Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Les puits de Danaos et les fontaines d’Hadrien

Marcel Piérart

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. M. Piérart, G. Touchais (1996, p. 47-52) ; A. Pariente, M. Piérart, J.-P. Thalmann (1998, p. 2 (...)
  • 2 L’édifice est signalé sur le plan d’ensemble (fig. 1) par la lettre R.
  • 3 Cf. fig 1-3. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995).

1L’espace qu’occupait l’agora d’Argos était limité par trois portiques, habillant ou non des bâtiments plus complexes1. Au centre s’élevait un édifice circulaire en marbre posé sur une crépis de forme carrée2. Grâce à la publication soignée qui vient d’en être faite, il est possible de s’interroger sur l’histoire et la destination de ce monument luxueux3. Sur les ruines d’un édifice dont seul le plan des fondations a été partiellement conservé (état antérieur), fut érigée vers la fin du premier siècle de notre ère au plus tôt une tholos octostyle en marbre de plus de 7 m de diamètre, inscrite dans un quadrilatère de 16 m de côté (état I). Dans le sous-œuvre du monument était aménagée une crypte. À la fin du iie s. au plus tôt, le monument fut transformé en fontaine (état II).

  • 4 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 11-15).
  • 5 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 12).
  • 6 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 13).
  • 7 P Marchetti, K Kolokotsas (1995 p.14).

2D’entrée de jeu, P. Marchetti et son architecte paraissent avoir été convaincus de la singularité du monument qu’ils publient4. En particulier, l’existence d’un escalier au centre d’une tholos de quelque 7 mètres de diamètre l’isole dans la série des monuments ronds. Le monument apparaît si peu banal qu’une explication par les parallèles ne permet pas de résoudre les défis qu’il pose. L’élévation du seul monument proche par sa structure, le Palaimonion de Corinthe, n’est connue que par les monnaies. La tholos d’Argos est « le rare témoin de la transition entre un nymphée, comme l’est aussi le Palémonion, et une fontaine »5. La recherche des parallèles est encore rendue superflue par la découverte que la tholos d’Argos « était l’exemple parfait du monoptère décrit par Vitruve »6. Mais le monument « ne se ramène pas à une formule architecturale. Il est aussi un édifice qui, planté au cœur d’une agora, occupait dans l’espace civique une place essentielle dont le rôle devait être expliqué »7.

Fig. 1. L’agora d’Argos pendant le Haut-empire (dessin Y. Rizakis).

  • 8 Pausanias, Il 20, 6.

3Selon les auteurs, le premier monument d’époque romaine (et sans doute son prédécesseur hellénique) était un « nymphée » - le mot apparaît dans le fragment conservé de l’inscription qui courait le long de l’architrave - où s’accomplissaient des rites nuptiaux impliquant la katabasis de la jeune épousée, grâce à un escalier à marches gironnées, dans une fontaine alimentée par un fleuve. Le monument servait encore de bâtiment où les femmes d’Argos pleuraient chaque année la mort d’Adonis8. Par la suite, comme une conséquence de la désacralisation de l’espace, il fut désaffecté et remplacé par une simple fontaine (état II).

  • 9 Voir les réserves de P. Gros (1996, p. 426).
  • 10 Deux défauts entachent à mon avis la valeur de la reconstruction que nous proposent les auteurs, q (...)

4Je laisse ici de côté les problèmes posés par l’analyse métrologique et géométrique de ce monument. Que la tholos corresponde ou non aux normes du monoptère de Vitruve est un problème que je laisse aux spécialistes9. Il m’apparaît cependant qu’en dépit de traits originaux qu’explique avant tout son histoire, le monument d’Argos ne peut se comprendre que si on l’insère dans la série des édifices qui lui ressemblent10.

  • 11 J’ai pu discuter sur place de la restitution et de la fonction de l’édifice avec P. Coarelli, A. I (...)

5Au cours des trois étés qui ont suivi la publication du monument, j’ai revu tous les blocs qui jouent un rôle-clé dans le raisonnement de P. Marchetti et de son architecte11. Je ne peux naturellement pas demander au lecteur de me faire crédit de ces observations qui devraient aboutir à proposer une restitution de l’état I, moins ambitieuse, mais assez différente de celle qui est présentée dans la publication. De nouvelles mesures et surtout de nouveaux dessins sont nécessaires pour cela. Je pense cependant que, grâce entre autres à la qualité des dessins et des descriptions que nous offre le volume, nous avons en mains suffisamment d’arguments topographiques, épigraphiques et architectoniques pour offrir dès à présent l’esquisse d’une solution différente de celle qu’il contient.

Fig. 2. Édifice R. Vue générale prise du nord-est.

Le premier état romain et les états antérieurs

6Le grand mérite de P. Marchetti et de son architecte est d’avoir compris que le monument d’époque romaine comportait deux états successifs. Plusieurs traits particuliers de la ruine ne se comprennent que par là. Dès lors se pose le problème de savoir à quelle phase attribuer les vestiges du monument. En plus du parallèle avec le Palaimonion de Corinthe, compris comme un nymphée, deux postulats servent de fondement à la démonstration qui nous est présentée.

  1. La conviction que l’inscription qui courait sur la frise désigne le monument comme un numphaion, et cela dès le premier état.
  2. La conviction que l’escalier à marches gironnées qui permet de descendre dans la crypte du monument fait partie lui aussi de ce premier état.

7Je vais essayer de montrer :

  1. Que certains traits de l’escalier tournant ne permettent pas de supposer qu’il a fait partie du premier état. Il s’agit d’un escalier de travail, creusé dans la paroi de la crypte de l’édifice pour en faciliter la transformation en fontaine.
  2. Que la mise en série de l’inscription permet d’affirmer qu’elle se réfère aux grands travaux hydrauliques dont d’autres documents attribuent l’initiative à Hadrien.
  3. Que la tholos de Palaimon à l’Isthme de Corinthe, qui n’était pas un nymphée, mais un tombeau, donne une idée assez précise de la forme et de la destination du premier état romain.

Fig. 3. Édifice R. Plan de la fondation.

8Pour pouvoir descendre dans la crypte, il fallait accéder à la tholos de l’extérieur. P. Marchetti et son architecte ont donc restitué un escalier extérieur qu’ils ont placé en façade, dans l’axe du couloir central (fig. 4). On est surpris de constater que seul un bloc a pu être attribué par les auteurs à cet

  • 12 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 92-96).
  • 13 Un raisonnement du même type pourrait s’appliquer au bloc P4 (cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas, 199 (...)

9escalier : C 2312. Encore faut-il préciser qu’il appartenait au sous-œuvre du monument (fig. 5) : il aurait été lié au bloc de soutènement des marches de l’escalier par deux goujons verticaux. L’hypothèse que C 23 a été placé au- dessus du couloir de la crypte trouve quelque support dans ses dimensions, mais rien dans le dispositif de ce bloc n’oblige à postuler qu’il ait servi à soutenir un escalier. Il pourrait parfaitement s’intégrer dans une restitution toute différente de la façade du monument. L’escalier de podium est reconstitué de toutes pièces13.

Fig. 4. Coupe de l’état I, d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.

Fig. 5. C 23 et l’escalier de podium d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.

  • 14 En principe, un monoptère est un monument sans cella. Aussi les auteurs évitent soigneusement le m (...)
  • 15 Dans la restitution qui est proposée, la chambre cylindrique du monument avait deux mètres de diam (...)
  • 16 Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 37-38), « Si les hauteurs atteintes par certains massifs (...)

10La restitution, dans le premier état romain, d’un escalier de podium entraîne celle d’un mur, que les auteurs proposent de circonscrire à l’escalier intérieur14, et d’une porte, qu’il faut loger dans un espace si étroit qu’on se demande comment on l’ouvrait15. Aucun bloc n’a pu être attribué à cet ensemble16.

  • 17 La remarque s’étendrait d’ailleurs à n’importe quel rite accompli là.
  • 18 Cf. M. Piérart, G. Touchais (1996, p. 47-52) ; A. Pariente, M. Piérart, J.-P. Thalmann (1998, p. 2 (...)
  • 19 Sur le caractère intermittent des eaux des torrents argiens, cf. Pausanias, II 15, 5 et les études (...)
  • 20 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 27) situent le réservoir « au nord de AS 90, en dehors du te (...)

11L’escalier tournant donnait accès à un couloir rectangulaire étroit - 90 cm -, dans lequel P. Marchetti voit un bassin où la jeune épousée aurait dû remplir sa loutrophore dans des conditions d’inconfort qui en faisaient sans doute la fontaine la plus mal commode de toute la Grèce17. Pour alimenter ce bassin, P. Marchetti suppose qu’on utilisait l’eau du torrent canalisé qui traversait l’agora d’Argos, en suivant un tracé désormais bien connu18. Mais les eaux du Céphise - s’il s’agit bien de lui - étaient intermittentes19. Aussi P. Marchetti suppose-t-il l’existence de citernes en amont du monument. On objectera qu’aucune trace observable de ce couloir ne permet de penser qu’il ait eu une fonction hydraulique. On n’y a retrouvé en particulier aucune trace d’enduit hydrofuge. De plus, l’eau a la propriété d’obéir aux lois de l’hydrostatique et l’on voit mal comment un torrent en pente douce aurait pu alimenter des citernes placées assez haut pour être utiles20.

  • 21 Pour l’eau dans les ablutions préparant au mariage, R. Ginouvès (1962, p. 265-282) ; Y. Morizot (1 (...)
  • 22 Cf. R. Baladié (1980, p. 114-115) ; M. Piérart (1998, 2, p. 167-173).
  • 23 Cf. J. Rudhardt (1971, p. 97-102). Sur l’usage de l’eau des puits dans les cultes, V. Morizot (199 (...)
  • 24 Nous ne discuterons pas ici l’identification subsidiaire du monument avec l’oikéma où les femmes p (...)

12L’eau nécessaire aux cultes matrimoniaux devait être de l’eau vive21. Dans le cas d’Argos, la documentation permet d’être plus précis. Un des caractères propres d’Argos, qui avait frappé poètes et commentateurs hellénistiques et dont on retrouve l’écho dans Strabon, est l’absence d’eau courante en ville. Le contraste entre Corinthe et Argos est flagrant à cet égard. Bénéficiant au contraire d’une nappe phréatique abondante et peu profonde, les Argiens se procuraient l’eau nécessaire grâce à des puits. L’eau propre aux activités religieuses était fournie par quatre puits sacrés placés sous le patronage de filles de Danaos : Hippé, Automaté, Physadeia et Amymoné22. Il n’y a là rien de contraire aux convictions des Grecs : ils pensaient que les eaux vives auxquelles donnent accès les sources et les puits jaillissaient de dessous la terre23. La tholos de l’agora n’a jamais été un puits. Elle n’a rien à voir avec l’Amymoneion que mentionnent les textes24.

13Apparemment ni les lois de l’hydrostatique, ni les usages religieux connus des Grecs, ni ce que notre documentation nous permet de savoir de l’alimentation d’Argos en eau et de ses puits sacrés n’autorisent l’hypothèse de Patrick Marchetti. Il faut orienter les recherches dans une autre direction.

Fig. 6. L’escalier à marches gironnées.

  • 25 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 58).
  • 26 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 56-57).

14Patrick Marchetti reconnaît que l’escalier central du monument n’a été façonné qu’après coup25. Chaque contremarche correspond à une hauteur d’assise de la crypte. Les assises des parois de la crypte ayant des hauteurs différentes, les marches ne sont pas égales. L’escalier a donc été taillé dans les parois d’une chambre cylindrique qui « occupait l’espace de ce qui devait être précédemment une salle, peut-être souterraine »26. Cette dernière, bien sûr, aurait existé dans l’état hellénique.

  • 27 Les vestiges de bains et de fontaines ne manquent pas. Cf. parmi d’autres R. Ginouvès (1962, p. 21 (...)

15Les marches de l’escalier tournant sont irrégulières, étroites et peu profondes (fig. 6). On peut penser que si le but des constructeurs du monument avait été de permettre l’accès à un bassin par un escalier, celui-ci aurait été conçu autrement, avec des marches régulières, suffisamment larges, aboutissant à un bassin assez confortable pour qu’on puisse s’y baigner ou y plonger à l’aise la cruche qu’on y devait remplir27. L’hypothèse que l’escalier central a été façonné lors de la transformation du monument en fontaine permet, elle, d’éviter toutes ces objections.

16Le diamètre de la crypte cylindrique n’excédant pas 1.10 m, l’entrepreneur chargé des travaux ne disposait pas de l’espace suffisant pour dresser un échafaudage. Il a donc eu recours à cet expédient sans conséquence pour l’aspect extérieur du monument, puisque l’ensemble devait être recouvert. De plus, l’escalier pourrait toujours servir ensuite à faciliter l’entretien de la fontaine.

17Si l’on admet ainsi - fût-ce à titre d’hypothèse de travail - que l’escalier est contemporain de la transformation de l’édifice en fontaine, donc de l’état II, on est conduit à se représenter autrement le premier état du bâtiment romain. Celui-ci se composait de deux parties : une tholos en marbre surmontait une crypte de dimension étroite, formée d’une chambre cylindrique prolongée par un couloir rectangulaire. Cette hypothèse présente encore d’autres avantages.

18Nous pouvons faire l’économie de l’escalier de podium, de la porte et du mur intérieur, qui n’ont laissé aucune trace. P. Marchetti suppose que la colonnade extérieure appartenait à l’état I, fermé. Les éléments conservés de la toiture supposent un monument ouvert. Il les rapporte à l’état II, ainsi que la colonnade intérieure. Le style des chapiteaux justifierait cet écart chronologique (fig. 7) :

  • 28 Chapiteau intérieur : P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 135-136 ; le texte cité est à la p. 13 (...)

[Le chapiteau intérieur] est bien entendu postérieur : une datation dans la seconde moitié du iie siècle au plus tôt ne fait pas de doute. En l’intégrant au dispositif du second état, on est à même de le dater de la fin de ce siècle. Il n’en faut pas moins souligner que s’il est exécuté différemment, il est néanmoins conçu pour s’adapter au chapiteau du premier état qui lui a servi de prototype28.

  • 29 Chapiteau extérieur : P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 105-110 ; les mots cités sont à la p. (...)

19Les chapiteaux se datent grâce à leur profil. On peut se demander si « les observations tirées des restes bien maigres »29 que la ruine a livrées permettent de différencier les styles de manière aussi certaine et d’arriver à une chronologie aussi précise. Si ce n’était pas le cas, ne vaudrait-il pas mieux, au nom du principe d’économie, penser que, dès l’état I, le monument avait l’aspect extérieur que les auteurs donnent à l’état II et pour lequel les blocs qu’on possède permettent une restitution satisfaisante ? En l’absence de vestiges sûrs, on supposera que le monument comportait déjà dans le plan original une double colonnade ouverte : une rangée de huit colonnes à l’extérieur et un baldaquin à quatre colonnes à l’intérieur (fig. 8).

Fig. 7. a. Reconstitution du chapiteau extérieur,
b. Reconstitution du chapiteau intérieur d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.

Fig. 8. L’état II du monument, d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.

  • 30 M. Weber (1990, p. 115-122) ; P. Gros (1992, p. 195) : « À vrai dire ce genre de composition s’avè (...)
  • 31 Cf. M. Piérart (1998, 1, p. 85-109) et ci-dessous, appendice 1.
  • 32 D’après les monnaies, la porte qui donnait accès à la crypte du Palaimonion pourrait avoir été ent (...)

20Nous pouvons donner une meilleure explication du couloir central. Un couloir débouche normalement sur une ouverture. À la place de l’escalier, n’y avait-il pas plutôt une porte de bois ou de pierre, donnant accès à la crypte ? Le monument, dans son premier état, relèverait alors de l’architecture funéraire. Il aurait comporté deux parties : un tombeau (cénotaphe) surmonté d’un édifice à colonnes, destiné sans doute à abriter une statue. Il s’inscrirait alors dans une série d’édifices bien représentée : les monuments funéraires forment en effet une catégorie importante de ces monuments que M. Weber a étudiés dans sa monographie intitulée Baldachine und Statuenschreine30. Parmi ceux-ci, il faut placer le Palaimonion de l’Isthme, dans lequel on doit reconnaître non pas un nymphée, comme le prétend P. Marchetti, ou un monument qu’on pouvait baigner d’eau, comme l’a cru O. Broneer, mais l’entrée sacrée qui conduisait à l’Adyton que Poséidon aménagea dans le rocher pour y recevoir le corps de l’enfant- héros31. La ressemblance entre le monument de Corinthe et son imitation argienne était donc très étroite, mais cette constatation ne conduit pas aux conclusions que tire P. Marchetti (fig. 9)32.

  • 33 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 141).

21Il existe un bloc dont la publication a laissé sans explication des caractères importants, mais qui trouve une place dans notre hypothèse : C 24 (R 97 + 98) (fig. 10 a)33.

Chacun des deux morceaux [...] se dispose sans peine autour d’une ouverture centrale de ± 43 cm. Le périmètre s’inscrit à l’intérieur d’un diamètre de ± 1, 62 m ; il manque un segment pour que le cercle soit complet : les deux morceaux présentent ainsi une face rectiligne sur laquelle il suffit de les aligner pour reconstituer le dessin originel du bloc complet.

  • 34 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 141).

22Plutôt que de « le rattacher à un emploi antérieur, quand le bloc avait probablement une forme rectangulaire »34, je pense que ce bloc trouverait tout naturellement sa place comme couverture de la crypte circulaire. La face rectiligne qu’il présente trouve en effet une explication fort simple : il est imposé par le plan même de la crypte qu’il fallait couvrir, comme le montre le schéma ci-joint (fig. 10 c).

  • 35 Cf. W. Vollgraff (1944-1945, p. 397-400 ; 1958, p. 555-556) ; sur le tracé de l’aqueduc, cf. P. Au (...)
  • 36 Cf. P. Aupert (1990, p. 604).

23Dès le premier état romain, qu’il date du règne de Domitien, P. Marchetti suppose l’existence de gargouilles d’où jaillissait de l’eau sous pression - un dispositif qui n’a laissé aucune trace. Ce n’est pas vraisemblable, car des travaux hydrauliques de cette nature n’ont pas été possibles avant la création de deux aqueducs amenant de l’eau vive en ville. Le premier, venant du nord, fut offert par Hadrien aux Argiens lors de son premier grand voyage en Grèce, en 124/535. Le second, amenant l’eau des sources de l’Erasinos, est également daté par les fouilleurs du iie siècle, mais pourrait être bien plus récent36. Encore ce dernier, qui atteignait le secteur sud de la ville à très basse hauteur, n’aurait pas permis d’envoyer de l’eau sous pression sur l’agora. Ce sont ces grands travaux d’infrastructure qui permirent aux évergètes d’offrir des thermes et d’orner de fontaines une ville célèbre autrefois par ses puits.

  • 37 H. Schleif, H. Weber, (1944, p. 72-76) ; R. Bol (1984, p. 58-67) ; P. Gros (1996, p. 426). - R. Bo (...)
  • 38 P. Gros (1996, p. 422, 426).

24Il n’est d’ailleurs guère imaginable qu’Argos ait créé à l’époque de Domitien une forme architecturale sans parallèle dans le monde gréco-romain, puisque les premiers témoins de monoptères servant à couvrir des fontaines sont - selon une interprétation reçue mais peut-être discutable - les édicules flanquant le grand nymphée que l’épouse d’Hérode Atticus a dédié à Olympie vers 155 après J.-C. Ils abritèrent à un moment donné des statues d’Hérode Atticus et d’un empereur37. Ils n’avaient qu’une fonction décorative dans une fontaine somptueuse, appartenant à la catégorie des nymphées-exèdres. Le monoptère du Forum triangulaire de Pompéi recouvrait un puits38.

  • 39 Je ne comprends pas pourquoi la nécessité d’assainir la zone marécageuse où fut installée l’agora (...)
  • 40 Cf. l’appendice, ci-dessous, p. 265-266.

25Dans son premier état romain, le monument n’avait pas de fonction hydraulique. La constatation vaut, a fortiori, pour l’état antérieur39. De fait, les traces qui sont attribuées par les auteurs à cet état pourraient appartenir aux travaux d’installation des conduites d’adduction d’eau de la fontaine de l’état II. Du plan de ce monument, nous n’avons que les traces lisibles dans les fondations40. Il pourrait avoir été, comme son successeur romain, un tombeau héroïque. Reste à savoir si l’on peut identifier son destinataire.

Fig. 9. a. Façade de l’Édifice R.
b. Restitution du Palaimonion de Corinthe d’après O. Broneer.

Fig. 10. a-b. C 24. c. Mise en place de C 24 sur la crypte cylindrique.

  • 41 Strabon, VIII 6, 9 (C. 371), Pausanias. II 20, 6 ; Hésychios, s.v.Σθένια. Cf. M. Piérart (1998, 2, (...)

26Si l’on se demande quel cénotaphe héroïque a pu mériter une telle attention, on pense aussitôt au tombeau du fondateur mythique d’Argos, Danaos, connu par les sources de Strabon sous le nom de Palinthos. Tout près de lui se déroulaient des compétitions athlétiques41. Le tombeau de Danaos était au centre de l’agora, comme notre monument. Toutefois, le nombre de tombeaux héroïques que Pausanias a vus sur l’agora ne permet pas d’attribuer un nom à une structure sans argument positif. L’identification pourrait cependant trouver une confirmation dans une considération tirée de l’inscription de la frise.

Les grands travaux d’Hadrien et l’inscription de l’architrave

27Une inscription courait sur la frise du monument (Inv. E 266 XXXII 282]). Seuls les mots suivants sont conservés (fig. 11) :

...] των πηῶν καί τò νυμφαîоν μετά τῶν δοχε[ίων...

  • 42 S. Settis (1973, p. 712) : « la parola νυμφαîον compare, in un contesto non chiaramente precisabil (...)
  • 43 S. Walker (1987, p. 64 et n. 23) ; M.-C. Hellmann (1992, p. 273).

28On pourrait penser qu’elle a été ajoutée sur la frise lors de la transformation du monument en fontaine et qu’elle se réfère à l’état II. Elle commémorerait ces travaux. Mais la sobriété des lettres invite à lui chercher une date plus haute. Suivant une suggestion de S. Settis42, P. Marchetti donne à numphaion le sens de sanctuaire des nymphes. S. Walker et M.- C. Hellmann avaient déjà senti la difficulté de l’interprétation43. Des emplois de numphaion dans un contexte comparable sont rares, mais ils existent aussi bien en grec qu’en latin, à partir du iie siècle. Les deux textes suivants, qui encadrent chronologiquement l’inscription d’Argos, l’attestent :

IGRR III 1273 (cf. Settis,ANRW, p. 709) Soada (Es Suwêda).
Vers 105-110 ap. J.-C. :
Αύτοκάτορι Νέρουα Τραιανῷ Καίσαρι [...] τò τ[έμενος] καί τò
νυμφαîον άφιέρωσεν ή ις, τòν άγωγóν τῶν,
[κατεσκευάσασα.]
Cf. IGRR III 1276 (cf. Settis, ANRW, p. 709) Soada (Es Suwêda) :
[...] ή πόλις τοùς άπò τῶν πηγῶν άγωγοὺς [...] έπεσκεύαεν καί κατασκεύ...
CIL VIII, 2658 (cf. M. Janon, Ant. Afr., 7 (1973), p. 224 -225). 226 ap. J.-C.I]mp(erator) Caes[ar (-----) aquam lu(---)ensem, mellariensem [---in civitatem ab originibus ?] suis, induxit [---] aquae ductus et nymphaei opu[s --- / ---]uillae mi[---]topensem, columbfos milites etc.

  • 44 Cf. Servius, ad Aen. VII 84 (cf. R. Ginouvès [1962, p. 165-166] ; P. Aupert [1974, p. 119-121])

29Ces inscriptions montrent que l’emploi du mot numphaion /nymphaeum pour désigner un monument du type que les archéologues appellent nymphée n’est pas inouï. Le glissement s’explique par le fait que la dédicace d’un monument de ce genre à des divinités aquatiques était encore d’usage à une date avancée de l’empire - nullus enim fons non sacer44. Or les nymphes sont par excellence des entités de ce genre.

  • 45 Je reprendrai l’ensemble des textes parallèles dans une étude en préparation, avec V. Grigorova, s (...)
  • 46 W. Vollgraff (1958, p. 555). Sur le nymphée, W. Vollgraff (1958, p. 539-555) ; M. Piérart (1995, p (...)

30Ces textes, auxquels ont pourrait ajouter d’autres documents utilisant des mots techniques (bydreion, hydrekdocheion, septizonium...), montrent d’autre part que l’inscription, même si nous ne pouvons en donner de restitution précise, s’insère dans la série des dédicaces de grands travaux hydrauliques45. Elle désigne un ensemble complexe de travaux. Le mot numphaion qu’elle contient ne renvoie donc pas forcément au monument précis sur lequel elle se trouve. W. Vollgraff s’était déjà posé la question de savoir s’il n’aurait pas désigné le nymphée de la Larisa, auquel, comme dans les deux textes mentionnés, aboutit l’aqueduc qui amène les eaux des sources de la montagne46. Il resterait à expliquer pourquoi elle se trouve sur la tholos.

31Rappelons les points acquis :

  1. L’état I était un cénotaphe surmonté d’une tholos ouverte ayant sans doute servi à abriter une statue. Il s’insère dans une série bien attestée à l’époque impériale. Pausanias a vu beaucoup de tombeaux héroïques à Argos. Celui de Danaos devait être l’un des plus prestigieux.
  2. L’inscription sur l’architrave s’inscrit dans la série des dédicaces de grands travaux hydrauliques, attribuables à des villes, mais aussi à l’empereur ou à de hauts magistrats romains.
  3. Hormis peut-être l’aqueduc de l’Erasinos, les seuls travaux de ce genre connus à Argos durant la haute époque impériale sont la construction d’un aqueduc offert par Hadrien, qui amenait l’eau de la montagne jusqu’à un nymphée érigé sur les flancs de la Larisa.

32On peut donc se demander si l’inscription qui courait sur le monument ne renvoyait pas purement et simplement aux grands travaux d’Hadrien. Proclamé ktistès par les Argiens pour les grands travaux dont il a assumé la dépense, Hadrien aurait été associé étroitement à l’oikistès de la cité, Danaos. À Athènes, il a été présenté comme un nouveau Thésée.

  • 47 Cf. ci-dessus, n. 36.

33Pour P. Marchetti, l’état I daterait du règne de Domitien. Dans ce cas, les Argiens se seraient contentés d’ajouter l’inscription sur le monument du fondateur lors de la visite d’Hadrien en 12447. Mais les monnaies et la céramique sur laquelle repose la datation de l’état I ne fournissent qu’un terminus post quem. On n’écartera donc pas sans examen approfondi une autre hypothèse : que l’hérôon du fondateur mythique ait été refait à l’époque de la visite d’Hadrien, pour mieux associer l’empereur à Danaos. Pour trancher entre les deux hypothèses, un réexamen approfondi de la documentation archéologique, épigraphique et numismatique est nécessaire. Il n’est pas possible de le mener à bien ici.

La transformation du monument en fontaine

  • 48 On ne discutera pas pour le moment la restitution de la fontaine que proposent les auteurs. Elle r (...)
  • 49 Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 141-143).

34À un moment donné - vers le début du iiie siècle selon P. Marchetti - le monument fut transformé en fontaine. La crypte dut recevoir des canalisations amenant l’eau en conduite forcée. Celle-ci jaillissait au centre du monument et s’écoulait de tous les côtés - comment, nous ne pouvons le savoir avec précision48 - pour être recueillie dans un anneau circulaire creusé, sans soin excessif, dans le massif des fondations et évacuée par un canal vers les égouts (l’ancien torrent canalisé). Les interventions de l’entrepreneur dans le sous-œuvre du bâtiment furent violentes. Des blocs de poros appartenant à la crépis furent entamés par endroits. Au nord et à l’est, ils furent enlevés pour permettre l’installation des canaux et des conduites et remplacés par des blocs de calcaire provenant d’autres endroits. C’est alors que l’étroitesse de la crypte ne permettant pas l’érection d’échafaudages, on dut tailler dans le poros un escalier tournant permettant d’effectuer les travaux nécessaires. Pour assujettir C 24 à la place qu’il occupait auparavant, on se servit du bloc C 23, une solution qui relève du bricolage49.

  • 50 Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 205. n. 13).
  • 51 P. Gros (1996, p. 450464), où l’on trouvera la bibliographie.

35Pour P. Marchetti, la transformation de l’édifice en fontaine est le signe d’une désacralisation de l’espace. Il n’est pas loin d’identifier sa fontaine avec un macellum50. Ce mot désigne en fait un marché qui, dans l’architecture romaine et italienne, est souvent rehaussé, en son centre, par un édifice circulaire qui pouvait avoir une fonction hydraulique51.

  • 52 Cf. M. Piérart. G. Touchais (1996, p. 83-85) ; A. Pariente, M. Piérart, j. P. Thairnan ; (1993, p (...)
  • 53 Cf. L. Robert (1987, p 77-83). - Sur la localisation du temple, M. Piérart, 1993, p 609 613).
  • 54 Cf. M. Piérart, J.-P. Thalmann (1978, p. 784) : A. Pariente, M. Piérart, J. P. Thal.nann (1998 p. (...)
  • 55 Cf. M. Piérart (1991 p. 667-670) ; A. Pariente, M. Piérart, J-P. Thalrnanr. (1998, p 219). - !.e m (...)

36La fermeture de l’agora au sud, à la fin du iie ou au début du iiie siècle, grâce à l’extension du portique par une colonnade bordée de boutiques, est une transformation qui a affecté profondément l’organisation de l’agora d’Argos52. Ces travaux ne permettent pourtant pas de penser qu’elle aurait été ravalée à la fonction d’un simple marché. Dans la deuxième moitié du iie siècle, le décret en l’honneur de P. Anteius Antiochus est toujours affiché dans le temple d’Apollon Lycien, qui était au cœur de l’agora, sans doute juste au nord de la tholos53. Vers 200, un notable et ses fils, Tiberius Claudius Antigonus et Tiberius Claudius Menecles, ont orné l’agora et les trois thermes d’Argos de statues de héros et d’empereurs54. On n’imaginera pas facilement qu’on ait pu désaffecter un cénotaphe de cette importance à une époque où les empereurs et les héros sont encore honorés de la sorte. Les mécènes ont fait d’autres embellissements grâce à des travaux hydrauliques. L’érection de l’édifice tétragone, dont la dédicace, trop lacunaire, ne permet pas de préciser les circonstances, remonte sans doute à la même époque. Il avait aussi une fonction hydraulique55.

37Sur les flancs de la Larisa, le nymphée offert par Hadrien était oiné d’une statue représentant l’empereur, peut-être sous les trans du héros Diomède. Don de l’empereur, l’eau jaillissait en dessous de sa main et rebondissait en cascade sur un escalier. En transformant le cénotaphe de Danaos en fontaine, on associait plus étroitement le père des Danaïdes à cette fonction bienfaisante. Loin d’être le résultat d’une désacralisation du lieu, la transformation du tombeau mythique de Danaos en fontaine est le produit d’une relecture, à la lumière des libéralités impériales, du rôle du fondateur mythique de la cité.

Conclusions

38L’eau vive nécessaire pour l’accomplissement des rites religieux était fournie aux Argiens par des puits sacrés placés sous la protection de quatre Danaïdes. Ce fait établi depuis longtemps aurait dû écarter d’emblée l’identification de la tholos de l’agora, qui n’a jamais été un puits, avec l’Amymoneion. Rien n’autorise non plus à y voir l’oikéma où les Argiennes pleuraient la mort d’Adonis.

39La parenté entre la tholos et le Palaimonion de l’Isthme de Corinthe est certaine. Or, l’hypothèse d’O. Broneer que le monument ait pu avoir une fonction hydraulique n’a pas été confirmée par les fouilles. Le monument, qui a la forme d’un tombeau, a été placé là pour marquer l’entrée de l’Adyton aménagé, croyait-on, par Poséidon en personne pour recevoir les restes de l’enfant-héros. Comme son modèle de l’Isthme, la tholos d’Argos est un cénotaphe. Les deux monuments s’insèrent dans une forme désormais bien connue de l’architecture funéraire.

  • 56 Cf. M. Piérart (1993, p. 613).

40Le monument funéraire le plus prestigieux de l’agora devait être le tombeau de Danaos, appelé Palinthos, auprès duquel se déroulaient des concours traditionnels. Il est tentant de le reconnaître dans la tholos. L’existence d’un monument antérieur au même emplacement ne contredit certainement pas cette identification. Elle s’accorde parfaitement avec l’hypothèse que le temple d’Apollon doit être recherché à l’intérieur des portiques entourant l’agora, hypothèse que j’ai proposé naguère de soumettre au verdict des pioches, le seul qui mérite d’être pris en considération56.

41L’inscription qui courait le long de la frise trouve sa place dans la série des documents commémorant des travaux hydrauliques de grande ampleur. Sous l’empire, ils sont généralement l’œuvre des empereurs ou des hauts magistrats de l’administration impériale. L’inscription d’Argos commémorait sans doute l’ensemble des travaux que la ville devait à la générosité d’Hadrien. Pour remercier l’empereur, à qui ils ont accordé le titre de ktistès, les Argiens ont tenu à l’associer étroitement au fondateur mythique de la cité. On peut même se demander si la reconstruction du cénotaphe selon un modèle à la mode au iie siècle de notre ère n’est pas contemporaine des honneurs accordés à Hadrien. Le geste des Argiens rappellerait ainsi celui des Athéniens associant, par l’érection de la porta Hadriana, l’empereur et le fondateur mythique de la cité.

  • 57 Pline, N.H., VII 195.

42Puteos invertit Danaus ex Aegypto advectus in Graeciatn qua vocabatur Argos Dipsion57. Hadrien permit l’érection des fontaines. Grâce à la générosité de l’empereur philhellène, Argos, privée jusque là de sources d’eau jaillissante, atteignait le degré de confort d’une ville romaine. Les mécènes locaux pourraient désormais l’embellir par des fontaines et des monuments hydrauliques. Ces travaux allaient se poursuivre durant les décennies qui suivirent la visite d’Hadrien, à une époque qui continuait à être profondément marquée par le retour au passé mythique où les élites trouvaient à la fois les racines communes de la culture grecque et des modèles de comportement. La transformation du tombeau de Danaos en fontaine doit se lire dans ce contexte.

43Marcel PIÉRART Les Agges, 28

44CH 1754 Avry-sur-Matran

45Université de Frigourg

46Séminaire d’histoire ancienne

4716, rue Pierre-Aeby

48CH 1700 Fribourg

49e-mail : mailto:marcel.pierart@unifr.ch

Provenance des illustrations

50Fig. 1 : A. Pariente, M. Piérart, J.-P. Thalmann (1998, p. 230, fig. 4). Fig. 2-9a et 10-11 : P. Marchetti. K. Kolokotsas (1995, p. 84, fig. 43 ; p. 94, fig. 55 ; p. 109, fig. 64, 65 ; p. 111, fig. 67 ; p. 135, fig. 84 ; p. 140, fig. 90 ; plans 6, 8 ; planches 8, fig. 43 ; 9, fig. 44 ; 31, fig. 180, 183,). Fig. 9b : O. Broneer (1973, plate 73. Fig. 12 : P. Marchetti (1998, p. 370, fig. 3).

Appendice

  • 58 P. Marchetti (1998, p. 357-372). Voir aussi P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 205-206). Je lai (...)

51Dans une étude qui vient de paraître, P. Marchetti est revenu sur l’état antérieur du monument et en particulier sur son parallèle présumé de l’Isthme de Corinthe, le Palaimonion. Il élargit son étude à l’agora de Corinthe58.

1.La tholos d’Argos et le Palaimonion de l’Isthme

  • 59 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 56-57).

52Pour mieux pouvoir comparer les deux monuments, P. Marchetti attribue à l’état antérieur des parties de l’état I. Il suppose aussi l’existence d’une citerne, au nord du monument (fig. 12). Elle n’a pas été retrouvée. Il est possible que des blocs ayant appartenu au premier édifice aient été remployés dans le second. Mais je ne crois pas du tout que les piles I et VIII de la tholos aient été en place dans l’état antérieur59 : l’orientation des deux édifices n’était pas la même. La forme de ces piles s’explique sans difficulté par l’aménagement du couloir central et de la façade de l’édifice romain.

Fig. 12. L’état antérieur du monument, d’après P. Marchetti.

  • 60 M. Piérart (1998, 1).
  • 61 O. Broneer (1959, p. 307-308).

53En fait, tout cela repose sur la conviction que le couloir de l’état antérieur était coudé, comme celui du Palaimonion. J’ai donné ailleurs mon interprétation de l’histoire de ce monument et une explication simple du couloir central60. Il suffira de rappeler ici que, de l’aveu même d’Oscar Broneer, le réservoir de l’Isthme n’a jamais servi à remplir le Palaimonion : la fouille a révélé très vite qu’en amont du monument, le canal d’adduction d’eau qui servait à l’entretien de l’ancien stade était obstrué lors de la construction du temenos romain61. La fonction du Palaimonion n’était pas hydraulique.

2.La tholos d’Argos et la source sacrée de l’agora de Corinthe

  • 62 J. Wiseman (1979, p. 513).

54L’existence à Corinthe au pied du temple d’Apollon d’une piste de course, d’une source sacrée et d’un monoptère apparenterait les deux sites, structurellement isomorphes. Il est possible que, comme le pensent les fouilleurs de Corinthe, le monoptère construit au début de l’empire ait servi à commémorer le culte de la source sacrée, mais le dromos corinthien - dont on ne sait s’il était sur l’agora hellénique - était désaffecté à l’époque ou fut érigé le forum de la colonie romaine62.

55La recherche des structures matérielles ou mentales est une activité fascinante et féconde, si l’on ne perd pas de vue la chronologie. L’architecture, la religion et les institutions sont des produits des hommes. Elles épousent les vicissitudes de leur histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Aupert P., Le nymphée de Tipasa et les nymphées et « septizonia » nord-africains, Paris, De Boccard et Rome, L’Erma di Bretschneider (Collection de l’École française de Rome, 16), 1974.

Aupert P., « L’aqueduc Nord », BCH 113 (1989), p. 722-731.

Aupert P., « L’évolution des appareils en Grèce à l’époque impériale », BCH 114 (1990), p. 593-637.

Broneer O., « Excavations at Isthmia. Fourth Campaign, 1957-1958 », Hesperia, 28 (1959), p. 298-343.

Broneer O., Isthmia II. Topography and architecture, Princeton, 1973.

Baladié R., Le Péloponnèse de Strabon, Paris, Les Belles Lettres (Collection d’études anciennes), 1980.

Chuvin P., Mythologie et géographie dionysiaques : recherches sur l’œuvre de Nonnos de Panopolis, Clermont-Ferrand, Adosa, 1991.

Coarelli F., « Topografia e storia », dans L’area sacra sacra di Largo Argentina, 1, Rome, Studi e materiali dei Musei e Monum. com. di Roma, 1981, p. 19-21.

Croissant F., « Argos. II. Sondages [SU 87] », BCH 94 (1970), p. 788-793.

étienne R., Braun J.-P., Ténos I. Le sanctuaire de Poséidon et d’Amphitrite, Paris, Diffusion De Boccard (BEFAR, 263), 1986.

Ginouvès R., BAAANEYTIKH. Recherches sur le bain dans l’antiquité grecque, Paris, De Boccard (BEFAR), 1962.

Ginouvès R. (et al.), Laodycée du Lycos. Le nymphée, Québec, Presses de l’Université Laval et Paris, Éditions De Boccard, 1969.

Glaser F., Antike Brunnen (KPHNAI) in Griechenland, Vienne, Verlag der österr. Ak. der Wiss., 1983.

Gros P., « La restitution monumentale en architecture romaine : quelques problèmes de méthode », RA, 1985, p 177-185.

Gros P., dans son édition de Vitruve, De l’architecture, livre IV, Paris, Les Belles Lettres (Collection des Universités de France), 1992.

Gros P., L’architecture romaine. 1. Les monuments publics, Paris, Picard (Les manuels d’art et d’archéologie antiques), 1996.

Hellmann m.-c, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, Paris, Diffusion De Boccard (BEFAR, 278), 1992.

Marchetti P., « Le nymphée d’Argos, le Palémonion de l’Isthme et l’agora de Corinthe », dans A. Pariente, G. Touchais (éd.), Argos et l’Argolide, Paris, Diffusion De Boccard (Recherches franco-helléniques III), 1998, p. 357-372.

Marchetti P., Kolokotsas K., Le nymphée de l’agora d’Argos : fouille, étude architecturale et historique, avec une contribution de C. Abadie-Reynal, Paris, Diffusion De Boccard (École française d’Athènes, Études péloponnésiennes, XI), 1995.

Morizot Y., « Artémis, l’eau et la vie humaine », dans L’eau, la santé et la maladie dans le monde grec, BCH Suppl. 28 (1994), p. 201-216.

Pariente A., Piérart M., Thalmann J.-P., « Les recherches sur l’agora d’Argos : résultats et perspectives », dans A. Pariente, G. Touchais (éd.), Argos et l’Argolide, Paris, Diffusion De Boccard (Recherches franco-helléniques III), 1998, p. 211-231.

Piérart M., « Argos. 1. Agora », BCH, 115 (1991), p. 667-670.

Piérart M., « Argos. 1. Agora », BCH, 116 (1992), p. 673-676.

Piérart M., « De l’endroit où l’on abritait quelques statues d’Argos et de la vraie nature du feu de Phoroneus. Une note critique », BCH, 117 (1993), p. 609-613.

Piérart M., « L’empereur Hadrien et Argos. Une dédicace partiellement inédite d’un temple d’Héra (SEG XI, 340+) », dans R. Frei-Stolba, M. A. Speidel (éd.), Festschrift für H. Lieb, Bâle-Berlin, Reinhardt Verlag (Arb. z. röm. Epigr. u. Altertumsk., 2), 1995.

Piérart M., « Panthéon et hellénisation dans la colonie romaine de Corinthe : la “redécouverte” du culte de Palaimon à l’Isthme », Kernos, 11 (1998), p. 85-109.

Piérart M., « Omissions et malentendus dans la “Périégèse” : Danaos et ses filles à Argos », dans V. Pirenne-Delforge (éd.), Les Panthéons des cités des origines à la Périégèse de Pausanias, Kernos Suppl. 8 (1998), p. 165-193.

Piérart M., Thalamann J.-P., « Argos. II. Agora : zone du portique », BCH, 102 (1978), p. 777-790.

Piérart M., Touchais G., Argos. Une ville grecque de 6°000 ans, Paris CNRS Editions- Paris Méditerranée (Patrimoine de la Méditerranée), 1996.

Pirenne-Delforge V., « La loutrophorie et la “prêtresse-loutrophore” de Sicyone », dans L’eau, la santé et la maladie dans le monde grec, BCH Suppl. 28 (1994), p. 147-155.

Robert L., Documents d’Asie Mineure, Paris, Diffusion De Boccard, 1987.

Rudhardt J., Le thème de l’eau primordiale dans la mythologie grecque, Berne, Francke (Trav. Soc. suisse des se. hum, 12), 1971.

Schsleif H., Weber H., « Das Nymphaeum des Herodes Attikos », dans E. Kunze, H. Schleif, Olympische Forschungen, 1 (1944), p. 53-82.

Settis S., « ’Esedra’ e ’ninfeo’ nella terminologia architettonica del mondo romano. Dall’étà repubblicana alla tarda antichità », ANRW, I 4 (1973), p. 661-745.

Vollgraff W., « Inscriptions d’Argos », BCH 68-69 (1944-1945), p. 391403.

Vollgraff W., « Fouilles et sondages sur le flanc oriental de la Larissa à Argos », BCH 82 (1958), p. 516-570.

Walker S., « Roman Nymphaea in the Greek World », dans S. Macready, F. H. Thompson (éd.), Roman Architecture in the Greek World, Londres, The Society of Antiquaries of London, 1987, p. 60-71.

Weber M., Baldachine und Statuenschreine, Rome, G. Bretschneider, 1990.

Wiseman J., « Corinth and Rome I : 228 B. C.- A. D. 267 », ANRW, II 7, 1 (1979), p. 438-548

Notes

1 Cf. M. Piérart, G. Touchais (1996, p. 47-52) ; A. Pariente, M. Piérart, J.-P. Thalmann (1998, p. 216-217 et fig. 4-5).

2 L’édifice est signalé sur le plan d’ensemble (fig. 1) par la lettre R.

3 Cf. fig 1-3. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995).

4 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 11-15).

5 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 12).

6 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 13).

7 P Marchetti, K Kolokotsas (1995 p.14).

8 Pausanias, Il 20, 6.

9 Voir les réserves de P. Gros (1996, p. 426).

10 Deux défauts entachent à mon avis la valeur de la reconstruction que nous proposent les auteurs, qui se réclament pourtant « des préceptes judicieux qu’argumente P. Gros » (P. Marchetti, K. Kolokotsas [1995, p. 11 et n. 6], renvoyant à P. Gros [1985, p. 177-185]). Convaincus que rien qui soit comparable à leur monument n’existait vraiment, ils ont renoncé à une étude serrée des parallèles. Celle-ci pouvait cependant les mettre sur la voie d’une identification correcte du premier état. L’inscription que portait le monument n’a pas été étudiée non plus. Sa simple mise en parallèle conduisait pourtant à s’interroger sur sa date et le sens des termes qu’on y lit. L’autre défaut, qui risque d’égarer plus d’un lecteur compétent mais pressé, est l’abus des restitutions. Des pans entiers du monument, dans l’état I, mais aussi dans l’état II, sont reconstitués sans qu’on puisse identifier un seul bloc utile. Ainsi l’escalier de podium, le mur de l’espace intérieur de la tholos, le plafond du premier état ou le système d’écoulement des eaux du second. Une confiance quasi absolue dans les rapports chiffrés tient souvent lieu de preuve là où les vestiges font défaut. Ainsi, l’évaluation de la hauteur du podium (P. Marchetti, K. Kolokotsas, [1995, p. 74]), le calcul des dimensions du bassin extérieur supposé [p. 86], la reconstitution de l’escalier de podium [p. 92-97].

11 J’ai pu discuter sur place de la restitution et de la fonction de l’édifice avec P. Coarelli, A. Ivantchik et Y. Morizot. V. Pirenne-Delforge a eu l’amabilité de revoir mon manuscrit. Je leur en suis très reconnaissant. Bien entendu, je suis seul responsable des idées défendues ici.

12 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 92-96).

13 Un raisonnement du même type pourrait s’appliquer au bloc P4 (cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas, 1995, p. 96 -97), s’il faut absolument le placer à l’angle de la pile VIII.

14 En principe, un monoptère est un monument sans cella. Aussi les auteurs évitent soigneusement le mot pour désigner l’espace enclos par le mur intérieur et qui serait dépourvu de sol, puisqu’il donnerait directement sur l’escalier intérieur. Connaît-on des parallèles à ce type de construction singulier ? En fait, c’est le temple rond du Largo Argentina à Rome qui sert de modèle à la restitution du monument R d’Argos. Cf. F. Coarelli (1981, p. 19-21 et pl. XX, XXIII). Mais là, on pénètre dans une vraie pièce.

15 Dans la restitution qui est proposée, la chambre cylindrique du monument avait deux mètres de diamètre. Où loger les battants de la porte, si elle ouvrait sur l’intérieur ? Où les placer dans l’espace entre le mur et les colonnes, si elle ouvrait à l’extérieur ? Une porte à un battant, peu esthétique, ne trouverait pas place. On a du mal à se représenter une porte monumentale dont les deux battants auraient 50 x 300 cm.

16 Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 37-38), « Si les hauteurs atteintes par certains massifs de maçonnerie, entre l’escalier et les piles, imposent comme une évidence qu’à la manière des “monoptères romains”, l’édifice circulaire s’élevait sur un podium, elles ne permettent pas à elles seules de repérer la présence d’un mur ». P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 145-147) ont placé C 25 dans l’axe de l’escalier. Le bloc servait à supporter un dallage, ce qu’on admettra volontiers, mais on ne peut en tirer aucune conséquence sur l’existence d’un mur. - Voir ci-dessous, p. 255, la mise en place de C 24.

17 La remarque s’étendrait d’ailleurs à n’importe quel rite accompli là.

18 Cf. M. Piérart, G. Touchais (1996, p. 47-52) ; A. Pariente, M. Piérart, J.-P. Thalmann (1998, p. 215 et fig. 4-5). - L’ouvrage est désigné par la lettre E sur le plan fig. 1.

19 Sur le caractère intermittent des eaux des torrents argiens, cf. Pausanias, II 15, 5 et les études citées ci- dessous, n. 22.

20 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 27) situent le réservoir « au nord de AS 90, en dehors du terrain archéologique, là où s’opère la rencontre entre l’axe de l’édifice et le prolongement de la conduite d’époque tardive qui traverse les carrés AU 86, AT 87 et AS 88 ». Le fond de la crypte est à 8.70 m. Pour la remplir, il faut que le fond du réservoir soit à 8.70 m + la hauteur désirée de liquide + la hauteur de la réserve + la pente. En supposant deux mètres en tout, ce qui n’est pas excessif - les margelles des fontaines ont en général 0.80 m. -, le fond du canal du « Céphise » en AR devait être à près de 11 m. En AX 93 le fond du torrent canalisé est à 8.03 m, ce qui suppose une pente de plus de 10 %. Elle devait être inférieure à 2 %. Il est peu probable que le sol romain, en AR, donc la couverture du torrent, ait atteint les 10.00 m. L’euthyntéria de poros de R, qui devait être de niveau avec le sol correspondant, est à moins de 9.50 m. À 50 m en amont du monument, le dallage qui est sous la porte monumentale tardive, et qui doit être au-dessus de la couverture du torrent canalisé, est à environ à 1l m -11.50 m (une erreur de ±50 cm étant possible, étant donné l’imprécision du rapport des fouilles). Cf. F. Croissant (1970, p. 793, fig. 1). - P. Marchetti place les gargouilles de l’état I à 12.50 m (cf. plan VII). D’où venait donc l’eau qui les alimentait ?

21 Pour l’eau dans les ablutions préparant au mariage, R. Ginouvès (1962, p. 265-282) ; Y. Morizot (1994, p. 201-216) ; V. Pirenne-Delforge (1994, p. 147-155).

22 Cf. R. Baladié (1980, p. 114-115) ; M. Piérart (1998, 2, p. 167-173).

23 Cf. J. Rudhardt (1971, p. 97-102). Sur l’usage de l’eau des puits dans les cultes, V. Morizot (1994, p. 205).

24 Nous ne discuterons pas ici l’identification subsidiaire du monument avec l’oikéma où les femmes pleuraient la mort d’Adonis (Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas [1995, p. 244-246]). Elle ne repose que sur une assimilation entre la Danaïde Amymoné et la nymphe de Beyrouth (Nonnos, XLI 155-184). Cette légende a été étudiée par P. Chuvin (1991, p. 214-216), qui montre qu’elle correspond à la colonie romaine de Beyrouth. Le culte d’Adonis n’avait pas besoin de cette légende isolée et tardive pour s’implanter à Argos.

25 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 58).

26 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 56-57).

27 Les vestiges de bains et de fontaines ne manquent pas. Cf. parmi d’autres R. Ginouvès (1962, p. 21-28 et passim ; 1969, p. 137-138) ; R. Étienne, J.-P. Braun (1986, p. 159-170) ; F. Glaser (1983).

28 Chapiteau intérieur : P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 135-136 ; le texte cité est à la p. 136).

29 Chapiteau extérieur : P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 105-110 ; les mots cités sont à la p. 107).

30 M. Weber (1990, p. 115-122) ; P. Gros (1992, p. 195) : « À vrai dire ce genre de composition s’avère plus fréquent en contexte commémoratif [...] ou funéraire que dans un contexte cultuel [...] Dans la plupart de ces cas Pédicule monoptère à podium constitue le couronnement d’un ensemble qui peut comporter un ou deux étages ».

31 Cf. M. Piérart (1998, 1, p. 85-109) et ci-dessous, appendice 1.

32 D’après les monnaies, la porte qui donnait accès à la crypte du Palaimonion pourrait avoir été entourée d’un podium â degrés. Il est possible qu’une solution de ce genre ait été pratiquée à Argos. Mais les vestiges de la maçonnerie n’en portent apparemment pas la trace. Les monoptères conservés sans escalier ne sont pas rares, en dépit de la définition de Vitruve (IV 8, 1, tribunal habent et ascensum). Cf. les études mentionnées ci-dessus, n. 30.

33 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 141).

34 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 141).

35 Cf. W. Vollgraff (1944-1945, p. 397-400 ; 1958, p. 555-556) ; sur le tracé de l’aqueduc, cf. P. Aupert (1989, p. 722-731).

36 Cf. P. Aupert (1990, p. 604).

37 H. Schleif, H. Weber, (1944, p. 72-76) ; R. Bol (1984, p. 58-67) ; P. Gros (1996, p. 426). - R. Bol (1984, p. 63-67) se demande si les monoptères n’ont pas été érigés après coup, pour recevoir les statues. Dans ce cas, ils n’auraient rien à voir avec des fontaines. La quasi inexistence de monoptères-fontaines invite en effet à la prudence.

38 P. Gros (1996, p. 422, 426).

39 Je ne comprends pas pourquoi la nécessité d’assainir la zone marécageuse où fut installée l’agora (cf. à ce sujet A. Pariente, M. Piérart, J.-P. Thalmann [1998, p. 212]) en fait un endroit prédestiné à accueillir un nymphée (P. Marchetti, K. Kolokotsas [1995, p. 30]), proposition dont on déduit la fonction hydraulique du monument hellénique qui a précédé la tholos. L’édifice M, à quelques mètres au sud (cf. fig. 1), le long de la piste de course, est fondé selon la même technique que R et pour les mêmes raisons : assurer la stabilité de l’édifice dans un sol marécageux (M. Piérart, 1992, p. 674 -676).

40 Cf. l’appendice, ci-dessous, p. 265-266.

41 Strabon, VIII 6, 9 (C. 371), Pausanias. II 20, 6 ; Hésychios, s.v.Σθένια. Cf. M. Piérart (1998, 2, p. 189-190).

42 S. Settis (1973, p. 712) : « la parola νυμφαîον compare, in un contesto non chiaramente precisabile, nell’iscrizione che correva tutt’intorno all’architrave, il monumento [....] è descritto dagli escavatori con un tempietto rotondo periptero ottastilo, con un tetto ’a scaglie’ [...] ; ma soprattutto intéressante e il bothros che era posto sotto la cella del tempietto - un vero e proprio, piccolo, ναòς νυμφων - reso acessibile, nonostante la sua piccolezza, da una breva scaletta ». On aimerait savoir sur quoi S. Settis se fonde pour reconnaître dans le monument argien un vero e proprio temple des nymphes. Même pourvu d’un escalier, un monoptère n’évoque que de très loin les grottes sacrées où s’ébattaient les nymphes. Cf. F. Glaser (1983, p. 162).

43 S. Walker (1987, p. 64 et n. 23) ; M.-C. Hellmann (1992, p. 273).

44 Cf. Servius, ad Aen. VII 84 (cf. R. Ginouvès [1962, p. 165-166] ; P. Aupert [1974, p. 119-121])

45 Je reprendrai l’ensemble des textes parallèles dans une étude en préparation, avec V. Grigorova, sur Hadrien et Argos.

46 W. Vollgraff (1958, p. 555). Sur le nymphée, W. Vollgraff (1958, p. 539-555) ; M. Piérart (1995, p. 11-13. avec bibliographie complémentaire).

47 Cf. ci-dessus, n. 36.

48 On ne discutera pas pour le moment la restitution de la fontaine que proposent les auteurs. Elle représente une solution parmi d’autres. Les vestiges conservés ne sont pas suffisamment éloquents pour l’imposer avec certitude.

49 Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 141-143).

50 Cf. P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 205. n. 13).

51 P. Gros (1996, p. 450464), où l’on trouvera la bibliographie.

52 Cf. M. Piérart. G. Touchais (1996, p. 83-85) ; A. Pariente, M. Piérart, j. P. Thairnan ; (1993, p 220-221).

53 Cf. L. Robert (1987, p 77-83). - Sur la localisation du temple, M. Piérart, 1993, p 609 613).

54 Cf. M. Piérart, J.-P. Thalmann (1978, p. 784) : A. Pariente, M. Piérart, J. P. Thal.nann (1998 p. 2)9-220).

55 Cf. M. Piérart (1991 p. 667-670) ; A. Pariente, M. Piérart, J-P. Thalrnanr. (1998, p 219). - !.e monument est signalé par h lettre C sur le plan fig. 1.

56 Cf. M. Piérart (1993, p. 613).

57 Pline, N.H., VII 195.

58 P. Marchetti (1998, p. 357-372). Voir aussi P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 205-206). Je laisse à d’autres le soin d’évaluer les parallèles tracés, de la même manière, avec Sparte et Athènes.

59 P. Marchetti, K. Kolokotsas (1995, p. 56-57).

60 M. Piérart (1998, 1).

61 O. Broneer (1959, p. 307-308).

62 J. Wiseman (1979, p. 513).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’agora d’Argos pendant le Haut-empire (dessin Y. Rizakis).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-1.png
Fichier image/png, 304k
Légende Fig. 2. Édifice R. Vue générale prise du nord-est.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-2.png
Fichier image/png, 274k
Légende Fig. 3. Édifice R. Plan de la fondation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-3.png
Fichier image/png, 691k
Légende Fig. 4. Coupe de l’état I, d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-4.png
Fichier image/png, 163k
Légende Fig. 5. C 23 et l’escalier de podium d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-5.png
Fichier image/png, 263k
Légende Fig. 6. L’escalier à marches gironnées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-6.png
Fichier image/png, 191k
Légende Fig. 7. a. Reconstitution du chapiteau extérieur, b. Reconstitution du chapiteau intérieur d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-7.png
Fichier image/png, 371k
Légende Fig. 8. L’état II du monument, d’après P. Marchetti et K. Kolokotsas.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-8.png
Fichier image/png, 173k
Légende Fig. 9. a. Façade de l’Édifice R. b. Restitution du Palaimonion de Corinthe d’après O. Broneer.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-9.png
Fichier image/png, 452k
Légende Fig. 10. a-b. C 24. c. Mise en place de C 24 sur la crypte cylindrique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-10.png
Fichier image/png, 402k
Légende ...] των πηῶν καί τò νυμφαîоν μετά τῶν δοχε[ίων...
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-11.png
Fichier image/png, 91k
Légende Fig. 12. L’état antérieur du monument, d’après P. Marchetti.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20630/img-12.png
Fichier image/png, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search