Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Première partie. La colonie de Mettray, une histoire et un système

L’éducation des jeunes détenus à Mettray et dans les colonies agricoles pénitentiaires françaises (1830-1900)

Ivan Jablonka

Texte intégral

  • 1 B. Appert, Journal des prisons, hospices, écoles primaires et établissements de bienfaisance, Pari (...)
  • 2 J. bourquin, « La difficile émergence de la notion d’éducabilité du mineur délinquant », Trames, n (...)

1Les colonies agricoles pénitentiaires qui détiennent des enfants et des adolescents n’ont-elles pour mission que de les punir ? Il faut revenir aux débats de la première moitié du xixe siècle pour comprendre, à travers le rejet de la prison traditionnelle, les motivations des inventeurs des colonies. Dans les années 1830 et 1840, les pouvoirs publics et les philanthropes se mettent à prendre en pitié ces enfants que l’on jette en prison comme de dangereux malfaiteurs. Pour Benjamin Appert, la loi n’est pas une « bonne mère » pour l’enfant qui a failli, mais une « marâtre » : elle s’efforce avant tout de « le punir, quand elle l’a abâtardi et le devait améliorer1 ». La circulaire d’Argout de 1832 assimile les enfants délinquants aux enfants abandonnés et propose de prendre en charge leur éducation. Le débat pénitentiaire des années 1830-1840 dissimule donc une réflexion d’ordre pédagogique. Pour le courant de pensée qui mène de la circulaire d’Argout à la loi du 5 août 1850, le jeune délinquant est d’abord un enfant ; et, en tant qu’enfant, on doit chercher à l’éduquer. À l’origine, le choix des colonies agricoles pénitentiaires contre les prisons correspond donc à une pédagogie humaniste, soucieuse de privilégier l’effort éducatif au détriment de la répression. Sortir les enfants des cachots, les prendre en charge et les instruire : au premier abord, on est frappé par la nouveauté et la clémence d’un projet qu’on peut, dans une certaine mesure, faire remonter aux Lumières et aux grands pédagogues comme Rousseau, Pestalozzi et Fellenberg. Les partisans de la solution agraire espèrent améliorer les enfants qui leur sont confiés, alors que les défenseurs du tout-cellulaire pensent que le criminel ne se réforme pas. Mais cet humanisme vise aussi à protéger la société : il s’agit tout à la fois de soulager le malheur des enfants et de supprimer la menace qu’ils font peser sur la société. On peut donc évoquer, avec Jacques Bourquin, la « difficile émergence de la notion d’éducabilité du mineur délinquant2 ». Mais que devient une pédagogie généreuse quand elle est mâtinée d’une volonté de sanction et quand, de surcroît, elle est destinée à de petits pauvres ? Les philanthropes agrariens réussissent-ils à élever des enfants qu’il faut aussi punir ? Il s’agit ici de comprendre le projet éducatif mis en œuvre dans ces écoles-prisons que sont les colonies. Celui-ci s’ordonne autour de trois axes : l’instruction élémentaire, l’éducation physique et morale et l’apprentissage professionnel.

Le savoir inutile : l’instruction élémentaire

2La question de l’instruction dans les colonies agricoles pénitentiaires se heurte à deux problèmes. Doit-on instruire des jeunes délinquants et des petits vagabonds alors que les enfants de famille n’ont pas tous eux-mêmes accès à l’école ? De manière plus générale, l’instruction est-elle utile au peuple laborieux ?

L’instruction, un luxe inutile

  • 3 Bulletin de la société générale des prisons, Paris, Imprimerie Chaix, mai 1884, p. 294.
  • 4 R-F. Martin-Dupont, Mes impressions (1803-1876), Paris, Sandoz et Fischbacher, 1878, p. 226.

3Quelques auteurs affirment hardiment que les colons doivent être instruits. En 1884, le Bulletin de la société générale des prisons se félicite qu’à Mettray « l’instruction primaire n’a jamais été négligée3 ». Pour Martin- Dupont, fondateur de la colonie protestante de Sainte-Foy, « l’homme sans connaissances est à peine un homme, il est borné et végète4 ». Plusieurs raisons expliquent cette préoccupation. Pour les philanthropes les plus éclairés, l’ignorance est mère de la misère et de la délinquance ; en outre, l’absentéisme scolaire incite au vagabondage. Il s’agit là d’une position relativement novatrice, car, même si la loi Guizot de 1833 insiste sur l’éducation des enfants enfermés, l’enseignement primaire n’est pas obligatoire en France avant 1882.

4À l’ opposé, un grand nombre d’auteurs refusent que l’on dispense une instruction aux enfants du peuple, à plus forte raison s’ils sont coupables. Pour ce courant de pensée majoritaire, les connaissances du peuple ne doivent pas s’étendre plus loin que ses occupations. Il risquerait, sinon, de se détourner de son travail et de se montrer insatisfait de sa condition, ce qui pourrait causer des troubles. De ce fait, toute une frange du discours sur les colonies agricoles pénitentiaires cherche à démontrer l’inutilité du savoir.

  • 5 M. de La Baume, Des colonies pénitentiaires agricoles : Mettray, Les Matelles, Montpellier, Gras, (...)
  • 6 L.-C. Michel, Colonie de Cîteaux, sa fondation, son développement et ses progrès, son état actuel,(...)

5Il n’est pas nécessaire d’envoyer trop longtemps les colons de Mettray en classe : ceux-ci n’ont besoin que d’une « instruction proportionnée à l’état qu’ils exerceront plus tard5 ». Les programmes de la colonie de Cîteaux sont très inférieurs à ceux des écoles primaires ; mais, demande un visiteur, « où est le mal, si ces trois ou quatre heures bien employées suffisent pour faire atteindre le but et acquérir aux élèves les connaissances nécessaires aux professions auxquelles ils sont destinés6 ? ».

  • 7 P. Bucquet, Tableau de la situation morale et matérielle en France des jeunes détenus et des jeune (...)
  • 8 Cité par S. Borderieux, Une prison verte dans les marais de l’Yèvre : vie et œuvre de Charles Luca (...)

6Surtout, les jeunes détenus risqueraient de tirer de leur science un orgueil déplacé. Pour Paul Bucquet, « l’instruction théorique ne doit pas être trop étendue sous peine de provoquer, chez les enfants, une suffisance, une bonne opinion d’eux-mêmes7 ». Pour Charles Lucas, théoricien des colonies agricoles et fondateur du Val-d’Yèvre, il faut éviter de « franchir la limite où l’instruction qu’on leur donne favoriserait leurs penchants déjà trop prononcés à dédaigner les travaux et les habitudes de la vie agricole, et à rechercher le séjour des villes pour s’y livrer aux industries qui s’y exercent, et y donner surtout plus libre carrière à la satisfaction de leurs passions8 ».

7Il y a, parmi les partisans des colonies, un large consensus sur la nécessité de ne fournir aux enfants qu’une instruction sommaire. Les auteurs présentent une carence et un choix politique – laisser des petits pauvres dans leur ignorance – comme l’effet d’une pédagogie au service des enfants.

Une instruction indigente

  • 9 C. Carlier, La Prison aux champs : les colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au xixe(...)

8Dans les colonies (comme dans les prisons pour enfants), l’instruction primaire s’organise progressivement à partir des années 1840. L’enseignement a deux caractéristiques. L’instruction, limitée à un bagage minimum (lecture, écriture et calcul), est très légère ; la classe, dont les horaires s’alignent sur les cycles agricoles, a lieu pendant l’hiver ou à la rentrée des champs (ill. 22). Il est probable, au demeurant, que cet usage suive celui des villages dans la première moitié du xixe siècle. À la colonie de Mettray, dans les années 1840, les colons ont classe – en théorie – deux heures par jour, sous la houlette de leur instituteur Pierre-Augustin Boyer. Cependant, les instituteurs recrutés ont beaucoup de mal à exercer dans de bonnes conditions. Dans les années 1840, le directeur de la colonie de Saint-Bernard, près de Loos, est confronté à un dilemme : faut-il recruter un « instituteur agricole », pour former de bons agriculteurs, ou un « agent principal », avec des qualités de gestionnaire et des connaissances dans plusieurs domaines ? L’administration choisit la deuxième solution et, en 1846, un instituteur-gérant est embauché pour diriger les travaux agricoles, assurer des cours théoriques pendant l’hiver et s’occuper de la gestion de l’établissement9.

  • 10 C. Carlier, La Prison aux champs..., op. cit., p. 683.

9On note une évolution des sensibilités à partir des années 1870, avec l’avènement de la République. Une série de mesures est mise en œuvre. En mars 1873, une circulaire recommande le développement de bibliothèques ; l’année suivante, une instruction fixe l’organisation des écoles dans les colonies publiques ; en août 1874, la durée des classes est fixée à un minimum de quatre heures par jour en hiver et de trois heures en été. La situation demeure cependant catastrophique : au milieu des années 1870, on compte deux tiers de colons illettrés. L’instruction reste en effet très déficiente : l’emploi du temps est réduit à la portion congrue, le matériel est insuffisant et les élèves arrivent en classe épuisés par leur journée de travail. D’autre part, le personnel est trop peu nombreux, mal formé ou absentéiste. Dans la colonie de Saint-Hilaire, par exemple, il y a un seul instituteur et un seul aumônier pour 400 jeunes détenus. Les plus grands retards s’observent dans les institutions de filles où l’on insiste surtout sur l’instruction religieuse et les leçons de morale. Le bilan reste mauvais même à la fin du xixe siècle : pour Christian Carlier, « rares furent les petits colons à être ne serait-ce qu’alphabétisés10 ».

10Il faut pourtant nuancer ce sombre diagnostic. D’abord, l’ampleur de la tâche dépasse les possibilités des colonies : entre 60 et 80 % des enfants arrivent dans les établissements complètement illettrés. Deuxièmement, les colons font des progrès au cours de leur détention : en 1880, 50 % des enfants possèdent une instruction complète et les bibliothèques des colonies de Mettray, Belle-Île et Langonnet possèdent plus de 1 000 volumes. Enfin, les instituteurs ont un rôle difficile et ingrat : intervenants extérieurs au monde carcéral, ils n’ont pas les moyens de mener à bien leur mission éducatrice. Aussi dévoués qu’impuissants, ils apparaissent comme des « éducateurs » avant la lettre.

11Autant l’instruction des colons est laissée à l’abandon, autant leur éducation physique et morale est valorisée.

La moralisation des enfants : l’éducation physique et morale

12L’éducation physique et morale représente l’un des principaux outils pédagogiques à la disposition des directeurs, tant il est vrai qu’elle permet de dresser les corps et les âmes. La normalisation des jeunes détenus s’opère par le biais de la gymnastique et de l’éducation morale et religieuse.

Gymnastique et militarisation

13L’éducation physique, introduite à la colonie de Mettray et dans les autres colonies au cours des années 1870, procède d’une recommandation officielle. En 1879, un rapport de l’inspection générale évoque la nécessité de dispenser aux jeunes filles des cours de gymnastique : les jeunes filles envoyées en correction

  • 11 Cité par C. Carlier, La Prison aux champs..., op. cit., p. 518.

ont un intérêt plus pressant encore que les enfants des écoles publiques à trouver dans la gymnastique un élément de force et de santé, de développement physique et d’amélioration morale. [...] Les exercices gymnastiques pour les jeunes filles doivent surtout consister en marches réglées, mouvements d’ensemble, mouvements isolés, jeux divers, etc. Ces exercices ne sont pas exclusifs des promenades au-dehors11

  • 12 L.-C. Michel, Colonie de Cîteaux..., op. cit., p. 19.
  • 13 A. Vandelet, De léducation physique rationnelle chez les jeunes détenus, Paris, L. Larose, 1896, (...)

14La gymnastique appartient à une tradition pédagogique ancienne qui s’autorise de l’adage « mens sana in corporesano ». En 1873, un visiteur de la colonie de Cîteaux se plaît à observer les colons en train de s’initier à la gymnastique et à la musique : « Platon et Montaigne verraient ici qu’on tient compte de leurs préceptes 12. » Mais la pratique de la gymnastique répond aussi à une conception Spartiate propre à contenir le corps et à canaliser la violence supposée des jeunes détenus. La gymnastique en milieu carcéral a son théoricien, Aimé Vandelet, qui fait paraître en 1896 De l’éducation physique rationnelle chez les jeunes détenus. Vandelet se prononce en faveur de « l’éducation physique rationnelle », méthode originale qui associe des activités ludiques à des mesures hygiéniques : il recommande une grande propreté, l’aspersion d’eau froide sur tout le corps et des activités de plein air (football, natation, course à l’aviron, boxe, bicyclette) propres à dompter les nerfs et à assouplir « les natures les plus rebelles ». Pour Vandelet, la gymnastique est « un préservatif certain contre les désordres et les habitudes vicieuses de la jeunesse13 ».

  • 14 Bulletin de la société générale des prisons, Paris, Imprimerie Chaix, mai 1884, p. 291. Les colons (...)

15Surtout, la gymnastique telle qu’elle est organisée à Mettray et dans les colonies a des applications militaires (ill. 23 et 24). À la colonie de Mettray, les colons marchent toujours au pas cadencé, même pour monter l’escalier de leur dortoir ; le retour des champs se fait en ordre militaire, par escouades (ill. 18). En 1883, la colonie s’illustre lors de concours de gymnastique organisés dans la région en remportant le premier prix de manœuvres militaires et le deuxième prix de manœuvres de résistance14. En développant l’obéissance et les vertus militaires, l’éducation physique permet de préparer les colons au métier des armes (ill. 15). Le fait que les responsables des colonies mettent l’accent sur la gymnastique ha rien d’exceptionnel. En s’inspirant de l’exemple allemand, Victor Duruy introduit dès la fin du Second Empire du matériel de gymnastique dans les collèges et les lycées. Au cours des années 1880, les républicains au pouvoir s’appliquent, dans un but militaire et parfois revanchard, à initier les écoliers à la gymnastique et aux exercices physiques. À certains égards, les escouades des colons de Mettray, marchant au pas, ressemblent aux « bataillons scolaires » de l’école primaire républicaine.

  • 15 O. Plazer, « Jomelières et sa colonie pénitentiaire agricole », Bulletin de la Société historique (...)
  • 16 M. Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque (...)

16Exercice militaire, la parade permet aussi de distribuer et de contrôler les corps. Ainsi, aux 14 juillet 1882 et 1883, les enfants de Jomelières défilent dans Nontron avec clairons et tambours après avoir fait une dizaine de kilomètres à pied en exécutant des mouvements de gymnastique15. L’embrigadement pour le salut de la patrie constitue aussi une technologie du contrôle physique. « Grâce aux techniques de surveillance », écrit Michel Foucault, « la "physique" du pouvoir, la prise sur le corps s’effectuent selon les lois de l’optique et de la mécanique ». Dans la parade, « les "sujets" [...] sont offerts comme "objets" à l’observation d’un pouvoir qui ne se manifeste que par son seul regard » ; les corps sont « devenus exactement lisibles et dociles16 ». Comme la gymnastique, l’éducation morale vise à maîtriser l’enfant déviant.

« Je me souviendrai toujours avec bonheur du temps que j’ai passé à la colonie »

  • 17 F.-A. Demetz, Exposé du système d’éducation employé à la colonie agricole et pénitentiaire de Mett (...)
  • 18 G. Ferrus, De l’expatriation pénitentiaire, Paris, G. Baillière, 1853, p. 101-104.

17Dès les origines, les colonies agricoles pénitentiaires entendent remplacer la sanction par la moralisation. C’est la grande ambition de Demetz, qui rêve de la faire triompher à Mettray. En 1872, il écrit qu’« on a trop confondu, jusqu’à présent, l’action disciplinaire et l’action morale. On fait bien manœuvrer un régiment à la parole, un équipage de navire à coups de sifflet, mais on doit recourir à d’autres moyens si l’on veut moraliser17 ». Pour Ferrus, la colonie de Mettray ne demande rien « à l’intimidation du châtiment » et croit à la « moralisation par la bienveillance », contrairement à la colonie anglaise de Parkhurst qui obtient la « docilité par la répression18 ».

  • 19 Cité par C. Sauvestre, Une visite à Mettray, Paris, Hachette, 1864, p. 92-94.

18À Mettray comme ailleurs, la moralisation revêt deux aspects. Elle engage d’une part une morale personnelle, qui implique des vertus spécifiques, et d’autre part une morale sociale, qui met en jeu la docilité de l’individu. Le premier aspect de la moralisation consiste à développer un certain nombre de vertus, bonté, serviabilité, dévouement ou courage. Tous les ouvrages sur Mettray fourmillent de récits édifiants mettant en scène des comportements exemplaires et des sentiments nobles. Dans un poème, Paul Huot, conseiller à la cour impériale de Colmar, raconte le sacrifice de « Joseph, colon de Mettray ». Issu d’une famille pauvre, Joseph commet un délit : « il faillit ». Envoyé à Mettray, il est élevé par des éducateurs « qui dirigent ses pas dans la route du bien qu’il ne connaissait pas ». Mais le petit Joseph périt dans un incendie où il s’est lui-même précipité pour sauver les malheureux pris dans les flammes. « Et désormais, là-haut, Mettray compte un martyr19, » conclut Paul Huot. Véritable parabole biblique, ce poème incarne dans le jeune détenu les plus nobles vertus chrétiennes.

19Le deuxième aspect de la moralisation, en insistant sur l’utilité sociale de l’individu, incite l’enfant à réintégrer de lui-même la société honnête. Le petit colon, conscient de ses fautes passées, n’est plus que soumission et bonne volonté. Pour illustrer ses succès, la Paternelle de Mettray publie de nombreuses lettres de remerciement où s’étale la gratitude des anciens colons. L’un d’eux écrit par exemple :

Je me souviendrai toujours avec bonheur du temps que j’ai passé à la colonie, et je me rappellerai que, si je suis actuellement bon ouvrier et heureux époux, c’est à vous, Monsieur, que je le dois.

20Un autre se repent de bonne grâce :

  • 20 Cité par H. Alis, Mettray, la colonie agricole. Étude parue dans le Journal des Débats, Tours, imp (...)

J’ai été ingrat de ne pas vous donner plus souvent de mes nouvelles, c’est trop manquer à mes devoirs envers vous, ma maison mère ; je viens réparer mes torts en vous donnant des nouvelles de ma situation. Voilà dix ans que je suis dans une maison comme représentant. Je manipule tous les mois 12 000 à 13 000 francs, qui me sont confiés20.

  • 21 L.-F. Huerne de Pommeuse, Des colonies agricoles et de leurs avantages, Paris, Mme Huzard, 1832, p (...)

21La moralisation des enfants comporte une dimension socio-économique : l’ancien détenu, pénétré des vertus du travail et de l’épargne, doit devenir un citoyen « utile au lieu de rester à charge et inquiétant21 ». Pour échapper définitivement à la délinquance, le jeune colon doit donc être pourvu d’un métier.

Une ambition novatrice : la formation professionnelle

22Les colonies agricoles pénitentiaires répugnent au travail forcé ; en revanche, elles ont à cœur d’organiser un enseignement professionnel pour éviter que les colons, une fois élargis, retrouvent leur vie de vagabondage et de maraude. Promis à l’agriculture et à l’artisanat, les colons sont d’abord sensibilisés à la dignité du travail manuel.

  • 22 A. Rinjard, La Transformation morale du jeune délinquant par le travail, thèse de droit, Paris, A. (...)
  • 23 L. Colet, La Colonie de Mettray, Paris, Librairie nouvelle, 1852, p. 13-14.

23La grande majorité des enfants a été envoyée à la colonie de Mettray pour vol ou vagabondage. Leurs délits sont attribués à l’influence de la famille, mais aussi à l’oisiveté : si le petit pauvre est immoral, c’est parce qu’il ne travaille pas, ou mal. En 1900, un juriste explique dans sa thèse, intitulée La Transformation morale du jeune délinquant par le travail, que dans le désœuvrement miséreux les enfants se pervertissent peu à peu : « c’est par l’oisiveté qu’ils ont été perdus22 ». Le travail manuel est donc loué comme un facteur de socialisation, mais aussi de moralisation et de rédemption. Au milieu du xixe siècle, Louise Colet en visite à Mettray s’enthousiasme : « Travail ! fidèle ami de l’homme, joie austère [...]/ Soutien du faible, amour du fort, rachat du crime, / Des générations enseignement sublime,/ Travail, éternel bienfaiteur23 ! ». Si le travail est loué en termes généraux, il doit toutefois s’incarner dans une profession modeste et manuelle : le refus d’une instruction trop poussée va de pair avec la préférence pour un apprentissage technique utilisable immédiatement (ill. 20 et 41).

  • 24 M. Ostenc, « Les enfants détenus à la maison centrale de Fontevrault au xixe siècle », Annales de (...)
  • 25 Y. Rinaudo, « 1848 : les fermes-écoles, premier essai d’un enseignement populaire », Annales d’his (...)

24En général, les colons reçoivent une formation élémentaire : ils apprennent à semer, à faucher, à sarcler, à soigner les animaux, à supporter des horaires lourds et un travail rude. Dans la colonie de Fontevrault, le règlement de 1847 indique que, chaque samedi, trois heures seront consacrées en toute saison à une « démonstration du maniement de la charrue et des autres instruments aratoires ». En hiver, l’instituteur dispensera en plus un cours théorique d’agriculture sur les différents engrais, leur composition, leur emploi et leur action suivant la nature du sol24. Pour cette raison, on peut faire un rapprochement entre les colonies agricoles pénitentiaires et les fermes-écoles. Toutes deux doivent endiguer l’exode rural ; mais leur recrutement et leurs fonctions éducatives présentent aussi des similitudes. Par exemple, l’établissement de La Montauronne, situé près d’Aix-en- Provence, reconnu comme ferme expérimentale en 1840 et comme ferme école en 1849, recrute les « seuls enfants des catégories les plus défavorisées. Pour finir, on réquisitionna largement les enfants trouvés. Aussi la filière de formation la plus modeste au plan social, celle des ouvriers agricoles, fut-elle sensiblement avantagée ». De surcroît, La Montauronne est considérée par certains parents comme « un pénitentiaire propre à ramener l’ordre dans de jeunes têtes égarées25 ». Ici, la ferme-école s’est transformée en une sorte de colonie agricole.

  • 26 L.-F. Huerne de Pommeuse, Des colonies agricoles..., op. cit. , p. 390.

25La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray a aussi une vocation agronomique (ill. 13 et 19). Attelée à la recherche du progrès et de l’efficacité, elle tente de promouvoir une agriculture commerciale et moderne. Cette orientation remonte aux origines des colonies agricoles. Dans les années 1830, les premiers partisans de la solution agraire, Haussez ou Huerne de Pommeuse, comptent occuper les colons – enfants trouvés, orphelins, mendiants, forçats libérés, jeunes délinquants – à des travaux de défrichement et de bonification de la terre, avec le dessein de mettre intelligemment en valeur les surfaces arables. Les partisans des colonies ne trouvent pas de mots assez durs pour stigmatiser l’arriération dans laquelle croupissent les campagnes. Huerne de Pommeuse dresse de l’agriculture bretonne un tableau pitoyable : il décrit une agriculture misérable, des paysans sans instruction et routiniers. La Société d’agriculture de Saint-Brieuc a bien voulu défricher les landes et améliorer l’agriculture, mais, déplore-t-il, « tous les efforts ont été inutiles, par suite de l’apathie qui résulte de la misère du pays, fruit de l’entêtement des communes26 ».

  • 27 E. Ducpétiaux, Colonies agricoles, écoles rurales et écoles de réforme pour les indigents, les men (...)
  • 28 Abbé Laura, Rétablissement de la colonie agricole de Notre-Dame des Champs à Beaurecueil, diocèse (...)

26De fait, les colonies s’apparentent à de grosses unités de production. L’exemple de Mettray paraît à cet égard très significatif. À la fin de 1849, la colonie, qui accueille 350 colons, compte 202 hectares, 33 vaches, 103 moutons et 22 volailles27 ; en 1871, elle s’étend sur 250 hectares. En 1890, elle possède 350 hectares en propre et en loue 200 en fermage ; elle y cultive des céréales, des légumes, des plantes fourragères, de la vigne, et elle élève 150 bovins. Les cultures sont souvent diversifiées. La colonie de Notre-Dame-des-Champs de Beaurecueil, qui compte jusqu’à 300 enfants, dispose de prairies, de jardins maraîchers, de vergers d’oliviers et d’amandiers28. Par l’importance de la main-d’œuvre, par l’étendue de la superficie cultivée et par les méthodes agraires, les colonies représentent des exploitations hors du commun.

  • 29 Bulletin de la société générale des prisons, Paris, Imprimerie Chaix, mai 1884, p. 297.
  • 30 E. Picard, Une visite à la colonie agricole et pénitentiaire de La Motte-Beuvron, Orléans, Puget e (...)
  • 31 M. Boulet, « Les colonies agricoles : une forme d’enseignement ? », Annales d’histoire des enseign (...)

27La volonté d’employer des méthodes scientifiques et de développer la mécanisation caractérise également les grandes colonies agricoles. Lors de la crise du phylloxéra, le directeur de Mettray propose au préfet de créer à la colonie « une pépinière départementale de vignes américaines à l’aide de semis de pépins de raisins ». On pourra ensuite organiser « une école d’acclimatation et de recherches sur la valeur et la résistance comparée des différents cépages29 ». Le conseil général vote mille francs pour les premiers frais de cette pépinière, qui servira à reconstituer le vignoble de Mettray. Par ailleurs, la colonie est « le siège d’un concours d’industrie agricole où les constructeurs américains [viennent] disputer le prix à ceux des différents Etats européens30 ». Pour Michel Boulet, « l’exploitation agricole de Mettray est moderne et joue le rôle de modèle pour l’agriculture environnante31 ».

28Laboratoire de recherche agronomique, grosse unité de production, ferme-école apte à former des cultivateurs ouverts aux méthodes modernes, la colonie agricole pénitentiaire doit apporter une solution à tous les problèmes sociaux : elle rêve à la fois d’endiguer l’exode rural, de moderniser l’agriculture et de redresser des petits citadins corrompus en leur offrant une formation technique qui, à l’époque, fait totalement défaut.

* * *

  • 32 J.-M. Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté : le traitement social de la délinquance (...)

29Comment décrire la pédagogie originale qui, à Mettray et au sein des autres colonies, mêle instruction, éducation physique, moralisation et apprentissage ? Depuis l’inauguration de Mettray en 1840 jusqu’à la fermeture des « bagnes d’enfants » à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les partisans de la solution agraire n’ont cessé d’hésiter entre deux voies : l’éducation et la sanction. Le drame des colonies, sans doute, réside dans le télescopage de ces ambitions contradictoires. Les philanthropes restent « indécis sur la question de savoir si le jeune délinquant [est] un pauvre ou un perverti, un malheureux ou un criminel, une victime ou un coupable32 ». En fin de compte, cette ambiguïté s’est fondue dans un projet de rééducation. La moralisation et la formation technique, bien plus que l’instruction, doivent permettre de relever des victimes et de neutraliser des délinquants.

  • 33 G. de Puymège, Chauvin, le soldat-laboureur : contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gal (...)
  • 34 M. Boulet, « Les colonies agricoles : une forme d’enseignement ? », art. cit., p. 59.
  • 35 C. Grignon, « L’enseignement agricole et la domination symbolique de la paysannerie », Actes de la (...)

30Mais peut-on dire, avec Gérard de Puymège, que les colonies ont contribué à une « anesthésie sociale par l’enseignement33 » ? Il existe tout de même, à la colonie de Mettray, une ambition éducative, pour ne pas dire une utopie pédagogique. Si l’enseignement général reste faible, étant entendu que le peuple n’a pas besoin d’instruction, l’éducation physique et morale vise à apprendre aux enfants la docilité. Surtout, les colonies agricoles pénitentiaires et notamment celle de Mettray constituent une tentative de formation professionnelle assez novatrice, propre à pallier les lacunes de l’enseignement technique en France. La formation que les jeunes détenus reçoivent est-elle efficace ? On est en droit de penser que, « entre 1850 et 1880, les colonies agricoles pénitentiaires représentent la forme la plus développée d’enseignement rural élémentaire34 ». Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les colonies constituent « la formation la plus importante, au moins sous le rapport des effectifs, d’enseignement agricole “populaire” et que les spécialistes de l’époque rangent explicitement parmi les établissements d’enseignement agricole35 ». Piégées par leurs contradictions et entraînées dans un échec final, les colonies appartiennent de plain-pied à l’univers des prisons ; mais elles incarnent aussi, notamment en matière d’apprentissage professionnel, les ambitions et les lacunes du système éducatif français.

Notes

1 B. Appert, Journal des prisons, hospices, écoles primaires et établissements de bienfaisance, Paris, Guilbert, 1831, p. 110.

2 J. bourquin, « La difficile émergence de la notion d’éducabilité du mineur délinquant », Trames, n° 4-5, 1998, p. 131-142.

3 Bulletin de la société générale des prisons, Paris, Imprimerie Chaix, mai 1884, p. 294.

4 R-F. Martin-Dupont, Mes impressions (1803-1876), Paris, Sandoz et Fischbacher, 1878, p. 226.

5 M. de La Baume, Des colonies pénitentiaires agricoles : Mettray, Les Matelles, Montpellier, Gras, 1859, p. 9.

6 L.-C. Michel, Colonie de Cîteaux, sa fondation, son développement et ses progrès, son état actuel, Dijon, Paris, Manière, Bray et Retaux, 1873, p. 51.

7 P. Bucquet, Tableau de la situation morale et matérielle en France des jeunes détenus et des jeunes libé rés et recherches statistiques sur Us colonies agricoles, les établissements correctionnels et les sociétés de patronage de jeunes détenus, Paris, Dupont, 1853, p. 29.

8 Cité par S. Borderieux, Une prison verte dans les marais de l’Yèvre : vie et œuvre de Charles Lucas, Bourges, Cercle généalogique du Haut-Berry, 1988, p. 169.

9 C. Carlier, La Prison aux champs : les colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au xixe siècle, Paris, Les éditions de l’Atelier, Champs pénitentiaires, 1994, p. 276. On observe un phénomène identique dans les maisons centrales : l’instituteur est un personnage important de l’administration pénitentiaire depuis la Restauration, mais il est distrait de ses fonctions pédagogiques pour être versé dans la gestion administrative.

10 C. Carlier, La Prison aux champs..., op. cit., p. 683.

11 Cité par C. Carlier, La Prison aux champs..., op. cit., p. 518.

12 L.-C. Michel, Colonie de Cîteaux..., op. cit., p. 19.

13 A. Vandelet, De léducation physique rationnelle chez les jeunes détenus, Paris, L. Larose, 1896, p. 5

et p. 20.

14 Bulletin de la société générale des prisons, Paris, Imprimerie Chaix, mai 1884, p. 291. Les colons s’exercèrent un temps aux manœuvres de bord et autres exercices navals sur un bateau offert par un ministre de la Marine et installé au milieu de la Grande Cour (ill. 1).

15 O. Plazer, « Jomelières et sa colonie pénitentiaire agricole », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 111, 1984, p. 171.

16 M. Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1975, p. 179 et p. 190.

17 F.-A. Demetz, Exposé du système d’éducation employé à la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray et à la Maison paternelle, in Congrès de l’Alliance universelle de l’ordre et de la civilisation : extrait de la cinquième séance, 6 juin 1872, Paris, Imprimerie de A. Pougin, 1872, p. 13.

18 G. Ferrus, De l’expatriation pénitentiaire, Paris, G. Baillière, 1853, p. 101-104.

19 Cité par C. Sauvestre, Une visite à Mettray, Paris, Hachette, 1864, p. 92-94.

20 Cité par H. Alis, Mettray, la colonie agricole. Étude parue dans le Journal des Débats, Tours, impr.

Mame, s. d. [vers 1890], p. 12. Ces témoignages sont censés attester du faible taux de récidive. L’itinéraire de Jean Genet, détenu à Mettray de 1926 à 1929, tend manifestement à prouver le contraire.

21 L.-F. Huerne de Pommeuse, Des colonies agricoles et de leurs avantages, Paris, Mme Huzard, 1832, p. 245.

22 A. Rinjard, La Transformation morale du jeune délinquant par le travail, thèse de droit, Paris, A. Pedone, 1900, p. 16.

23 L. Colet, La Colonie de Mettray, Paris, Librairie nouvelle, 1852, p. 13-14.

24 M. Ostenc, « Les enfants détenus à la maison centrale de Fontevrault au xixe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 92, n° 1, 1985, p. 73.

25 Y. Rinaudo, « 1848 : les fermes-écoles, premier essai d’un enseignement populaire », Annales d’histoire des enseignements agricoles, n° 1, octobre 1986, p. 37-38.

26 L.-F. Huerne de Pommeuse, Des colonies agricoles..., op. cit. , p. 390.

27 E. Ducpétiaux, Colonies agricoles, écoles rurales et écoles de réforme pour les indigents, les mendiants et les vagabonds, et spécialement pour les enfants des deux sexes, en Suisse, en Allemagne, en France, enAngleterre, dans les Pays-Bas et en Belgique : rapport adressé à M. Tesch, ministre de la Justice, Bruxelles, 1851, p. 63.

28 Abbé Laura, Rétablissement de la colonie agricole de Notre-Dame des Champs à Beaurecueil, diocèse d’Aix, 1889, p. 3.

29 Bulletin de la société générale des prisons, Paris, Imprimerie Chaix, mai 1884, p. 297.

30 E. Picard, Une visite à la colonie agricole et pénitentiaire de La Motte-Beuvron, Orléans, Puget et Cie, 1875, p. 10.

31 M. Boulet, « Les colonies agricoles : une forme d’enseignement ? », Annales d’histoire des enseignements agricoles, n° 2, décembre 1987, p. 54.

32 J.-M. Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté : le traitement social de la délinquance juvénile, Paris, 1990, p. 23.

33 G. de Puymège, Chauvin, le soldat-laboureur : contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1993, p. 173.

34 M. Boulet, « Les colonies agricoles : une forme d’enseignement ? », art. cit., p. 59.

35 C. Grignon, « L’enseignement agricole et la domination symbolique de la paysannerie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, janvier 1975, p. 75.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search