Version classiqueVersion mobile

Éduquer et punir

 | 
Sophie Chassat
, 
Luc Forlivesi
, 
Georges-François Pottier

Les colonies pénitentiaires au xixe siècle : de la genèse au déclin

Catherine Prade

Texte intégral

Maisons de correction...

1Sous l’Ancien Régime, quelques rares maisons de force sont spécialisées dans l’enfermement des enfants et sont alors appelées maisons de correction.

2À la veille de la Révolution, la seule maison de force subsistant à Paris, est la prison Saint-Lazare. Ouverte en 1632 par Vincent de Paul, elle avait servi de maison mère à la congrégation des prêtres de la mission, et avait abrité un grand et un petit séminaire, une maison d’aliénés et une maison de correction. On n’y accueille plus à cette date que les fils des puissants, qui doivent payer le prix élevé d’au moins 600 livres. Les enfants de Saint- Lazare y sont admis dès l’âge de 11 ans, par ordre du roi, ordre de justice ou correction paternelle, et dans ce cas la détention ne peut excéder trois mois. Ce sont des « libertins ou des aliénés d’esprit », en clair des enfants rebelles dont les frères de Saint-Lazare ont pour mission de décharger les familles pour travailler à leur amendement. L’arrivant est d’abord placé à l’isolement dans une chambre appelée noviciat avant d’être enfermé nuit et jour dans une cellule munie d’un guichet afin de pouvoir participer aux exercices religieux. La messe est suivie des « loges de la chapelle », sorte de cages munies de barreaux. L’emploi du temps est strict : lever à 6 h ou à 7 h en hiver, prières, dîner à 10 h, travail scolaire de 12 h à 14 h, puis de 14 h 45 à 17 h, souper suivi de l’extinction des feux à 21 h.

3On a là les fondements du régime pénitentiaire du xixe siècle : observation et humiliation des détenus, infantilisation par régime progressif interposé, séparation des prisonniers entre eux, minutie de l’emploi du temps.

4Les filles des meilleures familles sont enfermées dans des couvents ou des petites pensions privées. Les Filles de la Madeleine accueillent les « putains » les plus huppées. Au xviiie siècle, la congrégation du Bon Pasteur tient le haut du pavé dans le traitement des filles délinquantes. En 1688 Marie Ciz, épouse De Combe, protestante de Leyde convertie au catholicisme, fonde une communauté de pénitentes rue du Cherche Midi à Paris, bientôt baptisée le Bon Pasteur. Les statuts sont établis en 1698 et seront appliqués pratiquement sans changement pendant tout le xixe siècle.

5Les enfants pauvres, délaissés, poussés au vagabondage et au chapardage, tâtent des hôpitaux généraux et des dépôts de mendicité, et s’ils sont criminels, ce qui est plus rare, des prisons avant le jugement. Au total, relativement peu d’enfants pauvres sont enfermés, en période moyenne, faute de moyens répressifs, les parents des campagnes préférant les garder comme force d’appoint, ou n’ayant pas les moyens de payer les pensions demandées par les maisons religieuses qui se consacrent à la correction des enfants insoumis ou délinquants de la bourgeoisie et de la noblesse.

... hôpital général

6À l’hôpital général, la Pitié, où depuis l’édit de 1656 sont accueillis des garçons de moins de 12 ans (enfants pauvres, enfants sans aveu, enfants abandonnés, enfants corrigés) « l’administration a essayé plusieurs sortes de travaux pour former au travail ceux qui sont déjà grands. Aucun n’a réussi : la Pitié se trouve comme l’égoût des hospices particuliers ou des paroisses », les enfants corrigés restent peu de temps, les autres sont infirmes ou malades. Pour les filles parisiennes les plus pauvres, le quartier de force de la Salpêtrière fait l’affaire. En province, il existe des quartiers de correction dans certaines prisons.

7Jusqu’en 1789, sur un total annuel de1 500 enfants, environ 150 petits sont placés en apprentissage. Pour les autres, dans le Rapport fait au nom du comité de mendicité, en 1790, sur les visites dans les divers hôpitaux, hospices et maisons de charité de Paris, le duc de La Rochefoucauld-Liancourt s’émeut du manque de place « pour y établir des ateliers ». En 1788, Mirabeau, futur membre du comité des lettres de cachet, fait paraître les Observations d’un voyageur anglais sur la maison de force appelée Bicêtre. Il se remet difficilement de sa visite au quartier Saint-Martin de la maison de correction de Bicêtre,

« qui constitue un emploi (c’est-à-dire une division), destiné à recevoir les enfants jugés criminels par arrêt du Parlement et condamnés à tenir prison au moins jusqu’à leur majorité. Nul moyen salutaire n’est employé pour les rendre meilleurs, et au milieu d’eux se trouvent des enfants reçus dans la maison, dont on ne veut que punir la désobéissance ou réprimer l’étourderie [...]. Le premier bâtiment dont nous approchâmes est destiné à des enfants au-dessous de l’âge de 12 ans. On nous dit qu’il y en avait 70 de renfermés. J’avais de la peine à en croire mes oreilles. Je me supposais encore à l’hôpital et je pensais que ces enfants infortunés ne pouvaient être qu’un objet de charité publique, mais quand on m’eut assuré plusieurs fois qu’ils étaient réellement prisonniers, comment est-ce possible, m’écriais-je, que dans un âge aussi tendre, ces enfants soient devenus les victimes de lois qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne pouvaient comprendre quand ils les auraient connues. On me dit que ces enfants n’avaient point blessé les lois, qu’ils n’étaient coupables que de fautes domestiques, et qu’ils avaient été placés là par leurs parents ! S’ils ne peuvent se voir l’un l’autre, ils peuvent du moins s’entendre, se corrompre par leur discours et s’exciter mutuellement au vice ».

... ou dépôt de mendicité

8À la suite de la déclaration du 3 août 1764 et de l’arrêt du Conseil du 21 novembre 1767, 32 dépôts de mendicité sont ouverts dans les généralités, sous l’autorité et la responsabilité financière des intendants, ces institutions étant spécialement créées pour mettre les mendiants et autres vagabonds valides au travail. En principe, ces dépôts ne doivent pas accueillir d’enfants : ceux-ci sont placés chez les cultivateurs, à qui est versée une indemnité de 20 écus l’an, somme minorée dès que les enfants sont en âge de travailler. Par conséquence, les laboureurs les ramènent au dépôt où ils sont alors mélangés aux adultes. Le procureur général de Rouen, Godard de Belboeuf, se plaint en 1775 :

« On fait une maison de correction et de police sans forme judiciaire, sans tribunal, les pauvres y meurent de misère, ces enfants, des mendiants, sont le plus souvent couverts de gale et de teigne. »

9Et l’intendant de répondre :

« Il est vraie qu’il y a des enfants, on les a enfermés pour leur procurer la subsistance et pour leur faire prendre dès la jeunesse l’habitude du travail... »

10En 1791, le comité de mendicité compte 34 dépôts renfermant 6 650 individus, hommes, femmes et enfants. Un relevé exact de ces maisons, fait depuis 1768, c’est-à-dire pour le cours de 22 années, donne un nombre de 230 000 individus détenus, dont la mortalité était d’un cinquième. Un bon exemple récemment étudié est le dépôt de mendicité de Soissons dirigé par l’abbé de Montlinot qui y a été exilé par lettre de cachet pour écrits séditieux. Ce futur membre du comité de mendicité de l’assemblée constituante est très préoccupé par le sort des enfants détenus et dénonce le quotidien de la carcéralité que les enfants ont à subir :

« Il m’a toujours paru inhumain de renfermer des enfants légitimes, des enfants de la patrie dans de longues loges qu’on appelle ouvroirs, tandis qu’avec de pareils enfants on peuplerait les campagnes. »

11En 1786, Montlinot rédige une attestation en faveur de la petite Marie Pargny, âgée de 13 ans, « qui n’est pas dans le cas d’être punie par une détention telle que celle du dépôt, son âge même l’exclut de toute espèce de peine autre que la correction paternelle [...] la maison de travail est un lieu de correction où cette fille serait déplacée, n’ayant rien fait qui mérite une punition [...] sa véritable place serait dans un hôpital ».

Philanthropes fondateurs

12Ni la Révolution ni l’Empire n’apportent de solutions pratiques à la rééducation des enfants de justice. Le Code pénal de 1791 puis celui de l’Empire prévoient un dispositif spécial pour l’enfermement des mineurs de moins de seize ans, condamnés, acquittés par manque de discernement ou détenus à la demande des familles :

« Lorsque l’accusé aura moins de 16 ans, s’il est décidé qu’il a agi sans discernement il sera acquitté ; mais il sera selon les circonstances remis à ses parents, ou conduit dans une maison de correction pour y être élevé et détenu pendant tel nombre d’années que le jugement déterminera, et qui ne pourra excéder l’époque où il aura accompli sa vingtième année. » (Art. 66)

  • 1 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990 (...)

13Jusque vers 1820, les enfants se trouvent partout mêlés aux autres détenus adultes. Par la suite, sous l’impulsion des philanthropes de la Société royale pour l’amélioration des prisons, des quartiers spéciaux sont peu à peu aménagés dans quelques centrales (Clairvaux, puis Fontevrault) et dans certaines prisons départementales (Strasbourg, Rouen, Besançon, Paris, Lyon, Toulouse et Carcassonne). Jusqu’au début de la monarchie de Juillet, l’emprisonnement des enfants reste modéré : 1 334 en 1837, dont 428 (essentiellement des enfants condamnés) dans les quartiers des maisons centrales, 864 dans les prisons départementales et 42 dans les établissements privés1. Le placement en apprentissage sous la surveillance des sociétés de patronage est préconisé par le comte d’Argout, ministre du Commerce en charge des prisons. Dans sa fameuse circulaire en date du 3 décembre 1832, Alexandre d’Argout dresse d’emblée le constat d’échec du système de répression de l’enfance coupable. En assimilant l’enfant délinquant à l’enfant abandonné, et en procédant à son placement dans une famille, placement qui donne lieu au versement d’une indemnité par l’État, le ministre opère une véritable dépénalisation qui n’aura pas de suite. En effet, dès 1840, l’État prend en charge les frais d’entretien des jeunes détenus pour plus d’un an.

14Les solutions proposées par les doctrinaires de la monarchie de Juillet sont extraordinairement contemporaines : aménagement de quartiers spéciaux pour les mineurs dans les prisons départementales et les maisons centrales, suivant les préconisations de Charles Lucas, inspecteur général des prisons du royaume ; création par l’État, les départements ou des particuliers de pénitenciers pour jeunes détenus, établissements qui deviendront

  • 2 Pierre-Jean Dellhomme, Charles Lucas, Mémoire de DEA.

15En 1834, le préfet du Rhône, Gasparin, soutient la création à Lyon d’une société de patronage. Devenu ministre de l’Intérieur, il réforme les quartiers de mineurs dans les prisons et fonde la colonie agricole de Sainte- Foy-la-Grande. Le préfet de police de Paris, Gabriel Delessert, préside à l’ouverture du pénitencier de la Petite-Roquette, la maison des jeunes détenus de Paris, établissement modèle, où la foi stupéfiante dans la valeur de l’isolement complet imposé à des enfants, est en totale contradiction avec les idées prônées quelques années plus tôt par le comte d’Argout. Le chef de cabinet du garde des Sceaux, Isidore Alauzet, publie en 1842 un essai remarquable sur les peines et le traitement des jeunes délinquants. L’abbé Joseph Rey fonde une colonie à Oullins près de Lyon tandis que le magistrat Frédéric Demetz ouvre une maison paternelle et une colonie à Mettray près de Tours. L’artisan essentiel du mouvement d’où sortiront plus de 50 colonies agricoles entre 1840 et 1850 est incontestablement Charles Lucas, nommé en novembre 1830 par Guizot inspecteur général des prisons2. Très vite le développement des maisons d’éducation correctionnelle qu’il avait contribué à mettre en œuvre et spécialement l’évolution de la Petite- Roquette l’inquiètent, et il se tourne avec fougue vers la solution agricole. Dès 1834, dans une brochure sur l’amélioration à introduire dans les maisons centrales, il préconise l’affectation des jeunes détenus aux travaux agricoles et en février 1839, il publie dans le Cultivateur, journal du progrès agricole, un article sur l’extinction de la mendicité par le perfectionnement de l’agriculture. Son argumentation est double sur le plan économique et politique, la terre manque de bras, trop de terres restent incultes et la migration vers les villes est néfaste. Sur le plan pédagogique, les jeunes qui croupissent dans les vieux bâtiments pénitentiaires retrouveront dans la nature la santé physique et par le travail agricole la santé morale. De plus, l’étendue des terres permettra de créer des établissements de type pavillonnaire, que l’on pourra concevoir sans grilles ni murailles. Cette mystique rurale s’accompagne chez Charles Lucas d’une volonté de soustraire les jeunes d’un cadre pénitentiaire néfaste pour les resocialiser. Lucas est aussi un administrateur : il joue un rôle dans la création de Mettray, de Saint-Jean de Bordeaux et il engage l’administration pénitentiaire et le ministère de l’Intérieur dans la création de sections agricoles à Fontevrault, Gaillon, Clairvaux et Loos. Il fonde en 1843 la colonie du Val d’Yèvre dans une de ses propriétés près de Bourges. Les louanges ne lui manquent pas de la part de l’inspecteur général Ferrus, mais d’autres collègues de Charles Lucas sont très critiques, comme Léon Faucher et les inspecteurs généraux des établissements de bienfaisance de Lurieu et Romand. La doctrine éducative de Charles Lucas reçoit pourtant une consécration législative par l’article 3 de la loi du 5 août 1850 sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus, où il est précisé que les enfants placés dans les colonies pénitentiaires sont « élevés en commun, sous une discipline sévère, et appliqués aux travaux de l’agriculture, ainsi qu’aux principales industries qui s’y rattachent ».

16De 1838 à 1850, sont fondées 12 colonies privées de jeunes détenus :

Saint-Jean de Bordeaux (Gironde), fondée en 1838 par les abbés Dupuch et Buchou ;
Mettray (Indre-et-Loire), fondée en 1839 par MM. Demetz et Brétignières de Courteilles ;
Saint-Pierre de Marseille (Bouches-du-Rhône), fondée en 1839 par l’abbé Fissiaux ;
Petit-Bourg (Seine-et-Oise), fondée en 1840 par M. Allier ;
Petit-Quevilly (Seine-Inférieure), fondée en 1843 par M. Lecointe ;
Sainte-Foy (Dordogne), fondée en 1843 par M. de Gasparin ;
Saint-Ilan (Côtes-du-Nord), fondée en 1843 par M. du Clésieux ;
Boussaroque (Cantal), fondée en 1845 par M. Delmas ;
Val d’Yèvre (Cher), fondée en 1847 par Charles Lucas ;
Saint-Joseph d’Oullins (Rhône), fondée en 1848 par l’abbé Rey ;
Citeaux (Côte-d’Or), fondée en 1849 par l’abbé Rey.

17Dès cette époque, l’administration, qui se méfie de la richesse et de la puissance du privé, ouvre quatre colonies agricoles publiques annexées aux maisons centrales : Fontevrault (la ferme du Boulard) en 1842, Clairvaux en 1843, Loos (Saint-Bernard) en 1844 et Gaillon en 1845.

Colonies agricoles : la loi fondatrice

18Le 5 août 1850 est promulguée la loi consacrant officiellement les colonies pénitentiaires agricoles, malgré le mauvais rapport des inspecteurs généraux des établissements de bienfaisance de Lurieu et Romand :

« L’un des résultats négatifs les plus frappants, si l’on en juge par nos grands établissements pénitentiaires, c’est le peu de succès de l’institution au point de vue de l’éducation agricole. Pourquoi cet insuccès ? L’on prend dans les prisons, on ramasse sur le pavé des villes de jeunes détenus ou vagabonds, petits bohêmes de la fainéantise et de la débauche, façonnés de père et de mère aux vices et aux douceurs de la mendicité, et portant dans leur sang et dans leur âme l’héritage inaltérable de leur origine : ce sont ces êtres viciés, nomades, indépendants, pour qui la ville c’est la liberté, et la campagne, l’esclavage, qu’on a la prétention de former, de ployer, soit préventivement, soit pénitentiairement, à la vie rude des champs, vie qui exige, sinon une vocation spéciale, du moins des qualités et des vertus contractées depuis l’enfance, de père en fils, et avant tout l’ignorance de l’existence des villes. Aussi qu’arrive-t-il ? Ou vos élèves s’échappent, ou malgré vos efforts, un petit nombre seulement persiste dans la profession agricole. Voilà, nous le croyons, la raison véritable, principale de l’insuccès des colonies d’enfants et surtout d’adultes. Les colonies agricoles d’enfants moralisent peu de sujets et forment peu d’agriculteurs. Nous ajoutons que ces résultats, tout minces qu’ils soient, coûtent très cher. »

Le développement des colonies : exemple de la colonie Saint-Bernard3

  • 3 Christian Carlier, La prison aux champs, Us colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au (...)

19Le 30 septembre 1841, le préfet du Nord demande à l’abbé Rey, fondateur de la société Saint-Joseph, de lui envoyer 5 frères qui seraient chargés du quartier des jeunes détenus de la maison centrale de Loos, qui renferment quelque 150 jeunes. Les frères arrivent à Loos en mars 1842. La même année, le ministre de l’Intérieur apprend l’existence d’une grosse ferme dépendant de la centrale, où les jeunes détenus pourraient être employés aux travaux des champs. L’entrepreneur général se dit prêt à gérer la ferme et y aménager des locaux pour 30 à 40 enfants, moyennant un prix de journée de 70 centimes par enfant ! Immédiatement, le sous-directeur de la centrale loue une trentaine d’hectares pour y installer une colonie pénitentiaire en régie directe susceptible d’accueillir 160 enfants.

20Le 4 juin 1844, 30 jeunes détenus sont extraits de la centrale sous la conduite de 2 frères pour préparer la colonie en urgence parce qu’il y a dans la prison 200 jeunes pour 150 places. En janvier 1846, bien que les travaux ne soient pas achevés, deux dortoirs accueillent une centaine d’enfants isolés pour échapper à l’épidémie de typhoïde qui ravage la centrale. À la fin de l’année, les enfants de Loos sont 120 à la colonie et 200 au quartier d’éducation correctionnelle. Peu à peu, les frères sont remplacés par des gardiens, l’encadrement technique est confié à un maître des labours et à des contremaîtres civils pour la menuiserie, la forge et la serrurerie. En 1854, les enfants sont plus de 500 à Loos, dont toujours 120 à la colonie. L’infirmerie de la centrale est envahie. En 1855, le docteur Faucher, médecin de la maison centrale de Loos entre en jouissance du château et des dépendances de Guermanez sur la commune d’Emmerin. Dans une totale improvisation, on y ouvre en urgence une colonie privée qui accueille 50 enfants de la centrale. Ils sont 150 dès le début de l’année suivante et on en espère 300. Les locaux sont insalubres, les enfants en guenilles sont mal nourris, le manque de personnel est chronique. Les enfants travaillent onze heures par jour, ne bénéficient que d’une heure de classe. Un certain nombre travaille d’ailleurs dehors chez un industriel de Seclin. Les évasions sont nombreuses, les décès aussi (en 1858, il y a 8 décès sur 180 enfants de la colonie de Loos, et 6 décès pour 140 à Guermanez). En 1858-1859, la colonie de Loos s’agrandit et s’étend sur 80 hectares avec une capacité de 400 enfants. Le 1er janvier 1860, tous les enfants de la centrale y sont donc transférés. En mai 1862, la colonie est officiellement baptisée « Colonie agricole de Saint-Bernard » et ses services sont distincts de ceux de la centrale. Entre-temps, la colonie privée de Guermanez s’est également agrandie à plus de 100 hectares pour pratiquer la grande culture d’oléagineux et de céréales, mais aussi l’horticulture. Malgré la fierté de son fondateur, qui reconnaît quelques tâtonnements, des témoignages décrivent Guermanez comme un mouroir ! Et après une visite de l’impératrice Eugénie « péniblement impressionnée de sa visite à Guermanez », en août 1867, la colonie est définitivement fermée fin janvier 1868.

21Les dix années qui suivent voient d’autres améliorations apportées à Saint-Bernard, où l’on remplace les activités cultuelles par des exercices militaires, pour faire des colons de futurs soldats. Les activités agricoles se développent : horticulture, blé, betteraves et élevage d’animaux sélectionnés, souvent primés lors de concours agricoles. Cependant, trop proche de la maison centrale, la colonie est fermée en avril 1888. En 1894, les locaux sont aménagés en maison de correction pour courtes peines afin de désencombrer la maison d’arrêt de Lille qui accueille 600 détenus pour 300 places. En 1909, l’ancienne colonie est aménagée en maison de correction cellulaire d’une capacité de 400 jeunes détenus. En 1910, elle devient une colonie industrielle où l’éducation professionnelle prime sur la production industrielle...

22Le 14 octobre 1921, un décret ferme définitivement Saint-Bernard.

Nouvelles colonies impériales

23Dix ans après la loi de 1850, devant le déclin des colonies privées, le Second Empire décide d’implanter des colonies gérées directement par l’administration pénitentiaire. Pendant une dizaine d’années, un effort d’équipement très important est consenti, en particulier à Saint-Hilaire (Vienne), aux Douaires (Eure) et à Saint-Maurice (Loir-et-Cher).

24Dépendant de Fontevrault, la colonie du Boulard, dans la Vienne, est placée sous le vocable de Saint-Hilaire. La grosse ferme est totalement transformée pour accueillir dans de vastes dortoirs plus de 300 jeunes pupilles. L’enquête parlementaire de 1872 souligne le coût très élevé des installations. Malheureusement, l’effort éducatif n’est pas à la hauteur des réalisations matérielles. Il y a un seul aumônier et un instituteur pour 400 jeunes. L’encadrement est assuré par les gardiens de l’administration pénitentiaire qui portent encore le sabre au côté, à raison d’un gardien pour 30 jeunes. L’effectif est si nombreux qu’on ne peut les faire manœuvrer qu’en les faisant traverser au pas cadencé, dans un silence absolu, les immenses cours et les dortoirs. La discipline est renforcée en 1867 par la construction d’un quartier correctionnel à usage interne, avec une capacité de 24 places, dressé au centre de la colonie, pour servir d’exemple et intimider les fortes têtes. La seule réussite est l’exploitation des 380 hectares de terrain, mais si « les champs sont superbes, les esprits sont incultes ». Des améliorations sont introduites à la suite de l’enquête parlementaire de 1872. L’isolement cellulaire de nuit est instauré en 1875, des batteries de cages à poules (environ 455) cloisonnent les dortoirs, mais les colons réussissent à se rejoindre la nuit et la loi du milieu continue à régner parmi cette masse de jeunes livrés à eux- mêmes. L’effectif reste trop élevé malgré le renforcement du personnel en 1888 : 40 surveillants dont 5 contremaîtres d’ateliers et 2 de culture, 2 instituteurs et 1 aumônier. Avec l’arrivée d’un nouveau directeur, en janvier 1889, la colonie change de statut et devient école de réforme. Elle accueille des enfants de plus en plus jeunes.

25Près de Gaillon, dans l’Eure, la colonie des Douaires reçoit son autonomie en 1862. Le domaine agricole est de 500 hectares. Des constructions neuves accueillent 385 pupilles, les dortoirs sont cloisonnés, le quartier correctionnel, adossé à la chapelle comme à Mettray, peut accueillir plus de 10 % des effectifs dans 49 cellules d’isolement. À partir de 1890, les Douaires vont recevoir les mineurs les plus âgés et les enfants de plus en plus difficiles. Fermée en 1927, pour des raisons d’économie, cette colonie reste une des réussites de l’Administration pénitentiaire.

26La colonie de Saint-Maurice, près de La Motte-Beuvron dans le Loir- et-Cher, est fondée par l’Administration pénitentiaire en 1872 sur le modèle des deux grandes. Il n’y a aucune filiation pénitentiaire, l’établissement est installé dans un ancien domaine de chasse de Napoléon III. De 1873 à 1889 sont aménagés des dortoirs cellulaires, une infirmerie, des salles de classe, des logements de gardiens, une boulangerie et une chapelle, ainsi qu’un vaste quartier disciplinaire cerclé de hauts murs. Jusqu’en 1890, l’établissement, exclusivement agricole, gère 200 hectares de terres arables et 225 hectares de forêts. Par la suite, des ateliers industriels permettent de diversifier les formations professionnelles. Saint-Maurice, au caractère disciplinaire très marqué, est l’un des premiers établissements à bénéficier, avant 1945, des expériences de libération de l’éducation surveillée.

27En 1872, l’État rachète aussi la colonie privée du Val d’Yèvre, fondée près de Bourges par Charles Lucas en 1842. De nouveaux bâtiments sont alors construits ; le domaine rural compte environ 330 hectares en prairie pour l’élevage. L’effectif des pupilles est de 300. Le Val d’Yèvre est fermé en 1927 par mesure d’économie.

De la vie quotidienne en colonie

28Le trousseau des jeunes détenus est fourni en nature par l’administration aux directeurs des colonies pénitentiaires et agricoles. Tous les objets de lingerie, habillement, chaussures sont fabriqués dans les ateliers de la maison centrale de Fontevrault. Les colonies privées ne touchent plus, après le 1er juin 1852, l’indemnité de 70 francs accordée à chaque nouveau pupille, mais des coupons d’étoffe et de tissus fabriqués à Fontevrault, afin de donner du travail aux ateliers de tailleurs des colonies et uniformiser les costumes « simples et sévères », « obstacle à l’évasion ».

29Après cinq années d’expérimentation, un « Règlement général définitif pour les colonies et maisons pénitentiaires affectées à l’éducation correctionnelle des jeunes détenus » est publié le 10 avril 1869. Le règlement intérieur de la colonie, qui ne pourra être mis en vigueur qu’après approbation par le ministre de l’Intérieur, comprend les dispositions que le fondateur se propose d’adopter en ce qui concerne : l’instruction morale et religieuse, l’enseignement primaire, le régime disciplinaire, l’enseignement professionnel, la rémunération du travail des enfants, le régime alimentaire, le service de santé, le vestiaire, le coucher, etc. ou encore, les secours aux libérés au moment de la sortie et hors de l’établissement.

30Le règlement fixe le nombre minimum des agents préposés à la garde des enfants, organise un système de surveillance de jour et de nuit dans les dortoirs, prescrit l’enseignement élémentaire des notions théoriques les plus usuelles de l’agriculture et de l’horticulture, prévoit les engagements militaires et organise les dépôts à la caisse d’épargne des fonds appartenant aux jeunes détenus. Les punitions corporelles, à l’égard des enfants indisciplinés ou jugés incorrigibles, sont définitivement supprimées, d’autant que, après l’envoi dans les quartiers correctionnels des enfants incorrigibles, ceux qui restent dans les colonies pénitentiaires devraient être plus souples et plus disciplinés !

Des colonies pénitentiaires maritimes et industrielles...

  • 4 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Éditions Cujas, 1991.
  • 5 Belle-île-en-Mer : dépôt pour les insurgés de la révolution ( 1848) ; maison de détention et de dé (...)

31La commission d’enquête parlementaire, instituée par la loi du 25 mars 1872 sous la présidence du vicomte d’Haussonville, émet les plus vives critiques sur le caractère simpliste de la doctrine du retour à la terre, se fondant essentiellement sur l’analyse statistique de l’origine des jeunes colons. Henri Gaillac précise qu’en 1869, sur 8 516 jeunes détenus dans les colonies agricoles, 4 480 étaient d’origine urbaine, 3 365 d’origine rurale et 671 sans domicile fixe. En 1871, sur 7 290 jeunes colons, 3 765 sont d’origine urbaine, 3 002 d’origine rurale et 523 sans domicile fixe. La commission d’enquête conclut logiquement à la nécessité de créer des colonies pénitentiaires orientées vers d’autres activités professionnelles4. C’est ainsi qu’en 1880, est créée la colonie pénitentiaire publique à vocation maritime et agricole de Belle-île-en-Mer5. Ouverte en 1886, Aniane (Hérault) perdure sous un régime disciplinaire extrêmement strict jusqu’en

321937.

La fin des colonies agricoles6 ?

  • 6 Cf. Christian Carlier, op. cit. p. 588 sq

33En 1893, l’inspecteur général Puirabaud dresse un constat sans appel :

« Les jeunes détenus des deux sexes envoyés en éducation pénitentiaire, proviennent pour la très grande majorité d’origine non rurale. Le législateur de 1850 a pensé que la terre exercerait sur eux un apaisement et une séduction. Cet apaisement et cette séduction, je n’y crois guère. À une époque où les campagnards, les fils de paysans, les fils de la terre, sont attirés par un goût immodéré et socialement dangereux vers les grandes villes, comment peut-on espérer que des enfants sortis des grandes agglomérations donneront aux paysans cet exemple de sagesse de se fixer, eux, à la campagne ? Sans m’élever en principe, ce qui serait téméraire de ma part, contre la pensée qui a dominé les auteurs de la loi de 1850, je me permettrai de dire que leur système me paraît aujourd’hui être déconcerté par un ensemble de tendances contre lesquelles les paroles, si sages qu’elles soient, ne sont que des paroles. »

34La loi du 19 avril 1898 « sur les crimes et délits commis sur et par les enfants » permet de confier les enfants concernés à « un parent, une personne ou à une institution charitable, ou enfin à l’assistance publique ». En conséquence, le Service des enfants moralement abandonnés de l’Assistance publique accueille des enfants de plus en plus jeunes (près de 18 000 en 1897) quand le nombre des colons pénitentiaires s’effondre (moins de 5 000 en 1896).

35Le xixe siècle semble donc inaugurer le mouvement qui conclura, en trois décennies, à la fermeture des colonies agricoles.

Notes

1 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990, p. 285-287.en 1840 les « maisons centrales d’éducation correctionnelle » ; création de Sociétés de patronage des jeunes détenus et des jeunes libérés, largement développées par le vice-président de la Chambre des députés, Bérenger de la Drôme, pair de France, dès 1833 ; solution enfin de la colonie agricole, qui s’impose dès 1840, et qui va pendant 100 ans constituer une des formes les plus intéressantes de la rééducation.

2 Pierre-Jean Dellhomme, Charles Lucas, Mémoire de DEA.

3 Christian Carlier, La prison aux champs, Us colonies d’enfants délinquants du Nord de la France au xixe s., Paris, Éditions de l’Atelier, 1994.

4 Henri Gaillac, Les maisons de correction, 1830-1945, Paris, Éditions Cujas, 1991.

5 Belle-île-en-Mer : dépôt pour les insurgés de la révolution ( 1848) ; maison de détention et de déportation (1849 à 1858). Plus de 600 détenus politiques, opposants au Second Empire et militants du parti républicain, séjournent à Belle-île-en-Mer, parmi lesquels Auguste Blanqui (de 1850 à 1857), Armand Barbes, Delescluze, etc. ; maison centrale de force et de correction, pour condamnés aux travaux forcés, puis condamnés à la réclusion (1866). En 1871, un dépôt d’insurgés est annexé à la maison centrale ; il reçoit 750 combattants de la Commune. De 1872 à 1880, la maison de détention accueille plus de 2 245 condamnés communards ; colonie agricole et maritime de jeunes détenus (juin 1880) ; maison d’éducation surveillée (1927).

6 Cf. Christian Carlier, op. cit. p. 588 sq

Auteur

Conservateur du Patrimoine Musée national des Prisons

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search