Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Approches croisées. Les sources classiques revisitées

Pour une approche des configurations sociales des campagnes : l'exemple des terroirs vendômois à la fin du xviiie siècle

Jean Vassort

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les sociétés rurales ne peuvent s'appréhender à partir de la seule description de leur stratigraphie. Leur fonctionnement ne se comprend pleinement qu'en prenant en compte les multiples liens qui se tissent ou s'enracinent en leur sein. Mais ces relations ne peuvent s'analyser qu'après avoir défini les éléments de cette société — individus et surtout groupes — qui en sont partie prenante, c'est-à-dire en recourant à la description stratigraphique de la société considérée. Dès lors, le risque semble grand de retrouver au terme de l'analyse les structures posées dès le départ de l'enquête.

2C'est à cette articulation entre les composantes de toute société rurale et les dynamiques qui l'animent qu'on voudrait réfléchir ici : sans négliger les différentes composantes de ces sociétés, et donc sans rejeter une démarche analytique, mais en tentant de porter aussi sur elles des regards plus globalisants, qui ne postulent pas d'emblée leur organisation interne, quitte évidemment à en retrouver une à l'arrivée, éventuellement différente de celle qui pouvait être attendue au départ. Croiser une démarche analytique et des approches synthétiques, ne pas rejeter le tableau statique mais l'animer par les dynamiques qui se développent au sein de toute société : tel est l'esprit de cette étude. Un tel choix implique bien évidemment de prendre en compte des critères variés dans la description des sociétés villageoises. Sans doute ne négligera-t-on pas à cet égard les classiques éléments de la hiérarchie socio-économique. Mais on recourra aussi à l'occasion à d'autres paramètres, comme le sexe, l'âge, le degré d'alphabétisation, la résidence.

  • 1 On n'indiquera ici en général que les principales conclusions de l'enquête. Pour le détail des anal (...)

3Pour mener à bien cette réflexion, on s'appuiera sur l'exemple du Vendômois de la fin du xviiie siècle. Ce » pays » traditionnel présente en effet la particularité de juxtaposer sur un espace restreint trois types de ruralité, et donc de société rurale : celui de la France des bocages, avec au nord-ouest un secteur percheron, celui de la France des plaines découvertes, avec au sud-est un élément de petite Beauce, enfin celui de la France des coteaux, avec la vallée du Loir viticole, qui le traverse du nord-est au sud-ouest. En raison de la juxtaposition de secteurs aux caractères aussi tranchés, le Vendômois ouvre la voie à d'instructives comparaisons1.

4Au sein de ces campagnes, la première réalité humaine qui s'impose à l'attention est celle de la communauté rurale, dont la réalité n'est pas discutable, et dont la définition ne fait guère problème en Vendômois à la fin du xviiie siècle : à la veille de la Révolution, il y a, dans cette zone, coïncidence dans l'immense majorité des cas entre la paroisse religieuse, regroupée autour de son église et de son curé, la collecte fiscale, au sein de laquelle est établi le rôle de taille, enfin la communauté des habitants, qui désigne son syndic. Chacun en Vendômois se reconnaît dans ces unités dont la composition humaine et les limites territoriales se recoupent pratiquement toujours. Du reste, cette structuration élémentaire de la région ne disparaît pas avec la Révolution : cette dernière le conserve à peu près intégralement lorsqu'elle établit la trame communale — laquelle s'est à peu de choses près maintenue jusqu'à nos jours. À la fin de l'Ancien Régime, il n'est guère que la géographie des seigneuries qui n'entre pas dans ce schéma : il arrive très souvent en effet qu'une seigneurie englobe plusieurs communautés, ou à l'inverse qu'une communauté soit partagée entre plusieurs seigneuries. Encore faut-il relever que chaque communauté a son seigneur de paroisse (éventuellement commun à plusieurs d'entre elles). Celui-ci apparaît dans les documents établis par les bureaux de l'intendance, et il jouit de privilèges honorifiques au village, notamment à l'église. Le titre est recherché, et parfois disputé : on connaît des cas de procès à ce sujet en Vendômois au xviiie siècle. Ces traits contribuent à faire entrer le seigneur de paroisses dans le jeu des relations sociales intéressant l'ensemble du village, comme on le verra.

5Telles sont les communautés qu'on placera au centre de l'enquête. Dans la perspective de multiplication des approches retenue ici, on considérera successivement leur structure interne, leur expression globale et leurs relations avec l'extérieur. En analysant leur structure, on cherchera à préciser les rapports qui s'établissent entre leurs différentes composantes. A travers leurs choix collectifs, leur expression globale peut être révélatrice de leur manière de fonctionner. Enfin, partant de l'idée que les relations externes des communautés - et d'abord les relations humaines et matérielles auxquelles on limitera ici l'analyse — visent à compenser par des échanges des déséquilibres existant en leur sein, il peut être instructif d'examiner comment ces échanges s'enracinent dans la communauté, ou comment ils se greffent sur elle - en d'autres termes de considérer qui achète et qui vend, qui vient au village et qui le quitte.

Approche interne : les relations socio-économiques au sein de la communauté villageoise

6Une première idée de la hiérarchie socio-économique des communautés rurales du Vendômois est donnée par les rôles de taille. Sans doute les cotes fiscales portées sur ces rôles ne reflètent-elles pas exactement la hiérarchie de la richesse, puisqu'elles sont établies en prenant avant tout en compte l'exploitation de la terre. Cependant, dans les sociétés majoritairement paysannes que sont les communautés vendômoises, l'inconvénient est mineur, d'autant qu'il est assez facile de rétablir par d'autres voies — comme les sources notariales — la position du reste de la population. Aussi raisonnera-t-on à partir du tableau ci-dessous, qui résume les résultats de cette analyse (en pourcentage de cotes par tranche d'imposition).

7Ce tableau révèle qu'en Beauce s'opposent nettement un pôle peu nombreux mais puissamment riche, où se retrouvent surtout des laboureurs, généralement fermiers de belles exploitations agricoles, quelquefois un meunier ou un fermier de seigneurie, qui acquittent des tailles dépassant 50 et souvent 100 livres au principal (en moyenne, 69 livres à Selommes, 99 à Lancé), et d'autre part la masse des pauvres dont l'impôt se réduit à quelques livres, quelquefois même aux 6 deniers de l'obole ; dans ce second pôle figurent la plupart des journaliers, dont la cote moyenne est de 4 à 5 livres, et souvent aussi les quelques modestes artisans du village. Le Perche ne présente pas une structure très différente, si ce n'est que la puissance des laboureurs y apparaît plus limitée, puisqu'à Choue comme à Souday, leur cote moyenne n'est guère que de 55 livres (celle des journaliers étant, il est vrai, plus basse aussi qu'en Beauce, puisque seulement de 2 livres). Cela n'empêche pas que, dans cette zone comme en Beauce, ce soit entre les deux pôles des laboureur et des journaliers que se joue une bonne partie de la vie matérielle au village. Car de l'un à l'autre, les relations sont multiples, et les complémentarités étroites. Ces complémentarités ne sont pas liées d'abord à la propriété, dans la mesure où dans les deux zones cette dernière échappe largement aux ruraux : la part de la terre que détiennent ces derniers n'excède pas 20 ou 25 % du terroir paroissial ; le plus souvent, il s'agit d'une propriété parcellaire qui peut concerner aussi bien de modestes journaliers que de puissants laboureurs. L'importance de cette propriété parcellaire n'est certes pas négligeable pour ceux qui la possèdent, et elle tient sans doute une grande place dans l'horizon quotidien de leurs occupations et de leurs préoccupations. Mais du point de vue de l'analyse sociale, elle ne constitue pas un véritable élément de différenciation.

8C'est bien l'exploitation en effet qui répartit les rôles au sein de ce monde paysan. C'est à partir de cette dernière que se distinguent les laboureurs qui, étant détenteurs d'un train de culture, peuvent assurer sa mise en valeur et les journaliers qui, n'étant pas dans ce cas, doivent aller louer leurs services chez les premiers, pour qui cet apport de main- d'œuvre est à certains moments une nécessité. Entre gros laboureurs et journaliers s'établit ainsi une relation d'employeur à employé, relation verticale certes très inégalitaire, mais indispensable aux uns comme aux autres. Cette relation joue un rôle d'autant plus grand qu'elle ne se réduit pas au seul cadre du travail salarié : elle s'étend à quantité de collaboration accessoires, quand par exemple fermier laboure le champ du journalier, lui consent des avances de semences ou de quelque somme d'argent, avec toutes les contreparties que supposent évidemment ces services.

  • 2 Paul Bois, Paysans de l'Ouest, Paris, 1971.

9En dépit de son importance majeure, la relation verticale qui vient d'être décrite ne structure pas à elle seule la vie matérielle des villageois. Car entre laboureurs et journaliers existent des paysans moyens, qui s'inscrivent mal dans ce schéma. Ces paysans de niveau intermédiaire peuvent être de petits laboureurs. Mais le plus souvent, les rôles de taille les désignent par d'autres termes, qui ne sont pas les mêmes en Beauce et dans le Perche. Cette dernière différence souligne qu'au-delà de leur commune exclusion du schéma majoritaire laboureurs-journaliers, ces paysans de rang moyen ne présentent pas les mêmes caractères d'une zone à l'autre. En Beauce, les rôles mentionnent des soitons, équivalents vendômois des suitiers bourguignons de Rétif de la Bretonne : il s'agit de modestes exploitants (dont la cote moyenne est de 11 livres à Lancé, et de 16 à Selommes), qui n'emploient guère de journaliers, et qui cherchent à éviter d'aller travailler chez les autres ; quand leurs ressources ne suffisent pas à assurer le médiocre équilibre de leur survie économique, c'est vers d'autres soitons qu'ils se tournent pour obtenir, sur la base d'une relation égalitaire, horizontale cette fois, l'indispensable appoint en travail, en matériel ou en moyens de traction. Le bordager du Perche vendômois, qui ressemble beaucoup à celui décrit dans le Maine tout proche par Paul Bois2, est lui aussi un modeste exploitant, voisin du soiton par sa cote fiscale moyenne (19 livres à Choue, 18 à Souday) : mais dans ce cas, moins que des liens horizontaux, comme c'était le cas en Beauce, c'est, sur fond de dispersion bocagère l'autonomie qui prévaut. Pour assurer cette autonomie, au demeurant médiocre, le bordager peut, il est vrai, jouer dans cette zone de ressources plus diversifiées (céréales et élevage, mais aussi pommier à cidre, chanvre, et dans certains cas artisanat textile) que dans le cas de la Beauce, plus exclusivement céréalière.

10Tels se dessinent donc, du point de vue du rapport à l'exploitation, les grands traits de la société rurale dans le Perche et en Beauce : à partir surtout des complémentarités verticales entre les deux pôles contrastés (dans le Perche) ou très contrastés (en Beauce) des laboureurs et des journaliers ; et secondairement autour d'un groupe de paysans moyens, dont l'existence est placée sous le signe de complémentarités horizontales en Beauce, et sous celui de l'autonomie à visée autarcique dans le Perche.

11La vallée viticole offre un tout autre cas de figure. À suivre les rôles de taille, on est ici en présence d'une société organisée à partir non pas de deux pôles, mais d'une masse centrale qui regroupe la quasi-totalité de la population, et dont le niveau rappelle, sur le plan des cotes de taille, celui des bordagers et des soitons. Dans ces paroisses, il n'est pratiquement plus question de laboureurs et de journaliers. Le seul vocable paysan qui soit mentionné ici est celui de vigneron. Par le niveau de la cote fiscale (12 livres en moyenne à Naveil, et 15 à Villiers) comme par le vocabulaire, la société vigneronne présente une grande homogénéité. Cette impression est renforcée par la structure de la propriété foncière, profondément originale elle aussi par rapport à celle des autres secteurs : à Villiers, la plus viticole des paroisses de la région, 83 % du terroir est aux mains des villageois, qui sont pratiquement tous propriétaires ; sans doute s'agit-il de petits propriétaires, mais on sait qu'en zone de vignoble la petite propriété n'a pas la même signification qu'ailleurs. Les sociétés de la vallée viticole sont donc bien placées sous le signe de l'égalité : il appartiendra à d'autres analyses de préciser si cette égalité est concrètement vécue sur le mode de la solidarité ou sur celui de l'autonomie.

Approche globale : les choix collectifs de la communauté villageoise

La désignation des municipalités de paroisse

12Le choix des autorités villageoises constitue un moment privilégié pour saisir l'expression globale des communautés rurales. On sait que ces dernières désignent traditionnellement des syndics. Mais à la fin de l'Ancien Régime, les formes de cette désignation sont réorganisées. Un édit de juin 1787 prévoit que chaque communauté doit se doter d'une » municipalité » composée de trois, six ou neuf membres, selon son niveau de population. Cet édit précise que participent au vote tous les villageois acquittant 10 livres d'impôts, et que seuls ceux qui en paient plus de 30 livres peuvent être élus. Comme cette disposition prend en compte tous les impôts, les seuils qu'elle établit se ramènent, en ce qui concerne le seul principal de taille, aux alentours de 4 et 12 livres. Ces seuils excluent du vote, et encore plus de l'éligibilité, beaucoup de journaliers, voire d'artisans, de bordagers et de soitons. Il reste qu'une majorité de chefs de feux (de 60 à 75 % selon les cas) est admise à participer au vote. Or, ces électeurs usent du scrutin de manière bien différente d'une zone à l'autre.

13En Beauce, le choix des villageois se porte exclusivement sur les laboureurs les plus riches, consacrant ainsi l'autorité sociale de ces gros fermiers : les soitons et les villageois modestes, bien que majoritaires au sein du corps électoral, ne songent pas alors à remettre en cause une prééminence si évidente qu'elle ne se discute même pas. Toute autre est l'attitude des communautés de la vallée viticole, qui ne choisissent pas toujours leurs élus parmi les plus riches habitants, et qui peuvent au contraire descendre pour les désigner fort bas dans l'échelle des fortunes, aussi bas pratiquement que le permet l'édit de 1787. En bref, si les élus beaucerons font figure de dominants, ceux du vignoble apparaissent d'abord comme représentatifs. Par rapport à ces deux cas, le Perche présente une situation intermédiaire, plus proche cependant du schéma beauceron que de celui de la vallée : sans y être rejetés, les plus riches laboureurs ne retrouvent pas la position dominante qu'ils occupent en Beauce, puisque sont élus aussi des laboureurs de moindre rang, et même des bordagers ; ce n'est certes pas le triomphe de la classe moyenne paysanne tel qu'il est réalisé dans le vignoble, mais c'est tout de même, sur fond d'individualisme bocager, l'affirmation de son existence.

Le fonctionnement de l'école de village

14L'organisation de l'école constitue une autre voie d'approche pour apprécier la manière dont se déterminent les communautés rurales. Cette question peut être examinée à partir de deux choix : choix d'abord d'organiser une école, choix ensuite, quand cette école existe, de son mode de financement

15Concernant le premier choix, il n'est pas effectué partout de la même manière. Dans le Perche, et à un degré moindre dans la vallée viticole, l'école doit souvent son existence, au moins au départ, à une fondation réalisée par un notable, noble ou ecclésiastique le plus souvent. Dans ce cas, le fondateur prévoit en général pour la nouvelle institution des règlements précis, qui veillent à la qualité de l'enseignement. En Beauce, le schéma est tout autre : ici c'est la fabrique, et donc à travers elle l'ensemble de la communauté, qui est responsable de l'existence de l'école, par le biais de l'engagement d'un maître, et de la mise à sa disposition d'un local pour accueillir ses élèves. En général, la fabrique prévoit alors que le maître assurera à côté de la charge de l'enseignement celle de sacristain : un tel cumul, qui ne s'observe pas dans les écoles de fondation, dont les règlements confinent le maître aux seules tâches pédagogiques, n'est pas le meilleur gage de qualité de l'enseignement. Peu importent ici les raisons qui rendent compte de l'écart entre ces deux modèles scolaires : qu'elles soient culturelles, par suite d'un moindre intérêt de la population pour l'école dans le Perche qu'en Beauce, ou matérielles, du fait d'une plus grande pauvreté dans la première zone que dans la seconde, elles ont à coup sûr pour effet de faire de l'école une institution établie d'en haut dans le Perche, alors qu'elle émane de l'ensemble de la population en Beauce.

16Le financement de l'école peut passer par trois méthodes. Parfois, cette école est gratuite : c'est ce qui se passe quand des fondateurs prévoient les sommes nécessaires à l'instruction d'enfants pauvres ; mais cette gratuité ne concerne en général qu'une minorité d'élèves. La seconde méthode, la plus fréquente, est fondée sur l'écolage qu'acquittent les familles des enfants scolarisés, en vertu d'un tarif qui prévoit les sommes dues selon le degré d'enseignement reçu : cette méthode apparaît aussi bien dans des écoles de fondation (pour les enfants ne bénéficiant pas de la gratuité) que dans des écoles gérées par la communauté d'habitants. Dernier cas de figure enfin, celui qui est réalisé quand le financement de l'école est assuré par la fabrique : dans ce cas, la charge en est transférée des familles qui en bénéficient à l'ensemble de la population. On voit bien à quoi mènent ces différents systèmes. Les deux premiers, attestés surtout dans le Perche et dans la vallée, tendent à déboucher sur une scolarisation limitée, en dehors de quelques pauvres, aux seuls enfants que leur famille peut et souhaite tout à la fois scolariser. Dans le cas, surtout réalisé en Beauce, où l'école est entretenue par la fabrique, son accès en est sans doute facilité pour un plus grand nombre d'enfants, la barrière financière jouant moins. Ainsi est-il possible d'opposer, en s'en tenant aux cas extrêmes, la scolarisation très minoritaire, mais de meilleure qualité, qui a cours dans le Perche, et la scolarisation plus massive mais plus médiocre de la Beauce. Ce schéma, bien attesté au xviiie siècle, se révélera durable. On le retrouve en effet au début des années 1830, à travers les enquêtes liées à la mise en place de la loi Guizot. On constate qu'alors davantage d'enfants fréquentent l'école en Beauce que dans le Perche. Mais les maîtres beaucerons se consacrent moins exclusivement que leurs homologues percherons à la seule fonction enseignante, puisqu'ils pratiquent plus souvent un double métier, cependant que leurs élèves délaissent davantage que ceux du bocage les bancs de l'école à partir du printemps, quand les sollicitent les activités des champs. Ainsi en Vendômois l'école progresse-t-elle par des voies bien différentes d'un secteur à l'autre, même si ces voies finiront par converger durant le second xixe siècle dans une même scolarisation générale. Nul doute que ces différences se relient à la structuration sociale des communautés villageoises, tant pour ce qui est de la cohésion des communautés (dont le recours au système de l'écolage ou à celui de la fabrique illustrent les différences de degré) que pour ce qui est de leurs relations avec la société englobante (qui peut se mesurer à travers l'intervention des fondateurs).

Approche externe : la communauté villageoise dans son environnement

Le village et son seigneur

17Il peut sembler abusif de placer les rapports qu'entretient la communauté villageoise avec le seigneur de paroisse sur le plan de ses relations externes : aux termes de l'édit de juin 1787 organisant les municipalités de village, le seigneur appartient comme le curé à la municipalité (mais sans participer à la désignation des autres membres). Sur le terrain cependant, les choses sont souvent moins simples : si en droit le seigneur est bien inclus dans la municipalité, il est loin d'être toujours perçu clairement comme membre de la communauté par les villageois. C'est qu'il y a, au xviiie siècle, seigneur et seigneur. Sur les 81 paroisses rurales que compte l'élection de Vendôme, 30 ont un seigneur ecclésiastique — en général une communauté implantée en ville : même médiatisée par la présence sur place d'un prieur, de telles seigneuries apparaissent lointaines aux villageois. Cela ne signifie pas que la domination n'en est pas ressentie, mais cette domination ne passe pas par des relations individuelles directes, et il ne faut donc pas s'attendre à trouver ici d'exemples de patronage ou d'antagonisme personnels. Il en va de même, pour d'identiques raisons d'éloignement, dans les 7 paroisses dont le seigneur est le roi.

18Les 44 autres paroisses de l'élection se répartissent entre 25 seigneurs, qui à la fin du xviiie siècle sont tous nobles. Leur autorité ne s'étend jamais sur des zones géographiques très étendues : 15 de ces seigneurs ne le sont que d'une paroisse, 6 de deux et 2 de trois. A priori, la modeste taille de ces seigneuries constitue un facteur de proximité entre les villageois et leur seigneur. Mais cette proximité ne préjuge pas de la nature des relations qui en résulte. Pour l'apprécier, il faut s'interroger encore sur le degré de présence ou d'absence du seigneur au village. Deux pistes permettent d'examiner ce point. Celle d'abord des châteaux qui matérialisent au village cette autorité seigneuriale. Sur ce plan, il apparaît que si le plus souvent les seigneurs possèdent un château dans leur seigneurie, ce n'est cependant pas toujours le cas ; d'autre part, quand le château existe, il peut être reconstruit et embelli, il peut être simplement entretenu, il peut même être en voie d'abandon et de délabrement. Or, en Vendômois, le Beauce se distingue des autres secteurs en présentant un plus grand nombre de cas de seigneuries qui ne disposent pas de château, ou qui le délaissent. Seconde voie d'approche de l'influence du seigneur, celle de l'histoire de la seigneurie : on peut penser que cette influence s'enracine dans le temps, et que la continuité d'une présence familiale est plus favorable au patronage seigneurial que des mutations de seigneurie répétées. Sur les 25 seigneuries ici considérées, 15 sont détenues depuis le début du xviiie siècle par une même famille ; les 10 autres connaissent en revanche une histoire compliquée, scandée par des ventes, parfois répétées, quelquefois par des saisies. Le hasard des histoires familiales a sans doute sa part pour orienter le destin des seigneuries vers l'une ou l'autre de ces catégories. Mais il est frappant de constater que si dans le Perche et dans la vallée 72 % des seigneuries de village sont placés sous le signe de la continuité familiale, en Beauce ce n'est le cas que de 29 % d'entre elles. Qu'on l'analyse du point de vue des châteaux ou de celui de la continuité familiale, la seigneurie de paroisse apparaît donc beaucoup moins présente en Beauce que dans le reste de la région. Cela ne signifie pas qu'elle y soit moins pesante ; mais cette situation donne à penser que le seigneur y dispose d'une moindre influence sociale. Ces considérations n'épuisent certes pas la question de la relation entre les villageois et leur seigneur, qu'il appartiendrait à d'autres investigations de préciser. Mais elles suggèrent que les rapports entre les villageois et leur seigneur s'inscrivent dans des structures bien différenciées d'un secteur du Vendômois à l'autre.

Les ouvertures matérielles du village

19En Vendômois à la fin du xviiie siècle, l'existence des villageois est d'abord fondée sur l'exploitation du sol et du sous-sol de leur terroir (agriculture, activités forestières, carrières...). Mais il est rare que ces ressources soient exactement ajustées aux besoins de la communauté : la vallée viticole a du vin à vendre mais manque de grain, la Beauce est dans la situation inverse. Même le Perche connaît de tels écarts, encore que moins nettement : si cette zone produit du cidre, et a des produits d'élevage à écouler, elle manque de vin. Tous ces déséquilibres appellent des échanges qui les compensent, ce qui constitue un premier facteur d'ouverture du village. Mais à côté de ces déséquilibres liés à l'inadéquation entre les ressources du village et les besoins de ses habitants, il en est d'autres qui tiennent à l'insuffisance globale de ces ressources pour faire vivre l'ensemble de la population. Il faut alors trouver des occupations complémentaires. Celles-ci peuvent être obtenues en implantant dans la paroisse des activités artisanales autres que celles qui répondent aux besoins élémentaires des villageois. Ce schéma proto-industriel est réalisé dans le Perche, où existent autour de Mondoubleau d'importantes activités de tissage de la laine, qui s'intègrent dans les circuits de la manufacture dispersée contrôlés par les négociants du Mans, et il apparaît aussi dans la vallée du Loir, autour de Montoire, mais cette fois en liaison avec le négoce de Tours. Cependant, s'il arrive aux ruraux de pallier leur manque de ressources en faisant venir au village des activités complémentaires, ils peuvent aussi aller chercher ailleurs ces activités. Ainsi s'expliquent les migrations saisonnières, largement pratiquées en Vendômois par les habitants du Perche et de la vallée, qui au moment de la moisson vont en grand nombre s'embaucher dans les fermes beauceronnes.

20Les communautés rurales sont donc affectées de multiples manières par les ouvertures qu'impliquent les indispensables circulations des hommes et des denrées intéressant le village. Mais elles ne le sont pas de manière homogène : tous les ruraux ne sont pas également mobilisés dans les circuits de la commercialisation de la récolte, dans ceux de la proto-industrialisation ou de la migration saisonnière. Plutôt que de préciser le mécanisme de ces processus - ce qui dépasserait le cadre de cette étude -, on se bornera ici, à titre d'exemple, à l'analyse des migrations définitives, plus faciles à cerner. Celles-ci ne recouvrent sans doute pas tous les rééquilibrages qui viennent d'être évoqués. Mais elles y participent, et quelquefois même les prolongent, par exemple lorsqu'elles sont l'aboutissement de mouvements saisonniers.

21Deux sources surtout éclairent les contours de cette mobilité rurale à la fin du xviiie siècle : les actes de mariage, qui mentionnent pour chaque conjoint, outre la communauté où l'union est célébrée, un lieu de naissance et un lieu de résidence ; et le recensement de l'an IV, qui sans donner de précision géographique, distingue au sein de la population natifs et non natifs, en indiquant pour ces derniers leur date d'entrée dans la commune. Ces données livrent de nombreux enseignements sur les déplacements définitifs de la population. Elles révèlent ainsi que dans leur majorité les mouvements s'orientent de l'ouest vers l'est, du bocage vers la plaine, conformément du reste à la pente qui est celle des migrations saisonnières. Si seule une minorité de la population — surtout des hommes — effectue des déplacements de grande ampleur (cent kilomètres, ou plus), la micromobilité, celle qui s'effectue entre communautés proches, est en revanche majoritaire dans la population, et elle concerne autant les femmes que les hommes.

22Mais cette mobilité n'est pas partout aussi intense. C'est dans le Perche que les mouvements — arrivées comme départs — sont le plus nombreux, et dans la vallée viticole qu'ils le sont le moins. La mobilité n'est en effet jamais à sens unique, et c'est globalement que le phénomène doit s'appréhender : en règle générale, les milieux que l'on quitte le plus sont aussi ceux qui accueillent le plus d'arrivants, cependant que ceux qui connaissent moins de départs se montrent plus fermés aux nouveaux venus.

23Ce niveau de mobilité globale peut se relier aux circuits commerciaux dont l'existence a été évoquée dans la région : en effet, c'est dans les régions les plus ouvertes aux échanges de denrées que la mobilité des hommes est la plus faible, alors que dans le Perche, dont les ressources sont davantage diversifiées, elle est plus forte. Cette règle se vérifie au demeurant jusque dans le détail : ce sont les vignerons, de tous les milieux de la région l'un des plus ouverts aux échanges commerciaux, qui sont le plus enracinés - les transactions intéressant leur production ne s'effectuant même pas au marché, mais à l'exploitation même, dans leur cave ; à l'inverse, on constate à Choue, dans le Perche, où la mobilité globale est très forte (67 % de non-natifs au sein de la population en l'an IV) qu'il y a seulement 41 % de non-natifs au bourg (où se cristallise un minimum d'échanges) et 33 % parmi les tisserands (qui s'intègrent aux circuits du négoce du Maine) : ici aussi, l'échange apparaît donc stabilisant.

24Ces dernières notations invitent à ne pas considérer la mobilité au seul niveau global des communautés. Il existe en effet une mobilité différentielle au sein de ces dernières. Dans la vallée viticole, on vient de le constater, la fermeture au mouvement, forte dans l'ensemble, l'est encore davantage parmi les vignerons, qui constituent la majorité de la population. Sur un autre plan, les ruraux sont mobiles surtout durant leur jeunesse, jusqu'à l'âge du mariage (vers 25 ans chez les femmes, vers 30 ans chez les hommes) ; plus stables ensuite, il n'est pas rare qu'ils connaissent une remise en mouvement au soir de leur vie. De même constate-t-on que parmi les paysans les moins mobiles sont ceux de niveau moyen : gros laboureurs et journaliers se déplacent davantage qu'eux. Enfin, fréquemment, un groupe social apparaît d'autant plus mobile qu'il est plus minoritaire au sein d'une communauté : c'est vrai pour les vignerons dont l'enracinement apparaît très fort dans la vallée, alors que ceux qui sont dispersés dans d'autres zones se déplacent davantage ; de même les tisserands manifestent-ils une certaine stabilité dans l'Ouest percheron (pourtant globalement mobile), ce qu'ils ne font pas ailleurs, où ils sont moins nombreux ; et ces règles valent aussi pour les gens travaillant dans la forêt, dans les forges ou dans les verreries.

25Ainsi apparaît-il que sont plus mobiles ceux qui se trouvent aux deux extrémités de l'échelle sociale, ceux qui se situent aux deux termes de l'existence, ceux enfin qui sont en position minoritaire : en bref ceux qui sont en marge du gros de la communauté villageoise. De ce point de vue, la mobilité éclaire les différences d'intégration au sein de la population, en les reliant à la plus ou moins grande cohésion des groupes qui la constituent. Mais cet effet de cohésion, considéré non plus cette fois au niveau de l'ensemble de la communauté, mais à celui de ses différentes composantes, ne se ressent pas que dans le champ de la mobilité. Il se retrouve sur d'autres plans. Reprenons les vignerons. Ceux de la vallée viticole, mieux enracinés que ceux des autres secteurs, apparaissent aussi davantage alphabétisés : 30 % d'entre eux savent signer, contre seulement 20 % en Beauce et 17 % dans le reste de la vallée, pourtant globalement plus alphabétisés. Sur le plan fiscal, les vignerons de la vallée viticole acquittent en 1789 une taille moyenne de 12 à 15 livres (au principal), contre seulement 4 à 6 livres ailleurs. La position des vignerons apparaît donc nettement meilleure, sur le plan culturel comme sur le plan socio- économique, là où ils sont présents en plus grande proportion. Et une fois encore, cette règle ne vaut pas que pour eux : elle se constate par exemple aussi chez les tisserands, qui signent à 50 % dans le Perche (où le taux global est de 26 %), et à seulement 25 % en Beauce, où ils sont beaucoup moins nombreux, alors que le taux global de signature de cette zone est de 38 %.

*

26Des figures variées de relations sociales se dessinent donc au sein des communautés villageoises. Certaines de ces communautés mettent en avant les complémentarités et les solidarités de groupe : ainsi en Beauce, en ce qui concerne les soitons, ou l'organisation de l'école, et plus encore dans la vallée viticole, comme le démontrent les choix électoraux des villageois. Ailleurs, c'est au contraire l'autonomie et l'isolement qui prévalent, comme dans le Perche, avec l'indépendance, même médiocre, du bordager, et aussi la forte propension des ruraux de cette zone à se déplacer. Par rapport aux dominants s'observent aussi de beaux clivages entre le Perche et la Beauce : dans le premier cas, les seigneurs, physiquement présents, se manifestent en fondant des écoles, alors qu'en Beauce, c'est indépendamment de ces seigneurs, d'ailleurs souvent absents, et grâce aux institutions villageoises, que l'école développe son existence. À la dépendance des communautés percheronnes, par rapport à des autorités sociales qui contrôlent et qui organisent, s'oppose donc, sinon l'indépendance, du moins une relative autonomie collective des villages beaucerons, laquelle leur ménage une certaine capacité d'initiative. Parmi les figures des relations sociales au village, il faut faire aussi un sort aux structurations internes des communautés rurales. Ces structurations peuvent être verticales, comme dans le Perche, et plus encore en Beauce, où la vie sociale s'organise d'abord à partir de la complémentarité inégalitaire entre laboureurs et journaliers. Il arrive que cette relation verticale s'accommode d'autres types de liens, conçus quant à eux sur un mode plus horizontal et plus égalitaire. Ainsi en va-t-il en Beauce ; mais cette structuration horizontale demeure très secondaire par rapport à l'organisation verticale qui domine la vie villageoise de cette zone. Il en va autrement quand les liens de type égalitaire dominent dans une communauté, comme c'est le cas dans la vallée viticole, où ils rendent compte des caractères originaux de la vie sociale de cette zone. Enfin, les dernières figures de relations sociales qu'on évoquera sont celles que met en évidence l'analyse des mobilités, et qui s'organisent à partir de la notion de cohésion, sur la base d'une distinction entre des éléments centraux de la population, majoritaires et bien intégrés, et des éléments marginaux, moins nombreux et moins solidement rattachés à la communauté. Tout autant que la structuration verticale de l'échelle sociale, et en liaison avec elle, cette structuration par l'opposition entre centre et périphérie contribue à rendre compte de nombreux traits de la vie villageoise.

  • 3 Norbert Élias, La Société de Cour, Paris, 1974 ; pour cet auteur, la configuration est une formatio (...)

27Les figures de la relation sociale sont donc multiples dans les campagnes vendômoises. Mais l'analyse ne les découvre qu'en sériant les différents facteurs qui organisent la vie de ces communautés. Si une telle démarche est dans un premier temps légitime, elle ne peut constituer qu'une étape. En effet, l'existence d'une société ne s'organise pas qu'à partir d'une juxtaposition de figures de relations. Elle se construit en combinant ces figures en un système qu'on peut qualifier, en reprenant le vocabulaire de Norbert Elias, de configuration3. C'est en raisonnant à partir d'un tel concept qu'on peut conclure à l'existence pour chaque secteur du Vendômois d'une configuration aux traits vigoureusement affirmés, de l'atomisation de la société des paroisses percheronnes à la hiérarchie structurée, et structurante, des villages beaucerons, en passant par la forte cohésion à dominante égalitaire des communautés de la vallée viticole. Fallait-il, dira-t-on, multiplier les analyses pour retrouver, à l'arrivée, les contrastes bien connus qui opposent les mondes du bocage, du vignoble et de la plaine découverte ? En réalité, l'intérêt de l'enquête tient moins à cette conclusion sans surprise qu'à la diversité des approches retenues pour y parvenir : ces dernières trouvent en effet de ce fait une validation qui peut les rendre opératoires dans l'étude de sociétés rurales aux traits moins nettement affirmés. Sans doute les configurations mises en évidence retrouvent-elles les caractères contrastés de l'habitat rural en Vendômois : on voit bien le lien qui s'établit entre l'atomisation du Perche et la dispersion bocagère de cette zone, ou entre la structuration sociale de la Beauce et la juxtaposition dans ce secteur de bourgs regroupant la majorité de la population et de quelques grosses exploitations dispersées sur le terroir ; de même faut-il rapporter la forte cohésion des communautés viticoles à la force du groupement qui s'observe dans ce milieu, pour des vignerons propriétaires, sur la base non pas même de la paroisse, mais de hameaux encore plus soudés (couramment appelés dans la région villages). Mais plutôt que de trancher la vaine question de savoir si l'habitat détermine les configurations sociales ou s'il en résulte, la méthode retenue a l'avantage de retrouver les mécanismes qui sous- tendent ces dernières indépendamment des présupposés de la géographie humaine.

28Ces observations n'épuisent certes pas l'étude des sociétés rurales vendômoises à la fin du xviiie siècle. Pour réaliser un tel programme, quantité d'autres pistes devraient être explorées. Ainsi conviendrait-il de confronter le schéma qui vient d'être présenté aux stratégies matrimoniales des populations de la région, ou aux circuits de l'argent, tels que les registres du contrôle permettent d'en rétablir la réalité. Il faudrait aussi examiner comment ce schéma s'articule avec le monde des citadins, et notamment celui des propriétaires. En fait, le champ des investigations complémentaires possibles est considérable. Mais on peut penser que les conclusions de ces multiples enquêtes viendraient largement s'inscrire dans les structures suggérées par les premières approches présentées ici. En clair, le tableau des configurations sociales qui a été décrit pour la Beauce, le Perche ou la vallée viticole peut sans doute être précisé ou nuancé ; mais il y a peu de chances pour qu'il soit modifié au point d'en devenir méconnaissable.

29Il reste que les configurations décrites au terme de cette étude sont saisies à la fin du xviiie siècle. D'autres analyses encore seraient nécessaires pour en préciser, dans une perspective diachronique, le devenir. Le propos serait, en partant des réalités sociales constatées alors, de cerner la mobilité sociale en précisant comment des éléments d'une population peuvent modifier leur position au sein d'une certaine configuration. Mais quand de tels mouvements se multiplient, c'est la configuration sociale elle-même qui finit par se trouver transformée : dans ce cas, de la mobilité sociale, on est passé au changement social. Il n'était pas question non plus d'aborder cette histoire ici. Mais on peut penser que le recours aux approches multiples retenues dans la présente étude pourrait sur ce plan aussi se révéler fécond.

Notes

1 On n'indiquera ici en général que les principales conclusions de l'enquête. Pour le détail des analyses, je renvoie à ma thèse, Jean Vassort, Une société provinciale face à son devenir : Le Vendômois aux xviiie et xixe siècles, Paris, 1995.

2 Paul Bois, Paysans de l'Ouest, Paris, 1971.

3 Norbert Élias, La Société de Cour, Paris, 1974 ; pour cet auteur, la configuration est une formation sociale au sein de laquelle les individus sont liés les uns aux autres par un ensemble de dépendances réciproques dont la reproduction suppose un équilibre mobile de tensions.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20588/img-1.png
Fichier image/png, 187k

Auteur

Professeur de Première supérieure, Lycée Descartes, Tours

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540