Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Approches croisées. Les sources classiques revisitées

Stratification sociale et code socioprofessionnel dans les contrats de mariage ruraux en Aunis et Saintonge, 1750 -1789

Raymond Jousmet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L'étude des sociétés rurales du xviiie siècle s'appuie sur un ensemble de sources qui apparaissent très disparates dès que l'on tente d'envisager un champ géographique plus vaste que celui de la simple monographie et de rechercher des comparaisons interrégionales. Les registres paroissiaux et les sources fiscales (taille, capitation, taxe foncière, contribution patriotique) sont les plus utilisés mais ils ne permettent pas toujours des reconstitutions parfaitement pertinentes ni des comparaisons totalement rigoureuses.

  • 1 La bibliographie concernant les problèmes méthodologiques de l'utilisation des contrats de mariage (...)

2L'objectif principal de cette communication est de montrer jusqu'à quel point l'utilisation des contrats de mariage pourrait permettre de contourner ce type de difficulté, en particulier dans des régions où les sources fiscales font défaut. La réflexion critique sur les contrats de mariage n'est pas nouvelle, elle est née avec les débuts de l'histoire sérielle et quantitative. Elle a d'abord intéressé les historiens des élites urbaines et s'est orientée sur les problèmes du traitement des données statistiques ; nous ne reviendrons pas ici sur ces débats, même s'ils ne peuvent être considérés comme clos. C'est plutôt une quête de sens général qui nous retiendra ici : quelle image les contrats de mariages donnent-ils des réalités socio-économiques rurales1 ? Puisés dans une enquête encore inachevée, les résultats, obtenus par croisement des sources, s'articuleront autour de trois grands axes de questionnement. Après avoir examiné les problèmes de l'usage du contrat de mariage et de sa représentativité dans le corps social, on abordera l'examen critique de la stratigraphie économique qui s'en dégage, pour ensuite s'attacher plus longuement aux problèmes de la codification socioprofessionnelles.

3L'espace et le cadre chronologique choisis - les campagnes d'Aunis et de Saintonge au xviiie siècle - constituent un terrain de recherche très riche de possibilités comparatives pour une étude de la stratification sociale. Régions de champs ouverts et régions bocagères ou semi- bocagères, zones à dominante viticole et zones à dominante céréalière, herbagère ou forestière, pays de droit oral et pays de droit écrit... ces campagnes permettent d'observer la manière dont les sources répercutent la diversité. Mais l'étendue du territoire (environ 500 paroisses) pose problème. Si l'ensemble des bureaux de contrôle des actes permet d'en balayer la totalité et autorise une approche régionale ou micro-régionale, le recoupement avec les registres paroissiaux et les sources fiscales impose de descendre à l'échelle paroissiale. On envisagera donc alternativement trois niveaux : celui du bureau de contrôle des actes (qui correspond grossièrement à l'échelle cantonale), celui de la paroisse, et finalement celui de l'individu.

4L'exposé qui va suivre s'appuie donc essentiellement sur l'étude de six paroisses-test. L'Aunis est représenté par Thairé et Ardillières, deux paroisses situées en pays de plaines et de champs ouverts, en limite des terres hautes où dominait la vigne, et du marais rochefortais en cours de dessèchement. Actuellement, la moitié du finage d'Ardillères constitue une zone de marais desséchés ; en 1765, le syndic d'Ardillères déclarait que les revenus de la paroisse consistaient pour les trois quarts en blés, fourrage et marais desséchés, et un quart seulement en vignes. À la même époque, celui de Thairé - dont le finage était entièrement constitué de terres hautes - déclarait que 7/8ème des revenus des habitants provenaient des vignes, le reste était fourni par les terres labourables et les fourrages.

  • 2 Ce sont les travaux de Robert Machenaud, « La population d'Ardillières à la fin de l'Ancien Régime  (...)

5Pour ces deux paroisses, comme pour l'ensemble de l'Aunis, on ne dispose d'aucune source fiscale d'Ancien Régime ; l'analyse des sociétés locales repose, pour Thairé, sur le Terrier de la Commanderie de Bour-gneuf bien connu des historiens locaux et, pour Ardillières, sur les registres paroissiaux. C'est parce qu'on s'est souvent appuyé sur ces deux paroisses dans l'historiographie locale et régionale qu'elles sont reprises ici2.

Carte de localisation

Carte de localisation

Cartographie : Rolland Neveu, Chrisco

6Trois fois plus vaste que l'Aunis, la Saintonge est représentée par 4 paroisses, toutes du ressort de l'élection de Saintes. Si les élections de Marennes et Saint-Jean-d'Angély ne sont pas abordées, c'est que le recensement des contrats de mariage n'y est pas encore commencé. À vingt kilomètres au sud-est de Saintes, au bord de la Seudre, Thaims est une paroisse située dans une région de collines où domine un bocage à larges mailles. Tandis que les bois sont très rares en Aunis, ils représentent ici, selon les indications fournies par le rôle de la taille de 1768, 8 % du territoire. Selon cette même source, les terres labourables occupent 62 % de la surface agricole, la vigne 18 % et les prés 12 %. Plus au sud, à la limite de la Saintonge et de la Guyenne, Mirambeau présente un profil assez proche. Bien qu'on y trouve une petite zone de champs ouverts au milieu du bocage, bois et landes pourraient y représenter 19 % du territoire, selon les rôles du vingtième des bien-fonds de 1788. Prés et vignes y seraient présents dans des proportions proches de celles observées à Thaims, tandis que la terre labourable n'y occuperait que 50 % des surfaces. Pérignac et Chadenac sont au contraire situées dans la Champagne viticole de la plaine de Pons. À Pérignac, la vigne ne représenterait pourtant que 27 % de l'espace agricole, près des deux-tiers étant occupés par les terres agricoles et seulement 7 % par les prés. Un peu plus au sud et en bordure de la plaine de Pons, Chadenac consacrerait 72 % de la surface agricole aux labours, 18 % aux vignes (comme à Thaims), 5 % aux prés, les 5 % restant étant occupés par les bois.

7Si ces quatre paroisses saintongeaises ont été retenues, c'est aussi parce que les sources qui les concernent offrent de très bonnes possibilités de recoupement avec les contrats de mariage.

L'usage du contrat de mariage

  • 3 Arch. dép. de Charente Maritime, C 182.
  • 4 Les recoupements entre contrats de mariage et registres paroissiaux ne sont pas encore achevés pour (...)
  • 5 Ces pourcentages ont été obtenus par recoupements nominatifs à partir des registres des paroisses c (...)

8Dans les campagnes d'Aunis, régions de droit oral, l'usage du contrat mariage est largement répandu entre 1750 et 1789, et concerne la totalité de l'éventail socioprofessionnel. Quelques données chiffrées, déjà publiées, nous le rappellent. Dans l'ensemble de l'Aunis rural, 67 % des mariés avaient passé contrat en 1780. Cette évaluation grossière, obtenue par comparaison du nombre total de contrats de mariage avec le nombre total de mariages recensés par l'Intendance3, masque d'énormes variations d'une paroisse à l'autre4. Dans un échantillon de 9 paroisses-test, on obtient par recoupements nominatifs avec les registres paroissiaux une moyenne de 84 %. Dans la zone centrale de l'Aunis (Aigrefeuille), le taux est de 95%, il est de 84 % au sud de l'élection, dans la région d'Ardillières et Thairé. Il est encore de 90 % dans le marais desséché (Marans, Saint- Jean-de-Liversay)5. Par contre, dans les paroisses littorales, 50 % seulement des mariés ont fait un contrat.

9Dans les régions de Pons et de Mirambeau, voisinent des paroisses où les taux sont très élevés avec d'autres où ils sont très faibles. Ainsi à Mirambeau même, sur 14 couples qui se sont mariés en 1750, 13 ont signé un contrat de mariage, à Saint-Bonnet (à 9 kilomètres à l'ouest, au bord du marais donnant sur la Gironde) 17 nouveaux mariés sur 18 ont agit de même, soit 94,4 %. À Boisredon (à 7 km au Sud de Mirambeau) on tombe à 50 %. En 1750-1760, on trouve des taux de 80 % et 84 % à Chadenac et Pérignac (bureau de contrôle de Pons), de 75 % à Thaims. Il ne semble pas qu'il y ait de différences notables entre les diverses catégories socioprofessionnelles. À Mirambeau, le seul époux qui n'ait pas fait de contrat de mariage est un laboureur, à Thaims ce sont deux artisans. Ni en Aunis, ni dans les deux bureaux de contrôle saintongeais, on n'observe que les journaliers, vignerons ou laboureurs à bras aient moins utilisé le contrat de mariage que les marchands ou les bourgeois.

10Ici, l'opposition traditionnelle entre pays de droit coutumier et régions de droit écrit semble inopérante. Les régimes matrimoniaux sont les mêmes, (communauté de biens, avec droit pour la femme de choisir entre le partage de la communauté et la reprise de sa dot), et les clauses de séparation de biens sont tout aussi rares dans cette partie de la Saintonge qu'en Aunis. Seules quelques nuances dans les pratiques apparaissent. Dans le ressort du bureau de contrôle de Pons, les notaires indiquent toujours la valeur totale des deux apports qui ont été précédemment décrits - ce que les notaires d'Aunis ne font pas avec autant de constance - et les dots sont systématiquement évaluées : sur 184 contrats recensés, 4 seulement comportent des droits non estimés. Curieusement, c'est dans la région de Mirambeau que la fréquence des dots non évaluées est nettement plus forte : 60 % des contrats en 1750, tandis qu'en Aunis la proportion n'est que de 17,8 %.

Tableau 1- Part des contrats de mariage dont les apports ne sont pas évalués (Aunis et bureau de contrôle de Mirambeau), 1750

Tableau 1- Part des contrats de mariage dont les apports ne sont pas évalués (Aunis et bureau de contrôle de Mirambeau), 1750

11Le détail par catégories socioprofessionnelles montre que le refus d'évaluer les dots est plus répandu parmi les journaliers, même si on le trouve aussi dans les strates les plus aisées : il s'agit d'une stratégie destinée à limiter le coût d'enregistrement des actes. Il ne fait donc guère de doute que les moyennes des apports évalués seront inégalement représentatives, tant dans l'espace que dans le corps social. Pour autant, les distorsions ne sont pas suffisamment fortes pour discréditer une stratigraphie économique réalisée à partir des contrats de mariage.

La question des niveaux de fortune

12Les apports évalués ne donnent certainement pas une image exacte et rigoureuse des niveaux. de vie des nouveaux mariés. Même lorsque les meubles et effet, sont décrits dans les minutes, une grande partie de l'univers matériel nous échappe, c'est là l'irremplaçable apport des inventaires après décès, lorsque la pratique en est suffisamment répandue. Il reste que le calcul des dots moyennes, à partir des apports cumulés des deux époux, donne une image tout à fait cohérente de la stratification économique. Le but ici n'est pas tant d'obtenir une évaluation des niveaux de fortune proprement-dits que d'aboutir à un classement des groupes sociaux les uns par rapport aux autres et à une échelle de grandeur utilisable dans une perspective dynamique et comparative, non seulement pour aborder des régions voisines, mais aussi pour situer les individus par rapport au groupe. C'est cette fois la concordance avec les rôles de la taille qui servira de test.

  • 6 Les trois rôles étudiés ont pour référence : Arch. dép. de Charente Maritime, C 88.

13En ce qui concerne l'Aunis, il n'y a pas de documents fiscaux suffisamment précis, mais dans la région de Pons on dispose de rôles de taille très détaillés pour l'année 17686. La hiérarchie qui s'en dégage est sans grande surprise, même si quelques nuances méritent d'être rapidement relevées. Les laboureurs à bœufs dominent le monde paysan. Ils arrivent au second rang derrière les marchands et les membres des professions libérales, loin devant toutes les autres catégories paysannes. À Chadenac, l'écart avec les marchands, bourgeois et notaires, est relativement faible : 497,2 livres pour les premiers, 779,9 livres pour les seconds. Au contraire, à Pérignac, la cote moyenne des paysans riches n'est que de 240,1 livres, trois fois moins que celle des marchands et professions libérales (733,4 livres) et même un peu moins que celle des artisans (244,8 livres). Nettement distancé, le groupe les laboureurs se détache encore des journaliers et vignerons à Chadenac, mais à Pérignac la cote moyenne n'est qu'à 112,8 livres tandis que celle des journaliers est déjà à 96 livres. Dans les deux cas, les journaliers se placent devant les vignerons, de peu à Chadenac, plus nettement à Pérignac. La dispersion autour de la moyenne est partout très forte, sauf pour les journaliers et les vignerons, comme le montrent les écarts-types.

Tableau 2- L'hétérogénéité des groupes socioprofessionnels dans les rôles de la taille, 1768

Tableau 2- L'hétérogénéité des groupes socioprofessionnels dans les rôles de la taille, 1768

14Dans les contrats de mariage, les contrastes sont beaucoup plus marqués, force est de reconnaître que les moyennes ne sont guère significatives d'un point de vue purement statistique.

Tableau 3- La dispersion des apports évalués dans les contrats de mariage de la région de Pons

Tableau 3- La dispersion des apports évalués dans les contrats de mariage de la région de Pons

15Il ne s'agit nullement d'une caractéristique régionale. À Mirambeau, où les apports non évalués sont très fréquents, on pourrait s'attendre à trouver des groupes dont les dots seraient mieux regroupées autour de la moyenne, en postulant que l'absence d'évaluation joue surtout au détriment des apports les plus faibles. Cela se révèle exact pour les journaliers et les artisans, mais pas pour les autres catégories. Les vignerons, qui tous ont fait évaluer leurs dots, forment tout de même un groupe beaucoup mieux regroupé autour de la moyenne, tandis que les marchands et les laboureurs à bœufs ont au contraire des apports évalués beaucoup plus dispersés. En Aunis, qui du point de vue de l'évaluation des dots semble se situer en position intermédiaire entre Pons et Mirambeau, la dispersion des catégories paysannes autour des apports moyens est encore plus fort que dans les deux régions saintongeaises, particulièrement chez les journaliers, qui sont ceux qui utilisent le plus souvent la formule des « droits non estimés ».

16Il n'y a donc pas de corrélation fermement établie entre la fréquence des apports non évalués et l'homogénéité des groupes dont les dots sont estimées. De même, la distinction entre premier et second mariage ne montre pas de variation très significative dans le montant des apports évalués. Les dots moyennes sont un peu plus élevées pour les journaliers et laboureurs à bras (15 % de plus), mais pas pour les autres catégories. Malgré les réserves qui doivent rester présentes à l'esprit, les apports des contrats de mariage fournissent une source représentative de l'ensemble des individus composant une société rurale donnée. L'extrême dispersion autour de la moyenne qui caractérise les dots traduit en fait la diversité des stratégies mises en œuvre à l'occasion de la rédaction de l'acte : volonté de sous-estimer les apports dans certains cas, volonté de les gonfler dans d'autres pour minimiser les problèmes d'une éventuelle mésalliance. Néanmoins la stratification économique qui s'en dégage semble tout à fait pertinente au regard des quelques éléments de recoupement dont on peut disposer, y compris d'autres séries d'actes notariés. Toutes les sources disponibles confirment la position d'élite rurale des laboureurs à bœufs. Ce qui est peut-être un peu plus surprenant, c'est que, pour la Saintonge du moins, les sources placent le journalier devant le vigneron, très légèrement dans les contrats de mariage (à Pérignac et Chadenac les dots moyennes sont toutefois un peu plus faibles : 363 livres pour les journaliers, contre 405,8 pour les vignerons et 411 pour les laboureurs à bras). La hiérarchie classique n'est véritablement respectée qu'en Aunis. On aura sans doute aussi remarqué une discordance lourde de significations : dans les contrats de mariage de la région de Pons, comme aussi dans ceux de Pérignac et Chadenac, le groupe des laboureurs arrive pratiquement à égalité avec les laboureurs à bœufs, tandis qu'il se situe nettement en retrait dans les rôles de la taille.

17Mais toute approche stratigraphique des sociétés rurales, quels que soient les documents qui l'étayent, nécessite le recours à une terminologie socioprofessionnelle dont on postule au départ la validité. Derrière la question de l'hétérogénéité des niveaux de fortune, c'est la signification même de la codification socioprofessionnelle qui est en jeu.

La codification socioprofessionnelle et ses problèmes

18Si les données collectées ne sont pas encore suffisantes pour autoriser une géographie exhaustive du vocabulaire utilisé en Aunis et Saintonge, le recoupement des sources et les comparaisons micro-régionales amènent à constater d'importantes variantes, à la fois dans l'usage des mots et dans le sens qu'il faut leur attribuer.

19Un des reproches les plus souvent adressés à l'utilisation des contrats de mariage est qu'ils concernent en priorité une population jeune dont le statut professionnel n'est pas encore stable. On peut l'observer assez facilement parmi les groupes d'artisans, en repérant l'emploi du mot « garçon » devant la désignation de l'activité proprement dite. Mais il est à craindre que les notaires ne mentionnent pas systématiquement cette précision, et encore moins les contrôleurs des actes. Toutefois, la difficulté est plus grande encore pour les catégories paysannes, où le vocabulaire est moins précis. La critique vise le plus souvent l'emploi du terme de journalier : on considère qu'un jeune fils de laboureur débute sa carrière comme journalier, avant de reprendre tout ou partie de l'exploitation et du matériel paternel et d'accéder à son tour à la qualité de laboureur ou laboureur à bœufs. La vérification d'un tel scénario, à l'échelle d'une région est très difficile, seule la lourde méthode de la reconstitution des familles le permettrait. Les registres paroissiaux et les minutes notariales mentionnent très rarement la catégorie socioprofessionnelle du père du conjoint, en particulier lorsqu'il s'agit d'un journalier, mais la qualification du père de la future épouse, plus souvent indiquée, donne déjà une première série d'indices, avec l'étude de l'endogamie. Or en Aunis, par exemple, où les journaliers représentent la moitié des contrats de mariage en 1750, 80 % des journaliers dont on a pu examiner les contrats (40 actes) sont veufs, fils de journalier ou épousent une fille de journalier. Les 20 % restant sont silencieux sur ce point : aucune des minutes notariales examinées n'indique de journalier fils de laboureur ou épousant une fille de laboureur.

20Pourtant, le recoupement avec les autres sources disponibles montre de très fortes discordances, non seulement en ce qui concerne les journaliers, mais aussi pour l'ensemble du milieu paysan. À Thairé d'Aunis, par exemple, l'historiographie locale s'est appuyée sur un terrier pour décrire la société rurale. On ne s'étonnera donc pas d'y trouver si peu de journaliers qui sont des paysans non tenanciers. Par contre, leur absence totale dans les registres paroissiaux d'Ardillières, en 1789, est très surprenante, alors qu'ils représentent 55 % des habitants d'Ardillières ayant fait un contrat de mariage entre 1780 et 1787 (les journaliers sont 71 % dans les contrats de mariage d'Aunis en 1787). Ce constat n'est nullement spécifique à l'Aunis. À Mirambeau, en 1750, les journaliers ne sont que 4 % dans les registres paroissiaux, tandis qu'ils sont 37 % dans les contrats de mariage. Les rôles de la taille des trois autres paroisses-test de Saintonge confirment les données des actes notariés. Pourtant, l'asséeur n'est pas très rigoureux sur la terminologie qu'il utilise. À Pérignac, sur 95 taillables qualifiés de journaliers et taxés sur le produit de leurs journées, on en compte 48 qui sont propriétaires de terres et vignes en quantités très réduites.

21Qu'il s'agisse des registres paroissiaux, des rôles de la taille ou des contrats de mariage, la représentation du monde des métiers, des marchands ou des professions libérales est remarquablement concordante, seul le terrier de Bourgneuf comporte une sur-représentation du milieu artisanal. Mais pour toutes les autres catégories les discordances sont flagrantes, ce qui indique bien qu'il s'agit là d'un problème spécifique au monde paysan.

22L'utilisation du mot vigneron montre combien l'emploi du code socioprofessionnel est aléatoire si l'on veut en faire un indicateur des activités agricoles. En Aunis, par exemple, ce mot n'apparaît pratiquement jamais dans les contrats de mariage, alors que l'on sait bien, par ailleurs, la place et le rôle de la viticulture. À Thairé, où la vigne est censée produire les 7/8èmes du revenu paroissial, on est bien déçu de ne pas trouver la moindre trace de vigneron dans le terrier. À Ardillières, où plus de la moitié du finage s'étend sur les terres céréalières du marais desséché, registres paroissiaux et contrats de mariage donnent des résultats contradictoires. Alors que le curé de la paroisse fait apparaître, en 1789, 18 % de vignerons (soit une fréquence supérieure à ce qu'on observe dans les rôles de taille de la plaine viticole de Pons), on ne trouve pas un seul cas de vigneron dans les contrats de mariage, même en considérant le cadre plus large du bureau de contrôles (annexes 2 et 4). Une géographie de l'usage des mots à l'échelle du bureau de contrôle semble indiquer qu'en fait c'est l'expression laboureur à bras qui chasse le terme de vigneron dans les actes notariés et qui s'y substitue en Aunis. C'est en effet dans les deux bureaux de contrôle couvrant la zone de viticulture dominante, La Rochelle et La Jarrie, que l'on recense la quasi-totalité des mentions de laboureur à bras (annexe 1). Mais l'expression semble presque disparaître à la veille de la Révolution, au moment même ou l'on compte à la fois 47 % de laboureurs à bras et 18 % de vignerons dans le registre paroissial d'Ardillières. Cette évolution s'opère sans doute au bénéfice du mot journalier, et l'on ne peut évidemment pas en déduire un recul de la place faite à la vigne, même si l'on sait par ailleurs la grave crise viticole que connaît l'Aunis à cette époque.

23À Mirambeau, contrats de mariage et registres paroissiaux s'accordent sur la place réduite des vignerons, mais dans la région viticole de la plaine de Pons, les discordances surgissent à nouveau, et massivement. Tandis que l'on recense 40 à 48 % de vignerons dans les contrats de mariage, les taux sont beaucoup plus réduits dans les rôles de la taille, très regroupés aux alentours de 15 %, et ceci même à Thaims, qui n'est pourtant pas dans la plaine et qui présentait un profil assez proche de celui de Mirambeau. Ici, le recoupement nominatif des sources fournit des indications partielles. En effet, cette méthode se heurte à de nombreux obstacles. La mobilité géographique, le décès possible, le grand nombre d'homonymes entraînent une forte déperdition : la moitié des nouveaux mariés n'a pas pu être retrouvée avec certitude dans la population des taillables. Les résultats sont pourtant éclairants : les vignerons des contrats de mariages se retrouvent dans les rôles de la taille qualifiés de journaliers ou de laboureurs pour un peu plus des deux tiers, seulement 8 sur 31 restent qualifiés de vigneron (annexe 5).

24Déclassements ou ascensions sociales ne peuvent donner une explication satisfaisante du phénomène que l'on retrouve aussi, et de manière encore plus forte, pour les laboureurs à bras. L'usage de ces termes, dans la région de Pons, ne se rencontre que dans les contrats de mariage, et on retrouve ces hommes dans les rôles de la taille, qualifiés le plus souvent de laboureur, de vigneron ou plus rarement de journalier.

25L'emploi du mot laboureur pose le même type de question. On notera tout d'abord que son usage est rarissime en Aunis, même dans les marais desséchés, terres privilégiées de la céréaliculture, alors qu'il est très répandu en Saintonge, du moins dans les rôles de la taille et les registres paroissiaux, car, dans les contrats de mariage de la région de Pons, son usage est très limité. La comparaison des niveaux de fortune montre que pour le notaire, le laboureur est directement assimilé au laboureur à bœufs, ce qui n'est pas le cas dans les rôles de la taille. Non seulement l'écart des revenus estimés avec le petit groupe des laboureurs à bœufs y est considérable, mais les recoupements nominatifs avec les contrats de mariage montrent une acception beaucoup plus large du terme dans les sources fiscales. Sur 23 taillables laboureurs dont on a retrouvé les contrats de mariage, 4 seulement étaient qualifiés de laboureur par le notaire, 12 avaient été considérés comme vignerons. À Mirambeau, le croisement des sources donne un résultat presque caricatural : aucun laboureur dans les contrats de mariage, mais une masse de journaliers et laboureurs à bras (69 % des actes), alors que, dans les registres paroissiaux, 49 % des nouveaux mariés sont désignés comme laboureurs, et que journaliers et laboureurs à bras ne sont que 10 %. Les recoupements nominatifs montrent que, dans 85 % des cas, les laboureurs des registres paroissiaux correspondent, pour les notaires, aux laboureurs à bras.

26Entre sources fiscales et contrats de mariage, les discordances ne sont nullement le fruit du hasard. Ainsi, tous les laboureurs taillables que l'on retrouve également laboureurs dans les contrats de mariage se situent parmi les plus grosses cotes de leur groupe, alors que sur les 12 qui avaient été qualifiés de vignerons, 9 se voient attribuer des cotes inférieures à la moyenne du groupe. De la même manière, les trois vignerons taillables qui ont été considérés comme laboureurs à bras se trouvent parmi les vignerons dont les revenus sont les plus élevés.

*

27Le croisement des sources montre partout de fortes discordances dans les désignations socioprofessionnelles paysannes, sans que l'on puisse retenir une règle générale. En Aunis, le vigneron des registres paroissiaux est considéré comme laboureur à bras par le notaire, à Mirambeau les laboureurs correspondent massivement aux laboureurs à bras des actes notariés, à Pérignac et Chadenac, les laboureurs sont en majorité des vignerons selon les contrats de mariage. Qu'il s'agisse de régions de plaine ou de bocage, à dominante viticole ou non, nulle part on ne trouve, en Aunis et Saintonge, de concordance satisfaisante entre les divers types de documents. Cela tendrait à montrer que la question du code socioprofessionnel est indépendante des paramètres géographiques.

28Pour comprendre véritablement ces discordances flagrantes, la distinction classique entre statut juridique (dans les actes notariés) et statut économique n'est pas totalement satisfaisante. Car l'examen attentif des sources suggère que ce sont en fait deux regards différents portés sur le milieu rural que l'on confronte ainsi. Avec les registres paroissiaux, c'est le regard du milieu paysan sur lui-même qui nous est livré. Lorsque le curé consigne la qualité du nouveau marié, c'est sur la foi du déclarant qu'il agit, lequel parle éventuellement sous le contrôle tacite des groupes familiaux et des cercles d'amis. La terminologie employée prend dès lors une dimension autant affective et symbolique qu'économique ou juridique, elle ne témoigne pas seulement des activités pratiquées, mais aussi de la manière dont l'individu se voit et dont la communauté le considère. Les rôles de taille traduisent la même vision de la société. Les trois rôles qui ont été étudiés ont été établis par le même Commissaire asséeur, Jean- Pierre Nouveau. Les variantes dans le vocabulaire utilisé (annexe 6) ne peuvent donc être mises au compte de la diversité du personnel des asséeurs. À Pérignac, le procès-verbal fut commencé le jeudi 28 juillet 1768 à huit heures, devant un « grand nombre d'habitants », et clos le lendemain 29 juillet ; 437 taillables s'étaient présentés après les déclarations des syndics, plus 15 personnes extérieures à la paroisse. À Chadenac, le procès-verbal n'a duré qu'une journée, le mardi 2 août, durant laquelle 330 personnes ont comparu. De même à Thaims, les 200 taillables défilent dans une même journée. Dans un tel contexte, il est peu vraisemblable que le Commissaire ait pris le temps de vérifier systématiquement les qualités professionnelles des déclarants. Il devait plutôt se contenter de contrôler nature et superficie des propriétés déclarées au regard de l'état fourni par les syndics et recopié dans la première partie des procès-verbaux. Un détail confirme cette idée selon laquelle ce sont les gens tels qu'ils se présentent eux-mêmes que l'asséeur nous livre, et non une classification socioprofessionnelle qu'il aurait appliquée : à Pérignac, 10 personnes sont présentées uniquement par un lien de parenté avec un autre taillable dont on ne précise pas non plus l'activité (6 gendres, 2 fils, 2 frères qui se présentent ensemble), et sans aucune mention socioprofessionnelle les concernant. Six autres précisent à la fois une activité et un lien de parenté, sans compter tous ceux qui se présentent accompagnés d'un fils ou d'un gendre, ou encore comme « héritiers de ». À Chadenac et à Thaims le phénomène est limité : seulement 2 personnes à Chadenac se présentent exclusivement par leur lien de parenté avec un autre taillable, mais le nombre de personnes dont l'asséeur n'indique que les nom et prénom est plus important qu'à Pérignac. À Thaims, on ne trouve aucun cas de ce type, deux personnes se présentant à la fois par leur qualité professionnelle et un lien de parenté.

  • 7 C'est du moins ce que l'on constate pour les années 1750-1789, à travers l'étude des familles de no (...)

29A la différence des rôles de la taille ou des registres paroissiaux, ce qui nous est restitué à travers les contrats de mariage, c'est plutôt l'image de la société paysanne telle qu'elle est vue de l'extérieur, ou tout au moins avec une certaine distance. Il n'est peut-être pas inutile de rappeler ici que le notaire, surtout s'il est notaire royal, est aussi officier de justice. Même s'il vit en milieu rural, il n'appartient pas, ou rarement, au monde paysan7. L'acte notarié, toujours rédigé en accord avec les parties, est aussi un acte officiel, qui a valeur de preuve irréfutable en justice, chaque mot en a été pesé et a reçu l'assentiment des parties. D'une certaine manière, le contrat de mariage témoigne de la société rurale telle qu'est vue et codifiée par les institutions, à travers l'application d'une sorte de cadre de classement, d'une hiérarchie socioprofessionnelle en voie d'uniformisation et soumise à contrôle rétrospectif. Il arrive parfois, dans les registres de contrôle des actes, que l'on remarque une annotation concernant l'emploi erroné de tel mot de vocabulaire. Pour autant, l'application de la hiérarchie-type, journalier, laboureur à bras et laboureur à bœufs n'est pas rigide, et des mots sans connotation juridique tels que vigneron, font localement leur entrée dans les actes notariés. C'est qu'il ne s'agit ni d'un vocabulaire spontané ni d'une codification imposée, mais d'une codification consentie par toutes les parties.

30Il apparaît dès lors que l'utilisation d'une source unique pour mettre en évidence une stratification sociale ne peut se faire sans grands risques d'aboutir à une image déformée et réductrice. On peut s'appuyer sur les contrats de mariage pour dégager une hiérarchie sociale pertinente en utilisant simultanément le code socioprofessionnel et les apports moyens, à condition de recouper les données là où c'est possible. Les tests de concordance montreront, dans la majorité des cas, une bonne cohérence d'ensemble des niveaux de fortune, et permettront de préciser le sens des désignations socioprofessionnelles. On ne peut pas non plus s'appuyer sur les catégories socioprofessionnelles pour déterminer l'importance des divers types d'activités agricoles spécialisées, telles que viticulture ou saliculture, et encore moins élevage, sans croiser les résultats avec les nombreux mémoires, enquêtes ou états disponibles dans les fonds de l'Intendance et les sociétés d'agriculture.

Annexe 1 - Nuances locales dans l'usage du code socioprofessionnel : dénomination des catégories paysannes dans les contrats de mariage, en Aunis, 1750 à 1787

Annexe 1 - Nuances locales dans l'usage du code socioprofessionnel : dénomination des catégories paysannes dans les contrats de mariage, en Aunis, 1750 à 1787

Valeurs exprimées en nombre de contrats ; valeur de l'échantillon de référence indiquée entre parenthèses après la date.

Annexe 2 - Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Aunis, selon le type de source étudiée, 1750-1787

Annexe 2 - Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Aunis, selon le type de source étudiée, 1750-1787

Annexe 3 - Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Saintonge selon le type de source utilisée (Mirambeau et Thaims), 1750-1768

Annexe 3 - Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Saintonge selon le type de source utilisée (Mirambeau et Thaims), 1750-1768

Annexe 4- Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Saintonge selon le type de sources étudiées (Pons, Chadenac et Pérignac), 1750-1768

Annexe 4- Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Saintonge selon le type de sources étudiées (Pons, Chadenac et Pérignac), 1750-1768

Annexe 5 - Les désignations socioprofessionnelles : recoupement nominatif des données issues des rôles de la taille et des contrats de mariage à Pérignac et Chadenac, 1757 -1768

Annexe 5 - Les désignations socioprofessionnelles : recoupement nominatif des données issues des rôles de la taille et des contrats de mariage à Pérignac et Chadenac, 1757 -1768

Annexe 6 - Vocabulaire utilisé dans les rôles de la taille pour désigner le monde paysan, 1768

Annexe 6 - Vocabulaire utilisé dans les rôles de la taille pour désigner le monde paysan, 1768

Annexe 7 - Valeur moyenne (en livres) des dots dans la région de Mirambeau1750

Annexe 7 - Valeur moyenne (en livres) des dots dans la région de Mirambeau1750

Annexe 8 - Valeur moyenne (en livres) des dots en Aunis d'après les contratde mariage, 1750

Annexe 8 - Valeur moyenne (en livres) des dots en Aunis d'après les contratde mariage, 1750

Annexe 9 - Valeur moyenne (en livres) des fortunes dans la région de Pons d'après les contrats de mariage, 1750

Annexe 9 - Valeur moyenne (en livres) des fortunes dans la région de Pons d'après les contrats de mariage, 1750

Annexe 10 - Valeur moyenne (en livres) des cotes de taille à Chadennac, 1768

Annexe 10 - Valeur moyenne (en livres) des cotes de taille à Chadennac, 1768

Annexe 11 - Valeur moyenne (en livres) des cotes de taille à Pérignac, 1768

Annexe 11 - Valeur moyenne (en livres) des cotes de taille à Pérignac, 1768

Annexe 12 - Valeur moyenne (en livres) des dots à Pérignac et Chadenac1750-1759

Annexe 12 - Valeur moyenne (en livres) des dots à Pérignac et Chadenac1750-1759

Notes

1 La bibliographie concernant les problèmes méthodologiques de l'utilisation des contrats de mariage en histoire sociale est trop étoffée pour être intégralement citée ici. Une sélection rapide fait toutefois ressortir les travaux de Jean-Pierre Poussou : « Les contrats de mariage au xviiie siècle », Annales du Midi, janvier 1964, n° 66 ; Adeline Daumart et François Furet : « Méthodes d'histoire sociale : les archives et la mécanographie », Annales ESC, 1959, n° 3 ; Jacques Le- Lievre : La pratique des contrats de mariage ches les notaires au Châtelet de Paris, 1769-1804, Paris, 1959 ; Jean-Yves Tirat : « Problèmes de méthodes en histoire sociale », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 1963 ; Jacqueline Vincent : « Richesses et lacunes des actes notariés pour la connaissance des anciennes sturctures sociales : les contrats de mariage à Cannes de 1785 à 1815 », Revue Historique, octobre-décembre 1973 ; Henri Michel : « Pratique notariale et société : les contrats de mariage à Montpellier à la veille de la Révocation de l'Édit de Nantes », dans : Les actes notariés, sources de l'histoire sociale, xvie-xixe siècles, actes du colloque de Strasbourg, mars 1998, Strasbourg, Istra, 1979 ; Alain Constis, « Paysans et notaires bordelais au xviiie siècle », dans : Le notaire, le paysan et la terre dans la France méridionale à l'époque moderne, Jean-Luc Laffont dir., Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999. Pour davantage de précisions concernant l'Aunis, je me permet de renvoyer le lecteur à : Raymond Jousmet, « Contrats de mariage et niveaux de fortunes dans les campagnes d'Aunis, de 1750 à 1789 », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1994, n° 2 ; et « Les sociétés littorales et le contrat de mariage, en Aunis et dans les iles charentaises (1750- 1789) », Les sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique, de la préhistoire à nos jours, Gerhico, Société des Antiquaires de l'Ouest, Poitiers, 1996, tome 2.

2 Ce sont les travaux de Robert Machenaud, « La population d'Ardillières à la fin de l'Ancien Régime », Bulletin de la Société de Géographie de Rochefort, 2ème série, tome III, n° 7, octobre 1975, et de Camille Gabet, « Les laboureurs à bras au xviiie siècle dans la région de Thairé d'Aunis », Bulletin de la Société d'Archéologie et d'Histoire Charentaise, 1961-1962, qui ont servi de référence.

3 Arch. dép. de Charente Maritime, C 182.

4 Les recoupements entre contrats de mariage et registres paroissiaux ne sont pas encore achevés pour toutes les paroisses de l'Aunis.

5 Ces pourcentages ont été obtenus par recoupements nominatifs à partir des registres des paroisses citées en 1750 et en 1780. Les contrats sans mariage correspondant ont été exclus de ces calculs.

6 Les trois rôles étudiés ont pour référence : Arch. dép. de Charente Maritime, C 88.

7 C'est du moins ce que l'on constate pour les années 1750-1789, à travers l'étude des familles de notaires et de l'endogammie en milieu rural.

Table des illustrations

Titre Carte de localisation
Légende Cartographie : Rolland Neveu, Chrisco
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-1.png
Fichier image/png, 212k
Titre Tableau 1- Part des contrats de mariage dont les apports ne sont pas évalués (Aunis et bureau de contrôle de Mirambeau), 1750
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-2.png
Fichier image/png, 124k
Titre Tableau 2- L'hétérogénéité des groupes socioprofessionnels dans les rôles de la taille, 1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-3.png
Fichier image/png, 246k
Titre Tableau 3- La dispersion des apports évalués dans les contrats de mariage de la région de Pons
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-4.png
Fichier image/png, 255k
Titre Annexe 1 - Nuances locales dans l'usage du code socioprofessionnel : dénomination des catégories paysannes dans les contrats de mariage, en Aunis, 1750 à 1787
Légende Valeurs exprimées en nombre de contrats ; valeur de l'échantillon de référence indiquée entre parenthèses après la date.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-5.png
Fichier image/png, 409k
Titre Annexe 2 - Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Aunis, selon le type de source étudiée, 1750-1787
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-6.png
Fichier image/png, 273k
Titre Annexe 3 - Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Saintonge selon le type de source utilisée (Mirambeau et Thaims), 1750-1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-7.png
Fichier image/png, 260k
Titre Annexe 4- Distribution des dénominations socioprofessionnelles en Saintonge selon le type de sources étudiées (Pons, Chadenac et Pérignac), 1750-1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-8.png
Fichier image/png, 276k
Titre Annexe 5 - Les désignations socioprofessionnelles : recoupement nominatif des données issues des rôles de la taille et des contrats de mariage à Pérignac et Chadenac, 1757 -1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-9.png
Fichier image/png, 270k
Titre Annexe 6 - Vocabulaire utilisé dans les rôles de la taille pour désigner le monde paysan, 1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-10.png
Fichier image/png, 123k
Titre Annexe 7 - Valeur moyenne (en livres) des dots dans la région de Mirambeau1750
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-11.png
Fichier image/png, 76k
Titre Annexe 8 - Valeur moyenne (en livres) des dots en Aunis d'après les contratde mariage, 1750
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-12.png
Fichier image/png, 73k
Titre Annexe 9 - Valeur moyenne (en livres) des fortunes dans la région de Pons d'après les contrats de mariage, 1750
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-13.png
Fichier image/png, 91k
Titre Annexe 10 - Valeur moyenne (en livres) des cotes de taille à Chadennac, 1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-14.png
Fichier image/png, 90k
Titre Annexe 11 - Valeur moyenne (en livres) des cotes de taille à Pérignac, 1768
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-15.png
Fichier image/png, 93k
Titre Annexe 12 - Valeur moyenne (en livres) des dots à Pérignac et Chadenac1750-1759
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20591/img-16.png
Fichier image/png, 120k

Auteur

Collège Eugène Fromentin, La Rochelle

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.