Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

L’administration byzantine du Péloponnèse (xe-xiie siècles)

Éric Limousin

Texte intégral

1Le Péloponnèse du xe siècle au xiie siècle est une des régions de l’Empire byzantin qui connaît une période de calme prolongé. En effet, la période, ici étudiée, s’étend des derniers soubresauts des temps difficiles avec les assauts musulmans et slaves jusqu’à la naissance d’un danger occidental d’une autre nature : les Normands d’Italie qui s’intéressent à la péninsule balkanique après l’aboutissement de la conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile en 1071.

  • 1 E. Patlagean, « Les provinciaux, les fonctionnaires et le souverain à Byzance aux xe-xiie siècles  (...)
  • 2 J.–C.Cheynet, « Point de vue sur l’efficacité administrative entre les xe et xie siècles », Byz. F (...)

2Entre ces deux périodes troublées, le pouvoir impérial a tout le temps d’installer une administration locale efficace. De tout temps, cette dernière a été, par tous ses aspects, le symbole de l’Empire byzantin1. L’histoire de l’administration du Péloponnèse est à l’image de l’histoire de l’Empire meso- byzantin : après la mise en place d’un pouvoir centralisateur basé sur l’administration militaire, on assiste à une reconversion civile et fiscale, ce qui marque l’évolution de l’histoire byzantine. Après l’élimination des derniers dangers extérieurs, les soldats cèdent la place aux fonctionnaires des finances au tournant des xe-xie siècles. Mais la fin du xie siècle montre aussi les capacités d’adaptation du système administratif byzantin à une nouvelle période de crise2.

  • 3 Sur cette notion fondamentale de I’oikonomia, voir H. Ahrweiler, L’idéologie de l’empire byzantin,(...)

3La mise en place de l’administration byzantine ne se fait pas sur un modèle unique, seul le but est unique : assurer le contrôle complet des populations, c’est-à-dire militaire et fiscal, même si le pouvoir impérial doit faire des concessions et adapter le système initial des thèmes3.

  • 4 Sur l’implantation de la population slave, A. BON, Le Péloponnèse Byzantin jusqu’en 1204, Paris, 1 (...)
  • 5 A. Avraméa, Le Péloponnèse du ive au viiie siècle. Changements et persistances, Paris, 1997, p. 90 (...)
  • 6 Constantin VII Porphyrogénète, De adm. imp, chap. 50, p. 232-234.

4Par conséquent, une fois la crise passée, l’Empire byzantin peut songer à restaurer une autorité plus présente et plus pesante sur le Péloponnèse. En effet, le Péloponnèse à l’image de l’ensemble des Balkans, a connu une forte implantation slave à partir de la fin du vie siècle4. Cette implantation se fait bien évidemment sur le modèle que l’on retrouve dans le reste des Balkans : les Slaves occupent les territoires « vides » ou plutôt délaissés et une population grecque subsiste sur les côtes. D’une part, les nouvelles données sigillographiques et archéologiques permettent d’envisager la naissance dans le Péloponnèse d’une civilisation « byzantino-slave » c’est-à-dire d’une civilisation où les éléments slaves et byzantins fusionnent quelquefois mais le plus souvent cohabitent. D’autre part, les noyaux hellénophones et chrétiens subsistent et font même mieux car ils ne sont réellement menacés par personne à Corinthe, Monemvasie, en Argolide et dans le Magne et finalement sur tout le pourtour du Péloponnèse. Cette permanence se marque bien évidemment par l’existence d’une administration byzantine dans le Péloponnèse même au plus fort des crises slaves5. Au total, la cohabitation ne connaît que peu d’accrocs comme le montre l’absence de mentions de troubles dans le Péloponnèse dans les sources narratives. Ainsi, il faut attendre le xe siècle pour obtenir une mention des Mélingues dans le Péloponnèse par Constantin VII Porphyrogénète6.

  • 7 V Pennas, « The Island of Orovi in the Argolid : Bishopric and Administrative Center », in SBS 4, (...)
  • 8 Constantin VII Porphyrogénète. Deadm. imp, chap. 50, p. 236-237,1. 71-73.

5Les éléments indigènes hellénophones sont donc soit en fuite7, soit plus probablement intégrés aux populations slaves. Mais la plupart du temps, les Slaves n’occupent pas tout le Péloponnèse comme le montre Constantin VII Porphyrogénète lorsqu’il décrit certains des habitants du Magne : « Les habitants de la cité de Maïna ne sont pas de la race des Slaves, mais de celle des anciens Romains et encore aujourd’hui, ils sont appelés Hellènes par les habitants »8. Il reste donc des zones non affectées par la « grande tourmente » slave.

  • 9 Théophane, Bonn, p. 368. Probablement dès 688 après l’expédition de Justinien II.
  • 10 Theophane, Bonn, p. 456-457
  • 11 Constantin VII Porphyrogénète, Deadm. imp., chap. 49, p. 229-233.

6Ce rétablissement se fait d’abord sous le signe de la reconquête militaire d’abord à partir de ces zones « non-slavisées ». Il est évident que le thème de l’Hellade, fondé avant la fin du Ville siècle, sert de base de départ à cette reconquête9. Avant la création du thème de Péloponnèse, il est aussi fort probable que le Péloponnèse dépendait de l’administration de l’Hellade. La contre-attaque byzantine commence vraisemblablement vers 783 sous le commandement de Staurakios10, et on peut supposer que c’est de cette période que date la reprise en main de la région de Patras, que l’on voit apparaître dans les sources au moment d’une attaque slave du début du ixe siècle11. C’est à partir de cette épisode que l’administration byzantine peut se remettre en place.

  • 12 A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 46-47.
  • 13 W Seibt, Die Sklèroi, Eine Prosopograpbisch-Sigillographische Studie, Vienne, 1976, n° 1, p. 19-20 (...)
  • 14 Idem, n° 2, p. 20-21. Seibt contredit l’attribution du sceau de Léon, protospathaire impérial et s (...)

7La mise en place de l’administration débute logiquement et classiquement par la création d’une administration militaire byzantine avec à sa tête le stratège. Cette étape est datée par A. Bon du début du ixe siècle12. Une des familles les plus célèbres de l’aristocratie byzantine y a pris part : les Sklèroi, car il semble bien que deux Sklèroi soient à la tête de l’administration byzantine dans le Péloponnèse : d’une part un N. Sklèros aux alentours de 805 en tant que stratège de l’Hellade qui organise la reconquête13, ensuite un Léon Sklèros, connu comme stratège du thème du Péloponnèse14.

  • 15 Constantin VII Porphyrogénète, De adm. imp., chap. 50, p. 232-235.
  • 16 Les dernières incursions bulgares datent probablement de la fin du xe siècle : 983 peut-être, 996 (...)
  • 17 G. Da Costa Louillet, « Saints de Grèce aux viiie ixe et xe siècle », Byzantion 20, 1961, p. 309-3 (...)
  • 18 Mai, Nova Patrum Bibliotheca, IX, 3, Rome, 1888 p. 31-51.
  • 19 Mai, Nova Patrum Bibliotheca, IX, 3, Rome, 1888 p. 1-20.

8Après la révolte avortée des Mélingues et des Ézérites des années 921-92415 et la défense du thème contre les incursions arabes et les offensives bulgares du temps de Syméon, la situation intérieure du Péloponnèse est pour ainsi dire pacifiée16. Protégée par sa situation excentrée par rapport à la Bulgarie, délivrée des principaux raids arabes par la politique de reconquête en Italie du Sud, la région n’a presque pas souffert à partir de la moitié du xe siècle. Il est d’ailleurs remarquable que les vies des saints locaux du xe siècle soient assez peu affectées par les événements tragiques dès la seconde moitié du siècle17. Ainsi Anastase (818-885), évêque de Méthone à partir des années 850 n’a-t-il jamais à protéger ses ouailles des méfaits de quelques barbares18. Les autres saints les côtoient : Luc le Jeune (890-953), originaire d’Égine, doit fuir en Hellade avec sa famille à cause de la piraterie arabe. La vie de Pierre d’Argos (851/852-922) est plus marquée par la présence des dangers extérieurs. Ainsi fait-il reconstruire les maisons détruites par les Barbares, c’est-à-dire par des raids de pillards ou de pirates mais en aucun cas par une occupation. La famine d’environ 920/927 permet à Pierre de distribuer de la nourriture, ce qui augmente son prestige auprès des Barbares, c’est-à-dire ici les populations non-christianisées de l’intérieur du Péloponnèse au sud-ouest d’Argos. Enfin, la vie relate l’existence de pirates crétois qui cherchent à razzier les populations pour les vendre comme esclaves19.

  • 20 A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 38 n. 3. Selon le répertoire de A. Bon on connaît : n° 8 : Geo (...)
  • 21 N. Oikonomides, Listes des préséances, p. 54-56

9Dès lors, il est fort probable que l’armée thématique du Péloponnèse soit plus ou moins dissoute, c’est-à-dire que devant le peu de menaces militaires, les soldats thématiques ont du voir peu à peu leur temps de service diminuer et être remplacé par une compensation fiscale. On remarque de plus que l’on connaît fort peu de sceaux de militaires subalternes du thème du Péloponnèse : à notre connaissance quatre tourmarques du Péloponnèse que les éditeurs ont datés du viiie siècle mais qu’Antoine Bon préfère voir au ixe siècle20. Enfin pour en finir avec le problème des tourmarques du Péloponnèse, il est à noter que ces derniers ne sont pas notés dans la liste des fonctionnaires du Taktikon Uspenskij des années 842-843 alors que leurs homologues des thèmes d’Orient le sont21.

  • 22 J.-C. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux xe-xiie s. », Cahiers de Civilisation Médi (...)
  • 23 Thêophane Continué, Bonn, p. 311

10Il est d’ailleurs remarquable de constater que dans la période suivante, le thème du Péloponnèse ne fournit pas de contingent de tagmata de thèmes c’est-à-dire des troupes portant le nom du thème où elles ont été recrutées ; on connaît mieux le tagma des Arméniaques, celui de Thrace ou celui de Macédoine22. La dernière participation connue d’un contingent péloponné- sien date de 876 pour la défense de Syracuse23, ensuite les levées de troupes effectuées dans le Péloponnèse concernent essentiellement soit des Mardaïtes qui appartiennent à un peuple originaire de Syrie du Nord et installé dans le Péloponnèse avant la fin du ixe siècle, soit des groupes slaves encore assez autonomes.

  • 24 Constantin VII Porphyrogénète, De adm, imp., chap. 51-52, p. 256-257
  • 25 C’est à mon avis le sens du terme taxiotai au xie siècle, cf. M. Grigoriou-Ioannidou, « Θέματα et (...)
  • 26 A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 114.
  • 27 Voir par exemple l’offensive de Roger II en 1147 NicÉtas Coniates, II, p. 99. La participation d’u (...)

11Dès le xe siècle, le remplacement par une compensation financière est obtenue par les Péloponnésiens24. L’aspect militaire du Péloponnèse diminue pour ne plus dépendre que de quelques forces de police25 et d’un réseau de forteresses : Corinthe, résidence du stratège, qui résiste efficacement aux attaques normandes du xiie siècle, mais aussi Monemvasie, Argos, Patras, Koronè, Méthonè etc26. La situation est telle, que les offensives des Normands, à la fin du xie siècle et lors du xiie siècle, ne rencontrent que peu de difficultés, sauf face au réseau de fortifications27.

  • 28 Tableau dans A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 53.

12Parallèlement à cette pacification du Péloponnèse, on remarque la poursuite de l’intégration de la région dans les échanges internes à l’Empire. La circulation monétaire croît comme le montre la réapparition des monnaies byzantines. Les résultats de fouilles de Corinthe sont éclairantes puisqu’à partir du règne de Basile Ier (867-886) le nombre de pièces de monnaie augmente sans cesse pour culminer à l’époque des Comnènes28.

  • 29 Ils persistent jusqu’au x ve siècle comme le montre la mention d’un Constantin Spanis « Tζαούσιος (...)

13Seule la région du Taygète résiste à la reprise en main de l’administration byzantine : région d’installation des Mélingues et des Ézérites, ces derniers sont suffisamment nombreux pour résister à l’assimilation directe par la population grecque ou du moins hellénophone qui se réinstalle dans la région. Existe-t-il une administration spécifique pour les Slaves ? Il est fort probable que les plus importants groupes slaves du Péloponnèse, ou plutôt ceux sur lesquels nous sommes le mieux renseignés, à savoir les Mélingues et les Ézérites, ont gardé une certaine autonomie interne tout en reconnaissant la souveraineté de l’Empire byzantin sur le Péloponnèse comme le montre leur utilisation militaire sous la forme d’ethnikoi. Leur résistance passive à partir du milieu du xe siècle est telle, qu’au moment de la conquête latine au début du xiiie siècle et même au-delà29, ces deux groupes ont toujours conservé leur particularisme.

  • 30 C’est flagrant dans l’usage épistolaire, les principaux métropolites qui nous ont laissé une corre (...)

14Alors que le Péloponnèse semble petit à petit devenir de plus en plus calme, seule une administration se développe dans la région : l’Église. En effet, dans la théorie et la pratique administrative de l’Empire, il faut bien comprendre que l’Église est un élément qui favorise l’intégration des populations à l’empire en les christianisant. Mais elle est aussi un élément de modération des rapports entre administrés et administration30. Par conséquent, le développement des institutions religieuses est la marque d’une renaissance de l’administration. Cela est d’autant plus vrai que faire carrière dans l’Église est une forme de continuation de la carrière administrative.

15Pour ce qui est des structures d’encadrement religieux, nous disposons pour l’Église byzantine de toute une série de notices, c’est-à-dire l’équivalent clérical des taktika laïcs. En particulier pour la période qui nous occupe, nous disposons d’une notice datée des années 901-902 qui indique pour le Péloponnèse deux métropoles, Corinthe et Patras avec respectivement 7 et 4 évêchés suffragants. Comme l’avait déjà remarqué Antoine Bon, le centre du Péloponnèse est particulièrement mal desservi par ce réseau épiscopal, moins bien qu’avant les invasions slaves puisqu’une série d’évêchés du centre du Péloponnèse a disparu. La création de nouveaux évêchés et surtout l’érection en Métropole autonome de Lacédémone en 1080-1081 et de Christianopolis quelques temps auparavant, n’interviennent que tardivement à la fin du xie siècle. Quelles conclusions peut-on en tirer ? Dans un premier temps, au xe siècle, il s’agit de reconstituer un réseau épiscopal mis à mal par les perturbations dues aux invasions slaves. Dès lors, on peut envisager plusieurs hypothèses : d’une part, les évêchés correspondent en fait aux zones christianisées ou juste rechristianisées par la conversion des Slaves qui s’y trouvent. D’autre part, le manque d’évêchés dans la zone centrale correspond, en fait, à la zone où les populations slaves résistent le mieux à l’intégration et à l’assimilation par le pouvoir impérial représenté ici par l’Église orthodoxe qui, dans la conception byzantine, n’est qu’une des formes de l’administration impériale. Ceci peut expliquer la domination de l’organisation ecclésiastique par les évêchés littoraux plus facilement contrôlés par le pouvoir impérial car voisins des fonctionnaires locaux civils et militaires.

  • 31 J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Tr. et Mém. VI, (...)
  • 32 J. Mauropous, Discours n°186, §14, 1. 6-8, in « Opera Johanne Euchaïtorum Metropolitae quae in Cod (...)

16Si l’on met cette situation en parallèle avec l’analyse du discours de Jean Mauropous prononcé au xie siècle en l’honneur de Constantin IX Monomaque31, on peut y trouver un élément de comparaison. Que dit Jean Mauropous dans ce discours ? L’Empereur, représentant du Christ sur terre, a pour mission d’étendre le christianisme sur la terre et à l’imitation de Dieu « il [l’empereur] conduit les athées vers Dieu, ainsi Dieu soumet les ennemis de l’empire »32. Pour ce faire, il utilise la parole (logoi), et les Petchénègues au xie siècle, les Slaves convertis au xe siècle, passent en quelque sorte « de l’ombre à la lumière », ils quittent leur qualité de barbares et deviennent romains, abandonnent leurs cadre tribal ethnique pour se fondre dans la population de l’Empire et, de cette façon, sont désormais encadrés par l’administration civile et religieuse de l’Empire. Les Mélingues et les Ézérites résistent plus longtemps mais on peut estimer qu’aux xe siècle et xie siècle, à leur tour, ils acceptent la religion orthodoxe, et les régions qu’ils occupent sont désormais pourvues de cadres ecclésiastiques.

  • 33 V Laurent et A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 103-113 et V Laurent, « L’évêché de Morée (Moreas (...)
  • 34 A. Harvey, « Economie Expansion in Central Greece in the Eleventh Century », BMGS 8, 1982-1983, p. (...)
  • 35 Sur les métropolites de la période Comnène, voir m. Angold, Churcb and Society in Byzantium under (...)

17On assiste à un autre phénomène à la fin du xie siècle : l’accroissement du prestige des sièges épiscopaux du Péloponnèse : il faut y voir une conséquence de la dégradation générale de l’Empire. En effet, la transformation des évêchés de Christianopoulis et de Lacédémone en métropoles autonomes date des règnes de Nicéphore III Botaniatès et du début de celui d’Alexis Ier Comnène33. Nous sommes dans une période difficile pour l’Empire : d’une part, les provinces et les richesses de l’Anatolie sont perdues progressivement au profit des Seldjoukides, et d’autre part, les provinces européennes de l’Empire connaissent une période d’expansion économique34. Par conséquent, en érigeant ces deux métropoles, les empereurs font d’une pierre deux coups : ils enregistrent la richesse grandissante du Péloponnèse et ils trouvent un point de chute pour les nombreux candidats aux sièges épiscopaux que la perte de l’Asie a laissés sans espoir de carrière35.

18Nous disposons de quelques sources pour appréhender l’évolution de l’administration laïque du Péloponnèse : en premier lieu les taktika, la hiérarchisation du monde et de la société, sont des éléments fondamentaux dans les conceptions politiques et sociales des Byzantins. En effet, plus un poste est important, plus son titulaire peut espérer une dignité élevée dans les taktika. Ces derniers fournissent un premier élément de comparaison ; malheureusement, ils ne peuvent que donner une tendance pour deux raisons : d’une part, ce sont des documents qui datent pour la plupart du ixe siècle et de la première moitié du xe siècle, d’autre part, le seul fonctionnaire présent dans la plupart de ces documents est le stratège du thème.

  • 36 N. Oikonomides, Listes de Préséances, p. 48 en 10e place, 100 en 16e place, p. 246 19e place, p. 2 (...)
  • 37 voir supra p. 296-299.

19Néanmoins, on peut en tirer quelques éléments : tout d’abord, le Péloponnèse occupe étonnamment la première place des thèmes d’Occident avant même l’Hellade. Toutefois, dans la géographie historique des Byzantins, la Thrace et la Macédoine appartiennent au groupe des thèmes d’Orient. Ensuite, et c’est plus important, on constate que le stratège du Péloponnèse perd progressivement des places dans la hiérarchie des stratèges de thèmes. De la 9e place qu’il occupe dans le Taktikon Uspenskij des années 842-843, il passe à la 13e dans le Traité de Philothée des années 899 pour finir à la 16e dans le Taktikon Benevesic des années 934-944. En fait, si l’on observe attentivement la liste, il n’y a pas de modifications profondes de l’ordre des stratèges mais plutôt des modifications dues à l’émergence de nouveaux thèmes qui, au moment de leur création ou quelque temps après, obtiennent un rang plus élevé que les thèmes plus anciens et moins importants militairement ou politiquement. Ces nouveaux thèmes sont bien évidemment pour la plupart situés en Asie Mineure et correspondent à la priorité du temps, la reconquête de l’Asie Mineure. Le thème du Péloponnèse, et avec lui les autres thèmes d’Occident font les frais de ces créations36. Cela nous permet de confirmer ce que nous avions écrit plus haut sur le règlement du problème militaire du Péloponnèse dès la fin du ixe siècle37 et en outre, ce poste n’est pas un poste prestigieux pour le stratège qui y est nommé. Ce dernier, s’il veut faire une belle carrière, aura intérêt à le quitter le plus rapidement possible et obtenir un poste en Asie Mineure.

  • 38 L’absence de mentions de juges du Péloponnèse dans les sources historiographiques montrent égaleme (...)

20Le nombre de juges connus du Péloponnèse est assez faible ; heureusement la sigillographie élargit considérablement l’échantillon38. Cette absence de juge est due à la prédominance de l’administration militaire jusqu’à la fin du ixe siècle. L’administration fiscale met donc plus de temps à s’affirmer et à s’affranchir dans le Péloponnèse.

  • 39 Zacos II, n° 1010, p. 444.
  • 40 R. Guilland, « Curopalate », Byzantina 2, Thessalonique, 1970, p. 187-249.
  • 41 P. Lemerle, Cinq Etudes sur le Xle siècle, Paris. 1977, p. 252-293 et H. Ahrweiler, « Recherches s (...)
  • 42 Voir J.-C. Cheynet « Dévaluations des dignités et dépréciations monétaires dans la seconde moitié (...)
  • 43 J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government : Hellas and Peloponnesos, 1180-1205 », (...)
  • 44 E. Limousin, Etude du fonctionnement d’un groupe aristocratique à Byzance au xie siècle, Juges et (...)

21Quant aux dignités portées par ces juges, c’est celle de protospathaire qui l’emporte. En étendant l’étude aux juges de l’Hellade et du Péloponnèse, on obtient une proportion plus forte : 14 juges sur les 29 dont on connaît au moins une dignité, soit 48 %. Mais les juges portant d’autres dignités sont aussi intéressants. Tout d’abord, le cas de Michel Kampanarios, curopalate, datant de la deuxième moitié du xie siècle39 ; ce Michel est par ailleurs inconnu dans les sources40. Il pose un problème de lecture et d’identification aux sigillographes. Ensuite, au milieu du xie siècle, on voit apparaître des dignités supérieures (vestès, vestarque, magistre). Nous avons là une autre preuve de la montée en puissance de l’administration civile au sein de l’Empire à l’époque de Constantin IX Monomaque41. Mais cette tendance est de courte durée car, dès le fin du xie siècle, les dignités des juges tendent à diminuer (spathaire, spatharocandidat), alors que dans le même temps le système aulique subit une inflation que déplore la plupart des chroniqueurs42. Pour le Péloponnèse, cela s’explique en partie par l’institution du mégaduc43 par Alexis Ier Comnène et par la réorganisation de l’administration44.

  • 45 Peut-être avant si Jean Doukas l’a été vers 1090-1091. D. Polemis, The Doukai : a Contribution to (...)
  • 46 Liste des mégaducs d’Alexis 1er Comnène J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government. (...)
  • 47 Anne Commnène, L’Alexiade, III, p. 158 et 162-164. J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial (...)

22La mise en place du mégaduc aux alentours de 109445 modifie la structure de l’administration du Péloponnèse. Ce nouveau fonctionnaire a la responsabilité de tous les problèmes maritimes de l’Empire et par conséquent la haute main sur l’administration du Péloponnèse et de l’Hellade. Mais, pour ce nouveau poste, souvent attribué à des proches de l’empereur46, la non-résidence est évidente et quasi obligatoire. Dès lors, le kritès-praitôr, si sa dignité est en diminution, a, par contre, des fonctions de plus en plus grandes, étant le fonctionnaire le plus important présent dans le thème. Il est d’ailleurs remarquable de noter que parmi les mégaducs d’Alexis Ier Comnène, deux sont d’anciens juges de l’Hellade et du Péloponnèse, Eumathios Philokalès et Léon Nikéritès47

  • 48 Cf The Correspondance of Leon metropolitan of Synada and synullus, éd. M. Vinson, Lettre n° 54, à (...)
  • 49 N. Oikonomidès, Listes de préséance, p. 323.
  • 50 H. Saradi, « The Byzantine Tribunals : Problems in the application of Justice and State Policy (9t (...)

23Plus les juges prennent de l’importance dans la hiérarchie, plus le problème de la résidence se pose. En effet, la non-résidence est une plaie longtemps déplorée pour les cadres ecclésiastiques de l’Empire48. On est en droit de se demander si l’administration civile ne connaît pas les mêmes problèmes. Pour étudier cela, nous devons nous contenter de ce que disent les sources : parmi les juges du Péloponnèse se trouvent des fonctionnaires qui possèdent une autre fonction liée à l’administration centrale. La fonction de juge du Vélum ou de l’Hippodrome49 n’implique pas forcément une non-résidence en province ; en effet, ces juges forment un corps suffisant en nombre pour pallier l’absence de quelques-uns envoyés en province. Il est d’ailleurs possible et même probable, qu’à l’instar de l’inspection des finances actuelle, les tribunaux du Vélum et de l’Hippodrome forment en quelque sorte le corps de rattachement des juges de thèmes50. Pour s’en convaincre, il suffit de noter que plus de la moitié des juges de la région qui nous intéresse sont membres de ces tribunaux, et le cas du Péloponnèse n’est pas exceptionnel. Par contre, des fonctions plus précises comme mystographe, asèkrètis, epi tôn déèséôn et grand chartulaire du Génikon ne peuvent guère permettre l’absence du titulaire. Dans le problème de la non-résidence, les fonctions administratives sont assurées sur place par les fonctionnaires fiscaux subordonnés au juge que sont les protonotaires, anagrapheis ou praktores.

24La dévaluation des dignités est donc réelle dans le cours du xie siècle alors que le mouvement général aurait dû entraîner le mouvement inverse. Cette baisse des dignités des juges du Péloponnèse ne peut s’expliquer que par la jeunesse de ces juges qui commencent leur carrière par les postes de l’administration civile du Péloponnèse.

25Quand on compare les chiffres pour les juges des autres thèmes, on remarque que les statistiques sont assez proches, 4 protospathaires sur 10 juges de Thrace et Macédoine, 5 protospathaires sur 14 juges des Thracésiens et 7 protospathaires sur 14 juges de l’Opsikion. Seul le thème des Anatoliques fait exception avec une forte proportion de protospathaires (9 sur 13 juges connus). Cela indique bien que l’ensemble Hellade/Péloponnèse est considéré par l’administration byzantine comme un poste comme les autres, ni plus ni moins prestigieux que les thèmes proches de Constantinople du côté européen ou du côté asiatique.

  • 51 Psellos, M. B. y n° 33, à un juge des Katôtika, p. 268,1. 16.
  • 52 Voir N. Duye, « Un haut fonctionnaire byzantin du XIe siècle : Basile Malésès », REB 30, 1972, p 1 (...)

26Par contre, il existe une différence fondamentale entre les juges du Péloponnèse et ceux des thèmes asiatiques : les premiers ont peu de difficultés à gérer les relations entre l’administration centrale et impériale et l’aristocratie. En effet, comme nous le verrons plus loin, l’aristocratie du Péloponnèse brille par sa faiblesse à la différence des grands clans aristocratiques de la péninsule anatolienne. Par conséquent, envoyer un jeune fonctionnaire à Corinthe n’est pas dangereux, ce dernier trouvant dans la région un véritable champ d’exercice et d’application : Pierre Serblias est d’abord juge de l’Hellade et du Péloponnèse, puis de l’Opsikion, thème plus stratégique dans lequel les empereurs possèdent sûrement plus de biens et de terres ; le dioikétès envoyé à Athènes est un débutant51. De même, Malésès débute sa carrière de juge au début des années 1060 sous Constantin X par ce poste avant d’être muté dans les années 1063-1066 dans le thème des Arméniaques, à une époque où la région est menacée par les invasions turques52.

  • 53 Psellos, M. B. V, n° 33, à un juge des Katôtika, p. 268.

27Lorsqu’ensuite on s’intéresse à la vision du Péloponnèse dans les sources littéraires, ce n’est plus tout à fait la même chose. En effet, malgré le peu de sources traitant exclusivement de cette région, on retrouve tous les lieux communs des Constantinopolitains parlant de la province. Dans la correspondance de Psellos, on retrouve une description apocalyptique d’Athènes : « Un Dioikètès des Athéniens, mon célèbre seigneur, connaissant à peine l’ancienne renommée de l’Hellade ; se lamentant sur sa destinée comme si on l’eut exilé dans quelque Scythie, et ni les portiques peints, ni la nouvelle académie, ni le Pirée ne le réjouissent. Mais l’humeur variée des Athéniens lui fait mener une vie bigarrée comme le Poecile53 ». En effet, dans la culture des fonctionnaires de Constantinople, passés les murs de la Ville, ils se retrouvent forcément dans un pays de barbares dont ils ne comprennent plus la langue ni la culture. Si ce que dit Michel Psellos pour Athènes marque bien la mentalité de ces fonctionnaires, que dire, dès lors, du Péloponnèse, sachant que, selon la tradition historique, Athènes a été relativement épargnée par les invasions slaves ? Dans la littérature issue du groupe social des fonctionnaires de Constantinople, le Péloponnèse a ici aussi le même statut que les autres provinces de l’empire. Peut-être - mais cela resterait à vérifier dans la littérature du xiie siècle - le Péloponnèse a-t-il un statut plus enviable du fait de son passé ancien qui intéresserait les lettrés férus de l’histoire et de la mythologie hellénique ?

  • 54 Georges Tornikes, « Lettre à Georges Bourtzès, métropolite d’Athènes (1154) », in Georges et Demet (...)
  • 55 J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government », DOP 29, 1975, p. 256 et note 2.

28Au xiie siècle, à lire les recueils des correspondances des lettrés que sont les frères Tornikès, Michel Italikos ou Théodore Prodrome, on remarque une réticence à accepter les postes d’ecclésiastiques en Hellade et dans le Péloponnèse54. Cela s’explique par la crainte traditionnelle de l’exil hors de Constantinople, mais les modifications territoriales, en clair le recul de l’Empire devant les Seldjoukides, et les changements dans le recrutement des administrateurs de l’Empire ne permettent plus à ces jeunes gens pleins d’avenir de refuser trop longtemps ce type de poste. En effet, leur manque de lien d’amitié ou de familiarité avec la famille Comnène les disqualifie dans l’obtention des postes importants55.

  • 56 J.-C. Cheynet, Pouvoirs et contestations à Byzance (963-1210), carte p. 248 et p. 242-244.

29Un autre élément de la quiétude du Péloponnèse tient à sa structure sociale. Là encore, le Péloponnèse ne fait pas exception par rapport aux autres thèmes européens. Les travaux de J.-C. Cheynet ont bien montré que toute l’aristocratie européenne de l’Empire a pris du retard dans son développement par rapport à l’aristocratie micrasiatique. Dans de telles conditions, le développement de l’aristocratie du Péloponnèse est aussi difficile même si un des plus beaux cas de grand propriétaire est péloponnésien, avec la veuve Daniélis. On a du mal à cerner ce groupe social. Dans l’histoire de l’aristocratie du Péloponnèse, on arrive à retrouver quelques éléments d’organisation. Ce sont des hommes issus des milieux moyens qui parviennent, probablement par le service de l’État, à s’intégrer à l’aristocratie : c’est le cas de Choirosphaktès. Pour le Péloponnèse, les grands lignages importants sont rares, même si on voit apparaître les grandes familles à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle. Dans ce cas, il s’agit encore, comme pour les cadres ecclésiastiques, d’un repli des aristocraties d’Asie Mineure qui reçoivent de la part du pouvoir impérial des biens fonciers dans le Péloponnèse (Branas, Cantacuzène, Paléologue)56.

  • 57 J.-C. Cheynet, Pouvoirs et contestations à Byzance (963-1210), p. 26-27 et p. 34
  • 58 J.-C. Cheynet, Pouvoirs et constatations à Byzance (963-1210), p. 138-139 et p. 454-458.

30De cette évolution on peut retenir le caractère docile de l’aristocratie du Péloponnèse qui ne participe guère à la tumultueuse vie politique et aux nombreuses révoltes qui émaillent l’histoire de l’Empire entre Basile II et la chute de Constantinople en 1204. En utilisant le répertoire des 223 révoltes dressé par J.-C. Cheynet, on ne retrouve que deux révoltes auxquelles participent des Péloponnésiens : une en 975 assez mystérieuse et une en 996 en relation avec une offensive de Samuel, le tsar des Bulgares57. Il faut mettre à part l’activisme de Léon Sgouros autour de la IVe Croisade, qui est de nature différente de toutes les réformes du xe siècle au xiie siècle, car elle vise à établir un pouvoir autonome de Constantinople58.

  • 59 N. Svoronos, « Recherches sur le cadastre byzantin et la fiscalité au xie et xiie siècles : le cad (...)

31Quelle explication fournir à une telle situation ? Il est possible que l’on se trouve dans le même cas qu’en Hellade, c’est-à-dire avec une très nombreuse petite aristocratie terrienne dont quelques familles émergent de manière épisodique. Mais il est aussi possible que le développement de cette aristocratie soit freinée par le poids des domaines impériaux ou ecclésiastiques qui apparaissent assez nombreux dans la péninsule59.

32L’administration byzantine du Péloponnèse intéresse donc des fonctionnaires remarquables par leur compétence technique. En effet, l’expansion économique des xie-xiie siècles permet une augmentation des ressources tirées de ces régions et le pouvoir central envoie-t-il en conséquence des gens compétents pour mieux recueillir les bienfaits de cette nouvelle richesse. Mais, comme tout poste facile, il a une contrepartie°: le manque de prestige que peut en retirer le titulaire. Pour ces hommes en général ambitieux, le Péloponnèse n’est qu’un marchepied, un début qu’il faudra confirmer par la suite. Mais la conjoncture leur devient défavorable à la fin du xie siècle.

33Eric LIMOUSIN

34Département d’Histoire

35Université de Bretagne Sud - Lorient

364, rue Jean Zay

3756 325 Lorient Cedex

Annexe : Les juges du Péloponnèse et du Péloponnèse et de l’Hellade

60

Juge de Péloponnèse

Juge de Péloponnèse
  • 61 A. Bon se demande si, malgré la titulature, ce fonctionnaire n’appartient pas à la fin du xie sièc (...)

38Note 6161

Juge de l’Hellade et du Péloponnèse

Juge de l’Hellade et du Péloponnèse
  • 62 Les éditeurs pensent qu’il s’agit probablement du même personnage qui poursuit sa carrière.

39Note 6262

  • 63 Ce personnage est connu par d’autres sceaux qui montre une progression dans sa carrière en particu (...)

40Note 6363

  • 64 Carrière d’après ses sceaux avec saint Marc :

41Note 6464

  • 65 Il est différent du Basile précédent car le sceau est illustré par saint Basile et non par saint M (...)

42Note 6565

  • 66 Il est nobélissime en fin 1092, curopalate en 1094. Pour un aperçu de sa carrière voir, P. Gautier(...)

43Note 6666

  • 67 CBS Vol II, 1991, p.68, n° 22.15.

44Note 6767

Notes

1 E. Patlagean, « Les provinciaux, les fonctionnaires et le souverain à Byzance aux xe-xiie siècles », in Histoire comparée de l’administration (ive-xviiie siècles), Beibefte der Francia 9, Munich, 1980, p. 246-253.

2 J.–C.Cheynet, « Point de vue sur l’efficacité administrative entre les xe et xie siècles », Byz. Forsch. 19, 1992, p. 7-16. (xviie Congrès International des Etudes Byzantines, Moscou, 1992).

3 Sur cette notion fondamentale de I’oikonomia, voir H. Ahrweiler, L’idéologie de l’empire byzantin, Paris, 1975, p. 129-147. (« L’historien »).

4 Sur l’implantation de la population slave, A. BON, Le Péloponnèse Byzantin jusqu’en 1204, Paris, 1951, p. 31-37 et maintenant A. Avraméa, Le Péloponnèse du ive au viiie siècle. Changements et persistances, Paris, 1997, 218 p. (« Byzantina Sorbonensia », 15)

5 A. Avraméa, Le Péloponnèse du ive au viiie siècle. Changements et persistances, Paris, 1997, p. 90-104

6 Constantin VII Porphyrogénète, De adm. imp, chap. 50, p. 232-234.

7 V Pennas, « The Island of Orovi in the Argolid : Bishopric and Administrative Center », in SBS 4, 1995, p. 163-173 particulièrement p. 171-173 qui reprend la tradition de la Chronique de Monemvasie qui indique que l’île d’Orobè a été peuplée par des populations fuyant Argos, voir P. Lemerle, « La Chronique improprement dite de Monemvasie : le contexte historique et légendaire », REB 21, 1963, p. 9- 14.

8 Constantin VII Porphyrogénète. Deadm. imp, chap. 50, p. 236-237,1. 71-73.

9 Théophane, Bonn, p. 368. Probablement dès 688 après l’expédition de Justinien II.

10 Theophane, Bonn, p. 456-457

11 Constantin VII Porphyrogénète, Deadm. imp., chap. 49, p. 229-233.

12 A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 46-47.

13 W Seibt, Die Sklèroi, Eine Prosopograpbisch-Sigillographische Studie, Vienne, 1976, n° 1, p. 19-20. (« Byzantina Vindobonensia » 9)

14 Idem, n° 2, p. 20-21. Seibt contredit l’attribution du sceau de Léon, protospathaire impérial et stratège du Péloponnèse publié par G. Schlumberger, Sigillographie de l’empire byzantin, 2e éd., Turin, 1963, n°7, p. 181.

15 Constantin VII Porphyrogénète, De adm. imp., chap. 50, p. 232-235.

16 Les dernières incursions bulgares datent probablement de la fin du xe siècle : 983 peut-être, 996 sûrement, Vie de saint Nikôn, 49, p. 174-175. Cedrenus, II, p. 435-436.

17 G. Da Costa Louillet, « Saints de Grèce aux viiie ixe et xe siècle », Byzantion 20, 1961, p. 309-369.

18 Mai, Nova Patrum Bibliotheca, IX, 3, Rome, 1888 p. 31-51.

19 Mai, Nova Patrum Bibliotheca, IX, 3, Rome, 1888 p. 1-20.

20 A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 38 n. 3. Selon le répertoire de A. Bon on connaît : n° 8 : Georges, spathaire et tourmarque du Péloponnèse, A. Mordtmann, RA 1877, p. 294, n°8 (viiie siècle) ; n°35 : Théophylacte, protospathaire et tourmarque du Péloponnèse, B.A. Pancenko, IRA1K 13, p. 140, n° 361, p. 100-101 ; n° 37 : N., tourmarque du Péloponnèse, B.A. Pancenko, 1.RAIX 13, n° 462, p. 140.Les sceaux de tourmarque publiés par les Américains responsables des fouilles de Corinthe ne sont pas assez précis pour être attribués au Péloponnèse (G. R. Davidson, Corinlh, Resulis of Excavations conducled by the American School of Classical Studies at Corinth XII. The Minor Objects, Princeton-Newjersey, 1952, n° 2696, 2716, 2780, 2804, 2811). On doit ajouter désormais : Phokas, spatharokandidat impérial et tourmarque du Péloponnèse (xe siècle), Catalogue of Byzantine Seals, Vol. II, 1991, p. 76, n° 22.42.

21 N. Oikonomides, Listes des préséances, p. 54-56

22 J.-C. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux xe-xiie s. », Cahiers de Civilisation Médiévale 38, 1995, p. 320-322.

23 Thêophane Continué, Bonn, p. 311

24 Constantin VII Porphyrogénète, De adm, imp., chap. 51-52, p. 256-257

25 C’est à mon avis le sens du terme taxiotai au xie siècle, cf. M. Grigoriou-Ioannidou, « Θέματα et τάγματα. Un problème de l’institution des thèmes pendant les xe et xie siècles », Byz. Forsch. 19, 1992, p. 35-42, (xviie Congrès International des Études Byzantines, Moscou, 1992).

26 A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 114.

27 Voir par exemple l’offensive de Roger II en 1147 NicÉtas Coniates, II, p. 99. La participation d’un corps de Péloponnèsien à la défense de Thessalonique assiégée par les Normands est avérée mais les sources ne nous donnent pas d’indication chiffrée, Eustathe De Thassalonique, De capta Thessalonica, Bonn, p. 445. Il est donc évident que ce corps correspond plus à une levée d’hommes plus ou moins improvisée auxquels s’ajoutent les reliquats de l’armée thématique.

28 Tableau dans A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 53.

29 Ils persistent jusqu’au x ve siècle comme le montre la mention d’un Constantin Spanis « Tζαούσιος δρόγγου Μελιγῶv » : S. KOUGEAS, « περί τῶν Μελιγκῶν τοῦ Ταϋγετou έξ άφορμῆς Βυζαντινῆς έπιγραφῆς έκ Λακωνίας », πραγματεîαι τῆς ’ Ακαδημίς ’Αθηνυων 15/3, 1950, p. 1-34

30 C’est flagrant dans l’usage épistolaire, les principaux métropolites qui nous ont laissé une correspondance écrivent aux bureaux centraux pour obtenir des faveurs fiscales ou des promotions pour les habitants de leurs provinces voir Théophylacte d’ochrida, Lettres, éd. P. Gautier, n° 109, p. 528- 529 et n° 114, p. 540-541.

31 J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Tr. et Mém. VI, Paris, 1976, p. 265-303.

32 J. Mauropous, Discours n°186, §14, 1. 6-8, in « Opera Johanne Euchaïtorum Metropolitae quae in Codice Vaticano 676 supersunt », éd. P. de Lagarde, Abhanlungen des Historische Philologischt Klasse der Koniglischen zu GoUingen 28, 1881. cf. J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Tr. et Mém. VI, Paris, 1976, p. 285-292.

33 V Laurent et A. Bon, Le Péloponnèse Byzantin, p. 103-113 et V Laurent, « L’évêché de Morée (Moreas) du Péloponnèse », REB 20, 1962/1963, p. 181-189.

34 A. Harvey, « Economie Expansion in Central Greece in the Eleventh Century », BMGS 8, 1982-1983, p. 21-29.

35 Sur les métropolites de la période Comnène, voir m. Angold, Churcb and Society in Byzantium under the Comneni (1081-1261), Cambridge, 1995, p. 139-147.

36 N. Oikonomides, Listes de Préséances, p. 48 en 10e place, 100 en 16e place, p. 246 19e place, p. 264 en 23e place.

37 voir supra p. 296-299.

38 L’absence de mentions de juges du Péloponnèse dans les sources historiographiques montrent également le peu d’événements qui s’y déroulent. Voir en annexe le répertoire des juges.

39 Zacos II, n° 1010, p. 444.

40 R. Guilland, « Curopalate », Byzantina 2, Thessalonique, 1970, p. 187-249.

41 P. Lemerle, Cinq Etudes sur le Xle siècle, Paris. 1977, p. 252-293 et H. Ahrweiler, « Recherches sur l’administration de l’empire byzantin aux ixe-xie siècles », in BCH 84, 1960, p. 67-71.

42 Voir J.-C. Cheynet « Dévaluations des dignités et dépréciations monétaires dans la seconde moitié du xie siècle ». Byzantion 53, 1983, p. 453-477. En particulier n. 18 p. 457 pour les mentions des chroniqueurs et p. 468-469 pour les exemples des juges de l’Hippodrome et du Volum.

43 J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government : Hellas and Peloponnesos, 1180-1205 », DOP 29, 1975, p. 257-258 et 276-281.

44 E. Limousin, Etude du fonctionnement d’un groupe aristocratique à Byzance au xie siècle, Juges et lettrés dans les correspondances, Poitiers, Thèse pour le Doctorat d’Histoire, 1995, p. 70.

45 Peut-être avant si Jean Doukas l’a été vers 1090-1091. D. Polemis, The Doukai : a Contribution to Byzantine Prosopography, Londres, 1968, p. 35, n. 4. (« University of London Historical Studies » 22).

46 Liste des mégaducs d’Alexis 1er Comnène J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government... », DOP 29, 1975, p. 285-288.

47 Anne Commnène, L’Alexiade, III, p. 158 et 162-164. J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government », D.O.P. 29, 1975, p. 257 et p. 276.

48 Cf The Correspondance of Leon metropolitan of Synada and synullus, éd. M. Vinson, Lettre n° 54, à l’empereur Basile II, Washington, 1985, p. 86-91. (CFHB, 23).

49 N. Oikonomidès, Listes de préséance, p. 323.

50 H. Saradi, « The Byzantine Tribunals : Problems in the application of Justice and State Policy (9th- 12th c.), REB 53, 1995, p. 165-204.

51 Psellos, M. B. y n° 33, à un juge des Katôtika, p. 268,1. 16.

52 Voir N. Duye, « Un haut fonctionnaire byzantin du XIe siècle : Basile Malésès », REB 30, 1972, p 167-178. et A. P. Kazhdan, J. Ljubarskij, « Basile Malésès encore une fois », By. SI. 34, 1973, p. 219- 220. Il faut désormais rajouter E. De Vries-Van Der Velden, « Psellos et son gendre », Byz Fors 23, 1996, p. 109-149. Elle veut démontrer que Malésès à d’abord été juge des Arméniaques puis juge de l’Hellade et du Péloponnèse. Pour cela elle en fait le destinataire des lettres de Michel Psellos adressées à un magistre, juge de l’Hellade et du Péloponnèse (Psellos, K. D. II, n° 69-70, p. 103-104). Or nous pensons que ces lettres sont destinées à Pierre Serblias, magistre et juge des Katôtika (autre nom de l’Hellade et du Péloponnèse) attesté par la sigillographie, voir Catalogue of Byzantine Seals, Vol. II, 1991, p. 35, n° 8.25. En effet, dans les lettres de Michel Psellos adressées à Basile Malésès, il n’est jamais fait état de sa dignité de magistre et on imagine assez mal un épistolier demandant un service à un fonctionnaire ne pas faire mention d’une dignité supérieure. Sur les problèmes de la recommandation dans les lettres byzantines du xie siècle, on nous permettra de renvoyer le lecteur à E. Limousin, Etude du fonctionnement d’un groupe aristocratique à Byzance au xie siècle, Juges et lettrés dans les correspondances, Poitiers, Thèse pour le Doctorat d’Histoire, 1995, p. 69-93.

53 Psellos, M. B. V, n° 33, à un juge des Katôtika, p. 268.

54 Georges Tornikes, « Lettre à Georges Bourtzès, métropolite d’Athènes (1154) », in Georges et Demetrios Tornikes, Lettres et discours, éd. J. Darrouzes, Paris, 1970, p. 206.

55 J. Herrin, « Realities of Byzantine Provincial Government », DOP 29, 1975, p. 256 et note 2.

56 J.-C. Cheynet, Pouvoirs et contestations à Byzance (963-1210), carte p. 248 et p. 242-244.

57 J.-C. Cheynet, Pouvoirs et contestations à Byzance (963-1210), p. 26-27 et p. 34

58 J.-C. Cheynet, Pouvoirs et constatations à Byzance (963-1210), p. 138-139 et p. 454-458.

59 N. Svoronos, « Recherches sur le cadastre byzantin et la fiscalité au xie et xiie siècles : le cadastre de Thèbes », BCH 83, 1959 p. 1-175.

60 Liste des abbréviations :

  • CBS : Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art, Vol. II (South of the Balkans, Islands, South and Asia Minor) et III (West, Northwest and Central Asia Minor and the Orient), ed. N. Oikonomides, 1991.
  • G. R. Davidson, Corinth : G. R. Davidson, Corinth, Results of Excavations conducted by the American School of Classical Studies at Corintb XII. The Minor Objects, Princeton-Newjersey, 1952.
  • V. Laurent, Bulles Métriques : V Laurent, Les bulles métriques dans la sigillographie byzantine, Athènes, 1932.
  • V. Laurent, Vatican : V. Laurent, Les sceaux byzantins du Médailler Vatican, Vatican, 1962
  • V. Laurent, Orgbidan : V Laurent, La Collection Orghidan, Paris, 1952.
  • V. Laurent, Corpus : V. Laurent, Le Corpus des Sceaux de l’Empire byzantin, t. II, l’administration centrale et t. V/1-3, L’Eglise, Paris 1963-1972 et 1981.
  • N. Oikonomides, Usued Seals, : N. Oikonomides, The Usual Lead Seals, Dumbarton Oaks Papers 37, 1983, p. 147-158.
  • Psellos, M. B. V : Messaionikè Bibliothèkè, éd. Sathas C., vol. Y Paris-Venise, 1876-1877.Psellos, K. D. II : Michel Psellos, Scripta Minora, éd. Kurtz E. et Drexl F., Milan, 2 vol., 1936- 1941,.
  • G. Schlumberger, Sigillographie : G. Schlumberger, Sigillographie de l’empire byzantin, 2de éd., Turin, 1963.
  • Seyrig : J.-C. Cheynet, C. Morrisson, W Seibt, Les sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, Paris, 1991.
  • Zacos II : G. zacos, Byzantine Lead Seals, Berne, 1984

61 A. Bon se demande si, malgré la titulature, ce fonctionnaire n’appartient pas à la fin du xie siècle ou au début du xiie siècle.

62 Les éditeurs pensent qu’il s’agit probablement du même personnage qui poursuit sa carrière.

63 Ce personnage est connu par d’autres sceaux qui montre une progression dans sa carrière en particulier en tant que juge de l’Opsikion, CBS, Vol. III, 1991, p. 61, n° 39.16. Il est le probable destinataire des lettres de Michel Psellos adressés à un juge de l’Hellade et du Péloponnèse, magistre, Psellos, K. D. II, n° 69-70, p. 103-104).

64 Carrière d’après ses sceaux avec saint Marc :

  • protospathaire, épi tou chrysotrikliniou, grand chartulaire, et juge des Bucellaires (Zacos II, 388 et 389 et Musée archéologique d’Istanbul)
  • protospathaire, épi tou chrysotrikliniou grand chartulaire et protonotaire (N. Oikonomides, Usued Seals, p. 153-155 ; Zacos II, 390)
  • Kritès du Péloponnèse et de l’Hellade 2 modèle de boullotèrion (N. Oikonomides, op. cit., p. 155-156)

65 Il est différent du Basile précédent car le sceau est illustré par saint Basile et non par saint Marc. Il est connu comme :

  • protonotaire
  • juge de l’Hippodrome et du Péloponnèse et de l’Hellade (N. Oikonomides, Usued Seals, p. 157-158 et G. Schlumberger, Sigillographie, p. 191.
  • prôtospathaire, epi tou chrysolriklinou, grand chartulaire et juge des Bucellaires Zacos, II, n° 388. Voir V.Laurent, Orghidan, n° 166. Laurent, Corpus, II, n° 338, N. Oikonomides, Usual seal, 153-154 ; Zacos, II, n° 390).

66 Il est nobélissime en fin 1092, curopalate en 1094. Pour un aperçu de sa carrière voir, P. Gautier, « Le synode des Blachemes : Etude prosopographique », REB 35, 1977, p. 244-245.

67 CBS Vol II, 1991, p.68, n° 22.15.

Table des illustrations

Titre Juge de Péloponnèse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20635/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Titre Juge de l’Hellade et du Péloponnèse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20635/img-2.png
Fichier image/png, 402k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20635/img-3.png
Fichier image/png, 497k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20635/img-4.png
Fichier image/png, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search