Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Résumés des communications

Texte intégral

Catherine Periès

Les sites du Paléolithique et du Néolithique dans le Péloponnèse

1résumé non communiqué

William Cavanagh

Surface Suruey and the Peloponnese in the Late and Final Neolitbic

2The results of number of intensive surveys have sheld light on the Late and Final Neolithic periods in the Peloponnese. The results are summarised here and three basic patterns can be discerned : 1) an expansion in the number of sites, 2) an essendal continuity and 3) a diminution These patterns are explored through the variety of sites recognisable, and the reliability of their evidence is assessed through independent evidence for the impact of man on the landscape. The evidence is then examined in the light of finds from excavations, and the picture from other areas of Greece. It is suggested that there is urgent need to more information on the economy, seulement forms and the material culture of sites belonging to this period, a period which now more than ever is shown to be of key importance for our understanding of the development of complex societies in Greece.

Christopher Mee

Régional Suruey Projecls and tbe Prebistory of tbe Peloponnese

3One of the most significant developments in Greek archaeology in the last two decades has been the number of régional survey projects and my intention in this paper is to consider what they can tell us about the prehistory of the Peloponnese. I will concentrate on the initial phase of colonisation, which most of the surveys have noted in EH I/II, and the réduction in the number of sites in EH III. At the end of the Middle Helladic period there is an increase in site density, especially in the Argolid, and this may reflect the rise of Myceanae as a political centre. Elsewhere this development occurs later, in LH IIIC is marked by a drastic decline in site numbers, although not in every region.

Gilles Touchais

Le Bronze Moyen et le début du Bronze Récent dans le Péloponnèse, à la lumière des fouilles de l’Aspis d’Argos

4L’habitat du Bronze Moyen (deuxième moitié du 2ème millénaire av. J.-C.) fouillé par l’École française d’Athènes, entre 1974 et 1990, sur le site d’Argos, au sommet de la colline de l’Aspis, présente un double intérêt : les niveaux les plus anciens offrent une image typique des agglomérations de cette période en Grèce continentale (absence de plan urbain, constructions d’aspect modeste, sépultures dans l’habitat, artisanat peu spécialisé organisé sur une base domestique, économie de subsistance fondée sur l’agriculture, etc.) ; le niveau le plus récent, contemporain des tombes à fosse des Cercles A et B de Mycènes, fournit l’une des rares occasions d’observer, dans un habitat, les innovations qui marquent le passage du Bronze Moyen au Bronze Récent, et qui se traduisent notamment, sur l’Aspis, par un changement radical dans l’implantation des constructions. Les données de cette fouille, actuellement en cours d’étude, permettent donc de brosser un tableau à la fois plus complet et plus nuancé du Bronze Moyen en Grèce continentale, tout en apportant un nouvel éclairage sur la phase finale, qui est l’une des périodes clés de la protohistoire égéenne puisqu’elle correspond à l’émergence de la civilisation mycénienne.

Isabelle Ratinaud

Les Argiens et leurs ancêtres : à propos des objets d’époque géométrique trouvés dans quelques tombes mycéniennes

5Dans la plaine argienne, six sites sont concernés par ce que l’on appelle le « culte » des tombes. Depuis la fouille de la nécropole mycénienne dite de Prosymna par C.W. Blegen dans les années 20, les interprétations fleurissent On en compte aujourd’hui pas moins d’une demi-douzaine. Toutes isolent ces dépôts des autres manifestations d’intérêt des Argiens envers leurs lointains ancêtres. Or, à l’examen, ces attitudes s’avèrent aussi variées qu’ambiguës, assez souvent désinvoltes, voire irrespectueuses, notamment au Géométrique récent, époque où justement apparaît le « culte » des tombes. Une prise en considération de cette diversité, dans tous ses aspects, permet une autre approche de ce phénomène. Plus que le signe de l’émergence d’une communauté politique et/ou cultuelle lors de la « Renaissance grecque », il est révélateur de comportements individuels qui n’ont rien de systématique ni de rationnel.

Éric Fouache

Variabilité des crises d’alluvionnement d’âge historique au Péloponnèse (Élide, Arcadie, plaine d’Argos)

6A travers l’étude des accumulations alluviales et colluviales récentes d’Élide (basses vallées du Pénée et de l’Alphée), du bassin de Gortys (Arcadie) et de la plaine d’Argos, nous montrons que l’alluvionnement historique procède par crises.

7Des phases d’alluvionnement de durée inégale, du demi siècle au demi millénaire, liées à une déstabilisation des versants lithologiquement sensibles, sont encadrées de longues périodes de stabilité. Les dernières crises apparaissent très récentes. Elles se produisent du viie au xiie siècle en Élide, au xiiie siècle i Gortys. Les facteurs d’explications du déclenchement de ces crises sont toujours locaux ou régionaux, et il faut se garder de généralisations trop étendues, le décalage entre l’édification de la terrasse d’Olympie et la crise colluviale de Gortys située à l’amont du même bassin- versant de l’Alphée le montre bien

8Dans le contexte climatique méditerranéen humide ce sont les mutations socio-économiques dans la gestion des bassins-versants qui sont systématiquement à l’origine de la déstabilisation des versants, du moins sur les affluents des grands fleuves. Le lit des grands fleuves eux-mêmes, à l’échelle du Péloponnèse, le Pénée et l’Alphée, modelé essentiellement par la récurrence des fortes crues semble plus sensible à l’effet de fluctuations climatiques humides du type du « petit âge de glace ». On constate en effet une rupture d’échelle entre la dynamique de l’Alphée et de ses affluents.

9La situation est différente dans la plaine d’Argos, qui appartient à une aire climatique méditerranéenne sèche. Dans ce contexte particulier il semble bien que, les grands défrichements de l’âge de bronze passés, ce soit l’aléa climatique qui rythme seul le dépôt d’épaisses accumulations torrentielles. C’est ce dont témoignent les aménagement antiques, barrage mycénien, levées d’époque classique et romaine, que l’on observe dans la plaine.

10Le rôle des aménagements récents n’est pas non plus à négliger. L’endiguement systématique du Pénée, réalisé à partir de 1937, est par exemple à l’origine d’une incision accélérée du lit du fleuve Pénée.

11C’est donc l’interférence de trois facteurs structurellement présents qui explique, au Péloponnèse comme ailleurs dans le monde méditerranéen, l’importance mais également la grande variabilité des crises d’alluvionnement historique : un potentiel de roches sensibles à l’érosion dans un contexte de montagne jeune, un climat aux précipitations et aux régimes hydrologiques contrastés, donc agressifs, et l’ancienneté de l’occupation humaine.

William Cavanagh et Christopher Mee

Rural Seulement in Arcbaic and Classical Laconia : Laconia Surveys and Laconia Rural Sites Project

12The Laconia Survey has found evidence to suggest a major increase in rural settlement during the Archaic period, and especialy in its later part (roughly 600°450 BC). The smaller sites have been subdivised into hamlets, « villas » and single farmsteads. As a second stage in our research programme, the Laconia Rural Sites Project, a selection of these sites was chosen for more intensive treatment. The basic methodology is outlined and the results for a number of rural sites are examined. Thanks to the finer-grained collection and recording techniques (using which, it takes a few days, rather than about an hour, to treat a site) inferences more refined than the gross size, date and function of a site, can be made. The différences and similarities between contemporary sites will be emphasised. Whatever its merits it has become increasingly dear to us that intensive survey is the only realistic technique for recording these sites : in the great majority of cases we have little confidence that excavation would reveal any more, because the remains seem to survive only in the plough soil.

Nicolas Richer

La recherche des appuis surnaturels topiques par les Spartiates en guerre

13Hérodote a souligné (Histoires, V, 63) que les Lacédémoniens accordaient aux faits religieux une importance plus grande qu’aux activités simplement humaines, et Xénophon (République des Lacédémoniens, 13, 5), mentionnant le professionnalisme militaire des même Lacédémoniens, montre que les pratiques religieuses sont censées assurer l’efficacité des armes de Sparte. De fait, c’est un système religieux défensif qui a été construit par les gens de Sparte, dont l’attachement pour leurs entités protectrices (Zeus, Athéna, les Dioscures...) est indéniable. Dans le cadre des opérations militaires se déroulant à l’extérieur de la Laconie, les Lacédémoniens cherchent à obtenir l’appui des puissances religieuses du lieu où ils vont combattre, au premier chef desquelles Aitémis Agrotera, du ressort de laquelle les eschatiai relèvent, mais qui, à l’expérience, s’avère ne pas être toujours la puissance qu’il faut invoquer. Les pratiques lacédémoniennes qui, sur le fond, ne sont pas entièrement originales, sont notables par leur aspect systématique.

Jim Roy

Les cités d’Élide

14La région d’Élide telle que nous la présentent Strabon et Pausanias n’a acquis son identité régionale que vers le second siècle av. J.-C, et à la suite d’une politique d’expansion obstinément menée par les Éléens depuis l’époque archaïque. Avant son unification définitive la région comprenait à la fois le territoire de l’État éléen, déjà suffisamment étendu pour héberger un schéma de peuplement complexe avec plusieurs villes, et aussi de nombreuses autres cités-États non éléennes. Dans cette communication, nous examinerons le rôle des centres urbains à l’intérieur du territoire éléen, souvent considéré comme habitat essentiellement rural ; la nature des autres communautés de la région, souvent hostiles à la domination éléenne, et leurs rapports aussi bien avec l’État éléen qu’avec d’autres régions du Péloponnèse ; et la date et la nature de la fusion finale qui a créée l’Élide que nous connaissons.

Pierre Brulé

Le cap Malée, Nabis et les Crétois

15On connaît la parfaite partialité avec laquelle Polybe traite un certain nombre de personnages - ces « bêtes noires », comme Philippe V -, de peuples - on sait sa haine tenace contre les Étoliens -, de choix politiques - la résistance à Rome ou la mise en cause du statu quo social permettant aux notables péloponnésiens de demeurer tranquillement au pouvoir au travers des vicissitudes de la politique internationale. C’est dans ce contexte idéologique que prend place un épisode au caractère assez inédit dans l’histoire hellénistique et qui nous est relaté précisément par Polybe (et secondairement par son copiste Tite Live) : l’association dans l’action anti-romaine et anti-achaïenne du « tyran » de Sparte Nabis aux entreprises de ceux qu’il appelle les pirates crétois et aussi à celle de Philippe V. L’occasion est bonne de relire cette histoire à la lumière d’un éclairage diffèrent de celui qui vient d’Étolie ou de Crète lorsque l’on étudie les pirateries de l’Égée hellénistique. Cette nouvelle pesée des usages de la violence et du travestissement idéologique auquel procède Polybe n’est pas sans conséquence sur certains aspects de l’histoire des rapports entre Sparte et la Crète.

Laurent Piolot

Pausanias et les Mystères d’Andanie Histoire d’une aporie

16Pausanias s’avère bien souvent le point de départ, voire un passage obligé, pour l’étude de la religion des cités, même si l’historien se prend parfois à regretter le caractère nécessairement incomplet de son œuvre. Pausanias demeure ainsi l’unique témoin de l’existence des « Mystères d’Andanie » : venant de Messène, et arrivé dans la plaine de Stényklaros, il a en effet trouvé sur son chemin les ruines de cette cité déchue et, non loin de là, un bois, où les mystères sont encore célébrés au IIème siècle de notre ère. Cependant, le Périégète ne se soucie guère de décrire les antiques célébrations qu’abrite encore l’alsos Karnasion. Son propos est autre, épidictique : il entend montrer combien ces mystères participent de l’identité religieuse et politique de la Messénie.

17Aussi la découverte, en 1858, dans le village messénien de Konstantini, dans le nord du Magne, d’une longue inscription relative à la célébration de mystères (IG V 1, 1390) devait-elle avantageusement permettre de compléter le témoignage du Périégète, une fois dépassés les quelques aspects contradictoires de l’un et de l’autre. D’autant qu’un décret portant le texte, incomplet, d’un oracle de l’Apollon d’Argos rendu il un certain Mnasistratos pour le compte des Messéniens au sujet du sacrifice et des Mystères (Syll3, 735) était, en 1904, venu grossir notre dossier épigraphique.

18Pourtant, l’enthousiasme de la première heure s’est quelque peu émoussé pour céder le pas à l’indifférence. Serait- ce que l’essentiel ne s’y trouve pas, que ce corpus s’avérerait incapable de rendre compte de manière satisfaisante de ces Mystères ? Force est de reconnaître que ces inscriptions ont posé plus de problèmes qu’elles n’en ont résolus et ont mené à ce qu’il faut bien appeller une impasse interprétative. Aussi n’est-il pas dépourvu d’intérêt de se pencher à nouveaux fiais sur ces textes souvent cités, mais moins souvent étudiés.

19Cette communication sera l’occasion d’une mise au point historiographique afin de montrer que le témoignage de Pausanias d’une part et les inscriptions de Konstantini et d’Argos de l’autre sont irréductibles l’un à l’autre. On a beaucoup glosé sur la nature des Messeniaka, mais encore faut-il en tirer les conséquences dans l’étude des faits religieux que rapporte Pausanias. En l’occurrence, on verra que prendre le parti de l’histoire ne consiste pas nécessairement à mettre sur le même plan des témoignages de nature différente pour ensuite faire intervenir l’histoire afin de gommer les contradictions nées d’un tel rapprochement

Pierre Fröhlich

Les institutions des cités de Messénie à la Basse époque hellénistique

20On considère souvent l’époque hellénistique comme une période de déclin de la cité, caractérisée par une désaffection des citoyens pour la vie politique. Les deux derniers siècles de la période verraient une aggravation de ces tendances.

21L’étude de la documentation épigraphique suggère une vision plus nuancée. On prendra ici l’exemple des cités de Messénie : quelques inscriptions du 1er siècle av. J.-C. (en particulier la Loi sur les Mystères d’Andanie) permettent en effet d’entrevoir la nature des institutions de ces cités. C’est ainsi que les magistrats semblent toujours soumis à la reddition de comptes. Or, c’est depuis l’époque classique une des règles essentielles du bon fonctionnement des cités grecques. Cependant, on doit relever certaines particularités de ce contrôle, qui permettent peut-être de faire la distinction entre la situation de la Haute époque hellénistique et la Basse époque hellénistique, où le poids des notables au sein des institutions serait plus important

Marcel Piérart

Les puits de Danaos et les fontaines d’Hadrien. Eau, urbanisme et idéologie d Argos

  1. Grâce à la publication soignée qui vient d’en être faite (P. Marchetti et K Kolokotsas, Le nymphée de l’agora d’Argos : fouille, étude architecturale et historique, avec une contribution de c. Abadie-Reynal, Paris 1995 [École française d’Athènes, Études péloponnésiennes, XI]), il est possible de s’interroger sur l’histoire et la destination de ce monument situé au centre de l’agora d’Argos. Sur les ruines d’un édifice dont seul le plan des fondations a été partiellement conservé (État antérieur = A), fut érigée vers la fin du Ier s. de notre ère une tholos octostyle en marbre de plus de 7 m de diamètre, inscrite dans un quadrilatère de 16 m de côté (État I = B). Dans le sous œuvre du monument était aménagée une crypte. À la fin du IIe s., B fut transformé en fontaine (État II = C).
  2. Selon les auteurs, B (et sans doute A) était un « nymphée » où s’accomplissaient des rites nuptiaux impliquant la κατάβασις de la jeune épousée, grâce à un escalier à vis, dans une fontaine alimentée par un fleuve, qui servait subsidiairement de bâtiment (οίκημα) où les femmes d’Argos pleuraient chaque année la mort d’Adonis (Pausanias, II 20, 6). Par la suite, comme une conséquence de la désacralisation de l’espace, il fut désaffecté et remplacé par une simple fontaine (C).
  3. La tradition lie les puits qui alimentaient la ville en eau à Danaos et à ses filles, mais le monoptère de l’agora n’a rien à voir avec eux. On s’efforcera de montrer que B, comme la tholos érigée en l’honneur de Palémon à l’Isthme, était un tombeau. Si l’on se demande quel cénotaphe héroïque a pu mériter une telle attention, on pense aussitôt au tombeau du fondateur mythique d’Argos, Danaos, connu par les sources de Strabon sous le nom de Palinthos. Tout près de lui se déroulaient des compétitions athlétiques (Strabon, VIII 6, 9 [C. 371], Pausanias, II 20,6 ; Hésychios, iv. Σθένια). Le tombeau de Danaos était au centre de l’agora, comme notre monument
  4. La transformation en fontaine (C) dut attendre la construction d’un aqueduc offert par Hadrien et amenant l’eau jusqu’à un nymphée érigé sur les flancs de la Larisa. L’inscription dont quelques mots sont conservés sur l’architrave de la tholos argienne : -] τών πηγων καί τò νυμφαίον μετά των δοχε[ίων - renvoie à ces travaux. Loin d’être le résultat d’une désacralisation du lieu, la transformation du tombeau mythique de Danaos en fontaine est le produit d’une relecture, à la lumière des libéralités impériales, du rôle du fondateur mythique de la cité.

Christophe Vendries

Les concours musicaux dans le Péloponnèse sous le Haut-Empire ; l’exemple de Corinthe

22Pour les musiciens de métier, le Péloponnèse est toujours à l’époque impériale un point de passage obligé, notamment dans le cadre des concours de la periodos avec les épreuves internationales de Némée et de Corinthe.

23La tentative de Néron visant à implanter un concours musical à Olympie restera éphémère. Le prestige des autres concours est inégal (à Argos, Sparte ou Épidaure) et leur rayonnement fut moindre que ceux de la Grèce d’Asie au même moment

24La documentation épigraphique nous amène à privilégier les concours de Corinthe (Isthmia et Caesarea) que l’on entrevoit encore mieux grâce à la découverte d’une stèle de musicien unique dans tout l’Empire : celle de l’aulète Loukios Korinthos de Corinthe entouré de ses couronnes et accompagné d’une inscription agonistique.

Anna Avraméa

Le Péloponnèse protobyzantin : le passage d’une culture à une autre

25Celui qui étudie le Péloponnèse entre le ivème et le viiième siècle affronte d’emblée toutes les difficultés que pose l’examen d’un problème complexe : le passage d’une culture à une autre, dans une région dont l’activité a été déterminante pour l’ensemble du pays. Étudier un terroir en constante évolution c’est étudier la dynamique du changement Examinant l’évolution interne qui caractérise cette période on constate la complexité de modifications qui ne revêtent pas l’aspect simpliste des antithèses, mais la procédure graduelle. C’est dans le processus de changements et d’adaptation que la conjoncture politique et économique a créés que nous suivons la lente transformation de la société et de la culture.

Éric Limousin

L’administration byzantine du Péloponnèse (xe-xiie siècles)

26Après une description des cadres administratifs du Péloponnèse à l’époque méso-byzantine, il s’agit d’étudier l’influence des quelques particularismes de la région. En particulier nous mettrons l’accent sur leur influence dans le développement et l’évolution de l’administration locale (présence de la menace maritime arabe, problème du peuplement slave). Ensuite, l’étude portera sur la place du Péloponnèse dans l’administration byzantine. Le prestige des postes de fonctionnaires dans le Péloponnèse est-il quantifiable ? Nous l’étudierons, donc, en analysant l’évolution des dignités portées par les fonctionnaires du thème dans le temps, et ensuite en comparant avec les autres thèmes d’Europe et d’Asie. Parallèlement, la vision de la région par Constantinople sera évoquée malgré le manque de sources propres aux xe-xiie siècles. Enfin, nous porterons notre attention sur les problèmes sociaux en relation avec l’administration du thème°: développement d’une aristocratie locale, richesse etc.

Peter Lock

Castles and towers : is there anytbing more to tbe arcbaeology of the Principaly of Achaia ?

27Is there more to medieval archaeology than Casdes of the Morea ? A look at the past, present and future of the medievalist in the Morea

Georgios Nicolaou

Le Péloponnèse vers la fin du xviiie siècle d’après deux rapports consulaires français inédits

28Les rapports consulaires français nous donnent des informations importantes de toute sorte sur le Péloponnèse durant la deuxième domination ottomane (1715-1821).

29Cette communication se propose de présenter la situation dans le Péloponnèse, pendant la période critique qui commence avec l’insurrection échouée de 1770, sur la base de deux rapports consulaires français inédits. Le premier rapport, qui a été écrit en février 1780 par le consul général du Péloponnèse Guy de Villeneuve sous le titre : Observations sur l’état actud de la Morée, parle des effets de l’invasion des mercenaires turcalabanais dans le Péloponnèse et des dégâts que cette révolte a provoqués sur le commerce français. Le deuxième, sous le titre : Observations sur la Morée, fut rédigé en 1786 par le viceconsul de Nauplie Butet Dans ces 25 pages il nous donne des renseignements très importants sur la révolte de 1770, sur l’administration turque, sur la population, l’imposition fiscale et les abus lors de la perception des impôts, etc.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search