Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Troisième partie. Lectures et rayonnement de Mettray

Mettray, le commencement d’une géographie

Didier Morin

Texte intégral

  • 1 Ce projet est aussi destiné – il y a 10 numéros de prévus - à être exposé. Le travail de toutes le (...)

1Avant d’appeler mon journal « Mettray1 », ce nom a évoqué successivement pour moi, une architecture préhistorique, puis l’actuel village, puis l’ancienne colonie, et enfin le lieu, « la Capitale », dit Albert Dichy, de l’œuvre de Jean Genet.

  • 2 Dans Miracle de la Rose, j’ai compté que Genet utilisait 163 fois le mot « Mettray », plus une foi (...)

2Situé sur la route de Saint-Antoine-du-Rocher, dans un endroit protégé, le Dolmen de Mettray qui tient son nom des préhistoriens qui l’ont nommé ainsi (malgré son emplacement qui n’est pas sur la commune), est une construction mégalithique aux dimensions impressionnantes, comparables à celle d’une allée couverte. Cette architecture simple que j’allais voir avec mes parents, avait pour moi le nom de Mettray. Quelques années plus tard, Mettray devenait le nom du village que je traversais à bicyclette pour en découvrir les alentours. La grande allée de marronniers, la chapelle et les bâtiments de l’actuel Village des Jeunes furent une de ces découvertes. Mon père m’apprit ce qu’avait été ce lieu autrefois et ce que la colonie avait représenté pour les jeunes à son époque. Mettray prenait la forme d’une autre architecture, que le dimanche en m’aventurant dans la cour je photographiais. J’y cherchais des signes du passé, mais de l’extérieur rien ne permettait d’imaginer une ancienne prison. C’est plus tard dans la lecture du Miracle de la Rose2 que je trouvais la vue qui me manquait et que j’avais cherchée. Genet rendait visible la colonie. L’ancien bagne pour enfant était devenu un lieu de la littérature ; Mettray était entré en poésie. Par un procédé de style, Mettray était devenu la colonie et sa vie, uniquement, et recouvrait ma réalité.

3Pour toutes ces raisons j’eus recours à ce nom, nom inscrit maintenant sur une sonnette à l’entrée d’un petit immeuble situé dans le quartier du Panier à Marseille (c’est l’adresse du journal), qui par son côté ouvert et fermé me fait penser à l’ancienne colonie pénitentiaire, où la mer aurait remplacé les champs. De cette analogie aussi ce nom est réapparu.

4Dans cette ville portuaire, dans cette vue que j’ai sur les bateaux qui partent, Jean Genet est parti en 1940 pour le Moyen-Orient et Yves Klein en 1951 pour le Japon. De cette vue, j’ai décidé de partir dans leurs géographies. Au total 55 destinations sur 4 continents. Les photographies et les images vidéo réalisées devant servir à une édition et au montage d’un « film ».

  • 3 Le dessin, les traces, le parcours que chaque être humain laisse derrière lui, ces déplacements da (...)

5Les Semelles d’or, le voyage de Jean Genet3 publié par La Petite École (Comp’act) rassemble une photographie de chaque lieu et un récit de voyage qui mêle les époques et leurs événements à mes rencontres d’aujourd’hui. Chaque destination reprend sa place dans les écrits de Genet. Un film est en cours de montage. La géographie de Klein je la terminerai à la fin de l’année 2004.

6Huit années se sont écoulées depuis le début des « géographies » et depuis trois années j’ai publié sept numéros de Mettray (ill. 35).

7J’y présente ce travail en cours, qui ne pourrait exister dans le circuit traditionnel. Une manière de le faire exister, de le rendre visible tout en le protégeant. Enfin, pour donner un peu d’épaisseur au journal (dans tous les sens du terme) j’ai demandé à mes amis, aux rencontres, de m’accompagner en y présentant leurs recherches en cours.

8La maquette simple, non « professionnelle » laisse une place trop modeste à la photographie pour des raisons budgétaires. « Mettray » ne reçoit pas de subventions, mais accepte les abonnements.

9Enfin, 350 exemplaires sont distribués ou envoyés, et une centaine d’autres est placée dans quelques librairies (France, Allemagne, Espagne, États-Unis, Japon, Maroc).

10La nouvelle Colonie de Mettray est constituée de textes, de photos publiés : Jean Pierre Bertrand, Mathieu Chauvin, Agnès Clerc, Onuma Nemon, Antoine Bourseiller, Élias Sambar, Leila Shahid, EM Cioran, Vivien Isnard, Yves Klein, Laurent Mauvignier, Coccinelle, Jean Genet, Bernard Plossu, etc.

11Les notes en bas de page sont extraites d’une communication faites par Didier Morin lors du colloque de juin 2004 sur la Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray à Tours.

Notes

1 Ce projet est aussi destiné – il y a 10 numéros de prévus - à être exposé. Le travail de toutes les personnes ayant participé à « Mettray » (la nouvelle Colonie de Mettray ?) serait présenté sous la forme qu’elles désirent : peintures, dessins, photographies, vidéos, manuscrits...

2 Dans Miracle de la Rose, j’ai compté que Genet utilisait 163 fois le mot « Mettray », plus une fois entre parenthèses, c’est beaucoup sur un livre de 200 pages. C’est dans le Miracle de la Rose que j’ai trouvé la vue qui me manquait. Il y avait donc le bâtiment que je connaissais de l’extérieur, il y avait ce qui s’y était passé et qui n’était plus là. C’est dans le Miracle que j’ai appréhendé cette vue que donne Genet par son témoignage. C’est le « c’était ainsi » que donne Genet. Genet donne une vue, ce que Roland Barthes appelle le « Cela a été ». Pour quelqu’un qui fait des images, le « ça a été », la photographie comme preuve, c’est très important. Genet m’a donné le « C’était ainsi ».

3 Le dessin, les traces, le parcours que chaque être humain laisse derrière lui, ces déplacements dans l’espace au cours de sa vie, c’est unique et très différent pour chacun d’entre nous, qu’il se développe sur différents continents, dans la même ville, ou dans un même quartier (on peut passer sa vie dans le même lieu). La géographie de Genet commence et finit à Paris mais les frontières passent par Alligny en Morvan, Mettray, Marseille, – ce n’est pas dans l’ordre, le destin n’en a pas – Fontevrault, Barcelonne, Séville, Brest, Tanger, les prisons de la Santé et de Fresnes, Athènes, Chicago, le ghetto de Los Angeles, les camps palestiniens de Chatila à Beyrouth et Irbid en Jordanie, Nara et Kyoto au Japon et enfin Chartres pour la cathédrale.

Auteur

Photographe, directeur de la revue « Mettray »

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search