Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Deuxième partie. Images et représentations de Mettray

Poètes et romanciers du xixe siècle, devant la colonie de Mettray, entre éloge et dénigrement

Guillemette Tison

Texte intégral

  • 1 Les Français peints par eux-mêmes, encyclopédie morale du XIXe siècle éditée par Léon Curmer, 1840 (...)

1En 1840, l’année de l’ouverture de la colonie, commencent à paraître les volumes des Français peints par eux-mêmes, encyclopédie morale du xixe siècle, dont le maître d’œuvre, Léon Curmer, confie à Moreau-Christophe le soin de rédiger une monographie sur « Les détenus » ; cet inspecteur général des prisons ne tarit pas d’éloges sur la colonie de Mettray, dont il est un des fondateurs ; il la décrit en détail avant de conclure : « Une institution fondée sur ces bases devait exciter les sympathies de toute la France ; toute la France a applaudi à sa création1. » Il est vrai que la presse a donné à cette initiative un très grand retentissement, que des hommes politiques, comme Tocqueville et Lamartine, ont soutenu cette institution. Mais la littérature, également, s’en fait l’écho.

  • 2 Je remercie M. Georges-François Portier qui a aimablement mis à ma disposition quantité de textes (...)
  • 3 Balzac, Correspondance, éd. Garnier 1966, t. 4, p. 215. Émile de Girardin, homme d’influence, étai (...)

2Les œuvres consacrées à ce sujet, depuis 1840 jusqu’à l’orée du xxe siècle2, relèvent de la catégorie qu’on appelle en rhétorique « épidictique », c’est-à-dire que tous les textes se situent dans l’éloge ou le blâme. Éloge qui fut de mise dans les premières années, et rares sont au début les voix discordantes comme celle de Balzac, écrivant à Brétignières de Courteilles en novembre 1840 : « [...] Mettray, contre lequel j’ai (quoique vous ayez déjà converti Girardin qui me prêche à ce sujet) un grand éloignement comme institution, car c’est un grand solécisme de morale3. »

3Très nombreuses sont donc les productions consacrées à Mettray, sous différentes formes littéraires, et tout d’abord la poésie, genre le plus noble jusqu’au milieu du siècle. Le roman, on va le voir, ne sera valorisé que plus tard.

4Entre éloge et dénigrement, le ton des écrivains évolue tout au long du siècle, de la recherche de l’ornementation poétique, vers une portée polémique de plus en plus forte.

Poétiser un sujet austère

  • 4 Helléniste et traducteur d’Homère (1795-1861) qui traite en poésie des sujets politiques ou contem (...)

5La question de la pénalité, particulièrement en ce qui concerne les mineurs, qui pourrait a priori ne pas sembler particulièrement « poétique » va pourtant susciter, entre 1840 et 1875, soit de la fondation de la colonie au lendemain de la mort de Demetz, une abondance de poèmes, souvent fort longs, et de publications. Un érudit nommé Anne Bignan4 ne compose pas moins de quatre textes différents sur Mettray, entre 1843 et 1852.

Le concours de l’Académie

  • 5 Il se trouve que beaucoup de concurrents choisissent la même, extraite de l’Évangile selon saint M (...)

6L’apogée de cette inspiration poétique est atteint lorsque l’Académie française décide de donner pour sujet de son concours de poésie en 1851 « La colonie de Mettray ». Les envois doivent être anonymes, identifiés par une épigraphe5, accompagnés d’une enveloppe cachetée dans laquelle est révélée l’identité de l’auteur.

  • 6 Archives de l’Académie française (AAF), dossier 2 D 39 (concours de 1851).
  • 7 Le lycée où plus tard enseignera Mallarmé !

7Vingt-huit poètes déposent des textes, et l’on est surpris de voir concourir, non seulement des jeunes gens (Jules Lefebvre, qui se dit « jeune artiste peintre », Ernest Gervais, « étudiant en droit 1re année »), mais aussi des notables, des hommes graves qui ne craignent pas de faire « résonner leur luth » : Edmond Arnould, professeur à la faculté des lettres de Poitiers, ou Eugène Fallex, qui se présente comme « ancien élève de l’école normale, agrégé de l’université, professeur au lycée de Tours, auteur d’une traduction en vers du Plutus d’Aristophane adressée cette même année à l’académie pour le concours de traductions6 ». On trouve encore un baron, un professeur de seconde au lycée de Tournon7. Trois femmes seulement figurent parmi les vingt-huit candidats. Les poèmes sont en général calligraphiés avec grand soin ; leur longueur, souvent considérable, peut s’expliquer par la formation scolaire des jeunes gens à cette époque, habitués à produire des vers par centaines, la composition en vers (latins ou français) étant un exercice majeur de la formation littéraireMais l’Académie française décide de ne pas attribuer le prix, pour des raisons rappelées dans le courrier d’un concurrent de 1852, qui accompagne son poème de la lettre suivante, un peu flagorneuse :

  • 8 A. Menard, ancien proviseur au lycée de Poitiers, AAF, dossier 2 D 40 (concours de 1852).

« Monsieur,
Dans votre rapport du 21 août dernier sur les pièces de vers envoyées à l’académie pour concourir au prix de poésie, vous disiez que dans plusieurs le sujet (la colonie de Mettray) n’était pas rendu en entier, et que la déclamation gâtait parfois des intentions heureuses.
En traitant aussi moi [sic] ce sujet dans le petit poème que j’ai l’honneur de vous adresser, j’ai cherché à éviter ce dernier défaut et je me suis principalement attaché à faire partager aux autres les sentiments que j’ai moi-même éprouvés à mesure que j’ai étudié Mettray de plus près et sur place. En effet, comme mes sympathies pour cet admirable établissement ont augmenté en proportion de la connaissance plus approfondie que j’acquérais de son organisation, j’ai pensé qu’il en serait de même pour les autres, et que le meilleur moyen de louer Mettray et d’attirer sur lui l’intérêt qu’il mérite, c’était de le faire bien connaître. Aussi n’ai-je reculé devant aucun des détails qui m’ont semblé propres à atteindre ce but, et pour y parvenir plus complètement encore, ai-je jeté dans quelques notes des chiffres ou des faits de statistique que les vers ne pouvaient admettre, mais qui me semblaient cependant de nature à faire mieux comprendre le sujet.
Je n’ai point oublié pourtant que ce n’est pas une histoire ou une statistique que demande l’Académie, mais un poème. Aussi ai-je cherché à revêtir les faits de la forme et du coloris poétiques. J’ai pris l’enfant dans la prison, je l’ai conduit à Mettray, j’ai exposé les moyens divers par lesquels on agissait sur son cœur, son esprit et son corps, je l’ai suivi jusqu’après sa sortie, et j’ai pensé que l’intérêt serait plus vif en le concentrant presque toujours sur un seul qu’en l’éparpillant sur tous.
En tout cela, me suis-je trompé ? C’est ce qu’il appartient à l’académie de décider. Certes son suffrage serait une bien noble récompense pour mes faibles efforts, et pourtant, quel que soit l’éclat d’un tel prix, ce n’est pas, je l’avoue, le seul motif qui m’a porté à le disputer. Si mon ouvrage venait à se présenter avec la haute sanction du jugement de l’académie, il pourrait contribuer en faisant mieux connaître Mettray à appeler sur lui l’attention dont il est digne, et sa publication faite au profit de cet établissement grossirait ses ressources pécuniaires. J’aurais fait mieux encore qu’une œuvre littéraire estimable, j’aurais fait une bonne actior8. »

8Ce n’est peut-être pas uniquement pour des raisons littéraires que le prix n’est pas décerné en 1851 : dans une situation politique troublée, les luttes devaient être tendues entre académiciens. Le même sujet est proposé en 1852 : quarante et un poèmes sont déposés cette fois, dont treize par des auteurs ayant déjà envoyé un texte l’année précédente : certains envoient le même, d’autres le refont. La plupart des envois sont éliminés dès la première lecture, quelle que soit l’astuce de certains concurrents pour toucher le jury. Ainsi, un auteur insère dans son enveloppe ce quatrain :

« Mon nom ? Dispensez-m’en, Messieurs, je vous en prie,
Je n’ai pas l’honneur d’être académicien,
Cela se voit assez ! – Pour la médaille ? Eh bien !Veuillez l’offrir à votre Colonie. »

  • 9 J. Martin-Paschoud, pasteur. AAF, dossier 2 D 40. Il appartient aux membres fondateurs de la colon (...)

9Mais il indique tout de même son nom, d’une fine écriture, dans un coin de la feuille9. Certains candidats, non récompensés, feront par la suite imprimer leur texte, et beaucoup de ces poèmes figurent dans le fonds des Archives d’Indre-et-Loire.

  • 10 Un éloge que l’intéressée trouve « tiède » dans son mémento du 24 août 1852, reproduit dans Flaube (...)
  • 11 Somme importante à l’époque, l’équivalent approximatif de 10 000 euros.

10Au cours de la séance solennelle du 19 août 1852, Villemain, le secrétaire perpétuel de l’Académie (qui fait lui aussi partie des fondateurs), prononce l’éloge de la lauréate10, Mmc Louise Colet, qui reçoit un prix de 2 000 francs11.

11« L’Académie décerne enfin, cette année, le Prix de poésie quelle avait proposé sur le sujet de la colonie de Mettray, sujet difficile, hasardé peut-être, où le point de vue touchant qui s’offre d’abord à la pensée est obscurci par des ombres, où le talent pourrait aisément se méprendre sur la mesure de la vérité descriptive, et la force des impressions à produire.

  • 12 Faudrait-il lire : Wordsworth ?

12Il s’agit ici de dégager la part de poésie, c’est-à-dire d’élévation morale, de puissance du bien ou du repentir, cachée dans le sort le plus humble, et parfois dans la dégradation même, comme la flamme dans le plus grossier minerai. C’est le succès, c’est la bonne œuvre de l’imagination qu’ont cherchée des poètes étrangers, Cooper, Woodsworth [sic12], dans leurs esquisses sur la vie populaire.

13Beaucoup d’art est nécessaire, pour intéresser à ce qui parfois rebute, et beaucoup d’âme pour rendre touchants les plus infimes détails. Une femme douée de talent devait réussir dans cet effort délicat. Sur quarante et un ouvrages offerts à l’examen de l’Académie dans ce concours renouvelé, la pièce inscrite sous le n° 16 et portant pour épigraphe :

14Dieu fait part au pécheur de sa grâce infinie.

15Ce Dieu touche les cœurs

16Polyeucte (Corneille) a paru se distinguer par le tour heureux et libre, l’effet dramatique de la composition et quelques-uns de ces vers qui saisissent le souvenir. Le prix est décerné à cet ouvrage, que l’assemblée doit entendre, et que son émotion jugera : l’auteur est Mme Louise Colet.

  • 13 Il était prévu aussi que le poème n° 33, de M. Lesguillon, soit cité dans le rapport ; or, il n’en (...)

17La pièce inscrite sous le n° 30, et portant pour épigraphe des vers du Dante, dont l’auteur s’est heureusement inspiré, présente, avec un style pur, quelques traits fortement expressifs et naturels. L’auteur est M. Edmond de Beauverger, député au corps législatif13. »

18Louise Colet est une figure originale du milieu littéraire de ce siècle. Née en 1810, cette femme libre et indépendante, connue pour avoir été la maîtresse de Flaubert et de quelques autres, s’était déjà essayée à la poésie, au roman, à la biographie historique ; pressée par le besoin, et par l’envie de s’affirmer comme écrivain, en dépit de l’accusation d’être un « bas-bleu », Louise Colet a concouru quatre fois à l’Académie française, pour le prix de poésie, et quatre fois remporté ce prix. Voici comment elle présente les circonstances de son poème sur Mettray :

  • 14 Louise Colet, Préface à quatre poèmes couronnés par l’Académie française, Paris, Librairie nouvell (...)

« Au commencement de 1851, sous la République, l’Académie donna comme sujet de son prix de poésie : la Colonie de Mettray. Nous composâmes un chant rapide et ému qui fut envoyé et jugé par l’Académie sans recommandation. Le secret avait été si bien gardé, et par conséquent l’impartialité fut telle que Victor Hugo, qui se fit le défenseur de la poésie, l’attribuait à un jeune poète républicain, et il répétait à ses confrères ce vers : « Ayons de ces grands cœurs où bat le cœur de tous ! » comme résumant tout l’esprit de notre pièce sur Mettray. Mais l’Académie, préoccupée des événements récents et de ceux dans l’attente desquels on vivait, crut sentir un souffle socialiste dans notre poésie, qui ne renfermait qu’un souffle de justice et de charité. En 1852, les événements avaient changé ; on ne craignait plus les entraînements de la liberté, et notre poème, que nous renvoyâmes au concours en y changeant seulement quelques vers, ne parut plus révolutionnaire à l’Académie. Elle n’y vit que ce qu’il renferme en effet, un esprit de mansuétude et de commisération pour tous. Nous obtînmes le prix pour ce poème rejeté l’année précédente14. »

  • 15 Flaubert, Correspondance, éd. présentée par Jean Bruneau, Gallimard, bibl. de La Pléiade, t. II, 1 (...)

19Ce long poème de 278 vers a été l’objet d’un travail de relecture très précis de la part de Flaubert et de son ami Louis Bouilhet, qu’atteste la correspondance de Flaubert15 (février 1852). Mais l’écrivain ne se prononce que sur la forme du poème, jamais sur le fond, nous ne pouvons donc savoir ce que Flaubert pense de Mettray. Musset, tout récemment élu à l’Académie, fera aussi quelques remarques, en récusant l’honneur de lire le poème lors de la remise du prix. Pour le lecteur d’aujourd’hui, il est vrai que le poème de Louise Colet se détache du lot, d’une part par la forme (au lieu de la monotonie des alexandrins généralement adoptés, elle fait alterner les vers de 12 et de 8 syllabes, avec une certaine variété), d’autre part sur le fond, car elle ne se contente pas de stéréotypes, mais relie, non sans une certaine exagération, l’attitude de pardon et de régénération qu’implique la création de Mettray à des temps nouveaux de l’humanité, triomphe sur la barbarie des châtiments antiques, avènement d’une vision positive du travail. Sans être allée sur place, la jeune femme s’était documentée auprès de Béranger, un très célèbre auteur de chansons qui connaissait bien Mettray.

L’évocation poétique de Mettray

20La lecture des poèmes consacrés à Mettray pendant une trentaine d’années se révèle bien monotone. Les modes d’énonciation sont variés, mais les auteurs insistent souvent sur l’authenticité de leurs descriptions, et nombreux sont ceux qui ajoutent à leur poème des notes en bas de page, soit pour donner leurs sources (en indiquant parfois qu’ils ont visité la colonie), soit pour donner des précisions matérielles. L’apostrophe à « Demetz et Brétignières » (ce qui fait tout juste un hémistiche) est quasi obligatoire. Il est plus rare que les poètes s’adressent directement aux colons, ou les fassent parler, comme Anne Bignan dans son poème de 1843. L’éloge de Mettray comporte souvent une description du site, présenté comme idéal : les descriptions des bords de la Loire sont souvent chargées de clichés :

  • 16 Edmond Lambert, n° 26, concours de 1852.

« Dans l’heureuse Touraine, aux doux feux d’un ciel pur
La Loire de son urne épand des flots d’azur
Et roule avec fierté ses ondes fugitives.
On caresse les fleurs qui parsèment ses rives.
Oh, quel riant tableau que ses bords enchantés16 ! »

21ou encore, chez un autre poète :

  • 17 Émile Desruelles, n° 13, concours de 1852. Les romans ne sont pas exempts de ces clichés : « Situé (...)

« Dans un site riant, au sol fertile et doux,
Que baignent mollement les flots bleus de la Loire. [...]
Aux premières lueurs du jour qui vient d’éclore
De leur toit azuré l’ardoise se colore
Et les murs, éclairés des rayons du matin,
Paraissent à nos yeux de blancs voiles de lin.
Ce rustique séjour, cette aimable demeure,
C’est Mettray17. [...] »

22La forme choisie par la plupart des auteurs est l’alexandrin à rimes plates, vers héroïque par excellence de la poésie française, mais son emploi répété dans des poèmes de plusieurs centaines de vers est à la longue très lassant. Les auteurs les plus habiles ont su faire alterner des mètres différents, comme Eugène Fallex qui passe brusquement de l’alexandrin au vers (rare) de 5 syllabes pour évoquer l’action des colons contre un incendie :

« Mais le clairon sonne,
L’air ému frissonne, On entend soudain,
Trompettes guerrières,
Cymbales légères, Le tambour lointain,
Marche cadencée,
Vive, et devancée
Par un souffle humain. »

23Si ces poètes sont tous – à part Louise Colet – des auteurs mineurs, qui n’ont pas laissé leur nom dans l’histoire de la littérature, ils rejoignent toutefois les thèmes et les préoccupations des grands romantiques. Dans ces années 1840, le romantisme se veut social, n’hésitant pas à aborder, même en poésie, des sujets très concrets.

  • 18 Les travaux des historiens et des démographes confirment cette insalubrité ; voir Louis chevalier, (...)

24La plupart des poèmes du concours académique, comme ceux qui les ont précédés ou suivis, reposent sur un jeu d’antithèses. On trouve très souvent l’opposition entre la ville et la campagne : dans une optique rousseauiste, la ville est présentée comme un milieu malsain, physiquement et moralement, véritable prison qui contribue à la dégénération morale des enfants18, alors que la vie au plein air, et le travail agricole, sont censés avoir une action purifiante. En 1840, précisément, Vigny composait La Maison du berger, poème dans lequel il écrit :

« Du haut de nos pensées vois les cités serviles
Comme les rocs fatals de l’esclavage humain.
Les grands bois et les champs sont de vastes asiles,
Libres comme la mer autour des sombres îles. »

25Si Vigny ne pensait pas à Mettray en écrivant ces vers, on retrouve ce dénigrement de la ville dans beaucoup des textes consacrés à la colonie ; ainsi Anne Bignan écrit, en 1845 :

  • 19 Anne Bignan, Épître aux fondateurs de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, 1845, Paris (...)

« La culture des champs et leur libre atmosphère,
Antidote puissant, combattent le poison
Qui des grandes cités infecte la prison.
Si partout les humains naissent pour vivre ensemble,
Dans les centres peuplés où leur foule s’assemble,
Le crime, qui jaillit du choc des passions,
Entraîne l’indigent aux viles actions19. »

26Ou encore, chez Louise Colet :

« Ils courent étonnés sous les ombrages verts,
Des lèpres des cités ils arrivent couverts,
Mais le contact heureux et sain de la nature
Fond l’endurcissement, lave la flétrissure. »

  • 20 Paul Huot, Joseph, colon de Mettray, 1864.
  • 21 Anne Bignan, n° 9, concours de 1851.
  • 22 Louis de Trogoff, n° 31, concours de 1852.

27La ville n’est pas le seul facteur de dégradation morale ; presque tous les poètes consacrent un développement à l’opposition entre l’emprisonnement des jeunes et le régime sans clôture de Mettray : la prison est dite « séjour du crime20 », « foyer de gangrène morale21 », « gouffre maudit22 », notamment Clairvaux, véritable repoussoir. Cette idée est un véritable passage obligé des poèmes.

  • 23 Émile Desruelles, n° 13, concours de 1852.

« Avant, où ces enfants trouvaient-ils un abri ?
Dans les maisons d’arrêt, dans les maisons centrales,
Noirs, humides séjours, demeures sépulcrales,
Où pullule, entassé pêle-mêle, et grandit,
Tout ce qu’une justice inflexible punit.
Jetés seuls au milieu de ce vil assemblage,
Loin de faire du bien l’heureux apprentissage,
Dociles aux leçons des hommes dont la voix
Prêche l’amour du crime et la haine des lois,
Jaloux de surpasser au plus tôt leurs modèles,
Aux avertissements ils se montraient rebelles
Et du vice affichant la précoce laideur,
À la punition portaient un front railleur23. »

  • 24 Lamartine, Jocelyn, 1836, neuvième époque.

28Le thème du travail régénérateur est présent aussi dans presque tous les poèmes (« Ô travail, sainte loi du monde », écrivait Lamartine24) ; la description des activités des colons est l’occasion de longs développements énumératifs, qui tous glorifient le travail manuel, notamment agricole (ill. 11 et 12).

  • 25 Charles Turpin, n° 13, concours de 1851, texte publié en 1860.

« Le travail, leur prêtant un salutaire appui,
Chasse loin de Mettray la paresse et l’ennui.
Jamais l’oisiveté, conseillère perfide,
Laissant ces jeunes cœurs s’égarer dans le vide,
De ses mortels poisons n’a souillé ce séjour25. »

29Une autre opposition, plus surprenante, mais normale dans le contexte politique des années 1840-1870, est celle des théories « socialistes » opposées à la charité chrétienne des fondateurs de Mettray. Anne Bignan commence son poème de 1851 par une apostrophe dépréciative :

  • 26 Anne Bignan, n° 9, concours de 1851.

« Blasphémateurs du siècle, et vous, fiers démocrates,
Copistes de Ba bœuf [sic] qui singez les Socrates
Philanthropes parés d’une fausse grandeur,
Jusques à quand, au riche insultant sans pudeur,
Direz-vous que toujours sa dureté barbare
À la sainte pitié ferme une bourse avare26 ? »

30Louise Colet oppose, elle, la barbarie de l’Antiquité à la loi d’amour et de pardon du christianisme. Toutes ces oppositions se ramènent finalement, non sans manichéisme, à celle du mal et du bien, le bien étant évidemment représenté par le système éducatif de Mettray. Aucune note discordante ne se fait entendre dans ces poèmes, qui pourraient tous s’intituler, comme certains d’entre eux, « Éloge de Mettray ».

Incarner des idées

31L’écueil de tels textes, notamment des poèmes, est de rester dans une abstraction totale, ce qui s’écarte un peu du but rhétorique : amener le lecteur à se situer par rapport à l’institution. Les romanciers, et dans une moindre mesure les poètes, pallient ce danger en incarnant les idées par des personnages individualisés, faisant sortir de l’anonymat des colons dont on peut développer la destinée.

Des personnages contrastés

  • 27 Pornin, « Gymnase moral d’éducation », 1846. Voir l’article d’Yves Pincet, « Raconter Mettray », d (...)

32Les romans présentent souvent un système binaire ou ternaire, mettant en parallèle les destins de différents enfants. L’un des premiers romanciers, Eugène Nyon (1812-1870), oppose, dans Le Colon de Mettray27, deux jeunes enfants : Joseph et Donatien. Après qu’ils ont été arrêtés tous deux pour vagabondage, Joseph est placé à Mettray tandis que Donatien reste emprisonné à Clairvaux. Leur destinée s’en trouve considérablement modifiée.

  • 28 Société française d’édition et de librairie, « Nouvelle bibliothèque illustrée de vulgarisation », (...)

33Chez Paul Largillière, dans Cerisette28, trois jeunes garçons sont vus en parallèle : Pilleraud, un garçon dangereux, « criminel par instinct » qui ne connaît que le vol et la brutalité ; il finira sur l’échafaud. Dans la même bande, Pierre Lebernois dit « Le Suissot », passé lui aussi par la maison de correction où il n’a eu que de mauvais exemples, se montre très hypocrite, mais il est surtout influençable ; complice d’un crime, il est envoyé au bagne à Cayenne. Enfin, Marcel Jourault, le protagoniste du roman, délinquant en puissance certes, est capable, grâce à Mettray et aussi à l’amour de Cerisette, de se racheter et de devenir un honnête homme, qui s’accomplira en devenant à son tour « père de famille » à Mettray.

  • 29 Paris, librairie Paul Dupont. Ce roman a été récompensé par une mention au concours de la « Sociét (...)

34Ce sont également trois garçons dont le destin est mis en parallèle dans le roman de Périer de Lahitolle, Les Trois Pupilles, publié en 186329. Issus de milieux un peu différents, mais également défavorisés, Pierre, Jean et Louis sont condamnés à la prison pour avoir volé, et se réhabilitent plus ou moins facilement. Le plus récalcitrant est Jean, qui sera placé à Mettray, où il apprend l’agriculture, ce qui lui permet, à sa sortie, de fonder une « association » agricole pour mettre en valeur des terres déshéritées.

35Les variations sur la diversité des héros (ou anti-héros) permettent donc une sorte d’expérimentation sur les effets éducatifs ou délétères du milieu. C’est l’ébauche du système du « roman expérimental » pratiqué un peu plus tard par Zola.

36Un système d’opposition un peu différent se trouve dans le roman de François Coppée intitulé Le Coupable : en effet, le romancier suggère que le « coupable » n’est pas forcément l’enfant tombé dans la délinquance et que la Colonie ne pourra pas vraiment racheter, mais plutôt son père, grave magistrat qui a abandonné cet enfant naturel sans se soucier de ce qu’il deviendrait. Le roman de Coppée, publié en 1897, tranche sur la production qui l’a précédé, car la condamnation de Mettray (sous le nom fictif de « Colonie du Plateau ») y est sans appel.

La mise en œuvre des destins

  • 30 . Ce prénom est souvent choisi par les auteurs qui inventent des personnages, peut-être à cause de (...)
  • 31 Déjà en 1852, M. Lesguillon racontait dans son poème la vie et la mort de Georges, tué en secouran (...)

37L’intérêt de donner vie à des personnages est aussi de permettre à l’écrivain de prendre en compte la durée. Certains des poètes l’ont fait, comme Paul Huot, dans son poème Joseph, colon de Mettray (1864) qui raconte le progrès moral, et la mort héroïque de Joseph30, intervenu courageusement dans un incendie31. Cela se révèle particulièrement important dans un roman évoquant l’enfance et l’adolescence, ou, comme ceux que nous étudions, posant la question de la faute et du rachat. Le temps est donc un élément particulièrement important de ces récits ; il s’agit de situer Mettray entre un passé qui a mené à la délinquance et un avenir régénéré ou non.

  • 32 Eugène Nyon, Le Colon de Mettray, Pornin, 1846, p. 44.

38Beaucoup d’écrivains évoquent, plus ou moins brièvement, les causes de la présence de l’enfant à Mettray, et s’affrontent forcément au problème : la délinquance (qu’on confond souvent au xixe siècle avec la criminalité) est-elle héréditaire, ou due au milieu ? Chez Eugène Nyon, Joseph Donat est un bon garçon : « Joseph avait un cœur aimant, il avait de bons instincts ! Mais à qui pouvait-il ouvrir son cœur, avec qui pouvait-il développer ses instincts généreux32 ? »

39En effet son père boit et sa belle-mère, elle-même victime, le bat et le pousse à voler. Il va donc fuir la maison paternelle et être arrêté pour vagabondage.

  • 33 C’est la région où vit l’auteur, dont le patronyme est difficilement déchiffrable (Napoléon Omsiea (...)

40Aux concours de 1851 et 1852, Edmond Arnould avait présenté un poème de plus de 700 alexandrins, racontant la rencontre faite à Strasbourg, devant un paysage de montagnes, d’un jeune homme, fils d’une criminelle, qui devient lui-même meurtrier à quatorze ans et fait au narrateur le récit de sa vie. Après un séjour en prison, Mettray lui a permis de se racheter totalement. Un autre poème (de 1852) raconte l’histoire de Denis, un bon garçon de la région de Dunkerque33, perdu par son indolence et par la boisson : « L’ignoble cabaret attire sa paresse », et il a aussi grandement tort de lire le journal, « feuille empoisonnée » qui lui donne de funestes idées politiques. Mais Mettray lui permettra de se racheter.

  • 34 Daudet, Jack, édition citée, p. 279

41François Coppée voit aussi pour cause principale de la délinquance le manque d’amour : son héros n’a pas été reconnu par son père, qui ne s’en est jamais soucié, et la mort de sa mère le met à la merci d’un beau-père violent. Le roman de Paul Largillière, Cerisette, reprend l’idée de la responsabilité des parents (ill. 36). L’auteur se montre cependant peu cohérent dans son analyse : s’il fait dire de son héros qu’il n’est « qu’un malade » qu’on peut soigner, il met en évidence une « fatalité » évoquée à deux reprises dans le roman, et les premières pages présentent Marcel Forgeat comme naturellement mauvais : « Ses traits étaient déjà fortement accusés, quoiqu’il n’eût pas atteint l’âge d’adolescence, et révélaient un naturel vicieux, pervers, sournois, une âme volontairement encline au mal. Le nez gros, froncé, les lèvres minces, plates, entrouvertes, laissant voir les dents d’en haut et d’en bas inégalement rangées, concouraient à lui donner un aspect presque répugnant34. »

42En ce qui concerne l’influence du milieu, on a vu que les thèmes de la ville corruptrice et de la prison comme école du crime sont récurrents. Louis Marot, un jeune poète candidat en 1852, fait parler « la Charité » selon la figure rhétorique de la prosopopée :

« Ah ! dit-elle, ceux-là sont aussi mes enfants.
Pour les traiter ainsi les croyez-vous méchants ?
Hélas, ils ne sont que malades. »

  • 35 Dentu, 1876. Voir II, 7 « Un colon pour Mettray ». Le roman a été réédité dans la bibliothèque de (...)

43C’est surtout sur ce point qu’insiste Alphonse Daudet dans une séquence de son roman, Jack,35. Le héros éponyme est accusé (à tort) d’un vol, et le compagnon de sa mère, qui cherche à se débarrasser du jeune garçon, rencontre par hasard des colons au travail dans la campagne tourangelle, occupés à creuser un canal :

  • 36 Daudet, Jack, édition citée, p. 279.

« “Plus droit !... Pas si vite !...” criait le surveillant ; et les outils s’escrimaient, les visages en sueur se penchaient vers la terre ; et par moments, quand ils se relevaient pour prendre haleine, on voyait des fronts étroits, des crânes pointus, des têtes qui portaient toutes une marque d’atrophie, de dépérissement ou de désordre. Assurément, ces enfants n’avaient pas été élevés dans la liberté de la pleine nature. La pâleur de la plupart, leurs yeux rouges ou mal ouverts, racontaient des misères de ville, des étouffements de quartiers pauvres et de maisons malsaines36. »

44Ce roman de Daudet est l’un des premiers textes où l’on voit un regard critique posé sur la colonie. La façon dont Daudet évoque, dans le même chapitre, le régime de la « Maison paternelle » est très négative, et l’on sent que l’écrivain perçoit cette institution comme un moyen de se débarrasser commodément des enfants. Jack est disculpé à temps et n’ira pas à Mettray. Ce n’est qu’un bref épisode dans le roman de Daudet, mais c’est sans doute la première fois, en 1876, qu’un ton critique se fait entendre à propos de la colonie.

45Un roman populaire de très grande diffusion (qui fut également adapté au théâtre), Les Deux Gosses de Pierre Decourcelle (1896), situe un de ses épisodes dans une colonie située à Moisselles ; Hélène, une femme de l’aristocratie à qui son enfant a été enlevé, le cherche partout et vient voir la colonie :

  • 37 Pierre Decourcelle, Les Deux Gosses, 1896, éd. Rouff, s. d., p. 1803. Noter le mot « peuplade » qu (...)

« Sur la plupart de ces visages enfantins, [...] le vice avait déjà marqué en quelque sorte son sceau fatal.
Pâleur suspecte, regards louches, bouches canailles, mâchoires saillantes de fauves, fronts déprimés, crânes pointus, ces pauvres petits êtres semblaient forcément, par une loi inéluctable du destin, faire partie de cette peuplade déshéritée qui, de père en fils, alimente les prisons et les bagnes.
Quelques-uns auraient peut-être pu pousser droit, se développer normalement ; mais jetés dès leurs premiers balbutiements dans l’atmosphère corrompue où ils étaient appelés à grandir, ils en avaient été tellement imprégnés que des efforts inouïs et persévérants pouvaient seuls faire espérer une guérison complète37. »

46Hélène se voue à cette entreprise et trouve le moyen d’intéresser les notables de la localité à la colonie, en apprenant à chanter aux détenus, ce qui les améliore considérablement.

47L’opinion des auteurs marque donc une hésitation entre innéité du vice et influence du milieu ; c’est un des grands débats idéologiques qui marquent la fin du siècle.

48Les écrivains vont aussi devoir traiter l’avenir de leurs héros : que devenir après Mettray, qui ne garde pas les colons après l’âge de vingt ans ?

49Eugène Nyon utilise un procédé assez curieux : le héros, Joseph, se voit en rêve un avenir glorieux, patron de son entreprise, maire, décoré de la Légion d’honneur, juré obligé de condamner à mort son ancien camarade, Donatien, qui a mal tourné. Mais « tout cela n’était qu’un rêve », et le retour au réel, dans la colonie où il vient d’être élu « frère aîné » est plus modeste, l’on sait seulement qu’un riche cultivateur s’est proposé pour l’employer à sa sortie.

  • 38 Largillière, op. cit., p. 155.

50Les nombreux poèmes qui évoquent la mort héroïque des colons au cours d’un acte de bravoure (intervention des colons lors d’un incendie, ou d’une inondation) éludent quelque peu la question. Pour les œuvres les plus tardives, la guerre de 1870, et l’enthousiasme patriotique qui en est la conséquence, suggère aux auteurs une autre sortie honorable : la gloire militaire. C’est le dénouement de Cerisette, de Paul Largillière. Les mots de la fin dans Cerisette sont confiés à une vieille paysanne : « Il y a du bois qui se pique tout jeune ; ce n’est pas la faute de l’arbre, mais de la terre où on Ta mis : on parle de le jeter au feu parce qu’il n’a que de mauvaises pousses ; replantez- le en bon sol, il y viendra des lauriers38. »

  • 39 À compte d’auteur, puis, la même année, chez Renault, Libraire à Paris. Le titre semble indiquer u (...)

51C’est aussi la fin de La Réhabilitation, ou le Nouveau Colon de Mettray, par Théodore Midy, publié en 187439. Le jeune Richard, engagé à dix-sept ans, combat courageusement et se montre aussi héroïque que son frère, garçon irréprochable passé par Saint-Cyr. Il rejoint sa mère qui le croyait mort et va mettre à profit la formation agricole reçue à Mettray.

  • 40 François Coppée, « Le Coupable », dans Œuvres complètes, Lemerre, t. VIII, 1897, p. 204.

52Mais François Coppée, on ne s’en étonnera pas, se montre beaucoup moins optimiste. Chrétien Forgeât sort de la colonie avec sa masse, une toute petite somme de 100 francs : « C’était tout ce qu’il avait gagné à manier le bois et le crin pendant si longtemps, sans que diminuât d’un sou, malgré cela, le prix des brosses et des étrilles40. »

  • 41 Ibidem, p. 164.

53Il lui est presque impossible de trouver du travail quand on l’interroge sur son passé ; retrouvant d’anciens camarades, il retombe dans la délinquance, puis le hasard le fait assassin, et il ne sauve sa tête que grâce à la bonté d’une prostituée (autre personnage marginal qui fascine les romanciers de la seconde moitié du siècle). Coppée suggère la fatalité de la récidive due aussi à la mauvaise influence des colons les uns sur les autres : « on a remis en tas les pommes pourries », écrit le romancier41.

54Les textes qui parlent de Mettray ne sont donc jamais neutres, poèmes et romans relèvent tous d’une littérature engagée, se rattachant aux préoccupations générales de l’époque.

Une littérature engagée

  • 42 Voir Louis chevalier, op. cit., et Simone Delattre, Les Douze Heures noires, la nuit à Paris au xi (...)

55Dès le début du xixe siècle, romanciers, poètes et philosophes manifestent un grand intérêt pour les questions touchant à la délinquance et à la pénalité. Déjà Victor Hugo, dans les années 1830, avec Claude Gueux et Le Dernier Jour d’un condamné, avait abordé ce débat sous un angle littéraire. En 1840, quand s’ouvre la colonie de Mettray, paraissent plusieurs études de type sociologique : notamment le Tableau de l’état physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie de Villermé, et l’ouvrage de Frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes, qui inspirera notamment Eugène Sue pour Les Mystères de Paris42. Bien avant Les Misérables, la littérature s’empare de ces questions à l’ordre du jour et les met à la portée de tous.

Diversité des publics

56Si les poèmes sont destinés à des lecteurs adultes, les romans s’adressent soit aux adultes soit aux enfants, avec des visées un peu différentes.

57Ainsi le roman d’Eugène Nyon, Le Colon de Mettray, est-il destiné à la jeunesse, comme on le voit par les éditeurs (Pornin à Tours puis Marne) et les collections où ce roman, plusieurs fois réédité, prend place. Les lecteurs enfants sont souvent interpellés par apostrophe au fil de la narration, chez Eugène Nyon, et aussi chez son émule Théodore Midy qui prend souvent à témoin ses « chers lecteurs », ses « jeunes lecteurs ».

58La notoriété de Mettray, même aux yeux des jeunes, était réelle, comme le montre cette brève mention dans un roman pour les adolescents de 1883, Le Roman d’un cancre, par Jules Girardin ; il est question d’un cancre, nommé Durand, qui vient de mériter un très mauvais bulletin trimestriel :

  • 43 Jules Girardin, Le Roman d’un cancre, Hachette, 1883, p. 6.

« Au lieu de lui adresser le sermon périodique sur lequel il compte, son père lui met tranquillement le marché à la main : il apprendra un métier, à son choix, ou il changera du tout au tout. S’il a de la répugnance à apprendre un métier, on essaiera de la colonie pénitentiaire de Mettray ; l’air de la campagne est très sain et très fortifiant. On lui accorde trois mois d’épreuve, pas un jour de plus : c’est à prendre ou à laisser. Si les trois mois d’épreuve répugnent à monsieur, on se tient à ses ordres pour le conduire à Mettray. [...]
Le cancre Durand rentre au lycée l’oreille basse et se met à travailler sérieusement. La gravité des circonstances, la violence de la secousse ont créé dans son âme la volonté qui n’y était pas ; l’excès du mal l’a ramené au bien : il est sauvé et la confrérie des cancres a perdu du même coup un de ses membres les plus distingués43. »

59Une simple allusion, sans autre commentaire, suffit donc pour faire de Mettray une menace dissuasive et salutaire.

60Toute cette littérature destinée à la jeunesse se situe dans une perspective éducative et non critique, faisant aussi largement appel aux sentiments religieux. Les romans qui s’adressent aux adultes sont, à la fin du siècle, plus polémiques, ce que n’était pas la poésie des décennies précédentes.

61Daudet, dans Jack, après avoir présenté la mauvaise mine des colons, imagine une conversation entre le tuteur de l’enfant et le directeur de la colonie. Et, même si le romancier reste très modéré dans ses propos, on comprend sa réticence devant le système de Mettray, en particulier la promiscuité entre les enfants :

  • 44 Daudet, Jack, éd. citée, p. 281. Je souligne.

« Il [d’Argenton, le tuteur] disait déjà « la colonie », tout simplement ; et d’avance il voyait Jack revêtu de la casaque de cotonnade bleue, confondu avec ces malheureux petits détenus, victimes pour la plupart des vices ou des crimes paternels, et qui s’enrôlent dès le plus jeune âge enfants de troupe dans le grand régiment des réprouvés44. »

62Un peu plus loin dans le roman, la mère de Jack lit les brochures qui décrivent la « Maison paternelle », et frémit en lisant la description du système d’« isolement absolu » qui régit la vie des jeunes pensionnaires. Une brève citation, sans commentaire, peut être une critique très efficace, dans ce contexte.

Récits et discours

63Le problème qui se pose, aux romanciers surtout, est de placer une fiction dans un cadre réel, avec, souvent, une fonction documentaire. Ils doivent donc, comme on l’a vu, imaginer un ou plusieurs héros dont ils suivent la destinée, mais il leur faut aussi décrire et juger, ce qui fait que la narration est assez souvent interrompue par des passages discursifs. Ainsi, dans Cerisette, de Paul Largillière, après l’entrée en matière, le deuxième chapitre est un exposé de l’histoire et du fonctionnement de Mettray. Perier de Lahitolle, qui écrit Les Trois Pupilles pour un concours, est conscient de cet écueil :

  • 45 Périer de Lahitolle, Les Trois Pupilles, op. cit., p. 34.

« Ici commence pour le narrateur une tâche délicate. Il voudrait se conformer au programme qui recommande d’éviter un genre abstrait ou didactique, et cependant la réprobation relative dont il frappe l’emprisonnement cellulaire pour les enfants l’entraînerait à des considérations de cet ordre45. »

  • 46 Nyon, op. cit. p. 38, 78-86. Le procédé de la visite guidée a été très utilisé par les romanciers (...)

64D’autres romanciers font cette description, plus subtilement, au moyen d’une visite guidée : accueil d’un nouveau par un éducateur ou un « frère aîné », comme dans le roman de Théodore Nyon ou, dans le même ouvrage, conversation de l’auteur, qui est aussi le narrateur, avec M. Demetz en personne46. Les poètes, eux, ajoutent parfois des notes en bas de page pour attester l’authenticité de ce qu’ils rapportent.

  • 47 Eugène Sue, Les Mystères de Paris, VI, 2, Laffont, « Bouquins », p. 732. Le texte cité est le rapp (...)

65Le fameux article 66 du Code pénal est souvent cité par les écrivains. Un romancier dont on connaît le désir de présenter des idées sociales dans ses œuvres très populaires, Eugène Sue, place aussi une note en bas de page dans Les Mystères de Paris : pour montrer que certaines familles sont des foyers de délinquance et de criminalité, il cite un rapport de M. de Brétignières qui met en évidence le nombre d’enfants de la colonie dont les parents sont en prison, ou « plongés dans la plus profonde misère47 » ; dès 1842, le roman se fait vecteur d’idées.

66Le Coupable, de François Coppée (1897) représente un bon exemple de ce qu’est le roman à thèse. L’écrivain, connu pour être dans ses poèmes le défenseur des « Humbles », est fort écouté à la fin du siècle. Son roman est un véritable réquisitoire contre Mettray, même si la colonie ici décrite est fictive, intitulée « Colonie du plateau ».

  • 48 François Coppée, Le Coupable, op. cit., p. 148.

« À l’époque de sa fondation, l’établissement devait en effet être rural, et rien que rural. Tous les gros bonnets, dont on n’imprime le nom dans les journaux qu’avec l’épithète d’éminent ou de distingué,– des économistes qui étaient arrivés à l’Institut pour avoir visité toutes les geôles de l’Europe et des deux Amériques, des statisticiens qui vous auraient dit, à un haricot près, ce qui se consomme dans les bagnes du monde entier, - tous les gens graves et compétents étaient d’accord sur ce point que, pour transformer en petits saints les enfants voleurs et vagabonds, il n’y a rien de tel que la vie pastorale, que les travaux de la campagne. On avait publié, sur ce sujet des charretées de lourds rapports, des mémoires indigestes, où, parmi les accolades et les tableaux synoptiques, circulait un parfum d’idylle. Théocrite, Virgile, et même l’abbé Jacques Delille, bien qu’un peu suranné, y étaient cités çà et là. Une vérité officielle, et par conséquent incontestable, c’est qu’on ne redevient vertueux qu’en binant des pommes de terre et que rien ne réveille mieux le sentiment de l’honneur que d’arracher des betteraves48. »

67Cet humour grinçant vise bien sûr les fondateurs et directeurs de la colonie, mais aussi les laudateurs de l’institution, comme les poètes que l’on a cités ci-dessus. Mais Coppée se montre plus grave, par exemple quand il évoque le régime de la « chambre de discipline » dans laquelle les enfants doivent marcher sans arrêt :

  • 49 Ibid., p. 165.

« Je ne voudrais pas être injuste. Je ne mets pas en doute la bonne volonté des spécialistes. Ils rédigent d’admirables règlements, qui sont pleins de sagesse, de pitié même, – pas si admirables cependant qu’on ne soit forcé, à de courts intervalles, de les refaire de fond en comble. Mais, dans la pratique, ce que j’ai vu, de mes yeux vu, est odieux. Des bagnes, vous dis-je, des bagnes, où des créatures irresponsables sont soumises à toutes les souffrances morales et physiques et où il n’y a pas plus de charité dans le cœur des chefs que de beurre dans la ratatouille des cuisines49. »

  • 50 Voir l’Introduction au Répertoire numérique de la sous-série 114 J, Archives départementales d’Ind (...)

68Coppée stigmatise ces méthodes répressives qui poussent l’enfant à commettre une faute plus grave pour être envoyé au cachot, préférable à la chambre de discipline. Il montre aussi comme il est difficile, pour un enfant qui voudrait s’amender, d’échapper aux mariolles qui le traitent de pante(ces mots sont soulignés dans le texte, pour leur donner valeur de citation du langage des enfants). On sait que le régime de Mettray est devenu de plus en plus répressif à partir des années 188050.

  • 51 Coppée, Le Coupable, op. cit., p. 151.

69Coppée déplore aussi le caractère dérisoire des travaux proposés aux jeunes détenus : brosserie, fabrication de jouets d’enfants, qui rapportent de l’argent à l’administration, mais ne constituent pas une véritable formation professionnelle : « Ils n’apprirent plus des métiers véritables, susceptibles de leur faire plus tard gagner leur pain, ne fabriquèrent que de la camelote51. »

70Cette critique touche à un débat qui est récurrent au long du xixe siècle, celui de l’éducation des classes populaires. Les poètes des années 1840-1850 tendent plutôt à prôner une éducation limitée ; en 1841, M. de Freula ville écrit, dans son poème :

  • 52 Freulaville, Les jeunes détenus de Mettray, épître à MM. Demetz et de Brétignières, manuscrit, Arc (...)

« C’est l’heure de l’école ; aussitôt à leurs rangs,
Ils vont, avec ardeur, se placer sur les bancs.
On commence, écoutez ! Ils savent un peu lire
Et bientôt ils pourront compter, chiffrer, écrire.
Leur savoir n’est pas grand, mais, des cultivateurs !...
Oh ! qu’on se garde bien d’en faire des docteurs52 ! »

71Tout au plus reconnaît-on qu’un enseignement agricole bien conçu peut avoir d’heureuses conséquences, non seulement sur les enfants, mais aussi sur l’agriculture française ; on le voit en particulier sous la plume de Charles Turpin :

  • 53 Charles Turpin, La Colonie de Mettray, 1852 (concours de l’Académie), Blois, Lecesne, 1860.

« Affamés de progrès, d’intelligents regards
Vont recueillir au loin, avec sollicitude,
Tout ce qui peut servir, éclairer son étude.
Des surveillants instruits, d’habiles moniteurs,
De tant d’heureux secrets ardents propagateurs,
À l’absurde routine, à l’aveugle ignorance
Arracheront un jour le beau sol de la France53. »

72Il faudra attendre les vibrants plaidoyers de Hugo en faveur de l’éducation du peuple et les lois de la IIIe République pour voir s’imposer l’idée que le progrès social et moral passe par l’instruction pour tous.

  • 54 Mirbeau, interview dans La Petite République, 29 janvier 1909, reproduite dans Mirbeau, Combats po (...)

73Mais, au tournant du siècle, les moyens de la persuasion vont changer : la poésie se détache du descriptif, le roman social perd de l’importance, au profit du journalisme. Le considérable développement de la presse, dans les premières années du xxe siècle, ouvre une tribune à ceux qui veulent dénoncer les abus de plus en plus flagrants de la discipline à Mettray. Octave Mirbeau, romancier et dramaturge toujours soucieux de défendre les droits de l’enfant, est interrogé par le journal La Petite République en 1909 après le suicide d’un jeune pensionnaire de la « Maison paternelle ». Dans cet entretien, Mirbeau qualifie Mettray d’ « œuvre détestable54 ». Un ton tout à fait nouveau se fait entendre, et Mirbeau sera relayé par beaucoup d’autres journalistes au xxe siècle ; le regard sur Mettray a radicalement changé.

74En l’espace de soixante ans, nombreux ont donc été les textes consacrés à la colonie de Mettray. Devant ce sujet, rarement traité sans émotion, on trouve toujours le souci de convaincre, que ce soit dans le sens laudatif ou dépréciatif. Il s’agit donc bien d’une rhétorique qui manie l’éloge ou le blâme.

  • 55 Voir sur ce point Jean-Jacques Robrieux, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Dunod, 1993.

75Les anciens, depuis Aristote, définissaient trois voies argumentatives : l’ethos, le pathos et le logos55. Ces trois modes d’expression sont à l’œuvre dans les textes sur Mettray. L’ethos, qui représente les qualités liées à la personne même de l’orateur, se voit dans l’énoncé, parfois un peu naïf, des titres de noblesse ou de notoriété mis en avant par les auteurs de poèmes, par l’insistance des romanciers à souligner le caractère direct de leur expérience ou la source de leurs informations. Le pathos, dirigé vers les lecteurs, est partout, nous l’avons vu, dans l’évocation du passé de ces enfants, de leur condition physique et sociale. Le logos, l’argumentation dépassionnée, est finalement plus discret, mais fait écho aux multiples débats du xixe siècle sur la pénalité, sujet récurrent : la peine de mort, l’emprisonnement, les « classes dangereuses » et la condition des enfants errants ou délinquants.

76Ces textes poétiques ou romanesques définissent un parcours qui va nettement de l’éloge au dénigrement ; ils témoignent du poids considérable des écrivains et de la littérature dans un siècle généreux, épris de justice sociale et soucieux d’améliorer l’humanité.

Bibliographie

Bibliographie des oeuvres citées

1840-1850

Balzac (Honoré de), Correspondance, novembre 1840, éd. Garnier, t. 4.

Moreau-Christophe, « Les détenus », dans Les Français peints par eux-mêmes, encyclopédie morale du xixe siècle éditée par Léon Curmer, 1840-1842, réédition Omnibus/La Découverte, 2003-2004, vol. 2, p. 603 (avec une gravure d’Henry Monnier).

Freulaville (de), Les jeunes détenus de Mettray, épître à MM. Demetz et de Brétignères, manuscrit, 1841.

Sue (Eugène), Les Mystères de Paris, 1842-43 (VIe partie, chap. 2).

Bignan (Anne), Épître aux fondateurs de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, Paris, Saint-Jorre libraire, 1843, 16 p. (Épître en vers rééditée en 1845).

Nyon (Eugène), Le Colon de Mettray, Tours, R. Pornin, 1846, 296 p.

1851-1860

Beaufils, La Colonie de Mettray, épître de M. Demetz, 1852.

Beauverger (Auguste-Edmond petit, baron de), La Colonie de Mettray, poème, Batignolles, impr. Hennuyer, 1852, 8 p. [mention au concours de l’Académie française],

Bignan (A.), La colonie de Mettray [poème pour le concours de l’A.F., 1852],

Bonnal (Eugène de), La Colonie de Mettray, poème, Villeneuve, impr. de X. Duteis, 1852, 28 p.

Colet(Louise), La Colonie de Mettray, poème, Paris, libr. nouvelle, 1852, 18 p.

Lambert (Edmond), Poème sur La Colonie de Mettray, 1852.

Lesguillon (Jean-Pierre François), Le Colon de Mettray : poème mentionné à l’Académie française, Paris, les libraires du Palais-Royal, 1852, 14 p.

Martin-Paschoud, fondateur, Épître sur la Colonie de Mettray, [1852], tiré à 150 ex., s. 1. , 1855.

Turpin (Charles), « La Colonie de Mettray, poésie ». Sujet mis au concours par l’Académie française, [1852] dans Mémoires de la société des sciences et lettres de la ville de Blois, 1860.

Fiot (Eugénie et Laure), Épître sur La Colonie de Mettray à M. Demetz fondateur, Paris, impr. Bénard et Cie, 1853, 16 p.

Flaubert, Correspondance, éd. présentée par Jean Bruneau, Gallimard, bibl. de La Pléiade, t. II, 1851-1858 (en annexe de ce volume figure le poème de Louise Colet).

1860-1870

Perier de Lahitolle (H), Les Trois Pupilles, Paris, libr. Paul Dupont, 1863, 126 p.

Huot (Paul), Joseph, colon de Mettray, 1864. [poème],

Midy (Théodore), La Réhabilitation ou le nouveau colon de Mettray, Paris, Renault libr., 1874, 143 p.

Papion du Château (Pierre-Nicolas Ferdinand), La Colonie de Mettray, poème lu à la séance publique de La société des études historiques, le 2 mai 1875, Paris, impr. A. Pougin, 1876, 8 p. (poème de 206 vers suivi d’un texte de 10 vers intitulé « Sur la mort de M. de Metz »).

Daudet (Alphonse), mœurs contemporaines, Dentu, 1876.

1880-1900

Girardin (Jules), Le Roman d’un cancre, Hachette, 1883.

Largillière (Paul), Cerisette, roman, Société française d’imprimerie et de librairie,« Nouvelle bibliothèque illustrée de vulgarisation », 1890.

Decourcelle (Pierre), Les Deux Gosses, 1896.

Coppée (François), Le Coupable, Paris, Lemerre, 1897, 326 p.

Notes

1 Les Français peints par eux-mêmes, encyclopédie morale du XIXe siècle éditée par Léon Curmer, 1840- 1842, réédition Omnibus - La Découverte, 2003-2004, vol. 2, p. 604. L’article est illustré d’une gravure d’Henri Monnier représentant le costume des colons.

2 Je remercie M. Georges-François Portier qui a aimablement mis à ma disposition quantité de textes rares.

3 Balzac, Correspondance, éd. Garnier 1966, t. 4, p. 215. Émile de Girardin, homme d’influence, était le directeur du journal La Presse.

4 Helléniste et traducteur d’Homère (1795-1861) qui traite en poésie des sujets politiques ou contemporains. (Dictionnaire de biographie française, Letouzey & Ané). Il semble avoir eu en son temps une assez grande notoriété.

5 Il se trouve que beaucoup de concurrents choisissent la même, extraite de l’Évangile selon saint Matthieu « Sinite parvulos ad me venire » (Laissez venir à moi les petits enfants), ou encore la formule de Virgile « Labor improbus omnia vincit » (Le labeur opiniâtre vient à bout de tout), choisie aussi par plusieurs auteurs.

6 Archives de l’Académie française (AAF), dossier 2 D 39 (concours de 1851).

7 Le lycée où plus tard enseignera Mallarmé !

8 A. Menard, ancien proviseur au lycée de Poitiers, AAF, dossier 2 D 40 (concours de 1852).

9 J. Martin-Paschoud, pasteur. AAF, dossier 2 D 40. Il appartient aux membres fondateurs de la colonie. Voir dans le présent volume l’article de Jacques Bourquin.

10 Un éloge que l’intéressée trouve « tiède » dans son mémento du 24 août 1852, reproduit dans Flaubert, Correspondance, Gallimard, bibl. de La Pléiade, t. II, p. 893. Villemain la poursuivait pourtant de ses assiduités !

11 Somme importante à l’époque, l’équivalent approximatif de 10 000 euros.

12 Faudrait-il lire : Wordsworth ?

13 Il était prévu aussi que le poème n° 33, de M. Lesguillon, soit cité dans le rapport ; or, il n’en est rien, et le document semble avoir été raturé minutieusement. Serait-ce pour des raisons politiques, en cette trouble année 1852 ? Archives de l’Académie française, compte rendu de la séance solennelle du 19 août 1852.

14 Louise Colet, Préface à quatre poèmes couronnés par l’Académie française, Paris, Librairie nouvelle, 1855, p. 5-6. L’édition de ce poème, en 1855, porte à la suite du titre « Hommage à Victor Hugo ».

15 Flaubert, Correspondance, éd. présentée par Jean Bruneau, Gallimard, bibl. de La Pléiade, t. II, 1851-1858. Le poème de Louise Colet figure intégralement en annexe de ce volume.

16 Edmond Lambert, n° 26, concours de 1852.

17 Émile Desruelles, n° 13, concours de 1852. Les romans ne sont pas exempts de ces clichés : « Situé au sein de la plus douce température, au milieu des beautés naturelles d’un site ravissant, d’une terre féconde et généreuse, la colonie de Mettray semble un lieu de délices aux yeux des voyageurs par courant la Touraine, ce jardin de la France. » Th. Midy, La Réhabilitation ou le nouveau colon de Mettray, 1874, p. 37.

18 Les travaux des historiens et des démographes confirment cette insalubrité ; voir Louis chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, 1958, réédi tion Perrin, 2002.

19 Anne Bignan, Épître aux fondateurs de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, 1845, Paris, chez Saint-Jorre, libraire.

20 Paul Huot, Joseph, colon de Mettray, 1864.

21 Anne Bignan, n° 9, concours de 1851.

22 Louis de Trogoff, n° 31, concours de 1852.

23 Émile Desruelles, n° 13, concours de 1852.

24 Lamartine, Jocelyn, 1836, neuvième époque.

25 Charles Turpin, n° 13, concours de 1851, texte publié en 1860.

26 Anne Bignan, n° 9, concours de 1851.

27 Pornin, « Gymnase moral d’éducation », 1846. Voir l’article d’Yves Pincet, « Raconter Mettray », dans Trames, Mont-Saint-Aignan, n° 6, 1999, p. 127-136.

28 Société française d’édition et de librairie, « Nouvelle bibliothèque illustrée de vulgarisation », 1890.

29 Paris, librairie Paul Dupont. Ce roman a été récompensé par une mention au concours de la « Société de patronage des jeunes détenus et des jeunes libérés du département de la Seine », et insiste surtout sur le système du « patronage » par lequel un jeune libéré est suivi dans ses efforts de réinsertion par un homme charitable.

30 . Ce prénom est souvent choisi par les auteurs qui inventent des personnages, peut-être à cause de saint Joseph, charpentier ?

31 Déjà en 1852, M. Lesguillon racontait dans son poème la vie et la mort de Georges, tué en secourant un incendie près de la colonie. Même destin pour Louis, le héros du poème (récompensé par une mention) d’Edmond de Beauverger.

32 Eugène Nyon, Le Colon de Mettray, Pornin, 1846, p. 44.

33 C’est la région où vit l’auteur, dont le patronyme est difficilement déchiffrable (Napoléon Omsieaux ?), qui se donne ainsi en quelque sorte pour garant de l’histoire.

34 Daudet, Jack, édition citée, p. 279

35 Dentu, 1876. Voir II, 7 « Un colon pour Mettray ». Le roman a été réédité dans la bibliothèque de La Pléiade, Œuvres de Daudet, éd. Roger Ripoll, t. II. Selon son auteur, un « livre de pitié, de colère et d’ironie » (dédicace à Flaubert).

36 Daudet, Jack, édition citée, p. 279.

37 Pierre Decourcelle, Les Deux Gosses, 1896, éd. Rouff, s. d., p. 1803. Noter le mot « peuplade » qui fait de ces classes défavorisées de véritables sauvages : thème récurrent à cette époque, par exemple chez Eugène Sue.

38 Largillière, op. cit., p. 155.

39 À compte d’auteur, puis, la même année, chez Renault, Libraire à Paris. Le titre semble indiquer une variation à partir du roman de Nyon ; c’est pourtant assez différent.

40 François Coppée, « Le Coupable », dans Œuvres complètes, Lemerre, t. VIII, 1897, p. 204.

41 Ibidem, p. 164.

42 Voir Louis chevalier, op. cit., et Simone Delattre, Les Douze Heures noires, la nuit à Paris au xixe siècle, Albin Michel, 2000.

43 Jules Girardin, Le Roman d’un cancre, Hachette, 1883, p. 6.

44 Daudet, Jack, éd. citée, p. 281. Je souligne.

45 Périer de Lahitolle, Les Trois Pupilles, op. cit., p. 34.

46 Nyon, op. cit. p. 38, 78-86. Le procédé de la visite guidée a été très utilisé par les romanciers naturalistes.

47 Eugène Sue, Les Mystères de Paris, VI, 2, Laffont, « Bouquins », p. 732. Le texte cité est le rapport de la séance du 12 mars 1842.

48 François Coppée, Le Coupable, op. cit., p. 148.

49 Ibid., p. 165.

50 Voir l’Introduction au Répertoire numérique de la sous-série 114 J, Archives départementales d’Indre-et-Loire, Tours, 2004, p. 17-18.

51 Coppée, Le Coupable, op. cit., p. 151.

52 Freulaville, Les jeunes détenus de Mettray, épître à MM. Demetz et de Brétignières, manuscrit, Archives départementales d’Indre et Loire 114 J 635.

53 Charles Turpin, La Colonie de Mettray, 1852 (concours de l’Académie), Blois, Lecesne, 1860.

54 Mirbeau, interview dans La Petite République, 29 janvier 1909, reproduite dans Mirbeau, Combats pour l’enfant, Vauchrétien, Yvan Davy éditeur, 1990, p. 229-232.

55 Voir sur ce point Jean-Jacques Robrieux, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Dunod, 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search