Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Le Péloponnèse, « Le Jardin des Vignes »

Yves Carraud

Texte intégral

  • * Méthode couramment employée dans les années 60 pour « masquer » la mauvaise qualité des vins. La co (...)

1Les vins grecs souffrent aujourd’hui de la mauvaise réputation d’un vin que l’on croit, à tort, « traditionnel » et souvent d’une qualité médiocre : le “résiné”. Ce vin blanc au goût de résine de pin (que l’on rajoute au moût pendant la fermentation)*, « association astucieuse de légendes où la résine préservatrice, imperméabilisante des jarres, côtoie la résine conservatrice, aromatique des vins jeunes », peut en effet présenter quelque désagrément gustatif. Cependant, malgré ce vin, nous pouvons approcher des vins de qualité en Grèce, et particulièrement dans le Péloponnèse.

2Dans le « Jardin des vignes » de la Grèce, le vin a toujours été considéré comme un produit noble, au même titre que l’olive et la figue, qui peuvent se conserver sans sel.

3La vigne produit trois types de raisins : les raisins de table, les raisins secs et les raisins de cuves, avec une variété impressionnante de près de 350 cépages indigènes. 60°000 hectares de vignes sont plantés dans le Péloponnèse, soit un tiers du vignoble hellène, pour une production d’environ 1°500°000 hectolitres de vin. Trois grandes régions se partagent six appellations autour de quatre types de vins :

  1. NEMEA
Rouge rubis au reflet violet. Un nez de vanille, caramel, fumé, cacao, cerise, cassis, pruneau. En bouche, un bel équilibre entre la fraîcheur du fruit et des notes de torréfaction. Une belle tenue et une garde possible de cinq ans ».

Jaune pâle aux reflets verts. Nez aromatique légèrement minéral, fleurs blanches, pomme, pamplemousse, noisette. Bouche fraîche mais généreuse sur une note agréablement acidulée. À boire dans sa jeunesse.

4La liste des vins du Péloponnèse ne serait pas complète si nous ne braquions pas nos projecteurs sur un domaine situé à l’ouest, dans la région d’Hélia : le DOMAINE MERCOURI. Il symbolise le nouvel élan viticole grec pour la production de vins de qualité (cuves inox, minimum d’élevage 12 mois en barriques). Ce domaine, âgé de 150 ans, produit sur 50 hectares un vin rouge issu à 85 % de REFUSCO et 15 % de MAVRODAPHNE. Nous avons eu l’occasion de déguster le millésime 1995, le 15 mai 1998 à l’Université de Bretagne Sud de Lorient.

Commentaires

rouge rubis assez clair, les arômes sont riches de cassis, de mûre, d’épice comme la cannelle, en bouche une grande fraîcheur domine qui met en valeur les notes fruitées des arômes, il est souple, tendre sans manquer de caractère, bref un équilibre savoureux

5Le Péloponnèse mérite bien son surnom de « Jardin des vignes »; ce berceau n’a pas fini de nous étonner. Avec un peu plus de communication, un peu plus d’ouverture et de confiance en soi pour le travail, la reconnaissance viendra. L’Europe, le terroir et les hommes, le commerce, l’histoire et le savoir-faire sont là. Dionysos ne peut oublier sa terre natale...

6Yves CARRAUD

7Caviste « LE SAVOUR CLUB »

8Sommelier-Conseil de l’Université du Vin de Suze-la-Rousse.

Bibliographie

Bibliographie

Manessis Nico, The Greek Wine Guide, Éditions : Olive Press.

Hadjinicololaou Dimitri, La Grèce à travers ses vins, Éditions : Oenos o Agapitos.

Lichine Alexis, Encyclopédie des vins et alcools de tous les pays. Éditions : Robert Laffont.

Notes

* Méthode couramment employée dans les années 60 pour « masquer » la mauvaise qualité des vins. La consommation de ces vins est cependant nettement en baisse.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search