Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Le Péloponnèse protobyzantin le passage d’une culture à une autre

Anna Avraméa

Texte intégral

  • 1 L. Robert, « Épigrammes relatives à des gouverneurs », Hellenica IV, Paris 1948, p. 109.
  • 2 C. Mango, « Discontinuity with the Classical Past in Byzantium », dans Byzantium and the classical (...)
  • 3 A. P. Kazhdan and Ann Wharton Epstein, Change in Byzantine Culture in the Eleventh and Twelfth Cen (...)

1Une étude sur le Péloponnèse protobyzantin affronte d’emblée toutes les difficultés que pose l’examen des problèmes complexes, et notamment celui du passage d’une culture à une autre, du monde antique au monde médiéval. Selon une théorie très répandue, le monde protobyzantin, bien qu’affecté de profonds changements, participe toujours, en effet, de l’Antiquité, du fait notamment du maintien des villes et de la civilisation urbaine. Il a ainsi été souligné que la période qui s’étend de la fin du iiie au viie siècle, c’est-à-dire tant que la cité et son idéologie restèrent en place, ne présente pas de ruptures majeures dans les institutions et la civilisation1. Ce n’est qu’au viie siècle, à la faveur de l’arrivée et de l’installation de Slaves dans les Balkans2, que l’on assiste à la disparition des villes et à la transformation de la société et de la culture poliade en une société et une culture agraires. Un facteur extérieur et ses effets auraient ainsi eu raison d’une culture citadine déjà sur le déclin. C’est en tout cas de cette manière que les savants qui se sont intéressés à cette période charnière suggèrent de voir les choses, attentifs à la coïncidence de ces deux processus (l’installation de Slaves et l’éclipse de la vie urbaine). Ce qui contribue à faire de la période qui s’étend du ive au viie siècle une période de transition pendant laquelle l’ancienne structure sociale continuait à dominer, avant qu’une nouvelle société ne se mette en place, une société attachée à la campagne et dans laquelle les groupes et leurs structures revêtaient des formes simples3.

  • 4 C’est cette recherche que j’ai entreprise dans mon livre : Le Péloponnèse du ive au Ville siècle. (...)

2Cette théorie explicative permet de rendre compte d’un phénomène de transition de manière synthétique, mais au détriment de l’analyse de détail des facteurs internes de ce processus évolutif, de cette dynamique du changement. L’étude détaillée d’une région précise, et notamment celle du Péloponnèse, restait ainsi un « desideratum » de la recherche4.

  • 5 Cf. A. Avraméa [cité à la n. 4], p. 31-37.

3L’analyse des données qui se réfèrent aux structures des cadres administratif et ecclésiastique permet de préciser que certaines formes persistent pendant toute la période considérée malgré les vicissitudes historiques. Le pays sera englobé administrativement dans la province d’Achaïe ou Hellade, situation qui durera jusqu’au dernier quart du viie siècle. Quand le thème d’Hellade fut alors créé, le pays se trouva administrativement intégré à ce thème. Il est désormais prouvé que le Péloponnèse appartînt à cette nouvelle création administrative ayant comme capitale Corinthe5. Cette situation resta inchangée jusqu’à la création du nouveau thème, celui du Péloponnèse, au début du ixe siècle. D’autre part, l’organisation ecclésiastique garda la même constitution pendant tous ces siècles, et organisation administrative et organisation ecclésiastique restèrent, tout au long de cette période, étroitement liées.

  • 6 J. Haldon, Byzantium in the Seventh Century. The Transformation of a Culture, Cambridge University (...)

4Étudier le Péloponnèse protobyzantin, son territoire et sa société en constante évolution, c’est essayer de saisir la dynamique du changement. Mais le sens du changement, fait tout à la fois de transformation et d’altération, a été conçu d’une manière négative et, bien que tous les savants s’accordent pour dire que le viie siècle témoigne de la fin de l’antiquité et de « la transformation d’une culture »6, peu d’entre eux se sont interrogés sur le début de cette transformation et sur la voie qu’elle a empruntée. Prenant en considération cette question et examinant les villes (leur aspect monumental ainsi que la vie des habitants), nous aboutissons à des conclusions qui nous permettent d’éclairer quelques points controversés.

  • 7 E. Honigmann, Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’Opuscule géographique de Georges de Chypre, Bruxelles (...)

5Sur les 79 cités des provinces d’Achaïe ou d’Hellade mentionnées par la liste du vie siècle, celle du Synekdémos d’Hiéroklès7, qui énumère les provinces et les villes de l’Empire, le tiers sont des cités du Péloponnèse. Cette constatation est d’autant plus intéressante que la province est richement dotée de cités, même si leur nombre est plus faible au sud qu’au nord. D’ailleurs, à comparer la liste de ces cités, situées pour la plupart, au vie siècle, sur l’aboutissement des routes maritimes et sur les principaux axes routiers du pays, avec des listes du ive siècle, on remarque qu’un nombre considérable de cités disparaît entre ces deux limites chronologiques et, plus encore, que celles qui disparaissent étaient situées dans la partie occidentale et centrale - ce que confirme par ailleurs la documentation archéologique. En revanche, la partie orientale, tournée vers l’Égée, est renforcée, et cette inclinaison vers l’est est dictée par les nouvelles orientations politiques créées par la fondation de Constantinople. Aux siècles suivants, les centres urbains les plus importants sont Corinthe, Argos, Lacédémone, Patras, Trézène et Monemvasie. Leur activité et leurs fonctions s’accordent avec la politique de l’Empire, c’est-à-dire assurer les communications maritimes et renforcer les sites côtiers.

6L’étude de l’aspect monumental des centres urbains, symbole de la ville dans la tradition gréco-romaine, la définition du plan urbain et l’abandon progressif des monuments antiques, ont été souvent évoqués pour montrer le passage de la ville antique à la ville médiévale. Les invasions des peuples et les catastrophes naturelles, particulièrement les tremblements de terre, rapportées par les sources littéraires, ont contribué à la destruction des monuments antiques, surtout pendant la fin du ive, le milieu du vie et le dernier quart du vie siècle. Ces destructions, archéologiquement signalées - presqu’exclusivement en milieu urbain - ont été caractérisées par les historiens modernes comme des facteurs de déclin et de décadence puisque, si urbanisme et architecture monumentale civique étaient synonymes de progrès et d’aisance, la désurbanisation était, elle, synonyme de pauvreté économique et sociale.

7Pourtant, l’étude minutieuse des monuments urbains nous amène à constater un changement de leur fonction initiale et de leur utilisation, ainsi qu’une adaptation aux besoins des temps nouveaux et aux nouvelles conditions créées par les facteurs qui prédominent alors : christianisme et préoccupations défensives. L’implantation du christianisme donnera aux villes un aspect nouveau, qui annonce le passage de l’urbanisme antique à l’urbanisme médiéval. La vie urbaine est sortie transfigurée de l’interaction avec la vie religieuse. Ensuite, le matériel des grands édifices qui s’écroulent servira à la construction des fortifications.

8Les recherches topographiques menées à Corinthe et l’étude des processus d’évolution du plan de la ville et de l’abandon progressif des monuments antiques ont abouti à constater, non pas une décadence, mais des changements d’utilisation. Ces changements peuvent être décrits comme le résultat des activités réalisées dans un contexte d’adaptation sociale. Au début du ve siècle, les remparts de la ville englobent le tiers de l’étendue de la ville classique et leur parcours embrasse la région centrale, laissant à l’est l’Amphithéâtre en ruines, bâtiment qui ne répond plus aux nouvelles orientations idéologiques. La partie orientale de la ville est plus densément habitée que la partie occidentale et les activités commerciales se sont rassemblées au centre et au sud. Le christianisme s’est installé au début hors les murs de la ville, au sanctuaire d’Isis à Kenchreai ; les cimetières chrétiens et les églises vouées au culte des premiers martyrs ont encerclé ses remparts. Après le milieu du vie siècle, l’espace public commence à être envahi et des églises chrétiennes sont érigées intra muros. Une basilique cimetériale datée du viie siècle est construite au nord-est des ruines du temple d’Apollon, dans le centre de la cité antique qui a déjà perdu toute sa monumentalité et qui, durant les viie et viiie siècles est envahi par d’importantes concentrations de tombes.

9L’aspect de la cité antique d’Argos se modifie à partir de la fin du ive siècle. Dans le centre s’implantent des cimetières, des habitations modestes et des ateliers d’artisans. Du milieu du ve au milieu du vie siècle, l’activité de construction est grande, tant dans le domaine privé que dans le domaine ecclésiastique. Mais ces constructions s’arrêtent avant le dernier quart du vie siècle, par conséquent avant les invasions slaves. La ville continue à survivre après les bouleversements des invasions, comme en témoignent la circulation monétaire et l’importation de céramique micrasiatique, de même que la présence de son évêque Jean en 680/681 au concile de Constantinople. On constate en outre la « désurbanisation » des centres païens. Il en va ainsi au sanctuaire de Némée : la basilique paléochrétienne est érigée sur l’emplacement de l’hôtellerie antique et une communauté chrétienne occupée à des activités rurales s’y installe. La ruralisation des centres urbains est attestée aussi dans la basilique de Léchaion et la ville de Patras.

10L’érection des monuments cultuels chrétiens à côté des ruines antiques caractérise l’aspect de plusieurs cités. Ces constructions chrétiennes et leur emplacement ont préoccupé archéologues et historiens. Cependant, l’étude des modalités du remplacement montre que dans un grand nombre de cas la date de la destruction du temple, ainsi que celle de la construction de l’église, restent incertaines et que plusieurs temples étaient en ruines bien avant que les églises ne soient construites. La détermination d’une règle reste donc conjecturale. Tout au moins peut-on décrire comme suit l’image qui, pourtant, ressort de nos investigations : la transformation et la réutilisation des centres religieux païens comme l’Isthme, Épidaure, Olympie, Némée, par les chrétiens obéit à une règle qui prouve que les chrétiens se sont installés à l’emplacement de monuments en ruines, menant leur vie et pratiquant leur culte, indifférents au passé.

11Dans le cadre urbain qui évolue lentement en adoptant des formes nouvelles d’expression, les forces dirigeantes et la population poursuivent leur vie plongée dans l’hellénisme et le christianisme. Ils manifestent leur comportement social, leur expression culturelle, leurs mentalités et croyances. Ceux qui détiennent pouvoir et richesses, représentants impériaux, civils et militaires, magistrats municipaux et riches citoyens interviennent et montrent leur intérêt envers la cité et les citoyens, notamment par l’intermédiaire des constructions publiques. Les épigrammes honorifiques rédigées en leur honneur mettent justement l’accent sur leurs liens avec le passé et la patrie et vantent leurs vertus civiques. Cette pérennité de l’évergétisme antique, observable aux ive et ve siècles, favorise la vie sociale des citoyens.

  • 8 Cf. G. Akerström-Hougen, The Calendar and Hunting Mosaics of the Villa of the Falconer in Argos : (...)

12Dans ce contexte, nous pouvons étudier la classe des magistrats municipaux, et surtout les principales, grands propriétaires fonciers qui interviennent dans le cadre de la perception des impôts et appartiennent à l’élite de leur ordre. Ils accumulent richesses et pouvoir et mènent une vie aristocratique, procédant aux dons évergétiques dans les cités, vivant dans des résidences luxueuses avec des pièces de réception disposées autour d’une cour à péristyle. La décoration intérieure est faite pour les faire rêver et les transporter dans l’otium rural avec des mosaïques profanes souvent inspirées de la mythologie, expression d’une classe dominante aux goûts raffinés, attachée à la culture du passé8. Pourtant ces mosaïques, tout en mettant en valeur l’art hellénistique et en s’intégrant dans la tradition antique, présentent des thèmes qui annoncent l’expression byzantine, tels que la prédominance des travaux de l’année qui deviendra la scène typique du calendrier byzantin. Parmi les sujets qui décorent les maisons à cour à péristyle, la représentation des quatre saisons et des mois sera un sujet de prédilection de la décoration des églises.

  • 9 Procope, Anecdota, 26, 5-11, p. 158-159 ; 31-34, p.163-164 (éd. J. Haury - G. Wirth, Leipzig, 1963 (...)
  • 10 G. Dagron, « Les villes dans l’Illyricum protobyzantin », dans Villes et peuplement dans l’Illyric (...)
  • 11 A. Avraméa, « Les constructions profanes de l’évêque d’après l’épigraphie et les textes d’Orient » (...)

13Vers le milieu du vie siècle, ces résidences luxueuses commencent à disparaître et la classe des dirigeants, qui reste une composante permanente de la cité, évolue dans les conditions créées par la conjoncture politique. Militarisation et fiscalisation étatique s’esquissent à partir du milieu du vie siècle. Selon le récit de Procope9, l’argent municipal est confisqué par la préfecture du prétoire pour l’entretien des troupes militaires stationnées aux Thermopyles, et le même auteur accuse l’empereur Justinien d’être responsable de la décadence poliade et de détourner les ressources des cités en se substituant à elles. Les difficultés politiques, économiques et sociales, les invasions, la lourde bureaucratie de Constantinople et les impôts qui pèsent sur les « puissants » terriens, tous ces facteurs contribuent à la fuite de ces derniers vers la capitale et à leur entrée dans l’administration et les ordres de l’Église. Une nouvelle classe de notables10 menant une vie plus simple, plus « familiale et plus communautaire », l’évêque à sa tête, surgit lentement. La puissance de l’Église s’accentue et l’évêque, dans son rôle institutionnel et social, participe à la vie civique, tenant une place importante dans le contrôle des comptes et des travaux publics11.

14D’autre part, dans la vie quotidienne, il est attesté qu’un changement est intervenu dans le comportement et la conscience de soi. Le besoin de s’isoler et le contrôle du moi, l’ascèse de la morale sont des traits caractéristiques de cette période charnière. L’adoption de l’héritage antique et sa réinterprétation par le christianisme, l’interaction entre les deux cultures sont repérées par plusieurs aspects du comportement social et de l’expression culturelle. La population des villes et des campagnes exprime son identité sur d’humbles pierres tombales souvent pleines de fautes d’orthographe et rares sont les textes qui dénotent un niveau littéraire plus élevé. Dans cette épigraphie funéraire, signalons que le code de la morale chrétienne adopte la morale païenne, comme le montre le portrait de la femme digne et fidèle. Un nombre considérable d’épitaphes avec des adjurations, menaces et malédictions contre le violateur du tombeau démontrent la persistance de cette pratique païenne. De même, une autre tradition païenne apparaît dans les invocations de prisonniers comprenant à la fois des prières chrétiennes et des cris de vengeance et d’intolérance. Héritage antique et christianisme sont présents dans d’autres formes d’expression culturelle. Le « gorgoneion » représenté en même temps que le signe de la croix sur une plaque de chancel bilatérale du vie siècle et provenant de Léchaion atteste de l’usage et de la diffusion du sujet apotropaïque. Cette période de christianisation du rite démontre aussi la complexité des courants d’idées et de foi. Croyances hétérodoxes, pratiques magiques exercées à Corinthe et persistance des pratiques païennes dans les campagnes sont attestées par les sources écrites et l’archéologie.

  • 12 Avraméa (cité à la n. 4], p. 145-162

15Les transformations sont lentes. Le processus de changement et d’adaptation favorisé par la conjoncture politique et économique se dessine sur la longue durée. Avec l’ébranlement des frontières, la civilisation des envahisseurs s’est trouvée en contact avec la tradition et la civilisation gréco- romaines. Ainsi, parmi les vestiges de la culture matérielle, de petits objets métalliques des viie et viiie siècles sont-il le reflet d’une « barbarisation » et d’une interaction culturelle. Au viie siècle, le siècle des transformations, les gens du pays vivaient sans nouvelles créations, comme repliés sur les ruines du passé. La production artistique demeure modeste : quelques église humbles et quelques objets de facture grossière en témoignent. Cette société, adaptée à une réalité de pauvreté et d’indigence, allait bientôt accepter la réalité d’une ère nouvelle12.

16Anna AVRAMÉA

17Université de Crète

1821, rue Dimokritou

19GR - 106 73 Athènes (Grèce)

Notes

1 L. Robert, « Épigrammes relatives à des gouverneurs », Hellenica IV, Paris 1948, p. 109.

2 C. Mango, « Discontinuity with the Classical Past in Byzantium », dans Byzantium and the classical Tradition, University of Birmingham, Thirteenth Spring Symposium of Byzantine Studies 1979, ed. M. Mullet and R. Scott, Birmingham, 1981, p. 49.

3 A. P. Kazhdan and Ann Wharton Epstein, Change in Byzantine Culture in the Eleventh and Twelfth Centuries, Berkeley - Los Angeles - London, 1985.

4 C’est cette recherche que j’ai entreprise dans mon livre : Le Péloponnèse du ive au Ville siècle. Changements et persistances, Paris, 1997 (Byzantina Sorbonensia, 15), dont plusieurs points sont repris dans cette présentation.

5 Cf. A. Avraméa [cité à la n. 4], p. 31-37.

6 J. Haldon, Byzantium in the Seventh Century. The Transformation of a Culture, Cambridge University Press, 1990.

7 E. Honigmann, Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’Opuscule géographique de Georges de Chypre, Bruxelles, 1939.

8 Cf. G. Akerström-Hougen, The Calendar and Hunting Mosaics of the Villa of the Falconer in Argos : A Study in Early Byzantine Iconography, Stockholm, 1974.

9 Procope, Anecdota, 26, 5-11, p. 158-159 ; 31-34, p.163-164 (éd. J. Haury - G. Wirth, Leipzig, 1963).

10 G. Dagron, « Les villes dans l’Illyricum protobyzantin », dans Villes et peuplement dans l’Illyricum protobyzantin, Actes du Colloque organisé par l’École Française de Rome (Rome, 12-14 mai 1982), Rome, 1984 (Collection de l’École Française de Rome, 77).

11 A. Avraméa, « Les constructions profanes de l’évêque d’après l’épigraphie et les textes d’Orient », Actes du Xle Congrès international d’Archéologie Chrétienne, vol. I, Rome, 1989 (Collection de l’École Française de Rome, 123), p. 829-835.

12 Avraméa (cité à la n. 4], p. 145-162

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search