Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Première partie. La colonie de Mettray, une histoire et un système

La colonie de Mettray : exemplaire, mais unique

Éric Pierre

Texte intégral

  • 1 Sur ce mouvement, Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, 1991 (2e édit (...)

1Mettray est sans conteste l’établissement emblématique du mouvement des colonies agricoles et pénitentiaires privées qui prend naissance dans la France des années 18301 (ill. 1 à 6). Dès sa création, parmi les contemporains s’impose l’image d’une institution exemplaire et modèle. La colonie de Mettray représente, pensent-ils alors, la solution à la question pénitentiaire pour les jeunes détenus. À leurs yeux, la réussite de Mettray symbolise la supériorité de l’éducation en colonie sur l’emprisonnement, mais aussi des œuvres privées sur les institutions publiques.

  • 2 Éric Pierre, « Débats pénitentiaires, politiques correctionnelles et vote de la loi de 1850 », dan (...)

2Dix ans plus tard, lors des débats parlementaires de la loi de 1850 sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus, qui tend à généraliser l’usage des colonies agricoles tout en accordant la primauté à la fondation des établissements privés sur ceux de l’Administration, Mettray sert de référence2. Les promoteurs de la loi utilisent abondamment l’exemple de la colonie tourangelle pour convaincre les sceptiques. Mettray, par son organisation présentée comme parfaite, par la personnalité de ses directeurs, parangons de la philanthropie, par ses résultats, est exhibée comme le type le plus accompli de l’établissement d’éducation correctionnelle. La comparaison esquissée entre Mettray et d’autres établissements, en particulier publics, tourne à l’avantage de la colonie privée. En réponse à un représentant de la Montagne, qui craint que l’initiative privée ne se transforme parfois en une « véritable exploitation » du jeune, le rapporteur de la loi, Corne, réplique :

« Enfin Messieurs, Mettray, dont le nom seul vous rappelle une œuvre admirable de charité, Mettray a fait ce qui n’avait pas été exécuté jusqu’à présent, c’est-à-dire que là on a donné une véritable éducation aux jeunes enfants. »

3Dans ces débats parlementaires, l’objectif avoué est d’obtenir la reproduction du modèle de Mettray partout.

  • 3 La colonie a deux fondateurs principaux qui en deviennent les premiers co-directeurs : le magistra (...)
  • 4 J. Bourquin et é. Pierre, « Une visite à Mettray par l’image : l’album de gravures de 1844 », Soci (...)

4Au-delà de l’Assemblée législative, l’image de la colonie idéale, exemplaire même, du modèle à suivre se diffuse dans toute une littérature hagiographique, plus ou moins suscitée, en tout cas contrôlée par les fondateurs de l’œuvre eux-mêmes3. F-A. Demetz, en particulier, veille sur l’image de son institution développant une véritable stratégie de communication, mêlant écrits et images4 (ill. 10). Copier Mettray semble alors devenir une obligation pour tout fondateur d’une colonie. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui annoncent leur volonté de reproduire, dans leur propre établissement, le modèle de Mettray qu’ils ont pu étudier lors d’une visite sur place.

5Or, s’il semble bien que la naissance de la colonie de Mettray en 1839, puis le vote de la loi de 1850 provoquent un mouvement d’ouverture de colonies agricoles privées, aucun de ces établissements ne suit fidèlement le programme de Mettray. Si certaines institutions vont jusqu’à emprunter son nom, telle l’éphémère colonie du Petit Mettray, située dans le Nord de la France, aucune ne ressemble à Mettray. Aucune ne réussit à reproduire les conditions particulières qui ont présidé à la création de l’œuvre, aucune ne forme son personnel dans une école préparatoire, aucune n’applique le système familial de Mettray. Aucun des directeurs de ces nouveaux établissements n’a la volonté d’aboutir, à l’exemple de F.-A. Demetz, à une véritable réforme morale des colons, acceptée par ceux-ci. Il n’existe donc pas de copies de Mettray, qui reste un modèle isolé et singulier. Cet écart entre une volonté affichée de reproduire l’œuvre, d’en faire un modèle, et l’absence dans les faits de cette reproduction s’explique par plusieurs causes que nous allons tenter d’expliquer. C’est aussi, bien sûr, l’occasion de réfléchir à ce qui constitue la singularité de Mettray, à sa place dans le système pénitentiaire français, aux relations particulières que ses promoteurs ont établies avec le pouvoir politique et l’Administration des prisons.

6Dans cette démarche, trois périodes de l’histoire de Mettray sont privilégiées. D’abord, la fondation de l’œuvre en 1839, qui est rendue possible par une cristallisation d’éléments tout à fait exceptionnelle. Cristallisation qui se dissout cependant rapidement et qui entrave le développement à grande échelle d’autres colonies. Ensuite, le vote de la loi du 5 août 1850 sur les colonies agricoles, qui semble marquer la reconnaissance de l’exemplarité de Mettray et favoriser la diffusion du modèle. Mais cette fois encore, plusieurs éléments, dont l’hostilité des fonctionnaires de l’Administration pénitentiaire, rendent impossible la multiplication des colonies à l’image de Mettray. Et, enfin, la longue phase de déclin de l’établissement, qui s’amorce dès les débuts de la IIIe République.

Le temps de la fondation : une cristallisation de circonstances exceptionnelles

  • 5 j.-g. Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France 1780-1880, Paris, Fayard, 1990, 749 p
  • 6 M.-S. Dupont-Bouchat, Éric Pierre (s. d.), Enfance et justice au xixe siècle, op. cit., 443 p.

7Dans la société française de la fin des années 1830, la question pénitentiaire est particulièrement prégnante5. La France bourgeoise de la monarchie de Juillet s’inquiète des supposés progrès du crime et de la démoralisation des classes populaires. Cependant, nombre de dissensions et de controverses opposent alors les spécialistes de l’emprisonnement et de l’amendement des détenus. La polémique fait rage pour savoir quel sera l’établissement le mieux adapté pour obtenir la réforme des jeunes coupables. Dans ce contexte, des expérimentations très diverses sont tentées : quartiers séparés de jeunes, prison cellulaire de la Petite Roquette, prisons mixtes, mêlant un enfermement cellulaire nocturne et une vie en commun de jour6. Des établissements privés ouvrent dans plusieurs villes. Ils répondent à des programmes différents et à des systèmes correctionnels qui peuvent souvent paraître opposés.

8Avec le projet de colonie proposé par le magistrat F.-A. Demetz, nous assistons à un véritable changement de conception. En effet, ce dernier propose d’apporter une véritable solution à la question pénitentiaire. Il souhaite mener, dans un établissement situé à la campagne, une action effectivement moralisatrice, qui ne se contente pas d’un amendement superficiel des jeunes. Une action qui, pour être efficace, doit recueillir l’assentiment des jeunes eux-mêmes (ill. 11 à 15). Une action aussi qui doit être soutenue par un personnel de jeunes gens formés dans une école préparatoire et entièrement dévoués à leur mission (ill. 9). Mais plus encore que sur une conception pédagogique et éducative originale, construite à partir de l’observation de différents établissements en Europe, la clef du succès de Mettray repose sur la cristallisation de différents éléments : la personnalité et la force de conviction du principal fondateur de l’œuvre, l’engouement qu’il réussit à provoquer parmi un large éventail de notables de première importance, la division des fonctionnaires de l’Administration pénitentiaire et, bien sûr, un contexte d’inquiétude sociale face à des phénomènes variés, très largement surestimés d’ailleurs par les contemporains, tels que l’urbanisation, la progression de « l’immoralité », la montée de la délinquance juvénile.

  • 7 A. Blouet, F.-A. Demetz, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États- Unis, (...)
  • 8 Il conserve la fonction de conseiller général du département Seine-et-Oise, qu’il utilise abondamm (...)
  • 9 Cette décision a parfois été présentée comme le fruit d’une révélation. Dans une brochure, le gran (...)

9Pour mettre en œuvre son projet, Demetz possède d’abord une bonne connaissance des questions carcérales. Il a parcouru plusieurs pays pour étudier leur système pénitentiaire. À la suite de Tocqueville, il s’est rendu aux États-Unis dont il est revenu partisan convaincu de l’emprisonnement cellulaire, même pour les jeunes7. Il connaît aussi les expériences des colonies agricoles pour adultes des Pays-Bas. Ensuite, son activité dans le monde judiciaire, déjà ancienne, lui a permis de se créer de nombreuses et précieuses relations. Avant l’ouverture de Mettray, il a dépassé les 40 ans, et possède déjà un parcours bien rempli de philanthrope et de spécialiste de la question pénitentiaire. Jusqu’alors il a mené ces différentes activités parallèlement à sa carrière de magistrat. En 1839, il décide de se vouer pleinement à l’œuvre qu’il souhaite fonder : pour ouvrir Mettray, il démissionne de la magistrature8. Cette décision, sans doute, longtemps mûrie, fait de lui l’incarnation de l’homme dévoué, celui qui abandonne carrière et honneurs pour se consacrer entièrement au bien. Une attitude qui ne peut que susciter l’admiration des philanthropes et des hommes charitables. F-A. Demetz devient une sorte de saint laïque9. En fait, F-A. Demetz prépare soigneusement son départ. Il s’entoure de garanties multiples. Il bénéficie en particulier de l’aide de la prestigieuse « Société pour le patronage des jeunes libérés du département de la Seine » dont il est un membre actif depuis plusieurs années, et qui est à l’origine de son intérêt pour les établissements de jeunes.

  • 10 En particulier A. de Tocqueville qui lui écrit une lettre que F.-A. Demetz diffuse largement.
  • 11 Sur ce point, voir l’article de Jacques Bourquin dans ce volume.

10En tout cas, il réussit, en quelques mois, à franchir les obstacles et à réunir les conditions nécessaires à l’ouverture de Mettray. Il déploie alors une stratégie efficace. Il diffuse un projet original par l’écrit et par la parole ; il s’assure de soutiens d’abord prestigieux, puis plus nombreux10. Sa grande idée est de faire administrer la colonie par une société privée (la Société Paternelle), ce qui lui permet, d’une part, de dissocier la gestion de ses biens privés et celle de l’établissement et, d’autre part, de mobiliser les élites sociales en faveur de la cause des enfants délinquants. Faisant jouer un sentiment d’émulation, il réussit à réunir au sein de la « Société paternelle » toutes les élites sociales du pays11. Il trouve dans le groupe des « membres fondateurs » de Mettray, toutes les relations politiques (des légitimistes aux républicains, en passant, bien sûr, par de nombreux « ministériels ») dont il a besoin, tous les relais nécessaires dans le monde de la finance (en particulier la haute banque protestante), toutes les introductions auprès de la haute Administration. En quelques mois, il obtient plus de 500 adhésions. Les cotisations, accompagnées de quelques dons substantiels, lui permettent d’entreprendre les premiers travaux d’aménagements de la colonie. Ainsi en un peu moins d’un an, il réunit les moyens, l’argent, les autorisations, lui permettant d’ouvrir sa colonie agricole.

  • 12 De 1839 au début de la IIIe République, Mettray obtient environ les 3/4 des subventions attribuées (...)

11Il faut alors noter le soutien de l’Administration dans les démarches qui aboutissent à l’ouverture de la colonie. Mettray bénéficie de subventions sans rapport avec les autres établissements12. La colonie reçoit rapidement des jeunes provenant des tribunaux de quasiment toute la France. Enfin, une réforme de 1840 transfère les frais d’entretien des jeunes détenus des budgets des départements vers le budget de l’État, mesure qui garantit la régularité des rentrées d’argent.

  • 13 Éric Pierre, « Débats pénitentiaires, politiques correctionnelles et vote de la loi de 1850 », dan (...)

12Pour obtenir ce résultat, F.-A. Demetz bénéficie de la réunion de circonstances exceptionnelles et d’une opportunité temporelle de courte durée. Officiellement du moins, il existe un accord parfait entre F.-A. Demetz, le conseil d’administration de la « Société Paternelle », et l’État, que ce soit le gouvernement ou l’Administration : la Société paternelle gère librement l’établissement, y applique les principes éducatifs établis par F.-A. Demetz, et l’Administration, respectueuse de l’initiative privée, appuie, sans exigences particulières, cette expérience. Mais les choses ne sont pas si simples. Très vite, dans les années 1840, le modèle de la colonie agricole a aussi ses détracteurs. Par exemple, Charles Lucas, le célèbre fondateur de la science pénitentiaire, l’homme qui a défendu le principe de la mise au travail agricole des jeunes détenus, n’adhère pas à l’optimisme ambiant quant aux chances de réussite de Mettray. Il se méfie de l’arrivée d’établissements privés pour assurer un droit de punition qui, selon lui, doit relever uniquement de l’État. Au sein de l’Administration pénitentiaire comme dans les congrès pénitentiaires internationaux, les tenants de l’enfermement cellulaire retrouvent de la voix. La cellule a de nouveau le vent en poupe. Au Parlement, les différentes lois délibérées sur le système pénitentiaire favorisent cette solution, y compris pour les enfants13.

  • 14 Sur ce point et sur les limites de l’influence des philanthropes : Éric pierre, « f.-a. Demetz et (...)

13Dans ce contexte, les relations de la colonie avec le pouvoir politique et l’Administration des prisons sont assez complexes. À la fin des années 1830, l’Administration, ou une partie de celle-ci, a voulu tenter l’expérience de Mettray en lui accordant de généreuses subventions et en lui confiant de nombreux enfants, mais elle souhaite aussi contrôler le plus possible l’œuvre. L’Administration, de plus en plus répressive, se méfie d’un établissement, qui pourrait paraître trop libéral et, surtout, dirigé par des philanthropes « d’ancien style », qu’elle a alors de plus en plus tendance à considérer comme de doux rêveurs14. Malgré les gages que ces derniers lui accordent, l’Administration se veut de plus en plus directive. Le temps des colonies agricoles semble alors déjà révolu. Il n’est bien sûr pas question de revenir sur l’existence de Mettray qui bénéficie de soutiens de poids, et qui sait faire sa propagande, mais il n’est pas question non plus de permettre le développement de colonies à l’identique. Aucune colonie ne pourra plus jamais bénéficier des conditions exceptionnelles (argent, soutiens, etc.) offertes à Mettray par l’Administration. À peine né, le mouvement des colonies agricoles se trouve ainsi bloqué.

Autour de la loi du 5 août 1850. Copier Mettray : une injonction de courte durée

  • 15 À l’exclusion des filles pour lesquelles des raisons de surveillance interdisent l’envoi en coloni (...)

14Mais la révolution de 1848, ainsi que les changements politiques rapides des années suivantes provoquent un nouveau retournement d’opinion, temporaire nous le verrons, sur la question pénitentiaire. Accèdent au pouvoir des partisans convaincus de la solution agricole, tant pour les adultes que pour les jeunes. Ceux-ci profitent du climat politique troublé pour imposer, par la loi du 5 août 1850, le modèle de la colonie agricole privée comme établissement quasi-exclusif d’éducation des jeunes détenus15

  • 16 En particulier dans Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1973, (...)

15Depuis les débuts de la deuxième République, l’idée d’un recours important à la solution agricole d’un point de vue pénitentiaire progresse. Cette voie agricole possède de multiples avantages, dont celui de pouvoir répondre rapidement aux fluctuations importantes du nombre des prisonniers. Elle permet aussi, dans une période de crise économique, de contourner le délicat problème du travail industriel en prison, et de la concurrence faite ainsi aux travailleurs libres. Ce mouvement en faveur des colonies agricoles connaît donc un renouveau dès les débuts de la République, mais ce sont les événements politiques et sociaux de 1848 et 1849 qui brusquent son accomplissement. Car le vote de la loi sur les jeunes détenus est indissociable du contexte de peur sociale qui fait suite aux événements de juin 1848. L’intensité des traumatismes nés de l’affrontement violent entre l’armée, la bourgeoisie et le peuple parisien entraîne les différents gouvernements sur une voie répressive16. Ainsi, entre 1849 et 1850, plusieurs projets circulent pour introduire le travail agricole dans les prisons, et pour développer des pénitenciers agricoles. Le débat législatif de janvier 1849 montre l’intérêt des représentants pour ces solutions.

  • 17 Application du système de Mettray aux colonies d’orphelins et d’enfants trouvés, Paris, J. Claye, (...)
  • 18 Archives départementales d’Indre-et-Loire. 114 J 220. Société Paternelle. Correspondance, lettre d (...)
  • 19 P. Gillon, Rapport sur la colonie pénitentiaire de Mettray fait au Comité du travail, le 20 octobr (...)

16En ce qui concerne plus particulièrement les jeunes détenus, les gouvernements qui se succèdent à partir de février 1848 apprécient la colonie de Mettray. Habilement, F-A. Demetz en profite. Il rencontre à Paris Ledru-Rollin, le ministre de l’Intérieur du gouvernement provisoire de la République. À la demande du sous-secrétaire d’État à la Marine, Victor Schoelcher, il prépare un plan pour l’ouverture de colonies pour orphelins et enfants trouvés17. En juin 1848, il écrit qu’il s’est mis « entièrement à la disposition du pouvoir exécutif18 » pour le faire bénéficier de son expérience. À la fin de l’année, une commission du comité du travail visite la colonie. Le rapport publié par Paulin Gillon, un conservateur, est extrêmement favorable à la colonie. Celui-ci demande que le gouvernement verse une subvention promise par la monarchie de Juillet et tronquée par le gouvernement de la République, et il souhaite que le nouveau gouvernement « prenne sous sa tutelle la colonie19 ». Lors des débats parlementaires, nous l’avons déjà vu, Mettray devient un des arguments principaux pour justifier tous les choix de la loi.

  • 20 Drouyn de Lhuys, qui a été ministre des Affaires étrangères. Il est enterré dans le cimetière de l (...)
  • 21 Dont porte trace l’imposante correspondance de F.-A. Demetz conservée aux Archives départementales (...)
  • 22 Jean-Marie Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté. Le traitement social et politique d (...)

17Pendant quelques mois, la colonie agricole, avec l’exemple de Mettray, redevient à la mode. De nouveaux établissements sont fondés. Mais cette période est de courte durée. Le 2 décembre 1851, le président de la République, Louis Napoléon Bonaparte, organise un coup d’État. Un an plus tard, il achève la République et rétablit l’Empire. L’Administration connaît de nombreux changements. Cette fois, ce n’est plus tellement le modèle colonie agricole qui est menacé, mais bien plus le statut privé de ces institutions. Mettray reste un établissement reconnu, protégé par un président du conseil d’administration, ancien ministre, qui appartient au monde des proches de l’Empereur20, ainsi que par les habiles et infatigables manœuvres de son directeur21. Si Mettray conserve une image positive, au moins officiellement, les autres colonies sont rapidement menacées. Le second Empire est, en effet, marqué par la sourde hostilité à leur égard de l’Administration pénitentiaire, qui tente une reprise en main du secteur22. Ainsi, pendant cette période, l’Administration utilise abondamment les colonies privées pour la gestion de la population des jeunes détenus en pleine expansion, tout en entretenant une attitude de défiance à leur égard. L’Administration des prisons s’est vue imposer la loi de 1850, et donc la primauté accordée aux colonies privées, ce qu’elle accepte difficilement. Dès 1854, F. Persigny, le ministre de l’Intérieur, signant un texte écrit par le directeur de l’Administration pénitentiaire, L. Perrot, déplore cette primauté. Il reprend les craintes exprimées l’année précédente par un inspecteur général adjoint, Bucquet, qui dénonçait : l’absence de règles strictes de comptabilité et d’administration dans la plupart des colonies, la mauvaise tenue des registres, le coût plus élevé du prix de journée attribué aux établissements privés par rapport aux dépenses des établissements publics et, surtout, l’insuffisance et l’incapacité du personnel de ces établissements.

  • 23 Pour les colonies du Nord de la France, Christian Carlier, La prison aux champs. Les colonies d’en (...)

18Les années suivantes, les critiques contre les établissements privés s’expriment plus ouvertement encore. L’absence des archives de l’Administration pénitentiaire ne permet pas de suivre précisément ce phénomène, mais il semble bien que les inspecteurs soient beaucoup plus critiques avec les colonies que ne le sont les autres fonctionnaires. De leurs inspections, ils rapportent des descriptions souvent terribles sur les conditions de vie des colons, sur la violence des moyens disciplinaires, sur l’état d’insalubrité des colonies, sur leur inorganisation administrative, sur les désordres multiples qui y règnent23, etc. Le plus fréquemment, ces rapports sommeillent jusqu’à la prochaine inspection. Le ministre et le directeur de l’Administration pénitentiaire hésitent à fermer des établissements, même si les conditions d’existence y sont déplorables. Ils bénéficient de moyens de pression suffisants pour les contrôler : l’envoi ou non des jeunes, la fixation des prix de journée, le paiement irrégulier des sommes dues, des inspections plus ou moins bienveillantes, la concurrence d’établissements publics plus nombreux, l’élaboration d’un règlement national applicable à toutes les colonies.

  • 24 Dans le pouvoir exécutif, dans l’Administration marquée par un retour des partisans de la cellule, (...)
  • 25 Mettray est non seulement épargnée, mais continue même d’apparaître comme un modèle lors de la gra (...)
  • 26 Il n’existe pas par exemple d’union ou de fédération des colonies agricoles, contrairement aux soc (...)

19L’Administration voit donc progressivement son pouvoir de contrôle notablement s’accroître. Dans ce contexte, si Mettray reste encore généralement épargnée par les inspecteurs, les autres colonies rentrent en crise. Nombre d’entre elles ferment alors sur décision de l’Administration ou faute de moyens pour survivre. En 1870, le retour de la République renforce l’hostilité à l’égard des colonies privées24. Mettray pendant longtemps demeure encore à l’écart du mouvement de critique, préservée par son ancienne réputation et toujours par ses soutiens25. Elle continue de percevoir un prix de journée supérieur aux autres colonies, ce qui contribue d’ailleurs à l’isoler26. Il n’est alors plus question de diffusion du modèle de Mettray. Pour la colonie tourangelle, une nouvelle phase de son histoire s’ouvre : celle de la survie.

Une longue agonie (1880-1937)

  • 27 En particulier à la veille de la guerre de 1914-1918 et pendant les années 1920. Voir les registre (...)

20Si Mettray s’est, jusqu’à présent, singularisée par l’image positive, que ses directeurs et administrateurs ont réussi à bâtir, puis à préserver de l’hostilité de l’Administration et de la curiosité d’une presse très largement contrôlée par le pouvoir politique, s’ouvre désormais une nouvelle phase de l’histoire de la colonie, marquée par une succession de crises. La disparition de l’omniprésent directeur-fondateur, F.-A. Demetz, décédé le 2 novembre 1873, n’en est qu’un des éléments. La singularité de Mettray ne se trouve plus désormais dans sa volonté de faire exemple, de proposer un système d’éducation présenté comme parfait, mais bien plus dans un certain acharnement à durer alors que les autres colonies ferment, faute de moyens financiers, faute de jeunes à prendre en charge, ou encore sur décision de l’Administration. D’ailleurs entre 1880 et 1937, la question de la fermeture de l’établissement revient de façon récurrente, et parfois critique, dans les procès-verbaux du conseil d’administration27.

21Sans rentrer trop avant dans les détails et fluctuations innombrables d’une chronologie longue de plus de 50 ans, cette période de l’histoire de Mettray est dominée par une dégradation des conditions de vie des colons (violence, maintien des châtiments corporels et des privations alimentaires malgré les consignes les interdisant, etc.), des problèmes de personnel (disparition de l’école préparatoire et incapacité à recruter des gardiens compétents et « dévoués »), une grande difficulté à s’adapter aux nouvelles législations scolaires (lois d’obligation, de gratuité et de laïcité) et sociales (lois protectrices du travail et des travailleurs des années 1890-1900, etc.) et, enfin, des relations difficiles avec les pouvoirs publics, tant locaux que nationaux. L’aspect fortement clérical de l’institution ne peut que provoquer une grande méfiance de la classe politique et de la presse républicaines, au moins dans les périodes de tensions des années 1880, puis du tournant du xixe et du xxe siècle.

  • 28 Éric Pierre, « Mettray dans les années 1920, une période noire » dans Raoul Léger, La colonie agri (...)

22Dans ce panorama, il faut préciser qu’il existe des périodes noires et des périodes simplement grises. Dans les années 1890 et 1900, l’Administration, mais aussi les magistrats limitent leurs envois de jeunes à Mettray, dont la réputation se dégrade, mettant ainsi en danger l’équilibre financier de l’institution. Mettray est au bord de la fermeture à la veille de la guerre, qui la sauve. Les années 1920 sont, sans doute, les plus dramatiques pour les jeunes, en raison de la présence d’un personnel incompétent, presque toujours d’anciens sous-officiers fortement marqués par leur expérience de la guerre, et très souvent alcooliques et violents, ainsi que par les économies du ministère de la Justice et de l’État, qui refusent obstinément d’augmenter le prix de journée des colons, alors que l’inflation devient galopante28. Indirectement, discrètement, le gouvernement décide de sacrifier l’éducation des jeunes détenus, qui deviennent mal logés, mal nourris, mal vêtus. Sur un versant légèrement plus positif, quelques directeurs, Brun en 1911, puis Voisin à partir de 1932, tentent bien de réformer l’institution. Mais leurs efforts ne remportent pas les succès attendus.

23Et pourtant Mettray, doyenne des colonies privées, résiste. Alors que les autres établissements ferment les uns après les autres, qu’il existe quelques nouvelles créations, mais toujours de courte durée, et que l’Administration renforce ses propres établissements pour accueillir en priorité les jeunes envoyés en correction, la colonie tourangelle réussit à survivre. Plusieurs causes l’expliquent.

  • 29 Vice-président depuis les années 1900, il devient président après la Grande Guerre.
  • 30 Vice-président au début des années 1900, puis Président de 1909 à 1915.
  • 31 Martine Kaluszynski, « Un paternalisme juridique : les hommes de la société générale des prisons » (...)
  • 32 Par exemple, « Circulaire du Bureau central », Revue pénitentiaire, 1903, p. 1401-1403.

24La Société Paternelle et son conseil d’administration restent composés de membres toujours importants et reconnus, tels le doyen de la faculté de droit Berthélémy29, ou le sénateur inamovible Bérenger30 pour ne citer que deux noms. Même s’ils sont moins nombreux, moins prestigieux et, même s’ils appartiennent à des milieux sociaux moins variés que pendant la période fondatrice des années 1830, ces hommes bénéficient d’un certain prestige qui leur permet de mener une action de groupe de pression. A Paris, ils ont leurs entrées auprès du pouvoir politique et, particulièrement, auprès de certains parlementaires. Ils sont présents dans certaines instances liées à l’Administration de la Justice, de l’Intérieur, puis du ministère de l’Hygiène (Conseil supérieur des prisons, Conseil supérieur de l’Assistance publique), dans les sociétés de réflexion et d’élaboration des lois, telles la Société générale des prisons31 et, encore, dans le monde de l’action philanthropique à destination de l’enfance (Union des sociétés de patronages, Comité de défense des enfants traduits en justice de Paris, etc.). De leurs postes, ils mènent une action générale, peu efficace, pour préserver l’ensemble des colonies privées32 et plus habile, pour sauver Mettray. Cette double attitude les conduit d’ailleurs parfois à une certaine confusion de langage, puisque leur défense des colonies privées repose sur un discours global vantant les mérites de ces établissements, et que leur apologie de Mettray repose en grande partie sur la mise en valeur du caractère exceptionnel de la colonie tourangelle, et donc sur ce qui la distingue des autres. Quoi qu’il en soit, ces hommes réussissent à maintenir, au moins dans leur monde, une image positive de Mettray. Les revues auxquelles ils participent ne se lassent pas de faire l’éloge de l’établissement fondé par F.-A. Demetz. De plus, juristes pour la plupart, ils connaissent bien les lois, à l’élaboration desquelles ils ont, à un moment ou à un autre, participé. Ils vont ainsi, à l’affût des nouvelles populations de jeunes créées par l’important travail législatif de la IIIe République, réussir à préserver l’approvisionnement de la colonie en jeunes. Alors qu’à la fin du xixe siècle, les tribunaux réduisent les envois en correction (art. 66 du Code pénal), les administrateurs de Mettray profitent des opportunités des lois de 1912 sur les tribunaux pour enfants et adolescents et 1921 sur le vagabondage des jeunes pour faire venir de nouvelles populations. Ils profitent aussi du refus de l’Assistance publique de s’occuper des délinquants de la loi de 1898, ainsi que du rejet par cette même administration des enfants assistés, qu’elle estime « difficiles et vicieux » (loi de 1904). Globalement, on assiste d’ailleurs à Mettray à un mouvement très lent de remplacement des enfants de la Justice par les enfants de l’Assistance. Une population se substitue à l’autre.

  • 33 Dont la famille Gouin représentée au conseil d’administration quasiment sans interruption entre 18 (...)
  • 34 Après la première campagne de Louis Roubaud, un ancien de la maison paternelle de Mettray, réservé (...)

25Cette action des administrateurs parisiens est relayée sur place, à Mettray, par la volonté et, parfois même, l’acharnement de certains des administrateurs de Touraine à poursuivre l’œuvre entamée par F.-A. Demetz et Hermann Brétignières de Courteilles33. Ils affichent une certaine fidélité aux idées du fondateur, même si l’organisation de la colonie a désormais peu à voir avec celle des débuts et, même si l’idée d’une éducation des jeunes détenus à la campagne paraît de moins en moins adaptée aux évolutions de la société française. Se trouve aussi, chez eux, la certitude d’avoir raison contre des pouvoirs publics hostiles et contre la presse calomnieuse. Ainsi, dans les périodes de tensions religieuses, ils n’hésitent pas à présenter Mettray comme une forteresse assiégée, mais qui résiste. Cette volonté leur fait aussi surmonter les difficultés financières qui souvent accablent l’œuvre. Ils font souvent preuve d’ingéniosité pour trouver les sommes qui permettront d’équilibrer le budget. En 1937, la fermeture de la colonie par le ministère de l’Intérieur, à la suite des campagnes de presse contre les bagnes d’enfants, vient les surprendre34.

  • 35 Pour la commission permanente : Archives départementales d’Indre-et-Loire : 114 J 181-183.

26La lecture des archives, en particulier celles du conseil d’administration de la Société paternelle et celles de la commission permanente35, uniquement composée des administrateurs résidant à proximité de Mettray, montre cependant que le combat des partisans de Mettray se fait souvent sans autre objectif que la simple survie. Il s’agit de faire durer l’œuvre coûte que coûte. Dans cette lutte menée sans relâche, pour subsister, pour avoir raison contre les forces hostiles, par fidélité aussi au Mettray des origines et à la mémoire de ses fondateurs, il semble bien que la finalité éducative soit devenue très secondaire.

  • 36 Pour les Pays-Bas, outre l’article de Jeroen Dekker dans ce volume. Jeroen Dekker, The Will to Cha (...)

27Pour conclure rapidement, notons qu’en dépit d’une volonté d’exemplarité fortement affirmée par ses fondateurs, de leur souhait d’en faire un établissement modèle, à reproduire dans sa conception éducative, son organisation, ses plans parfaits, aussi bien en France qu’à l’étranger36, Mettray se caractérise surtout par sa singularité. Singularité que l’on retrouve à toutes les phases de son histoire, aussi bien lors de sa fondation, que lors du vote de la loi de 1850 et, enfin, lors de sa longue agonie. Singularité d’ailleurs aussi souvent mise en valeur par ses partisans pour distinguer Mettray des autres colonies dans un souci de promotion. Il existe une sorte de contradiction, dont n’avaient, sans doute, pas conscience les fondateurs et les défenseurs de l’œuvre, à revendiquer son caractère de modèle tout en mettant en avant ce qui la distingue des autres établissements, et la rend donc unique. Pour la troisième période, celle des crises répétitives, Mettray apparaît de plus en plus comme un isolat de l’initiative privée dans un secteur désormais assumé presque sans partage par les établissements publics. Doyenne des colonies privées, ses administrateurs refusent de la voir disparaître. En lui assurant une telle longévité, ils renforcent encore son aspect singulier.

Notes

1 Sur ce mouvement, Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Cujas, 1991 (2e édition), 464 p. ; Christian Carlier, La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au xixe siècle, Paris, L’Atelier, 1994, 734 p. ; Marie Sylvie Dupont-Bouchat et Éric PIERRE, Enfance et justice au xixe siècle. Essai d’histoire comparée de la protection de l’enfance 1820-1914, Paris, PUF, 2001, 443 p.

2 Éric Pierre, « Débats pénitentiaires, politiques correctionnelles et vote de la loi de 1850 », dans Michel Chauvière, Pierre Lenoel et Éric Pierre (s. d.), Protéger l’enfant. Raison juridique et pratiques socio-judiciaires (xixe-xxesiècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996, p. 71-105.

3 La colonie a deux fondateurs principaux qui en deviennent les premiers co-directeurs : le magistrat F.-A. Demetz (1796-1873) et Hermann Brétignières de Courteilles (1797-1852).

4 J. Bourquin et é. Pierre, « Une visite à Mettray par l’image : l’album de gravures de 1844 », Sociétés et Représentations, La justice en images, n° 18, oct. 2004, p. 207-216.

5 j.-g. Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France 1780-1880, Paris, Fayard, 1990, 749 p.

6 M.-S. Dupont-Bouchat, Éric Pierre (s. d.), Enfance et justice au xixe siècle, op. cit., 443 p.

7 A. Blouet, F.-A. Demetz, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États- Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837. F.-A. Demetz pense d’ailleurs que la colonie agricole ne doit intervenir dans l’éducation des jeunes détenus que dans un deuxième temps, après un séjour en prison cellulaire, durant lequel le jeune doit faire la preuve de sa volonté de s’amender. Cependant, progressivement, il accepte que la colonie devienne un établissement complet accueillant le jeune pendant toute la durée de sa détention, à condition cependant que cette colonie possède un quartier cellulaire pour punir les colons indisciplinés.

8 Il conserve la fonction de conseiller général du département Seine-et-Oise, qu’il utilise abondamment pour nouer des contacts avec les autres assemblées départementales.

9 Cette décision a parfois été présentée comme le fruit d’une révélation. Dans une brochure, le grand philanthrope des Pays-Bas, Suringar fait déclarer à Demetz : « J’ai trouvé ce que je cherchais ! dit-il en extase. Ma résolution est prise. [...] Désormais ma vie et mes forces sont vouées au salut et à la correction des jeunes gens négligés et criminels ».W. Suringar, Une visite à Mettray, Leuwarden, s. d., p. 11.

10 En particulier A. de Tocqueville qui lui écrit une lettre que F.-A. Demetz diffuse largement.

11 Sur ce point, voir l’article de Jacques Bourquin dans ce volume.

12 De 1839 au début de la IIIe République, Mettray obtient environ les 3/4 des subventions attribuées à l’ensemble des colonies agricoles privées. F. Voisin, Enquête parlementaire sur le régime des établissements pénitentiaires, vol. 8, 1875.

13 Éric Pierre, « Débats pénitentiaires, politiques correctionnelles et vote de la loi de 1850 », dans Michel Chauvière, Pierre Lenoël et Éric pierre, Protéger l’enfant, Raison juridique et pratiques socio-judiciaires (xixe-xxe siècle), op. cit., p. 71-105.

14 Sur ce point et sur les limites de l’influence des philanthropes : Éric pierre, « f.-a. Demetz et la colonie agricole de Mettray entre réformisme « romantique » et injonctions administratives », Paedagogica Historien, XXXVIII 2002, n° 2-3, p. 451-466.

15 À l’exclusion des filles pour lesquelles des raisons de surveillance interdisent l’envoi en colonie pénitentiaire agricole. La loi parle pour elles de « maisons pénitentiaires », et précise simplement qu’elles y « seront élevées en commun, sous une discipline sévère et appliquées aux travaux qui conviennent à leur sexe ».

16 En particulier dans Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1973, 254 p.

17 Application du système de Mettray aux colonies d’orphelins et d’enfants trouvés, Paris, J. Claye, 1849. Demetz dans une correspondance propose également la création d’établissements aux colonies (Archives départementales d’Indre-et-Loire. 114 J 220. Société Paternelle. Correspondance, lettre du 9 mai 1848).

18 Archives départementales d’Indre-et-Loire. 114 J 220. Société Paternelle. Correspondance, lettre du 16 juin 1848. Il ne faut pas voir dans ces contacts une adhésion du directeur de Mettray à la République, bien que sa correspondance ne laisse voir avant juin 1848 aucune trace d’hostilité envers les républicains. F.-A. Demetz est prêt à travailler avec tous les régimes si son institution peut en tirer profit.

19 P. Gillon, Rapport sur la colonie pénitentiaire de Mettray fait au Comité du travail, le 20 octobre 1848, Paris, J. Claye, 1850, 15 p.

20 Drouyn de Lhuys, qui a été ministre des Affaires étrangères. Il est enterré dans le cimetière de la colonie.

21 Dont porte trace l’imposante correspondance de F.-A. Demetz conservée aux Archives départementales d’Indre-et-Loire.

22 Jean-Marie Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté. Le traitement social et politique de la déviance, Paris, Centurion, 1990, 199 p.

23 Pour les colonies du Nord de la France, Christian Carlier, La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au xixe siècle, Paris, L’Atelier, 1994, 734 p.

24 Dans le pouvoir exécutif, dans l’Administration marquée par un retour des partisans de la cellule, mais pas à l’Assemblée élue en 1871. Il faudrait aussi tenir compte des fréquents changements politiques avant l’installation des républicains au pouvoir en 1877.

25 Mettray est non seulement épargnée, mais continue même d’apparaître comme un modèle lors de la grande enquête sur les établissements pénitentiaires du début des années 1870. F. voisin, Enquête parlementaire sur le régime des établissements pénitentiaires, Paris, 1874, 8 vol.

26 Il n’existe pas par exemple d’union ou de fédération des colonies agricoles, contrairement aux sociétés de patronage qui se réunissent en 1893. Les capacités de négociations collectives des colonies avec les pouvoirs publics s’en trouvent fortement réduites. Laurent Bouley, L’Union des sociétés de patronage 1893-1914, Université d’Angers, mémoire de maîtrise, 1999, 176 p.

27 En particulier à la veille de la guerre de 1914-1918 et pendant les années 1920. Voir les registres des procès-verbaux du conseil d’administration déposés aux Archives départementales d’Indre-et- Loire sous les cotes 114 J 175-177.

28 Éric Pierre, « Mettray dans les années 1920, une période noire » dans Raoul Léger, La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray. Souvenirs d’un colon 1922-1927, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 127-151.

29 Vice-président depuis les années 1900, il devient président après la Grande Guerre.

30 Vice-président au début des années 1900, puis Président de 1909 à 1915.

31 Martine Kaluszynski, « Un paternalisme juridique : les hommes de la société générale des prisons » dans Christian Topalov (s. d.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

32 Par exemple, « Circulaire du Bureau central », Revue pénitentiaire, 1903, p. 1401-1403.

33 Dont la famille Gouin représentée au conseil d’administration quasiment sans interruption entre 1839 et 1937 ou les descendants collatéraux de Hermann Brétignières de Courteilles.

34 Après la première campagne de Louis Roubaud, un ancien de la maison paternelle de Mettray, réservée aux enfants de familles riches, une seconde campagne contre les « bagnes d’enfants » débute en 1932, par la personne d’Henri Danjou. Cette campagne prend de l’ampleur en 1934 avec la rédaction d’une brochure très politique d’Henri Wallon (qui signe vraisemblablement un texte écrit par R. Zazzo pour protéger ce dernier d’éventuelles poursuites), et surtout avec Alexis Danan, journaliste à Paris-Soir, qui publie régulièrement des articles sur ce thème de 1934 à la Seconde Guerre mondiale. A. Danan fait de Mettray une de ses cibles favorites. Louis Roubaud, Les enfants de Caïn, Paris, Grasset, 1925,243 p. ; Henri Danjou, Enfants du malheur ! Les bagnes d’enfants, Paris, Albin Michel, 1932, 249 p. ; Henri Wallon, Une plaie de la société : les bagnes d’enfants, Bourges, Secours ouvrier international, 1934. Sur le parcours d’Alexis Danan, voir son autobiographie, L’épée du scandale, Paris, R. Laffont, 1961, 311 p.

35 Pour la commission permanente : Archives départementales d’Indre-et-Loire : 114 J 181-183.

36 Pour les Pays-Bas, outre l’article de Jeroen Dekker dans ce volume. Jeroen Dekker, The Will to Change the Child. Re-education Homes for Children at Risk in Nineteenth Century Western Europe, Frankfurt, Peter Lang, 2001, 351 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540