Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Première partie. La colonie de Mettray, une histoire et un système

Des familles au service de la colonie

Idelette Ardouin

Texte intégral

  • 1 Le Centre généalogique de Touraine (C. G. T.) remercie vivement Luc Forlivesi et Georges-François (...)

1La commission de recherches du Centre généalogique de Touraine a pris en charge une étude sur le personnel de la colonie de Mettray1.

  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 540.

2Le registre matricule des agents de la colonie2, dans lequel ils ont été enregistrés chronologiquement au fur et à mesure de leur entrée, comporte 1 551 noms pour toute la période d’existence de la colonie. Les critères de sélection suivants ont été retenus :

  • ne relever que les agents ayant été en contact direct avec les colons ;
  • ne s’intéresser qu’aux agents nés en Indre-et-Loire (soit 500 personnes environ). Deux tiers de ces employés étaient recrutés dans d’autres départements ;
  • ne retenir que les agents entrés avant 1870 environ, de façon à pouvoir rechercher la destinée de leurs enfants avant 1904, pour tenir compte des délais de communicabilité des documents. Ceci revient à n’étudier que les agents entrés sous la direction du fondateur Demetz, de 1839 à 1873 ;
  • n’étudier, dans un premier temps tout au moins, que les agents qui sont restés au moins cinq ans à la colonie pour des raisons de représentativité.

3Ces critères de sélection nous ont finalement amenés à ne retenir que 30 agents : domestiques, ouvriers, chefs d’atelier, chefs de service, chefs d’attelage, chefs de famille, surveillants, gardes de nuit, professeurs, médecins.

4Arrivés ainsi au début des recherches proprement dites, nous avons décidé de construire la biographie de chaque agent à partir des éléments suivants :

  • sa naissance et son décès ;
  • son ascendance jusqu’à ses arrière-grands-parents avec les domiciles et les professions de toutes les personnes rencontrées ;
  • ses frères et sœurs, leur profession et leur propre destinée ;
  • son aspect physique ;
  • sa ou ses périodes militaires ;
  • sa profession avant l’entrée à la colonie et éventuellement après sa sortie ;
  • ses domiciles successifs ;
  • son (ses) mariage(s), ses enfants et leur destinée ;
  • son niveau de vie, dans la mesure où il peut être apprécié par des contrats de mariage ou des successions ;
  • ses relations avec les autres employés de la colonie, par les témoins dans les divers actes le concernant.

5Nous avons retenu, à titre d’exemple, les biographies de neuf agents seulement :

  • Martin Béchu (1833-1918), jardinier, chef d’atelier, n° 549 du registre matricule ;
  • Michel Boul(l)ay (1826-1908), chef d’atelier de saboterie, n° 421 ;
  • Mathurin Bourdais (1821-après 1887), sabotier, surveillant général, n° 714 ;
  • Jean Jacques (1798-1875), chef d’atelier de forge, n° 53 ;
  • Louis Marie Gatien Juignet (1844-1917), professeur, n° 542 ;
  • Jean Laurenceau (1818-1901), chef de famille, n° 758 ;
  • Alexandre Auguste Millet (1816-1881), médecin, n° 512 ;
  • Urbain Renou(lt) (1798-1880), chef d’atelier agricole, n° 76 ;
  • Louis Vacher (1823-1894), chef d’atelier agricole, n° 401.

6Pour étudier ces agents, nous avons travaillé uniquement aux Archives départementales d’Indre-et-Loire. Nous nous sommes d’abord basés sur le registre matricule cité plus haut qui fournit, pour chaque employé, le lieu et la date de sa naissance, la date de son entrée à la colonie, sa qualification professionnelle, la date de sa sortie et éventuellement le motif de son départ. Grâce aux recensements de la commune de Mettray, qui existent comme dans toute la France à partir de 1836, nous avons eu les premières indications sur ces agents et leur foyer. Puis il a fallu établir les généalogies ; nous avons utilisé pour cela les registres d’état civil (naissances, mariages, décès) que nous avons complétés, quand cela était possible, par les minutes de notaires pour trouver des contrats de mariages, des déclarations de succession ou encore des inventaires après décès. Pour certains d’entre eux, nous avons pu consulter les dossiers militaires qui nous ont donné des informations sur leur carrière militaire, leur niveau d’instruction et leur aspect physique.

***

7Les lecteurs trouveront ci-après les fiches biographiques détaillées des neuf agents que nous avons étudiés, ainsi que leurs généalogies. Il ne faut pas s’étonner de l’absence de certains actes d’état civil. Il est arrivé qu’ils n’aient pas été dressés à Mettray et que nous ne disposions d’aucune piste pour les retrouver. Il eût fallu alors dépouiller systématiquement tous les registres d’état civil des communes environnantes, ce qui dépassait largement le cadre de cette étude.

***

8En étudiant ces neuf agents, nous en avons rencontré neuf autres dans les alliances de leurs enfants. Il serait présomptueux de vouloir tirer des conclusions sur l’ensemble du personnel de la colonie à partir de ces neuf ou dix-huit cas. Tout au plus peuvent-ils fournir des indications sur les employés des trente premières années, c’est-à-dire sur ceux qui ont travaillé sous la direction de Frédéric-Auguste Demetz.

9Les neuf premiers agents étudiés sont issus de familles de journaliers, laboureurs, vignerons ou artisans, à l’exception du médecin Millet dont le père est officier. La plupart conservent le métier qu’ils exercent avant d’entrer à la colonie : le jardinier Béchu chef d’atelier agricole, les deux sabotiers Boullay et Bourdais chefs d’atelier de saboterie et Jacques, maréchal de forge, responsable d’un atelier de forge.

10Nous n’avons trouvé que deux agents qui changent de métier en entrant à la colonie : Louis Vacher, qui était carrier et chaufournier, devient chef d’atelier agricole, et Laurenceau qui, après une carrière dans la gendarmerie pendant 31 ans, entre à la colonie en 1870 comme chef de famille ; il est donc l’un des premiers militaires à y prendre un emploi. Ce pourrait aussi être le cas de Bourdais. Ces militaires seront bien plus nombreux par la suite.

11Peut-on dire que travailler à la colonie constitue une promotion sociale ? On pourrait le penser car les chefs d’atelier et les chefs de famille ont une responsabilité éducative. Mais on a écrit aussi, pour une période plus tardive, que ces chefs d’atelier sont des incapables qui n’ont pas réussi dans la sphère professionnelle privée.

12De toute façon, il faut se souvenir que nous n’avons étudié que des employés restés au moins cinq ans à la colonie. En fait, nos neuf agents y ont travaillé entre 14 et 47 années. Notre échantillon ne comporte donc que des gens qui ont réussi dans ce métier. Toutefois, ceux qui sont passés d’élève-contremaître à professeur ou des membres de la famille Juigner (le premier est journalier et les derniers professeurs ou économes), ont incontestablement connu une avancée sociale.

13Il est tout aussi difficile d’apprécier leur degré d’instruction, même en présence des dossiers militaires. Ce niveau est indiqué par un chiffre, ce qui ne donne qu’une indication bien vague. Dans notre échantillon, six agents au moins sur neuf savent signer. Le niveau d’instruction s’élève d’ailleurs au fur et à mesure des années, comme dans le reste de la population.

14Pour évaluer leur niveau de vie, il a fallu retrouver des contrats de mariage ou des successions. Les contrats de mariage sont rares. Nous n’avons pas toujours pu retrouver les successions, parce qu’elles sont postérieures à 1904. On observe que quelques agents sont propriétaires d’une petite maison ou de quelques vignes. Les actifs des successions retrouvées varient de 300 à 30 000 francs environ. Un médecin est forcément plus riche qu’un jardinier.

15Nous nous sommes demandés également si les agents ont eu beaucoup de relations avec leurs collègues, c’est-à-dire si la colonie forme un milieu fermé ou ouvert. Nous avons trouvé quatre alliances entre familles d’employés à la colonie (deux chez Laurenceau, une chez Renoult, une chez Vacher). Parfois les agents choisissent des collègues comme témoins pour les actes d’état-civil de leur famille ; on peut estimer que cela se produit dans 20 % des cas environ. Les employés de la colonie sont donc aussi ouverts sur la société extérieure, en particulier sur la commune de Mettray, où leurs enfants trouvent souvent des conjoints (ill. 42).

16Enfin on peut se poser une dernière question : ces éducateurs de jeunes délinquants réussissent-ils l’éducation de leurs propres enfants ? Dans la presque totalité des cas, on peut répondre par l’affirmative. Certains font carrière à la colonie (Juigner, Laurenceau). Des filles épousent des artisans, des marchands ou des propriétaires. Tous mènent une vie « normale « et honnête. Seul un fils Béchu fait exception : après avoir fait un apprentissage de boucher, il devient marginal, au chômage la plupart du temps et il est condamné à deux mois de prison ferme pour coups et blessures en état d’ivresse.

17Dans les trente premières années de fonctionnement de la colonie, les agents semblent avoir assez bien réussi leur vie. Ils exercent leur métier consciencieusement. Certains sont instruits, d’autres non. Quelques-uns sont assez aisés, d’autres moins. Ils s’entendent assez bien avec leurs collègues tout en étant ouverts sur la société extérieure. Leurs enfants mènent des existences normales. Finalement ils ne se distinguent guère des autres Français.

18Mais nous n’avons étudié que des agents qui ont travaillé de nombreuses années à la colonie. Il faudrait maintenant savoir pourquoi d’autres, à la même période, y sont restés beaucoup moins longtemps.

Martin Béchu
Chef d'atelier, n° 549

19Martin Béchu naît à Ballan-Miré (Indre-et-Loire) le 25 mars 1833. Son père, Jean Baptiste Auguste Béchu, illettré, baptisé à Tours (paroisse Saint-Vincent) le 23 août 1790, est successivement tisserand (1814), journalier (1826, 1829), filtoupier (1834) à Ballan. Il y meurt, le 10 mars 1858, à 67 ans. Les Béchu sont originaires du diocèse d’Angers. La grand-mère paternelle de Martin, née Marie Eustache Péan, est d’une famille d’ouvriers en soie de Tours et Sainte-Radegonde (Indre-et-Loire).

20La mère de Martin, Marie Sergent ou Sargent naît à Larçay (Indre-et- Loire) le 20 ventôse an VI (10 mars 1798) et meurt à La Riche (Indre-et- Loire), sans doute chez son fils Jean, le 20 août 1868, à l’âge de 70 ans. Les Sergent sont des vignerons de Larçay. La grand-mère maternelle de Martin, Marie Courvoisier, est issue de laboureurs de Savonnières (Indre-et-Loire).

21Martin Béchu descend donc du côté paternel d’ouvriers du textile et du côté maternel de cultivateurs, fixés pour la plupart au xixe siècle dans la vallée du Cher.

22Les parents de Martin Béchu se marient à Larçay le 28 mars 1822. Ils ont quatre enfants, Martin est le dernier. Avant lui sont nés :

  • Marie, née vers 1822, qui épouse Joseph Lacoua, jardinier, cité en 1868 au décès de sa belle-mère Marie Sergent.
  • Jean, né à Ballan le 15 février 1826, qui est jardinier à La Riche où il est cité de 1851 à 1881. Il épouse avant 1851 Catherine Bruzeau.
  • René, né à Ballan le 2 4 mai 1829, qui y meurt à l’âge de cinq ans le 21 octobre 1834.

23Martin Béchu exerce toute sa vie le métier de jardinier comme son frère et son beau-frère, même pendant son emploi à la colonie de Mettray. Tous les documents retrouvés (actes d’état civil, recensements, actes notariés, etc.) le qualifient de jardinier mais ne précisent pas qu’il travaille à la colonie, sauf le contrat de son second mariage, qui le dit « maître jardinier à la colonie ».

  • 1 Acte de mariage du 7 août 1860 à Tours.
  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 414

24Lorsqu’il se marie pour la première fois en 1860 à 27 ans, il est soldat de la classe 1853, domicilié à Paris et autorisé à se marier par permission du général commandant la 28e division militaire1. Il n’a pas été possible de trouver son domicile en Touraine dans les années antérieures. Comme le service militaire dure à cette époque sept ans, il est probable qu’il soit parti directement de chez ses parents à l’armée. Il a été incorporé le 21 octobre 18542.

25Il entre à la colonie le 15 mai 1860 comme chef d’atelier, poste qu’il conserve pendant 25 ans d’après le registre du personnel. Il est logé à Moulin Maillé (ou Maillé), ferme qui appartient à la colonie. Lorsqu’il quitte la colonie le 1er novembre 1885, il s’installe aux Bourgetteries à Mettray, dans une maison dont il n’est pas propriétaire et qui n’appartient pas à la colonie. Il est qualifié de jardinier jusqu’à son décès.

26Le degré d’instruction de Martin Béchu est certainement très faible. Pendant toute sa vie, il ne peut pas signer son nom.

  • 3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 156.

27Physiquement, il ne se fait pas remarquer non plus. Mesurant 1,69 m, il a le visage ovale, un front étroit, un long nez, une bouche moyenne et un menton plat. Son teint est coloré et ses yeux bruns. Il porte une cicatrice au front et souffre de varices à la jambe droite3.

28Martin Béchu épouse donc à Tours le 7 août 1860, soit à peine trois mois après son entrée à la colonie, Catherine Feillault, gagiste âgée de 28 ans, née à Veigné (Indre-et-Loire) le 28 août 1831, fille de Martin Feillault, vigneron et de Catherine Dreux. Il n’y a pas de contrat de mariage. Après avoir donné le jour à trois enfants, Catherine meurt à Mettray le 4 septembre 1877, à l’âge de 46 ans.

  • 4 Martin Feillault, père de Catherine, était fils de Jean et de sa première femme Catherine Massotea (...)
  • 5 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/1061, 18 juillet 1879.

29Le 21 juillet 1879, à 46 ans, Martin se remarie à Mettray avec Marie Justine Alida Feillault, cousine germaine de sa première femme4, âgée de 28 ans, née le 10 janvier 1851 à Lésigny (Vienne), fille de Michel et de Jeanne Marie Françoise Eliot. Marie Justine Alida est veuve en premières noces d’Édouard Schmith et en secondes noces de Louis Lavende. Le contrat de ce second mariage de Martin est signé chez Me Baranger, notaire à Fondettes, le 18 juillet5. Le futur évalue son apport à 2 500 F. La future est plus riche, à cause de ses mariages précédents. Elle apporte une créance de 6 231 F, une maison à Châtellerault (Vienne) et la nue-propriété d’une maison à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers (Vienne), ce qui représente un total de 7 731 F.

30Cette seconde épouse de Martin Béchu meurt à Mettray le 26 juin 1894, à l’âge de 43 ans. Son mari lui survit jusqu’au 24 octobre 1918 et meurt âgé de 85 ans.

  • 6 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/1125, 23 juillet 1894.

31Le niveau de vie des Béchu peut être apprécié par l’inventaire, dressé le 23 juillet 18946, après décès de sa seconde femme. Le total de l’actif de la communauté est 6 769 F. Le mobilier commun est estimé à 500 F et comprend un buffet, deux tables, douze chaises, deux armoires, trois lits, beaucoup de linge et 250 litres de vin rouge de la dernière récolte.

32Les biens immobiliers proviennent surtout de l’épouse, mais le couple Béchu possède deux vignes à Mettray, l’une aux Bourgetteries de 4 ares 17 centiares et l’autre aux Nadreaux de 7 ares 26 centiares.

33Martin a un livret de la Caisse d’Épargne et de Prévoyance de Tours d’un montant de 400 F et son épouse un livret de la même caisse de 1438 F.

34Martin Béchu n’a eu que trois enfants, tous du premier lit :

  • Marie Catherine, née à Mettray le 14 novembre 1863, couturière, qui épouse à Mettray le 8 août 1881 Jean Baptiste Javelle, tonnelier, né à Mettray le 15 mai 1855, fils de Jean, maçon à Mettray et d’Anne Nerdeux.
  • Théophile Martin, né à Mettray le 8 juillet 1867, qui meurt une semaine plus tard, le 16 juillet.
  • Georges Auguste, né à Mettray le 20 juillet 1870, qui reçoit une formation de boucher ou de charcutier. En 1894, il est à Nantes, puis revient à Tours où il ne trouve pas travail et s’emploie à droite et à gauche comme manœuvre. Le 21 septembre 1895, il est condamné à deux mois de prison pour coups et blessures en état d’ivresse. On le retrouve en 1914 où il fait campagne contre l’Allemagne du 11 au 14 août. On perd ensuite sa trace7.

35Martin Béchu n’est pas de ceux qui ont laissé une trace importante dans l’histoire de la colonie. Y est-il bien intégré ? On peut se poser la question, car sur tous les documents concernant sa famille, on ne trouve qu’une seule fois la mention d’un autre membre du personnel de la colonie ; il s’agit de Jean Laurenceau, chef de famille, chevalier de la Légion d’honneur, qui est témoin à la déclaration de naissance de son fils Georges Auguste en 1870. Il faut remarquer aussi qu’il quitte la colonie assez jeune, à 52 ans, de son propre gré, alors que d’autres y sont restés jusqu’à leur mort. Malgré tout, il est parmi ceux qui y ont fait une assez longue carrière.

MichelBoul(l)ay
Chef d'atelier de saboterie, n° 421

36C’est à Rouziers (canton de Neuillé-Pont-Pierre) que nous conduit la famille Boulay. Michel Boulay y naît le 21 septembre 1826.

37Son père Jean Boulay, sabotier à Rouziers, y naît le 16 février 1790, fils de Jean Noël Boulay, décédé en 1802 à Saint-Laurent-en-Gâtines et de Catherine Venier, de Saint-Laurent-en-Gâtines, décédée le 16 novembre 1793. Son arrière-grand-père Jean Boulay s’est marié le 19 février 1754 à Rouziers avec Renée Dernet dont on peut retrouver les parents et grands-parents à Rouziers. Jean Boulay descend de Jacques Boulai et de Françoise Persil.

38La mère de Michel, Madeleine Bourdais, est née le 19 octobre 1792 à Rouziers, fille de Mathurin Bourdais, décédé le 1er janvier 1818 à Rouziers et qui a épousé en secondes noces Madeleine Sachet. Elle a un frère Mathurin Bourdais, marié en 1819 avec Suzanne Plisson, dont le fils Mathurin Bourdais est le n° 714 des employés de la colonie de Mettray. On voit ainsi l’influence des relations familiales dans le recrutement du personnel de la colonie.

39Les parents de Michel Boulay se marient le 19 juin 1821 à Rouziers.

40Michel Boulay est sabotier. Il entre à la colonie comme ouvrier sabotier à 27 ans le 1er septembre 1853. En 1872 il est chef d’atelier des sabotiers et en 1876 chef de ménage. Il quitte la colonie le 1er mars 1897 à 71 ans, après y avoir passé 44 ans.

41Il réside déjà à Mettray en 1846 d’après les recensements de population, alors que ses parents habitent à Rouziers.

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7552 et 3 Q 8966, déclaration de succession.

42Sa taille est de 1,75 m. De la classe 1846, il n’est pas enrôlé par l’armée, il a un frère en disponibilité de la classe 1844. Son degré d’instruction est classé 21.

43Michel Boulay se marie avec Louise Bruère, née en 1833 ou 1835. Trois enfants leur sont nés à Mettray : Symphorien en 1854, Michel-Louis le 15 février 1856 et Charles Marcel le 4 mars 1864. À la déclaration de naissance de Michel-Louis deux employés de la colonie sont témoins : Jean- Baptiste Dutertre, chef d’atelier de saboterie et Joseph Alexandre Marie dit Desvergie, chef d’atelier. Louis Juigner, concierge à la colonie, est présent à la déclaration de naissance de Charles Marcel.

44Michel Louis Boullay est comptable à Tours lorsqu’il épouse à Mettray le 12 septembre 1882 Antoinette Élise Bourdais, fille de Mathurin Bourdais, employé à la colonie et d’Adèle Renard. Michel Louis épouse donc sa cousine issue de germains. On a ici un bel exemple d’endogamie. Michel Boullay (n° 421) et Mathurin Bourdais (n° 714) sont cousins germains, car la mère de Michel Boullay est la sœur du père de Mathurin Bourdais. De plus le fils du premier épouse la fille du second.

45Michel Boulay décède à Rouziers le 29 mai 1908 à l’âge de 81 ans mais on ne sait pas où est décédée son épouse.

MathurinBourdais
Surveillant général, n° 714

46Les ancêtres de Mathurin Bourdais sont pratiquement tous de Rouziers.

47Il y naît le 10 avril 1821.

48Son père, également prénommé Mathurin (il y a cinq générations de Mathurin), né à Rouziers le 2 novembre 1790, se marie dans cette même commune le 9 novembre 1819 avec Suzanne Plisson qui y est née le 6 avril 1794. Il est marchand, puis propriétaire, alors que le grand-père est laboureur-vigneron. Veuf de Catherine Avena de Saint-Antoine-du-Rocher, il se remarie le 15 février 1790 à Rouziers avec Magdeleine Saché. On peut remonter quatre générations de Saché-Baillardeau pratiquement tous originaires de Rouziers.

49Sa mère Suzanne Plisson est la fille du sergetier René Plisson, marié à Rouziers le 16 octobre 1787 avec Catherine Saché. Il s’agit d’une autre branche de Sacher (Saché), mais à la quatrième génération, on retrouve les mêmes ancêtres Michel Sacher et Louise Rousseau que ceux de la grand- mère paternelle de notre Mathurin.

50Mathurin Bourdais est dit sabotier, puis épicier. Il entre à la colonie de Mettray le 26 décembre 1867, à l’âge de 46 ans, comme chef d’atelier. Il est ensuite surveillant le 15 novembre 1868, surveillant général provisoire le 10 mars 1876, puis surveillant général le 1er janvier 1877. En 1886, il est employé au recensement. Il quitte la colonie le 30 juin 1887 à l’âge de 66 ans, après y avoir passé 20 années.

51On le trouve dans les recensements de population de Mettray où il habite donc, en 1876 comme employé, puis en 1881 et 1886 où il est dit aussi employé.

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 103 et 1 R 144.

52Mathurin Bourdais, de la classe 1841, est déclaré propre au service et incorporé au 21e Léger le 22 juillet 1842 sous le numéro 87371. À cette occasion, sa description physique est la suivante : taille 1,65 m ou 1,66 m, une cicatrice au bras droit, des cheveux or, des sourcils châtains, des yeux roux, un nez moyen, une bouche moyenne, un menton rond, un visage ovale et le teint coloré. L’acte de mariage de sa fille Antoinette le dit chevalier de la Légion d’honneur, mais son dossier n’existe pas aux Archives Nationales. Il sait signer.

53Mathurin Bourdais se marie vers 1861 à 40 ans avec Adèle Renard née à Sedan (Ardennes) en 1838. Ils ont deux filles : l’aînée Antoinette Élise naît en 1861 à Annecy (Haute-Savoie), la cadette Pauline à Lyon (Rhône) en 1863. Ce qui prouve que ce couple s’est souvent déplacé avant de revenir en Touraine et se fixer à Mettray. L’entrée tardive à la colonie de Mathurin Bourdais, à 46 ans, sa décoration éventuelle de la Légion d’honneur et son absence de la Touraine pendant environ 25 ans nous incitent à penser qu’il a fait une carrière militaire avant d’entrer à la colonie, mais nous n’en avons pas la preuve.

54Sa fille Antoinette épouse à Mettray le 12 septembre 1882 son cousin issu de germains Michel Louis Boullay, comme il a été signalé dans le dossier Boullay.

55Mathurin Bourdais n’est mort ni à Mettray ni à Rouziers.

JeanJacques
Chef d'atelier de forge, surveillant, n° 53

56Dans la famille Jacques, on est maréchal de forge de père en fils.

57Le père de Jean, Paul François, né vers 1772, fils d’un maréchal de forge d’Amboise, est maréchal de forge à Tours, puis à Mettray. Sa mère Françoise Madeleine Lesourd, née à Mettray le 28 septembre 1772, est aussi fille d’un maréchal de forge dont la famille est originaire de Saint-Roch. Jean Jacques continue donc la tradition familiale. Ses parents se marient à Mettray le 4 brumaire an IV (27 octobre 1795).

58Né à Mettray le 28 floréal an VI (17 mai 1798), il perd son père à l’âge de 14 ans, le 30 août 1812, tandis que sa mère vit jusqu’au 9 juillet 1825. Tous deux sont décédés à La Membrolle, qui fait partie, à cette époque, de la commune de Mettray.

59Il a un frère et deux sœurs. Son frère aîné, Paul François, né à Mettray le 16 octobre 1796, maréchal-ferrant à La Membrolle, puis à Fondettes en 1825 et à Luynes en 1854, épouse à Mettray le 2 juin 1818 Françoise Marie Paimparé, fille d’André Paimparé bourrelier à Fondettes et de Françoise Berge. De cette union naît à Mettray le 4 avril 1819 un autre Paul François, qui sera cordonnier à Fondettes-Vallières.

60L’aînée de ses sœurs, Françoise Victoire, naît à Mettray le 7 germinal an VIII (28 mars 1800) et meurt à Tours le 14 juillet 1876, où son mari Martin Silvain Reverdy, né à Saint-Cyr en 1791, décède le 12 novembre 1872.

61Sa seconde sœur, Rose, vit le jour à Mettray le 18 germinal an IX (8 mars 1801). Elle y épouse le 15 novembre 1825 Joseph Bizot, marchand né le 29 vendémiaire an IV (21 septembre 1795) à Requeil (Sarthe).

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire,3 E1/1093.

62Le 10 janvier 1826, à 28 ans, Jean Jacques épouse à Mettray Félicité Tessier, âgée de 17 ans, née à Mettray le 7 février 1809, fille de Julien Urbain Tessier, propriétaire âgé de 50 ans et de Perrine Pinot, âgée de 47 ans. À cette date, les Tessier habitent Mettray, tandis que Jean est toujours domicilié à La Membrolle. Un contrat de mariage1 est signé devant le notaire Bidault le 8 janvier 1826. La dot de la future est de 2 000 F, alors que le futur apporte 2 500 F qui lui reviennent de la succession de ses parents. Les recensements de population de Mettray ne lui attribuent qu’un fils, présent en 1841, dont on perd rapidement la trace et qui n’hérite pas de ses parents.

63Jean sait signer, ainsi que ses parents et d’autres membres de sa famille.

64En 1840, à 42 ans, il entre à la colonie comme chef d’atelier de forge. Il y est aussi membre de l’Association le 15 janvier 1843, membre du Conseil de Discipline une semaine plus tard, le 22 janvier 1843 et surveillant des ateliers sédentaires le 1er janvier 1872. Après être resté 34 ans à la colonie, il en sort le 31 octobre 1874 à 76 ans et la colonie lui verse une rente de 400 F.

  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7552 et 3 Q 8966, déclaration de succession.

65Il meurt l’année suivante, le 17 octobre 1875, à l’âge de 77 ans, en son domicile de La Membrolle. Il est propriétaire de deux maisons à La Membrolle, dont l’une est louée à un menuisier ; l’actif de la communauté se monte à 1 715,54 F2. Les époux Jacques se sont fait une donation mutuelle le 20 novembre 1855 devant Me Devillers, notaire à La Membrolle. Sa veuve lègue tous ses biens à ses deux nièces.

La familleJuigner

66La famille Juigner se présente de façon particulière parmi le personnel de la colonie puisqu’elle lui fournit six employés sur trois générations. Nous les présentons ici dans l’ordre chronologique, en commençant par le plus ancien.

Louis Juigner
Chef d’atelier d’agriculture, n° 346

67Louis Juigner naît le 21 janvier 1816 à Neuvy-le-Roi où ses parents s’y sont mariés le 12 janvier 1813. Son père René et sa mère Marie Marguerite Dolidon sont tous les deux originaires de Louestault. René Juigner, journalier, habite 5 rue Royale (aujourd’hui rue Nationale) et décède à Tours le 2 février 1817. Son décès est déclaré par Jean Jacques Porcher, propriétaire 5 rue Royale dont il est sans doute l’employé. Louis ne connaît donc guère son père, qui meurt lorsqu’il a un an.

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 139.

68De la classe 1836, il ne figure pas sur le registre du bureau de recrutement de Tours1.

69À 27 ans, Louis est journalier. Il épouse le 30 mai 1843 à Savigné-sur- Lathan Marie Tulasne, fille d’un tisserand de cette ville. Trois enfants naissent à Mettray : Louis Marie Gatien le 27 mars 1844, Marie-Louise le 26 février 1846 et un autre garçon, Auguste le 7 avril 1848. La fille reste célibataire et vit avec ses parents, mais les deux fils travaillent à la colonie comme leur père.

70Le 1er novembre 1849, à 33 ans, Louis entre à la colonie comme chef d’atelier d’agriculture. Il figure aussi comme jardinier ou employé à la colonie dans les listes des recensements jusqu’en 1896. Il y est inscrit pour la dernière fois en 1901, il a alors 85 ans.

Marie Tulasne, épouse de louis Juigner
Concierge, n° 660

71Marie Tulasne est née à Mettray le 25 mars 1818. Ses parents, François Tulasne et Marie Foucray sont de Savigné-sur-Lathan, où ils se sont mariés le 6 janvier 1812.

72Elle entre comme concierge à la colonie le 22 mars 1858, à l’âge de 40 ans et la quitte le 31 mai 1889, à 71 ans.

Louis Marie Gatien Juigner
Professeur, Inspecteur, n° 542

73Louis Marie Gatien Juigner naît à Mettray le 27 mars 1844, de Louis Juigner, journalier à cette date et de Marie Tulasne. Le chanoine honoraire Gatien Brault, aumônier de la colonie, est présent à la déclaration de naissance.

74Louis Marie Gatien entre à la colonie dès l’âge de 16 ans comme élève- contremaître. Il en sort au bout d’un an le 1er octobre 1861.

75De la classe 1864, il s’engage pour dix ans dans l’armée, mais en est dispensé immédiatement, « étant voué à l’Instruction Publique ». C’est en effet le 10 mars 1864, à 20 ans, qu’il entre comme professeur à la Maison Paternelle.

76Après une interruption pendant la guerre de 1870 où il est appelé sous les drapeaux du 13 décembre 1870 au 18 mars 1871, il reprend son travail à la colonie, y est nommé surveillant général le 19 mai 1880 et inspecteur en 1887. C’est le 1er septembre 1910, à 66 ans, qu’il quitte cet emploi.

77Ajoutons qu’en 1872, il est adjoint au maire de Mettray.

  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 26.

78Son aspect physique nous est décrit dans le registre du bureau de recrutement2 : « un visage ovale au teint coloré, un petit front, des sourcils noirs, un long nez, une bouche moyenne et un menton fourchu ».

79Au retour de la guerre, le 19 avril 1871, à 27 ans, Louis Marie Gatien épouse à Mettray Clotilde Anastasie Legeay, née le 14 mars 1849 à Mettray, fille de Joseph Timothée Legeay, ancien tonnelier et propriétaire, et de Marie Thiffaine. Trois enfants naissent de cette union :

  1. Louis Émile, né à Mettray le 9 avril 1875, époux de Marie Menier, il fait aussi sa carrière à la colonie (voir la fiche biographique n° 1140).
  2. Fernand, né le 27 mars 1878 à Mettray, il est aussi professeur à la colonie (voir la fiche biographique n° 1127).
  3. Marcel, né à Mettray en 1882.

80Louis Marie Gatien décède en son domicile des Bourgetteries à Mettray le 25 mars 1917, à 73 ans.

Auguste Juigner
Surveillant, n° 659

81Auguste Juigner, second fils de Louis Juigner (n° 346) et de Marie Tulasne (n° 660), naît à Mettray le 7 avril 1848.

82Il entre à la colonie à 16 ans, le 6 avril 1864, comme élève-contremaître. De la classe 1868, appelé sous les drapeaux, il a l’opportunité de se faire remplacer le 5 juillet 1869.

83Il retourne à la colonie où on le nomme chef de famille provisoire le 24 octobre 1869.

84Absent de la colonie du 12 septembre 1870 au 22 avril 1871, sans doute pour participer à la guerre de 1870, il est nommé surveillant à la Maison Paternelle le 17 octobre 1871, puis chef de quartier des punitions le 4 juillet 1872.

85Il quitte définitivement la colonie le 14 novembre 1872, à l’âge de 24 ans. Il ne figure plus sur les listes de recensement de population de Mettray à partir de 1876.

  • 3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 171.

86Le registre du bureau de recrutement3 en fait ainsi son portrait : « 1,58 m, visage ovale au teint ordinaire, cheveux et yeux châtains, front découvert, nez et bouche moyens, menton rond ».

Louis Marie Emile Juigner
Institeur, Économe, n° 1140

87Louis Marie Emile Juigner, né à Mettray le 9 avril 1875, est le fils de Louis Marie Gatien Juigner (n° 542) et de Clotilde Anastasie Legeay. Son père et son grand-père paternel sont déjà tous deux employés à la colonie.

88Instituteur stagiaire avant l’âge de 20 ans, il est incorporé le 28 octobre 1895 comme engagé volontaire pour trois ans et obtient le grade de caporal en 1896. Mis en disponibilité le 22 septembre 1896 et, après avoir accompli une période d’instruction en 1899, il passe dans le cadre de réserve. Il entre à la colonie comme professeur le 14 janvier 1901, à l’âge de 25 ans. Il y fait toute sa carrière, évidemment interrompue par la guerre de 1914-1918. Mobilisé le 11 janvier 1915 il fait campagne contre l’Allemagne jusqu’au 4 octobre 1917, date à laquelle il est mis en sursis. Il retrouve la colonie le 22 février 1918 comme économe.

  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 414.

89Le registre du bureau de recrutement militaire4 le décrit ainsi : « sourcils châtains, yeux bruns, front ordinaire, nez moyen, bouche petite, visage ovale, menton fourchu (comme son père !). Taille : 1,62 m ».

90Il épouse vers 1905 Marie Angèle Menier, née le 28 novembre 1878 à Rivarennes, qui est institutrice. Ils ont eu au moins trois enfants :

  • André, né en 1906 à La Membrolle ; en 1936 il est officier d’artillerie et domicilié 26 rue Duvillier à Paris.
  • Paul, né en 1909 à Mettray.
  • Anne, née en 1916 à Mettray.

91Louis Marie Émile décède à Mettray le 23 février 1936, à l’âge de 61 ans, alors qu’il est toujours économe à la colonie.

  • 5 Archives départementales d’Indre-et-Loire, T 1692

92Il nous a été possible de retrouver aussi le dossier personnel de son épouse Marie Angèle Menier5.

93Elle fait ses études à l’École Normale Primaire de Tours de 1894 à 1897, mais se met en congé pour soigner sa mère, très souffrante, qui meurt le 23 octobre 1897. Elle reste près de son père et ne demande à réintégrer l’enseignement que le 20 décembre 1900.

94Après différents stages, elle obtient le Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Primaire à Tours le 17 mars 1902. Institutrice à Notre- Dame d’Oé, puis à La Membrolle, elle est nommée institutrice titulaire à l’école de Mettray le 1er janvier 1916. Les nombreux rapports d’inspection la décrivent comme sérieuse, mais de santé délicate, ce qui lui cause un manque de dynamisme. Citons celui du 20 juin 1923 : « Mme Juigner n’a qu’une santé assez fragile. Ses explications sont en général intelligentes. Mais on ne peut s’empêcher de noter une certaine mollesse qui nuit au travail général de la classe, quoique quelques parties donnent des résultats assez satisfaisants ».

Fernand Juigner
Professeur, n° 1127

95Fernand Juigner, frère cadet de Louis Marie Émile (n° 1140) naît à Mettray le 27 mars 1878.

96À 21 ans, le 1er août 1899, il entre à la Maison Paternelle comme professeur. Il en sort le 5 octobre 1909, à 31 ans, après avoir fait son service militaire de novembre 1900 au 1er octobre 1902.

97Il épouse vers 1906 une demoiselle Chassignol de Rigny-Ussé et meurt à Chinon le 12 juin 1967.

JeanLaurenceau
Chef de famille, n° 758

98Le 28 novembre 1818 Jean Laurenceau naît à Azay-le-Rideau où ses parents vivent aux Caves. Ils se sont mariés à Azay-le-Rideau le 4 décembre 1817.

99Son père, Jacques Laurenceau, laboureur et vigneron, est issu d’une lignée de laboureurs de Vallères et Cheillé. Né à Vallères le 28 fructidor an V (14 septembre 1797), il meurt le 5 octobre 1857 à Azay-le-Rideau.

100Sa mère, Marie Larcher naît à Azay-le-Rideau le 7 août 1792 et y décède le 27 février 1870. Ses ancêtres sont originaires de cette ville, de Thilouze et de Villaines-les-Rochers, et sont aussi laboureurs. Toute l’ascendance Laurenceau se situe donc dans le canton d’Azay-le-Rideau.

101Jean n’a qu’un frère, Pierre, vigneron à Azay-le-Rideau. Né dans cette ville le 5 mars 1825, il y épouse le 25 juin 1850 Françoise Geneviève Deniau, née aussi à Azay-le-Rideau le 26 novembre 1825, fille de feu Maurice Deniau, vigneron et de Jeanne Brunet.

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 100 et 1 R 141.

102Alors que Jean est domestique à Cheillé, il est incorporé au 6e régiment de cuirassiers le 16 décembre 18391. Les registres de recrutement nous apprennent qu’il mesure 1,73 m, qu’il avait les sourcils et les yeux bruns, le front ordinaire, le nez petit, la bouche moyenne, le menton rond, le visage ovale et le teint clair. Il sait lire et écrire.

  • 2 Archives nationales, dossier de Légion d’honneur, L 1498074.

103On le retrouve gendarme à Monnaie en 1846, gendarme à cheval à Luynes en 1850 et le 24 décembre 1869, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur2 comme maréchal des logis en retraite, avec un traitement annuel de 250 F. Ce premier métier l’oblige à des déménagements fréquents puisque l’un de ses enfants est né à La Châtre (Indre) en 1859, un autre à Mer (Loir-et-Cher) en 1862. C’est seulement le 20 mai 1870, à 52 ans, qu’il entre à la colonie. Il y reste un peu plus de 14 ans et la quitte le 31 octobre 1884, « pour se retirer dans sa propriété ». Il a alors 66 ans.

104On a, avec Jean Laurenceau, un des premiers exemples d’agents recrutés après une carrière militaire.

105Jean épouse à Mettray le 12 janvier 1846 Eugénie Silvine Chemin, lingère, née à Mettray vers 1823, fille de Jacques Chemin, vigneron et propriétaire au lieu de Guindrault à Mettray et de Marie Silvine Fournier. De cette union naissent un garçon et deux filles. L’aîné, Anatole, né vers 1853, est en 1881 et 1887 adjudant à Besançon (Doubs).

106L’aînée des filles, Nicole Armantine, née à La Châtre (Indre) le 5 mai 1859 épouse, le 21 septembre 1880 à Mettray, Alphonse Ludovic Théodule Louis Boblet, né à Boursay (Loir-et-Cher) le 10 août 1855, fils de Louis Alphonse Boblet, marchand grainetier à Vendôme et d’Honorine Olivier. Entré à la colonie comme élève-contremaître à 17 ans le 3 octobre 1872, Alphonse Ludovic Boblet est nommé le 1er janvier 1876 sous-chef de famille à La Briche (à Rillé). Il quitte ce poste le 23 décembre 1876, sans doute appelé sous les drapeaux. Revenu à la colonie le 3 janvier 1877 comme chef de famille, il la quitte en septembre 1880, au moment de son mariage. Il est ensuite grainetier à Vendôme où il reprend, sans doute, le commerce de son père.

107La seconde fille, Julienne Alexandrine, est née à Mer (Loir-et-Cher) le 6 février 1862. À 17 ans, le 17 février 1879, elle épouse à Mettray François Fabry, né à Arnay-le-Duc (Côte d’Or) le 11 mars 1850, fils de Zacharie Fabry, propriétaire à Foissy (Côte d’Or) et de Pierrette Charreau. Les témoins du futur sont deux employés de la colonie, Charles Quesnel, instituteur et sous-inspecteur, officier de l’Instruction Publique et Élie Auguste Demoreville ( ?), garde-magasin. En effet, François Fabry est entré à la colonie le 30 octobre 1875 comme professeur de gymnastique. Auparavant il a été sous-officier au 23e régiment d’infanterie, puis moniteur à l’école de gymnastique de Joinville-le-Pont. Il quitte la colonie le 1er novembre 1881, car il est nommé professeur à Maubeuge (Nord).

  • 3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7558 et 3 Q 9024.

108Jean Laurenceau meurt à Mettray le 24 janvier 1901, à l’âge de 82 ans. Sa femme, Eugénie Silvine Chemin, l’a précédé dans la tombe le 16 novembre 1880 à Mettray. À cette date, le mobilier commun est estimé à 482 F et la maison des Guindraults, où ils ont habité depuis 1870, à 2 400 F. La défunte possède aussi deux vignes à Mettray, l’une de 20 ares à la rue Maigre et l’autre de 33,33 ares à la Robaudière3.

Alexandre AugusteMillet
Médecin, n° 512

109Alexandre Auguste Millet naît à Tours le 30 novembre 1816. Sa naissance est déclarée par un cousin « orloger » et par un géomètre dessinateur du cadastre.

110Son père Jean Nicolas Millet est né à Senuc (Ardennes) le 10 septembre 1778. Lieutenant au 1er régiment de carabiniers, il est chevalier de l’ordre royal de la Légion d’honneur. Il demeure à Tours rue du Cluzel et 8 rue de la Caserne. À son décès, le 2 septembre 1850, il est officier retraité et domicilié 23 rue du Commerce à Tours.

111Le grand-père paternel d’Alexandre Auguste, Jean-Baptiste Millet est propriétaire à Senuc et marié à Marie Catherine Lefevre.

112Sa mère, Marie Madeleine Lecompte, est née le 25 janvier 1786 à Tours et baptisée à l’église Saint-Pierre-du-Boile. Après le décès de son mari en 1850, elle habite toujours 23 rue du Commerce, mais meurt, rentière, le 27 juillet 1866, au 12 rue des Jacobins. C’est une tourangelle de pure souche. Son père, Jacques Lecompte, est marchand maître bonnetier, il décède le 25 février 1813. Il se marie le 19 octobre 1778 à l’église Saint- Pierre-le-Puellier de Tours avec Marie Andrée Bourgady, décédée le 5 septembre 1780.

113Les grands-parents de Marie-Madeleine Lecompte sont Jacques Lecompte, marié à l’église Saint-Pierre-du-Boile de Tours avec Jeanne Roy et Jacques Bourgady, marié à Tours également le 10 mai 1751 avec Marie Barbe Verdon. Il est possible de poursuivre cette ascendance à Tours.

114Jean Nicolas Millet et Marie Madeleine Lecompte se marient à Tours le 20 février 1816. Ils n’ont que deux enfants, le futur médecin et une fille Marie Sophie, née à Tours le 9 juin 1819 ; elle reste célibataire et décède à Tours en 1890.

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 98 et 1 R 146.

115Alexandre Auguste est de la classe 1836 ; c’est son père qui, en son absence, a tiré pour lui ; déclaré propre au service, il n’est finalement pas allé à l’armée1.

116Il réside à Paris comme étudiant en médecine, puis devient docteur en médecine et professeur à l’École de Médecine de Tours. Il est chevalier de la Légion d’honneur, officier et commandeur de plusieurs ordres.

117Le 17 août 1856, à 40 ans, il entre à la colonie comme médecin. Il y reste jusqu’à son décès le 20 mars 1881, après y avoir passé 25 ans. Il habite alors à Tours, 19 quai Saint-Symphorien.

118À presque 30 ans, Alexandre Auguste se marie à Tours le 21 octobre 1845 avec Marie Françoise Émilie Tamisier ; un contrat de mariage avait été signé le 15 octobre devant Me Duvigneaux (notaire à Tours) ; à cette époque Alexandre Auguste demeure chez ses parents rue du Nouveau Calvaire, alors que Marie Françoise Émilie habite 16 levée de Saint-Symphorien avec sa mère. Marie Françoise, née le 14 janvier 1829 à Orange (Vaucluse), n’a pas de profession. Son père, Jean Baptiste Tamisier, né en avril 1806 également à Orange, est propriétaire, négociant brasseur ; il décède le 8 juin 1835 à Tours, ayant à peine 30 ans. Sa mère Marie Goubeau(t) est née en 1786 dans le Vaucluse. Son grand-père paternel, Joseph Ange est marié à Marthe Moric. Marie Françoise Émilie a deux sœurs, Marie Marthe Baptistine, née le 7 novembre 1834 et Émilie qui devient religieuse à Lyon.

119Alexandre Auguste Millet a une fille unique Marie Josèphe Élisabeth, née à Tours le 19 novembre 1854. Elle est sans profession lors de son mariage le 9 novembre 1876 à Tours avec Louis André Bouvier, capitaine au 3e régiment de hussards, détaché à l’école de cavalerie de Saumur, né le 20 octobre 1843 à Sermerieu (Isère, canton de Morestel). Les parents de ce dernier, Jean Bouvier et Benoîte Durand sont aussi de Sermerieu.

  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 5/1100, Me Vincent, 9 novembre 1876.
  • 3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 5/1100, 12, 13 et 18 septembre 1876.

120Leur contrat de mariage est signé le même jour devant Me Vincent, notaire à Tours2. Le futur apporte 3 000 F d’effets personnels et des biens immobiliers situés à Sermerieu. Sans doute pour doter leur fille unique, les parents Millet ont vendu les 12, 13 et 18 septembre précédents une maison3 sise à Tours, 44 rue Royale (aujourd’hui rue Nationale). Cette maison comprend deux boutiques, l’une louée jusqu’alors à Roy, marchand mercier qui est le nouvel acquéreur, et l’autre à un confiseur. Elle a été acquise pour 75 000 F le 22 avril 1834 devant le notaire Walwein à Tours par les parents de Marie Françoise Émilie Tamisier et par ses grands-parents maternels Jean-François Goubeau et Marie Branche. La famille Tamisier est donc aussi originaire de Tours par sa branche maternelle. Cette maison est restée dans l’indivision entre Mme Millet et sa sœur Émilie. M. et Mme Millet cèdent leur part, soit 37 500 F, en avancement d’hoirie à leur fille, dont la dot se monte au total à 40 000 F et 4 000 F d’effets personnels.

121Le couple Bouvier-Millet a un enfant mort-né le 17 avril 1879 à Tours.

  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 5/1107, Me Vincent, 24 octobre 1878.
  • 5 .Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 8992 (20 septembre 1881) et 3 Q 8998 (12 janvier 1 (...)

122Alexandre Auguste Millet décède à Tours le 20 mars 1881 à 65 ans. Sa seule héritière est sa veuve, à qui il a fait une donation universelle4 le 24 octobre 1878 devant le notaire Vincent à Tours. L’actif de la succession5 se monte à 31 211,08 F. Il lui reste dû 222,22 F de traitement pour le dispensaire de la ville de Tours et 555,55 F sur son traitement de professeur

123à l’École de Médecine. Curieusement, il n’est pas question dans la déclaration de succession d’un salaire de la colonie de Mettray. Ses biens se composent de mobilier (3 990 F) et de valeurs mobilières ; il ne possède pas de maison.

UrbainRenou(lt)
Chef d'atelier d'agriculture, n° 76

124Comme l’indique le registre matricule militaire, Urbain Renoult est né à Saint-Paterne-Racan le 4 floréal an VI (23 avril 1798), fils d’Urbain Renoult et de Marie Madeleine Lorion. Mais il ne nous a pas été possible de trouver son ascendance, ni celle de sa femme Marie Serpin, qu’il a épousée avant 1825. Ils sont peut-être originaires de la Sarthe ou du Loir-et-Cher.

125Son père Urbain Renoult décède à Rouziers le 30 septembre 1828 et sa mère Marie Madeleine Lorion à Semblançay le 24 mars 1833.

126On lui connaît une sœur, Françoise Jeanne Renoult, née à Charentilly le 3 juillet 1820. Elle épouse successivement le 13 juin 1863 à Mettray Pierre-Alexandre Diet (décédé à Mettray le 26 août 1876), puis le 8 juillet 1879 à Mettray Jacques Fresneau, cultivateur domicilié à Nazelles, fils de feu Jacques Fresneau et de feue Marie Hélène Bizeau et veuf de Louise Catherine Crosnier (décédée à Nazelles le 21 février 1878).

127Cultivateur et vigneron, Urbain Renoult est exempté de service militaire en 1818 à cause de ses « pieds plats ». Le 8 avril 1841, à 43 ans, il entre à la colonie comme chef d’agriculture. Il devient membre de l’Association le 15 janvier 1843 et ne quitte la colonie que le 1er avril 1862, à l’âge de 64 ans. La colonie lui verse une rente de 200 F.

128Il vit encore 18 ans et s’éteint à Mettray le 4 mars 1880. Il habite successivement à La Chênaie, la colonie et Moulin-Maillé. Son épouse décède avant lui.

129De sa femme Marie Serpin, Urbain Renoult a au moins quatre enfants :

  1. Marie, née à Mettray le 16 février 1825, elle y meurt le 19 mars 1870. Le 9 février 1852, elle épouse à Mettray Louis Marcel Vacher, chef d’atelier d’agriculture à la colonie, qui fait l’objet d’une notice dans cette étude (n° 401).
  2. Catherine. Elle épouse aussi un employé à la colonie, Henri Masson, le 17 décembre 1864 à Mettray.
  3. Marguerite, née vers 1833.
  4. Alexandre, né à Mettray le 15 octobre 1834, épouse à Cérelles le 4 octobre 1859 Florentine Fronteau, née à Cérelles le 26 septembre 1836, de François Fronteau, propriétaire et de Jeanne Bruère.
  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7554 et 3 Q 8986, 24 juin 1880.

130Lors de son décès en 1880, Urbain n’a plus qu’une héritière, sa fille Catherine épouse Masson. Il est encore domicilié à la colonie et n’est propriétaire d’aucun bien immobilier. Son mobilier est estimé à 47 F1.

Louis MarcelVacher
Chef d'atelier agricole, puis chef de famille, n° 401

131Louis Marcel Vacher est né le 15 septembre 1823 à Saint-Laurent-en- Gâtines, où ses parents se sont mariés le 9 janvier de la même année.

132Son père, Louis Alexandre Vacher, illettré, journalier puis carrier, demeure à La Membrolle lors de son mariage. Il est né à Chemillé-sur- Dême le 23 pluviôse an VII (11 février 1799) dans une famille qui compte beaucoup de journaliers.

133Sa mère, Rose ou Rosalie Houet(te), gagiste lors de son mariage, est née le 7 frimaire an V (27 novembre 1796) à Saint-Laurent-en-Gâtines, d’où toute sa famille semble être originaire. Les parents de Louis Marcel habitent longtemps à La Membrolle et c’est seulement en 1861 qu’on les trouve au Moulin-Milon à Mettray. Ils y décèdent tous les deux, son père le 27 août 1862 et sa mère le 19 septembre 1867.

  • 1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 8907.

134La succession de son père est déclarée au bureau de Tours le 24 octobre 18621. Les meubles de la communauté sont estimés à 156 F. Ils sont propriétaires de 8 ares 11 centiares de vignes à Saint-Cyr.

135Louis Marcel a plusieurs frères et sœurs :

  1. François, né à Saint-Laurent-en-Gâtines le 30 janvier 1825, sa destinée est inconnue.
  2. Thomas, né à Saint-Laurent-en-Gâtines le 9 janvier 1827, tailleur d’habits, il meurt le 25 janvier 1851 à Tours, où il a épousé le 2 mai 1849 Alphonsine Victorine Baugé, gagiste, née à Cléré-les Pins le 23 mars 1825, fille de Louis Baugé, boucher et de Félicité Lemercier.
  3. Victor, né à Saint-Laurent-en-Gâtines le 13 octobre 1828, est carrier à Mettray en 1852 et 1854, journalier à Fondettes en 1862 et vigneron à Luynes en 1878. Le 14 février 1854, il épouse à Fondettes Jeanne Guespin, fille de feu Étienne, cultivateur (décédé à Pernay le 17 décembre 1827) et de Madeleine Bontemps.
  4. Victor Germain, né à Saint-Laurent-en-Gâtines le 24 septembre 1833, sa destinée est inconnue.
  5. Rosalie (Rose), née à Cérelles le 6 avril 1836, est passementière en 1856 et lingère en 1858. Le 23 novembre 1858, elle épouse à Mettray Joseph Jacques Rétif, né à Bessé-sur-Braye (Sarthe) le 9 mai 1834, fils de Joseph Rétif, ouvrier en soie et de Marie Louise Vérité. À son mariage, Joseph Jacques Rétif vit chez ses parents 55 rue Colbert à Tours. Il est fusillier au 28e régiment d’infanterie de ligne et en congé renouvelable. Il est plus tard cordonnier à Saint-Cyr-sur-Loire.

136Louis Marcel est d’abord carrier (1823), puis chaufournier (1852). Le 1er octobre 1852, à 29 ans, quelques mois après s’être marié, il entre à la colonie, d’abord comme chaufournier, puis comme chef d’atelier agricole. Le 1er janvier 1859, il est nommé chef de famille et reste à la colonie jusqu’à son décès, le 16 mars 1894, à l’âge de 71 ans. Il sait signer.

137Le 9 février 1852, il épouse à Mettray Marie Renoult, née à Mettray le 16 février 1825, fille d’un autre employé de la colonie, Urbain Renoult (n° 76, qui fait l’objet d’une notice dans cette étude) et de Marie Serpin.

  • 2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/981.

138Un contrat de mariage entre Louis Marcel Vacher et Marie Renoult est signé le 21 janvier 1852 devant Me Brossard, notaire à Fondettes2. Le futur apporte 100 F en argent comptant provenant de ses gains et épargne et la future 537 F en argent comptant provenant de ses économies. Ils se font en même temps une donation mutuelle.

139Louis Marcel et son épouse habitent toujours dans la commune de Mettray, d’abord à Fouassé, puis aux Bourgetteries à partir de 1857.

140Ils ont trois enfants :

  1. Marie Louise, née à Mettray le 16 novembre 1852. Le 6 février 1872, à 20 ans, elle épouse à Mettray Louis Emile Baudin, propriétaire, demeurant aux Bourgetteries à Mettray, veuf de Marie Jeanne Houlard. Louis Émile Baudin, âgé de 44 ans, est né à Tours le 21 février 1828 de Louis Jérôme Baudin et de Marguerite Françoise Dussert.
  2. Léontine Marguerite Philomène, née à Mettray le 28 octobre 1854, célibataire et lingère en 1894.
  3. Louis Jean Marie, né à Mettray le 7 mars 1857. Sur son acte de naissance les témoins sont Urbain Renoult, son grand-père maternel et Jean Guipaud, distillateur demeurant à la colonie, âgé de 33 ans. Le 19 mai 1884, jardinier à Mettray, il épouse sa cousine germaine Joséphine Rosalie Rétif, femme de chambre à Paris. Née à Mettray le 12 novembre 1859, elle est la fille de Joseph Jacques Rétif et de Rose Vacher.

141Veuf depuis le 19 mars 1870, Louis Marcel décède à Mettray le 16 mars 1894, alors qu’il est toujours employé à la colonie.

  • 3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/1123.
  • 4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 9058.

142Un inventaire de ses biens est dressé le 30 avril 1894 par Me Diot, notaire à Fondettes3. Son mobilier est estimé à 206 F. On peut y relever une montre en argent et 125 litres de vin rouge. Il possède 13 ares 29 centiares de terres aux Bourgetteries et 2 ares 85 centiares de vignes aux Bourgetteries ou à la Bussonnerie (sic) ; il a acquis ces deux biens par adjudication le 10 juillet 1892. La déclaration de sa succession est du 26 mai 18944.

Notes

1 Le Centre généalogique de Touraine (C. G. T.) remercie vivement Luc Forlivesi et Georges-François Pottier des Archives départementales d’Indre-et-Loire. Idelette Ardouin, Nicole Huron, Robert Souchet, Paul Suffys et Hélène Vagnini, membres de la commission de recherches du C. G. T. ont effectué ce travail de dépouillement.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 114 J 540.

1 Acte de mariage du 7 août 1860 à Tours.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 414

3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 156.

4 Martin Feillault, père de Catherine, était fils de Jean et de sa première femme Catherine Massoteau. Michel Feillault, père de Marie Justine Alida, était fils du même Jean Feillault et de sa seconde épouse Marie Nicoreau.

5 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/1061, 18 juillet 1879.

6 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/1125, 23 juillet 1894.

7 13. Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 654 et 3 U 3/82568

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7552 et 3 Q 8966, déclaration de succession.

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 103 et 1 R 144.

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire,3 E1/1093.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7552 et 3 Q 8966, déclaration de succession.

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 139.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 26.

3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 171.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 414.

5 Archives départementales d’Indre-et-Loire, T 1692

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 100 et 1 R 141.

2 Archives nationales, dossier de Légion d’honneur, L 1498074.

3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7558 et 3 Q 9024.

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 1 R 98 et 1 R 146.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 5/1100, Me Vincent, 9 novembre 1876.

3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 5/1100, 12, 13 et 18 septembre 1876.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 5/1107, Me Vincent, 24 octobre 1878.

5 .Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 8992 (20 septembre 1881) et 3 Q 8998 (12 janvier 1883), déclaration de succession.

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 7554 et 3 Q 8986, 24 juin 1880.

1 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 8907.

2 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/981.

3 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 E 12/1123.

4 Archives départementales d’Indre-et-Loire, 3 Q 9058.

Auteur

ancien professeur de lycée, ancienne présidente du Centre généalogique de Touraine

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search