Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de l'Ouest

 | 
Annie Antoine

Cinquième partie. Élevage, modes de faire-valoir et structurations sociales

Cheptel et hiérarchies sociales en Gâtine poitevine au xviiie siècle

Jacques Péret

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir la dernière mise au point d'Annie Antoine, « L'élevage en France, xviie-xviiie siècles », dans (...)

1La possession et le nombre de bœufs ou de chevaux, autrement dit le train de labour, constituent un facteur de différenciation sociale classique dans le monde rural ; mais dans la majorité des thèses ou études régionales, l'élevage est considéré simplement comme un moyen, comme une activité annexe ou, selon l'expression d'Annie Antoine, « une activité par défaut » dans les pays dits d'agriculture pauvre1. Or, on constate que la place de l'élevage a été trop longtemps sous-estimée de manière générale ; au contraire dans certaines régions, le Grand Ouest en particulier, il ne constitue en rien une activité secondaire et tient même un rôle essentiel dans l'économie agricole. Dans cette perspective, le cheptel, sa possession mais aussi les spéculations, les revenus en résultant peuvent prendre dans ces « pays verts » une dimension essentielle comme élément de différenciation sociale.

  • 2 Voir notre analyse (p. 14-53) quant aux éléments de définition du pays de Gâtine dans : Jacques Pér (...)

2La Gâtine poitevine, terrain de notre analyse, constitue un pays, « ensemble de terroirs pourvus de plusieurs facteurs d'unité » pour reprendre la formule de Pierre Goubert ; le territoire de la Gâtine couvre environ 80 paroisses et quelque 50 000 habitants y vivent vers 17502. Le pays ne compte qu'une petite ville, Parthenay qui fait figure de capitale, comme le mentionne déjà l'abbé Expilly au milieu du xviiie siècle. Située au cœur du Poitou, elle occupe la partie centrale du département des

  • 3 Cité par Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 29.
  • 4 Voir l'abondante et récente bibliographie dans la revue Histoire et Sociétés Rurales, 9 et 10, 1998 (...)

3Deux-Sèvres actuel, débordant légèrement sur la Vienne à l'est et la Vendée à l'ouest. La Gâtine s'identifie facilement par rapport aux Plaines du Moyen et du Bas-Poitou au sud et à celles du Thouarsais et du Mire- balais au nord-est dont elle est séparée par une véritable frontière, ligne verte des haies à partir desquelles on entre dans le monde des champs clos, des herbages et des landes, du seigle et de l'avoine, de l'habitat dispersé dans un paysage « montueux », « bossu », au relief coupé par d'innombrables ruisseaux. Par contre à l'ouest, la limite est beaucoup moins nette avec le Bocage, même si la topographie, les productions diffèrent quelque peu ; tout est ici histoire de nuances, sinon que le Bocage fait partie de l'aire d'influence de la petite ville de Bressuire, à l'image de Parthenay pour la Gâtine. Pour les contemporains, il s'agit là d'un « mauvais pays », « disgracié par la nature », « aux terres ingrates et stériles », « pauvre, saris débouchés..., couvert d'ageons et de plantes nuisibles..., ne fournissant que des grains médiocres qui suffisent à peine pour les nourrir pendant cinq mois de l'année »3, à l'opposé des grands openfields céréaliers, stéréotypes largement remis en cause aujourd'hui4. Ce pays de la haie et de l'herbe constitue finalement l'extrémité méridionale des bocages du Grand Ouest, eux-mêmes morcelés en pays avec leurs spécificités, de la Normandie à la Bretagne en passant par le Maine et l'Anjou.

  • 5 Analyse réalisée à partir de la troisième partie de notre ouvrage : Les paysans de Gâtine... op. ci (...)

4La société rurale gâtinelle s'insère elle aussi dans les sociétés de l'Ouest. Les rôles de taille nous en donnent une vision d'ensemble cohérente grâce à un échantillon représentatif de 23 paroisses et 2 225 feux fiscaux5. Sans surprise, on se trouve devant une société inégalitaire avec une majorité de ruraux pauvres (52 % paient moins de 10 livres de taille) et une petite minorité de gros contribuables (8 % sont imposés à plus de 100 livres) ; mais, contrairement aux sociétés rurales du Bassin parisien très polarisées entre le petit groupe des riches laboureurs et la masse des journaliers pauvres, la Gâtine se caractérise par une importante « classe moyenne » où les artisans de village, les bordiers et les petits métayers s'intercalent entre les deux pôles extrêmes. On peut ainsi parler de société rurale tripartite partagée entre un petit quart de laboureurs, 30 % de bordiers, un peu plus de 20 % de journaliers auxquels s'ajoutent les artisans de village ; mais au-delà des inégalités, les différents groupes viennent s'emboîter les uns dans les autres, laissant l'impression d'une société gâtinelle relativement soudée.

  • 6 Louis Merle, La Métairie et l'Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Age à la (...)

5On le sait depuis les travaux du docteur Merle et sa célèbre étude sur La métairie...6, l'élevage est au cœur de l'économie agricole gâtinelle. Ses célèbres bœufs de labour, ses troupeaux bovins sont source d'importantes spéculations, mécanismes qu'il conviendra d'étudier dans un premier point. À partir de là, nous essaierons de saisir en quoi la possession et l'exploitation du cheptel constituent un élément essentiel de différenciation sociale autour des notions de dépendance, d'indépendance et de domination.

« La ressource est dans les bestiaux »

  • 7 Annie Antoine, « L'élevage en France... », art. cit., p. 59.
  • 8 Cité par Louis Merle, La Métairie... op. cit., p. 143.

6Pour reprendre la typologie d'Annie Antoine, la Gâtine ferait partie des pays à systèmes agraires extensifs « accueillants à l'élevage », offrant de larges espaces à la nourriture des animaux7. Les contemporains ne s'y sont pas trompés et tous soulignent l'importance des herbages, les expressions « beaucoup de pacages » ou « quantité de fourrages » revenant sans cesse dans les différents états de paroisses. En effet, la médiocrité des terres pour la production céréalière laisse de vastes espaces non labourés qui constituent autant de pâturages, les uns, minoritaires, de bonne qualité comme les prairies naturelles de fonds de vallées, les autres de qualité médiocre, les pâtis et les landes. Prenons l'exemple « moyen » de la métairie de Sunay qui s'étend sur 41 hectares8 ; les prés couvrent 5 ha, les pâtis et les landes 12 ha, soit 40 % de la superficie. Il faut y ajouter la longueur des temps de jachère : un tiers seulement des terres labourables est emblavé en même temps, les autres restant « au repos d, 5, 6, 8 ans et quelque fois davantage... où les bruyères, genêts le couvrent à nouveau » selon le préfet Dupin, libérant ainsi d'autres espaces pour le cheptel. Ainsi sur les 23 ha de terres labourables de la métairie de Sunay, 7 à 8 seulement produisent seigle et avoine chaque année, le reste des 41 ha pouvant d'une façon ou d'une autre être utilisé pour l'élevage. Si, comme l'a fort justement fait remarquer le docteur Merle, la métairie est organisée de façon à pouvoir alimenter le train de labour nécessaire à son bon fonctionnement, ne peut-on pas aller plus loin dans l'analyse ? La métairie n'est-elle pas plutôt construite en fonction du cheptel en général et pas seulement du train de labour ?

  • 9 Cité par Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 39.
  • 10 Structure des cheptels qui se retrouve pour l'essentiel dans le Maine étudié par Annie Antoine. Par (...)
  • 11 Jacques Péret, 1976, p. 132
  • 12 La Gâtine se situe en bordure de la zone d'élevage des mulets dans la Plaine.

7Pour chaque paroisse, les états dressés par l'administration royale reprennent les mêmes formules : « on y élève beaucoup de bestiaux », « quantité de gros bestiaux », le préfet Dupin précisant quant à lui que « chaque ferme en élève un grand nombre »9. Par bestiaux il faut d'abord entendre en Gâtine les bovins, au premier rang desquels les bœufs, qui constituent incontestablement le pivot de l'élevage gâtineau10. Seules les écuries des métairies abritent des bœufs ; en effet, ces derniers qui fonctionnent par paire pour tirer l'araire ou la charrette ne sont utiles et ne s'adaptent qu'à des exploitations d'une quinzaine d'hectares au minimum. Leur effectif est en gros proportionné à la superficie de la métairie, s'ajustant à la fois à la superficie des terres à labourer et aux herbages disponibles. Un échantillon de 53 inventaires après décès de métairies, où le cheptel est détaillé, met en évidence une moyenne de 8 bœufs par exploitation, depuis la barre minimum de la paire de bœufs adaptée à la petite métairie, rarement rencontrée, jusqu'aux records atteints dans la grosse métairie de Mauvergne, à Beaulieu avec 26 bœufs11 ; mais c'est le modèle des 6 à 8 bœufs qui l'emporte très largement en Gâtine. La domination des bovins mâles est accentuée par la présence, dans plus d'un tiers des métairies, d'une paire de « jouancles », jeunes bœufs castrés en cours de dressage. Les vaches complètent le troupeau, en tant que reproductrices pour l'essentiel ; on en compte 3 ou 4 par exploitation presque toujours accompagnées de « leur suite », veaux ou « tores » pour les femelles, entre 4 et 5 en moyenne. Au total, le troupeau bovin moyen d'une métairie comprend entre 15 et 20 animaux. Les équidés font à côté pâle figure : présents dans les deux-tiers des métairies seulement, on en dénombre un peu moins de 3 en moyenne, en majorité des juments, puis quelques mules et mulets12 que l'on rencontre par contre en plus grand nombre chez les meuniers comme animaux de bât.

  • 13 Arch. dép. des Deux-Sèvres, minutes Baraton, 3 E 2960, 10 novembre 1732.

8Les ovins s'intègrent bien eux aussi dans le système agraire gâtineau ; le troupeau moyen des métairies tourne autour de la cinquantaine, dépassant parfois la centaine d'animaux sur les grosses exploitations, 118 par exemple chez Gabriel Thomas, à Beaulieu13. Deux ou trois chèvres, trois ou quatre cochons (absents cependant dans un quart des métairies), une basse-cour souvent abondante viennent compléter le tableau de cet élevage gâtineau qui, on le voit aussitôt, n'a rien d'une activité secondaire ou complémentaire.

  • 14 « État de l'Élection de Niort en 1744 », cité par Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., (...)

9Les jugements des contemporains sont tout aussi affirmatifs quant aux revenus de l'élevage : « la ressource est totalement fondée sur les bestiaux » dans la paroisse de Soutiers en 1744, tandis qu'à Saint-Lin, « il ne faut compter que sur le commerce des bestiaux »14. Nous voyons aussitôt que le modèle du cheptel ramené au seul train de labour et aux moutons adaptés aux maigres pâtures et aux terres en jachère ne colle absolument pas à la réalité gâtinelle. On se trouve ici devant des systèmes d'élevage complexes et multiformes, intégrés dans une économie de marché beaucoup plus ouverte qu'on aurait pu l'imaginer dans un pays défini traditionnellement comme isolé et replié sur lui-même. L'élevage bovin correspond d'abord aux nécessités du train de labour de la métairie, à son renouvellement régulier, depuis les jeunes jouancles en apprentissage, jusqu'aux bœufs réformés à l'âge de huit ans en moyenne. Mais dès que l'on dépasse deux paires de bœufs, cas de figure caractéristique des petites métairies, on peut considérer que l'on entre dans le domaine de l'élevage spéculatif dépassant largement les seuls besoins des labours de l'exploitation. La Gâtine est, dans un premier temps, un pays de dressage où les jeunes bœufs associés à des animaux expérimentés apprennent le « métier du labour » avant d'être vendus (deux par an en moyenne pour le docteur Merle) dans les pays de plaine voisins ; ensuite, chaque année, le métayer peut mettre en vente au moins deux veaux, sans compter une dizaine de moutons et des agneaux. Enfin, les bœufs âgés, réformés du labour, sont vendus pour être engraissés dans le Maine ou en Normandie, deux par an là encore, selon les différents exemples mis en valeur par le docteur Merle. Cet ensemble de trafics s'accompagne d'étonnants circuits commerciaux au long cours ; les veaux ou jeunes bœufs sont pour une bonne part importés des pays naisseurs du Massif Central, surtout l'Auvergne. Après leur dressage et leur vie de travail en Gâtine, ils sont ensuite vendus comme animaux de trait dans les plaines poitevines ou bien expédiés pour l'embouche vers la région parisienne via la Normandie.

10Ces échanges de grande envergure se font soit directement dans les métairies par le biais de marchands gâtineaux ou venus de l'extérieur, soit dans une série de foires et marchés, à plusieurs niveaux : marchés et foires de proximité, situés le plus souvent au contact de la Gâtine et de la Plaine, Secondigny, Thénezay, Cherveux ; un cran au-dessus, quelques grandes foires aux bestiaux comme Champdeniers et celles de la capitale de la Gâtine, Parthenay. Enfin, ce sont des milliers d'animaux qui affluent plusieurs fois par an dans les grandes foires interrégionales des villes de la plaine voisine, Niort ou Fontenay. Cette étonnante intensité des échanges se retrouve d'ailleurs dans la plupart des inventaires des laboureurs, avec les dettes ou les créances pour achats ou ventes de bestiaux.

  • 15 Louis Merle, La Métairie... op. cit., p. 149. La Gâtine semble en cela proche des exploitations du (...)

11Le « commerce des bestiaux » signalé dans toutes les paroisses de Gâtine est synonyme de bons revenus monétaires, loin des stéréotypes de l'auto-subsistance et de l'autarcie des pays pauvres. Le docteur Merle a fort bien mis en évidence les solides bénéfices de l'élevage, plus réguliers que ceux des « bleds » ; la métairie de Sunay dégage ainsi chaque année un solde positif d'environ 350 livres pour un capital de 1 500 livres15. Les revenus de l'élevage constituent sans doute le moteur de l'économie rurale gâtinelle, très probablement la première ressource monétaire, bien avant les « bleds » pour lesquels la Gâtine ne dégage pas d'excédents ; l'auto-consommation, les différents prélèvements, le système du métayage à moitié fruits constituent ici autant de facteurs limitants aux échanges, contrairement aux produits de l'élevage.

12Les paysans de Gâtine sont donc d'abord des éleveurs, reconnus comme tels d'ailleurs par les administrateurs : « ils se connaissent tous en bestiaux » selon Dupin. Cette identification du Gâtineau à ses bovins prend même une dimension affective, le même préfet faisant des bœufs les seuls compagnons du laboureur « à qui il parle sans cesse et pour qui même il fait des chansons ». Rien de surprenant alors à ce que les hiérarchies sociales se structurent en Gâtine autour du cheptel.

Cheptel et dépendance

  • 16 Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 134-157.

13Nous avons montré16, en reprenant les critères de Pierre Goubert, que la dépendance économique et sociale concerne environ les trois- quarts des paysans gâtineaux, tous les journaliers, la grande majorité des bordiers et des artisans et une partie des laboureurs-métayers. En quoi le cheptel constitue-il un élément clé de la dépendance ? On peut, grosso- modo, distinguer deux formes d'élevage chez les paysans pauvres ou « médiocres » de Gâtine en fonction de la taille de l'exploitation et de leur activité principale.

  • 17 Ce dernier, René Proust, est propriétaire d'une petite borderie.

14Il faut d'abord mettre en évidence l'élevage des pauvres, des journaliers, des bordiers, des artisans de village. La petite taille des exploitations, nommées borderies, de un à cinq hectares au maximum, réduites à quelques lopins de terre pour les plus pauvres, la faiblesse des biens communaux, la disparition des usages communautaires comme le droit de vaine pâture dans ce pays d'individualisme agraire, réduisent à peu de choses les herbages disponibles pour les petits paysans. Chez les journaliers, le cheptel est, sauf exception, insignifiant : quatre seulement des 17 inventaires révèlent quelques animaux. La pauvreté (les inventaires sont inférieurs à 100 livres) exclut la possession d'un cheptel substantiel. Une ou deux chèvres nourries au bord des chemins, quelques moutons chez deux journaliers illustrent ce cas de figure. Deux journaliers, en même temps exploitants de quelques lopins de terre, se situent un cran au-dessus, l'un avec une vache, l'autre avec 16 ovins17, exceptions qui confirment la règle de la quasi-absence d'animaux chez les plus pauvres.

15Par contre, dès que l'on aborde le monde de la petite paysannerie, symbolisé en Gâtine par les bordiers et celui des artisans de village en même temps micro-exploitants, le cheptel occupe une place beaucoup plus importante et est présent partout. Chez les artisans, en dehors de quelques chevaux ou mulets liés aux nécessités du métier comme chez le tuilier de Sanxay ou chez les maréchaux, les bestiaux constituent surtout une ressource d'appoint ; une vache pour les plus aisés, quelques moutons et chèvres mais aussi, une fois sur trois, le cochon à usage domestique viennent compléter les médiocres revenus artisanaux.

  • 18 80 % des bordiers possèdent au moins une vache.
  • 19 La fortune mobilière moyenne de l'échantillon de 29 bordiers s'élève à 619 livres.
  • 20 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3E 3028, inventaire du 23 mai 1775.

16Chez les bordiers, les bestiaux représentent beaucoup plus qu'un revenu accessoire. La composition du troupeau dépend essentiellement de la taille de la borderie et donc de ses capacités à nourrir les animaux. Logiquement on ne trouve aucun bœuf chez les bordiers ; les quelques terres de la borderie ne justifient pas l'entretien d'un train de labour qu'il serait en plus impossible de nourrir faute de fourrage. Un mulet ou un petit cheval les remplacent chez un quart des bordiers ; le prêt de bœufs ou la « manuculture » font l'affaire ailleurs. L'animal symbole du bordier est incontestablement la vache, ou plutôt les deux à trois vaches qu'il possède en moyenne18. Un petit troupeau de moutons (jusqu'à une vingtaine d'animaux pour les bordiers les plus aisés), une ou deux chèvres, un ou deux cochons complètent le cheptel, source de revenus non négligeables ; la vente de deux veaux au moins chaque année, de quelques agneaux, permet « d'atteindre le bout de l'année » tant bien que mal. Pour la majorité des bordiers, ce petit cheptel est essentiel en termes de survie ; il n'assure pas pour autant l'aisance ou même l'indépendance. La taille réduite des exploitations, la médiocrité des terres, la faiblesse du capital de culture, l'absence de réserves confinent les bordiers dans une situation médiocre proche souvent de la misère19. Par contre, chez les bordiers les plus aisés, à l'image de Jean Audebourg du Tallud20, avec son troupeau de 5 vaches, 3 tores, 34 brebis, 4 chèvres, 2 cochons, le cheptel permet d'échapper à la misère, fait entrer ces petits éleveurs dans une économie marchande, leur donne même une teinte d'indépendance économique.

  • 21 Inventaire d'André Guilbot, 27 août 1721, arch. dép. de la Vienne, E 4, 7-22.
  • 22 Les baux à cheptel isolés correspondent le plus souvent à la fourniture du bétail par un marchand, (...)

17Paradoxalement, c'est en montant dans la hiérarchie sociale, fiscale en tout cas, que la dépendance mesurée par le cheptel se manifeste le plus clairement. Entre la moitié et les deux-tiers de ceux que les asséeurs chargés de répartir la taille et les notaires qualifient de laboureurs peuvent être qualifiés de dépendants. Et pourtant ils paient entre 50 et 100 livres de taille, exploitent une métairie d'au moins une vingtaine d'hectares, possèdent un matériel de culture non négligeable (100 à 200 livres) où les « arreaux » côtoient les charrettes, emploient souvent un ou deux domestiques, affichent quelques stocks de seigle, de chanvre dans les greniers, leurs fortunes mobilières se situant le plus souvent entre 500 et 1 000 livres, autant d'indicateurs d'une certaine assise économique et sociale. Mais en même temps, on voit s'accumuler les facteurs de dépendance : ces laboureurs ne sont jamais propriétaires de leur métairie et sont soumis au sévère système du métayage à moitié fruits (au mieux au tiers des fruits) qui s'accompagne de multiples redevances annexes (suffrages en nature, lourdes corvées, paiement des droits seigneuriaux). L'accumulation des dettes passives chez les trois-quarts d'entre eux, pour un montant dépassant souvent la moitié de leur capital mobilier constitue un autre indice de taille : 24 fois sur 26 le fermage ou le métayage n'ont pas été réglés au propriétaire, une ou deux années de taille restent à payer, les avances pour « bled » ou argent renforçant cette impression de précarité. Mais c'est en examinant attentivement le cheptel de la métairie que leur dépendance apparaît le plus clairement. La moitié des laboureurs- métayers ne sont pas propriétaires de leurs bestiaux ; les inventaires mentionnent simplement parfois la présence de « menu bétail » leur appartenant comme chez André Guilbot laboureur de Vasles, qui possède une vache, une truie, ses cinq goreaux et trois chèvres21, animaux du pauvre qui rappellent le petit troupeau du bordier et ne pèsent pas lourd dans l'exploitation d'une métairie. Chez une dizaine d'autres, le cheptel personnel se limite à deux ou trois chèvres. Quant au « grand bétail », bœufs, jouancles, chevaux, gros troupeaux de moutons, il n'est jamais propriété du métayer, le notaire notant dans les inventaires que « la souche de bestiaux » appartient le plus souvent au propriétaire de la métairie, le métayer « les tenant à cheptel » ou « à moitié perte et profit ». Ces clauses se retrouvent dans les baux à métayage, à la fin du document notarié ou donnent lieu à un acte particulier dénommé « bail à cheptel »22.

  • 23 Inventaire d'André Gautreau, 30 juillet 1772, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 3026.

18Comme l'a bien montré le docteur Merle, aux xvie et xviie siècles, le gros bétail était le plus souvent fourni par moitié par le propriétaire et le métayer ; cette formule est devenue marginale au xviiie siècle et n'apparaît qu'à deux reprises dans nos inventaires comme chez André Gautreau laboureur à Saint-Aubin-le-Cloud23 où la moitié des bestiaux appartient à la succession et l'autre moitié au propriétaire. Ce cas de figure où le métayer possède encore une partie du capital de culture est remplacé par le bail à cheptel où c'est le propriétaire ou un tiers qui fournit seul la « souche » de bestiaux nécessaire. Le mécanisme est bien connu : le notaire inventorie et estime soigneusement les bestiaux fournis au métayer lorsque ce dernier entre dans la métairie. La souche de bestiaux lui est confiée « à moitié perte et profit », l'excédent (« croit » ou « profit ») ou au contraire la perte de bestiaux étant partagés par moitié à la fin du bail après une nouvelle estimation.

  • 24 À partir d'un échantillon de 64 inventaires de laboureurs (Jacques Père t, Les paysans de Gâtine... (...)
  • 25 Exemple développé dans Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 147.

19Ce système bien rôdé nous fait saisir concrètement la dépendance de ces laboureurs-métayers. Il met d'abord en évidence la faiblesse de leur capital d'exploitation qui se limite souvent à quelques moutons, quelques chèvres, un arreau, une charrette (et encore pas toujours), guère plus de 200 livres en moyenne. Ajoutons que cette tendance semble s'accentuer au cours du xviiie siècle, la seconde moitié du siècle voyant le système du bail à cheptel devenir largement majoritaire : alors que seulement 10 des 36 laboureurs des années 1700-1745 ne sont pas propriétaires de leur cheptel, 20 sur 28 sont soumis au système du bail à cheptel dans la seconde moitié du siècle24. En Gâtine, cette montée du bail à cheptel va sans doute de pair avec un appauvrissement des laboureurs-métayers, une dégradation de leur condition, la principale source de revenus et de spéculations leur échappant désormais. Ils sont en plus toujours à la merci d'une épizootie qui survient souvent les années de sécheresse comme 1785 et peut décimer le cheptel ; la moitié de la perte lui incombe alors, aggravant une situation structurellement précaire. L'exemple de Pierre Meusnier, petit métayer-bordier de Benassais, mort en 1759 est en cela éloquent : une épizootie a anéanti le cheptel que lui avait confié son propriétaire et « les bestiaux sont partis morts ». Ce dernier en tant que créancier s'oppose à la vente des biens de Pierre Meusnier afin de récupérer son capital ; ici le métayer meurt ruiné25. Le « déguerpissement » des métayers, incapables de payer leurs charges, le fait que 60 % d'entre eux ne renouvellent pas leur bail s'expliquent largement par la faiblesse de leur cheptel, par la forme d'endettement que signifie l'avance des bestiaux par le propriétaire ou par un marchand, ces « banquiers à bestiaux » selon l'heureuse expression du docteur Merle.

  • 26 Exemple cité dans : Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 155.
  • 27 Inventaire du 27 août 1771, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 3006.

20Il ne s'agit pas pour autant de trop noircir le tableau ; les baux à cheptel permettent au métayer de limiter les dégâts d'une certaine façon en cas de mortalité du bétail. Mais surtout le propriétaire en lui confiant un troupeau non seulement lui donne les moyens de cultiver sans capital initial une grande exploitation mais aussi de se constituer un petit cheptel par le biais du croît ou du profit. La bonne croissance d'un cheptel, en année normale, permet au métayer d'envisager quelques excédents ; dans dix inventaires, apparaissent ainsi des profits parfois substantiels à l'exemple de Pierre Porcher, de Beaulieu qui a plus que doublé le capital que lui a confié son propriétaire (la souche de 607 livres vaut 1 270 livres à la fin du bail). Après partage par moitié du croît, il lui reste 331 livres soit l'équivalent de deux bœufs et deux autres bovins26, cas de figure que l'on retrouve avec un profit de 390 livres pour François Guillon, laboureur à Lhoumois à la fin de son bail27. Ici, l'habileté, le travail, la chance aussi de ces métayers sans cheptel au début de leur bail sont valorisés. Mais majoritairement, il est clair que l'absence ou la faiblesse du cheptel constituent un élément-clé de la dépendance des métayers qui n'ont guère que leur force de travail à apporter dans la métairie.

Le cheptel : facteur essentiel d'indépendance et de domination

21La grande ligne de fracture à l'intérieur du monde des laboureurs passe par la possession ou non du gros bétail, d'abord les bœufs, pièce maîtresse de l'élevage dans toutes les métairies de Gâtine. La richesse, l'indépendance économique, la domination de la société rurale ne se définissent pas en dehors du cheptel.

Les solides troupeaux des « bons » laboureurs

22Les « bons » laboureurs, auxquels il faut joindre une bonne partie des meuniers, quelques gros marchands-artisans (des voituriers notamment) présentent un profil commun : taxés à plus de 100 livres de taille (à ce titre ils forment à peine 10 % des taillables), ils affichent une fortune mobilière comprise, pour notre échantillon, entre 1 500 et 2 500 livres, le triple en moyenne de celle des laboureurs-métayers précédents. L'importance des stocks de seigle, plusieurs charrettes complètent leur portrait. Ajoutons que leur aisance ne repose pas sur leur propriété foncière ; ils ne sont que très rarement propriétaires de leur métairie mais en revanche accaparent les plus grandes d'entre elles. Enfin, on passe ici au système du bail à ferme en argent la plupart du temps, leur laissant beaucoup plus de liberté. Le laboureur-métayer devient un laboureur- fermier.

  • 28 Inventaire du 13 novembre 1734, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2962.

23Chez ces bons laboureurs, à la tête de solides exploitations dépassant souvent les 40 hectares, le cheptel occupe une place centrale à plusieurs titres. Tous sont propriétaires de leurs bestiaux ; ici les baux à cheptel n'ont plus cours. Leur poids financier est essentiel dans les fortunes de ces laboureurs : d'une valeur moyenne dépassant les 1 000 livres, les bestiaux représentent à eux seuls près de 60 % du total des fortunes mobilières et près de 75 % du capital de culture. C'est donc largement l'importance du cheptel qui détermine la fortune des laboureurs de Gâtine. Leurs troupeaux sont très homogènes : 6 ou 8 bœufs, 3 vaches, 4 à 5 jeunes bovins, une cinquantaine de moutons, effectifs proches des moyennes dégagées pour l'ensemble des métairies. Ces « bons » laboureurs n'ont donc jamais de très gros troupeaux : les 8 bœufs, les 6 vaches, les 9 jouancles et veaux, les 2 chevaux, les 52 moutons et les 5 cochons de Jacques Aubrit laboureur de Beaulieu, évalués 1 350 livres constituent en cela un maximum28.

24C'est ce cheptel qui donne à nos laboureurs leur indépendance économique : indépendance quant au travail tout d'abord (labours et charrois) sans dépendre du propriétaire de la métairie ; large indépendance financière aussi, car on tient là sans doute leur principale source de revenu monétaire, peu touchée par la rente seigneuriale, ni par la dîme, assez peu par la rente propriétaire. Les bonnes années le « croît » du bétail dégage de solides excédents et permet à ces laboureurs de se livrer à toute une série d'opérations spéculatives, vente des jeunes animaux (veaux et agneaux), des jouancles dressées pour le labour, des bœufs âgés envoyés à l'embouche, sans compter les ventes accessoires (vaches âgées, moutons, cochons). Ces spéculations apparaissent clairement dans les dettes actives mentionnées à la fin de plus de la moitié des inventaires, pour « reste de la vente » de bœufs ou de moutons ; c'est le cas de Jacques Aubrit mentionné plus haut avec 69 livres pour « reste de vente de bœufs » et 35 livres pour des moutons, petite partie des opérations commerciales où les dettes actives l'emportent largement sur les dettes passives dans notre échantillon à l'inverse des laboureurs-métayers étudiés précédemment.

25L'indépendance économique de ces « bons » laboureurs ne signifie pas pour autant la richesse, encore moins la domination sur la société gâtinelle ; les fortunes restent modestes avec un capital mobilier moyen de moins de 2 000 livres et la faiblesse de leur propriété foncière. Si l'exploitation de leur cheptel les fait sortir de la médiocrité et leur permet de joindre les deux bouts les années normales, ils n'en restent pas moins à la merci des sécheresses, de la mortalité du bétail, sans grande marge de manœuvre financière.

Le cheptel, levier de la puissance de l'élite rurale gâtinelle

26Au sommet de la pyramide sociale se dégage un groupuscule, de une à quatre familles par paroisse, « coqs de villages », gros fermiers, marchands qui forment une véritable bourgeoisie rurale contrôlant largement l'économie et la société gâtinelles. Ils se distinguent des « bons » laboureurs par leurs cotes de taille (plus de 200 livres), leur fortune mobilière (de 3 à 6 000 livres pour notre échantillon) et aussi leur accès à la propriété foncière ; on trouve là quelques propriétaires de métairies mais ces gros marchands-laboureurs préfèrent plutôt accaparer et cumuler les grandes métairies des domaines seigneuriaux ce qui peut les mettre à la tête de 100 à 150 hectares. Leur puissance repose aussi sur leurs fonctions d'intermédiaires, de gestionnaires des seigneuries et de leurs grands domaines. La majorité de ces gros laboureurs et marchands sont en même temps fermiers généraux de seigneuries, activité source d'énormes bénéfices mais nécessitant de solides disponibilités financières : une seigneurie moyenne comme celles de Vasles ou de la Braudière est affermée entre 5 et 10 000 livres par an, ce qui en dit long sur les brasseurs d'affaires que doivent être obligatoirement ces fermiers.

27Là encore les bestiaux apparaissent comme l'élément moteur de l'activité et de la réussite de ces « coqs de villages » et cela à trois niveaux :

  • Les gros laboureurs possèdent d'abord un cheptel proportionné à l'importance de leur exploitation ; prenons deux exemples, celui de Jean Dabin, laboureur de Saint-Germier29 dont le cheptel est évalué plus de 3 000 Livres dont 8 bœufs pour la culture de sa grosse métairie de la Grimaudière, 6 chevaux et plus de 80 moutons et celui de François Gourbault laboureur à Saint-Martin-du-Fouilloux dont les étables et écuries abritent pas moins de 14 bœufs, 4 vaches, 5 juments et mulets sans compter le menu bétail30. On tient là les animaux nécessaires aux labours et aux transports qui pourront ensuite alimenter d'importantes transactions.
  • Plus important, et c'est là qu'éclate au grand jour la notion de domination, tous ces laboureurs et marchands louent leurs bestiaux sous forme de baux à cheptel ; on tient là les fameux « banquiers à bestiaux » découverts par le docteur Merle. Le même Jean Dabin a ainsi placé à cheptel chez deux laboureurs de Fomperron 3 juments et 8 bœufs estimés 1 100 livres ; quant à Pierre Chevallier laboureur de Beaulieu, ce ne sont pas moins de 12 bœufs, 12 autres bovins et 2 juments qui constituent la souche de bestiaux confiée à un métayer31. L'importance des baux à cheptel éclate à un niveau supérieur avec les gros marchands ruraux en même temps fermiers de seigneuries ; le prêt des bestiaux devient alors source d'énormes placements et évidemment de substantiels bénéfices. On peut d'ailleurs mettre en évidence deux niveaux : celui du marchand rural, à l'image de Mathurin Mézereau de Viennay, qui n'est déjà plus un paysan mais dispose de gros stocks de seigle. Il est devenu fermier d'une petite seigneurie et surtout place systématiquement des bestiaux ; à sa mort en 1734, ces derniers évalués plus de 1 700 livres sont dispersés dans 5 métairies32. Autre exemple, en une seule année, le fermier général de la seigneurie de Forzon, à Sanxay, passe trois baux à cheptel avec des métayers et place 14 bœufs, 6 autres bovins, 2 juments et 140 moutons33. Un cran nettement au dessus, le fermier général de la grosse seigneurie de la Poupelinière, étudié par le docteur Merle consent quant à lui en une vingtaine d'années à 19 métayers des domaines de la seigneurie pour 30 000 livres de cheptel34. Il est clair que le système des baux à cheptel constitue en Gâtine (et ailleurs) un puissant moyen de domination de ces coqs de villages sur le reste de la paysannerie et notamment les laboureurs-métayers sans bestiaux.
  • Le négoce à grande échelle ne fait enfin que confirmer la place essentielle des bestiaux dans les affaires de ce petit groupe. Alors que les créances pour ventes de bestiaux restaient relativement modestes chez les « bons » laboureurs, elles prennent ici une toute autre dimension, selon toute une série de circuits commerciaux évoqués précédemment. Nous ne donnerons qu'un exemple, extrême sans doute, celui de Claude-Jean- Baptiste Monnet fermier général du grand duché de La Meilleraye. Ses transactions portent sur les bœufs, les moutons et les mulets ; elles montent dans les années 1770 à 20 000 livres par an pour les ventes, 10 000 livres en moyenne pour les achats, balance commerciale à l'évidence excédentaire. Ce trafic interrégional met Monnet en relations régulières avec plusieurs marchands de pays naisseurs comme l'Auvergne ou importateurs (de mulets surtout) comme le Dauphiné, ou le Languedoc35.

28Négociants en bestiaux, « banquiers », ces gros laboureurs, fermiers, marchands dominent ainsi la société gâtinelle par l'intermédiaire de leucheptel, pivot de leur puissance économique et sociale.

*

29Hors des bestiaux point de salut, pas de richesse, pas d'assise sociale en Gâtine. L'économie rurale de ce « pays vert » repose sur l'exploitation des bestiaux, de ces solides troupeaux de bovins qui peuplent les écuries et les herbages des métairies de Gâtine. Au delà des nécessités du train de labour, c'est un ensemble de spéculations multiformes, complexes, à grande échelle qui fait l'originalité de ce pays de l'Ouest, loin des schémas classiques de la « tyrannie des bleds », confirmation s'il en était encore besoin de la diversité agricole française.

30Si l'élevage fait, expression paradoxale, la force de cette région pauvre, il constitue à la fois un facteur essentiel de différenciation sociale et un bon indicateur des relations sociales. Les clivages sociaux s'organisent largement autour de la possession ou non des bestiaux avec évidemment toute une hiérarchie dans le volume, la composition et l'utilisation du cheptel. Au bas de l'échelle sociale, l'élevage du pauvre, des journaliers ne fait que confirmer la misère : la chèvre, les deux moutons n'y changent pas grand'chose. Par contre, au niveau des bordiers, d'une partie des artisans de village en même temps petits exploitants, le cheptel joue un rôle décisif, surtout par ses bons revenus monétaires, assez réguliers et peu imposés ; ici, le cheptel, même modeste symbolisé par les deux vaches du bordier, permet de joindre les deux bouts en année normale, limite la misère. L'élevage contribue sans doute à dégager un groupe de paysans modestes mais semi-indépendants grâce aux revenus de leur petit troupeau.

31C'est un cran au dessus avec les laboureurs que le cheptel crée des lignes de fractures évidentes : dépendance économique et sociale pour la majorité des laboureurs-métayers qui ne fait que ne sont jamais propriétaires du gros bétail et sont soumis aux contraintes du bail à cheptel symbole de leur faiblesse ; indépendance des « bons laboureurs » propriétaires de leur troupeau. Enfin, la puissance des coqs de villages repose sur leur rôle de « banquiers à bestiaux », de négociants, sommet d'une pyramide sociale qui s'articule autour du cheptel. La formule « dis-moi quel est ton troupeau, je te dirai qui tu es » ne résume-t-elle pas finalement la situation gâtinelle ?

Notes

1 Voir la dernière mise au point d'Annie Antoine, « L'élevage en France, xviie-xviiie siècles », dans : La terre et les paysans. Productions et exploitations agricoles aux xviie et xviiie siècles en France et en Angleterre, Paris, Association des Historiens Modernistes des Universités, bulletin n° 24, Presses de l'université Paris-Sorbonne, p. 7-60.

2 Voir notre analyse (p. 14-53) quant aux éléments de définition du pays de Gâtine dans : Jacques Péret, Paysans de Gâtine au xviiie siècle, La Crèche, Geste Éditions, 1998, 285 p.

3 Cité par Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 29.

4 Voir l'abondante et récente bibliographie dans la revue Histoire et Sociétés Rurales, 9 et 10, 1998 et les derniers ouvrages de Jean-Pierre Poussou, La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Cned-Sedes, 1999, 607 p., et Serge Bianchi et alii, La terre et les paysans en France et en Grande- Bretagne du début du xviie siècle à la fin du xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1999, 352 p.

5 Analyse réalisée à partir de la troisième partie de notre ouvrage : Les paysans de Gâtine... op. cit., 1998.

6 Louis Merle, La Métairie et l'Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Age à la Révolution, Pans, Sevpen, 1958, 252 p. Ouvrage pionnier fondamental.

7 Annie Antoine, « L'élevage en France... », art. cit., p. 59.

8 Cité par Louis Merle, La Métairie... op. cit., p. 143.

9 Cité par Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 39.

10 Structure des cheptels qui se retrouve pour l'essentiel dans le Maine étudié par Annie Antoine. Par contre en Bretagne, les bovins sont essentiellement des vaches (Fañch Roudaut, « Les vaches bretonnes au xviiie siècle », in Charpiana Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, 1991, p. 319-327).

11 Jacques Péret, 1976, p. 132

12 La Gâtine se situe en bordure de la zone d'élevage des mulets dans la Plaine.

13 Arch. dép. des Deux-Sèvres, minutes Baraton, 3 E 2960, 10 novembre 1732.

14 « État de l'Élection de Niort en 1744 », cité par Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 40.

15 Louis Merle, La Métairie... op. cit., p. 149. La Gâtine semble en cela proche des exploitations du Maine étudiées par Annie Antoine, où le bétail représente souvent un bon tiers des revenus (Annie Antoine, « L'élevage en France... », art. cit., et « Les Bovins de la Mayenne (1752-1820). Un modèle économique pour les campagnes de l'Ouest », Histoire et Sociétés Rurales, 4, 2e semestre 1995, p. 105-136).

16 Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 134-157.

17 Ce dernier, René Proust, est propriétaire d'une petite borderie.

18 80 % des bordiers possèdent au moins une vache.

19 La fortune mobilière moyenne de l'échantillon de 29 bordiers s'élève à 619 livres.

20 Arch. dép. des Deux-Sèvres, 3E 3028, inventaire du 23 mai 1775.

21 Inventaire d'André Guilbot, 27 août 1721, arch. dép. de la Vienne, E 4, 7-22.

22 Les baux à cheptel isolés correspondent le plus souvent à la fourniture du bétail par un marchand, un fermier qui n'est pas propriétaire de la métairie, et joue en quelque sorte le rôle de « banquier à bestiaux ».

23 Inventaire d'André Gautreau, 30 juillet 1772, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 3026.

24 À partir d'un échantillon de 64 inventaires de laboureurs (Jacques Père t, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 155), ce qui ne fait que confirmer les tendances mises en évidence par le docteur Merle.

25 Exemple développé dans Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 147.

26 Exemple cité dans : Jacques Péret, Les paysans de Gâtine... op. cit., p. 155.

27 Inventaire du 27 août 1771, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 3006.

28 Inventaire du 13 novembre 1734, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2962.

29 Inventaire du 31 janvier 1721, arch. dép. de la Vienne, E 4 7 22.

30 Inventaire du 24 janvier 1741, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2967.

31 Inventaire du 31 mai 1726, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2957.

32 Inventaire du 22 février 1734, arch. dép. des Deux-Sèvres, 3 E 2962

33 Arch. dép. de la Vienne, minutes Boncenne, E 4 51 80.

34 Louis Merle, La Métairie... op. cit., p. 191-192.

35 Jacques Péret, Les paysans Je Gâtine... op. cit., p. 159.

Auteur

Professeur d'histoire moderne, Université de Poitiers
Gerhico

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540