Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Deuxième partie. Images et représentations de Mettray

Guillaume Abel Blouet (1795-1853), architecte de la colonie de Mettray, théoricien et acteur de la réforme pénitentiaire

Fabienne Doulat

Texte intégral

  • 1 L’article de Philippe Saunier dans cet ouvrage traite plus particulièrement de l’aspect architectu (...)

1La célébrité de la colonie pénitentiaire de Mettray1 fait rejaillir sur son concepteur, l’architecte Abel Blouet, une partie de sa notoriété. Pourtant, on ne peut résumer la brillante carrière de cet artiste à un unique bâtiment, aussi intéressant soit-il. Il nous paraît nécessaire de dresser un panorama rapide du parcours de Blouet et de nous pencher plus particulièrement sur son activité dans le domaine pénitentiaire. Celle-ci, longue d’une douzaine d’années, nous permet de resituer la construction de la colonie de Mettray dans une œuvre théorique riche.

Une brillante carrière d’architecte

2Guillaume Abel Blouet naît le 6 octobre 1795 à Passy de parents artisans. Il effectue entre 13 et 17 ans, son apprentissage chez un fabricant d’instruments de mathématiques et d’arpentage. À cette époque rien ne le destine à une carrière d’architecte, tout au plus pouvons nous remarquer qu’il suit des cours du soir à l’École gratuite de dessin, ce qui dénote déjà une attirance pour les arts. À la fin de son apprentissage il change d’orientation et devient aide chez un arpenteur qui travaille au projet du palais du Roi de Rome. On peut imaginer que ces différentes activités ont développé son goût pour l’architecture. Quoi qu’il en soit, la vie de Blouet prend un nouveau tournant en 1812, lorsqu’il devient l’ami d’Amable Macquet, un jeune étudiant en architecture à l’École des Beaux-Arts. Celui-ci lui enseigne les rudiments de son art et lui permet d’entrer en 1814 à l’École des Beaux-Arts, dans l’atelier de Jules Delespine, où Macquet effectue lui-même sa formation. Blouet accomplit à l’École une scolarité classique et plutôt brillante au cours de laquelle il remporte de nombreuses récompenses, dont le second Grand Prix de Rome en 1817 et la grande médaille d’émulation, dite prix départemental, en 1820. Son cursus est couronné par l’obtention en 1821 du 1er Grand Prix qui lui permet de compléter sa formation à Rome, comme pensionnaire de la Villa Médicis, entre 1821 et 1826.

  • 2 Ce qu’on appelle actuellement les Thermes de Cluny.
  • 3 L’atelier de Blouet forma plusieurs architectes importants dont Charles Auguste Questel, Émile
  • 4 Abel Blouet, Amable Ravoisié, Achille Poirot, Félix Trézel et Frédéric Gournay, Expédition scienti (...)

3À son retour de Rome, comme tous les jeunes lauréats, Blouet se voit confier un poste officiel. Il devient architecte des Thermes de Julien2 en 1827, mais il semble qu’aucuns travaux importants ne lui soient demandés. Parallèlement il accepte de succéder à Delespine, à la tête de l’atelier, qu’il dirigera jusqu’à sa mort3. Entre février 1829 et mars 1830, il part en Grèce en tant que chef de la section sculpture-architecture de l’Expédition scientifique de Morée. Ce voyage, commandité par le gouvernement français, a pour but d’étudier les monuments antiques du Péloponnèse. La publication des résultats apporte des éléments importants de connaissance de l’art grec antique et, dans une moindre mesure, moderne4.

4En juillet 1832 sa carrière d’architecte du gouvernement prend une nouvelle ampleur lorsqu’il succède à Jean-Nicolas Huyot comme architecte de l’arc de Triomphe de l’Étoile. Il mène le chantier jusqu’à son terme et l’inauguration du bâtiment a lieu à l’occasion des Fêtes de Juillet de 1836. Blouet est d’ailleurs chargé cette année-là, ainsi que pour les deux suivantes, d’organiser les célébrations de l’anniversaire de la révolution de 1830 dont il conçoit le programme et les décorations éphémères.

5En 1836, Blouet se rend aux États-Unis pour étudier les prisons de ce pays. À partir de là, il consacre, pendant douze ans, sa carrière à l’architecture carcérale à travers une activité à la fois théorique et pratique que nous développerons par la suite.

6Outre son rôle de chef d’atelier qu’il assume depuis 1827, Blouet s’investit aussi dans le fonctionnement de l’École des Beaux-Arts. En 1842 il devient membre du jury d’architecture, puis en 1846, il est nommé professeur de théorie de l’architecture, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort. À ce titre, il fournit les programmes des concours d’admission et d’émulation et il dispense un cours destiné à tous les étudiants en architecture de l’École. En 1847, il publie, après trois ans de travail, un Supplément au Traité théorique et pratique de l’art de bâtir publié en 1802-1803 par Jean Rondelet. Cet ouvrage propose « une suite de principes élémentaires de constructions dans tous les genres et d’une application usuelle », abordant les questions qui n’etaient pas à l’ordre du jour à l’époque de Rondelet (nouveaux matériaux ou programmes). En 1848 il est chargé de la restauration du château de Fontainebleau où il mène de nombreux travaux.

  • 5 Il en est le président en 1844 et de 1848 à 1853.

7Membre de l’Institut à partir de 1850, il appartient à de nombreuses institutions dont le Royal Institute of British Architects et la Société Centrale des Architectes, dont il est l’un des fondateurs et qu’il préside pendant plusieurs années5.

8Blouet meurt le 17 mai 1853, à l’âge de cinquante-sept ans.

La mission aux Etats-Unis

  • 6 Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son ap (...)

9En 1836, le ministre de l’Intérieur Gasparin confie au magistrat Frédéric Demetz et à Blouet une mission d’étude concernant l’architecture des établissements pénitentiaires américains. Ce voyage fait suite à celui de Gustave de Beaumont et d’Alexis de Tocqueville en 1831-1832, grâce auquel ils avaient rapporté de précieuses indications sur les deux systèmes mis en application dans ce pays6. Ces deux régimes appliquent l’isolement cellulaire mais le temps passé en cellule varie. Le système de Philadelphie ou pennsylvanien pratique un isolement complet et permanent des détenus ; le système d’Auburn (État de New York) fait cohabiter, dans le silence, les prisonniers pour les activités de la journée (travail, réfectoire, école, chapelle) et les sépare la nuit, dans de petites cellules individuelles. À cette époque, le gouvernement s’interroge sur le bien fondé de l’introduction du système cellulaire en France et les informations fournies par Tocqueville et Beaumont l’incitent à faire ce choix. La mission de Demetz et Blouet a pour but de ramener des informations pratiques, afin de déterminer le système à adopter et la façon de le mettre en place.

  • 7 Abel Blouet et Frédéric Demetz, Rapports à M. le comte de Montalivet sur les Pénitenciers des État (...)
  • 8 bid., p. 3 et 4.

10Le voyage se déroule entre novembre 1836 et mai 1837 et s’achève par un séjour en Angleterre. Les résultats en sont publiés sous le titre de Rapports à M. le Comte de Montalivet, ministre de l’Intérieur, sur les Pénitenciers des Etats- Unis7. Demetz a pour mission de « reconnaître les résultats moraux obtenus depuis le voyage de MM. de Beaumont et de Tocqueville » tandis que Blouet, accompagné de son élève Jean-François Vérel, est « chargé [...] d’y aller étudier la partie architecturale de la question, c’est-à-dire les avantages ou les inconvénients que présentent les dispositions matérielles des Pénitenciers américains, leurs rapports avec la discipline, et spécialement les dépenses occasionnées par leur construction8 »

11Blouet prépare soigneusement sa mission en étudiant des ouvrages et des plans qui lui permettent de se forger un a priori favorable au système d’Auburn (ill. 30). Sur place, les deux hommes se livrent à une enquête approfondie des différentes institutions qu’ils visitent.

  • 9 Ibid., p. 5.
  • 10 Ibid., p. 6.

12La mission de Blouet est à la fois vaste et précise, puisqu’il lui est spécifié : « Vous ne vous bornerez pas, Monsieur, à lever ou à vous procurer les plans détaillés des principaux pénitenciers américains ; c’est aussi d’un point de vue administratif que vous devez procéder à l’examen des localités9. » L’architecte doit donc ramener des informations pratiques. Il est chargé d’établir le coût que représente une place de prison et doit, plus spécifiquement, répondre à sept interrogations de l’administration. Ces questions portent notamment sur la disposition des bâtiments adoptée pour éviter les communications entre les prisonniers, la différence d’organisation entre les prisons pour hommes et celles pour femmes, la façon de ventiler les cellules exiguës d’Auburn, les systèmes utilisés pour les latrines et les éclairages des ateliers, les dispositions pour empêcher les évasions. Le ministre témoigne de sa volonté d’obtenir des renseignements exhaustifs et demande à Blouet de ne lui épargner « aucun détail sur toutes les dispositions des bâtiments qui peuvent se rapporter à la sûreté de la prison, à la facilité de la surveillance intérieure, à la prospérité des travaux, à la santé des détenus et à l’effet moral que ces dispositions peuvent produire sur eux10 ».

  • 11 Ibid., p. 4.
  • 12 Ibid, p. 111
  • 13 Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le système (...)

13Blouet présente dans son rapport l’organisation des pénitenciers américains, puis il décrit une quinzaine d’établissements américains et anglais. Son travail comprend « les plans généraux des principales prisons, et l’indication des modifications qui y ont été successivement apportées pour remédier aux inconvénients qu’a fait connaître l’expérience11 ». À ces plans généraux, l’architecte joint tous les détails de construction qui lui paraissent importants. Ainsi, les dessins, explicités par des commentaires, permettent de connaître les dispositions, les dimensions et l’exposition des bâtiments analysés. Blouet présente ensuite un résumé des deux systèmes mis en œuvre aux États-Unis. Enfin, il propose des exemples d’application de ces systèmes à travers deux projets de prison comprenant des plans ainsi que des devis descriptifs et estimatifs. Il conclut par son opinion personnelle sur les deux régimes. Il estime que le système de construction d’Auburn présente une plus grande économie que celui de Pennsylvanie, sans que son efficacité contre les évasions n’en soit affectée. Toutefois il considère que le système pennsylvanien « est plus simple, et offre plus de facilités sous le rapport de la surveillance et de la discipline12 ». Le silence est assuré par la construction même, tandis qu’à Auburn il résulte d’une surveillance continuelle qui n’est pas infaillible. En définitive, et contrairement à ses idées initiales, Blouet est favorable au système pennsylvanien car il lui paraît « plus réformateur, plus intimidant et, malgré sa sévérité, plus humain que le précédent, et, [...] plus dans l’intérêt de la société13 ».

  • 14 Rapport au Roi sur les prisons départementales par le ministre de l’Intérieur Gasparin, 1837, p. 3 (...)
  • 15 Op. cit., Blouet et Demetz, Rapports à M. le comte de Montalivet sur les Pénitenciers des États-Un (...)

14Au cours de cette mission aux États-Unis, les convictions de Blouet concernant la question pénitentiaire se mettent en place. Tout d’abord il adhère au système pennsylvanien, auquel il restera fidèle tout au long de sa carrière. Ensuite, dès ce rapport, apparaît une réelle réflexion sur l’architecture carcérale, que Blouet enrichira tout au long de sa carrière. Il est d’ailleurs révélateur qu’il cite le ministre de l’Intérieur Gasparin : « pour élever des prisons, il faut avoir un système dont le programme devient la pensée, et le plan, l’expression14 ». L’application de cette « vue théorique » aurait, à son sens, évité « la confusion qui a longtemps régné dans nos prisons15 ». Il expose clairement sa conception de l’architecture carcérale :

  • 16 Ibid, p. 4.

« La première condition à remplir par l’architecte, c’est de pourvoir au besoin réel. Le strict nécessaire donne la forme, d’où il résulte que cette forme, qui n’est pas arbitraire, est toujours la meilleure et la moins dispendieuse. Point d’inutilités décoratives ni de luxe architectural, et je suis convaincu que, tout en satisfaisant à la rigoureuse économie, l’art trouvera toujours sa part, et qu’il en résultera pour l’édifice le caractère le mieux approprié et l’expression la plus convenable16. »

15Le 2 octobre 1836, Gasparin annonce dans une circulaire « que désormais il n’approuverait les plans d’aucune maison d’arrêt qu’autant qu’ils seraient dressés suivant le système cellulaire ». Les travaux de Demetz et Blouet sont donc au cœur de l’actualité et apportent de précieux renseignements sur la façon de mettre en pratique ce nouveau système instauré par le gouvernement.

L’inspecteur des prisons

16La mission aux États-Unis constitue un tournant dans la carrière de Blouet car il devient de ce fait l’un des spécialistes de l’architecture carcérale en France. Le 2 décembre 1837, il entre au ministère de l’Intérieur en qualité d’« inspecteur général des bâtiments des prisons » auprès du Conseil des Bâtiments civils. La nomination de Blouet a

  • 17 Centre historique des Archives nationales (CHAN), F1 bl 2625, Ministère de l’Intérieur, Personnel (...)

« pour but, non seulement de reconnaître ses services à l’Arc de triomphe de l’Étoile, mais plus particulièrement, de faire jouir l’administration de l’expérience et des lumières de M. Blouet dans l’examen des questions relatives à la réforme du système des prisons17 ».

  • 18 Il faut noter que Blouet est parfois rapporteur d’un projet d’architecture complètement étranger a (...)

17L’activité de Blouet en tant qu’inspecteur concerne de nombreux établissements pénitentiaires de tous les types et de tous les départements, qu’il serait fastidieux de détailler ici. Une partie des rapports présentés au Conseil se rapporte aux travaux d’entretien, de restauration ou d’agrandissement des bâtiments existants18. L’autre partie concerne la construction et l’appropriation de prisons départementales suivant le système cellulaire, récemment instauré. L’activité de Blouet ne se cantonne d’ailleurs pas strictement aux prisons et il travaille parfois sur des établissements dont les fonctions ou l’emplacement sont en rapport avec un établissement pénitentiaire, tels que les tribunaux et les casernes.

18Les responsabilités de Blouet en tant qu’inspecteur des prisons sont importantes car elles lui confèrent une autorité et une reconnaissance incontestable dans le domaine pénitentiaire. En qualité d’inspecteur général il a eu connaissance de toutes les constructions et transformations de bâtiments carcéraux durant une douzaine d’années. Toutefois, il est difficile d’évaluer concrètement l’influence qu’il a pu exercer. Il apparaît qu’un grand nombre d’affaires traitées concerne des travaux d’entretien, pour lesquels son rôle est limité. Pour les autres cas, il faudrait reconstituer l’historique de l’édification de chaque établissement pour mesurer l’impact du travail de Blouet. En l’absence de ce type d’étude, il est difficile d’évaluer la véracité des déclarations de l’architecte au sujet de son activité d’inspecteur :

  • 19 CHAN, F21* 1 817, lettre de Blouet au ministre des Travaux Publics, 4 octobre 1848. Il lui demande (...)

« Dès lors je me livrais tout entier aux devoirs que m’imposaient ces importantes fonctions et depuis 12 ans je n’ai pas laissé d’être très utile à l’administration que j’ai mis tout mon zèle à servir, puisque j’ai contribué pour beaucoup aux améliorations qui ont été apportées dans toutes les anciennes prisons ; et que c’est d’après mes projets que toutes les nouvelles ont été construites19. »

  • 20 CHAN, F21* 6697, règlement du Conseil des Bâtiments civils, article 6.

19Il faut souligner que le règlement du Conseil prévoit que « les inspecteurs généraux, membres du conseil, ne pourront être chargés ni de la composition des projets, ni de la direction d’aucuns travaux dans les attributions de l’administration publique20 ». Cette clause explique l’absence de réalisation dans le domaine pénitentiaire de Blouet.

20En 1848, le poste d’inspecteur des prisons est supprimé comme l’explique le ministre de l’Intérieur :

  • 21 CHAN, F21* 1817, lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Travaux Publics, 16 août 1848.

« Il a été créé à une époque où l’opinion publique se préoccupait vivement de la question de la réforme des prisons : l’Administration avait alors à étudier les moyens d’approprier les bâtiments des maisons centrales selon les divers modes d’emprisonnement qui pourraient être adoptés [...]. Aujourd’hui, toutes les études propres à bien fixer l’Administration sur cet objet sont terminées depuis longtemps et, [...] il m’a paru, par ces motifs, que le maintien d’un inspecteur spécial, pour les bâtiments des prisons, n’était plus nécessaire21. »

21Même s’il devient membre honoraire du Conseil, Blouet quitte la fonction et par là même, cesse ses activités dans le domaine pénitentiaire.

Prisons modèles, modèle de prisons

22Le 9 août 1841, le ministre de l’Intérieur Duchâtel envoie aux préfets et aux conseils généraux un document intitulé Instruction et programme pour la construction de maisons d’arrêt et de justice. Atlas de plans de prisons cellulaires, destiné à donner les moyens d’introduire le régime de l’emprisonnement individuel dans les prisons départementales. En effet, si depuis la circulaire du 2 octobre 1836, seule la construction de maisons d’arrêt cellulaire est autorisée, « les conditions de salubrité, d’ordre et de police auxquelles il doit être satisfait » n’avaient pas encore été définies. C’est pourquoi le programme joint à l’instruction détermine les conditions principales que doivent réunir ces nouveaux établissements. Enfin, la dernière partie du document est constituée par un atlas de plans ainsi défini par le ministre :

  • 22 Code des prisons, circulaire du 9 août 1841, T. Duchâtel, p. 318.

« Les plans qui l’accompagnent, rédigés par des architectes habiles qui ont fait une longue étude de l’administration des prisons, vous fourniront la preuve qu’il est aujourd’hui possible, facile même, de résoudre de plusieurs manières toutes les grandes difficultés inhérentes au système de l’emprisonnement individuel, difficultés qu’on a longtemps présentées comme étant insurmontables22. »

23Cette circulaire présente donc le premier véritable programme d’architecture pénitentiaire en France.

  • 23 Ibid., p. 319.

24Ce document fixe les principes fondamentaux de l’enfermement cellulaire et leur mise en œuvre grâce à l’architecture. D’une part, l’accent est mis sur la cellule car « chaque cellule n’est autre chose qu’une prison particulière23 ». Comme le détenu y passe tout son temps, elle doit lui offrir des conditions de vie salubres (chauffage, éclairage, ventilation, espace suffisant) et lui permettre de travailler. L’autre disposition importante du programme est la salle centrale d’inspection, qui offre une surveillance continue et générale. Le ministre considère que le bon fonctionnement du processus dépend des architectes et il est particulièrement satisfait des solutions proposées dans l’atlas :

  • 24 Hector Horeau (1801-1872) fournit un projet comprenant cinquante-trois cellules.

« Ce n’était pas l’une des moindres difficultés du régime de l’emprisonnement individuel. D’ingénieuses combinaisons semblent l’avoir résolue à tel point, qu’avec la formule des prisons circulaires ou semi-circulaires, il paraîtrait même possible de voir, d’un centre unique, tous les prisonniers dans leurs cellules, et les gardiens dans les galeries de surveillance24. »

25Enfin, le programme accorde à la religion une place prépondérante dans la réforme morale des détenus, ce qui implique un lieu de culte accessible à tous.

  • 25 .Ibid, p. 321.
  • 26 Harou-Romain fils est architecte du département du Calvados et de la maison centrale de Beaulieu ( (...)

26L’atlas se compose de onze plans, élaborés par les architectes Blouet, Hector Horeau25 et Harou-Romain fils26, qui les accompagnent d’observations générales et d’explications. À ces projets s’ajoutent les plans des prisons existantes de Madrid et de Rome. Le ministre déclare qu’il ne considère pas ces projets

  • 27 Code des prisons, circulaire du 9 août 1841, T. Duchâtel, p. 322.

« comme des modèles à suivre ou à adopter nécessairement, mais comme des documents de nature à prouver qu’il n’est aucun des avantages du régime de la vie commune, sous le rapport de la salubrité, de la surveillance et de l’exercice du culte, qui ne puisse être obtenu [...] dans le système de l’emprisonnement individuel27 ».

27Ces plans doivent aider l’administration départementale à choisir le système de construction le mieux adapté à ses besoins et guider les architectes départementaux dans la conception des projets de reconstruction ou d’appropriation des prisons de leur secteur.

  • 28 Projets de prisons départementales par M. A. Blouet, architecte, directeur général des bâtiments d (...)

28La partie rédigée par Blouet est la plus conséquente puisqu’il propose six plans. Dans ses observations générales, il reconnaît la difficulté de faire de « bons projets de prisons » car il faut allier la question de l’art aux « conditions de sûreté, de surveillance et de salubrité28 ». Il énonce sa conception de l’architecture carcérale, dans la lignée de ce qu’il a déjà écrit dans son rapport sur les États-Unis :

  • 29 Op. cit., Projets de prisons départementales, p. 19.

« Le principal but qu’on doit se proposer dans les conceptions architecturales de ce genre consiste à satisfaire aux besoins réels avec le strict nécessaire. La forme qui résulte des données impérieuses de la nécessité et de la solidité indispensable à tout édifice doit imprimer à ceux-ci le caractère qui leur convient, [...] sans négliger cependant la question d’art et de goût [...] et si la construction des prisons ne comporte point de décoration, l’art ne s’y retrouve pas moins, et sous sa forme la plus sérieuse, celle qui ne doit avoir d’autre guide que la raison29. »

  • 30 La prison de Bridwell est construite par Adam vers 1790.

29Avec humilité l’architecte conçoit ses plans non pas comme des modèles, mais « comme des tentatives faites pour atteindre le but proposé » et il incite les architectes à « mieux faire ». Il déclare s’être inspiré des pénitenciers de Pennsylvanie pour la disposition des cellules des trois premiers plans tandis que les trois autres plans sont des déclinaisons de la forme semi-circulaire du pénitencier d’Edimbourg30, adaptés à l’enfermement cellulaire. Cependant si Blouet fait référence à ces établissements connus, il se défend de les copier servilement.

30Blouet aspire dans ses projets à la facilité d’exécution et à l’économie en utilisant des dispositions simples et des matériaux ordinaires.

  • 31 Moreau-Christophe, De la réforme des prisons en France, basée sur la doctrine du système pénal et (...)

31Grâce aux circulaires de 1836 et 1841, l’architecture acquiert un rôle prépondérant dans la politique pénitentiaire française. L’inspecteur général des prisons Moreau-Christophe ne dit-il pas que l’architecte est « le premier exécuteur de la peine, c’est le premier fabricateur de l’instrument du supplice31 ». Au cours du xixe siècle, les architectes s’intéressent particulièrement au domaine pénitentiaire car, d’un point de vue théorique, c’est un programme complexe, original et neuf permettant d’appliquer des conceptions et des matériaux nouveaux. De plus il représente pour eux un marché très important. La place que consacrent les revues d’architecture et les ouvrages théoriques de l’époque à ce sujet témoigne de cet intérêt. Par son intervention dans l’atlas, Blouet renforce la place prépondérante qu’il occupe dans le domaine de l’architecture carcérale.

  • 32 Archives nationales, AJ52 456, dossier de nomination de Blouet au poste de professeur de théorie, (...)

32Il n’est pas aisé de connaître la réelle influence de ces plans. Il est indéniable que ce document a connu une large audience à la fois dans les milieux pénitentiaires et architecturaux. Il est de même certain que, pendant les années 1840, des prisons adoptant les principes de séparation continue sont construites dans les départements dans l’esprit des propositions de l’atlas. Cependant, il faudrait une étude systématique dans les dépôts d’archives départementaux afin d’établir dans quelle mesure les architectes chargés de ces constructions se sont appuyés sur les plans de la circulaire. De plus, même si on ne peut pas quantifier avec précision les réalisations dans ce domaine, il semble que leur nombre reste modeste. En effet la construction de ce type de prison est coûteuse et difficile à réaliser. Blouet, en rappelant les faits importants de sa carrière, évoque cette instruction et signale qu’il a proposé des projets « d’après lesquels plus de quarante prisons départementales ont déjà été construites en France32 ». Chiffre douteux qui comprend probablement les projets non exécutés.

Projet de prison cellulaire

  • 33 G. Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le syst (...)

33La publication en 1843 du Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le système pénitentiaire33 constitue l’aboutissement du travail théorique de Blouet dans le domaine pénitentiaire. Dans une première partie, l’architecte retrace son activité dans le domaine pénitentiaire et donne sa conception de la réforme pénitentiaire. Dans la seconde, il décrit en détail le projet proprement dit. Cet ouvrage apparaît comme plus personnel que ses précédents écrits et il nous fournit de nombreuses indications sur ses convictions propres, moins présentes dans ses rapports officiels. Il justifie ce travail par son expérience acquise au cours de ses années d’activité. Il considère à ce titre qu’il possède une double approche spécifique :

  • 34 Ibid., p. 1.

« je puis, en raison de ma spécialité, voir les choses sous leur double point de vue, d’abord, dans une certaine mesure, sous le rapport administratif qui en fait la base fondamentale, puis, sous celui de la construction qui s’y rattache si étroitement qu’on peut dire qu’elle en est l’expression34 ».

  • 35 Ibid., p. 1.

34Il réaffirme la place prépondérante de l’homme de l’art dans le débat pénitentiaire : « avec la connaissance suffisante des besoins administratifs, un architecte peut, par des combinaisons bien entendues, faire admettre tel ou tel système d’emprisonnement que la théorie eût peut-être rangé au nombre des utopies35 ».

35Blouet rappelle sa préférence pour le système de Philadelphie que ses travaux en France et ses voyages d’étude en Europe n’ont fait que renforcer (ill. 31). Afin de justifier ce choix, il expose le principe et le fonctionnement des deux systèmes mis en application aux États-Unis. Il synthétise ses avantages dans une formulation parlante, souvent reproduite :

  • 36 Ibid., p. 5.

« À Philadelphie, les murs sont la punition du crime ; la cellule met le détenu en présence de lui-même ; il est forcé d’entendre sa conscience ; il veut éloigner ce persécuteur acharné ; le travail que ses mains n’avaient peut- être jamais connu s’offre à lui moins redoutable ; c’est un ennemi dont il va se servir pour en combattre un autre qui lui semble plus à craindre36. »

  • 37 Ibid., p. 9.

36Blouet croit réellement à la possibilité d’amender le détenu : « si l’amélioration morale est possible, ce qui ne peut être mis en doute, ce système [l’enfermement individuel] ne se compose-t-il pas de tous les éléments capables de réaliser cette espérance37 » ? L’architecte accorde aux personnalités de l’extérieur une place fondamentale dans le processus de réforme morale :

  • 38 Ibid., p. 11

« À Philadelphie, le détenu parle à ceux qui le visitent ; à ceux qui, libres, viennent consacrer leur temps à s’occuper de ses souffrances. Ce qu’il dit, c’est son malheur, ce sont ses remords. La compassion divise son fardeau ; la charité répond : Espère38. »

  • 39 Ibid., p. 5.
  • 40 Ibid., p. 7.
  • 41 Ibid., p. 9.

37Au contraire de Tocqueville, favorable lui aussi au système de Philadelphie mais qui cherche plus à protéger la société de ses criminels qu’à les réformer, Blouet paraît avoir une grande confiance en l’homme et dans les relations humaines, notamment entre le détenu et le personnel pénitentiaire : « les murs sont terribles, l’homme est bon39 ». Pour lui les gardiens dans le système pennsylvanien ont une « mission tout évangélique », fondée sur le réconfort et l’échange et non sur la répression et les châtiments. Cependant, il n’est pas favorable à l’adoucissement du régime des prisons mis en œuvre par les philanthropes de la Restauration : « La peine de l’emprisonnement doit donc être à la fois intimidante et réformatrice, et dans l’intérêt de la société qu’elle protège, et dans celui du coupable quelle soit s’efforcer de rendre meilleur40. » Le système de Philadelphie permet d’éviter la corruption mutuelle, le plus grave des maux résultant de la vie en commun dans les prisons. Blouet considère que l’influence bénéfique de la religion sur les détenus est particulièrement opérante dans le cadre du système de Philadelphie : « la solitude les pénètre de recueillement, et, dispose leur âme à recevoir, avec l’impression des enseignements religieux, les germes du bien que le silence de la cellule va faire éclore et fructifier41 ».

38Blouet étudie un à un les principaux arguments avancés par les détracteurs de l’enfermement individuel : la dénonciation d’un système inhumain, l’accusation de provoquer la folie chez les détenus, les problèmes d’organisation du travail et de l’enseignement qui se posent et le coût de la construction. Il réfute toutes ces accusations mais les arguments qu’il utilise pour combattre les détracteurs du système pennsylvanien ne sont pas toujours probants.

39Après son exposé théorique, Blouet présente son projet architectural proprement dit. Il spécifie qu’il a été conçu en 1841 et qu’il a été présenté au Conseil des Bâtiments civils puis au ministre de l’Intérieur en mars 1842.

  • 42 Archives nationales, CC 404.

40Nous disposons d’un recueil de dessins de Blouet ayant pour titre Projet de pénitencier cellulaire pour 586 détenus42, daté du 31 décembre 1841. Il s’agit du même projet et l’on peut imaginer qu’il s’agit du travail original de l’architecte. Les différences qui existent entre les deux sont sans doute dues aux rectifications apportées par Blouet en vue de la publication. Il répond d’ailleurs dans le corps de son texte à des critiques qui lui ont déjà été faites sur son travail.

41Le projet consiste à créer un bâtiment destiné à l’application du système d’enfermement individuel à un grand nombre d’individus et non plus seulement à de petites prisons départementales comme l’avait projeté Blouet dans les plans de la circulaire de 1841. Il présente le programme qui a guidé la conception de son travail :

  • 43 Op. cit., Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, p. 18.

« J’ai cherché une disposition qui pût favoriser le plus complètement possible une surveillance simple et facile, l’exercice du culte pour tous les détenus, la promenade quotidienne pour chacun d’eux, la parfaite aération de toutes les parties des bâtiments, donner toutes garanties contre les chances d’évasion, satisfaire à tous les besoins du service, et enfin, remplir ces conditions, sans s’écarter de celle d’économie de construction43. »

  • 44 Ibid, p. 33.

42Pour ce faire, il adopte le plan rayonnant. En effet celui-ci répond au mieux, d’après lui, aux exigences de l’emprisonnement individuel car il permet d’appliquer le principe de surveillance centrale, tout en donnant une parfaite indépendance à chacun des bâtiments. Il est ainsi possible d’introduire des distinctions entre les détenus, en fonction des catégories pénales ou des régimes appliqués. L’architecte décrit ainsi la disposition de l’édifice : « du centre d’inspection partent huit grandes galeries montant de fond dans la hauteur des trois étages de cellule et auxquelles on arrive par des balcons pris sur cette galerie44 ». Chaque aile possède soixante-six cellules et aboutit à son extrémité extérieure à un corridor qui forme un octogone. Aux angles de ce chemin de ronde se trouvent des tours, constituant chacune le centre d’un promenoir cellulaire. Le milieu de la salle est occupé par un édicule, relié aux différentes galeries par des ponts et qui comprend au rez-de-chaussée une colonnade en fer, permettant la circulation, au premier étage le cabinet du directeur et enfin un autel au sommet.

43Blouet détaille les solutions qu’il apporte aux principales obligations que doit remplir un édifice carcéral cellulaire.

44La sûreté est assurée par le grand mur d’enceinte et par la disposition des bâtiments proprement dite. En effet les promenoirs et le corridor de ronde offrent une première protection. La question de la surveillance est cruciale pour ce type de construction et Blouet y porte toute son attention.

  • 45 Op. cit., Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, p. 22.

45Elle est assurée par la salle centrale où le cabinet du directeur permet de visualiser les huit galeries de détention et le travail des gardiens. Cette surveillance est invisible, de même que celle que les gardiens exercent sur les cellules grâce à une petite ouverture pratiquée dans les portes. Ainsi le détenu a conscience qu’il peut être vu à n’importe quel moment, sans qu’il sache quand. Si les conceptions architecturales sont différentes, le principe de surveillance est en revanche très proche de celui du panoptique de Bentham. Ce dernier disait à ce sujet : « être incessamment sous les yeux d’un inspecteur, c’est perdre [...] la puissance de faire le mal et presque la pensée de la vouloir ». Cependant, Blouet se méfie d’une surveillance excessive : « quelques personnes ont pensé qu’il serait désirable que le Directeur, à son centre d’inspection, fut placé de manière à voir, non seulement les gardiens, mais même les détenus dans toutes leurs actions, et Les uns et les autres dans leurs rapports entre eux45 ». L’architecte considère que cette conception dénote un dangereux manque de confiance dans le personnel pénitentiaire subalterne et qu’il est nécessaire que chacun ait une part spécifique dans le travail de surveillance, le directeur inspectant les gardiens et ceux-ci observant les détenus.

46La distribution des bâtiments garantit la salubrité de l’édifice car elle permet la circulation de l’air et de la lumière. De plus un système de ventilation combiné au chauffage permet l’aération des cellules. Enfin, une infirmerie cellulaire est prévue pour soigner les malades qui ne pourraient pas l’être dans leur propre cellule.

  • 46 Ibid., p. 22.

47Blouet envisage l’exercice du culte « comme un des plus puissants moyens par lesquels on puisse agir sur l’esprit des détenus46 ». La disposition générale adoptée permet aux détenus d’assister à la messe depuis leurs cellules. En effet, l’autel est placé dans la salle d’inspection et peut donc être vu de tous. L’architecte prévoit un système d’entrebâillement des portes afin que les détenus puissent voir le prêtre sans se voir entre eux.

48En ce qui concerne la question des promenoirs, l’architecte se démarque de l’organisation des prisons de Philadelphie, qui ne peuvent offrir des promenades en plein air à tous les détenus. Blouet considère, en effet, qu’il est indispensable que les prisonniers puissent « respirer l’air libre » et disposent d’un espace suffisant pour se mouvoir librement. La disposition des promenoirs à l’extrémité des ailes facilite et simplifie leur accès. La tour centrale comprend un poste de surveillance qui permet aux gardiens de voir à la fois la galerie de détention et les neuf cours. Blouet prévoit ainsi que les détenus jouissent d’une heure de promenade par jour. Enfin, il dispose des cabinets d’aisances au fond de chacune des cours, afin d’éviter un dispositif complexe de latrines dans les cellules.

49Les cellules sont conçues pour être adaptées au travail. De plus des cellules d’exception sont prévues dans les six petits pavillons, disposés entre les ailes. Ces dernières, plus vastes, permettent des traitements exceptionnels ou d’établir le régime de la vie commune. Enfin, vingt cellules de punition sont placées autour de la salle centrale.

  • 47 Ibid., p. 29.

50La question d’économie préoccupe Blouet comme nous l’avons déjà vu et c’est pourquoi il choisit « des formes simples, régulières et de dimensions telles qu’elles ne présentent aucune difficulté de construction, afin que tous les ouvriers puissent les exécuter et qu’on ne soit pas obligé d’employer des matériaux autres que ceux ordinaires47 ». Il privilégie la maçonnerie par rapport aux charpentes, pour des raisons de coût et de sécurité.

51Après une description détaillée bâtiment par bâtiment, Blouet donne en conclusion un aperçu de la dépense qu’il chiffre à 1 755 000 F, soit 3 000 F par détenu, non compris le prix du terrain. Il pense que pour Paris le prix moyen est de 4 000 F par cellule.

52Blouet est fidèle à la conception de l’architecture carcérale qu’il a déjà exprimée dans ses précédents ouvrages :

  • 48 Op. cit., Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, p. 17.

« Si le système et le programme doivent être l’œuvre des législateurs et de l’administration, la traduction du programme en construction appartient aux architectes ; eux seuls, après s’être bien pénétrés des besoins qu’il indique, peuvent trouver des combinaisons qui y répondent, en restant toujours dans les limites de raison et de possibilité d’exécution prescrites par l’art ; et quoiqu’une prison soit un édifice qui exclue la richesse décorative, il n’est pas moins vrai qu’en satisfaisant d’abord, avec toute l’économie possible, aux exigences du système, la disposition doit toujours produire dans ces conditions un monument d’art que les architectes seuls peuvent concevoir48. »

53Il réaffirme donc les principes qui sous-tendent ses travaux : la place prépondérante de la raison pour créer la forme, l’adaptation du bâtiment aux besoins, la recherche de l’économie et de la sobriété décorative. Toutefois, dans ce texte Blouet affirme avec plus de force que précédemment la prééminence du rôle de l’architecte dans la conception d’un édifice carcéral.

54Si le « projet de prison pour 585 détenus » proposé par Blouet n’a jamais été réalisé, de nombreuses constructions de cette époque adoptent un plan rayonnant. Une fois encore, il est difficile d’établir l’influence réelle de Blouet en la matière. Cependant il est certain que ce projet connait une forte audience puisque les dessins sont présentés au Salon de 1843 et le projet publié dans la presse architecturale.

55Il faut remarquer que l’œuvre de Blouet dans le domaine pénitentiaire est avant tout théorique. Il a en effet fournit de nombreux écrits et réalisé de multiples recherches et études comme il le rappelle lui-même : « j’ai visité les prisons d’Angleterre, celles de la Suisse et de Rome ; j’ai vu toutes les maisons centrales de France et une grande partie de nos prisons départementales ». Il est troublant que le seul édifice à la construction duquel il ait travaillé dans le domaine pénitentiaire ne relève pas à proprement parler de l’architecture carcérale. Toutefois la démarche de Blouet reste la même. Il a cherché à concevoir une architecture permettant la réforme morale des enfants de la colonie de Mettray comme il l’a fait pour les condamnés dans les prisons. Le fait qu’il soit administrateur de la colonie depuis sa fondation jusqu’à sa mort et qu’il assiste à presque toutes les assemblées générales, montre son attachement à l’institution.

56L’action de Blouet dans le domaine pénitentiaire est profondément ancrée dans la réflexion de l’époque. Artisan de l’instauration de l’enfermement cellulaire continu, ses écrits et son travail nous montrent combien ses convictions étaient fondées sur des valeurs humanistes. Qu’il soit difficile pour notre société actuelle d’adhérer à ces principes qui nous paraissent très sévères et autoritaires, n’enlève rien à l’aspect novateur de l’œuvre de Blouet.

1. La colonie de Mettray

2. Vue d’une partie de la colonie

3. La colonie de Mettray

4. La colonie de Mettray

5. Chapelle et maisons des familles de la colonie

6. La colonie de Mettray

7. Portrait de Brétignières de courteuilles

8. Portrait de Demetz

9. Ecole des contremaîtres

10. Prospectus pour l’hôtel de la colonie de Mattray

11. Jeune détenue

12. Jeune colon de Mettray

13. Un colon jardinier

14. Un colon au béret

Ci-contre :
15. Deux colons tenant de fusils

16. Une famille de colon

17. La grande cour

18. Le départ pour la promenade

19. Les travaux agricoles

20. L’atelier des ferblantiers

21. La carrière

23. La gymnastique

24. La gymnastique

25. Bouton d’un habit de colon

26. Projet pour une colonie agricole de jeunes détenus à Mettray

27. Plan des bâtiments de la colonie

28. Hôpital Lariboisière(Paris)

29. Maison du jardinier, parc de la Gerenne Lemot à Gétigné près de Clisson (Loire-Atlantique)

30. Projet de prison suivant le système d’Auburn, plan d’Abel Blouet

31. Projet de prison suivant le système de Philadelphie, plan d’Abel Blouet

32. La revue du dimanche

32. Le coucher des colons

34. Landbouw-Kolonie Nederlandch Mettray

35. Couverture de la revue « Mettray »

36. Cerisette, roman de Paul Largillière

37. La bague de Mettray

38. La bague de Mettray

39. Des bâtiments de la colonie

40. Une maison de famille

41. Un atelier et une maison de famille

42. Un logement des employés

Notes

1 L’article de Philippe Saunier dans cet ouvrage traite plus particulièrement de l’aspect architectural de la colonie de Mettray. Cet aspect du travail de Blouet ne sera donc pas évoqué.

2 Ce qu’on appelle actuellement les Thermes de Cluny.

3 L’atelier de Blouet forma plusieurs architectes importants dont Charles Auguste Questel, Émile

Vaudremer, Arthur Stanislas Diet et François Philippe Boitte. Il devient l’atelier Gilbert entre 1853 et 1856, puis l’atelier Questel entre 1856 et 1872, l’atelier Pascal entre 1872 et 1920 et enfin l’atelier Recoura entre 1920 et 1947.

4 Abel Blouet, Amable Ravoisié, Achille Poirot, Félix Trézel et Frédéric Gournay, Expédition scientifique de Morée, ordonnée par le gouvernement français, architecture, sculptures, inscriptions et vues du Péloponnèse, des Cyclades et de l’Attique, Paris, Firmin Didot, 1831-1833, 3 vol.

5 Il en est le président en 1844 et de 1848 à 1853.

6 Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville, Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application en France, suivi d’un appendice sur les colonies pénales et de notes statistiques, H. Fournier, 1833, VIII-439 p.

7 Abel Blouet et Frédéric Demetz, Rapports à M. le comte de Montalivet sur les Pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie royale, 1837, 115 p.

8 bid., p. 3 et 4.

9 Ibid., p. 5.

10 Ibid., p. 6.

11 Ibid., p. 4.

12 Ibid, p. 111

13 Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le système pénitentiaire, Paris, 1843, p. 2.

14 Rapport au Roi sur les prisons départementales par le ministre de l’Intérieur Gasparin, 1837, p. 33, cité par Blouet, p. 4.

15 Op. cit., Blouet et Demetz, Rapports à M. le comte de Montalivet sur les Pénitenciers des États-Unis,

P. 4.

16 Ibid, p. 4.

17 Centre historique des Archives nationales (CHAN), F1 bl 2625, Ministère de l’Intérieur, Personnel de l’administration centrale, lettre du président du Conseil des bâtiments civils au secrétaire général du Ministère de l’Intérieur, 8 décembre 1837, transmettant l’arrêté de nomination.

18 Il faut noter que Blouet est parfois rapporteur d’un projet d’architecture complètement étranger au domaine pénitentiaire.

19 CHAN, F21* 1 817, lettre de Blouet au ministre des Travaux Publics, 4 octobre 1848. Il lui demande de l’intégrer à son ministère après la suppression de son poste au ministère de l’Intérieur.

20 CHAN, F21* 6697, règlement du Conseil des Bâtiments civils, article 6.

21 CHAN, F21* 1817, lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Travaux Publics, 16 août 1848.

22 Code des prisons, circulaire du 9 août 1841, T. Duchâtel, p. 318.

23 Ibid., p. 319.

24 Hector Horeau (1801-1872) fournit un projet comprenant cinquante-trois cellules.

25 .Ibid, p. 321.

26 Harou-Romain fils est architecte du département du Calvados et de la maison centrale de Beaulieu (Caen). Il propose pour l’atlas une prison sur plan demi-circulaire de quarante-huit cellules, une autre, complètement circulaire, de quatre-vingt-seize cellules, un établissement sur un terrain d’angle pour douze cellules et un projet de prison pour la ville de Caen sur l’emplacement de l’ancienne prison avec cent quatre-vingts cellules.

27 Code des prisons, circulaire du 9 août 1841, T. Duchâtel, p. 322.

28 Projets de prisons départementales par M. A. Blouet, architecte, directeur général des bâtiments des prisons du royaume, p. 19.

29 Op. cit., Projets de prisons départementales, p. 19.

30 La prison de Bridwell est construite par Adam vers 1790.

31 Moreau-Christophe, De la réforme des prisons en France, basée sur la doctrine du système pénal et le principe de l’isolement individuel, 1838, p. 378.

32 Archives nationales, AJ52 456, dossier de nomination de Blouet au poste de professeur de théorie, lettre adressée au président de l’École royale des Beaux-Arts, 1846.

33 G. Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le système pénitentiaire, Paris, Firmin Didot frères, 1843, 40 p. et 6 pl.

34 Ibid., p. 1.

35 Ibid., p. 1.

36 Ibid., p. 5.

37 Ibid., p. 9.

38 Ibid., p. 11

39 Ibid., p. 5.

40 Ibid., p. 7.

41 Ibid., p. 9.

42 Archives nationales, CC 404.

43 Op. cit., Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, p. 18.

44 Ibid, p. 33.

45 Op. cit., Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, p. 22.

46 Ibid., p. 22.

47 Ibid., p. 29.

48 Op. cit., Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, p. 17.

Table des illustrations

Légende 1. La colonie de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende 2. Vue d’une partie de la colonie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 3. La colonie de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende 4. La colonie de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende 5. Chapelle et maisons des familles de la colonie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende 6. La colonie de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-6.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende 7. Portrait de Brétignières de courteuilles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-7.png
Fichier image/png, 279k
Légende 8. Portrait de Demetz
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-8.png
Fichier image/png, 478k
Légende 9. Ecole des contremaîtres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-9.png
Fichier image/png, 786k
Légende 10. Prospectus pour l’hôtel de la colonie de Mattray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-10.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 11. Jeune détenue
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-11.png
Fichier image/png, 376k
Légende 12. Jeune colon de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-12.png
Fichier image/png, 292k
Légende 13. Un colon jardinier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-13.png
Fichier image/png, 294k
Légende 14. Un colon au béret
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-14.png
Fichier image/png, 873k
Légende Ci-contre :15. Deux colons tenant de fusils
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-15.png
Fichier image/png, 582k
Légende 16. Une famille de colon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-16.png
Fichier image/png, 694k
Légende 17. La grande cour
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-17.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 18. Le départ pour la promenade
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-18.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 19. Les travaux agricoles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-19.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 20. L’atelier des ferblantiers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-20.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende 21. La carrière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-21.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 22. Une classe
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-22.png
Fichier image/png, 87k
Légende 23. La gymnastique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-23.png
Fichier image/png, 955k
Légende 24. La gymnastique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-24.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 25. Bouton d’un habit de colon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-25.png
Fichier image/png, 750k
Légende 26. Projet pour une colonie agricole de jeunes détenus à Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-26.png
Fichier image/png, 3,0M
Légende 27. Plan des bâtiments de la colonie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-27.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende 28. Hôpital Lariboisière(Paris)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-28.png
Fichier image/png, 144k
Légende 29. Maison du jardinier, parc de la Gerenne Lemot à Gétigné près de Clisson (Loire-Atlantique)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-29.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende 30. Projet de prison suivant le système d’Auburn, plan d’Abel Blouet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-30.png
Fichier image/png, 2,5M
Légende 31. Projet de prison suivant le système de Philadelphie, plan d’Abel Blouet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-31.png
Fichier image/png, 2,9M
Légende 32. La revue du dimanche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-32.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 32. Le coucher des colons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-33.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 34. Landbouw-Kolonie Nederlandch Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-34.png
Fichier image/png, 2,9M
Légende 35. Couverture de la revue « Mettray »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-35.png
Fichier image/png, 331k
Légende 36. Cerisette, roman de Paul Largillière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-36.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 37. La bague de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-37.png
Fichier image/png, 853k
Légende 38. La bague de Mettray
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-38.png
Fichier image/png, 877k
Légende 39. Des bâtiments de la colonie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-39.png
Fichier image/png, 74k
Légende 40. Une maison de famille
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-40.png
Fichier image/png, 90k
Légende 41. Un atelier et une maison de famille
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-41.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende 42. Un logement des employés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20713/img-42.png
Fichier image/png, 1,9M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search