Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Polybe et Nabis

Piraterie et relations internationales ou violence et profit privés dans l’Égée à la fin du iiiè siècle

Pierre Brulé

Texte intégral

De l’utilité des colloques

1La pratique, aujourd’hui si fréquente, des colloques offre ceci de bon qu’elle nous invite à l’humilité en nous faisant rouvrir nos dossiers et mesurer ainsi nos anciennes maladresses ainsi que l’apport des collègues sur des sujets concourants. Il y a environ 20 ans, Pierre Briant me conseillait de choisir la piraterie comme sujet de thèse de IIIè cycle. À moi, disait-il, de déterminer sur quelle piraterie je travaillerais et sur quelle période. Je choisis la Crète aux dépens de l’Étolie de c. 300 à c. 150. Simplement parce que, sans en connaître encore le détail, le dossier insulaire me semblait au départ plus facile à traiter rapidement.

2Le recul est aujourd’hui suffisant pour que mon jugement acquière la sérénité minimum indispensable : l’accueil du livre fut étrange. Bon à l’étranger (encore aujourd’hui), mais, exception faite d’E. Will, froid, voire juste poli en France. Outre un reproche justifié pour une erreur manifeste, j’ai été sensible à deux critiques de fond. Celle d’Yvon Garlan : pourquoi n’avoir pas abaissé notablement la chronologie pour y englober le maximum de manifestations piratiques, c’est-à-dire jusqu’à la conquête de l’île en 67 av. ? celle de P. Vidal Naquet : l’enquête était trop partielle, trop créto-crétoise.

3Certes et, contre mes choix (qui avaient d’autres raisons que scientifiques...), ces maîtres avaient bien raison. Pour tout ce qui concerne la piraterie hellénistique, le sujet, le problème historique qu’elle pose n’est, géographiquement, politiquement, ni étolien ni crétois, il est égéen au sens large ; chronologiquement, il n’est pas limité au iiiè et au début du iiè s., il va jusqu’à la guerre piratique. Et, dans ce contexte élargi, la seule véritable tâche de l’historien consiste à rechercher la réponse à deux questions essentielles : d’abord, pourquoi des pirates apparaissent-ils en nombre dans l’Égée au IIIème s. et s’y maintiennent-ils durablement ? et secondairement, de quelles modifications, à la fois dans les relations internationales et dans l’évolution interne des communautés cette autre/nouvelle pratique de la violence est-elle le signe ?

L’histoire de la piraterie et les sources

4S’il est facile de s’entendre sur ces objectifs, cela ne signifie pas que les moyens d’y parvenir soient aisés à parcourir. On ne saurait bien entendu envisager de proposer des réponses à ces questions qu’une fois accompli un travail primaire assez ardu, qu’on aura rempli son fichier du plus grand nombre possible de petits faits accumulés, qu’on aura répertorié, classé, critiqué les sources littéraires et épigraphiques sur les manifestations diverses de navigateurs prédateurs qui peuvent ou non avoir été désignés sous le nom de pirates. Et cela ne va pas sans mal, sans difficultés méthodologiques dont certaines sont insurmontables. Chaque type de source, on peut le dire, a la sienne.

  • 1 On peut maintenant se reporter à Cl. Ferone, Lesteia. forme dei predazione nell’Egeo in età classi (...)
  • 2 La récente synthèse de Ph. de Souza, « Greek Piracy » in A. Powell éd., The Greek World, London — (...)

5Ainsi cette première qui est particulière à l’épigraphie : il y a longtemps qu’on a constaté que lorsque des communautés agressées enregistrent sur la pierre le récit parfois assez circonstancié d’une attaque de forbans, dans la grande majorité des cas, le texte conservé ne permet pas l’identification directe des agresseurs, même lorsque le document a été conservé dans son intégralité : les rédacteurs du texte appellent ces gens-là lèstai ou peiratai1, ils donnent parfois le nom d’un homme, d’un chef, d’un propriétaire de bateaux ou se contentent même de ne parler que du type de navires utilisés, et c’est tout2. On aimerait bien savoir pour quelle(s) raison(s) nombre de pirates restent ainsi anonymes, si ce silence, cette discrétion sont dus, simplement, à un manque d’informations, ou bien, inversement, parce que, pour les victimes, cette identité allait de soi, ou enfin parce qu’on pouvait être pirate comme on est ailleurs nomade, c’est-à-dire qu’on n’est pas d’ici, mais de nulle part, et qu’on n’a donc pas d’identité... Il est bien entendu que certaines de ces hypothèses ne s’excluent pas. Quoi qu’il en soit, il nous est souvent impossible d’assurer la provenance des auteurs de nombre de forfaits.

  • 3 Sur cet aspect de la piraterie hellénistique (et aussi classique), voir les pages consacrées à ce (...)

6Une autre difficulté première, soulignée elle aussi depuis longtemps, est celle-là spécifique aux sources littéraires, elle tient au caractère évidemment polémique de l’usage qui est fait des termes qui désignent le pirate3. 1— Pour preuve, et sous réserve d’inventaire, le fait que l’usage des termes qui le désignent est toujours réservé à l’ennemi (ou, au moins, à l’Autre) ; je ne connais pas d’exemple où ils soient appliqués au propre camp de celui qui parle. 2— Dans un second temps, pour ce qui concerne, donc, ces ennemis, les historiens de l’Antiquité les divisent en deux catégories : a— celle des ennemis que j’appellerai « courtois », ceux qui respectent les usages de la guerre et la pratiquent au grand jour, dans le cadre d’une guerre annoncée, déclarée en bonne et due forme, c’est-à-dire des gens qui utilisent des moyens « légaux » afin de faire « tout le mal possible » à leurs adversaires, b— celle de l’autre monde, celui des usages non conformes, un monde habité par des tricheurs qui ne jouent pas le jeu, des populations pas tout fait grecques d’ailleurs, des mixobarbaroi — Crète, et Étolie en sont des exemples parlants —, qui font aussi « tout le mal possible » à leurs adversaires, mais sans les en avoir avisés auparavant... Sans commentaire. Ou un seul, comment faire crédit à une telle formalisation des rapports introduits par la violence entre les communautés, construite a posteriori et généralement dans le camp des vainqueurs ? C’est donc avec la plus grande circonspection qu’on devra accueillir ces idéologiques distinguos.

  • 4 Voir les analyses de quelques cas — dont celui d’Athènes — dans la Grèce du ivè siècle (ib. 123-12 (...)

7On dira, cela nous le savons bien. Oui, mais en tirons-nous bien toutes les conséquences ? Inversement, évidemment, tout cela ne saurait être systématisé, et la prise en compte dans le travail historique d’une nécessaire attention corrective qui permette d’éviter le gauchissement des faits et des jugements qu’entraîne cette présentation arbitraire de certains peuples ou de certains personnages dans nos sources ne conduit évidemment pas ipso facto à acquitter ni des Étoliens ni des Crétois des méfaits qui leur sont reprochés. Cela invite à les comparer à d’autres qui ne reçoivent pas les mêmes dénominations. Et puis, par la mise en éveil qu’elle provoque, elle invite à une révision générale du discours antique sur les pirates et permet entre autres et par contrecoup, de repérer l’existence de pratiques piratiques au cœur même des usages proprement grecs de la guerre — même ceux des ennemis « courtois » —, voire même en dehors de l’état de guerre — jusque dans l’Athènes classique4. Et si, même, aucun texte ne nous permettait d’assurer que le pirate, ce n’est pas toujours l’Autre, il resterait ce doute lancinant et fondamental (dont on nous permettra de dire qu’il est souvent oublié) qui se trouve au cœur de notre travail historique et qui naît de la répartition régionale des sources littéraires : nous ne disposons d’aucune histoire étolienne ou crétoise de la Grèce. Il faut nous en souvenir constamment, mais comment peser l’influence de cette évidence sur notre interprétation des faits : nous ne pouvons citer aucun témoin contradictoire au procès que, pour nous, le reste du monde a fait à ces populations. Et ce procès date du milieu du iiè s. av. notre ère, il date de Polybe.

  • 5 Comme le remarque P. Cartledge (1989 : 60), le terme est ici chargé du maximum d’opprobre, ce qui (...)

8Il est souvent difficile, on l’a dit, d’identifier les pirates dont les textes épigraphiques racontent les tristes exploits, et il est encore plus rare d’identifier d’autres pirates que crétois ou étoliens dans l’histoire de l’Égée aux iiiè — iiè s. Or il se trouve qu’aux alentours de l’an 200, sous l’influence de l’extraordinaire roi de Sparte Nabis, que tout le monde a pris l’habitude, en suivant Polybe, d’appeler le tyran5, le Péloponnèse et les mers qui le baignent auraient été le théâtre d’actions piratiques où il semble que ni les Étoliens ni les Crétois n’aient eu la direction des opérations, mais qu’elles furent son fait... Événements qu’il peut être intéressant d’examiner de nouveau et après de bons auteurs pour voir comment, par leur singularité, ils peuvent permettre d’éclairer de façon différente les questions posées plus haut. L’histoire de Nabis va nous permettre en effet d’opérer un double « déplacement des centres » comme on a peu l’occasion d’en rencontrer : passer de la Crète ou de I’Étolie au Péloponnèse et intégrer la piraterie à une projet politique global.

Polybe et Nabis.

9Comme l’a bien expliqué P. Pédech (1964 : 244), la mise en scène psychologique des chefs dans les Histoires de Polybe obéit à une logique de construction : elle précède régulièrement leurs actions et se trouve ensuite justifiée par elle. C’est ainsi que le récit des événements auxquels Nabis sera mêlé plus tard en Grèce, sa politique et son destin, sont précédés par une évocation de sa méchanceté et de sa perversité cohérentes. Son portrait offre peu de contrastes tant il est uniformément atroce. Petite liste des ignominies pour donner le ton : il met à mort des membres importants des familles royales ou des personnages influents (lacune du texte), il exile « les citoyens les plus influents par leur naissance ou par la fortune », il livre « leurs biens et leurs femmes à d’autres citoyens en vue ou à ses mercenaires ». Ceci fait, ces bannis ne s’en trouvent pas pour autant à l’abri de sa haine : «... dans les villes où [ils] résidaient, il faisait louer par des gens insoupçonnables les maisons contiguës à celles où ils habitaient, puis il y envoyait des Crétois, qui perçaient les murs, puis, par les ouvertures ainsi pratiquées et par les fenêtres, tiraient des flèches et tuaient ces malheureux ». Vous avouerez qu’il faut pour tout cela une bonne dose de haine et des services de renseignement bien organisés.... On laisse de côté la question de savoir quelles sont ces villes où les tueurs à gages de Nabis se déplacent sans problème ainsi avec leur armement.

10Quant au personnage lui-même, Polybe n’a pas encore tout dit et ce qui reste est assez croquignolet ou plutôt Grand Guignol ! Ainsi, lorsque Nabis voulait demander de l’argent à l’un de ses concitoyens, il le faisait venir en audience. Dans l’hypothèse où le malheureux homme s’opposait à sa demande voilà alors ce qui lui arrivait : un mannequin (portant le nom de la femme de Nabis !) — sorte de machine infernale — apparaissait alors ; une mécanique interne animait ce robot qui enserrait l’infortuné dans ses bras. Fin du fin, « les bras et les mains de cette « Iron Maiden » étaient hérissés de pointes de fer dessous ses vêtements, ainsi que ses seins.... À peine le malheureux se trouvait-il en contact avec la poitrine du mannequin qu’il était contraint, en se voyant écrasé, de dire tout ce qu’on voulait. Nabis fit périr par ce moyen un grand nombre de ceux qui refusaient ce qu’il leur demandait ». On en est à se demander comment un esprit comme Polybe, sur d’autres sujets si raisonneur, si rationnel, a pu ajouter foi à de tels ragots, comment il a pu propager cette histoire rocambolesque de baiser de la mort. Ou bien il l’a fait volontairement ou l’explication ne peut venir que d’un son aveuglement partisan.

11Et le même Polybe de conclure sentencieusement : « Tout le reste de sa conduite au cours de son règne fut conforme à ce que nous venons d’en voir. Il s’associa aux entreprises de piraterie des navigateurs crétois. Il avait, à travers tout le Péloponnèse, des pilleurs de sanctuaires, des voleurs de grand chemin, des tueurs [les mêmes ou des copains des tueurs à gages de tout à l’heure] qui partageaient avec lui les profits réalisés par ses brigandages et qui, grâce à lui, trouvaient à Sparte une base pour leurs opérations et un refuge » (13, 6-8 pour l’ensemble des textes cités ci-dessus).

  • 6 Et encore dans Tite Live ce qu’il rapporte des paroles qu’aurait prononcées Démocrite, l’ambassade (...)

12Pour rester avec les pirates, on ajoutera plusieurs passages de Tite Live utilisant comme d’habitude Polybe pour ce qui concerne les affaires grecques, dont celui-ci, qui est sensé reproduire un discours de Flamininus s’adressant à Nabis : « Philippe [Philippe V] était notre ennemi ; vous vous êtes unis l’un l’autre par des nœuds d’alliance,... vous nous avez fait la guerre ; vous avez infesté de vos navires pirates les alentours du cap Malée (circa Maleum infestum piraticis festici) ; vous avez fait arrêter et mettre à mort plus de citoyens romains que Philippe ; et la côte de Macédoine a été plus sûre que la cap Malée pour les vaisseaux chargés de nos convois... » (34, 32, 18). Par ailleurs, dans les obligations faites par les Romains à Nabis après sa défaite on apprend qu’il se voyait contraint de rendre « aux cités maritimes les vaisseaux qu’il leur avait enlevés ; il ne garderait pour lui que deux barques de seize rames au plus... Il ne pourrait avoir aucune ville dans l’île de Crète, et rendrait aux Romains celles qu’il y aurait. Il ne ferait alliance avec aucun peuple crétois ni avec aucun autre ; il ne prendrait pas les armes contre eux. Il retirerait les garnisons de toutes les villes qu’il livrerait... » (Tite Live, 35, 9). D’ailleurs, toujours selon la source première qui est Polybe, «... ce qui le blessait le plus [dans ces conditions imposées par les Romains] c’était de se voir enlever ses vaisseaux et ses villes maritimes, car il avait tiré de grands profits de la mer, en infestant le cap Malée de ses navires pillards (praedatoriis navibus) » (36, 3)6.

13J’ajouterai un dernier point de rhétorique polybienne : dans l’économie d’ensemble des livres VII à XXX, ce portrait de Nabis sert de pendant à celui, entièrement positif cette fois, de Philopoimen, ce « grand homme » qui avait été élu général en chef de la Ligue achéenne en automne 208 et dont Polybe ne peut parler sans que son discours ne s’enfle. C’est donc par le même procédé que le portrait du vertueux général précède le récit de l’importante défaite lacédémonienne de Mantinée en 207 où ce même Philopoimen ne se contente pas de vaincre l’armée Spartiate, mais tue aussi de sa main Macha— nidas, « tyran » de Sparte. Comme l’écrit P. Cartledge (1989 : 67), cette nouvelle défaite après celle, cuisante, de Cléomène face à la coalition achaio-macédonienne dirigée par Doson à Sellasia en 222, outre le fait qu’elle laisse les forces de l’État lacédémonien dans un grand état d’épuisement, marque un tournant historique pour deux raisons. La première est d’ordre général : ce nouvel échec rend manifeste le sentiment que la cité ne saurait continuer à vivre d’expédients, mais qu’elle a besoin de solutions politiques et sociales absolument nouvelles. La seconde est une affaire de personnalité : la mort de Machanidas laisse la porte ouverte à un nouveau venu, un personnage original de l’histoire lacédémonienne : Nabis.

Nabis

  • 7 La bibliographie est volontairement incomplète : Ehrenberg V, Sparta (Geschichte), RE, III A 2, 19 (...)

14Sur le personnage la bibliographie ne manque pas, et, malgré la qualité des signatures, les points de vue et les jugements divergent notablement ; pourtant ce sur quoi les Ehrenberg, Aymard, Mossé, Oliva, Shimron, Texier, Cartledge et autres7 s’entendent assez bien, c’est à rendre à Nabis un projet politique cohérent, un projet que la caricature de Polybe nie avoir été la sien.

15Et c’est là que se trouve précisément toute la question : comment interpréter l’action de Nabis et, si possible, dans son ensemble ? L’opinion commune tend à le considérer comme un continuateur de Cléomène, comme un partisan d’un retour à ce que l’on peut appeler la « tradition lycurguéenne » (entre autres Ehrenberg, Aymard, Mossé, Shimron). Dans le cadre où je m’inscris ici il m’est impossible d’envisager l’ensemble des questions que pose l’interprétation de la politique suivie par Nabis, en particulier les questions de politique intérieure comme celle de la nature plus ou moins régalienne de son attitude publique, l’utilisation qu’il fit d’une garde rapprochée de mercenaires, sa vie, peu grecque, dans un « palais », son mariage avec la fille du tyran d’Argos Aristomachos... Plus importante pour mon propos actuel est son attitude vis-à-vis des esclaves et des classes possédantes.

16Nabis libéra des milliers d’esclaves. Le problème philologique que posent les témoignages c’est que ni Polybe (douloi) (16, 13, 1) ni Tite Live (34, 31, 11 ; 38, 34, 6) (servi) ne nous mettent sur la voie d’une identification précise de ces non-libres. Il a pu s’agir d’esclaves-marchandises, comme il devait en exister sans doute depuis assez longtemps à Sparte, et/ou d’hilotes — et ce sont certainement ces dépendants d’un autre âge qui eurent le plus à profiter de l’aubaine. Dans cette perspective, et tenant compte de la mention de mariages entre femmes de statut citoyen et anciens hilotes, et comme l’écrit P. Cartledge (1989 : 69 s.), cette libération des hilotes n’a rien à voir avec celle dont on la rapproche assez naturellement, celle à laquelle avait procédé Cléomène et qui avait pour seul objectif de renforcer la puissance militaire de la cité. Donner aux hilotes la terre que cultivaient depuis si longtemps leurs ancêtres a pour conséquence non seulement d’augmenter les rangs de la phalange en accroissant le nombre de citoyens, mais surtout de changer radicalement la nature socio-économique de la cité des Lacédémoniens.

  • 8 Qu’on pardonne cette phraséologie anachronique, mais elle n’est là que pour soutenir la présentati (...)
  • 9 On prendra mieux la mesure du caractère de remise en cause fondamentale de la nature socio— économ (...)

17La modernisation de l’État lacédémonien8 passe essentiellement par la modernisation de son économie et, malgré le silence de nos sources sur l’éventuelle volonté de transformation de Nabis, une note de Tite Live à propos de la situation de la côte de Laconie en 189 n’est pas sans éveiller l’attention : on y apprend que Sparte dépendait du trafic de ses ports pour son approvisionnement. Voilà bien une extraordinaire nouveauté pour cette économie traditionnellement fermée. Surprise confirmée par la mention — toute nouvelle — de Spartiates participant à des opérations commerciales (Cartledge 1989 : 71) et par cette fameuse inscription délienne (Sylt 584) qui décerne à Nabis la proxénie et le qualifie d’évergète. Nous y reviendrons. Si l’on ajoute à cette description la construction d’une flotte de guerre comme on en avait perdu la mémoire depuis longtemps à Sparte (Tite Live, 34, 35,5 ; 36, 3 ; 35, 12, 7 ; 26, 2), on concevra qu’avec Nabis l’ouverture de Sparte est complète, que la cité se met aux normes, et qu’inversement ce qui faisait son originalité négative est en train de disparaître. C’est dans la même perspective que l’on doit apprécier l’effort contemporain d’urbanisation au sens grec de la cité avec la construction d’une enceinte fortifiée de type classique, symbole anti-lycurguéen par excellence. C’est encore dans la même perspective que l’on doit apprécier les témoignages nouveaux d’un développement de l’artisanat...9

  • 10 Il y aurait aussi à discuter de la question de la remise des dettes

18Si, fort de cette analyse, on en revient à certaines diatribes de Polybe et de Tite Live sur les torts que Nabis aurait faits aux notables spartiates, l’ensemble ne manque pas d’une certaine cohérence10 si l’on considère — et c’est en grande partie à juste titre — que Polybe joue le rôle du porte parole des possédants de Sparte — spoliés et exilés par Nabis —, du propagandiste des usages du passé, du publiciste de la Ligue achéenne et de son stratège Philopoimen, enfin, du champion de l’intervention romaine en Grèce.

19Tournons-nous maintenant vers les affaires extérieures. Tâchons de mettre les alliances et les intérêts du moment en place.

L’écheveau égéen

20Les grandes puissances du temps sont, en Grèce balkanique : la Macédoine de Philippe V, La Ligue achéenne de Philopoimen, la Ligue Étolienne et, secondairement, Sparte ; on leur ajoutera dans le monde insulaire Rhodes et sa marine et puis, en Asie, les royaumes d’Attale de Pergame et séleucide d’Antiochos III. La Crète n’apparaît pas en tant que telle dans ce tableau, on verra qu’elle est en réalité l’objet de divisions. Il reste évidemment une puissance extérieure dont le rôle va se révéler décisif : Rome. Si la première guerre de Macédoine (215 — 205) trouve son origine dans l’hostilité de Philippe V contre Rome qui se manifeste en 215, alors qu’Hannibal tient l’avantage en Italie, à propos de problèmes illyriens, le rapprochement romano-étolien de 212 qui en est la conséquence concerne aussi d’autres États puisqu’en 205 outre ses alliés au sens strict un certain nombre d’États se voyaient adjoints à Rome et qui avaient avec elle des relations seulement amicales comme Pergame, Athènes et Sparte.

21La suite de l’histoire va déplacer son centre de gravité de la mer Ionienne vers l’Égée et l’on peut même dire que ce qui s’y trouve en cause c’est la maîtrise de cette mer.

  • 11 La bibliographie du sujet ne cesse de s’accroître, en partie en raison de la difficulté où l’on se (...)
  • 12 Le cap Malée jouissait d’une réputation détestable, à la fois en raison des conditions de navigati (...)
  • 13 Piraterie crétoise, 31 et les références n. 4. Il est dommageable pour la démonstration de G. Rege (...)

22Depuis la fin de la guerre chrémonidéenne, l’essentiel de ce qu’on a coutume d’appeler la police des mers est l’affaire des Rhodiens, surtout depuis qu’ils ont pris la tête de la Confédération des Insulaires11. De cette activité témoignent quelques documents épigraphiques fort suggestifs comme ces dédicaces déliennes où sont honorés des triérarques et des navarques rhodiens parce qu’ils ont « assuré la sécurité de la navigation, la protection des îles et le respect du sanctuaire, en publiant un édit enjoignant à ceux qui font la course (peirateuontes) contre les ennemis de cingler de leurs propres ports et de ne pas user de Délos comme base navale » (Choix n° 67). On doit aussi citer ici des inscriptions publiés par G. Iacopi et M. Segrè dont l’origine fait en grande partie le prix, ils proviennent de la petite île d’Aigila à la situation géographique si particulière puisqu’elle est située entre Cythère et l’extrême pointe nord-ouest de la Crète, en un lieu de passage obligé pour qui voulait doubler le Péloponnèse dans l’un ou l’autre sens, tout en évitant le cap Malée, malheureusement célèbre par ses écueils et aussi les forbans que, selon Polybe, Nabis y aurait placés12. On y apprend que, par deux fois, l’île et les pirates qui s’y trouvaient ont été investis et vaincus par des forces expéditionnaires rhodiennes13.

23Quittons maintenant les Rhodiens pour voir où en sont en cette fin de siècle Philippe V et les Crétois. L’île traite les séquelles de la guerre de Lyttos de 221 où s’affrontaient deux coalitions : l’une comprenait Cnossos, Rhodes et l’Étolie qui s’opposait à cette autre où Lyttos recevait l’appui de Gortyne, des Achéens et de Philippe V Philopoimen, alors en Crète, joua sans doute un rôle dans le succès final de ce clan pro-macédonien et, en 216, les Crétois, « s’étant tous unis pour former une ligue, choisirent Philippe comme seul prostate de leur île » (Polybe, 7, 11, 9).

24On ne sait pas trop si ce fut par réaction à une éventuelle volonté rhodienne de remise en cause des résultats de la guerre de Lyttos que Philippe V donna une impulsion nouvelle à sa politique égéenne. Toujours est-il que, selon la datation habituellement retenue, c’est en 201 que « Philippe... poussa Dikaiarchos d’Étolie, un aventurier, à s’engager dans la piraterie (pirateuein) et lui donna vingt bateaux. Il lui ordonna de lever tribut sur les îles et d’aider les Crétois dans leur guerre contre les Rhodiens » (Diodore, 28, 1). Les échos de ces actions dans Polybe revêtent deux aspects : le premier, de caractère politique, confirme que, dans cette affaire, la manœuvre de Philippe revêt un clair caractère anti-rhodien avec l’appui des Crétois, on apprend en effet qu’à cette occasion il envoya en Crète des émissaires pour « exciter les Crétois et les amener à intensifier leur effort de guerre contre Rhodes » (13, 4, 1), alors que, dans le même temps, il charge un certain Hérakleidès de découvrir un stratagème pour détruire la flotte de guerre rhodienne au mouillage ; le second, de caractère moral, confirme s’il en était besoin sa volonté systématique de calomnier le camp de Philippe : « Partout où il abordait, Dikaiarchos élevait deux autels à Impiété et à Iniquité, puis, comme qu’il se fût agi de vraies divinités, il leur offrait des sacrifices et les adorait » (18, 54, 10).

  • 14 Ce n’est pas le lieu ici de revenir dans le détail sur les doutes qui entourent la datation de cer (...)

25En réalité l’action de guerre de course menée dans l’Égée par Dikaiarchos au service de Philippe ne constitue pas l’ouverture des hostilités mettant aux prises les Rhodiens contre Philippe et ses alliés. Le cadre de ces hostilités dans lesquelles, selon Diodore, Dikaiarchos doit aider les Crétois, est celui de la guerre qu’on a coutume d’appeler la « Guerre crétoise », datée habituellement de 205 — 20114. Diodore enregistre simplement le fait : « Avec sept navires, les Crétois commencèrent à faire de la piraterie et pillèrent un grand nombre de bateaux. Ceci eut un effet néfaste sur ceux qui faisaient du commerce, surtout les Rhodiens qui... déclarèrent la guerre aux Crétois » (27, 3). Si l’on rapproche les deux informations : celle sur la prostasia de Philippe auprès du koinon crétois après la guerre de Lyttos en 216 et celle de Diodore sur le déclenchement de la guerre crétoise, on conclut habituellement que le Koinon crétois avait au minimum toléré et plus probablement décidé cette attaque contre les Rhodiens.

26En vérité, nous possédons sur cette guerre quelques documents épigraphiques bien connus qui évoquent des attaques crétoises contre Cos ainsi que les mesures prises par les Insulaires contre ces attaques. Les seuls Crétois nommés dans ces textes sont les Hiérapytniens. Et un détail ne manque pas d’y retenir l’attention, c’est la façon dont le décret de Calymna (Sylt 567), qui mentionne les attaques en question, évoque les événements : il parle de la guerre (polemos) que les Hiérapytniens ont injustement (adikôs) portée contre eux.

  • 15 La première véritable critique de cette vision simplifiée et trop naïve vis-à-vis des sources litt (...)

27Que, dans un tel contexte, essentiellement celui qui nous est transmis par Polybe et par Tite Live, les modernes aient conclu dans leur immense majorité15 à l’existence de deux fronts, un front des méchants, unissant dans une même entreprise de destruction Philippe V les Crétois et Nabis contre ces braves et pacifiques marchands rhodiens. Voilà qui ne saurait étonner.

La Crète entre Nabis, Philippe V, Antiochos III et les Rhodiens

28D’abord parce que dans un des traités (Sylt 581) qui marquent la fin de cette guerre et que concluent les Rhodiens avec les Hiérapytniens, ceux qui avaient attaqué Calymna, dème de Cos, cité étroitement alliée aux Rhodiens, et qui, donc, avaient obéi aux injonctions de Philippe, il est spécifié que pour la guerre qui, au moment du traité, oppose encore les Hiérapytniens aux Cnossiens, « les Rhodiens soient dispensés de s’allier aux Hiérapytniens ». Cela prouve sans conteste, comme je l’ai avancé (Piraterie crétoise, pp. 51 s), qu’à ce moment au moins, Cnossos et Rhodes ont des intérêts communs et que — on s’en doutait — la prostasia de Philippe n’est pas reconnue partout.

  • 16 On comprend mieux la situation qui pouvait être celle de la cité de Dionysos depuis le document pu (...)
  • 17 Anadolu 9, 1965, 29-159

29Cnossos serait-elle la seule cité pro-rhodienne, et sans doute aussi antimacédonienne, de l’île ? Il est un moyen de le découvrir en utilisant les renseignements contenus dans la longue liste de dogmata crétois gravés à Téos rapportés du long voyage accompli dans l’île par des ambassadeurs de la cité aux abois16 venus demander en cette fin de siècle l’asylie de leur cité. Afin de se ménager les meilleures chance de succès auprès de ces cités insulaires lointaines, les ambassadeurs téiens sont accompagnés par Hagésandros, représentant Antiochos III (une présence qui doit être mise en relation avec ce que l’on sait de l’influence séleucide sur la ville depuis la publication du décret par P. Hermann17), et de Perdicas, présenté explicitement pas les textes comme le représentant du roi Philippe, et cela, en raison du fait que sa prostasia est toujours reconnue dans certaines cités. Dans les réponses crétoises aux demandes des ambassadeurs de Téos il est précisé explicitement plusieurs fois que c’est pour plaire à Perdicas que les cités ont voté l’asylie de Téos (Piraterie crétoise, 98). Il s’ensuit que, comme l’avait vu M. Holleaux, là où les ambassadeurs téiens n’introduisent pas Perdicas, c’est parce que la cité en question ne reconnaît pas la prostasia de Philippe et qu’on a donc affaire à une cité pro-rhodienne à la manière de Cnossos. Compte tenu du fait que quelques textes sont illisibles, on identifie 5 cités n’ayant pas reçu Perdicas : des cités surtout réparties dans la partie nord-ouest de l’île : Cnossos — ce qui est une confirmation — Polyrrhénia, Rhaukos, Kydonia et Lappa.

30On ne rencontre en revanche nulle part dans les dogmata crétois pour l’asylie de Téos de représentant du roi Nabis. Or, nous l’avons dit, les conditions imposées à Nabis par les Romains à la paix une dizaine d’années plus tard comportent la restitution de ses possessions en Crète ; de quoi s’agit-il, nous ne le savons pas ; où se trouvent-elles, aucune ceritude, nous savons seulement qu’il s’agit de cités maritimes. Pourtant, des arguments inclinent à les identifier avec les cités pro-rhodiennes que nous venons de définir. Pour deux raisons : — leur position géographique : on imagine que les relations de Sparte étaient plus aisées avec la Crète occidentale ; — mais il est surtout difficile d’imaginer que Nabis ait pu tenir des villes crétoises qui se trouvaient dans l’alliance macédonienne.

31Mais cette analyse et ces résultats sont en contradiction avec le témoignage qui nous vient de Tite Live dans un discours prêté à Titus Flamininus et adressé à Nabis : « Philippe était notre ennemi ; vous vous êtes unis l’un l’autre par des nœuds d’alliance,... vous nous avez fait la guerre ; vous avez infesté de vos navires pirates les alentours du cap Malée (circa Maleum infestum piraticis festici) ; vous avez fait arrêter et mettre à mort plus de citoyens romains que Philippe ; et la côte de Macédoine a été plus sûre que la cap Malée pour les vaisseaux chargés de nos convois... » (34, 32, 18). Comment pouvait-il être à la fois allié de Philippe et des Rhodiens qui eux-mêmes étaient en guerre ?

32Et le reste de la Crète, celle qui reconnaît la prostasia de Philippe, dans quelles alliances est-elle prise ? Gortyne en est la cité principale, elle dirige le Koinon. Après avoir défait Nabis sur le continent, Philopoimen est invité en 200 par les Gortyniens à se rendre dans leur cité où il reste jusqu’en 197. Qu’importe ici que nous retrouvions à propos de ces événements sous la plume de Plutarque les mêmes préjugés moraux que chez Polybe, la question fondamentale est de savoir contre qui combattent alors les Gortyniens ? Il ne peut s’agir que de Cnossos comme en témoigne Pausanias (8, 50, 6 ; cf. Piraterie crétoise, 48s.). C’est-à-dire d’une action des Gortyniens contre le camp pro-rhodien, mais, en même temps, très probablement la continuation des projets anti-lacédémoniens de Philopoimen. Ce qui confirme la présentation des alliances faite plus haut.

33On aboutit ainsi à une aporie. Il est impossible de trancher, difficile de dire que la présentation de Tite Live est erronée. Ce qui me semble avéré c’est en tout cas que la présentation manichéenne des événements doit être totalement abandonnée. La lecture à plat des documents, ou, plus exactement, l’application des règles habituelles de la logique politique aboutit à une impossibilité. Car que devient la politique étrangère si les amis de nos amis sont nos ennemis ?

Lisons-nous correctement cette histoire ?

Ne pas se payer de mots...

34C’est sans doute parce que les catégories qu’implicitement nous appliquons à l’ensemble de nos sources ne conviennent pas. Un exemple entre autres : l’opposition qui nous semble aller de soi entre piraterie et commerce. À Délos, et dans le même temps ou presque, les navarques rhodiens sont félicités de leur chasse efficace aux pirates et ces mêmes pirates, ou d’autres, vendent dans l’île le produit de leurs rapines.

35G. Reger (1994, 62 et 64) attire avec raison l’attention sur un autre problème d’appréciation : quelle valeur accorder aux formules du style « avoir la haute main sur », « exercer la suprématie sur » que les modernes utilisent pour caractériser l’action plus ou moins permanente et surtout plus ou moins complète des différentes puissances sur les îles ? Mais, comme souvent dans ces cas-là, ce n’est pas seulement aux modernes qu’il faut poser la question, c’est aussi aux sources anciennes : que signifie par exemple la prostasia dont on vient de faire amplement état à propos de Philippe V et de la Crète. Le terme réapparaît dans un passage bien connu de Polybe encore à la suite du tremblement de terre dont Rhodes eut à gravement souffrir en 228 et où une des justifications des cadeaux offerts par les rois aux Rhodiens tient à ce qu’ils étaient considérés comme ayant la direction des affaires communes peri ta koina prostasias (5, 90, 5). C’est ainsi aussi qu’à propos des difficultés de Byzance au début du dernier quart du iiiè s., Polybe note que « pour tous », c’était aux Rhodiens qu’il appartenait de faire la police des mers (4, 47, 1), la prostasia « des choses de la mer ». Il est clair, comme le dit R. Reger, qu’on ne saurait attacher de valeur juridique permanente et générale à une telle phraséologie et que la prostasia reconnue sur une activité, une région, un koinon n’implique pas d’hégémonie, de contrôle permanent, seulement, peut-être, de prédominance au moins de principe et au moins passagère.

  • 18 Voir la personnalisation du discours romain à Nabis : ce qui le gènerait le plus dans les conditio (...)
  • 19 Comparer J.J. Gabbert, « Piracy in early Hellenistic period : a career open to talents », G&R, 33, (...)

36Pour autant il reste un certain nombre de faits qui restent irréductibles à l’analyse si l’on en reste à une vision classique des rapports entre les cités tels qu’on les voit fonctionner à l’époque classique. Que signifie par exemple cette façon qu’a Tite Live de s’exprimer quand il dit que Nabis tenait des villes en Crète ; quoi de plus vague pour nous qui cherchons à comprendre de quel type de « possession » il s’agit que le terme habere, qui traduit peut-être echein comme le dit H. Van Effenterre. Comment tient-il ces villes ? En propriété privée personnelle ? Comme un roi hellénistique ordinaire ? Quel crédit faut-il accorder à cette personnalisation de la politique que Polybe prête à Nabis ? Et si, comme je crois qu’il convient de la définir, la piraterie grecque, comme les autres, est irréductible aux explications de type diplomatique habituel, précisément parce qu’il s’agit d’une entreprise privée, doit-on voir dans ces entreprises de Nabis une certaine façon de travailler, par le moyen de ses alliances et par des luttes d’influence, à son propre profit18 — profit qui n’est pas forcément — et même pas normalement — en opposition avec celui de la cité, du royaume, de l’État19. Cela signifierait que Nabis, c’est Nabis et Sparte, Sparte. Comme il faudrait distinguer Dikaiarchos de Philippe et, peut-être, les Hiérapytniens de la cité des Hiérapytniens, en tout cas, les cités crétoises et toutes sortes de Crétois (et d’Étoliens) du Koinon crétois (ou de l’Étolie).

Où sont, qui sont les pirates ? Qu’est-ce qu’un pirate ?

37L’autre mise au point nécessaire s’attache à la signification du terme pirate dans ces circonstances historiques.

  • 20 Pour un commentaire récent sur ce dossier, cf. P. Baker, Cos et Calymna, 205-200 a.C. : Esprit civ (...)

38Prenons, entre autres, les documents sur la Guerre crétoise. Acte 1. Le texte de Diodore sur le déclenchement de la guerre paraît sans ambiguïté, les Crétois (c’est-à-dire le Koinon ?) ont mis le feu aux poudres en pratiquant une piraterie dont les Rhodiens prennent prétexte pour leur déclarer la guerre. Acte 2. Le second document explicite sur les opération de la guerre consiste en ce décret de Calymna (Sylt 567) déjà cité20. Le passage important qui identifie les agresseurs appelle des commentaires. À l’inverse de ce qui a été dit plus haut, à savoir que les textes épigraphiques qui évoquent des attaques de pirates les laissent dans l’anonymat, celui-ci nomme clairement, non de vagues Crétois, mais les Hiérapytniens. Cette singularité ne serait certes pas suffisante pour qu’on en déduise que les Hiérapytniens ne sont pas des pirates. Il faut néanmoins faire deux remarques.

  1. Le texte ne parle pas de piraterie ni de pirates, mais évoque une agression « sauvage » de la part des Hiérapytniens ; l’expression qui la désigne qui construit polemos avec ekpherein se retrouve assez souvent dans les sources contemporaines (Polybe et récits épigraphiques). Le fait que ce soit de façon ‘injuste’ (adikôs) qu’ils aient porté la guerre (ce dont rend compte « sauvage ») n’implique pas de façon certaine qu’il s’agisse d’actes de piraterie21.
  2. Il est pourtant fort gênant pour notre interprétation, notre compréhension, de ce que c’est qu’un pirate qu’il soit fait usage ici d’un ethnique de façon tout à fait banale. Cela signifie, à mon sens, que c’est la communauté des Hiérapytniens toute entière qui est considérée comme l’auteur de l’agression. Alors, je m’interroge sur ce que signifie dans ce contexte le profit privé qui, à mon sens, caractérise la piraterie. D’ailleurs, tenant compte de la première remarque, et si les mots ont un sens, il s’agit bien d’une guerre, certes une guerre injuste, donc, probablement, d’une guerre non déclarée, donc de ce que nous appelions plus haut un manque de courtoisie. Le détail est facile à interpréter : les Crétois, ou plutôt des Crétois attaquent là « injustement » un allié de la cité qui leur a déclaré la guerre. La distinction est assez subtile pour que M. Segrè pense que l’usage du terme adikôs implique qu’il n’y a pas d’alliance entre Cos (Calymna) et Rhodes22. Une dernière hypothèse consisterait à dater cette attaque hiérapytnienne d’avant la déclaration de guerre rhodienne à la Crète, une façon d’agir qui justifierait l’emploi d’adikôs dans le texte.

39Au cœur de ces difficultés à rendre compte de la documentation se trouve l’interrogation sur ce qu’entendent exactement les sources anciennes par le fait de faire de la piraterie. Qui est ainsi désigné, quelles pratiques navales cela suppose-t-il°? Que signifie l’intervention de ces prédateurs dans les projets de guerre que l’on prête ici à Philippe V — avec l’expédition de Dikaiarchos — qui « lève tribut dans les îles (Polybe) —, avec les navigateurs crétois qui pratiquent la piraterie contre les navires de commerce (Diodore) ou ces navires pirates dont Nabis infeste le cap Malée ? Qui sont-ils ? Laconiens, crétois°? Puisque le contexte est celui de la guerre pourquoi employer pour eux le terme de pirate ?

40La plupart des modernes emboîtent le pas de Polybe et voient en Nabis quelque chose comme un archi-pirate. Rappelons que pour mieux noircir Nabis, Polybe accumule les travers du personnage : viols, sacrilège, pleonexia, piraterie ; il insiste sur l’intérêt privé que le tyran tire de son action politique, jusqu’à l’épisode fabuleux de l’Iron Maiden... Le caractère négatif du portrait se trouve, je l’ai dit plus haut, encore renforcé par sa mise en parallèle avec le portrait de Philopoimen, cet homme d’État exemplaire, honnête, simple, frugal, et franc.

41Pour mieux illustrer la valeur et l’exemplarité de Philopoimen, Polybe insiste sur sa vertu et son dévouement à la cause achéenne. Or il se trouve que si nous lisons non plus Polybe mais Plutarque (qui dépend de Polybe) avec un peu d’attention, le même personnage, dans les mêmes circonstances historiques, dans ses mêmes relations avec les Crétois se conduit d’une façon pour le moins singulière. En effet, comment appeler autrement que du brigandage ce que Plutarque décrit et qu’il nomme pudiquement des politikah strateias accomplis par des gens de Mantinée quand (Philopoimen était jeune encore) ils attaquaient la Laconie pour piller et enlever du butin ? Officiels, déclarés ces coup de main ? On peut en douter. Mais, quoi qu’il en soit, destinés au profit privé quand on voit le destin tout personnel du butin fait dans ces sorties. Mais là où le portrait en pied du « dernier des Grecs » prend de mauvais coups de canif c’est quand Plutarque évoque ces voyages en Crète. Cet homme remarquable, « qui ignorait l’oisiveté » et cherchait donc à continuer la « pratique de l’art de la guerre » se rendit en effet dans l’île à la demande des Gortyniens — identifiés tout à l’heure comme chef de file du parti pro-antigonide en Crète —. Contre ce voyage du condottiere des voix s’élèvent dans le Péloponnèse, c’est justement le moment où Nabis se montre si dangereux. Plutarque va jusqu’à écrire que la guerre qu’il faisait en Crète n’était « ni franche (ou ni honnête) ni noble » ; c’est en partie sans doute parce qu’on lui reproche aussi en passant d’avoir « oublié les habitudes [guerrières] du Péloponnèse pour adopter la tactique des Crétois » ; mais on ne saurait douter, ce que poursuit Philopoimen dans l’île, c’est essentiellement son intérêt personnel. Philopoimen, c’est Philopoimen ; qu’a-t-il à voir là avec la Ligue achéenne ?

  • 23 Là encore, ne se paye-t-on pas de mots ?

42Mais, désigner un second coupable ne saurait innocenter le premier ; et puis la question n’est pas là. Si l’analyse habituelle échoue à rendre compte des errements de la politique internationale23 en cette fin de iiiè s., c’est probablement parce que ses règles de fonctionnement sont différentes. Parce que les intérêts privés, ou, si l’on veut, des intérêts distincts de ceux des États — mais qui peuvent évidemment d’autant mieux s’exprimer qu’ils entrent en complicité avec ceux des États — se manifestent au grand jour et jouent alors un rôle qui le dispute à celui des communautés politiques.

43Pierre BRULÉ

44Maison de la Recherche en Sciences Sociales

45Université de Haute-Bretagne Rennes 2

466, av. Gaston Berger

4735 043 Rennes Cedex

48e-mail : PBrule@wanadoo.fr

Notes

1 On peut maintenant se reporter à Cl. Ferone, Lesteia. forme dei predazione nell’Egeo in età classica, Naples, 1997, pour une discussion du vocabulaire de la piraterie. Puisque nous en sommes aux nouveautés sur la question de la piraterie hellénistique, signalons l’intéêt pour l’étude de ses principales conséquences du recueil commenté d’A. Bielman, Retour à la liberté. Libération et sauvetage de prisonniers en Grèce ancienne, Paris, 1994.

2 La récente synthèse de Ph. de Souza, « Greek Piracy » in A. Powell éd., The Greek World, London — New York, 1995, 179-198, revient sur cet aspect de la documentation.

3 Sur cet aspect de la piraterie hellénistique (et aussi classique), voir les pages consacrées à ce problème dans P. Brulé, La piraterie crétoise hellénistique, 1978 (cité infra Piraterie crétoise), 117-138.

4 Voir les analyses de quelques cas — dont celui d’Athènes — dans la Grèce du ivè siècle (ib. 123-125).

5 Comme le remarque P. Cartledge (1989 : 60), le terme est ici chargé du maximum d’opprobre, ce qui n’est pas toujours le cas dans l’usage de l’analyse politique (cf. Aristote, Politiques, 1310 b 26).

6 Et encore dans Tite Live ce qu’il rapporte des paroles qu’aurait prononcées Démocrite, l’ambassadeur des Êtoliens auprès de Nabis, selon lui, « en lui enlevant ses villes maritimes on avait ruiné sa puissance. « C’était en effet ces places... qui lui fournissaient ses soldats, des vaisseaux, des marins » (35, 12, 7).

7 La bibliographie est volontairement incomplète : Ehrenberg V, Sparta (Geschichte), RE, III A 2, 1929, 1373-1453 et Nabis, XVI.2, 1471-1482 (1935) ; Aymard A., Les premiers rapports de Rome et de la Confédération achaïenne (191-189 av. J.-C.), Bordeaux et Paris, 1938, 33-46 ; 184-255 ; 294-324 ; Mossé Cl., « Un tyran grec à l’époque hellénistique : Nabis “roi” de Sparte », CH, 9, 1964, 313-323 et La tyrannie dans la Grèce antique, Paris, 1969, 179-192 ; Oliva P., Sparta and her Social Problems, Amsterdam et Prague, 1971, 274 — 98 ; Shimron B., Late Sparta. The Spartan Revolution 243 — 146 B.C., Arethusa Monograph 3, Buffalo— New York, 1972, 79-100 ; 118-128 ; Texier J. G., Nabis, Paris, 1975 ; P. Cartledge et A. Spawforth, Hellenistic and Roman Sparta, Londres et New York, 1ère éd., 1989 (cité infra Hellenistic Sparta), 59-79.

8 Qu’on pardonne cette phraséologie anachronique, mais elle n’est là que pour soutenir la présentation d’une polémique où s’affrontent effectivement les tenants d’un ordre traditionnel et ceux qui tentent de mettre Sparte en harmonie avec les évolutions sociales et économiques de son temps

9 On prendra mieux la mesure du caractère de remise en cause fondamentale de la nature socio— économique de l’État lacédémonien par Nabis en lisant sous la plume de Plutarque la liste des « punitions » imposées par Philopoimen à Sparte après la défaite de Nabis (§ 16), outre la déportation ou la mise en vente de ceux auxquels Nabis avait accordé la citoyenneté ainsi que le rappel des exilés, il fit démolir les remparts de la ville

10 Il y aurait aussi à discuter de la question de la remise des dettes

11 La bibliographie du sujet ne cesse de s’accroître, en partie en raison de la difficulté où l’on se trouve de dater des batailles importantes pour l’évolution de la compétition entre les diverses puissances de la Méditerranée orientale dans l’Égée : celles d’Éphè se, de Cos et d’Andros.
Les principaux travaux sont ceux de Berthold R.M., Rhodes in the Hellenistic Age, Ithaca-Londres, 1985, ceux de Ager S.L., « Rhodes : the Rise and Fall of a neutral Diplomat », Historia, 1911, 1, 10-4 ; de Busarelis K., Dos hellenistische Makedonien und die Àgäis. Forschungen zur Politik des Kassandros und der ersten Antigoniden (Antigonos Monophtalmos, Demetrios Polioketes und Antigonos Gonatas) im ägäischen Meer und im Westkleinasien, Münchener Beitràge zur Papyrus/orschung und antiken Rechtsgeschichte 73, Munich, 1982 ; de Reger G., Regionalism and Change in the Economy of Independent Delos 314-167 BC, Berkeley — Los Angeles, 1994 ; « The Political History of the Kyklades », Historia, 1994, 1, 32-69 ; de Sheedy K.A., « The Origins of the Second Nesiotic League and the Defense of Kythnos », Historia, 1996, 4, 423-449. Mais à côté de ces recherches intéressant directement le sujet, on n’aura garde de laisser de côté, et en attendant impatiemment sa thèse, les travaux d’A. Bresson sur l’économie rhodienne : « La circulation monétaire rhodienne jusqu’en 166 », DHA, 19, 1, 1993, 119-169 et ceux de P. Brun sur les sociétés insulaires de l’Égée : Les archipels égéens dans l’antiquité grecque (vè — iie siècles av. notre ère), Paris, 1996.
Pour la bibliographie antérieure du sujet on se reportera encore aux travaux cités dans Piraterie crétoise, pp. IV s.

12 Le cap Malée jouissait d’une réputation détestable, à la fois en raison des conditions de navigation et comme repaire de pirates pas nécessairement liés à Nabis. Une épigramme funéraire désigne un navigateur crétois parmi ses victimes : « L’île de Pélops, la mer difficile de Crète, le Malée escarpé et ses écueils aveugles m’ont fait périr, moi, Astydamas, fils de Damis, de Kydonia » (AP, VII, 275) ; là-dessus, voir H.A. Ormerod, Piracy in Ancient World, Linverpool, 1924, 22 n. 2.

13 Piraterie crétoise, 31 et les références n. 4. Il est dommageable pour la démonstration de G. Reger [réf. n. 11, « The Political history... », pp. 62 s.] qu’il n’utilise pas ces documents.

14 Ce n’est pas le lieu ici de revenir dans le détail sur les doutes qui entourent la datation de certains événements rapportés par les modernes à cette Guerre crétoise (je me suis prononcé là-dessus dans Piraterie critoise, 29-56). Rappelons que cette guerre de la fin du iiie s. doit être différenciée d’une seconde Guerre crétoise, elle aussi dirigée contre Rhodes, que les modernes datent de 155-153 (ib. 61-66).

15 La première véritable critique de cette vision simplifiée et trop naïve vis-à-vis des sources littéraires est venue de R.M. Errington dans son Philopoemen, Oxford, 1969, dans son chapitre Cretan Connections

16 On comprend mieux la situation qui pouvait être celle de la cité de Dionysos depuis le document publié par S. Salin, Piratenuberfall auf Teos. VolksbeschluB über die Finanzierung der Erpressungsgelder, 1-35.

17 Anadolu 9, 1965, 29-159

18 Voir la personnalisation du discours romain à Nabis : ce qui le gènerait le plus dans les conditions qui lui sont faites après sa défaite, c’était de « se voir enlever ses vaisseaux et ses villes maritimes, car il avait tiré de grands profits de la mer, en infestant le cap Malée de ses navires pillards ».

19 Comparer J.J. Gabbert, « Piracy in early Hellenistic period : a career open to talents », G&R, 33, 1986, 156-163

20 Pour un commentaire récent sur ce dossier, cf. P. Baker, Cos et Calymna, 205-200 a.C. : Esprit civique et défense nationale [curieuse modernité de ce titre !], Québec, 1991.

21 Contra Piraterie crétoise pp. 36 s. On y trouvera les renvois nécessaires aux exemples d’emploi d’ekpherein avec polemon.

22 Il faut rappeler contre ce qu’écrit S. Kreuter, Aussenbezichungen kretischer Gemeinden zu den hellenistischen Staaten im 3. und 2. Jh v. Chr., Münchener Universitätsschriften, Münchener Arbeiten zur alten Geschichte, 6, Munich, 1992, pp. 75 et 117, que l’agression commise par les Hiérapytniens est dirigée, dans un premier temps, contre Calymna, qui est alors un dème de Cos, et non contre le territoire rhodien ; il y eut une seconde attaque contre laquelle Lysandre, élu chef des navires de secours, se porta, probablement avec l’aide de la flotte des symmachoi rhodiens dirigés par un navarque. Les ennemis (on ne parle plus d’Hiérapytniens ici) sont défaits au cap Laketer.

23 Là encore, ne se paye-t-on pas de mots ?

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search