Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Troisième partie. Lectures et rayonnement de Mettray

Le cercle carré du carcéral : Mettray par Foucault

Sophie Chassat

Texte intégral

  • 1 Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Éditions Gallimard, 1975, p. 300. Le texte cité ouvre (...)

« J’aurais à fixer la date où s’achève la formation du système carcéral, je ne choisirais pas 1810 et le Code Pénal, ni même 1844, avec la loi qui posait le principe de l’internement cellulaire ; je ne choisirais peut-être pas 1838 où furent publiés pourtant les livres de Charles Lucas, de Moreau- Christophe et de Faucher sur la réforme des prisons. Mais le 22 janvier 1840, date de l’ouverture officielle de Mettray [...].
Pourquoi Mettray ? Parce que c’est la forme disciplinaire à l’état le plus intense, le modèle où se concentrent toutes les technologies coercitives du comportement1. »

Un concept et son illustration

L’économie générale de Surveiller et Punir et la place dans cette économie du dernier chapitre intitulé « Le carcéral »

  • 2 Voir Le Groupe d’Information sur les Prisons, Archives d’une lutte, 1970-1972, documents réunis et (...)

1Surveiller et Punir dont le sous-titre est « naissance de la prison », est publié en 1975. Michel Foucault a déjà développé dans les cours qu’il délivre au Collège de France les notions de « société disciplinaire », de « norme », et de « relations de pouvoir ». Il s’est également lancé sur la voie de l’« engagement » puisqu’il a pris une part active aux luttes du Groupe d’Informations sur les Prisons (G.I.P.) qui ont eu lieu de 1970 à 19722.

2La prison est donc pour Foucault un sujet capital, une source de réflexion et d’action essentielle.

3Cependant, il ne s’agit pas de faire de Foucault un « philosophe de la prison ». Retenons plutôt le geste foucaldien, geste qu’on retrouve dans tous ses autres ouvrages, qu’ils traitent de la folie, des discours ou de la sexualité : mettre à la question toutes les pratiques qui nous semblent évidentes et raisonnables, chercher derrière chacune d’elles les enjeux de pouvoir et de savoir qui s’y cachent, refuser l’idée d’une raison dans l’histoire pour faire l’histoire des rationalités successives qui ont ordonné le monde. Et ce geste a réveillé bien des manières de voir.

4Avec Surveiller et Punir, il révolutionne la perception que l’on pouvait avoir de la prison, montre qu’avant de la décrire comme étant ce qu’humainement on pouvait faire de mieux, la seule solution possible, il faut en faire l’histoire, la généalogie, voir de quelle logique elle est la descendante.

5L’objet de l’ouvrage est donc moins la prison comme telle que la façon dont les techniques disciplinaires se mettent en place et permettent, à la fin du xviiie siècle, l’avènement, puis la consécration, de la prison comme solution punitive optimale, la rationalité de l’enfermement se substituant à la rationalité des supplices en œuvre sous l’Ancien Régime.

6La prison, fille des disciplines, tel est donc l’objet de la réflexion. Il faut entendre le mot « discipline » au sens disciplinaire du terme. La disciplinarisation s’impose par le biais d’emplois du temps et d’emplois de l’espace très serrés : il s’agit non plus d’exclure la déviance, mais d’inclure, d’inscrire les corps déviants au cœur de dispositifs de quadrillage : il faut surveiller et punir pour mieux contrôler et assujettir.

7Tout lecteur de Surveiller et Punir sait que la figure dans laquelle s’incarne à plein cette logique est celle du « Panoptique » (Panopticon), réalisation architecturale, permettant, selon un dispositif circulaire et une tour centrale, à un seul individu d’en surveiller une multitude : voir sans être vu, voilà le principe du « Panoptique ».

8Le dernier chapitre de Surveiller et Punir semble quant à lui nous ramener de plain-pied à la prison, et à elle seule. Il s’intitule « Le carcéral », et cette notion évoque d’emblée, pour tout lecteur qui tient entre ses mains un livre dont le sous-titre est « naissance de la prison » et qui s’apprête à lire un chapitre qui clôt la 4e et dernière partie de l’ouvrage, partie qui s’intitule « Prison », évoque donc celle d’ « univers carcéral », d’univers de la prison. De plus, l’étymologie de l’adjectif « carcéral » (du latin carcer, prison) place le lecteur dans cette position d’attente.

9« Le carcéral » dans la « prison » ? Foucault nous conduirait, dans un mouvement de mise en abîme, de la prison comme institution historiquement apparue à son essence, à ce qui constitue le cœur de sa définition. Et pour illustrer cette essence de la prison, nous nous attendons à ce que Foucault nous parle du QHS (Quartier de Haute Sécurité), cette prison dans la prison, réalisé quelques mois après la parution de Surveiller et Punir

10à Fleury-Mérogis, mais dont la programmation était déjà connue par Foucault lors du travail de rédaction de l’ouvrage.

11Or pour illustrer le concept de « carcéral », Foucault choisit un tout autre exemple : la colonie de Mettray.

Définition du concept de « carcéral »

12Mettray, c’est une institution qui se crée, explicitement du moins, comme alternative à la prison. Parce que les enfants acquittés par l’article 66 du Code pénal ne pouvaient pas, ne devaient pas être mis en prison, il fallait un autre lieu pour les accueillir.

13Si Foucault choisit Mettray pour illustrer le concept de carcéral, et si Mettray n’est pas une prison, c’est donc que Foucault n’entend pas le carcéral comme l’équivalent de la prison (même s’il ne s’agit pas d’exclure la dimension pénitentiaire de Mettray).

  • 3 SP, p. 301.
  • 4 SP, p. 305.

14Foucault insiste, dans le chapitre en question, sur « toute l’institution parapénale, qui est faite pour n’être pas la prison3 » et le mouvement de son chapitre montre « les cercles carcéraux s’élargiss [ant] et la forme de la prison s’atténu [ant] lentement avant de disparaître tout à fait4 ». L’essentiel, ce n’est donc pas la prison !

15Mais alors, qu’est-ce que le carcéral ?

16Le carcéral, c’est un système de diffusion qui exporte dans tous les interstices de la société le triomphe de la normalisation, de la disciplinarisation et du couple surveiller et punir.

  • 5 SP, p. 304

17On l’a vu, Surveiller et Punir est construit sur un premier mouvement qui va des disciplines au triomphe de la prison, celle-ci prenant ses techniques de surveillance et de punition au cœur de toutes les disciplines qui ont cours dans la société. Avec le chapitre intitulé « Le carcéral », est décrit désormais le mouvement de retour : les techniques disciplinaires éprouvées par la pratique pénitentiaire, à même la prison - dans une structure légalement reconnue donc – peuvent à présent être réinjectées dans la société, auréolées d’une nouvelle légitimité. Le carcéral, c’est la profonde unité de ces deux mouvements qui se soutiennent l’un l’autre, et desquels émerge un troisième mouvement, mais un mouvement qui n’a plus de sens et que j’appellerai un flux de mixage général : il n’y a plus de centre, mais on peut penser le carcéral sous sa forme la plus aboutie comme une énorme centrifugeuse diffusant les techniques disciplinaires sous la forme d’un continuum allant indifféremment, passant comme naturellement, de l’école à la caserne, de l’atelier au cloître, de la prison à l’équipe de sport. « Les frontières [...] tendent à s’effacer pour constituer un grand continuum carcéral qui diffusent les techniques pénitentiaires jusqu’aux plus innocentes disciplines, transmettant les normes disciplinaires jusqu’au cœur du système pénal5 ». On est en plein dans une logique totalitaire, même si Foucault n’emploie pas ce terme. Une image forte – quoiqu’un peu rapide – serait celle du monde comme d’une immense prison, et de la prison comme du simple reflet du monde.

Illustration du concept de « carcéral » : la colonie de Mettray

  • 6 « Pourquoi Mettray ? » SP, p. 300.

18Mais alors, pourquoi choisir d’illustrer ce concept de carcéral par telle institution plutôt que par telle autre ? Et même davantage : pourquoi par une institution alors que l’on vient de voir que le carcéral est un système de transmission, qu’il n’est pas localisable ? Pourquoi Mettray6 ?

  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid. Foucault reprend, sans citer sa source, une formule d’Augustin Cochin : « De nouveaux élèves (...)
  • 9 Cette mention de la famille mise sur le même plan que des modèles disciplinaires peut surprendre. (...)

19Après s’être lui-même posé la question, Foucault en donne la justification suivante : « Parce que c’est la forme disciplinaire à l’état le plus intense, le modèle où se concentrent toutes les technologies coercitives du comportement7 ». Mettray devient donc, aux yeux de Foucault, l’illustration la plus pertinente et la plus saisissante du carcéral, à tel point que Mettray apparaît comme le summum d’un système total, pour ne plus dire totalitaire. La première réponse à la question « Pourquoi Mettray ? » est ainsi une présentation de Mettray comme d’un condensé paroxystique de tout ce que la loi qui réglemente la série du carcéral peut produire. Le mode d’organisation de Mettray est immédiatement décrit par une référence multiple à des sous-modèles du carcéral. Ce qui l’intéresse, c’est la superposition en elle de plusieurs formes : « Il y a là "du cloître, de la prison, du collège, du régiment8 ". » Foucault reprend cette énumération et la complète par des références à la famille9, à l’armée, à l’atelier, à l’école et au modèle judiciaire.

  • 10 SP, p. 301.

20À Mettray, tous ces lieux de discipline se superposent et se complètent, et sont ainsi mises en valeur leurs homologies structurelles, leur référence commune à un modèle panoptique symbolisé par l’inscription de la cellule de punition de la colonie : « Dieu vous voit10 ».

21Mettray, c’est donc tout d’abord le continuum carcéral en un seul point, c’est la série indéfinie résumée en un lieu fini. Philosophiquement, c’est donc un exemple précieux.

  • 11 Ibid.
  • 12 SP, p. 301-302.

22Le second intérêt de cette accumulation de modèles, c’est de dégager, par un système de calques superposés, l’essence de la « fonction de "dressage"11 » qui est le ressort permettant de mettre en relief les caractéristiques du système carcéral. Ce dressage s’applique sur des corps et entraîne la formation d’un savoir sur l’individu auquel il s’applique : l’objet modelé devient sujet connu et sujet assujetti. « Le modelage du corps donne lieu à une connaissance de l’individu12. » Et le fait que Mettray accueille des enfants - les plus petits ont 6 ans – est là pour signaler que, dans la logique du carcéral, le dressage commence dès le plus jeune âge.

23Cependant, ces caractéristiques de la série carcérale, Foucault les a longuement détaillées tout au long de l’ouvrage. Mettray semble donc ne valoir que comme un instrument de vérification particulièrement pertinent et commode permettant de conclure le livre.

24Alors Mettray se résume-t-elle pour Foucault à cette valeur d’illustration particulièrement saisissante ? Et après tout, n’importe quelle autre colonie pénitentiaire pour enfants n’aurait-elle pas pu faire l’affaire ?

Mettray : plus qu’un exemple, un modèle du carcéral

La « discipline portée au carré » : quadrillage et cercles concentriques

  • 13 SP, p. 302.

25Ce qui fascine peut-être le plus Foucault dans Mettray, c’est qu’elle est la « première école normale de la discipline pure13 ». Que veut dire Foucault par là ? Non pas que les colons sont à l’école de la discipline, mais que les contremaîtres – c’est-à-dire ceux qui encadrent les colons – sont à cette école (il parle bien d’école normale). Et en effet, quand le 22 janvier 1840 Mettray ouvre ses portes, elle a déjà formé son personnel : en 1839 s’est ouverte l’« école des contremaîtres ».

  • 14 Ibid.
  • 15 SP, p. 300.

26Véritable école préparatoire, l’école des contremaîtres fut expressément créée pour apprendre aux futurs cadres leur métier de surveillants de colonie en se soumettant « comme élèves à la discipline qu’ils devaient comme professeurs imposer plus tard14 ». Plutôt que le 22 janvier 1840, on pourrait dire, dans la logique de l’analyse foucaldienne, que « la date où s’achève la formation du système carcéral15 », c’est le 28 juillet 1839, date de l’ouverture officielle de l’école des contremaîtres.

  • 16 SP, p. 302.

27En effet, c’est en jouant sur le sens du mot « discipline » que Foucault donne toute sa signification à cette cheville ouvrière : la « discipline » (au sens-disciplinaire de discipliner les insoumis) devient, avec Mettray et son école de contremaîtres, une « discipline » qui s’apprend et se transmet, de même que la philosophie ou les mathématiques sont des disciplines qui s’apprennent et se transmettent. « La technique disciplinaire devient une “discipline” qui elle aussi a son école16 ». Si l’ouverture de Mettray est à ce point importante comme événement, c’est qu’à l’école de cette école s’inaugure une fonction officielle qui sera reprise bien plus tard par toutes les institutions du système carcéral.

  • 17 SP, p. 301.
  • 18 C’est ce lien entre colonisation et figure familiale - et non répressive - prise par ceux chargés (...)

28On n’a plus affaire à de simples bénévoles, à des philanthropes bien intentionnés ni à des anciens soldats devenus gardiens de prison ou de maisons de correction en fin de carrière, mais à des professionnels formés, qualifiés et rétribués pour prendre en charge des individus. « Ce sont en quelque sorte des techniciens du comportement : ingénieurs de la conduite, orthopédistes de l’individualité17. » L’intérêt exemplaire de Mettray n’est donc pas seulement de dégager les caractéristiques du continuum carcéral, ni de les résumer, mais bien de fournir la loi de production de cette série, celle qui lui permet de se perpétuer par le biais d’une transmission réfléchie de la discipline. Et ce n’est sans doute pas un hasard si, pour décrire ce processus de colonisation, Foucault prend l’exemple d’une colonie18.

  • 19 SP, p. 305.

29Le quadrillage disciplinaire enseigné comme discipline à Mettray est le point de départ d’une diffusion de ces méthodes en cercles concentriques ; Foucault parle de « cercles carcéraux19 ».

30Essayons maintenant d’analyser les modalités du succès d’une telle diffusion des techniques disciplinaires à tous les niveaux de la société, en commentant un silence de Foucault : Mettray devenu bagne d’enfants.

La jolie colonie de Mettray

31Quand on a lu Jean Genet, le dernier chapitre de Surveiller et Punir peut laisser perplexe : pourquoi Foucault n’évoque-t-il pas Jean Genet, tout à la fois colon et poète de Mettray, quand il parle de la colonie ? Il a non seulement lu Genet, mais encore il l’a rencontré, et à plusieurs reprises.

  • 20 Dits et Écrits, I, Paris, Gallimard, 2001, p. 56.

32Alors, Foucault peut-il ignorer que Jean Genet a été colon à Mettray de 1926 à 1929 ? Certainement pas, et si un doute subsiste, la chronologie établie au début de la nouvelle édition des Dits et Écrits le dissipe : en septembre 1972 Foucault voit Genet « qui lui conte ses souvenirs sur Mettray tandis qu’il travaille à son "livre sur les peines" (Surveiller et Punir)20 ». Dès lors, qu’est-ce qui dans son propre discours sur Mettray empêche Foucault de parler de Genet, ne serait-ce que de l’évoquer ?

  • 21 Illustration 27 « Le coucher à la colonie de Mettray », Cahier d’illustrations qui ouvre SP.

33La réponse la plus satisfaisante est finalement peut-être la première qui vient à l’esprit : c’est parce qu’il ne raconte pas la fin de l’histoire que Foucault ne dit mot de Genet, c’est parce que c’est l’ouverture de Mettray qui est importante que Foucault ne dit mot du bagne de la fin des années 1920. Mais non pas par négligence ou par oubli. Par une nécessité interne à la démonstration : Mettray, modèle du carcéral, c’est Mettray la jolie colonie, celle autour de laquelle se retrouvent et se réconcilient toutes les franges de la société, celle qui accueille en son sein des échantillons de toutes les classes sociales, une image d’Épinal à l’instar de la gravure choisie par Foucault pour l’illustrer21 (ill. 33). Le « carcéral » ne se donne pas sous des dehors terrifiants, il fonctionne d’autant mieux qu’il ne révèle pas les rouages de son exorbitant pouvoir.

34Le « témoignage-poésie » de Genet pourrait alors être lu comme le roman de l’échec de la logique carcérale à Mettray, le moment où personne n’est plus prêt à accepter ce bagne d’enfants. Les romans de Genet, c’est le récit de la façon dont échoue la logique carcérale : quand elle se montre pour ce qu’elle est, une logique de la coercition et de la contrainte. Pour être, le carcéral ne doit pas se montrer. C’est la leçon qu’on peut tirer du silence de Foucault.

35C’est à présent un terme poétique qui va me servir à décrire le fonctionnement optimal du système carcéral : celui d’« oxymore ».

De l’oxymore au cercle carré

Fonctionnement antithétique

36Que signifie le fait de voir dans Mettray un fonctionnement basé sur l’oxymore ? Regardons à nouveau l’illustration choisie par Foucault : elle repose sur la technique du clair-obscur, et permet de penser que se joue à Mettray quelque chose comme une « obscure clarté ».

37La colonie est en effet une institution fondée sur une logique de la fermeture qui utilise pour s’accomplir toutes les vertus de l’ouverture.

  • 22 Anne Bignan, Épître aux fondateurs de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, Paris, Sain (...)

38En amont, elle est un lieu chargé d’accueillir une population acquittée, théoriquement libre. Oxymore, Mettray l’est donc tout d’abord par sa destination : ses colons sont des « innocents malfaiteurs22 ».

39Lieu ouvert, Mettray l’est ensuite au sens où elle prétend ne rien cacher à ses nombreux visiteurs : fonctionnement qui repose en fait sur le principe du montré-caché, la transparence n’étant que le résultat d’un savant trompe-l’œil.

  • 23 Ibid.
  • 24 Louise Colet, Poésies nouvelles suivies du Poème sur la colonie de Mettray, Paris, Librairie nouve (...)
  • 25 Ferrus, De la réforme pénitentiaire en Angleterre et en France, Paris, Germer Baillière, 1853, 204 (...)

40Enfin, et surtout, Mettray est ouverte au sens propre : aucune muraille, mais des fleurs, comme le dira Genet. Et nombre d’observateurs ont recours à l’oxymore pour décrire la situation : les enfants sont « librement soumis23 », ce sont de « libres captifs24 », ils sont « emprisonnés par leur libre arbitre25 ».

41L’absence de signes explicites qui se réfèrent à une logique de l’enfermement n’en assure que mieux le fonctionnement : on est en pleine économie du pouvoir. Un système purement répressif serait le meilleur terreau des révoltes. L’obstacle matériel peut être franchi, il peut même devenir un allié : on peut scier des barreaux, creuser un tunnel sous un mur ou même l’escalader. Mais à Mettray, il n’y a aucune prise sur laquelle prendre appui. La logique de la colonie renforce d’autant plus ce pouvoir qu’elle en cache les rouages les plus criants qui seraient également les plus insupportables. Le pouvoir, par une dialectique dont il a seul le secret, réconcilie les contraires, les divise pour mieux les réunir, divise pour mieux régner.

42Et à Mettray, l’oxymore se prolonge dans le cercle carré.

Le cercle carré du carcéral

  • 26 SP, p. 300.

43De Surveiller et Punir, tous les lecteurs retiennent la mise en valeur de la figure du panoptisme et, Foucault faisant de Mettray « la forme disciplinaire à l’état le plus intense26 », on ne peut qu’interroger quelque chose qui saute aux yeux : architecturalement, la colonie est tout sauf un Panoptique.

44Sa place est carrée et au centre, il n’y a pas de tour de contrôle, mais un bassin, sorte d’œil aveugle. Et ce choix architectural devient troublant lorsqu’on connaît le parcours de celui qui a dessiné les plans de la colonie : Abel Blouet, apôtre du plan cellulaire panoptique. D’autre part, Demetz, le fondateur et directeur de la colonie, est entièrement d’accord avec Blouet pour affirmer la supériorité d’un panoptisme rayonnant circulaire pour l’organisation des prisons. Enfin, l’interrogation semble nous conduire à une énigme lorsqu’on a sous les yeux le plan initial de la colonie : le système des petites maisons est certes déjà arrêté, mais elles sont disposées de façon circulaire. Les bâtiments administratifs accolés à l’église s’avancent quant à eux au centre de ce cercle, permettant au personnel d’exercer une surveillance sur tous les autres espaces de la colonie (ill. 26).

45Alors, pourquoi est-ce finalement un carré qui a été construit ? Et pourquoi le centre s’est-il vidé ?

46On l’a déjà dit, dans une logique de l’économie de pouvoir, ce dernier fonctionne d’autant mieux qu’il se cache et se dissémine. En effet, la logique d’une économie du pouvoir, c’est la constitution d’un optimum : l’utilisation du moins de forces possibles pour le maximum de contrôle. Mais on peut aller plus loin : le Panoptique fonctionne d’autant mieux qu’il ne laisse plus aucune trace matérielle de sa présence. En tant que figure de technologie politique, il doit être un cercle carré. Et la petite colonie tient sans doute à signaler par là qu’elle n’est pas une prison de plus.

  • 27 SP, p. 303.
  • 28 SP, p. 304.

47Cependant, si j’ai parlé de cercle carré, c’est que derrière le carré apparent se cache le principe circulaire du Panoptique ; l’œil du pouvoir est partout à Mettray : il scrute les moindres gestes et se délègue jusqu’en la personne des colons, les fameux frères aînés qui surveillent les autres colons. Si Mettray ne veut pas apparaître comme une prison de plus, elle en continue néanmoins la logique, elle n’échappe pas à sa vocation de colonie pénitentiaire. Comme le dit Foucault, « Mettray est une prison, mais boiteuse27 », un « modèle punitif [...] à la limite de la pénalité stricte28 ».

  • 29 Ibid.

48On peut dès lors revenir à notre définition du carcéral et la préciser : le carcéral est une plate-forme de passage, un échangeur, un jeu au sens du jeu d’un ressort, ou encore une frontière perméable, entre les techniques pénitentiaires du système pénal et les normes mises en place par les disciplines : il brouille les pistes en homogénéisant ces deux niveaux différents. C’est – pour reprendre la métaphore du tissage qui est filée tout au long de ce dernier chapitre – une navette qui fait se croiser et s’embrasser la trame (les techniques pénitentiaires éprouvées par la prison) et la chaîne (les disciplines), et fabrique le tissu social, véritable « archipel carcéral29 ».

  • 30 SP, p. 303.
  • 31 SP, p. 304.

49Mettray est précisément une telle plate-forme de passage entre l’intra- pénal et l’extra-pénal, un tel entre-deux, ou plutôt un tel « deux en un » pour reprendre la logique de l’oxymore. « Mais pourquoi avoir choisi ce moment comme point d’arrivée dans la formation d’un certain art de punir, qui est encore à peu près le nôtre ? Précisément parce que ce choix est un peu « injuste » [...]. Parce que Mettray est une prison, mais boiteuse30. » Et ce double statut permet à Mettray d’achever de légitimer « le principe [...] de l’incarcération extra-pénale31 ».

  • 32 Rapport du Conseil d’administration de 1843, p. 3, Archives départementales d’Indre-et-Loire 114 J

50Dès lors, la force du panoptisme simplement principiel qui règne à Mettray est telle qu’elle peut, par une sorte de métonymie, faire prendre à des bâtiments ne relevant pas d’un plan panoptique une valeur panoptique : ainsi l’église, pourtant en retrait, se voit dotée par le discours d’une tour de contrôle, « d’un clocher mirador d’où l’on peut observer toute la campagne environnante32 ». Et les murs eux-mêmes deviennent les porteurs du principe panoptique avec l’inscription « Dieu vous voit ». C’est donc parce que Mettray n’a pas de mur d’enceinte, de tour de contrôle, de petites cellules disposées circulairement, qu’elle est la forme la plus achevée du Panoptique.

51Pour revenir à ma description en terme d’oxymore, le plus pertinent qui s’applique à Mettray, est peut-être celui de « douce violence » : le système carcéral y fonctionne à plein régime parce qu’il enrobe le pouvoir derrière des fleurs, des mots vertueux (honneur, famille, religion, liberté, etc.) et contraint par là même beaucoup plus qu’un pouvoir éclatant. C’est un pouvoir qui rend impuissant. Mettray devenue bagne – et c’est pour cela que Foucault n’en parle pas - c’est la perte de cette économie du pouvoir : le premier coup donné par un contremaître à un colon signa la fin du « miracle » Mettray. La violence pure est contraire à la logique du carcéral – ce qui ne signifie pas que la violence en est absente, seulement elle s’exprime sous les dehors de son contraire, la douceur. Le carcéral ne peut fonctionner qu’en alliant les contraires, qu’en multipliant les masques et les illusions.

Conclusion : car-cer

52Enfin, je me propose de faire jouer l’imaginaire philosophique qui, bien souvent, donne de la chair et du sens aux concepts qu’on emploie.

53En anglais, « cercle carré » se dit squircle : c’est un mot-valise qui est la contraction de square – carré – et de circle – cercle. Si on essaie de fabriquer un tel mot en français, on aboutit - ultime ironie ? – à celui de « car- cer », contraction de « carré » et de « cercle », mais aussi étymologie latine du concept foucaldien de « carcéral » ; un peu comme si les mots portaient en eux la logique et le sens de ce qu’ils signifient (ill. 32).

Notes

1 Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Éditions Gallimard, 1975, p. 300. Le texte cité ouvre le dernier chapitre de Surveiller et Punir.

2 Voir Le Groupe d’Information sur les Prisons, Archives d’une lutte, 1970-1972, documents réunis et présentés par Philippe Artières, Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, Postface de Daniel Defert, Paris, Éditions de l’IMEC, 2003, 349 p.

3 SP, p. 301.

4 SP, p. 305.

5 SP, p. 304

6 « Pourquoi Mettray ? » SP, p. 300.

7 Ibid.

8 Ibid. Foucault reprend, sans citer sa source, une formule d’Augustin Cochin : « De nouveaux élèves se sont réunis successivement aux premiers : ils se sont volontairement soumis à une règle qui, sans être celle du cloître, du collège ou du régiment, participe cependant de toutes ces disciplines », p. 14, dans Notice sur Mettray, Paris, Imprimerie Claye et Taillefer, 1847, 48 p.

9 Cette mention de la famille mise sur le même plan que des modèles disciplinaires peut surprendre. Dans Le Pouvoir Psychiatrique - cours délivré au Collège de France en 1973-1974, au moment donc où il rédige Surveiller et Punir- Foucault cite Mettray à deux reprises et l’utilise pour illustrer une stratégie du système disciplinaire consistant à reprendre pour son propre compte une forme de l’ancien système de la souveraineté : la famille. Prendre la forme de la famille permet aux mécanismes disciplinaires de se passer de la cellule familiale réelle, mais également de se brancher sur un dispositif efficace. « C’est ainsi, pour prendre l’exemple de Mettray, qu’on met à Mettray des jeunes délinquants qui sont pour la plupart des enfants sans famille; on les embrigade sous un mode absolument militaire, c’est-à-dire disciplinaire, non familial; et puis, en même temps, à l’intérieur de ce substitut à la famille, de ce système disciplinaire qui se précipite là où il n’y a plus de famille, alors on fait une référence perpétuelle à la famille, puisque les surveillants, les chefs, etc., portent le nom de père, de grand frère ; les groupes d’enfants, qui sont pourtant entièrement militarisés, qui fonctionnent sur le mode de la décurie, sont censés constituer une famille », p. 86, dans Le Pouvoir Psychiatrique, Seuil/Gallimard, Paris, 2003, 399 p.

10 SP, p. 301.

11 Ibid.

12 SP, p. 301-302.

13 SP, p. 302.

14 Ibid.

15 SP, p. 300.

16 SP, p. 302.

17 SP, p. 301.

18 C’est ce lien entre colonisation et figure familiale - et non répressive - prise par ceux chargés de s’occuper des enfants « délinquants », qui apparaît lors du second passage du Pouvoir Psychiatrique où Foucault cite Mettray : « [...] dans la colonisation, il y a deux méthodes, et, peut-être deux âges ; l’un, c’est l’âge de la conquête armée pure et simple, et l’autre, c’est la période de l’installation et de la colonisation en profondeur. Et cette colonisation en profondeur se fait par l’organisation du modèle familial ; c’est en introduisant la famille dans ces traditions et ces erreurs des peuples sauvages que l’on commence l’oeuvre de colonisation. Et Fournet [dans un texte de 1854 intitulé Le Traitement moral de l’aliénation] continue en disant : d’ailleurs, on trouve exactement la même chose avec les délinquants [qu’avec les aliénés]. Et il cite Mettray, fondée en 1840, où l’on utilisait, dans un schéma qui était au fond purement militaire, la dénomination de père, de grand frère, etc., où il y avait une organisation pseudo-familiale. [...] Vous voyez l’assimilation entre les délinquants comme résidus de la société, les peuples colonisés comme résidus de l’histoire, les fous comme résidus de l’humanité en général - tous individus : délinquants, peuples à coloniser ou fous –, que l’on ne peut reconvertir, civiliser, sur lesquels on ne peut faire prendre un traitement orthopédique qu’à la condition de leur proposer un modèle familial »., p. 110, dans Le Pouvoir Psychiatrique, op. cit.

19 SP, p. 305.

20 Dits et Écrits, I, Paris, Gallimard, 2001, p. 56.

21 Illustration 27 « Le coucher à la colonie de Mettray », Cahier d’illustrations qui ouvre SP.

22 Anne Bignan, Épître aux fondateurs de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, Paris, Saint-Jorre, 1845, 16 p.

23 Ibid.

24 Louise Colet, Poésies nouvelles suivies du Poème sur la colonie de Mettray, Paris, Librairie nouvelle, 1852, 140 p.

25 Ferrus, De la réforme pénitentiaire en Angleterre et en France, Paris, Germer Baillière, 1853, 204 p.

26 SP, p. 300.

27 SP, p. 303.

28 SP, p. 304.

29 Ibid.

30 SP, p. 303.

31 SP, p. 304.

32 Rapport du Conseil d’administration de 1843, p. 3, Archives départementales d’Indre-et-Loire 114 J.

Auteur

Ancienne élève ENS (Ulm), agrégée de philosophie, Université Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search