Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Troisième partie. Lectures et rayonnement de Mettray

La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray pendant le séjour de Jean Genet de septembre 1926 à mars 1929

Georges-François Pottier

Texte intégral

1Par jugement du tribunal de Meaux du 25 août 1926, Jean Genet, âgé de 16 ans, arrive à la colonie de Mettray le 2 septembre. Placé au pavillon Marie Emma Hébert (pavillon famille B), il travaille à l'atelier des brossiers.

2Le 6 novembre 1927, Jean Genet bénéficie de la faveur accordée aux colons les plus méritants et il est mis en placement individuel chez des fermiers à Beaumont-la-Ronce, au domaine de La Sévraudière d'où il s'évade le 3 décembre. Arrêté le 5 à Beaugency et jugé à Orléans, il réintègre, avec l'accord de la direction, la colonie de Mettray le 28 décembre. Il travaille alors comme cultivateur.

3Devançant l'appel, Jean Genet quitte la colonie de Mettray le 1er mars 1929 par engagement dans l'armée auprès du bureau de recrutement de Tours.

4Sur cette période de près de trente mois pendant laquelle Jean Genet séjourne à la colonie de Mettray, quelques renseignements sur l'activité de cet établissement peuvent être recueillis en consultant le fonds des archives de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray déposé aux Archives départementales d'Indre-et-Loire. Les dossiers individuels sont malheureusement perdus.

  • 1 Albert Dichy, Pascal Fouché, Jean Genet. Essai de chronologie, 1910-1944, Paris, Bibliothèque de l (...)

5Examinons chronologiquement les informations, certes lacunaires, sur la colonie de Mettray, capitale de l'œuvre de Jean Genet selon son biographe Albert Dichy1, en se référant principalement aux comptes rendus de situation et aux rapports annuels d'activité du conseil d'administration.

Septembre à décembre 1926

Effectif

6On dénombre la présence de 438 colons au 2 octobre 1926 et de 445 colons (dont 206 enfants de l'Assistance publique, comme Jean Genet) au 31 décembre.

7Sur les 256 enfants entrés en 1926, 91 sont de l'Assistance publique, 19 (dont 5 assistés) possèdent le certificat d'études primaires, 159 (dont 57 assistés) savent lire, écrire et calculer, 37 (dont 12 assistés) savent très peu lire et écrire et 41 (dont 17 assistés) sont illettrés. 195 enfants quittent l'établissement.

8Les arrivées et les départs des pupilles sont donc presque quotidiens avec plus de 450 mutations.

Vie quotidienne

9En 1926, lorsque Jean Genet arrive à la colonie de Mettray, le directeur est un homme âgé. Né en 1857, Jacques Mathieu Lardet est en poste depuis 1922 et reste en fonction jusqu'en mars 1932.

  • 2 Compte rendu de la situation en 1926.

« Dés leur arrivée à la colonie, un grand nombre de ces malheureux enfants qui ont le travail en horreur, qui n'ont jamais été habitués à obéir, cherchent à se soustraire à la discipline pourtant bienveillante de la Colonie, alors ils s'évadent, ils se gardent bien de dire le motif de leur fuite et donnent, presque toujours, comme prétexte qu'ils sont maltraités ou mal nourris ; le mensonge est inné chez eux ; après quelques mois de présence à la Colonie, nous arrivons à leur faire comprendre qu'ils doivent obéir, travailler convenablement, apprendre un métier pour qu'une fois sortis de Mettray, ils puissent vivre comme tout le monde et se créer une place honnête dans la Société... »
« Les récompenses pécuniaires accordées aux pupilles et servant à leur constituer un pécule se composent de 1°) les bons-points 2°) les primes trimestrielles. Les bons-points dont la valeur est de 5, 10, 50 centimes, sont remis aux pupilles chaque semaine ; le nombre des bons-points accordés varie suivant la force de l'enfant, sa conduite et son assiduité au travail. Ces bons-points sont la monnaie courante des enfants. Ils peuvent se procurer avec, un supplément de vivres à la cantine, ou payer de menues dépenses. Les pupilles versent le supplément à leur pécule lorsqu'ils en ont un certain nombre ou le jour de leur départ. Ces bons-points peuvent également servir au rachat de punitions légères. Les pupilles obtiennent en outre des primes journalières qui sont versées trimestriellement au pécule et dont le montant varie suivant l'atelier et la force de l'enfant. Des gratifications sont également accordées pour les galons de bonnes conduites et pour les emplois spéciaux accordés aux bons sujets2. »

10Le 10 septembre, un colon est puni de 8 jours de cellule pour brutalité sur un « camarade incapable de se défendre, [il] s'est déchiré le devant des deux jambes, puis s'est rempli les deux yeux de poussière de chaux obtenue en grattant le mur récemment blanchi de sa cellule. Il a ainsi provoqué une double conjonctivite ».

11Le 22 septembre, un membre du personnel, le contremaître serrurrier, démissionne.

12Le 9 novembre, un inspecteur du service des Pupilles de la Nation se rend à la colonie de Mettray pour effectuer une enquête.

13Pour la période du 25 août au 2 septembre 1926, Jean Genet est inscrit sur une feuille de « remboursement des frais d'entretien des enfants ou adolescents confiés à la Société Paternelle de Mettray », émanant du ministère de la Justice, direction de l'administration pénitentiaire.

Instruction scolaire

« Le temps des classes a donc pour nous un double objet : instruire tous nos pupilles et spécialement les illettrés et aussi leur inculquer par tous les moyens ( dictées bien choisies, récits moraux, exemples historiques, causeries avec projections lumineuses, etc.) les principes d'une éducation élémentaire qui leur a antérieurement manqué et qui leur est maintenant d'autant plus nécessaire. »
« 40 élèves n'ayant pas dépassé l'âge scolaire reçoivent 30 heures d'enseignement par semaine [...] Aussi fréquemment qu'il le peut, l'instituteur réunit dans la salle des conférences tous les pupilles pour leur faire des causeries instructives, le plus souvent agrémentées de projections lumineuses, sur les sciences usuelles, l'hygiène, l'anti-alcoolisme, l'agriculture, la géographie. Nous avons constitué à cet effet, une assez importante collection de vues sur papiers transparents qui éclairés électriquement donnent sur l'écran de bonnes images. Enfin il a été organisé en 1926, comme les années précédentes, un certain nombre de séances cinématographiques avec des films choisis qui nous ont été prêtés ou que nous avons loués. Ces films quelquefois instructifs (Colonies françaises, industrie) sont toujours attrayants et viennent apporter à nos enfants les distractions nécessaires... »

État sanitaire

14Pour l'année 1926, on recense 12 décès de colons dont 4 à l'hôpital de Tours. Les 8 décès à la colonie surviennent entre octobre et décembre. Les causes en sont multiples : congestion pulmonaire, urémie aiguë, bronchopneumonie et rougeole, crise cardiaque, bronchite chronique, grippe infectieuse ou encore méningite tuberculeuse.

15Au cours du mois de septembre une épidémie bénigne de rougeole sévit à la colonie. Les locaux sont désinfectés par le service de désinfection de Tours. Le 2 octobre, 22 colons sont encore en traitement à l'infirmerie de la colonie.

164 pupilles sont victimes d'accidents de travail.

Évasion

17189 évasions surviennent en 1926, dont 101 au cours du deuxième semestre. 24 colons sont poursuivis par la justice, généralement pour vol et désobéissance à la liberté surveillée. La presse locale relate les faits, les arrestations avec des titres évocateurs :

  • 3 La Dépêche du Centre, 3 octobre 1926
  • 4 La Dépêche du Centre, 8 octobre 1926.
  • 5 La Dépêche du Centre, 9 octobre 1926.
  • 6 La Dépêche du Centre, 7 novembre 1926.

« Les méfaits d'un colon évadé3 »;
« Un trio de vauriens4 »;
« Le voleur était un colon5 »;
« Une fugue de colons6 ».

18Deux colons évadés se sont cachés dans le kiosque de tramways de la place Choiseul de Tours.

  • 7 La Dépêche du Centre, 2 décembre 1926.
  • 8 La Dépêche du Centre, 21 décembre 1926.

« Exploit d'un colon évadé [qui commet un vol avec effraction] : des colis furent pillés dans l'enceinte du P[aris] O[rléans] contenant harengs, figues, confitures. Puis il se désaltère avec un peu de rhum tiré d'un fût7. »
« La fugue d'un colon8. »

19Un colon évadé se constitue prisonnier au commissariat central où il avoue un vol.

20Dans un article du 20 octobre, La Dépêche du Centre critique l'efficacité des institutions pour la réforme de la jeunesse en citant longuement la colonie de Mettray.

1927

Effectif

21Le nombre de colons présents varie de 460 au 5 février à 440 au 10 décembre.

22286 enfants ont intégrés la colonie dont 20 du département d'Alger. Sur les 286 nouveaux : 1 possède le brevet élémentaire, 24 ont le certificat d'études primaires (dont 4 enfants assistés et 20 enfants placés par les tribunaux en application de la loi 1912), 181 (dont 45 assistés) savent lire et écrire, 31 (dont 16 assistés) savent peu lire et écrire, 49 (dont 36 assistés) sont analphabètes.

23269 colons ont quitté la colonie : 9 libérations définitives, 21 libérations provisoires, 47 placements, 19 engagements militaires, 9 appelés sous les drapeaux, 96 remis à l'administration, 63 remis aux patronages et 5 colons sont décédés.

2430 enfants de moins de 13 ans sont recensés.

Vie quotidienne

25La situation financière et matérielle de l'établissement est très difficile. La direction de la colonie rencontre de nombreux problèmes pour faire augmenter le prix de journée auprès des pouvoirs publics. Pour une dépense totale de 1 210 123 F en 1927, les sommes versées par le ministère de la Justice ne sont que de 253 667 F. Notons comme recette, 1 839 F correspondant aux rachats de punition et aux amendes infligées aux colons !

26La dette de la colonie dépasse 350 000 F. Le conseil d'administration décide de vendre des peupliers pour 336 288 F, une « vente nécessaire pour entretenir la lingerie, literie, vestiaire, faire les réparations les plus urgentes aux bâtiments, pour acheter le blé nécessaire à l'alimentation ».

27Le 9 mars, le directeur note dans un rapport :

« encore un détraqué : Méchin, de l'atelier de brosserie à la suite d'une punition trop injustement méritée, a manifesté son mécontentement en se grattant une jambe avec un morceau de verre et s'est fait ainsi une large plaie. Réprimandé pour cet acte stupide, il nous a répondu devant ses camarades qu'il ferait bien mieux encore ».

28Le 10 mars, le colon Dumont

« est en punition pour tentative d'évasion et pour avoir provoqué et entretenu à ses pieds des plaies qui ne guérissent pas, malgré tout ce que nous avons pu faire. Il a déjà fait un séjour à l'infirmerie et aujourd'hui nous avons dû l'envoyer à la visite car ce paresseux déséquilibré voudrait retourner à l'infirmerie où il se trouve si bien à ne rien faire. En revenant de la visite, il a manifesté son mécontentement de n'avoir pas été gardé par le docteur en avalant encore des petits cailloux et une épingle dans une croûte de pain afin de se rendre malade. Deux camarades l'ont vu et nous l'ont dit : Jean, 5 308 et Bouton, 89. Lui-même nous l'a avoué ».

29Le 16 mars, le colon Bulard

« sur une contrariété banale qui lui avait causée une observation de son chef d'atelier, ce pupille s'est stupidement gratté jusqu'à l'os le devant d'une jambe avec un morceau de verre. Comme je lui faisais remarquer que sa sottise pouvait entraîner la gangrène et l'amputation, "c'est ce que je cherche" m'a-t-il répondu ».

30Le 19 mars, le colon Avisse « se voyant infliger une punition fort justement méritée a agi comme d'autres déséquilibrés en colère, il s'est gratté le devant d'une jambe avec un morceau de fer à sabot ».

31Le 30 mars, le colon « Bulard en punition pour s'être gratté une jambe avec un morceau de verre, ce matin ce pupille a pris un seau dans le fond duquel restait un peu de crésyl et il a bu ce crésyl dans le but de se rendre malade ».

32Le 23 avril, visite du directeur général de l'administration pénitentiaire qui a « paru enchanté de sa visite et a dit qu'il fallait que la colonie de Mettray soit maintenue... ».

33Le 13 mai, visite de la colonie et de la ferme d'Avantigny qui en dépend par le président du tribunal pour enfants de Tours, accompagné d'un substitut et d'un juge : « ils ont été enchantés de leur visite. »

34Le 12 juin, l'archevêque de Tours vient donner la confirmation à 46 colons.

35Dans la nuit du 5 au 6 août, un incendie à la colonie s'est déclaré dans le logement d'un surveillant, près du « Grand Carré ».

36En septembre, la direction signale que

« les photographes qui étaient venus au mois de février 1926 pour filmer nos pupilles sont de nouveau à l'hôtel de la colonie et cherchent à photographier et à filmer colons et fermes. Ils ont demandé deux costumes de colon à un pupille de la ferme de Foissé ; ils ont en outre chargé un habitant de Mettray de demander deux costumes de colon pour habiller deux enfants de 13 et 14 ans. Le Parquet de Tours a été prévenu ; la gendarmerie a été chargée de faire une enquête, ceci dans le but d'éloigner les individus en question qui invitent les pupilles à s'évader ».

37Le 26 septembre, la direction note le comportement du colon Avisse : « Posture détestable ; se vante devant ses camarades qu'il va se faire mal aux yeux ; de plus exhibe avec un plaisir stupide une plaie affreuse qu'il s'est faite sur le devant de la jambe droite en se grattant avec un morceau de fer ou de verre. »

38Le 26 octobre, c'est le colon Besson qui se fait remarquer : « pitoyable état : ce matin, en entrant dans sa cellule, nous avons constaté qu'il avait fait le simulacre de se pendre en s'accrochant par le cou au moyen d'un lacet passé dans l'arête de l'embrasure de sa porte ».

39À l'occasion du 11 novembre, le président du Patronage de l'Enfance de Paris, venu visiter la colonie, distribue du chocolat, des cigarettes et des gâteaux.

40En décembre, le conseil d'administration déclare que « la mentalité des pupilles devient de plus en plus mauvaise, il est vrai que dans la vie libre la mentalité des enfants ne s'améliore pas non plus, il suffit de lire les journaux pour se convaincre de ce fait ». Il précise que « nous donnons [le dimanche] des séances récréatives, cinéma, projections, etc. que suivant nos ressources » et que « quelques séances récréatives et instructives de projections lumineuses et de cinématographie ont été organisées aux principaux jours de fête comme les années précédentes ».

Personnel

41« Le recrutement des agents devient difficile. Les candidats trouvent le traitement insuffisant. Le personnel titulaire se plaint que les traitements ne soient plus en rapport avec le coût de la vie ». Toutefois une augmentation des salaires est prévue pour le 1er janvier 1928.

42En 1927, le conseil d'administration décide que tout candidat à un emploi ne doit pas avoir plus de 35 ans, « sauf pour les candidats retraités de l'administration publique ou de l'armée ».

43Trois décès parmi le personnel surviennent cette année : un chef atelier agricole, le 8 janvier ; un contremaître charpentier le 24 janvier d'une grippe intestinale ; enfin le 24 décembre, Léopold Bienvault, surveillant chef du quartier disciplinaire, décède des suites d'une opération au foie. Né en 1870, il était employé depuis 1897. Il est remplacé dans l'effectif du personnel par un ancien gendarme. Jean Genet lui consacre un passage de son roman Le Miracle de la Rose : « M. Bienveau était le grand maître du quartier [...]. Pour l'été, il avait inventé de se faire apporter une bassine pleine d'eau fraîche et il nous regardait mourir au soleil quand lui-même prenait des bains de pieds qui duraient trois heures. Il mourut d'un autre mal. Toute la colonie l'accompagna au cimetière du village de Mettray. »

44Le 14 février, Fernand Levêque, contremaître cordonnier, refusant le service de nuit, est congédié. Cet agent fut chargé de surveiller Genet lors de son transfert de Meaux à Mettray en 1926.

45Le 15 mars, un contremaître serrurier est licencié pour intempérance, ivresse et grossièreté.

46Plusieurs démissions, souvent imposées par la direction, interviennent : le 24 février c'est un surveillant chef de famille (ancien adjudant chef), immédiatement remplacé par le fils d'un ancien surveillant. Suivent les démissions d'un chef atelier agricole le 2 mai, d'un charretier le 5 juillet et d'un chef de famille le 5 octobre.

47Les noms des surveillants (Bienveau, Gabillé, Perdroux, Guépin - ce dernier, né en 1860, travaille à la colonie de 1885 à 1934, date de son départ en retraite comme surveillant général) mentionnés à plusieurs reprises dans Miracle de la Rose, correspondent bien à des patronymes de membres du personnel de la colonie. Notons que sur plus de 90 membres du personnel présents entre septembre 1926 et mars 1929, près de 60 quitteront, au cours de leur carrière, l'établissement soit par démission, soit par renvoi (25 signalés comme « congédiés » d'après le registre du personnel).

Instruction scolaire

48Depuis 1922, un instituteur public est mis à la disposition de la colonie par l'administration académique d'Indre-et-Loire : « le cours préparatoire formé de deux classes, a pris une grande extension et ne comprend pas moins d'une centaine d'élèves de 13 à 20 ans... nous ne pouvons qu'ébaucher l'instruction de nos pupilles ».

État sanitaire

495 colons décèdent à la colonie, tous pendant le premier semestre (tuberculose pulmonaire, péritonite tuberculeuse, fièvre typhoïde, congestion pulmonaire, infection gastro-intestinale). 9 colons décèdent à l'hôpital de Tours à la suite de tuberculose pulmonaire. Suite à ces décès, une enquête et un rapport de l'inspecteur départemental de l'hygiène préconisent plusieurs points comme l'exigence d'un certificat médical dès l'entrée à la colonie et la désinfection des locaux.

50Au cours de l'année, les hospitalisations à Tours sont dues aux maladies et incidents suivants : abcès sous maxillaire, pleurésie, péritonite, tuberculose pulmonaire, troubles intestinaux, adénites bacillaires, abcès ossifiant, fièvre typhoïde, tuberculose pleuro-péritonéale, ostéite fistulisée d'une côte, ablation des amygdales, contracture en flexion de la cuisse droite avec plaie, kératite, tache à la verge, gourme bacillaire du pli de l'aine, inflammation du creux poplité avec oedème de la jambe, congestion pulmonaire ou encore amputation.

51De janvier à juin, deux épidémies bénignes de grippe et d'oreillons, ont frappé la colonie.

Évasion

52180 évasions sont recensées. Tous les évadés sont repris et 37 colons sont poursuivis pour vol dont 2 pour incendie volontaire.

  • 9 La Dépêche du Centre, 13 février 1927.

53La presse locale relate les évasions, les méfaits et les arrestations : « arrestation de colons évadés repris dans une bouche d'égout après avoir passé une nuit dans un wagon à quai [...] avouent quelques vols9 ».

54Le 20 juillet, le colon Lepic, évadé avec deux autres colons, Abondance et Rigoudon, est tué d'un coup de fusil tiré par un habitant de Mettray qui est condamné à trois mois de prison avec sursis. Un autre colon est blessé à la tête par le plomb. Le directeur de la colonie note dans son rapport : « mort à la suite d'une évasion [...] mort causée par un mutilé de guerre, réformé à 100 % celui-ci a d'abord eu la maladresse d'emporter son fusil et n'a pas été maître de ses nerfs au moment où il a retrouvé nos évadés qu'il eut mieux fait de laisser courir s'il ne se sentait pas capable de les arrêter sans arme ». La Dépêche du Centre du 22 juillet écrit : « nous avons relaté comment trois pupilles évadés de la colonie de Mettray, surpris, allongés dans un champ au pied d'un pommier, avaient été tirés au gîte, par un cultivateur, comme des lièvres ou de vulgaires lapins... ». Le drame se passe aux Gaudières, près des Grands-Champs à Mettray.

  • 10 La Touraine républicaine, 1er septembre 1927.
  • 11 La Dépêche du Centre, 1er septembre 1927.

55Deux colons âgés de 15 ans, Jean Morin et Charles Knapp, évadés le 29 août au matin de l'atelier de la ferme de La Chute, mettent le feu à des meules de blé à proximité d'une ferme, La Bourlerie à Notre-Dame-D'Oé dans la nuit du 30 au 31. « Après trois heures de travail, l'incendie était maîtrisé. Les dégâts, évalués à 20 000 francs, sont assurés10 ». « Ils ont déclaré aux gendarmes qu'ils avaient agi ainsi dans le but de piller la maison d'habitation voisine pendant que les fermiers seraient occupés à éteindre l'incendie. Ils ont avoué également le vol d'une lanterne-signal sur la voie ferrée Tours- Vendôme11 ». Même si tous les faits, consacrés à la colonie de Mettray dans le roman Miracle de la Rose, ne concordent pas avec « la réalité historique », Jean Genet s'est certainement souvenu de cet événement lorsqu'il écrit : « Rio à qui je ne peux songer sans être ému par sa douceur de fille, avait dix- huit ans à peine [...]. Il osa allumer un incendie dans un grenier, afin que les paysans en chemise, affolés, dans la nuit se lèvent et courent au feu, sans prendre le temps de fermer leur porte. Il entra sans être vu et vola un pantalon et une veste ». Notons que si certains noms des personnages du roman (Divers, Bulkaen, Harcamone, Mono, Botchako) ne correspondent pas à des patronymes de colons actuellement recensés, d'autres (Villeroy, Rey, Morvan, Deloffre, Rio, Puig, Stoklet, Rigaud, Toscano) apparaissent bien dans le fichier des colons reconstitué aux Archives départementales d'Indre- et-Loire ; leur présence est ainsi attestée pendant le séjour de Genet à la colonie. Quant au patronyme de Rio, il semble correspondre à deux colons présents semble-t-il, en même temps en 1926-1927 : Louis-Joseph-Jean Rio, enfant assisté du Morbihan, né en 1907 et Louis Rio, né en 1914.

56Le 18 octobre, a lieu l'évasion de 4 colons munis de masses volées dans une carrière à La Ribellerie à Mettray. Ils sont arrêtés par deux cultivateurs le même jour et « ces deux cultivateurs ont été enchantés de toucher la prime ».

57Le 6 novembre, le conseil municipal de Notre-Dame-d'Oé vote une délibération relative « aux évasions qui se produisent très fréquemment à la colonie pénitentiaire de Mettray et aux graves inconvénients qui en résultent pour les populations environnantes ». Dans les jours qui suivent, les communes de Saint-Cyr, Cerelles, Chanceaux-sur-Choisille, Parçay-Meslay, La Membrolle-sur-Choisille, Mettray, Saint-Symphorien et Rouziers font de même. La direction de la colonie décide alors un renforcement de la surveillance suite aux vœux émis par les conseils municipaux des communes avoisinantes de la colonie.

1928

Effectif

58On dénombre 460 colons au 27 février, 459 au 27 décembre (dont 198 enfants assistés).

59316 enfants sont entrés à la colonie dont 32 du département d'Alger. Sur ces 316 entrées, 52 enfants sont illettrés et 31 ont le certificat d'études primaires.

60Sur les 336 enfants qui quittent la colonie en cette année 1928, 20 ne savent pas lire.

Vie quotidienne

61En février, une épidémie de distomatose et de douve entraîne la suppression de l'élevage des moutons à la ferme de La Chute, dépendante de la colonie.

62En février, la direction note que la restauration de la cuisine de la colonie est terminée et que « les cellules d'isolement de la Maison paternelle ont été nettoyées à fond ».

63Le dimanche 15 avril, l'archevêque de Tours se rend à la colonie pour une célébration religieuse : baptême de 23 pupilles, 89 « première communion » et 116 confirmations. Cet événement est relaté sur plusieurs pages par Genet dans le roman Miracle de la Rose : « Quand l'évêque de Tours rendit visite à Mettray... ».

64Le 14 mai, le colon Commarieu

« dépérissant à vue d'oeil, nous le faisons admettre à l'infirmerie où le docteur lui a trouvé de la courbature, mais cela est secondaire car Commarieu avoue qu'il s'est rendu malade en absorbant du crésyl, mais nous ne voulons pas croire qu'il avoue tout. Quoi qu'il en soit, il est dans un état tel que le docteur a jugé nécessaire de le conduire à l'hôpital ».

65Le 26 mai, la direction note le comportement du colon Caquet : « mauvaise nature : justement puni le 26 mai étant au quartier il absorbe de l'eau crésylée et des immondices (avoué par lui) et le 29 il est admis à l'infirmerie où pendant un moment il a été en grand danger ».

66Le 28 mai, la direction signale que le colon Méchin

67« pris au quartier le 28 mai au soir pour être transféré à la colonie de Belle-Ile il dit en chemin de fer à M. Giroire qui l'accompagnait : “vous croyez m'emmener à Belle-Ile, mais je n'irai pas car je serai crevé avant”. À Nantes, il était déjà très malade, mais un docteur consulté dit qu'il peut continuer son voyage. Son état alors empira et il était mort avant d'arriver à Vannes. Nous avons supposé qu'il avait avalé du verre pilé avec la soupe qui lui avait été servie à son départ. Nature absolument mauvaise ».

68Le 6 juin, 23 pupilles sont examinés à la colonie par le conseil de révision militaire : 14 sont reconnus aptes, 1 « bon pour le service auxiliaire », 6 ajournés et 2 exemptés.

69Le 20 juin, le colon Puig est

« admis à l'infirmerie dans un état grave au point que le docteur lui- même s'en est fort inquiété et a dit que Puig avait absorbé un toxique quelconque. Il a avoué s'être rendu malade volontairement mais n'a pas dit comment. Nous avons supposé qu'il avait avalé à la brasserie de la poudre de naphtaline. Au bout de quelques heures seulement, il se souillait d'une façon extraordinaire par vomissement de diarrhée ».

70Le même jour la direction rédige un rapport sur le colon Steiner :

« Un pupille avait pris et apporté dans une boîte un peu de coaltar pour en faire du cirage ; son chef le lui a enlevé et mis de côté en attendant de le faire disparaître mais peu de temps après, ce même chef est arrivé à temps pour empêcher Steiner de boire ce coaltar ; ce déséquilibré en avait plein la bouche. Steiner est vraiment un détraqué ; il est sombre taciturne et ne veut absolument rien faire. Pour arriver à ce but, il provoque et entretient à ses pieds des plaies qu'il est impossible de guérir quoi que nous puissions faire. »

71Le 7 octobre, « M. Gouin est venu à la colonie et a remis une somme de deux cent francs pour acheter des disques pour le phono des pupilles ».

72Le 8 novembre, visite d'un inspecteur de l'Assistance publique et d'un inspecteur du Travail. Un rapport suivra dans lequel il est écrit :

« Les murs et plafonds des divers ateliers seront l'objet de fréquents nettoyages. Il devra être fait au moins une fois par an un badigeon à la chaux [...]. Le sol doit être nettoyé chaque jour, avant et après le travail [...]. Les locaux dans lesquels couchent les colons présentent un cube d'air notoirement insuffisant. »
« La fête nationale du 11 novembre a été célébrée comme les années précédentes : allocution du directeur, appel des noms des employés et agents morts pour la Patrie et la musique de la colonie est allée ensuite accompagner au cimetière les anciens combattants. Le soir une séance de prestidigitation a été donnée à toute la population (colonie et ferme) dans la grande salle. »

73Le 15 novembre, le conseil d'administration décide d'acheter des disques pour le phonographe des colons. Ce même jour, le directeur précise au conseil d'administration :

« Je n'ai aucune amélioration à signaler sur la mentalité des pupilles qui nous sont confiés en vertu de la loi du 22 juillet 1912, nous continuons à recevoir pour cette catégorie d'enfants que les mineurs que les patronages ne veulent plus ou ceux qu'ils ne peuvent conserver, c'est-à-dire, des instables, des voleurs, des paresseux, des vicieux et les enfants qui nous sont confiés par l'assistance publique ne valent pas mieux. Ces malheureux enfants qui n'avaient jamais été pour la plupart guidés avant leur arrivée à la colonie finissent par comprendre suivant nos conseils répétés journellement qu'ils doivent pour pouvoir vivre comme tout le monde, c'est-à-dire les honnêtes gens, se mettre résolument au travail et bien se comporter [...] il faut savoir qu'il existe malheureusement une certaine catégorie d'enfants que ni nous ni d'autres ne pourront amender ; on nous les confie beaucoup trop tard pour leur mentalité ; c'est dans cette catégorie que l'on trouve les incendiaires, les voleurs et la plupart des évadés. »

74Le 28 décembre, visite du président du Tribunal pour enfants de Tours.

75Le 28 décembre, M. Chauvin, « notaire honoraire, bienfaiteur de la colonie a fait parvenir un chèque de mille francs somme destinée à la location de films pour notre cinématographe ».

Personnel

76Une série de licenciements et de démissions parmi le personnel a lieu en 1928. Si la direction évoque comme raison les « traitements insuffisants », « une situation considérée actuellement comme peu sûre », beaucoup de démission sont en réalité des renvois pour intempérance ou pour incapacité :

  • le 29 janvier, démission d'un chef de famille ;
  • le 22 mars, démission d'un chef de famille ;
  • le 10 avril, le chef atelier agricole démissionne ;
  • le 13 avril, le commissionnaire des fermes est congédié pour ivresse publique, indiscipline et abandon de poste ;
  • le 17 avril, le contremaître serrurier est amené à démissionner ;
  • le 6 juin, un chef de famille, ancien gendarme, démissionne ;
  • le 23 juin, plusieurs membres du personnel sont remplacés pour incapacité ;
  • le 23 juillet, un chef atelier agricole présente sa démission ;
  • le 9 août, à la suite d'une fugue, le cordonnier démissionne. Son remplaçant démissionne le 27 octobre ;
  • le 4 septembre, un chef de famille est congédié pour ivresse et impolitesse grossière envers le docteur de la colonie ;
  • en octobre, le chef de la musique démissionne, suivi le 30 novembre par un employé agricole ;
  • enfin, le 13 décembre, un chef d'atelier agricole est relevé de ses fonctions pour avoir frappé brutalement quatre pupilles.

Instruction scolaire

77Au conseil d'administration, la direction précise que « tous nos pupilles âgés de plus de 13 ans vont en classe 1 heure et demie par jour ; ils peuvent également apprendre la musique » et pour les enfants âgés de moins de 13 ans « l'importance donnée au temps de la classe (30 heures par semaine) permet de mieux instruire ces enfants... ».

État sanitaire

789 décès de colons sont recensés. Les colons malades sont hospitalisés à Tours ou soignés à l'infirmerie de la colonie. Les affections suivantes sont signalées : pneumonie, tuberculose pulmonaire, méningite, néphrite et péritonite tuberculeuse, cachexie chronique, appendicite, polype conduit auditif, affection cardiaque, chorée, adénopathie, bronchite, rougeole, abcès, plaies aux pieds, jaunisse.

79Le 8 novembre, un inspecteur de l'assistance publique, accompagné de l'inspecteur du travail, viennent à la colonie pour enquêter sur les 9 pupilles décédés en 1927 à l'hôpital de Tours des suites de tuberculose pulmonaire. Dans ce rapport, daté du 20 novembre, l'inspecteur écrit :

« Il me restait à m'enquérir de l'emploi auquel étaient affectés les pupilles décédés. La plupart étaient employés à la culture et je ne relève que le jeune Cousinet qui était brossier. Je me suis rendu à l'atelier de brosserie. Il est évident que le local dans lequel les pupilles brossiers (qui m'a paru suffisamment aéré mais qui aurait besoin d'un certain badigeon à la chaux), constitue un milieu assez favorable au développement des affections pulmonaires car c'est dans la poussière constamment mise en mouvement par les machines, la rotation des machines, que vivent les enfants qui y travaillent. »

8016 % des enfants de l'assistance publique sont atteints d'incontinence urinaire.

Évasion

81130 colons se sont évadés formant 159 évasions en 1928 (104 colons se sont évadés une fois, 23 deux fois, 3 trois fois). Tous sont repris. 32 sont poursuivis par les tribunaux, 5 pour incendie volontaire.

  • 12 La Dépêche du Centre, 2 mars 1928.

82« Arrestation d'un colon évadé12 ». Le colon Rigoudon a déjà tenté, avec deux autres colons, de s'évader en juillet 1927. Au cours de cette évasion, un colon a été tué.

  • 13 La Dépêche du Centre, 21 août 1928.

83« Arrestation d'un colon indélicat13 ». Ce colon a volé une petite somme chez un peintre auprès duquel il est placé en apprentissage.

  • 14 La Dépêche du Centre, 19 octobre 1928.

84« Colons évadés et repris... Deux jeunes évadés ramenés par le sergent du 31e régiment d'aviation, après une poursuite et sous la menace d'un gourdin14. » Le 1er novembre, 3 colons, évadés de la ferme d'Avantigny dépendante de la colonie, ont incendié, dans la nuit du 1er au 2 novembre, une voiture chargée de paille à Saint-Symphorien. Un des évadés est condamné à deux ans de prison.

85Le 26 novembre, évasion de deux colons de la ferme d'Avantigny qui incendient une meule de paille à Cerelles.

Janvier à février 1929

Effectif

86Au 30 mai 1929 on recense 453 colons. Au cours de l'année, 250 colons quittent l'établissement ; 23 par engagement militaire dont 6 enfants de l'Assistance publique.

Vie quotidienne

87« Afin de faire bénéficier nos pupilles de séances récréatives plus nombreuses, nous nous sommes entendus avec un organisateur de séances cinématographiques qui moyennant un prix raisonnable nous procure l'avantage de projections de films choisis tous les 15 jours. Les pupilles considèrent comme une grosse punition le fait d'être privés, par leur mauvaise conduite, d'une ou plusieurs de ces séances. »

88Le 15 janvier, un chef d'atelier agricole démissionne.

État sanitaire

89De janvier à mars plusieurs colons sont hospitalisés à Tours pour divers motifs : lésion au poignet, pyodermite eczématiforme, absorption d'encre d'aniline.

90Une épidémie de grippe a sévi du 14 février au 13 avril et plus de la moitié des colons a été atteinte par cette maladie.

***

91Son séjour à la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray a influencé le destin de Jean Genet : « si écrire veut dire éprouver des émotions ou des sentiments si forts que toute une vie sera dessinée par eux, s'ils sont si forts que seule leur description, leur évocation ou leur analyse pourra réellement vous en rendre compte, alors oui, c'est à Mettray, et à quinze ans, que j'ai commencé à écrire » (L'Enfant criminel, Morihien, 1949).

SOURCES

Archives départementales d'Indre-et-Loire :

92Fonds de l'association La Paternelle/Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, 114 J 16-17, 177-178, 183-184, 213, 252, 255, 271, 273, 540.

93Série Y, Prisons : fonds de la Préfecture d'Indre-et-Loire, 1 Y 33, 141, 182, 187, 191-193, 207, 222.

94La Dépèche du Centre, quotidien.

95La Touraine Républicaine, quotidien.

Notes

1 Albert Dichy, Pascal Fouché, Jean Genet. Essai de chronologie, 1910-1944, Paris, Bibliothèque de littérature française contemporaine de l'Université Paris VII, 1988, 295 p. Voir aussi Edmund White, Jean Genet, Gallimard, 1993, 686 p. Près de la moitié du roman de Genet, Miracle de la rose, est consacrée à la colonie.

2 Compte rendu de la situation en 1926.

3 La Dépêche du Centre, 3 octobre 1926

4 La Dépêche du Centre, 8 octobre 1926.

5 La Dépêche du Centre, 9 octobre 1926.

6 La Dépêche du Centre, 7 novembre 1926.

7 La Dépêche du Centre, 2 décembre 1926.

8 La Dépêche du Centre, 21 décembre 1926.

9 La Dépêche du Centre, 13 février 1927.

10 La Touraine républicaine, 1er septembre 1927.

11 La Dépêche du Centre, 1er septembre 1927.

12 La Dépêche du Centre, 2 mars 1928.

13 La Dépêche du Centre, 21 août 1928.

14 La Dépêche du Centre, 19 octobre 1928.

Auteur

Rédacteur-chef, Archives départementales d'Indre-et-Loire,responsable du fonds de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search