Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Les concours musicaux dans le Péloponnèse sous le Haut-Empire : l’exemple de Corinthe

Christophe Vendries

Texte intégral

  • 1 A. J. S. Spawforth, « Agonistic Festivals in Roman Greece », in A. Cameron et S. Walker (éd.), The (...)
  • 2 Ch. Roueché, Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and Late Roman Periods, Londres, (...)
  • 3 M. Wôrrle, Stadt und Fest im kaiserzeitliche Kleinasien, Vestigia 39, Munich, 1988

1Mis à part un article de Spawforth1, il n’existe pas pour le Péloponnèse, ni même pour l’Achaïe, de synthèse sur la vie agonistique, ni d’étude spécifique sur des concours précis comme celle de Ch. Roueché sur Aphrodisias en Carie2 ou de M. Wôrrle sur Oinoanda en Lycie3. Comme ailleurs dans l’empire, les concours sont gymniques et musicaux ou adoptent une triple forme : gymnique, hippique et musicale. Seules les épreuves musicales retiendront ici notre attention. Par souci de cohérence, il est nécessaire de replacer ces concours du Péloponnèse dans l’espace plus large de la province d’Achaïe à l’époque impériale, car c’est dans le cadre des provinces que s’organisait le calendrier agonistique. Le strict cadre géographique du Péloponnèse est en réalité quelque peu artificiel pour le sujet qui nous intéresse.

2Les sources sont évidemment épigraphiques (centrées principalement sur le iie et le début du iiie s.) et archéologiques par l’étude des monuments de spectacle (théâtres, odéons). On dispose aussi de références littéraires, notamment à propos du passage de Néron en Achaïe en 66/67, et de façon plus exceptionnelle d’un document iconographique retrouvé au sanctuaire de l’Isthme à Corinthe.

3Afin de ne pas créer de confusion avec les ludi romains, nous écartons d’emblée l’usage fâcheux qui consiste à parler de “Jeux Isthmiques” ou de “Jeux Néméens” alors qu’il s’agit de “Concours” (agones ou certamina). De même, serait-il souhaitable en anglais d’utiliser ‘Festivals’ plutôt que ‘Games’.

I) La hiérarchie des concours

  • 4 L. Robert, « Discours d’ouverture », Xe Congrès International d’épigraphie grecque et latine (Athè (...)
  • 5 Spawforth, loc. cit. [cité n. 1], p. 193.
  • 6 L. Robert, « Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlètes », Entretiens Hardt, 14, 1969 (...)

4Sous le Haut-Empire, le nombre des concours organisés dans le Péloponnèse reste nettement inférieur à celui des provinces de l’Orient, et en particulier de l’Asie Mineure qui est incontestablement à cette époque l’épicentre de « l’explosion agonistique ». L. Robert oppose le « dépérissement du continent grec »à la « prospérité ostentatoire »et au « développement économique et culturel »de l’Asie Mineure4. Spawforth préfère parler pour l’Achaïe d’une « échelle plus modeste »5. Il faut toutefois faire la distinction entre le ier s. - durant lequel les concours de la vieille Grèce conservent encore un grand prestige - et le iie s. où les concours se déplacent vers l’Asie mineure6.

  • 7 M. C. Doffey, « Mythes de fondation des concours néméens », in M. Pierart (éd.), Polydipsion Argos (...)
  • 8 N.B. Crowther, « Heralds and Trumpeters at Greek Athletic Festivals », Nikephoros, 7 (1994), p. 14 (...)

5Toutefois, dans le Péloponnèse certains concours anciens restent prestigieux comme les Isthmia et les Némeia : il s’agit des concours sacrés internationaux triétériques appartenant au cycle de la “période” (periodos), c’est-à- dire au “circuit” traditionnel, au même titre que Delphes et Olympie (qui eux sont des concours pentétériques). Ces concours panhélleniques tirent leur prestige de leur origine mythologique et de l’ancienneté de leur fondation7. Cependant, à Olympie, il n’existe pas d’épreuves musicales puisque même celle du trompette (salpinktes) consistait à jouer le plus fort possible afin d’être entendu de très loin8. Pour compenser cette lacune, les musiciens sont tenus de participer aux concours d’Argos afin de faire le circuit complet. Ainsi, l’Achaïe conserve-t-elle le privilège d’abriter les quatre concours panhelléniques de la “période” : Pythia, Isthmia, Némeia, Heraia (ces trois derniers concernant le Péloponnèse).

  • 9 Spawforth, loc. cit. [cité n. 1], p. 194.
  • 10 M. Sève, « Les concours d’Épidaure », REG, 106 (1993), p. 326 sur la dimension locale de ces conco (...)

6Les compétitions qui jouissent du statut de concours isélastiques sont au sommet de la hiérarchie des concours sacrés (dits “stéphanites”) : les participants qui en sortent vainqueurs ont droit à une entrée solennelle (isélastie) dans leur cité. C’est le cas d’Argos, de Corinthe, ou des Commodeia de Sparte (qui auraient reçu ce statut sous Sévère ou Caracalla9). Enfin, au bas de la hiérarchie des concours sacrés se trouvent les concours locaux sans grand rayonnement comme ceux d’Épidaure (en dehors des Asklepeia)10 ou, plus encore, de Messène (Ithomaea).

7Comme dans les autres provinces de l’empire, on fait clairement la distinction entre les concours sacrés et les concours rémunérés (thématiques) : ces derniers attirent les musiciens - qui sont tous à cette époque des professionnels - par des prix en argent : c’est le cas des Euryclea de Sparte et des Caesarea de Corinthe.

  • 11 P. Cartledge et A. Spawforth, Hellenistic and Roman Sparta ; a tale of two cities, Londres-New Yor (...)
  • 12 P. Amandry, BCH, 107 (1983), p. 634.

8Une même cité peut organiser plusieurs concours. Le cas le plus édifiant dans le Péloponnèse est celui de Sparte où l’on trouve attestés pour la période du Haut-Empire les Kaiserea, les Urania, les Eurukleia et les Commodiana. Ce foisonnement tranche bien entendu avec l’image de stérilité culturelle de la Sparte classique et illustre la place importante de Sparte dans les circuits agonistiques du iie et iiie s11. Il ne s’agit pas d’un cas à part car d’autres exemples sont connus, en particulier dans la partie orientale de l’empire, à Éphèse ou à Pergame. La multiplication des concours supposait une organisation rationnelle du calendrier agonistique : rien qu’à Argos, on trouve les Nemeia, les Heraia, les Sebasteia et les Antonineia ; il existait donc un agonothète commun pour les Némeia et les Heraia (ou les Nemeia et Sebasteia) et un secrétaire commun pour les deux concours. On célébrait probablement tous les deux ans, en même temps, les Heraia et les Nemeia, et la fois suivante les Nemeia et les Sebasteia12.

II) Les modifications à l’époque impériale

  • 13 K.R. Bradley, « The chronology of Nero’s visit to Greece », Latomus, XXXVII, 1978, p. 64.
  • 14 Sur les sources littéraires concernant cet épisode : N. M. Kennell, « ΝΕΡΩΝ πΕΡΙΟΔΟΝΙΚΗΣ », Am. Jo (...)
  • 15 Kennel propose plusieurs explications : ibid. p. 244-245.
  • 16 A. Mastino et H. Solin, Sardinia antiqua. Studi in onore di P. Meloni, Cagliari, 1992, p. 354 (mis (...)

9Au ier s., la tournée en Achaïe de Néron, l’empereur citharède, va contribuer à modifier quelque peu la géographie des concours musicaux13. Après avoir participé aux Actia de Nicopolis et aux Pythia de Delphes en 66, Néron concourt en tant que musicien aux Isthmia (printemps 67), ensuite aux Némeia à Argos (été de l’année 67), puis, chose surprenante, à Olympie. L’empereur impose en effet la création à Olympie d’une épreuve musicale en modifiant de surcroît l’année de l’Olympiade afin d’accroître le nombre de ses couronnes14. Mais cette création fut aussi éphémère qu’arbitraire. De même, il revint concourir aux Isthmia peu de temps après (pour l’inauguration du percement du canal isthmique) car il fit recommencer les concours afin de boucler sa tournée en un temps record. On ne manquera pas de noter l’absence d’Athènes et de Sparte, que Néron évite superbement, à la fois parce que leurs concours n’avaient pas le rayonnement qui sera le leur un siècle plus tard et parce que la victoire à ces concours ne permettait nullement d’obtenir le titre de periodonikes15, même avec le déroulement de la « nouvelle période »16.

  • 17 P. Cartledge et A. Spawforth. op. cit.[n. 11], p. 185-186.
  • 18 M. Sève, loc ; cit. [n. 10], p. 313.
  • 19 P. Amandry, BCH, 107 (1983), p. 634.

10La liste des concours s’étoffa sous l’empire à la faveur de créations impériales ou des évergésies locales. À Sparte, les Urania (en l’honneur de Zeus Uranius) sont fondées en 97 ou 98 grâce à l’aide d’un notable ; les Euryklea sont célébrées pour la première fois en 136/137 et portent le nom d’un sénateur de l’époque d’Hadrien et les Olympia Commodeia sont créées en l’honneur de Commode17. À Épidaure, on ajoute aux Asklepeia les Caesarea à partir d’Auguste ; ensuite la documentation fait défaut et on ne retrouve ces concours qu’à l’époque d’Hadrien18. Les noms de Kaisareia à Épidaure (dès Auguste) ou à Corinthe ou de Commodeia à Sparte (dont on retrouve les équivalents en Grèce d’Asie) nous rappellent que ces concours furent créés en l’honneur des empereurs et qu’ils participent à la célébration du culte impérial. À Corinthe, pour les Caesarea, il s’agit bien d’un concours distinct des Isthmia car cela est précisé dans les inscriptions. Quant à Argos, elle abritait également un concours en l’honneur d’Antinoos et des Sebasteia19.

III) Les lieux des concours

  • 20 Biers et Geagan, « A new list of victors in the Caesarea at Isthmia », Hesperia, 39 (1970), p. 84  (...)
  • 21 P. Amandry, « Sur les concours argiens », Études argiennes, BCH suppl. VI, 1980, p. 246 sur les ci (...)
  • 22 S.G. Miller, Arelé. Greek Sport from Ancient Sources, Berkeley-Los Angeles-New York, 1991, p. 6.

11Certains concours posent problème car on ignore s’ils se déroulaient à Corinthe ou au sanctuaire de l’Isthme : les Isthmia avaient lieu vraisemblablement au sanctuaire de Poséidon tandis que l’on hésite pour la localisation des Caesarea20. Depuis la fin du iiie s. av. notre ère, les Némeia se déroulent en réalité à Argos21 : on y a transféré les épreuves musicales qui n’existaient pas avant l’époque hellénistique dans le programme des concours néméens22, mais les Némeia ne sont pas confondus avec les Heraia.

  • 23 E.R. Gebhard, The Theater at Isthmia, Chicago-Londres, 1973, p. 63-88 : First Roman Period ; p. 89 (...)
  • 24 J.-Ch. Moretti, « L’adaptation des théâtres de Grèce aux spectacles impériaux », in C. Landes (éd. (...)
  • 25 J.-Ch Moretti et S. Diez, Théâtres d’Argos, Athènes-Paris, 1993, p. 21 et 23.

12Pour les épreuves musicales on utilisait le théâtre construit dans le sanctuaire de l’Isthme23, tout comme à Sparte. J.-Ch. Moretti, en étudiant le parcours de l’aulète corinthien L. Kornelios Korinthos, remarque la diversité des lieux dans lesquels il s’était produit24 et note leur compatibilité avec les épreuves musicales qui pouvaient se tenir soit dans un théâtre de type italique (comme à Corinthe), soit dans un théâtre hellénistique doté sous l’empire d’un pulpitum (comme à Argos25), ou encore dans un théâtre ayant conservé son proskenion (à l’Isthme) : fiG. 1. Le musicien devait donc s’adapter à la diversité des lieux, ce qui n’était nullement un obstacle pour le déroulement de l’épreuve.

  • 26 J. Ch. Moretti, « L’adaptation... », p. 182, note 1., p. 179.
  • 27 Sur le problème de la couverture : voir Ginouvès, Le théâtron à gradins droits et l’odéon d’Argos,(...)
  • 28 R. Meinel, Dos Odeion, Frankfurt-am-Main, 1980, p. 287 et 288 pour l’odéon de Corinthe et d’Argos (...)
  • 29 Pausanias, VII, 20, 6.
  • 30 Ginouvès distingue deux phases : la première du début du iie s., la seconde du troisième tiers du (...)
  • 31 R. Ginouvès, op. cit. [n. 27], p. 140 et fig. 58 et 60 ; Moretti et Diez, op. cit. [n. 25], p. 26
  • 32 Pour les théâtres au décor à thème agonistique, voir P. Chuvin, « Observations sur les reliefs du (...)

13« Plus que des théâtres, on relève l’édification d’odéons dans la Grèce impériale »26. On crée volontiers un édifice spécifique doté d’une couverture (totale ou partielle) pour des raisons d’acoustique27 et réservé aux épreuves musicales : il existait à Corinthe, Argos, Épidaure, Messène, Patras des odéons bâtis ou remaniés à l’époque impériale et plus précisément au iie s. de notre ère pour la plupart28. On sait que ce type de monument est caractéristique de l’Orient romain. Celui de Patras est décrit par Pausanias29, cependant l’exemple le mieux connu est celui de l’odéon rectangulaire d’Argos étudié par R. Ginouvès et dont on a réaménagé l’orchestra à l’époque d’Hadrien30 (FIG. 2). Elle porte d’ailleurs un sol mosaïqué en accord avec la thématique du lieu puisque l’on y voit la table des prix exposés durant le concours (FIG. 3) avec les palmes, la couronne, l’urne de bronze réservée au tirage au sort et le fameux bouclier d’Argos (l’aspis)31 de façon à évoquer les concours « du bouclier »et les Némeia avec la couronne d’ache. C’est d’ailleurs le seul odéon connu dans le monde romain possédant un décor à caractère agonistique32.

Fig. 1 : Le théâtre du sanctuaire de l’Isthme de Corinthe sous Hadrien.
D’après E.R. Gebhard, loc. cit. 1993, fig. 7.

Fig. 2 : L’odéon d’Argos. D’après J.-Ch. Moretti et Diez, 1993, fig. 25.

Fig. 3 : Orchestra de l’odéon d’Argos (état au iie s.).
D’après Ginouvès, 1972, fig. 58.

IV) Les épreuves musicales et les vainqueurs

14Elles semblent identiques à celles que l’on trouve ailleurs dans l’empire, c’est-à-dire organisées autour des deux instruments rois : la cithara et l’aulos mais nous ne possédons pas la liste pour toutes les cités susdites car il existait parfois des variantes selon les lieux et les époques.

  • 33 W R. Biers et D. J. Geagan, « A new list of victors in the Caesarea at Isthmia », Hesperia, 39 (19 (...)
  • 34 Ces épreuves concernent les aulètes ou les citharistes accompagnés par un chœur.
  • 35 Cette fois ci, ce sont les citharistes accompagnant leur propre chant sur leur instrument.
  • 36 J. et L. Robert, « Bull. Épigr. », REG, 84 (1971), n° 307, p. 435.

15Les différents catalogues agonistiques retrouvés à Corinthe permettent en tout cas d’établir la nature des épreuves, notamment grâce à une liste concernant les Caesarea datée de 127 ap. J.-C. sous le règne d’Hadrien33 : on trouve pour les aulètes la choraulie et pour les joueurs de cithara la choroci- tharistique34, la citharôdie et une catégorie enfants (paides) réservée aux jeunes citharôdes35 (ce qui n’existait pas dans tous les concours). La surprise vient du manque de succès de l’épreuve de chorocitharistique et de choraulie pour laquelle « personne ne s’est inscrit »36.

  • 37 P. Amandry, « Sur les concours argiens », p. 233, note 54 pour les références concernant les music (...)
  • 38 Voir en particulier un aulète pythique dans L. Moretti,Inscrizioni agonistichegreche, Rome, 1953, (...)

16En faisant le recoupement des différentes inscriptions agonistiques citant le « bouclier d’Argos », nous sommes également en mesure de dresser la liste des épreuves musicales des concours argiens37 : concours d’aulètes (solistes38 et choraulètes) et de citharèdes. Il y avait forcément des épreuves réservées aux citharistes mais nous n’en avons aucune trace.

  • 39 IGR IV, 1432 (trouvée i Smyrne).
  • 40 F.D. III 1, 550. Cf. P. Herz, « Die musiche Agonistik und der Kunbstbetrieb der Kaiserzeit », in J (...)
  • 41 SEG 11 (1950), 52 C, 215/216 ; O. Broneer, « Isthmia Excavations, 1952 », Hesperia, 22 (1953), p. (...)

17Grâce à la renommée de ces concours sacrés (hieroi), le Péloponnèse reste un point de passage obligé pour les grands musiciens à l’occasion de leurs tournées internationales. On repère ainsi sur les inscriptions agonistiques des musiciens leur participation aux concours du Péloponnèse : par exemple celle du citharôde C. Antonius Septimius Publius, originaire de Pergame (datée du début du iiie s.), nous montre qu’il a remporté, parmi ses 33 succès, une victoire aux Heraia d’Argos, 3 victoires consécutives aux Némeia, une victoire aux Asklepeia d’Épidaure, une victoire à Mantinée (koinon d’Arcadie) et une à Sparte39. Un aulète pythique, dont le nom nous est inconnu, comptabilise à la même époque 4 victoires aux Isthmia, une à Argos pour les Heraia, 3 aux Askleipeia d’Épidaure, mais c’est peu au regard des autres victoires (en tout 57), toutes remportées dans les cités de la Grèce d’Asie, en dehors de Delphes, Athènes, Thèbes, Lébadée, Nicopolis et Naples, Rome, et Pouzzoles en Occident40. L’inscription du citharôde présumé - et compositeur C. Aelius Themison retrouvée à l’Isthme (première moitié du iie s.) illustre également la notoriété des concours isthmiques41°: il revendique en effet sur son inscription pas moins de 94 victoires (dont les Isthmia et les Némeia) !

  • 42 Cartledge et Spawforth, op. cil. [n. 11], p. 232-233 : n° 8, 9 et 25, 26, 33 (la traduction « cith (...)

18À Sparte, on connaît - en dehors du citharôde de Pergame déjà cité - quelques musiciens vainqueurs dans différents concours à l’époque impériale qui viennent de toutes les parties du monde grec : un citharôde de Thessalonique (époque antonine) et un aulète de Gortyne (iie s. également) pour les Urania, un aulète d’Ancyre (début iiie s.) et un aulète de Salamis de Chypre (iie ou iiie s.) pour un concours indéterminé42. La liste des athlètes connus est toutefois beaucoup plus importante que celle de ces quelques musiciens.

  • 43 P. Amandry, « Sur les concours Argiens », p. 231-232 : la fabrication de boucliers est une spécial (...)

19La seule véritable originalité dans la remise des prix concerne le fameux « bouclier d’Argos »étudié par P. Amandry. C’est le seul cas connu où le prix donne son nom au concours à partir du ier s. ap. J.-C.43 : le concours d’Argos (Heraia) est toujours désigné par l’expression ή έξ ”Αργους άσπίς.

  • 44 Dans le théâtre de l’Isthme fut mis au jour une tête en marbre d’un jeune homme vainqueur aux Isth (...)

20Pour le reste, le musicien reçoit une somme d’argent pour les concours rémunérés, le citharôde recevant, de façon traditionnelle, la somme la plus élevée (nous n’avons pas d’indications chiffrées pour les concours du Péloponnèse concernant les musiciens, mais la hiérarchie devait forcément être la même que pour les concours des autres provinces orientales). Pour les concours stéphanites, on lui remet des couronnes44, comme celles que rapporta Néron après sa tournée en 66/67, ou semblables à celles qui figurent sur la stèle d’un aulète de Corinthe.

V) La stèle de l’aulète L. Kornelios Korinthos de Corinthe : un document unique

  • 45 Cette stèle fut réutilisée pour le pavement d’une voie sur le site et disposée face contre terre. (...)
  • 46 J.-P. Michaud, « Chronique des fouilles », BCH, 94 (1970), p. 946-949 et fig. 131 ; J. et L. Rober (...)

21L’intérêt de cette grande stèle de marbre retrouvée sur le site du sanctuaire de l’Isthme45 réside dans son parfait état de conservation et par la qualité des informations qu’elle nous livre46 (PL. I). Dans tout l’empire, c’est le seul monument de musicien de concours retrouvé intact (2,83 m de hauteur, largeur 0,90 en haut et 0,94 en bas, épaisseur de 0,30 m) avec son inscription et son décor. Elle fut offerte par ses deux fils, également musiciens, mentionnés à la dernière ligne de l’inscription.

22Cette superbe stèle, réalisée avec soin, contraste avec la modestie des inscriptions funéraires consacrées aux musiciens de métier retrouvées en Italie, simples plaques de marbre dénuées de décor qui laissent un étrange sentiment de frustration.

  • 47 L’étude de référence est celle de Paul A. Clément, « L. Kornelios Korinthos of Corinth », ΦοροΣ Tr (...)
  • 48 L. Robert, À travers l’Asie Mineure, p. 431 ; Hellenica, XI, 1960, pl. XXXIV (monnaies agonistique (...)

23Le père musicien est montré dans son riche costume (la longue robe sans ceinture des aulètes qui est aussi celle des citharôdes ou des acteurs - ici décorée de scènes figurées à hauteur de la poitrine), tenant de la main gauche sa paire d’auloi dotées de leurs anches doubles de forme conique et de l’autre main de « petits objets ronds »qui restèrent longtemps énigmatiques (PL. II). P. A. Clément avait pensé à quatre balles représentant peut-être les prix pour les quatre concours cités sur le sommet de la stèle47. Nous proposons d’y voir plutôt les pommes que l’on remettait au vainqueur des Pythia et que L. Robert avait naguère signalées sur certains revers monétaires48 (PL. III).

24Au-dessus on peut lire l’inscription suivante composée de 5 lignes :

A Κορνήλιος Κόρινθος Κορίνος
πυθαύλης, περιοδονείκης, νεικήσας την
οδον, νεκήσας δέ τέν έξ’' Αργους ’Ασπδα ένί νόμω άνταγω-
νιστών δυσί νόμοις εύληκότων ανθηκαι δυο υιοι ’Λ ’Λ
Κοργήλιοι Σαβεîνος πυθαύλης καί Κόρινθος χοραύλης.
« L(oukios) Kornelios Korinthos de Corinthe
aulète pythique, “périodonique”, vainqueur à la période,
vainqueur du bouclier d’Argos avec le nome
alors que son adversaire joua deux nomes
attribué à ses deux fils L(oukioi)
Kornelios Sabeinos, aulète pythique, et Korinthos, choraulète ».

  • 49 L. Robert, Études épigraphiques et philologiques,, Paris, 1938, p. 31 et RPb, 56 (1930), p. 54-55.
  • 50 La somme d’argent remise lors des concours thématiques est toujours inférieure à celle gagnée par (...)

25La spécialité musicale de notre vainqueur, comme celle de ses fils, est clairement indiquée : il est aulète pythique, c’est-à-dire aulète soliste qui « joue sans accompagnement d’un chœur, comme on jouait le nome pythique »49. Sa spécialité fut reprise par l’un de ses fils alors que le second se présente comme aulète accompagné par un chœur (choraulète), spécialité moins valorisante50.

  • 51 On remarque encore quelques traces de couleur rouge.

26Sous le buste figurent quatre rangées de trois couronnes symbolisant ses victoires, accompagnées du nom du concours inscrit en rouge51, ou de la cité organisatrice, placées dans l’ordre de sa tournée (nous soulignons les victoires remportées dans le Péloponnèse) :

  • 52 Selon Gebhard, loc. cit. [n. 20], 1993, p. 87, il pourrait s’agir des Caaarca.

Aktia : 4 victoires
Naples (les Sebasta) : 2 victoires
Kaiserea de Corinthe : 7 victoires
Patras (concours inconnu52) : 2 victoires
Lacédémone (probablement les Kaisarea ou les Eurukleia) : 2 victoires
Chalcis (les Rhomaia) : 2 victoires
Bouclier d’Argos : 2 victoires
Panathénées : 1 victoire
Demétrias : 1 victoire
Larissa (Eleutheria) : 2 victoires
Asie (koinon d’Asie) : 4 victoires

27Dans le haut de la stèle, on trouve également des prix qui correspondent aux victoires de la “période” (PL. IV) :

une couronne pour les Isthmia
une pour les Némeia.
une pour les Pythia
deux boucliers pour les concours d’Argos

  • 53 BCH, 94 (1970), p. 949, fig. 132.

28On notera que les couronnes ne sont pas différenciées par le sculpteur, si bien que l’on ne peut reconnaître ni la couronne de pin pour les Isthmia, ni celle d’ache pour les Némeia, à la différence d’une autre stèle mutilée d’un athlète conservée au Musée de l’Isthme et présentant de superbes couronnes individualisées53. De même, il n’a pas sculpté de bouclier dans la partie inférieure, mais une couronne pour l’aspis d’Argos.

29Il y a tout lieu d’y voir, comme le proposait Clément (à partir de la forme des lettres), une stèle du iie ou de la première moitié du iiie s, contemporaine de la période de splendeur des concours dans le monde grec.

30Le nombre de victoires accumulées par cet aulète (on en dénombre 32) n’est pas ici un record mais il s’agit toutefois d’un aulète prestigieux car son inscription nous apprend qu’il fut vainqueur à la periodos (periodonikes) : il remporta effectivement la victoire aux Pythia, Isthmia, Nemeia et Heraia d’Argos (qui remplacent Olympie pour les musiciens, comme on l’a dit). À ces quatre concours traditionnels, il faut ajouter, sous le Haut-Empire, les Aktia de Nicopolis (dans la province d’Épire) qui furent intégrés dans la liste canonique, ce qui explique leur présence ici dans la liste des victoires. De plus, il est dit qu’il n’eut besoin de jouer qu’un nome alors que ses concurrents ont pu en jouer deux, ce qui est manifestement le signe de sa virtuosité musicale. Cette précision est curieuse, car on ne la trouve sur aucune autre inscription agonistique.

31Autre originalité de son inscription : L. Robert avait déjà noté ce curieux pléonasme qui consiste à redire à deux reprises, mais de façon différente, qu’il remporta les concours de la “période”. C’est, il est vrai, le titre le plus prestigieux dans la hiérarchie des titres agonistiques.

Conclusion

  • 54 LOrient romain, Paris, 1991, p. 231.

32On le voit, notre documentation épigraphique et iconographique privilégie largement la cité de Corinthe. La renommée de ces concours nous invite à conclure, comme M. Sartre, que « la gloire de Corinthe éclipse le reste du Péloponnèse »54. En dehors de Corinthe et d’Argos, le rayonnement des concours n’est, bien souvent, que local et l’on peut même parler pour certaines régions du Péloponnèse d’un véritable désert dans le paysage agonistique : c’est le cas pour l’Élide.

  • 55 S. Follet, Athènes auiième et au iiième siècle, études chronologiques et rosopographiques, Paris, (...)

33Il est remarquable de constater que la carrière de cet aulète corinthien, imbattable dans sa cité (où il est couronné 7 fois !), fut bâtie essentiellement en Grèce (Épire, Macédoine et Achaïe) et en particulier dans le Péloponnèse, et non pas en Orient comme pour la plupart des grands musiciens à la même époque. On notera avec intérêt l’importance accordée aux concours d’Argos, qui reviennent à deux reprises sur son inscription, alors qu’Athènes tient une place restreinte dans son palmarès, car il est vrai qu’Athènes est loin d’apparaître de façon systématique dans les circuits, en dépit des efforts d’Hadrien pour y rénover la vie agonistique55.

34Passé le milieu du iiie s., les concours déclinent progressivement dans le Péloponnèse, comme ailleurs dans l’empire, et nous n’en trouvons plus de traces dans l’épigraphie.

35Christophe VENDRIES

36Université de Bretagne-Sud (Lorient)

372, rue Ampère 56 000 Vannes

38Table des planches :

39Pl. I : Stèle de l’aulète l. Kornelios Cor)inthos (Cliché Ch. Vendries.

40Pl. II : Détail : buste de l’aulète (Cliché Ch. Vendries).

41Pl. III : Détail : les pommes des Pythia et l’aulos double (Cliché Ch. Vendries).

42Pl. IV : Détail : partie supérieure de la stèle (Cliché Ch. Vendries).

Notes

1 A. J. S. Spawforth, « Agonistic Festivals in Roman Greece », in A. Cameron et S. Walker (éd.), The Greek Renaissance in The Roman Empire, Londres, 1989, p. 193-197. Sur les concours, on dispose aussi de l’étude de Y. Lafond, « Les concours locaux dans le Péloponnèse », in XI Congresso internazionale di epigrafia greca e latina (Rome 18-24 spet. 1997), Rome, 1998, p. 235-241 : il s’agit d’un répertoire des références bibliographiques et épigraphiques ; l’auteur précise à juste titre que l’on « connaît beaucoup moins bien les concours dits thématiques »(p. 235).

2 Ch. Roueché, Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and Late Roman Periods, Londres, 1993 (Journal of Roman Studies Monograph n° 6).

3 M. Wôrrle, Stadt und Fest im kaiserzeitliche Kleinasien, Vestigia 39, Munich, 1988

4 L. Robert, « Discours d’ouverture », Xe Congrès International d’épigraphie grecque et latine (Athènes, 1982) Athènes, 1984, I, p. 40. Sur la situation économique et sociale en Grèce au ier et iie s. : voir la mise au point récente de P. Cabanes dans C. Lepelley (dir.), Rome et l’intégration de l’empire, II, Paris, 1998, p. 310-314.

5 Spawforth, loc. cit. [cité n. 1], p. 193.

6 L. Robert, « Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlètes », Entretiens Hardt, 14, 1969, p. 263.

7 M. C. Doffey, « Mythes de fondation des concours néméens », in M. Pierart (éd.), Polydipsion Argos, BCH, suppl. XXII. Paris-Athènes, 1992, p. 185.

8 N.B. Crowther, « Heralds and Trumpeters at Greek Athletic Festivals », Nikephoros, 7 (1994), p. 142-143 rejette à juste titre le qualificatif de « concours musical »pour les Olympia : « a beautifully melodious trumpeter would have no chance of victory at Olympia ». Certes, on y récompense aussi les aulètes mais uniquement parce qu’ils rythment les épreuves du pentathlon : cf. Pausanias, VI, 14, 9-10.

9 Spawforth, loc. cit. [cité n. 1], p. 194.

10 M. Sève, « Les concours d’Épidaure », REG, 106 (1993), p. 326 sur la dimension locale de ces concours (l’auteur évoque la concurrence de Pergame).

11 P. Cartledge et A. Spawforth, Hellenistic and Roman Sparta ; a tale of two cities, Londres-New York, 1992, p. 176.

12 P. Amandry, BCH, 107 (1983), p. 634.

13 K.R. Bradley, « The chronology of Nero’s visit to Greece », Latomus, XXXVII, 1978, p. 64.

14 Sur les sources littéraires concernant cet épisode : N. M. Kennell, « ΝΕΡΩΝ πΕΡΙΟΔΟΝΙΚΗΣ », Am. Journal of Philology, 109 (1988), p. 240-241 et A. Bélis, « Néron musicien », CRA1, 1989, p. 755 ; sur l’importance des Olympia i l’époque impériale : A. Farrington, « Olympie Victors and the Popularity of the Olympie Games in the Imperial Period », Tychi, 12 (1997), p. 1546.

15 Kennel propose plusieurs explications : ibid. p. 244-245.

16 A. Mastino et H. Solin, Sardinia antiqua. Studi in onore di P. Meloni, Cagliari, 1992, p. 354 (mise au point à propos de l’inscription d’un chorocithariste périodonique) et M.L. Caldelli, L’Agon Capitolinus, Rome, 1993, p. 43 : la « nouvelle période »permet d’intégrer les Actia, les Capitolia de Rome et les Heraia d’Argos dans la liste canonique.

17 P. Cartledge et A. Spawforth. op. cit.[n. 11], p. 185-186.

18 M. Sève, loc ; cit. [n. 10], p. 313.

19 P. Amandry, BCH, 107 (1983), p. 634.

20 Biers et Geagan, « A new list of victors in the Caesarea at Isthmia », Hesperia, 39 (1970), p. 84 : « the Caesarea seem to have been a separate set of games from the Isthmia, although they probably occured at the same festival »; E.R. Gebhard, « The Isthmian Games and the Sanctuary of Poseidon in the early Empire », in T.E. Gregory éd., The Corinthia in the Roman Period, Ann Arbor, 1993, p. 86-87 fait le point sur la question : selon l’auteur, les deux concours se tenaient ensemble ; les Isthmia précédaient habituellement les Caesarea (qui étaient souvent mais pas toujours célébrées i Corinthe).

21 P. Amandry, « Sur les concours argiens », Études argiennes, BCH suppl. VI, 1980, p. 246 sur les circonstances du transfert à Argos au iiie s. av. J.-C.

22 S.G. Miller, Arelé. Greek Sport from Ancient Sources, Berkeley-Los Angeles-New York, 1991, p. 6.

23 E.R. Gebhard, The Theater at Isthmia, Chicago-Londres, 1973, p. 63-88 : First Roman Period ; p. 89-135 : Second Roman Period ; voir aussi BCH, 94 (1970), fig. 101 et Hesperia, 67 (1998), fig. 1 : plan du sanctuaire de l’Isthme à l’époque impériale.

24 J.-Ch. Moretti, « L’adaptation des théâtres de Grèce aux spectacles impériaux », in C. Landes (éd.), Le théâtre antique et ses spectacles. Lattes, 1992, p. 181.

25 J.-Ch Moretti et S. Diez, Théâtres d’Argos, Athènes-Paris, 1993, p. 21 et 23.

26 J. Ch. Moretti, « L’adaptation... », p. 182, note 1., p. 179.

27 Sur le problème de la couverture : voir Ginouvès, Le théâtron à gradins droits et l’odéon d’Argos, Paris, 1972, (Études péloponésiennes, VI), p. 211-213 à propos de l’odéon d’Argos ; P. Gros, L’architecture romaine, I, Paris, 1996, p. 308-316.

28 R. Meinel, Dos Odeion, Frankfurt-am-Main, 1980, p. 287 et 288 pour l’odéon de Corinthe et d’Argos et Ginouvès, op. cit. [n. 27], p. 203-204 pour les datations : Corinthe (fin ier s.), Patras et Épidaure, (iie s.).

29 Pausanias, VII, 20, 6.

30 Ginouvès distingue deux phases : la première du début du iie s., la seconde du troisième tiers du iie s. à l’occasion de laquelle la mosaïque de l’orchestra est conservée. Voir aussi Moretti et Diez, op. cit. [n. 25], p. 23-30 : cette modification du plan permit d’accroitre la capacité d’accueil de l’édifice (au iiie s. l’odéon est à nouveau remanié : il prend une forme semi-circulaire).

31 R. Ginouvès, op. cit. [n. 27], p. 140 et fig. 58 et 60 ; Moretti et Diez, op. cit. [n. 25], p. 26

32 Pour les théâtres au décor à thème agonistique, voir P. Chuvin, « Observations sur les reliefs du théâtre de Hiérapolis. Thèmes agonistiques et légendes locales », RA, 1 (1987), p. 97-108.

33 W R. Biers et D. J. Geagan, « A new list of victors in the Caesarea at Isthmia », Hesperia, 39 (1970), p. 79-93 et pl. 17.

34 Ces épreuves concernent les aulètes ou les citharistes accompagnés par un chœur.

35 Cette fois ci, ce sont les citharistes accompagnant leur propre chant sur leur instrument.

36 J. et L. Robert, « Bull. Épigr. », REG, 84 (1971), n° 307, p. 435.

37 P. Amandry, « Sur les concours argiens », p. 233, note 54 pour les références concernant les musiciens.

38 Voir en particulier un aulète pythique dans L. Moretti,Inscrizioni agonistichegreche, Rome, 1953, n° 81.

39 IGR IV, 1432 (trouvée i Smyrne).

40 F.D. III 1, 550. Cf. P. Herz, « Die musiche Agonistik und der Kunbstbetrieb der Kaiserzeit », in J. Blansdorf, J.-M. André, N. Fick (éd.), Theater und Gesellschaft im Imperium Romanum, Tübingen, 1990, p. 186 et carte en appendice.

41 SEG 11 (1950), 52 C, 215/216 ; O. Broneer, « Isthmia Excavations, 1952 », Hesperia, 22 (1953), p. 192- 193. Notons que l’inscription ne mentionne pas sa spécialité musicale : on suppose logiquement qu’il s’agit d’un citharède puisque l’on y parle de « compositions »).

42 Cartledge et Spawforth, op. cil. [n. 11], p. 232-233 : n° 8, 9 et 25, 26, 33 (la traduction « cithara player »utilisée par les auteurs n’est pas ici satisfaisante)

43 P. Amandry, « Sur les concours Argiens », p. 231-232 : la fabrication de boucliers est une spécialité d’Argos depuis l’époque archaïque. Voir aussi « Le bouclier d’Argos (note complémentaire) », BCH, 107 (1983) : P. Amandry note que « l’usage de remettre un bouclier au vainqueur existait avant même que le concours n’en tirât son nom » (p. 628).

44 Dans le théâtre de l’Isthme fut mis au jour une tête en marbre d’un jeune homme vainqueur aux Isthmia : il porte la couronne de pin mais l’on ignore s’il s’agit d’un musicien (Ier s. ap. J.-C.). Voir Gebhard, op. cit. [n. 20], 1973, fig. 40 (Musée de l’Isthme).

45 Cette stèle fut réutilisée pour le pavement d’une voie sur le site et disposée face contre terre. Conservée au Musée de l’Isthme, inv. IS 69-1. Elle est seulement fendue au niveau du cou du musicien.

46 J.-P. Michaud, « Chronique des fouilles », BCH, 94 (1970), p. 946-949 et fig. 131 ; J. et L. Robert, « Bull. Épigr. », REG, 1971, n° 308 ; SEG 29 (1979), 340 ; I.E. Stephanis, Διονυσακο τεχνῖται, Συμβλές στήν προσοπογραφία τοῦ θεάτρου καί τής μουσικής των άρχαίωv έλλήνων, Heraklion, 1988, n° 1480 avec photos fig. 4-6 (détails). On trouvera une photographie de cette stèle (sans commentaire) dans D. Vanhove (dir.), Le sport dans la Grèce antique, Bruxelles, 1992, (catalogue d’exposition), p. 134 ; dans P. Amandry, loc. cit. BCH, 107 (1983), fig. 2 (détail de l’inscription et des couronnes de la partie sommitale). Elle est également citée dans W Schneider, « Cappa », ZPE, 112 (1996), p. 205, note 31.

47 L’étude de référence est celle de Paul A. Clément, « L. Kornelios Korinthos of Corinth », ΦοροΣ Tribute to Benjamin Meritt, New York, 1974, p. 36.

48 L. Robert, À travers l’Asie Mineure, p. 431 ; Hellenica, XI, 1960, pl. XXXIV (monnaies agonistiques d’Ancyre, iiie s.) ; Monnaies grecques, Genève-Paris, 1967, p. 107, note 5 : « Il sera possible de démontrer que les boules sont toujours des pommes »; « Discours d’ouverture », loc. cit. [n. 4], p. 41. Voir également les cinq pommes des Pythia placées sous la table des prix sur le revers d’une monnaie de Caracalla frappée à Ancyre : C. Landes (éd.), Le stade romain et ses spectacles, Lattes, 1994, p. 300, n° 104 [Paris, B.N., Cabinet des Médailles, inv. 142].

49 L. Robert, Études épigraphiques et philologiques,, Paris, 1938, p. 31 et RPb, 56 (1930), p. 54-55.

50 La somme d’argent remise lors des concours thématiques est toujours inférieure à celle gagnée par un aulète soliste.

51 On remarque encore quelques traces de couleur rouge.

52 Selon Gebhard, loc. cit. [n. 20], 1993, p. 87, il pourrait s’agir des Caaarca.

53 BCH, 94 (1970), p. 949, fig. 132.

54 LOrient romain, Paris, 1991, p. 231.

55 S. Follet, Athènes auiième et au iiième siècle, études chronologiques et rosopographiques, Paris, 1976, p. 338, n° 20 pour l’inscription de notre aulète.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le théâtre du sanctuaire de l’Isthme de Corinthe sous Hadrien.D’après E.R. Gebhard, loc. cit. 1993, fig. 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20632/img-1.png
Fichier image/png, 383k
Légende Fig. 2 : L’odéon d’Argos. D’après J.-Ch. Moretti et Diez, 1993, fig. 25.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20632/img-2.png
Fichier image/png, 206k
Légende Fig. 3 : Orchestra de l’odéon d’Argos (état au iie s.).D’après Ginouvès, 1972, fig. 58.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20632/img-3.png
Fichier image/png, 453k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20632/img-4.png
Fichier image/png, 454k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20632/img-5.png
Fichier image/png, 575k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20632/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search