Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Deuxième partie. Images et représentations de Mettray

Voir Mettray : l’architecture de la colonie

Philippe Saunier

Texte intégral

à Marc Botlan

  • 1 Thèse en cours de Fabienne Doulat, auteure par ailleurs d’un article sur Blouet, « Guillaume Abel (...)

1Mettray : le nom de cette petite commune d’Indre-et-Loire, à moins de dix kilomètres de Tours, dans la vallée de la Choisille, ne semble plus exister, dans la mémoire collective, que comme le symbole d’une institution devenue, sinon légendaire, à tout le moins romanesque, par la grâce d’un écrivain, Jean Genet, qui a su mettre des mots sur ce qui demeure, encore aujourd’hui, un lieu et une architecture bien tangibles. Parler de Mettray, comme on parle de la Santé, de Cayenne, plutôt que de la prison de la Santé, du bagne de Cayenne, c’est presque oublier, plus ou moins consciemment, ces murs que le commun, à sa décharge, n’a jamais visités. Il est vrai qu’à la colonie de Mettray, l’absence de murs peut laisser croire qu’il n’y a rien à voir. À mesure que disparaissent les derniers colons, Mettray s’efface dans sa substance matérielle, tandis que sa légende littéraire croît en proportion inverse et que les historiens approfondissent chaque jour davantage les fondements sociologiques de l’institution. Des fondements architecturaux – on serait tenté de parler des fondations – il est en revanche beaucoup moins question. L’architecture de la colonie de Mettray attend encore la monographie qu’un historien de l’art voudra bien lui consacrer. L’architecte, Abel Blouet, commence à sortir de l’oubli et une thèse en cours lui est actuellement consacrée1. Contentons-nous de rappeler qu’Abel Blouet est le co-auteur, avec Frédéric-Auguste Demetz, des Rapports à M. le comte de Montalivet pair de France ministre secrétaire d’État au département de l’Intérieur sur les pénitenciers des États-Unis (1837) où l’exposé des théories sur l’enfermement a part égale avec celui - abondamment illustré – sur l’architecture pénitentiaire. Dans l’esprit des personnes « éclairées » de la monarchie de Juillet, soucieuses d’aborder en face la question de la délinquance, de sa prise en charge, et même de son traitement, l’architecture occupe une place de premier plan. Ce qui semble aller de soi (il n’y a pas d’institution quelle qu’elle soit sans un lieu pour l’abriter) a été l’objet de réflexions approfondies. À la colonie de Mettray, l’architecture est en effet d’autant plus importante qu’elle est sommée d’apporter, outre un contenant, des réponses claires et efficaces aux problèmes de la délinquance juvénile dont elle est partie intégrante et essentielle de la prise en charge. Mais, pour le visiteur d’aujourd’hui, la signification de ces bâtiments a sans doute disparu, et, prévenu, il n’en retiendra qu’une image désolante, négative, celle - attendue — du « bagne pour enfants », image qui aurait surpris les fondateurs. Au contraire de la valeur d’histoire, encore bien perceptible, la valeur d’art n’apparaît plus guère de nos jours. Pourtant, derrière la simplicité rudimentaire de ce qui subsiste encore, un œil plus averti distingue dans cette construction unique et expérimentale, une œuvre rattachée à son temps, datée, située dans l’histoire des formes, porteuse de significations tout à la fois avouées et inavouées.

  • 2 [Frédéric-Auguste Demetz], Fondation d’une colonie agricole de jeunes détenus à Mettray, Paris,
  • 3 Ibid, p. 17.

2Au moment de la création par l’avocat Frédéric-Auguste Demetz de la Société Paternelle, en juin 1839, il n’existe pas en France de modèle pour la construction de colonies agricoles et pénitentiaires. Le concept même de colonie agricole est trop récent et marginal pour que les architectes l’aient intégré parmi les programmes à étudier. Le seul modèle existant est étranger, il s’agit de la colonie de Horn, près de Hambourg, établie par le pasteur Wichern, que Demetz a découvert en 1838, caractérisée par des « petites agglomérations composées seulement de douze individus2 ». Demetz est également au fait de l’architecture pénitentiaire, qu’il a étudiée, avec Abel Blouet, lors de sa mission aux États-Unis en 1836. Tout en présentant dans son rapport les avantages respectifs du système auburnien et du système pennsylvanien, il se déclare partisan de ce dernier, c’est-à-dire de la séparation absolue des prisonniers, opinion également partagée par Blouet (ill. 30 et 31). Mais quand il s’agit d’édifier à Mettray une colonie pour jeunes délinquants, le modèle de la prison ne peut pas être transposé, pour la simple raison que la colonie est une formule alternative : « Ce n’est pas une prison de plus que nous voulons créer, sous une dénomination nouvelle ; c’est une maison de réforme [...] » affirme l’avocat3. Mais quelle forme lui donner ?

  • 4 Dans Original du procès-verbal en date du 27 août 1839 contenant abandon par M. le Vte de Courteil (...)

3Un premier projet pour la colonie de Mettray nous est connu par une gravure (ill. 26). Établi en 1839 par Blouet, il se caractérise, déjà, par l’absence de murs, conformément au souhait de Demetz d’exclure l’enfermement de son programme de réforme. Mais l’organisation des bâtiments sur un schéma ovale et selon un système radiant, les pavillons étant orientés pour converger vers le bâtiment d’administration et la chapelle placés au centre, est surprenante. En effet, elle reprend à son compte l’un des principes fondamentaux et des plus connotés de l’architecture carcérale, le panoptisme, système qui permet, d’un point unique et central, de tout embrasser du regard afin d’assurer une surveillance efficace et simple. C’est, toutes proportions gardées et l’enfermement en moins, le système mis en place à la prison de la Petite-Roquette à Paris entre 1826 et 1835 où le panoptisme est appliqué sur un plan radiant. Ce plan n’est pas retenu, pour des raisons que l’on ignore : le coût en était-il prohibitif4, la mise en œuvre trop compliquée, ou bien apparaissait-il, aux yeux de Demetz, comme trop démarqué de cette architecture carcérale dont il souhaitait s’abstraire ? Le second projet, qui sera retenu, abandonne l’organisation générale sur un plan circulaire ou ovoïde, au profit d’un plan carré (ill. 27). Mais la chapelle a pris de l’importance : bien qu’elle n’occupe pas le centre de la cour, elle demeure en bonne place, dans l’axe longitudinal de la colonie, avec des proportions moins modestes que dans le premier projet (ill. 5). Elle apparaît comme le point de ralliement visuel, la clé de voûte de la colonie. L’éminence de son rôle dans le dispositif général apparaît en 1841. Alors qu’on envisage d’en différer la construction, faute de crédits suffisants, Demetz

  • 5 Conseil d’administration du 18 mai 1841, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 1 (...)

« fait observer que la chapelle sera placée dans un lieu qui domine une étendue considérable de terrain qui sera affecté aux 300 colons, que la surveillance ne pourra que gagner en ayant la possibilité d’observer de loin les travailleurs et que dans plusieurs colonies agricoles qu’il a visitées, il existe des observatoires dans l’intérêt de la bonne administration [...]. M. Blouet fait observer que la construction d’un clocher n’est pas un vain ornement d’architecture devant servir d’enseigne à la Colonie5 ».

4La chapelle combine donc deux fonctions, l’une religieuse, l’autre de surveillance. Même si l’on comprend l’absolue nécessité d’assurer la surveillance de jeunes personnes, cette association inhabituelle d’un mirador et d’un clocher d’église donne immanquablement le sentiment d’une confiance très relative des dirigeants envers les colons. Curieux mélange des genres en effet : charité, indulgence et miséricorde d’un côté, défiance de l’autre, il semble que les valeurs chrétiennes soient subsumées par d’autres valeurs, répressives. Aux murs des pavillons, la présence, attestée par des commentaires de l’époque, d’inscriptions « Dieu te voit », confirme l’existence d’un discours en contrepoint de mise en garde et d’intimidation dans lequel, Dieu, principe supérieur, tout-puissant et omniscient, s’est mué en garde-chiourme. En plaçant le regard, divin ou humain, au cœur du dispositif, Demetz et Blouet réintroduisent le principe panoptique, constitutif de l’architecture carcérale. Laissons de côté le quartier de punition, véritable prison en réduction, conçu selon le système panoptique et pennsylvanien d’isolement individuel et permanent, et dont la localisation au revers de la chapelle évoque une fois encore cet accouplement ambigu, cette dialectique de la « carotte et du bâton ».

5L’organisation en pavillons est une particularité de la colonie. Le modèle en a été trouvé dans la colonie de Horn, et Demetz et Blouet l’ont importé à Mettray. Les pavillons destinés à abriter les colons s’appellent des maisons (ill. 39). Il est essentiel pour Demetz de donner aux colons le sentiment d’appartenir à une famille, c’est-à-dire d’avoir un toit à soi. Comme l’écrit Demetz :

  • 6 Frédéric-Auguste Demetz, « La colonie de Mettray », Batignolles, imprimerie de Hennuyer, 1856,

« C’est surtout à l’aide du sentiment de la famille que l’on peut espérer agir sur le cœur de l’homme ; mais pour qu’une idée soit bien comprise et sainement appliquée de la part de ceux chargés de la réaliser, il faut que, même sous le rapport matériel, on puisse en reproduire l’esprit ; c’est pourquoi nous avons construit de petites maisons isolées, ayant la forme de chalet6. »

  • 7 Charles Sauvestre, Une visite à Mettray, Paris, Hachette, 1864.

6L’organisation pavillonnaire de la colonie de Mettray doit sans conteste être attribuée à Demetz. Blouet n’a vraisemblablement pas le choix d’adopter un autre parti, mais il est possible aussi que l’architecte ait sur ce point partagé les vues du magistrat. Si le pavillon est une maison, alors la colonie tout entière doit être envisagée comme un village. Avec ses maisons blotties de part et d’autre d’une chapelle et autour d’une cour aux dimensions d’une place, la colonie a l’aspect d’une cité en réduction, au moins pour ses concepteurs. La cour et le parterre d’arbres dessinent un monde ordonné où la nature est disciplinée (ill. 6). Voici par exemple comment un auteur, certes acquis aux théories de Demetz, décrit les lieux en 1864 : « Qu’on se figure au milieu de la fertile Touraine, sur un coteau couronné de grands bois, ce riant village où les bâtiments sont rangés en belle et savante ordonnance7. » Si la colonie, dans son agencement géométriquement rigoureux, s’inscrit dans une longue tradition utopique, celle de la cité idéale, le premier projet de Blouet était à cet égard plus clair encore : la parfaite distribution spatiale des bâtiments sur un plan ovoïde renvoyait très explicitement à un modèle récent et dont l’audience ne peut être niée, la cité idéale imaginée par l’architecte visionnaire Ledoux (1736-1806), autour de 1792, à Chaux (Arc-et-Senans) où l’on observe cette même organisation centripète des bâtiments autour de la maison du directeur. La colonie de Mettray est bien le produit de son temps, le xixe siècle, qui traduit en actes l’utopie en s’attachant à investir le champ du réel. En avouant ainsi une dette aussi claire envers le projet utopique, la colonie de Mettray en supporte de facto les limites, car si l’utopie charrie un immense projet, nourri d’espoir et de défi, elle est aussi par nature vouée à l’échec dans son accomplissement.

  • 8 Sur cette question, une des plus utiles synthèses est celle de Robin Middleton, « Sickness, mad- ne (...)
  • 9 Paru en 1799-1801, le Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes de J. N (...)

7Mais la traduction en plan du système pavillonnaire à Mettray nous renvoie aussi à d’autres modèles, pris dans le domaine de l’architecture hospitalière. Rappelons brièvement qu’au milieu du xviiie siècle, les hygiénistes défendirent l’idée de rassembler les malades en fonction de leur maladie dans des pavillons indépendants les uns des autres, afin, croyaient-ils, de permettre la circulation de l’air et de favoriser ainsi l’assainissement. La première traduction concrète de cette théorie semble se rencontrer en Angleterre, à l’hôpital naval de Plymouth (1758-1764). Elle eut en France de nombreux défenseurs, surtout quand s’est posée la question du remplacement de l’Hôtel Dieu à Paris, après son incendie en 17728. Un certain nombre de plans d’hôpitaux, projetés à la fin du xviiie siècle, et gravés dans le recueil de Durand9, avaient entériné la disposition pavillonnaire, selon une formule que Blouet reprend presque textuellement pour la colonie de Mettray. Dans le domaine de l’architecture hospitalière, ce plan ne sera mis en œuvre la première fois en France qu’à partir de 1846, à l’hôpital Lariboisière à Paris (ill. 28). Avec quelques années d’avance donc sur l’architecture hospitalière, Blouet met en œuvre à Mettray une formule (des pavillons parallèles les uns aux autres et disposés symétriquement de part et d’autre d’un axe passant par la chapelle) dont on a peine à croire qu’elle ait été utilisée sans arrière-pensée. Premier exemple d’« architecture pneumatique » (c’est-à-dire d’architecture permettant à l’air de circuler), il ne fait guère de doute qu’aux yeux des contemporains de Blouet, et surtout de ses confrères architectes, la colonie, par son plan, devait évoquer un hôpital. La colonie agricole de Mettray doit donc aussi se comprendre comme un instrument de soins, où la guérison ne sera pas physique mais morale.

8Inventer une colonie agricole, c’est donc, pour Blouet et Demetz, faire la somme de plusieurs concepts architecturaux. L’originalité de Mettray tient entre autres à cette étonnante hybridation de trois programmes dont elle tente la synthèse : le carcéral, l’hospitalier et la cité utopique. En homme de métier autant qu’en homme de son temps, Blouet a fait de Mettray une œuvre plus savante et plus éclectique qu’il n’y paraît de prime abord.

  • 10 Choix d’édifices publics projetés et construits en France depuis le commencement du xixe siècle, p (...)

9Une erreur consisterait à envisager la colonie de Mettray dans les seules limites de son plan, tel qu’il a été divulgué notamment dans le recueil de Gourlier dès 185010. À n’en considérer que les parties bâties, nous privilégierions l’image – faussée – d’un bel objet architectural, alors que la colonie doit s’appréhender aussi dans le dialogue significatif qu’elle noue avec son environnement.

10Fort logiquement, la fonction agricole de la colonie détermine son emplacement. Elle est donc implantée à proximité de terres exploitables, mais aussi, autant que possible, éloignée des villes, conditions nécessaires pour, d’une part, soustraire le colon à la mauvaise influence de ces dernières, et, d’autre part, contribuer à son édification morale grâce à l’impact bienfaisant d’une belle nature. En 1839, Demetz explique :

  • 11 F.-A. Demetz, op. cit., 1839, p. 9.

« Pour arriver à réformer cette jeune population, il faut, avant tout, la déplacer et l’enlever à ses habitudes locales. Le fatal penchant qui la porte à s’agglomérer dans les villes est, pour elle, une source perpétuelle de dépravation. La vie des campagnes peut seule lui donner une autre direction et la façonner à de nouvelles habitudes11. »

11Comme on le voit, le discours des fondateurs est imprégné de conceptions rousseauistes : si pour Rousseau, l’homme à l’état de nature n’est pas mauvais, pour Demetz, le colon est potentiellement un « bon sauvage » (Demetz préfère l’oxymore « innocent coupable »), un être perfectible qu’une confrontation avec la nature remettra dans le droit chemin. On aurait tort par conséquent de croire que le site est choisi au hasard. Une belle nature, féconde par surcroît, est le cadre indispensable de la colonie. On peut lire ainsi sous la plume de Demetz :

  • 12 Ibid, p. 19.

« Le département d’Indre-et-Loire est un des plus beaux de France. Les mœurs y sont douces, le climat y est sain et tempéré, le sol fécond, la culture facile, conditions indispensables à une colonie d’enfants, dont la force ne pourrait suffire à exécuter de pénibles défrichements12. »

  • 13 Ibid., p. 20. Nous soulignons.

12Certes, les terres pour fonder sa colonie lui furent prêtées par un ami (Brétignières de Courteilles) qui possédait un domaine à Mettray. Le choix de cette petite commune peut paraître circonstanciel, mais l’on peut faire crédit à Demetz d’avoir adopté ce site remarquable, tant pour ses potentialités agricoles que pour ses qualités purement paysagères. Plus loin, il vante les vertus exemplaires, agissantes, voire curatives de Mettray, terre idyllique, véritable Arcadie à la française : « Les maisons des colons bâties à mi-côté s’élèveront sur le site le plus favorable et le plus pittoresque. L’aspect de ce beau pays impressionnera vivement l’imagination des enfants, leur fera aimer le sol qu’ils féconderont par la culture, et laissera dans leurs cœurs d’heureux souvenirs13. » La colonie ne peut exister pleinement qu’avec la nature en arrière-plan, en toile de fond, et l’on ne devrait donc envisager les bâtiments qu’avec leur écrin naturel. Les premières images de la colonie sont à cet égard très significatives : elles s’attardent sur ses abords naturels, sauvages même, dans une vision empreinte encore de romantisme (ill. 1 et 2). Les frondaisons de la nature envahissante y masquent tout élément de caractérisation géographique, situant dès lors la colonie en u-topia, c’est-à-dire nulle part... Mais revenons aux bâtiments proprement dits dont l’architecture reflète, elle aussi, à sa manière, l’importance de la nature. Les maisons des colons ont souvent été qualifiées de « chalets ». Le grand toit débordant à double pente, la simplicité, la blancheur originelle des maisons de la colonie de Mettray autorisent en effet cette comparaison (ill. 18 et 39). Or, la référence au chalet est significative : le terme, apparu en 1723, vient de Suisse romande et il désigne, à l’origine, un abri de berger sur l’alpage, et plus généralement une habitation paysanne. Il renvoie par conséquent à une architecture simple et rustique, en accord avec la nature, dont le goût est à rattacher à la pensée d’inspiration rousseauiste célébrant les vertus de la campagne et de la nature. D’ailleurs, le terme de chalet a été répandu par Rousseau lui-même. À la fin du xviiie siècle, la Suisse, pays de collines, d’alpages et de pâturages, représente une terre idyllique, une sorte d’Arcadie retrouvée, une enclave où subsisterait un peu du bonheur pastoral originel. Tout indique que l’on a souhaité, à Mettray, confronter l’enfant à la nature, par le travail agricole d’abord, mais plus largement aussi par un contact permanent sous la forme d’un cadre et d’une architecture ad hoc.

  • 14 Notamment dans l’ouvrage de Durand, déjà évoqué, que tous les architectes consultaient. Sur l’intr (...)

13Mais la simplicité des bâtiments, en accord avec un mode de vie proche de la nature, a aussi sa source dans certains modèles d’architecture italienne. Depuis la fin du xviiie siècle, et surtout au xixe siècle, de nombreux architectes ne s’intéressent plus uniquement à la grande architecture italienne, savante et classique, qu’ils étudiaient avec assiduité lors de leur périple romain ; ils se tournent aussi vers l’architecture vernaculaire, plus simple, dont ils trouvent des modèles dans les villas de la campagne italienne. Des gravures de ces édifices plus modestes circulent, contribuant ainsi à diffuser ces nouveaux modèles14. Une des principales réalisations en France marquées par le style pittoresque italianisant, est le village de Clisson. Cette petite ville, entièrement détruite après les guerres de Vendée, fut reconstruite à l’italienne dans les années 1800-1810 en utilisant largement la brique et le moellon, c’est-à-dire des matériaux frustes, et en recourant à un vocabulaire architectural limité, voire simple : baies en plein cintre, piliers carrés sans décor, encadrements de briques, larges toits débordants à faible pente, autant de traits qui se retrouvent à Mettray, comme dans l’école d’horticulture ou encore dans les bâtiments administratifs. Blouet connaissait-il l’architecture de Clisson ? Cela est difficile à dire. Il est probable qu’il ait été séduit par une mode naissante en France et qui convenait à une construction à la campagne (ill. 29).

14Cette simplicité, qui trouve sa légitimité dans la recherche d’une certaine rusticité et ses formes du côté de la Suisse et de l’Italie, s’accorde en outre avec la modicité des moyens financiers de la Société Paternelle, au moins à sa création. De ce point de vue, la simplicité des bâtiments refléterait des moyens budgétaires limités. En 1841, les fondateurs, réunis en assemblée générale, justifient ainsi la pauvreté des bâtiments d’exploitation alors en construction :

  • 15 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 20 mai 1841, Tours

« Les bâtiments d’exploitation sont construits en bois brut, couverts en bruyère, et sont cependant d’un bon usage ; il serait impossible de les édifier à moins de frais, et ils réunissent le double avantage de l’économie et de la simplicité dont nous voulons faire contracter l’habitude à nos enfants15 [...]. »

15On ne peut qu’être gêné aujourd’hui par une telle déclaration qui accrédite l’idée d’une économie faite, à proprement parler, sur le dos des enfants. Mais, à la décharge des fondateurs, il faut rappeler que la simplicité peut être ici revendiquée en vertu d’un principe dominant dans l’architecture à l’époque, le principe de convenance. La convenance est l’adéquation des formes architecturales avec l’usage des bâtiments. Parce que l’ornementation et le décor sont assimilés à un luxe superflu, une architecture trop ornée renverrait aux colons une image de plaisirs factices, susceptible de les pervertir, ce qui contreviendrait au projet réformateur de la colonie. D’une manière générale, Demetz est convaincu que la vue de la richesse en développe le goût mais aussi un penchant pour l’oisiveté :

  • 16 F.-A. Demetz, op. cit., 1839, p. 108.

« On a observé que les enfants qu’une circonstance fortuite avait privés de l’appui de leur famille, nourris le plus souvent dans l’oisiveté, et avec les idées d’une situation d’aisance ou de richesse, avaient de la peine à se former aux habitudes de l’industrie ; ceux, au contraire, que le besoin a contraints de bonne heure à vivre d’expédients, lorsque cette existence vagabonde ne les a pas tout à fait corrompus, sont actifs, intelligents, et possèdent un jugement sûr16. »

  • 17 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 12 mars 1843, Tour (...)

16À propos de la chapelle, par exemple, Demetz félicite ainsi l’architecte : « M. Blouet a compris parfaitement que tout ornement devait nous être interdit, et que c’était la pureté, la sévérité de la forme qui devait faire tout le mérite de ce temple ouvert au repentir17. » Autrement dit, l’absence de décor à Mettray est signifiante : cet anti-décor, ou décor en creux, porte des valeurs morales que l’architecture doit assumer. En 1804, l’architecte Ledoux n’écrivait-il pas : « Les ornements de détails fatiguent les yeux sans profit pour les mœurs ». Dans le même esprit, les larges toits débordants des maisons des familles, qui semblent les chapeauter et faire office d’abri protecteur contre le soleil et la pluie, symbolisent la vocation paternaliste de la colonie. De même, les inscriptions du nom des fondateurs, au fronton, ont eux aussi une valeur morale : elles donnent l’exemple et rappellent aux colons leur devoir et leur responsabilité vis-à-vis des généreux donateurs. Confiant dans les valeurs morales de l’architecture, Blouet conçoit une colonie dont il ne doute pas de l’impact bienfaisant sur les occupants. Rien de neutre et rien qui ne soit laissé au hasard en définitive dans cette construction chargée d’intentions et prétendument agissante sur les esprits et sur les cœurs.

  • 18 Cette chronologie s’appuie pour l’essentiel sur les comptes rendus des assemblées générales de la (...)

17Enfin, il n’est pas inutile, de rappeler brièvement quelques dates. L’historique de la construction des bâtiments aurait besoin d’être affiné, mais une chose est sûre : malgré une conception sur le papier d’un seul jet, ou presque, la construction proprement dite fut, quant à elle, plus laborieuse18.

  • 19 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 23 janvier 1842, T (...)
  • 20 Séance du conseil d’administration du 9 février 1841, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 (...)

18En août 1839, le vicomte Brétignières de Courteilles donne la jouissance à titre gratuit pour six ans d’une partie de ses terrains, afin que l’apport financier nécessaire à une acquisition foncière ne vienne pas obérer les premières constructions et retarder le projet. En janvier 1840, une maison est élevée, permettant ainsi aux premiers colons de s’installer. À la fin de l’année, ce sont six maisons qui sont construites, augmentant ainsi sensiblement les capacités d’accueil, quoique deux maisons sont occupées l’une par l’administration, le logement du directeur et le quartier de punition, l’autre par l’aumônier. En mai 1841, on construit une classe, le quartier de punition et la chapelle grâce à un don exceptionnel de 130 000 francs par le comte d’Ourches. L’ensemble formé par le quartier de punition et la chapelle est alors décrit comme « noble et pur, [conciliant] la simplicité religieuse d’un établissement de charité avec l’élégance rustique d’un institut agricole19 ». Début 1842, la chapelle est élevée et le clocher, quant à lui, est achevé en mars 1843. On décide alors de bâtir deux nouvelles maisons, et les quatre dernières seront construites en 1843 et 1844. Il est difficile d’établir à quel moment le projet de Blouet peut être considéré comme achevé : en 1846, on décide la construction d’un des deux bâtiments d’administration, achevé en 1847, et le deuxième semble construit entre 1848 et 1850. Quoi qu’il en soit, il a donc fallu, grosso modo, une dizaine d’années pour mener à son terme la construction de la colonie selon les plans de Blouet. L’architecte nous apprend que « ce qui élève le prix de la construction à Mettray c’est la charpente et la couverture ; quant à la maçonnerie, elle est peu dispendieuse pour la raison que la pierre est à bon marché dans le pays20 ». Les questions financières sont à chaque étape au cœur des discussions.

  • 21 L’hôtel de la colonie appartenait même à Demetz (ill. 10). Où philanthropie et paternalisme font b (...)

19Mais l’histoire des bâtiments de la colonie, envisagée d’un point de vue quasiment archéologique, s’avère beaucoup plus complexe. Dès l’origine, de multiples constructions, plus ou moins pérennes, ont quelque peu « parasité » le site : il s’agit par exemple, en 1841, de « bâtiments d’exploitation » « en bois brut, couverts en bruyère », de communs, hangars, de puits et de bassins, que le plan de Blouet ne nous fait pas connaître. Très tôt, il faut entretenir, reprendre, voire remplacer ce qui a déjà été élevé : en 1843, on propose de construire à la place de hangars trop abîmés une grange, une vacherie, une porcherie et des écuries. En 1844, on prévoit encore de nouveaux bâtiments agricoles (remises, hangars, laiterie, magasins, caves...), etc., qu’il serait fastidieux d’énumérer et plus difficile encore de localiser. Ces bâtiments, construits avec la bénédiction de Blouet, et pour certains par Blouet même, ont dû défigurer la belle ordonnance de la colonie. En d’autres termes, le plan de Blouet présente un caractère idéal : il gomme toute une partie des bâtiments utilitaires, fonctionnels, de ces « coulisses » en quelque sorte de la colonie, pourtant rigoureusement nécessaires à son bon fonctionnement et à sa rentabilité. Ces bâtiments, pour beaucoup aujourd’hui disparus, permettent d’entrevoir le fonctionnement au quotidien de la colonie. N’oublions pas non plus de considérer Mettray dans sa formidable extension topographique. En effet, tout au long du siècle, la colonie s’enrichit de terres, par voie d’acquisitions onéreuses, mais aussi de dons et de legs. Ouvrons ici une parenthèse. S’il semble bien que Blouet ait travaillé gracieusement à Mettray, en revanche, et jusqu’à plus ample informé, Brétignières de Courteilles et Demetz n’ont à aucun moment fait don de leurs terres à la colonie. Les terrains dont ils étaient propriétaires ont été achetés par l’association après leur décès, ce qui ne laisse pas de nous étonner21. En bref, la colonie de Mettray doit donc s’envisager comme un site, avec ses « annexes » plus lointaines, constituées de terres agricoles et d’une multiplicité de fermes. Il existe un Mettray « hors les murs » de la colonie, cette dernière fut-elle sans mur...

  • 22 La notice consacrée à cet architecte par David de Penanrun, Roux et Delaire, Les architectes élève (...)

20On imagine mal qu’en cent ans d’existence la colonie de Mettray n’ait pas été profondément modifiée. Si l’on envisage Mettray, au cours de son histoire, comme une institution qui se modifie dans sa forme au gré des effectifs, des besoins et des vicissitudes matérielles, n’est-il pas exagéré de continuer à l’attribuer au seul Blouet ? La part essentielle lui revient sans conteste (le plan dans ses grandes lignes est encore lisible aujourd’hui), mais nous savons que, de son vivant, les travaux étaient suivis sur place par un de ses élèves, Jean-Alexandre Thierry22. Après la mort en 1853 de Blouet, Thierry prend la relève et devient l’architecte de la colonie. Dans les années 1860, son nom apparaît à plusieurs reprises dans la correspondance de Demetz : il est chargé de construire d’autres bâtiments. En 1874, la question de son remplacement par un architecte local se pose lors d’un conseil d’administration, afin de faire des économies. En 1875, on fait encore appel à lui. Fut-il remplacé par la suite ? Plus tard, en 1913, on continue de recourir aux services d’un homme de l’art : l’architecte Bataille est chargé de constructions et de réparations. Ces détails confirment la complexité du site de Mettray qui ne se résume pas aux seuls bâtiments conçus par Blouet.

  • 23 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 23 janvier 1842, T (...)

21D’un côté, trois architectes, Blouet en tête, dont on connaît le nom, de l’autre une foule anonyme de colons, ouvriers et artisans. Car Mettray est aussi l’œuvre des colons eux-mêmes auxquels l’administration de la colonie n’hésite pas à confier de pénibles travaux, comme l’extraction de pierres (ill. 21). En 1840, l’assemblée générale des fondateurs se félicite de la participation des enfants à des travaux de terrassement : « nous employons aussi nos enfants au nivellement de leurs cours et à la construction de leurs habitations. Ces occupations ont l’avantage d’exciter en eux un sentiment d’intérêt pour le lieu où ils ont été recueillis, et de les attacher au sol de la Colonie23 ». Derrière la neutralité du compte rendu, on devine une réalité triviale et éprouvante. C’est aux colons, attachés, qu’il convient pour terminer de rendre hommage. Ils sont les principaux acteurs, involontaires et douloureux, de cette vaste entreprise.

  • 24 Jean-Michel Leniaud, « Un champ d’application du rationalisme architectural : les asiles d’aliénés (...)

22Que l’architecture puisse exprimer une pensée, la colonie de Mettray le démontre aisément. Elle reflète les théories de Demetz et de Blouet, pour qui la colonie est un lieu ordonné, un monde clos intellectuellement, une excroissance de son règlement intérieur. Mais il est très significatif que son architecture, conçue pour agir sur les jeunes délinquants, ait été, dès l’origine et jusqu’à aujourd’hui encore, adaptée, modifiée, parfois même détruite, comme pour mieux serrer une réalité jamais tout à fait conforme aux résultats attendus : il y a là toute la distance qui sépare la pratique de la théorie. La régénération morale prônée par Demetz n’a jamais pu prendre la forme limpide qu’il rêvait, et l’architecture de la colonie, considérée dans ses évolutions, en porte témoignage. Comme pour d’autres programmes architecturaux de son époque, ses formes sont « le reflet symbolique de la société de la monarchie de Juillet qui trouvait son fondement dans le double respect du Pouvoir et de l’Église24 ». Mais l’ensemble a une valeur d’art indéniable. Il faut désormais apprendre à voir là où pendant si longtemps on était vu. En accompagnement d’un projet pour une prison en 1843, Blouet déclare :

  • 25 Guillaume Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur (...)

« quoiqu’une prison soit un édifice qui exclue la richesse décorative, il n’est pas moins vrai qu’en satisfaisant d’abord, avec toute l’économie possible, aux exigences du système, la disposition doit toujours produire dans ces conditions un monument d’art que les architectes seuls peuvent concevoir25 ».

23Autant que l’importance et la symbolique du phénomène « Mettray », autant que le caractère sacré de ses murs construits par ce petit peuple d’enfants, la simplicité et la pureté du plan et des formes, bien qu’elles soient aujourd’hui dénaturées, n’ont pas peu compté au moment d’inscrire la colonie sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, le 11 septembre 2003.

Notes

1 Thèse en cours de Fabienne Doulat, auteure par ailleurs d’un article sur Blouet, « Guillaume Abel Blouet, du village de Passy aux côtes de Morée, exemplarité ou exception du parcours intellectuel et artistique d’un enfant du peuple », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 5, 1er semestre 2003. Voir aussi l’article de Fabienne Doulat dans cet ouvrage.

2 [Frédéric-Auguste Demetz], Fondation d’une colonie agricole de jeunes détenus à Mettray, Paris,

Benjamin Duprat, librairie de la société asiatique de Londres, 1839, p. 10. Parmi les autres modèles, Demetz cite le pénitencier agricole de Parkhurst dans l’île de Wight, en Angleterre, et celui de l’île de Thompson à Boston.

3 Ibid, p. 17.

4 Dans Original du procès-verbal en date du 27 août 1839 contenant abandon par M. le Vte de Courteilles aux conditions énoncées du terrain sur lequel est fondée la colonie de Mettray, conservé à Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 10, on apprend que ce premier projet coûte 300 000 francs, somme qui n’a pu être réunie.

5 Conseil d’administration du 18 mai 1841, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 175.

6 Frédéric-Auguste Demetz, « La colonie de Mettray », Batignolles, imprimerie de Hennuyer, 1856,

in Journal des économistes, 15 janvier 1856, p. 2-3.

7 Charles Sauvestre, Une visite à Mettray, Paris, Hachette, 1864.

8 Sur cette question, une des plus utiles synthèses est celle de Robin Middleton, « Sickness, mad- ness and crime as the grounds of form », AA Files (Annals of the Architectural Association School of Architecture), n° 24, autum 1992, p. 16-30, et n° 25, summer 1993, p. 14-29. La colonie de Mettray est abordée dans la seconde livraison, p. 17-19.

9 Paru en 1799-1801, le Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes de J. N. L. Durand fut promis à un immense succès auprès des architectes pendant des générations. Blouet n’en ignorait pas l’existence.

10 Choix d’édifices publics projetés et construits en France depuis le commencement du xixe siècle, publié avec l’autorisation du ministre de l’Intérieur, par MM. Gourlier, Biet, Grillon et feu Tardieu, architectes, membres du Conseil général des bâtiments civils, 3e vol., Paris, Louis Colas, libraire- éditeur, 1850.

11 F.-A. Demetz, op. cit., 1839, p. 9.

12 Ibid, p. 19.

13 Ibid., p. 20. Nous soulignons.

14 Notamment dans l’ouvrage de Durand, déjà évoqué, que tous les architectes consultaient. Sur l’introduction en France du style pittoresque, voir Jean-Marie Pérouse de Montclos, « De la villa rustique au pavillon de banlieue », Revue de l’art, 1976, n° 32, p. 23-36, et du même, « Le chalet à la suisse, fortune d’un modèle vernaculaire », Architectura, 1987, p. 76-95.

15 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 20 mai 1841, Tours,

imprimerie de R. Pornin, 1841, p. 16.

16 F.-A. Demetz, op. cit., 1839, p. 108.

17 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 12 mars 1843, Tours, imprimerie de H. Fournier et Cie, 1843, p. 28.

18 Cette chronologie s’appuie pour l’essentiel sur les comptes rendus des assemblées générales de la Société paternelle, conservés aux Archives départementales d’Indre-et-Loire à Tours.

19 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 23 janvier 1842, Tours, imprimerie de R. Pornin, 1842, p. 25.

20 Séance du conseil d’administration du 9 février 1841, Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 175.

21 L’hôtel de la colonie appartenait même à Demetz (ill. 10). Où philanthropie et paternalisme font bon ménage avec un certain sens des affaires...

22 La notice consacrée à cet architecte par David de Penanrun, Roux et Delaire, Les architectes élèves de l’École des Beaux-Arts, 2e édition par E. Delaire, Paris, Librairie de la Construction Moderne, 1907, p. 411, précise : « THIERRY Jean-Alexandre, né 1810 Angoulême, mort 1890, prom. 1828, élève Blouet, S.C., méd. Sal. 1886, insp. des tes de Juillet. Travaux : temple israélite, N.-D. de Nazareth, hôpital Rothschild, Picpus, colonie Mettray, restaur. château Anet, hôtels à Paris, rues Beaujon, de Téhéran ; château près Blois, const. part. à Paris, tombeaux Père Lachaise ».

23 Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs tenue à Paris le 23 janvier 1842, Tours, imprimerie de R. Pornin, 19, p. 25.

24 Jean-Michel Leniaud, « Un champ d’application du rationalisme architectural : les asiles d’aliénés dans la première moitié du xixe siècle », L’Information psychiatrique, vol. 56, n° 6, juillet 1980.

25 Guillaume Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, précédé d’observations sur le système pénitentiaire, Paris, Firmin Didot, 1843, p. 17.

Auteur

Conservateur du Patrimoine, musée de l’Orangerie

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search