Version classiqueVersion mobile

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Approches croisées. Les sources classiques revisitées

Les élites rurales du Bordelais bas-médiéval à travers les sources notariales. Méthodes d'identification et apport à l'étude de l'organisation de l'espace (fin xve-début xvie siècle)

Fabrice Mouthon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Même si des notaires publics sont attestés dans le diocèse de Bordeaux depuis le xiiie siècle, Jean (...)
  • 2 Seul borgada est spécifique au véritable bourg, borc désignant, encore aujourd'hui, les quelques ma (...)
  • 3 Pour 18 notaires ruraux dont au moins un registre antérieur à 1540 a été conservé, 12 résidaient da (...)
  • 4 Citons les coutumes des bourgs de Lormont (Arch. dép. de la Gironde, G 93, 1445) et de Macau (H 578 (...)
  • 5 Robert Broutruche, La crise d'une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de c (...)

1C'est seulement pour les années 1490 qu'apparaissent, en Bordelais, les premiers registres de notaires ruraux1. Ceux-ci ont installé leurs études soit dans les bourgs, ces gros villages ouverts que les textes nomment locs, borcs ou borgadas2, soit, moins fréquemment, dans les hameaux de ce pays d'habitat dispersé3. Tels quels, ces registres constituent, avec les terriers, la source la plus importante pour connaître la société rurale du Bordelais des années 1470-1520. Aucun dénombrement, aucun rôle fiscal, aucun fonds judiciaire ne vient, par exemple, éclairer la vision que les autorités avaient de cette société et de ses hiérarchies internes. De même les communautés rurales du Bordelais, dépourvues de franchises et très peu institutionnalisées en dehors de confréries et des fabriques (obras), n'ont laissé qu'un nombre extrêmement réduit d'écrits4. Pourtant, cette période est passionnante dans la mesure où, étant celle de la reconstruction des campagnes, puis du retour à une certaine normalité, elle a vu se renouveler et se reconstituer les élites rurales : renouvellement de la noblesse, mais aussi, bien que ce soit plus difficile à saisir, des élites villageoises et ce, notamment, à travers un fort brassage de population5.

Croquis de localisation

Croquis de localisation

Cartographie : Rolland Neveu, Crhisco

Repérage

  • 6 Jean Jacquart, « Histoire rurale et archive notariale », dans : Jean-Luc Lafont (dir.), Le notaire, (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Arch. dép. de la Gironde, 3E 3602, 5025, 6534, 7147 et E-Terrier 108.
  • 9 Nicolas Frappier, notaire à Escoussan, Arch. dép. de la Gironde, 3E 6251 et Fabrice Mouthon, « La s (...)
  • 10 Jacques Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux, vers 1450-vers 1550, Paris, tome 3, 1975. Voir (...)
  • 11 Ceci sans compter les paroisses suburbaines comme Cenon et Floirac.

2Les notaires donnent une image irremplaçable mais déformante de la société rurale car le recours à l'acte authentique n'est pas anodin6. De ce fait, l'apparition récurrente d'un individu dans les registres de notaires pourrait être regardée comme un premier indice d'appartenance à l'élite ou du moins à la frange aisée de la population. Vers 1500, un « marchand » (on verra plus loin l'ambiguïté du terme) nommé Julien Roubert, était installé au Port de Génissac, petit hameau portuaire des bords de la Dordogne7. Il nous est connu par 23 actes notariés dont 17 sont rapportés dans le premier minutier de Pierre Yvern, notaire à Génissac. Roubert était, certes bien après le seigneur, mais loin avant les autres, le premier client du notaire. Pour le bourg de Podensac, dans le pays de Cernés, nous sommes renseignés par 257 actes conclus chez 3 notaires entre 1489 et 15148. De ce corpus, 7 personnages émergent, figurant à eux seuls dans 118 actes (46 % du total) mais aussi dans 52 % des actes commerciaux et 72 % des actes de mutation foncière. Enfin, en Entre-deux-Mers, dans la comté de Benauge, une juridiction d'une vingtaine de paroisses, les 1 089 actes contenu dans le gros registre du notaire rural Nicolas Frappier, couvrent les années 1497-15139. Les personnes citées dans ces actes – 1 450 environ — ont été répertoriés dans un fichier informatique simple. Chacune apparaît en moyenne dans 1,5 acte soit à titre de partie, soit à titre de témoin ; mais ce ne sont que 34 d'entre elles, mentionnées dans au moins 8 actes chacune, qui se détachent vraiment, tandis que 1 180, soit plus de 80 %, ne sont connues que par une seule mention. Le client le plus assidu du notaire était le cordonnier Pierre Pradier que l'on rencontre dans 46 actes. En fait, la fréquence des mentions n'est qu'un indicateur grossier, la nature des apparitions d'un individu étant bien plus déterminante que leur nombre : se rendre fréquemment chez le notaire n'est pas, en soi, une preuve de dynamisme ou de prospérité. Qu'il suffise de penser à ceux qui vendent, empruntent, engagent et dont les difficultés représentent précisément l'image inversée des activités de l'élite. À l'inverse, un véritable notable rural peut faire une apparition fugace dans les pages d'un notaire urbain et notamment bordelais. Dans sa thèse sur les gens de mer, Jacques Bernard à recensé les contrats de fret conclus à Bordeaux pour les années 1450-155010. Une douzaine implique, en tant qu'associés à des Bordelais, des habitants, non seulement des petites villes du pays, mais encore des bourgades, telles Lormont, Saint-André-de-Cubzac, Gensac. Castelnau-de-Médoc, Macau, voire de véritables paroisses rurales, proches il est vrai du fleuve, telles Blanquefort, Cussac et Saint-Mambert, en Médoc11.

  • 12 Voir notamment Jean Jacquart, Société et vie rurale dans le sud de la région parisienne, du milieu (...)

3Pour le notable, une partie des contrats conclus devant le notaire rural fonde et révèle une domination économique multiforme. Trois types d'actes, au demeurant très classiques, se dégagent ici : les obligations pour prêts d'argent et les obligations représentatives de ventes à crédit ; les prises à fermes de dîmes et de revenus seigneuriaux ; enfin, les achats de biens fonciers. D'autres actes plus rares se rattachent à l'un ou l'autre groupe : les quittances, les testaments rappelant dettes et créances, les constitutions de rente (peu répandues en Bordelais). Enfin, les engagements, les hypothèques, les ventes à réméré surtout, tiennent à la fois du crédit et de l'investissement foncier. Dans bien des cas, en effet, la liquidation de l'opération de crédit se traduit par l'arrondissement du patrimoine du prêteur. Les fermes, le crédit et les investissements fonciers, tels étaient les trois piliers sur lesquels reposait la domination économique de l'élite. Le marqueur à utiliser ici est la position de force systématique tenue par un individu dans les contrats, une position telle qu'elle le montre presque toujours comme créancier et non comme débiteur, acheteur et non vendeur. De même, la variété et l'importance des affaires traitées permet d'identifier le véritable entrepreneur rural, ce dernier utilisant seul toute la gamme des contrats précités. À Podensac, parmi les 7 notables évoqués plus haut, le petit noble Bertrand de Saint- Cricq apparaît 43 fois dans les registres soit dans 17 % du total de nos actes. La nature des actes où il est cité montre la variété de ses activités : obligations, prêt d'argent et de blé, prise à ferme de la moitié des revenus de la seigneurie de Podensac, prise à ferme en association de la dîme de Podensac et d'Illats, bail à mi-croît de plus de 70 têtes de bétail à des paysans des landes du Cernès, vente de vin, de bétail et de poisson à des bourgeois bordelais. La période étudiée est bien celle de la montée de ces hommes entreprenants qui profitent de l'affaiblissement de pans entiers de la paysannerie et de la petite noblesse12. Ce sont surtout eux qui sont les plus visibles dans les registres des notaires. Pour confirmer ces résultats et repérer les autres notables, il faut, à côté de ces indicateurs, trouver d'autres indices d'une position sociale déjà acquise et reconnue.

  • 13 Là encore les données manquent mais les quelques procès verbaux d'assemblées montrent la présence d (...)
  • 14 Jean-Paul Boyer, Hommes et communautés du Haut-Pays niçois midiéval La Vésubie (xiiie-xve siècle), (...)

4Parmi ceux-ci, titres de noblesse (bien-sûr) et d'honorabilité (« honorable homme », « discrète personne », « honest home », grades universitaires) sont certainement les plus probants. On peut y joindre, sous certaines réserves, celui de recteur paroissial. En revanche, la position du simple vicaire ou des prêtres de chapellenies rurales dépendait, semble-t-il, beaucoup d'une réussite économique personnelle ou familiale. Gage de notabilité sont aussi les hautes charges d'officiers royaux ou seigneuriaux, comme prévôt, capitaine du château, bayle, juge, receveur. À un moindre degré de l'échelle des honneurs, plaçons les fonctions de représentant de la communauté d'habitants13 : procureur- syndic désigné par l'assemblée pour une négociation ponctuelle, puisque le Bordelais ne connaît pas de magistrats ruraux permanents, dirigeant (compte, viguier, borsey) de la confrérie paroissiale, « double spirituel de la communauté »14 ou de Yobra, la fabrique. D'autres responsabilités sont davantage encore l'indice d'une « bonne réputation » reposant autant sur des critères d'honnêteté que de pouvoir ou de prospérité économique. Celle d'arbitre élu par des parties en litige et désireux « d'éviter matière et dépense de procès » est un bon marqueur, surtout lorsque le même individu les exerce plusieurs fois. C'est le cas également, à un moindre niveau et de façon moins systématique, de la fonction d'exécuteur testamentaire exercée en dehors de sa propre parentèle. Elle peut toutefois autant révéler des liens d'amitiés ou d'affaires qu'une reconnaissance générale.

  • 15 Pour les années 1450-1550, Jacques Lafon obtient une endogamie juridique de 62 % pour l'ensemble du (...)
  • 16 Jacques Lafon, Régimes matrimoniaux...op. cit, 1972, p. 125-127.
  • 17 6 dots de 30 F, 4 de 40 F, une de 60 et une de 120 F (Arch. dép. de la Gironde, 3E 6256). On a inté (...)
  • 18 Arch. dép. de la Gironde, 3E 6251, folio 33.

5Autant que les titres, les mariages sont évidemment un bon révélateur de position économique et sociale : par le statut du conjoint, du gendre ou de la bru d'abord15, par la dot accordée ou obtenue ensuite. Pour les campagnes et les petites villes du Bordelais des années 1450-1550, Jacques Lafon a calculé une dot médiane de 16 francs bordelais16. En comparaison, les dots nobles s'élevaient en moyenne à 547 francs et les dots bourgeoises à 30 francs. Pour la comté de Benauge, le registre de Nicolas Frappier renferme 109 promesses ou quittances de mariage pour les années 1497-1512. S'y rajoutent 16 mentions de dots provenant de testaments soit un échantillon de 125 dots. La somme moyenne accordée est de 17 francs 15 sous bordelais. Seize dots sont supérieures ou égales à 30 francs, montant qui paraît bien constituer un palier17. La plus importante, 200 francs, a été constituée par un bourgeois de la petite ville de Cadillac pour sa fille mariée à un noble des environs. Deux autres ne concernent pas la comté. Sur les 12 autres grosses dots, 6 ont été données ou reçues par les enfants de notables identifiés selon les critères précédents. Pourtant, le critère de la dot n'est guère opérant lorsqu'il s'applique à des individus devant leur fortune à leur seul esprit d'entreprise, situation qui n'est pas totalement exceptionnelle à la charnière des xve et xvie siècles. C'est vraisemblablement le cas du couturier Pierre Pradier, déjà évoqué, premier client du notaire Nicolas Frappier et sans doute l'une des premières fortunes d'Escoussans, mais auquel son mariage avec Michelle Johan, en 1498, n'avait rapporté qu'une médiocre dot de 20 francs18. Dans ce domaine, l'honorabilité comptait sans doute plus qu'une fortune récemment acquise ou en voie d'acquisition. En revanche, la dot retrouve une certaine valeur de marqueur social pour les filles de ce type de personnages.

  • 19 2 mariages dans le diocèse de Bazas, limitrophe il est vrai de la comté de Benauge, mais aussi 2 au (...)
  • 20 Arch. dép. de la Gironde, 3E 3602-3603, 3E 5025, 5634, 3E 7147 (1480-1498) et 3E 10529 (1513- 1517)
  • 21 Arch. dép. de la Gironde, 3E 12428, folio 45 verso.

6L'origine des conjoints peut également être invoquée comme indice de notabilité dans la mesure où la volonté d'homogamie des élites rurales les conduisait bien souvent à l'exogamie paroissiale. La remarque n'est pas seulement vraie pour les nobles et les juristes mais aussi pour les petits entrepreneurs artisans. Toujours en Benauge, où les unions se faisaient à 55 % à l'intérieur de la paroisse, toutes les grosses dots évoquées ci- dessus concernent des mariages extérieurs à la paroisse et pour 4 d'entre- elles, des mariages à l'extérieur du diocèse19. Le fait d'aller chercher conjoint en dehors du petit « pays » peut préjuger, dans certains cas, d'une ouverture à l'extérieur et d'un réseau de relations étendu. À Podensac, le petit noble Bertrand de Saint-Cricq, dont l'esprit d'entreprise remplit les pages des notaires locaux des années 1490-1505, a épousé la fille d'une vieille famille de bourgeois de Bordeaux où lui-même possède une maison20. Au début du xvie siècle, son fils Arnaud, moins dynamique en affaires mais juge de Podensac, fit de même. Citons enfin un dernier signe de distinction sociale, posthume celui-ci, l'enterrement dans l'église et non plus dans le cimetière. En 1495, le médocain Pey Bouier, couturier de Soulac, installé à la fin de sa vie à Vertheuil, poussait même l'ambition post-mortem jusqu'à demander sa sépulture dans l'église abbatiale dudit lieu « davant l'autar de monsenhor Sent-Miqueu »21. Son testament énumère, il est vrai, une longue liste de legs aux œuvres, aux chapellenies, à la réparation de divers lieux de culte ainsi que cinq rappels de créance pour une coquette somme de 311 francs bordelais. Il est vrai aussi que l'un de ses exécuteurs testamentaires était chanoine de l'abbaye de Vertheuil, ce qui pouvait aider.

7Ainsi c'est toute une batterie de critères qui permet de repérer les notables ruraux, à condition toutefois de disposer d'un nombre minimum d'actes pour un espace géographique et chronologique réduit.

Identification

8Faire une typologie des élites rurales repérées précédemment à partir des actes notariés est moins aisé qu'il n'y paraît. En effet, la majorité de nos notables ou supposés tels n'est pas explicitement associée à un groupe socio-professionnel.

Statuts explicites et implicites

  • 22 On trouve par exemple plusieurs marchands déclarés au bourg de Saint-André-de-Cubzac mais dans les (...)
  • 23 Arch. dép. de la Gironde, 3E, folio 23, 31, 42 verso, 83, 111, 114, 115, 112 verso, 150
  • 24 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio 31 verso.
  • 25 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio 55 verso.
  • 26 Voir supra et Fabrice Mouthon, « Un marchand rural des bords de la Dordogne à la fin du xve siècle  (...)
  • 27 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio l31 verso et 132 (1509).

9En dehors des nobles, des juristes et des prêtres, pour lesquels l'énoncé d'un titre est systématique dans les actes, deux groupes ne sont pratiquement jamais cités en tant que tels avant les premières décennies du xvie siècle : les paysans et les marchands ruraux22. Paroissien de Tauriac, Alan Veillard, apparaît 9 fois dans le registre de Fiacre Macaud, entre 1500 et 1508. Prêteur, rassembleur de terre, il est aussi viguier de la confrérie locale (après en avoir été le procureur ou mande) et, de ce fait, l'un des dirigeants de la communauté d'habitants23. Si selon toute vraisemblance ce personnage est un paysan, rien ne vient explicitement nous le confirmer. Que penser en revanche de Johan Eyquem ? Cet autre paroissien de Tauriac, qui teste en 1502, est le maître du mayne Eyquem et donc, sans doute, un de ces paysans-patriaches de la génération de la reconstruction. Il laisse pourtant 66 francs de créance pour prêt, mais aussi pour vente de vin, de barriques, de bois de chauffage. Il lègue à ses héritiers une maison située dans la ville voisine de Bourg dont les deux locataires lui doivent respectivement 4 francs et 25 sous24. Un paysan certes, mais un paysan-entrepreneur sachant faire flèche de tout bois. Comme les laboureurs, les marchands ruraux déclarés sont rarissimes dans nos registres avant les années 1540. Qui était réellement ce Johan Pradier, de Pugnac en Bourgeais dans les années 1500-1505. Son testament rappelait des dettes en drap, barriques et bois d'œuvre, mais aussi 7 créances pour du pain et du vin, une pour la vente de noix de gale et une autre pour une brassée de vergne25. Originaire d'une paroisse de Saintonge, Fontaine-d'Ozillac, il avait confié sa part d'héritage à son frère, resté au pays, contre un loyer en froment et en vin. Etait-il paysan, tavernier, marchand, ou les trois à la fois ? À Podensac, si Pey Canaud dit « Bonargent » avouait avoir fait une partie de son apprentissage chez un marchand de Bordeaux, Helyot de Cuyac, Bernard de Rosins et Pey Ducasse, étaient des marchands « implicites ». Trafiquant sur l'argent, le blé et le bétail, ils profitaient intelligemment de la position d'un bourg viticole et portuaire, placé entre la lande, vouée à l'élevage extensif, et l'Entre-deux Mers voué à la polyculture. Même remarque avec Julien Roubert. Installé dans un petit hameau portuaire des bords de la Dordogne, malgré une forte fréquentation du notaire et une position sociale en vue dans sa paroisse, ce notable, membre d'un gros lignage paysan, n'a revendiqué aucune profession précise26. De façon peu originale les pages des registres des notaires de Génissac le montrent achetant des terres, prêtant du blé et de l'argent et confiant du bétail à mi-croît et des domaines en métayage. Pourtant, les 26 créances évoquées dans son testament en 1502 évoquent une activité plus spécifiquement commerciale puisque trois d'entre-elles ont trait à des ventes à crédit de drap et huit à des achats et des ventes de bois. Ces transactions sur le bois concernaient des quantités importantes, des « gabarades », c'est-à-dire le chargement approximatif d'une gabare. La zone d'approvisionnement et de chalandise de ses activités s'étirait sur plusieurs dizaines de kilomètres le long de la Dordogne, dépassant de loin la sphère d'intérêt habituelle du paysan aisé. De par l'ampleur de ses entreprises Julien Roubert aurait décidément pu être appelé marchand. Si les artisans déclarés sont un peu moins rares que les marchands et les laboureurs (voir plus loin), les exemples ne manquent pas d'individus auxquels les actes reconnaissent certaines activités de transformation sans pour autant leur attribuer un métier. À Tauriac, le notaire Macaud a enregistré le testament d'un certain Pierre de Puyallement qui laisse 16 francs bordelais de créance27 ; sur les 7 opérations rappelées à cette occasion, une avait pour origine une vente de blé, une autre un prêt d'argent, une autre la vente d'un poulain et les quatre dernières des travaux de charpenterie non encore encaissés : roue de moulin, charpente d'une maison, charpente d'une grange ainsi que deux charrettes. Le personnage était manifestement un charpentier mais sans doute pas à temps plein. Avant les années 1520, la société rurale n'était peut-être pas encore assez diversifiée, socialement et économiquement, surtout après cette période de grande homogénéité des conditions rurales que fut la reconstruction, pour que l'habitude ait été prise de désigner chacun par sa profession.

Les groupes de référence

10Malgré ces difficultés, plusieurs groupes peuvent être identifiés en fonction de leur état ou de leur métier. À tout seigneur tout honneur, pourrait-on dire, commençons par les nobles. En laissant de côté les haut-justiciers, il faudrait distinguer parmi eux :

  1. les petits nobles-entrepreneurs n'hésitant pas à faire flèche de tout bois pour accroître leur revenu et dont Bertrand de Saint-Cricq de Podensac est un bon exemple,
  2. les seigneurs plus importants, tel Michel de Chassaigne, seigneur de Génissac et du Bouilh, ou Arnaud Boneau, seigneur du Bardenx, à Sadirac, dans les mêmes années 1490-152028. Ne dédaignant pas le crédit et les achats à réméré, ils se signalent surtout par une politique domaniale dynamique : rachats de droits utiles, notamment à leurs propres tenanciers, conversion de tenures en contrats précaires (métayages, fazendure), mise en valeur de zones humides (palus) par des concessions en tenure ou en fazendure ;
  3. les nobles en devenir, bourgeois surpris en pleine constitution de seigneurie rurale à grands coups d'achats de terres, le plus souvent à réméré29. Citadins, ils sont aussi en train de devenir des notables ruraux. Ces trois catégories opposent en tout cas leur dynamisme à ceux des autres nobles qui, nombreux, leur vendent leurs terres et leurs droits30. De leur côté, les notaires paraissent avoir joué un rôle important à la campagne, encore que celui-ci ne doive pas être surestimé. Les registres dépouillés ne laissent pas apparaître largement les notaires ruraux, à la différence des quelques praticiens des petites villes. Un seul véritable notaire-entrepreneur rural a pu être identifié, et encore dans un bourg, Podensac, et non dans une paroisse d'habitat dispersé. Les registres de ses collègues nous le montrent rassemblant des terres, rachetant des cens et des rentes, prenant à ferme les dîmes des paroisses environnantes mais aussi les revenus de la seigneurie de Podensac, en association avec l'incontournable noble homme Bertrand de Saint-Cricq31.
  • 32 Arch. dép. de la Gironde, 3E 6251, folio 11, 11 verso, 12 (4 actes), 31 verso, 68 verso, 79, 116, 1 (...)
  • 33 En 1511-1512, 5 obligations pour loyal prêt, pour vente à crédit de blé, de vin en faveur du prêtre (...)
  • 34 Sur les 10 autres, cinq aparaissent cependant comme prêteurs dans une ou deux obligations chacun.

11Autres notables de statut dans les paroisses de la fin du Moyen Âge, certains prêtres n'ont pas hésité à se transformer également en véritables petits capitalistes de village. Parmi les personnalités récurrentes dans chacun de nos registres de notaires ruraux figurent toujours un ou deux prêtres. Rachats de terres et obligations pour prêt d'argent et de blé sont leurs formes essentielles d'intervention. Certains étaient recteurs ou vicaires paroissiaux, d'autres desservaient des chapelles. En Benauge, « mossen » Guillem Bertin, vicaire d'Escoussans en lieu et place de Bernard Dubois, recteur, intervient 25 fois entre 1497 et 1503 dans le registre de Nicolas Frappier. Ce « score » le place en seconde position après le couturier Pierre Pradier32. Dans ce corpus, on compte 19 obligations et 2 achats de terre. Les premières portent essentiellement sur des ventes à crédit de céréales (mil et froment surtout) et marginalement sur des prêts d'argent ou la vente d'autres produits (vin). Guillem Bertin détenait également une créance de vingt francs bordelais sur un notaire de la ville voisine de Cadillac. Autres exemples avec Macias Chailhou, prêtre de Bassens, en Entre-deux-Mers occidental, et avec Jehan Lesue à Tauriac, à l'aise au point de faire agrandir sa maison de pierre et de la doter de trois cheminées33. Si chacun de nos registres révèle un au moins de ces clercs-entrepreneurs, ceux-ci paraissent avoir été nettement minoritaires à l'intérieur de leur état. Sur les 18 prêtres signalés par le registre Frappier, Guillem Bertin est le seul à figurer dans plus de cinq actes. À Podensac, 11 prêtres sont mentionnés, un seul se distingue, Pey Audiger, habitant du bourg34 ; à Tauriac, un seul sur trois. Au contraire de Guillem Bertin, ni l'un ni l'autre n'était recteur ou vicaire paroissial.

  • 35 Sur les artisans ruraux en Dauphiné à la même époque voir Alain Belmont, Des ateliers au village. L (...)
  • 36 Aux xive et xve siècles les sources écrites ne mentionnent qu'un très petit nombre de métiers : meu (...)
  • 37 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939.
  • 38 Arch. dép. de la Gironde, 3E 666, 3705, 9936, 12451, 12496.

12Le groupe suivant est celui des artisans déclarés comme tels. En fait, leur métier ne couvre qu'une partie de leurs activités et ne paraît pas avoir été le vecteur essentiel de leur prospérité même si elle a pu être à l'origine de la constitution d'une première épargne. Le marché local devait d'ailleurs être trop étroit pour permettre une véritable spécialisation35. En effet, si leurs testaments ou les obligations où ils se trouvent partie prenante mentionnent parfois des créances pour service fait ou bien pour produits livrés et non encore payés, ce sont, encore une fois, les prêts, les ventes à crédit, les ventes et les locations de terre qui représentent le gros de leurs interventions chez le notaire. L'éventail des métiers est assez ouvert : cordonnier, armurier, meunier, charpentier, maçon. Encore peu nombreux, en dehors des villes et des bourgs du Bordelais, jusque dans les premières décennies du xvie siècle, ces artisans déclarés forment un groupe en pleine ascension et peu d'entre eux sont signalés comme étant en difficulté36. À Tauriac, le premier client rural du notaire Macaud était le charpentier Micheau Reynaud, habile à faire fructifier l'argent gagné dans son métier en prêts et en achats de terres37. Des artisans étaient aux premières places en Benauge (avec le cordonnier Pierre Pradier et l'armurier Ambroise de Carole), mais aussi dans les campagnes du Blayais et du Bourgeais, en Entre-deux-Mers occidental, mais beaucoup moins dans les bourgs de Podensac ou de Castelnau-de-Médoc. Autour de Blaye, les registres des notaires urbains laissent deviner tout un monde de paysans-charpentiers négociant du bois et des barriques avec les commerçants de la ville mais aussi souvent directement avec des marchands venus du Médoc, d'Aunis ou de Saintonge38. En fait, l'artisan, notamment celui qui se déclare tel, est très souvent un notable, tout au moins dans les paroisses d'habitat dispersé.

13Ce second point nous a permis de distinguer des groupes différents dont les modes de domination économiques sont à la fois divers et similaires. De fait, dans les campagnes bordelaises des années 1500, la spécialisation n'était guère encore possible et c'est la multiplicité des occasions de profit qui faisait l'entrepreneur. Plus que des groupes sociaux, ce sont des individus que nous avons repérés : pas les prêtres mais des prêtres, pas les artisans mais des artisans dont une partie semble avoir été, malgré la prudence qu'impose l'indigence des sources, des self made men.

Résidence

14Comment et à partir d'où les élites organisaient-elles leur domination de l'espace rural ? Ici, la localisation des données sur la carte permet de dégager une typologie. À chaque degré de concentration spatiale de l'élite correspond un modèle d'organisation de l'espace.

Les élites urbaines et l'espace rural

  • 39 Michel Bochaca, Les marchands bordelais au temps de Louis XI. Espaces et réseaux de relations écono (...)
  • 40 Le marchand fournissait à plusieurs dizaines de paysans de la banlieue de Bordeaux, au jour le jour (...)
  • 41 Fabrice Mouthon, « Villes et organisation de l'espace en Bordelais à la fin du Moyen Âge : le rôle (...)
  • 42 Les registres des autres notaires de la ville de Bourg referment, pour la même période, moins d'une (...)
  • 43 Pour 1498, le registre de Fiacre Macaud renferme deux pièces de la comptabilité personnelle du nota (...)

15Une partie de l'espace rural est dominée par les élites urbaines, laissées de côté jusqu'à présent. Michel Bochaca à pu récemment caractériser et mesurer l'étendue des relations des marchands bordelais du xve siècle avec les campagnes39. J'avais, pour ma part, présenté le réseau mis en place par l'un d'eux, Fortaney Dupuy, à la charnière des xve et xvie siècles40. Au plus proche des villes, dans les paroisses suburbaines, l'espace est totalement dominé par les élites citadines qui contrôlent la terre, le crédit et le commerce, mais aussi les offices municipaux, seigneuriaux et royaux. Les véritables notables ruraux sont quasiment absents des registres de notaires, alors qu'ils s'affirment au fur et à mesure que l'on s'éloigne des murailles. Autour des petites villes, on constate le même phénomène mais cette domination s'estompe plus vite : elle est souvent limitée à la banlieue municipale voire à la paroisse suburbaine41. La paroisse de Tauriac, déjà plusieurs fois évoquée, constituait la limite de l'aire d'influence de la petite ville de Bourg-sur-Gironde. Dans les années 1500, le personnage dominant la vie économique de Tauriac était en fait un bourgeois de Bourg, Fiacre Macaud, notaire et un moment juge de la prévôté. Dès avant 1498, date à laquelle débute son son registre, maître Macaud avait assuré à son étude la quasi-exclusivité de la clientèle des paroissiens de Tauriac42, et à lui-même la position de premier créancier de ceux-ci43. Ceci fait, il entreprit, dans les années 1505-1520, d'investir massivement à Tauriac, selon les modalités habituelles. Cette politique permit à son fils de se faire reconnaître, dans la seconde moitié du siècle, comme un noble rural à la tête d'une collection de métairies et de cens, centrée sur Tauriac, et de la demeure flambant neuve qui portait désormais le nom de la famille. Pourtant, alors qu'aucun notable rural n'émergeait dans la banlieue de Bourg (la paroisse suburbaine Saint- Seurin), Tauriac, on l'a vu, avait ses propres coqs de village en la personne d'artisans, de prêtres et de laboureurs éparpillés dans les différents maynes constituant les noyaux d'habitats. La paroisse apparaît ainsi comme un espace polarisé par la ville, son marché, son port, sa cour de justice, mais non entièrement dominé par elle. Il n'est pas jusqu'à la fonction judiciaire qui ne soit, dans une certaine mesure, assurée par l'élite rurale à travers les procédures arbitrales. Replacé dans ce contexte, Fiacre Macaud était autant un notable urbain en voie de ruralisation que le représentant d'une véritable domination citadine.

Notables des bourgs

  • 44 Alors que Lormont conservait une certaine autonomie au xive siècle (Fabrice Mouthon, « Un bourg rur (...)
  • 45 À Macau, bourg de pêcheurs et de vignerons très lié à Bordeaux, dans les années 1522-1532, deux pet (...)
  • 46 Charles Higounet, « Un bourg neuf cistercien du xvie siècle : Carbon-blanc », Annales du Midi, n°17 (...)
  • 47 En 1503, enl505-1506, puis en 1511-1512, les trois filassiers engagent 17 apprentis dont 4 sont ori (...)

16Un second type d'espace rural était polarisé, non par les villes murées, mais par les bourgades. Malgré leur modestie, il semble que ces gros village ouverts, ne comptant guère plus d'une centaine de feux rassemblaient, en plus des fonctions centrales (administration locale, marché et foire, justice, voire école), la plus grande partie des élites économiques, politiques et culturelles des campagnes avoisinantes. Dans les bourgs les plus proches de Bordeaux, tantôt les notables des campagnes étaient directement concurrencés par les bourgeois de la grande ville, jusqu'à être laminés par eux, comme à Lormont44 et Macau45, tantôt, comme à Carbon-Blanc, ils jouaient au profit de ceux-là le rôle de relais local de leur domination. Carbon-Blanc, au nord-est de Bordeaux, était un bourg neuf fondé vers 1500, sous les auspices de l'abbaye cistercienne de Bonlieu46. Des entrepreneurs, notamment des filassiers, qui n'hésitaient pas à s'intituler « marchand » voire « honest home », travaillaient pour le grand port situé de l'autre côté de la Garonne. Or les contrats d'apprentissage montrent chez ces filassiers un recrutement majoritaire ment charentais. L'un d'entre-eux était d'ailleurs Saintongeais tandis qu'un autre était marié à un Saintongeaise originaire précisément du village d'où venaient les apprentis. Le préambule de ce qu'il faut bien appeler la charte de fondation du bourg rappelle que ce sont des artisans venus d'ailleurs qui, installés sur cet itinéraire fréquenté à proximité d'un ancien hôpital, ont été à l'origine de sa création47. Ici, c'est « l'élite potentielle » qui a crée le bourg.

  • 48 À Saint-André, le siège de la châtellenie se trouvait à quelques kilomètres de là, au château de Cu (...)
  • 49 Michel Bochaca, Hervé Guiet, et Fabrice Mouthon, « Les bastides du Bordelais : leur établissement e (...)
  • 50 Michel Bochaca, et Hervé Guiet, « Organisation de l'espace dans la région de La Sauve-Majeure (fin (...)

17Plus loin de la capitale, à Podensac, à Saint-André-de-Cubzac, les membres de l'élite locale de ces bourgs anciens conservaient l'exclusivité de l'exploitation des campagnes. Leurs activités dessinaient une véritable aire d'influence économique, aussi large que celle d'une petite ville, dont le dynamisme compensait la faible épaisseur. Si l'absence de jurade dans les bourgades du Bordelais les privait du pouvoir municipal, comme leurs collègues des villes, ils contrôlaient parfaitement les offices et les fermes de la juridiction, souvent modeste, dont le bourg était le centre48. Malgré tout, le nombre et l'attrait des offices paraît avoir été moins important à Podensac que dans les petites villes, ce qui contribue peut-être à expliquer un dynamisme commercial supérieur. Au centre de l'Entre-deux-Mers, le bourg abbatial de La Sauve représente le contre-exemple. Après son apogée à la fin du xiiie et au début du xive siècle, La Sauve s'était vu fortement concurrencée par la fondation de la bastide de Créon, vers 1313, à trois kilomètres de là. Dès cette époque, une partie des élites avait peut-être déjà commencé à migrer vers la ville neuve au statut plus libéral49. Fin xve-début xvie siècle, les registres conservés pour les deux localités montrent que la bastide était devenue le principal centre d'échange et de production50. La Sauve apparaît comme un bourg rural peuplé essentiellement d'agriculteurs où aucune figure n'émerge vraiment des actes. Ses 4 marchands, rapidement cités, font notamment pâle figure à côtés des 28 signalés à Créon.

Notables des champs

  • 51 Fabrice Mouthon, « Villes et organisation de l'espace en Bordelais... », art. cit., 1998.
  • 52 À Lège, devant la tour du chapitre cathédral Saint-André de Bordeaux, en Pays de Buch, au pied du c (...)
  • 53 Fabrice Mouthon, « La société rurale en Benauge... », art. cit., 1999.
  • 54 Marché et notaire signalés depuis 1358 par la confirmation d'Edouard III (Archives historiques de l (...)

18Petites villes murées et bourgs ouverts représentaient environ deux douzaines de localités, autrement dit pas grand chose rapporté aux 390 paroisses du diocèse de Bordeaux. La plupart étaient concentrés le long de la Garonne, de la Dordogne et de la Gironde. À la périphérie du diocèse, des secteurs entiers échappaient totalement ou partiellement à la polarité exercée par ces agglomérations51. Le siège de la justice se trouvait ici dans un château isolé ; le notaire se déplaçait de hameau en hameau, les relations économiques telles que les dessinent les obligations, les quittances et les ventes, étaient organisées au niveau local. Enfin les investissements fonciers extérieurs étaient nuls ou presque. Seuls le marché et la foire se tenaient au bourg et à la ville, encore que plusieurs marchés ruraux soient attestés notamment au pied d'un château52. Dans ce cadre, les élites n'en jouaient pas moins leur rôle selon les modalités définies ci-dessus. Simplement, elles se trouvaient dispersées dans les châteaux, les maisons-nobles et surtout les hameaux qui regroupaient l'essentiel de la population. Dans la comté de Benauge, l'élite rurale était plus particulièrement concentrée dans la paroisse d'Escoussans, ou résidait aussi le notaire de la juridiction. Artisans, prêtres et paysans aisés contrôlaient notamment le crédit local. Les notables des petites villes et bourgs situées à la périphéries de la comté : Créon, La Sauve, Cadillac, Saint-Macaire, Rions, jouaient dans ce secteur un rôle faible ou nul53. La paroisse de Soulignac, limitrophe d'Escoussans, était dépourvue d'élites propres et totalement dominée par les notables de la paroisse voisine. Même si le registre du notaire ne donne pas le lieu de résidence exact de ses clients, il est probable qu'en l'absence d'un véritable bourg à Escoussans (celui-ci n'étant guère qu'un hameau ecclésial de quelques maisons), les notables évoqués plus haut étaient dispersés dans la paroisse. Le problème est de savoir si la domination de cette élite n'est pas une illusion créée par la conservation d'un registre. Dans ce cas précis, le recours aux registres des localités voisines comme contre-épreuve permet de donner une réponse négative. En allant plus loin, il semble que la présence d'un notaire dans une paroisse d'habitat dispersé peut être considérée comme l'indice de la présence d'une petite élite locale. C'est le cas pour Bassens, Cambes, Génissac et Camarsac, en Entre-deux-Mers, Beautiran, en Cernès. Plus que par un lien de causalité, car le notaire se déplace, cette relation peut s'expliquer par la présence d'autres facteurs favorables à la fois aux affaires et à la présence d'un notaire : existence d'un hameau portuaire assez fréquenté, comme à Génissac ou à Cambes ; présence d'un seigneur résidant, ou du moins suffisamment présent pour requérir les compétences d'un praticien, notamment pour la confection des terriers, comme c'était le cas à Beautiran, Bassens, et encore à Génissac. À Bassens, c'est le château de Montferrand, siège de haute-justice, qui induit la présence d'un marché et d'un notaire dans le hameau de Goule54. Au début du xvie siècle, cependant, la création du bourg de Carbon-Blanc, plusieurs fois évoquée détourna l'essentiel de l'activité commerciale vers la route de Bordeaux. La route était en train de l'emporter sur la présence seigneuriale, et l'attraction urbaine sur l'organisation locale, au profit du bourg routier en train de naître.

Les élites rurales comme marqueur de développement local ?

  • 55 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8371 (La Teste-de-Buch), 3E 8960 (Mallet, notaire à Castelnau-de- Médo (...)
  • 56 Fabrice Mouthon, Les blés du Bordelais. L'économie céréalière dans les diocèses de Bordeaux et de B (...)
  • 57 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8960.
  • 58 Arch. dép. de la Gironde, 1E 15, cahier 1, folio 19 et 19 verso.
  • 59 Jacques Bernard dans : Robert Boutruche, Bordeaux de 145) à 1715... op. cit., 1966, p. 95-97 ; Mich (...)

19A cette segmentation de l'espace en fonction du degré de concentration des élites, il convient d'en ajouter une autre, basée sur « l'épaisseur » de cette élite. À l'ouest de la Garonne, en Entre-deux-Mers, en Libournais, en Blayais et Bourgeais, des registres de notaires relativement nombreux permettent de repérer facilement, en fonction des critères définis en première partie, une élite rurale assez nombreuse, diversifiée et en pleine ascension, une élite présente à la fois dans les petites villes, les bourgades et les paroisses d'habitat dispersé. À l'ouest, dans les marais et les landes du Médoc, du Cernès et des pays de Buch et de Born où Jacques Lafon avait déjà noté la plus faible valeur des dots, les quelques registres conservés pour la première partie du xvie siècle, dans les très rares et très modestes bourgs, sont désespérément ternes : aucun véritable entrepreneur n'émerge et l'éventail des métiers ruraux est plus étroit que partout ailleurs55. La faiblesse des surplus agricoles, l'extrême dispersion de l'habitat, expliquent un « retard » au développement de ces régions qui conservent par contre une société rurale beaucoup plus homogène que le cœur du pays56. Ici les élites traditionnelles, les seigneurs haut-justiciers notamment, gardaient un poids prépondérant. Pour 1508 encore, alors que le registre du notaire Jacques Mallet, installé dans le bourg de Castelnau-de-Médoc, ne révèle aucun créancier d'envergure ni aucun rassembleur de terre57, la comptabilité des puissants sires de Castelnau conserve des listes de tenanciers venus rembourser le blé emprunté lors des difficultés des années précédentes58. Incapables de renouveler leurs propres élites et de développer leurs propres centres, ces régions périphériques tendent, au cours du xvie siècle, à tomber dans l'influence directe des Bordelais qui viennent chercher là les produits bruts : poisson, résine, bois, cire, miel. Ceux-ci interviennent parfois directement sur les marchés, usent largement du bail à cheptel et, par le biais de la ferme, utilisent également les seigneurs locaux comme relais, voire investissent les seigneuries59.

*

  • 60 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve-xviiie siècle, Paris, 1979, t (...)

20Dans le contexte documentaire du Bordelais médiéval, les sources notariales sont, en dépit de leurs limites, irremplaçables pour qui veut étudier de près la société rurale. La modeste élite dont elles nous ont permis de dessiner les contours est diverse quant à son statut, ses origines et son niveau de fortune, elle est par contre étrangement homogène quant à ses moyens d'action économiques. En ce sens, l'économie d'échange des années 1500, où la croissance prend le relais de la reconstruction, offre encore des opportunités à ceux qui savent saisir leur chance60. Au village, le pouvoir de l'argent n'est encore, semble-t-il, le monopole d'aucun groupe social mais d'individus qui ont su faire fructifier un capital financier, culturel et relationnel, de départ.

Notes

1 Même si des notaires publics sont attestés dans le diocèse de Bordeaux depuis le xiiie siècle, Jean Gaston, La communauté des notaires de Bordeaux (1520-1791), Toulouse, 1991, voir p. 31-33.

2 Seul borgada est spécifique au véritable bourg, borc désignant, encore aujourd'hui, les quelques maisons égayées autour de l'église rurale et de son cimetière, tandis que loc s'appliquait tout autant à un lieu-dit non habité qu'à une petite localité, Fabrice Mouthon, « L'habitat dispersé en Bordelais médiéval », Flaran 18, à paraître 1999.

3 Pour 18 notaires ruraux dont au moins un registre antérieur à 1540 a été conservé, 12 résidaient dans une bourgade (La Sauve, Podensac, Carbon-Blanc, Saint-André-de-Cubzac, Castelnau-de- Médoc, Vertheuil, Soulac, Macau) et 5 dans une paroisse d'habitat dispersé (Cambes, Escoussans, Génissac, Bautiran, Bassens). On remarque l'absence de notaire « de hameau » dans les pays de l'ouest de la Garonne.

4 Citons les coutumes des bourgs de Lormont (Arch. dép. de la Gironde, G 93, 1445) et de Macau (H 578, 1536). Citons aussi les statuts des confréries des hameaux de la paroisse Saint-Seurin près de Bordeaux (G 112), de Saint-Androny, en Blayais (E-Sup. 2240, 1511), et de Saint-Ciers- d'Abzac, en Fronsadais (G 670, pièce 106, 1519).

5 Robert Broutruche, La crise d'une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de cent ans, Paris, 1963, p. 433-441 et Robert Broutruche, Bordeaux de 1453 à 1715, Bordeaux, 1966, p. 9-59.

6 Jean Jacquart, « Histoire rurale et archive notariale », dans : Jean-Luc Lafont (dir.), Le notaire, le paysan et la terre dans la France méridionale à l'époque moderne, Toulouse, 1999, p. 21-42. Voir p. 24-25.

7 Ibid.

8 Arch. dép. de la Gironde, 3E 3602, 5025, 6534, 7147 et E-Terrier 108.

9 Nicolas Frappier, notaire à Escoussan, Arch. dép. de la Gironde, 3E 6251 et Fabrice Mouthon, « La société rurale en Benauge autour de 1500 », in La Benauge, essai historique, à paraître, octobre 1999.

10 Jacques Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux, vers 1450-vers 1550, Paris, tome 3, 1975. Voir p. 108-338.

11 Ceci sans compter les paroisses suburbaines comme Cenon et Floirac.

12 Voir notamment Jean Jacquart, Société et vie rurale dans le sud de la région parisienne, du milieu du xve au milieu du xviiie siècle, thèse de doctorat d'État, Paris iv, 1971, p. 260 et Jean Jacquart, « L'endettement paysan et le crédit dans les campagnes de la France moderne », dans : Endettement paysan et crédit rural dans l'Europe médiévale et moderne, Acte des 17e journées internationales de l'abbaye de Flaran, tenues en septembre 1995, Toulouse, 1998, p. 292-295 ; Emmanuel Le-Roy-Ladurie, Les paysans du Languedoc, Paris, 1966, réed. 1969., p. 93-110 et 135-145. Pour le Bordelais, Fabrice Mouthon, Les blés du Bordelais. L'économie céréalière dans les diocèses de Bordeaux et de Bazas (vers 1450- vers 1550), thèse de doctorat l'université de Bordeaux III, 1993, 2 vol., dactyl. Voir t. 1, p. 435-445.

13 Là encore les données manquent mais les quelques procès verbaux d'assemblées montrent la présence des riches, où de ceux que l'on devine tels, et celle de nombreux « moyens ». Pour comparaison voir Noël Coullet et Louis Stouff, « Le village de Provence au bas Moyen Âge », Cahiers du Centre d'Étude des Sociétés Méditerranéennes, série n°2, 1987, p. 39-40 ; Monique Bourin et Robert Durand, Vivre au village au moyen âge. Les solidarités paysanes du xie au xiiie siécle, Pans, 1984, p. 215-216.

14 Jean-Paul Boyer, Hommes et communautés du Haut-Pays niçois midiéval La Vésubie (xiiie-xve siècle), Nice, 1990, voir p. 285. Sur les communautés bordelaises voir Robert Boutruche, La crise d'une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de cent ans, Paris, 1963, p. 122-128.

15 Pour les années 1450-1550, Jacques Lafon obtient une endogamie juridique de 62 % pour l'ensemble du pays et de 68,5 % si l'on exclut Bordeaux, Jacques Lafon, Régimes matrimoniaux et mutations sociales. Les époux bordelais, 1450-1550, Paris, 1972, p. 116-119.

16 Jacques Lafon, Régimes matrimoniaux...op. cit, 1972, p. 125-127.

17 6 dots de 30 F, 4 de 40 F, une de 60 et une de 120 F (Arch. dép. de la Gironde, 3E 6256). On a intégré ici la valeur des terres et du bétail donnés, dans moins d'une demi-douzaine de cas, en complément. La valeur du trousseau (lit, vêtements), qui donne très rarement lieu à un estimation autre que l'expression « bons et suffisant », à été par contre laissée de côté.

18 Arch. dép. de la Gironde, 3E 6251, folio 33.

19 2 mariages dans le diocèse de Bazas, limitrophe il est vrai de la comté de Benauge, mais aussi 2 autres dans le diocèse d'Angoulême à plus de 100 km au nord.

20 Arch. dép. de la Gironde, 3E 3602-3603, 3E 5025, 5634, 3E 7147 (1480-1498) et 3E 10529 (1513- 1517).

21 Arch. dép. de la Gironde, 3E 12428, folio 45 verso.

22 On trouve par exemple plusieurs marchands déclarés au bourg de Saint-André-de-Cubzac mais dans les années 1520 seulement (Arch. dép. de la Gironde, 3E 10468, Rochereau, notaire à Saint- André 1521-1528). Deux d'entre eux, Monyn Belluye et Johan Bézier, correspondent aux critères de notabilité définis plus haut : on les retrouve chacun dans une dizaine d'actes comme prêteurs, rassembleurs de terre et propriétaires de moulins.

23 Arch. dép. de la Gironde, 3E, folio 23, 31, 42 verso, 83, 111, 114, 115, 112 verso, 150

24 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio 31 verso.

25 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio 55 verso.

26 Voir supra et Fabrice Mouthon, « Un marchand rural des bords de la Dordogne à la fin du xve siècle », Revue historique et archéologique du Libournais et de la vallée de la Dordogne, à paraître, 1999.

27 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio l31 verso et 132 (1509).

28 Arch. dép. de la Gironde, 3E 2687 (Carreyre, notaire à Cambes).

29 Voir par exemple, dans les années 1520, la politique de Noble homme Pey Blanc, bourgeois de Bordeaux, en Entre-deux-Mers occidentale à travers le registre de Pierre Carreyre, notaire à Cambes (3E 2686 et 2687, 1491-1502). D'une façon générale, voir, Jacques Bernard dans : Robert Boutruche, Bordeaux de 145) à 1715... op. cit., 1966, p. 169-172.

30 Robert Boutruche, Bordeaux de 1453 à 1715... op. cit., 1966, p. 83-86.

31 Voir supra note 21.

32 Arch. dép. de la Gironde, 3E 6251, folio 11, 11 verso, 12 (4 actes), 31 verso, 68 verso, 79, 116, 121, 121 verso, 135, 142, 151 verso (2 actes), 152 (2 actes), 155, 166 verso, 171, 187, 203 verso, 207, 207 verso. Les autres actes concernent une reconnaissance féodale pour une vigne, un prix- fait avec un maçon pour l'église, la vente d'un bœuf, une procuration du recteur et un rôle d'exécuteur testamentaire dans un testament.

33 En 1511-1512, 5 obligations pour loyal prêt, pour vente à crédit de blé, de vin en faveur du prêtre (Arch. dép. de la Gironde, 3E 7697, folio 270, 284, 284 verso, 298, 299). En 1512, 6 ventes à réméré de terre et de vigne à Bassens par le même personnage (folios 275-290). Pour Jehan Lesue, prêtre à Tauriac, 3E 8939, folio 83 verso (1505).

34 Sur les 10 autres, cinq aparaissent cependant comme prêteurs dans une ou deux obligations chacun.

35 Sur les artisans ruraux en Dauphiné à la même époque voir Alain Belmont, Des ateliers au village. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l'Ancien Régime, Grenoble, 1998, tome 1, p. 44-57.

36 Aux xive et xve siècles les sources écrites ne mentionnent qu'un très petit nombre de métiers : meuniers, barbiers, couturiers et, moins fréquents, maçons et forgerons, auxquels les sources archéologiques permettent d'ajouter potiers et tuiliers. Dans le bourg de Lormont, au nord-est de Bordeaux, un censier de 1367 recense trois maréchaux-ferrants, un barbier, un carrier, un meunier pour une centaine de maisons. À la même époque, les comptes de l'archevêque de Bordeaux, seigneur du lieu, y ajoutent un marchand, des charpentiers et des gabariers (Fabrice Mouthon, « Un bourg rural du Bordelais, Lormont », Cahier Charles Higounet, n°l, 1994, p.104). En 1498, un autre terrier y signale un forgeron, 2 barbiers, un fournier, un tuilier et un meunier (Arch. dép. de la Gironde, G 243).

37 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939.

38 Arch. dép. de la Gironde, 3E 666, 3705, 9936, 12451, 12496.

39 Michel Bochaca, Les marchands bordelais au temps de Louis XI. Espaces et réseaux de relations économiques, Bordeaux, 1998.

40 Le marchand fournissait à plusieurs dizaines de paysans de la banlieue de Bordeaux, au jour le jour, à peu près tout ce dont ils avaient besoin, du blé aux vêtements en passant par les outils et la vaisselle vinaire, en échange de leur vin. La compensation se faisait une fois par an à Bordeaux, le reliquat étant toujours porté au débit du paysan, Fabrice Mouthon, « Fortaney Dupuy, un marchand bordelais au début du xvie siècle », Annales du Midi, tome 106, juillet-septembre 1994, p. 353-373.

41 Fabrice Mouthon, « Villes et organisation de l'espace en Bordelais à la fin du Moyen Âge : le rôle des villes secondaire (vers 1475-vers 1525) », dans : La ville au moyen âge, I, Ville et espace. Actes du 120e congrès des sociétés historiques et scientifiques tenu à Aix-en-Provence les 23-29 octobre 1995, Paris, 1998, p. 293-311.

42 Les registres des autres notaires de la ville de Bourg referment, pour la même période, moins d'une dizaine d'actes impliquant des paroissiens de Tauriac.

43 Pour 1498, le registre de Fiacre Macaud renferme deux pièces de la comptabilité personnelle du notaire, l'une récapitulant des créances en froment sur 14 personnes et l'autre les produits restants dus sur 16 opérations faites par moitié avec un associé (Arch. dép. de la Gironde, 3E 8939, folio 20-21).

44 Alors que Lormont conservait une certaine autonomie au xive siècle (Fabrice Mouthon, « Un bourg rural du Bordelais... », art cit., 1994), le terrier de 1498 (Arch. dép. de la Gironde, G 243) et le registre du notaire Filastre (Arch. dép. de la Gironde, 3E 6062, 1524-1542) révèlent l'ampleur de la domination foncière des bourgeois bordelais aussi bien que l'absence d'une véritable élite locale.

45 À Macau, bourg de pêcheurs et de vignerons très lié à Bordeaux, dans les années 1522-1532, deux petits rassembleurs de terre, prêteurs à l'occasion, dont un prêtre, émergent seuls des 250 actes des registres des notaires Ladie et de Saugues (Arch. dép. de la Gironde, 3E 7512 et 3D 10870). Un « compte » et un « borsey » de la fabrique locale et un honorable homme n'y font chacun qu'une unique apparition.

46 Charles Higounet, « Un bourg neuf cistercien du xvie siècle : Carbon-blanc », Annales du Midi, n°179, juil.-sept. 1987, p. 353-358.

47 En 1503, enl505-1506, puis en 1511-1512, les trois filassiers engagent 17 apprentis dont 4 sont originaires de l'Entre-deux-Mers, un de Bordeaux, un de Romorantins et 11 de paroisses rurales des confins de la Saintonge et de l'Angoumois (Arch. dép. de la Gironde, 3E 7697, folios 131, 183, 184 verso, 186, 187 verso, 188 verso, 190, 191, 192 et 193 verso, 251 verso, 276 verso, 253, 321,).

48 À Saint-André, le siège de la châtellenie se trouvait à quelques kilomètres de là, au château de Cubzac.

49 Michel Bochaca, Hervé Guiet, et Fabrice Mouthon, « Les bastides du Bordelais : leur établissement et leur destinée de la fin du xiiie au début du xvie siècle », Cahier Charles Higounet, n°1, 1994, p. 67-87.

50 Michel Bochaca, et Hervé Guiet, « Organisation de l'espace dans la région de La Sauve-Majeure (fin xve-début xvie siècle) », dans : L'Entre-deux-Mers el son identité, Actes du 5e colloque tenu à la Sauve- Majeure les 9, 10, 16, 17 septembre 1995, Périgueux, 1996, tome 2, p. 249-271.

51 Fabrice Mouthon, « Villes et organisation de l'espace en Bordelais... », art. cit., 1998.

52 À Lège, devant la tour du chapitre cathédral Saint-André de Bordeaux, en Pays de Buch, au pied du château de Benauge et devant le château de Montferrand, en Entre-deux-Mers, ou encore à Cézac, au nord du Bourgeais, à proximité de l'église.

53 Fabrice Mouthon, « La société rurale en Benauge... », art. cit., 1999.

54 Marché et notaire signalés depuis 1358 par la confirmation d'Edouard III (Archives historiques de la Gironde, tome 26, pièce 85, p. 350).

55 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8371 (La Teste-de-Buch), 3E 8960 (Mallet, notaire à Castelnau-de- Médoc), 3E 8691 (Lespiau, notaire à Belin), 3E 3721 (Coussac, notaire à Soulac).

56 Fabrice Mouthon, Les blés du Bordelais. L'économie céréalière dans les diocèses de Bordeaux et de Bazas (vers 1450-vers 1550), thèse de doctorat l'université de Bordeaux III, 1993, 2 vol., dactyl. Voir t. 1, p. 37-38 et 48-58.

57 Arch. dép. de la Gironde, 3E 8960.

58 Arch. dép. de la Gironde, 1E 15, cahier 1, folio 19 et 19 verso.

59 Jacques Bernard dans : Robert Boutruche, Bordeaux de 145) à 1715... op. cit., 1966, p. 95-97 ; Michel Bochaca, Les marchands bordelais... op. cit., 1998, cartes p. 28, 39, 78 et 84.

60 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve-xviiie siècle, Paris, 1979, tome 1 : Les jeux de l'échange, p. 217-229.

Table des illustrations

Titre Croquis de localisation
Légende Cartographie : Rolland Neveu, Crhisco
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20590/img-1.png
Fichier image/png, 352k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search