Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Deuxième partie. Images et représentations de Mettray

La bague de Mettray ou le ralliement éternel

Valérie Goupil

Texte intégral

1à Jean-Claude Lebensztejn

2Sous la monarchie de Juillet, le 1er

3mai 1844, dans le grand carré des Champs-Élysées, s’ouvre l’exposition des Produits de l’industrie française. Dans la partie orfèvrerie et bijouterie, le public découvre le stand de François-Désiré Froment-Meurice, argentier de la ville de Paris, qui avait obtenu dès 1839, lors de sa première participation, une double médaille d’argent. Acclamé par la critique, il obtient cette fois, une médaille d’or. Entre les grandes pièces d’orfèvrerie et les divers objets de bijouterie et de joaillerie, l’orfèvre romantique présente une bague très singulière : « la bague de la colonie de Mettray ».

Mettray, une nouvelle famille oula chance d’une nouvelle destinée

  • 1 Parce qu’il a agi « sans discernement », il peut ne pas être remis à ses parents « indignes ou inc (...)

4En 1839, un jeune inculpé, mais acquitté en vertu de l’article 66du Code pénal1 peut être conduit et détenu dans une maison de correction « pour y être élevé », ou placé à la Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray fondée par Frédéric-Auguste Demetz et Louis-Hermann de Brétignières de Courteilles.

5L’enfant détenu à Mettray est alors considéré comme « chanceux », caril lui est possible de songer à un avenir meilleur s’il est persévérant. Riendans ce lieu, apparemment, ne ressemble à une prison.

6Les jeunes gens ne sont en effet pas enfermés entre des murs clos :

  • 2 Article publié sur la colonie de Mettray par un anonyme signé : J.-D., entre 1840 et 1847, cité da (...)

« Je dis colons, car ici le nom de détenu n’est jamais prononcé ; il rappellerait à ces enfants un passé déjà flétri qu’on veut effacer de leur souvenir. Aussi rien chez eux ne ressemble à une prison [...] ils nous ont montré autour d’eux les champs ouverts de tous les côtés : et en effet, toute clôture inspire l’idée d’une évasion, toujours possible d’ailleurs2 [...]. »

  • 3 Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841, op. cit.

7Ils sont quand même « prisonniers sur parole », car s’ils s’échappent, ils peuvent être renvoyés dans les maisons centrales. De plus, s’ils désertent l’asile qui les a recueillis, ils sont considérés comme « des lâches ». Ce discours fait une forte impression sur eux, car : « Si malheureusement le sentiment religieux, en France, a besoin d’être ranimé, celui de l’honneur a conservé toute sa force3. » Le travail de la terre, sans muraille, est la règle à Mettray, il n’en est point de plus édifiant moralement.

  • 4 Eugène Nyon, Le colon de Mettray, Tours, R. Pornin, 1845, p. 154.

8Les colons vivent dans « de petites maisons, simples et rustiques [...] offrant un peu l’aspect de chalets de la Suisse4 », sans barre de fer ni verrou aux portes et sans grille aux fenêtres.

  • 5 Eugène NYON, op. cit.

9L’enseignement religieux est « l’objet d’un soin tout particulier ». L’église, placée au centre de la colonie et portant sur son clocher « le signe de la rédemption », la domine « comme pour annoncer que Dieu plane sur [elle] et veille sur tous les enfants qu’elle contient5

10 ». Au front du portail, sont écrits ces mots : « Maison de Dieu ». La religion est un principe de régénération morale :

  • 6 Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841, op. cit., p. 26.

« Ces mots : Dieu vous voit ! sont inscrits sur presque toutes nos murailles, afin de rappeler sans cesse à l’esprit de nos colons que s’il est possible de tromper la vigilance des hommes, il n’est pas d’ombre ni de retraite qui puisse les soustraire à celle de Dieu6. »

11Chaque enfant appartient à « une famille » surveillée par un « chef de famille » secondé par un « frère aîné ». À Mettray, tout fonctionne grâce à cette structure et à son système judiciaire : « Le dimanche, il est rendu compte devant la Colonie assemblée, de la conduite et des travaux de chaque famille [...] ». Enfant et famille surveillés sont récompensés ou punis (pas de châtiment corporel) en fonction de leurs actes pendant la semaine écoulée. Un dispositif de graduations dans l’émulation est instauré :

« Cette émulation dans la famille a constamment donné de bons résultats. Mais ce n’était pas assez ; nous avons cru qu’il serait possible d’exciter encore davantage cette lutte dans la bonne conduite, en la faisant passer de l’individu à la famille, de la famille à la Colonie toute entière.

  • 7 Augustin cochin, « Notice sur Mettray », extrait des Annales de la Charité, p. 26, Archives départ (...)

12Dans cette pensée, nous avons créé une sorte de prix d’honneur décerné à la famille qui s’est montrée irréprochable pendant la semaine écoulée ; c’est un drapeau aux couleurs nationales, avec cette simple légende : Colonie de Mettray. - Honneur à la Famille ***7. »

L’ultime récompense : la bague de Mettray

  • 8 La création de ce lieu est issue d’un courant réformateur des prisons soutenu par des philosophes, (...)
  • 9 Voir dans le journal fondé par les fils Hugo, Paul Meurcie et A. Vacquerie, L’Événement, jeudi 17 (...)

13En 1839, les deux fondateurs consacrent leur fortune à la création de la colonie de Mettray. Le vicomte de Brétignières de Courteilles offre les terrains. Par ailleurs, le comte d’Ourches fait don d’une somme importante. À cela s’ajoute l’apport de nombreux souscripteurs, près de 500 dès 1840, convaincus par le bien fondé de cette nouvelle idéologie8. La charité publique est sans cesse sollicitée9, et le nombre de fondateurs et souscripteurs, essentiellement aristocrates, bourgeois et hommes politiques ne cesse d’augmenter :

  • 10 Colonie agricole de Mettray. Assemblé générale des fondateurs, 7 juin 1840, Tours, 1840, Archives

« Nous avons l’honneur de compter à leur tête le Roi, la famille royale, MM. les ministres, beaucoup de pairs et de députés ; des cours royales, des conseils généraux de départements, des tribunaux, des corporations judiciaires, des collèges, des jurés de Cour d’Assises10. »

  • 11 Colonie agricole et pénitentiaire. Assemblée générale des fondateurs, 12 mai 1844, Paris, impr. Fo (...)

14En 1844, inscrite en fin du livret relatant l’assemblée générale des fondateurs réunie le 12 mai, nous découvrons la trace d’un « don en nature : « Froment-Meurice (F.) orfèvre, joaillier de la ville de Paris/ “coins” et “ poinçons” gravés par lui, pour la Colonie11 ».

15Ce « don en nature » fait référence à la bague présentée au même moment à l’exposition des Produits de l’industrie. Ce don ne peut guère nous étonner lorsque l’on connaît le caractère de l’orfèvre, salué par tout son entourage comme étant « un homme de cœur ».

  • 12 Ferdinand de Lasteyrie, Le Siècle, 27 mars 1855. Voir aussi H. L. Sazerac, Fragments, salon de 184 (...)

« [...] Il cherchait ingénieusement à mettre son art, malheureusement si dispendieux, à la portée de la pauvre bourse de l’amateur !
Froment-Meurice était profondément bon. Il avait le cœur chaud et dévoué, et pour peu qu’on le connût, il était impossible de ne pas aimer l’homme autant qu’on admirait l’artiste12. »

  • 13 Alphonse de Calonne, La Revue Contemporaine, 28 février 1855.
  • 14 Valérie Goupil, « La Madeleine ou le plus bel écrin des Froment-Meurice », La Tribune de l’Art, ww (...)
  • 15 Voir brouillon de la préface et dédicaces non signées [sans doute de Sazerac], collection particul (...)

16Ce « noble cœur et [cet] honnête homme13 », philanthrope et chrétien14 ne pouvait qu’être sensible au discours des fondateurs de la colonie de Mettray. À cela s’ajoute que Froment-Meurice – royaliste – est l’ami de l’un des membres fondateurs : le comte de Rambuteau, pair de France et préfet de la Seine15. Ce dernier est l’un des témoins lors de son second mariage en 1836 et a rétabli pour lui le titre, aboli en 1793, d’ « orfèvre-joaillier de la Ville de Paris ».

  • 16 Tout reste à découvrir. Ils portaient la bague de l’orfèvre. Demetz est un client de Froment-Meuri (...)

17D’autres membres fondateurs, le vicomte Héricart de Thury et Wolowski sont aussi de très bonnes connaissances de l’orfèvre. Le premier est rapporteur pour l’orfèvrerie et la bijouterie à l’exposition des Produits de l’industrie en 1839, le second le sera en 1849. Des relations avec les deux fondateurs de Mettray, nous avons peu d’informations16. Convictions et réseau amical concourent à la création de cette bague.

  • 17 Ambroise rendu, « Récits moraux et instructifs... à usage des écoles primaires », Paris, E. Tetu, (...)
  • 18 H. L. Sazerac, op. cit.

18Ce bijou a une représentation hautement symbolique (ill. 37) : « sur l’anneau est représenté d’un côté, un enfant assis dans l’attitude de l’abattement », le bras pendant et la tête courbée, aux pieds d’une sinistre prison dont on voit les épaisses murailles et les donjons comme ceux de la Roquette. De l’autre côté, le même enfant, près des chalets de Mettray et d’un arbre est « agenouillé, les yeux et les mains levés vers le ciel, dans la pose de la prière et de reconnaissance17 » car « il n’a plus de chaînes et la liberté lui est accordée à des conditions qu’il ne violera pas sans doute ! Dieu lui en donnera la force18 ».

  • 19 Ambroise Rendu, op. cit.

« Un ange portant une croix étend ses ailes sur l’enfant coupable et abandonné, et sur l’enfant sauvé et repentant. Il semble appeler le premier à lui et bénir le second. À l’extérieur de cet anneau on lit cette maxime : Loyauté passe tout. À l’intérieur sont gravés les mots : Dieu, Honneur, Souvenir, Alliance.
Dieu, qui a pardonné aux enfants coupables et qui les a exaucés dans leur miséricorde.
L’honneur, qu’ils ont retrouvé et qu’ils doivent conserver à jamais.
Souvenir des soins et des avis de leurs bienfaiteurs, et des engagements qu’ils ont pris.
Alliance de tous les bons pour se soutenir les uns les autres et se défendre des mauvais exemples19. »

19Cet anneau est l’ultime récompense individuelle donnée au colon méritant :

  • 20 Ambroise Rendu, op. cit.

« Cet anneau est une distinction aussi honorable que précieuse. Il n’est accordé qu’à celui qui a mérité d’être porté sur le tableau d’honneur pendant son séjour à la colonie, qui a atteint sa vingtième année, et qui pendant 2 ans depuis sa sortie de Mettray n’a donné aucun sujet de reproche20. »

20Tout est fait à Mettray, dans la discipline, dans l’éducation religieuse, dans le travail, pour qu’il la mérite et la désire :

  • 21 « Documents et articles de journaux publiés sur la Colonie », session de 1855, séance du 6 juillet (...)

« La commission a été vivement impressionnée d’une lettre écrite par un jeune colon, aujourd’hui bon ébéniste, et qui révèle la plus touchante reconnaissance. Il annonce l’envoi à la Colonie, qu’il appelle sa chère famille, du premier piano qu’il a fabriqué et pour toute récompense, il supplie le Directeur, qu’il nomme son cher bienfaiteur, de lui envoyer l’anneau des Colons pour le porter comme un signe d’honneur21. »

  • 22 Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841, op. cit.
  • 23 Eugène Nyon, op. cit., p. 158.
  • 24 H. L. Sazerac, op. cit.
  • 25 Voir l’anecdote datée de 1857, relatée par Charles Sauvestre, Une visite à Mettray, Paris, Hachett (...)

21À la sortie de la Colonie, la Société Paternelle de Mettray, créée par les fondateurs, aide les colons à trouver un travail et exerce sur eux une tutelle bienveillante : « nous ne devons pas seulement, Messieurs, nous occuper de l’état présent de nos enfants, nous devons encore songer à leur avenir22 ». La colonie, la famille « continue sa généreuse protection quand ils sont rentrés dans le monde23 ». Ce n’est seulement qu’après deux ans, s’ils ne sont bien conduits, qu’ils reçoivent des directeurs « un brevet d’honneur » et l’anneau en argent « sanctifié », « gage de leur salut24 » qui leur rappelle sans cesse l’alliance qu’ils ont contractée avec eux. Leur chiffre est alors gravé sur l’écusson entre les deux enfants. Ainsi cette bague leur rappelle leur passé et leur avenir, et les invite à mettre en pratique la devise, parfois au péril de leur vie25.

  • 26 Discours de M. Robert Hill, avocat, le 11 mars 1854, cité dans Archives départementales d’Indre- e (...)

22En 1854, Robert Hill, lors d’un discours, signale qu’il vient d’apprendre par M. Cochin « dans sa brochure que les anciens colons de Mettray ont formé une association26 ». En 1864, Charles Sauvestre mentionne cette association qui forme une sorte de chaîne, de lien entre les différents membres liés à Mettray. Comme dans une confrérie, chacun d’entre eux porte en fonction de son grade, un insigne, différent par le métal qui le compose : la bague de Mettray.

  • 27 Charles Sauvestre, op. cit., p. 57.

« L’association forme comme une sorte d’ordre où l’on compte trois degrés ; ces degrés sont marqués par des anneaux différents. Les protégés, anciens colons, forment, sous le nom de Titulaires, le premier degré de l’association : ils portent l’anneau d’argent ; il y a ensuite les Dignitaires, qui ont l’anneau or et argent ; enfin aux Fondateurs seuls est réservé l’anneau d’or. C’est une véritable chevalerie de la charité, dont M. Demetz est le grand-maître27. »

  • 28 . Remarquons l’orthographe du nom de Bréginières de Courteilles. À l’époque on trouvait les deux

23Un anneau en or très usé de l’un des fondateurs (il ne devait pas quitter le doigt de son propriétaire) est conservé au musée de la Colonie. Le dessin et la gravure ont pratiquement disparu et la devise est effacée. Toutefois, nous pouvons distinguer l’écusson gravé, les ailes de l’ange et la silhouette des enfants. À l’intérieur de l’anneau sont gravés les noms : Bretigneres de Court/De Metz. L. Graveron28. Derrière le chaton, il est possible de lire : Dieu/Honneur/Souvenir/Alliance. Des bagues en argent et argent et or, nulle trace aujourd’hui.

  • 29 Henri Vever, La bijouterie française au xixe siècle, Paris, 1906, t. Il, p. 180. - Le chaton de ce (...)
  • 30 Elle avait été achetée à Paris, en 1852, par lord Londesborough, qui la croyait d’époque Renaissan (...)

24Mais l’histoire de la bague de Mettray ne s’arrête pas là. En 1997, je découvre une bague, en acier ou argent oxydé, avec servant de sceau, un écusson en or sur lequel est gravé : Mettray/1841 (ill. 38). Sur les épaules de la bague, deux petits enfants joufflus et nus se maintiennent dans des cuirs. À l’intérieur de l’anneau, l’inscription : Oment (pour Froment/ Sous l’écusson, de part et d’autre un chalet évoque ceux de Mettray. Cette bague se révèle identique (sans inscription sur le chaton) à celle reproduite par Henri Vever dans La bijouterie française au xixe siècle et actuellement conservée au musée des Arts décoratifs à Paris29. Elle est identifiée par Vever, comme étant exécutée en 1844 d’après un modèle du sculpteur Jean-Baptiste Klagmann. Une autre bague qui fait partie de cette série est conservée en Angleterre au British Museum à Londres30.

25Une question se pose donc : le modèle de la bague dessinée par Klagmann pour Froment-Meurice aurait-il été un premier projet qui, pas assez explicite dans sa représentation, aurait été abandonné en 1844 au profit de celui présenté à l’exposition des Produits de l’industrie ?

  • 31 Voir V. Goupil, François-Désiré Froment-Meurice..., op. cit.
  • 32 Il est toutefois difficile d’imaginer que même avec un chaton vierge, cette bague puisse être port (...)

26Si nous acceptons cette hypothèse, il n’est connu aujourd’hui qu’une seule version de la bague de 1844, et trois de la version précédente. Nous savons par ailleurs que l’orfèvre réutilisait ses modèles avec des variantes31. Il est donc possible qu’après avoir abandonné la première version, Froment-Meurice la propose toutefois à sa clientèle avec un chaton vierge, le modèle d’inspiration néo-renaissance étant à la mode du jour32. La question reste posée.

Annexe

27Transcription d’une lettre manuscrite contenant un brouillon de la préface et de la dédicace de la deuxième édition de la nouvelle de Sazerac « La bague de Mettrai » (sic), trouvée dans : Fragments, salons de 1842-1843 de Sazerac.

28Je remercie J.-C. Lebensztejn de m’avoir indiqué ces documents. L’orthographe et la ponctuation ont été respectées.

29« Préface

30Quand nous écrivions Cette nouvelle, un almanach dont nous ignorons [l’existence, barré] la destinée, devait la Recevoir. Bien des choses ont passé depuis ; Mais l’établissement de Mettray a grandi s’est consolidé. L’expérience a démontré son utilité et Mettray est aujourd’hui d’une importance que le Ciel fait prospérer car les utiles et bons ouvrages sont protégés [mot illisible] et échappent aux orages du monde de quelque horizon qu’ils partent. Mais tandis que la colonie de Mettray est devenue le modèle de toute les colonies agricoles et pénitentiaires qui progressivement se forment sur le sol Privilégié de Notre Ancienne France elles s’introduisent, s’étendent, dans toutes les contrées étrangères.

31[en marge] Mais cette progression comme les conditions du succès sont remises à la volonté au dévouement des hommes actifs et Purs, [mot illisible] sous ce rapport les colonies Naissantes trouves [sic] de nombreux rivaux pour les conduire dignes des directeurs, des humbles agents de Mettray.

32Grace a ses bienfaisantes institutions les déplorables enfants qui faisaient la douleur et la honte de toutes les Grandes villes n’achèveront plus leur fatale éducation dans les murs d’une prison ou l’air nephrétique d’un Cachot. Ils se réconciliront avec le Ciel avec la terre ils deviendront, par le repentir par le travail les marches d’une Société qui d’abord avait cru devoir les repousser. On les comptera parmi ses utiles citoyens et leur descendants garderont avec soin avec bonheur Cette [sic] illustre titre. la morale est profonde et forte, surtout quand la bienfaisance la conduit].

33L’habile orfevre, le Créateur de la bague honorée de Mettray par l’excellence de ses productions, leur perfection Artistique a rivalisé, dépassé Même toutes les écoles des temps anciens et du Moyen âge.

34Devenu des long temps l’ami du Préfet de la Seine, M le Comte de Rambuteau, tous les jeunes princes, de [mot illisible] la famille royale déchue formateur des plus empressées, sa Meilleure client [sic]. Nos expositions Nationales et depuis Celle de l’angleterre ont justifié cette faveur. Froment Meurice s’est montré le plus riche, le plus charmant de Nos artistes Joaliers [sic] – et Nous N’avons pas cru le mieux reconnaître qu’en lui offrant la dedicace de la 2e édition de Notre petit livre.

35a froment Meurice

36Nous devions à l’inventeur de la bague de Mettray

37Cette Nouvelle. L’hommage est de peu de valeur

38Nous le savons. - Notre intention est tout

39Le Grand artiste L’honorera peut être,

40Avec le public d’un Sourire approbateur.

41Cette espérance est la nôtre ! »

Notes

1 Parce qu’il a agi « sans discernement », il peut ne pas être remis à ses parents « indignes ou incapables de les diriger », Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841. Tours, impr. de R. Pornin éd., 1841, p. 53.

2 Article publié sur la colonie de Mettray par un anonyme signé : J.-D., entre 1840 et 1847, cité dans Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 579, p. 95.

3 Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841, op. cit.

4 Eugène Nyon, Le colon de Mettray, Tours, R. Pornin, 1845, p. 154.

5 Eugène NYON, op. cit.

6 Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841, op. cit., p. 26.

7 Augustin cochin, « Notice sur Mettray », extrait des Annales de la Charité, p. 26, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 8° 1 267.

8 La création de ce lieu est issue d’un courant réformateur des prisons soutenu par des philosophes, des écrivains et des philanthropes baignés de charité chrétienne : « Les tribunaux ordonnent qu’un enfant acquitté sera élevé dans une de nos maisons de corrections, où L’on ne songe pas à en élever un seul. Ce que la société ne faisait pas, ils [Demetz et de Brétignières de Courteilles] ont voulu le tenter. Dieu a béni leur entreprise charitable ; ils ont réussi [...]. L’expérience charitable ayant porté ses fruits [il évoque Mettray et ses bienfaiteurs], l’esprit philanthropique est devenu l’esprit à la mode ». Voir La France centrale, n° 8, dimanche 18 février 1844, cité dans Archives départementales d’Indre-et- Loire, 114 J 579, p. 100. « L’esprit à la mode » évoqué ici, est ce mouvement « en faveur des jeunes garçons pauvres ou indigents, des enfants abandonnés, ou orphelins, de France » qui se manifestera dans la création de la Société dite « de Petit-Bourg », colonie extrêmement médiatique. Notons que Demetz a été conseillé à la cour royale de Paris et président de la Chambre correctionnelle.

9 Voir dans le journal fondé par les fils Hugo, Paul Meurcie et A. Vacquerie, L’Événement, jeudi 17 août 1848 et lundi 18 septembre 1848.

10 Colonie agricole de Mettray. Assemblé générale des fondateurs, 7 juin 1840, Tours, 1840, Archives

départementales d’Indre-et-Loire, 1 Y 103.

11 Colonie agricole et pénitentiaire. Assemblée générale des fondateurs, 12 mai 1844, Paris, impr. Fournier,

1844, 84 p.

12 Ferdinand de Lasteyrie, Le Siècle, 27 mars 1855. Voir aussi H. L. Sazerac, Fragments, salon de 1842-43, « La bague de Mettray », nouvelle non datée, la 2e éd. datée entre 1851 et 1854, p. 88 : « Ouvrage exquis de M. Froment-Meurice, pour la délicatesse du travail et la pensée touchante dont elle est l’expression, la bague de Mettray honore à la fais le cœur de l’homme de bien, et le talent supérieur de l’habile orfèvre. On dit que M. Ingres n’a pas dédaigné d’aider par ses conseils et par son goût élevé, à la perfection de cet anneau si humble et de si peu de prix dans sa matière ; si glorieux, d’un prix si beau dans ses intentions. M. Froment-Meurice a fait don à la colonie des coins et des poinçons qu’il a gravé pour elle ». Cette nouvelle dans sa 2e éd. est reproduite, dans Valérie Goupil, François-Désiré Froment-Meurice, bijoutier romantique, maîtrise histoire de l’art, La Sorbonne, Paris I, 1985, p. 140.

13 Alphonse de Calonne, La Revue Contemporaine, 28 février 1855.

14 Valérie Goupil, « La Madeleine ou le plus bel écrin des Froment-Meurice », La Tribune de l’Art, www.latribunedelart.com, juillet 2005.

15 Voir brouillon de la préface et dédicaces non signées [sans doute de Sazerac], collection particulière, reproduites ci-après.

16 Tout reste à découvrir. Ils portaient la bague de l’orfèvre. Demetz est un client de Froment-Meurice, voir Acte après décès, Archives nationale, CII/907 (17 mars 1855). Brétignières de Courteilles, lorsqu’il était à Paris, logeait au 17, place de la Madeleine, tout près de chez l’orfèvre qui emménage entre avril et août 1848 au 52, rue du Faubourg Saint-Honoré.

17 Ambroise rendu, « Récits moraux et instructifs... à usage des écoles primaires », Paris, E. Tetu, 1848, rep. dans Documents et articles de journaux publiés sur la Colonie, Archives départementales

d’Indre-et-Loire, 114 J 579, p. 84.

18 H. L. Sazerac, op. cit.

19 Ambroise Rendu, op. cit.

20 Ambroise Rendu, op. cit.

21 « Documents et articles de journaux publiés sur la Colonie », session de 1855, séance du 6 juillet 1855, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 580.

22 Assemblée générale des fondateurs, 20 mai 1841, op. cit.

23 Eugène Nyon, op. cit., p. 158.

24 H. L. Sazerac, op. cit.

25 Voir l’anecdote datée de 1857, relatée par Charles Sauvestre, Une visite à Mettray, Paris, Hachette, 1864, p. 95.

26 Discours de M. Robert Hill, avocat, le 11 mars 1854, cité dans Archives départementales d’Indre- et-Loire, 114 J 580, p. 167. A. Cochin publie sur Mettray en 1845, 1847 et 1856.

27 Charles Sauvestre, op. cit., p. 57.

28 . Remarquons l’orthographe du nom de Bréginières de Courteilles. À l’époque on trouvait les deux

orthographes : « Brétignières » et « Brétignères ». De même, nous trouvons orthographié « Demetz » et « de Metz ». L. Graveron est le nom de sa femme Louise. À qui appartenait cette bague ? Je n’ai malheureusement pas eu ce bijou entre les mains. Il est difficile donc de pouvoir essayer d’identifier ce qui reste de la gravure sur l’écusson. Peut-être s’agit-il des armes de Brétignières. Toutefois, vu l’état de la bague, puisque ce dernier est décédé en 1852 et qu’il n’épouse sa femme qu’en 1849, il est difficile de penser que ce bijou lui appartenait. Elle pourrait appartenir à Demetz (décédé en 1873), qui avait perdu son épouse, Sophie Gareau, en mars 1845, ce qui explique que le nom de cette dernière n’apparaît pas. La bague dans ce cas aurait été créée après son décès. Il faudrait aussi pouvoir lire le poinçon de l’orfèvre.

29 Henri Vever, La bijouterie française au xixe siècle, Paris, 1906, t. Il, p. 180. - Le chaton de cette bague est formé d’une plaque d’or quadrangulaire.

30 Elle avait été achetée à Paris, en 1852, par lord Londesborough, qui la croyait d’époque Renaissance (réf. AF 2 578). Il semblerait d’après une photographie qu’elle soit gravée en intaille assez profondément ; malheureusement nous ne pouvons discerner le motif. Une autre est conservée aussi dans ce même musée, mais les chalets ont disparu et le chaton n’est pas un écusson en or mais une pierre.

31 Voir V. Goupil, François-Désiré Froment-Meurice..., op. cit.

32 Il est toutefois difficile d’imaginer que même avec un chaton vierge, cette bague puisse être portée

par une personne étrangère à Mettray, du fait de la représentation des chalets. Mais pourquoi pas ?

Auteur

Docteur en histoire de l’art, gemmologue

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search