Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Deuxième partie. Images et représentations de Mettray

Le scandale de Mettray (1909) : le trait enténébré et la campagne de presse

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

1Au début du xxe siècle, les images noires et sinistres de Mettray ont un immense retentissement, au point que l’on peut parler de caricatures « enténébrées », pour reprendre le mot de Chateaubriand et de Michelet. Elles sont en effet très loin des images à la ligne claire et joyeuse proposées dès 1842 par Le Magasin Pittoresque ou « fabriquées » par les dirigeants de Mettray, par le biais de gravures et de cartes postales lénifiantes. Elles donnent une vision particulièrement sombre de la vie dans la colonie agricole et pénitentiaire, ainsi que dans la « Paternelle ».

L’Assiette au beure, n° 411, 13 février, 1e de couverture

  • 1 Mais aussi dans Le Rire, notamment le numéro du 6 février 1909 qui contient un dessin en noir et b (...)
  • 2 Le père de l’auteur du Diable au corps.

2Les caricaturistes livrent une véritable guerre des images. Ils transforment le dortoir en geôles exiguës et terribles, telles qu’on se les imagine au moment de l’Inquisition. Ils métamorphosent les gardiens en épouvantables brutes. Dans quelques vignettes de L’Assiette au Beurre1, signées par Radiguet2, la détresse la plus noire, le rire grinçant, les scènes cauchemar desques, l’horreur tranquille s’imposent. Et si en définitive, les représentations iconographiques condamnant Mettray ne sont pas très nombreuses et ont été produites au cours d’un temps relativement bref, quelques mois à peine au début de l’année 1909, elles ont pourtant hanté et hantent encore l’imaginaire collectif qui se nourrit du sinistre spectacle des images de l’enfance enfermée, maltraitée et torturée.

Couverture du « Gaillac », Les Maisons de correction, 1830-1845

  • 3 Le Matin, 22 janvier 1909.

3La colonie de Mettray devient synonyme de bagne pour enfants. De la sorte, les dessins satiriques, souvent macabres, symbolisent la révolte contre l’inadmissible et suscitent auprès des lecteurs, qui ne peuvent rester indifférents, frissons glacés et haut-le-cœur. Mais les images ne peuvent se comprendre sans les textes journalistiques qui les précédent, leur donnent naissance et les accompagnent. Le Matin optera pour une manchette sensationnelle et parlera de « Bagne Clérical3 ».

Le scandale

  • 4 Du 17 février jusqu’à la fin du mois.
  • 5 Le Journal, 22 janvier 1909.

4Dès le 23 janvier 1909, La Dépêche, qui se présente comme le seul journal quotidien à grand tirage de Tours et de sa région, titre à la Une : « Le scandale de Mettray ». La formule va régulièrement cingler la première page du quotidien, les 24, 28, 29 et 31 janvier et, les 1er, 2, 3, 4 et 7 février. Après une période d’hésitation, le scandale devient « L’affaire de Mettray4 ». Pour la comprendre, il convient de faire un bref détour. Les faits tout d’abord. Un jeune garçon, qui était tombé amoureux d’une danseuse appartenant à la troupe des « Gibsons Girls », en représentation dans un music-hall de Marseille, est emmené par son père à Mettray.Directeur d’un institut de mécanographie, ce dernier avait décidé de « corriger » son fils et pour cela de « le conduire et de l’enfermer à Mettray5 ».Pendant le trajet, le jeune garçon fait une première tentative de suicide et parvient quelque temps après son arrivée à se donner la mort. Le jeune Coutard/Gontard/Gontan – l’orthographe n’est guère fixée – est retrouvé pendu dans sa cellule.

L’Assiette au beurre, n°411

  • 6 Jean-Yves Mollier, « La naissance de la culture médiatique à la Belle Époque », 30, 1, 1997 ; M. B (...)
  • 7 La Maison Paternelle est une maison de correction paternelle pour les enfants placés par leur fami (...)
  • 8 Le Journal, 27 janvier 1909.

5Le Journal, l’un des quatre grands journaux de la Belle Époque6, né en 1892 et dont le tirage quotidien était d’un million d’exemplaires, se veut pédagogique. Dans sa livraison datée du dimanche 24 janvier, la rédaction revient sur « ce sombre fait divers ». L’article qui occupe la première page est signé Lucien Descaves. Il s’adresse directement aux lecteurs : « Vous avez pu lire », écrit-il notamment. Il explique ensuite qu’il ne faut pas confondre la Paternelle et la Colonie7. Il insiste sur le fait que ce sont les » jeunes détenus [qui] regardent comme un bagne la Paternelle ». Le ton estsobre. Il ne s’agit pas de régler des comptes, mais de comprendre. Pour cela ,le journaliste fait appel à la culture de son lectorat. Il mentionne, comme si tout le monde partageait les mêmes références, le roman d’Édouard Quet, En correction. Ajoutant aussitôt que si Mettray n’en est pas le modèle, le livre donne néanmoins la description d’un établissement analogue. De la sorte, il permet de s’immerger dans l’univers de l’enfermement des jeunes. L’article tourne autour d’une question : la Paternelle est-elle une prison ? La réponse se veut pondérée, mais elle est sans ambiguïté aucune : « Il est bien difficile, en effet, de ne pas assimiler à une prison un établissement dont les pensionnaires enfermés jour et nuit dans une cellule sous la surveillance d’un gardien. » Quelques jours plus tard, un article qui s’étend sur plusieurs colonnes est consacré aux « mystères de la maison paternelle8 ».

  • 9 Marie Sylvie Dupont-Bouchat et Éric Pierre, dir., Enfance et justice au xixe siècle, Paris, PUF, 2 (...)
  • 10 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, 1991 (1970), p. 85.
  • 11 Ibid., p. 85.
  • 12 Julien Lelièvre, L’enfance difficile, vicieuse ou délinquante et l’Assistance publique département (...)
  • 13 Ce que souligne Éric Pierre dans Raoul LÉGER, La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, p. (...)
  • 14 Le Gaulois, 27 janvier 1909.
  • 15 « Jeunesses au xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 8, 1992 ; Maurice Crubellier, L’ (...)
  • 16 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, Paris, Belin, Histoire de l’éducation, 1999, 335 p.
  • 17 La Dépêche, 23 janvier 1909.

6Le trépas du malheureux s’inscrit dans un contexte particulier. Les années 1870-1900, on le sait, sont marquées par de vives critiques à l’égard des établissements de correction9. La période suivante se caractériserait plutôt par le temps de la réforme, des projets de refonte globale de l’éducation correctionnelle, de l’affirmation de la protection de l’enfance, de la volonté de prendre des dispositions tutélaires, du désir de promouvoir le patronage et d’établir enfin des tribunaux pour enfants. Dans cette perspective, la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray occupe une place à part. La discipline n’aurait plus rien de paternelle et le régime militaire serait proche de celui de sinistres établissements au-delà des mers. Une enquête sur le système des punitions est rendue publique. L’absence de véritable directeur, l’inexistence d’une vision d’ensemble, l’incapacité à traiter la question de l’enfance coupable, sont quelques-unes des logiques avancées pour expliquer la situation que d’aucuns jugent délétère : la dégradation de Mettray et la faillite d’un système. Selon Henri Gaillac, en 1889, la population était de 325 jeunes délinquants, 99 enfants du peuple en correction paternelle et 26 fils de famille à la Maison Paternelle10. Cette dernière, ajoute l’auteur de l’histoire des maisons de correction, « cessera de fonctionner à la suite d’incidents graves de discipline un peu avant la guerre de 1914 et de campagne de presse dont l’Assiette au Beurre donne un exemple11 ». La période 1889 est une séquence particulièrement difficile comme le mentionne J. Le lièvre dans sa thèse de doctorat en droit soutenue au début des années 192012. Pour lui, les lois de 1889 et de 1898 sont responsables de la détérioration de la colonie, car désormais les enfants ont changé. Ceux qui sont accueillis sont de « véritables petits bandits » et ont connu une enfance « pervertie, contaminée, viciée13 ». Ce point de vue est partagé en 1909 par Le Gaulois et quelques autres périodiques14. Le suicide du jeune marseillais, à Mettray, devient une « histoire si affreusement mélancolique ». Le responsable, c’est le « régime moral », autrement dit, l’encouragement donné par la société à tout ce qui est « pervertissant », l’ « hérétisme exhalé » par les journaux, les livres, les images, les affiches. Mais, dans les comités de rédaction, une tout autre vision domine. Les enfants de la Paternelle sont bien, affirme-t-on, de pitoyables victimes. En effet, dans un siècle qui se montre de plus en plus sensible au statut de la jeunesse15 et qui découvre l’adolescence16, le fait d’avoir bâillonné la bouche des enfants devient scandaleux. Les mots de la douleur n’ont pu être entendus puisque les lettres des enfants ont été escamotées : « Ces billets où les détenus criaient leurs souffrances, leur désespoir, leur révolte, suppliaient qu’on les arrachât à la prison, clamaient la plainte la plus émouvante que jamais prisonnier ait fait entendre dans une cellule, ces lettres ne parviennent pas à destination17. » Dans ce type d’établissements, les règlements en usage voulaient que la correspondance soit lue par la direction qui filtrait et écartait la plupart des missives. Aussi ce courrier du désespoir ne recevait pas de réponse.

  • 18 Le Siècle, 29 janvier 1909.
  • 19 Le Matin, 24 janvier 1909.

7L’isolement forcé et la coupure avec la famille ne sont pas les seuls ingrédients du scandale qui se nourrit aussi d’une certaine proximité. En principe, il ne saurait y avoir de brassage social ou pénal. On ne mélange pas les colons avec les élèves de la Paternelle. Si le fait était avéré, le scandale gonflerait, prendrait de l’importance... Or les journaux, dont Le Siècle, exhument un discours parlementaire du député d’Indre-et-Loire René Besnard. À la chambre, dans la séance du 8 novembre 1907, l’ordre du jour comprenait la « discussion du chapitre 55 du budget de l’intérieur » (entretien des détenus). Son intervention, volontiers polémique, n’avait pas alors suscité beaucoup d’échos : « Messieurs, j’ai volontiers voté les crédits demandés par la commission du budget [...]pour remplacer toutes les colonies pénitentiaires privées par des colonies publiques. » Il soulignait qu’il existe une colonie pénitentiaire qu’il connaît bien, celle de Mettray. Lors de la même séance, il prolonge son intervention en affirmant qu’« on y mélange sans faire de distinction de catégorie ». Or, ajoute-t-il : « Il est très dangereux de réunir et de confondre des enfants qui, en somme n’ont commis aucun délit18. » Au moment où le scandale éclate, une commission de surveillance a bien visité les cellules de la « Paternelle », mais les cellules étaient vides. Aucun des membres de la commission n’a rencontré de détenus. « Si un enfant avait été séquestré arbitrairement, serait-ce sa cellule qui aurait pu se plaindre et demander justice ? », s’insurge le député. D’où une sorte de pouvoir exorbitant qui consiste à faire « disparaître » un enfant, à le soustraire à tout contrôle : « la police de tous les pays pourra le rechercher partout et ailleurs, il sera à la « Paternelle » et là personne ne pourra le découvrir ». Car, écrit-on dans plusieurs périodiques, un procureur ou un juge d’instruction ne sont pas autorisés à voir les enfants de la Paternelle ou alors pour y parvenir, il faut menacer le directeur de l’inculper. La troisième composante du scandale vient de « la détention illégale ». L’expression servira de sous-titre à plusieurs périodiques qui évoquent le délit de séquestration. Le Matin affirme dans une livraison dominicale que « l’administrateur de la Paternelle reconnaît que, sur dix enfants qu’il garde, huit sont enfermés sans ordonnance19 ».

  • 20 Le Petit Manceau, 23 janvier 1909.
  • 21 L’Union libérale d’Indre-et-Loire, 24 janvier 1909.

8Le scandale n’est jamais unique. Il se présente comme un acteur qui se serait affublé de masques plus hideux les uns que les autres. Dès que l’un est ôté on en découvre un autre en dessous. Le dernier représente l’autorité paternelle. Les drames minuscules ont toujours existé. Réduits à de simples tragédies personnelles ils ont été tenus à l’écart du monde. Or le scandale de Mettray, en plaçant sur la scène publique le suicide, ébranle l’ensemble de l’institution carcérale et le pouvoir démesuré des pères sur leurs propres fils. E. Saillard, rédacteur en chef du Petit Monceau, va plus loin et dénonce ceux qui parlent « au nom de la fameuse liberté des pères de famille, si souvent invoquée pour défendre les plus mauvaises causes20 ». René Besnard, député d’Indre-et-Loire, reprend la parole. Il parle de mœurs d’un autre âge qui témoignent d’une mentalité barbare et propose une sorte de manifeste : « Nous trouvons et nous proclamons antisocial qu’un père ou une mère de famille puissent avoir le pouvoir d’incarcérer un enfant auquel ils ont infligé la vie et l’éducation21. »

9Enfin, la dernière grande composante du scandale est signalée très tôt. Il s’agit de l’impunité presque certaine des administrateurs de Mettray, ou du moins de la Paternelle. La justice n’est pas suspecte, on ne la soupçonne pas de partialité et de sympathie. Ce qui pose problème c’est la qualification même de l’incrimination. Ne vont-ils pas être inculpés, se demande une partie de la presse, de séquestration arbitraire en vertu de l’article 341 du Code pénal ? De la sorte, leur cas relève de la cour d’assises. Mais peut- on les condamner aux travaux forcés comme le stipule pourtant l’article 341 ? En effet, les jurés ne trouveront-ils pas « la peine un peu grosse ? ». Faut-il envoyer au bagne « des gens qui n’ont pas martyrisé d’enfants » ? se demande La Dépêche qui se prononce en faveur d’une peine de quelques mois de prison ou une forte amende. L’Assiette au Beurre souligne que la mort d’un enfant restera impuni. Mais il n’existe pas de demi-mesures. Les dirigeants de Mettray ne peuvent être condamnés aux travaux forcés à temps ; ils seront nécessairement acquittés et la Paternelle continuera à fonctionner dans des « conditions mystérieuses, inquiétantes et illégales ». Ce sera alors « l’illégalité consacrée légalité... ce qui serait purement immoral ». L’acquittement ajouterait du scandale au scandale. Aussi la seule solution envisageable est la fermeture de la Paternelle. Et d’ajouter « dans cette douce et voluptueuse Touraine, où le rire de Rabelais sonne encore sur le souvenir d’amours royales, il y subsiste au xxesiècle, une Bastille pour adolescents enfermés par leurs parents ! ». Et de porter l’estocade : « Ce que nous voulons, ce n’est pas seulement qu’un enfant de 16 ans ne puisse être interné à Mettray ou ailleurs sans un référé préalable du tribunal, c’est qu’il ne puisse plus être interné du tout. »

L’affrontement

  • 22 Depuis 1901, les journaux populaires sont passés de 4 à 6 pages, les petits journaux se multiplien (...)
  • 23 Signalons également que La Gazette des tribunaux, dans sa livraison du 17 février 1887, rend compt (...)

10Bien avant les années Trente, Mettray fut aussi une sorte de laboratoire de la campagne de presse22 contre les « bagnes d’enfants », sans doute inaugurée le 1er avril 1887 par le journal Le Temps23. Vingt ans plus tard, entre les différents organes de presse, souffle parfois un vent mauvais, car le scandale est né dans les journaux. À cette occasion certains se déchirent. D’autres doivent faire face à de violentes critiques. Sans eux pourtant le suicide du jeune détenu se serait réduit à une inscription dans un registre, venant compléter d’autres traces écrites tenues à l’écart du « tintamarre public ». En 1909, c’est bien une campagne de presse qui sort de son écrin d’ombre la mort d’un adolescent. C’est elle qui est à l’origine d’une vive émotion collective dont les échos se font encore entendre aujourd’hui. Complexe, divers, très riche, approximatif, solidement argumenté, injuste parfois, le débat ne saurait être restitué dans son ensemble. Seuls quelques éléments de la controverse seront notés ici. Deux camps sont en présence, chacun avec ses nuances et ses convictions. Ils ne s’observent pas mais s’affrontent avec une constance sans faille. D’un côté la presse locale, régionale et nationale hostile à la colonie de Mettray, de l’autre les journaux conservateurs hostiles à la République radicale et qui défendent l’institution de la Paternelle. D’abord malhabile et sur la défensive, l’argumentation de ces derniers reprend d’une certaine manière la théorie du complot. Francs-maçons, anticléricaux, républicains avancés et quelques autres se seraient coalisés afin de fomenter une action d’ensemble contre la colonie de Mettray. Devenue forteresse symbolique, l’institution subirait un véritable déluge de traits sarcastiques.

  • 24 La Dépêche, 23 janvier 1909.

11La Dépêche insiste sur le fait qu’il ne faut pas oublier que « le conseil d’administration de ce pénitencier est composé de personnalités très cléricales », pour annoncer aussitôt qu’il se moque des cléricaux « comme une sole d’une pièce ». De la sorte tous ceux qui défendent la colonie de Mettray sont contre le gouvernement. Ce qui les anime, c’est l’esprit de vengeance. Ils n’ont pas accepté la séparation de l’Église et de l’État. L’Action, La Dépêche, Le Petit Monceau usent du registre lexical de l’affrontement : « nos adversaires », « les ennemis du gouvernement », « mener le combat », « à l’affût d’incidents à tapage ». E. Rebenne, le rédacteur en chef de La Dépêche, disqualifie par avance les arguments des partisans de la Paternelle. En effet, c’est dans leur nature, affirme-t-il, de vociférer et d’invectiver. Ils finissent par ne plus savoir faire autre chose. Leur tapage finit par ne plus émouvoir grand monde. On peut même trouver un certain charme à ce « concert cacophonique ». Dès lors, il faut bien que « les réactionnaires crient, c’est leur fonction ; qui saurait qu’ils existent s’ils ne criaient pas ». Ajoutant : « ils crieraient aussi bien sans raison du tout, c’est bien toujours le même tabac, comme disait le perruquier des zouaves24 ».

  • 25 La Dépêche, 24 janvier 1909.
  • 26 Le Journal, 27 janvier 1909.
  • 27 Le Journal d’Indre-et-Loire, 23 janvier 1909.

12En principe, observent de manière faussement candide plusieurs éditorialistes, la prison publique offre la garantie d’un contrôle effectif tandis qu’un établissement privé échappe à toute surveillance. Il « dépend du seul bon plaisir d’un homme auquel un père a délégué la totalité de sa puissance25 ». Ils ajoutent, voire martèlent le fait que, si la colonie est soumise à la surveillance de l’État, ce n’est pas le cas de la Paternelle26. De son côté, le Journal d’Indre-et-Loire souligne que depuis une cinquantaine d’années, la Paternelle fonctionne comme un établissement indépendant et non pas clandestin, ajoutant : « nos maîtres prétendent aujourd’hui faire cesser cette indépendance comme toutes les autres. Ils veulent tout soumettre au contrôle de l’État, c’est-à-dire diriger à leur guise27 ».

  • 28 Le Gaulois, 29 janvier 1909.

13La responsabilité des parents est l’objet de développements ou de notes acerbes. Tantôt ils sont présentés comme des tortionnaires, tantôt comme des inconscients. De son côté, Le Gaulois parle d’un « drame désolant ». Pour le périodique, ce n’est pas la colonie qui est responsable, mais la société permissive fin de siècle. Les journalistes mettent en relief l’inversion des rôles, des responsabilités et des valeurs. L’un d’eux écrit : « Aujourd’hui et c’est là l’une des caractéristiques de notre temps, ce sont les parents et leurs agents de confiance qui se trouvent traités en suspects. Les présumés coupables ne sont plus les premiers auteurs, innocents ou non du mal, mais ceux qui ont essayé, heureusement ou malheureusement de réparer le mal28. » Autrement dit, les parents ne doivent pas se dérober, il leur appartient d’assurer l’éducation de leurs enfants autour du principe de l’autorité paternelle. L’Assiette au Beurre fait des croquis à l’encre de sang pour dénoncer l’hypocrisie de la loi.

L’Assiette au beurre, n°411

  • 29 Le Matin, 23 janvier 1909.
  • 30 Pour une mise au point, voir Henri Joly, « Les abus actuels de la loi sur la correction paternelle (...)

14Consacrée par le Code civil qui est vivement critiqué, la conception de l’autorité paternelle de la société française de la fin du xixe siècle se trouve fortement contestée. En effet, les pères de famille, rappellent nombre de journalistes, ont le droit de faire incarcérer dans une maison de détention ceux de leurs enfants contre lesquels « ils ont de graves sujets de mécontentement ». Ils ne peuvent le faire pour une période trop longue, en principe, il s’agit d’une période allant de un à six mois. Georges Picot, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, président du Conseil d’administration de Mettray, vice-président de la Société de répression contre la licence des rues et J. B. Henri Berthélemy, professeur de droit administratif et vice-président du conseil d’administration de la colonie de Mettray ont donné une interview au Matin : « Les jeunes gens confiés à la Maison « Paternelle » y font leurs études ; on ne peut pas compter qu’ils se réforment et préparent des examens en un mois, ni même en six mois29. » Le rappel de la loi n’est qu’un prétexte permettant de marquer la différence entre un lieu d’études et un lieu de détention30. Ils complètent leur argumentation en affirmant qu’il faut une ordonnance « pour ouvrir les portes d’une prison publique aux enfants rebelles », mais que dans le cas de la Paternelle « on ne voit pas de quelle nécessité pourrait être une ordonnance [...] s’il y a libre contrat entre le père de famille exerçant son droit de puissance paternelle et les chefs d’établissement », ajoutant encore que le conseil d’administration de Mettray « n’accueillerait sans ordonnance que les enfants consentant eux-mêmes à leur internement ».

L’Assiette au beurre, n°411

  • 31 Voir en particulier, Jean-Marc Berlière, « Le crime de Soleilland », 1907 ; « Les journalistes et (...)
  • 32 Voir Dominique Kalifa, L’Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Fayard, (...)

15Les investigations journalistiques, les techniques du récit et le contexte particulier de la période donnent aux circonstances un caractère plus sinistre encore. En 1909, se clôt le grand débat sur la peine de mort avec l’échec des abolitionnistes31 et des exécutions imminentes sont annoncées. Le bourreau Deibler, les bois de justice, la scène du supplice envahissent les colonnes. Ainsi le 22 janvier 1909 tandis que Le Matin, parle de l’enfance en cellule, et donne comme sous-titre une succession de mots aux allures de coups de poing : « suicide, poursuite, scandale, enquête », il donne à voir, par l’entremise d’une photo, une « vue intérieure de la Paternelle », et offre aussi à ses lecteurs un dessin humoristique sur les deux veuves : la femme qui a perdu son époux et la guillotine. Le Petit Journal, daté du même jour, donne à son lectorat un article plus léger : « Pour des petites danseuses ». Le suicide du jeune garçon est présenté comme un « acte de désespoir amoureux ». Mais le périodique fait également paraître une photo de la guillotine, contribuant à assombrir l’atmosphère du quotidien et à donner un sentiment diffus d’insécurité où se mêlent les châtiments, la mort et les faits divers32.

16Pour apporter du neuf et entretenir l’intérêt du public, Le Matin va un peu plus loin que ses confrères. L’envoyé spécial diligenté à Marseille, « chez les parents du suicidé » est parvenu à s’introduire dans le domicile familial et à être reçu par le père et la mère du jeune Gaston Coutard. L’article, en quelques mots, souligne qu’il s’agit bien d’un drame : « une porte s’ouvre et sur le seuil d’une grande salle où dans la demi-obscurité se dessine, tragique, menaçant, tout un arsenal d’instruments bizarres évoquant le souvenir sinistre des tortures abolies ». La description des parents contribue à donner une ambiance délétère : « le père, un pauvre homme en redingote, à l’air triste et effacé, à la physionomie résignée et douloureuse », la mère, « grande, élancée avec un air souverain dans sa robe de deuil, la quarantaine à peine dépassée ». Une fois le décor dressé, il ne reste plus qu’à restituer le décor suivant :

  • Le journaliste : « On a dit que c’était un bagne pour enfant riche ».
  • Réponse : « Oh ! Monsieur33. »
  • 34 La Dépêche, 15 janvier 1909.
  • 35 La Dépêche, 18 janvier 1909.
  • 36 La Touraine Républicaine, 22 janvier 1909.
  • 37 La Touraine Républicaine, 27 janvier 1909.

17La concurrence entre les journaux est vive. La course à l’information ne connaît pas d’entrave car il faut montrer aussi que l’on ne recule devant rien pour informer le public et lui donner la vérité journalistique qu’il mérite. La Dépêche du Centre et de l’Ouest, organe du parti Républicain radical, après avoir annoncé qu’une enquête s’impose34, précise quelques jours plus tard ses intentions : « Dussions-nous nous transformer en diable boiteux, nous arriverons bien à savoir quelque chose et comme notre métier est d’être indiscrets, nos lecteurs recevront aussitôt la confidence de ce que nous aurons pu découvrir35. » Entre périodiques la rivalité grossit, le ton monte et la polémique s’enfle. Pour La Touraine Républicaine, « On s’est trop hâté, on a commis une erreur, ce n’est pas douteux. On a fait plus : en voulant frapper vite et fort, on a commis une illégalité36. » Les rédacteurs blâment fortement ceux de La Dépêche. Parmi les critiques : l’amplification et l’exagération pour les besoins de la cause37. Le 3 février, la rédaction poursuit sa charge et entend bien démonter les mécanismes. Il s’agit non pas de la relation de faits avérés, mais d’une construction. Les prises de position, disent les journalistes, sont partisanes. Il s’agit d’une campagne de dénigrement qui vise à discréditer l’institution de la Maison Paternelle :

  • 38 La Touraine Républicaine, 3 février 1909.

« Le tapage continue. Les articles succèdent aux articles. Tous les intellectuels du jacobinisme régnant donnent, et leurs commentaires tendancieux visent en même temps qu’un système de redressement moral dont ils ignorent apparemment les résultats, des droits individuels auxquels on n’a pas encore eu le temps de toucher. Il conviendrait peut-être de ramener l’affaire à ses justes proportions, à la faire rentrer dans son cadre38. »

  • 39 La Dépêche, 3 février 1909.

18On reproche de grossir, de dramatiser, de construire de toute pièce un horrible drame avec des acteurs cruels animés par la haine de l’enfance. Et pourtant, lorsque Henri Rochefort s’exprime publiquement, l’opinion publique hostile à Mettray se trouve confortée. Le fondateur de La Lanterne sous le Second Empire, puis de L’Intransigeant, dans les années 1880, devenu une des figures du nationalisme, antidreyfusard et boulangiste, collaborateur du journal La Patrie, prend position sans aucune ambiguïté. Il s’adresse aux « parents assez ignorants ou assez dénaturés pour confier leurs progénitures à ces assassins d’adolescents ». La Dépêche se délecte et s’adresse à ses détracteurs les plus proches : « Qu’en pensez-vous brave Touraine et vous aussi bon Journal d’Indre-et-Loire ? Accuserez-vous [...] M. Henri Rochefort de favoriser l’œuvre de la franc-maçonnerie ? ». La Dépêche souligne encore que La Patrie « met de côté la question politique », « la cause de l’humanité doit dominer le débat ». « Pourquoi, confrères, ne l’imitez-vous point39 ? ».

19Dans ces joutes publiques, la question religieuse n’est pas absente. Elle prend volontiers une tournure cléricale ou anticléricale. La Dépêche, La Touraine, Le Journal d’Indre-et-Loire sont les plus engagés. En février 1909, avec une sorte de jubilation constante, La Dépêche se remémore une affaire plus ancienne lui permettant de porter un coup aux institutions d’éducation religieuse. Elle rappelle la condamnation à deux mois de prison de la sœur Sainte-Rose qui, avec des gestes onctueux, avait été obligée de reconnaître que « quelquefois, oh ! pas souvent, mais enfin quelques fois tout de même, elle avait dû pour punir les indisciplinés, leur donner des douches, leur faire embrasser la terre... et leur faire manger des tartines de pain graissées d’un petit peu – pas plus gros que ça ! – de bouse de vache ». Les autres journaux se gaussaient ou criaient à l’invraisemblance. Après la condamnation, il fallut en rabattre un peu. Avec la Paternelle, écrit La Dépêche, tout recommence. La même presse évoque des « faits sans importance » ou des « histoires puériles et fantaisistes ». Le Journal d’Indre-et-Loire, royaliste, continue à crier au mensonge.

  • 40 Notamment les 28 et 29 janvier 1909.
  • 41 À ne pas confondre avec Robert Picot, qui avait publié un article intitulé « De la défiance manife (...)
  • 42 Par exemple, Georges Picot, « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Bardoux », Compte (...)
  • 43 L’Assiette au Beurre, n° 411, 13 février 1909, p. 738.
  • 44 J.-B. Berthélemy, « Colonie pénitentiaire de Mettray », Revue pénitentiaire et de droit pénal. Bul (...)
  • 45 La Dépêche, 2 février 1909.
  • 46 Voici par exemple, l’extrait de l’interview d’un journaliste du Matin : « Alors maître, depuis le (...)

20Aux yeux de nombreux journalistes, les principaux responsables de l’administration de la Paternelle sont donc Georges Picot et J.-B. Henri Berthélemy. Tous les deux ont pris en janvier-février la plume et se sont exprimés40. Davantage que le contenu, c’est le ton employé qui a exacerbé les traits caustiques des éditorialistes et des chroniqueurs judiciaires. Le premier41, membre de l’Institut, ancien directeur des affaires criminelles au ministère de la Justice, s’est fait connaître à plusieurs reprises, en particulier au moment de l’épuration de la magistrature, entre 1879 et 1883, puis par différentes contributions historiques publiées dans la Revue des Deux Mondes et dans d’autres organes savants42. En 1909, il affirme que la Paternelle est un établissement d’éducation. Le second, membre notamment du comité de contentieux et d’études juridiques institué au ministère des Travaux publics, qui avait le pouvoir « d’interdire certains journaux dits pornographiques ; L’Assiette au Beurre Test quelquefois, paraît-il43 », a publié dans la Revue pénitentiaire un article sur la colonie de Mettray et diverses analyses sur le thème de la sauvegarde de l’enfance44. Pour lui, la Maison Paternelle présente une seule différence avec un collège ou un lycée : la discipline y est plus sévère. Reste évidemment un troisième personnage : le sénateur Bérenger. Certes, il n’est pas épargné, notamment par les dessinateurs de L’Assiette au Beurre, qui le présentent comme un « perverti » qui scrute par le trou de la serrure de la porte des cellules les enfants enfermés. Dans un autre registre, Albert Dalimier, député de Seine-et-Oise ne se prive pas de lancer des piques : « Personne ne surveille comme M. Bérenger, chacun le sait. Mais M. Bérenger est si occupé par la surveillance des rues qu’il n’a sans doute pas le temps de s’occuper de ce qui se passe dans l’intérieur des maisons, fut-ce celle de Mettray, dont il a la responsabilité morale45. » D’autres administrateurs de La Paternelle, comme Bertier de Vauplane, sont relativement épargnés même si leur « naïveté » peut être l’objet de quelques quolibets46. Le directeur de Mettray d’alors, le colonel Lorenzo, convoqué à plusieurs reprises devant le juge d’instruction de Tours, ne fait pas l’objet de traits acides, il est laissé à l’écart. Le feu roulant de la critique se concentrant bien sur Georges Picot et J.-B. Henri Berthélemy.

21Pour autant une campagne de presse est éphémère. L’opinion publique peut s’émouvoir très vite et oublier presque aussi rapidement. « Si en face de grands malheurs, elle réclame généreusement justice, elle se calme de même » note laconiquement un journaliste. Henri Beaussier du Journal d’Indre-et- Loire dénonce la collusion des journalistes radicaux, uniquement soucieux de faire du « sensationnel », des magistrats de première instance qui subissent des pressions et des bureaux du ministère de la place Vendôme. Mais l’émotion peut durer quelques jours, quelques semaines, rarement beaucoup plus. Nombre d’analystes et d’observateurs soulignent que le monde de la presse, comme la société toute entière, est désormais entré dans un tourbillon sans fin. L’oubli ou le désintérêt étant alors le revers de la succession trépidante des événements.

L’imaginaire carcéral

22L’imaginaire carcéral est sinistre, peuplé de créatures décharnées et de tortionnaires. Les représentations figuratives des administrateurs suffisent à l’illustrer.

L'Assiette au beurre, n° 463, 12 février 1910

  • 47 L’Union libérale d’Indre-et-Loire, 28 janvier 1909.
  • 48 La Petite République, 31 janvier 1909.
  • 49 La Dépêche, 1er février 1909.

23D’une certaine manière il faut jouer sur l’émotion, déployer l’argumentation lacrymale, maîtriser toute la gamme du dolorisme. Pour reprendre la formule d’Octave Mirbeau, il s’agit maintenant que « la justice des hommes se mêle de fourrer le nez dans les oubliettes de Mettray47 ». Présenté comme le premier qui a poussé un cri d’alarme au sujet « des institutions du genre de la maison Paternelle », l’auteur de l’Abbé Jules, qui fut aussi comme Richepin ou Bloy un des collaborateurs de L’Assiette au Beurre, donne à La Petite République, une interview « toute vibrante d’émotion48 ». La Dépêche reproduit l’article de son confrère et le propose à son tour à ses lecteurs qui peuvent découvrir les « impressions » d’Octave Mirbeau : « c’est une véritable abomination. Les poursuites s’imposaient ; elles aboutiront, j’en suis convaincu, à des découvertes inouïes49 ».

  • 50 Le Siècle, 29 janvier 1909.
  • 51 La Dépêche, 29 janvier 1909.

24Chaque périodique se met en quête de témoignages. Le récit vécu acquiert désormais une valeur inestimable. Le Siècle, l’un des plus anciens journaux à succès lancé en 1836, cite volontiers Le Journal qui recueille les propos d’anciens élèves qui se « plaignent » d’avoir subi, à Mettray, les « pires traitements50 ». Pour porter le fer dans la plaie et susciter l’indignation, La Dépêche donne tout d’abord la parole à un « ancien pensionnaire » qui est devenu directeur d’une importante compagnie d’assurance. Il n’appartient pas à l’immense armée de la marginalité, de la délinquance et du crime. Son témoignage gagne donc en force et en légitimité : « Mon père était très dur, il aurait voulu que je fusse toujours le premier dans mes classes. Pour me corriger de mon indolence, il me mit à la Paternelle de Mettray ». Et d’ajouter que cela lui fit infiniment de chagrin. À la solitude s’ajoutait le bruit des verrous. Paysage sonore saturé qui reste dans la mémoire : « On m’a fourré dans un réduit rien moins que confortable, au sous-sol, avec une ration de nourriture51. » L’Assiette au Beurre a également mis en scène le désespoir des enfants.

  • 52 La Dépêche, 29 janvier 1909.
  • 53 La Dépêche, 1er février 1909.
  • 54 La Dépêche, 3 février 1909.

25On a pu écrire que seule l’obscurité avait le pouvoir d’ouvrir le cœur des hommes. Au-delà des arguments juridiques, des prises de position sur l’autorité, la discipline, l’éducation, il reste la parole d’un enfant que l’on n’a pas voulu écouter mais que les journalistes ont recueilli : ce « fait brutal, douloureux52 ». Le jeune Coutard a protesté de toutes ses forces contre son incarcération. Presque jusqu’à la dernière minute, « il a supplié son père de revenir sur son implacable décision ». L’adolescent a laissé une lettre dont la presse publie des fragments. Les lecteurs apprennent qu’il s’adressait à sa mère en l’appelant « sa petite mérette ». Il se demandait si l’acte qu’il allait commettre est « lâche » ? Il conclut négativement, mais demande pardon à sa mère : « Je vais aller au ciel, et là-haut je te verrai encore, je pourrai te suivre, te regarder, t’aimer. Tu ne seras pas seule, je ne t’abandonnerai jamais, et plus tard, et plus tard nous nous retrouverons. Depuis ma naissance, je sais que tu n’as pas eu de bonheur, tu seras heureuse quand, ensemble, nous pourrons enfin nous revoir53. » Face à l’émotion qui se suffit, le journaliste ne fait pas de commentaire. Le lecteur reçoit probablement de la même manière, avec plus d’intensité encore, la lettre du jeune garçon. Quant à Henri Rochefort, s’il a pris position et donné son opinion, qualifié Mettray de « bagne cellulaire », il a aussi contribué à nourrir le dossier en publiant dans La Patrie un témoignage repris par La Dépêche54. Il s’agit du récit d’un adjudant- major, au 10e régiment de chasseurs à cheval « cité quatre fois à l’ordre du jour pour actes de courage » :

« mon tuteur, qui convoitait ma fortune à venir, m’avait fait fourrer dans cette maison soi-disant paternelle parce qu’étant élève du collège de Juilly j’avais versé de l’encre dans l’eau du bénitier de la chapelle du collège. Ce n’était pas bien de ma part, je l’avoue, c’était une gaminerie d’enfant, mais cela il me semble ne méritait pas mon envoi à Mettray ».

26Et Rochefort, d’interpeller les lecteurs :

« Et devinez quel âge avait alors cette victime de l’encellulement : 10 ans ! Et c’est ce pauvre petit être qu’on a tenu pendant un an, emmuré comme un cadavre, sans voir âme qui vive, privé des soins les plus indispensables à un enfant et végétant dans une obscurité à peu près complète ».

  • 55 La Patrie, 2 février 1909.
  • 56 La Patrie, 2 février 1909.

27Point central de l’imaginaire carcéral : les cachots. Comparés à des caveaux, ils suscitent l’effroi et ouvrent à l’imagination toutes sortes de représentations et de perceptions terribles. Des images de geôles putrides, de sombres cloaques, d’oubliettes obscures et d’enfouissement se glissent dans les discours. Le vice-président du Conseil d’administration de la Paternelle, fait preuve d’une extrême maladresse. Il relativise leur existence et semble se glorifier de son ignorance à leur égard : « On ne les utilise pas et je ne les ai jamais vus55. » Les cachots que l’administrateur n’a jamais vu, le petit Josselin les connaît lui : « J’ai été mis au cachot pendant deux jours, au pain et à l’eau, et avec menaces si je criais ou si je chantais de me voir fixé à la chaîne attachée au mur ». Calfeutré dans un silo sans air et « plongé dans une obscurité si effrayante pour les petits de cet âge, je me demande ce que l’on pourrait faire de plus, à moins de le couper en morceaux », se demande un journaliste indigné56 « Est-ce qu’il n’y a pas là de quoi faire délirer et sombrer dans la démence un cerveau à peine formé ? »

28Les descriptions donnent aux lecteurs les éléments du paysage carcéral. Il s’agit avant tout de frapper l’opinion publique, quitte à prendre parfois quelques libertés avec la chronologie, l’agencement des lieux et des espaces. Les images construites mêlent le décor de la prison, la torture physique et la souffrance psychologique. Le récit d’un ancien « encellulé » a de quoi faire frémir :

  • 57 Le Matin, 28 janvier 1909.

« enfermé dans un cachot souterrain noir et froid, contenant seulement un lit en planches, sans paillasse ni couverture. On lui lia les mains derrière la ceinture et il resta ainsi près de deux grands jours, ayant devant lui un morceau de pain noir et une cruche d’eau auxquels il ne pouvait toucher. Il pleura, cria, supplia, on ne se dérangea même pas pour abréger son supplice57 ».

  • 58 La Dépêche, 29 janvier 1909.

29Le Siècle parlera du « cachot des supplices ». Le témoignage a force probante. La Dépêche titre : « Déclaration d’un ancien pensionnaire, interné dans un cachot58. »

  • 59 Le Siècle, 29 janvier 1909.

30On imagine sans difficulté le trouble qui s’empare des lecteurs. C’est un véritable système de représentations qui se met en place, conforté d’article en article. Lorsqu’un journaliste affirme qu’un des cachots était particulier, il ne s’embarrasse guère de précisions. Au mur avaient été scellés une chaîne et un collier de force. Les enfants auxquels « on infligeait ce supplice d’un autre âge » ne pouvaient atteindre leurs aliments. L’article souligne toutefois que désormais ce supplice n’existe plus, mais évidement le doute s’immisce chez le lecteur qui peut se demander à quelle catégorie d’enfants étaient destinés de tels sévices - ceux de la Colonie ? de la Paternelle ? – et s’ils ne sont pas de temps en temps à nouveau infligés. La déclaration faite auprès du parquet de Tours par un ancien employé de Mettray, âgé en 1909 de 71 ans, contribue à accroître le malaise. En effet, maître maçon pendant 10 ans à Mettray, c’est lui qui devait assurer l’entretien et effectuer les réparations, notamment blanchir à la chaux les cachots. Le témoignage confirme la véracité des autres récits, mais en même temps le grand âge du témoin laisse supposer que cela s’est produit dans un passé qui est peut-être désormais révolu. Le journaliste rapporte ses propos : « Il se rappelle qu’il y a environ une huitaine de cachots dont l’entrée se trouvait dans la cour de la Paternelle [...]. Un de ces cachots notamment l’avait profondément impressionné. Il est resté gravé dans sa mémoire : c’était un réduit étroit, sans air et sans lumière, situé à l’extrémité du couloir des cachots ». On pouvait y apercevoir « non seulement des colons mais aussi des élèves de la Paternelle59 ». Un autre témoin, convié par La Dépêche, un ancien employé de la Paternelle, ne laisse guère de place au doute :

« — Avez-vous vu des enfants enfermés dans des cachots ?
— Comment, si j’en ai vu « descendre », mais des quantités. »

  • 60 La Dépêche, 29 janvier 1909. Une seconde raison expliquant le départ du gardien est mentionnée. El (...)

31Les enfants pouvaient rester quelques heures, une journée entière, voire plusieurs jours au cachot. Le mobile était dérisoire, il n’existait pas, dit un « employé », de « grosses fautes ». À chaque fois un fait minuscule et dérisoire est à l’origine de la punition. Le plus souvent, c’est pour avoir cherché à communiquer entre eux qu’ils sont enfermés. Le gardien termine sur une note plus personnelle, affirmant qu’il compatissait avec le malheur et la souffrance des enfants. Sans doute « trop enclin à la douceur », il est « poussé vers la porte60 ».

  • 61 La Dépêche, 23 janvier 1909

32Il peut sembler que la totalité des éléments du dossier soit rassemblée et que désormais on ne puisse apporter d’autres informations. Et pourtant la rédaction de La Dépêche va plus loin. Elle révèle à partir de courriers versés au parquet de Tours d’autres ignominies : « Le numéro 122 avait préparé un licou. Il l’attacha à la barre et se pendit... On le trouva quelques instants après, suspendu au gibet. On le délivra, on le ranimât. Et on le punit61... ».

  • 62 Le Journal d’Indre-et-Loire, lundi 3 et mardi 4 mai 1909.
  • 63 Le Journal d’Indre-et-Loire, 24 et 25 mai 1909.
  • 64 À son tour La Dépêche publie le 9 août 1909 le texte de l’arrêt rendu le jeudi 29 juillet par la C (...)

33Devant ces révélations, la presse favorable à Mettray ne peut parler que de « campagne de presse acharnée », « d’insigne malveillance62 ». Elle semble triompher, mais il est déjà trop tard. À la fin du mois de mai, la Chambre des mises en accusation rend une ordonnance de non-lieu. La décision judiciaire lui permet de dénoncer une fois de plus la « violence et la partialité de la campagne de presse », de suggérer que les témoignages publiés ne sont que des chimères ou des affabulations et que la « campagne haineuse » a « échoué misérablement63 ». La Dépêche riposte en déclarant que les enfants de 16 ans enfermés sont parfois visités par un médecin dans « la crainte d’une fêlure par laquelle entrerait la folie », que les planches vermoulues en guise de lits et que les crochets destinés à supporter des hamacs n’ont pas été « placés là uniquement pour l’amour du pittoresque64 ! ».

Le Siècle, 21 février 1909

  • 65 Le Siècle, dimanche 21 février 1909.

34Le journal Le Siècle, à la physionomie sérieuse, presque austère, inaugure pendant quelques semaines, de janvier à février 1909, une nouvelle série : l’Album du nouveau siècle. La Une du périodique accueille un dessin, le plus souvent une composition allégorique, puis il finit par abandonner cette fantaisie et les lecteurs retrouveront un journal bien sage, aux colonnes alignées. Mais au cours de cette brève période, Noël Dorville donne un portrait lugubre au titre bref et sec : « A Mettray ». Un adolescent en sabots, l’une des jambes emprisonnée par un anneau de fer, a les yeux levés vers le mur sans barreau de sa cellule et porte à son cou sa main droite. Un crochet dépasse du mur. L’image, suffisamment expressive, se suffit à elle-même. Une légende a pourtant été ajoutée qui ne laisse plus aucun doute : « Si j’avais seulement ma cravate... ! ! !65 ». L’image enténébrée proposée est bien une sorte de décalque des vignettes de L’Assiette au Beurre qui inspireront à la fin du xxe siècle d’autres dessinateurs qui perpétuent ainsi la vision de l’enfance enfermée née à la Belle Époque.

***

  • 66 Le Progrès de Lyon, 7 février 1909.
  • 67 Louis chevalier, Splendeurs et misères du fait divers, Paris, Perrin, 2004, p. 23.
  • 68 Henri Bérenger, le directeur de L’Action, à ne pas confondre avec le sénateur Bérenger, affirme dè (...)
  • 69 Michelle Perrot, « Dans le Paris de la Belle Époque, les ’Apaches’, premières bandes de jeunes », (...)

35L’Affaire Mettray a suscité l’intérêt, l’émoi et une sorte de commotion collective. Le Progrès de Lyon souligne en 1909 qu’elle a « jeté dans la presse et dans l’opinion une émotion qui n’est pas calmée66 ». Le retentissement a été d’emblée national, mais les affrontements les plus vifs se sont déroulés dans les colonnes de la presse régionale. Jusqu’à présent, l’enfermement des jeunes et les établissements de répression, n’avaient guère suscité de vastes mouvements de l’opinion publique qui ne s’y intéressait guère et qui n’y voyait bien souvent que des institutions philanthropiques. Certes les lecteurs du Droit ou surtout de La Gazette des tribunaux avaient de temps à autre eu la curiosité dirigée vers la question des colonies agricoles et pénitentiaires. Si l’Affaire Mettray relève de la « grande époque du fait divers67 » et du sensationnel, elle relève aussi du débat d’idées. L’affaire pose la question du statut de la jeunesse et celle des limites de l’autorité paternelle. Mettray, par l’entremise de la Paternelle, devient ainsi un des premiers lieux d’injustice et de souffrance qu’il faut fermer, bien avant les campagnes des années Trente68. En ce sens, le « moment » 1909 est unique et provoque une sorte de choc, à la fois éphémère et durable. Le cachot, plus souvent décrit que montré – s’il est dessiné il n’est jamais photographié – atteste que le scandale et l’enfer existent. Dans ce combat général de dénonciation de l’institution, dans ce portrait à charge, le dessin, presque macabre, l’emporte. Il incarne la figure du mal qu’il rend immédiatement visible. Le lecteur ne peut rester indifférent et s’interroge sur la société qui maltraite ainsi sa jeunesse. Il n’est pas question d’Apaches à punir69, mais de jeunes victimes qu’il faut protéger contre les pères, le Code civil et les établissements de correction.

Notes

1 Mais aussi dans Le Rire, notamment le numéro du 6 février 1909 qui contient un dessin en noir et blanc et surtout celui du 6 mars 1909 dont l’une des vignettes porte pour légende « Le Mettray allemand ».

2 Le père de l’auteur du Diable au corps.

3 Le Matin, 22 janvier 1909.

4 Du 17 février jusqu’à la fin du mois.

5 Le Journal, 22 janvier 1909.

6 Jean-Yves Mollier, « La naissance de la culture médiatique à la Belle Époque », 30, 1, 1997 ; M. B. Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne (1863-1914), Paris, Aubier, 1983 ; Jacques Kayser, La Presse de province sous la Troisième République, Paris, Armand Colin, 1958.

7 La Maison Paternelle est une maison de correction paternelle pour les enfants placés par leur famille en vertu des articles 375-376 du Code Civil. Elle est ouverte en 1855 dans un bâtiment distinct sur le lieu même de la Colonie. Elle est fermée en 1910.

8 Le Journal, 27 janvier 1909.

9 Marie Sylvie Dupont-Bouchat et Éric Pierre, dir., Enfance et justice au xixe siècle, Paris, PUF, 2001, p. 259.

10 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, 1991 (1970), p. 85.

11 Ibid., p. 85.

12 Julien Lelièvre, L’enfance difficile, vicieuse ou délinquante et l’Assistance publique départementale, thèse de droit, Rennes, Impr. Edoneur et Ruesch, 1921, 124 p. ; voir aussi les analyses de Louis Lamy, La criminalité de l’enfance, Alais, Impr. de J. Brabo, 1912, 30 p.

13 Ce que souligne Éric Pierre dans Raoul LÉGER, La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, p. 132.

14 Le Gaulois, 27 janvier 1909.

15 « Jeunesses au xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 8, 1992 ; Maurice Crubellier, L’enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1979, 389 p.

16 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, Paris, Belin, Histoire de l’éducation, 1999, 335 p.

17 La Dépêche, 23 janvier 1909.

18 Le Siècle, 29 janvier 1909.

19 Le Matin, 24 janvier 1909.

20 Le Petit Manceau, 23 janvier 1909.

21 L’Union libérale d’Indre-et-Loire, 24 janvier 1909.

22 Depuis 1901, les journaux populaires sont passés de 4 à 6 pages, les petits journaux se multiplient, bénéficiant de progrès techniques comme la linotype, et la presse régionale prend son véritable essor. Voir par exemple Marc Martin, La presse régionale. Des Affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002, 501 p.

23 Signalons également que La Gazette des tribunaux, dans sa livraison du 17 février 1887, rend compte de l’« Affaire de Porquerolles ». Jugée en cour d’assises, l’affaire se termine par « un verdict d’acquittement qui est accueilli par les applaudissements de l’auditoire ». Lors des débats les accusés avaient dénoncé « une presse hostile [qui] nous a fait si cruellement souffrir ».

24 La Dépêche, 23 janvier 1909.

25 La Dépêche, 24 janvier 1909.

26 Le Journal, 27 janvier 1909.

27 Le Journal d’Indre-et-Loire, 23 janvier 1909.

28 Le Gaulois, 29 janvier 1909.

29 Le Matin, 23 janvier 1909.

30 Pour une mise au point, voir Henri Joly, « Les abus actuels de la loi sur la correction paternelle », La Réforme sociale, t. 29, 1er avril 1895, p. 561-577.

31 Voir en particulier, Jean-Marc Berlière, « Le crime de Soleilland », 1907 ; « Les journalistes et l’assassin », 240 p. et Gérard Ball, « Le débat de 1908 sur la peine de mort », dans Histoire et Justice. Panorama de la recherche. Le temps de l’histoire, novembre 2001, p. 113-126.

32 Voir Dominique Kalifa, L’Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Fayard, 1995, 352 p. ; Marine M’Sili, Le fait divers en République. Histoire sociale de 1870 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000, 312 p. ; Michelle Perrot, « Le fait divers : quelle histoire ? ! », Digraphe, n° 50, décembre 1989, p. 107-118.

33 Le Matin, 23 janvier 1909.

34 La Dépêche, 15 janvier 1909.

35 La Dépêche, 18 janvier 1909.

36 La Touraine Républicaine, 22 janvier 1909.

37 La Touraine Républicaine, 27 janvier 1909.

38 La Touraine Républicaine, 3 février 1909.

39 La Dépêche, 3 février 1909.

40 Notamment les 28 et 29 janvier 1909.

41 À ne pas confondre avec Robert Picot, qui avait publié un article intitulé « De la défiance manifestée par les pouvoirs publics à l’égard des colonies pénitentiaires privées » dans la Gazette des tribunaux, 22-23 et 27 avril 1907.

42 Par exemple, Georges Picot, « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Bardoux », Compte rendu des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, vol. 169, 1908, 1er semestre, p. 138-177.

43 L’Assiette au Beurre, n° 411, 13 février 1909, p. 738.

44 J.-B. Berthélemy, « Colonie pénitentiaire de Mettray », Revue pénitentiaire et de droit pénal. Bulletin de la Société générale des prisons, t. 32, 1908, n° 3, mars, p. 393-404 ; et en collaboration avec Joseph Garin, « Le sauvetage de l’enfance. L’école d’apprentissage de Brignais pour les enfants moralement abandonnés », Rapports présentés à la commission d’organisation de la Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance, Lyon, Impr. de Mougin-Rusand, 1898, 43 p.

45 La Dépêche, 2 février 1909.

46 Voici par exemple, l’extrait de l’interview d’un journaliste du Matin : « Alors maître, depuis le suicide navrant du jeune Gaston Coutard, les parents des élèves en cellule se sont-ils émus ? ». Et de rétorquer que pas du tout, que le suicide aurait très bien pu se passer dans un lycée, qu’ils sont bien traités et qu’ils ont un sort enviable : « on leur fait faire de l’escrime [...] on leur accorde une heure de plus de promenade en plein air. Il y a des enfants qui demandent à venir à Mettray et on ne les accepte pas tous ! Il faut des garanties ! Ah ! les pauvres petits enragés », Le Matin, 24 janvier 1909.

47 L’Union libérale d’Indre-et-Loire, 28 janvier 1909.

48 La Petite République, 31 janvier 1909.

49 La Dépêche, 1er février 1909.

50 Le Siècle, 29 janvier 1909.

51 La Dépêche, 29 janvier 1909.

52 La Dépêche, 29 janvier 1909.

53 La Dépêche, 1er février 1909.

54 La Dépêche, 3 février 1909.

55 La Patrie, 2 février 1909.

56 La Patrie, 2 février 1909.

57 Le Matin, 28 janvier 1909.

58 La Dépêche, 29 janvier 1909.

59 Le Siècle, 29 janvier 1909.

60 La Dépêche, 29 janvier 1909. Une seconde raison expliquant le départ du gardien est mentionnée. Elle s’inscrit dans le sillage de la campagne anticléricale : « chose très grave pour une administration bien pensante, je ne pouvais me résigner à aller à la messe, et mon absence à la chapelle était très remarquée ».

61 La Dépêche, 23 janvier 1909

62 Le Journal d’Indre-et-Loire, lundi 3 et mardi 4 mai 1909.

63 Le Journal d’Indre-et-Loire, 24 et 25 mai 1909.

64 À son tour La Dépêche publie le 9 août 1909 le texte de l’arrêt rendu le jeudi 29 juillet par la Cour de Cassation, dans l’affaire Mettray : « casse et annule l’arrêt rendu le 20 mai par la Cour d’appel d’Orléans [...] renvoie la cause de l’inculpé [...] devant la Chambre des mises en accusation de la Cour d’appel de Poitiers ».

65 Le Siècle, dimanche 21 février 1909.

66 Le Progrès de Lyon, 7 février 1909.

67 Louis chevalier, Splendeurs et misères du fait divers, Paris, Perrin, 2004, p. 23.

68 Henri Bérenger, le directeur de L’Action, à ne pas confondre avec le sénateur Bérenger, affirme dès le 22 janvier 1909 que le scandale « doit avoir du moins ce résultat de faire fermer les prisons d’enfants ».

69 Michelle Perrot, « Dans le Paris de la Belle Époque, les ’Apaches’, premières bandes de jeunes », dans Les ombres de l’histoire, Paris, Flammarion, 2001, p. 351-364.

Table des illustrations

Légende L’Assiette au beure, n° 411, 13 février, 1e de couverture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-1.png
Fichier image/png, 535k
Légende Couverture du « Gaillac », Les Maisons de correction, 1830-1845
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-2.png
Fichier image/png, 324k
Légende L’Assiette au beurre, n°411
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-3.png
Fichier image/png, 215k
Légende L’Assiette au beurre, n°411
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-4.png
Fichier image/png, 477k
Légende L’Assiette au beurre, n°411
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-5.png
Fichier image/png, 517k
Légende L'Assiette au beurre, n° 463, 12 février 1910
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-6.png
Fichier image/png, 229k
Légende Le Siècle, 21 février 1909
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20719/img-7.png
Fichier image/png, 180k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search