Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Le Péloponnèse du Paléolithique au Néolithique

Catherine Perlès

Texte intégral

1Il serait vain de prétendre, dans un format limité, présenter en détail les données archéologiques connues sur le Péloponnèse au cours d’une période de plusieurs centaines de milliers d’années. Mon intention se limite donc à brosser à grands traits les principales caractéristiques du peuplement du Péloponnèse, tout en soulignant l’originalité et les problèmes spécifiques à cette région. Ne fut-ce que sur le plan du relief et du climat, le Péloponnèse se distingue nettement du nord de la Grèce. La pluviométrie y est forte sur les 2/3 occidentaux mais nettement plus faible dans l’est tandis que les températures estivales y sont élevées. Sur le plan topographique, le Péloponnèse s’oppose au nord de la Grèce par des bassins alluviaux de dimensions nettement plus restreintes. Ces différences ont eu, dans les temps anciens, des incidences notables sur la nature du peuplement et les modalités d’exploitation de l’environnement. Elles sont, en partie au moins, responsables d’une dynamique de peuplement qui s’écarte sensiblement de ce que l’on observe plus au nord, phénomène assez clairement perceptible dans les périodes les mieux documentées. Au demeurant, le constat global est plutôt celui d’une déficience des connaissances : le Péloponnèse n’a pas bénéficié de l’intensité des recherches qui caractérise, par exemple, la Thessalie. Cette dernière, en outre, a trop souvent servi de cadre de référence, sans que les spécificités du Péloponnèse ne soient prises en compte. Aussi une synthèse des connaissances sur cette région ne peut-elle guère aboutir qu’à mettre en exergue l’importance des questions et des problèmes qui restent posés à l’heure actuelle.

Le plus ancien peuplement du Péloponnèse

  • 1 Cf. Runnels 1995 : 705
  • 2 Kozlowski 1992

2La Grèce étant souvent considérée comme une « voie de passage » naturelle entre le Proche-Orient et l’Europe1, on y chercherait volontiers les traces des tout premiers groupes du Paléolithique inférieur qui ont, sporadiquement sans doute, pénétré en Europe méditerranéenne entre 1 million d’années et 500.000 ans. Toutefois ces traces font encore défaut, en raison de l’érosion et d’un manque de recherches sans doute, mais peut-être aussi parce que cette notion même de « voie de passage » se devrait d’être remise en question, pour quelque période de la préhistoire que ce soit2.

  • 3 Darlas 1994, Runnels 1995

3Quoi qu’il en soit, les plus anciens témoignages de l’occupation de la Grèce ne remontent pas actuellement au-delà de 300/400.000 ans, époque où l’ensemble de l’Europe est définitivement colonisé3.

  • 4 Reisch 1982, Darlas 1994

4Ce « Paléolithique inférieur » reste pratiquement inconnu dans le Péloponnèse, mais il est certain que des recherches plus intensives en révéleront les traces. Seuls les travaux de L. Reischen Laconie et de Andreas Darlas en Achaïe laissent pressentir, à l’heure actuelle, la présence d’industries de cette période4. Il s’agit d’industries sur galets, peu caractéristiques, et qui ne permettent pas de préciser les traditions culturelles ou l’origine géographique de ces groupes très anciens.

  • 5 Chavaillon et al. 1967, 1969
  • 6 de Lumley et Darlas 1994, Darlas 1994, 1995, Darlas sous presse,
  • 7 Reisch 1982, Perlés 1987, Pope et al. 1984.
  • 8 Runnels 1995 : 713

5Le Paléolithique moyen, en revanche, est un peu mieux connu. Les travaux pionniers de J. Chavaillon et ses collaborateurs5 avaient montré, il y a plus de trente ans déjà, l’abondance des vestiges datant de cette époque en Élide. Les récentes recherches d’Andreas Darlas en Achaïe et dans le Magne (grotte de Kalamakia notamment) le confirment amplement6, tout comme quelques découvertes faites en Argolide7. La Grèce du Paléolithique moyen, entre 300.000 ans et 40.000 ans environ, bénéficiait d’un climat chaud et humide et était largement boisée. La distribution des sites souligne l’attirance des groupes de Néandertaliens vers les points d’eau (fleuves, lacs, sources)8, autour desquels abondent les vestiges de surface. Les industries lithiques témoignent, pour cette époque, d’une très forte variabilité qu’il serait prématuré d’interpréter : les données stratifiées sont peu nombreuses, la chronologie mal établie, le rôle des matériaux localement disponibles ou des différences d’activités mal élucidé.

  • 9 Il est vrai que cette impression devra peut-être être corrigée quand le Paléolithique moyen des pa (...)

6Retenons simplement que les groupes néandertaliens ont trouvé dans le Péloponnèse, comme dans le reste de la Grèce, des conditions de vie qui ont dû leur être particulièrement favorables. L’impression générale est celle d’une originalité marquée des traditions techniques par rapport aux régions. d’Europe mieux connues. La Grèce apparaît moins comme une « zone de passage » que comme une région où purent se développer des traditions locales d’une grande richesse et d’une grande variété9.

  • 10 Caractérisées par la présence d’un débitage Levallois, de pointes foliacées et souvent aussi de gr (...)

7Mais ces chasseurs-collecteurs néandertaliens eurent, semble-t-il, les plus grandes difficultés à s’adapter à la détérioration climatique très marquée qui prit place entre 40.000 et 30.000 BP. La pluviométrie diminua et le couvert forestier se dégrada progressivement, jusqu’à disparaître pratiquement complètement vers 30.000 BP, même dans les régions les mieux arrosées de Grèce. Les ressources végétales consommables par l’homme se raréfièrent considérablement, au profit de steppes plus favorables aux herbivores. Il est possible d’ailleurs que le Péloponnèse, plus sec, ait été plus vite abandonné par ces groupes puisque les industries dites « de transition »10 paraissent perdurer plus longtemps dans le nord de la Grèce que dans le Péloponnèse.

Le Paléolithique supérieur

Le Paléolithique supérieur ancien

8Quoi qu’il en soit, vers 30.000 BP ou peut-être même plus tôt, ces industries dites « de transition » cèdent la place à des industries aurignaciennes, suivies par des industries dites gravettiennes. Ces deux ensembles couvrent la première partie du Paléolithique supérieur (ca 30.000-18.000 BP) et sont, l’un comme l’autre, attribués à l’homme moderne, Homo sapiens sapiens.

  • 11 Perlés, sous presse.

9Comme dans toute la zone bioclimatique méditerranéenne, le peuplement humain apparaît de très faible densité. Le climat était très sec, les arbres très rares, les points d’eau dispersés. Dans ce milieu steppique la biomasse animale devait être elle-même limitée, mobile et dispersée : des hardes de cervidés, des bouquetins dans les montagnes, quelques troupeaux d’équidés dans les plaines. Les sites archéologiques sont peu nombreux. La plupart témoigne d’occupations de courte durée, livrant un matériel quantitativement pauvre et peu diversifié. Que ce soit en Argolide ou en Épire, ces occupations, souvent en grotte, paraissent correspondre à des haltes de chasse, occupées de façon répétée au fil des saisons, mais toujours brièvement11. À cet égard, il n’est pas encore possible (faute de documentation ?) de mettre en évidence des différences dans le mode de vie ou l’exploitation des territoires entre le sud et le nord de la Grèce.

Fig 1 Principaux sites et points de découverte paléothiques du Péloponnèse (carte G Monthel)

Le Paléolithique supérieur récent

10Le retour progressif à des conditions plus chaudes mais surtout plus humides, après 16.000 BP, transformera radicalement les modalités d’exploitation des territoires et d’occupation des sites. En même temps, il signalera les premières différences marquées entre le Péloponnèse et le reste de la Grèce.

  • 12 Bailey et al. 1983a, 1983b, Bailey 1997a et 1997b.

11Le nord-ouest de la Grèce se reboise sur les versants les plus arrosés, avec une reconquête progressive des pins et de la forêt caducifoliée. La biomasse animale, sans doute plus riche, permet une occupation plus longue des sites de chasse. Ces derniers livrent un matériel riche quantitativement et qualitativement, qui permet d’opposer, dans le cadre d’une économie saisonnièrement contrastée, des sites de chasse spécialisés (au bouquetin par exemple), en altitude, et des « camps de base », aux activités de prédation plus diversifiées12.

  • 13 Comme en témoignent l’abondance des activités de collecte, mais également la présence de dents de (...)
  • 14 Clarke 1978

12Toute autre est l’image que nous offre, dans le Péloponnèse, le site de Franchthi (Argolide). On y observe au contraire le développement d’une garrigue méditerranéenne ouverte, qui conduit précocement à une économie de chasse, pêche et collecte diversifiée, de type déjà mésolithique. Franchthi devient le cadre d’occupations de plus longue durée, avec des activités multiples, où séjournent des groupes domestiques complets (femmes, hommes et enfants)13. Le matériel archéologique s’enrichit d’outils de broyage, d’outils en os, d’éléments de parure, et même de restes humains. L’économie est fondée sur la complémentarité de la chasse au cerf et au sanglier, de la pêche aux petits poissons près du rivage, de la collecte des végétaux et des mollusques. Quant à la présence d’obsidienne provenant de l’île de Milos, dès la fin du Paléolithique, elle montre que la navigation en mer est déjà pratiquée. À bien des égards, ce mode de vie est déjà caractéristique de ce que l’on connaît en Europe au Postglaciaire, c’est-à-dire au Mésolithique14. Dans ces conditions, on pourrait s’attendre à observer une forte continuité entre la fin du Paléolithique et le Mésolithique. Mais, comme souvent, les documents archéologiques viennent mettre en défaut cette belle logique théorique !

Le Mésolithique

  • 15 Sordinas 1969
  • 16 Runnels et ai 1999.

13Là encore, les trajectoires dans le nord et le sud de la Grèce diffèrent. Au début de l’Holocène, vers 10.000 BP, les montagnes de I’Épire sont désertées par l’homme, peut-être parce que, l’humidité et le couvert végétal augmentant, elles deviennent difficilement pénétrables. L’occupation humaine se replie vers la bande côtière, comme en témoignent le site de Sidari à Corfou15 et la découverte récente de quelques ensembles lithiques de surface en Épire et autour de Préveza16.

14Aucune forêt dense, en revanche, ne couvre le Péloponnèse ou du moins l’Argolide. Les épineux et les arbustes typiques des garrigues et forêts ouvertes méditerranéennes se développent, entraînant une baisse de densité de la grande faune. À partir de 10.000/9.500 BP (9500-8700 BC cal.) la chasse aux grands mammifères, cerf et sanglier, continue à décroître de façon nette tandis que l’exploitation des ressources végétales augmente de façon spectaculaire. Les restes de graines sont bien plus abondants et témoignent d’une grande diversité des espèces consommées (céréales, légumineuses, fruits, bulbes, etc.). Petits poissons et mollusques continuent néanmoins à être consommés, quoique de façon moins importante qu’à la fin du Paléolithique.

15En effet, le Mésolithique de Grèce n’est pas, contrairement à ce que l’on affirme parfois, entièrement tourné vers l’exploitation des ressources maritimes. De fait, la pêche massive aux thons à Franchthi, souvent citée à cet égard, ne prend place qu’au Mésolithique récent et ne dure que quelques siècles (7800-7500 BC cal.). Elle est vraisemblablement liée à des conditions particulières du milieu marin, en relation avec la fonte des glaces dans l’Europe du nord, qui ont conduit temporairement les bancs de thons près des côtes de l’Argolide. On ne sait pas encore si une telle pêche a été pratiquée dans d’autres régions. Mais même à Franchthi, dès avant la fin du Mésolithique (peu avant 7000 BC cal.), on observe le déclin de la pêche et un retour à une économie de chasse-collecte qui paraît assez précaire.

16J’estime en effet que, dans l’ensemble, le Mésolithique du Péloponnèse fut une période sinon difficile (les ressources disponibles sont variées) du moins exigeante pour les groupes préhistoriques : sauf circonstances exceptionnelles, comme le passage de bancs de thons, les ressources exploitables sont de faible densité, dispersées, de petite taille et dispendieuses en temps de travail (allez donc ramasser, comme le faisaient les habitants de Franchthi, des lentilles sauvages pour votre soupe du soir...).

17Ceci explique sans doute pourquoi (et là encore, c’est un trait assez général dans l’Europe méditerranéenne) ces modes de vie traditionnels furent rapidement abandonnés, dès que des plantes et animaux domestiques (originaires du Proche-Orient) furent introduits en Grèce.

Le Néolithique initial

  • 17 Perlés 1994.

18Cette économie agro-pastorale fut sans doute introduite dans le nord de la Grèce vers 7000 BC cal, à une époque souvent dite « précéramique », par de petits groupes de colons arrivés du Proche-Orient. Toutefois ces points restent encore débattus17. Quoi qu’il en soit, le plus ancien Néolithique du Péloponnèse, à Franchthi, témoigne apparemment d’une phase de contacts entre Mésolithiques locaux et premiers groupes néolithiques. En effet, si les groupes autochtones adoptent déjà pour partie une économie agro-pastorale (présence d’ovicapridés et d’un blé domestique), ils gardent encore des traditions qui leur sont propres dans la production de leurs outils de pierre taillée ou dans l’exploitation des mollusques marins.

19Mais la perpétuation de traditions mésolithiques fut brève. Dès le Néolithique ancien « classique », pratiquement aucune trace ne subsiste, nulle part en Grèce, de ces traditions autochtones anciennes. Seule la continuité de l’exploitation de l’obsidienne milienne atteste d’une transmission, sinon de techniques anciennes, du moins de savoirs et de pratiques ancestraux.

Le Néolithique ancien et moyen (6800-5300 BC cal.)

20Ce qui frappe en fait, au premier regard, est l’apparente homogénéité du Néolithique ancien sur l’ensemble de la Grèce. Le Néolithique ancien, comme d’ailleurs le Néolithique moyen qui lui fait suite, se développe essentiellement dans la moitié orientale de la Grèce, la plus sèche. Ce paradoxe s’explique sans doute par l’origine proche-orientale des espèces exploitées, mieux adaptées à ces conditions plus sèches et plus chaudes. En outre, après les premiers défrichements, la végétation naturelle devait se régénérer plus difficilement, ce qui facilitait le maintien de champs permanents.

21Régions de collines et habitats en grotte sont pour l’essentiel abandonnés, au profit de villages permanents implantés dans les bassins alluviaux, et construits de briques crues ou de pisé. Les très rares exceptions, auxquelles appartient Franchthi, ne doivent pas faire illusion : même dans ce site l’essentiel de l’habitat se déplace de la grotte vers l’extérieur, sur l’actuelle Paralia.

  • 18 Démoule et Perlés 1993.

22Partout la vie s’organise autour de l’exploitation d’un espace entièrement anthropisé, où la culture des blés, orge, lentilles, pois et vesses domestiques est associée à l’élevage du bœuf, du mouton, de la chèvre et du porc18. Les ressources sauvages sont délaissées, et même en ce qui concerne les outils de pierre, l’obsidienne lointaine, obtenue par échange, est préférée aux ressources locales. L’artisanat est abondant, varié et de grande qualité. La céramique. du Néolithique ancien est simple dans ses techniques et ses formes, peu décorée mais très soignée. Celle du Néolithique moyen au contraire, dominée par des « vaisselles fines » souvent décorées, témoigne d’un degré d’élaboration et d’une richesse d’ornementation qui n’auront guère d’équivalent dans les périodes plus récentes.

23Mais sur ce fond commun à l’ensemble de la Grèce, des différences sociologiques importantes devaient opposer, en fait, le nord et le sud de la Grèce.

La Grèce du nord

  • 19 Perlès 1999

24La Grèce du nord connaît une implantation villageoise dense, et d’autant plus dense que les bassins alluviaux sont de grande taille. Ainsi en Thessalie, la maille villageoise du Néolithique ancien 2 (proto-Sesklo), très régulière, ne dépasse pas 2,3 km en moyenne dans toutes les directions19.

25Une trame aussi serrée implique nécessairement une forte interaction entre communautés villageoises proches. La densité de population était telle que les réseaux d’alliance n’avaient pas besoin d’être très étendus dans l’espace. C’est sans doute pourquoi une tendance à l’individualisation micro-régionale se fait jour assez rapidement dans le nord, au travers de styles céramiques variant dans le temps et l’espace. Ce phénomène est, de toute évidence, bien plus marqué au Néolithique moyen, quand les céramiques décorées abondent, mais il est en fait perceptible dès le Néolithique ancien.

  • 20 Keeley 1996
  • 21 Comme la répartition différentielle de certains objets techniques, telles que les fusaïoles

26Toutefois l’interaction entre communautés, dans des milieux densément peuplés, peut facilement devenir conflictuelle20. Or ce ne semble pas être le cas. Force est de penser que des mécanismes d’intégration intercommunautaires puissants et efficaces étaient à l’œuvre. Ces derniers sont néanmoins difficiles à détecter. L’un des plus classiques, dans de telles conditions socio-économiques, serait une certaine spécialisation villageoise et des échanges réciproques. On peut trouver quelque indices qui iraient en ce sens21, mais les fouilles sont bien trop limitées, en nombre et en étendue, pour se prononcer de façon étayée.

  • 22 Remarque qui suppose, comme je le fais ici, que les figurines féminines aient eu un rôle rituel. A (...)

27Une deuxième voie d’intégration pourrait être celle des rituels. Remarquons là un contraste frappant avec le Péloponnèse, où, nous le verrons, les conditions sociologiques sont profondément différentes : autant les figurines, par exemple, abondent en Thessalie et en Macédoine occidentale, autant elles sont rares, voire inexistantes dans le Péloponnèse22.

Fig 2 Principaux sites néolithiques du Péloponnèse (carte G Monthel)

Le Péloponnèse

  • 23 Johnson 1996.

28Car le Péloponnèse connaît une occupation humaine toute différente : on y retrouve bien, dans les plaines et bassins alluviaux, des occupations villageoises sédentaires et permanentes. Mais ces villages permanents sont très éloignés les uns des autres, sans que l’on ne puisse incriminer exclusivement le manque de recherches ou les conditions de préservation : les prospections systématiques réalisées dans plusieurs bassins alluviaux (sud Argolide, bassin de Némée, bassins de Berbati-Limnes, Laconie) démontrent la rareté ou l’absence de villages permanents du Néolithique ancien et moyen. Comme l’a récemment souligné M. Johnson pour la Corinthie et l’Argolide, les conditions plus sèches qui règnent dans le Péloponnèse oriental imposent en fait de fortes contraintes dans le choix de l’implantation des villages permanents. Tous les villages du Néolithique ancien et moyen sont localisés près de sources d’eau abondantes (prairies humides, lacs ou rivières), là ou peuvent être exploités des sols alluviaux fertiles et bien arrosés23. Or de telles conditions sont rares dans le Péloponnèse, ce qui limite les possibilités d’implantation des communautés agro-pastorales.

29Le problème sociologique (voire économique) est donc l’inverse de celui de Thessalie : assurer la cohésion et les réseaux d’alliances entre des communautés dispersées, parfois espacées de plusieurs dizaines de kilomètres.

  • 24 Cullen 1985a, 1985b, Vitelli 1993, 1995, Perlés et Vitelli 1994.

30La encore, les mécanismes mêmes nous échappent, mais leurs effets sont clairs : contrairement à la fragmentation stylistique observée en Grèce du nord, le Péloponnèse est caractérisé par une très grande homogénéité des techniques et des styles céramiques24. Au Néolithique ancien, aucune différenciation chronologique ou géographique n’a pu, à ce jour, être mise en évidence, comme s’il importait de reproduire aussi fidèlement que possible des conceptions céramiques communes à tous.

  • 25 Perlès et Vitelli 1999.
  • 26 Cullen 1995b, Perlès et Vitelli 1994.
  • 27 Vitelli 1993, Perlès et Vitelli 1994.

31Inversement, il existe au Néolithique moyen une évolution diachronique rapide de la céramique Urfirnis sur les plans technique et stylistique, ce que favorise sans doute de nouveaux usages et rôles sociaux de la céramique25. Mais, au contraire de ce qui se passe en Grèce du nord, cette évolution est commune à l’ensemble du Péloponnèse. Nouvelles techniques et nouveaux styles décoratifs de l’Urfirnis diffusent rapidement sur de larges régions26. Parce qu’il s’agit précisément d’une évolution technique autant que stylistique, on peut en déduire que ce sont bien les potiers/potières qui se déplaçaient (à l’occasion de mariages, par exemple), et non pas simplement les pots. Mais ceci ne suffit pas à expliquer cette homogénéité : il fallait qu’il existât, de surcroît, une intention affirmée de maintenir une unité stylistique, même si cette affirmation identitaire n’exclut pas, comme le remarque K. D. Vitelli, une certaine forme de compétitivité entre potiers27.

32Cette cohésion d’ensemble s’est appuyée, de plus, sur une remarquable permanence des villages habités depuis le Néolithique ancien jusqu’à la fin du Néolithique moyen. Ceci rend d’autant plus étonnant la rapidité et l’ampleur des mutations qui prennent place à l’extrême fin du Néolithique moyen et au Néolithique récent : il semblerait qu’une organisation socio-économique qui avait fait ses preuves pendant près de 15 siècles se soit soudainement effondrée.

Le Néolithique récent

  • 28 C’est-à-dire sans y inclure le Néolithique final. Ceci correspond aux phases 3 et 4 de la chronolo (...)

33Les raisons de cet éclatement sont encore obscures. Dans son ensemble d’ailleurs le Néolithique récent du Péloponnèse (pris ici au sens étroit28) pose des problèmes quasi-insurmontables dans l’état actuel des données.

La Grèce du nord

  • 29 Demoule et al. 1988.
  • 30 Schneider et al. 1991.

34Mais revenons tout d’abord en Grèce du nord : les traditions techniques et stylistiques de la production céramique s’y transforment également rapidement entre le Néolithique moyen et le Néolithique récent, quoique certaines formes de transition soient connues29. La variabilité stylistique est très importante, mais peut-elle correspond-elle plus à des usages différenciés des catégories céramiques qu’à des traditions locales affirmées. Des productions très localisées, à usage peut-être bien circonscrit (comme la Grey-on-Grey), diffusent maintenant sur de grandes distances30.

35Un second phénomène marquant dans le nord de la Grèce est l’augmentation importante de la densité de peuplement, à en juger du moins par le nombre des établissements recensés. Ce phénomène est évidemment très marqué en Macédoine centrale et orientale ou en Thrace, qui voient la création de grands villages, dont certains s’écartent d’ailleurs du schème classique de la magoula (village groupé et permanent). Mais on peut également citer l’Eubée ou la Macédoine occidentale, où les bassins de Kozani, de Grevena, de Servia voient s’installer des villages nouvellement créés, en nombre bien plus important qu’auparavant.

36Cette expansion importante des établissements agro-pastoraux ne semble pas, au demeurant, reposer sur des transformations marquées de l’économie.de subsistance. Celle-ci reste fondée sur l’organisation villageoise et une économie agro-pastorale sédentaire. Si les proportions des différentes espèces exploitées varient localement, elles ne different pas fondamentalement de ce que l’on connaissait au Néolithique moyen.

Le Péloponnèse

  • 31 Jameson et al. 1994
  • 32 Wells 1996

37Tout autre paraît être la situation dans le Péloponnèse. En premier lieu, aucune augmentation du nombre de sites n’est observable et la densité de peuplement semble rester aussi faible. À la vérité, elle est probablement plus faible encore au Néolithique récent qu’au Néolithique ancien. En effet, si le nombre de sites connus est sensiblement le même (environ 40 pour chaque période), la durée du Néolithique récent est supérieure (5300-4500 BC cal.). Là encore, les défauts de la recherche ne peuvent être seuls imputés : les prospections récentes autour d’Asea, par exemple, ont livré d’abondants vestiges du Néolithique moyen et du Néolithique final, mais pas de Néolithique récent. Dans le sud de l’Argolide, les prospections systématiques n’ont livré, outre Franchthi, qu’un seul site du Néolithique récent31. Enfin, aucun site du Néolithique moyen ou récent n’a été découvert dans les bassins de Berbati et de Limnes32.

38En second lieu, certains établissements florissants du Néolithique ancien et moyen, tels Asea, Tsoungiza, Ayioriyitika, sont maintenant abandonnés. Là où l’occupation se maintient, comme à Franchthi, elle devient beaucoup moins intense et moins étendue spatialement. Le village de plein air en face de Franchthi (actuellement submergé dans la baie de Koiladha) ainsi que l’occupation de la Paralia sont abandonnés. Dans la grotte elle-même, les occupations du Néolithique récent se réduisent à des secteurs limités.

39Inversement, de nouveaux lieux d’occupation émergent, en nombre à peu près égal à ceux qui sont abandonnés. Or parmi ces derniers figure une proportion non négligeable de grottes.

40Que se passe-t-il ? Pourquoi ce contraste entre l’expansion de l’implantation villageoise dans le nord de la Grèce, et l’impression au contraire d’un recul du peuplement dans le Péloponnèse ?

41Je n’ai pas la réponse à cette question, rendue d’autant plus difficile qu’il existe de gros problèmes de sériation chronologique de la poterie. Il est en un sens difficile, si l’on peut me permettre cette image, de trouver assez de céramique et de styles différents pour « remplir » cette période de 700 ans (non calibré) et établir des correspondances satisfaisantes avec la séquence thessalienne.

42Officiellement, si l’on accepte que la Matt-painted et la Black-burnished du Péloponnèse sont l’équivalent chronologique de celles de Thessalie, laplupart des sites du NR du Péloponnèse appartiendraient à sa phase ancienne (équivalent de Tsangli-Larissa, Arapi), tandis que le Néolithique récent 2, caractérisé par la céramique polychrome et équivalent des phases Ayia Sofia, Otzaki, Dimini classique, verrait une diminution encore plus dramatique du peuplement. Ce qui rendrait plus inexplicable encore la rapide et très nette augmentation du nombre de sites au Néolithique final.

  • 33 Observations personnelles de K. D. Vitelli, 1997

43En réalité, il semble bien que l’on ait regroupé sous les termes de Black-burnished et de Matt painted, au moins dans le Péloponnèse, des céramiques variées, faites selon des techniques (de cuisson et de décor) différentes33. Ces céramiques couvriraient en fait non pas seulement le Néolithique récent ancien (comme en Thessalie), mais également le Néolithique récent 2, voire une partie du Néolithique Final. Il est de même possible, d’après les travaux en cours de K. D. Vitelli, que différentes céramiques polychromes correspondent non pas seulement au Néolithique récent 2, mais aussi au début du Néolithique final.

44Dans ces conditions, une partie au moins des sites attribués au début du Néolithique récent (NR1) pourraient en fait dater du NR2. De ce fait il est possible que la diminution apparente du nombre de villages permanents dans le Péloponnèse date de la transition NM/NR, et que la densité de peuplement remonte ensuite quelque peu du début du Néolithique Récent au Néolithique Final.

  • 34 Voir à ce sujet les réflexions importantes de Johnson 1996, Cavanagh (dans ce volume) et Mee (dans (...)
  • 35 Voir références et discussions critiques dans Cherry 1988, Halstead 1990 et 1996

45Reste à expliquer cette pauvreté du peuplement Péloponnésien34. Le pastoralisme transhumant est fréquemment invoqué pour rendre compte de l’abandon de villages et de l’augmentation des occupations en grottes, bien que cette hypothèse soit elle-même très controversée35, La réalité est que le débat reste essentiellement théorique. Les assemblages faunistiques connus pour le Néolithique récent du Péloponnèse se comptent sur les doigts d’une main, aucun n’a été publié de façon approfondie et aucune analyse micro morphologique, permettant de démontrer la stabulation des troupeaux en grotte, n’a encore été effectuée. En fait, ce débat pourra continues indéfiniment, aussi longtemps qu’aucun effort ne sera fait pour l’étayer sur des données faunistiques et sédiment logiques précises.

  • 36 Bottema 1990

46Toutefois nous sommes, au moins en Argolide, dans une phase climatique sèche, comme le montrent les données palynologiques de Franchthi36.L’économie agro-pastorale traditionnelle aurait pu devenir très vulnérable à des fluctuations pluviométriques annuelles ou décennales. Il ne me paraît donc pas exclu que ces populations sédentaires aient alors rencontré des difficultés, et qu’elles aient recherché des solutions alternatives. Le Péloponnèse offre des ressources importantes en termes de pâturages d’altitude, ce qui permettrait d’intensifier l’élevage des ovicapridés tout en maintenant des activités agricoles dans les terrains alluviaux. Indépendamment des facteurs environnementaux, on peut également invoquer des facteurs économiques, liés au développement des ressources animales secondaires. N’oublions pas, par exemple, que le NR voit une augmentation sensible du nombre de fusaïoles, maintenant fabriquées de façon ad hoc et non plus sur de simples fragments de tessons. Ceci peut parfaitement refléter un développement important des industries textiles, qui justifierait en lui-même une intensification de l’élevage des ovicapridés. Mais là encore, la proposition reste théorique puisque nous ne disposons pas de courbes d’abattage des animaux qui confirmeraient une exploitation accrue des produits secondaires en plus de la viande.

47L’ensemble des problèmes que je viens d’évoquer démontre à l’évidence l’importance de poursuivre des recherches approfondies sur cette période particulièrement problématique dans l’histoire du Péloponnèse. C’est également à ce prix que l’on pourra tenter de comprendre les nouvelles structures qui se mettent en place, cette fois-ci au Néolithique final.

Le Néolithique final

48La dernière période considérée, le Néolithique final (4500-3200 BC cal.) est à nouveau le cadre de changements socio-économiques importants, mais peut-être plus graduels. Je suis en effet certaine qu’une partie des grandes tendances que je vais maintenant décrire ici remontent au Néolithique récent 2. Malheureusement, il n’est pas toujours possible, d’après les publications, de préciser la position chronologique exacte des sites ou des phénomènes étudiés.

49Le Néolithique final (période de Rakhmani en Thessalie, culture de Kea-Kephala en Attique) est censé correspondre, dans les plaines du nord, à une période de forte nucléation de l’habitat qui devient souvent entouré de puissantes structures défensives (cf. Mandalo, Pevkakia, Otzaki). À supposer que ces agglomérations importantes n’aient pas masqué la présence de nombreux sites de plus petites dimensions, le contraste est alors presque complet avec le Péloponnèse.

50Là, au contraire, c’est à une augmentation du nombre de sites et à un éclatement et une dispersion marqués de l’habitat que nous sommes confrontés. Toutes les prospections intensives le montrent : les sites du Néolithique final sont bien plus nombreux que ceux des périodes qui précèdent, et s’il est vrai que le Néolithique final est une phase de longue durée (ca un millénaire), il ne fait pas de doute que cette augmentation est bien réelle.

  • 37 Diamant 1974, Runnels et van Andel 1988.

51Mais ce phénomène n’est pas comparable à celui que l’on observait au Néolithique récent dans le nord de la Grèce. Ici, l’augmentation du nombre de sites est liée à la multiplication des petits établissements agricoles, qui s’implantent dans les collines et montagnes : fermes, hameaux, sites d’activités temporaires agricoles ou pastoraux (cf. Berbati survey, South Argolid survey, Laconia survey). En parallèle, l’occupation des grottes continue à augmenter de façon notable37.

52De façon concomitante, une partie de l’habitat sédentaire quitte les plaines elles-mêmes et vient s’implanter sur des promontoires rocheux ou sur des positions dominantes. Nombre d’acropoles occupées pendant le Bronze et même l’époque Classique sont en fait fondées au Néolithique final. Mais si l’on en juge par des établissements comme Ayios Dimitrios, il ne s’agit, là encore, que de petits hameaux.

  • 38 Demoule et Perlès 1993.
  • 39 Wells 1996.
  • 40 Cavanagh, dans ce volume.

53Cette mutation de l’habitat, qui investit les zones marginales du point de vue agricole, est vraisemblablement liée à des transformations du système agropastoral. On constate en effet, lorsque les données sont disponibles, que c’est maintenant l’engrain et non plus l’amidonnier qui prédomine38. Or l’engrain est moins exigeant que l’amidonnier, et aurait pu se satisfaire d’une irrigation naturelle par la pluie et non plus par les sources ou les rivières39. En outre, comme le montre W. Cavanagh40, nombre de sites sont localisés dans des zones de faible potentiel agricole, mais qui correspondent aujourd’hui encore à des exploitations pastorales. Selon toute vraisemblance, nous assistons donc au Néolithique final à l’aboutissement d’un processus de différenciation des habitats et des modes d’exploitation, qui oppose les gros établissements agro-pastoraux sédentaires, les hameaux et fermes isolés dans les collines et les bergeries occupées par des pasteurs transhumants ou mobiles.

  • 41 Runnels et van Andel 1987.
  • 42 Papathanassopoulos 1996.

54L’essor démographique qui sous-tend cette mutation de l’habitat aurait son origine, d’après van Andel et Runnels, dans une expansion des échanges et du commerce égéens41. En effet, les réseaux d’échange à longue distance se développent : en témoignent la circulation des vases de marbre, des pendentifs de type Varna, des pointes foliacées triangulaires en jaspe, des spondyles, de l’obsidienne (en augmentation), de l’émeri, de l’andésite. En témoigne aussi, selon toute probabilité, la présence d’outils en cuivre et les « caches » d’ornements en métaux précieux (or, argent), comme celle d’Alepotrypa42.

55Il s’agit là toutefois de découvertes exceptionnelles, qui relèvent plus de l’échange de biens dits « de prestige » que d’un négoce courant. Notons à ce propos que le développement de ces nouveaux « biens de prestige » va de pair avec un changement dans le statut de la poterie. Pour la première fois, la céramique dite grossière, céramique culinaire et céramique de stockage, devient nettement dominante. La vaisselle fine est, elle, minoritaire.

  • 43 Papathanassopoulos 1996.
  • 44 Wickens 1986.
  • 45 Vitelli 1999.

56Du moins l’est-elle clairement dans les sites d’habitat. Mais cette dernière affirmation serait sans doute à nuancer pour certains sites en grotte, tel Alepotrypa, bien connu pour l’exceptionnelle qualité de ses vases comme de son mobilier en général43. Ce qui conduit à un autre débat, celui d’une occupation rituelle des grottes. Outre l’importance de la vaisselle fine dans ces grottes ou la présence de dépôts d’objets en métal précieux, on peut citer à cet égard la fréquence des restes humains alors même que se développent, pour la première fois peut-être, des cimetières composés majoritairement d’inhumations et non plus d’incinérations. L’occupation rituelle des grottes est bien attestée, à la même époque, en Italie et en France par exemple. Reconnaissons que les données du Péloponnèse (ou de Grèce en général), sont plus ambiguës et difficiles d’interprétation que celles de ces deux autres pays. Il est douteux d’ailleurs que toutes les cavités aient eu une même fonction, et cette dernière a très bien pu évoluer au fil du temps44. Ceci posé, il n’y aurait rien d’étonnant à ce que, à la dispersion de l’habitat et l’éclatement de la communauté villageoise réponde le développement de lieux de culte ou de rituels collectifs, qui prendraient le relais, sur le plan de l’intégration communautaire, des anciennes structures villageoises. Hypothèse que vient tout récemment de proposer K. D. Vitelli pour Franchthi, et ce dès le Néolithique récent45.

  • 46 Runnels et van Andel 1987.

57Quoi qu’il en soit, il est clair que le Néolithique final correspond à une nette différenciation dans la nature, la dimension, l’implantation et le rôle des établissements humains. Faut-il y voir un indice de hiérarchisation des communautés, comme de nombreux éléments en témoignent à cette époque dans le reste de l’Europe, avec contrôle par les élites des biens de prestige, voire des biens vivriers ? Van Andel et Runnels estiment en effet percevoir, dans le sud de l’Argolide, les prémisses d’une différenciation hiérarchique des établissements, qui se poursuivra à l’Âge du Bronze46.Mais toute forme complexe d’exploitation d’un territoire agricole entraînera nécessairement des différences dans la dimension et la nature des sites, sans qu’il s’agisse nécessairement du reflet d’une hiérarchie politique. De plus, rien ne dit que les fameux « biens de prestiges », tels les bijoux en or et en argent ou les armes de cuivre, aient appartenu à des élites individuelles, plutôt qu’à des communautés dans leur ensemble, voire même, sous forme d’offrandes, à des divinités. Rien ne permet d’affirmer non plus que les acropoles aient déjà tenu le rôle central qu’on leur connaît par la suite. De fait, les occupations du Néolithique final sur ces acropoles sont le plus souvent réduites à de maigres lambeaux piégés dans des dépressions du sol naturel. De toute évidence, les occupations ultérieures en ont presque complètement éradiqué les traces. Mais ce fait même n’indique-t-il pas qu’il s’agissait d’établissements relativement modestes, plutôt que des puissants villages que l’on associerait à des élites en cours de constitution ?

58On le voit, les propositions sont relativement antagonistes. Or la réponse à ces questions est, de toute évidence, fondamentale pour saisir la nature des phénomènes socio-économiques impliqués dans la transition vers l’Âge du Bronze. C’est donc avec regret que je conclus sur une dernière incertitude, souhaitant vivement que l’on puisse rapidement redonner la parole aux données de terrain elles-mêmes...

59Catherine PERLÈS

60Université Paris X, Institut Universitaire de France.

61Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (R. Ginouvès)

6221, allée de l’Université 92 023 Nanterre Cedex e-mail : perles@mae.u-paris10.fr

Références

63Bailey, G.N., Carter, P.L., Gamble, c.s. & Higgs, H.P., 1983a : « Asprochaliko and Kastritsa : further investigations of Palaeolithic seulement and economy in Epirus (North-west Greece) », Proceedmgs of the Prehistoric Society, 49, p. 15-42.

64Bailey, G.N., Carter, P.L., Gamble, c.s. & Higgs, H.P., 1983b : « Epirus revisited : seasonality and inter-site variation in the Upper Palaeolithic of North-West Greece », in G. N. Bailey (ed.), Hunter-Gatherer Economy in Prehistory : A European Perspective, Cambridge University Press, Cambridge, p. 64-78.

65Bailey, G. N. (ed.), 1997a : Klithi : Palaeolithic seulement and Quaternary environments in nortbwest Greece. Vol. 1 : Excavations and intra-site analysis at Klithi, McDonald Institute for Archaeological research, Cambridge (McDonald Institute Monographs).

66Bailey, G. N. (ed.), 1997b : Klithi : Palaeolithic seulement and Quaternary environments in northwest Greece. Vol. 2 : Klithi and ils local and regional setting, McDonald Institute for Archaeological research, Cambridge (McDonald Institute Monographs).

67Bottema, S., 1990 : « Holocene environment of the Southern Argolid : a pollen core from Kiladha Bay », in T.J. Wilkinson & S. Duhon, Franchthi Paralia, The Sediments, Stratigraphy, and Offshore Investigations, Indiana University Press, Bloomington / Indianapolis, p. 117-138 (Excavations at Franchthi Cave, Greece, fasc. 6).

68Chavaillon, J., Chavaillon, N. & Hours, F., 1967 : « Industries paléolithiques de l’Élide. I — Région d’Amalias », Bulletin de Correspondance Hellénique, XCI, p. 151-201.

69Chavaillon, J., Chavaillon, N. & Hours, F., 1969 : « Industries paléolithiques de l’Élide. II — Région du Kastron », Bulletin de Correspondance Hellénique, XCIII, p. 97-151.

70Cherry, J. F., 1988 : « Pastoralism and the role of animais in pre-and proto-historic economies of the Aegean », in Whittaker, c. R. (ed.), Pastoral economies in Classical Antiquity, Cambridge Philological Society, Suppl. volume 14, p. 6-34.

71Clarke, D., 1978 : Mesolithic Europe : the economic basis, Duckworth, Londres.

72Cullen, T., 1985a : A Measure of Interaction among Neolithic Communities : Design Eléments of Greek Urfinis Pottery, Ph. D. Thesis, Program in Classical Archaeology, University of Indiana, 462 p.

73Cullen, T., 1985b : « Social implications of ceramic style in the Neolithic Peloponnese », in W.D. Kingery (ed.), Ancient Technology to Modem Science, The American Ceramic Society, Columbus, p. 77-100.

74Darlas, A., 1994 : « Le Paléolithique inférieur et moyen de Grèce », LAnthropologie, 98(2-3), p. 305-328.

75Darlas, A., 1995 : « L’industrie du Paléolithique moyen de Mavri Myti (Lakkopetra, Grèce) », Bulletin de la Société préhistorique française, 92(3), p. 390-398.

76Darlas, A., 1999 : « Palaeolithic research in Western Achaïa », in Bailey, G. et al. (eds.), The palaeolithic of Greece and adjacent areas : Proceedings of the ICOPAG conference, Ioannina, september 1994, Londres, British School at Athens Studies 3.

77Darlas, A. & de Lumley, h, 1999 : « Palaeolithic research in Kalamakia Cave (Areopolis-Peloponnese) », in Bailey, g. et al. (eds.), The palaeolithic of Greece and adjacent areas : Proceedings of the ICOPAG conference, Ioannina, september 1994, Londres, British School at Athens Studies 3.

78Demoule, J.-P., Gallis, K. & Manolakakis, L., 1988 : « Transition entre les cultures néolithiques de Sesklo et de Dimini : les catégories céramiques », Bulletin de Correspondance Hellénique, CXII (I), p. 1-58.

79Demoule, J.-P. & Perlés, C., 1993 : « The Greek Neolithic : a new review » Journal of World Prehistory, 7(4), p. 355-416.

80Diamant, S.R., 1974 : The Later Village Farming Stage in Southern Greece, Ph.D. Thesis, Dpt. of Anthropology, University of Pennsylvania.

81Halstead, P., 1990 : « Present to past in the Pindhos : diversification and specialisation in mountain economies », Rivista di Studi Liguri, A. LVI (1-4), p. 61-80

82Halstead, P., 1996 : « The development of agriculture and pastoralism in Greece : when, how, who and what ? », in Harris, D. R. (ed.), The Origins and Spread of Agriculture in Eurasia, University College London Press, Londres, p. 296-309.

83Jameson, M. H., Runnels, C. & Van Andel, Tj. H., 1994 : A Greek Countryside : the Southern Argolid from Prehistory to Present Day, Stanford University Press, Stanford, 654 p.

84Johnson, M., 1996 : « Water, animais and agricultural technology : a study of settlement patterns and economic change in Neolithic Southern Greece », Oxford Journal of Archaeology, 15(3), p. 267-295.

85Keeley, L. H., 1996 : War Before Civilization, Oxford University Press, New York, Oxford, 245 p.

86Kozlowski, J. K., 1992 : « The Balkans in the Middle and Upper Palaeolithic : the Gâte to Europe or a Cul-de-sac ? », Proceedings of the Prehistoric Society, 58, p. 1-20.

87Lumley, H. de & Darlas, A., 1994 : « Grotte de Kalamakia (Aréopolis, Péloponnèse) », Bulletin de Correspondance Hellénique, 118, p. 535-559.

88Papathanassopoulos, G. A. (ed.), 1996 : Neolithic culture in Greece, Nicholas P. Goulandris Foundation, Museum of Cycladic art, 352 p.

89Perlés, C., 1987 : Les industries lithiques taillées de Franchthi (Argolide, Grèce). Tome I : Présentation générale et industries paléolithiques, Indiana University Press, Bloomington/Indianapolis, 355 p. (Excavations at Franchthi Cave, fasc. 3).

90Perlés C., 1994 : « Les débuts du Néolithique en Grèce », La Recherche, 266, p. 642-649.

91Perlés, C., 1999 : « The distribution of magoules in Eastern Thessaly », in Halstead, P. (ed), Neolithic Society in Greece, Sheffield University Press, Sheffield.

92Perlés, c. sous presse : « Effects of deteriorating climatic conditions : Greece, 30.000/20.000 bp », in Mussi, m., Roebrooeks, W. & Svoboda, J. (eds), The effects of deteriorating climatic conditions in Europe, 30.000/20.000 bp, Analecta Praehistorica Leidensia.

93Perlès, C. & Vitelli, K. D., 1994 : « Technologie et fonction des premières productions céramiques de Grèce », in Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique et culturel, Éditions ADPCA, Juan-les-Pins, p. 225-242.

94Perlès, C. & Vitelli, K. D., 1999 : « Craft specialization in the Greek Neolithic », in Halstead, P. (ed. ), Neolithic Society in Greece, Sheffield University Press, Sheffteld.

95Pope, K. O., Runnels, C. & KU, T.-L., 1984 : « Dating Middle Palaeolithic Red Beds in Southern Greece », Nature, 312, p. 264-266.

96Reisch, L., 1982 : « The transition to Middle Palaeolithic in Greece and the Southern Balkan », in Ronen, A. (ed.), The Transition from Lower to Middle Palaeolithic and the Origins of Modem Man, BAR Int/Ser. 151, Oxford, p. 223-231.

97Runnels, C., 1995 : « Review of Aegean Prehistory IV : The Stone Age of Greece from the Palaeolithic to the advent of the Neolithic », American Journal of Archaeology, 99, p. 699-728.

98Runnels, C. N. & van Andel, T. J., 1987 : « The évolution of settlement in the southern Argolid, Greece. An economic explanation », Hesperia, 56(3), p. 303-334.

99Runnels, C. & van Andel, Tj. H., 1988 : « Trade and the origins of agriculture in the Eastern Mediterranean », Journal of Mediterranean Archaeology, 1(1), 83-109.

100Runnels, c. et al., 1999 : « Human settlement and landscape in the Preveza région, Epirus, in the Pleistocene and Early Holocene », in Bailey, g. et al. (eds. ), The palaeolithic of Greece and adjacent areas : Proceedings of the ICOPAG conference, Ioannina, september 1994, Londres, British School at Athens Studies 3.

101Schneider, G., Knoll, H., Gallis, K. & Demoule, J.-P., 1991 : « Transition entre les cultures néolithiques de Sesklo et de Dimini : recherches minéralogiques, chimiques et technologiques sur les céramiques et les argiles », Bulletin de Correspondance Hellénique, CXV(I), p. 1-64.

102Sordinas, A. 1969 : « Investigations of the prehistory of Corfu during 1964-1966 », Balkan Studies, 10(2), p. 393-424.

103Vitelli, K. D., 1993 : Franchthi Neolithic pottery. Vol. 1 : Classification and ceramic phases 1 and 2, Indiana University Press, Bloomington/Indianapolis, 518 p. (Excavations at Franchthi Cave, fasc. 8).

104Vitelli, K. D., 1995 : « Pots, potters and the shaping of Greek Neolithic society », in Barnett, W. K. and Hoopes, J. W. (eds.), The emergence of pottery : technology and innovation in ancient societies, Smithsonian Institution Press, Washington, p. 55-63.

105Vitelli, K. D., 1999 : Franchthi Neolithic pottery. Vol. 2 : The later Neolithic ceramic Phases 3 to 5, Indiana University Press, Bloomington/Indianapolis, 518 p. (Excavations at Franchthi Cave, fasc. 10).

106Wells, B. (ed.), with the coll. of Runnels, C., 1996 : The Berbati-Limnes Archaeological Survey 1988-1990, Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, series in 4°, XLIV, Stockholm.

107Wickens, J., 1986 : The Archaeology and History of Cave Use in Attica, Greece, from Prehistoric through Late Roman Times, Ph. D. Thesis, Program in Classical Archaeology, Indiana University.

Notes

1 Cf. Runnels 1995 : 705

2 Kozlowski 1992

3 Darlas 1994, Runnels 1995

4 Reisch 1982, Darlas 1994

5 Chavaillon et al. 1967, 1969

6 de Lumley et Darlas 1994, Darlas 1994, 1995, Darlas sous presse,

7 Reisch 1982, Perlés 1987, Pope et al. 1984.

8 Runnels 1995 : 713

9 Il est vrai que cette impression devra peut-être être corrigée quand le Paléolithique moyen des pays limitrophes sera lui-même mieux connu.

10 Caractérisées par la présence d’un débitage Levallois, de pointes foliacées et souvent aussi de grattoirs carénés.

11 Perlés, sous presse.

12 Bailey et al. 1983a, 1983b, Bailey 1997a et 1997b.

13 Comme en témoignent l’abondance des activités de collecte, mais également la présence de dents de laits et d’ossements d’enfants.

14 Clarke 1978

15 Sordinas 1969

16 Runnels et ai 1999.

17 Perlés 1994.

18 Démoule et Perlés 1993.

19 Perlès 1999

20 Keeley 1996

21 Comme la répartition différentielle de certains objets techniques, telles que les fusaïoles

22 Remarque qui suppose, comme je le fais ici, que les figurines féminines aient eu un rôle rituel. Autre débat, que nous n’ouvrirons pas ici...

23 Johnson 1996.

24 Cullen 1985a, 1985b, Vitelli 1993, 1995, Perlés et Vitelli 1994.

25 Perlès et Vitelli 1999.

26 Cullen 1995b, Perlès et Vitelli 1994.

27 Vitelli 1993, Perlès et Vitelli 1994.

28 C’est-à-dire sans y inclure le Néolithique final. Ceci correspond aux phases 3 et 4 de la chronologie proposée dans Demoule et Perlès 1993.

29 Demoule et al. 1988.

30 Schneider et al. 1991.

31 Jameson et al. 1994

32 Wells 1996

33 Observations personnelles de K. D. Vitelli, 1997

34 Voir à ce sujet les réflexions importantes de Johnson 1996, Cavanagh (dans ce volume) et Mee (dans ce volume).

35 Voir références et discussions critiques dans Cherry 1988, Halstead 1990 et 1996

36 Bottema 1990

37 Diamant 1974, Runnels et van Andel 1988.

38 Demoule et Perlès 1993.

39 Wells 1996.

40 Cavanagh, dans ce volume.

41 Runnels et van Andel 1987.

42 Papathanassopoulos 1996.

43 Papathanassopoulos 1996.

44 Wickens 1986.

45 Vitelli 1999.

46 Runnels et van Andel 1987.

Table des illustrations

Légende Fig 1 Principaux sites et points de découverte paléothiques du Péloponnèse (carte G Monthel)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20604/img-1.png
Fichier image/png, 462k
Légende Fig 2 Principaux sites néolithiques du Péloponnèse (carte G Monthel)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20604/img-2.png
Fichier image/png, 444k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search