Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Approches croisées. Les sources classiques revisitées

Approche de la proximité et de la différenciation sociale des différents groupes paysans à travers les transactions immobilières (région d'Amboise en Touraine, année 1780)

Anne Jollet

Index terms

Geographical index :

France

Full text

  • 1 Voir notamment les actes des deux colloques de l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud de 1965 et (...)
  • 2 Les textes des communications ont été publiés dans les Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, (...)

1Le colloque de Rennes met au cœur d'une des grandes questions de l'histoire sociale, celle de la stratigraphie sociale. Il conduit la tribu historienne à justifier à nouveau ses façons de faire de l'histoire sociale et de penser le fonctionnement social dans le passé. Les interrogations ne sont pas neuves sur la légitimité et l'efficacité des méthodes, notamment celles des découpages auxquels procède l'historien pour avancer dans la compréhension de ce tout qu'est une société. On se souvient notamment des rudes oppositions des années soixante autour de la société de l'époque moderne comme société d'ordre ou société de classe1. Le débat, auquel les historiens rennais ont déjà contribué en provoquant une journée d'étude sur les stratifications sociales l'an passé2, a repris avec une acuité nouvelle.

  • 3 Dictionnaire historique de la langue française, éd. Le Robert, 1992, « strate », « stratification » (...)
  • 4 Bernard Lepetit, « Histoire des pratiques, pratiques de l'histoire » dans : Les formes de l'expérie (...)

2Dans un tel contexte, on ne peut éluder un retour sur la force métaphorique du terme choisi, celui de « stratifications sociales ». Il conduit en effet à une représentation des sociétés en termes de groupes sociaux organisés selon une hiérarchie horizontale, de « strates », et impose une vision de la société comme un feuilletage ayant des profondeurs, un sommet, et des couches en partie étrangères les unes aux autres, un regard de l'historien se situant latéralement par rapport à son objet pour considérer ces « couches sociales » disposées les unes sur les autres à la façon des couches sédimentaires que cherche à distinguer le géologue. L'emprunt des sciences humaines aux sciences de la nature telles qu'elles se sont constituées au xviiie siècle, à leurs méthodes de classification, est patent. Tout bon dictionnaire rappelle que le terme de « stratigraphie » apparaît au cours du xixe siècle pour désigner l'étude des couches sédimentaires qui se sont disposées à la surface de la Terre et que l'emploi du terme dans un sens abstrait pour désigner des réalités sociales s'est développé en même temps que les sciences sociales au xxe siècle3. Mais l'ordre minéral ainsi suggéré, la représentation verticale, le bel isolement des strates, tout cela paraît venir d'un horizon si lointain que l'on sait gré aux organisateurs du colloque d'avoir mis au cœur de la réflexion ce mot devenu étrange car, pour partie, étranger à nos représentations du social, et qui nous amène d'emblée à rendre conscientes d'autres représentations hantées par l'interrelation, par l'empathie. On mesure mieux la crainte d'isoler artificiellement, de disjoindre là où prévaut le lien, de figer ce qui est mouvement, incessantes transformations. On comprend mieux combien on a été saisi par l'apostrophe cinglante de Bernard Lepetit sur la mise en catégorie comme modalité de la mise en boîte, de longue date préparée par la micro-histoire4. En mettant en catégories, plus prudemment encore, en groupes sociaux, et en analysant le comportement de ces groupes constitués a priori ne risque-t-on pas d'être en pleine tautologie et de trouver à l'arrivée ce qu'on a mis au départ ? À l'extrême, tout ensemble, aussi arbitrairement composé qu'il soit, ne se distingue-t-il pas de tout autre ? Mais cela n'est peut-être pas l'affaire des historiens dont les découpages raisonnés fuient l'arbitraire.

3L'analyse traite ici des individus mis en catégories à partir de la manière dont ils sont désignés dans les sources. On sait ce que le procédé a d'empirique. Il postule l'importance de la perception de la société par elle- même et la réalité des différences sociales ainsi pointées à travers la diversité des vocables usités, dans une société donnée. On sait tout ce que cette « communauté » désignée par le même vocable a, à la fois, de fort et de dérisoire. On sait que le « vigneron » peut être un modeste salarié travaillant à la journée tout comme un propriétaire cossu au sein de la microsociété dans laquelle se développe son existence. On s'interroge sur ce qui rattache réellement ces individus les uns aux autres. On sait que l'on ne sait pas au juste qui nomme et qu'il est difficile de prendre la mesure de la pertinence de ces dénominations et de leur efficacité dans le contexte social de leur énonciation.

  • 5 Il s'agit de l'espace d'un bureau de l'Enregistrement révolutionnaire, deux cantons de 1790 qui cor (...)
  • 6 Il s'agit des rôles de la taille de 1787, des actes de vente de biens immobiliers de 1780, 1786, 17 (...)

4Le fait de mener l'étude sur un petit espace, environ 25 000 ha, permet cependant une bonne connaissance de l'ensemble de la population du site5. Les groupes sociaux peuvent être constitués à partir des désignations portées dans différents documents de la même période6. Le recoupement des fichiers montre que les différences dans les désignations d'une source à l'autre ou à l'intérieur de la même source sont très rares.

  • 7 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 14 à 18, Rôles de taille de l'élection d'Amboise de 1771 à 1787.

5À l'extrême fin du xviiie siècle, les désignations sont, dans la région de Touraine étudiée — celle qui entoure la petite ville d'Amboise — peu diverses et peu précises quant à la forme d'activité de l'individu, quant à son inscription dans un système d'exploitation. Douze désignations sont utilisées dans le rôle de taille de 1787 (le dernier de l'Ancien Régime) pour désigner ceux qui y sont regroupés sous le terme de « paysan »7 : « laboureurs », « vignerons », « journaliers », « fagoteurs », « jardiniers », « fermiers » ou « marchands fermiers ». Sur les 16 collectes rurales et les 2 collectes urbaines, qui rassemblent 1 600 cotes paysannes, la variété la plus grande concerne les activités péri-agricoles liées à l'exploitation forestière. Il y a beaucoup de bois sur les revers des plateaux, notamment la grande forêt d'Amboise appartenant au duc de Penthièvre, et on trouve dans les paroisses des individus qui sont « fagoteurs » mais aussi quelques « scieurs de long », des « charbonniers », un « fendeur ». Parmi les autres actifs agricoles, à côté des désignants précités, on trouve sur le rôle quelques « bordagers », une dizaine, trois « gardes-vache » dans la paroisse rurale entourant Amboise. Par contre, le rôle de 1787 ne porte pas de mention de « closier » alors que le mouvement des biens sur le marché immobilier montre que les closeries sont assez nombreuses dans la région. Cependant, dans la vaste paroisse rurale de Saint-Denis-Hors qui ceinture Amboise, une dizaine de mentions de « vignerons de », suggèrent un statut de salarié. Ces précisions professionnelles apparaissent d'ailleurs comme des survivances, absentes des autres sources utilisées ici, Contrôle des actes, Enregistrement et procès-verbaux de vente des biens nationaux. Ce qui importe, c'est d'être, d'une façon ou d'une autre, vigneron, c'est à dire de travailler la vigne, ou de ne pas l'être. L'évolution qui conduit vers l'emploi du terme générique de « cultivateur », de plus en plus large au cours des années 1790, est nette, sans qu'il soit pour autant aisé de préciser la signification de cette évolution, de faire la part de l'effet d'un regard administratif qui n'a que faire de la diversité des activités et acculture à ne plus les dire dans la désignation sociale de soi, et de l'effet de transformations sociales internes à ces sociétés, des changements de perception que celles-ci induisent.

6L'objet de cette communication est de chercher à préciser la signification de ces groupes sociaux sur la base de l'autodésignation en étudiant les comportements moyens et ceux qui s'en écartent. L'analyse s'appuie sur l'étude des comportements des différents groupes de la paysannerie locale dans les transactions immobilières de l'année 1780. La présence dans un acte d'achat ou de vente d'un bien immobilier est regardée comme une des modalités de la présence dans une société. Cette présence des groupes sociaux s'exprime de façons diverses à travers cette seule action sociale dont on a tenté de cerner les différentes dimensions, notamment l'intensité de l'implication, le choix des objets d'investissements, l'importance des superficies et des sommes mises en cause, les relations sociales suscitées par la transaction.

La question de l'intensité de l'implication

7Ceux qui « laboureurs », « vignerons », « journaliers » sont des « paysans » constituent près de la moitié des taillables de cette région en 1787. Ils sont très présents dans les transactions immobilières et, ensemble, constituent 43 % des vendeurs et 42 % des acheteurs intervenant sur ce marché au cours de l'année 1780. Leur participation à ce marché est donc légèrement inférieure à leur importance dans la population, signe d'un accès plus étroit que d'autres groupes sociaux, sans que le groupe soit néanmoins marginal. Au sein de cette paysannerie, les différentes catégories paysannes se singularisent par une implication plus ou moins importante dans ces transactions.

8Les journaliers qui constituent environ 10 % des feux de 1787 et 22 % des feux paysans sont à l'origine de 17 % des transactions paysannes. Alors que, dans l'ensemble de la population ressortissant de ce bureau de contrôle, un feu sur onze effectue un achat (un sur douze si l'on considère seulement la population paysanne), un feu journalier sur 15 seulement est concerné. Les laboureurs sont à l'origine de près de 10 % des achats et de 23 % des achats paysans. Sur les mêmes bases que précédemment, un feu de laboureur sur 7 est concerné. Les vignerons qui constituent la masse des paysans du lieu, 65% des feux paysans de 1787, effectuent 25 % des achats et 60 % des achats paysans. Mais ce n'est en moyenne qu'un feu de vigneron sur 13 qui est impliqué. Les différences sont donc sensibles en termes d'implication dans les achats entre les laboureurs et les deux autres groupes paysans, dans un rapport de un à deux.

9La participation des différents groupes paysans à la vente de biens montre une situation un peu différente. Les paysans sont à l'origine de 43 % des interventions. Au cours de l'année 1780, un feu de paysan sur treize est vendeur, proportion un peu moins importante que pour les achats. La présence des laboureurs est de l'ordre d'un feu pour dix, celle des journaliers d'un feu pour 13 feux, celle des vignerons d'un feu pour 14 feux. Les différences sont donc moins sensibles au niveau des ventes que des achats entre les groupes paysans, les uns intervenant plus rarement pour vendre que pour acheter, les laboureurs, les autres plus fréquemment pour vendre que pour acheter, les journaliers et, de façon moins nette, les vignerons.

Les groupes paysans par rapport aux types de biens

10Pour ne pas alourdir excessivement ce propos, on s'en tiendra aux types de biens achetés, considérant que l'achat est un acte plus volontaire que la vente et que l'objet en cause est le résultat d'un choix plus délibéré, plus positif. De façon peu surprenante, les paysans montrent globalement une très nette préférence dans leurs achats pour les terres plutôt que pour le bâti. Ils sont beaucoup moins acheteurs, mais aussi moins vendeurs, que le reste de la population de biens constitués uniquement de bâtiments, maisons, chambres, caves ou autres. Seules 15 % des occurrences « acheteurs paysans » portent sur ce type de biens alors que globalement ces biens correspondent à 18% des achats. Mais cette part des achats s'élève à 35 % pour les journaliers, tandis qu'elle n'est que 11 % pour les vignerons et de 6 % pour les laboureurs. Sur ce nouveau critère, l'opposition est donc nette entre les priorités des laboureurs et celles des journaliers pour lesquels la recherche d'un logis est nettement plus importante.

11Il n'en reste pas moins que l'essentiel des transactions paysannes, et notamment des achats paysans, portent sur des terres, associées ou non à des bâtiments. Les achats de terres seules accentuent les distinctions soulignées à propos du bâti. Les parcelles de terres constituent 90 % des achats des laboureurs, 70 % de celles des vignerons, et 50 % de celles des journaliers. Dans la région d'Amboise, ces parcelles de terres sont constituées de terres labourables, mais aussi de vignes et, plus rarement, de prés. Ces différents types de bien peuvent être vendus isolément ou rassemblés dans un même article.

12La vigne, pas nécessairement seule, est présente dans la moitié des achats, et dans 60 % des occurrences comprenant du non bâti. Les paysans sont loin d'avoir le privilège de l'accès à la vigne et ne sont à l'origine que de 40 % de ces achats. Parmi les paysans, les vignerons effectuent plus de la moitié des achats portant sur de la vigne (57 %). Les laboureurs sont cependant à l'origine de 25 % des achats de vignes, soit plus que les journaliers. La place de la vigne au sein des achats de chaque groupe paysan signale l'importance relative qu'elle a pour chacun : un peu plus de la moitié des biens achetés par des vignerons comportant des terres de culture contiennent de la vigne, cette proportion est légèrement plus forte pour les laboureurs et beaucoup plus forte pour les journaliers dont 80 % des achats portant sur du non bâti sont, au moins en partie, constituées de vigne.

13Aborder la question du point de vue des terres labourables renforce ces résultats. Les terres sont présentes dans 30 % des achats et dans 36 % des achats contenant du non bâti. Elles sont donc globalement moins fréquemment présentes sur ce marché que la vigne. Les paysans sont, comme pour la vigne, dans une situation qui est loin d'être hégémonique quant à l'acquisition de ce type de biens puisqu'ils ne sont à l'origine que de la moitié de ces achats. Les terres labourables ne sont d'ailleurs présentes que dans 36 % des achats paysans. Les vignerons réalisent 60 % de ces achats, les laboureurs 36 % et les journaliers sont presque absents de ce type d'acquisition. Mais aborder la question du point de vue de l'activité de chaque groupe et donc des choix des membres du groupe, souligne l'aspect sélectif des achats de chacun. L'approche confirme le faible intérêt des journaliers pour ce type de biens. Mais elle met en évidence l'importance plus grande des terres labourables dans les achats des laboureurs (60 % de leurs occurrences comportant du non bâti) que dans ceux des vignerons (40 % des occurrences comportant du non bâti).

14Les achats portant sur d'autres types de biens sont trop peu nombreux pour être significatifs. On peut néanmoins souligner la faiblesse générale de la présence paysanne parmi les acheteurs de prés, et, en particulier, l'absence des journaliers parmi ces acheteurs.

Les groupes paysans et la superficie des biens en cause

15La question des distinctions entre groupes paysans a été abordée jusque là en termes d'interventions sur le marché. Un autre aspect de l'approche de cette diversité est celui de l'importance des superficies. Ici aussi on s'en tiendra à l'analyse des acheteurs, considérant que les ventes peuvent être davantage le résultat de situations héritées que l'écho de la situation sociale des acheteurs eux-mêmes.

16Les superficies des biens achetés sont dans l'ensemble bien connues. La médiane de l'ensemble des superficies des achats se situe autour de 25 chaînées, 16,5 ares. Mais la moyenne de ces biens s'élève à 1,2 arpents (80 ares) du fait de la présence de quelques exploitations entières. Globalement, 212 ha ont changé de mains au cours de l'année 1780. Les paysans ont vendu 24 ha, en ont acquis 34 ha. Mince part des biens échangés, écho de leur mince propriété. Leurs acquisitions représentent 16 % de l'ensemble. Même en leur ajoutant les achats plus importants des fermiers, 6,2 ha, l'ensemble des biens acquis par les actifs agricoles n'atteint pas les 20 %.

17Ces achats paysans sont réalisés pour un peu plus de la moitié par des vignerons et pour l'autre moitié, de façon à peu près égale, par les journaliers et les laboureurs. Tenir compte des achats des fermiers ne change pas fondamentalement la question : ces achats s'élèvent certes à 16 % de l'ensemble mais ceux des vignerons en font encore 45 % et ceux des journaliers et laboureurs 40 %.

18Les biens paysans sont dans l'ensemble de dimension réduite comme la grande masse des biens passant sur ce marché, mais ils se distinguent par l'absence de toute superficie importante du fait de l'incapacité des paysans à accéder à l'achat des exploitations locales, les métairies. Le plus important de leurs achats porte sur une étendue de 8,5 arpents (5,6 ha). Ceci se traduit par une superficie moyenne par occurrence d'achat bien plus faible que pour l'ensemble des acheteurs, environ 45 chaînées, 30 ares, alors que la médiane se situe au même niveau, autour de 25 chaînées. De façon plus significative, les trois quarts de ces achats paysans portent sur des biens de moins de 50 chaînées (33 ares) et un quart sur des biens de moins de 10, 5 chaînées, de moins de 7 ares, mais ce parcellaire étroit est plus le fait de la structure de la petite propriété locale qu'une spécificité paysanne. On repère cela très bien en prenant la mesure de la présence des achats paysans parmi les occurrences inférieures à la médiane, seulement 40 % de l'ensemble, part équivalente à celle qui est la leur parmi les acheteurs.

19Mais en considérant cette question de la dimension des biens acquis du point de vue de l'ensemble de l'activité de chaque groupe paysan, on constate des écarts significatifs : 38 % des achats faits par des laboureurs et contenant du non bâti se situent en dessous de la médiane de l'ensemble des achats, mais 60 % des achats des vignerons et des journaliers sont dans ce cas. Conclusions à nuancer elles aussi, dans la mesure où cette différence est, en partie, l'écho de la plus ou moins grande importance de la vigne dans ces achats des groupes paysans.

  • 8 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 8 février 1780.
  • 9 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2C 116, 13 janvier 1780.
  • 10 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 9 mai 1780.
  • 11 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 6 octobre 1780.

20L'étude de la différenciation des biens acquis est difficile à mener du fait de l'étroitesse des effectifs. Les superficies moyennes par occurrence acquises par les différents paysans sont, en particulier, très dépendantes d'un cas pouvant faire monter fortement la moyenne. Ainsi la moyenne des achats des journaliers s'élève à 50 ares, bien supérieure à celle des laboureurs, 30 ares, du fait de l'achat fait par François Mirault, un journalier des faubourgs d'Amboise, qui acquiert plus de 5 ha (8 arpents et 25 chaînées) de terre sur la paroisse proche de Limeray8. Sans cet achat d'ampleur exceptionnelle, les journaliers achètent des biens d'une superficie moyenne semblable à celle de l'ensemble des paysans, autour de 25 chaînées. La médiane autour de 18 chaînées, 12 ares, est plus révélatrice de la modestie de leurs achats. Les différences entre les achats réalisés par les membres des différents groupes paysans sont alors sensibles. La médiane des achats des laboureurs est en effet plus élevée d'un tiers, autour de 18 ares, tandis que les achats vignerons sont de même importance que ceux des journaliers, autour de 18 chaînées, une douzaine d'ares. L'achat médian des vignerons est du type de celui que réalise Gilles Brochard, vigneron à Souvigny, qui achète 18 chaînées de vigne dans cette paroisse9. L'achat médian du laboureur est d'une trentaine de chaînées qui peuvent être en vigne, tel ce bien que Martin Bouchère, laboureur à Noizay, achète sur la paroisse à un cordonnier du lieu10. Ces chiffres témoignent tous néanmoins d'une proximité sociale de ceux que nous réunissons ici sous le terme de paysan. Les fermiers, peu nombreux et peu présents dans les transactions immobilières, appartiennent, selon ces critères, à un autre horizon : la moyenne de leurs deux achats s'élève du fait de l'achat d'une grosse closerie de 6 ha par le fermier de la seigneurie de Pocé, sur les rives de la Loire, bien inaccessible à l'ensemble des paysans11.

Les groupes paysans et la valeur des biens en cause

  • 12 Anne Jollet, Terre et société dans la région d'Amboise de la fin de l'Ancien Régime à l'Empire, Par (...)

21L'étude de la valeur des biens acquis fournit une autre approche de la différenciation des comportements des groupes paysans face aux achats immobiliers. Elle permet de prendre en compte l'ensemble des biens, bâti et non bâti, types de terres, tout en permettant de préciser à nouveau la spécificité des choix des uns et des autres. Globalement, les biens mis sur le marché au cours de 1780 constituent une valeur d'environ 220 000 livres, une fois résolue la difficulté de l'estimation d'un certain nombre de paiements différés, sous forme de rentes ou de droits d'usufruit essentiellement12. La valeur moyenne par transaction est donc d'environ 670 livres.

22Les paysans, en dépit de leurs nombreuses interventions, n'acquièrent que pour un peu plus de 40 000 livres de biens, 18% de l'ensemble. Leur investissement moyen par occurrence est inférieur de plus de moitié à l'investissement moyen puisqu'il se situe autour de 300 livres. Mais les écarts sont très importants entre des biens dont le prix n'est que de quelques livres et d'autres de quelques milliers de livres. Le biens le plus cher acheté par un paysan au cours de l'année n'atteint cependant pas les 3 000 livres alors que les plus importants des achats s'élèvent à plus de 10 000 livres, et jusqu'à 30 000 livres. La médiane des achats paysans témoigne de l'existence d'une masse de très petites transactions au cœur de l'activité paysanne : elle n'est en effet que de 150 livres alors que celle de l'ensemble des transactions est de 200 livres, celle des bourgeois de 350 livres.

23La répartition des achats paysans en quartiles met en évidence le fait que 25 % d'entre eux sont d'un montant inférieur à 55 livres et seulement 25 % sont de plus de 400 livres. Pour comparaison, le premier quartile des achats bourgeois s'élève jusqu'à 200 livres et le dernier comprend des biens qui s'élèvent à plus de 1 200 livres.

24Au sein de la paysannerie, les investissements se répartissent d'une façon sensiblement semblable aux superficies : les achats des vignerons rassemblent la moitié des investissements, et les journaliers et laboureurs chacun un quart. Mais rapporté à des interventions inégalement nombreuses, le total des sommes investies correspond à des achats en fait très différents. Les journaliers sont ceux qui réalisent les achats, en moyenne, les plus coûteux, autour de 450 livres tandis que les laboureurs et, encore plus nettement, les vignerons réalisent des achats qui leur sont inférieurs de moitié, autour de 250 livres et 290 livres.

25La répartition des achats des différents groupes paysans par rapport à la médiane paysanne montre à la fois que les vignerons pratiquent plus que les autres les petits achats et en même temps qu'il existe une certaine interchangeabilité des achats entre paysans. Les vignerons fournissent en effet 63 % des occurrences d'achat inférieures à la médiane, les laboureurs n'en fournissent que 25 % et les journaliers 12 %. Mais les vignerons fournissent aussi 56 % des occurrences supérieures à la médiane, les journaliers et les laboureurs 22 % chacun.

  • 13 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 5 juin et 13 mai 1780.

26Cependant les médianes des différents groupes confirment l'existence de nuances dans ces achats paysans. Celle des journaliers est de 300 livres et le quart des biens les plus coûteux s'élève au-dessus de 700 livres. La médiane des achats des laboureurs n'est que de 150 livres et le quart supérieur regroupe des biens jusqu'à moins de 400 livres. Les vignerons font figure de modestes parmi ces modestes : la médiane de leurs achats est de 150 livres comme les laboureurs, mais le quart de leurs achats les plus valeureux ne débute qu'à 300 livres et le quart des plus modiques se situe à moins de 40 livres alors qu'il monte jusqu'à 80 livres pour les laboureurs. Les achats les moins onéreux sont les leurs, tel ce morceau de terre de 3 chaînées qu'un vigneron de Pocé achète pour 6 livres ou ce morceau d'ouche qu'un voisin achète pour 7 livres13.

27Ces différences dans les montants renvoient, en partie, à la diversité des biens acquis. Les journaliers, plus que les autres groupes paysans, achètent des bâtiments, objets plus coûteux par unité que les parcelles de terre. Ces bâtiments seuls, le tiers de leurs occurrences, constitue plus de 60 % de leurs investissements. Ces achats sont d'un coût moyen de près de 800 livres alors que les terres achetées par les journaliers sont d'une valeur par occurrence de 275 livres et leur valeur médiane est de 160 livres, niveau qui est celui des achats vignerons.

  • 14 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 3 octobre 1780.

28Dans les achats des vignerons et encore plus nettement des laboureurs, les achats de bâtiments seuls sont beaucoup plus rares et ils rassemblent une part des investissements beaucoup plus réduite. Les laboureurs ne sont que deux à acheter du bâti seul au cours de l'année mais il s'agit des deux articles les plus onéreux de l'ensemble de leurs achats, deux belles maisons, l'une de 1 396 livres et l'autre de 1 800 livres. Ces articles ne rassemblent cependant que 35 % de leurs dépenses. Le reste est investi dans les terres, selon un montant moyen de l'ordre de 200 livres et une valeur médiane de 130 livres. Les vignerons ne consacrent que 16 % de leurs dépenses au bâti seul. Ces investissements sont très faibles, de moins de 400 livres en moyenne. Il s'agit plus souvent de caves, de granges que de maisons, et quand il s'agit de maisons, elles sont loin d'atteindre les 1 396 livres que le laboureur cossu des environs d'Amboise, Mathieu Chariot, consacre à son achat « au centre de la ville »14. Les maisons achetées par les vignerons n'atteignent pas les 800 livres. Les terres, accompagnées ou non de bâtiments, constituent donc plus que pour les autres groupes paysans le cœur de leurs investissements. Ces achats se font, en moyenne, à un niveau plutôt plus élevé que les laboureurs, autour de 240 livres par occurrence, et ils ont une valeur médiane d'environ 140 livres.

29Ces chiffres confirment la modestie particulière des achats de la masse des laboureurs, plus impliqués que les autres groupes paysans dans les transactions, mais pour des sommes réduites, car ils achètent plutôt des terres labourables que des vignes.

Les groupes paysans et le bilan des transactions

30On a considéré jusque là l'implication des différents groupes paysans en tant qu'acheteurs du fait de la signification plus précise des choix réalisés par les acheteurs. Mais une dimension importante des transactions résident évidemment dans le bilan des ventes et des achats de chacun des groupes sociaux sur l'année. Ce bilan peut se faire, comme les précédentes analyses, à la fois au niveau des interventions et au niveau du volume et de la valeur des biens mis en cause. Les interventions montrent que la présence des paysans s'équilibre entre les achats et les ventes, mais les journaliers interviennent plus souvent pour vendre, les vignerons et les laboureurs pour acheter.

31En termes de superficies, les transactions de l'année 1780 dégagent un solde favorable aux paysans, gain d'une dizaine d'hectares, gain de 4 à 5 % des superficies ayant changé de main. Pour chacun des différents groupes de paysans, les résultats sont d'une lisibilité encore moins grande du fait de la faiblesse des superficies en cause et du poids qu'une transaction importante peut prendre dans l'ensemble. En prenant en compte l'ensemble des transactions, les vignerons, à la suite de près de 160 interventions soit comme vendeurs soit comme acheteurs, dégagent un solde positif de deux petits hectares. Mais si on leur impute, au prorata de leur part des superficies vendues, une part des superficies vendues par des individus dont la situation professionnelle est restée inconnue, leur bilan est tout juste équilibré. Il semble raisonnable d'en rester à ce résultat de transactions, plutôt négatif des vignerons, compte tenu du fait qu'une partie des biens du groupe a été vendue par des femmes, filles majeures ou veuves, toujours plus vendeuses qu'acheteuses dont les transactions n'ont pas été prises en compte ici.

32La situation des journaliers, fagoteurs et jardiniers apparaît comme également très incertaine et le faible solde positif résultant de leurs transactions est trop étroit pour que les ventes de quelques femmes ou quelques individus non identifiés ne puisse le mettre en cause. La situation des laboureurs apparaît assez différente. À travers une cinquantaine d'interventions, ils dégagent des ventes et des achats un gain de 5 hectares, gain très important du fait des très petites dimensions en cause dans les transactions, une vingtaine d'ares à la vente, une trentaine à l'achat : ce gain fait que les superficies acquises dépassent de 150 % les superficies vendues et les superficies vendues non attribuées, ne remettent pas en cause ce résultat.

33Du point de vue des superficies, on aboutit donc à un bilan contrasté qui met en évidence une relative solidité des laboureurs sur le marché de la terre face à une situation de fait difficile des vignerons et des journaliers. Ce contraste ne renvoie pas seulement à une plus ou moins bonne santé économique globale, mais tient aussi à des choix en matière d'achat que l'on a évoqué précédemment et qui distinguent laboureurs et vignerons d'une part, journaliers d'autre part.

34Le bilan des transactions abordé en termes financiers permet d'éviter cette difficulté et de saisir plus nettement les capacités d'investissements nouveaux des uns et des autres. Globalement, les paysans ont investi près de 10 000 livres supplémentaires dans le foncier à la suite des transactions de 1780. Il s'agit d'un gain de 4 à 5 % de la valeur de l'ensemble des transactions. Par rapport aux valeurs modestes mises en cause, il s'agit d'un investissement supplémentaire important, la valeur des biens achetés dépassant de 30 % la valeur des biens vendus.

35Au niveau des différents groupes paysans, le bilan est un peu différent de celui auquel on aboutit par l'étude des superficies. Sans surprise, les vignerons présentent un bilan dans lequel les achats dépassent de très peu les ventes, et un excédent trop faible pour faire conclure à autre chose qu'à une situation de maintien difficile. Le bilan des journaliers s'avère plus positif si on analyse les valeurs et non les superficies, ce qui confirme la priorité accordée au bâti dans leurs investissements. Les achats s'élèvent au double de leurs ventes, mais il s'agit de sommes faibles qui n'atteignent pas 5 % de l'ensemble. La situation des laboureurs est au contraire moins fermement conquérante en valeur qu'en superficie mais l'investissement nouveau supérieur d'un tiers au montant des ventes confirme la tendance, plutôt à l'accroissement de la propriété immobilière. Tout cela dans le cadre de transactions portant sur de toutes petites parcelles de très modeste valeur : l'activité plutôt offensive des laboureurs ne les fait pas participer à plus de 4 % des investissements de l'année.

Les mises en relation entre acheteurs et vendeurs

36L'analyse du fonctionnement du marché immobilier peut enfin permettre de préciser l'inscription sociale des différents groupes paysans en s'intéressant aux mises en présence sociale suscitées par la transaction. Une vente est une occasion de la vie sociale dans laquelle deux individus sont amenés à se mettre d'accord sur la valeur d'un bien que l'un cède à l'autre en échange d'une somme d'argent. Or les paysans par leur importance numérique dans la population locale, par leur fréquentation importante du marché, sont présents dans un grand nombre des relations ainsi suscitées. Il est donc intéressant du point de vue de notre recherche de la différenciation des comportements paysans, de préciser leur plus ou moins grande présence dans des relations plus ou moins ouvertes ou plus ou moins endogènes.

37Au cours de l'année, les ventes de biens immobiliers ont donné lieu à 135 relations dans lesquelles un paysan est acheteur. Ce paysan entre en contact avec un autre individu, le plus souvent un homme, un homme de son village, et un homme dont le statut socio-professionnel est le plus souvent connu. Cette mention n'est absente que dans 16 cas pour l'année, qui constituent 12 % des achats paysans.

38Dans 70 de ces transactions, un paysan est en contact avec un autre paysan. Dans près de 60 % des transactions dans lesquels la situation socio-professionnelle du vendeur est connue, un paysan achète donc à un autre paysan. Or les paysans ne sont à l'origine que de 43 % des occurrences vendeur. Les paysans montrent une tendance à privilégier les relations entre paysans. Parmi leurs interlocuteurs viennent ensuite les artisans, 17 % de ces relations, puis les bourgeois, 13 % des vendeurs à un paysan, situation donc relativement rare.

39Les différents groupes paysans se caractérisent par une grande similitude de comportement quant à l'importance des achats à un autre paysan, proche toujours de 60 %. Les différences se situent au niveau de la plus ou moins grande préférence accordée aux membres de son propre groupe. Les journaliers réalisent cependant une part particulièrement importante de leurs achats dans le cadre du monde paysan : 65 % de leurs vendeurs sont des paysans. Les journaliers sont plutôt sur-représentés dans ces vendeurs, le quart des cas, compte tenu du fait que les journaliers ne fournissent que 10 % des occurrences vendeur. Le comportement des journaliers semble assez nettement sélectif mais l'échantillon est trop étroit pour permettre de conclure fermement.

40Les laboureurs réalisent 57 % de leurs achats à un paysan, niveau inférieur à celui des journaliers, ce qui traduit une immersion moins profonde dans le monde paysan. Les femmes, pourtant 12,4 % des occurrences vendeur, sont particulièrement peu présentes parmi leurs interlocuteurs (une seule occurrence). Il en va de même des bourgeois qui ne fournissent que deux vendeurs. Par contre, les artisans sont bien présents : ils constituent le quart de leurs vendeurs. Parmi les paysans vendeurs, les laboureurs favorisent nettement les laboureurs qui fournissent 38 % de leurs vendeurs, plus du double de leur part dans les occurrences vendeur paysannes, 17 %.

41Les vignerons réalisent également 58 % des transactions avec des paysans (43 occurrences). Mais leurs interlocuteurs non paysans sont plus divers que ceux des laboureurs. Les artisans sont moins présents, présents dans seulement 16 % des achats, en deçà de leur niveau de présence comme vendeurs, autour de 20 %. Par contre, les bourgeois sont plus présents que dans les achats des laboureurs, autour de 16 % également, niveau de leur présence dans les occurrences vendeur. Autre différence sensible, la présence dans 8 % des achats d'une femme seule comme vendeur, présence inférieure à leur niveau d'implication dans les ventes mais supérieure à celle à laquelle confronte les autres groupes paysans. Le plus caractéristique est la distribution des paysans : les journaliers constituent 14 % de leurs interlocuteurs, place modeste, néanmoins supérieure à celle qui est la leur dans les occurrences vendeur, autour de 10 %. Les laboureurs sont au contraire peu présents dans ces relations avec les vignerons, n'étant appliqué que dans 6,5 % des achats, niveau de leur participation au marché comme vendeur. Les vignerons sont, par contre, particulièrement présents, constituant 38 % des vendeurs des vignerons acheteurs et 65 % de leurs vendeurs paysans

*

42Cette étude a tenté de montrer le mélange de proximité et de différenciation qui caractérise l'existence des groupes paysans à l'intérieur d'une microsociété rurale, ici du point de vue de leur accès au marché immobilier. On est dans le même horizon, borné par des moyens financiers limités qui interdisent l'accès à des biens dépassant les quelques milliers de livres : 5 000 livres en ce début des années 1780 semble localement un plafond que les plus aisés ou les plus audacieux des paysans peinent à atteindre. Ceux que l'on qualifie de fermiers participent d'un autre monde dans lequel le plafond des possibles se situe à un autre niveau. De même, le seuil de l'acceptable du côté du microparcellaire est un peu plus élevé. Mais ce n'est pas vers le bas que s'affirment les différences. Parmi ces très modestes propriétaires, l'analyse permet de mettre en évidence l'existence de formes de présence et d'intervention sociales différenciées. Les vignerons sont bien ceux qui, sans n'acheter que de la vigne, loin de là, lui font la plus grande place dans leurs achats, ceux qui investissent pour les sommes les plus modestes dans le bâti, bâti plus souvent constitué de modestes dépendances agricoles que de logis. Les journaliers délaissent les terres labourables dont ils ne sauraient que faire, pour des achats rares mais de biens de plus grande valeur, le bâti, et en particulier, des maisons, et d'autre part de la vigne. Les laboureurs sont, relativement à leur importance dans la population, ceux dont la présence est la plus grande. Leurs achats témoignent de leur spécialisation puisqu'ils privilégient très nettement les terres labourables, délaissant la vigne et se hasardant rarement à l'achat de bâtiments. Ceci en fait à la fois les acheteurs des biens les plus modestes par intervention et le groupe le plus nettement acheteur, gagneur de terres au sein de la paysannerie.

43Les années révolutionnaires, en augmentant l'activité du marché immobilier, vont accentuer les différences de comportement de ces différents groupes paysans. Elles vont notamment voir s'affirmer une puissance nouvelle des laboureurs auxquels les ventes des biens nationaux ont fourni de nouvelles opportunités de devenir propriétaires. Sur ce marché bien plus sélectif que le marché ordinaire, et dans un contexte économique et social nouveau, les laboureurs vont alors se rapprocher des fermiers, cette fois très présents. Par contre, les plus modestes des paysans, les journaliers ici présents par quelques achats importants en valeur, vont progressivement disparaître du marché.

Notes

1 Voir notamment les actes des deux colloques de l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud de 1965 et 1967, L'histoire sociale, sources et méthodes, Paris, PUF, 1967 et Ordres et classes, Paris-La Haye, Mouton, 1973.

2 Les textes des communications ont été publiés dans les Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, tome 106, année 1999, n° 1. On y trouve notamment un vigoureux état des lieux de la crise des catégories sociales dressé par Gérard Béaur sous le titre faussement sage « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d'analyse », p. 159-176.

3 Dictionnaire historique de la langue française, éd. Le Robert, 1992, « strate », « stratification », « stratigraphie ». L'auteur précise notamment que « stratification » a pris, comme « strate », une valeur abstraite, « répartition en groupes, en couches, en niveaux », spécialement en statistiques et renvoie à Renan (1892).

4 Bernard Lepetit, « Histoire des pratiques, pratiques de l'histoire » dans : Les formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 13.

5 Il s'agit de l'espace d'un bureau de l'Enregistrement révolutionnaire, deux cantons de 1790 qui correspondent à 16 paroisses rurales et deux paroisses urbaines d'Ancien Régime, espace qui ne fait guère plus de 15 kilomètres sur 15. Cet espace est habité par près de 4 000 feux en 1787, un peu plus de 15 000 personnes dans les années 1790, Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France, Indre-et-Loire, Paris, CNRS, 1985.

6 Il s'agit des rôles de la taille de 1787, des actes de vente de biens immobiliers de 1780, 1786, 1791, 1796, 1803 et 1811, des procès-verbaux de vente des biens nationaux.

7 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, C 14 à 18, Rôles de taille de l'élection d'Amboise de 1771 à 1787.

8 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 8 février 1780.

9 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2C 116, 13 janvier 1780.

10 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 9 mai 1780.

11 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 6 octobre 1780.

12 Anne Jollet, Terre et société dans la région d'Amboise de la fin de l'Ancien Régime à l'Empire, Paris, CTHS, 1999 (à paraître), chapitre III, Le lien économique en Révolution à travers l'étude du marché foncier, C-La valeur des biens : pesée globale.

13 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 5 juin et 13 mai 1780.

14 Arch. dép. d'Indre-et-Loire, Contrôle des Actes, Bureau d'Amboise, 2 C 116, 3 octobre 1780.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540