Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Sixième partie. Approches croisées. Les sources classiques revisitées

Les paysanneries insulaires du Ponant (xviie-xixe siècles) : typologie, stratigraphies et évolutions

Dominique Guillemet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine C 5155, Dénombrements de 1764, 1766, 1778.

1De Bréhat à Oléron, seize îles ont abrité des communautés notables et durables, soit 32 paroisses à la fin du xviiie siècle, dont la population totale est alors d'environ 55 000 habitants, l'apogée étant atteint au milieu du xixe siècle avec 67 000 habitants (carte n° 1). La population rurale représente presque les trois-quarts des insulaires de la 2ème moitié du xviiie siècle, pratiquement 40 000 personnes, le reste étant composé par les populations portuaires et plus urbaines des petites capitales insulaires, de Palais à Belle-Île, de la « ville » de Noirmoutier, de Saint-Martin et La Flotte dans l'île de Ré, et du Château d'Oléron. Une quantification plus fine des stratifications paysannes est plus incertaine, car, si ont existé des systèmes socio-économiques stables de paysans à plein temps, comme les viticulteurs, d'autres se sont fondés d'emblée sur une polyactivité (les paysanneries saunières, à la fois jardiniers de la mer et paysans utilisant les bosses), et certains enfin sont passés de l'un à l'autre à partir de la fin du xviie siècle, la mixité des activités traversant alors non seulement la société insulaire mais surtout la famille, avec les ménages marins- paysannes. On peut estimer dans la durée les populations rurales stables où l'agriculture est la fonction principale de chef de famille à un peu plus de la moitié des populations insulaires, soit environ 30 000 habitants (céréaliculteurs-éleveurs de Belle-Île, mais surtout pour 8 ou 9/10e les viticulteurs et paysans sauniers de Noirmoutier, Ré et Oléron) ; 8 500 à 10 000 personnes (15 à 20 %) correspondent à des ménages d'activités mixtes où le chef de famille n'est pas agriculteur mais pêcheur ou marin (Bréhat, Batz, Molène, Ouessant, Sein, Groix, Arz, l'Île-aux-Moines Houat, Hoedic et Yeu). Cette importance de la population rurale ou paysanne varie bien sûr selon les îles et même selon les paroisses insulaires. À l'intérieur des grandes îles il y a des paroisses qui sont plus rurales que d'autres. Dans l'ensemble de l'île de Ré, en 1695, les sauniers et les laboureurs viticulteurs représentent 58 % de la population mais à Ars les seuls sauniers composent 70 à 75 % de la population paroissiale à l'époque moderne. Il en va de même à Belle-Ile avec 3 000 ruraux sur 5 000 à 5 500 habitants au xviiie siècle (environ 60 %), environ 50 % de la population habitant même strictement les hameaux hors des bourgs. À Locmaria, paroisse exclusivement rurale, 83 % des habitants vivent ainsi dans les « villages » en 1766 (657 habitants sur 783)1.

  • 2 L'histoire de chaque île du Ponant n'a pas été renouvelée de manière égale par la recherche contemp (...)

2Les paysanneries littorales sont assez mal connues et la seule histoire des paysanneries insulaires est une tâche difficile, à la fois par la grande ampleur des sources, leur dispersion, et par la diversité même des îles qui rend complexe l'histoire comparative, et la priverait d'objet si elle ne devait s'attacher qu'à la recherche d'une illusoire unité masquée derrière le concept d'insularité, survalorisant ainsi ce qui ne constitue qu'un des éléments du système complexe que représente chaque île2. Pour suivre l'angle d'analyse choisi par le colloque, il faut donc définir dans chacun des systèmes insulaires les déterminants des stratifications sociales rurales traditionnelles (rôle des seigneuries, organisation de la propriété foncière et de l'exploitation, nature des activités d'autosubsistance ou spéculatives permises par le milieu, jeu de la demande extérieure...), pour mieux mesurer ensuite les influences de la littoralité (présence de la mer, rôle de l'interface), et de la rupture marine (qui définit alors l'insularité). Seulement alors, par la comparaison entre les îles, peuvent être mises en valeur d'éventuelles logiques d'évolution commune, des « modèles » susceptibles d'être extrapolés au littoral continental. À partir d'une typologie des sociétés insulaires, nous présenterons ici trois paradigmes qui peuvent en expliquer les modes de différenciation, les stratifications paysannes et leurs évolutions dans la longue durée : l'exemple bellîlois, un éventuel paradigme rétais pour les îles méridionales du sel et du vin, un troisième modèle enfin, englobant l'île d'Yeu et les autres îles bretonnes.

Les Îles françaises du Ponant et les îles anglo-normandes

Les Îles françaises du Ponant et les îles anglo-normandes

Belle-île-en-Mer la paysanne : La marque longue du régime seigneurial initial sur la structure agraire

3Terroirs, structure de la propriété foncière, organisation des exploitations agricoles, nature des rentes et des productions vont, jusqu'à la fin du xviiie siècle et même bien au-delà souvent, porter dans les îles la marque des impulsions initiales des xie-xiiie siècles, le paysage de la plupart des îles n'ayant même été modifié que tardivement dans le xxe siècle (mitage des espaces ruraux par le bâti, reboisement, recul voire disparition des activités et des productions rurales traditionnelles). Belle-Île est l'exemple extrême de la durée de ces permanences.

Organisation médiévale du territoire et stratification sociale de longue durée3

  • 3 Ce paragraphe est fondé sur les analyses développées dans : Dominique Guillemet, Insularité et arch (...)
  • 4 Jean Gallet, La seigneurie bretonne : 1450-1680. L'exemple du Vannetais, 1983, p. 573 et svtes ; Ti (...)

4Jusqu'à la deuxième moitié du xviiie siècle, le statut de la paysannerie bellîloise tout entière est étroitement lié à la nature et à l'évolution de la seigneurie. La propriété seigneuriale des Bénédictins de l'abbaye de Quimperlé, puis des Gondi à partir de 1572, des Fouquet de 1658 à 1719, enfin du Roi et des états de Bretagne, est quasi exclusive sur les terres de l'île jusqu'en 1766, ce qui en fait une vaste réserve en faire-valoir indirect. L'assemblage des cartes levées en 1766 permet de comprendre le mode d'organisation de l'espace. La campagne bellîloise est découpée en cent vingt finages, homogènes et sans enclaves, centrés chacun autour d'un « village », c'est à dire d'un hameau, en tête de vallon, près des sources. Chaque finage est délimité par un vallon et ses pâturages d'un côté, la mer et les landes centrales sur deux autres côtés, et est enfin séparée du finage voisin par la ligne d'équidistance entre deux vallons. Les modalités de partage de l'espace expliquent l'homogénéité de la répartition des terroirs, avec en moyenne par finage 70 % de terres labourables, 29 % de landes et pâturages, 1 % de prés. Les 120 villages, qui abritent 2 000 à 2 200 personnes en permanence dans le long terme, sont attestés sans discontinuité depuis le xviie siècle, mais une telle géographie ne peut bien sûr pas être le fruit du hasard et ne peut que résulter au contraire d'une véritable planification. Si les premières et seules mentions connues de hameaux ne datent que de 1486, l'histoire de l'île telle que nous la connaissons et la toponymie rendent fort probable que cette planification ait été mise en place lors de la colonisation par les Bénédictins de Redon puis de Quimperlé à partir du xie siècle, liant alors indissociablement village et finage. Sur un finage moyen de 50 ha, on a alors en général installé deux exploitations égales, fiscalement solidaires, parents et couples d'enfants formant des communautés élargies. Sur les petits finages, on a installé une seule exploitation ou deux, mais de petite taille, de 10 à 20 ha, et les plus grands, entre les vallons plus distants de la côte extérieure, ont été découpés en plusieurs grandes exploitations de 40 à 80 ha. Au total, l'île est donc entièrement partagée en environ 270 exploitations, globalement plus grandes que la moyenne vannetaise4. En contrepoint de l'homogénéité du statut des paysans bellîlois, seules les modalités du découpage territorial initial réalisé par le seigneur et adapté aux conditions géographiques, ont donc différencié des exploitations agricoles ensuite figées dans le temps. L'écart interdécile extrême n'est cependant que de 1 à 4, et 84 % des exploitations ont entre 10 et 20 ha de terres labourables.

5Le statut du paysan bellîlois est celui d'un « fermier laboureur », non propriétaire, d'un « colon » parce que, malgré tout, il jouissait de fait d'un quasi-usufruit de son exploitation, réglant une rente fixe presque exclusivement en nature prélevée sur les productions imposées par les baux seigneuriaux depuis la fin du xvie siècle (voire avant ?), essentiellement le froment et l'avoine, et représentant environ 38 % de cette production céréalière. En contrepoint, ces agriculteurs ont développé sur les landes et les pâturages des vallons un petit élevage spéculatif de chevaux et moutons, ce qui avantageait les plus grandes exploitations de la côte extérieure, riches en landes et pâtures. Enfin avec le développement de la pêche à la sardine à Belle-Île dans la première moitié du xviie siècle, un ou deux hommes par exploitation ont trouvé à s'embarquer de mai à septembre, rapportant — s'ils ne les buvaient pas — 80 à 160 livres par saison et par exploitation, soit parfois autant que le bénéfice net d'exploitation en céréales (environ 100 livres pour une exploitation moyenne) et les produits tirés de l'élevage (50 livres) cumulés. Entre céréaliculture pour l'autosubsistance et la rente, élevage et pêche, la pluriactivité permet ainsi, au pire d'équilibrer des comptes d'exploitation déficitaires, au mieux de dégager une cinquantaine de livres pour la consommation non alimentaire d'une dizaine de personnes.

6La population rurale bellîloise s'inscrit pour l'essentiel dans le cadre des exploitations, excepté les gourdiecs, prolétariat rural de « pauvres journaliers », ouvriers agricoles et/ou marins hébergés sur certaines exploitations à qui ils étaient peut-être liés par des liens familiaux. Ils étaient domiciliés dans une quarantaine de villages sur cent vingt, et en 1766 ils représentaient 50 familles contre 375 familles d'anciens colons (soit 12 %). Il y avait donc bien un prolétariat mi-rural mi-maritime bellîlois. L'organisation seigneuriale a malgré tout, sur le long terme jusqu'en 1766, évité la fragmentation des exploitations, la paupérisation et l'endettement — ailleurs vecteurs d'expropriation —, l'exode rural avec l'engagement définitif en mer des jeunes Bellilois, ainsi que la féminisation totale du travail de la terre, ici cantonnée surtout aux travaux d'été. Elle a défini dans le très long terme une société égalitaire et homogène, ce qui n'exclut pas que la taille des terres labourables, des landes et pâtures, un engagement plus fort à la pêche ou des stratégies matrimoniales n'y aient pas introduit des facteurs marginaux de différenciation.

7Si des modalités identiques de colonisation ont peut-être été appliquées à Groix, voire même à Ouessant, elles ne furent ni générales (l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé n'eut qu'une partie de Groix à mettre en valeur par exemple), ni permanentes dans la durée. L'exemple bellîlois est alors un cas rare, permis par l'insularité, de la conservation dans la durée des traits initiaux de l'organisation volontariste médiévale des territoires, ceux-ci fixant voire figeant, pour plusieurs siècles, l'organisation sociale paysanne.

L'afféagement de 1766 ou la naissance de la propriété paysanne5

  • 5 Dominique Guillemet, « Les paysans de Belle-île-en-Mer et la révolution de 1766 », Actes du colloqu (...)

8Pour résoudre la crise de la seigneurie (les revenus du bail de la sous- ferme ont été largement surévalués et, par ailleurs, l'économie insulaire connaît des difficultés liées au climat, à la crise de la pêche et surtout à la guerre), est envisagé dès 1752 un afféagement du domaine seigneurial, une transformation en censives, la décision étant prise dès 1759. L'afféagement, repoussé par l'occupation anglaise, est mené d'août à décembre 1766 et donne naissance à 561 concessions en un premier temps puis 588 ensuite : 375 puis 390 pour les anciens fermiers qui le souhaitaient, 78 pour les familles acadiennes, 50 pour les gourdiecs, et 70 pour des « soumissionnaires », bourgeois du Palais ou notables du continent ayant des liens d'affaires avec Belle-Île et « capables d'apporter l'émulation ».

  • 6 Brigitte Dumortier, Belle-Ile, Houat, Hoedic. Le poids de l'insularité dans trois îles de Bretagne (...)

9Note 66

10En dehors des petites parcelles près des bourgs et des landes à défricher, la règle de l'afféagement fut de distribuer 20 journaux de terres labourables, et 10 journaux de landes, pâtures et prairies, soit 30 journaux au total, environ 15 hectares. Après les dernières ventes et les premiers abandons ou exponses, en tenant compte de 31 concessions appartenant à des non-ruraux déjà possesseurs d'une autre concession par ailleurs, on eut à Belle-Île 567 propriétaires terriens entre 1780 et 1790, avec une propriété moyenne de 26 journaux (13 ha).

11Pour la quasi-totalité, c'est la paysannerie locale qui possède ces terres, soit 506 chefs de famille propriétaires de leurs terres (contre 518 en 1768), soit 89 % des concessions et 85 % des terres. Seules 10 % des terres cultivables de Belle-Île échappent à la paysannerie, la nouveauté étant donc, outre les petites parcelles près des bourgs et les landes, la propriété bourgeoise (des notables de Palais pour l'essentiel) de quarante- quatre véritables exploitations agricoles.

12L'espace réellement cultivé tout au long du xviiie siècle (en dehors donc des grands espaces de lande répartis en une quinzaine de concessions et des propriétés réduites à quelques parcelles), est partagé en 512 véritables exploitations agricoles, dont 468 (soit 91 %) en faire-valoir direct. Ces dernières ont une superficie moyenne de 13,5 ha (dont 8 ha de terres labourables) et la répartition en montre bien, comme pour la propriété, la grande homogénéité.

13Les paysans bellîlois sont désormais propriétaires mais ils cultivent des exploitations plus petites qu'auparavant puisqu'on a inséré dans le tissu rural antérieur 78 familles acadiennes, une cinquantaine de journaliers et quelques propriétés bourgeoises. Surtout, beaucoup d'exploitations ont moins de 10 hectares (97 soit 19 %), 70 ayant même moins de 5 hectares. Or il faut un assolement triennal et des rendements d'au moins cinq pour un pour que les exploitations de 10 ha soient ici viables. À côté des propriétés pouvant supporter une exploitation paysanne tendant à l'autosubsistance, la nouveauté c'est donc désormais l'existence d'exploitations trop petites pour générer l'essentiel des revenus suffisants à faire vivre une famille, soit la majeure partie des 173 exploitations de moins de 10 ha (soit 19 %). On a là la naissance d'une caractéristique de longue durée, puisque la géographe Brigitte Dumortier soulignait, en 1975, à la fois l'importance des exploitations « marginales », de moins de 10 ha, dont près de la moitié n'atteignait pas 5 ha, et le fait qu'elles n'étaient pas devenues majoritaires.

  • 7 Jean-Louis Trochu, « Sur la statistique rurale du canton de Belle-Isle-en-Mer », Annales de l'agric (...)
  • 8 90 % des 2 600 habitants de la fin du xvie siècle sont des agriculteurs, 50 % des 5 500 habitants d (...)

14Avant 1766 comme après, Belle-Île est restée une île de propriété paysanne, d'exploitations agricoles moyennes en contre-exemple d'Ouessant, de Sein, Groix ou Yeu, parce qu'une triple évolution n'a pu s'y produire. Une expropriation paysanne de grande envergure était difficile voire impossible à Belle-Île, en l'absence de conditions favorables. D'un côté la bourgeoisie palantine, peu nombreuse, avait des revenus modestes, en dehors de deux ou trois négociants, et était incapable, faute de revenus et même de terres disponibles, d'impulser un développement capitaliste, qu'il soit rural ou maritime, les dangers d'invasions de l'île en faisant de plus un pôle plutôt répulsif pour les placements de capitaux. L'existence d'exploitations agricoles autosuffisantes et complétant leurs revenus agricoles par un revenu annexe saisonnier, tiré de la pêche à la sardine, n'a jamais créé les conditions favorables à un exode rural massif, continu et définitif, ces revenus annexes maintenant également en vie les exploitations marginales ou en difficulté. Les mêmes phénomènes ont dû jouer au xixe siècle, mais l'histoire rurale en est moins bien connue. On ignore en particulier les recompositions de la propriété foncière, des exploitations viables se maintenant malgré les conséquences de la coutume égalitaire et le morcellement des parcelles et des propriétés qu'elle provoquait. Apparemment, en 1821 la majorité des familles de laboureurs propriétaires ont à peine 5 ha de terres, les fermiers des propriétaires de Palais étant plus à leurs aise avec des fermes rarement morcelées et des superficies de plus de 10 ha cultivables. Un ancien maire de l'île, M. Chasle de la Touche, précise bien que la plupart des exploitations de 12-15 ha visibles vers 1840 ne sont pas les héritières de celles de 1766, mais le résultat d'acquêts et d'échanges qui ont parfois abouti à la dissociation propriété/ exploitation. Il confirme également l'importance des petites propriétés ou exploitations de moins de 5 ha, souvent en indivision et appartenant à des marins, ouvriers ou journaliers7. Après l'introduction de la propriété rurale à Belle-Île, l'évolution semble donc avoir été à la fois un morcellement progressif de cette propriété paysanne, peut-être un léger recul, et une hétérogénéisation de la société rurale entre les tenants d'exploitations viables et les micro-exploitants. Malgré cela, et malgré l'explosion de la pêche sardinière et des conserveries au xixe siècle, Belle-Île a pu rester jusqu'à aujourd'hui, comme l'ont illustré Brigitte Dumortier puis Louis Brigand, et en partie grâce à sa taille mais pas seulement, la seule île bretonne à conserver un secteur agricole significatif8. Un modèle unique.

Paysans, sauniers et viticulteurs des iles méridionales

Les conditions de la mise en valeur

  • 9 Sauf références complémentaires, les principales données de ce chapitre sont tirées des ouvrages su (...)

15La présence de côtes basses, une salinité de l'eau de mer et un ensoleillement suffisants, l'existence de promoteurs seigneuriaux voire privés, ecclésiastiques ou laïcs, susceptibles de mener de coûteuses et longues politiques d'endiguement, une main-d'œuvre importante, préexistante ou attirée par des avantages, une demande économique en sel et vin liée aux circuits nationaux et internationaux et accrue, à partir du xiiie siècle, avec les besoins des villes du Nord et surtout de la pêche, en particulier au hareng puis à la morue..., tous ces éléments sont communs aux îles de Noirmoutier, Ré et Oléron9. Seule la chronologie peut être différente, pour le développement de la vigne ou des salines, apparemment dans ce cas dès les viiie et ixe siècles pour Noirmoutier, xie siècle pour Oléron, xiiie siècle sans doute à Ré. Cette transformation des terroirs boisés ou céréaliers initiaux et des estrans vaseux en un paysage de vignes ou d'aires saunantes et de bosses pour les cultures de céréales et de légumes, a connu bien sûr des phases d'intensification, à partir de la fin du xve siècle, après la Guerre de Cent Ans, puis après les guerres de religions, si dévastatrices dans les îles charentaises, et jusqu'à la fin du xviie siècle. Certains marais atteignent déjà des limites qu'ils ne dépasseront plus, même dans la première moitié du xixe siècle lors de l'extension maximale, avant le recul entre 1866 et 1951 (les 3/4 des salines rétaises sont alors abandonnées). On peut estimer que dans les phases d'expansion maximale les vignes ont pu occuper 50 % de l'île de Ré, moins à Oléron, et les marais salants environ 20 % dans les deux îles.

  • 10 Inventaire île de Ré..., p. 32-33.
  • 11 Claude Bouhier, « Les possessions de l'abbaye de La Blanche à Barbâtre », Lettre aux Amis de Noirmo (...)

16Comme à Belle-Île l'impulsion seigneuriale initiale a été fondamentale dans la mise en valeur des terroirs et donc implicitement sur les différent dations sociales dans la durée, mais ici les besoins en capitaux et en hommes étaient trop importants pour que les grandes seigneuries, monastiques et laïques, qui ont organisé ce développement des salines et des vignes, le fassent uniquement dans leurs seuls domaines. Ceux-ci sont d'ailleurs restés parfois restreints. À Oléron, aux xie et xiie siècles, les comtes de Poitou ou les religieux de l'abbaye de la Trinité de Vendôme accordent aux habitants la permission de bâtir des salines, et la pleine propriété seigneuriale de salines a apparemment été très faible. Dans l'île de Ré proprement dite le seigneur laïque n'a pas établi de marais salants, et dans les seigneuries d'Ars et Loix, si la propriété salicole seigneuriale de l'abbaye de Saint-Michel-en-l'Herm puis du collège Mazarin qui en reprend les biens après 1661 est la plus importante de l'île (environ 50 ha au début du xviie siècle), la propriété ecclésiastique des marais salants ne dépasse pas 100 ha au même moment, 7 % de la superficie totale des marais10. Il en va de même à Noirmoutier où la seigneurie laïque ne possède que très peu de marais avant plusieurs héritages en 1491 et 1625, alors qu'à l'inverse l'abbaye de La Blanche possède au moins trois borderies et 2 000 aires de marais salants connus dès avant 125011.

17Les seigneurs n'ont donc fait le plus souvent qu'organiser la mise en valeur des îles, en particulier par les allégements ou abandons de droits seigneuriaux réalisés. L'exemple le mieux connu est celui de Guy II de Thouars et de sa charte de 1289 pour la baronnie de Ré. Il y exempte de devoirs la récolte en vin des quatre premières années, la production du premier tonneau, il y dispense de l'obligation pénible de passer par le pressoir seigneurial, il y autorise la vente libre du vin, renonçant au droit traditionnel de banvin qui réservait la vente au seigneur pendant 30 ou 40 jours, et enfin, sur ses fiefs propres, il remplace complants et terrages, proportionnels à la récolte (souvent le 1/15e ) par une Grande Cense, droit fixe en argent proportionnel à la surface (10 sols par quartiers). Cet abandon de plusieurs droits seigneuriaux n'a pas été, bien sûr, général, et, y compris sur le territoire de la Baronnie, l'abbaye de Sainte-Marie de Ré a continué à prélever des complants proportionnels et à obliger le passage par son « treuil » (pressoir). Enfin dans les baillettes concédées par les seigneurs à des propriétaires privés, ces actes notariés transformant une terre seigneuriale en censives, en propriété usufruitière c'est-à-dire quasi héréditaire, les seigneurs vont désormais toujours imposer jusqu'à la fin du xviiie siècle la plantation des vignes, les propriétaires en faisant de même dans les baux à ferme passés avec des métayers pour exploiter ces concessions.

Micro-exploitations et sociétés paysannes assez homogènes

  • 12 Marcel Delafossse, Claude Laveau, Le commerce du sel de Brouage.,.,op. cit., p. 28.

18La nature des productions imposées par le jeu de la volonté seigneuriale et de la demande extérieure définit en grande partie la structure de la propriété foncière et des exploitations. Les quelques tableaux connus présentant un état de la propriété dans l'île de Ré, pour les salines ou pour les vignes, soulignent tous le poids écrasant de la petite propriété : 593 propriétaires sur 1 169 ha en 1408 dans la baronnie surtout viticole, soit 1,9 ha en moyenne, 310 à 320 propriétaires de salines dans toute l'île vers 1630-1660, avec une moyenne de 11,7 livres de marais (environ 4 ha, les aires saunantes ne représentant qu'environ l/8e du total et le reste étant composé des bosses pour la culture). À Oléron un état de 1714 dénombre 350 propriétaires de salines, avec une moyenne de 10,8 livres (au moins 3,6 ha), comme dans les marais continentaux de Brouage et Marennes12.

19Ne possédant pas le capital nécessaire à la construction des salines, la paysannerie saunière, là comme ailleurs, a longtemps été exclue de la propriété. Les sauniers propriétaires ne sont, vers 1630-1660, que dix à Ars-en-Ré (sur 179, soit 6 %), six à Oléron (1,8%) et ne possèdent au maximum qu'une livre de marais (un demi-hectare au maximum). Dans la partie viticole de l'île de Ré, par contre, la petite propriété paysanne représente entre la moitié et les deux tiers des propriétaires, mais la très grande majorité de ceux-ci ne possède que de petits biens, largement en- dessous de la moyenne des 2 ha.

La concentration des propriétés de saline (d'après Inventaire de l'île de Ré..., p. 32-33.)

La concentration des propriétés de saline (d'après Inventaire de l'île de Ré..., p. 32-33.)
  • * La livre est composée de 20 aires de 4,5 à 5,5 m de côté chacune et sa superficie totale, bosses co (...)

20Note **

  • 13 Arch. Nat. 251 AP 1.10, « Mémoire du rapport que les sauniers de Messieurs de Beauharnais ont fait (...)

21Les propriétés salicoles sont morcelées et dispersées, et il en va souvent de même dans la zone viticole, les domaines soudés étant très rares, au moins à Ré. Si la superficie moyenne des propriétés salicoles y est de 10-12 livres aux xviie- xviiie siècles, leur division en plusieurs exploitations en faire-valoir indirect rend la superficie de celles-ci bien inférieure. La moyenne est peut-être de 2 livres (soit 0,66 ha vers 1660 à Ars). À titre d'exemple, les 1 234 aires des Beauharnais sont ainsi partagées vers 1770 entre 17 sauniers, soit une exploitation moyenne de 73 aires, environ un hectare 20 ares au total t une quinzaine d'ares saunants au moins, la taille des exploitations variant cependant de 30 à 122 aires, d'une soixantaine d'ares à 3 ha 613. La taille moyenne de l'exploitation viticole rétaise doit par contre se rapprocher de la taille de la propriété, soit 2 ha. L'île de Ré est donc le royaume de la microexploitation, mais cela reste à démontrer plus précisément pour Oléron et Noirmoutier.

La propriété foncière dans la baronnie viticole (fiefs exclus)

La propriété foncière dans la baronnie viticole (fiefs exclus)
  • 14 Arch. Nat. 1 AP 1998, Chartrier de Thouars, compte du receveur de la seigneurie de l'île de Ré, 140 (...)

22Note 1414

  • 15 Isabelle Tivenin, op. cit., p. 53.

23Note 1515

  • 16 Marcel Delafosse, Claude Laveau, op. cit., p. 32-38 ; Pierre Tardy, Marais salants..., p. 256-262.

24Le mode d'exploitation le plus usité dans la zone salicole est le métayage au tiers, mais le métayer était, en vertu d'un contrat verbal coutumier, « en possession de sauner », ce qui signifie la reconnaissance de fait de la propriété du droit d'exploiter, de l'usufruit héréditaire, soit au niveau du statut une situation assez proche de celle de la paysannerie bellîloise avant 176616. Dans ce type de métayage, l'entretien des salines, par exemple celui des levées soumises à de régulières visites d'inspection, les réfections des aires, le curage des adductions..., étaient à la charge des propriétaires. Marcel Delafosse et Claude Laveau citent également un contrat plus rare, à moitié, que Louis Papy assimile à la décadence des salines et que Pierre Tardy ne trouve effectivement pas pour l'île de Ré avant le xixe siècle, mais qui est mentionné en Saintonge dès 1638 et décrit par exemple en 1779, ce qui en rend l'usage probable à Oléron. Le saunier en général lettrier, parce qu'il reçoit, à l'encontre de l'usage traditionnel, un acte écrit de son propriétaire, s'il conservait bien la moitié du sel, devait en contrepartie les grosses réparations, ce qui représentait de lourdes charges. Le métayer ne conservait donc pour lui-même qu'un tiers voire la moitié de la production de sel, le reste allant aux « maîtres » ou « dames de marais ». Le tiers s'entendait frais de charrois et droits seigneuriaux (1/15e souvent) ou dîme déduits, à l'issue de la vente réalisée par le propriétaire au mieux de ses intérêts. Étaient par contre exempts de prélèvements le produit des bosses (céréales, pois, fèves et autres légumes) et le produit de la pêche à pied. Le métayer était malgré tout à la merci du bon vouloir de son maître de marais qui pouvait vivre sur ses réserves, stocker son sel et attendre la reprise des cours s'ils étaient trop bas, c'est- à-dire parfois plusieurs années. Lors des longues attentes, le saunier vivait avec sa famille des avances de son maître et d'emprunts également réalisés auprès d'eux et se traduisant par la multiplication des rentes sur les maisons. Il semble bien que dans l'île d'Oléron les sauniers étaient moins dépendants du seul sel que dans les seigneuries d'Ars et Loix, et tiraient une plus grande partie de leurs revenus de la culture complémentaire des céréales et de la vigne, comme en attestent dans les inventaires après décès le matériel de vigneron et les paniers de pêche.

  • 17 Isabelle Tivenin, op. cil., p. 43-44.

25Pour les exploitations viticoles en mode de faire valoir indirect, le mode de gestion le plus fréquent est le bail en métayage à court terme (surtout de 3, 5 ans, plus rarement 7 ou 9, le xviiie siècle se marquant ici comme ailleurs par un raccourcissement des baux). Les redevances étaient soit en nature, en vendange portable aux pressoirs seigneuriaux ou en vin, à mi-fruit en général mais jusqu'aux deux-tiers dans les seigneuries, comme les sauniers, soit fixes en argent, au XVIIIe surtout (51% des 434 baux des laboureurs à Sainte-Marie entre 1715 et 1745 contre 37 % en nature)17.

« Laboureurs à bras » et « journaliers »

26La terminologie employée à l'époque moderne pour désigner ces paysans des îles du sel et du vin ne recoupe que très incomplètement la distinction propriétaire exploitant-non propriétaire, métayer ou journalier, ou celle de la production (sel/vin...). La différenciation sociale - lorsqu'elle s'explicite — ne se fonde donc pas d'emblée sur le capital d'exploitation, le statut ou la spécialisation de la tâche. C'est que d'une part le saunier est presque toujours céréalier et parfois viticulteur, et sans doute plus encore à Oléron que dans l'île de Ré, et que, d'autre part, la trop petite propriété viticole ou saunière, en faire-valoir direct, ne permet pas à son détenteur de vivre, et l'oblige, vu son étroitesse, à louer ses bras sur d'autres exploitations. Les paysans ne peuvent alors être définis que par leur mode de travail. Nul « vigneron » donc dans les contrats de mariages étudiés par Raymond Jousmet à Oléron entre 1750 et 1760, ni dans les actes notariés étudiés par Isabelle Tivenin à Sainte-Marie-de-Ré entre

  • 18 Dénombrement de l'île de Ré établi en 1695 par le sieur Buisson (Bibl. Municip. Saintes, Ms 93) : t (...)

271715 et 1745, et dix-neuf « sauniers » seulement pour toute l'île de Ré en 169518. À 80 %, qu'ils soient sauniers ou viticulteurs, journaliers ou propriétaires de quelques menues parcelles, ces paysans sont désignés le plus souvent comme « laboureurs » et « laboureurs à bras », les deux termes étant apparemment plus souvent synonymes dans l'île de Ré que dans l'île d'Oléron, les travaux s'y faisant encore plus systématiquement qu'ailleurs à la bouelle, à la houe, dans les vignes ou sur les bosses des marais. L'analyse des inventaires à Oléron révèle d'ailleurs que là aussi la distinction est assez formelle, les « laboureurs » (à bœufs ?) n'étant pas plus riches que les journaliers. Mode de travail, mode de vie et niveaux de fortunes identiques (entre 100 et 200 livres d'apport au mariage) renforcent l'homogénéisation des ces micro-exploitants du sel et de la vigne. Les exploitants des rares grands domaines viticoles soudés de l'île de Ré qui ont pu parfois atteindre 10 à 15 ha, sont désignés par contre sous le nom de « bordiers ». Si l'on voit bien la correspondance avec le continent où le terme désigne une petite métairie de cette taille dont le détenteur est dans l'échelle sociale loin derrière les métayers et laboureurs à bœufs, on doit souligner qu'ici la micro-exploitation dominante fait paradoxalement de ces bordiers les plus grands exploitants de l'île.

28Parfois cependant resurgissent plus nettement hiérarchie et facteurs de différenciations. En 1775, l'inspecteur des registres du contrôle des actes de l'île d'Oléron, écrit :

« Mr Meaune préviendra messieurs les notaires de son arrondissement de ne qualifier laboureur à bras que les particuliers qui possèdent quelques héritages, à l'égard de ceux qui ne possèdent aucun fond, il le doivent appeler journalier ».

  • 19 Raymond Jousmet, 1994, p. 12-27. Il est probable que la disparition des « sauniers » entre 1750- 17 (...)

29De fait, la terminologie se fait ensuite plus précise chez certain notaire, dont l'évolution ne peut être due aux seules conséquences de la conjoncture : entre 1750-1760 et 1770-1780 le « laboureur » disparaît, les « laboureurs à bras » régressent en nombre alors que progressent les « journaliers », parfois « journaliers vignerons », distingués des « vignerons » qui apparaissent alors mais que tout incite à réunir aux « laboureurs à bras »19. Il existe même, au moins dans l'île de Ré, un salariat de journaliers avec des contrats sur 5 ans, concernant quelques terres concédées éventuellement gratuitement lors des écépages de parcelles pour les faire reposer pendant cinq ans avant de les replanter. Certains de ces ouvriers agricoles sont parfois traités de « journaliers mendiants » comme en 1695.

L'évolution de la propriété et des sociétés paysannes dans le long terme

• Le moyen terme des xviie et xviiie siècles

  • 20 Marcel Delafosse, Claude Laveau, op. cil. p. 30-31.

30Sur ces deux siècles, les analyses sur l'île de Ré et Oléron ne semblent pas montrer de modifications majeures de la situation paysanne ni des stratigraphies sociales. Les études de Pierre Tardy montrent que les mutations affectant la propriété foncière de la zone salicole rétaise concernent essentiellement, voire exclusivement, les élites : la bourgeoisie protestante, surtout rochelaise, qui possédait presque 80 % des surfaces saunantes de l'île vers 1630-1650, a progressivement régressé - persécutions de Louis XIV obligent — au profit des négociants de La Flotte et Saint-Martin. L'analyse rapide de Marcel Delafosse et Claude Laveau évoque de même pour Oléron la continuité, jusqu'à la Révolution, des grands propriétaires de salines oléronaises, de la Robe bordelaise avec les d'Alesme, ou des négociants locaux ou saintongeais (les Garesché...)20. La stabilité du marché foncier des salines montrée par Raymond Jousmet va dans le même sens : les marais salants ne représentent que 1 % des transactions entre 1750 et 1785, avec des ventes de montants élevés (toujours supérieures à 1 000 livres). La paysannerie saunière resta donc globalement, en un premier temps, exclue de la propriété salicole dans ces îles.

  • 21 Isabelle Tivenin, op. cit. p. 38-42.
  • 22 Raymond Jousmet, 1980 et 1994.

31La petite propriété viticole ne semble pas non plus affectée, au moins au cours de la lère moitié du xviiie siècle. À Sainte-Marie, entre 1715 et 1745, les ventes et achats de terres réalisées par près d'un millier de laboureurs propriétaires s'équilibrent et ne concernent qu'environ 180 parcelles et 25 ha dans chaque cas, 1,5 % de la surface utile21. L'étude de Raymond Jousmet, à partir des mutations foncières de la 2ème moitié du xviiie siècle sur Oléron, nuance un peu cette vision et met en évidence des cycles de transactions foncières. La crise agraire des années 1750- 1755 puis les menaces de la guerre navale pendant la guerre de Sept Ans entraînent une érosion lente mais continue de la propriété paysanne au profit d'une concentration aux mains des artisans locaux et d'une bourgeoisie de négociants locaux ou de professions libérales22. Une évolution paradoxalement un peu « aunisienne » par la masse des journaliers et la faiblesse numérique des laboureurs à bœufs, mais en discordance avec l'évolution des élites rurales continentales qui, même peu nombreuses, renforcent leur pouvoir en Aunis et Saintonge à la fin du xviiie siècle. Il n'est pas sûr que cette évolution soit identique dans l'île de Ré, voire à Noirmoutier.

• Un modèle rétais multiséculaire

32Dans la longue durée les études de Pierre Tardy montrent une lente mais inexorable croissance de la propriété paysanne et du faire-valoir direct, qui profite des évolutions séculières et des cycles, au moins dans les marais salants. Les difficultés des lors des crises liées aux guerres de la Révolution et de l'Empire permirent ensuite aux élites rurales rétaises (artisans et laboureurs), à côté de la bourgeoisie insulaire, d'utiliser les profits tirés du vin pour accroître leurs propriétés salicoles. Puis l'aggravation de la crise du sel, sous l'effet de la concurrence étrangère et de celle du sel gemme, l'émigration de nombreux Rétais, distendit le marché des salines et du travail, favorisa le développement du métayage à mi-fruit et l'accession à la propriété des sauniers, souvent par endettement.

L'évolution de la propriété salicole à Ars-en-Ré (xviie- mi xixe siècle)

L'évolution de la propriété salicole à Ars-en-Ré (xviie- mi xixe siècle)

Marcel Delafosse, Claude Laveau, Le comment du sel de Brouage..., op. cit., p. 29.

  • 23 Pierre Tardy, Sel et sauniers... op. cit., 1987, p. 100, 294 ; Sara Mille-Réau, « Les espaces du se (...)

33À la veille de la guerre de 1914-1918, les bourgeois de marais ont disparu et les exploitants sont presque tous propriétaires de leurs aires. Il s'agit cependant d'un véritable marché de dupe : les sauniers sont devenus propriétaires parce que les marais se sont dépréciés et que le marché du sel marin est devenu résiduel. D'ailleurs progressivement, dans la seconde moitié du xixe siècle, en même temps que la déprise spatiale, les espaces du sel sont devenus le lieu d'une production beaucoup plus autarcique, mêlant plus qu'avant utilisations agricole, piscicole et conchylicole, qui annonce dès la fin du siècle les reconversions définitives et les spécialisations du xxe siècle23.

  • 24 M.-Améric Gauthier, Statistique de la Charente-Inférieure, 1839, réed. Res Universis 1992, tome 1, (...)

34Qu'en est-il, en contrepoint, de l'évolution de la petite propriété viticole sous l'effet de la vente des biens nationaux, de la prospérité puis de la crise du phylloxéra ? La propriété paysanne ne profita pas de l'adjudication des biens nationaux, essentiellement acquis par des négociants déjà grands propriétaires fonciers, seuls huit vignerons exploitants et leurs associés seulement s'y insérant, mais elle resta largement dominante. La densification de l'île (230 habitants/km2 vers 1830) et les partages successoraux semblent avoir ensuite abouti à un morcellement croissant des propriétés paysannes, dont pourrait attester un fractionnement accru des parcelles, plus important que sur le continent, et qui atteint son maximum au cours de la seconde moitié du xixe siècle, avant que l'émigration ne facilite restructurations à l'amiable et premiers remembrements concertés à l'échelon communal24.

35Ce modèle rétais de la propriété paysanne saunière et salicole, est-il identique pour Oléron et Noirmoutier ? L'étude des mutations foncières reste encore largement à faire dans ces iles.

Maritimisation25 et crise agraire structurelle : la féminisation de certaines agricultures insulaires à partir de la deuxième moitié du xviie siècle26

  • 25 Pour que les « ruralistes » ne pensent pas qu'il s'agit ici d'un néologisme personnel, rappelons qu (...)
  • 26 En sus des références plus précises, l'analyse est souvent fondée ici sur les notices de l'Abbé d'E (...)
  • 27 Catherine Bertho, « Population rurale et population maritime en Bretagne au xviiie « siècle : l'exe (...)

36La mer, non seulement offre des ressources complémentaires pour l'alimentation des populations insulaires, mais elle peut être également le lieu d'activités concurrentes détournant de la terre tout ou partie de ces populations, le passage à la mer, rarement étudié en dehors du cas de la presqu'île de Rhuys analysé par Catherine Bertho27, étant le facteur majeur de différenciation des sociétés rurales insulaires. Le contact fort ancien des populations des îles de Noirmoutier, Ré et Oléron avec le commerce maritime du sel et du vin n'a pas fait de ces îles des réservoirs de gens de mer (les gens de mer sont souvent de l'ordre de 10 % des chefs de famille insulaires au xviiie siècle), Groix et Ouessant restant de même encore longtemps en partie et malgré la pêche des îles paysannes au xviie voire pendant le xviiie siècle. Les appels du cabotage à Yeu surtout à partir du milieu du xviie siècle, le développement de la pêche, les embarquements de la Compagnie des Indes à Groix après la fondation de Lorient, de la Royale ailleurs, à Ouessant ou Bréhat par exemple, ont mis en concurrence directe les revenus tirés de la terre et ceux tirés de ces activités. À l'île d'Yeu, on recense 757 marins en 1724 sur peut-être 4 000 habitants. Dans les îles bretonnes, les notices des Dictionnaires de la fin du xviiie siècle de l'abbé d'Expilly et d'Ogée décrivent tous la même situation. À Batz, « les habitants sont tous marins ou pêcheurs », à Bréhat d'« excellents marins », « tous gens de mer et pêcheurs » à Molène ; les hommes « sont uniquement à la pêche » à Sein, « à la navigation » à Arz, « tous marins » à l'Île-aux-Moines ; à Houat, « les hommes ne connaissent que leurs bateaux et la pêche ». Partout les densités ont explosé, dépassant 200 et atteignant 500 à Sein. Or ces îles sont en même temps des îles agricoles, dont les notices décrivent une exploitation des terroirs qui n'est pas nouvelle. Leur mise en valeur a donc pris des formes nouvelles : parcellisation extrême des propriétés et des exploitations, nécessité d'adaptation de l'agriculture à l'absence des hommes, impossibilité d'assurer l'autosubsistance de l'île...

Des « nano-propriétés » à l'exploitation collective

37Ces îles souvent petites, lointaines, céréalières et pas ou peu intégrées dans des circuits commerciaux, avec des populations de plus en plus denses aux coutumes de partage égalitaire, ne pouvaient faire l'objet de spéculation foncière et commerciale, et ne pouvaient être, encore plus qu'ailleurs, que le royaume d'une propriété paysanne de plus en plus morcelée.

  • 28 L'analyse et les citations (dont les sources sont Arch. dép. de la Vendée E Not. Minute Lorand, 28 (...)

38Le premier exemple d'évolution est celui de l'île dYeu28 : dès la fin du xviie siècle, « il n'y a dans cette île ni ferme, ni métairie ; les fermes y sont divisées entre les habitants en une infinité de petites portions... Les propriétaires, étant tous marins, donnent à cultiver à moitié fruits à des pauvres filles et femmes veuves ; il y a seulement quelques hommes dont l'état est de labourer les terres, moyennant une rétribution en argent et qui n'en exploitent que fort peu pour récolter eux-mêmes. » Le « laboureur », résiduel, était donc celui qui disposait des outils aratoires : Louis Auger possédait « bœufs, vaches et chevaline, charrue, charrette, ustencilles et train qui en dépend, le tout estimé à 21 livres ». Mais, à l'inverse du riche laboureur à bœufs du Poitou, exploitant d'une vaste métairie et souvent propriétaire de terres et de prés, et à côté de la culture de quelques parcelles en propre ou de la location des quelques terres et prés du seigneur pour les plus aisés, le « laboureur » de l'île d'Yeu louait donc surtout ses services. La pauvreté et la dépendance de ces agriculteurs sont encore plus manifestes lorsqu'ils ne disposent pas en pleine propriété du train de labours mais que celui-ci leur est loué, lors de baux de métayage à mi-fruit. Au total, à la fin du xviiie siècle, sur 398 ménages, ne subsistent plus qu'une trentaine de « laboureurs ».

  • 29 Sur l'espace agricole ouessantin et sa féminisation : Françoise Péron, Ouessant, l'île sentinelle, (...)

39Les structures foncières des autres îles avant le xixe siècle sont malheureusement mal connues et nous manquons trop de données quantitatives avant la réalisation des cadastres, lorsqu'ils ont eu lieu, pour proposer une chronologie fine de leurs mutations, la situation connue au début ou au milieu du xixe siècle étant le résultat parfois d'un siècle d'évolution. Constatons seulement qu'à Ouessant également les propriétés dépassaient rarement deux hectares, au début du xixe siècle, et ne comprenaient le plus souvent qu'une soixantaine d'ares de terres labourables réellement cultivées29. À Sein et Molène, le morcellement, l'imbrication des terres voire l'absence de division entre propriétaires firent même qu'il n'y eut pas de cadastre. Une situation identique (70 ha divisés en 3 800 parcelles pour 350 habitants) aboutit à Hoedic, à ce que, lors du remembrement, on attribua presque toutes les terres non bâties à la commune. Dans de nombreux cas, il n'y a même plus d'exploitations véritablement individualisées et viables en faire-valoir direct. Le morcellement extrême peut alors amener une appropriation collective des terres, une mise en valeur par un travail collectif interfamilial et une récolte à l'amiable. À Ouessant, Molène et Sein au milieu du xixe siècle, selon les continuateurs d'Ogée, les « travaux sont faits en commun par plusieurs familles qui partagent ensuite ou bien qui s'aident successivement ».

La féminisation de l'agriculture

40L'absence des chefs de famille, même épisodique, et la nécessité d'une production agricole d'autosubsistance, a imposé le remplacement aux champs de l'homme par la femme, voire par les enfants. Cependant, à Belle-Ile par exemple, celui-ci ne s'effectue surtout que l'été et n'est que partiel. Ailleurs, il est devenu permanent parce que les revenus sans doute supérieurs tirés des activités maritimes ont transformé les paysans en pêcheurs et marins que les réquisitions des classes, voire les engagements au commerce, ont ensuite fait définitivement tourner le dos à la terre.

41L'île d'Yeu a sans doute connu cette évolution assez précocement, dans la seconde moitié du xviie siècle. Au xviiie siècle,

« les femmes et les filles sont employées toute l'année dans les champs à extirper les mauvaises herbes pour conserver du suc aux grains, à ramasser sur les chemins le peu de terre qui peut s'y trouver et la porter au pied du blé, parce que sans ces attentions suivies, il n'y aurait point de récolte, ce sont aussi les femmes qui font la récolte, qui coupent le blé, battent les gerbes, ventent et nettoyent le grain ». Il y a même un prolétariat féminin de journalières et métayères : « les propriétaires, étant tous marins, donnent à cultiver à moitié fruits à des pauvres filles et femmes veuves ».

42Cette transformation a été sans doute plus tardive et progressive à Ouessant et à Groix au cours du xviiie siècle et au début du xixe siècle. En effet, en 1685 encore, la majeure partie de la population ouessantine :

  • 30 Mémoire de 1685 cité par Bernadette Malgorn, La population d'Ouessant au xviiie siècle. Étude démog (...)

« s'adonne à la culture de la terre, à la nourriture des bestiaux et à la pêche, qui ne fournit guère que pour leur nourriture ; quelques-uns vont chercher des journées à la terre ferme ; fort peu vont au loin, à la mer, n'y ayant aucun commerce dans l'île et pas un habitant qui soit en état de fréter une barque »30.

  • 31 Eric Guibert, L'île de Groix au xviiie siècle. Économie et démographie, maîtrise Rennes, 1975, p. 2 (...)
  • 32 Jean-Luc et Marion Le Pache, Bréhat, 1991, p. 154.

43Par contre, vers 1770 Ogée écrit : « les hommes ne s'occupent qu'à la pêche » et « les femmes labourent la terre », situation confirmée par ses continuateurs un demi-siècle plus tard : « À Ouessant les hommes pèchent, les vieilles et les enfants les aident pendant l'été, les femmes cultivent la terre, élèvent les enfants et soignent les vieillards ». À Groix, les hommes tiennent encore la charrue vers 1660 mais, entre 1743 et 1792, seulement deux hommes sont qualifiés de « laboureurs » dans les registres paroissiaux31. Une situation identique est décrite aussi dans la 2ème moitié du xviiie siècle pour de nombreuses autres petites îles : à Bréhat en 1792, ce sont « les femmes qui se mêlent ici de cette partie » [l'agriculture], les autorités municipales n'étant « point connoisseurs »32 ; à Batz, « les femmes font la culture des terres » (Ogée), à Houat : « les femmes seules s'occupent de cette culture » (Ogée). À terme l'on sait que certaines de ces agricultures disparaîtront même totalement, comme à Groix par exemple.

*

44L'analyse ici tracée à grands traits montre d'abord que les sociétés agraires des îles sont loin d'être quantitativement et économiquement négligeables, mais aussi, s'il en était besoin, que l'insularité n'est en rien un concept englobant, surdéterminant les structures socio-économiques, les sociétés insulaires, paysannes en particulier, divergeant trop d'une île à l'autre. La rupture marine n'est qu'un paramètre parmi d'autres, avec les potentialités offertes par le milieu, le régime seigneurial, la conjoncture maritime internationale... Néanmoins, la présence de la mer et l'éloignement ont pu donner à ces sociétés agraires des formes spécifiques, l'histoire comparative et les différentes stratigraphies sociales rencontrées permettant alors de mieux penser leurs origines et leurs évolutions.

45Les grandes lignes des sociétés rurales insulaires ont été, nous l'avons vu, en grande partie définies — et pour des siècles — par les choix seigneuriaux effectués entre les xie et xiiie siècles lors des colonisations médiévales et de l'insertion éventuelle des îles dans des économies spéculatives, en profitant des opportunités offertes par les milieux géographiques, mais sans qu'il y ait déterminisme (c'est le marché qui fait remplacer à l'initiative seigneuriale le froment par la vigne et développer les salines à Ré par exemple !). Ensuite ont joué de façons différentielles la taille de l'île, la proximité d'une ville continentale, ou à l'inverse la fragilité voire l'absence de bourgeoisies insulaires, s'expliquant pour l'essentiel par l'éloignement et le danger militaire, enfin la concurrence éventuellement exercée par les revenus maritimes. Ce sont tous ces éléments des systèmes insulaires qui construisent les stratigraphies rurales en définissant le régime de la propriété foncière et donc la nature de l'exploitation ainsi que le statut des paysans.

46Trois remarques semblent alors se dégager de l'analyse. D'abord la présence forte de paysans au statut de métayer ou de fermier, détenant de fait leur exploitation en usufruit (le laboureur de Belle-Île jusqu'en 1766, le saunier de Ré et d'Oléron), héritiers des colons médiévaux. Ensuite l'importance de la propriété paysanne dès les xviie-xviiie siècles et parfois bien avant, à Belle-Île (après 1766), dans les zones viticoles, à l'île d"Yeu sans doute et dans toutes les petites îles bretonnes, propriété s'accroissant apparemment dans les zones salicoles, doucement au début du xixe siècle puis largement à la fin du siècle lorsque les marais sont en crise. Enfin, Belle-Île exceptée en grande partie, la domination absolue de la micro-exploitation, abandonnée à la femme lorsque l'homme passe à la mer. Au-delà de la variété des îles, on a de ce fait, dans l'ensemble, des sociétés rurales souvent homogènes - homogénéité de la médiocrité il est vrai —, avec des stratigraphies réduites le plus souvent aux laboureurs (à bras) et aux journaliers.

  • 33 Thierry Goyet, L'écomusée de l'île de Groix. Essai d'analyse historique, Mémoire de maîtrise, Renne (...)

47Dans le miroir des représentations, on ne retrouve pas ces distinctions. Excepté dans les discours du pouvoir sur la nécessité de ce populations — toujours prises en bloc — pour la défense des îles, ces sociétés rurales sont souvent absentes des regards portés sur les îles, en particulier au xixe siècle, réduites aux seuls aspects folkloristes, le paysan n'étant digne d'intérêt que s'il ramasse le goémon, pêche à pied, ou s'il est une femme. Dans ce cas, la dévalorisation de la paysannerie traverse la famille. L'exclusion de la vie rurale, en un premier temps, du premier avant-projet de l'écomusée de Groix en 1979, puis son insertion en un second temps dans un rôle secondaire sous la rubrique « Le travail de la terre : le fait des femmes », reflètent une vision masculine de la société groisillone dans laquelle l'épithète de paysan était une insulte33. La femme devient alors le miroir honteux du paysan qu'a été le marin, ou qu'il aurait pu être.

Notes

1 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine C 5155, Dénombrements de 1764, 1766, 1778.

2 L'histoire de chaque île du Ponant n'a pas été renouvelée de manière égale par la recherche contemporaine. En contrepoint de la synthèse sur Ouessant de Françoise Péron et des nombreuses études sur Belle-Île au xviiie siècle ou sur Groix aux xixe-xxe siècles, qui n'ont d'ailleurs pas épuisé la matière, peu de travaux historiques universitaires ont été consacrés à Oléron et un seul à Noirmoutier. Plusieurs thèses seront nécessaires pour que nous ayons une vision exhaustive des sociétés insulaires, et en particulier des paysanneries.

3 Ce paragraphe est fondé sur les analyses développées dans : Dominique Guillemet, Insularité et archaïsmes. Paysans et seigneurs à Belle-île-en-mer ; vers 1660-1760, Thèse, Université de Poitiers, 1987, 3 volumes, 726 p.

4 Jean Gallet, La seigneurie bretonne : 1450-1680. L'exemple du Vannetais, 1983, p. 573 et svtes ; Tim J.A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, 1989, p. 149 et svtes : la moyenne tourne souvent autour de 6 ha.

5 Dominique Guillemet, « Les paysans de Belle-île-en-Mer et la révolution de 1766 », Actes du colloque : La Bretagne, une province l'aube de la Révolution, Brest, 1989, p. 267-279.

6 Brigitte Dumortier, Belle-Ile, Houat, Hoedic. Le poids de l'insularité dans trois îles de Bretagne méridionale, 1976, p. 86.

7 Jean-Louis Trochu, « Sur la statistique rurale du canton de Belle-Isle-en-Mer », Annales de l'agriculture française, 1821, p. 145-167 ; M. Chasle de la Touche, Histoire de Belle-Île-en-Mer, 1852, rééd. 1978, p. 172-175.

8 90 % des 2 600 habitants de la fin du xvie siècle sont des agriculteurs, 50 % des 5 500 habitants du milieu du xviiie siècle, plus d'un quart encore au xixe siècle, la population éparse en 1968 étant encore de 50 %. Avec 144 exploitations en 1988, les agriculteurs représentent encore 13 % de la population active (contre 60 % en 1946), soit plus du double de leur pourcentage dans la population française : Brigitte Dumortier, Belle-Ile, Houat, Hoedic... op. cit., p 35, 70 ; Louis Brigand, Les îles bretonnes ; aspects géographiques de l'insularité, thèse de 3ème cycle, Brest, p. 113-117. Recensement général agricole, 1988.

9 Sauf références complémentaires, les principales données de ce chapitre sont tirées des ouvrages suivants, mais nous n'avons pas toujours pu insérer des renvois systématiques car ils auraient été beaucoup trop nombreux, excédant le volume de texte autorisé : Claude Bouhier, Noirmoutier à travers les siècles, 99 p. ; François et Jules Piet, Recherches topographiques, statistiques et historiques sur l'île de Noirmoutier, 1863, 713 p. ; Marcel Delafosse, Claude Laveau, Le commerce du sel de Brouage aux xviie et xviiie siècles, 1960, 134 p. (sur Ré et Oléron) ; Inventaire général des monuments : cantons de l'ile de Ré, Pans, Imprimerie nationale, 1979, 695 p. ; Pierre Tardy, Sel et sauniers d'hier et aujourd'hui (île de Ré), GER 1987, 317 p. ; id., « La vigne dans le paysage de l'île de Ré », Cahiers de la Mémoire, n° 69, 1998, 20 p., et « La vigne en Ré après le xvie siècle », ibid, n° 70, 1998, 24 p. ; Isabelle Tivenin, Les laboureurs de la vigne de Sainte-Marie-de-Ré, maîtrise d'Histoire, Poitiers, 1996, 123 p. + ann. ; Pierre Deniau, « La vigne dans l'île d'Oléron, 1 - L'Histoire du vignoble », Les Cahiers d'Oléron, n° 16, 1994, 23 p. ; Hervé Heitz, L'Ile d'Oléron au Moyen-Age (jusqu'en 1348), mémoire de maîtrise, université de Poitiers, 1980, 152 p. ; Roland Jousmet, Contribution à l'étude de la mobilité foncière dans l'île d'Oléron, 1750-1785, maîtrise, Bordeaux III, 1981, 110 p + 80 p. ; id., « Le marché foncier dans l'île d'Oléron 1750-1785 », Ecrits d'Ouest, n°3, 1994, p. 33-50.

10 Inventaire île de Ré..., p. 32-33.

11 Claude Bouhier, « Les possessions de l'abbaye de La Blanche à Barbâtre », Lettre aux Amis de Noirmoutier ; n°4, 1970, p. 3-10 ; id., « Chronique de l'abbaye de la Blanche au temps du prieur, Louis Barbazer », lan n° 51, 1983, p. 21-27, n° 52, 1984, p. 35-36 ; id., « L'abbaye de La Blanche de 1401 à 1507 », lan, n° 82, 1991, p. 11-17.

12 Marcel Delafossse, Claude Laveau, Le commerce du sel de Brouage.,.,op. cit., p. 28.

* La livre est composée de 20 aires de 4,5 à 5,5 m de côté chacune et sa superficie totale, bosses comprises, peut varier de 0 ha 33 à 0 ha 90 (Pierre Tardy, Sel et sauniers... op. cit., p. 56-57).

13 Arch. Nat. 251 AP 1.10, « Mémoire du rapport que les sauniers de Messieurs de Beauharnais ont fait lorsqu'ils sont venus à La Rochelle », non daté, cité et analysé par E. Noël, « L'île de Ré, perle saline des Beauharnais au xviiie siècle », Annales de Bretagne..., 1993, p. 293-297 (p. 287).

14 Arch. Nat. 1 AP 1998, Chartrier de Thouars, compte du receveur de la seigneurie de l'île de Ré, 1408-1410 ; transcription synthétique et analyse dans Pierre Tardy, « Les habitants de l'île de Ré au début du xv siècle », Cahiers de la Mémoire, 1985, n° 21 et plus sommairement dans « La vigne dans le paysage... », p. 9-10.

15 Isabelle Tivenin, op. cit., p. 53.

16 Marcel Delafosse, Claude Laveau, op. cit., p. 32-38 ; Pierre Tardy, Marais salants..., p. 256-262.

17 Isabelle Tivenin, op. cil., p. 43-44.

18 Dénombrement de l'île de Ré établi en 1695 par le sieur Buisson (Bibl. Municip. Saintes, Ms 93) : tableau de synthèse et analyse par Jacques Boucard, Les écluses à poisson dans l'île de Ré, La Rochelle, Rupella, 1984, 385 p. (p. 35 et svtes). Les 133 « vignerons » cités par le dénombrement, lacunaire, ne sont peut-être appelés ainsi que parce qu'ils sont probablement les seuls non sauniers dans les paroisses salicoles de La Couarde et Ars, et les dix-neuf « sauniers » sont sans doute les seuls paysans propriétaires de marais.

19 Raymond Jousmet, 1994, p. 12-27. Il est probable que la disparition des « sauniers » entre 1750- 1760 et 1775-1785 dans ces registres soit due autant à leur intégration partielle dans les autres catégories qu'au seul déclin accéléré des salines.

20 Marcel Delafosse, Claude Laveau, op. cil. p. 30-31.

21 Isabelle Tivenin, op. cit. p. 38-42.

22 Raymond Jousmet, 1980 et 1994.

23 Pierre Tardy, Sel et sauniers... op. cit., 1987, p. 100, 294 ; Sara Mille-Réau, « Les espaces du sel au xixe siècle en Charente-Maritime », Les sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, colloque Gerhico Rochefort 1995, Mémoire de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1996, p. 663-675 (p. 667) : à Ré en 1982 les 1 250 ha de marais n'étaient occupés qu'à 20 % par la saliculture, 12 % l'ostréiculture, 10 % l'aquaculture, plus de la moitié étant donc abandonnés.

24 M.-Améric Gauthier, Statistique de la Charente-Inférieure, 1839, réed. Res Universis 1992, tome 1, p. 196 ; Pierre Tardy, « La vigne en Ré après le xvie siècle », Cahiers de la Mémoire, n° 70, 1998, p. 10-11.

25 Pour que les « ruralistes » ne pensent pas qu'il s'agit ici d'un néologisme personnel, rappelons que les chercheurs en sciences humaines travaillant sur les sociétés littorales ont l'habitude d'utiliser le concept de « maritimité » et donc le terme de « maritimisation » depuis le colloque de 1991 organisé par Françoise Péron et Jean Rieucau (Éditions l'Harmattan, 1996). La « maritimité » regroupe une maritimité « interne », c'est à dire le rapport direct à la mer de ceux qui en tirent leurs ressources, et une maritimité « externe » qui serait en particulier la perception que les gens de l'extérieur ont de l'espace marin et des populations maritimes, ainsi que leur consommation, réelle ou symbolique, de cet espace.

26 En sus des références plus précises, l'analyse est souvent fondée ici sur les notices de l'Abbé d'Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris, 1762-1764 et J.B. Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Rennes, 1843-1853 (articles au nom des îles).

27 Catherine Bertho, « Population rurale et population maritime en Bretagne au xviiie « siècle : l'exemple de la presqu'île de Rhuys », Annales de Bretagne, 1977, n° 3, p. 391-421.

28 L'analyse et les citations (dont les sources sont Arch. dép. de la Vendée E Not. Minute Lorand, 28 mars 1673, Minute Pasquier, 26 août 1770,) sont extraites de Jean-François Henry, Des marins an siècle du Roi Soleil L'isle dYeu sous le règne de Louis XIV, 1982, 346 p. (en particulier p. 202-203).

29 Sur l'espace agricole ouessantin et sa féminisation : Françoise Péron, Ouessant, l'île sentinelle, Brest, Éd. de la Cité, 1985, 446 p. (p. 171 et svtes).

30 Mémoire de 1685 cité par Bernadette Malgorn, La population d'Ouessant au xviiie siècle. Étude démographique. Mémoire de maîtrise, Rennes, 1972, 76 p. + XI (p. 8).

31 Eric Guibert, L'île de Groix au xviiie siècle. Économie et démographie, maîtrise Rennes, 1975, p. 27.

32 Jean-Luc et Marion Le Pache, Bréhat, 1991, p. 154.

33 Thierry Goyet, L'écomusée de l'île de Groix. Essai d'analyse historique, Mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1992, p. 87-89 (Editions L'Harmattan, 1999).

Table des illustrations

Titre Les Îles françaises du Ponant et les îles anglo-normandes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20585/img-1.png
Fichier image/png, 277k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20585/img-2.png
Fichier image/png, 79k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20585/img-3.png
Fichier image/png, 126k
Titre La concentration des propriétés de saline (d'après Inventaire de l'île de Ré..., p. 32-33.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20585/img-4.png
Fichier image/png, 120k
Titre La propriété foncière dans la baronnie viticole (fiefs exclus)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20585/img-5.png
Fichier image/png, 174k
Titre L'évolution de la propriété salicole à Ars-en-Ré (xviie- mi xixe siècle)
Légende Marcel Delafosse, Claude Laveau, Le comment du sel de Brouage..., op. cit., p. 29.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20585/img-6.png
Fichier image/png, 295k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540