carpenter, Reformatory Schools, p. 325-327. Sur Turner, voir Stephen et Lee, The Dictionary of National Biography, vol. LVII, p. 357. Suringar partage l’opinion de Turner, voir My visit. Cf. Foucault, Surveiller, p. 301.

36 Carlier, La prison, p. 229.

37 Dupont et Pierre, Enfance et justice, p. 179-192 sur Mettray.

38 Cité par Dupont, De la prison, p. 42-43.

39 Rapport Annuel adressé à MM. les membres de la Société Paternelle, Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, douzième année, Tours, 1851, pp. 8-9.

40 Carpenter, Reformatory Schools, p. 328 ; selon Wines, The State, p. 82, 95 % « of all the colons [... had] been saved to themselves and to society ».

41 Ferrus in Gaillac, Les maisons, p. 84.

42 Wines, The State of Prisons, p. 400 : « Holland boasts one of the model reformatories of the world, under the name of Netherlands Mettray. »

43 Sur Suringar, voir Dekker, The Will to Change, pp. 141-143 ; E. Laurillard, Levensschets van W. H. Suringa, in Handelingen en mededeelingen van de maatschappij der Nederlandsche Letterkunde te Leiden, over het jaar 1872-1873, Leiden, 1873, 215-246 (avec bibliographie des livres et des articles de Suringar) ; Nederland’s Patriciaat 17, Den Haag : Centraal Bureau voor Geneaologie en Heraldiek, 1927, 313-334 ; A. J. van der Aa et K. J. R. van Harderwijk (dir.), Biographisch woordenboek der Nederlanden, Haarlem 1852-1878 ; C. Molhuysen (dir.), Nieuw Nederlands Biografisch Woordenboek, Leiden 1911-1937 ; J. J. H. Dekker, Straffen, redden en opvoeden. Het ontstaan en de ontwikkeling van de residentiële heropvoeding in West-Europa, 1814-1914 met bijzondere aandacht voor Nederlandsch Mettray., Assen/Maastricht : Van Gorcum, 1985 ; Archives de Mettray néerlandaise (abrégé ANM), en dépôt aux Archives municipales de Zutphen, no. 2a, Berigten, et no. 90, lettres 1854-58 (la bibliothèque de Willem Suringar à Mettray a été détruite par le feu) ; J. M. van Bemmelen, Van Zedelijke verbetering tot reclassering. Geschiedenis van het Nederlandsch Genootschap tot zedelijke verbetering der gevangenen 1823-1923 (’s-Gravenhage, 1923) ; J. J. H. Dekker, « Punir, sauver et éduquer. La colonie agricole « Nederlandsch Mettray » et la rééducation résidentielle aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et en Angleterre entre 1814 en 1914 », Le Mouvement Social, numéro 152 (1990), p. 63-90 ; J. J. H. Dekker, « Philanthropie et rééducation, xviiie-xixe siècle : Le modèle néerlandais », dans Bec et al. (dir.), Philanthropies et politiques sociales en Europe, p. 45- 61 ; Wines, The State of Prisons ; Dupont et Pierre, Enfance et justice, pp. 73-74

44 « Il me semble que la règle générale doit être qu’on place les jeunes délinquants dans des maisons de correction, et spécialement dans des colonies agricoles, mais que, par exception, les petits malfaiteurs, qui sont en même temps de grands malfaiteurs, doivent être punis et punis sévèrement, par un emprisonnement cellulaire de un, deux ou trois mois. » In : Congrès pénitentiaire de Bruxelles, 1847, p. XX, cité par Dupont et Pierre, Enfance et justice, p. 122.

45 Les textes les plus importants de Suringar sont Godsdienstig en zedekundig Handboek voor Gevangenen ; geschikt voor zon – en feestdagen, Amsterdam : Maatschappij tot Nut van’t Algemeen, 1828 ; Redevoering over de gepastheid en noodzakelijkheid van een patronaat over de armen en de wijze waarop hetzelve behoort te worden uitgeoefend, Leeuwarden 1842 ; My visit to Mettray, Rotterdam (s.a.) ; Mein Besuch in Mettray. Als ein Beitrag zur Lösung der Sozial-frage, Koblenz 1852 ; Mettray Néerlandais, colonie agricole près de Zutphen, Leeuwarden, 1855.

46 c’est pourquoi il est nommé le « John Howard néerlandais » par Leonards, De ontdekking, p. 73, note 11. Pour une traduction nouvelle de l’ouvrage principal de Howard, voir John Howard, L’État des prisons, des hôpitaux et des maisons de farce en Europe au xviiie siècle, Paris, 1994, traduction nouvelle et édition critique d’après la première édition de 1777 par Christian Carlier et Jacques-Guy Petit. Suringar visitait les prisons à Cleve, Dusseldorf, Cologne, Darmstadt, Basel, Neufchâtel, Lausanne, Genève, Bern, Altorf, Zurich, Ludwigsburg, Boppard, Mannheim, Kopenhagen, Stockholm, Nordköping, Carlscrona, Berlin, Spandaw, Hambourg, Elberfeld, Eberbach, Nassau- Dietz, Weimar, Frankfurt a.M., Würzburg, Bamberg, Lichtenau, München, Kaiserslautern, Landau, Spiers, Zweibücken, Braunweiler, Paris, Tours, Vilvoorde, voir Laurillard, Levensschets van W. H. Suringar, p. 222.

47 Foucault, Surveiller et punir, partie IV, chap. III, Le carcéral. Son choix de Mettray est inspiré par l’ouvrage de Gaillac, Les maisons, op. cit.

48 Voir W. H. Suringar, Mijn bezoek in Mettray, Leeuwarden, 1847 ; My visit to Mettray, Mein Besuch in Mettray. Als ein Beitrag zur Lösung der Sozial-Frage, Coblence, 1852 ; en français : Comment se comportent les colons de Mettray, Bruxelles, s. d.

49 Dekker, Straffen, redden en opvoeden, p. 176-179.

50 Suringar visite l’exemple français en 1845 et en 1847. En 1851, avec Mahieu, membre de la direction générale du Mettray néerlandais, il visite la Rauhe Haus, voir ANM 2a, Berigt 1, Rapport annuel, 1852-51, p. 11-13.

51 Selon l’article 48 du règlement, « Les sections régionales [...] possèdent un droit unique aux places disponibles dans la colonie pour enfants indigents et déshérités, mais, bien entendu, pour chaque section régionale en fonction de la contribution annuelle ou du nombre de membres », ANM 1, Règlement de 1853.

52 W. Suringar, Mettray néerlandais. Colonie agricole, près de Zutphen, Leeuwarden, 1855 ; idem, Nederlandische Mettray. Ackerbau-Kolonie bei Zutphen, deren Grundung, innere Einrichtung und Erziehungsystem, Ftankfurt am Main, 1855. Au début, dans les années cinquante, il y a entre 1 000 et 4 000 visiteurs chaque année, parmi eux le roi et des membres de la famille royale. Sur la visite de Demetz en 1852, voir ANM 2a, Berigt 1, Rapport annuel, 1852-1851. En 1855, E. Ducpétiaux, inspecteur général des prisons et des institutions de bienfaisance en Belgique, le directeur Poll de Ruysselede et Baron van Peers, commissaire de surveillance de ce même établissement, visitent la colonie, voir ANM 2a, Berigt 5, Rapport annuel, 1856-55, p. 26. En 1870, Demetz envoie une lettre à Suringar, appelant à l’aide pour sa colonie à cause des problèmes issus de la guerre franco- allemande et de l’occupation allemande. En 1872-1873, il visite la colonie pour la deuxième fois. Il va de soi que Suringar, comme ami de Demetz, prête attention à sa mort survenue le 2 novembre 1873, à Paris, voir ANM 2a, Berigt 20, Rapport annuel, 1871-70, et Berigt 23, Rapport annuel, 1874-73, p. 4-5.

53 Suringar, Godsdienstig en zedekundig Handboek, passim. Sur Schlimmer, voir Leonards, De ontdekking, p. 150-151.

Auteur

Historien et spécialiste de l’histoire de l’éducation Rijkuniversiteit Groningen, Pays-Bas

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search