Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Variabilité des crises d’alluvionnement d’âge historique au Péloponnèse (Élide, Arcadie, Argolide)

Eric Fouache

Texte intégral

Introduction

1Si l’importance de l’alluvionnement historique est largement confirmée par les recherches archéologiques et géomorphologiques sur tout le pourtour du bassin méditerranéen, ces dernières ont également révélé la complexité et la variabilité du phénomène, tant dans l’espace que dans le temps (Vita-Finzi 1969, Lewin et al. 1995, Homm. P. Birot 1984). Ce constat se trouve confirmé au Péloponnèse. À travers l’étude des accumulations alluviales et colluviales récentes d’Élide (basses vallée du Pénée et de l’Alphée), du bassin de Gortys (Arcadie) et de la plaine d’Argos (Fig 1), nous montrons que l’alluvionnement historique procède par crises. Des phases d’alluvionnement de durée inégale, du demi-siècle au demi-millénaire, liées à une déstabilisation des versants lithologiquement sensibles, sont encadrées de longues périodes de stabilité. Les facteurs d’explication du déclenchement de ces crises sont toujours locaux ou régionaux et il faut se garder de généralisations trop étendues.

2Dans le contexte climatique méditerranéen humide (Fig 2), ce sont les mutations socio-économiques dans la gestion des bassins-versants qui sont systématiquement à l’origine de la déstabilisation des versants, même si les lits fluviaux des grands fleuves, comme le Pénée et l’Alphée (Fig 3), modelés par la récurrence des fortes crues, attestent de métamorphoses fluviales et semblent plus sensibles à l’effet de fluctuations climatiques humides du type du « petit âge de glace ». La situation est différente dans la plaine d’Argos, qui appartient à une aire climatique méditerranéenne sèche. Dans ce contexte particulier il semble bien que, les grands défrichements de l’âge de bronze passés, ce soit l’aléa climatique qui rythme seul le dépôt d’épaisses accumulations torrentielles. Nous résumons ici les acquis d’une étude plus vaste (Fouache 1994).

La terrasse d’Olympie

3C’est au pied du mont Kronion, à la confluence du Fleuve Alphée avec l’un de ses affluents de rive gauche le Kladéos, que se localise le sanctuaire d’Olympie (Adler et al. 1897). Le site a été occupé dès le IIIe millénaire av. J.-C., en témoignent quelques pauvres maisons fouillées par Dörpfeld, et ce jusqu’au milieu du ve siècle ap. J.-C. Un village succédera au sanctuaire du Vie au début du viie siècle ap. J.-C., puis le site sera alors complètement abandonné, fossilisé rapidement sous les alluvions du Kladéos, qui forment une terrasse alluviale épaisse de 4 à 6 mètres (Dufaure 1975, 1976). La fossilisation du site a été très rapide, puisque ces 4 à 6 mètres d’épaisseur sont constitués de morts terrains, archéologiquement vierges (Fig 4).

Fig 1 : LOCALISATION DES RÉGIONS ET SITES ÉTUDIÉS

Fig 1 : LOCALISATION DES RÉGIONS ET SITES ÉTUDIÉS

4Les archéologues allemands, Curtius, Adler et Dörpfeld, pionniers du dégagement du site d’Olympie de 1875 à 1881 durent, pour exhumer les vestiges du site, déblayer tout ce mort terrain. Ce qui explique également qu’il ait fallu plus de cinquante ans pour localiser l’emplacement du stade qui avait totalement disparu. Aujourd’hui encore la totalité du site est loin d’être totalement dégagée.

Fig. 2 : MOYENNE DES PRÉCIPITATIONS ANNUELLES EN GRÈCE

Fig. 2 : MOYENNE DES PRÉCIPITATIONS ANNUELLES EN GRÈCE

5La fossilisation rapide du site a été la conséquence de crues du Kladéos. Il convient, avant de conclure au caractère exceptionnel de cette fossilisation et d’en rechercher les causes, de s’interroger sur la manière dont le risque d’inondation était pris en compte sur le site d’Olympie.

Fig. 3 : SCHÉMA DE LOCALISATION (ELIDE)

Fig. 3 : SCHÉMA DE LOCALISATION (ELIDE)

Fig. 4 : COUPE OUEST-EST DE LA TERRASSE D’OLYMPIE SUR LE SITE D’OLYMPIE

Fig. 4 : COUPE OUEST-EST DE LA TERRASSE D’OLYMPIE SUR LE SITE D’OLYMPIE

La prise en compte du risque d’inondation dans les aménagements au site d’Olympie

6Il s’avère en effet que les aménagements antiques tenaient compte du risque de crue, mais ce risque était inégalement réparti dans l’espace.

7Les vestiges les plus anciens du site, 6 maisons proto-helladiques, se trouvent au pied du mont Kronion, au-dessus de la zone inondable de l’époque. La continuité des couches archéologiques qui les recouvrent en témoignent. Jusqu’au ve siècle av. J.-C., le cœur du sanctuaire, l’Altis, entouré d’un mur, était également à l’abri des risques d’inondation. Il est par contre prouvé archéologiquement (Fouilles du Professeur Rambach et du Professeur Sinn depuis 1986, BCH, II, 111, 1987 ; BCH, II, 113, 1989 ; BCH, II, 116, 1991) que la zone située à l’ouest et au nord de l’Altis, étaient des zones inondables. Des chenaux d’écoulement du Kladéos y sont repérés jusqu’au viie siècle av. J.-C., puis, entre le Vie et le ve siècle av. J.-C., cette zone sert uniquement d’aire de campement aux visiteurs et aux pèlerins des eux olympiques (restes de foyers et puits nombreux). Cette zone est à considérer comme le lit d’inondation du Kladéos. L’Altis se trouvant au minimum deux mètres au-dessus.

8Pour preuve, lorsqu’au ve siècle av. J.-C. cette zone extérieure à l’Altis commence à se couvrir de bâtiments (les thermes du Kladéos ou l’Hérôon par exemple) un mur haut de trois mètres, fait de gros blocs de conglomérats, est construit à l’ouest (BCH, II, 98, 1974). Il s’agit d’un mur de levée de protection contre les inondations. Ce dernier se trouve fossilisé sous des alluvions sableuses à la charnière des ive et iiie siècles av. J.-C. et une simple levée de terre lui succédera. Cette levée cesse d’être entretenue au iie siècle ap. J.-C. Pourtant la submersion de l’Altis ne se produit pas immédiatement. C’est la preuve que les crues sont exceptionnelles et que l’Altis est à l’abri des inondations durant toute l’Antiquité. Comment dès lors expliquer la fossilisation rapide à partir des viie et viiie siècles ap. J.-C. ?

Genèse de la terrasse d’Olympie

9Les observations des archéologues allemands du xixe siècle montrent que si le site est bien fossilisé sous des alluvions, celles-ci se situent dans la continuité de matériaux sableux descendus des versants (des colluvions), ce qui implique que le mont Kronion se soit trouvé décapé de son couvert forestier, phénomène qui peut seul avoir permis aux eaux de ruissellement de transporter les dépôts sableux qui constituent le substrat local.

10En outre la terrasse d’Olympie n’est pas localisée uniquement sur le site d’Olympie, mais se retrouve dans toutes les vallées affluentes du cours aval de l’Alphée. Cette extension régionale s’explique par le contexte géologique. L’ensemble de la région est constitué de collines marno-sableuses pliocènes, matériau friable et facilement affouillable par les eaux de pluies, surtout dans le contexte d’averses méditerranéennes. Seulement pour que ce phénomène se produise, dans une région très humide à reprise de végétation rapide il faut que les versants soient défrichés. Or, chronologiquement, il y a coïncidence entre le déclenchement de la crise centrée sur les viie-viiie siècles ap. J.-C. et l’arrivée massive de populations slaves constituées de pasteurs, attestée par la toponymie et des témoignages historiques nombreux. Notre hypothèse, déjà soutenue par J.-J. Dufaure, est donc que les défrichements et les brûlis provoqués par ces pasteurs ont été à l’origine d’une crise érosive majeure. La fin de la crise coïnciderait avec la sédentarisation de ces populations à partir du xiie siècle.

11À l’inverse, le grignotage de la terrasse d’Olympie et la destruction de l’hippodrome et d’un tiers du stade sont à mettre en relation avec un élargissement du lit de l’Alphée qui ne peut résulter que d’une récurrence plus forte de crues importantes. La morphologie actuelle est en effet incompatible avec l’implantation des aménagements antiques. Il serait tentant de mettre en relation cette métamorphose fluviale avec une période de précipitations plus importantes engendrant des crues plus fréquentes et plus fortes.

12Ces conditions ont peut-être été réunies pendant la période dite du petit âge de glace (1550-1850) prouvé par Leroy Ladurie (1967) et replacé au sein d’autres fluctuations holocènes comparables par Grove (1988), mais dont l’étude reste à faire en Grèce.

Une métamorphose fluviale également constatée sur le fleuve Pénée

13À la hauteur du site d’Élis, les restes de levées, datant du vie-viie siècles ap. J.-C. (Papakonetanpilou 1991), qui encadraient le lit du fleuve Pénée, aujourd’hui fossilisées dans des alluvions grossières, témoignent de la métamorphose fluviale opérée sur le fleuve, sur cette section de son cours, entre l’Antiquité et le xixe siècle (Fouache 1987, 1994 ; Dufaure et al. 1988, 1991). Un système de tressage s’est substitué à un méandrage, de manière concomitante à une augmentation de la charge grossière, liée à un regain de torrentialité mis en évidence par les figures de sédimentation et le démantèlement des vestiges archéologiques observés à la hauteur du site d’Élis.

14L’incision du Pénée dans sa plaine d’inondation jusqu’à dix mètres est au contraire beaucoup plus récente. Si le fleuve était déjà partiellement incisé au xixe siècle dans son lit, au moins un tiers de l’incision actuelle est dû à l’impact des aménagements de protection contre les crues, endiguements et recoupements systématiques de méandres, réalisés à partir de 1937, et ce n’est que depuis 1969, date de la construction du barrage de Kendron, que « l’Élide Creuse » est définitivement à l’abri des inondations du Pénée.

15Le fait que chronologiquement la période de construction de la terrasse d’Olympie ne coïncide pas étroitement avec la durée sur laquelle s’opère l’extension de la bande active de l’Alphée, comme du Pénée, résulte d’une coupure d’échelle entre les organismes fluviaux majeurs, qui enregistrent des métamorphoses fluviales imposées par des fluctuations séculaires du rythme des crues, et les affluents, plus proches de la dynamique de bassins-versants élémentaires, qui réagissent beaucoup plus brutalement à toute agression anthropique, ou climatique, si le contexte morpho-climatique y est favorable. Cette dichotomie, liée à des différences d’échelles, nous la retrouvons entre l’amont et l’aval du fleuve Alphée.

La crise colluviale médiévale des bains gréco-romains de Gortys

16À 15 kilomètres au sud de Dimitsana, au débouché des gorges du Lousios (l’ancien Gortynios), l’un des affluents d’amont du fleuve Alphée, se trouvent les bains grécoromains de Gortys installés sur une terrasse alluviale assez étroite, sur la rive droite du torrent (Fig 5). Il s’agit d’un des deux

17sanctuaires d’Asclépios, qui sont cités par Pausanias (VIII, 27, 4 ; 27, 11 ; 28, 1). L’autre se trouve à proximité de l’acropole de la cité de Gortys, installée sur les hauteurs d’un plateau immédiatement au sud de l’Asclépieion de la rive du Gortynios. Cette identification ne fait aucun doute depuis les fouilles menées par l’École Française d’Athènes en 1941, 1942 (BCH, 1942-43, tomes 66/67 p. 334-339) puis de 1950 à 1955 (BCH, tome 75, p. 130-134, tome 76, p. 245-247, tome 77, p. 263-271, tome 79, p. 331-344), et la remarquable étude de R. Ginouvès (1959). En venant de l’est, on accède à la terrasse alluviale longue de deux cents mètres, large de quatre-vingts mètres et orientée nord-sud, en franchissant par un vieux pont le torrent qui s’écoule dix mètres en contrebas. Outre les excavations des fouilleurs pratiquées au milieu d’une olivette, une petite chapelle byzantine, dite d’Haghios Andréas, un moulin abandonné et une bâtisse du xixe siècle y sont également visibles, sans oublier une étable très récente.

Fig. 5 : LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE L’ ASCLÉPLEION DE GORTYS

Fig. 5 : LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE L’ ASCLÉPLEION DE GORTYS

Fig. 5 : LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE L’ASCLÉPLEION DE GORTYS

Fig. 5 : LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE L’ASCLÉPLEION DE GORTYS

Le contexte géomorphologique des thermes de Gortys

18Le contexte géomorphologique (Dufaure 1983, Fouache 1994) était exceptionnellement favorable à l’implantation d’un centre thermal. La gorge du Lousios est incisée au sein d’une structure anticlinale occupée par des calcaires néritiques du Lutétien (zone de Gavrovo-Tripolitza). Un canal antique remontait cette gorge. Il est encore possible de le suivre aujourd’hui bien qu’il ait été réaménagé et prolongé jusqu’au lit du torrent afin d’actionner deux moulins. Il était destiné à l’alimentation des bains. Stratigraphique-ment, le calcaire du Lutétien est surmonté de flysch, les deux ensembles appartenant à la série géologique de Tripolitza. Mais au-dessus du flysch de Tripolitza repose, en contact anormal, mais en grossière accordance géométrique du fait du charriage de la nappe d’Olonos-Pinde, un calcaire clastique du Turonien. À la faveur de la retombée sud de l’anticlinal les flyschs affleurent, et le Lousios a ainsi pu localement élargir sa vallée dans une roche apte au jeu de l’érosion, formant ici une combe annulaire. Un lambeau de terrasse alluviale, engraissée de blocailles en convois, avait été observé sur la rive gauche du Gortynios, accroché au versant de flysch qui surplombe le pont turc. Il a depuis disparu, emporté par les éboulis qui ravinent le versant à cet endroit. Mais nous avons retrouvé rive droite un lambeau du même type de formation, composée de gros galets calcaires, visible sur une dizaine de mètres de longueur, en coupe sur le talus qui borde une piste. Six mètres en contrebas de ces lambeaux, une seconde terrasse alluviale beaucoup plus développée correspond à l’assise même du replat sur lequel ont été édifiés les thermes. Au fond du lit du Gortynios, des lits gréseux du flysch affleurent. La berge de rive gauche, haute de dix mètres, montre en effet que les cinq premiers mètres taillés dans le flysch, substrat qui apparaît également au fond du lit du Gortynios, sont surmontés de trois à quatre mètres de galets pris dans une matrice argileuse. C’est sur cette terrasse alluviale que reposent les fondations des bains (Ginouvès 1959, p. 151) (Fig 6). Le caractère très torrentiel des dépôts qui constituent le corps des lambeaux de la première terrasse, associé au fait qu’elle se trouve étagée par rapport à la seconde de six mètres, et donc plus ancienne, ce que confirme l’altération des galets, nous conduisent à la dater, comme J.-J. Dufaure (1983), de la dernière période froide. La seconde, plus récente, vierge de tout dépôt archéologique, serait alors holocène. Mais le site a été recouvert sous cinq mètres de remblaiement. Il s’agit en fait d’un glacis colluvial qui recouvre non seulement le site, mais aussi toute la terrasse holocène, dont l’épaisseur varie de cinq mètres au pied du versant ouest à un mètre cinquante au sommet de la berge du Gortynios. Le matériel qui le compose, très fin, mêlé de nombreux fragments gréseux anguleux, provient indiscutablement du versant de flysch, qui domine directement le site, où des badlands sont encore visibles.

Fig. 6 : PLAN ARCHÉOLOGIQUE DES THERMES DE GORTYS (adapté de Ginouvès, 1959)

Fig. 6 : PLAN ARCHÉOLOGIQUE DES THERMES DE GORTYS (adapté de Ginouvès, 1959)

19Ce colluvionnement important n’est pas le seul bouleversement enregistré dans la topographie. Au sud du site, deux profondes ravines, dont les talwegs aboutissent à une confluence commune avec le Gortynios, interrompent la continuité du replat. Elles se trouvent au débouché de deux talwegs qui se prolongent loin à l’amont et étaient nécessairement présents dans l’Antiquité, mais moins larges et peut être moins profonds (Ginouvès 1959, p. 152).

20Nous pensons que la crise colluviale et l’extension des deux ravines au sud du site sont les deux manifestations d’une même crise érosive, dont les badlands sont la forme majeure, qui s’est produite à l’époque médiévale, non seulement sur les versants qui surplombaient directement la terrasse de l’Asclépieion, mais aussi dans le bassin plus vaste entièrement installé dans le flysch, qui se trouve à l’amont des deux ravines. Le moteur de cette crise serait une intense mise en valeur agricole, fondée sur la céréaliculture et sur l’élevage.

Chronologie et genèse de la crise colluviale des thermes de Gortys

21Les fouilles attestent du fonctionnement de l’établissement thermal du Gortynios du ive siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C., période où la destruction des thermes correspond peut-être à la première invasion des Goths et des Érules en 267-268 ap. J.-C. Des constructions romaines élevées sur les ruines au ive siècle ap. J.-C. sont à leur tour abandonnées avant la fin du siècle où se produit la seconde invasion des Goths en 395-396 ap. J.-C. (Ginouvès 1959, p. 155). Le recouvrement du site ne se produit pas à ce moment-là, puisque la petite chapelle d’Haghios Andreas, construite vers le xiie siècle ap. J.-C. (Moutsopoulos 1956, p. 148-152), est elle-même ennoyée sur un mètre cinquante d’épaisseur. La présence de nombreux réemplois antiques dans sa construction, dont une dédicace à Asclépios et à Hygie (BCH, 66/67, 1942, p. 335), le fait qu’elle repose à même la terrasse alluviale holocène, sont autant de preuves qu’au xiie siècle les ruines étaient toujours à l’air libre. Pour autant, on ne peut considérer que le colluvionnement s’est produit très tardivement à l’époque contemporaine. Les voyageurs du xixe siècle découvraient en arrivant sur le site une topographie absolument semblable à l’actuelle, comme le confirme Bory de Saint-Vincent (1837-1838, p. 200) dans la relation de sa visite de Gortys le 10 juin 1830

22Le plus vraisemblable nous semble être que la crise colluviale se soit produite à l’époque médiévale, peu après le xiie siècle. En effet, un bouleversement majeur, propre à avoir déstabilisé les versants, s’opère alors. La chapelle d’Hagios Andreas, édifiée au xiie siècle, n’est pas un édifice isolé, mais accompagne la construction à la même époque du monastère d’Haghios Ioannis Prodromos (Saint-Jean Baptiste), accroché à la paroi de la gorge du Lousios un kilomètre à l’amont. Le replat du site archéologique est d’ailleurs propriété du monastère, puisqu’en 1942, l’École Française d’Athènes a négocié avec l’Higoumène pour organiser les fouilles (BCH, 1942, p. 336). En outre un village, Atzigolo, est installé un kilomètre au sud-ouest. Nous ne pouvons affirmer que la création de ce village date du xiie siècle, mais il est incontestablement bien antérieur au xixe siècle, dans la mesure où Bory de Saint-Vincent (1837-1838, p. 201) décrit en 1830 les maisons de ce village bâties en pierres antiques extraites de la cité de Gortys, et le village au milieu d’un paysage agraire soigné, planté « de vignes vigoureuses ». Le terroir cultivé d’Atzigolo est par ailleurs étendu à tout le bassin de flysch situé immédiatement à l’ouest de la terrasse du Gortynios. Toute cette zone est aujourd’hui gagnée par les friches, mais resta pourtant cultivée jusqu’après la seconde guerre mondiale. Des terrasses de culture apparaissent sur la carte au 1/5°000, tandis qu’une aire à battre le blé, installée sur un bouchon de travertin holocène cent mètres à l’amont de l’Asclépieion du Gortynios, témoigne qu’outre la vigne on cultivait également le blé. De ces activités passées, seul l’élevage se maintient, encore est-il très extensif et les troupeaux peu nombreux.

23La mise en valeur des versants de flysch a donc reposé sur un défrichement destiné à permettre la culture de la vigne et du blé. Elles présentent toutes deux l’inconvénient de laisser le sol à nu durant les fortes précipitations automnales et hivernales. Les mécanismes sont alors connus. Le ruissellement s’intensifie et les talwegs ont à évacuer beaucoup plus d’eau lors des fortes précipitations. Nous pensons que l’élargissement des deux ravines au sud de la terrasse du Gortynios est due à ce phénomène. Les deux bassins-versants drainés par les talwegs situés dans le prolongement de ces ravines, qui représentent environ 2 km2, sont en effet entièrement installés dans les flysch et coïncident intégralement avec l’espace agricole que nous venons de décrire. Sur les versants les plus pentus comme celui qui surplombe les thermes antiques, une mise en culture est exclue, mais pas le pâturage de troupeaux composés d’ovins et de caprins, qui, dans le cas d’une

24mise en valeur agricole intense, sont cantonnés sur le « vouno », littéralement la montagne, mais dans les faits l’équivalent du « saltus » des Romains. Seuls des badlands ont pu fournir la quantité de matériaux accumulés sur le glacis colluvial, et seul un éclaircissement sévère de la végétation a pu permettre leur apparition. On le voit bien de nos jours, où la pression pastorale diminue et où la tendance est à la cicatrisation des versants. Au-dessus de la terrasse du Gortynios, les seuls badlands encore actifs sont ceux situés immédiatement au-dessus des thermes. Ils se sont trouvés réactivés par le passage d’une piste ouverte au bulldozer. Ailleurs, dans le bassin de flysch, les badlands sont cicatrisés. Seuls ceux en bordure d’un talweg actif, le Gortynios ou ses petits affluents, sont encore en activité.

25L’évolution du site de la terrasse du Gortynios serait donc la suivante. À un creusement post-wurmien aurait succédé un remblaiement holocène. Puis, durant plus d’un millénaire, pendant toute la période d’exploitation des bains, une pause morphogénique s’installe, sans doute favorisée par l’endiguement des talwegs, comme en témoignent les murs de soutènement construits en avant des thermes (Ginouvès 1959, p. 152). Puis à partir du xiie, xiiie siècle se produit une crise colluviale provoquée par une intense mise en valeur agricole des versants de flysch, qui débouche sur la formation de badlands sur les plus pentus, non aménagés en terrasse de culture. J.-J. Dufaure (Dufaure et al. 1983) voyait le remblaiement colluvial se rattacher à des éléments de terrasse historique, ce qui le conduisait à envisager une reprise de l’incision du lit du Gortynios sur les derniers siècles, laquelle se serait répercutée sur les affluents, dont les deux ravines. La tendance actuelle à l’incision des lits ne fait pas de doute, mais il ne nous semble pas absurde que le Gortynios s’écoule à un niveau équivalent de celui de l’Antiquité. Par ailleurs, les ravines, à leur confluence commune avec le torrent, présentent un lit plat, large de dix mètres et bordé de berges aussi hautes et abruptes. Avec cette forme de lit, un élargissement nous semble pouvoir s’être produit, sans avoir été accompagné d’une incision. Par ailleurs, une hauteur de berge de huit mètres cinquante ne semble pas excessive pour évacuer les débits des crues les plus brutales en bordure d’un torrent montagnard puissant. Au-delà de la question de l’incision très récente du lit du Gortynios qui reste en suspens, nous disposons d’un faisceau d’arguments suffisants pour établir l’origine de la crise colluviale à une mise en valeur du xiie siècle ap. J.-C.

26Dans un contexte climatique méditerranéen humide, comme en Élide ou en Arcadie, il semble donc que ce soient les mutations socio-économiques qui soient décisives dans le déclenchement des crises érosives. La situation est différente dans la plaine d’Argos qui appartient à une aire climatique méditerranéenne sèche. Elle se caractérise par de forts écarts à la moyenne annuelle de précipitations, qui s’établit à 400 mm par an, et par une concentration des événements pluvieux intenses sur quelques jours par an (Maheras 1983).

Importance des accumulations alluviales torrentielles dans la plaine d’Argos

27Le fossé d’effondrement, plio-pléistocène, de la plaine d’Argos (Fig 7) est ceinturé d’une coalescence de torrents bordés de cônes bréchiques würmiens lesquels plongent rapidement sous des remblaiements holocènes qui prennent le relais (Dufaure 1975, Bousquet et al. 1983). Un inventaire des vestiges archéologiques prisonniers de ces remblaiements holocènes, associé à une étude du matériel alluvial (Papanastassiou 1992, Fouache 1994), atteste que la torrentialité historique est à l’origine de remblaiements importants sur la bordure ouest, jusqu’à huit mètres d’épaisseur, et plus diffus sur la bordure est. Les crues brutales sont plus fréquentes et plus fortes sur la bordure ouest de la plaine que sur la bordure est. Ce phénomène est à l’origine de la dissymétrie dans l’épaisseur des épandages alluviaux. Afin de préciser les détails de cette dissymétrie, les modifications des lits fluviaux et l’ampleur des remaniements alluviaux, nous avons utilisé le cadastre vénitien de Nauplie du xviie siècle, des photographies aériennes, des cartes au 1/50°000 et au 1/5°000, ainsi que toute une série de marqueurs archéologiques.

Des remblaiements historiques épais d’origine torrentielle à l’ouest de la plaine d’Argos

28Mis à part l’Érasinos, petit fleuve côtier dont l’écoulement pérenne est assuré par des résurgences karstiques, tous les cours d’eau qui débouchent dans la plaine d’Argos sont du type méditerranéen intermittent. Hormis le fleuve Inachos, rares sont ceux qui atteignent la mer. Les écoulements sont sporadiques, mais peuvent revêtir tous les quinze à trente ans la forme de crues brutales. Le Xérias, principal affluent de l’Inachos, est le torrent aux crues brutales les plus fortes et les plus fréquentes de la région qui sont à l’origine, avec celles de l’Inachos lui-même, de remblaiements historiques épais à l’ouest de la plaine d’Argos.

29Une étude systématique des berges du Xérias, hautes de 1,5 à 3 mètres, à l’amont immédiat d’Argos, montre que de nombreux tessons se trouvent pris dans les alluvions grossières. Nous nous trouvons aussi en présence de constructions antiques. Il s’agit pour l’essentiel de murs du ve siècle et du ive siècle av. J.-C., selon les archéologues de l’Éphorie des antiquités de Nauplie, Madame Pachiyiani et Monsieur Pitteros. Ces murs fournissent des marqueurs chronologiques plus précis que de simples tessons et permettent d’attester d’un déplacement du lit du Xérias depuis la fin de l’Antiquité. Le premier mur se trouve sur la rive droite du Xérias, 1°300 m à l’apex du cône

Fig. 7 : CARTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE LA PLAINE D’ARGOS

Fig. 7 : CARTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE LA PLAINE D’ARGOS

Fig. 7 : CARTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE LA PLAINE D’ARGOS

Fig. 7 : CARTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE LA PLAINE D’ARGOS

30d’épandage historique. Une partie de ce mur, composé de gros blocs calcaires soigneusement taillés, est construite sur du flysch, à même la roche en place dans laquelle le lit du torrent s’incise à cet endroit, tandis que le reste repose sur une assise alluviale constituée de galets et de graviers. Le lit actuel se trouve 1,5 mètres en contrebas des fondations de ce mur, pour une berge qui atteint aujourd’hui trois mètres de hauteur.

31À six cents mètres de ce site, en suivant la rive gauche du Xérias vers l’aval, ce mur se retrouve (fig. 7, VII-3) sur une longueur de cent mètres orienté selon une direction NW-SE et se prolonge sous les alluvions grossières de la berge, dans laquelle il disparaît. L’installation d’un puits destiné à l’irrigation a permis de le retrouver dans une orangeraie, à deux kilomètres au sud-est. Cette section du mur est la mieux conservée des trois. La section dégagée à cet emplacement mesure 70 mètres de long. Le même type d’appareillage antique soigné que celui des deux autres murs précédents s’y développe sur plus de deux mètres de hauteur et sept rangées de blocs, le tout fossilisé par trois mètres d’alluvions. Nous avions pu observer en 1990 que cette dernière section, isolée aujourd’hui au milieu de la plaine, présentait la particularité d’avoir des traces d’écoulement et de déchaussement des blocs, uniquement sur la face nord du mur. Cet indice, ajouté à la linéarité de la construction, sur plus de trois kilomètres au total, nous conduit à y voir un mur de soutènement de la berge de rive droite du Xérias, destiné à maintenir la confluence avec l’Inachos beaucoup plus au nord qu’actuellement et ainsi à protéger les abords d’Argos des épandages torrentiels. L’abandon de l’entretien de cet aménagement antique, qui contrariait la tendance naturelle du Xérias à saper sa berge de rive concave et à s’écouler en bordure de son cône d’épandage, a conduit à son démantèlement et à sa fossilisation sous les alluvions du torrent.

32À la hauteur du cône holocène et historique, la dynamique des écoulements se matérialise par d’intenses remaniements latéraux d’alluvions et non par une aggradation ou une incision continue du lit. Pour preuve, les sections du mur antique que nous avons décrites correspondent à peu près à l’épaisseur des berges actuelles. L’épaisseur des épandages grossiers peut donc être estimée à deux ou trois mètres sur toute l’étendue du cône historique et holocène. Seuls des écoulements brutaux, de type torrentiel, sont cependant capables de mobiliser ces dépôts dont les plus gros blocs atteignent un mètre de diamètre. Lors de tels événements le torrent ne charrie pas seulement des galets, mais également une quantité importante de sables, de limons et d’argiles. C’est ce dont témoigne l’épaisseur de l’accumulation historique dans la plaine d’inondation.

À l’aval du cône du Xérias : une épaisse accumulation historique d’alluvions fines

33Passée la colline de l’Aspis, le Xérias prend un cours nord-sud parallèle à celui de l’Inachos. Sur toute cette zone, à l’amont et à l’aval de leur confluence, un certain nombre de vestiges archéologiques se trouvent enfouis, jusqu’à huit mètres, sous des alluvions fines.

34C’est à la hauteur de la gare d’Argos (fig. 7, site F), à quelques mètres de la berge de rive droite du Xérias endigué, qu’ont été découvertes des constructions antiques à cette profondeur. La plus remarquable consiste en deux murs parallèles, d’une hauteur de 1,2 mètres alignés selon une direction N 20°. Ces deux murs présentent des traces d’écoulement et de déchaussement de blocs. Il s’agit très certainement de piles de pont, qui remonteraient selon les archéologues au ve siècle av. J.-C. (Zamanis et al. 1991). L’analyse granulométrique et pétrographique des dépôts qui fossilisaient cette construction, soit les deux premiers mètres à la base de l’accumulation, montre qu’il s’agit à 93,1% de sables et de petits galets. La présence parmi ces sables de quelques éléments métamorphiques confirme la présence d’apports sédimentaires de l’amont du bassin-versant du Xérias, le seul autour de la plaine d’Argos à voir affleurer des schistes permiens. Au-dessus de ces deux premiers mètres, on observe une transition directe à du matériel bien plus fin, composé de limons et d’argiles, qui atteint un pourcentage de 60% et ne contient plus d’éléments de roches métamorphiques. D’autres vestiges archéologiques sont également localisés à proximité des piles de pont. Au-dessus du dépôt caillouteux de base, et à une profondeur relative de moins sept mètres, un four à céramique d’époque romaine (iie et iiie siècle ap. J.-C.) a ainsi été découvert. Quelques mètres au nord du four, à moins 5,5 mètres, se trouve un autre mur romain du ive siècle ap. J.-C., d’une direction N 30°, et deux tombes hellénistiques (ier siècle av. J.-C.). Ces vestiges indiquent clairement que dès le ive siècle après J.-C. et au moins jusqu’au iiie siècle ap. J.-C., le pont n’est plus fonctionnel et que le Xérias a changé de lit. Les dépôts fins qui fossilisent l’ensemble de ces constructions sont d’ailleurs des dépôts de décantation attribuables aux vastes inondations relativement calmes de l’Inachos. Il est tentant de mettre en relation ces informations, avec la présence du mur de dérivation du Xérias dont nous avons des traces à l’amont. Chronologiquement, il est vraisemblable que le pont sur le Xérias du ve siècle av. J.-C. ait cessé d’être fonctionnel à la charnière du ve et du ive siècle av. J.-C., à partir du moment où l’un des anciens bras naturels du torrent, ou un canal artificiel, consolidé sur sa rive droite par un mur de soutènement, a été aménagé afin de détourner le torrent de son ancien cours et de déplacer plus au nord la confluence avec l’Inachos. Cet aménagement aurait été fonctionnel jusqu’à la fin de l’Antiquité. L’entretien de ces aménagements n’étant plus assuré, le Xérias reprit son ancien cours à une époque indéterminée. Le Xérias et l’Inachos laissés à eux-mêmes déposèrent alors au moins cinq mètres d’alluvions au rythme de leurs inondations successives. L’épaisseur de l’accumulation post-romaine s’avère donc importante et est confirmée un kilomètre plus au sud par une ancienne carrière d’argile, installée à la sortie d’Argos (fig. 7, site A), où, sur de belles coupes d’alluvions fines hautes de cinq mètres en apparence très homogènes, nous avons pu observer la présence de tessons isolés présents à tous les niveaux de l’accumulation alluviale.

35Argos se trouve à la terminaison du cône d’épandage du Xérias. Or, à partir de l’époque classique et jusqu’à la période romaine, la cité s’étend largement dans la plaine d’épandage, comme l’avait déjà observé P. Birot (in Bousquet et al. 1983), ce qui justifie la réalisation des aménagements de protection contre les crues du Xérias que nous avons passés en revue. L’épaisseur importante des alluvions post-romaines à l’emplacement du cône d’épandage a par ailleurs été favorisée par le fait que, contournant la colline de l’Aspis par l’est, le Xérias et l’Inachos présentent vers l’ouest une courbure convexe favorable à la formation d’une basse terrasse, laquelle s’emboîte latéralement dans la terrasse protohistorique, au fur et à mesure de la progression des lits vers l’est. Si l’importance de l’alluvionnement récent à l’ouest de la plaine était connu, un a priori tenace voulait qu’il soit nul sur sa moitié est (Finke 1988, p. 71).

Des épandages historiques plus diffus sur la partie est de la plaine d’Argos

36Or il n’en est rien, il y est simplement plus diffus. Une série de talwegs à fonctionnement intermittent et torrentiel débouchent en effet sur la bordure est de la plaine. Du sud au nord, on trouve ainsi (fig. 7), outre une série de petits talwegs, le Megalo Réma, le Xérias Réma, à ne pas confondre avec l’affluent de l’Inachos, et le Berbadiotis Réma. Tous ces talwegs sont des cours d’eau intermittents dont les lits se perdent dans la plaine au sortir des cônes d’épandages grossiers. En outre les photographies aériennes utilisées en vision stéréoscopique permettent de repérer, à travers la mer d’orangers qui recouvrent la plaine, un chenal d’évacuation des eaux de crue commun à l’Inachos et aux torrents de la bordure est de la plaine. Il y a bien eu fonctionnement historique de ces talwegs et épandage d’alluvions récentes.

37Des vestiges archéologiques en apportent la preuve. Les vestiges romains, des tombes essentiellement, abondent à Lalouka et Pyrgela, tandis qu’un sanctuaire d’époque archaïque a été localisé à Kourtaki (Bintliff 1977, p. 335), village situé à quatre kilomètres à l’est-nord-est d’Argos. Le site n’est plus visible aujourd’hui et nous devons nous en tenir au compte rendu précis des fouilles de sauvegarde accompagné d’une coupe, ce qui est rare, publié par les services archéologiques grecs (Charitonidou 1967, p. 178-179 et Parachristodoulou 1968, p. 132). Il en ressort que le sanctuaire de Kourtaki se trouve à une faible profondeur, recouvert de quarante centimètres à un mètre de dépôts qui sont du mort terrain, lequel, étant donnée la localisation topographique, ne peut correspondre qu’à des alluvions. Dans toute cette partie de la plaine les chemins se sont en effet greffés sur des talwegs d’évacuation d’eau de pluie, qui sont aujourd’hui canalisés, voire enterrés sous la chaussée. Mais antérieurement à ces aménagements, le lit de ces talwegs occupait toute la largeur de la route, sur laquelle les eaux pouvaient s’étaler en cas de précipitations exceptionnelles. Les habitations les plus anciennes sont ainsi concentrées sur des interfluves, qui apparaissent sur la carte au 1/5°000, un mètre à un mètre cinquante au-dessus des talwegs, et lorsqu’une de ces maisons, construite en terre séchée, borde un de ces drains, sa base est doublée d’un petit mur de soutènement en pierre. C’est cette topographie qui explique l’irrégularité de l’alluvionnement. Ce dernier est plus épais à proximité des drains et très exceptionnel sur les interfluves. Quarante centimètres à un mètre de dépôts, c’est également l’ordre de grandeur des alluvions qui remblaient la base de trois églises byzantines localisées sur la bordure est de la plaine, le long de la route Nauplie / Merbaka / Konimas (fig. 7, VII-4, 5, 6).

38En venant de Nauplie, on rencontre d’abord, un kilomètre au sud du village d’Argoliko, l’église dite de l’Évangéliste. Elle offre la particularité d’être composée d’une église byzantine, dont nous ne connaissons pas précisément la date (xiie/xiiie siècle) à laquelle une nef moderne a été ajoutée très récemment. Pour passer de la seconde à la première, on est obligé de descendre deux marches. La mesure de l’enfouissement de l’église byzantine a été faite en comparant la distance qui séparait l’appui inférieur de la fenêtre sud de l’église par rapport au sol extérieur et au pavement intérieur. La différence est d’au moins quarante centimètres.

39C’est en continuant vers le nord qu’on aperçoit, en bordure de la route, à l’entrée de Merbaka, l’église de la Vierge. Elle date du milieu du xiie siècle (Bon 1959, p. 145). Bordée au nord par un talweg à écoulement intermittent utilisé comme voie de circulation, mais non goudronné, sa base apparaît prise dans la berge sur une hauteur de soixante centimètres.

40Deux kilomètres plus au nord, dans le village de Plataniti, une troisième église byzantine, l’église du Sauveur, la plus ancienne des trois, qui remonte au premier quart du xiie siècle (Bon 1959, p. 145), est visible sur le côté droit de la route. En comparant le niveau du pavage intérieur avec celui de la route, l’épaisseur de l’enfouissement peut être estimée à 70 centimètres.

41La présence d’épandages alluviaux peu épais sur la partie est de la plaine d’Argos est donc confirmée. La fossilisation partielle de la base de ces églises s’explique par leur localisation topographique. Elles se trouvent en effet sur les cônes d’épandage des torrents de la bordure est (fig. 7). Les apports médiocres sur ces cônes n’excluent pourtant pas une certaine mobilité des lits fluviaux et le risque d’inondation constitué par les crues brutales. La consultation d’un manuscrit vénitien du xviie siècle, le cadastre de Nauplie, complétée d’une enquête auprès de la mairie d’Haghia Triada (Merbaka) en apportent les preuves.

Le témoignage du cadastre vénitien de Nauplie

42Juste après leur éphémère reconquête du Péloponnèse, les Vénitiens entreprirent, de 1688 à 1691, la réalisation d’un cadastre à des fins fiscales (Topping 1976). Cette œuvre ambitieuse ne fut pas menée à terme, mais le cadastre de Nauplie nous est parvenu sous la forme d’un manuscrit relié dont l’exemplaire unique est conservé à la Bibliothèque de l’Institut Médiéval d’Athènes. Trois planches de ce cadastre (Fouache 1994) sont consacrées à la vallée d’un torrent dénommé Fiume Mariano, au débouché duquel est installée une exploitation agricole appelée la villa Merbaka, l’actuel village d’Haghia Triada, et la « Chiesa della Madona » (« l’église de la vierge »). La précision du dessin et les repères toponymiques nous ont permis sans hésitation d’identifier le Fiume Mariano avec le Xérias. Mais une différence majeure avec la situation actuelle saute aux yeux lorsque l’on observe le cours terminal du Xérias. Sur le cadastre vénitien le Fiume Mariano se dédouble. Deux bras sont représentés, le Torrente Mariano et le Xero Potamos, alors qu’un seul existe aujourd’hui et il correspond au tracé du Xero Potamos. L’ancien bras du Torrente Mariano est particulièrement visible sur la carte au 1/5°000 de la commune d’Hagia Triada. Il refonctionne en période de crue du Xérias, ce fut le cas en 1938, 1955 et 1968, de manière d’autant plus catastrophique que les routes ont été construites le long des talwegs.

Une dissymétrie ouest/est d’origine orographique et climatique

43La dissymétrie des épandages de la plaine d’Argos trouve son explication dans des facteurs climatiques, géomorphologiques et dans la dynamique fluviale.

44À l’échelle régionale le principal facteur est d’abord orographique. Le relief est beaucoup plus élevé sur le rebord occidental de la plaine, jusqu’à 1°700 m au mont Artémision, que sur son rebord oriental, où les points culminants sont rarement supérieurs à 1°000 m et se situent plutôt autour de 500/700 m. Plus élevé, le rebord occidental est également exposé aux flux d’ouest dominants. Il profite donc le premier des précipitations, en moyenne annuelle 600 à 800 mm (Mariolopoulos 1961). Les reliefs de la bordure est en reçoivent beaucoup moins, de 400 à 600 mm. Au niveau des écoulements dans les talwegs, le déficit hydrique de la bordure est par rapport à l’ouest est aggravé par le fait que les deux plus grands cours d’eau qui débouchent sur la plaine le font à l’ouest, il s’agit de l’Inachos et du Xérias. La morphologie des bassins-versants est pourtant tout autant torrentielle à l’est qu’à l’ouest, marquée par des bassins de réception taillés dans le flysch, de fortes pentes d’écoulements, et d’impressionnants héritages pléistocènes, sous la forme de glacis cônes très grossiers. Le potentiel érosif n’est donc pas plus élevé sur un bord de la plaine que sur un autre. Seule l’étendue des collecteurs, ajoutée à des précipitations plus élevées, assure un temps de retour plus fréquent et surtout une plus grande compétence aux crues brutales du Xérias et de l’Inachos. Tous les vingt à trente ans, le débit est suffisant pour remanier les lits et assurer le transport d’une charge solide conséquente. Entre ces périodes de crises, géomorphologiquement efficaces, se situent de longues périodes d’accalmie.

45À l’inverse, sur la bordure est, des événements au temps de retour comparable, vingt à trente ans, fournissent des débits beaucoup plus faibles, du fait de bassins de réception beaucoup moins étendus. Ce qui explique la faiblesse des épandages et des accumulations historiques. La dynamique alluviale a fonctionné en outre comme un amplificateur de la dissymétrie ouest /est. En effet le Xérias et l’Inachos ont une convexité tournée vers l’ouest, qui ne peut en outre s’inverser du fait de l’obstacle topographique de l’Aspis. C’est donc de ce côté que se sont déposées leurs alluvions.

Conclusion

46Le temps de retour des événements torrentiels et l’épaisseur des épandages associés sont donc beaucoup plus importants sur la bordure ouest que sur la bordure est de la plaine. L’enchaînement des processus est toujours le même, et les contraintes climatiques et topographiques semblent déterminantes. La crue remanie les lits fluviaux, provoque des déplacements latéraux et des dépôts torrentiels. L’incision du lit est ensuite largement favorisée par l’homme qui, depuis l’Antiquité, a toujours la même politique d’aménagement, approfondir les lits fluviaux, les canaliser par des levées, voire les détourner de leur cours naturel. La plaine d’Argos s’individualise donc par rapport au Péloponnèse humide d’Élide et d’Arcadie.

47Si nous nous replaçons à une échelle globale il est cependant possible de reconnaître que c’est l’interférence de trois facteurs structurellement présents qui explique, au Péloponnèse comme ailleurs dans le monde méditerranéen, l’importance mais également la grande variabilité des crises d’alluvionnement historique : un potentiel de roches sensibles à l’érosion dans un contexte de montagne jeune, un climat aux précipitations et aux régimes hydrologiques contrastés donc agressifs, et l’ancienneté de l’occupation humaine.

48Eric FOUACHE

49Institut Universitaire de France,

50Université de Paris-Sorbonne,

51CNRS URA 141.

Bibliographie

Références

Adler J., Curtius E., Dörpfeld W et al., 1897 : Topographie und Geschichte von Olympia. Berlin : Asher. 220 p.

Adler J., Curtius E., Hirschfeld G., 1876-1881 : Die Ausgrabungen zu Olympia. Berlin : E.Wasmuth. t. 1 : 1875-1876 ; 20 p., 33 pl. t. 2 : 1876-1877 ; 19 p., 35 pl. t. 3 : 1877-1878 ; 32 p., 38 pl.

Adler J., Curtius E., 1882 : Olympia und Umgegend, zwei karten und ein situationsplan gezeichnet von Kaupert und Dörpfeld. Berlin : Weidmann. 48 p.

Avranitopoulos A.-S., 1922 : « ’Ερενναι εν Αργολίδι κατά τόΕτος 1916 ».Пρακτικά της εν Αθήναις Αρχαιολογικής Εταιρείας. pp. 72-99.

Bintliff J.L., 1977 : « Natural Environment and Human settlement in Prehistoric Greece », British Archaeological Reports, 2 Vol. Oxford. 734 p.

Birot P., (Hommage à), 1984 : « La mobilité des paysages méditerranéens. Travaux, II » RGPSO, Toulouse. 387 p., 80 fig. 5 tabl.

Bon A., 1969 : La Morée franque. Thèse Lettres. Paris : PUF. 746 p. + 1 vol. de cartes et plans.

Bory De Saint-Vincent, 1837-1838 : Relation du voyage de la commission scientifique de Morée dans le Péloponnèse, les Cyclades et l’Attique, 2 vol. Paris : Librairie Levrault. Vol. 1 : 474 p. ; vol. ii : 496 p.

Bousquet B., Dufaure J.-J. et Péchoux P.-Y., 1983 : « Temps historiques et évolution des paysages égéens », Méditerranée, 2. pp. 3-25.

Bulletin de Correspondance Hellénique, (66-67) 1942-1943 : « Gortys d’Arcadie ». Chronique des fouilles de 1942. Travaux de l’École Française, pp. 334-339.

(75) 1951 : « Gortys d’Arcadie ». Chronique des fouilles en 1950. Travaux de l’École Française, pp. 103-134.

(76) 1952 : « Gortys d’Arcadie ». Chronique des fouilles en 1951. Travaux de l’École Française, pp. 245-249.

(77) 1953 : « Gortys d’Arcadie ». Chronique des fouilles en 1952. Travaux de l’École Française, pp. 263-277.

(79) 1955 : « Gortys d’Arcadie ». Chronique des fouilles en 1954. Travaux de l’École Française, pp. 331-334.

(II) (98) 1974 : « Olympie, travaux de l’Ecole allemande ». Chronique des fouilles en 1973. p. 618.

(111) 1987 : « Olympie, fouilles de l’Institut allemand ». Chronique des fouilles en 1986. p. 535.

(113) 1989 : « Olympie, fouilles de l’Institut allemand ». Chronique des fouilles en 1988. pp. 615-616.

(II) (115) 1991 : « Olympie, fouilles de l’Institut allemand ». Chronique des fouilles en 1990. p. 867.

Charitonidou a, 1968 : « Κουρτάκι ». Αρχαιολγικόν Δελτίον 22 (1967) b’1, Χρονικά. pp. 178-179.

Dufaure J.-J., 1975 : Le relief du Péloponnèse. Thèse d’Etat. Paris. 1422 p. dufaure J.-J., 1976 : « La terrasse holocène d’Olympie et ses équivalents méditerranéens » BAGF, n° 433. pp. 85-94.

Dufaure J.-J., Fouache E., 1988 : « Variabilité des crises d’âge historique le long des vallées d’Élide (Ouest du Péloponnèse) » in « Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en régions méditerranéennes » CIEM 12, Poitiers, pp. 259-278.

Dufaure J.-J., Fouache E., 1991 : « Le Fleuve Pénée et la plaine d’Élide : une erreur de Strabon ? Pour une solution géomorphologique du problème » Μελετήματα 13. pp. 293-303, 5 fig.

Finke, E.A.W 1988 : Landscape Evolution of the Argive Plain, Greece : Paleoecology, Holocene Depositional History and Coastline Changes. Ph.D. Dissertation, Stanford University, Stanford, Ca. 209 p.

Fouache E, 1987 : Le fleuve Pénée et la plaine d’Élide. Étude du paysage de la fin del’Antiquité à nos jours. Mém. maîtr. Géogr. Paris IV 122 p., 57 fig.

Fouache E, 1994 : Recherches sur l’alluvionnement historique en Grèce (Épire, Acarnanie, Péloponnèse). Géomorphologie et Géographie historique. Thèse Paris IV 360 p.

Fouache E., Gaki-Papanastassiou K., 1997 : « Les crues brutales dans la plaine d’Argos (Grèce) : une contrainte à l’aménagement de l’Antiquité à nos jours » Géomorphologie, n°4, pp. 313-324.

Gaki-Papanastassiou K., 1991 : Гεωμορφoλογική εξέλιξη της ευρύτερης περιοχής του Αργολικόυ πεδίου κατά το Τεταρτογενές. Διδακτορική διατριβη. Université d’Athènes. 193 p.

Ginouvès R., 1959 : L’établissement thermal de Gortys d’Arcadie. Paris : Vrin. 180 p.

Leroy-Ladurie E., 1983 : Histoire du climat depuis l’An Mil. 2 vol. Paris : Flammarion 1 : 287 p. ; II : 254 p.

Lewin J., Macklin M.G., Woodward J.C., 1995 : Mediterranean quaternary river environments. Refeered proceedings of an international conference University of Cambridge/United kingdom/ 28-29 septembre 1992. 287 p.

Maheras P., 1983 : Climatologie de la mer Égée et de ses marges continentales. Thèse. Dijon. 784 p.

Mariolopoulos E.G., 1961 : An Outline of the Climate of Greece. Athènes : Publications of the Meteorological Institute of the University of Athens, 6. 51 p.

Moutsopoulos N., 1956 : Αρχιτεκτονική τῶν Εκκλησιῶων και τῶν μοναστηρίων τής Гορτυνίας Athènes : Βιβλιοθήχη τής έν Αθήναις άρχιολογιχής έταιρείας, άριθ. 38. 238 p.

Papachristodoulou I.X., 1968 : « Λατρεία τῶν ευμενι δών εν Αρyολιδ » Apxaιολογικόν Δελτίον 23/1968/A Μελέται, pp. 131-132.

Papakonstantinou E., 1991 : « Στοιχεία της αγορας της Ηλίδας στο παρόχθιο ανάλημμα του Пηνείου » Μελετήματα, 13. pp. 329-334.

Pausanias, Description de la Grèce, (VIII, 27, 4 ; 27, 11 ; 28, 1)

Topping P., 1976 : « Premodern Peloponnesus : The Land and the People under Venetian Rule (1685-1715) » Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 268, pp. 92-108.

Vita-Finzi Cl., 1969 : The Mediterranean valleys. Geological changes in Historical Times. Cambridge : Cambridge University Press. 140 p.

Zamanis A., Maroukian H., Gaki-Papanastassiou K., 1991 : « Rythmes de dépôt et de creusement pendant les temps historiques dans le cadre des sites archéologiques de la région d’Argos (Grèce) » Physio-Géo., n° 22/23. pp. 81-88. 6 fig.

Table des illustrations

Titre Fig 1 : LOCALISATION DES RÉGIONS ET SITES ÉTUDIÉS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-1.png
Fichier image/png, 417k
Titre Fig. 2 : MOYENNE DES PRÉCIPITATIONS ANNUELLES EN GRÈCE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-2.png
Fichier image/png, 431k
Titre Fig. 3 : SCHÉMA DE LOCALISATION (ELIDE)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-3.png
Fichier image/png, 417k
Titre Fig. 4 : COUPE OUEST-EST DE LA TERRASSE D’OLYMPIE SUR LE SITE D’OLYMPIE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-4.png
Fichier image/png, 155k
Titre Fig. 5 : LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE L’ ASCLÉPLEION DE GORTYS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-5.png
Fichier image/png, 547k
Titre Fig. 5 : LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE L’ASCLÉPLEION DE GORTYS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-6.png
Fichier image/png, 169k
Titre Fig. 6 : PLAN ARCHÉOLOGIQUE DES THERMES DE GORTYS (adapté de Ginouvès, 1959)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-7.png
Fichier image/png, 366k
Titre Fig. 7 : CARTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE LA PLAINE D’ARGOS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-8.png
Fichier image/png, 183k
Titre Fig. 7 : CARTE GÉOMORPHOLOGIQUE DE LA PLAINE D’ARGOS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20617/img-9.png
Fichier image/png, 863k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search