Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Première partie. La colonie de Mettray, une histoire et un système

Mettray et le réseau des membres fondateurs

Jacques Bourquin

Texte intégral

1Lorsqu’on évoque les membres fondateurs de la Société Paternelle, à l’origine de Mettray, on ne peut manquer de faire référence, quant à sa composition, à la Société Royale des Prisons, créée vingt ans plus tôt sur l’initiative de Louis XVIII par le duc Decazes que l’on retrouvera parmi les fondateurs de la Société Paternelle.

2Les deux institutions, préoccupées de la question pénitentiaire, sont comparables en particulier par l’illustration sociale de leurs membres et ce sont assez souvent les mêmes que l’on retrouve dans les deux sociétés.

3On peut dire des membres fondateurs de Mettray, à l’image de la Société Royale des Prisons, qu’ils représentent le « Gotha » aristocratique, politique, financier, culturel, philanthropique de la monarchie de Juillet, avec en tête le roi et la famille royale. Le duc d’Orléans vient, en 1839, inaugurer l’école des contremaîtres où l’on va former les chefs de famille de la colonie.

4Ce regroupement de la haute société de l’époque, c’est aussi un véritable réseau d’alliances de familles, de croisement entre des fonctions administratives, politiques, culturelles et financières.

5En 1841, il y a 489 membres fondateurs ; ils seront 769 dix ans plus tard mais cette augmentation est toute relative car on est membre fondateur pour l’éternité et de ce fait on ne retire jamais de la liste les membres décédés. Si au cours des premières années il y a environ une cinquantaine de nouveaux membres par an, ce chiffre se réduit dès 1845 pour ne plus atteindre qu’une vingtaine : l’inscription comme membre fondateur est liée à un versement unique de cent francs mais le don sera assez souvent supérieur et parfois renouvelé au moins pendant les premières années.

6Ce regroupement de grands notables autour du projet de Mettray, laisse apparaître combien, au milieu du xixe siècle, cette mobilisation des élites sociales fait autant appel à un sentiment de charité qu’à un réflexe de défense sociale, de crainte d’une atteinte à l’ordre social et moral menacé par les classes pauvres. L’industrialisation en pleine expansion et sa conséquence, la prolétarisation des villes, entretiennent et développent l’image des classes laborieuses considérées comme classes dangereuses. À ces membres fondateurs individuels s’ajoutent des institutions : 22 conseils généraux, 8 cours royales, une douzaine de tribunaux, l’Ordre des avocats de Paris, des Sociétés de Bienfaisance... mais aucune compagnie ni association d’ouvriers comme à la Société Royale des Prisons.

La première assemblée générale des fondateurs

7C’est le 4 juin 1839, que se tient chez Frédéric Auguste Demetz (ill. 8), 52 rue de la Victoire à Paris, la première assemblée générale des fondateurs. Ils sont 59, le roi s’y est fait représenter. Après lecture de projet de la colonie, on élit un conseil d’administration et un bureau.

Le bureau

  • Le président choisi est Adrien de Gasparin. Pair de France, il a été préfet de Lyon pendant la révolte des canuts. Il vient d’être ministre de l’Intérieur entre 1836 et 1839. Protestant, ami de Guizot, il est de surcroît agronome réputé et siège à l’Institut de France. En 1843, il contribue à la création de la colonie agricole protestante de Sainte-Foy-la-Grande, une sorte de Mettray, pour les enfants de la religion réformée.
  • Le vice-président est Frédéric Auguste Demetz qui va concilier ses fonctions avec celle de directeur de la colonie. Il vient de démissionner de la Cour Royale d’Appel de Paris pour se consacrer à sa nouvelle mission.
  • On choisit comme secrétaire général le comte de Flavigny, un aristocrate tourangeau, qui devient, en 1840, président du Conseil général d’Indre-et-Loire. C’est un ami de Brétignières de Courteilles (ill. 7), le cofondateur de la colonie.
  • On lui adjoint un magistrat, ami de Demetz, Édouard Ternaux.
  • Le trésorier est François Delessert, banquier protestant, fondateur avec son frère Benjamin de la Caisse d’Épargne de Paris et de la Société Philanthropique.

8Le bureau est parfaitement équilibré avec le fondateur, un homme politique d’envergure nationale, une personnalité tourangelle, un banquier et un magistrat, une composition qui préfigure les grandes catégories sociales d’où proviendront administrateurs et membres fondateurs.

Les administrateurs

9On y trouve, tout d’abord, des figures importantes impliquées dans le débat pénitentiaire et social :

  • Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont qui ont rapporté, de leur voyage aux États-Unis en 1831, les éléments qui serviront de référence au projet de la maison d’éducation correctionnelle de la Petite-Roquette, ouverte à Paris en 1836.
  • Le docteur Villermé, auteur de nombreux travaux dans le cadre de la Société Royale des Prisons. Il publie, en 1840, une enquête sur « l’état physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie » qui sera à l’origine des débats parlementaires sur la réglementation du temps de travail des enfants dans les usines.
  • Le marquis de Liancourt, connu pour ses travaux et son hostilité au système cellulaire pour les détenus.
  • Deux inspecteurs généraux des prisons, Moreau-Christophe, farouche partisan du cellulaire et Blouet, architecte auquel on doit, entre autres, les bâtiments de la colonie de Mettray.
  • Quelques magistrats et conseillers d’État : Frank-Carré, Lupin Aimé, Macarel et Vivien qui sera ministre de la Justice, en 1840.
  • Un écrivain célèbre : Alphonse de Lamartine qui ne vient jamais au conseil et démissionne en 1842, mais soutient Mettray en 1848.
  • Brétignières de Courteilles, cofondateur de la colonie, conseiller général d’Indre-et-Loire. Il s’intéresse aux questions pénitentiaires, ami de collège de Demetz et prête quelques-unes de ses terres pour construire les premiers bâtiments de la colonie.
  • Le comte de Pastoret, un légitimiste proche du comte de Chambord.
  • Un avocat, Guerry et le baron Dumas, représentant du roi.

10Le conseil d’administration constitue dans son sein une commission des finances où l’on trouve des banquiers très proches du pouvoir : d’Eichtal, régent de la banque de France, Vernes, sous-gouverneur de la banque de France, Legentil, député et fondateur du comptoir L’escompte de Paris et Alexandre Gouin, député de Tours, banquier et ami de Thiers, qui fera de lui son ministre de l’Agriculture en 1840. Il est à remarquer que c’est Gouin qui proposera en 1841, à la Chambre, un débat sur le temps de travail des enfants dans les usines, à la suite du rapport du docteur Villermé.

11À l’exception de Lamartine et de Pastoret, les membres du conseil d’administration sont tous favorables au régime. Beaucoup d’entre eux appartiennent à la Société de la Morale Chrétienne de tendance libérale et à la Société de Patronage des enfants libérés de la Seine, fondée par Bérenger de La Drôme, lui-même membre fondateur de la Société Paternelle.

Les membres fondateurs

12À la suite du premier conseil d’administration de 1839, Demetz diffuse très largement la publication de son projet. Le 1er juillet 1841, il y a 489 membres fondateurs, on compte parmi eux, 69 magistrats, 64 députés, 37 pairs de France, 3 anciens présidents du Conseil, 14 ministres ou anciens ministres, 21 membres de l’Institut de France, un Maréchal de France, 13 officiers généraux, 16 préfets, 6 prélats ainsi qu’une vingtaine de banquiers et d’hommes de la finance.

13Dans cette liste impressionnante quant à son illustration sociale, un peu plus de la moitié des membres affiche une profession ou un état : 40 % servent l’État, 35 % ont une activité économique (banque, industrie, négoce), 25 % ont une profession libérale. Il s’agit surtout d’une société parisienne où les Tourangeaux sont très minoritaires. On compte environ 10 % de femmes.

14Dans cette concentration de gens plus ou moins illustres, nous nous attarderons sur les catégories qui nous paraissent les plus significatives en terminant par les politiques dont le poids nous paraît le plus important dans les trente premières années de l’histoire de la colonie de Mettray.

Les magistrats

1569 en 1841, ils représentent plus de 10 % des membres fondateurs. Pour la plus grande part ce sont de hauts magistrats, 8 membres de la Cour de cassation, plusieurs Présidents de Cour d’appel, une quarantaine de conseillers de Cour d’appel dont 21 membres de la Cour d’appel de Paris où Demetz a siégé jusqu’en 1839. Les magistrats, d’un rang inférieur, viennent souvent du Tribunal de la Seine, dont Demetz a été vice-président, et du Tribunal de Tours.

16Parmi ces magistrats, Victor Foucher, beau-frère de Victor Hugo et Flandin qui ont publié des ouvrages sur la question pénitentiaire ; Chegaray qui a réalisé une étude remarquée sur « le travail des enfants dans les manufactures » et Boullet sur « la surveillance des condamnés libres ». Beaucoup sont, avec Demetz, membres de la Société de Patronage des jeunes libérés du Tribunal de la Seine.

Le milieu de la finance et de l’industrie

17C’est là un des fleurons de l’assemblée des membres fondateurs. La banque protestante y est particulièrement représentée avec les frères Delessert François et Benjamin, ainsi que Gabriel qui est de surcroît Préfet de Police et dont le rôle a été important lors de la construction de la maison d’éducation correctionnelle de la Petite Roquette. Avec les Vernes, les Mallet, les Hottinguer, ils sont les héritiers des dynasties financières, nées à Genève et à Zurich au xviiie siècle. En France, ils sont soutenus par l’Empire, la Restauration et ils sont au cœur de l’expansion économique de la monarchie de Juillet. Le banquier Hottinguer est un ami personnel du roi.

18La banque juive est représentée par les frères d’Eichtal et Fould qui sera ministre des Finances sous le Second Empire. Les Rothschild sont présents par la baronne James de Rothschild, elle-même fille d’un Rothschild de Vienne.

19N’oublions pas les Gouin, banquiers à Tours, dont la famille protégera Mettray pendant trois générations et lui donnera un président : Eugène Gouin de 1881 à 1904.

20Toutes ces familles ont des intérêts importants dans l’industrie. Les Delessert ont des manufactures sucrières, les Mallet s’intéressent aux transports maritimes, les Gouin, Eichtal et Fould s’investissent dans la construction des chemins de fer avec les Pereire qui deviennent membres fondateurs à la fin de la monarchie de Juillet.

21Ajoutons à ces personnages de la finance, ceux de l’industrie, un célèbre facteur de piano, Ignace Pleyel qui a installé, autour de son usine de Saint- Ouen près de Paris, une des premières cités ouvrières.

22Deux éditeurs destinés à un grand avenir, Hachette, à Paris, qui a rapidement, alors que l’instruction se développe, le monopole de l’édition scolaire et Marne, à Tours, spécialiste du livre religieux, dont la famille, comme les Gouin, soutiennent Mettray pendant trois générations. De nombreux colons de Mettray travaillent après leur sortie de la colonie dans les usines Marne.

L’aristocratie

23Elle est une composante importante de l’assemblée des fondateurs avec environ 120 représentants de familles de la noblesse d’Ancien Régime ou d’Empire aux alentours de 1845, soit 1/5 de l’ensemble des membres.

24Les premiers, parmi lesquels de nombreux Tourangeaux, souvent légitimistes, vivent sur leur terre. Les autres, majoritaires, rallient l’État dès l’Empire et constituent le courant libéral de la Restauration pour se trouver aux affaires sous la monarchie de Juillet. Ils cumulent, comme de nombreux représentants de la noblesse d’Empire, des mandats électifs nationaux et des fonctions officielles.

Les ecclésiastiques

25Ils sont peu nombreux – seulement 5 évêques presque – tous représentant les diocèses proches de Mettray. Cette absence relative du clergé, alors que l’on connaît les sentiments religieux de Demetz et de Brétignières, peut étonner. En dehors de quelques prêtres comme l’abbé Fissiaux, l’église catholique s’intéresse-t-elle beaucoup à ces projets ?

26On peut noter cependant la présence de quelques pasteurs protestants, proches de Gasparin et de Guizot.

Les médecins

27Eux aussi sont relativement absents. En ce milieu du xixe siècle, le médecin n’est souvent qu’un simple officier de santé et il est encore en quête de reconnaissance sociale. Ce n’est pas encore un notable.

28Quelques noms cependant : ceux du célèbre aliéniste Esquirol, directeur de la maison de Charenton, du docteur Récamier, médecin chef de l’Hôtel-Dieu à Paris, du docteur Villermé plus féru d’économie sociale que de médecine.

29Signalons l’absence de Bretonneau, de Trousseau et de Velpeau, pourtant tous trois originaires de Tours, ou encore l’absence du docteur Ferrus, un des premiers médecins à s’être occupé de problèmes pénitentiaires, et celle du docteur Petit, médecin chef de la Petite-Roquette.

Les militaires

30Ils sont une trentaine en 1845 dont un Maréchal de France, Soult, et une quinzaine d’officiers généraux qui se sont, pour la plupart, illustrés pendant les guerres d’Empire : Lebrun, duc de Plaisance, Cafarelli, d’Ornano...

Les membres de l’Institut

31Ils sont 21 en 1845 : la monarchie de Juillet, qui a ouvert la voie du pouvoir politique aux gens des finances et de l’industrie, est aussi une monarchie d’intellectuels. L’Institut est très sensibilisé aux questions sociales et économiques, c’est lui qui demande au docteur Villermé, un de ses membres, de faire une enquête sur les usines lainières du Nord.

32Plus tardivement Demetz sera élu membre correspondant de l’Institut.

Les femmes

33Nous avons vu qu’elles représentent environ 10 % des membres fondateurs.

34La plupart sont veuves, comme si elles tenaient dans cette assemblée la place de leur défunt. Il y a aussi quelques rares épouses comme la baronne James de Rothschild, qui représente sa dynastie.

35Quelques-unes sont là « intuitu personae », comme Lady Byron et Miss Fry, deux philanthropes anglaises, avec lesquelles Demetz entretient une correspondance régulière. Il en est de même pour Marie d’Agoult, femme de lettres sous le nom de Daniel Stern, égérie de Liszt et de Wagner, mais surtout sœur du comte de Flavigny ou encore la comtesse de Ségur qui n’est que membre souscripteur. Ses livres ne rencontreront jamais, malgré son intérêt pour l’enfance, l’univers de l’enfant puni des colonies agricoles.

Les étrangers

36Ils sont une quinzaine, en majorité des Anglais, proches des milieux de la philanthropie pour lesquels Demetz a une très grande admiration. Si Suringar, fondateur du Mettray hollandais sous le Second Empire, figure parmi les membres fondateurs, le pasteur Wichern, créateur de la colonie de Horn en Prusse, modèle de référence de Mettray, ne le sera jamais.

Les politiques

Les ministres

37L’ultime catégorie qui nous paraît la plus importante, celle des politiques, s’estompe progressivement au fur et à mesure que la colonie décline.

38Entre 1840 et 1851, la colonie de Mettray est, par l’intermédiaire de ses membres fondateurs, présente dans tous les gouvernements et le plus souvent à des ministères clés.

39Ce sont deux membres fondateurs qui se succèdent, entre 1840 et 1848, à la présidence du Conseil : Soult et Guizot. D’autres membres les accompagnent : Duchâtel, ministre de l’Intérieur de 1840 à 1848, Martin, du Nord, ministre de la Justice de 1840 à 1847, Villemain, ministre de l’Instruction Publique de 1840 à 1847, Cunin-Gridaine, ministre de l’Agriculture de 1840 à 1848, Guizot, ministre des Affaires Étrangères de 1840 à 1847, Teste, ministre des Travaux Publics de 1840 à 1843, Passy, secrétaire d’État à l’Intérieur.

40On peut avoir l’impression que, pendant cette période, Mettray est l’expression d’un projet quasi gouvernemental et les subventions de l’Intérieur, de la Justice, de l’Instruction Publique, de l’Agriculture suivent en conséquence.

41La Révolution de 1848, malgré quelques inquiétudes évoquées par Demetz dans sa correspondance en ce qui concerne le financement des ateliers de travail pour les colons, n’amène pas de grands changements. Mettray reste près du pouvoir. Lamartine soutient Mettray ainsi que trois membres du gouvernement provisoire, membres fondateurs : F. Arago, à la Marine, L. Carnot à l’Instruction Publique, Ledru-Rollin à l’Intérieur.

42Au moment de l’élection du Prince Président en décembre 1848, les membres fondateurs continuent à être très présents au gouvernement avec Odilon Barrot, Président du Conseil et six autres ministres (Drouyn de Lhuis, Destutt de Tracy, Faucher, Lacrosse, Falloux et Passy) auxquels s’ajoutent en 1849 Tocqueville et Lanjuinais.

43Mettray est au cœur de la république conservatrice.

44C’est sous le Second Empire que cette présence des fondateurs de Mettray dans les allées du pouvoir politique s’atténue fortement. Les ministres se font de plus en plus rares et on n’en relève plus que 5 entre 1852 et 1863 : Drouyn de Lhuis, qui sera président de la Paternelle à partir de 1869 et Walewski, tous deux ministres des Affaires Étrangères, Fould aux Finances, et deux gardes des Sceaux : Abatucci entre 1852 et 1858 et Delangle entre 1859 et 1863. Il n’y plus aucun ministre membre fondateur dans les dernières années du Second Empire.

45Il est à remarquer que ni l’Empereur, à l’occasion de ses deux voyages à Tours, ni l’Impératrice, malgré quelques promesses, ne visitent Mettray.

46Au début de la IIIe République, les ministres se font encore plus rares. On en trouve trois entre 1870 et 1877, la période de la république conservatrice : Arago, garde des Sceaux en 1870, Bérenger aux Travaux Publics, en 1875, et Decazes aux Affaires Étrangères de 1873 à 1877. Tous les trois sont des fils de membres fondateurs, ils ont succédé à leur père mais cette génération n’a plus le lustre de la précédente. Bérenger, auteur d’une loi sur les violences à enfants, est président de Mettray de 1909 à 1915.

47Après la chute de Mac-Mahon et jusqu’à la fin du siècle, il n’y a plus de ministres parmi les membres fondateurs.

Les pairs de France, les députés, les sénateurs

48Les pairs de France sont 32 en 1840 puis 35 en 1845 et les députés 53 en 1840. Ils représentent tout l’échiquier politique de l’époque : quelques légitimistes, les libéraux dont une vingtaine soutient Guizot, une dizaine, plus au centre gauche, est proche de Thiers, une douzaine se situe dans l’opposition de gauche dont trois républicains (Arago, Carnot, Ledru- Rollin). On peut parler d’un véritable éclectisme politique qui correspond bien au réseau relationnel de Demetz.

49En 1845, 33 départements sont représentés par des élus, dont l’Indre- et-Loire par ses 5 députés.

50Sous le Second Empire, le nombre de parlementaires diminue considérablement : 15 députés et sénateurs en 1855. Vingt ans plus tard, sous la république conservatrice, ils ne sont plus que 9.

51Les soutiens politiques de Mettray s’effritent progressivement. Parallèlement, le modèle des colonies agricoles, le recours à la philanthropie et à l’initiative privée pour intervenir auprès des enfants de justice, n’ont plus la même faveur que sous la monarchie de Juillet. Le ministre de l’Intérieur Persigny, qui n’est pas membre fondateur de Mettray, qualifie, en 1860, les colonies agricoles de « simples collèges de pauvres » et laisse entendre que l’État doit se substituer à l’initiative privée. Ce projet qui va dans le sens d’ouverture de colonies publiques était déjà sous-jacent dans la loi de 1850 sur les colonies agricoles et les patronages.

52Les fondateurs de 1840 vieillissent : une bonne partie des administrateurs de la fondation disparaît sous le Second Empire dont Brétignières de Courteilles en 1852. Le personnel politique du Second Empire n’est plus celui de la monarchie de Juillet et l’on est passé d’un régime libéral à un régime plus autoritaire. Les nouveaux membres fondateurs se font plus rares. Bien que faisant encore figure de référence lors de la commission parlementaire de 1873 sur les jeunes détenus, présidée par d’Haussonville, membre fondateur, Demetz est à la veille de sa mort. Il a mal préparé sa succession et la colonie de Mettray entame son déclin.

53C’est bien ce dernier qui fut pendant plus de trente ans le constructeur de cet exceptionnel réseau des membres fondateurs. Les 7 000 lettres qu’il a écrites entre 1845 et 1873, souvent monotones et répétitives, ont pour objectif de faire connaître Mettray, de construire et d’entretenir un véritable réseau de membres fondateurs acquis à la cause de l’amendement des enfants qu’il appelle longtemps « les innocents coupables ».

54En la matière, il fut un orfèvre.

55Ses successeurs n’ont eu ni cette volonté ni ce savoir-faire. Le modèle des colonies agricoles était passé, la philanthropie sociale avait d’autres projets, en 1880.

56Commence alors l’histoire sombre de Mettray !

Auteur

Historien, Président de l’Association pour l’histoire de l’éducation surveillée et de la protection judiciaire des mineurs, Vaucresson

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search