Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Première partie. La colonie de Mettray, une histoire et un système

L’école des contremaîtres : naissance de la première école d’éducateurs en France

Pierre-Paul Chapon

Texte intégral

1Pour aborder la naissance de la première école d’éducateurs en France, à savoir la « légendaire » école des contremaîtres de Mettray (appelée aussi école normale des moniteurs), il est indispensable de se situer dans le contexte de l’époque.

2Au début du xixe siècle, dans les prisons, enfants et adolescents sont incarcérés avec les adultes. La séparation entre les détenus majeurs et les détenus mineurs n’existe pas. La cohabitation s’avère malsaine. De plus, au cours de la période qui couvre les années 1820-1838, il y a une recrudescence très importante de la délinquance.

3C’est dans ce contexte que s’élabore le projet de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray. En effet, de la rencontre d’une poignée d’humanistes se développe un mouvement philanthropique. Parmi ces philanthropes, un homme va jouer un rôle prépondérant. Il s’agit de Charles Lucas, inspecteur général des prisons du Royaume, grand artisan de la réforme des prisons. Comme la France entre dans sa phase d’industrialisation et que la campagne se dépeuple, Charles Lucas souhaite redonner à la terre les bras qui lui manquent ce qui lui vaut cette maxime célèbre : « Sauver le colon par la terre et la terre par le colon ». C’est à partir de là que Charles Lucas préconise la création d’institutions qui seront appelées colonies agricoles et pénitentiaires.

4Pour élaborer et créer Mettray, Demetz effectue des voyages en Amérique et en Europe (Allemagne, Angleterre, Belgique, Hollande, Suisse) pour y recueillir des informations. À partir de ses visites, il met sur pied le système éducatif en s’inspirant surtout de l’expérience de la colonie de Horn (Das Rauhe Haus) près de Hambourg dont Johann Henrich Wichern est le concepteur (système pavillonnaire constitué de sortes de chalets suisses aux toits débordants). Chaque pavillon accueille une famille de douze enfants sous l’autorité d’un chef de famille. Il s’inspire aussi de ses visites effectuées dans les pénitenciers anglais pour mineurs (là, il est séduit par l’aspect disciplinaire et par l’idée du couchage en hamac) (ill. 33). Dans son projet, Demetz associe surtout le modèle allemand et le modèle anglais. De Hollande, il rapporte l’appellation « colonie pénitentiaire ».

5L’ouverture de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray marque le début de l’institutionnalisation et de la rééducation. Il s’agit de réinsérer la jeunesse délinquante hors des murs de la prison. Par ailleurs, pour prendre en charge les colons, Demetz considère qu’il serait utile de faire appel à un personnel formé à cet effet, d’où l’idée de la mise en place d’un centre de formation : l’école des contremaîtres, une idée ingénieuse et novatrice.

6L’école ouvre ses portes au mois de juillet 1839, sept mois environ avant l’arrivée des premiers colons.

7L’idée de Demetz est de dispenser une formation à un personnel composé de jeunes gens (17 à 18 ans), la plupart du temps proposés par les curés des paroisses environnantes. Un bâtiment indépendant est spécialement construit pour les accueillir : ce sera l’école des contremaîtres (ill. 9). Elle est située à proximité des pavillons occupés par les colons. Ainsi, les contremaîtres effectuent une formation adaptée avant leur entrée dans la fonction. C’est un projet qui est à nouveau à l’étude en 2004 à un moment où l’éducateur technique spécialisé, descendant lointain du contremaître, accomplit sa formation en cours d’emploi.

8La première promotion des contremaîtres est composée d’une vingtaine d’hommes relativement jeunes, issus de familles irréprochables et choisis surtout pour leur bonne moralité.

9La mise en place de la formation par Demetz concrétise un projet qui se veut novateur et révolutionnaire. Le placement rééducatif passe désormais par une institution et la surveillance cède le pas à l’éducation. Cette innovation marque notre entrée dans l’histoire de l’éducation spécialisée. Pour l’anecdote, les touristes anglais qui descendaient à l’hôtel Saint-Julien à Tours y trouvaient une brochure qui les invitait à visiter les châteaux de Villandry, Azay-le-Rideau, etc. ainsi que la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray !

10L’instruction dispensée aux contremaîtres est très large. Elle passe par un enseignement général et professionnel. Des matières très diverses composent le programme de formation. Elles passent par les thèmes suivants : l’étude de la religion, de la langue française, de l’histoire nationale et de la géographie, l’arithmétique, la géométrie, le dessin linéaire, la comptabilité, la gymnastique, l’agriculture raisonnée, l’hygiène et l’éducation des animaux domestiques.

11Augustin Cochin apporte des indications qui poussent à la réflexion lorsqu’il précise les différentes fonctions des contremaîtres à l’intérieur des familles. À la lecture de ce qu’il écrit :

« Les contremaîtres sont mêlés aux détenus, partageant leur vie, craints pour leur sérénité, aimés pour leur justice, estimés pour leurs capacités...les uns sont chefs de famille, les autres surveillants sous les ordres du chef, d’autres moniteurs dans la classe où l’on juge de leurs aptitudes, un certain nombre aspirants »,

12nous sommes très tentés d’établir des comparaisons entre les fonctions exercées dans les années 1839 et celles qui ont cours en 2004.

13Il y a des analogies bien singulières qui interpellent. En effet, si nous nous situons dans le contexte actuel de l’éducation spécialisée, non seulement il est possible d’établir des rapprochements entre différentes fonctions des personnels d’atelier mais aussi des comparaisons avec l’ascension de l’éducateur spécialisé dans l’exercice de sa fonction depuis ses premiers pas dans la profession.

14À travers cette organisation analysée par Augustin Cochin, nous percevons une configuration d’avant-garde, très en avance sur son temps et qui laisse déjà entrevoir une hiérarchisation à l’intérieur d’une même fonction. Comme quoi le passé et le présent peuvent parfois fusionner avec des mots différents. Force est de constater qu’il y a des cycles qui se reproduisent et nous démontrent par là qu’il faut aller chercher très loin les racines de certaines fonctions éducatives actuelles.

15Les contremaîtres jouent un rôle essentiel à Mettray. Ils prennent les colons en charge du matin au soir tantôt chargés de la formation professionnelle, de l’enseignement, tantôt de la vie quotidienne. Ils doivent posséder de bonnes connaissances professionnelles pour l’enseignement agricole et l’enseignement manuel.

16Parmi ces contremaîtres, certains d’entre eux connaîtront des promotions sociales intéressantes. C’est le cas notamment de Blanchard, contremaître, longtemps bras droit et délégataire des deux fondateurs, qui prend la direction de la colonie au décès de Demetz (1873) jusqu’en 1884. Il fut également maire de la commune de Mettray.

17On peut également citer Barillet-Deschamps, né à Saint-Antoine-du- Rocher, à quelques kilomètres de Mettray, formé à l’école des contremaîtres comme moniteur de jardinage, qui est devenu quelques années plus tard, un paysagiste d’envergure internationale. Il a esquissé, dessiné et créé de nombreux parcs et jardins à Paris et à Turin. Ce contremaître, devenu créateur et artiste, a contribué à l’embellissement de la capitale (Jardin des Plantes, Bois de Boulogne, Champs Élysée, Buttes Chaumont, etc.). Le roi d’Égypte l’avait chargé de la création de splendides jardins peu de temps avant sa mort. Depuis 1889, une rue de la ville de Tours porte son nom.

18Le 22 janvier 1840, la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray ouvre officiellement ses portes. Huit jeunes détenus de la centrale de Fontevraud formant le noyau dur de la colonie naissante sont accueillis par les contremaîtres. Un village éducatif agricole est né. Un caractère institutionnel est donné à la colonie chargée de réadapter socialement les jeunes qui y sont accueillis. L’œuvre de Demetz est en marche. Personnage très en avance sur son temps, il avait préfiguré l’éducation spécialisée d’aujourd’hui.

19Il lui revient d’avoir créé :

  • une école d’éducateurs, autrement dit école des contremaîtres appelée aussi école normale des moniteurs (première école d’éducateurs en France). Il a aussi mis en place une formation.
  • une table de classement consultable à la colonie sur laquelle figurent les colons aptes à exercer leur métier à l’extérieur de la colonie (colons cultivateurs ou colons sédentaires). Tout employeur virtuel peut venir la consulter et le cas échéant trouver l’apprenti qu’il recherche ce qui permet au colon d’envisager son avenir professionnel (réinsertion).
  • deux organismes qui continuent à s’occuper des colons après leur sortie de Mettray. L’une de ces deux fondations joue un rôle fondamental très ressemblant avec la manière de faire aujourd’hui à l’IRMPro de Mettray. En effet, l’Agence « La Paternelle » (du nom de l’Association), située 8 rue des Moulins à Paris, s’occupe de recruter des fonds, de placer les colons et de les suivre à leur sortie de la colonie.

20Humaniste à la fibre éducative créatrice Demetz affirmait : « Il n’y a pas de système efficace si les jeunes libérés ne sont pas suivis, soutenus après leur libération ». Le fondateur a préfiguré une structure d’accompagnement pour les colons qui quittent la colonie comme cela est le cas de nos jours, lorsque les adolescents quittent l’IRMPro de Mettray. Aujourd’hui comme hier, l’établissement continue de jouer un rôle tutélaire. Il se préoccupe de reclasser le jeune à sa sortie et le prend en charge durant plusieurs années.

21Ces différentes innovations confirment que l’histoire est le meilleur dépositaire des événements et qu’il est parfois intéressant de pouvoir vérifier que nous ne sommes pas toujours les premiers là où nous étions convaincus de l’être.

22Très en avance sur son temps, Demetz avait esquissé, défriché l’éducation spécialisée d’aujourd’hui. À la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, personne n’a pris sa suite.

23Avec lui, l’école des contremaîtres disparaît dans les années 1870.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20705/img-1.png
Fichier image/png, 224k

Auteur

Ancien responsable pédagogique de la filière « Éducateurs Techniques Spécialisés » à l’Institut du Travail Social de Tours

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search