Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Les Argiens et leurs ancêtres. À propos des objets d’époque géométrique trouvés dans quelques tombes mycéniennes

Isabelle Ratinaud-Lachkar

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Les références bibliographiques données en note en abrégé sont développées dans la bibliographie e (...)
  • 2 Carte de répartition récente dans C. M. Antonaccio, AJA, XCVIII (1994), fig. 7 p. 396.

1Ce que l’on appelle le « culte » des tombes est aujourd’hui un thème de réflexion incontournable pour toute personne qui se penche sur l’époque géométrique. Ce phénomène se caractérise par le dépôt de divers objets, céramiques et bronzes pour l’essentiel, dans le dromos et/ou la chambre de multiples tombes d’époque mycénienne. À ces dépôts ont pu être associés des sacrifices. Cette pratique marque essentiellement, mais pas uniquement, la deuxième moitié du viiie siècle, autrement appelée « Renaissance grecque ». Elle est bien attestée dans plusieurs régions de la Grèce continentale : l’Attique, la Béotie, l’Argeia ou plaine argienne, la Messénie, mais très rare dans les autres régions du Péloponnèse et totalement absente de la Thessalie2.

  • 3 C. W Blegen, « Post-Mycenaean deposits in Chamber Tombs », AE, (1937), p. 377-390.
  • 4 C. W Blegen, AE, (1937), p. 390.

2La recherche moderne a pris conscience de ce phénomène en 1937, lorsque Carl Blegen, publiant les objets d’époque géométrique découverts lors des fouilles de la nécropole mycénienne dite de Prosymna, à proximité immédiate du sanctuaire de l’Héraion d’Argos, mena le premier une réflexion sur le sens à donner à ces dépôts3. S’agissant visiblement du résultat d’actes intentionnels, ces dépôts sont alors rapprochés d’un culte rendu aux morts dans leurs tombes4.

3À partir de ces données, très brièvement résumées ici, un certain nombre de théories ont vu le jour depuis les années 70. Elles cherchent toutes à expliquer ce « culte », en l’intégrant dans une problématique plus large. Or la période qui voit se développer cette pratique est également marquée par la réapparition de l’écriture, la diffusion de l’épopée, la croissance démographique, les débuts de la colonisation grecque et l’apparition de la plupart des sanctuaires régionaux, ensemble de nouveautés où l’on veut voir les conditions préalables à la naissance de la cité grecque. Suivant que l’on veuille privilégier tel ou tel aspect de cet ensemble, on donne des interprétations différentes du « culte » pratiqué dans les tombes mycéniennes.

  • 5 J. N. Coldstream, « Hero-Cults in the Age of Homer., JHS, XCVI (1976), p. 8-17.
  • 6 Voir, à titre d’exemple, la présentation de ce phénomène dans les synthèses récentes de J.-Cl. Pou (...)

4La première théorie est due à J. N. Coldstream en 19765. Ce dernier, après avoir pour la première fois réuni l’ensemble des données archéologiques disponibles, privilégia la contemporanéité du « culte » des tombes avec, d’une part, la diffusion des poèmes homériques et, d’autre part, l’apparition de sanctuaires dits héroïques tels l’Agamemnoneion de Mycènes et le Ménélaion de Thérapnè près de Sparte. D’après Coldstream, ces dépôts sont destinés à honorer des héros, certes anonymes, mais dont l’épopée permet dorénavant de connaître les exploits. Ils s’inscriraient donc plus largement dans les cultes héroïques, dont ils sont depuis inséparables pour la recherche moderne6.

  • 7 La critique vint d’abord d’A. Snodgrass, « Les origines du culte des héros dans la Grèce antique » (...)
  • 8 A. Snodgrass, « Les origines du culte des héros dans la Grèce antique », La mort, les morts, p. 11 (...)

5L’impossibilité de ce rapprochement avec les héros homériques fut rapidement mise en évidence7 et cette théorie n’est plus aujourd’hui prise en considération. A. Snodgrass estime, lui, que le « culte » des tombes doit être rapproché de la forte croissance démographique que connaît la deuxième moitié du viiie siècle. C’est une époque de colonisation intérieure, d’occupation des eschatiai et de formation d’une nouvelle couche sociale, celle des petits propriétaires terriens. Ces derniers trouveraient avec les offrandes qu’ils font dans les tombes mycéniennes un moyen pour légitimer leurs droits sur une terre nouvellement acquise. Ces dépôts, modestes et informels, seraient donc le résultat d’initiatives individuelles, hors de toute organisation communautaire. Leur absence de régions entières du mondegrec s’expliquerait alors par l’absence, dans ces mêmes régions, d’une paysannerie libre8.

  • 9 Théorie de C. Bérard qui raisonne à partir du culte rendu à l’Hérôon d’Érétrie (C. Bérard, « Récup (...)
  • 10 Théorie de J. Whitley, JHS, CVIII (1988), p. 181-182. Elle s’appuie sur l’exemple de Prosymna et s (...)

6Plus récemment, le « culte » des tombes, toujours rapproché du culte des héros, est devenu un élément essentiel pour comprendre, définir et dater la naissance de la polis. Suivant la lecture qui en est faite, il s’agit soit d’un culte aristocratique apparu lorsque, la communauté s’organisant, l’aristocratie sent son pouvoir chanceler et se tourne vers le passé à la recherche de forces nouvelles9, soit du culte d’une communauté tout entière, désireuse de définir son territoire face à une communauté voisine10.

  • 11 C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors. Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece, 1995 ; « T (...)
  • 12 C’est l’objet des trois chapitres qui constituent le corps de son ouvrage, An Archaeology of Ances (...)

7Dans tous les cas, ce « culte » est donc interprété comme une forme d’appropriation symbolique. Son objet varie : il peut s’agir d’un passé, d’un espace ou d’une autorité. Il en est de même pour le sujet : paysannerie libre, aristocratie ou polis. La multiplication des théories qui présentent toutes d’évidentes faiblesses a autorisé les travaux de Caria Antonaccio qui livra son travail de thèse sous la forme d’un livre et de quatre articles, tous parus entre 1992 et 1995 et consacrés quasi-exclusivement à ce qu’elle appelle « An Archaeology of Ancestors »11. Son grand mérite est de recenser l’ensemble des sources disponibles, parfois inédites, sur le sujet et de proposer à partir de là une description exhaustive de toutes les manifestations cultuelles liées aux tombes mycéniennes d’abord, aux héros de l’épopée et de la mythologie ensuite, aux morts enfin12. Mais la chercheuse américaine reste, le plan de son ouvrage l’atteste, prisonnière du schéma classique qui fait des dépôts dans les tombes mycéniennes la manifestation d’un culte héroïque. Elle ne peut, en conclusion, proposer une lecture neuve et se contente d’admettre que ce phénomène est complexe et certainement polysémique.

  • 13 C. M. Antonaccio (An Archaeology of Ancestors, fig. 13 p. 143) donne la récurrence de ce phénomène (...)
  • 14 Thèse dirigée par André Laronde, professeur d’Histoire Grecque à l’Université Paris-Sorbonne, et s (...)
  • 15 Je ne m’inscris ici bien évidemment que dans le cadre des dépôts dans les tombes mycéniennes.

8C’est dans la plaine argienne que cette pratique est le plus largement attestée : les dépôts pratiqués dans les tombes mycéniennes de l’Argeia représentent à ce jour la moitié des dépôts connus pour l’ensemble du monde grec13. C’est aussi dans la plaine argienne que se trouve le site de Prosymna dont la fouille permit de mettre en évidence ce phénomène. Ce site est de fait généralement utilisé pour constituer la base des théories interprétatives du « culte » des tombes. Mon travail de thèse sur « Argos, l’Argeia et le Péloponnèse à l’époque géométrique »14 m’amena donc naturellement à me pencher sur ces théories dont aucune ne donne satisfaction. Je n’en ai pas pour autant élaboré une nouvelle. Je propose seulement ici une approche différente, qui ne lie plus ces dépôts aux cultes des héros de l’épopée, dont rien ne nous prouve qu’il faille les faire remonter à si haute époque15, mais qui les intègre, tous, dans une même problématique, à savoir l’intérêt des Grecs de l’époque géométrique envers leurs prédécesseurs. Cette enquête se limite, géographiquement, à la plaine argienne. Cela pourrait donc être le premier volet d’une étude plus vaste.

1. Les vestiges : présentation et typologie

  • 16 Pour cela, voir C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 12-65.

9Je ne ferai pas ici une présentation exhaustive des matériaux sur lesquels s’appuie ma réflexion16. Il s’agit simplement d’un aperçu rapide, visant à donner une bonne idée de ce phénomène dans sa variété et sa complexité et à nourrir ensuite une typologie dont les critères seront différents de ceux retenus jusqu’à présent.

  • 17 Sur l’évolution du nombre et la répartition des sites habités dans la plaine argienne de l’Helladi (...)

10Dans la plaine argienne, entité géographique d’une superficie de 240 km2 environ, six sites ont livré des traces de « culte » des tombes, selon l’expression traditionnelle. Il s’agit d’Argos, Asiné, Dendra, Berbati, Mycènes et Prosymna. Tous sont, au moment des dépôts, des sites habités, ou au moins fréquentés : c’est-à-dire que les dépôts dans les tombes ne sont, sur aucun de ces sites, les seules traces de la présence humaine. Ce ne sont pas non plus les premières après le très long hiatus des Siècles Obscurs durant lequel certains de ces sites furent abondonnés17.

  • 18 A. Foley (The Argolid 800-600 B. C., carte 2 p. 253) en dénombre 21, chiffre qui peut encore évolu (...)
  • 19 Cinq sites correspondent à ce cas de figure : Hysiai, Kephalari, Malandrini, Phychtia (Aghios Geor (...)
  • 20 Ou encore Katsingri, 4 6 km à l’est de Tirynthe.
  • 21 II s’agit de Kiveri, Kokla, Magoula, Nauplie, Phychtia (Boliari), Schoinochori et Tirynthe.
  • 22 Voir l’index des sites établi par A. Foley à la fin de son ouvrage, The Argolid 800-600 B. C. pour (...)
  • 23 À Nauplie, les fouilles du quartier de Pronoia mirent au jour une nécropole de plus de 30 tombes, (...)
  • 24 Aucun bâtiment pouvant correspondre à une habitation n’a été découvert à l’intérieur de la citadel (...)
  • 25 La nécropole mycénienne de Tirynthe fut découverte en 1915. Quinze tombes seulement furent fouillé (...)
  • 26 Il s’agit de la tombe II, non fouillée. Un sondage fut seulement pratiqué dans le dromos. C’est da (...)
  • 27 Synthèse de U. Jantzen, Fiihrer durch Tiryns, p. 66-69 ; sur ce point plus particulier, id. p. 68.

11Ces sites ne sont pas les seuls à avoir fourni des vestiges d’époque mycénienne : on compte plus de 20 sites d’époque mycénienne pour la seule plaine argienne18. Certains n’ont livré que des tessons et sont définitivement abandonnés lors de l’effondrement du monde mycénien19. D’autres ont livré des traces d’un habitat extrêmement ruiné mais aucune tombe à chambre ou à tholos, comme Lerne ou Miloi20. Mais, dans la plaine argienne, sept sites mycéniens présentant des tombes à tholos ou à chambre sont restés vierges de tout dépôt d’époque géométrique21. Parmi ces sept sites, cinq ne présentent plus aucun vestige après la fin de l’Helladique22. Tout porte à croire qu’ils avaient sombré dans l’oubli à l’époque géométrique. L’absence de tout dépôt d’époque géométrique dans les tombes des deux derniers est plus étonnante puisqu’il s’agit de Nauplie et de Tirynthe. Or Nauplie et Tirynthe abritent, outre des vestiges mycéniens, un habitat d’époque géométrique, certes de faible ampleur, mais tout à fait assuré23. À Tirynthe, cet habitat s’abrite sûrement derrière les murailles mycéniennes24. À proximité, une nécropole de plus de 50 tombes à chambre d’époque mycénienne a été reconnue et partiellement fouillée25. Une seule de ces tombes contenait, dans le remplissage de son dromos, des tessons d’époque géométrique26. Par ailleurs les fouilleurs notèrent l’état désastreux de la plupart des tombes, souvent effondrées dès l’Antiquité, à tel point que l’étude architecturale en fut généralement impossible27. Beaucoup avaient alors été pillées. Il y a donc de fortes chances pour que certaines de ces tombes aient été parfaitement visibles, après effondrement de leur toit, au moins dès l’époque géométrique. L’absence de dépôt à Tirynthe ne peut donc guère s’expliquer simplement par la disparition, dans le paysage, de tout indice permettant de localiser ces tombes. L’ampleur des vestiges mycéniens de Tirynthe pouvait par ailleurs suffire à des gens qui sont des habitués des tombes à chambre et à tholos pour les amener à rechercher cette nécropole. Ce qui signifie que les habitants de Tirynthe à l’époque géométrique n’ont certainement pas cherché cette nécropole ou que, en connaissant l’existence, ils ne s’y sont pas intéressés.

  • 28 C. Blegen, AE, (1937), p. 377. Mais nous allons voir quelles sont sûrement moins nombreuses.
  • 29 W Vollgraff, BCH, XXVIII (1904), p. 365 avec plan pl. XIII.
  • 30 Ce sont les tombes fouillées et publiées par J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras.
  • 31 W Vollgraff, BCH, XXVIII (1904), p. 365.
  • 32 W Vollgraff, BCH. XXVIII (1904), p. 366.

12Les Grecs de l’époque géométrique ne recherchent donc pas systématiquement les tombes d’époque mycénienne pour y déposer des offrandes. Le constat est le même sur les sites qui ont fourni les dépôts qui sont au centre de notre étude. Peu de tombes mycéniennes sont, sur ces sites, l’objet d’offrandes : seulement 13 des 50 tombes à chambre de Prosymna si l’on suit Carl Blegen28. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir été connues. Ainsi dans la partie orientale de la nécropole mycénienne d’Argos, dite de la Deiras, les fouilles de W Vollgraff, au début du siècle, ont mis en évidence 6 puits d’époque géométrique, liés à un habitat édifié dans le voisinage immédiat des tombeaux. Un de ces puits coupe la paroi du dromos d’une tombe (puits 2 et tombe IV), un autre s’enfonce dans une chambre (puits 4 et tombe IV)29. À quelques centaines de mètres à l’ouest, d’autres tombes à chambre sont effondrées et visitées30. Peut-on vraiment penser que, je cite W Vollgraff, « l’existence d’une nécropole, en cet endroit, était inconnu des habitants des maisons auxquelles les puits appartenaient »31 ? Le chercheur poursuit : « (...) pour l’histoire de la nécropole, on n’a pas à tenir compte, comme provenant des maisons, des fragments de vases géométriques que nous avons rencontrés, à côté de la poterie mycénienne, dans les avenues des tombeaux et dans celles des chambres funéraires où l’on avait pénétré, soit par la porte, soit par le haut, après que la voûte du plafond se fut effondrée32 » Autrement dit, tout objet d’époque géométrique trouvé dans le contexte d’une tombe mycénienne ne révèle pas nécessairement un dépôt.

13Si l’on doit tenir compte partout d’une telle restriction à la notion de « dépôt », peu de tombes seraient alors réellement concernées, bien moins que ce que toutes les études de ces vingt dernières années voudraient nous faire croire. La juste appréciation du « culte » des tombes tient donc avant tout à la définition que l’on donne de ce mot de « dépôt ». Il y a dans le dépôt un acte volontaire, pensé, préparé et organisé. Les objets qui constituent un dépôt ne se caractérisent ni par leur nombre, ni par leur coût, mais par le lien invisible qui les unit et qui constitue le « pourquoi » du dépôt. Un dépôt est sous-tendu par une logique qui lui est propre, qu’il nous revient généralement de découvrir car elle est rarement explicite mais dont la présence ou l’absence est ce qui nous permet de l’authentifier ou, au contraire, de le rejeter en tant que dépôt.

  • 33 W Vollgraff, BCH, XXVIII (1904), p. 367.

14Un dépôt dans une tombe mycénienne ne peut donc pas prendre la forme de tessons épars, sans lien logique entre eux. Si ces tessons sont peu nombreux, ils sont le résultat d’une intrusion, généralement aisément envisageable dans des sites habités. C’est l’interprétation donnée par W Vollgraff à la Deiras. Si ces tessons sont plusieurs centaines, voire plusieurs milliers, ils sont la manifestation, non d’un dépôt, mais d’un dépotoir. L’exemple le plus net est celui de la tombe V de la Deiras, dont la chambre contenait des milliers de tessons d’époque géométrique, totalement disparates33.

  • 34 C. Blegen, Prosymna, p. 198 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 56.

15II faut également envisager, pour identifier un dépôt, la façon dont les tessons et, plus largement les objets, se présentent : leur disposition dans la tombe, en stratigraphie et en plan, leur datation et leur chronologie relative, enfin leur fonction. Sur le site de Prosymna, la fouille de la chambre de la tombe X révéla une fosse de 3, 25 m de diamètre et 5 m de profondeur, dont le fond était situé à 2 m au-dessus du sol d’époque mycénienne. La partie inférieure de la fosse contenait du matériel du viie siècle, sa partie supérieure des tessons d’époque géométrique. Entre les deux, de la terre brûlée, des cendres et des fragments d’os carbonisés. La stratigraphie inversée indique que ce matériel a été déversé tardivement dans cette fosse qui n’était visiblement pas sa destination initiale34.

  • 35 Mycènes dès 1876, Asiné mycénienne, Berbati, Dendra et Prosymna dans les années 1920, la Deiras d’ (...)
  • 36 Le travail de Blegen dans son article de 1937 n’en est que plus fondamental.
  • 37 C’est le cas par exemple des terres cuites trouvées par S. Schliemann dans la tombe de Clytemnestr (...)

16Quelles sont alors les tombes mycéniennes de l’Argeia véritablement concernées par un dépôt, au sens plein et entier du terme ? Il est malaisé d’en donner une liste définitive, les rapports de fouilles ne donnant pas toujours les détails nécessaires à l’établissement d’une telle liste. En effet, tous les sites concernés, à l’exception de la partie occidentale de la Deiras, ont été fouillés à la fin du xixe ou au début du xxe siècle35 Ces sites sont tous recherchés pour leurs vestiges d’époque mycénienne. Dans les rapports de fouilles, les objets d’époque géométrique sont donc au mieux décomptés et décrits, rarement illustrés36. Les circonstances précises de leur découverte demeurent généralement mystérieuses. De plus, les tentatives de Caria Antonaccio pour retrouver ces objets sont souvent restées vaines, beaucoup ayant disparu au cours de la deuxième guerre mondiale37. Donc, en restant prudent, on peut affirmer que sont véritablement le lieu d’un dépôt d’époque géométrique :

  • à Argos, la chambre des tombes XIV et XVII de la Deiras38 ;
  • à Prosymna, la chambre des tombes VIII, IX, XIX, XXVI, XXXIV et XL39 ;
  • à Berbati, le sommet de la tombe à tholos40.

17Je rejette donc :

  • à Argos, toutes les autres tombes sauf, peut-être, la tombe XVI qui constitue un cas « litigieux »41 ;
  • à Prosymna, outre la tombe à chambre X, les tombes II, XXXVII, XLIII et XLIX42 ;
  • à Mycènes, au moins 7 des 9 tombes à tholos43 ;
  • à Asiné, les trois tombes à chambre concernées44.

18La présence d’objets d’époque géométrique dans ces tombes est donc là soit le fait d’une intrusion, soit la conséquence de la constitution d’un dépotoir.

  • 45 Présentées par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 32-33 et p. 39-41.
  • 46 Présentée par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 47.
  • 47 Présentée par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 60. Cette tombe est en fait un cas (...)
  • 48 J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 46-47.

19Quelques cas restent en fait « litigieux », et le resteront, pour les raisons que je viens d’énoncer (c’est le cas des tombes à tholos dites de Clytemnestre et Épano Phournos à Mycènes45 et de la tombe à chambre 522 dans la nécropole de Kalkani à proximité46 ou de la tombe à chambre XXV de Prosymna47) ou parce que l’on manque d’arguments pour une classification définitive (c’est le cas de la tombe à chambre XVI de la Deiras à Argos48).

  • 49 B. Wells, The Berbati Limnes, p. 204-205.
  • 50 Parmi ceux-ci figure un seul vase de céramique commune, une jarre notée DV 13 trouvée dans la tomb (...)
  • 51 C. Blegen, AE, (1937), p. 378.

20À Argos, Prosymna et Berbati, les dépôts frappent par leur faible ampleur, voire leur humilité. Le sommet de la tombe à tholos de Berbati n’était jonché que de tessons et de fragments d’une figurine de terre cuite d’époque archaïque. L’ensemble des objets d’époque géométrique était de facture argienne. Un cinquième de cette céramique entre dans la catégorie de la vaisselle commune : la proportion est faible par rapport aux découvertes faites dans les autres sites de la vallée de Berbati, tous sites d’habitat, mais significative de l’origine sociale de ceux qui constituèrent ce dépôt. Toutes les formes identifiables correspondaient à des vases à boire ou à liquide (hydrie)49. Il en va de même à Argos où les dépôts ne sont constitués que de quelques vases (une dizaine au plus)50. Ce n’est qu’à Prosymna que l’on rencontre du bronze. Le plus riche des dépôts, celui de la tombe IX, était composé de 1 bague en argent, 1 fibule, 4 bagues, 2 épingles, 1 perle et 2 phiales de bronze, des fragments de fer, 3 grandes bobines de terre cuite et 4 vases. Les objets avaient été éparpillés sur le sol mycénien, la voûte étant alors en cours d’effondrement51.

  • 52 C. W Blegen, Prosymna, p. 140 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 63-64.
  • 53 Une carte de localisation des tombes se trouve in C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p (...)
  • 54 À l’exception notable d’un fragment d’un support de bronze dont le pied figure une patte de lion, (...)

21Cependant, « dépôt » ne signifie pas « culte ». Le culte demande une pratique continue qui n’apparaît ici clairement qu’à Berbati et dont l’offrande déposée n’est qu’une des constituantes. Elle s’accompagne de sacrifices qui ne sont pas systématiquement sanglants et qui ne laissent donc pas nécessairement de traces archéologiques. L’absence de telles traces n’est donc pas signifiante. Leur présence peut-elle suffire ? En association avec des tombes mycéniennes, ces traces sont rarissimes. Elles n’apparaissent de façon nette dans l’Argeia qu’à trois reprises. Dans la chambre de la tombe L de Prosymna, au-dessus des débris de la voûte effondrée du toit, un amoncellement de pierres semble être les vestiges des murs d’une petite construction rectangulaire (0, 40 x 0, 60 m) en pierres. Ces murs renfermaient des tessons géométriques et protocorinthiens et étaient associés à une fine couche de cendre contenant du matériel brûlé. Dans ce matériel, seuls une bague de bronze, la roue d’un char miniature en terre cuite et la lèvre d’un vaste cratère subgéométrique ont pu être identifiés. Par ailleurs, de nombreux tessons géométriques et des fragments de bronze ont été retrouvés tant dans le remplissage du dromos que dans et sur la couche d’effondrement du toit de la tombe52. Aucune forme entière ne figure parmi ces trouvailles. On peut alors remarquer que la tombe L se situe exactement dans le même secteur de la nécropole mycénienne que les tombes II, X, XLIII et XLIX, préalablement rejetées par mes soins de la liste des tombes ayant fait l’objet d’un dépôt. Seule la tombe XXXVII est légèrement excentrée par rapport à cet ensemble53. Notons également que, dans ce secteur, qui est le plus proche du sanctuaire de l’Héraion, aucune tombe n’a finalement reçu de dépôt. La présence de tous ces tessons et fragments de bronze, parmi lesquels ne figure aucune forme identifiable54, dans le dromos et la chambre de ces six tombes ne pourrait-elle trouver une explication plausible dans la proximité du sanctuaire ?

  • 55 C. W Blegen, Prosymna, p. 165 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 61-62.

22Différents sont les deux autres exemples. Dans un coin de la chambre de la tombe IX, déjà signalée pour la richesse de son dépôt, une couche de terre et de matériel brûlés est apparue sur une épaisseur de 25 cm. Aucun objet directement associé à ce foyer n’a été découvert mais à proximité furent retrouvés un bol de bronze et une lame courbe en fer55.

  • 56 I. Papadimitriou, PAAH, (1952), p. 465-472 et (1953), p. 207-209 et C. M. Antonaccio, An Archaeolo (...)

23Le dernier cas, encore différent, est celui de la tombe à chambre 222 de Mycènes56. Cette dernière se situe à proximité immédiate du cercle des tombes B dont tout porte à croire qu’il était invisible à l’époque géométrique. C’est sur le toit de cette tombe que furent pratiqués des sacrifices. Le matériel retrouvé dans la chambre ne laisse aucun doute à ce sujet : conglomérat rubéfié, cendre, tessons du Géométrique Récent et os. Le tout semble être tombé dans la chambre lorsque son toit s’effondra. Cet effondrement eut lieu alors même que le culte était encore en activité. Aussi édifia-t-on une petite structure circulaire, de 2 m de diamètre, immédiatement au nord ouest de la tombe détruite. Des tessons d’époque géométrique jonchaient les abords de cette plateforme.

24Dépôts et sacrifices ne sont pas les seuls éléments retenus habituellement pour parler du « culte » des tombes. On y associe des inhumations. Certaines tombes d’époque mycénienne ont en effet abrité des sépultures tardives. C’est le cas de :

  • à Argos, dans la nécropole de la Deiras, la chambre des tombes XX (inhumation SM), XXIV et XXXIII (inhumation PG)57 ;
  • à Dendra, dans la nécropole installée aux pieds du site mycénien de Midea, la chambre de la tombe 11 (squelette accompagné de 11 vases, le tout déposé dans une fosse ; l’inhumation est datée du GA)58 et la chambre de la tombe à tholos (un squelette accompagné d’une pyxis du GA)59 ;
  • à Berbati, la chambre de la tombe III (inhumation début GM)60 ;
  • à Prosymna, la chambre de la tombe XXXIV (inhumation GR)61.
  • 62 On peut, pour s’en persuader, établir des comparaisons commodes avec des tombes argiennes publiées (...)

25Toutes correspondent au schéma type de l’inhumation d’époque géométrique telle qu’on la pratiquait dans la plaine argienne. Elles ne se signalent pas, notamment, par une richesse particulière62.

26Ce que l’on comprend dans l’appellation « culte des tombes » recouvre donc une réalité extrêmement variée. II y a là des intrusions, des dépotoirs, quelques humbles dépôts, de rares traces de sacrifices et des inhumations. Les dépôts ont en commun leur contenu et leur localisation : dans la chambre de tombes dont le toit s’est déjà effondré ou était en cours d’effondrement. Les traces de sacrifices sont rares. Dans un seul cas, on peut associer directement dépôt, sacrifices et tombe mycénienne : il s’agit de la tombe à chambre IX de Prosymna. Là où les sacrifices ont pris le plus d’ampleur, à Mycènes, le culte était installé au sommet d’une tombe : intentionnellement ou par hasard ? Rien ne nous l’indique. Enfin, les inhumations se caractérisent essentiellement par leur chronologie, qui n’a rien à voir avec celle des autres manifestations d’intérêt des Argiens de l’époque géométrique envers les vestiges d’époque mycénienne.

2. Un rapport au passé fort ambigu

27Bien des points méritent donc discussion. Il s’agit maintenant de les élucider les uns après les autres.

28Problèmes de chronologie d’abord. Il convient ici de séparer totalement les actes de culte des inhumations. Ces dernières s’inscrivent dans une vieille habitude qui ne s’arrête pas avec l’époque géométrique. La réutilisation des tombes mycéniennes est attestée dès l’époque SM (tombe XX de la Deiras), se poursuit à l’époque PG (tombes XXIV et XXXIII de la Deiras) et durant toute l’époque géométrique (GA à Dendra, GM à Berbati, GR à Prosymna).

  • 63 E. Protonotariou-Deilaki, Oὶ τύµßoι τoὺ ῎Aργoυς, p. 21-22. On cite généralement ici comme exemple (...)
  • 64 Par exemple la tombe T 14 d’Argos, creusée au GA mais rouverte au GM I puis au GR I pour deux nouv (...)

29Elle n’affecte pas seulement les tombes mycéniennes : les tumuli mésohelladiques d’Argos reçoivent dès l’époque PG de très nombreuses inhumations. Le tumulus A fut ainsi creusé à 4 reprises à l’époque géométrique63. La logique de ces inhumations pourrait donc être différente de celle qui est à l’origine des dépôts et se rapprocher de celle qui pousse, à l’époque géométrique, à la réutilisation sans fin des mêmes cistes, au mépris bien souvent des ossements plus anciens64.

  • 65 V R. d’A. Desborough, « Mycenae 1939-1955. Part VI : three geometrie tombs », ABSA, L (1955), p. 2 (...)
  • 66 C’est le cas par exemple des tombes de la nécropole située au pied de la citadelle, côté sud. Util (...)

30On constate par ailleurs, lorsque l’on se penche sur l’ensemble des inhumations d’époque géométrique dans l’Argeia, que bien souvent ces dernières sont pratiquées au milieu de vestiges d’époque mycénienne, vestiges d’habitat le plus souvent. Les exemples les plus révélateurs se situent à Mycènes et Tirynthe. L’une et l’autre ne semblent avoir été à l’époque géométrique que de petits villages fortement marqués par la présence de très nombreux murs mycéniens. Bien souvent, le long de ces murs ont été découvertes des inhumations protogéométriques et géométriques. Ainsi dans la Maison des Boucliers de Mycènes dont une pièce contenait quatre tombes postérieures, 2 PG et 2 GA. L’une d’entre elles (G 603) avait même été creusée sous un banc65. À Tirynthe, la quasi-totalité des inhumations d’époque géométrique avait été pratiquée parmi les murs de l’établissement mycénien situé en contrebas de la citadelle66.

31La réutilisation de tombes mycéniennes pour des inhumations d’époque géométrique peut donc être doublement signifiante :

  • elle correspond d’une part à une constante qu’est la réutilisation, de façon très large et à toute époque, des tombes antérieures : nous sommes ici dans le domaine des coutumes funéraires ;
  • elle est aussi révélatrice d’un souci constant que manifestent les habitants de l’Argeia à l’époque géométrique d’entretenir des liens avec les vestiges du passé mycénien : nous sommes ici plutôt dans le domaine des croyances. Nous y reviendrons.
  • 67 C. W Blegen, AE (1937), fig. 9 p. 385. Parmi les six vases de la tombe XXVI, les trois tasses (121 (...)
  • 68 B. Wells, The Berbati Limnes, p. 179-180 et p. 201-206.
  • 69 Cette découverte n’a fait l’objet d’aucune publication définitive. Un seul tesson est illustré dan (...)
  • 70 J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 40 (tombe XIV) et p. 51 (tombe XVII).
  • 71 La période est donnée par les plus anciens tessons de l’Héraion (C. Waldstein, The Argive Heraeum (...)

32Reprenons les problèmes de chronologie. Les actes de culte liés aux tombes mycéniennes, commencent, eux, au GR (740-700). Aucun vase du GM n’est signalé, tant à Argos qu’à Berbati et Prosymna. Les premiers dépôts ont eu lieu à Prosymna ou à Berbati. À Prosymna, le matériel, en partie reproduit, de la tombe XXVI ancre le phénomène dans le viiie siècle67. À Berbati, le culte au sommet de la tholos ne se développa, c’est assuré, qu’à partir du GR II (725-700), soit une génération après que la vallée ait été réoccupée (elle est abandonnée de la fin de l’époque mycénienne au GR I)68. À Mycènes, le culte de la tombe à chambre 222 remonte au GR, sans plus de précision69. À Argos, les vases des tombes XIV et XVII sont datés de l’époque subgéométrique par leur inventeur70. La fondation de l’Héraion, situé à proximité immédiate de la nécropole mycénienne de Prosymna, doit être datée du GM II (760-740)71. On peut donc établir la chronologie suivante :

  • au GM II, fondation de l’Héraion,
  • au GR, culte au-dessus de la tombe à chambre 222 de Mycènes, alors même qu’apparaissent la plupart des cultes locaux de la plaine argienne,
  • au GR II, culte au sommet de la tombe à tholos de Berbati, après réoccupation de la vallée au GR I,
  • de manière concomitante, début des dépôts dans les tombes à chambre de Prosymna,
  • au SG, dépôts dans certaines tombes mycéniennes de la Deiras cependant que la pratique se maintient à Prosymna et à Berbati, l’un et l’autre site ayant, dans les dépôts, révélé du matériel subgéométrique, voire archaïque72.

33Le phénomène dit du culte des tombes est donc tardif dans ce que l’on appelle la « Renaissance Grecque » et il continue au-delà du viiie siècle. Il semble, pour ce qui concerne l’Argeia, naître à Prosymna ou à Berbati et, de là, s’étendre, comme par imitation. Et il n’est jamais la toute première trace d’activité humaine après le long hiatus des Siècles Obscurs : à Prosymna, un sanctuaire le précède, à Berbati et Argos, un habitat.

  • 73 Berbati : B. Wells, The Berbati Limnes, p. 204-205 ; Prosymna : C. W Blegen, AE, (1937), fig. 7 p. (...)
  • 74 C. W Blegen, AE, (1937), p. 380-381.

34Le contenu des dépôts s’avère, je l’ai signalé, relativement quelconque. Ils contiennent, lorsque l’on peut reconstituer les formes, essentiellement des vases à boire ou à liquide : bols, canthares, cruches, cratères, skyphoi. Les offrandes en bronze sont rares et prennent elles aussi le plus souvent la forme de vases (bols ou phiales), plus rarement d’épingles, de bagues et de fibules. Ces bronzes sont les seules offrandes de prix trouvées dans les tombes mycéniennes de la plaine argienne. Les autres objets sont vraiment très communs. Ils sont en tout point semblables à ceux que l’on retrouve en masse à l’Héraion, dans les autres sanctuaires de l’Argeia mais aussi dans les tombes. Seule la figurine de terre cuite signalée à Berbati, celle de la tombe XIX de Prosymna73 et les bols et phiales mésomphaliques de bronze trouvés dans les six tombes retenues de Prosymna74 se rencontrent plutôt dans un contexte cultuel.

  • 75 C. W Blegen, Prosymna, p. 59-60 et p. 111 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 58 (...)

35Outre l’humilité de ces dépôts, il faut aussi noter leur petite taille qui n’excède pas celle d’un dépôt funéraire moyen. Tout porte à croire qu’ils ont été réalisés en une seule fois, à l’instar des offrandes funéraires. Les tombes XIX et XXXIV de Prosymna sont à cet égard exceptionnelles : les objets y sont répartis en trois lots nettement distincts, laissant à penser qu’il s’agit d’un dépôt réalisé en trois temps75.

  • 76 C. W Blegen, Prosymna, p. 165 et C. M. Antonaccio, An Archacology of Ancestors, p. 61-62.
  • 77 C. W Blegen, Prosymna, p. 59-60 et C. M. Antonaccio, An Archaeotogy of Anceslors, p. 62-63.

36Ces dépôts ont tous été faits dans la chambre de tombes dont le toit s’était préalablement effondré, tout ou partie. Aussi trouve-t-on généralement les objets d’époque géométrique au-dessus des débris de la voûte. Parfois, les objets sont en contact direct avec le sol mycénien. Ils ont néanmoins été introduits par le toit en cours d’effondrement mais dont les débris ne constituaient pas encore une épaisse couche dissimulant totalement le sol originel. C’est le cas des dépôts de la tombe IX de Prosymna76. Quant à la tombe XIX de Prosymna, ses trois dépôts, situés à trois niveaux différents, matérialisent le rythme d’effondrement de la voûte77.

37Ces offrandes, vu leur humilité et le petit nombre de tombes concernées, ne peuvent avoir pour origine que des initiatives individuelles. Elles sont le fait d’anonymes qui prennent là une initiative privée. Une fois l’offrande faite, on ne revient pas sur la tombe, ce qui rapproche un peu plus ces dépôts des offrandes funéraires. L’unicité du dépôt interdit l’hypothèse d’un culte familial, lié à un genos, à une tribu ou une ethnie cependant que leur humilité écarte l’hypothèse, en cette deuxième moitié du viiie siècle, d’un culte aristocratique. La proximité entre l’Héraion et la nécropole mycénienne de Prosymna dont certaines des tombes sont peut-être les premières à être l’objet de cette pratique ne suffit pas non plus pour parler d’un culte. Je reste persuadée, parce que tout l’indique, que la nécropole de Prosymna n’aurait été l’objet d’aucun soin si elle ne s’était trouvée à proximité de l’Héraion. Reste à savoir qui étaient précisément ces anonymes et quelles étaient leurs intentions et leurs motivations.

38Il est certain que ces offrandes sont déposées en toute connaissance de cause dans ces tombes. Leur destination funéraire est alors évidente. Ces objets sont offerts à l’occupant de la tombe. Rien n’indique que ce dernier soit assimilé aux héros homériques. Rien n’indique non plus le contraire. On réserve à ce défunt des offrandes relativement modestes, bien loin de ce à quoi peut prétendre un dieu, plus proches de ce à quoi peut prétendre un héros qui bénéficie en plus d’une pratique répétée, et non d’une offrande unique.

  • 78 R. Hägg in Gifls to the Gods, p. 99.
  • 79 À l’exception bien sûr de certains héros, hypothèse ici irrecevable.

39De tait rien n indique non plus de lien entre ces offrandes et un culte héroïque. Le seul rapprochement vient des pratiques qui sont identiques : humbles offrandes et parfois festins avec au moins consommation de vin, éventuellement de viandes. Ces pratiques sont celles que les Grecs adoptent dès qu’il s’agit d’honorer quelqu’un, que ce soit un mort, un dieu ou un héros. Il n’y a pas de séparation nette entre les pratiques funéraires, les hommages rendus aux ancêtres et les cultes héroïques78. Lorsqu’il s’agit d’un mort, d’un héros ou d’un dieu, les offrandes deviennent dépôt. Lorsqu’elles se renouvellent en un même lieu, sur plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, elles révèlent un culte. Ce n’est à aucun moment le cas des offrandes faites dans les tombes mycéniennes. Le fait que certaines de ces tombes ont reçu des inhumations d’époque géométrique éloigne définitivement l’hypothèse d’un culte : jamais les Grecs n’enterrent leurs morts dans un sanctuaire79.

40Il faut enfin noter que ces dépôts n’ont aucun caractère systématique. Certaines tombes, dont le toit était également effondré, n’ont rien reçu ou au contraire sont devenues de véritables dépotoirs. Visiblement, aucune recherche de tombes n’a été entreprise. Nous ne sommes pas en présence ici d’un mouvement de masse. L’ensemble donne vraiment l’impression d’une certaine incohérence. Indifféremment, du moins selon une logique qui nous échappe totalement, les tombes mycéniennes pouvaient tour à tour recevoir des offrandes pour honorer le défunt des temps passés, abriter une nouvelle inhumation ou devenir un dépotoir. Nous sommes donc ici en présence d’un phénomène marginal, extraordinairement complexe parce que profondément disparate. Il ne peut s’expliquer qu’en fonction des liens que les Grecs de l’époque géométrique entretenaient avec la mort d’une part, le passé d’autre part. Il est évident que ces liens nous échappent aujourd’hui en grande partie.

41Parmi les pratiques liées aux tombes mycéniennes, les seuls cas qui se rapprochent effectivement d’une pratique cultuelle sont ceux de la tombe à chambre 222 à Mycènes et de la tombe à tholos de Berbati. Le matériel retrouvé, auquel s’ajoute son état de rubéfaction à Mycènes, laisse en effet à penser qu’il y a eu là répétition, sur un laps de temps relativement long, d’une pratique d’offrandes, voire de festins. Il est possible que la motivation à l’origine de ce culte ne soit pas la même que celle qui anime le dépôt d’offrandes dans les chambres des tombes mycéniennes. Il est en effet troublant que ce soit là aussi les deux seuls cas de dépôt au sommet des tombes.

  • 80 Voir plan dans C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, fig. 3 p. 31.

42Or la tombe à chambre 222 se trouve à proximité immédiate de la citadelle et surtout de ruines de maisons d’époque mycénienne80. Ce culte a peut-être profité de cet environnement privilégié et pas seulement de sa situation au sommet de la tombe qui pourrait n’être que le fait du hasard. Il peut être révélateur des relations intimes que les habitants de Mycènes à l’époque géométrique entretenaient avec les ruines d’époque mycénienne. Ces relations ne sont d’ailleurs pas propres aux habitants de Mycènes. Elles caractérisent en fait l’ensemble du comportement religieux des habitants de l’Argeia au GR. Les traces de l’époque mycénienne marquent le paysage de l’Argeia plus que de toute autre région grecque. Il est parfaitement compréhensible que ces vestiges aient frappé les Argiens, surtout si on les compare aux maigres constructions de l’époque géométrique. Ces vestiges ont alors dû être chargés d’une valeur « magique » : les principaux sanctuaires argiens, à commencer par l’Héraion et l’Agamemnoneion, sont installés au-dessus ou à proximité immédiate de vestiges d’époque mycénienne, essentiellement habitat et chaussée. La présence d’un culte pratiqué au sommet de la tombe à tholos de la vallée de Berbati pourrait relever de la même logique et constituerait un cas unique de culte développé sciemment au-dessus d’une tombe, peut-être en l’absence de tout autre vestige apparent d’époque mycénienne.

Conclusion

43La conclusion s’impose d’elle-même. Il semble, si l’on tient compte de l’ensemble des données archéologiques, qu’il faille abandonner la classification traditionnelle des études portant sur les dépôts et inhumations d’époque géométrique en liaison avec des vestiges d’époque mycénienne. Cette classification, dont Caria Antonaccio se fait l’écho, distingue le culte des tombes, le culte des héros et celui des morts. Archéologiquement parlant, les trois ne sont pas toujours discernables les uns par rapport aux autres. Par ailleurs, bien souvent, rien ne vient justifier une telle distinction. C’est le défaut de cette classification qui repose uniquement sur le genre de vestiges mycéniens concernés (lorsqu’il y en a) et non pas sur les actes de culte (au sens très large du terme) d’époque géométrique.

44Pour ma part, je préfère une classification basée uniquement sur ces derniers et étudier les données archéologiques qualitativement et quantitativement avant de leur attribuer une qualification. Je distingue donc :

  • les inhumations tardives pratiquées dans les tombes mycéniennes qui procèdent de la pratique, courante, de la réutilisation ;
  • les offrandes funéraires faites a posteriori dans certaines tombes mycéniennes (dans l’Argeia, seules 8 d’entre elles sont assurément concernées) ;
  • le culte pratiqué au-dessus ou à proximité immédiate de vestiges mycéniens de toute sorte.

45Toutes ces pratiques, auxquelles on doit ajouter les inhumations d’époque géométrique installées à l’ombre des murs mycéniens de Mycènes et de Tirynthe, ont un seul point commun : un lien géographique évident avec un vestige mycénien, quel qu’il soit. L’ensemble de ces attitudes n’a qu’une explication possible. Elle tient aux rapports que les habitants de l’Argeia entretenaient avec leur passé. Ce dernier ne leur est accessible que de deux façons : soit par la tradition orale (mais on ignore quelle était alors vraiment sa diffusion, notamment dans les couches « populaires »), soit par les vestiges d’habitats, de fortifications, d’inhumations et de chaussées qui jalonnent la plaine argienne et qui n’ont pu que fortement impressionner ces hommes confinés dans leurs quelques 240 km2. Naturellement, on s’est tourné vers eux pour toute innovation d’importance, parmi lesquelles la fondation d’un culte tient une place particulière. Ces pratiques sont donc révélatrices des relations que les Argiens entretenaient avec leurs ancêtres, de leur rapport au passé qui pouvait être chargé d’une valeur magique (je n’ose pas dire religieuse). Ces ancêtres ne sont pas pour autant des héros. On peut les honorer sans leur vouer de culte.

46Mais l’ensemble de ces pratiques n’étant pas exclusives d’autres, détachées de tout rapport respectueux au passé (je pense ici aux intrusions et aux dépotoirs), il n’est pas possible de les englober dans une explication systématique. Tout se passe comme si certains, pour des raisons que l’on ignore, étaient plus sensibles que d’autres aux vestiges d’époque mycénienne, que pourtant tous connaissent et honorent, d’une certaine façon, en participant aux cultes communs. On peut noter simplement que cette sensibilité est directement proportionnelle à la fréquence des vestiges d’époque mycénienne dans un lieu donné, l’exemple le plus accompli étant là le site de Prosymna.

47La chronologie nous fournit enfin un dernier élément de réflexion. Ce souci d’ancrage dans le passé n’est en rien l’apanage de la seule deuxième moitié du viiie siècle. Les réutilisations de tombes commencent dès l’époque SM. Les offrandes et les inhumations connaissent un renouveau très net à l’époque hellénistique, phénomène sur lequel nul ne s’est penché. Mais jamais les actes de déférence n’ont été aussi nombreux qu’au GR. C’est en cela qu’il convient d’intégrer ce phénomène dans la « Renaissance grecque », qui apparaît ainsi, entre autres, comme une prise de conscience de soi par un rapport généralisé au passé, comme un mode de définition de la communauté qui est en train de se mettre en place.

48Isabelle RATINAUD-LACHKAR

49UFR Sciences Humaines, Bâtiment ARSH

50Université Grenoble-II, BP 47

5138 040 Grenoble Cedex 9

52e-mail : mailto:Isabelle.Ratinaud@upmf-grenoble.fr

Bibliographie

Bibliographie

1. Le culte des morts : présentation générale des vestiges et interprétations

Antonaccio C. M., An Archaeology of Ancestors. Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece, 1995.

Antonaccio C. M., « Terraces, Tombs and the Early Argive Heraion », Hesperia, LXI (1992), p. 85-105.

Antonaccio C. M., « The Archaeology of Ancestors », Cultural Poetics in Archaic Greece. Cult, Performance, Politics, C. Dougherty & L. Kurke (eds.), Cambridge University Press, 1993, p. 46-70.

Antonaccio C. M., « Contesting the Past : hero cult, tomb cult and epic in Early Greece », AJA, XCVIII (1994), p. 389-410.

Antonaccio C. M., « Placing the Past : the Bronze Age in the Cultic Topography of Early Greece », Placing the Gods, S. E. Alcock & R. Osborne (eds.), Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 79-104.

Berard C., « Récupérer la mort du prince : héroïsation et formation de la cité », La mort, les morts dans les sociétés anciennes, G. Gnoli & J.-P. Vernant (éds.), Cambridge University Press (Cambridge & Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme), 1982, p. 89-105.

Coldstream J. N., « Hero-Cults in the Age of Homer », JHS, XCVI (1976), p. 8-17.

Hägg R., « Gifts to the Heroes in Géométric and Archaic Greece », Gifts to the Gods, Proceedings of the Uppsala Symposium 1985, T. Linders & G. Nordquist (eds.), Boreas 15, Uppsala, 1987, p. 93-99.

Morris I., « Tomb Cult and the “Greek Renaissance” : the Past in the Present in the 8th Century B. C. », Antiquity, LXII (1988), p. 750-761.

Snodgrass A. M., « Les origines du culte des héros dans la Grèce antique », La mort, les morts dans les sociétés anciennes, G. Gnoli & J.-P. Vernant (éds.), Cambridge University Press, Cambridge & Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1982, p. 107-119.

Snodgrass A. M., La Grèce archaïque. Le temps des apprentissages, Paris, 1986.

Whitley)., « Early states and hero cuits. A re-appraisal », JHS, CVIII (1988), p. 173-182.

2. Dans la plaine argienne

Les vestiges : présentation générale

Foley A., The Argolid 800-600 B. C. An Archaeological Survey, SIMA LXXX, Göteborg, 1988.

Hägg R., Die Graber der Argolis in submykenischer, protogeometrischer und geometrischer Zeit, Uppsala, 1974.

Les vestiges site par site

— Argos

Deshayes J., Argos. Les fouilles de la Deiras, Études Péloponnésiennes IV, Paris, 1966.

Protonotariou-Deilaki E., Oὶ Tύµβoι τoί ῎ Aρoυς, Diss. Univ. of Athens, 1980.

Protonotariou-Deilaki E., « ’Aπo τò Aργoς τo8oυ Kαὶ 7oυ αι. π. X. », ASAA, XLIV (1982), p. 33-48.

Vollgraff W., « Fouilles d’Argos », BCH, XXVIII (1904), p. 364-399.

— Asine

Frödin O. & Persson A. W., Asine ; Results of the Swedish Excavations 1922-1930, Stockholm, 1938.

Hägg R. (éd.), « Funerary meals in the Geometric necropolis at Asine ? » in The Greek Renaissance of the Eight Century B. C. : tradition and innovation, proceedings of the 2nd International Symposium at the Swedish Institute in Athens, 1-5 Juni 1981, Stockholm, 1983, p. 189-193.

— Berbati

Säflund G., Excavations at Berbati 1936-1937, Uppsala, 1965.

Wells B. (ed. ), The Berbati Limnes Archaeological Survey 1988-1990, Stockholm, 1996.

— Dendra

Persson A. W., The Royal Tombs at Dendra neàr Midea, Lund, 1931.

Persson A. W., New Tombs at Dendra near Midea, Lund, 1942.

— Mycènes

Desborough V. R. d’A, « Mycenea 1939-1953. Part IV : four tombs », ABSA, XLIX (1954), p. 258-266.

Desborough V. R. d’A, « Mycenae 1939-1955. Part VI : three geometric tombs », ABSA, L (1955), p. 239-247.

Desborough V. R. d’A, « Mycenae 1939-1955. Part II : two tombs », ABSA, LI (1956), p. 128-130.

Papadimitriou I., « ’Aνασkαϕαὶ έν Mυkήναις », PAAH, (1952), p. 465472.

Papadimitriou I., « ’Aνασkαϕαὶ έν Mυkήναις », PAAH, (1953), p. 207-209.

Schliemann h, Mycènes. Récit des recherches et découvertes faites à Mycènes et à Tirynthe, Paris, 1879 (trad. fr.).

Wace A. J. B„ Chamber Tombs at Mycenae, Archaelogia vol. LXXXII, Oxford, 1932.

Wace A. J. B., « Excavations at Mycenae IX. The Tholos Tombs », ABSA, XXV (1921-1923), p. 283-402.

Wace A. J. B. & Hood M., « Mycenae 1939-1952. Part IV : the Epano Phournos Tomb », ABSA, XLVIII (1953), p. 69-83.

— Prosymna

Blegen C. W., Prosymna : the Helladic seulement preceeding the Argive Heraeum, 2 vol., Cambridge, 1937.

Blegen C. W., « Post-Mycenaean deposits in Chamber Tombs », AE, (1937), p. 377-390.

Blegen C. W., « Prosymna : remains of Post-Mycenaean date », AJA, XLIII (1939), p. 410-444.

— Tirynthe

Jantzen U (ed.), Führer durch Tiryns, Athènes, 1975.

Karo G., « Tiryns 1927 », AA, (1927), p. 369-370.

Rudolph W., « Die Nekropole am Prophitis Elias bei Tiryns », Tiryns VI. Forschungen und Berichte, Mainz, 1973, p. 23-126.

* Interprétation générale

De Polignac F., « Cité et territoire à l’époque géométrique : un modèle argien ? », Argos et l’Argolide. Topographie et urbanisme, Actes de la Table ronde internationale Athènes-Argos, 28 Avril-1er Mai 1990, A. Pariente & G. Touchais (éds.), Recherches franco-helléniques III, De Boccard, Paris, 1998.

Notes

1 Les références bibliographiques données en note en abrégé sont développées dans la bibliographie en fin d’article. Les abréviations utilisées pour désigner des périodes sont les suivantes : SM pour Submycénien, PG pour Protogéométrique, GA pour Géométrique Ancien, GM pour Géométrique Moyen, GR pour Géométrique Récent et SG pour Subgéométrique.
Tous mes remerciements à P. Darcque, M. Piérart et G. Touchais pour leur aide et à J. Renard qui m’offrit cette communication en m’invitant à ce colloque.

2 Carte de répartition récente dans C. M. Antonaccio, AJA, XCVIII (1994), fig. 7 p. 396.

3 C. W Blegen, « Post-Mycenaean deposits in Chamber Tombs », AE, (1937), p. 377-390.

4 C. W Blegen, AE, (1937), p. 390.

5 J. N. Coldstream, « Hero-Cults in the Age of Homer., JHS, XCVI (1976), p. 8-17.

6 Voir, à titre d’exemple, la présentation de ce phénomène dans les synthèses récentes de J.-Cl. Poursat, La Grèce préclassique des origines à ta fin du vie siècle, Paris, Éditions du Seuil (Points Histoire — Nouvelle Histoire de l’Antiquité 1), 1995, p. 117-118 et Cl. Baurain, Les Grecs et la Méditerranée orientale des Siècles Obscurs à la fin de l’époque archaïque, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1997, p. 348-359.

7 La critique vint d’abord d’A. Snodgrass, « Les origines du culte des héros dans la Grèce antique », La mort, les morts, p. 114-116 : elle porte sur la carte de diffusion du « culte » des tombes, l’anonymat des héros honorés et les différences entre les inhumations d’époque mycénienne et les crémations homériques.

8 A. Snodgrass, « Les origines du culte des héros dans la Grèce antique », La mort, les morts, p. 116-118 et La Gréce archaïque, p. 32-36. Cette théorie, intéressante dans le cas des offrandes de Prosymna, devient incompréhensible pour les dépôts faits en un lieu où l’habitat est attesté sans solution de continuité depuis l’époque mycénienne, par exemple à Argos.

9 Théorie de C. Bérard qui raisonne à partir du culte rendu à l’Hérôon d’Érétrie (C. Bérard, « Récupérer la mort du prince : héroïsation et formation de la cité », La mort, tes morts, p. 97). Mais les offrandes faites dans les tombes mycéniennes frappent par leur humilité qui n’a rien d’aristocratique, surtout en cette deuxième moitié du viiie siècle où se multiplient les offrandes ostentatoires dans les sanctuaires et dans les tombes.

10 Théorie de J. Whitley, JHS, CVIII (1988), p. 181-182. Elle s’appuie sur l’exemple de Prosymna et sous-entend que l’Héraion se trouve dans l’obédience de la seule Argos qui aurait alors dû faire face à l’hostilité de la communauté de Mycènes qui, en réponse, aurait développé le culte dit de l’Agamemnoneion et celui des tombes à tholos de Mycènes. Elle ne fournit aucune explication pour les offrandes déposées dans la nécropole mycénienne de la Deiras, à Argos. Cette théorie fut également celle de F. de Polignac dans la première version de sa thèse, La naissance de la cité grecque, Paris, Éditions La Découverte (Textes à l’appui), 1984, p. 132. C. M. Antonaccio y ajoute encore une autre dimension en faisant de la présence de ces tombes un élément expliquant le choix par les Argiens du site de Prosymna pour la fondation de l’Héraion au moment même où les Spartiates fondent le Ménélaion de Thérapnè : l’hostilité argivospartiate (qui n’est pas prouvée pour une période aussi haute) verrait donc ici un de ses modes d’expression (Hesperia, LXI(1992), p. 101-103).

11 C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors. Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece, 1995 ; « Terraces, Tombs and the Early Argive Heraion », Hesperia, LXI (1992), p. 85-105 ; « The Archaeology of Ancestors », Cultural Poetics in Archaic Greece. Cult, Performance, Politics, C. Dougherty & L. Kurke (eds.), Cambridge University Press, 1993, p. 46-70 ; « Contesting the Past : hero cult, tomb cult and epic in Early Greece », AJA,XCVIII (1994), p. 389-410 ; « Placing the Past : the Bronze Age in the Cultic Topography of Early Greece », Placing the Gods, S. E. Alcock & R. Osborne (eds.), Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 79-104.

12 C’est l’objet des trois chapitres qui constituent le corps de son ouvrage, An Archaeology of Ancestors, entre introduction (chap. 1) et conclusion (chap. 5).

13 C. M. Antonaccio (An Archaeology of Ancestors, fig. 13 p. 143) donne la récurrence de ce phénomène par région. Les chiffres, en valeur absolue, sont à revoir, mais la répartition générale est bonne.

14 Thèse dirigée par André Laronde, professeur d’Histoire Grecque à l’Université Paris-Sorbonne, et soutenue le 13 décembre 1997 en Sorbonne.

15 Je ne m’inscris ici bien évidemment que dans le cadre des dépôts dans les tombes mycéniennes.

16 Pour cela, voir C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 12-65.

17 Sur l’évolution du nombre et la répartition des sites habités dans la plaine argienne de l’Helladique Récent à la période géométrique, voir A. Foley, The Argolid 800-600 B. C. — An Archaeological Survey, cartes 2 et 3 p. 253-254. Le site d’Argos est occupé sans interruption depuis le Néolithique. Asiné et Mycènes n’ont connu qu’une hypothétique et, au pire, très brève période d’abandon à l’extrême fin dç l’Helladique Récent. Le site de Dendra est réoccupé à partir de l’époque submycénienne. Le culte de l’Héraion 4 Prosymna commence au GM II, les dépôts dans les tombes au GR. La vallée de Berbati est réoccupée au GR I, les dépôts dans les tombes datent du GR II. Cf. infra.

18 A. Foley (The Argolid 800-600 B. C., carte 2 p. 253) en dénombre 21, chiffre qui peut encore évoluer.

19 Cinq sites correspondent à ce cas de figure : Hysiai, Kephalari, Malandrini, Phychtia (Aghios Georgios) et Vreserka.

20 Ou encore Katsingri, 4 6 km à l’est de Tirynthe.

21 II s’agit de Kiveri, Kokla, Magoula, Nauplie, Phychtia (Boliari), Schoinochori et Tirynthe.

22 Voir l’index des sites établi par A. Foley à la fin de son ouvrage, The Argolid 800-600 B. C. pour l’ensemble de ces données.

23 À Nauplie, les fouilles du quartier de Pronoia mirent au jour une nécropole de plus de 30 tombes, utilisée du PG au SG, à laquelle était peut-être associé un habitat. Voir S. I. Charitodinis, PAAH, (1953), p. 191-204, (1954), p. 232-241 et (1955), p. 233-238, R. Hagg, Die Gräber der Argolis, p. 72-74 et A. Foley, The Argolid 800-600 B. C., p. 26 et p. 4344. Pour Tirynthe, voir note suivante.

24 Aucun bâtiment pouvant correspondre à une habitation n’a été découvert à l’intérieur de la citadelle ni dans ses environs immédiats. C’est l’abondance des tessons d’époque géométrique, notamment entre le rempart de la citadelle basse et celui de la citadelle haute, côté est, qui permet de penser que s’était installé là un habitat permanent. Voir H. Dragendorff, MDAI(A) (1913), p. 333, Tiryns III p. 68 et U. Jantzen, Fiihrer durch Tiryns, p. 99. Au sommet de la citadelle haute, l’existence d’un sanctuaire, peut-être dédié à Héra, est assurée dès le GR. Voir Tiryns I, p. 1-126, Tiryns III, p. 137-139 et fig. 64 p. 136, U. Jantzen, Führer durch Tiryns, p. 97-99 et fig. 24 p. 96 et plus récemment, A. Foley, The Argolid 800-600 B. C, p. 145-146 et R. Hagg in Pblydipsion Argos, p. 15-16 avec l’abondante bibliographie sur l’épineux problème de la datation du temple. À ces vestiges s’ajoutent plusieurs dizaines de tombes d’époque géométrique découvertes au pied de la citadelle, la plupart se situant dans une nécropole, déjà utilisée au SM et au PG, côté sud. Voir R. Hagg, Die Grdber der Argolis, p. 84-86 et A. Foley, The Argolid 800-600 B. C., p. 40-42.

25 La nécropole mycénienne de Tirynthe fut découverte en 1915. Quinze tombes seulement furent fouillées en 1927 et publiées en 1973 par W Rudolph in Tiryns VI.

26 Il s’agit de la tombe II, non fouillée. Un sondage fut seulement pratiqué dans le dromos. C’est dans la coupe qu’apparurent des tessons d’époque géométrique dont la plupart appartiennent à la partie inférieure d’une grande amphore. Cf. W Rudolph, Tiryns VI, p. 29.

27 Synthèse de U. Jantzen, Fiihrer durch Tiryns, p. 66-69 ; sur ce point plus particulier, id. p. 68.

28 C. Blegen, AE, (1937), p. 377. Mais nous allons voir quelles sont sûrement moins nombreuses.

29 W Vollgraff, BCH, XXVIII (1904), p. 365 avec plan pl. XIII.

30 Ce sont les tombes fouillées et publiées par J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras.

31 W Vollgraff, BCH, XXVIII (1904), p. 365.

32 W Vollgraff, BCH. XXVIII (1904), p. 366.

33 W Vollgraff, BCH, XXVIII (1904), p. 367.

34 C. Blegen, Prosymna, p. 198 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 56.

35 Mycènes dès 1876, Asiné mycénienne, Berbati, Dendra et Prosymna dans les années 1920, la Deiras d’Argos à la fin des années 1950.

36 Le travail de Blegen dans son article de 1937 n’en est que plus fondamental.

37 C’est le cas par exemple des terres cuites trouvées par S. Schliemann dans la tombe de Clytemnestre (C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, note 121 p. 39).

38 La tombe XIV contenait des fragments de grands vases (amphores ou cratères) et le col d’une grande amphore, des fragments de bols à anses verticales et les fragments d’une tasse retrouvés au sommet du remplissage de la chambre, lui-même étant constitué des débris de la voûte effondrée (J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 40).

La tombe XVII contenait une tasse, les fragments d’un cratère, les tessons de 6 bols, d’une œnochoé et d’un support conique retrouvés au-dessus des débris de la voûte effondrée et d’une couche de terre rose surmontée d’une couche de pierrailles (J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 51).

39 La liste de leur matériel est donné par C. W Blegen, AE (1937), p. 378 ; les conditions de découverte et ce matériel sont également présentés dans l’article et, pour certaines de ces tombes (VIII, IX, XIX, XXVI, XXXIV), repris par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 53-65. La tombe XXXIV reçut par ailleurs deux inhumations. Cf. infra.

40 Le bord nord du toit, effondré en son centre, était jonché de tessons dont les plus anciens sont du GR II et les plus récents du vie siècle. Des fragments d’un cavalier en terre cuite ont également été retrouvés. Voir B. Wells, The Berbati Limnes, p. 201-206 et p. 222-224.

41 Outre les 5 tombes fouillées par W Vollgraff, 7 des tombes publiées par J. Deshayes sont concernées par la présence de matériel d’époque géométrique dans leur chambre ou leur dromos. Il s’agit des tombes XXIX (intrusion), XX, XXIX et XXXIII (inhumation) en plus des tombes XIV XVI et XVII.

42 C. M. Antonaccio ne les traitant pas en particulier, il faut retourner là aux travaux de C. W Blegen. Sur une possible interprétation, voir plus loin à propos de la tombe L.

43 A savoir, les tombes du Lion, d’Égisthe, de Kato Phournos, des Genii, du Cyclope, de la Panaghia et le trésor d’Atrée. Le matériel d’époque géométrique, essentiellement intrusif, trouvé dans ces tombes est présenté par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 30-41.

44 La publication de Asine I est à cet égard particulièrement peu claire. Voir Aune I, p. 165, 177 et 181 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 22-24.

45 Présentées par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 32-33 et p. 39-41.

46 Présentée par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 47.

47 Présentée par C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 60. Cette tombe est en fait un cas particulier à deux égards. D’une part, C. W Blegen, dans la publication de Prosymna, ne lui attribue aucun matériel d’époque géométrique, alors qu’il la dote, dans son article de 1937, d’une coupe et d’un disque de bronze. D’autre part, C. M. Antonaccio voit dans la coupe, qu’elle date du GM II, l’objet le plus ancien déposé dans les tombes de Prosymna depuis la fin de l’Helladique. Or P. Courbin la date de l’époque subgéométrique (La Céramique Géométrique de l’Argolide, Paris, De Boccard (BEFAR 208), 1966, notée par la suite CGA, p. 217), ce qui lui enlève tout caractère exceptionnel.

48 J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 46-47.

49 B. Wells, The Berbati Limnes, p. 204-205.

50 Parmi ceux-ci figure un seul vase de céramique commune, une jarre notée DV 13 trouvée dans la tombe XIV (J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 216). Les dépôts argiens se placent ainsi un cran au-dessus de celui de Berbati, ce qui correspond bien à ce que l’on peut savoir des populations de ces deux communautés.

51 C. Blegen, AE, (1937), p. 378.

52 C. W Blegen, Prosymna, p. 140 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 63-64.

53 Une carte de localisation des tombes se trouve in C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 55.

54 À l’exception notable d’un fragment d’un support de bronze dont le pied figure une patte de lion, trouvé dans le remplissage du dromos de la tombe II (C. W Blegen, Prosymna, p. 174 et n° 1 fig. 440). Ce fragment dont un parallèle très exact a été retrouvé à l’Héraion (C. Waldstein, The Argive Heraeum II, n° 2228 p. 296 et pl. CXXIV) ne saurait constituer, avec les tessons géométriques également retrouvés dans le remplissage de ce dromos, un dépôt : plus d’un siècle les sépare. Par ailleurs, la position relative de ces objets les uns par rapport aux autres, dans le plus long dromos de Prosymna (17, 25 m !) n’est pas précisée.

55 C. W Blegen, Prosymna, p. 165 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 61-62.

56 I. Papadimitriou, PAAH, (1952), p. 465-472 et (1953), p. 207-209 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 47-48.

57 J. Deshayes, Argos. Les fouilles de ta Deiras, p. 55-56 (tombe XX), p. 66 (tombe XXIV) et p. 98-99 (tombe XXXIII).

58 A. W Persson, New Tomhs, p. 97-101, R. Hagg, Die Gräber der Argolis, p. 59 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 27.

59 A. W Persson, Royal Tomhs, p. 11 et 42, R. Hagg, Die Gràber der Argolis, p. 59 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 28.

60 G. Saflund, Excavations at Berbati, p. 35-37 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 26-27.

61 C. W Blegen, Prosymna, p. 111 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 58. Outre les restes de deux squelettes humains, un squelette de chevreau et trois lots d’objets ont été retrouvés dans cette tombe. On peut expliquer la présence du squelette de chevreau par une cause accidentelle. Quant aux lots d’objets, nettement séparés au-dessus des débris du toit, P. Courbin fait remarquer qu’il convient également de les dissocier stylistiquement (CGA, p. 34). Mais aucun n’ayant de relation directe avec les deux squelettes humains, on ne peut savoir lequel ou lesquels sont des dépôts funéraires à associer à ces inhumations. L’un d’entre eux, qui contient un bol et un disque de bronze, semble cependant plutôt lié aux inhumations mycéniennes.

62 On peut, pour s’en persuader, établir des comparaisons commodes avec des tombes argiennes publiées par P. Courbin, Tombes Géométriques d’Argos I (1952-1958), Paris, De Boccard (Études Pélopon-nésien-nes VII), 1974.

63 E. Protonotariou-Deilaki, Oὶ τύµßoι τoὺ ῎Aργoυς, p. 21-22. On cite généralement ici comme exemple le tumulus T, creusé à plus de vingt reprises de l’époque PG à l’époque hellénistique, avec une énorme majorité d’inhumations géométriques (E. Protonotariou-Deilaki, Oὶ Túμßoi Toύ Aργoυς p. 38-64). Mais l’identification de ce tumulus a été remise en question par S. Müllier dans un article intitulé « Les tumuli helladiques : où ? quand ?comment ? », BCH, CXIII (1989), p. 1-42. Sur les 11 tumuli reconnus par E. Protonotariou-Deilaki, seul le tumulus A « paraît rassembler un minimum de particularités qui engagent à l’inclure dans cette catégorie de monuments funéraires, avec ses deux périboles visibles en plan sur quelques mètres » (op. cit. note 108 p. 23). Les 10 autres ne seraient que des remplissages de galets, sédiments déposés par le Charadros ou aménagements du lit de la rivière, utilisés par endroits (tumulus G) comme nécropole de l’Helladique Moyen à l’époque hellénistique.

64 Par exemple la tombe T 14 d’Argos, creusée au GA mais rouverte au GM I puis au GR I pour deux nouvelles inhumations (P. Courbin, Tomba Géométriques d’Argos I, p. 27-29).

65 V R. d’A. Desborough, « Mycenae 1939-1955. Part VI : three geometrie tombs », ABSA, L (1955), p. 239-247.

66 C’est le cas par exemple des tombes de la nécropole située au pied de la citadelle, côté sud. Utilisée dès l’époque SM, elle est installée parmi les ruines de l’habitat mycénien. Voir Tiryns I, p. 128-134, N. M. Verdelis, « Neue geometrische Graber in Tiryns », MDAI(A), LXXVIII (1963) p. 1-62, AD, XXII B, (1967) [1968] p. 180-181 et XXXV B, (1980 [1988] p. 123-125 et R. Hägg, Die Gräber der Argolis, p. 84-86, pour une synthèse

67 C. W Blegen, AE (1937), fig. 9 p. 385. Parmi les six vases de la tombe XXVI, les trois tasses (1217, 1218 et 1220) sont datées par P. Courbin du GR II (CGA, p. 222-223), la coupe à vasque haute (1215) et la coupe basse (1219) du GR (CGA, p. 212 et 214).

68 B. Wells, The Berbati Limnes, p. 179-180 et p. 201-206.

69 Cette découverte n’a fait l’objet d’aucune publication définitive. Un seul tesson est illustré dans la chronique des fouilles (I. Papadimitriou, PAAH, (1952), fig. 35 p. 470) : on ne peut que le dater du GR.

70 J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, p. 40 (tombe XIV) et p. 51 (tombe XVII).

71 La période est donnée par les plus anciens tessons de l’Héraion (C. Waldstein, The Argive Heraeum I, n° 1 et 2 pl. LVIII), datés par P. Courbin (CGA, note 3 p. 565). D’autres datations ont été proposées : le xe siècle pour I. Ström, la fin du ixe siècle pour C. Rolley. L’argumentation de I. Strôm s’appuie sur 2 épingles et 2 fibules PG trouvées à l’Héraion et sur des tessons décrits mais non illustrés dans la publication des fouilles du sanctuaire par C. Waldstein (AArch, 59 (1988), p. 174-176). C. Rolley, reprenant J. N. Coldsteam (GG, p. 83) dans The Greek Renaissance, p. 112 et Polydipsion Argos, p. 39, s’appuie quant à lui sur un lot de plusieurs dizaines d’épingles, trouvées à l’Héraion et datées de la fin du ixe et du début du viiie siècle (A. M. Snodgrass, La Grèce archaïque, p. 47). Deux arguments s’opposent à ces datations par de petits objets de bronze. D’une part, la découverte d’épingles PG dans des tombes géométriques de l’Argeia prouve que ce type d’objet pouvait être conservé plusieurs générations dans une même famille (I. Kilian-Dirlmeier, PBF XIII 8 n° 321-335). D’autre part, un même type d’épingle a pu être fabriqué plusieurs décennies, voir plusieurs siècles durant (Cf. l’étude précitée, par I. Kilian-Dirlmeier, des épingles du Péloponnèse).

72 L’œnochoé i embouchure ronde de la tombe XIX (C. W Blegen, AE (1937), fig. 11 p. 386) pourrait bien être subgéométrique (P. Courbin, CGA, p. 195). Quant au culte au sommet de la tholos de Berbati, il ne prend fin, au plus tôt, qu’au vie siècle (B. Wells, The Berbati Limnes, p. 222).

73 Berbati : B. Wells, The Berbati Limnes, p. 204-205 ; Prosymna : C. W Blegen, AE, (1937), fig. 7 p. 383

74 C. W Blegen, AE, (1937), p. 380-381.

75 C. W Blegen, Prosymna, p. 59-60 et p. 111 et C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, p. 58 et p. 62-63.

76 C. W Blegen, Prosymna, p. 165 et C. M. Antonaccio, An Archacology of Ancestors, p. 61-62.

77 C. W Blegen, Prosymna, p. 59-60 et C. M. Antonaccio, An Archaeotogy of Anceslors, p. 62-63.

78 R. Hägg in Gifls to the Gods, p. 99.

79 À l’exception bien sûr de certains héros, hypothèse ici irrecevable.

80 Voir plan dans C. M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, fig. 3 p. 31.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search