Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Les cités d’Élide1

James Roy

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le sujet de cette intervention m’a été suggéré par des recherches menées dans le cadre du projet d (...)
  • 2 Strabon 8, 3, 1 (336), 3 (337), 22 (348) ; Pausanias 5, 6, 3 ; 6, 21, 3-5 ; 6, 26, 10
  • 3 Ruschenbusch (1985) 258 suggère qu’en Grèce continentale et sur les îles égéennes la superficie du (...)
  • 4 L’Élide de Strabon et de Pausanias correspond à peu près à l’Élide moderne (le nomos Éléia), sauf (...)

1Pour Strabon à l’époque d’Auguste comme pour Pausanias au iie siècle après J.-C. l’Élide formait une seule région, qui s’étendait de l’Achaïe au nord jusqu’à la Messénie au sud et de l’Arcadie à l’est jusqu’à la mer à l’ouest2. Cette région constituait le vaste territoire de l’État éléen. Pourtant, à l’époque classique la région n’était pas encore unifiée et n’avait pas d’identité commune. Cette identité ne s’est imposée qu’à l’époque hellénistique, à la suite d’une politique d’expansion menée avec obstination depuis des siècles par les Éléens, et malgré de nombreux échecs. Avant son unification définitive, la région comprenait donc à la fois le territoire de l’État éléen et de nombreuses autres communautés non-éléennes, parfois farouchement non-éléennes. Le territoire éléen, même avant son expansion, était exceptionnellement grand3 et obéissait à un schéma de peuplement complexe qui renfermait, d’après des auteurs antiques, plusieurs cités. Cette communication concernera donc plusieurs questions : le schéma de peuplement à l’intérieur de l’État éléen ; la nature des autres communautés et leurs rapports avec l’État éléen comme avec d’autres régions du Péloponnèse ; enfin la date ainsi que la nature de la fusion finale qui a créé l’Élide de Strabon et Pausanias4.

Géographie de la région

  • 5 Strabon 8, 8, 3 (389) considérait même le Mont Pholoé comme arcadien
  • 6 Le terme « Pisatide » s’applique ici (comme parfois chez des auteurs antiques, comme par exemple A (...)

2Les Éléens étaient originaires de la vallée du Pénée, l’Élide Creuse (Koilé Élis). À l’est de l’Élide Creuse était l’Akroréia (le Haut Pays), où quatre cités occupaient le mont Pholoé. À l’est de l’Akroréia se trouvait Lasion, sur les confins de l’Arcadie5. Au sud-est de l’Élide Creuse s’étendait la Pisatide jusqu’à l’Alphée6, et en Pisatide sur la rive nord de l’Alphée se trouvait à Olympie le sanctuaire de Zeus, de loin le plus important du Péloponnèse. Près de la Pisatide étaient trois autres petites communautés, Amphidolie, Marganeis, et Létrinoi. Entre l’Alphée et la Néda, qui sert de frontière avec la Messénie, les diverses communautés n’avaient pas d’identité commune avant la création, vers 400, de la Triphylie. Si on attribue le nom de Triphylie à cette région même avant 400, c’est pour des raisons de simplicité et au risque évident d’un certain anachronisme.

Expansion éléenne de l’époque archaïque aux années 360

  • 7 Pausanias 6, 20, 2-5.
  • 8 Phérécyde FGrHist 3 fr. 161 ; Hérodote 4, 148
  • 9 Polybe 4, 70, 3-4.
  • 10 Il est possible que certains voisins des Éléens aient accepté de se joindre à eux sans avoir été a (...)
  • 11 E. Meyer, Der kleine Pauly 2. 249-251 art. Elis offre un aperçu de l’histoire éléenne. Voir aussi, (...)
  • 12 Bilik (à paraître), Sordi (1994).
  • 13 L’écriture, le dialecte et le contenu de certaines inscriptions de bronze encore inédites d’Olympi (...)
  • 14 Hérodote 4, 148 (« de mon temps »).
  • 15 Thucydide 5, 31, 1-5 (Lépréon) ; Xénophon, Hell. 3, 2, 30-1 (Epéion) ; Xénophon, Hell. 3, 2, 23 (c (...)
  • 16 Thucydide 5, 34, 1 ; Aristophane, Oiseaux 149 (Lépréon). Voir Roy (1997b) 311 n. 17 ; Nielsen (199 (...)

3Les Éléens ont mené une politique d’expansion au moins depuis le viie siècle, surtout contre leurs voisins d’Élide. Au nord, seul un passage assez étroit entre les montagnes et la mer près de Dymé offrait un accès facile en Achaïe ; le passage avait une importance stratégique, comme le prouve la forteresse connue comme Dymaion Teichos, mais nous n’entendons pas parler d’une tentative éléenne d’expansion vers l’Achaïe aux époques archaïque et classique. Quand au ve siècle les Éléens réussirent à dominer temporairement la Triphylie, ils ne purent pas poursuivre leur expansion plus loin vers le sud jusqu’en Messénie, qui était solidement tenue depuis longtemps par les Lacédémoniens. Vers l’Arcadie par contre les Éléens, une fois maîtres de l’Akroréia et de la Pisatide, avaient des possibilités d’expansion, comme inversement les Arcadiens vers l’Élide, et la frontière entre l’Élide et l’Arcadie est longtemps restée instable. Les premiers conflits entre les Éléens et les Arcadiens relatés par nos sources étaient sans doute mythiques, comme par exemple le cas où le héros éléen Sosipolis sauva ses compatriotes d’une invasion arcadienne en se transformant de bébé en serpent7. Mais aux temps historiques nous voyons des communautés changer de côté, comme par exemple au ve siècle Phrixa, considerée comme arcadienne par Phérécyde mais comme triphylienne (ou plus exactement minyenne) par Hérodote8, ou encore, au iiie siècle, Psophis, considerée comme arcadienne par Polybe mais rattachée à l’État éléen9. À partir du ive siècle les rapports entre la Triphylie et l’Arcadie étaient de la plus grande importance et seront à considérer plus en détail ci-après. Néanmoins, malgré les flottements de la frontière arcado-éléenne, le principal effort d’expansion des Éléens s’est dirigé vers leurs voisins d’Élide10. Il est difficile de restituer les premières phases des conflits à l’époque archaïque entre les Éléens et leurs voisins11, parce que les récits de ces évènements qui nous sont parvenus ont été deformés par des préoccupations politiques des ve et ive siècles12. En tout cas, vers le milieu du vie siècle les Éléens étaient maîtres de la Pisatide, et par conséquent du sanctuaire olympique, et dominaient aussi l’Akroréia, Amphidolie, Marganeis et Létrinoi, et peut-être Skillonte et Makiston au sud de l’Alphée13. Vers le milieu du ve siècle (sinon avant) les Éléens se sont attaqués à la Triphylie et ont saccagé les six cités minyennes qui s’y trouvaient14. Pendant la seconde moitié du siècle les Éléens ont réussi à assujetir toutes les communautés de la Triphylie : ils ont conclu un traité d’alliance avec Lépréon et ont acheté Epéion, mais les autres cités triphyliennes ont été conquises15. Ainsi pour la première fois — mais pas pour longtemps — toute l’Élide était unie, et son identité régionale commençait à s’esquisser. Thucydide a écrit que Lépréon se trouvait aux confins de la Lakoniké et de l’Éléia, et Aristophane a qualifié Lépréon d’éléen : comme Lépréon se trouvait dans l’extrême sud-ouest de la Triphylie, un Lépréon éléen impliquait que toute la Triphylie pouvait être considerée comme éléenne16.

  • 17 Sur la guerre et les conditions de paix, voir Roy (1997b) 283-5 ; 291-2 ; 299-304 : et aussi Niels (...)
  • 18 Les récits de la guerre qui a eu lieu vers 400 appellent les communautés soumises periéques, mais (...)
  • 19 Voir Ebert [et Siewert] (1997) : il est évident (p. 200) que les deux savants ont rédigé le texte, (...)
  • 20 Thucydide 5, 47

4L’unité régionale imposée par les Éléens n’a pas duré longtemps. Les Lacédémoniens se sont interessés au statut de Lépréon, qui était apparemment peu enclin à accepter toutes les revendications des Éléens, et la querelle qui s’en suivit entre Élis et Sparte s’est soldée par une guerre vers 400. Puisque les Lacédémoniens, ayant exigé que les Éléens libèrent toutes les communautés qui étaient tombées sous leur domination, eurent gain de cause, les événements de la guerre et les conditions de paix imposées par les Lacédémoniens nous permettent d’entrevoir comment les Éléens avaient.organisé jusqu’alors les territoires qu’ils dominaient17. Ils avaient incorporé la Pisatide dans le territoire de l’État éléen, et avaient aussi prolongé leur territoire le long de la côte jusqu’au port de Phéia (et probablement jusqu’à l’embouchure de l’Alphée). Toutes les autres communautés de l’Élide étaient devenues des alliés soumis aux Éléens, appelés parfois des perioikoi18. Une inscription d’Olympie récemment publiée et datant des environs de 500 parle des Éléens et d’une sym(m)achia (alliance) : il semble assuré que cette « alliance » est formée de l’ensemble des alliés subordonnés des Éléens, et il s’ensuit que les Éléens avaient organisé leurs rapports avec ces autres communautés sous forme d’alliance militaire19. Cette conclusion se trouve confortée par le traité d’alliance de 420 entre les Athéniens, les Argiens, les Mantinéens, et les Éléens : chaque État, en acceptant le traité, agissait pour soi et pour les alliés placés sous son autorité20.

  • 21 Sur la Triphylie, voir Nielsen (1997), qui considère (pp. 151-2 ; 155) que la création de la fédér (...)
  • 22 Une ethnie comme les Triphyliens pouvait sans difficulté faire partie de l’État fédéral arcadien e (...)
  • 23 Les Éléens ont récupéré Skillonte à une date incertaine : voir Roy (1997b) 284-5.
  • 24 Sur la Triphylie au ive siècle, voir Nielsen (1997) 144-57. Que Polybe, lui-même arcadien, considè (...)

5Vers 400, à la suite de la guerre avec Sparte, les Éléens furent obligés de libérer tous leurs alliés périèques. Dès que ce fut possible, ils essayèrent de rétablir leur mainmise sur ces communautés, mais avec plus de succès au nord de l’Alphée qu’au sud. Après la libération de la Triphylie, à la fin de la guerre, apparaît pour la première fois une identité triphylienne : les diverses cités de la région se sont unies en une fédération et ont par la suite maintenu une attitude résolument hostile aux Éléens21. Après la bataille de Leuctres en 371 la diminution de l’influence de Sparte sur les autres États du Péloponnèse a permis aux Arcadiens de s’unir en État fédéral, et ils ont accepté les Triphyliens comme membres de la confédération. Sur le monument arcadien érigé à Delphes figurait, parmi les fils d’Arkas, Triphylos, ancêtre éponyme des Triphyliens devenus arcadiens22. Même si les Éléens n’ont pas renoncé à leurs prétentions sur la Triphylie, toute cette partie de l’Élide, sauf Skillonte23, est restée indépendante de l’État éléen jusqu’au milieu du iiie siècle, et a acquis une identité solidement arcadienne24. La Triphylie a donc été perdue pour les Éléens pendant un siècle et demi.

  • 25 Voir Tuplin (1993) 31, 183-5 ; Roy (1997b) 284-5.

6Au nord de l’Alphée les efforts des Éléens pour rétablir leur domination sur les communautés périèques ont connu plus de succès, même si beaucoup de détails restent obscurs. La situation s’est compliquée pendant les années 360, quand les Éléens se sont alliés aux Arcadiens avant de leur faire la guerre entre 365 et 362 : pendant le conflit plusieurs cités d’Élide sont passées temporairement aux mains des Arcadiens, et la Pisatide est même devenue très brièvement un État indépendant. Malgré les incertitudes, les Éléens avaient probablement récupéré toutes les communautés périèques au nord de l’Alphée en 362, sauf Lasion25.

7Après 362, date à laquelle se termine le récit des Helléniques de Xénophon, nous avons très peu de renseignements sur les rapports entre les Éléens et les communautés périèques avant le milieu du iiie siècle, quand Polybe commence à nous fournir quelques indices. Avant d’aborder les événements de l’époque hellénistique il est donc commode de passer en revue ce que nous savons des cités d’Élide, aussi bien périèques qu’éléennes.

Les cités périèques

  • 26 Sur le statut de polis qu’avaient les cités triphyliennes, voir Nielsen (1997) 133 ; 142-4.
  • 27 Pritchett (1989) 28-30
  • 28 Sur l’Akroréia, voir Siewert (1987/8). Le texte épigraphique du traité d’alliance entre la fédérat (...)

8Les cités périèques étaient des poleis, des cités-États traitées en tant que telles par les Éléens, comme le prouve l’alliance qui les attachait à l’État éléen26. Au nord de l’Alphée, il y avait en Akroréia les quatre cités d’Alion, Eupagion, Opous, et Thraistos, et à l’est de l’Akroréia Lasion et près de la Pisatide les trois cités d’Amphidolia, Marganeis, et Létrinoi. Le site fortifié de Lasion est connu depuis longtemps27, mais aucune autre cité périèque au nord de l’Alphée n’a été localisée avec certitude28.

  • 29 Sur l’histoire de la Triphylie, voir Nielsen (1997) ; sur la topographie, voir Pritchett (1989) 46 (...)
  • 30 Pour la liste, voir Polybe 4, 77, 9, et pour Épitalion, voir 4, 80, 13. 4, 80, 14 montre que la li (...)
  • 31 Hérodote 4, 148 : voir Nielsen (1997) 133-4.
  • 32 Sur la disparition de la polis Makiston, voir Nielsen (1997) 134 note 35 (à la page 135). Dans une (...)
  • 33 Pritchett (1989) 58-60 (Lépréon) ; 66-9 (Makiston/Mazi) ; 75-6 (Épitalion). Sur Makiston voir auss (...)
  • 34 Sur le sanctuaire de Kombothékra, Sinn (1978) et (1981) : voir aussi Morgan et Coulton (1997) 114.
  • 35 Ruschenbusch (1985) 257 suggère un territoire moyen de c. 42 km2, mais (255) d’un côté oublie Sami (...)
  • 36 Strabon 8, 3, 15 (344) considérait la Triphylie comme fertile, à condition que la nielle et le jon (...)

9Pour la Triphylie29 Polybe donne une liste qui se veut complète des cités en 219 : Samikon, Lépréon, Hypana, Typaneai, Pyrgos, Epéion, Bolax, Sty-langion, et Phrixa. Bolax et Stylangion ne sont par ailleurs pas connus. Un autre passage de Polybe montre qu’Épitalion peut être rajouté à la liste, et Skillonte se trouvait certainement aussi en Triphylie30. Comme cités minyennes en Triphylie Hérodote31 cite de son temps : Lépréon, Phrixa, Pyrgos, Epéion, Makiston, et Noudion. Noudion n’apparaît dans aucun autre texte, et Makiston, connu par d’autres documents littéraires et épigraphiques et par des fouilles, semble avoir disparu vers la fin du ive ou dans le courant du iiie siècle32. Les sites archéologiques de plusieurs cités ont été découverts en Triphylie, presque tous, à l’exception d’Épitalion, perchés sur une colline et, pour la plupart, fortifiés. Certains sites ont été identifiés avec une cité antique de façon sûre ou au moins plausible, mais seulement Lépréon, Makiston (Mazi), et Épitalion ont été fouillés33. Plusieurs problèmes restent à résoudre, comme par exemple les suivants. Pourquoi Noudion et Makiston ont-ils disparu » ? À quelle date les sites fortifiés ont-ils reçu une enceinte » ? À quelle cité était attaché le sanctuaire découvert à Kombothékra34 » ? Malgré de telles incertitudes, il est possible de caractériser les cités triphyliennes de la façon suivante. Elles étaient petites : le territoire moyen n’était que de c. 45 km2, et les cités du nord de la Triphylie devaient être en moyenne nettement moins étendues35. Les ressources d’une seule cité de cette taille devaient être modestes et les Triphyliens vivaient sans doute principalement de leurs cultures et de leurs troupeaux36. La préférence pour un site défensif sur le haut d’une colline reflète la précarité de leur existence. À partir du ve siècle au plus tard, ils étaient menacés par l’expansionnisme éléen et finalement soumis à la domination éléenne. Une fois libérés, vers 400, ils s unirent en un État fédéral, et dans les années 360 ils se rattachèrent à l’Arcadie : et par la suite, même si l’histoire de la Triphylie est tout à fait obscure à partir du milieu du ive siècle jusqu’au milieu du iiie, il paraît certain qu’à partir des environs de 400 les Triphyliens ont réussi à garder leur indépendance vis-à-vis des Éléens pendant un siècle et demi.

Les cités éléennes

  • 37 Diodore 11, 54, 1.
  • 38 Polybe 4, 73, 7. Polybe parle ici probablement d’une classe aisée dont les affaires tendraient à p (...)
  • 39 Voir, par exemple, Baladié (1980) : « la population y vivait principalement d’une vie rurale, dans (...)

10Le statut des cités à l’intérieur de l’État éléen est beaucoup moins clair que celui des cités périèques. Deux textes illustrent nos difficultés. D’abord Diodore nous raconte qu’en 471 la ville d’Élis a été créée par le synécisme de plusieurs petites cités, et il suppose donc l’existence, au moins avant 471, de nombreux centres urbains sur le territoire éléen37. Par contre Polybe décrit un territoire éléen où beaucoup de citoyens aimaient tellement la vie des champs que pendant deux ou trois générations ils ne quittèrent pas leurs terres pour aller à la cour de justice. Polybe parle de son propre temps, mais à son avis cet état des choses durait depuis très longtemps38, et sa déscription a parfois amené des historiens modernes à supposer que la société des éléens, comme leur économie, était essentiellement rurale et agricole et qu’en dehors de la ville d’Élis ils vivaient dans un habitat dispersé39. Où est la vérité » ?

  • 40 Hansen et Fischer-Hansen (1994) 86-9.
  • 41 L’inscription a été publiée par Siewert (1994b) : voir Roy (1997b) 288.
  • 42 Morgan et Coulton (1997) 112-3
  • 43 Pausanias 5, 16, 2-8 (fonctions des Seize Femmes à Olympie) ; 6, 24, 9 (bâtiment à Élis).
  • 44 Pausanias 6, 25, 4 (Élis) ; 6, 20, 2 (Olympie).
  • 45 Minon (1994) 508-509. À l’occasion dans leurs rapports avec d’autres États les Éléens essayaient d (...)
  • 46 Pausanias 6, 24, 2-3.

11Commençons par la ville d’Élis et ses rapports avec le sanctuaire de Zeus à Olympie. Le sanctuaire n’était pas une ville, mais possédait des bâtiments publics comme un bouleutérion et un prytanéion, c’est-à-dire des types de bâtiment qui se trouvaient normalement dans une ville grecque et servaient à l’administration municipale. Certains en ont conclu qu’avant le synécisme le sanctuaire servait de centre politique à l’État éléen40, mais cette opinion, quoique plausible, doit maintenant être modifiée pour deux raisons. D’abord la publication récente d’une inscription du vie siècle trouvée à Élis a montré qu’il existait une importante activité judiciaire à Élis bien avant le synécisme41; d’autre part, l’existence du bouleutérion et du prytanéion à Olympie avant le synécisme a été récemment mise en doute42. Il est cependant vrai que, même après le synécisme, il n’y a pas eu de séparation nette entre les activités politiques et cultuelles pratiquées par les Éléens à Élis et celles qui étaient pratiquées à Olympie. L’importance cultuelle d’Olympie n’a rien de surprenant, mais le dédoublement des fonctions est frappant. Les Seize Femmes, par exemple, qui avaient d’importantes fonctions cultuelles à Olympie, avaient aussi un bâtiment à Élis43, et le héros éléen Sosipolis avait un sanctuaire à Élis et un autre à Olympie44. Sur le plan politique il est impossible de faire une distinction nette entre les magistrats de l’État éléen et le personnel du sanctuaire45, et les hellanodikai, dont les fonctions à Olympie sont bien connues, avaient également un bâtiment à Élis46. Dans les activités politiques des Éléens il y a donc eu un chevauchement notable entre la ville d’Élis et le sanctuaire d’Olympie, et par conséquent Élis n’est pas devenu l’unique siège de la vie politique éléenne.

  • 47 Yalouris (1996) a des planches splendides du site et des trouvailles archéologiques.
  • 48 La formule est empruntée à Piérart (1997) 329.
  • 49 Rhodes (1997) 93-5.
  • 50 Morgan et Coulton (1997) 113.
  • 51 Gehrke (1985) 52-3 ; 365-7 suggère des changements constitutionnels importants au moment du synéci (...)

12Compte tenu du rôle d’Olympie, la ville d’Élis était, au moins depuis le vie siècle, le principal centre urbain de l’État éléen et elle s’est, avec le temps, équipée des monuments publiques typiques d’une ville grecque47. Il est pourtant très difficile de savoir ce qui s’est passé lors du synécisme de 471. Normalement un synécisme créait « un État unitaire par la fusion de deux ou plusieurs États préexistants »48, mais des documents épigraphiques montrent clairement que l’État éléen existait bien avant le synécisme49. Un synécisme était souvent accompagné d’un transfert de population, soit pour accroître celle d’une ville préexistante, soit pour créer une nouvelle ville. L’archéologie a montré que la ville d’Élis existait avant le synécisme, même si, en ce qui concerne la période archaïque, les résultats de fouilles n’ont pas tous été publiés50. Le synécisme n’a donc pas créé la ville d’Élis, mais il est possible que la population de la ville ait été augmentée par le synécisme (cette supposition ne nous autorise pas à supposer que les autres cités du territoire éléen ont été abandonnées en 471). Il est également possible qu’il y ait eu un remaniement constitutionnel de l’État éléen en 471, mais nous ne possédons aucun renseignement là-dessus51.

  • 52 Diodore 11, 54, 1 (cités) ; Strabon 8, 3, 2 (337) (villages, dèmes). Léandr(i)os FGrHist 492 fr.13 (...)
  • 53 Pausanias 5, 9, 5-6. Voir Jones (1987) 142-5 sur les tribus éléennes.
  • 54 Pausanias 5, 16, 6 sur Orthia, lieu de résidence de Physcoa qui a eu un fils du dieu Dionysos et q (...)
  • 55 Pausanias 5, 16, 2-8. Pausanias dit clairement que les seize cités se trouvaient en territoire élé (...)
  • 56 Strabon 8, 3, 31-2 (356-7) : voir le commentaire de Baladié ad loc. dans l’édition Budé, et Meyer,(...)

13Pourtant Diodore et Strabon nous disent clairement que le synécisme a eu lieu et a rassemblé les populations de plusieurs cités (Diodore), ou de plusieurs villages ou dèmes (Strabon)52. D’autres textes suggèrent qu’il y avait d’autres centres en dehors d’Élis sur le territoire éléen. Pausanias parle aussi de dèmes éléens. Quand il explique comment les citoyens éléens étaient repartis en tribus territoriales (au ive siècle av. J.-C.), et raconte que les pertes de territoire pendant la guerre de 365-2 contre les Arcadiens ont amené les Éléens à réduire le nombre de leurs tribus, il parle des dèmes qui se trouvaient dans le territoire perdu53. Ailleurs il parle du dème Orthia en Élide Creuse et du dème Pétra près d’Élis, et Strabon nomme un des dèmes à partir desquels aurait eu lieu le synécisme d’Élis54. Pausanias explique aussi que les Seize Femmes éléennes étaient à l’origine recrutées dans seize cités qui existaient alors sur le territoire éléen, mais que de son temps certaines de ces cités avaient disparu. Pausanias donnait une liste de ces seize cités, mais malheureusement une lacune dans le texte a fait disparaître tous les noms sauf le premier : Élis même55. On pourrait déduire du texte de Pausanias qu’au moins quelques-unes des seize cités avaient survécu jusqu’à son époque, mais pas forcément qu’elles avaient conservé la taille et le statut d’une ville. En Pisatide, il y avait d’après Strabon huit cités, dont Salmoné, Hérakléia, Kikysion, et Harpina56. Il est évident qu’en Élide une tradition avait survécu jusqu’à l’époque romaine selon laquelle le schéma de peuplement du territoire éléen avait compris, au moins au ve siècle, de nombreux centres en dehors de la ville d’Élis. Il est vrai que les sources qualifient ces centres de dèmes, de villages ou de villes, ce qui laisse subsister le doute sur leur importance et leur statut, mais la persistance de la tradition est claire.

  • 57 Polybe 4, 73, 5. La phrase τοὺς ἐρυμνοὐς τῶν τόπων pourrait peut-être se rapporter non à des endro (...)

14À cette tradition on peut ajouter un passage de Polybe. Quand l’armée de Philippe V de Macédoine pilla l’Élide en 219, de nombreux habitants furent faits prisonniers, mais encore plus nombreux, dit Polybe, étaient ceux qui se sauvaient dans les villages proches et les places fortifiées. On peut déduire du texte de Polybe qu’un certain nombre d’habitants vivait à la campagne dans des fermes, mais qu’il y avait aussi, en plus de places fortifiées, des villages assez nombreux et assez importants pour offrir un refuge contre un envahisseur en plusieurs endroits du territoire57.

  • 58 Les prospections de Sperling en Élide en 1939 marquaient un début très prometteur d’exploration sy (...)
  • 59 Yalouris (1972).
  • 60 Voir Baladié (1991).
  • 61 Hatzi (1982). Sur les sépultures en Élide, voir aussi Hatzi-Spiliopoulou (1991).

15Les textes littéraires suggèrent donc que dans le territoire de l’État éléen il y avait, en plus de la ville d’Élis, de nombreux autres centres, cités ou villages, même si certains de ces centres avaient disparu avant l’époque romaine. Pour savoir si nous pouvons nous fier à ces textes il est évidemment nécessaire de faire appel à l’archéologie. Malheureusement beaucoup reste à faire dans ce domaine58. Dans un bref article de 1972, Yalouris a envisagé rapidement le schéma de peuplement de la région en parlant d’un nombre considérable de centres d’habitation connus grâce à l’archéologie — par exemple 28 en Élide Creuse et 44 en Pisatide —, mais il est impossible de savoir quelle importance avaient la plupart de ces sites qui peuvent avoir été des petites villes, des villages, ou de simples fermes ou maisons isolées59. En outre, Strabon et Pausanias présentent la géographie de l’Élide d’une façon si sommaire et incomplète que l’identification de sites archéologiques avec des villes ou villages dont ces auteurs font mention s’avère très délicate60. Près de la ville moderne d’Amaliadha, par exemple, un grand cimetière a été trouvé avec de la poterie datée principalement de la première moitié du ive siècle, et d’autres découvertes archéologiques ont été signalées à proximité, mais, même si on peut raisonnablement conclure qu’il y a eu à l’époque classique un établissement — ville ou village — près du cimetière, ni le nom ni la nature de cet établissement ne sont connus61. En dehors d’Élis et d’Olympie, un seul site urbain a été fouillé et deux autres soumis à une prospection systématique.

  • 62 Coleman (1986), en particulier p. 67 sur le caractère du site, p. 6 sur les dates d’occupation, et (...)

16À Armatova, un site maintenant inondé par le lac artificiel du barrage du Ladon, une petite agglomération classique a été fouillée. Aucun document ne prouve son identité, mais il s’agit presque certainement de Pylos en Élide. Le caractère du site était extrêmement modeste, car aucun des bâtiments dégagés par les fouilles ne se distinguait suffisament des maisons privées pour qu’on lui attribue un usage public. Les fouilleurs ont conclu que le site devait être qualifié de village plûtot que de ville, mais l’établissement eut une certaine importance à partir du milieu du ve siècle jusqu’aux années 360, moment où il aurait été abandonné62.

  • 63 La documentation est réunie par Roy (1997a) : voir aussi Falkner (1996). Des bateaux de plaisance (...)
  • 64 Sur Kylléné antique, voir Servais (1961) et Baladié (1980) 63-4.
  • 65 Sur Phéia, voir Yalouris (1961) et (1962) et Baladié (1980) 243-4
  • 66 Servais (1961) 1434 (Kylléné) ; Yalouris (1961) 37 (Phéia).
  • 67 Sur ces amphores, voir Lepeniotis (1991). Sans être assez nombreuses pour fournir un échantillon s (...)

17Les deux autres sites urbains qui ont été examinés par des archéologues, sans avoir été fouillés, sont les ports de l’Élide, Kylléné et Phéia. La côte de l’Élide est longue, mais n’a que ces deux ports pour mettre à l’abri un bateau d’une tempête63. La documentation littéraire sur l’emplacement de Kylléné est confuse et en partie erronée, mais l’identification du port antique avec un site à proximité du port moderne de Killini ne fait pas de doute : il y a sur le terrain un riche matériel archéologique, et il n’y a pas d’autre port naturel susceptible d’être identifié avec Kylléné64. De même, aucun document ne prouve l’identité d’un site près du port moderne de Katakolo avec Phéia, mais le même raisonnement peut être tenu65. Kylléné était la base de la marine de guerre éléenne et Phéia avait aussi une certaine importance stratégique, mais l’activité courante des deux ports devait être un trafic marchand dont témoignent, dans les deux cas, des restes d’amphores66. On peut supposer que les amphores à estampille trouvées à Élis étaient passées par Kylléné, le port le plus proche67, mais les deux ports devaient desservir non seulement l’Élide mais aussi l’ouest de l’Arcadie. Sur les deux sites la datation de l’occupation repose sur les objets trouvés en surface ou, dans le cas de Phéia, au fond de l’eau de la baie. Il y avait certainement une ville à Kylléné depuis le ve siècle jusqu’à l’époque romaine impériale, et l’occupation aurait pu commencer plus tôt. À Phéia, il y a des traces d’occupation depuis l’époque mycénienne jusqu’à l’époque romaine tardive et il y avait probablement déjà une ville sur le site avant la fin de l’époque archaïque. À Phéia la colline de Pontikokastro était fortifiée avant la fin de l’ère préchrétienne, tandis qu’à Kylléné il n’y a pas trace de fortifications classiques encore en place. En revanche, de grands blocs de pierre reutilisés dans des fortifications médiévales proviennent probablement de remparts classiques, et d’autres blocs semblables ont été repérés ailleurs sur le site. Les données limitées dont nous disposons sur ces deux ports suggèrent une vie urbaine active et orientée, non vers des occupations rurales et agricoles, mais vers le commerce maritime et sa prolongation vers l’intérieur du Péloponnèse.

  • 68 Gehrke (1985) 52-7. Sur Aristotimos, voir Gόmez Espelosin (1991). Étant donné l’état de la documen (...)
  • 69 On pourrait supposer que les deux ports devaient aussi engendrer des attitudes politiques de tenda (...)
  • 70 Ces arguments ne cherchent pas à nier l’importance évidente de l’agriculture en Élide. La richesse (...)

18Polybe nous décrit des Éléens contents de rester sur leurs terres pendant des générations, pour quelques autres la vie d’un village comme Pylos suffisait sans doute, mais d’autres encore étaient attirés par les centres urbains. Nous n’en connaissons pour le moment que trois : Élis, Kylléné, et Phéia, même si l’archéologie est susceptible de nous en révéler un jour davantage. Et ces centres urbains n’étaient pas des simples villes paisibles de campagne. La documentation, même lacunaire, sur l’histoire politique des Éléens nous laisse voir des conflits acharnés et sanglants provoqués par les différentes factions : de tels conflits ont éclatés vers 400, en 365/4, et vers 343, sans parler de la tyrannie d’Aristotimos au iiie siècle68. En règle générale la ville d’Élis en était le foyer, mais le conflit de 365/4 a également touché Pylos69. La discorde politique évidente à Élis, et parfois ailleurs, suggère l’image d’une société plus complexe et moins heureuse que celle d’un peuple content d’une vie faite de simplicité campagnarde70.

La politique d’expansion éléenne aux iiie et iie siècles

  • 71 Polybe 4, 77, 10 : voir Nielsen (1997) 131. Les Étoliens ont peut-être aidé les Éléens à récupérer (...)
  • 72 Polybe 4, 77, 5 — 80, 15 : voir Nielsen (1997) 131-2. Les garnisons éléennes en Triphylie se sont (...)
  • 73 Polybe 4, 70. 2 — 72, 10 (Psophis) ; 4, 73, 1-2 (Lasion).
  • 74 Tite-Live 28, 8, 6 (promesse de 207) ; 32, 5, 5 (cession de 199) : voir Swoboda, RE 5. 2414-5.
  • 75 Polybe 18, 42 (revendications des Éléens) ; Polybe 18, 47, 10 ; Tite-Live 33, 34, 9 (décision roma (...)
  • 76 Sur l’adhésion (peu enthousiaste) des Éléens à la Confédération Achéenne, voir Swoboda, RE 5. 2415 (...)
  • 77 Strabon a probablement emprunté ses renseignements sur le statut de la Triphylie à Artémidore, qui (...)
  • 78 Will (1979-82) 2, 396-400. À Olympie les honneurs votés par les Éléens pour Mummius, comme les off (...)

19Les Éléens avaient perdu la Triphylie vers 400, mais ils n’avaient pas abandonné l’espoir de la récupérer. Vers 244 Lydiadas, tyran de Mégalopolis, céda aux Éléens la petite ville d’Aliphéira, et Polybe raconte incidemment que peu de temps avant les Éléens avaient récupéré les villes triphyliennes, sans toutefois expliquer comment71. Mais en 219 Philippe V de Macédoine mena dans le Péloponnèse une campagne qui a coûté aux Éléens, non seulement la Triphylie, mais aussi Psophis et Lasion, alors associés à l’État éléen. Le récit de Polybe montre que les cités triphyliennes n’ont pas réagi à l’approche de Philippe de façon solidaire et unie mais chacune pour soi72. Après ses conquêtes, Philippe a cédé Psophis et Lasion à la Confédération Achéenne, mais il a gardé la Triphylie73. En 207 il promit la Triphylie à la Confédération Achéenne, promesse qu’il n’a tenue qu’en 19974. Malgré les revendications des Éléens, en 196 les Romains accordèrent aussi la Triphylie aux Achéens75. En 191 les Éléens sont eux-mêmes devenus membres de la Confédération Achéenne, ce qui les empêchait de maintenir leur prétention sur la Triphylie76. Et pourtant, à une date que nos sources ne précisent pas, les Éléens récupérèrent la Triphylie de façon durable. Cet épisode ne peut intervenir avant la date d’adhésion des Éléens à la Confédération Achéenne en 191, et il n’y a aucune raison, à notre connaissance, pour que la Confédération Achéenne ait soumis ses membres triphyliens aux Éléens avant 146. La date doit aussi tomber avant l’époque de Strabon, et probablement avant la date de sa source Artémidore vers la fin du iie siècle77. La fourchette est limitée et la date la plus plausible, généralement admise par les historiens, est celle de 146, quand les Romains cherchaient à affaiblir la Confédération Achéenne et que les Éléens avaient réussi à s’attirer la faveur du commandant romain Mummius78.

  • 79 Si les Triphyliens ont été rendus aux Éléens en 146 par une décision romaine, dans un premier temp (...)

20Même si on admet qu’à partir de 146 la Triphylie appartenait aux Éléens et que l’Élide était une région unifiée, deux questions restent à résoudre. Est-ce que les Éléens avaient maintenu, depuis le ive siècle, leur système d’alliés subordonnés, c’est-à-dire des périèques » ? Et pourquoi les Triphyliens ont-ils accepté d’être associés aux Éléens après des siècles d’opposition à la domination éléenne et malgré l’identité arcadienne qu’ils avaient adoptée79 » ? Les réponses à ces deux questions sont liées.

L’unification de l’Élide

  • 80 Proxènes, IG V2, 368, 135-7 : on pourrait penser à Opous de Locride, mais les autres proxènes nomm (...)
  • 81 Ager (1996) 111-2 n° 37 et Rhodes (1997) 94 (SEG, 25, 448, avec SEG. 26, 470) acceptent tous les d (...)
  • 82 Polybe 4, 70, 2 — 72, 10 (Psophis), 4, 73, 1-2 (Lasion). Quand Polybe 4, 70, 4 dit de Psophis : «  (...)

21Dans la seconde moitié du iiie siècle, les alliés soumis aux Éléens conservaient encore leur identité de poleis à en juger d’après le cas d’Opous en Akroréia. Deux citoyens d’Opous furent nommés proxènes à Kléitor en Arcadie avant 221, et la même cité avait un théarodoque delphique vers 20080. Il semble aussi que les Éléens continuaient à exercer une certaine autorité sur ces cités, même si les indices sont minces. Pendant qu’Aliphéira était soumise aux Eleéns, une inscription suggère que l’État éléen est intervenu pour régler, par un décret, un différend soit à l’intérieur d’Aliphéira soit entre Aliphéira et une cité voisine81. Dans ce cas, les Éléens auraient exercé une certaine autorité sur Aliphéira, et en effet un tel statut inférieur est à supposer pour Aliphéira, étant donné que Lydiadas de Mégalopolis en avait fait cadeau aux Éléens. Les rapports de Psophis et Lasion avec les Éléens en 219, juste avant d’être pris par Philippe V, pourraient très bien s’expliquer par une alliance dans laquelle Psophis et Lasion étaient des partenaires inférieurs. Tous les deux avaient certainement le statut de polis, et les Éléens avaient envoyé des forces militaires pour les défendre tous deux. En outre, Polybe définit les liens entre Psophis et l’État éléen par une phrase dont le sens précis reste obscur mais suggère un rapport à la fois plus étroit et moins égalitaire qu’une simple alliance82. Les indices sont minces, mais suffisent pour démontrer que les Éléens n’avaient pas incorporé des cités comme Opous dans leur propre État, et on peut également en déduire qu’une cité comme Aliphéira où Psophis avait un statut inférieur par rapport à l’État éléen. L’hypothèse la plus économique pour expliquer la situation telle que nous la connaissons est que vers la fin du iiie siècle les Éléens maintenaient encore leur système d’alliance avec des cités périèques subordonnées.

  • 83 Strabon 8, 3, 24 (349).
  • 84 Sur le synécisme, Strabon 8, 3, 15 (344) : voir Moggi (1976) 160-1 avec les notes 16 et 18. Dans c (...)
  • 85 Strabon 8, 3, 10 (341). La date de l’incorporation d’Alasyaion en Amphidolie n’est pas attestée.
  • 86 Niese (1910) 18-9 s’est déjà aperçu que les Triphyliens ont reçu le droit de cité éléen en 146, en (...)

22Toutefois ce système a finalement été abandonné. Preuve en est le changement de statut de certaines cités. Le fait que la cité périèque de Marganeis a été incorporée dans Amphidolie, cité périèque également, n’a rien de surprenant83. Mais le synécisme qui a réuni la cité triphylienne d’Hypana à la ville d’Élis et l’incorporation d’Alasyaion, cité de Pisatide, à l’Amphidolie périèque sont beaucoup plus frappants. Hypana avait frappé monnaie en tant que membre de la Confédération Achéenne. Elle a par conséquent dû être réunie par synécisme à la ville d’Élis après 14684. Dans ce cas, « synécisme » veut dire transfert de population, et un tel transfert n’aurait pas été un synécisme si la population transférée n’avait pas été incorporée dans le corps de citoyens éléens. Reste cependant à comprendre les raisons de cet octroi, par les Éléens, du droit de cité à la cité triphylienne d’Hypana en particulier. En fait, ce problème disparaît si les habitants d’Hypana étaient déjà citoyens éléens avant le synécisme, et cette idée se trouve confortée par le cas d’Alasyaion. Si Amphidolie avait encore le statut périèque à l’époque à laquelle Alasyaion a été incorporée dans l’Amphidolie85 l’État éléen aurait perdu du territoire et les citoyens éléens qui habitaient Alasyaion auraient été obligés, ou d’habiter une communauté périèque, ou bien de changer de domicile. Plûtot que de supposer de telles pertes de la part des Éléens, il est préférable de supposer qu’avant l’incorporation d’Alasyaion Amphidolie était déjà devenue éléenne, de sorte que le territoire éléen d’Alasyaion fut rattaché à la cité éléenne d’Amphidolie. Ni Hypana, ni Amphidolie n’était d’une importance particulière, et, si ces deux petites cités périèques étaient devenues éléennes, on peut en déduire que le statut de périèque avait disparu de l’Élide et que toute les cités d’Élide étaient enfin devenues éléennes. Dans le cas d’Hypana, un tel changement était possible seulement après qu’Hypana ait quitté la Confédération Achéenne en 146.Il est possible que déjà avant 146 les Éléens aient accordé leur droit de cité aux communautés périèques alors sous leur domination et qu’ils aient étendu le même privilège aux cités triphyliennes au moment de les récupérer ; mais il est plus probable que toutes les cités périèques soient devenues éléennes en 146. La concession du droit de cité éléen expliquerait pourquoi les Triphyliens ont enfin accepté, après des siècles de résistance, de s’associer aux Éléens86 .

La disparition de cités d’Élide

  • 87 Il serait important de vérifier par des prospections archéologiques les hypothèses de Sperling (19 (...)

23Pourtant, l’Élide unie ne réservait pas de sort prospère à toutes ses cités, car plusieurs ont été abandonnées. Dans l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de savoir à quel point les problèmes qui ont finalement fait disparaître des cités se faisaient sentir déjà avant 146 et de savoir dans quelle mesure ils auraient pu, par conséquent, affaiblir les cités triphyliennes au point de miner leur résistance à l’association avec l’État éléen87. Nos deux principaux témoins sont Strabon et Pausanias. Mais ces deux auteurs, et surtout Strabon, décrivent l’Élide de façon incomplète et parfois trompeuse, rendant difficile l’analyse des renseignements qu’ils nous offrent.

  • 88 Pylos : Strabon 8, 3, 7 (339) ; Pausanias 6, 22, 5. Makiston : Strabon 8, 3, 16 (344) parle d’une (...)
  • 89 Strabon 8, 3, 14 (344) ; 8, 3, 30 (355). Sur le synécisme, voir Moggi (1976) 166-9.
  • 90 Strabon 8, 3, 16 (344) ; Pausanias 5, 5, 3 et 5-6. La route entre Lépréon et Samikon était en mauv (...)
  • 91 Strabon 8, 3, 19-20 (346-7) ; Pausanias 5, 6, 1. Des monnaies de l’époque romaine ont été trouvées (...)
  • 92 Strabon 8, 3, 13 (343) ; 8, 3, 20 (347) ; Pausanias 6, 25, 6. Baladié (1980) 335 considère que l’i (...)
  • 93 Strabon 8, 3, 12 (342) : voir Yalouris (1961) et, sur le sens de « limén » (port dans le sens le p (...)
  • 94 Strabon 8, 3, 4 (337) ; Pausanias 6, 26, 4-5 : voir Servais (1961) et, sur le sens de « épinéion » (...)

24Certaines cités avaient disparu bien avant le iie siècle, comme Pylos en Élide Creuse et Makiston en Triphylie. Mais Strabon et Pausanias ne font pas de distinction chronologique entre l’abandon de Pylos et Makiston et d’autres cas postérieurs88. Strabon parle aussi, dans un premier passage, de Pylos de Triphylie comme d’une cité apparemment encore existante, mais dit ailleurs que ce Pylos avait été synécisé avec Lépréon : sans le second passage, le premier pourrait induire en erreur89. Il y a aussi des cas où les deux auteurs semblent être en désaccord. Strabon parle de Lépréon comme polis au passé, tandis que pour Pausanias la cité existait encore, même si elle n’était plus prospère90 ; pour Strabon, il y avait à Samikon une fortification mais la cité avait disparu, peut-être démolie — dit-il — il y a longtemps, tandis que Pausanias, sans prendre le temps de décrire Samikon (qu’il appelle Samia), semble croire que la cité existait encore de son temps91. Pourtant, le transfert à Élis de la statue de Poséidon du célèbre sanctuaire de Samikon suggère que le sanctuaire, qui avait été d’une grande importance pour les Triphyliens, avait fini par perdre beaucoup de son importance, ce qui pourrait à son tour suggérer que Samikon, et peut-être la Triphylie de façon générale, était devenu moins prospère. Ce transfert semble avoir été effectué après l’époque de Strabon, ou de sa source, puisqu’il n’en dit rien quand, à deux reprises, il parle du sanctuaire, mais avant la visite de Pausanias à Élis92. À Phéia, Strabon parle du port (limèn), mais semble dire que la cité (polisma) n’existait plus. Pausanias ne dit rien sur Phéia, mais les découvertes archéologiques ont démontré que la ville a continué d’exister jusqu’à l’époque romaine tardive93. Kylléné, l’autre port de l’Élide, est qualifié de port (épinéion) et de village modeste par Strabon, tandis que Pausanias l’appelle simplement épinéion. Là aussi l’archéologie a montré que la ville existait encore à l’époque romaine94. Il est évident que les témoignages de Pausanias, et surtout de Strabon, quant à l’existence ou à la disparition de cités après 146 doivent être analysés avec une extrême prudence.

  • 95 Strabon 8, 3, 5 (338) Oinoé ; 8, 3, 10 (341) Myrtountion ; 8, 3, 31 (356) Salmoné et Kikysion ; 8, (...)

25Cependant, dans certains cas, on peut tirer des conclusions plus ou moins fiables de leurs textes. Certaines cités, en dehors d’Élis elle-même, existaient encore vers la fin de l’époque hellénistique dont, parmi les sites évoqués au paragraphe précédent, Kylléné et Phéia, et probablement aussi Lépréon et Samikon. En outre, Oinoé et Myrtountion existaient encore à l’époque de Strabon ou de sa source, comme en Pisatide Salmoné, Kikysion, Hérakléia, et Harpina (de ces sites en Pisatide Pausanias connaissait encore Hérakléia comme village, mais de son temps Harpina était en ruines95). Il est toutefois impossible de savoir si cette brève liste comprend toutes les cités d’Élide qui ont survécu jusqu’à la fin de l’époque hellénistique, parce que sur les cités de certaines régions d’Élide, comme par exemple l’Akroréia, ni Strabon ni Pausanias ne disent mot. De sorte qu’on ne peut déduire de leur silence : ni que les cités de ces régions étaient en voie de disparition, ni qu’elles survivaient. Nous savons cependant que certaines cités ont effectivement disparu, mais, quand on dresse la liste des cités disparues en Élide, on s’aperçoit que le processus n’est pas un phénomène purement hellénistique.

  • 96 Strabon 8, 3, 32 (357) ; Pausanias 6, 22, 4 : voir Baladié (1980) 305.
  • 97 hO 11 (= van Effenterre et Ruzé (1994-5), I, n° 21) de 500-475 sur les Chaladrioi, et ἰυO 10 (= va (...)
  • 98 Strabon 8, 3, 30 (355) : voir Moggi (1976) 166-9
  • 99 Hérodote 4, 148.
  • 100 Coleman (1986) 6.
  • 101 Sur la disparition de la polis Makiston, voir Nielsen (1997) 134 note 35 (à la page 135).
  • 102 Strabon 8, 3, 10 (341) Alasyaion ; 8, 3. 24 (349) Marganeis.
  • 103 Pausanias 6, 24, 5 Pétra ; 6, 22, 8 Létrinoi
  • 104 Pausanias 5, 6, 4 Skillonte ; 6, 21, 6 Phrixa ; 6, 21, 8 Harpina.
  • 105 Strabon 8. 3, 32 (356-7).

26Dyspontion en Pisatide est un cas particulier du fait que cette cité aurait été détruite par les Éléens déjà à l’époque archaïque96. Trois communautés — Chaladrioi, Anaitoi, et Métapioi — ne sont connues que par des inscriptions de la période 500-45097 et ont probablement disparu. Pylos en Triphylie a été réunie par solécisme à Lépréon, probablement au ve siècle98. Noudion n’apparaît que dans un passage d’Hérodote à propos du milieu du ve siècle99. Le site d’Armatova, presque certainement Pylos d’Élide Creuse, a été, selon l’avis de Coleman qui y a dirigé les fouilles, abandonné dans les années 360100. Makiston semble avoir disparu vers la fin du ive ou dans le courant du iiie siècle101. On peut présumer qu’Alasyaion et Marganeis avaient dépéri avant d’être incorporés dans l’Amphidolie à une date sans doute postérieure à 146102. Pétra, qui avait été un dème du territoire éléen, était abandonnée à l’époque de Pausanias, et de Létrinoi, qui avait été une cité, il ne restait plus que quelques maisons et un temple103. Finalement Pausanias dit clairement que Skillonte, Phrixa, et Harpina étaient en ruines104, mais Harpina existait encore à l’époque de Strabon105.

  • 106 Il est impossible de savoir à quelle date ont été fondées les cités triphyliennes de Bolax et Styl (...)
  • 107 La ville d’Élis a peut-être gagné des habitants lors du mystérieux synécisme de 471 et sans doute (...)

27Il est clair que plusieurs cités d’Élide avaient disparu avant l’époque hellénistique et il serait certainement faux d’interpréter toute disparition de cité, à toute époque, comme preuve d’un déclin économique. Il est aussi à remarquer qu’aucun texte ne parle de nouvelles fondations dans la région, et il semble certain que les cités qui disparaissaient n’étaient pas remplacées par d’autres106. Mais il n’est pas non plus évident que la disparition de cités ait en règle générale permis à d’autres de s’aggrandir considérablement, sauf peut-être dans les cas d’Élis et d’Amphidolie107. Dans l’état actuel de nos connaissances il est difficile de démontrer que la situation économique de l’Élide s’était considérablement aggravée dans la première partie de l’époque hellénistique et par conséquent difficile de soutenir que la résistance des Triphyliens à la domination éléenne avait été minée par suite de leur faiblesse économique.

  • 108 Baladié (1980) 301-21 cherche à évaluer l’importance que nous devons accorder aux renseignements s (...)
  • 109 Si on pouvait se fier au témoignage de Strabon 8, 3, 2 (357), on pourrait conclure qu’Hérakléia, p (...)
  • 110 D’après Pausanias (5, 5, 2 ; 6, 26, 6 ; 7, 21, 14), la culture du lin s’est répandue en Élide et l (...)

28Il semble néanmoins qu’après la réunification de l’Élide en 146 un certain déclin économique s’est produit dans la région. Strabon a tendance à exagérer ce déclin108, mais ce qu’il dit par exemple sur Alasyaion et Marganeis, les cités incorporées dans l’Amphidolie, suggère que vers la fin de l’époque hellénistique certaines cités allaient en déclinant. Entre l’époque de Strabon et celle de Pausanias le déclin d’au moins certaines cités semble s’être aggravé, comme le montre le cas d’Harpina, où Pausanias n’a vu que des ruines109. Il resterait à savoir dans quelle mesure de nouvelles structures agricoles ou pastorales purent s’imposer, par exemple des grands domaines pour lesquels un centre urbain local ne jouait pas de rôle important110, sur le territoire de ces cités étiolées. En tout cas une conjoncture défavorable aurait affaibli certaines cités et aurait rendu les cités triphyliennes moins capables de résister à l’influence éléenne.

Conclusion

29Il y avait en Élide aux époques archaïque, classique et hellénistique un grand nombre de cités. Déjà au vie siècle la région se divisait en deux parties : l’État éléen et les nombreuses cités non-éléennes, ces dernières n’ayant pas d’identité commune. Une politique d’expansion a permis aux Éléens de dominer les cités au nord de l’Alphée depuis le vie siècle, malgré l’interruption provoquée par la guerre sparto-éléenne vers 400 : seul Lasion avait tendance à échapper à cette mainmise éléenne. Au sud de l’Alphée les Éléens ont eu beaucoup moins de succès — sauf peut-être à Skillonte — et, avant 146, ils n’ont réussi à dominer la Triphylie que pendant deux périodes relativement brèves au Ve et au iiie siècles. Malgré le sort différent des cités non-éléennes situées au nord et au sud de l’Alphée, elles avaient toutes la forme d’une polis grecque normale. Plusieurs sources littéraires indiquent l’existence d’un bon nombre de centres urbains sur le territoire de l’État éléen, au moins jusqu’au cinquième siècle et dans certains cas plus tard. Il est certes difficile, pour l’heure, de vérifier le statut et l’importance de la plupart de ces établissements, mais on est loin d’avoir la preuve que le territoire éléen doive nécessairement être considéré comme un pays essentiellement agricole, dépourvu de centres urbains en dehors d’Élis. Au nord comme au sud de l’Alphée des cités ont commencé à disparaître à l’époque classique et cette tendance s’est poursuivie jusqu’à l’époque romaine : les cités qui disparaissaient n’ont pas été remplacées. Si cette tendance à disparaître peut être interprétée comme un signe de faiblesse générale des cités, elle aiderait à expliquer pourquoi, après 146, même les cités triphyliennes ont accepté de faire partie de l’État éléen. Mais leur acceptation était due aussi au fait que les Éléens ont enfin, en 146, étendu le droit de cité éléen à toutes les cités d’Élide. L’Élide est devenue l’Élide.

30James ROY

31Department of Classics,

32University of Nottingham,

33Nottingham NG7 2RD,

34Royaume-Uni

35e-mail : mailto:James.Roy@nottingham.ac.uk

Bibliographie

Œuvres citées

Ager, S. L. (1996), Interstate arbitrations in the Greek world 337-90 B.C., Berkeley et
Los Angeles.

Arafat, k. w. (1996), Pausanias’ Greece : ancient artists and Roman rulers, Cambridge.

Baladié, R. (1980), Le Péloponnèse de Strabon, Paris.

Baladié, R. (1991), « L’apport des sources littéraires à la connaissance topographique de l’Élide et de l’Achaïe antique », pp. 217-222 dans A.D. Rizakis (ed,),Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989, (Meletemata 13, Institut für Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Bilik, R. (à paraître dans Ancient Society), « Hippias von Elis als Quelle von Diodors Bericht über den elisch-spartanischen Krieg ».

Boehringer, C. (1991), « Zur Geschichte der Achaischen Liga im 2. und 1. Jh. v. Chr. im Lichte des Münzfundes von Poggio Picenze (Abruzzen) », pp. 163-170 dans A.D. Rizakis (ed.), Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989 (Meletemata 13, Institut für Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Casevitz, M., M. Jost et J. Marcadé (1998), Pausanias : Description de la Grèce, Tome VIII (Collection Budé), Paris.

Clarke, K. (1997), « In search of the author of Strabo’s Geography », Journal of Roman Studies 87 (1997) 92-110.

Coleman, J.E. (1986), Excavations at Pylos in Elis (Hesperia Supplement, 21), Princeton.

Ebert, J. [et Siewert, P. : voir p. 200] (1997), « Eine archäische Bronzeurkunde aus Olympia mit Vorschriften fur Ringkämpfer und Kampfrichter », pp. 200-236 dans M. Hillgruber, R. Jakobi, et W. Luppe (edd.), Agonismata : Kleine philologische Schriften zur Literatur, Geschichte, und Kultur der Antike, Stuttgart et Leipzig.

Falkner, C. (1996), « Sparta and the Elean War, ca. 401/400 B.C. : Revenge or Imperialism » ? », Phoenix, 50 (1996), 17-25.

Flested-Jensen, P. (1995), « The Bottiaians and their poleis », pp. 103-132 dans M. H. Hansen et K. Raaflaub (edd.), Studies in the ancient Greek polis, (Historia Einzelschrift 95), Stuttgart.

Franke, P. R. (1984), « Olympia und seine Münzen », Antike Welt, 15.2 (1984), 14-26.

Gómez Espelosin, F. J. (1991), « Plutarch and Justin on Aristotimus of Elis », AJP, 112 (1991), 103-109.

Hansen, M. H., (1995), « Kome : a study in how the Greeks designated and classified settlements which were not poleis », pp. 45-81 dans M. H. Hansen et K. Raaflaub (edd.), Studies in the ancient Greek polis, (Historia Einzelschrift 95), Stuttgart.

Hatzi, G. E. (1982), « Κεραμεική υστεροκλασσικών χρόνων από την Αμαλιάδα », Επετηρίς της Εταιρείας Ηλειακών Μελτετών, 1 (1982), 489-504.

Hatzi-Spiliopoulou, G. (1991), « Ταhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ικοί πίθοι στην Ηλεία κατoἰ τον 4ον αι. π.Χ. και τους ελληνιστικούς χρόνους », pp. 351-363 dans A.D. Rizakis (ed.), Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989 (Meletemata 13, Institut fur Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Head, B. V. (1911), Historia numorum, 2e édition, Londres.

Kahrstedt, U. (1954), Das wirtschaftliche Gesicht Griechenlands in der Kaiserzeit : Kleinstadt, Villa, und Domäne, Berne.

Kallet-Marx, R. M. (1995), Hegemony to empire : the development of the Roman Imperium in the East from 148 to 62 B.C., Berkeley et Los Angeles.

Karwiese, s. et al. (1969), « Σωστικαί ανασκαhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6αί εις Ηλίδα », Aρχαιλoγικóν Δελτίον, 23 (1968) [1969], Μέρος B° 1 — Xρονικα, 174-194.

Lafond, Y. (1996), « Pausanias et l’histoire du Péloponnèse depuis la conquête romaine », pp. 167-205 dans O. Reverdin et B. Grange (ed.), Pausanias historien (Entretiens de la Fondation Hardt 41), Genève

Lambropoulou, A. I. (1991), « Θέματα της ιστορικής γεωγραhttp://fr.wikipedia.org/wiki/%CE%A6ίας του νομού Ηλείας κατά την παλαιοχριστιανική περιοδο », pp. 283-291 dans A.D. Rizakis (ed.), Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989 (Meletemata 13, Institut fur Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Lepeniotis, C. (1991), « Die Amphorenstempel aus den alten Grabungen in Elis », pp. 379-387 dans A.D. Rizakis (ed.), Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989 (Meletemata 13, Institut für Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Minon, S. (1994), Les tablettes éléennes du vie et du ve siècle : étude dialectologique et historique, 2 vols, thèse de doctorat de l’École Pratique des Hautes Etudes, Paris.

Morgan, c, et J. J. Coulton (1997), « The polis as a physical entity », pp. 87-144 dans M. H. Hansen (ed.), The polis as an urban centre and as a political community, Copenhague.

Nicolet-Pierre, H. (1992), « À propos de monnaies d’Élis portant des contremarques », Bulletin de la Société Française de Numismatique, 47.4 (Avril 1992), 287-289.

Nielsen, T. H. (1997), « Triphylia. An experiment in ethnie construction and political organisation », pp. 129-162 dans T. H. Nielsen (ed.), Yet more studies in the ancient Greek polis, Stuttgart.

Niese, B. (1910), « Drei Kapitel eleischer Geschichte », pp. 3-47 dans Carl Robert zum 8. März 1910 Genethliakon, Berlin.

Oulhen, J. (1992), Les théarodoques de Delphes, thèse de doctorat de l’Université de Paris X.

Panayotopoulos, G. (1991), « Questions sur la topographie éléenne : les sites d’Héracleia et de Salmoné », pp. 275-281 dans A.D. Rizakis (ed.), Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989 (Meletemata 13, Institut für Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Papakonstantinou-Charitou, E. (1983), « Пεριοχή Σαμικού Αρχαιολογικές ένδεξεις κατοικήκεως στα ιστοpικά χρόνια », Επετηρίς της Εταιρείας Hλειακών Μελετών, 2 (1983), 287-306.

Perlman, P. (1995), « Θεωροδοκοῦντες ἐν ταῖς πόλσεσιν : Panhellenic epangelia and political status », pp. 113-164 in M. H. Hansen (ed.), Sources for the ancient Greek city-state, Copenhague.

Piérart, M. (1997), « L’attitude d’Argos à l’égard des autres cités d’Argolide », pp. 321-351 dans M. H. Hansen (ed.), The polis as an urban centre and as a political community, Copenhague.

Plassart, A. (1921), « Liste delphique des théorodoques », BCH, 45 (1921), 11-85.

Pothecary, S. (1997), « The expression ‘our times’ in Strabo’s Geography », Classical Philology, 92 (1997) 235-246.

Pritchett, W. K. (1989), Studies in ancient Greek topography : Part VI (University of California Publications in Classical Studies, 33), Berkeley.

Rhodes, P. J. (1997), The decrees of the Greek states, Oxford.

Rice, J. D. (1975), The Greek state of Elis in Hellenistic times, thèse de doctorat de l’University of Missouri.

Ringel, E., P. Siewert, and H. Taeuber (à paraître dans 11. Olympia-Bericht), « Die Symmachien Pisas mit den Arkadern, Akroreia, Messenien und Sikyon. Ein neues Fragment der “arkadischen Bündnisstele” von 365 v. Chr. ».

Roy, J. (1997a), « Spartan aims in the Spartan-Elean war of c. 400 : further thoughts », Electronic Antiquity, 3.6 (1997).

Roy, J. (1997b), « The Perioikoi of Elis », pp. 282-320 dans M. H. Hansen (ed.), The polis as an urban centre and as a political community, Copenhague.

Roy, J. (à paraître dans Klio), « Thucydides 5. 49. 1 — 50. 4 : the quarrel between Elis and Sparta in 420 B.C., and Elis’ exploitation of Olympia ».

Rubinstein, L. (1995), « Pausanias as a source for the classical Greek polis », pp. 211-219 in M. H. Hansen et K. Raaflaub (edd.), Studies in the ancient Greek polis, (Historia Einzelschrift 95), Stuttgart.

Ruscenbisch, E. (1985), « Die Zahl der griechischen Staaten und Arealgrösse und Burgerzahl der “Normalpolis” », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 59 (1985), 253-263.

Schwerfeger, T. (1974), Der Achaiische Bund von 146 bis 27 v. Chr., (Vestigia 19), Munich.

Servais, J. (1961), « Recherches sur le port de Kylléné », BCH, 85 (1961), 123-161.

Siewert, P. (1987/8), « Triphylien und Akroreia. Spartanische "Regionalstaaten" der westlichen Peloponnes », pp. 7-12 dans Acts of the 3rd International Congress of Peloponnesian Studies, Kalamata 8-15 September 1985, (Peloponnesiaka Supplement 13), Athènes.

Siewert, P. (1994a), « Symmachien in neuen Inschriften von Olympia », pp. 257-264 dans L. A. Foresti et al. (eds.), Federazioni e federalismo nell’Europa antica (Bergamo, 21-25 settembre 1992), Milan.

Siewert, P. (1994b), « Eine archäische Rechtsaufzeichnung aus der antiken Stadt Elis », pp. 17-32 (avec pp. 33-34 F. Gschnitzer, « Diskussionsbeitrag zum Referat Peter Siewert ») dans G. Thür (ed.), Symposion 1993 : Vorträge zur griechischen und hellenistischn Rechtsgeschichte (Graz-Andritz, 12-16. September 1993), (Akten der Gesellschaft fur Griechische und Hellenistische Rechtsgeschichte 10), Vienne.

Sordi, M. (1994), « Strabone, Pausania e le vicende di Oxilo », pp. 137-144 dans A. M. Biraschi (ed.), Strabone e la Grecia, Naples.

Sperling, J. (1942), « Explorations in Elis, 1939 », American Journal of Archaeology, 46 (1942), 77-89.

Trianti, A.-I. (1985), O γλυπτός διάκοσμς του ναού στο Μάζι της Ηλείας, Thessalonique.

Tuplin, C. (1993), The Failings of Empire : a Reading of Xenophon Hellenica 2. 3. 11 — 7. 5. 27, (Historia Einzelschriften 76), Stuttgart.

Tzifopoulos, Y. Z. (1993), « Mummius’ dedications at Olympia and Pausanias’ attitude to the Romans », Greek, Roman, and Byzantine Studies, 34 (1993), 93-100.

Van Effenterre, H. & F. Ruzé (1994-5), Nomima : recueil d’inscriptions politiques et juridiques de l’archaïsme grec, (2 tomes), Rome.

Walbank, F. W. (1957-79), A historical commentary on Polybius, 3 tomes, Oxford.

Walter, U. (1993), An der Polis teilhahen : Bürgerstaat und Zugehôrigkeit im archaischen Griechenland, (Historia Einzelschriften 82), Stuttgart.

Warren, J. A. W. (1991), « The bronze coinage of the Achaian League : the mints of Achaia and Elis », pp. 151-154 pp. 275-281 dans A.D. Rizakis (ed), Achaia und Elis in der Antike : Akten des 1. Internationalen Symposiums, Athen 19-21 Mai, 1989 (Meletemata 13, Institut fur Griechische und Römische Antike, Nationales Hellenisches Forschungszentrum), Athènes.

Wili, E. (1979-82), Histoire politique du monde hellénistique (323 — 30 av. J.-C.), 2 tomes, 2e édition, Nancy.

Yalouris, N. (1961), « Δοκιμαστικαί έρευναι εις τον κόλπον της φειάς Ηλείας » Αρχαιολογική Εφημερίς, 1957 [1961], 3243.

Yalouris, N. (1962) « Φειά°»Αρχαιολογκόν Δέλτιον 16 (1960) [1962] B’ 126.

yalouris, N. (1972), « The city-state of Elis », Ekistics, 33 n° 195 (1972), 95-6.

Yalouris, N. (1973), « Oδηγός αρχαιοτήτων Τριφυλίας, νυν ολυμπίας », ολυμπιακά Χρονικά, 4 (1973), 149-182.

Yalouris, N. (1996), Apxaîa Ηλις το λίκνο των ν αγώνων, Athènes.

Notes

1 Le sujet de cette intervention m’a été suggéré par des recherches menées dans le cadre du projet de recherches du Copenhagen Polis Centre. Je tiens à remercier Pernille Flensted-Jensen, Mogens Hansen, Thomas Nielsen, Peter Siewert, et Sophia Zoumbaki pour leurs conseils : leur amabilité ne les rend nullement responsables de l’usage que j’en ai fait. Je remercie aussi très vivement Madeleine Jost, qui a lu le texte et en a considérablement amélioré la qualité du français. Comme j’ai apporté quelques retouches au texte depuis, je tiens à signaler — même si cela va de soi — que je revendique l’entière responsabilité de tout solécisme qui subsisterait.

2 Strabon 8, 3, 1 (336), 3 (337), 22 (348) ; Pausanias 5, 6, 3 ; 6, 21, 3-5 ; 6, 26, 10

3 Ruschenbusch (1985) 258 suggère qu’en Grèce continentale et sur les îles égéennes la superficie du territoire d’une polis se situe normalement entre 25 et 100 km2. D’après Swoboda, RE 5. 2°422 art. Elis, le territoire éléen aurait eu une superficie de 1°160 km2, et toute l’Élide une superficie de 2°660 km2.

4 L’Élide de Strabon et de Pausanias correspond à peu près à l’Élide moderne (le nomos Éléia), sauf que l’Éléia renferme au sud-est une portion de territoire qui appartenait normalement à l’Arcadie antique.

5 Strabon 8, 8, 3 (389) considérait même le Mont Pholoé comme arcadien

6 Le terme « Pisatide » s’applique ici (comme parfois chez des auteurs antiques, comme par exemple Apollodore) à un territoire relativement limité qui se trouvait autour d’Olympie et qui est devenu, au plus tard au vie siècle, une partie intégrante de l’État éléen. Le même terme était employé par d’autres écrivains antiques dans un sens plus large, et s’appliquait parfois à toute la vallée inférieure de l’Alphée. Sur les sens divergents donnés au terme « Pisatide », y compris l’usage d’Apollodore, voir Meyer, RE 20. 1736-1743.

7 Pausanias 6, 20, 2-5.

8 Phérécyde FGrHist 3 fr. 161 ; Hérodote 4, 148

9 Polybe 4, 70, 3-4.

10 Il est possible que certains voisins des Éléens aient accepté de se joindre à eux sans avoir été assujetis par la force. Pausanias 6, 22, 10 dit que les rapports entre Éléens et Létrinoi étaient toujours amicaux

11 E. Meyer, Der kleine Pauly 2. 249-251 art. Elis offre un aperçu de l’histoire éléenne. Voir aussi, du même auteur, Pisa, Pisalis (4. 866-867) et Triphylia (5. 962-963).

12 Bilik (à paraître), Sordi (1994).

13 L’écriture, le dialecte et le contenu de certaines inscriptions de bronze encore inédites d’Olympie suggèrent que les Éléens dominaient Olympie à partir du second tiers du sixième siècle au plus tôt (Siewert (1987/8) 7). Walter (1993) 118-119 souligne la domination éléenne du sanctuaire olympique et des jeux olympiques au vie siècle. Voir aussi Roy (1997b) 282-3.

14 Hérodote 4, 148 (« de mon temps »).

15 Thucydide 5, 31, 1-5 (Lépréon) ; Xénophon, Hell. 3, 2, 30-1 (Epéion) ; Xénophon, Hell. 3, 2, 23 (cf. 30-1) (conquête des autres cités triphyliennes).

16 Thucydide 5, 34, 1 ; Aristophane, Oiseaux 149 (Lépréon). Voir Roy (1997b) 311 n. 17 ; Nielsen (1997) 141.

17 Sur la guerre et les conditions de paix, voir Roy (1997b) 283-5 ; 291-2 ; 299-304 : et aussi Nielsen (1997) 137-9. Sur les clauses navales de la paix voir Falkner (1996) ; Roy (1997a).

18 Les récits de la guerre qui a eu lieu vers 400 appellent les communautés soumises periéques, mais on ne trouve pas ce terme dans les documents épigraphiques d’Olympie : Siewert (1987/8) 7-8, et aussi Roy (1997b) 283. Sur les rapports entre l’État éléen et les communautés périèques à l’époque classique, voir Roy (1997b)

19 Voir Ebert [et Siewert] (1997) : il est évident (p. 200) que les deux savants ont rédigé le texte, même si le nom de Siewert ne paraît pas en tête de l’article. Siewert avait déjà examiné la nature de cette alliance : Siewert (1987/8) et (1994a). Voir Roy (1997b) 292-3 ; Nielsen (1997) 139-141.

20 Thucydide 5, 47

21 Sur la Triphylie, voir Nielsen (1997), qui considère (pp. 151-2 ; 155) que la création de la fédération triphylienne aurait aussi bien pu être l’œuvre spontanée des Triphyliens qu’une création des Lacédémoniens (voir Siewert (1987/8)). Sur la politique anti-éléenne des Triphyliens, voir Nielsen (1997) 151-2.

22 Une ethnie comme les Triphyliens pouvait sans difficulté faire partie de l’État fédéral arcadien et d’autres ethnies arcadiennes comme les Parrhasiens et les Ménaliens étaient membres de la confédération : voir Nielsen (1997) 158-60. Pourtant on ne voit pas bien si les Triphyliens en faisaient partie en tant qu’ethnie unie ou comme une série de cités séparées, et Lépréon semble avoir joué un rôle plus important que celui des autres cités triphyliennes : voir Nielsen (1997) 152-5. Sur la présence de Triphylos sur le monument arcadien à Delphes, voir Nielsen (1997) 145-6.

23 Les Éléens ont récupéré Skillonte à une date incertaine : voir Roy (1997b) 284-5.

24 Sur la Triphylie au ive siècle, voir Nielsen (1997) 144-57. Que Polybe, lui-même arcadien, considère la Triphylie comme partie intégrante de l’Arcadie (4, 77, 8) pourrait être dû à un excès de chauvinisme, mais on retrouve la même opinion chez le Pseudo-Scylax 44, et Pausanias (5, 5, 3) raconte que de son temps les Lépréates voulaient être arcadiens. Pausanias (5, 6, 3) cite aussi l’avis des Arcadiens sur le vieux nom d’une rivière qui coulait près de Samikon dans le nord-ouest de la Triphylie, sans doute parce que les liens entre les Arcadiens et la Triphylie étaient connus.

25 Voir Tuplin (1993) 31, 183-5 ; Roy (1997b) 284-5.

26 Sur le statut de polis qu’avaient les cités triphyliennes, voir Nielsen (1997) 133 ; 142-4.

27 Pritchett (1989) 28-30

28 Sur l’Akroréia, voir Siewert (1987/8). Le texte épigraphique du traité d’alliance entre la fédération arcadienne et Pisa et Akroréia, vers 365, sera publié avec un nouveau fragment par Ringel, Siewert, et Taeuber (à paraître).

29 Sur l’histoire de la Triphylie, voir Nielsen (1997) ; sur la topographie, voir Pritchett (1989) 46-76, et aussi Sperling (1942) et Yalouris (1973).

30 Pour la liste, voir Polybe 4, 77, 9, et pour Épitalion, voir 4, 80, 13. 4, 80, 14 montre que la liste se veut complète. Sur la Triphylie chez Polybe, voir Nielsen (1997) 129-32, et 133 sur Skillonte.

31 Hérodote 4, 148 : voir Nielsen (1997) 133-4.

32 Sur la disparition de la polis Makiston, voir Nielsen (1997) 134 note 35 (à la page 135). Dans une inscription messénienne du iiie siècle dont la découverte a été signalée récemment (JHS Archaeological Reports for 1996-1997 49) le nom Makiston est employé au moins comme toponyme sinon comme nom de polis. Strabon (8, 3, 13 (343) ; 8, 3, 24-5 (349)) connaissait encore le terme « Makistia » comme nom d’une partie de la Triphylie, mais croyait que de son temps Makiston n’était plus habité (8, 3, 25 (349)).

33 Pritchett (1989) 58-60 (Lépréon) ; 66-9 (Makiston/Mazi) ; 75-6 (Épitalion). Sur Makiston voir aussi Trianti (1985). Sur des prospections à Samikon, voir Papakonstantinou-Charitou (1983).

34 Sur le sanctuaire de Kombothékra, Sinn (1978) et (1981) : voir aussi Morgan et Coulton (1997) 114.

35 Ruschenbusch (1985) 257 suggère un territoire moyen de c. 42 km2, mais (255) d’un côté oublie Samikon et de l’autre suppose que toutes les cités triphyliennes existaient en même temps, ce qui est peu probable. Ruschenbusch souligne avec raison que le territoire moyen des cités du nord de la Triphylie (c’est-à-dire la grande majorité) devait être nettement plus petit que la moyenne suggérée de r. 42 km2, parce que ces cités étaient groupées très près l’une de l’autre.

36 Strabon 8, 3, 15 (344) considérait la Triphylie comme fertile, à condition que la nielle et le jonc n’abîmassent pas la récolte : voir Baladié (1980) 170

37 Diodore 11, 54, 1.

38 Polybe 4, 73, 7. Polybe parle ici probablement d’une classe aisée dont les affaires tendraient à provoquer de temps à autre des litiges. Il explique qu’un système de juridiction ambulante satisfaisait à leurs besoins.

39 Voir, par exemple, Baladié (1980) : « la population y vivait principalement d’une vie rurale, dans un habitat dispersé » (p. 140), « Élide, autre région agricole » (p. 141).

40 Hansen et Fischer-Hansen (1994) 86-9.

41 L’inscription a été publiée par Siewert (1994b) : voir Roy (1997b) 288.

42 Morgan et Coulton (1997) 112-3

43 Pausanias 5, 16, 2-8 (fonctions des Seize Femmes à Olympie) ; 6, 24, 9 (bâtiment à Élis).

44 Pausanias 6, 25, 4 (Élis) ; 6, 20, 2 (Olympie).

45 Minon (1994) 508-509. À l’occasion dans leurs rapports avec d’autres États les Éléens essayaient de tirer profit des liens entre le sanctuaire d’Olympie et l’État éléen : voir Roy (à paraître).

46 Pausanias 6, 24, 2-3.

47 Yalouris (1996) a des planches splendides du site et des trouvailles archéologiques.

48 La formule est empruntée à Piérart (1997) 329.

49 Rhodes (1997) 93-5.

50 Morgan et Coulton (1997) 113.

51 Gehrke (1985) 52-3 ; 365-7 suggère des changements constitutionnels importants au moment du synécisme : Walter (1993) 118 ; 124 reste sceptique. Sur la difficulté d’expliquer ce qui s’est passé lors du synécisme, voir Morgan et Coutlon (1997) 112-4 ; Roy (1997b) 288. Les sources antiques sont rassemblées et analysées par Moggi (1976) 157-166. Voir aussi Hansen (1995) 58-60.

52 Diodore 11, 54, 1 (cités) ; Strabon 8, 3, 2 (337) (villages, dèmes). Léandr(i)os FGrHist 492 fr.13 suggère aussi qu’Élis a été formée par un synécisme de villages. Le Pseudo-Skylax 43 parle d’une συνοικία πόλεωι en Élide, ce qui pourrait aussi signifier un synécisme de cités.

53 Pausanias 5, 9, 5-6. Voir Jones (1987) 142-5 sur les tribus éléennes.

54 Pausanias 5, 16, 6 sur Orthia, lieu de résidence de Physcoa qui a eu un fils du dieu Dionysos et qui a donné son nom à une des danses des Seize Femmes ; et 6, 24, 5 sur Pétra, où se trouvait la pierre tombale du sophiste Pyrrhon : Pausanias dit que Pétra avait été un dème à une époque lointaine, ce qui suggère qu’il n’en restait plus grand-chose de son temps. Strabon 8, 3, 2 (337) nomme apparemment un des dèmes qui avaient participé au synécisme de 471 : un problème de lecture rend le texte incertain, mais ce dème, dont le nom pourrait être Agriades, semble avoir été rajouté au synécisme ultérieurement (voir le commentaire de Baladié ad loc. dans l’édition Budé).

55 Pausanias 5, 16, 2-8. Pausanias dit clairement que les seize cités se trouvaient en territoire éléen et non en Pisatide, qui ne devait pas encore être éléenne à l’époque.

56 Strabon 8, 3, 31-2 (356-7) : voir le commentaire de Baladié ad loc. dans l’édition Budé, et Meyer, RE 20. 1737-9 art. Pisa, Pisalis. Pausanias a vu les ruines de Harpina (6, 21, 7). Sur les sites de Hérakléia et Salmoné voir Panayatopoulos (1991).

57 Polybe 4, 73, 5. La phrase τοὺς ἐρυμνοὐς τῶν τόπων pourrait peut-être se rapporter non à des endroits fortifiés (villages fortifiés ou fortins) mais simplement à des endroits naturellement faciles à défendre.

58 Les prospections de Sperling en Élide en 1939 marquaient un début très prometteur d’exploration systématique, mais malheureusement elles ont dû être abandonnées à cause de la guerre. Le rapport de Sperling (1942) suggère de façon extrêmement intéressante comment les schémas de peuplement en Élide ont pu évoluer, mais souligne aussi combien restait à faire. Il serait donc hardi d’accepter des conclusions qui reposent sur le travail relativement limité que Sperling a eu le temps d’accomplir sur le terrain. L’effort international d’exploration du terrain qui allait être inondé (et l’est maintenant) après la construction du barrage sur le Pénée montre ce que l’archéologie pourrait accomplir en Élide, même s’il s’agissait en l’occurrence d’un effort tout à fait exceptionnel exigé par des circonstances exceptionnelles : voir Karwiese et al. (1969). Le service archéologique grec a exécuté de nombreuses fouilles en Élide, souvent des fouilles d’urgence, mais les sites fouillés sont très disparates et il n’y a pas eu de travail de synthèse détaillé et approfondi sur les résultats obtenus.

59 Yalouris (1972).

60 Voir Baladié (1991).

61 Hatzi (1982). Sur les sépultures en Élide, voir aussi Hatzi-Spiliopoulou (1991).

62 Coleman (1986), en particulier p. 67 sur le caractère du site, p. 6 sur les dates d’occupation, et p. 161-5 sur l’identification du site. (Les fouilles ont révélé des traces modestes d’occupation à plusieurs périodes avant l’époque classique et très peu de traces d’occupation entre le ive siècle et un certain renouveau à l’époque romaine tardive : voir Coleman (1986) 5-9 et Lambropoulou (1991).) L’abandon du site vers les années 360 s’accorderait, d’après Coleman (6), avec la prise de Pylos pendant une guerre civile éléenne en 365/4 (Xénophon Hell. 7, 4, 16 ; 26). Au colloque Forschungen in der Peloponnes organisé à Athènes les 5-7 mars 1998 par le Österreichisches Archäologisches Institut Athen L. Kolonas a proposé d’identifier Pylos avec un site près du village de Portes sur les pentes sud du Mont Santaméri (Skollis) où ses fouilles ont révélé plusieurs tombes mycéniennes. Pylos d’Élide Creuse est evidemment à distinguer de Pylos en Triphylie et de Pylos en Messénie.

63 La documentation est réunie par Roy (1997a) : voir aussi Falkner (1996). Des bateaux de plaisance accostent dans la petite baie de Kounoupéli dans le secteur nord de la côte éléenne, mais la baie ne protège pas des tempêtes, et les guides nautiques modernes n’y font pas allusion. Servais (1961) 149 considérait comme peu probable qu’il y ait jamais eu un site archéologique à Kounoupéli.

64 Sur Kylléné antique, voir Servais (1961) et Baladié (1980) 63-4.

65 Sur Phéia, voir Yalouris (1961) et (1962) et Baladié (1980) 243-4

66 Servais (1961) 1434 (Kylléné) ; Yalouris (1961) 37 (Phéia).

67 Sur ces amphores, voir Lepeniotis (1991). Sans être assez nombreuses pour fournir un échantillon sûr du commerce extérieur éléen, les amphores suggèrent que ce commerce était dirigé surtout vers l’ouest (p. 386). Des amphores de l’ouest ont été trouvées à Kylléné également (p. 386).

68 Gehrke (1985) 52-7. Sur Aristotimos, voir Gόmez Espelosin (1991). Étant donné l’état de la documentation il est évidemment possible que d’autres cas de conflit nous échappent. Il se peut aussi que la vie politique des Éléens ait changé au iiie siècle ou même avant la fin du ive et qu’elle ait attiré moins de citoyens aux réunions politiques : Rhodes (1997) 95-6 ; 502 fait remarquer que dans les décrets éléens dont un exemplaire épigraphique a été conservé pour la période qui va du ive siècle av. J.-C. au iie siècle ap. J.-C. — ils ne sont pas nombreux — il n’est pas fait mention d’une assemblée, et il se demande si l’assemblée éléenne a continué il exister pendant cette période. L’assemblée a dû exister encore au ive siècle au moins sous le régime démocratique instauré pas Phormion, élève de Platon : Gehrke (1985) 56-7. Le mot άλταν dans le texte de Polybe 4, 73, 7 ne prouve pas l’existence d’une assemblée au iiie ou au iie siècle : le mot, qui est de toute façon une correction de la lecture des manuscrits, veut dire probablement « cour de justice » (Walbank (1957-79) 1, 526-7) plûtot que « assemblée » (Budé).

69 On pourrait supposer que les deux ports devaient aussi engendrer des attitudes politiques de tendances diverses, mais la documentation sur la question manque totalement.

70 Ces arguments ne cherchent pas à nier l’importance évidente de l’agriculture en Élide. La richesse du butin saisi en territoire éléen par des envahisseurs était célèbre : Xénophon, Hell. 3, 2, 26 (vers 400) ; Polybe 4, 73, 5 ; 4, 75, 1-7 (219) ; Tite-Live 27, 32, 7 (le texte de Tite-Live suggère que 4°000 personnes se seraient refugiées dans un castellum, ce qui semble impossible, mais le texte exprime très clairement l’idée que le territoire éléen était une riche source de butin). Diodore 38/39, 7, 1 parle de la richesse du butin saisi par Sylla à Olympie.

71 Polybe 4, 77, 10 : voir Nielsen (1997) 131. Les Étoliens ont peut-être aidé les Éléens à récupérer la Triphylie (ce qui expliquerait pourquoi les Éléens ont enfin réussi, après un siècle et demi d’insuccès), mais Polybe n’en dit rien : voir Will (1979-82) 1, 329 ; 332. Rice (1975), particulièrement p. 30-1 et 56, souligne l’importance pour les Éléens jusqu’aux années 190 de l’influence des Étoliens.

72 Polybe 4, 77, 5 — 80, 15 : voir Nielsen (1997) 131-2. Les garnisons éléennes en Triphylie se sont retirées sans se battre. Sur le contexte historique voir Will (1979-82) 72-5.

73 Polybe 4, 70. 2 — 72, 10 (Psophis) ; 4, 73, 1-2 (Lasion).

74 Tite-Live 28, 8, 6 (promesse de 207) ; 32, 5, 5 (cession de 199) : voir Swoboda, RE 5. 2414-5.

75 Polybe 18, 42 (revendications des Éléens) ; Polybe 18, 47, 10 ; Tite-Live 33, 34, 9 (décision romaine).

76 Sur l’adhésion (peu enthousiaste) des Éléens à la Confédération Achéenne, voir Swoboda, RE 5. 2415 ; Will (1979-82) 2, 208. Sur des monnaies achéennes émises par l’État éléen comme membre de la confédération avant 146, voir Warren (1991). Boehringer (1991) montre que d’après des monnaies du premier siècle l’État éléen était de nouveau membre de la Confédération Achéenne à partir de c. 85.

77 Strabon a probablement emprunté ses renseignements sur le statut de la Triphylie à Artémidore, qui écrivait vers 100 (voir les commentaires de Baladié dans l’édition Budé du huitième livre de Strabon aux pages 20 et 25-6). Sur la période à laquelle correspond le Péloponnèse de Strabon, voir aussi Baladié (1980) 11-14 : « de 146/5 av. J.C. au début de l’ère chrétienne° ». Sur l’époque de Strabon, voir Clarke (1997) et Pothecary (1997).

78 Will (1979-82) 2, 396-400. À Olympie les honneurs votés par les Éléens pour Mummius, comme les offrandes de Mummius dans le sanctuaire, perpétuaient les bons rapports entre les deux : voir Tzifopoulos (1993) avec les réserves d’Arafat (1996) 89-97. La théorie de Franke (1984) 22-3 selon laquelle des monnaies frappées par les Éléens au nom de la Confédération Achéenne, mais portant des contremarques purement éléennes, démontreraient que les Éléens s’étaient distancés à temps de la lutte achéenne contre Rome a été réfutée par Nicolet-Pierre (1992). Voir aussi Schwertfeger (1974) 52-5 et Kallet-Marx (1995) 91-2 sur le traitement de l’Élide par les Romains en 146 ; et Lafond (1996) sur l’histoire du Péloponnèse depuis la conquête romaine.

79 Si les Triphyliens ont été rendus aux Éléens en 146 par une décision romaine, dans un premier temps ils auraient sans doute supporté leur nouveau statut par respect des Romains ; mais il faut trouver une explication pour le fait qu’ils ont continué à faire partie de l’Etat éléen non seulement pendant les années qui suivirent 146 mais pendant des siècles, et ceci malgré le désir de la part des habitants de Lépréon, noté par Pausanias (5, 5, 3), de faire partie de l’Arcadie.

80 Proxènes, IG V2, 368, 135-7 : on pourrait penser à Opous de Locride, mais les autres proxènes nommés dans la liste autour de ceux d’Opous sont du Péloponnèse, et la présence d’un théarodoque delphique à Opous en Akroréia rend plausible l’attribution des proxènes à cette cité. Théarodoque, Plassart (1921) col. II ligne 128 : la lecture du toponyme est confirmée par Oulhen (1992). L’attribution du théarodoque il Opous en Akroréia est assurée par la séquence de toponymes dans le texte : voir Plassart (1921) 51 avec note 2. Perlman (1995), particulièrement 135, démontre que la présence d’un théarodoque dans une cité n’est pas nécessairement une preuve d’indépendance, mais est parfaitement compatible avec un statut indépendant

81 Ager (1996) 111-2 n° 37 et Rhodes (1997) 94 (SEG, 25, 448, avec SEG. 26, 470) acceptent tous les deux qu’il s’agit d’un décret éléen, bien que la pierre soit très endommagée. Ager suggère qu’il s’agit d’un arbitrage entre Aliphéira et une cité voisine effectué par les Éléens à une époque où ils dominaient la région autour d’Aliphéira.

82 Polybe 4, 70, 2 — 72, 10 (Psophis), 4, 73, 1-2 (Lasion). Quand Polybe 4, 70, 4 dit de Psophis : « έπίκειται δ’ εύϕυωςτῇ τῶν ‘Ηλείωι χώρᾳ, μεθ’ ών συνέβαινε τότε τολιτεύεσθαι αύτήι », le verbe πολιτεύεσθαι suggère des rapports politiques étroits entre Psophis et les Éléens. Théopompe FGrHist 115 fr.144 utilise le même verbe pour décrire les rapports entre la polis Haioléion et les Chalcidiens, et Flensted-Jensen (1995) 117-8 en déduit que Haioléion faisait partie de la Confédération Chalcidienne.

83 Strabon 8, 3, 24 (349).

84 Sur le synécisme, Strabon 8, 3, 15 (344) : voir Moggi (1976) 160-1 avec les notes 16 et 18. Dans ce passage Strabon parle des deux cités voisines d’Hypana et Typanéai, en disant qu’Hypana a été synécisée mais que Typanéai est restée (c’est-à-dire n’a subi aucun changement) : il s’ensuit qu’Hypana n’est pas « restée », autrement dit que sa population a été transplantée ailleurs. Sur la monnaie, voir Head (1911) 418, et Warren (1991) 154. Moggi suggère que le fait que la statue de Poséidon a été transplantée de Samikon à Élis pourrait indiquer que la population de Samikon a également été transplantée à Élis ; mais on ne peut guère supposer que le transfert d’un culte d’Artémis d’Élis à Létrinoi (Pausanias 6, 25, 6) implique une perte de population pour Élis, et il serait donc osé de conclure que la population de Samikon a été transplantée à Élis

85 Strabon 8, 3, 10 (341). La date de l’incorporation d’Alasyaion en Amphidolie n’est pas attestée.

86 Niese (1910) 18-9 s’est déjà aperçu que les Triphyliens ont reçu le droit de cité éléen en 146, en suggérant que les Romains avaient imposé cette concession aux Éléens ; mais il n’a pas appuyé son opinion sur des raisonnements et il ne s’est pas soucié du changement de statut des périèques au nord de l’Alphée

87 Il serait important de vérifier par des prospections archéologiques les hypothèses de Sperling (1942) 88, qui suggérait que plusieurs villages et autres petites habitations avaient été abandonnés dès le iiie siècle. Niese (1910) 19 considérait que la baisse économique était une conséquence de l’unification de l’Élide. Voir aussi Kahrstedt (1954) 234-46, même si certaines de ses affirmations semblent arbitraires, sur l’économie de l’Élide à l’époque romaine ; et Alcock (1993), sur les changements qui ont eu lieu dans la campagne grecque à partir du iiie siècle, en particulier l’augmentation du nombre de propriétés plus importantes aux dépens des plus petites.

88 Pylos : Strabon 8, 3, 7 (339) ; Pausanias 6, 22, 5. Makiston : Strabon 8, 3, 16 (344) parle d’une cité (polisma) que le lecteur pourrait croire existante, mais dit ailleurs (8, 3, 24 (349)) qu’elle n’est plus habitée : Pausanias n’en parle pas. Ni Strabon ni Pausanias ne font allusion à Noudion.

89 Strabon 8, 3, 14 (344) ; 8, 3, 30 (355). Sur le synécisme, voir Moggi (1976) 166-9.

90 Strabon 8, 3, 16 (344) ; Pausanias 5, 5, 3 et 5-6. La route entre Lépréon et Samikon était en mauvais état à cause de l’ensablement de l’embouchure de l’Anigros déjà du temps de Strabon 8, 3, 19 (346) et encore à l’époque de Pausanias 5, 5, 7 : voir Baladié (1980) 91-2.

91 Strabon 8, 3, 19-20 (346-7) ; Pausanias 5, 6, 1. Des monnaies de l’époque romaine ont été trouvées sur l’acropole, et aussi au cimetière principal de Samikon : Papakonstantinou-Charitou (1983) 299, 300.

92 Strabon 8, 3, 13 (343) ; 8, 3, 20 (347) ; Pausanias 6, 25, 6. Baladié (1980) 335 considère que l’information de Strabon sur le culte à Samikon, qu’il tenait d’Apollodoros, « retarderait beaucoup sur l’événement », tout en reconnaissant que le transfert de la statue n’était peut-être qu’imminent quand Strabon rédigeait sa notice.

93 Strabon 8, 3, 12 (342) : voir Yalouris (1961) et, sur le sens de « limén » (port dans le sens le plus général), Baladié (1980) 235-6.

94 Strabon 8, 3, 4 (337) ; Pausanias 6, 26, 4-5 : voir Servais (1961) et, sur le sens de « épinéion » (port et agglomération), Baladié (1980) 240-2.

95 Strabon 8, 3, 5 (338) Oinoé ; 8, 3, 10 (341) Myrtountion ; 8, 3, 31 (356) Salmoné et Kikysion ; 8, 3, 32 (356-7) Hérakléia et Harpina : Pausanias 6, 22, 7 Hérakléia ; 6, 21, 8 Harpina. Panayatopoulos (1991) a proposé d’identifier Hérakléia près du village moderne de Pournari avec un site où il a observé des tessons d’époques hellénistique et romaine, et a suggéré que Salmoné serait à chercher à 1 km au nord-ouest du village moderne de Néraïda à un endroit où — en plus d’une figurine cycladique — des vestiges de périodes s’échelonnant de l’époque archaïque à l’époque romaine ont été découverts.

96 Strabon 8, 3, 32 (357) ; Pausanias 6, 22, 4 : voir Baladié (1980) 305.

97 hO 11 (= van Effenterre et Ruzé (1994-5), I, n° 21) de 500-475 sur les Chaladrioi, et ἰυO 10 (= van Effenterre et Ruzé (1994-5), I, n° 51) de 475-450 sur les Anaitoi et les Métapioi. Voir Roy (1997b), 313 note 31.

98 Strabon 8, 3, 30 (355) : voir Moggi (1976) 166-9

99 Hérodote 4, 148.

100 Coleman (1986) 6.

101 Sur la disparition de la polis Makiston, voir Nielsen (1997) 134 note 35 (à la page 135).

102 Strabon 8, 3, 10 (341) Alasyaion ; 8, 3. 24 (349) Marganeis.

103 Pausanias 6, 24, 5 Pétra ; 6, 22, 8 Létrinoi

104 Pausanias 5, 6, 4 Skillonte ; 6, 21, 6 Phrixa ; 6, 21, 8 Harpina.

105 Strabon 8. 3, 32 (356-7).

106 Il est impossible de savoir à quelle date ont été fondées les cités triphyliennes de Bolax et Stylangion qui figurent dans la liste de Polybe 4, 77, 9 mais n’apparaissent dans aucun autre texte. Mais nous n’avons pas de raison de supposer qu’en 219 — contexte historique de la liste — elles étaient des créations récentes.

107 La ville d’Élis a peut-être gagné des habitants lors du mystérieux synécisme de 471 et sans doute au moment où Hypana fut réunie par synécisme il Élis. Les deux cités d’Alasyaion et de Marganeis ont été incorporées dans l’Amphidolie.

108 Baladié (1980) 301-21 cherche à évaluer l’importance que nous devons accorder aux renseignements souvent pessimistes qu’offre Strabon sur les circonstances économiques du Péloponnèse de son temps et conclut que Strabon reproduit « °l’impression que pouvait avoir celui qui traversait cette région après les guerres civiles, et alors que la reprise ... ne produisait pas encore ses effets ° ». Certains de ses arguments manquent pourtant de force de conviction, comme par exemple quand il suggère (p. 313) que quand Strabon parle de traces de villes désertes il ne veut pas dire les restes architecturaux de villes abandonnées mais plûtot des éléments de population de villes dépeuplées mais non vides ; et son analyse de l’état économique du Péloponnèse à l’époque de Strabon souffre en conséquence. Même Baladié reconnaît finalement que Strabon a tendance à exagérér le déclin : (p. 321) « °peut-être en l’exagérant ° »

109 Si on pouvait se fier au témoignage de Strabon 8, 3, 2 (357), on pourrait conclure qu’Hérakléia, pour Strabon encore une cité, est par la suite déchue au rang de village (Pausanias 6, 22, 7) : le problème est évidemment de savoir si le vocabulaire employé par Strabon pour décrire les agglomérations manque de précision, comme Rubinstein (1995) le suggère à propos du vocabulaire employé par Pausanias (mais, sur cette question, voir aussi Jost dans Casevitz, jost et Marcadé (1998) XXV note 6). La construction d’une route romaine sur la côte de l’Élide, attestée par un milliaire trouvé à Épitalion, peut être expliquée par des motifs militaires et n’éclaire donc pas la situation économique locale : voir Baladié (1980) 273-7. Sur le Péloponnèse à l’époque de Pausanias, voir l’analyse prudente et nuancée de Lafond (1996) 189-96.

110 D’après Pausanias (5, 5, 2 ; 6, 26, 6 ; 7, 21, 14), la culture du lin s’est répandue en Élide et la récolte était, au moins en partie, exportée à Patrai en Achaïe.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20623/img-1.png
Fichier image/png, 267k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search