Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Élevage, modes de faire-valoir et structurations sociales

Spécialisation pastorale et hiérarchies villageoises en pays de « démocratie rurale »

Jean-Luc Mayaud

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ronald Hubscher, « La storia rurale in Francia nel xix secolo : problemi e prospettive », dans : Pa (...)
  • 2 Jacques Rougerie, « Faut-il départementaliser l'histoire de France ? », dans Annales, économies, so (...)
  • 3 Maurice Garden, « Alltagsgeschichte, Microstoria, pourquoi pas histoire sociale ? », dans : Claude- (...)

1Par commodité et en raison d'un traitement sériel séparé et anonyme des multiples sources de l'histoire sociale et économique, les auteurs des nombreuses thèses « départementales » de la seconde moitié de ce siècle ont généralement établi statistiquement leurs descriptions des hiérarchies villageoises sur le seul critère de l'accès à la terre, voire sur celui des structures socioprofessionnelles fournies par les diverses enquêtes effectuées tout au long du xixe siècle. Il est vrai que l'échelle même des territoires de ces recherches - un ou plusieurs départements -, tout autant que leur objet — une histoire politique comportant un préalable économique et social1 — ne permettaient guère de « descendre » systématiquement jusqu'à l'échelon villageois. Les résultats ont été mitigés : si chaque thèse proposait un faisceau d'explications cohérentes et séduisantes, force est de reconnaître que cette « départementalisation de l'histoire de France »2 n'a pas permis une véritable synthèse. Reste qu'au delà du constat de l'infinie diversité provinciale, les avancées de la sociologie, de la démographie historique et les partis-pris de la micro-histoire3 ont permis de s'interroger à propos de la complexité du « social ». Notre propos, ici, à travers un exemple, est de proposer une approche des hiérarchies villageoises.

  • 4 Jacques Revel, (dir. ), Jeux d'échelles. La micro-analyse à l'expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil (...)
  • 5 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d'un inconnu, 1798-1876, (...)
  • 6 Département du Doubs, canton d'Omans.

2Il ne nous semble pas nécessaire de discuter longuement la pertinence d'une échelle d'observation fine4. Depuis longtemps déjà, démographes, sociologues et ethnologues, et récemment quelque historien audacieux5, ont limité leur terrain au village. Précisons seulement que notre projet n'est pas de réaliser de telles approches pour chacune des 36 000 communes de France. À travers l'exemple du village de Trepot6 en 1891, il s'agit simplement de montrer qu'une relecture des sources « classiques » est possible, que les ressources du matériel informatique facilitent des croisements nominatifs, et qu'un bricolage méthodologique peut apporter quelques résultats, et induire de nombreuses interrogations.

Un village du front de la pastoralisation comtoise

  • 7 Jean Boichard, L'élevage bovin, ses structures et ses produits en Franche-Comté, Paris, Les Belles- (...)
  • 8 Michèle Dion-Salitot et Michel Dion, La crise d'une société villageoise. Les « survivanciers », les (...)
  • 9 Jean-Luc Mayaud, Les paysans du Doubs au temps de Courbet. Étude économique et sociale des paysans (...)
  • 10 Claude-Isabelle Brelot, « Un équilibre dans la tension : économie et société franc-comtoises tradit (...)

3Situé à une vingtaine de kilomètres de Besançon, Trepot est au xixe siècle l'un des villages du front de la spécialisation pastorale et fromagère que connaît la Franche-Comté : sa fromagerie est installée dès 1818. Originaire de la montagne jurassienne où elle est attestée au Moyen Âge, cette spécialisation s'étend dès avant la Révolution, atteint la quasi totalité des communes des plateaux du Doubs au xixe siècle, avant de gagner le bas-pays7. Volontariste, elle s'appuie sur l'existence de « fruitières »8, associations informelles qui permettent à l'ensemble des producteurs de réunir journellement le lait de leurs animaux pour la fabrication de fromages de type gruyère — pâte pressée cuite — : la fruitière entraîne ainsi « petits » et « gros » — ou plutôt « moins petits », dans cette région ou 73 % des propriétaires détiennent moins de trois hectares et où la propriété supérieure à 30 hectares est exceptionnelle9 — dans un mouvement de spécialisation collective où, à l'origine, rares sont les laissés pour compte10.

  • 11 Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Cahiers de la Fondation nationale des sci (...)
  • 12 Jean-Luc Mayaud, Les cycles d'une économie villageoise : Trepot, de la polyculture à l'élevage, 198 (...)

4La typologie dressée par Pierre Barrai il y a maintenant 30 ans inclut les départements francs-comtois dans la catégorie des « démocraties rurales »11, que l'auteur définit comme « une structure d'exploitants indépendants et relativement égaux où l'influence de quelques puissants demeure limitée au plan économique ». Trepot, comme de nombreuses communes des départements du Doubs et du Jura, semble répondre à cette catégorisation. En 1822, date de confection du cadastre dit napoléonien, 79 % des propriétaires privés — 129 sur 163 — détiennent moins de dix hectares ; en 1914, ils sont 92 %, leur nombre - 263 sur 285 - ayant fortement progressé au détriment des rares propriétés supérieures à 30 hectares (cinq en 1822, deux en 1914). Le terroir présente, dès le début du siècle, les caractéristiques de la spécialisation pastorale : plus de 50 % des superficies en herbe — pâtures et prés - rivalisent avec les bois et les labours qui se partagent de façon sensiblement égale l'autre moitié du finage12.

  • 13 Arch. dép. du Doubs, 333 F 2, Liste nominative des habitants de la commune de Trepot, dénombrement (...)
  • 14 Arch. com. de Trepot, matrices cadastrales, Trepot, 1822-1914. Versées récemment aux Arch. dép. du (...)
  • 15 Archives de la Fromagerie de Trepot (non classées). Registres de comptabilité.
  • 16 Arch. dép. du Doubs, M 2246, agriculture (fromageries) : renseignements fournis par les communes, 1 (...)
  • 17 Arch. com. de Trepot, registre des délibérations municipales, 27 juin 1880-14 février 1904.
  • 18 Arch. dép. du Doubs, M 2176, Concours-comices. Concours régional et national. Correspondance, 1881- (...)
  • 19 Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante..., ouv. cité.

5Le choix de présenter les hiérarchies villageoises de Trepot en 1891 est essentiellement motivé par la concordance qu'il est possible de réaliser entre les diverses sources disponibles : état-civil, liste nominative de recensement13, matrice cadastrale14, livre de fromagerie, statuts de la fromagerie15, enquêtes16, registre des délibérations municipales17 et palmarès des concours agricoles18. La coupe ainsi effectuée permet alors d'agréger les diverses données rassemblées, de repérer dans un premier temps individus et ménages - à défaut des exploitations19 — et de tenter enfin une lecture des hiérarchies.

Les hiérarchies nées de la possession de la terre

6Un minimum de patience et d'attention sont nécessaires à la réalisation d'une coupe à l'intérieur des matrices cadastrales. Prendre chaque folio, relever les nom, prénoms, domicile et profession - lorsque celle-ci est indiquée — et comptabiliser superficies et revenus des parcelles possédées par chaque propriétaire n'est donc pas impossible.

Tableau 1 - Les cotes foncières à Trepot en 1891

Tableau 1 - Les cotes foncières à Trepot en 1891
  • 20 Pour l'ensemble de ces recherches ont été utilisés les logiciels Excel™ et File Maker™.

7Certes, les dates de mutation ne sont pas toujours reportées sur chaque folio, et il est parfois utile d'entreprendre un suivi de quelques-unes d'entre elles pour réparer les négligences des employés de l'administration du cadastre du siècle dernier. L'informatisation20 facilite ensuite calculs et recoupements avec d'autres sources.

8Au moment de son plus grand creux démographique du xixe siècle — 319 habitants, tandis que la commune en comptait 593 en 1851, date de son maximum -, Trepot compte cependant 344 cotes foncières privées, rassemblant 983 hectares, dont 575 en pré. Depuis 1822, la spécialisation pastorale a donc été conquérante : l'herbe représente dorénavant 58,5 % du terroir privé. Surtout, le poids des très petites (46,2 %) et petites (36,6 %) cotes foncières s'est renforcé : seules émergent 38 cotes de cinq à dix hectares et 21 supérieures à dix hectares. Les superficies appropriées permettent un autre constat : les 21 « privilégiés » détiennent ensemble 37,9 % du terroir et 35,5 % des près, en rivalité avec le groupe des 5- 10 hectares (27 % du sol, 27,3 % de l'herbe) et celui des 1-5 hectares (respectivement (28,7 % et 30,8 %). Reste qu'il convient de relever la poussière des micro-cotes. Quantitativement importantes, elles sont cependant essentiellement foraines ou vicinales : parmi les 159 cotes inférieures à un hectare, seules 35 sont détenues par des résidents de Trepot.

  • 21 On pardonnera la légèreté de ce présupposé. Il est évident que la complexité est plus grande, et qu (...)
  • 22 Ainsi que le révèle l'examen des folio les concernant dans les matrices cadastrales. Il est évident (...)

9Malgré les difficultés techniques liées aux homonymes (qui peuvent être contournées par un recours supplémentaire à l'état-civil), croiser les données du cadastre avec celles du recensement permet une approche plus précise des structures de la propriété au village. 29,1 % des cotes foncières sont en fait détenues par des résidents. Certes, nous ne négligeons pas l'existence des propriétaires vicinaux, habitants les communes limitrophes et pouvant ainsi travailler directement les parcelles possédées à Trepot. Considérons, provisoirement, et faute de recherches systématiques, que leur emprise est équivalente à celle des Trepotins sur les terroirs voisins21. Reste que si moins du tiers des cotes foncières est détenu par des présents à Trepot en 1891, ceux-ci conservent la maîtrise de 43 % du terroir et de 40 % des prés. Suggestif encore est le constat de la considérable réduction statistique du nombre des micro-propriétaires : la forte mobilité géographique des ruraux micro-parcellaires n'est toutefois pas causée par une misère extrême puisque ceux-ci, héritiers ou acquéreurs récents22, demeurent durablement propriétaires de leurs maigres lopins.

Tableau 2 - Les cotes foncières des propriétaires recensés à Trepoen 1891

Tableau 2 - Les cotes foncières des propriétaires recensés à Trepoen 1891
  • 1  % de chaque classe par rapport à l'effectif total

10Note 11

  • 2  % de chaque classe par rapport au total des cotes foncières de Trepot

11Note 22

  • 3  % de chaque classe par rapport au total des superficies des cotes foncières de Trepot

12Note 33

  • 4  % de chaque classe par rapport au total des prés de Trepot

13Note 44

  • 5  % de chaque classe par rapport au total des revenus des cotes foncières de Trepot

14Note 55

15Toujours est-il que la proportion des résidents par rapport à celle des forains croît avec l'étendue des propriétés : le taux de présents s'élève ainsi, progressant de 23,9 pour les cotes inférieures à 100 ares, à 25,9 (1- 5 hectares), à 45,8 (5-10 hectares) et à 65,2 (10-20 hectares). Les hiérarchies nées de la possession du sol sont donc confortées pour les plus gros détenteurs : trois propriétaires Trepotins de plus de 20 hectares représentent 3,3 % des cotes foncières des résidents, mais 26,6 % du terroir et 27 % des prés détenus par les villageois. Les perceptions de ces hiérarchies par les membres de la communauté ne sont-elles pas tout aussi importantes que leur réalité ?

Des hiérarchies socio-professionnelles ?

  • 23 Olivier Marchand et Claude Thélot, Deux siècles de travail en France. Population active et structur (...)
  • 24 Quatroze ans : une tuilière, un cultivateur et une domestique pour une adolescente à la profession (...)

16La liste nominative du recensement de 1891, en dépit de ses imperfections (6 % de professions non indiquées) et des diverses difficultés liées aux taxinomies23, livre toutefois de multiples renseignements. Les choix opérés doivent d'abord être justifiés. Ont été considérés comme enfants inactifs les moins de douze ans : les recensements des communes rurales contiennent fréquemment des bergers de dix ans, et à Trepot en 1891, des adolescents sont d'incontestables actifs24. De la même façon, aucune limite d'âge supérieure n'a pu être fixée à l'activité : la tranche d'âge des plus de 79 ans, par exemple, ne compte aucune profession non indiquée et révèle une « sans profession », pour un cultivateur, deux cultivatrices, un journalier et un sabotier.

  • 25 La sœur du déservant, qualifiée de domestique a été considérée comme domestique agricole dans la me (...)
  • 26 Jean-Luc Mayaud, « Salariés agricoles et petite propriété dans la France du xixe siècle », dans Ron (...)
  • 27 Notons que si le métayage est rare en Franche-Comté, le fermage n'y est pas inexistant. Faute de re (...)
  • 28 Magali Dufour, Trajectoires de domestiques de culture et de salariés agricoles dans les campagnes d (...)

17À s'en tenir au seul recensement, les professions de la terre apparaissent nettement dominantes : aux 143 cultivateurs (57,4 % de la population active) peuvent être agrégés 23 journaliers (9,2 %) et 8 domestiques25 (3,2 %). Certes, des hiérarchies sociales ne peuvent être déduites des seules qualifications professionnelles : si la position sociale des journaliers suggère l'état de salarié pauvre — mais parfois certains d'entre eux sont également propriétaires26 —, le qualificatif de cultivateur recouvre de grandes disparités, du propriétaire de quelques centaines d'ares au détenteur de plusieurs dizaines d'hectares27. Il en va de même des domestiques de culture, généralement jeunes, et dont certains sont « placés » par des familles qui ne sont pas toujours nombreuses ou nécessiteuses28.

Tableau 3 - Les professions recensées à Trepot en 1891

Tableau 3 - Les professions recensées à Trepot en 1891
  • 1 calculé par rapport aux individus de plus de 11 ans (effectif total (249)

18Note 11

  • 2 24 et 27 ans

19Note 22

  • 3 21, 29,48, 53 et 63 ans

20Note 33

  • 4 de 14 à 82 ans, dont 14 ans : 1 ; 15 ans : 2 L'individu déclaré « maire » mais inscrit par ailleurs (...)

21Note 44

  • 5 de 16 à 82 ans (aucune de moins de 16 ans)

22Note 55

  • 6 23 ans...

23Note 66

  • 29 La pluriactivité dans les familles agricoles. Colloque de l'Association des ruralistes français, L' (...)

24Les taxinomies professionnelles révèlent toutefois la présence de plusieurs métiers directement liés au secteur agricole : maréchal-ferrant, charron, fromager ou tonnelier — fabriquant vraisemblablement des seilles plutôt que des tonneaux à vin dans cette commune sans vignoble. Peu nombreux, ils renforcent le groupe des commerçants et celui des tisserands, couturières et blanchisseuses, ce dernier groupe apparaissant souvent engagé dans la pluriactivité29. Seul se distingue le monde des professionnels liés à la tuilerie et au chemin de fer : tous résident à l'écart du village, et leurs patronymes sont récemment apparus à Trepot. « Étrangers » de la première génération dans la commune, ils semblent placés hors de la communauté « paysanne » : un seul ménage rassemble les tuiliers, époux, fils (2), fille, et leur ouvrier ; trois autres ménages sont constitués d'un chef poseur de voies, de leur épouse garde-barrière et de leurs jeunes enfants.

  • 30 Jean Courtieu, (dir.), Dictionnaire des communes du département du Doubs, tome 6, Besançon, Cêtre, (...)

25Au total, à l'exception des horsains et des instituteurs — deux ménages distincts pour ces derniers —, l'ensemble des Trepotins paraît constituer un groupe relativement fermé : nombreux sont ceux qui appartiennent à des familles anciennement installées, comme en témoigne la permanence des patronymes dont certains figurent dans les registres paroissiaux du xviiie siècle : il en est ainsi des Juret, Monnin, Perreney, Perrot et Vare- chon30. Mais Trepot n'est pas un isolat.

L'omniprésence de l'activité fromagère

  • 31 Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, ouv. cité.

26Les difficultés habituellement rencontrées par les historiens ruralistes pour saisir les productions agricoles peuvent être ici partiellement contournées par l'existence des livres de fromagerie, qui informent notamment de la quantité de lait mensuellement livrée par les sociétaires de la fruitière. Le nom ou surnom, les prénoms - parfois, lorsqu'il y a risque d'homonymie — de chacun sont portés sur des cahiers, ainsi que leurs apports laitiers respectifs. La fabrication journalière des fromages implique une quantité de lait sensiblement toujours égale : les règlements contraignent ainsi les sociétaires à livrer la quasi totalité de leur production à la fromagerie. De même, puisque les plus gros producteurs ne peuvent à eux seuls fournir le total du lait nécessaire, le lait de tous peut être accueilli : certes, les plus petits ont été progressivement découragés, le lait de chèvre n'a plus été accepté31, mais en 1891 encore, nombreux sont ceux dont la livraison quotidienne correspond à une seule vache peu généreuse.

Tableau 4 - Livraison du lait à la fruitière de Trepot en 1891

Tableau 4 - Livraison du lait à la fruitière de Trepot en 1891
  • 1 Calcul fondé sur la base de 1 500 kilogrammes de lait par vache et par an.

27Note 11

  • 32 N'ont toutefois pas été retenus ici les quelques sociétaires des communes limitrophes de Trepot, do (...)
  • 33 Calcul théorique, correspondant à la lactation annuelle d'une vache de moyenne qualité en Franche-C (...)

28Ce sont au total 148 968 kilogrammes de lait32 provenant d'un troupeau de 99 vaches33 qui approvisionnent la fruitière. Mais la livraison de chacun des 39 sociétaires est loin d'être égalitaire : elle varie de 1 à 28,7. Le tableau 4 montre que la livraison moyenne théorique de 3 864 kilogrammes n'est dépassée que par 14 sociétaires. La hiérarchie des participations à la fruitière témoigne ainsi des hiérarchies agricoles. Plus, dans la mesure où aucun des ménages ne compte jamais plus d'un sociétaire, elle permet de distinguer les ménages — et leurs membres — engagés dans la spécialisation pastorale et fromagère. 39 ménages sur 104 participent ainsi à ce qui apparaît comme la principale activité communale : la population rassemblée par ces ménages (83 hommes et 80 femmes) représente 51,1 % de la population totale, les classes d'âge les plus « fromagères » étant précisément celles des moins de 50 ans.

Tableau 5 - Population concernée par la fruitière de Trepot en 1891

Tableau 5 - Population concernée par la fruitière de Trepot en 1891

Croisement des sources et prise en compte des ménages

29La réalisation de fichiers informatiques nominatifs a pour but, entre autres, le rassemblement de la totalité des informations concernant chaque ménage et chaque individu : ceux-ci peuvent être présentés sous les formes les plus diverses, offrant les possibilités d'une lecture plurielle. Elle permet ainsi de contourner la seule approche professionnelle en ajustant les données les plus diverses.

30Ainsi, les fichiers par ménage obtenus par l'agrégation entre elles des fiches individuelles autorisent l'addition des propriétés possédées par chacun de ses membres. Si ce travail n'a pas été inutile, permettant par exemple « d'attribuer » à tel chef de famille étendue les possessions de l'un de ses collatéraux — il s'agit ici de mesurer l'emprise sur le terroir et les terres disponibles pour l'exploitation —, il n'a pas bouleversé le tableau de la propriété, réduisant légèrement le nombre des cotes cadastrales multiples. Il apparaît toutefois que les ménages « fromagers » accaparent 266 hectares, soit 63,7 % des possessions des Trepotins. L'emprise sur les prés est encore supérieure : 147 hectares, soit 64,7 % des superficies en herbe.

  • 34 Jean-Luc Mayaud, « Afferrare l'inafferrabile. Approccio metodologico alla pluriattività contadina » (...)
  • 35 Chef lieu du canton éponyme auquel appartient la commune de Trepot.

31Le croisement nominatif des sources révèle encore les complexités des structures socio-professionnelles et les tromperies d'une lecture univoque des taxinomies. La pluriactivité est ainsi saisissable34, pluriactivité familiale, lorsqu'elle n'est pas individuelle, telle celle de ce ménage de deux membres comptant un cantonnier et une journalière ou de cette famille de six personnes où les parents sont l'un journalier et l'autre couturière. Plus complexe, le cas de ces parents déclarés tous deux aubergistes et de leurs trois enfants (deux filles de 20 et 18 ans, un garçon de 22 ans), cultivateurs : le chef de ménage, conseiller municipal, est propriétaire de 193 ares, dont 91 en herbe, et livre à la fruitière 5 298 kilogrammes de lait en 1891. Evidente pluriactivité encore avec ce couple d'épiciers qui détient en propre huit hectares (dont 6,2 en pré) et est manifestement engagé dans l'élevage laitier (livraison annuelle de 5,3 tonnes de lait) et passionné d'élevage chevalin puisqu'il obtient une médaille pour une jument suitée au comice agricole d'Ornans35.

  • 36 Jean-Luc Mayaud, « L'exploitation familiale ou le chaînon manquant de l'histoire rurale », dans Mar (...)
  • 37 Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, ouv. cité ; Jean-Luc Mayaud, La petite exploita (...)

32Au total, les hiérarchies fondées sur la terre ou sur l'herbe, pour suggestives qu'elles soient, ne rendent cependant pas exactement compte de celle née des apports laitiers à la fromagerie : le tableau 7 révèle l'existence de ménages fromagers non ou trop faiblement propriétaires (de terres ou de prés) pour justifier leur nourriture ou l'alimentation de leur bétail. Certes, le développement des fourrages artificiels doit être pris en compte, dans la mesure où leur culture s'effectue sur des terres labourables. Certes encore, ces ménages peuvent bénéficier de leurs propres propriétés vicinales dispersées dans les communes alentour. Il conviendrait surtout de saisir l'exploitation36 : archives notariées et registres de l'enregistrement seraient d'un évident secours, même si l'on a pu constater que les locations par bail écrit — baux de fermage, location de simples parcelles - ne constituent qu'une petite proportion des contrats de location, dans un monde où la parole donnée oralement vaut contrat. De plus, comment repérer la libre disposition de leurs terres laissée par les forains aux membres de leur famille vivant à Trepot ? Enfin, la commune de Trepot, qui est le plus gros propriétaire, avec 454 hectares — dont 143 hectares de pâturages —, pratique les amodiations aux particuliers en lots de tailles diverses et offre à tous un droit de parcours37 bien utile à la vache du pauvre ou au troupeau des « gros » pour leur nourriture estivale.

Tableau 6 - Les ménages non « fromagers » de Trepot en 1891

Tableau 6 - Les ménages non « fromagers » de Trepot en 1891
  • 38 Ronald Hubscher, « Modèles d'exploitation et comptabilité agricole : l'exemple du Pas-de-Calais au (...)

33La complexité de l'approche de l'exploitation peut cependant être partiellement résolue ici par le seul examen de la hiérarchie « fromagère » : ne pourrait-on considérer que telle production laitière correspond à telle superficie en herbe nécessaire à l'alimentation du bétail ? il serait alors simple de comparer la superficie théorique de l'exploitation à celle de la propriété : apparaîtraient dès lors les exploitants auto-suffisants et ceux qui ne peuvent qu'avoir recours à la location ou à l'utilisation gratuite. Une semblable approche pourrait sans doute être mise en œuvre en tenant compte de la force de travail disponible sur chaque exploitation38.

  • 39 Étude réalisée, dont les résultats ne peuvent figurer dans le cadre de cette publication.

34Force est de reconnaître, dans l'état de nos recherches, que la hiérarchie des apports laitiers à la fruitière demeure la plus acceptable. Il est vrai qu'elle ne concerne pas les 64 ménages non « fromagers ». L'examen de ceux-ci montre toutefois que, s'ils sont qualitativement importants, ils n'incarnent guère les forces vives de la commune : le poids des rentiers et des vieillards est considérable. À l'exception des professions intellectuelles — instituteurs et desservant —, les autres ménages, quant à eux, semblent plutôt relever des classes les plus pauvres : petits métiers de l'artisanat, travail à domicile complémentaire, journaliers et domestiques, très petits cultivateurs, souvent non-propriétaires, aux limites de la pauvreté. Seuls se distinguent quelques ménages de propriétaires terriens ne participant pas à la spécialisation pastorale : le plus grand propriétaire privé (52 hectares dont 28 en pré) demeure conseiller municipal mais est âgé de 69 ans et vit avec deux domestiques ; tel autre, cumulant ses propriétés et celles de son épouse (18 hectares dont 11 en herbe) est un chef de ménage de 62 ans vivant avec sa femme de 71 ans ; voici encore un cultivateur de 63 ans vivant seul à la tête de 285 ares dont 180 en pré. Il est évident que sont atteintes ici les limites de notre méthode : seule une étude longitudinale, parfaitement possible, permettrait de juger de la dynamique à l'œuvre et d'évaluer trajectoires sociales, cycles de vie et cycles des exploitations39.

La hiérarchie de l'excellence agricole

  • 40 Jean-Luc Mayaud, 150 ans d'excellence agricole en France. Histoire du Concours général agricole, Pa (...)
  • 41 Jean-Luc Mayaud, « L'integrazione politica dei contadini in Francia e la politica agricola della Re (...)
  • 42 Du fait des gagnants récidivistes.
  • 43 Dominique Jacques, Voyage au pays des montbéliardes. « Au champ les vaches », Lyon, Textel, 1989, 1 (...)

35La structuration de réseaux d'excellence susceptibles de dynamiser l'agriculture, passe par l'organisation de concours agricoles de plus en plus démocratiques et respectueux des réalités locales40. La Troisième République renforce ses encouragements et tente de susciter la généralisation des « foires aux vanités », lieux de reconnaissance et de formation par la pédagogie de l'exemple41. En Franche-Comté comme ailleurs, sont multipliées les épreuves ouvertes à tous. L'étude des règlements des concours agricoles comme l'analyse de la sociologie des lauréats est des plus suggestives. Si aucun des Trepotins ne se distingue parmi les palmarès des concours régionaux ou ceux du concours général agricole, leur présence est importante aux épreuves organisées chaque année par le comice agricole d'Ornans. Entre 1885 et 1892, 21 récompenses sont ainsi décernées à dix des participants habitant à Trepot42 : tel maréchal-ferrant possédant 19 hectares (dont 10 en pré), sociétaire de la fruitière pour 12,1 tonnes de lait est récompensé à trois reprises pour ses instruments agricoles ; tels autres, cultivateurs ou épicier, sont distingués pour leurs chevaux. Surtout, plusieurs des sociétaires sont honorés pour leurs bovins : le plus gros des 39 fruitiers (12,7 tonnes de lait en 1891) reçoit un prix pour une vache laitière ; tel autre, détenteur d'à peine 18 ares mais capable de livrer 6 tonnes de lait à la fruitière se distingue par ses génisses ; plus modestes dans la hiérarchie fromagère et terrienne, deux cultivateurs sont publiquement récompensés pour la qualité de leurs taureaux ; le maire lui-même donne l'exemple en remportant deux fois des prix pour ses vaches laitières. Ces victoires témoignent du dynamisme de ces éleveurs et de leur souci d'améliorer les rendements de leur cheptel par la pratique d'une sélection au moment où est créé le Herd-book de la race montbéliarde43. Elles suggèrent également, au sein de la commune, une hiérarchie de la compétence et de l'excellence conférant prestige et honneur.

Les hiérarchies électives : conseil municipal et conseil de fromagerie

  • 44 Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis robert et William Serman, (dir.), Les maires en France du (...)

36Les hiérarchies fondées sur l'analyse économique et sociale se reflètent-elles dans les hiérarchies électives ? L'analyse du corpus des élus municipaux et des sociétaires de la fromagerie démocratiquement désignés par l'assemblée générale de la fruitière n'est pas inutile. Les récentes investigations sur les maires et les conseillers municipaux témoignent de ce questionnement, qui, pour éclairer les voies de la politisation, emprunte celles de l'histoire sociale44.

Tableau 7 - Les hiérarchies à Trepot en 1891

Tableau 7 - Les hiérarchies à Trepot en 1891
  • 1 appartenance au conseil municipal

37Note 11

  • 2 appartenance au conseil de la fromagerie

38Note 22

  • 3 nombre de distinctions au comice agricole d'Ornans

39Note 33

40Le cas de la coexistence, dans la Franche-Comté pastorale, des institutions fromagère et municipale permettent d'étudier les connexions entre des institutions représentatives de nature différente : l'une ressortissant du politique, l'autre de l'économique. La conquête de la direction de la fruitière n'est pas sans enjeu : le syndic et son conseil ont plein pouvoir pour établir les règlements, recruter le fromager, fixer le prix du lait versé aux sociétaires.

  • 45 Jean-Luc Mayaud, « Les pouvoirs locaux : fruitière et conseil municipal en Franche-Comté sous la Tr (...)

41Diriger la fruitière est un moyen d'action économique, mais s'inscrit également dans le système des pouvoirs locaux. La position acquise peut être un préalable à une élection au conseil municipal. Parfois, et cela est tout autant fréquent, c'est la position édilitaire qui permet la conquête de la fruitière. Toujours est-il que rares sont les situations ou les deux types de pouvoir ne sont pas imbriqués puisqu'incarnés - selon des proportions variables - par les mêmes individus45.

42À Trepot, une analyse minutieuse révèle qu'en 1891, six des dix conseillers sont également membres du conseil de la fruitière et deux y appartiennent puisqu'ils livrent le lait de leurs vaches à la fromagerie. En conséquence, un seul des sept membres de l'organe dirigeant de la fromagerie n'est pas un élu municipal. Les hiérarchies électives sont donc relativement semblables.

  • 46 Les contraintes éditoriales (41 ménages au lieu de 104) expliquent la réduction de ce tableau aux s (...)
  • 47 Jean-Luc Mayaud, « Les pouvoirs locaux : fruitière et conseil municipal... », art. cité ; Jean-Luc (...)

43Il convient toutefois de préciser que ces fonctions économiques et municipales ne sont pas, en 1891, entre les mains des plus gros propriétaires de la commune : le tableau 746 montre que si le plus grand propriétaire de la commune est au nombre des conseillers municipaux - il est même adjoint —, d'autres élus incarnent plutôt le monde des moyens et des petits possédants, voire des non propriétaires, tel ce cultivateur, sans terre propre, mais sociétaire pour 3 404 kilogrammes de lait livrés à la fromagerie dont il est l'un des administrateurs. Le maire et syndic de la fromagerie, doublement distingué au comice agricole, est, quant à lui, le second dans la hiérarchie terrienne (30,5 hectares, dont 17 en pré), mais ne figure qu'au 17e rang des fruitiers de 1891. Sa position est toutefois héritée : il appartient à l'une des vingt familles vivant au village au milieu du xviiie siècle, son grand-père et son père ont tenu la mairie et le conseil municipal de 1808 à 1813 et de 1813 à 1846, et lui-même est maire depuis 1865 et régulièrement élu « patron » de la fromagerie depuis 1861...47

44Au total, le tableau 7, qui rassemble la plus grande part des informations disponibles, montre que les hiérarchies établies dans les divers domaines ne coïncident pas systématiquement. Rares sont les appartenances au même rang ou au même groupe de ces différents classements, même si les cas de cumuls demeurent spectaculaires — pour les « gros » comme pour les plus pauvres - et semblent attester — ce qui n'est nullement une découverte - les liaisons fortes entre position sociale, position économique et « pouvoirs ». En revanche, ce tableau nous semble révéler l'immensité des combinaisons possibles pour définir ces groupes intermédiaires dans lesquels les classements dans chacune des hiérarchies sont les plus divers et rarement concordants. Il ne s'agit ici que d'une photographie, imparfaite et comportant encore de trop nombreuses zones d'ombre : seules d'autres coupes et un suivi dans la moyenne et la longue durée pourraient rendre compte des trajectoires, des itinéraires individuels et familiaux, des recompositions sociales et économiques villageoises et de leurs traductions dans le champ du « politique ». Bref, aborder les dynamiques sociales ne peut se faire l'aide d'une seule coupe nécessairement statique.

*

45Observation fine d'une société villageoise, croisements nominatif des principales données disponibles et agrégation des fiches individuelles en ménages reconstitués ne permettent pas de répondre à la totalité du questionnement concernant les hiérarchies rurales. Ils en autorisent toutefois une première approche, dans la mesure où des « groupes » socio-professionnels peuvent être repérés, fondés sur des critères qui ne sont pas seulement ceux du rapport à la terre. Les diverses hiérarchies reconstituées se combinent pour se renforcer, se compenser, voire s'opposer. Ces complexités révélées ne sont cependant que constructions a posteriori. Elles ne peuvent se substituer aux représentations que se faisaient les contemporains des hiérarchies existantes — et vécues — dans leur village. Dans ces micro-sociétés d'interconnaissance, l'assise foncière et la taille des ménages étaient autant perçues que les apports quotidiens de lait à la fromagerie, le nombre et la conformation des bovins, la qualité des récoltes, la possession de chevaux et de matériel agricole, etc. Tout aussi importants — sociologues, ethnologues et anthropologues l'ont montré et formalisé, étaient l'étendue des réseaux de parenté — l'ancienneté de l'appartenance à la communauté, les réputations et l'honneur des lignages, tant d'aspects qui ne peuvent être saisis que par une véritable étude longitudinale des individus, des ménages et des familles. Histoire longue, donc, d'autant plus nécessaire que le village n'est ni immobile, ni fermé, et que les mutations économiques et sociales, ici liées à la pastoralisation, y sont décelables, qu'elles contribuent à l'établissement d'une histoire collective propre, ayant ses « événements fondateurs », ses cycles, sa chronologie, ses mémoires. Permanences, continuités, certes, mais aussi glissements, repositionnements, renouvellements, ruptures : les hiérarchies observées à un temps « T » ne sont de toute évidence pas figées et doivent être, elles aussi, remises en perspective historique.

46Demeure enfin, dans cette histoire de la communauté villageoise et de ses groupes mouvants, aux frontières floues, les questions des représentations individuelles - de soi et des autres, d'ici et d'ailleurs -, du sentiment d'appartenance, de la perception de l'histoire commune... Comment les critères « objectifs », péniblement établis par les historiens peuvent-ils se combiner avec le subjectif des contemporains ? L'étude des hiérarchies au village peut apporter des réponses. Le chantier est toujours ouvert, et il n'est pas « interdit au public ».

Notes

1 Ronald Hubscher, « La storia rurale in Francia nel xix secolo : problemi e prospettive », dans : Pasquale Villani, (dir.), L'agicoltura in Europa e la nascita della "questione agraria", ouv. cité, p. 73-91 ; Jean-Luc Mayaud, « Une histoire rurale éclatée (1945-1993) ? La France du xixe siècle », dans : Alain Faure, Alain Plessis et Jean-Claude Farcy, (dir.), La terre et la cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Éditions Créaphis, 1994, p. 21-31 ; Gilles Pécout, « La politisation des paysans au xixe siècle. Réflexions sur l'histoire politique des campagnes françaises », dans Histoire et sociétés rurales, 2, 2e semestre 1994, p. 91-125 ; Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante. France, xixe siècle, Paris, Éditions Belin, 1999, 274 p.

2 Jacques Rougerie, « Faut-il départementaliser l'histoire de France ? », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, tome 21, n° 1, janvier-février 1966, p. 178-193.

3 Maurice Garden, « Alltagsgeschichte, Microstoria, pourquoi pas histoire sociale ? », dans : Claude- Isabelle Brelot et Jean-Luc Mayaud, (dir.), Voyages en histoire. Mélanges offerts à Paul Gerbod, Besançon, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1995, p. 99-117.

4 Jacques Revel, (dir. ), Jeux d'échelles. La micro-analyse à l'expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996, 247 p.

5 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d'un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998, 343 p. Voir également, à propos de cet ouvrage, le dossier « Recherches pinagotiques », dans Ruralia, revue de l'Association des ruralistes français, n° 3, 1998 : Jean-Luc Mayaud, « Saisir l'histoire dans la singularité individuelle ? », p. 160-164 ; Jacques Rémy, « Partage égalitaire et ventes aux enchères au siècle de Louis-François Pinagot », p. 164-189.

6 Département du Doubs, canton d'Omans.

7 Jean Boichard, L'élevage bovin, ses structures et ses produits en Franche-Comté, Paris, Les Belles-Lettres, 1977, 536 p.

8 Michèle Dion-Salitot et Michel Dion, La crise d'une société villageoise. Les « survivanciers », les paysans du Jura français (1800-1970), Paris, Éditions Anthropos, 1972, 400 p. ; Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, Paris, Les Belles-Lettres, 1986, 475 p. ; Michel Vernus, Le comté. Une saveur venue des siècles, Lyon, Textel, 1988, 302 p.

9 Jean-Luc Mayaud, Les paysans du Doubs au temps de Courbet. Étude économique et sociale des paysans du Doubs au milieu du xixe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1979, 295 p. ; Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, ouv. cité.

10 Claude-Isabelle Brelot, « Un équilibre dans la tension : économie et société franc-comtoises traditionnelles (1789-1870) », dans Roland Fietier, (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977, p. 351-397 et p. 405-407 ; Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante..., ouv. cité.

11 Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n° 164, Paris, Librairie Armand Colin, 1968, figure la, p. 42.

12 Jean-Luc Mayaud, Les cycles d'une économie villageoise : Trepot, de la polyculture à l'élevage, 1980, Rapport pour la Direction régionale des affaires culturelles/Association comtoise des arts et traditions populaires, 114 folios ; Jean-Luc Mayaud, Une fromagerie comtoise : Trepot, Besançon, CRDP, 1980, 22 p. + annexes.

13 Arch. dép. du Doubs, 333 F 2, Liste nominative des habitants de la commune de Trepot, dénombrement de 1891. Je remercie ici bien vivement le personnel des Archives départementales du Doubs de m'avoir permis la photocopie des recensements du xixe siècle.

14 Arch. com. de Trepot, matrices cadastrales, Trepot, 1822-1914. Versées récemment aux Arch. dép. du Doubs.

15 Archives de la Fromagerie de Trepot (non classées). Registres de comptabilité.

16 Arch. dép. du Doubs, M 2246, agriculture (fromageries) : renseignements fournis par les communes, 1891.

17 Arch. com. de Trepot, registre des délibérations municipales, 27 juin 1880-14 février 1904.

18 Arch. dép. du Doubs, M 2176, Concours-comices. Concours régional et national. Correspondance, 1881-1892 ; M 2184, Concours-comices. Comices : instructions, correspondance, rapports, 1882-1889 ; M 2185, Concours-comices. Comices : instructions, correspondance, rapports, 1887- 1891 ; M 2186, Concours-comices. Comices : instructions, correspondance, rapports, 1892-1893 ; M 4064, Concours-comices. Statuts des comices agricoles de l'arrondissement de Besançon. Société d'horticulture (1803-1920). Fonctionnement et rapports des comices du département du Doubs (1818-1919). Je remercie ici Caroline Gilberte, doctorante, d'avoir bien voulu rechercher, dans l'urgence, les gagnants de Trepot parmi les dossiers que je lui avais indiqués.

19 Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante..., ouv. cité.

20 Pour l'ensemble de ces recherches ont été utilisés les logiciels Excel™ et File Maker™.

21 On pardonnera la légèreté de ce présupposé. Il est évident que la complexité est plus grande, et qu'une étude fine est nécessaire pour vérifier les emprises des communes les unes sur les autres et les hiérarchies locales. Reste que le choix de cette étude nous oblige à resserrer nos investigations sur la seule commune de Trepot, espérant une première approche de ses hiérarchies internes.

22 Ainsi que le révèle l'examen des folio les concernant dans les matrices cadastrales. Il est évident que les actes notariés, ou à défaut les archives de l'Enregistrement, seraient ici indispensables. Hélène Gobert, Les propriétaires forains du canton de Monsol (Rhône) au xixe siècle, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, en préparation.

1  % de chaque classe par rapport à l'effectif total

2  % de chaque classe par rapport au total des cotes foncières de Trepot

3  % de chaque classe par rapport au total des superficies des cotes foncières de Trepot

4  % de chaque classe par rapport au total des prés de Trepot

5  % de chaque classe par rapport au total des revenus des cotes foncières de Trepot

23 Olivier Marchand et Claude Thélot, Deux siècles de travail en France. Population active et structure sociale, durée et productivité du travail, Paris, Institut national de la statistique et des études économiques, 1991, 202 p.

24 Quatroze ans : une tuilière, un cultivateur et une domestique pour une adolescente à la profession non indiquée ; quinze ans : deux cultivateurs pour deux adolescents à la profession non indiquée ; seize ans : une tuilière, un tisserand, trois cultivatrices, un journalier. Signalons que les rédacteurs de cette liste nominative n'ont vraisemblablement pas attribué la profession du chef de ménage à la totalité des membres du ménage. Les listes de la population scolarisée seraient incontestablement d'un grand recours.

25 La sœur du déservant, qualifiée de domestique a été considérée comme domestique agricole dans la mesure où le ménage ainsi constitué détient 3,9 hectares.

26 Jean-Luc Mayaud, « Salariés agricoles et petite propriété dans la France du xixe siècle », dans Ronald Hubscher et Jean-Claude Farcy, (dir.), La moisson des autres : les salariés agricoles aux xixe- xxe siècles. Actes du colloque international de Royaumont, 13-14 novembre 1992, Paris, Editions Créaphis, 1996, p. 29-55.

27 Notons que si le métayage est rare en Franche-Comté, le fermage n'y est pas inexistant. Faute de repérage par possible dans la liste nominative de recensement, il est nécessaire de recourir aux archives notariées et aux archives de l'Enregistrement.

28 Magali Dufour, Trajectoires de domestiques de culture et de salariés agricoles dans les campagnes du Rhône à la Belle époque, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 1999, 274 p.

1 calculé par rapport aux individus de plus de 11 ans (effectif total (249)

2 24 et 27 ans

3 21, 29,48, 53 et 63 ans

4 de 14 à 82 ans, dont 14 ans : 1 ; 15 ans : 2 L'individu déclaré « maire » mais inscrit par ailleurs comme cultivateur a été compté dans cette classe.

5 de 16 à 82 ans (aucune de moins de 16 ans)

6 23 ans...

29 La pluriactivité dans les familles agricoles. Colloque de l'Association des ruralistes français, L'Isle-d'Abeau, 19 20 novembre 1981, Paris, ARF Éditions, 1984, 343 p. ; Gilbert Garrier et Ronald Hubscher, (dir.), Entre faucilles et marteaux. Pluriactivités et stratégies paysannes, Lyon-Paris, Presses universitaires de Lyon-Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1988, 368 p. ; Pasquale Villani, (dir.), La pluriactività negli spazi rurali : ricerche a confronto, dans : Annali dell'Istituto « Alcide Cervi », Rome, n° 11, 1989, 363 p.

30 Jean Courtieu, (dir.), Dictionnaire des communes du département du Doubs, tome 6, Besançon, Cêtre, 1987, p. 3 159-3 163. D'autres patronymes ont en revanche totalement disparu de Trepot en 1891 : l'extinction de lignages est possible, tout autant que des mobilités géographiques. Voir : Jacques Dupaquier et Denis Kessler, (dir.), La société française au xixe siècle. Tradition, transition, transformations, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1992, 534 p.

31 Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, ouv. cité.

1 Calcul fondé sur la base de 1 500 kilogrammes de lait par vache et par an.

32 N'ont toutefois pas été retenus ici les quelques sociétaires des communes limitrophes de Trepot, dont les apports sont marginaux. Voir : Jean-Luc Mayaud, Les cycles d'une économe villageoise : Trepot,..., ouv. cité.

33 Calcul théorique, correspondant à la lactation annuelle d'une vache de moyenne qualité en Franche-Comté à la fin du xixe siècle. Cette évaluation correspond au nombre de vaches signalé lors de l'enquête de 1891. Arch. dép. du Doubs, M 2246, agriculture (fromageries) : renseignements fournis par les communes, 1891.

34 Jean-Luc Mayaud, « Afferrare l'inafferrabile. Approccio metodologico alla pluriattività contadina », dans Pasquale Villani, (dir ), La pluriattività negli spazi rurali..., ouv. cité, p. 23-30.

35 Chef lieu du canton éponyme auquel appartient la commune de Trepot.

36 Jean-Luc Mayaud, « L'exploitation familiale ou le chaînon manquant de l'histoire rurale », dans Marcel Jollivet et Nicole Eizner, (dir.), L'Europe et ses campagnes, Paris, Presses de Sciences-po, 1996, p. 57-76.

37 Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, ouv. cité ; Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante..., ouv. cité.

38 Ronald Hubscher, « Modèles d'exploitation et comptabilité agricole : l'exemple du Pas-de-Calais au début du xixe siècle », Études rurales, n° 84, octobre-décembre 1981, p. 31-48 ; Bernard Garnier, « Comptabilité agricole et système de production : l'embouche bas-normande au début du xixe siècle », Annales, économies, sociétés, civilisations, tome 37, n° 2, mars-avril 1982, p. 320-343 ; Bernard Garnier et Ronald Hubscher, « Recherches sur une présentation quantifiée des revenus agricoles », Histoire, économie et société, 3e trimestre 1984, p. 427-452.

39 Étude réalisée, dont les résultats ne peuvent figurer dans le cadre de cette publication.

40 Jean-Luc Mayaud, 150 ans d'excellence agricole en France. Histoire du Concours général agricole, Paris, Belfond, 1991, 192 p. ; Jean-Luc Mayaud, « La "belle vache" dans la France des concours agricoles du xixe siècle », dans : Éric Baratay et Jean-Luc Mayaud, (dir.), L'animal domestique, xiie-xxe- siècles, Cahiers d'histoire, tome 42, n° 3-4, 1997, p. 521-541.

41 Jean-Luc Mayaud, « L'integrazione politica dei contadini in Francia e la politica agricola della Repubblica », dans Pasquale Villani, (dir.), L'agricoltura in Europa e la nascita della « questione agraria » (1880-1914). Atti del convegno di Rama, ottobre 1992, Annali dell'Istituto « Alcide Cervi », Roma, n° 14-15, 1992-1993, p. 119-130.

42 Du fait des gagnants récidivistes.

43 Dominique Jacques, Voyage au pays des montbéliardes. « Au champ les vaches », Lyon, Textel, 1989, 182 p.

44 Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis robert et William Serman, (dir.), Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, 462 p. ; Jocelyne George, Histoire des maires (1789-19)9), Paris, Plon, 1989, 285 p. ; Gaëlle Charcosset, Maires et conseillers municipaux du haut beaujolais au xixe siècle. Étude sociale et politique, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 1997 ; Gaëlle Charcosset, Maires et conseillers municipaux des campagnes du Rhône au xix siècle. Etude sociale et politique, Diplôme d'études approfondies sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 1998 ; Jacky Mabilon, Maires et conseillers municipaux du canton de Roussillon-en-Isère au xixe siècle. Élude sociale et politique, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 1999.

1 appartenance au conseil municipal

2 appartenance au conseil de la fromagerie

3 nombre de distinctions au comice agricole d'Ornans

45 Jean-Luc Mayaud, « Les pouvoirs locaux : fruitière et conseil municipal en Franche-Comté sous la Troisième République », dans Bruno Dumons et Gilles Pollet, (dir.), Élites et pouvoirs locaux : la France du sud-est sous la Troisième République. Actes du colloque de Lyon, 21-22 mars 1996, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1999, p. 305-320 ; Jean-Luc Mayaud, « Pour une communalisa- tion de l'histoire rurale », dans Catherine Brice et Gilles Pécout, (dir.), La politisation des campagnes en Europe au xixe siècle. Actes du colloque de Rome, 20-22 février 1997, Rome, Mélanges de l'école française de Rome, à paraître.

46 Les contraintes éditoriales (41 ménages au lieu de 104) expliquent la réduction de ce tableau aux seuls ménages fruitiers auxquels ont été ajoutés les deux conseillers municipaux non « fromagers ». De même n'est présentée ici qu'une seule de ses versions, celle où le tri a été effectué selon les apports de lait à la fromagerie.

47 Jean-Luc Mayaud, « Les pouvoirs locaux : fruitière et conseil municipal... », art. cité ; Jean-Luc Mayaud, « Pour une communalisation de l'histoire rurale », art cité.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Les cotes foncières à Trepot en 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-1.png
Fichier image/png, 637k
Titre Tableau 2 - Les cotes foncières des propriétaires recensés à Trepoen 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-2.png
Fichier image/png, 720k
Titre Tableau 3 - Les professions recensées à Trepot en 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-3.png
Fichier image/png, 783k
Titre Tableau 4 - Livraison du lait à la fruitière de Trepot en 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-4.png
Fichier image/png, 396k
Titre Tableau 5 - Population concernée par la fruitière de Trepot en 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-5.png
Fichier image/png, 500k
Titre Tableau 6 - Les ménages non « fromagers » de Trepot en 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-6.png
Fichier image/png, 325k
Titre Tableau 7 - Les hiérarchies à Trepot en 1891
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20583/img-7.png
Fichier image/png, 1,0M

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540