Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse

 | 
Josette Renard

Introduction

Josette Renard

Texte intégral

1La « Semaine péloponnésienne », qui s’est déroulée à l’Université de Bretagne-Sud, sur le site de Lorient, du 12 au 15 mai 1998, est la dernière en date d’une série de « Semaines égéennes » organisées à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) par le groupe de recherche en Protohistoire égéenne (Néolithique et Âge du Bronze). La Semaine cycladique, la Semaine macédoniennne, la Semaine minoenne et la Semaine mycénienne avaient alors réuni des archéologues français et étrangers. Ces rencontres avaient pour objectif de présenter des recherches en cours et de permettre aux étudiants de dialoguer avec les chercheurs. Parmi les aires culturelles ou géographiques qui restaient à explorer, le Péloponnèse a retenu mon attention pour deux raisons principales : d’une part j’effectue dans cette région une partie de mes recherches personnelles, et d’autre part je préparais, en collaboration avec deux collègues britanniques, une fouille archéologique qui devait se dérouler cette même année sur le site protohistorique de Kouphovouno en Laconie près de Sparte.

2La semaine péloponnésienne entrait donc dans le cadre des rencontres en Protohistoire égéenne, et ne devait à l’origine concerner que ce domaine chronologique. J’ai souhaité organiser ces journées à l’Université de Bretagne- Sud car j’y enseigne l’histoire grecque et l’archéologie (notamment la Protohistoire égéenne), tout en étant membre de l’EP 1730 du CNRS, à laquelle est rattaché notre groupe de recherche sur cette période. C’était aussi une occasion de faire connaître notre jeune université à des collègues français et étrangers.

3La volonté d’ouvrir cette rencontre à d’autres périodes que la Protohistoire égéenne s’est greffée, chemin faisant, sur cette première option, du fait de mon appartenance au département d’histoire de l’UBS. Je souhaitais en effet proposer à nos étudiants en histoire de participer à ces journées pour se familiariser avec la manière dont s’écrit l’histoire, eux qui sont toujours confrontés à la recherche achevée. Ils allaient voir la recherche en mouvement, l’histoire en train de s’écrire, l’histoire au sens large, dans sa pluridisciplinarité et avec l’utilisation de ses multiples sources (archéologie, épigraphie, philologie...). L’objectif scientifique assigné à ces journées se doublait ainsi d’un objectif pédagogique. C’est pourquoi les intervenants ont été invités à insister sur les problèmes de méthodes de recherche, question qui a été au centre des communications et des débats. Cette perspective tenait du défi, tant les recherches sont cloisonnées et tant il est rare que se rencontrent des chercheurs préhistoriens, géographes, archéologues et historiens, et qui plus est travaillent sur des périodes aussi éloignées que le Paléolithique et le monde byzantin. Pourtant, tous les invités ont relevé le défi et ils ont unanimement estimé que l’expérience méritait d’être renouvelée.

4Le présent volume rassemble les textes de 14 communications sur les 22 présentées et les résumés de toutes les interventions. Les deux premières journées, les seules prévues initialement, étaient consacrées à la Préhistoire et à la Protohistoire. Elles ont eu pour fil directeur l’occupation de l’espace, un axe de travail au centre des préoccupations de plusieurs groupes de recherche à l’heure actuelle ; un axe qui, grâce aux prospections, aux surveys et aux fouilles récentes, permet d’avoir une meilleure idée de l’implantation des habitats et de leur organisation au cours du Néolithique et de l’Âge du Bronze, de voir leur évolution sur plusieurs millénaires, et de tenter de reconstituer, à partir des sources matérielles, une histoire du Péloponnèse. Si certaines communications des deux journées suivantes se rattachent à ce fil conducteur, les intervenants ont eu la liberté de choisir le thème de leur communication, et la diversité des sujets proposés a contribué à la richesse des idées échangées tout au long de cette rencontre.

5L’histoire de la recherche révèle que certaines régions du Péloponnèse ont fait l’objet d’études plus nombreuses et plus variées que d’autres. Pour la Préhistoire et la Protohistoire, l’Argolide et la Messénie fournissent les informations les plus abondantes. Ce n’est pas un hasard, et l’intérêt pour la civilisation mycénienne, éveillé par les fouilles de Schliemann à Mycènes et à Tirynthe au début du xxe siècle, a largement contribué à faire de l’Argolide une aire privilégiée de recherche, y compris pour les périodes historiques. Il ne s’agissait pas pour autant de négliger ces régions au profit des autres, moins bien connues, comme la Laconie, l’Élide ou l’Arcadie. Ces journées ont davantage proposé de mettre en valeur des documents nouveaux ou de privilégier des approches originales de documents connus, qu’il s’agisse de données archéologiques, épigraphiques ou textuelles. L’histoire, en effet, ne s’écrit pas qu’à partir des textes. Aussi, chaque fois que leur sujet s’y prêtait, les intervenants ont-ils insisté sur l’intérêt d’utiliser des sources de nature différente et sur la façon de procéder à cette confrontation.

6Les échanges se sont poursuivis au cours de deux visites destinées à faire connaître certaines des ressources culturelles et patrimoniales de notre région : une visite au musée de Préhistoire à Carnac, où nous avons été accueillis par le conservateur, A. -E. Riskine ; une visite de la base des sous- marins de Lorient sur le site de Keroman, au cours de laquelle notre guide, R. Estienne, conservateur, responsable du service historique de la Marine à Lorient, nous a présenté l’histoire de la rade de Lorient. La semaine, placée sous le signe de la convivialité, s’est terminée par un exposé sur les vins grecs et une séance de dégustation de vins péloponnésiens animés par Y. Carraud, sommelier-conseil, autour d’un buffet composé de produits grecs.

7Ces journées sur le Péloponnèse et la présente publication n’auraient pu exister sans le soutien de l’Université, du Département du Morbihan et de la Région Bretagne : je remercie Maurice Lièvremont, président de l’Université de Bretagne-Sud, François Riou, secrétaire général, Monique Le Vourc’h, agent comptable, Jean-Jacques Quemener, vice-président chargé de la recherche, Gérard Le Bouëdec, directeur de l’U.F.R Lettres et Sciences Humaines, le Conseil général du Morbihan et le Conseil régional de Bretagne.

8Je remercie tout particulièrement Laurent Piolot, pour le travail considérable de mise en page qu’il a effectué durant l’automne 1998, Hervé Martin, professeur à l’Université de Rennes 2 et Pierre Corbel, directeur des Presses universitaires de Rennes, qui ont retenu cet ouvrage pour la collection « Histoire ».

9Je n’oublierai pas les intervenants et les participants qui ont honoré cette rencontre de leur présence, ni les étudiants en maîtrise d’histoire grecque de l’U.B. S. qui ont assuré l’accueil des participants pendant ces quatre journées, Ronan Allot, Delphine Le Bot, Karine Le Gal, Jennyfer Nidecker et Bertrand Oliviero.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search